RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ça y est ! Le premier lot de la 2e version des enchères a été mis en jeu
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans les Îles de Fer, l'Orage et le Val ! Points à la clé !

Partagez | 
 

 can't take my eyes off of you. | ft. lyarra cerwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Son of Ice & Fire
avatar
Son of Ice & Fire
Valar Dohaeris
Winter is Coming
Ft : Kit Harington
Multi-Compte : Aegor du Rouvre | Nymeria Sand | Gudrún | Patrek Mallister
Messages : 770
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: can't take my eyes off of you. | ft. lyarra cerwyn   Mar 11 Juil - 21:22

Quelle journée. Quelle semaine. Pire, quelle année. Combien de temps avaient-ils passés dans ces lieux, depuis combien de temps étaient-ils accueillis ? Cela faisait presque une année, lui semblait-il. Cela faisait, en réalité, beaucoup moins longtemps, mais cela lui donnait cette impression.

Il croisait souvent le roi, voyait au loin sa chevelure argenté. Il hésitait puis se disait ensuite qu'il valait mieux attendre l'entrevue officielle. Il remettait parfois en doute la paternité de ce dernier, comment pouvait-il être son père ? Ils étaient si différents. Jon avait les yeux gris sombre, les cheveux noirs. Il était un loup, pas un dragon. N'avaient-ils pas tous pu se tromper en le déclarant fils de Rhaegar ? Tous, il songeait à Eddard et Howland Reed, surtout. Puisqu'eux seuls étaient au courant. Ne s'étaient-ils pas fourvoyés ? Ne voyaient-ils pas qu'il n'y avait aucune ressemblance de près comme de loin entre le loup blanc et le dernier dragon ? Mais les faits étaient là, c'était à lui de se faire à l'idée une bonne fois pour toute. Ce secret le rongeait un peu plus chaque jour, s'enfermant toujours et plus dans ce mutisme et en même temps ce besoin d'exploser sa colère. Alors lorsque c'en était trop, il se rendait aux simulacres de bois sacré et il y priait. Il priait que le temps passe plus vite, il priait avoir enfin une occasion de parler avec son père de sang. Lui exposer les faits, puis repartir au Nord. Tout comme il aurait aimé rester en ces lieux, auprès de son vrai père, apprendre de lui et rattraper ces quinze années perdues.

Ce secret le rongeait, il ne pouvait le confier à personne et on lui avait de toute façon dit qu'il ne fallait jamais parler à qui que ce soit, de quoi que ce soit, à Port-Réal. Que tout se savait toujours et qu'il valait mieux garder pour soi tout ce que l'on savait. Alors il l'avait fait. Et il n'exposerait ce fait qu'une fois face à Rhaegar Targaryen : vous êtes mon père. Et puis quoi ? Vous êtes mon père, aimez moi ? Non. Vous êtes mon père, assumez moi ? Non plus. Ou peut-être que si : vous êtes mon père, assumez. Et il sentait qu'il allait passer pour un fou, qu'on l'enfermerait sûrement mais qu'importait, puisque la vérité aurait éclatée, enfin.

Il faisait une de ces promenades habituels dans les lieux qu'il connaissait désormais plutôt bien. Il longeait les murs, qui ne l'impressionnaient désormais plus. Il revenait des bois sacrés ou ce qui était sensé en être un, il aurait eu les mains dans les poches, s'il en avait seulement eu. Alors ses bras balançaient nerveusement tandis qu'il marchait. Il saluait les même nobles qui passaient aux même heures, nobles qui souriaient chaque fois de le croiser. Même heure, même routine qui s'était installée. Bonne journée, Snow, oui, bonne journée à vous lady-je-ne-sais-pas-quoi. Il répondait juste d'un mouvement de tête, comme toujours, souhaitant une agréable journée à ces gens. Il soupirait ensuite, pour lui-même. Au moins, on le saluait, c'était toujours ça, se disait-il. Ils l'appelaient certes Snow mais on lui parlait tout de même, on ne se contentait pas de baisser la tête pour l'ignorer. Mais Jon avait du mal à voir les côtés positifs que la vie avait, depuis un temps.

La goutte d'eau faisant déborder le vase, ce fût très probablement lorsqu'en s'avançant, il reconnut une chevelure. Car il l'aurait reconnu parmi toutes. Mais ce n'était pas cette chevelure, qui fit déborder le vase de ce jour. Mais plutôt la personne qu'il jugeait trop proche d'elle.

Ah, Lyarra Cerwyn. Sa meilleure amie, cela il en était certain. Il avait mis des lunes à pardonner sa fuite, mais elle n'avait jamais baissé les bras, même s'il n'avait pas été tendre avec elle. Et il avait fini par lui pardonner, comprenant qu'elle n'y avait été pour rien dans sa fuite. Des fois la vie ne laisse aucun choix. Des fois ? Non, la vie ne laissait jamais le choix. Mais le reste était incertain à ses yeux, il ne savait jamais comment juger les situations et il finissait par baisser les bras plutôt que saisir les possibles chances qui s'offraient à lui.

Jon s'approchait, d'un pas un peu trop lourd et furieux en voyant les deux si proches. Que faisaient-ils, exactement ? Il avait, comme à son habitude, ses sourcils froncés et son air de chien battu l'avait quitté pour son air de chien menaçant. Il plissait le nez. Il jaugeait l'homme, à quelque mètres. Que faisait-il là, pourquoi si proche ? N'avait-il pas mieux à faire que venir importuner Lyarra ? N'avait-il pas mieux à voir, mieux à faire que l'approcher ? Pourquoi ne le repoussait-elle pas ? Il ne savait pas, juste que ça l'énervait assez pour intervenir.

Un regard vers l'homme, qu'il jaugeait une fois de plus mais de face, puis vers Lyarra. A croire qu'il était déçu, sans même savoir ce qu'il attendait en particuliers ni pourquoi il se mettait dans cet état colérique.

Je vois que vous êtes en charmante compagnie.

Un ton froid, dur. Lui qui, en temps normal, avait une voix calme, était calme, même, quand la jeune femme était là. Etait-ce un instinct protecteur ? Il ne savait pas, ne réfléchissait même pas à ce qu'il était entrain de faire, il finissait même par ne plus chercher à se l'expliquer : il était là, énervé, face à cet homme trop proche de son amie à son goût. Se moquant bien qu'il n'ait pas son avis sur le sujet. Dans le pire des cas, il dirait qu'il avait pour mission de veiller sur elle dans ces lieux, cette fosse aux serpents, qu'il devait faire attention à ce qu'aucun de ces serpent ne la morde.

Mais cette fois-ci, il jaugeait même Lyarra, déçu de ce qu'il se passait.

Profitez-bien, Lady Cerwyn.

C'est à peine s'il l'avait regardé dans les yeux, il valait mieux partir maintenant, il se connaissait bien. Partir maintenant avant de faire des esclandres et jeter le mauvais oeil sur le Nord. Mais toujours énervé, il ne réfléchissait pas au pourquoi du comment, il partait juste, désireux de claquer une porte ou éclater un vase au sol. Excessif ? A peine. Avait-il cru que Lyarra ne serait jamais courtisée ? Il l'avait espéré, pour le peu qu'il avait songé qu'on la courtise. Ca n'aurait pas du l'étonner, elle était belle et atypique. Elle était différente, la différence attirait. Mais il ne voulait juste pas que cela arrive. Non, non et non. Jon semblait soudainement possessif, Lyarra n'était pourtant pas sienne et ne le serait sûrement jamais. Et il savait qu'il n'avait pas son mot à dire. Alors autant partir maintenant avant de commettre une bourde plus grosse que lui.



Armor of Ice, Fire in his Soul



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
can't take my eyes off of you. | ft. lyarra cerwyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de la Couronne :: Le Donjon Rouge-
Sauter vers: