RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La 20e MAJ est terminée les nouveautés sont à lire par ici !
Nous avons besoin de monde dans le Bief, à Dorne et dans le Val ! Points à la clé !
Jusqu'à mercredi les votes aux tops sites, compte double !!
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Mer 5 Sep - 19:01

Alysanne & Bethany

The kind of nothing that meant everything


Si loin de chez elle, Alysanne songeait avec bonheur à chaque instant passé depuis qu'elle et Leo avait quitté les murs de la Dent d'Or. Si laissé Alyx derrière ne l'enchantait guère, elle savait sa nièce capable de gérer le domaine en leur absence et elle même ne pouvait nier ressentir une excitation nouvelle à l'idée de sortir des frontières de l'Ouest. La route avait été longue mais le voyage en valait la peine et, aujourd'hui, la belle Alysanne profitait d'un instant de paix à Lestival. Voilà plusieurs jours qu'ils étaient arrivés, escortant la délégation de l'Ouest et les Lannister pour faire leur entrée dans ce domaine de l'Orage. Suivant Leo comme son ombre, la jeune femme avait rempli son rôle à la perfection, souriant et charmant ceux dont son frère souhaitait soutien ou contrat commercial, apportant une vague de nouveauté dans l'entourage du seigneur de la Dent d'Or qui, d'ordinaire, laissait sa fille le représenter. Les tensions fraternelles s'étaient apaisées bien qu'elles n'aient pas totalement disparues depuis la dispute qu'ils avaient eut au sujet de la mort, tragique mais préméditée, de leur père. Si elle avait profiter avec joie des joutes et des fêtes, elle aspirait, à présent à un peu de calme. Ivre de bruit et de rencontre, la Lefford profitait d'une promenade de fin de journée, cherchant par où elle commencerait le récit de ce voyage lorsqu'elle rentrerai chez elle. Alyx serait sans doute ravie de la revoir et d'écouter la manière avec laquelle elle avait fait la rencontre de toutes ces personnes qui, d'ordinaire, ne restaient que des noms dans les récits de l'héritière. Le froid se faisait sentir et la trentenaire regretta presque de ne pas avoir fait sceller de cheval. Hâtant le pas sur le sentier, elle tenta de regrouper sa longue chevelure sombre sous la capuche de sa cape, espérant qu'ils ne s'emmêleraient pas trop jusqu'à son retour. Lorsqu'elle aperçut le château, elle se prit à rêver d'une flambée qui viendrait réchauffer ses os gelés, d'une grande tasse de vin chaud et du plaisir de converser avec quelques personnes présentes.   « Aller plus que quelques minutes ... » se dit-elle pour se donner du courage. L'après-midi était déjà fort bien avancé et beaucoup avait quitté les jardins pour le confort et la chaleur du château. Quelques courageux, cependant, profitaient de l'absence de mauvais temps pour s'aérer un peu et ce fut l'une de ces silhouettes qui attira l'oeil d'Alysanne. Une femme, seule. Attrapant les pans de sa robe, la Lefford se rapprocha plus vite de l'inconnue mais aussi de la porte et du salut de ses jambes frigorifiées. Elle allait passer à hauteur de la dame lorsque cette dernière disparue de son champ de vision. Son attention se fixa sur ce coin de sa vision périphérique et c'est au sol que la brune retrouva l'inconnue, victime de toute évidence d'un malaise. Oubliant cheminée et vin chaud, Alysanne se rua sur le corps inconscient de la jeune femme. Une dame d'à peu près son âge aux traits élégants et au teint pâle. S'agenouillant sans une pensée pour sa robe, elle se pencha au dessus de l'inconnue. « Ma dame ? Est-ce que vous m'entendez ? » demanda-t-elle en prenant l'une de ses mains dans les siennes. Regardant autour d'elle avec un air paniqué, Alysanne appela. « Au secours, venez m'aider ! » dans l'espoir d'attirer quelqu'un qui connaitrait la demoiselle ou qui saurait comment lui venir en aide.
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le rossignol de l'Orage
avatar
Le rossignol de l'Orage
Valar Dohaeris


Ft : Kate Beckinsale
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Alyx Lefford || Wylla Manderly
Messages : 1813
Date d'inscription : 16/10/2016

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Ven 7 Sep - 15:35


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy

« Lestival | 301, lune 12, semaine 3 »

Tellement de chose en peu de temps. La nouvelle qui l’avait le plus ébranler était sans nulle doute l’acte de sa belle-sœur. Abigaëlle avait eu un geste inexplicable mettant la famille Caron dans l’embarras et dans une situation précaire. Se rendre stérile simplement pour un accouchement douloureux. Cela aurait provoquer un rire jaune chez l’orageoise. La bieffoise ne connaissait rien à la vraie douleur de sortir un enfant de son ventre car dans son cas Erich était vivant. Elle avait ressenti un sentiment de trahison immense et elle était restée longuement avec Bryce, cherchant à reprendre ses esprits et à se remettre de ses émotions. Le mestre lui avait donné un breuvage pour la requinquer. Finalement son frère l’avait ramené auprès d’Ilyn avec Erich et avait rapidement expliquer aux Selmy la situation. Depuis le petit garçon restait avec eux, il ne comprenait pas forcément tout ce qu’il se passait, réclamant régulièrement ses parents même si Bryce venait régulièrement voir son enfant. Bethany hésitait cependant à amener l’enfant aux Rowan pour qu’Abigaëlle puisse voir son fils, mais dans son état ce n’était peut-être pas prudent.

Puis Bryce avait envoyé un corbeau au Grand Septon restait à Port Réal pour une demande d’annulation de mariage. Bryce refusait de rester poing et main lié à un mariage stérile qui pouvait mettre sa lignée en péril. Bethany pouvait le comprendre même si c’était dure à supporter à affronter. Sans compter sur le fait que depuis ses évènements sa grossesse se compliquait. Des contractions venaient lui tenailler le ventre à n’importe quel moment de la journée et s’en prévenir. L’orageoise n’aimait pas ses signes. Elle cherchait à se reposer au mieux qu’elle pouvait, restant allongée afin d’éviter tout risque. Mais elle s’autorisait des visites à son frère et à Jyana, ce qui lui permettait de se vider l’esprit, de souffler et de profiter des siens qui la rassurait sur son état. Même si cela ne l’empêchait pas d’angoisser, elle ne voulait pas perdre encore une fois son enfant. Devait-elle vivre en ermite pour avoir une grossesse qui se déroule tranquillement ? Parfois, elle se demandait si ce n’était pas la solution.

En cette fin d’après-midi, la jeune trentenaire était sortie pour voir son aîné et elle était désormais sur le chemin du retour. Un soldat de la maison Caron restait à une dizaine de mettre de la brune afin d’assurer sa protection. Même si l’endroit était relativement sur, la protection des nobles était une priorité pour tous. Mais au bout de quelques minutes de marche, après être passé dans le froid mordant de l’hiver, Bethany ressentit un léger vertige. Il inspira profondément en forçant l’allure pour regagner au plus le calme de la tente des Selmy. Mais elle eut soudainement trop chaud, sa vision se brouilla et elle chercha son air. Les jambes de la jeune femme la lâchèrent et elle s’effondra sur le sol froid et gelé, inconsciente. Elle n’entendit pas la voix d’une lady venir à sa rescousse qui appela rapidement à l’aide en voyant l’absence de réponse de l’orageoise.

Le soldat Caron accourut rapidement et s’accroupit auprès de la sœur de son seigneur, le visage inquiet. Il écarta rapidement les pans de la cape de la Selmy afin de vérifier qu’aucune goutte de sang ne vienne tacher la robe de la belle. Au courant de son état, cela avait son premier réflexe, veillait à ce qu’elle ne perde pas son enfant. Il tourna son visage vers la dame qui était accouru la première vers Bethany.
« Pouvez-vous m’aider à la ramener auprès de mon maître, Lord Caron, ma dame ? Cela sera plus rapide que d’atteindre la tente de son époux. »



(c) DΛNDELION



Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre, que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Ven 7 Sep - 21:33

Alysanne & Bethany

The kind of nothing that meant everything


Un homme accourut vers elles, le visage marqué par l'inquiétude. Il portait des couleurs familières depuis qu'elle avait croisé Lady Ellaria et sa fille jouant à réciter ses leçons sur les grandes familles de Westeros. Un champ jaune semé de rossignols noirs. La maison Caron de Serena. Sa familiarité envers une dame de haute naissance la surprit mais il écartait déjà les pans de la cape qu'elle n'avait eu le temps de faire un geste. En dehors de noble de l'Ouest, Alysanne ne connaissait que ceux que Leo avait pu inviter à la Dent d'Or, cependant, elle savait que le seigneur Caron avait une soeur, une émissaire dont sa nièce lui avait brièvement parler. Convaincue que le soldat et la jeune femme se connaissaient, elle n'osa s'interposer et le laissa faire son examen en paix, relevant malgré tout les traits de son visage en cas d'odieuse imposture. Lorsqu'il posa son attention sur elle, elle hocha positivement la tête. Leo l'attendrait. Et lui même aurait fait la même chose. Elle aida alors l'homme à relever l'inconnue qu'elle supposait être une membre de la maison Caron, passant un de ses bras inerte autour de sa nuque, prenant le parti de la maintenir contre elle en attrapant sa taille. Le léger bombé de son ventre l'informa de l'état de la jeune femme et elle tâcha de ne pas trop forcer sur sa prise pour ne pas risquer de la blessé. D'un regard accordé, Alysanne se redressa, assistant l'homme déjà alourdi par son armure, à rejoindre les appartements de son maitre. Pauvre dame, songea-t-elle. Le froid avait dut faire son oeuvre, peut être avait-elle besoin de repos. La proximité du château était réconfortante et il ne fallut que quelques minutes de marche pour rejoindre les appartements réservés à la maison de Serena, à l'opposé total de ceux de la famille Lefford. Laissant à l'homme ne soin d'entrer en premier dans les lieux, elle admira la pièce, semblable à celle qu'elle partageait avec son frère. Privilège des maisons majeures, ces appartements offrait un confort certain et une protection contre le froid mordant de ce jeune hiver. Elle fut marqué par les traits tirés et tristes de quelques serviteurs mais ne s'en inquiéta pas plus que cela, se concentrant plutôt sur son inconnue qu'elle aida à installer dans un fauteuil. Tandis que le soldat courrait chercher de l'aide, Alysanne s'accroupit, posant ses mains sur ses genoux avant de laisser deux doigts prendre le pouls de la jeune femme sur son poignet. Il battait régulièrement. Plutôt bon signe. Elle avait vu le mestre faire cela tant de fois qu'elle avait fini par en retenir l'utilité. « Ma dame ? Restez avec moi, m'entendez vous ? » demanda-t-elle d'une voix douce tout en posant sa main sur celle de la dame.  « Ne vous inquiétez pas, vous êtes en sécurité, il ne peut plus rien vous arriver de mal. » murmura-t-elle dans l'espoir, si elle l'entendait, de rassurer l'inconnue. Des bruits de pas se firent entendre. Sans doute le soldat revenant avec du secours. Elle se redressa, épousant sa robe avant de se tourner vers les arrivants. Un homme sortait du lot, grand, brun, une bonne trentaine d'années. Son regard clair se posa sur elle et, une paralysie semblable à celle que Leo provoquait en elle, lorsqu'il l'observait avec attention, s'empara d'elle. Bien que différente, la laissant le souffle coupée avant de se rappeler de ses bonne manière.  « Lady Alysanne Lefford, mon seigneur. » se présenta-t-elle brièvement tout faisant une révérence particulièrement basse.  « Pardonnez mon intrusion mais ... J'ai vu votre soeur et je ne pouvais me résoudre à la laisser seule. »  Elle se décala alors, laissant la dite soeur apparaitre tout en restant à ses côtés.  « Elle a perdu connaissance, mais elle ne semble pas blessée, votre soldat s'en est assuré. » expliqua-t-elle d'un ton qui invitait Bryce Caron à venir vérifier par lui même. .
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le rossignol de l'Orage
avatar
Le rossignol de l'Orage
Valar Dohaeris


Ft : Kate Beckinsale
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Alyx Lefford || Wylla Manderly
Messages : 1813
Date d'inscription : 16/10/2016

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Dim 30 Sep - 21:13


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy

« Lestival | 301, lune 12, semaine 3 »

Le soldat et la dame au long cheveux bruns conduisirent Bethany jusqu’aux appartements de Lord Caron, la déposant sur un fauteuil. Le soldat alla chercher son maître qui aussitôt les mots échappés des lèvres se rendit auprès de sa sœur et de cette inconnue qui l’avait visiblement aidé. Les iris claires de Bryce la détaillèrent de haut en bas et elle se présenta sous le nom d’Alysanne Lefford. L’orageois ne connaissait pas les Lefford ni son seigneur, il savait simplement que c’était une maison ayant un fief dans une position stratégique de l’Ouest tout comme Serena pour l’Orage. Elle avait de bonne manière témoignant de l’éducation des grandes maisons de cette région de Westeros. Bryce inclina donc galamment la tête pour la remercier de son aide avant de s’approcher de Beth, dégageant une boucle brune de son visage.
« Allez chercher un mestre. »

Le soldat s’inclina et disparut rapidement. Même si d’apparence, Bethany ne semblait pas blessé, son malaise avait une origine et il désirait la connaître. Il ne voulait pas la perdre, pas après tout ce qu’il venait de se passer. Erich avait besoin de sa tante, l’enfant était déjà privée de mère, il ne pouvait pas être privé de la seule figure féminine qu’il lui était donnée de voir en ses temps sombres. Et si elle pouvait ne pas perdre pour la troisième fois, l’enfant qu’elle portait en son sein…
« Je vous remercie ma Dame, d’être intervenue. Lord Bryce Caron. Je vous suis reconnaissant d’avoir aidé ma jeune sœur, Lady Bethany Selmy. »

Il accompagna ses paroles d’un geste vers la jeune femme évanouie. Il était inquiet, nerveux. Elle était la dernière personne de sa famille, s’il oubliait sa tante Mylenda marié à un Frey. Finalement le même mestre qui avait soigné Abigaëlle arriva avec des pas précipités et s’afféra autour du rossignol de l’Orage, forçant Bryce à reculer vers la Lefford.
« Puis-je vous offrir une boisson chaude pour vous réchauffer en ses temps si froid ? »

En attendant le diagnostic du mestre, Bryce préférait s’occuper l’esprit et discuter avec cette femme. Même s’il n’avait pas trop l’esprit à se montrer hospitalier et agréable, elle venait peut-être de sauver sa petite sœur alors il pouvait bien faire un effort. Surtout qu’il avait été incapable de voir si Bethany avait eu des signes de fatigue quelques minutes plus tôt alors qu’elle était encore en sa compagnie. La culpabilité commençait à le ronger et il essayait de ne pas y penser. Pourquoi les dieux le tourmentaient autant alors qu’ils lui avaient été favorable durant les joutes ? Il n’en savait rien mais il espérait que sa sœur ne subirait pas la colère des dieux pour des choses qu’elle n’avait pas commises et que lui d’ailleurs non plus, mais visiblement il avait irrité les Sept.


(c) DΛNDELION



Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre, que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Mar 9 Oct - 18:06

Alysanne & Bethany

The kind of nothing that meant everything


Sa mission accomplie, Alysanne s'éloigna de la jeune femme, laissant place à un aîné désireux de prendre soin de sa soeur. Il lui semblait voir, dans cette relation fraternelle, le même lien que celui qui l'unissait à Leo. Une vague de compassion l'envahit et l'envie soudaine de retourner auprès de son frère, et de l'aura protectrice qui émanait du seigneur Lefford, la prit par surprise. Depuis leur dispute au sujet de la mort suspecte de leur père, ils s'étaient montré tantôt froids tantôt complices l'un envers l'autre. La confiance mise à mal ce jour là peinait à retrouver son faste d'antan mais la cadette s'employait à montrer à son frère combien lui importait les vivants, son rôle et son statut. Sa présence à Lestival témoignait peut être d'un premier pas que son aîné pouvait avoir envers elle et depuis qu'ils avaient quitté les terres familiales, Alysanne tâchait de récompenser cette confiance en se rendant indispensable à son frère et seigneur. Mais déjà, son hôte se tournait vers elle, se présentant de la même manière qu'elle même l'avait fait plus tôt.  « C'est un véritable honneur de vous rencontrer Lord Caron, même si j'eus préféré que cela se fasse en des circonstances moins ... Préoccupantes. » Les terres de l'Orage n'étaient pas des familles avec lesquelles Alysanne avait beaucoup de contacts. Très éloigné du fief familial, il revenait plutôt à Alyx ou à Leo d'établir des liens et si le nom du noble ne lui était pas inconnu, elle ne pouvait dire avoir entendu parler de lui d'un quelconque façon avant leur rencontre. Ses connaissances en la matière se limitaient aux leçons que lui donnait Leo lorsqu'elle n'était qu'une enfant, les dires des invités de passage à la Dent d'Or ou les récits qu'Alyx faisait de ses voyages et de ses rencontres. Bryce Caron. Sans doute un seigneur de même importance que Leo, sur des terres bien loin de chez elle. Elle accueillie sa présentation avec toute la douceur et la politesse que Leonella lui avait apprit à témoigner envers une personne de marque: révérence et respect stricte de l'étiquette. A présent que son inconnue, sur laquelle elle pouvait désormais mettre un nom, avait retrouvé la sécurité d'un bateau et d'un protecteur en la personne de son frère, elle même devenait une invitée. Une invité qui représentait la maison Lefford. « J'espère que votre soeur se portera bientôt mieux, il me semble qu'elle est en train de reprendre des couleurs, sans doute la fatigue et le froid auront eut raison de sa personne ? » Elle n'osa demander si un quelconque évènement ou une potentielle prédisposition à la fragilité pouvait expliquer la scène à laquelle elle avait assisté. Cette pauvre dame, seule dans le froid de Lestival, s'effondrant sans raison apparente. Le manteau qu'on lui avait ôté pour qu'elle ne souffre pas de la chaleur de l'âtre avait révélé un ventre arrondie qui rappela, immédiatement, à Alysanne sa nièce. Elle priait chaque jour pour que les dieux bénissent l'enfant d'Alyx et lui permette de venir au monde en bonne santé et entouré par l'amour de cette mère et de la famille Lefford. La tragédie qu'avait vécu la jeune femme avait profondément marqué cette tante qui, désormais, était particulièrement sensible aux états féminins. Sans doute parce qu'à presque trente ans passés, Alysanne n'avait jamais eut d'enfant à elle ... Son regard azuré fixa quelques instants la preuve de la grossesse de Lady Selmy: la fragilité qui émanait de cette femme était touchante. Ses iris quittèrent alors Bethany pour se poser sur Bryce dont le regard inquiet déclencha quelque chose dans le coeur de la Ouestrienne. Sa contemplation fut stoppée par l'arrivée soudaine du mestre dont le pas rapide et les cernes témoignaient d'une intense activité. Elle le regarda s'affairer devant l'évanouie, se rassurant de la savoir entre de bonnes mains. Son attention fut attirée par le seigneur de Serena, s'adressant à elle pour lui proposer une boisson chaude. S'arrachant aux côtés de Lady Selmy, elle tourna le dos au mestre en plein travail et acquiesça. « Avec plaisir, je ne vous cache pas que je ne suis point habituée à pareille humidité. Brouillard et crachin ne me sont pas étranger, mais il n'y a nulle comparaison possible avec le climat de Lestival. » tenta-t-elle, comprenant, dans la proposition du trentenaire, un besoin de laisser le mestre travailler en paix en se changeant les idées. Espérant que Leo ne rentrerait pas trop tôt, Alysanne décida de rester dans les appartements des Carons, assistant désormais un frère inquiet jusqu'à ce que son esprit puisse être libéré par un diagnostique médical.
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le rossignol de l'Orage
avatar
Le rossignol de l'Orage
Valar Dohaeris


Ft : Kate Beckinsale
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Alyx Lefford || Wylla Manderly
Messages : 1813
Date d'inscription : 16/10/2016

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Lun 15 Oct - 16:33


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy & Bryce Caron

« Lestival | 301, lune 12, semaine 3 »

Sa torpeur était bien lourde, elle se sentait nauséeuse pourtant elle ne ressentait plus le froid glacial de l’hiver. Une douce chaleur recouvrait son corps détendant ses muscles crispés. Elle sentait également des mains se poser sur son front et toucher son ventre. Dans un sursaut d’instinct maternelle, l’orageoise bougea un peu ses mains en grimaçant en direction de ventre rond. Les mains qui la touchaient, s’arrêtèrent et elle sentit une voix l’appeler en chuchotant, avenante, rassurante. Bethany papillonna légèrement des paupières pour le visage d’un mestre devant elle. Peu à peu, elle arriva à sortir de son engourdissement et tenta de se remémorer les derniers évènements. Elle avait quitté Bryce un peu plus tôt, elle avait ensuite emprunté le chemin du retour s’enfonçant dans le froid hivernal pour regagner la tente des Selmy. Cependant elle n’avait aucun souvenir d’avoir atteint son objectif.

Elle avait mal à la tête et une furieuse envie de rendre son déjeuner, ce qui l’empêcher réellement de bouger. Elle finit par totalement ouvrir les yeux et fixer le mestre qui s’occupait d’elle. Elle voulut ouvrir la bouche pour parler mais l’homme de sciences l’en empêcha et lui fit boire une décoction qui ne fit qu’accentuer sa nausée. Elle observa la pièce et vit plus loin la silhouette familière de son frère aîné et à ses côtés celle d’une dame à la chevelure sombre. Elle pensa dans un premier temps à Jyana mais la voix n’allait pas avec l’image de sa belle-sœur. C’était donc une parfaite inconnue qui était au côté de son frère. Le mestre se tourna vers le seigneur de Serena et la jolie dame se trouvant à ses côtés.
« Messire, votre sœur s’est réveillée. Ce n’était probablement qu’un malaise sans incidence. »

Un malaise sans incidence… Les quatre mots se mirent à résonner dans l’esprit de Bethany, si pour le mestre c’était cela pour elle s’était tout autre chose et cela ne la rassurait pas. Cela arrivait après le drame qui qu’avait provoqué Abigaëlle et elle se demandait si ce n’était pas le premier signe qu’elle perdait son enfant ? L’esprit de Beth se mit à réfléchir trop vite lui donnant encore un peu plus la migraine. Elle porta sa main à sa tempe pour la masser doucement pour éviter que la douleur ne s’accentue. Voyant son geste, le mestre rajouta :
« Il se peut que vous ayez quelques migraines et quelques nausées ma Dame, mais cela sera passer d’ici demain matin. »

Elle opina silencieusement du chef avant de tenter de se redresser de son assise qui commençait à faire souffrir son dos. Elle releva les yeux pour les tourner vers les nobles un peu plus loin.
« Qu’est ce qui s’est passé ? »

(c) DΛNDELION



Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre, que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur
avatar
Seigneur
Valar Dohaeris


Ft : Jonathan Rhys Meyers
Multi-Compte : Wynafryd, Asha, Lucas & Melara
Messages : 72
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Mer 17 Oct - 21:59


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy & Bryce Caron


« Lestival | 301, lune 12, fin semaine 3 »

Bryce aurait aimé pouvoir se montrer plus agréable envers cette jeune femme qui avait accouru pour aider sa soeur, mais la crainte le tenaillait. Il faisait de son mieux pour parler d’une voix calme et détendre ses mâchoires pour ne pas paraître aggressif, mais cela représentait un véritable effort. Son regard quittait sans cesse les traits gracieux de la Lefford pour s’en retourner sur Bethany, toujours inconsciente dans son fauteuil. Il déglutissait chaque fois avec un peu plus de difficulté. Comment avait-elle pu être bien un instant et s’effondrer la minute d’après ? Comment avait-il pu rater les signes précurseurs de son malaise. Son esprit était-il si embrouillé par ce qu’il venait de se passer avec Abigaëlle qu’il n’était plus capable de veilleur sur ce qui lui restait de famille ? Néanmoins, le mestre accomplissait son devoir et il ne servait à rien derrière lui, à respirer dans sa nuque et observer ses faits et gestes. Il saisit donc l’occasion pour soulager ses pensées tourmentées en changeant de sujet, en essayant de faire un hôte digne de ce nom, un frère reconnaissant. Il lui sembla finalement que ladite Alysanne cherchait à se montrer optimiste, de sorte à lui remonter le moral, à moins que cela ne soit simplement un trait de son caractère. Comme il espérait que ce malaise ne soit dû qu’à de la fatigue ajoutée au froid saisissant de leur région. Si c’était tout, elle pourrait se reposer et récupérer pleinement. Mais les précédentes grossesses de Bethany lui restait en mémoire et il avait du mal à ne pas songer au pire en voyant la jeune femme dans cet état. Il offrit donc un sourire sans joie à la Lefford, la remerciant de sa sollicitude. “Espérons qu’il ne s’agisse que de ça oui.” Il lui semblait que les fausses couches de l’épouse Selmy étaient bien trop personnelles pour les évoquer de but en blanc, il ne pouvait donc pas expliquer clairement toutes les raisons de son angoisse.

Après un dernier regard vers le mestre, comme celui-ci semblait toujours en plein travail, Bryce finit par proposer une boisson chaude à l’ouestienne. Comme elle répondit par la positive, Bryce s’approcha de la grande table où trônait la carafe dans laquelle il avait bu quelques instants plus tôt, alors qu’il s’entretenait avec une Bethany bien vive. Il posa sa main sur le métal pour s’assurer qu’il était toujours chaud puis saisit une coupe propre pour servir la belle brune. Il ne put retenir un léger ricanement lorsque cette dernière commenta le climat de sa région. “Bienvenue dans l’Orage.” dit-il en se retournant vers elle et en lui tendant la coupe pleine. “Du vin chaud.” expliqua-t-il brièvement. “Et encore, je trouve qu’il fait plus humide en automne, lorsque les tempêtes se multiplient.” ajouta-t-il avec un léger sourire, sincère et chaleureux cette fois ci. Il aimait sa région, il y était attaché, il s’était habitué à ce climat humide et tempétueux, mais il était certain que ça n’était pas le meilleur argument pour convaincre la Lefford d’y revenir. “Je ne suis allé dans l’Ouest qu’une fois par le passé, mais j’en ai gardé un souvenir humide également.”

La voix du mestre l’interrompit et le sourire du Caron s’effaça aussitôt, reprenant son masque d’inquiétude. Il reposa avec hâte la carafe sur la table et se détourna de la Lefford pour se précipiter aux côtés de Bethany. “Comment va-t-elle ?” demanda-t-il abruptement au mestre. Son regard se durcit sur le vieil homme alors que celui-ci évoquer un malaise sans incidence. Ignorait-il volontairement les antécédents de Bethany et le choc émotionnel qu’elle venait de vivre pour dire une telle ineptie ? Bryce se mit alors à songer à l’éducation qu’il avait reçut chez les Bieffois de Villevieille et se retint de prononcer des propos déplacés devant son invitée. S’il s’était toujours montré compétent jusqu’à présent, il commençait à en douter. Il doutait de tout ce qui était associé au Bief de prêt ou de loin maintenant. Ce que le mestre annonça ensuite ne l’aida pas à adoucir son regard. Comment cela pouvait-il être sans incidence s’il lui prévoyait d’aussi désagréables conséquences ? Ce n’est que la voix de Bethany qui parvint enfin à radoucir les traits et l’humeur du seigneur de Serena. D’un regard, le mestre comprit qu’il était de trop et recula dans un coin de la pièce, laissant Bryce s'accroupir devant sa sœur. Il prit sa main dans la sienne et répondit de la voix la plus calme et bienveillante qu’il pouvait maîtriser en cet instant. “Il semblerait que tu ais fait un malaise juste après être sortie du château… Alysanne Lefford se trouvait non loin et t’es venue en aide.” En disant cela, il s’écarta légèrement et pivota vers elle pour l’inviter à s’approcher, afin qu’elles soient présentées.

Il laissa finalement échapper un soupir, mi soulagé de voir Beth retrouver ses esprits, mi contrarié d'éventuellement pouvoir passer à côté de quelque chose. “Comment te sens-tu ? Est-ce que tu te rappelles de quelque chose ?” Si elle était en mesure de sentir et de reconnaître les signes précurseurs, cela pourrait peut-être éviter un autre malaise. “Tu vas rester ici cette nuit d’accord ? On va faire prévenir Ilyn, vous passerez le reste du séjour dans mes appartements et je prendrais la tente des Selmy d’accord ? Hors de question que je te laisse ressortir par ce froid.” Il avait parlé avec un soupçon de tendresse dans la voix, pourtant il était clair à son regard qu’il n’accepterait aucun désaccord, à cela s’ajoutait son hochement de tête décisif. On reconnaissait facilement là qu’il était un seigneur depuis des années. Il se redressa finalement pour demander à un servant d’un geste de la main d’envoyer un garde. “Faites prévenir Ilyn Selmy que son épouse s’est réveillée. Dites lui de prendre ses affaires pour s’installer ici.” lui ordonna-t-il une fois l’homme devant lui. Puis il revint à sa place, baissé, carressant l’avant bras de Beth. “On va attendre qu’Ilyn arrive d’accord ? Ma Lady, je suis navré pour tout ce bouleversement, je ne veux pas que vous vous sentiez obligée de rester, mais si vous le souhaitez, je pourrais vous raccompagner une fois que Lord Selmy sera là pour veiller sur Bethany.” ajouta-t-il en se tournant cette fois ci vers Alysanne. Il ne pouvait pas se résoudre à la laisser sans surveillance. Une surveillance proche que seul lui ou le seigneur des Éteules pouvaient procurer. Il espérait néanmoins que la Lefford patienterait quelques instants, il ne savait pas bien pourquoi, mais l’idée de faire quelques pas en sa compagnie par la suite était particulièrement attrayante en cet instant.
(c) DΛNDELION


HRP:
 



NO SONG SO SWEET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Lun 12 Nov - 1:26

Alysanne & Bethany & Bryce

The kind of nothing
that meant everything



Alysanne semblait, chaque fois, plus sensible au sort des femmes et des enfants qu'elles pouvaient porter. Elle ignorait d'où lui venait cette préoccupation mais l'épisode de sa nièce l'avait profondément marqué à son fort intérieur et elle ne pouvait s'empêcher de regarder le mestre de la maison Caron s'affairait face à la jeune trentenaire. Elle ne devait pas être beaucoup plus vieille qu'elle, quelques années tout au plus, ce qui renforçait le lien invisible entre la Lefford et la Selmy, un lien qui prenait naissance dans le coeur d'alyxanne qui transposait, sur cette femme, ses peurs les plus profondes. Son inquiétude était d'autant plus grande qu'elle n'avait de paroles rassurantes pour l'oreille de ce frère troublé. Elle ne pouvait qu'imaginer les sentiments qui étreignaient le coeur du seigneur de Serena, les ayant elle même ressentit quelques années auparavant lorsqu'elle avait veillé le chevet de sa nièce. Mais qui était-elle pour intervenir sur sujet si sensible, si intime ? Son éducation l'empêchait de parler, faisant d'elle une spectatrice impuissante, silencieuse face au désarroi d'un homme et à l'attente d'un diagnostic, tentant, comme elle pouvait, de se montrer une compagnie agréable. Elle eut un sourire lorsqu'il évoqua sa région natale en des termes similaires aux siens. Les terres de l'Ouest n'était pas connue pour leurs météo clémente et propices à l'oisiveté. Ils ne possédaient pas le climat agréable de leurs voisins bieffois mais n'étaient pas à plaindre si l'on considérait le froid constant régnant au Nord. Elle n'eut l'occasion de rebondir sur le sujet, l'homme de science et de religion se retournant vers eux. Incapable de retenir sa curiosité, Alysanne resta à l'écoute, consciente que le mestre s'adressait avant tout à Bryce Caron qu'à elle même. Un malaise bénin ? Alysanne sentit l'étau de son coeur perdre de sa force. Rassurée pour la jeune femme, elle quitta la brune du regard et fut surprise de voir que les traits de Lord Caron étaient toujours aussi durs. Ignorant pourquoi le soulagement n'éclairait pas son visage, elle décida de garder pour elle toute forme de question et se contenta d'un sourire forcé pour le mestre, son aversion pour ces hommes ne la quittant guère. La voix de Lady Selmy se fit entendre et les deux orageois se rapprochèrent. Les gens voyaient-ils pareil spectacle lorsque Leo et elle se parlaient ? La lueur qui existait dans le regard du noble était-elle la même que celle de son aîné ? Elle reconsidéra alors la réaction de son frère quand à leur dispute passée, au comportement qu'il avait adopté envers elle. L'envie de le retrouver la prit: Leo n'était pas parfait, mais il avait toujours prit soin d'elle, lui avait offert une éducation digne de son rang et avait toujours tenu ses promesses à son encontre. Quelle ingrate avait-elle été de lui reprocher gratuitement la mort de leur père. Elle finit par entendre son nom et deux paires d'yeux la fixait avec intensité. Elle exécuta une révérence de circonstance, offrant à Lady Bethany un sourire qui se voulait rassurant. « Je suis heureuse de voir voir reprendre des couleurs, ma dame. » dit-elle avec politesse.

Elle écouta alors les explications de Bryce Caron et fut touchée par la prévenance de ce frère, prêt à sacrifier son confort pour assurer la santé et la sécurité de sa cadette. Peu d'homme de cette importance auraient accepté de quitter la chaleur du château pour prendre place dans les tentes à l'extérieur. Bien que chacun soit équipé du nécessaire pour garantir un certain confort, il n'y avait nulle comparaison avec les appartements dont, seule une poignée de privilégiés, bénéficiaient dans le château. Alors qu'il s'adressait de nouveau à elle, Alysanne se sentit happée par ce regard clair qui captivait le sien. Elle hocha la tête avant de retrouver l'usage de la parole. « Votre prévenance me touche, mon seigneur. » dit-elle tout en gardant le contact visuel qui les liait. « Si vous me le permettez, je serai ravie de rester auprès de vous et de votre soeur afin d'être sure d'avoir pleinement accompli mon devoir. » La raison lui disait de rentrer chez elle, mais elle ne parvenait à s'y résoudre, l'idée de passer quelques instants encore avec le brun lui plaisait particulièrement. Et puis, elle ne pouvait se résoudre à quitter, ainsi, cette jeune femme qu'elle avait trouvé dans le froid de Lestival. Elle aurait aimé pouvoir échangé quelques mots avec Lady Bethany. « De plus, je suis persuadée que mon frère, Leo, sera plus rassuré de me voir rentrer sous l'escorte d'un homme de votre qualité. » Peut être même aurait-elle l'occasion d'échanger d'avantage avec lui, sur le chemin menant à l'autre bout du château, mais également dans les appartements qu'elle partageait avec son frère.
AVENGEDINCHAINS


HRP:
 


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le rossignol de l'Orage
avatar
Le rossignol de l'Orage
Valar Dohaeris


Ft : Kate Beckinsale
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Alyx Lefford || Wylla Manderly
Messages : 1813
Date d'inscription : 16/10/2016

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Mar 4 Déc - 17:57


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy & Bryce Caron

« Lestival | 301, lune 12, semaine 3 »

Le corps endoloris et le dos lancinant, Bethany écouta son frère lui annoncé ce qu’il s’était passé. Le froid lui avait fait faire un malaise quelques minutes après avoir quitté les appartements de son aîné. Elle n’avait rien vu venir et c’était peut-être le côté si soudain de ce malaise qui inquiétait le rossignol de l’Orage. Elle se souvint avoir ressenti quelques signes à peine quelques secondes avant de sombrer et de se réveiller entre les quatre murs qu’elle avait quitté quelques instants plus tôt. Mais rien avant de quitter Bryce ne l’avait averti de ce qui allait arriver. Elle connaissait suffisamment son corps pour reconnaître et interprété le moindre changement. La transition entre l’agréable chaleur qui régnait dans la pièce et le froid mordant de l’extérieur était peut-être responsable mais malheureusement, la Selmy en doutait fortement et cela serré son cœur d’angoisse.

Heureusement pour elle, une dame avait assisté à la scène et l’avait secouru pour la ramener auprès de Bryce. Alysanne Lefford. Mettant un peu d’ordre dans son esprit, la dame des Eteules tenta de se rappeler de la région d’origine de cette famille. Au bout de quelques instants cela lui revint quand la voix de la jolie brune atteignit ses oreilles. Un léger sourire de remerciement étira les lèvres de Bethany.
« Je vous remercie lady Lefford pour m’être venue en aide. »

Bethany bougea une nouvelle fois, tentant d’apaiser les tensions des muscles de son dos. Mais en vain, elle avait l’habitude des douleurs mais en étant enceinte, elle préférait ne pas les sentir. Bryce était plus qu’inquiet ce qui provoqua un léger soupire chez la Selmy. La jeune femme n’avait rien vu venir en dehors des deux petits signes quelques instant avant de perdre connaissance.
« Mon dos se montre capricieux, plus que d’habitude. Mes souvenirs sont assez flous. Je me souviens d’avoir eu un léger vertige et une bouffée de chaleur quelques secondes avant de sombrer mais rien de plus. Rien que je n’ai pu reconnaître. Probablement la différence de température trop importante est responsable, et je préfère penser que c’est cela. »

Elle plongea ses iris vertes dans les yeux clairs de son aîné. Sa dernière phrase cachait un sous-entendu que le Caron pouvait comprendre. Elle refusait de penser au pire, elle préférait garder espoir de pouvoir mettre au monde son enfant, de mener sa grossesse à terme. Bien que ce genre de chose n’annonçait rien de bon. Elle avait eu quelques contractions le jour où Abigaëlle avait commis son acte affreux mais depuis rien de notable ne s’était produit.

A la proposition de son frère, le rossignol voulu protester mais le regard de Bryce la dissuada. Rien de ce qu’elle pouvait dire ne le ferait changer d’avis. Elle savait quand elle pouvait s’engager dans un affrontement ou quand s’était perdue d’avance. Elle poussa un léger soupire.
« D’accord. »

Bryce s’excusa auprès d’Alysanne mais celle-ci ne s’en offusqua pas, au contraire, elle préférait s’assurer que Beth aille bien avant de retrouver le chemin de ses appartements. Le rossignol observa l’échange entre son frère à la jeune femme venue de l’Ouest. Leurs regards l’un à l’autre ne lui échappa pas ce qui attisa son intérêt mais elle conserva le silence. La jeune femme posa ses coudes sur les accoudoirs du fauteuil et chercha à légèrement cambrer son dos pour le détendre. Elle sentit quelques tensions s’évaporer mais elle pouvait déjà abandonner l’idée de passer une nuit agréable. Entre un Ilyn qui serait mort d’inquiétude et son dos qui décidait de faire ce que bon lui semble, elle trouverait difficilement le repos.


(c) DΛNDELION



Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre, que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant. J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur
avatar
Seigneur
Valar Dohaeris


Ft : Jonathan Rhys Meyers
Multi-Compte : Wynafryd, Asha, Lucas & Melara
Messages : 72
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   Hier à 13:16


The kind of nothing that meant everything
Alysanne Lefford & Bethany Selmy & Bryce Caron


« Lestival | 301, lune 12, fin semaine 3 »

Les années de gestion de Serena transparaissait totalement du comportement du Caron. Il était concentré, rien de ce qui se passait dans la pièce n’échappait à son regard et à peine Bethany était revenue à elle qu’il avait déjà pris en main la suite de son séjour pour s’assurer qu’une telle chose ne se reproduise plus. Peut-être que certaines personnes auraient pu trouver un tel comportement étouffant et intrusif, mais le Rossignol des Éteules était habituée à la façon de faire de son aîné. Et quelque part, Bryce voulait croire que sa cadette savait qu’il avait raison. Elle ne pouvait courir aucun risque avec ses antécédents. Cela ne l’empêcha pas pour autant d’écouter avec la plus grande des attentions sa réponse quant à son ressenti et ses symptômes. Il avait gardé ses mâchoires serrées, hochant légèrement mais de manière répétée sa tête de haut en bas. Il enveloppa la main de Bethany dans les siennes et la serra tendrement, tout en soupirant lentement. A la fin, un léger sourire réconfortant se dessina sur ses lèvres alors qu’il replongeait ses yeux clairs dans ceux de Beth. “Bien.” dit-il simplement. Il y avait une discussion bien plus sérieuse et lourde de sens qui se faisait silencieusement dans leurs regards. Tous deux espéraient plus que tout qu’il ne s’agisse que de ça. Mais ils ne pouvaient guère faire quelque chose hormis se montrer prudent et attentif à la suite, c’était pour cela que Bryce avait donné de telles directives. “Je vais prévenir le mestre de prévoir quelques remèdes d’avance pour toi, et il aura pour consigne de dormir devant la porte s’il le faut ou au pied de votre lit, mais s’il se passe quoi que ce soit cette nuit ou les prochains jours, il se tient à votre disposition.” C’est à cet instant qu’il se rendit compte que sa main tremblait légèrement. Il lâcha alors la main de sa soeur, espérant qu’elle ne s’en était pas rendue compte, déglutit difficilement et se redressa pour déposer un baiser sur la chevelure sombre de l’épouse Selmy.

Il s’était ensuite retourné vers leur invitée de fortune pour lui proposer de la raccompagner jusqu’à ses appartements. Le seigneur de Serena se sentait redevable à cette jeune femme de l’Ouest d’avoir été aux côtés de sa sœur et d’avoir aidé le garde à la ramener jusqu’à lui. Il estimait que c’était la moindre des choses que de la raccompagner en toute sécurité jusqu’aux appartements attribués aux Lefford. Il y avait quelque chose à propos de cette femme qui l’intriguait d’une façon qu’il ne pouvait définir. Elle lui semblait si différente de tout ce qu’il avait pu connaître jusqu’à présent et avec le rassemblement qui touchait à sa fin, il ne savait guère quand il aurait l’occasion de la revoir. Il fut donc soulagé d’entendre que la belle brune était prête à attendre l’arrivée d’Ilyn pour pouvoir profiter de son escorte. Un sourire sincère et franc le trahit un instant, alors qu’il se contentait d’hocher la tête pour la remercier de sa patience. “Je le pense aussi, en tout cas, à sa place, je le serais.” dit-il finalement avec un air aimable, cherchant à s’imaginer un instant à quoi ressemblait la relation entre le Seigneur de la Dent d’Or et Alysanne, si elle était similaire à ce qu’il avait avec Beth ou si cela n’avait rien à voir. Il avait essentiellement des exemples de fratries solidaires, comme la famille de son beau-frère et même Andrew était resté du côté d’Abigaëlle malgré la folie de ses actes.

C’est à cet instant que la porte s’ouvrit avec fracas, faisant faire volte-face au Caron. Il n’avait pu s’empêcher de saisir le poignet de la Lefford pour tenter de l’attirer derrière lui en cas de danger. Heureusement, il ne s’agissait que d’Ilyn Selmy, l’air inquiet, qui accourait pour sa femme. Bryce lâcha alors sa prise. “Mes excuses ma Dame, je suis légèrement à cran ces derniers jours…” dit-il tout bas, en espérant ne pas l’avoir inquiété et en reculant d’un pas pour retrouver les distances conventionnelles entre un homme et une femme qui se connaissaient tout juste. Bryce voulu échanger avec Ilyn, tenter de le rassurer, mais son regard passa sur lui sans s’arrêter, cherchant Beth. Il s’écarta donc et laissa les jeunes époux ensemble. “Je crois que ma sœur est sous bonne garde à présent Lady Alysanne. Dans quelle aile du château êtes-vous ? Ai-je besoin de prendre mes fourrures ?” demanda-t-il d’une voix soudainement plus légère. Il était rassuré de savoir Bethany entre de bonnes mains et reconnaissait ne pouvoir rien faire de plus pour elle. Alors son regard et tout son corps c'était doucement mais sûrement tourné vers Alysanne, prêt à lui donner son attention.
(c) DΛNDELION



NO SONG SO SWEET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The kind of nothing that meant everything (Bethysanne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Léo ∆ I will show another me, I'll tell them what the smile on my face meant
» saturday night kind of pink
» We've found a kind of paradise, in a flowers bloom [Haramu] [ABANDONNE]
» Briket Jules Walter yo ap fè chimen.
» NOT YOUR KIND OF PEOPLE~ ft. swann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Orage-
Sauter vers: