RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyMer 14 Juin - 15:42

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 1



Boadicée Sand & Daemon Sand

Un soleil d'or dominait l'horizon, illuminant les paysages couverts des ombres bleues des collines d'une lumière pâle  tandis que les vents secs du midi drapaient les hommes et les chevaux de leur souffle violent. Les bourrasques hurlaient à leurs oreilles. Loin de s'appaiser avec les heures qui s'écoulaient, les vents s'echappant des montagnes et s'engouffrant dans la vallée redoublaient de violence, les forçant à plisser leurs yeux marqués par la fatigue; et parfois rougis par la poussière qui voletait jusqu'à leurs visages. Ils ne pouvaient rien entendre si ce n'était la respiration des terres des Lefford et le claquement dans leurs dos des lourdes capes qui couvraient leurs épaules.  Sous les sabots de leurs montures, régulièrement le sol se transformait. L'herbe douce cédait le pas au rocailleux, le rocailleux à la terre poussiéreuse, inlassablement. Secouant leurs crinières et frappant le sol, les destriers piaffaient à tour de rôle comme ils avaient pris  l'habitude de le faire lorsque le détachement de manteaux rouges patrouillait. Les hommes, eux, étaient silencieux.
D'un côté s'étendaient les vastes plaines et les collines, tandis que de l'autre côté, faisant face à l'immensité des paysages de l'Ouest, une impressionnante chaine de montagnes s'élevait. Bien que d'égale altitude, les sommets qui marquaient la frontière orientale du royaume des Lions ne ressemblaient en rien aux montagnes rouges que connaissait le Sand. De la forme imposante de leurs cimes jusqu'à la teinte ambré de la pierre qui perçait la végétation qui y foisonnait, il n'y avait pas la moindre trace des reliefs escarpés aux couleurs d'amarante de ses souvenirs. Ces montagnes ont l'air avachies. Avachies sur leur or pensa-t-il. D'or, la région ne manquait pas. Les légendes disaient que des rivières du précieux métal coulaient au fond des ravins, et que si l'on cherchait suffisament longtemps, l'on pouvait trouver parmi le labyrinthe de grottes des cavernes au murs recouverts de pépites. Des légendes suffisament encouragés par la réalité pour attirer les habitants comme les voleurs vers les mines. Jamais le Sand n'avait vu de fief garder ses ressources avec une telle application. Conscencieux, les seigneurs locaux organisaient des tours de surveillance réguliers-voire systématiques- et l'arrivée récent du Suzerain dans la forteresse de la colline leur avait donné des paires d'yeux supplémentaire pour guetter les bandits dans les alentours.

Les gardes de Tywin Lannister longeaient paisiblement une avancée rocheuse qui surplombait la plaine d'où surgissait la célèbre forteresse de la Dent d'Or. Devant eux il n'y avait rien que cette longue, interminable frontière entre la terre et le ciel et, au loin, la silhouette colossale de la cordillère. Terrible. Impitoyable. Portant sa main gantée à hauteur de son visage, le Sand se mit à se frotter les joues et le front pour débarasser sa peau de la poussière. Cette dernière  perlait jusqu'au bord de ses cils à la manière d'une rosée génante qui irritait le coin de son regard. Son geste était lent, engourdi par le sommeil qui lui manquait, ralenti par l'autonomie de la routine. Il grogna pourtant comme s'il venait de se réveiller de la nuit qu'il avait quitté des heures auparavant pour mener à bien son devoir. Le cuir qui couvrait ses doigts était rugueux, il sentait le cheval, et la fumée. Ses yeux se relevèrent de l'encolure sombre de son destrier pour se poser sur la frondaison frémissante des arbres sur sa gauche. Cinq ans. Cela faisait cinq longues années qu'il n'avait pas vu le soleil se lever dans le désert, et scintiller d'un éclat brûlant sur les eaux vertes du fleuve où les barques des orphelins grinçaient et se cognaient. Tout cela était si loin derrière lui désormais. Reportant son regard devant lui, il n'échangea guère avec son voisin, ni avec les autres derrière eux.
Le silence était lourd. Si le Sand n'avait jamais réellement réussi à parfaire son intégration aux soldats ouestriens malgré les lunes qu'il avait passé à servir à leurs côtés, le mutisme entre eux était maintenant total, semblable à celui qui succédait aux violentes disputes. L'on n'osait plus vraiment désormais déranger le Capitaine du régiment de la garde des Manteaux Rouges depuis que de trop nombreux soupçons apposaient depuis peu sur son front un titre supplémentaire: celui de Prince. Daemon avait beau avoir un coeur solitaire, il sentait le vide autour de lui. Les piques de ses collègues sur ses origines lui manquaient. Cela, et leur rire enjoué lorsqu'ils partageaient des plaisanteries qu'il écoutait malgré lui.

Depuis le début de leur parcours, sa jument était d'un calme parfait, propre à son âge qui ne tarderait plus à pouvoir etre qualifié "d'avancé". Mais ses jambes grises et fines, terminées par des sabots de biche, demeuraient d'une grande agilité que les années avaient fini par doter d'un pas sûr et expérimenté. Aussi, lorsqu'en contrebas de la colline escarpée sur laquelle ils s'avançaient une silhouette apparue, son commandement ne tarda pas.

"Restez ici. J'y vais seul."Il s'apprétait après un bref arret à reprendre son chemin vers l'intrus lorsque la voix, puis la silhouette d'un autre garde monté se glissa à son côté. La manière dont il tentait d'entraver sa route enflamma le dornien d'une colère noire.

"Ser, je vous accompagne. le Lord nous a ordonné de rester groupés et qui sait..."

"Mais ça aussi c'est un ordre!"Le coupa-t-il d'une voix claire et forte. Implacable, le bâtard confronta pendant un instant les yeux gris du ouestrien avant que celui-ci ne consentit à s'écarter, jugeant sans doute imprudent de s'opposer ainsi au gradé.

"Attendez-moi ici."lacha-t-il sechement avant de faire plonger sa monture vers le flanc de la colline. Il ne mit que quelques secondes à débouler de ce pan rocheux dont le relief aurait posé bien des soucis aux montures puissantes mais lourdes et gauches des cavaliers qui l'accompagnaient. Dans un ronflement essouflée, la jument gris pommelée releva sa fine tête en rejoignant enfin la route. Dansant sur ses sabots la jument vieillissante souffla dans l'air sec une série de petits hennissements stridents qui ourlèrent les lèvres du Sand d'un sourire fin. "Toi aussi tu l'as reconnue, Virago."mumura-t-il à son pur-sang. Ses yeux brillants ne quittaient pas l'étroit chemin coupé d'ombre et de lumière où  l'attendait un étrange cavalier. La jument vers laquelle il s'avançait ne lui était pas inconnue. Sa cavalière non plus. Bien qu'il ait encore du mal à réaliser qu'il la croisait dans un endroit si reculé, si loin de sa regrettée Dorne, c'était d'un pas serein qu'il guida son coursier fébrile vers sa vieille amie.





© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyJeu 15 Juin - 7:06

J'avais aimé les terres de la couronne, adorais le Bief, l'orage était correcte mais par les sept et les anciens l'ouest ! C'était d'un dépriment ! Jamais vu ça ! Et pourtant mon compagnon de voyage humanoïde savait trouver de la beauté même ici. J'étais heureuse d'être tombé dessus. Maintenant ... Il ne restait plus qu'à trouver mon frère. Et fort heureusement cet idiot de service, dont j'avais entendu les exploits dans pas mal d'endroits, m'avait indiqué où je pouvais le voir avec de la chance. Beaucoup de chance. Lancer Loki sur sa trace depuis Dorne  aurait eut plus de succès.

Comme tout les matins depuis trois jours. J'enfilais des soies dornienne malgré que j'avais un peu froid mais rien de grave. Et j'enroulais une partie de mes cheveux dans un grand voile qui semblait avoir été coupé en deux avec deux parties desasortie. Une moitié provenait du voile que enfant Daemon avait déchiré pour moi. Et l'autre partie servait juste à donner la donne longueur. Je partais le matin pleine d'espoir pour revenir le soir amère et déçue. Mon compagnon savait comment me calmer. C'était un excellent point pour lui.

J'étais donc partie ce matin comme les autres avec Loki et Galitaca. Ma jument était calme même si elle n'ont plus n'aimait pas la région. Je le sentais entre mes jambes. Malgré son pieds sûr et son agilité de chèvre elle n'aimait pas cette région. Pour Loki ? Elle s'en fichait royalement. Je restais bien droite sur ma selle en observant autour de moi. Je ne savais pas réellement ce que je ressentais. Il y avait de la hâte , de l'envie , une joie certaines , mais aussi de la colère. Je secouai la tête. Ce n'était pas l'heure de penser à ça ! Je pris un chemin tortureux entre des collines dont les pierres nues me faisaient penser à des os rougis par le sang. Pas à dire cette région me rendait poète.

Loki dressa le museau et huma l'air. Béni soit le flair des loups et des chiens. Avec ce vent presque digne de Dorne comment faisait-elle pour sentir ?Mais elle sentait et un large sourire étira mes lèvres quand elle devient toute joyeuse. Je sifflai et lui ordonnai de me guider. Ce qu'elle fit aussitôt. Je le vis. Je la reconnu. Lui aussi. Je resistai à l'envie de foncer vers lui au galop pour arrêter ma jument dans une sorte d'alcolve naturelle. Galitaca dressa les oreilles et je laissai filer entre mes doigts les rênes quand elle se dressa sur ses membres arrières pour répondre aux hennissements qu'elle entendait. Virago la jument de Daemon. J'essuyais mon visage d'un revers de main. Mon cœur cognait plus que violemment entre les paroies de sa prison d'os. Ma respiration s'accéléra d'elle même.

Je le dévorais des yeux. À part son armure il n'avait pas changé. Toujours aussi fermé quand on le regardait. Je le connaissais assez pour déceler le sourire et la joie dans son visage couvert de poussière. Loki restait assise me laissant l'occasion d'ouvrir les amitiés. Je ne dissimulais même pas ma joie, mes larmes si Daemon ne m'avait jamais vu pleurer et ce n'était pas aujourd'hui qu'il le verrait. Je lui ouvris les bras

" On ne vient même plus serrer dans ses bras sa presque plus vieille amie ? "

Je me retenais de lui sauter au cou. Ce n'était pas parce que j'étais lourde j'étais un véritable poids plume. Mais parce que je voulais lui laisser l'initiative et de deux je risquais de m'assommer sur son armure

Spoiler:
 


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyVen 16 Juin - 11:20

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

A demi cachée par l'ombre de l'alcôve, la cavalière s'était arrêtée pour l'attendre. Dans le secret de cette avancée rocheuse qui les surplombait en partie, le vent qui sifflait jusque là à ses oreilles se calma enfin; il ne courrait plus désormais que comme une brise tombante et légère jusqu'aux jambes de leurs chevaux. Bien que le climat tendu du fief pesait toujours au dessus-d'eux, Daemon ne pouvait contraindre la hâte  qu'il ressentait à l'idée de revoir la jeune fille. Quel pays étrange tout de même. ne put-il s'empécher de penser sans quitter la dornienne des yeux. C'est la région la plus riche du continent et pourtant on la dirait abandonnée. Il n'y a personne, rien ne bouge, et ils sont tous terrés dans leurs précieuses mines à creuser encore et encore tout le jour durant. D'aucun l'aurait sans doute juger imprudent de s'isoler ainsi du détachement de soldats qui l'accompagnait mais, si le bâtard qui les commandait ne connaissait guère la région dans laquelle ils patrouillaient, il avait l'avantage non négligeable de savoir à qui il avait affaire.

Et que pourraient-ils y faire de toutes manières? Il était leur capitaine, Sand ou non, et le dernier mot de cette histoire dérisoire lui reviendrait, d'une manière ou d'une autre. Daemon savait pertinement qu'il n'avait pas à craindre les chevaliers ouestriens mais bien l'homme dont ils portaient le blason s''il devait jamais redouter  un châtiment . Comme encouragé par les retrouvailles iminentes, cette évocation réveilla en lui les vieux souvenirs enfouis qui le liaient à la jeune fille, dans cette enfance qui lui semblait si lointaine. Plus d'une fois, il avait supporté la punition ou la réprimande en soldat, sans un cri ou un commentaire; mais jamais ces mauvais moments ne lui avaient paru plus plaisants que lorsque l'occasion lui fut donnée de les partager avec ces deux amis d'enfance. Parmi tous les hommes et toutes les femmes que  Dorne abritait depuis son départ, Ulwyck et Boadicée comptaient parmi ces quelques finalement rares élus qui étaient venu de temps à autres ces dernières années revisiter ses souvenirs lorsque l'éloignement se faisait trop pesant. Le brun n'avait jamais réellement regretté de ne pas les avoir prévenu de sa décision cinq ans auparavant. Peut-être pensait-il qu'ils le connaissaient suffisament pour ne pas lui en vouloir, ou alors était-il tout simplement parfaitement indépendant malgré son affection pour eux.  En demandant à être relevé de son service auprès du Prince, Daemon n'avait pas fui son destin, il avait voulu, au contraire, accomplir jusqu'au bout celui que son père lui avait tracé. Pourtant, maintenant qu'il la regardait en face, il s'en rendait compte de cette étrange impression qu' il avait du laisser derrière lui en disparaissant du jour au lendemain.

Arrivé à sa hauteur, il demeura quelques instants à cheval. Quelques instants qui suffirent à la jeune rousse pour l'accueillir à sa manière. Ce qu'il manquait en cordialité et en chaleur, la jeune bâtarde le compensait naturellement avec le triple en spontanéité et en fraicheur. En sa présence, le chevalier renouait avec une insouciance que l'ombre de ses soucis récents lui avait fait oublier et ce, avec une rapidité qui le surprenait. S'étaient-il vraiment écoulé cinq ans depuis qu'il ne l'avait vue pour la dernière fois?

"Lorsque l'on consume ses journées à passer en revue de troupes on perd vite l'habitude des embrassades, ça je te le promets."Sourit-il tout en mettant pied à terre à son tour. Ce faisant, ses sourcils s'étaient légèrement haussés et ses paupières s'étaient refermées sur ses yeux. Il lissa entre ses doigts le cuir des rênes qu'il reposa doucement sur le garrot du destrier sans se presser. Que lui chantait-elle là? Il n'avait pas souvenir de l'avoir jamais pris dans ses bras, et l'enfant revêche qui someillait encore dans son coeur ne parvenait pas à imaginger pourquoi il commençerait aujourd'hui, bien que l'idée, aussi incongrue paraissait-elle alors, ne lui déplaisait pas totalement. Il préféra cependant demeurer prudemment auprès de son pur-sang, retenu par la pudeur.

Se tournant vers elle, le Sand gardait une main posée sur l'encolure de cygne de sa jument dont les grands yeux n'avaient de cesse de saluer silencieusement l'autre animal. Maintenant qu'il était à pied lui aussi, les changements qu'il n'avait fait que deviner de loin lui sautaient douloureusement à la gorge. Elle ne paraissait pas le voir différement, mais lui ne pouvait pour sa part que constater que le temps avait fait son travail. La frèle jeune fille échevelée qu'il avait quitté était devenu une jeune femme. Mais, comme il le remarqua rapidement de son oeil espiègle, là n'étaient pas les seules transformations.
De la mise qu'avait revêtu la semi-dornienne, le bâtard avisa tout d'abord la nature du tissu qui la revêtait. C'était une soie qui n'avait certes pas la finesse ou la transparence des célèbres toilettes des filles Martell mais qui n'en demeurait pas moins singulièrement différente du lin solide qu'il l'avait vue porter autrefois. Une grimace narquoise tordit ses lèvres.
"Je vois que tu es bien apprétée. Dis moi, serais-tu devenue coquette?" Ce ne fut qu'après avoir dit ces mots qu'il reconnu le turban, ou du moins une partie de celui-ci, qui ceignait le front de son amie. Il le vit, mais décida de n'en rien dire, son caractère peu démonstratif préférant garder pour lui la joie qu'il en tira.

PS::
 

©️ DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyVen 16 Juin - 14:22

Je ne savais pas ce que j'avais espéré en ouvrant les bras à Daemon mais je lui avais ouvert pour rien. Galitaca s'approcha de Verigo et resta immobile face à elle. Je savais que mon presque frère n'était pas du genre démonstratif, mais j'avais eus une once d'espoir. Ouais bon, j'avais rêvé quoi. D'ailleurs, il ne semblait pas réellement croire à ce qu'il voyait. De mon côté je l’observais sans trop savoir sur quel pied, émotionnellement parlant , danser. Il avait grandit, c'était étoffé, mais je n'arrivais pas à voir au-delà du petit garçon que j'avais connue. Loki marcha d'un pas souple vers lui  réclamer sa caresse. Elle aimait beaucoup Daemon. En fait, elle aimait ceux que j'aimais, c'était aussi simple que ça. Mais j'avais réussis à le faire sourire et même lui faire dire presque une blague ! Ceci était un exploit !

Je regardais sa jument. Elle vieillissait doucement mais sûrement. Je m'approchais d'elle et lui tendis la main pour qu'elle la sente. Je laissais Daemon faire son examen visuel de ma personne. Je souris. Je n'avais pas l'impression d'avoir beaucoup changé. Lui avait grandit et c'était musclé. Comme d'habitude, je faisais encore plus petite et plus menue. Déjà que de base je n'étais pas réellement impressionnante … Mais face à ce grand chevalier en armure … Je pouvais passer pour une enfant presque facilement. Cela avait toujours été comme ça, et j'en riais. Moins on se méfiait de moi, mieux cela valait.

Je pinçais gentiment la joue de mon ami en riant. Oui avant je portais du lin ! Mais depuis cinq ans je pouvais porter de la soie plus légère sans risquer de brûler sous le soleil des dunes. En réalité j'avais arrêté de porter toujours du lin en rentrant du Nord … il y a cinq ans. Je sentis une pointe de colère acide me remontait dans la gorge. Elle du se voir très brièvement pour celui me connaissant assez mais je le chassais d'un éclat de rire dont la fin sonna faux à mes oreilles. Je répondis enfin.

« Mais oui ! Moi coquette ? Et pourquoi pas un Ulwyck rangé qui n'a plus d'yeux que pour sa femme ? Nan ! Me fais pas rire si tu veux ! Question pratique, j'en porte depuis cinq ans après le voyage dans le Nord. J'ai moins chaud que avec le lin. Mais je pourrais presque dire la même chose pour toi ! »

Cette fois ce n'est plus la colère qui monte, non c'est une tristesse violente, comme une tempête en mer ou dans le désert. Je respirais à fond. Ne pas pleurais pas maintenant, pas devant lui. Parler de mon voyage dans le nord me rappelle la violente claque de solitude  que j'avais ramassé en revenant. Plus mon presque frère, plus personne avec qui parler. Puis la vérité et la solitude écrasante. Cette peur de ne plus jamais le revoir, l'absence d'ami ou ce genre de chose. Une belle cage plongé dans le fond de l'océan. Cette peur de ne rien pouvoir faire pour lui. Cette déception amère en voyant les corbeaux venir sans nouvelle. Des journées au septuaire ou dans le jardin à chasser es autres. Une haine et une colère paralysante. Puis … cinq ans après … ma main tremblante écrivant dix brouillons avant de lui envoyer la dernière.  Je finis par reprendre la discussion.

« Regarde toi ! Tu es tout beau ! Pas mal l'armure, ils font la même pour hommes ? Non je suis méchante, elle te vas très bien et t'as fier allure dedans … y a juste le heaume … Là par contre je trouve ça ridicule ! »

Je lui souris de nouveau en caressant distraitement ça jument.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valar Dohaeris
Valar Morghulis
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand 14iivl0
Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 2385
Date d'inscription : 26/01/2015

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyVen 16 Juin - 14:22

Le membre 'Boadicée Sand' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyMar 20 Juin - 21:43

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

Dans le reflet déparaillé des prunelles de la jeune fille, le Sand était saisi d'une étrange mélancolie qui paraissait presque ne pas lui appartenir totalement. Ses souvenirs d'antan le revisitaient. Il se rappellait les après midi de grande chaleur où ils rejoignaient tous ensemble les rives du fleuve dans le seul but d'y tromper leur ennui et de paresser sur les eaux. Allongé dans le petit bateau, les yeux au ciel, il se laissait porter sur les abords puis sur les flots plus turbulents nés de l'union du Voi et du Fléau. Lorsque l'embarcation rebroussait chemin, Daemon baissait ses paupières afin d'entendre les moindres bruits émanant des constructions vouées à la sieste, le clapotis des eaux putrides qui léchaient les fondations de bois pourrissant, les cris des mouettes. Ni les moustiques, ni l'odeur ne le gênait. C'était un plaisir simple et immense de rester silencieux et d'observer à moitié, l'oeil endormi et la conscience paresseuse, les échanges parfois vifs de ses deux amis. Dans cette clémence, leur amitié avait prospéré. Ces instants lui semblaient lointains sous ce soleil trop pâle.
Daemon leva brièvement son regard vers l'astre. Il sera bientôt midi, comprit-il, las. Ah que les journées lui paraissaient donc longues sans lui. Mais il fut bien vite sorti de ses pensées par le tiraillement qui piqua soudain sa joue tandis que Boadicée se plaisait à la lui pincer. Il grimaça sans se dérober. Le brun posa à nouveau ses yeux bleus sur la dornienne, effleurant du bout des doigts la truffe amicale que lui tendait le chien de cette dernière. La bête n'était rien pour lui, et son attention était toute à sa jeune maîtresse. La voir rire ainsi le faisait sourire, bien que ce même sourire s'afficha difficilement sur son visage aux traits rendus sévères par l'uniforme.  

"J'en ai porté des plus belles."Avoua-t-il à son amie alors que  le souvenir du cuir noir et de la cotte de maille cuivrée qu'il revêtait autrefois laissait apparaitre  l'ombre d'un sourire sur ses lèvres. Omnubilé par ce monde si différent qui acceuillait leurs retrouvailles, par son devoir pesant sur ses épaules autant que par la joie de la revoir qui soulevait sa poitrine d'une douce chaleur, le Sand demeura aveugle malgré la clarté de l'instant. Du trouble obscur qui frissonna dans ses yeux, il n'avait rien vu.  "Elle n'est pas aux couleurs de mon coeur mais je la porte avec fierté. " Poursuivit-il en levant la main vers les mandibules ouverts de l'étrange visière qui ceignait son heaume et qui mimait un mufle léonin.

"Pour avoir fait tout ce chemin, j'imagine que tu dois avoir beaucoup de choses à me dire. Pourtant je ne peux guère les écouter maintenant. Mes hommes m'attendent et je crains de devoir te demander de patienter car je ne serai relevé de ma garde qu'à la tombée de la nuit. " Son regard rieur se releva vers le haut de la colline, mais l'avancée rocheuse lui cachait les silhouettes carmins des soldats qu'il devinait pourtant, avec leurs armures brillant au soleil."Je me dois d'aller les retrouver avant qu'ils ne décident entre eux de rapporter mon écart à Lord Tywin. " Il accrocha à nouveau ses yeux aux vairons de la jeune fille. Il aimait Boadicée, si spontanée et encore si naive, elle agissait toujours sans calcul selon ses impulsions comme autrefois. De plus elle était d'une nature fière, droite et honnête qui, malgré tout ce que cela inspirait d'honnorable, n'instiguait rien que de l'inquiétude dans l'esprit du Sand. Il savait ce qu'il en coutait d'exprimer la moindre once d'orgueil dornien en ces terres. Après un bref silence, il proposa simplement: "Pourrais tu me retrouver ce soir? Connais-tu cette auberge qui croise la route des montagnes? Là nous pourrons discuter tranquillement, autour d'un repas."

Il aurait voulu ajouter "comme autrefois", mais ces mots brulèrent ses lèvres sans faire trembler cet aveu dans l'air sec. Autrefois, à la Grâcedieu, à une époque où il soupçonnait la Sand de vouloir le ramener en allant le chercher si loin.
Le Bâtard ne voulait pas y retourner. Ses mains se raidissaient à cette seule pensée, tandis qu'une nausée lui montait du ventre. Il préférait les tours de garde, les revues des troupes, la douce routine millitaire et la solitude de ses nuits dans la caserne de Castral Roc ou dans quelque lieu dans lequel le Lion du Roc se rendait. Daemon n'avait pas oublié que lorsqu'il était parti, un autre être était venu des Montagnes Rouges pour habiter la Grâcedieu. Un jour pourtant, il le savait, il lui faudrait affronter sa réticence à rencontrer cette femme ainsi que l'engeance qui en cinq ans devait avoir vu le jour entre les murs blancs de la forteresse. Bien qu'il fut poursuivi par l'irrépressible sentiment de marcher dans des rues pleines d'étrangers depuis qu'il avait quitté l'écrin de son enfance, il préférait empêcher ce jour d'arriver autant qu'il le pourrait.  





© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyMar 20 Juin - 23:05

Je fixais le visage adulte de l'enfant que j'avais connue autrefois. Enfant avec qui quelque part j'avais forcé l'amitié e m'asseyant à côté de lui avec ce livre épais et trop lourd pour mes bras de petite fille. Malgré ce qu'on m'avait dit de lui, la première fois que je l'avais vu à part un visage sévère, je l'avais trouvé sympathique. J'avais donc cherché refuge près de lui dans les jardins, et je lui avais demandé de l'aide pour lire des mots à peine quelques temps après mon arrivé. Je ne savais pas très bien lire, et c'était en partie grâce à lui que j'avais appris. J'avais tant partagé avec lui. Que ce soit en entraînement ou en secret. Il avait été le tout premier à qui j'avais expliqué ma phobie d'être maintenue contre mon gré. Il avait sûrement trouvé ça stupide mais il me semblait qu'il n'en avait rien dit. À Daemon, je devais mes premières sorties dans le désert avec lui à cheval, je lui devais énormément. Mais lui en parler ne servirait à rien. Je crois même qu'il m'avait une fois sauvé d'une danse avec je ne sais plus qui et qu'il m'avait permit de filer plus ou moins discrètement dans les jardins. Il l'avait toujours su, en premier voir si je n'étais pas au jardin …

Je souris en l'entendant parler de l'armure. Je n'aimais ces armures en plaques, les armures de côtes de mailles et de cuir de Dorne leur étaient bien supérieures. Mais je n'avais aucune parole sur ce chapitre. Mais non … son casque c'était juste non, il pouvait protéger mais cela ne lui allait décidément pas !

Je hochais la tête sans rien dire. J'avais cinq années à lui raconter, cinq années de son absence à combler. Je suivis son regard vers la colline. Ses hommes l'attendaient donc là bas. Il travaillait donc jusqu'au soir ? Le pauvre ! Le connaissant il devait même travailler la nuit plus de souvent que de raison. Daemon était un bourreau de travail. J'étais une fainéante face à lui. Je lui rendis un regard paisible en croisant ses iris azuré. Elles aussi m'avaient manqué. Je lu dans leur éclats une once d’inquiétude. Les yeux étaient le miroir de l'âme, chez mon presque frère c'était plus que vrai. Bien que face à moi il laissait filtrer sa joie. Ah ? Un repas en tête à tête ? Je plissais légèrement les yeux. Voilà depuis La Gracedieu que nous n'avions pas mangé seuls. Un nouveau sourire radieux étira mes lèvres.

« Avec plaisir Daemon ! Mais il vaut mieux la Taverne à côté du château. Il me semble qu'elle se nome « À panse rebondit » Je viendrais une heure après que la nuit soit tombée, que tu puisse ôter tout ça et faire un brin de toilette. »

Je dénouais un instant mon foulard avant d'attacher de nouveau mes cheveux roux pour la chevauché qui m'attendait. Je n'avais pas donné le nom de mon auberge voulant profiter seule de Daemon pour la première soirée. Je m'approchais de ma jument qui fit quelques pas sur le côté jusqu'à ce que je l'attrape. Je soupirais en marmonnant un juron. J'avais réglé mes étriers pas question de les dérégler une nouvelle fois. Je me résolus, comme à chaque fois à sauter et à me hisser par la force de mes bras en selle. J'installais mes pieds dans les étriers et ma jument s'ébroua. Rassemblant les rennes d'une main je fis avancer ma jument vers Daemon. Profitant de ma position haute je cognais gentiment sur le casque de lion et mon visage deviens un instant sérieux.

« Au fait, je ne crois pas à ces rumeurs que j'ai pus entendre. »

Je sifflais Loki et sans laisser le temps à Daemon de réagir je lançais ma jument au trot et la laissai prendre le petit galop. Je me couchais sur son encolure et un sanglot creva entre mes lèvres et les larmes se mirent à ruisseler sur mes joues. Loki flèche grise nous suivait, et le son du vent et de la course de Galitaca couvrit le bruit de mes pleurs qui continuèrent un bon moment. Ma jument s’essouffla et je me redressais. Je touchais du bout des doigts le pendentif de Robb. J'avais les idées claires, pleurer m'avait fait du bien.

Je rentrais en ville et mis pieds à terre souplement. Je fendis la foule pour arriver à l'auberge que je partageais avec mon compagnon de voyage. J'installai chienne et jument dans l'écurie leur prodiguant quelques soins avant d'aller manger un fruit. Je commandais un baquet d'eau chaude et me récurais, brossant même ma tignasse fauve. Je sortis mes plus belles soies mais également au cape longue pour la soirée. Je dû vider mes affaires pour trouver ce que je cherchais. Un livre enveloppais dans l'une de mes broderies, Anciens dieux ! Que c'était mauvais ! C'était techniquement une fleur, mais … dsons que je ne brodais pas assez souvent pour que cela soit même passable. Mais ce n'étais pas ça le plus important. Le plus important était le livre dedans. Un lire épais que j'avais passé cinq ans à écrire et que j'avais fait relié avant de partir. Cinq années à retranscrire des souvenirs communs avec Daemon, mais aussi des anecdotes durant cinq ans d'absences, des brouillons de lettres mêmes des petits histoires que j'avais inventées … ce genre de chose, relié entre une couverture aux couleurs de Daemon. Et sur la toute première page j'avais tracé avec soin « Pour toi Daemon qui es comme le grand frère que je n'ai jamais eu que tes Sept et mes Anciens veillent sur toi ». Je caressais le tissu recouvrant le cuir et sortis un sachet d'épices typiquement dornienes. Voilà !

Je passais des soies bleue nuit mais nouais mon foulard autour de ma taille comme une ceinture pour maintenir ma tunique à deux pans ensemble. Je roulais le bas de mes pantalon dans mes bottes en cuirs que j'avais ciré et une petite servante vient nouer mes cheveux en un chignon tressé. C'était la mode ! Je nouais les lacets de ma cape et glissais quatre dagues sur moi. Simplement par habitude. Ne pas être armé pour moi relevait d'être nue en publique. Pas que j'étais pudique, mais y avait des limites. Je descendis saluer mon compagnon de voyage et lui promis d'être là  demain matin.

En sortant j'étais heureuse d'avoir une cape un peu épaisse. Malgré la chaleur du jour, la fraîcheur de la nuit était là. J'avançais d'un pas vif vers le château de la Dent d'Or. Je faillis passer devant l'auberge avant de retrouver mon chemin et de rentrer dans l'auberge. Il y faisait bon, chaud t cela sentait la graisse cuite. Miam ! Je pris une table au fond de la taverne et m'y installé en jetant ma cape sur le siège pour le réserver à Daemon. Je serrais contre moi les cadeaux que je lui réservais. Daemon … s'il te plaît dépêche toi Je n'aimais pas rester seule à une table dans une auberge remplit .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyDim 2 Juil - 13:05

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

Le regard du Sand suivit l'écart fuyant et tranquille du cheval de son amie lorsque cette dernière voulut se saisir de la bride de l'animal. Un léger sourire ourla ses lèvres relevant comme une torche tapie au fond de ses prunelles, la lueur amusée qui y brillait, et que certains auraient jugé quelque peu condescendante. Ne lève pas tes mains si haut, tu l'effraies, se permit-il de la corriger dans ses pensées. Même dans son esprit, sa voix lui semblait plus agée, semblable à celle d'un parent sermonant un cadet. S'il s'était retenu de lui saisir le poignet , ce n'était que pour le seul respect de leurs retrouvailles qu'il savait précieux, et rares. Il leva les yeux vers elle alors qu'elle se mettait en selle. Il la regardait sans la voir véritablement. Plus que jamais en contemplant la jeune femme qu'elle était devenue sans qu'il ne l'ait vue grandir, le Bâtard prit conscience des années qu'il avait laissé fuir au profit de sa carrière; loin des eaux vert-sombres et des hauts murs blancs qui avaient été pendant son enfance le seul horizon qu'ils eussent jamais désiré. Comment se rappeler ce temps perdu avec exactitude, à présent? Les souvenirs étaient désormais soumis aux aléas de la mémoire, leur piédestal, fauché par l'oeuvre du temps. Mais les sentiments demeuraient.
De cette horaire qu'elle lui annonçait, Daemon savait d'ors et déjà qu'il n'était pas en pouvoir d'y répondre et que ses devoirs le retiendraient sans doute trop longtemps au goût de la jeune fille. Sa bouche se tue pourtant, même lorsque le métal de son heaume résonna sous la tappe que lui infligea la semi-nordienne. Le coup était léger. Il ne s'en offusqua pas. A tout prendre, qu'était-ce? Le bec d'un oiseau n'aurait pas eu tant de douceur. Le brun se refusa de répondre aux quelques mots qu'elle laissa couler sur lui avant d'enfoncer ses talons bottés dans les flancs de son destrier.
Ce fut enfermé dans ce même silence dont il avait fait son apanage qu'il regarda son cheval s'éloigner et l'emporter loin de lui dans un roulement de sabots. Lorsqu'il enfourcha sa monture son visage était fermé, son regard, sombre.


_____________________________

Sous les arches et les voutes qui ouvraient sur la court principale du château, les capes d'amarante léchaient le sol comme de grandes langues carmines et velouteuses. L'air avait l'odeur des soirs d'été. Un parfum de pierre chaude et de végétation.

" Laissez les torches. Ce soir vous patrouillerez à la lueur de la lune."

" Mais si le terrain nous fait défaut..."entendit-il murmurer une des jeunes recrues. Les soldats froncèrent des sourcils presque contrariés, comme s'ils soupçonnaient le dornien de vouloir les soumettre à une quelconque superstition de son étrange pays. Ce dernier ne se laissa pas désarçonner, et coupa aussitôt les protestations qu'il sentait pendre au bout des crocs des Lions.

"La nuit est claire et le ciel, sans nuage. Vos chevaux ne trébucheront pas. Qui plus est, ils sentiront les bandits bien avant qu'ils ne vous aient aperçus." Acheva-t-il d'un ton sec à la patiente forcée. Devoir justifier ses ordres était, hélàs, devenu une habitude pour le jeune capitaine qui savait l'escalade jusqu'au respect de ses hommes encore longue, et les prises, petites et peu gratifiantes. Pour ce soir, à défaut de l'obéissance immédiate qu'il espérait un jour obtenir, il devrait se contenter de la lueur de compréhension intriguée qu'il vit s'épanouir dans les regards de certains des manteaux rouges. Il les étudia du regard. "Rompez, maintenant." ordonna-t-il tout en passant le commandement des troupes au Capitaine qui serait de garde cette nuit.

Bien qu'il ne les vit pas, Daemon sentit le régiment s'appaiser de se voir ainsi confiés aux mains d'un ouestrien alors que lui s'éloignait vers la grande porte. Un bref soupir lui échappa, et sa contrariété n'éclata qu'une fois les soldats partis pour les écuries. Sa longue silhouette noire traversait la court lorsqu'on vint tout à coup l'importuner alors qu'il était de méchante humeur. Une jeune fille s'était approchée de lui, et avait attrapé entre ses doigts fins le tissus rèche qui couvrait son omoplate. D'un coup sec de l'épaule il l'avait congédiée sans mot dire. Il avait ensuite poursuivi sa route jusqu'à quitter le château sans se rendre compte de la déchirure qui ouvrait le vêtement sur le haut de son épaule, menaçant de séparer la manche du reste du corps, et vers laquelle les bras secourables de la domestique s'étaient levés.
Alors qu'il rejoignait l'auberge, le brun n'eut pas la moindre pensée pour la pauvresse qu'il avait malmenée. Non pas qu'il ne se souciat pas du sort des servants du château, mais son esprit était tout au rapport que lui avaient fait les hommes sous ses ordres. Boadicée, ton père ne t'aura donc rien appris? jurait-il dans ses pensées inquiètes, les machoires serrées et le regard fustigeant d'éclairs bien des passants qui ne comprenaient evidemment pas ce qui leur valait tant d'antipathie de sa part.
Bientôt, il fut surplombé par la façade barrée de poutres transversales de la taverne. Au dessus de la porte, un écritau de bois grinçait régulièrement malgré son immobilisme. Sur ce dernier était représenté un gros homme ventru se pourléchant les babines avec un air satisfait. Une moue éphémère fronça son nez, et il posa sur cette icone grotesque un regard bleu transpirant de désapprobation; car il ne comptait plus les pauvres ères qu'il avait croisé sur son chemin et qui affluaient aux abords de cette corne d'abondance en trainant leurs maigres carcasses. "Il n'y a que l'Ouest pour juguler la misère en l'écrasant par encore plus de richesse et de profusion." marmonna-t-il entre ses dents, s'adressant malgré lui à un des serveurs de l'auberge qui était venu à sa rencontre sans qu'il ne s'en aperçoive. Bien qu'interloqué, le jeune homme l'invita à pénétrer dans l'antre accueillante. Le dornien plongea dans le bruit.

Loin des repas frugaux servis à la Grâcedieu, il était facile en ces lieux où l'opulence avait valeur de devoir de faire bonne chère même dans la plus misérable des tavernes. Des coupes débordantes de fruits s'épanouissaient sur les tables, et l'odeur de viande grillée et fumée envahissait l'espace de son parfum âcre. La silhouette noire et droite du capitaine s'avança parmi les clients qui envahissaient les bancs, passant un coup d'oeil circulaire jusqu'à trouver ce qu'il cherchait dans la foule. La voix du Septon qui déclamait  les sept grâces avant chaque dîner ainsi que l'exigeait la tradition qui avait bercé son enfance ne les accompagnerait pas ce soir. A la place, ils seraient entourés de la rumeur bourdonnante et joyeuse de l'auberge où, même  à cette heure, déjà des beuglements ivres perçaient de temps à autre la masse informe du bruit des conversations multiples.
Il trouva son amie prostrée sur sa chaise, ses bras refermés autour d'un paquetage entoilé.  Son regard bleu fixa brièvement avec un air sombre le bois de la table encore graisseux du repas qui avait précédé le leur avant d'accuser la Sand d'un regard noir. Il ne lui avait guère fallu de temps pour jongler entre sa joie de la revoir et son coeur intransigeant, raffermit par le profond sentiment de devoir qui le liait désormais au Lion du Roc. Après l'avoir fixée sans un mot pendant quelques instants, il s'obligea à prendre place face à elle. Il écarta la chaise d'un coup sec. Lorsqu'il s'assit, son dos était droit de la raideur solennelle qui le saisissait chaque fois que la colère trouvait le chemin vers son coeur. Sa main droite était fermé en un poing contrarié, et était à peine posé sur la surface graisseuse de la table de bois; c'était du noyer s'il en jugeait par la teinte et les volutes qui s'y dessinaient. Boadicée méritait une bonne correction, et la giffle qu'il ne pourrait se résoudre à lui donner en publique ne serait pas perdue, Daemon en était convaincu. Par tous les dieux, pourtant l'envie ne lui manquait pas.

"Imbécile!" la fustigea-t-il d'une voix sombre. Son ton grincheux masquait la préoccupation sincère qu'il éprouvait. Quelle petite idiote. Qu'un autre que moi eut été prévenu de ta bétise et je t'aurai trouvé pendue au gibet. Son imprudence le dépassait. Bien qu'elle l'insupporta par bien des égards à cet instant, il l'aimait et ne cesserait jamais de prier pour elle.
"Boadicée, souviens-toi que tu n'es que de passage sur ces terres et que les Lords de ce fief ne tolèrent qu'à peine les bâtards sur leur sol, qui plus est dorniens. "  la sermonna-t-il d'une voix sévère."Tu pourrais au moins lui en savoir grès de te tolérer ici, et t'abstenir de faire des sottises. " Ses yeux s'étaient ancrés dans ceux désassortis de la jeune fille, y plantant deux éclairs bleus et intraitables."Du braconnage, par les Sept, mais à quoi pensais-tu donc? A rien j'imagine, comme d'habitude. Sais-tu ce qu'il en coûte aux roturiers de chasser le gibier des seigneurs?!" La rumeur des discussions qui bourdonnait autour d'eux suffisait à étouffer ses remontrances qu'il lui infligeait d'une voix plate, bien que vibrante.

"L'homme qui fait office de loi en ces lieux, si jamais il venait à apprendre qu'une bâtarde se plait à braconner dans ses fôrets, n'hésiterait pas à te faire jeter dans ses geoles voire pire, si je ne plaidais pas ta cause, ce qui est par ailleurs parfaitement impossible. Ma voix aurait autant de poids que la tienne, si cette affaire venait à mal tourner." Son ton s'était paré d'une nuance proche du reproche insulté. Il espérait de tout coeur que ce n'était pas son titre de capitaine du régiment de la garde des Manteaux Rouges qui avait poussé la fille aux cheveux de cuivres à de si indignes libertés dans son comportement. "Je gage que tu vas me dire que la faim t'y auras poussé. Ne t'y avises surtout pas" la prévint-il. Il ne tolèrerait pas un argument si fade. Les Wells étaient bien pourvus, et Boadicée était loin d'être une incapable. Le travail ne manquait pas, même pour les bâtardes, et si elle souhaitait apaiser sa faim, elle avait mille moyens d'y parvenir sans transgresser la loi avant d'envisager de voler les bêtes des Lords. Daemon la fixa dans un silence lourd avant de reprendre une dernière fois: "J'espère au moins que tu te rends compte dans quel position facheuse tes écarts de conduite risque de me conduire pour peu que les hommes qui m'ont rapporté ces faits ne veuillent s'assurer que leur témoignage soit arrivé dans les bonnes oreilles en allant le confier à un autre des capitaines!" Ne prétant guère d'attention à la servante qui était venu s'enquérir de leur commande, Daemon se découvrit un manque d'appétit soudain et dédaigna lui répondre. Rarement il avait été aussi vexé. Vexé de constater le comportement insouciant de la rousse, vexé de devoir contrevenir à son devoir pour le seul bien de sa jeune amie si irresponsable. Comme il lui en coutait pourtant de faire une telle faveur, même à elle.



© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyDim 2 Juil - 15:04

Je sentis la colère de Daemon avant même qu'il ne tire la chaise, ou qu'il ne parle. Allons bon … que c'était-il passé encore ? Je haussais un sourcil en croisant les bras sur ma poitrine. Qu'avais-je fais encore ? Je l'écoutais avec attention sans comprendre de quoi il parlait avant de me souvenir. Le malheureux lapin qu'avait chassé Loki le tout premier jours. On avait retrouvé des traces de ça ? C'était possible ? Étrange. Mais possible. Je me mordis la lèvre inférieure furieuse contre moi. Heureusement, nous n'avions pas prévu de rester longtemps. Et bien nous partirions plus vite que prévu encore. Je m'en voulais de mettre Daemon dans une aussi fâcheuse position par ma sottise. Je n'avais pas pensée à ça à dire vrai. Je hochais la tête sans répondre chassant d'un regard la servante qui tentait de venir commander. Daemon n'était pas idiot, et à part moi personne n'aurait put entendre. J'avais soutenue le regard ciel de mon presque frère et ses mots m'avaient fait autant mal que certains coups qu'il m'avait envoyé lors de certains entraînements communs que nous avions fait. Il devait s'en être aperçu. Ce que j'avais fait était inexcusable et je le savais. Je hochais la tête avant de répondre à voix très basse :

« Ce n'est pas moi qui ai chassé, mais Loki, mais cela revient au même, et j'en suis consciente. Je te supplie de ne même pas tenter de me défendre ou de faire entendre ta voix si jamais … J'ai fais une erreur, je me dois d'assumer seule. De toute manière ce que tu m'apprends ne change que peu ce que j'avais prévu avec Edwyn. Nous sommes déjà resté trop longtemps, nous partons sûrement dans deux jours. Demain nous referons nos provision et nous partirons à l'aube le jour suivant, je refuse de t'attirer des ennuies. Nous sommes dans l'auberge proche des portes de la ville, passe nous voir si tu veux avant que nous partions. Tu n'auras plus à me supporter. Ah … et tiens. N'ouvre pas celui-ci avant d'être dans tes appartements. Seul. Et crois moi c'est uniquement parce que c'est personnel. »

Je glissais les paquets vers lui d'un mouvement du poignet et je désignais le livre caché sous ma broderie immonde. Je lui fis un fin sourire et acceptais enfin de commander pour la pauvre servante, je me rappelais de lui laisser un pourboire à la fin. Je remarquais soudain la manche déchirée de Daemon et je lui désignais du bout des doigts sans pour autant le toucher. Pour attendre nos assiettes, je saisis une pomme et une de mes dague glissa de son fourreau. Je tendis l'un des morceaux coupé du fruit à Daemon avant de moi même en croquer un morceau, ma dague disparaissant dans les plis de mes vêtements. Je n'avais pas envie que l'on place cette soirée sous le signe de l'amertume et de la peur. J'avais envie de voir le sourire léger de Daemon sur ses lèvres, pas cette colère brillant dans son regard.

Nos assiettes arrivèrent bientôt et j'eus un grand sourire. J'avais les crocs ! D'après ce que j'avais compris, nous avions le droit à des pigeons rôties, preuve de l'aisance du lieu, avec des légumes et une belle miche de pain. Je fixais l'oiseau rôtis sans trop savoir par quel bout le prendre ainsi que le cruchon de vin. À espérer que cela ne soit pas un espèce de jus de betterave comme l'autre taverne. Déjà que je ne buvais que très peu alors si on finissais à deux ce cruchon c'était un record. Sachant que je surveillerais Daemon et sa consommation.

« Bon … Parle moi plutôt de tes cinq années où je n'ai eus de tes nouvelles que parce que je laissais traîner mes grandes oreilles partout. »

Je pensais à une histoire que je lui avais écrit dans le petit recueil. Une histoire que ma mère avait inventé en parlant de petites créatures au grandes oreilles qui étaient partout. J'avais retranscris l'histoire pour Daemon. Je piquais un morceau de légumes que je croquais prudemment en guettant la réponse de mon ami.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyDim 2 Juil - 20:46

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

Le silence faisait parfois office de meilleur arbitre que  bien des juges. Et c'était exactement ce qu'il fallait au Sand à cet instant. Quelques secondes de silence, juste le temps de laisser sa hargne retomber doucement à défaut de devoir complètement disparaitre. L'outrage pouvait sembler futile, rien ne l'était pour lui qui jouait tant à servir l'un des plus grands suzerains du continent sans que rien ne l'y prédisposa, ou même, ne l'y autorisa seulement selon bien des hommes.  Près du feu qui crépitait non loin d'eux, et crachait des étincelles chaque fois que la chaleur caressait la sève encore fraîche, quelques hommes jouaient aux cartes. Etrangement le claquement sec du jeu sur la surface de la table lui parvenait bien plus clairement que la voix de son amie qui se confondait en excuses et entre autres explications, et que son esprit fermé semblait refuser d'entendre.  Autour d'eux, hommes et femmes paraissaient immensément riches. Ils festoyaient avec insouciance des tourtes de viandes toutes chaudes que l'on préparait ici. Ils buvaient un vin rouge lumineux et non la fade bière brassée des tavernes, et grignotaient de petits gateaux frais. Une banale servante secouait un chiffon depuis la rampe d'un escalier qui débouchait sur le premier étage, et sur ces mêmes marches, deux enfants observaient les clients de leurs yeux brillants. La silhouette élancée, mais légèrement voutée, de Boadicée n’attirait pas son regard, mais le simple fait de sentir sa présence silencieuse l’irritait. Sa respiration trouble et trop profonde le faisait grincer des dents. Agité, il laissa tout de même ses yeux parcourir l'assemblée, accrochant régulièrement à nouveau son regard dans celui de la bâtarde. Un œil extérieur aurait pu sentir l’ire qui déformait les traits impassibles du jeune homme, les crispait d'une dureté qui répondait à celle qui coulait de ses prunelles de glace et qui injuriaient en silence celle qui lui avait tant fait défaut sans le savoir.

Lorsque le paquet qu'elle posa sur la table frôla ses doigts, Daemon ne bougea pas. S'il fronçait des sourcils perplexes et jetait un coup d'oeil quelque peu hautain sur l'étrange bout de tissus dans un silence qui en disait long sur ce que ce cadeau signifiait pour lui, autant en surprise qu'en mécontentement, il se passa de longues secondes avant qu'il ne se fende finalement d'un demi sourire.
"C'est hideux. C'est ta vengeance?" déplora-t-il d'une voix plate en faisant allusion à son sermont encore récent. La dureté de son expression fondit à peine, puis il lança un regard vers sa propre épaule vers laquelle Boadicée pointait ses doigts fins comme pour l'avertir de quelque chose. Il remarqua en effet la déchirure qu'il tritura entre ses doigts d'un air pensif. C'était là la dernière veste dornienne qu'il possédait et le vêtement ne semblait plus résister aux affres du voyage et du temps, lui qui avait été coupé pour lui alors qu'il n'était encore qu'un adolescent. Il lui faudrait désormais s'astreindre aux pourpoints et aux chemises ouestriennes, aux courtes vestes de cuir et aux lourdes capes. Daemon avait beau être austère, sa maniaquerie militaire se refusait à paraitre ainsi débraillé alors qu'il était sous les ordres du plus riche des Suzerains. L'ironie n'en serait que part trop ridicule. Pourtant, le Sand rechignait à dépenser son or dans de telles fioritures. Qui plus est, l'uniforme de capitaine, qu'il soit de fonction ou d'apparat, coûtait à lui tout seul une petite fortune, si bien qu'il en prenait le plus grand soin afin d'éviter d'avoir à le repriser trop souvent.
"Tu fais bien de te préparer à quitter l'Ouest. Les voleurs ne font pas de vieux os ici, et les nouvelles vont vite." Acheva-t-il simplement d'un ton qui se voulait appréciateur et encourageant malgré la tristesse monocorde qui y subsistait. Aussi faché pouvait-il être, il aurait souhaité la voir un peu plus longtemps. Oui, la bâtarde allait extirper de son esprit, pour un temps du moins, le caillot des tourment d'une existance qui lui échappait doucement, la congestion des vérités qu'il refusait de regarder en face.
"Qui est cet Edwyn dont tu parles? Est-ce lui, cet homme que mes hommes ont vu t'accompagnant?" demanda-t-il, intrigué, tout en acceptant le morceau de fruit  qu'elle lui tendait. ."Si c'est le cas alors en effet, il vaudra mieux pour vous deux que vous quittiez au plus vite le territoire. Des brigands ça court les rues par ici, mais une femme chasseresse...Pour peu que les soldats s'ennuient ils vous lanceront la chasse et on les laissera faire. L'apathie ambiante les engourdit, la moindre motivation est bonne à prendre pour les convaincre qu'ils ont bel et bien une utilité dans l'armée. " Il mangea la pomme jusqu'au dernier fragment juteux.

La jeune servante qu'il avait méprisé quelques minutes plus tôt surgit à nouveau à leur hauteur, accompagnée du doux fumet des plats qu'elle transportait. Son amie semblait comprendre parfaitement ce que leur baragouinait la roturière avec cet accent particulier au peuple des campagnes. Le Sand, pour sa part, n'arrivait à saisir qu'un mot sur deux -voire sur trois- et encore, il n'était pas sûr d'avoir  déchiffré correctement ce que son oreille avait entendu."Mmh...Tu joues au maître des espions maintenant?" se moqua-t-il doucement d'une voix chaude tout en leur versant un peu de vin dans leurs gobelets respectifs. "Un repas de roi dans un quartier entouré de taudis, je doute qu'on trouve plus mauvais goût ailleurs dans   tout le royaume. " commenta-t-il tout en reposant la chopine sur la table.
Il souleva ensuite son verre qu'il tendit vers la rouquine afin de trinquer avec elle et, peut-être inconsciemment aussi, tenter de se faire pardonner de cette gronde soudaine mais non moins justifiée qu'il lui avait fait subir. Il l'avait corrigée plusieurs fois par le passé dans leur enfance où, dans un de ses élans d'orgueil de garçon, il s'était senti en droit de le faire, mais jamais il ne s'était senti si proche de son père qu'en la sermonnant de la sorte."J'espère que tu n'as pas rêvé trop grand pour moi, sinon tu risque fort d'être déçue." lacha-t-il d'un ton las en éloignant le gobelet de ses lèvres. Le vin réchauffa sa gorge. "Lorsque j'ai quitté Dorne, tout ce que j'ai tenté à échoué. Et pourtant, ce n'était pas faute d'avoir sur ma route croisé ici ou là quelques opportunités aussi inattendues que bienvenues. Aussi inconcevable cela puisse paraitre le tout premier homme à m'avoir pris à son service fut Renly Barathéon. J'ai été son garde quelques semaines avant que son frère Stannis ne se charge de lui éviter le désagrément d'avoir à me mettre à la porte lui même. Bien que je pense que la porte vers laquelle il aurait voulu me pousser était celle des Sept Enfers. Tu vois cette cicatrice? " il traça de son index le creux qui cinglait sa joue gauche et qui se dessinait à chacun de ses rares sourires. "C'est ainsi qu'il a signé ma démission. D'un coup d'acier valyrien qui était loin d'être solitaire. Il est bon bretteur, et encore plus emporté que je ne le suis. Et puis les orageois ont toujours été prêts quand il s'agit de nous nuire." Je l'avais bien mérité pourtant songea-t-il en souriant légèrement. "J'ai ensuite parcouru la couronne, le Conflans -un territoire des plus démunis de ce que j'ai pu en voir, il n'y avait pas une forteresse qui ne m'évoquait pas une ruine- puis le Nord bien entendu, comme tu le sais à présent." Le brun étudia du regard son assiette, poussant du bout de son couteau la carcasse joliment grillée qui trônait sur un lit de légumes foisonnant. Il préféra éluder quels misérables travaux il avait du effectuer comme un vulgaire mercenaire dans cette vaste période creuse pour gagner un maigre pécule. La honte à ce propos lui était étranger, mais il se tairait à ce sujet, par simple soucis de pudeur."Enfin, il y a eu le tournoi de Castral Roc,  la main tendue de Lord Tywin Lannister. Et maintenant...ça." conclut-il en appuyant son dos sur sa chaise et en écartant une main de son assiette en désignant d'un geste vague de sa fourchette l'auberge dans laquelle ils se trouvaient. Ses épaules s'affaissèrent en un soupir lourd de sens. "Quatre années de misère pour que quelques heures de gloire finissent par me pousser dans la bonne direction, c'est bien cher payé. Mais j'imagine que les faveurs des Dieux ont un prix. " Il porta enfin pleinement son attention sur le plat qui était devant lui, et il s'échina à découper la volaille sans regarder plus longtemps la jeune fille. Il s'étonna soudain de l'absence de la chienne qu'il détestait tant, mais l'idée quitta bien vite ses pensées. "Alors, qu'en dis-tu? T'ai-je rapporté ce que tes grandes oreilles ignoraient ou bien me suis-je fatigué à te répéter ce que tu savais déjà?"


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyDim 2 Juil - 22:29

Je me retiens d'éclater de rire en me mordant les joues. Ma vengeance ? Non, je l'avais mérité cette gronderie. Et puis il avait raison ! C'était plus que hideux ! Bien que cela devait être un bouquet de fleur, cela évoquait plus un tas de points dans tous les sens sans queue ni tête. Même moi j'avais du mal à reconnaître le modèle, alors que je l'avais brodés de mes mains sous l'œil, sans aucun doute désespéré, de lady Ynis. J'étais plus douée avec mes lames qu'avec une aiguille. Je ne pus m'empêcher de faire un sourire malicieux

« Une vengeance ? Tu es méchant ! C'est l'une de mes broderies les plus réussit ! »

Aucune de mes broderies n'étaient réussis. Je fis une petite grimace quand il évoqua la possibilité d'une chasse. Daemon me qualifiait lui même de chasseresse hein ? Dans ce cas c'était moi qui donnerais la chasse pas l'inverse. Ah ce moment là, il m'évoquait son père et un nouveau fin sourire étira mes lèvres. Il était véritablement son fils. Quoi qu'en dise l'un et l'autre. Attentive je le scrutais alors qu'il mangeait le fruit que j'avais tranché. Il semblait plus vieux que son jeune âge. Il avait souffert. Et à cette pensée mon cœur se serra. J'aurais voulu voir des rides de rires, et ce n'était pas le cas. À la lueur des torches cela me sautais aux yeux. Et voir dans sa chevelure ébène un filament d'argent ne m'étonnerais même pas. Je ris doucement quand il me reprocha gentiment d'être un maître espion. J'étais filou, c'était vrai. Je le laissais me servir du vin. Et se moquer de l'Ouest. Ce que je ne pus m’empêcher d'approuver d'un hochement de tête.

« Je suis une espion depuis ma plus tendre enfance. Tu sais écouter les conversations m'a évité certaines corrections. Et je t'avoue que j'approuve, je déteste l'Ouest ! »

Je ne pus m'empêcher me toucher une petite cicatrice que j'avais sur le biceps. J'en avais des toute petites souvenirs du nord, et Daemon savait pour certaines, comme pour ma peur de ne pas pouvoir me mouvoir comme je l'entendais. Je chassais ces pensées pour trinquer avec Daemon et tremper prudemment mes lèvres dans le vin. Ce n'était pas un jus infâme de betterave mais un véritable vin agréable qu'on voulait boire jusqu'à plus soif. Mais déjà je n'aimais pas tellement ça, et mon père m'avait toujours mit en garde contre la boisson. Mais un verre ou deux dans un repas. Moi rêver pour Daemon ? Ma langue parla de nouveau plus vite que ma tête

« Tout ce dont je rêvais pour toi, c'était que tu sois en bonne santé Daemon. »

Je reposais mon gobelet sur la table et croisais les bras sur ma poitrine mon regard rivé sur Daemon, qui brusquement avait l'air épuisé, j'étais toute ouïe. Renly… qui lui avait offert une décoration à vie sur la joue. Il réussit à me tirer un sourire alors que ma mine c'était assombrie lorsqu'il me parla de cette période de sa vie. Je n'y pouvais rien. Je détestais qu'on touche à ceux à qui j'aimais. J'étais pire qu'une louve montrant les crocs quand on s'approchait de ses petits. Je n'avertissais pas, je mordais. Directement. Comme quand cela avait été le cas avec Robb. Et encore, j'avais été très gentille. J'étudiais l'homme en face de moi lorsqu'il détourna le regard. Il avait du faire quelque chose dans le Conflant ou le Nord avant ça. Je hochais la tête pensive avant de découper l'oiseau rôti dans mon assiette et j'en piquais un morceau du bout de ma dague que je croquais.

« J'avais entendue des rumeurs, mais pour Renly je l'ignorais, j'avais ouïe dire que tu avais servis un seigneur de l'Orage, mais j'ignorais son nom. Quand au reste … il est difficile d'avoir des nouvelles fraîches et réelle à Dorne parfois. Et mes grandes oreilles aiment toujours entendre la vérité de la bouche du concerné. D'ailleurs, dans la bourse que je t'ai donné, je t'ai ramené de quoi relever tes plats. En espérant que ton palais n'a pas oublié le piquant des épices. »

Je lui souris avant de piquer quelques légumes et de les goûter. C'était bon, mais pas assez relever. Avec le temps mon palet fragile de nordienne avait finit par s'habituer aux saveurs puissantes des sables. La toute première fois que j'avais goutté, j'en avais pleuré et mon nez avait coulé. C'était sur le bateau pour Dorne, j'avais six ans. J'avais noté cette anecdote dans le livre de Daemon. J'en avais noirci du parchemin pour lui, mais cela m'avait fait plaisir. Lui qui détestait écrire, et à qui je ne pouvais jamais parler, j'avais fait ça pour lui. Ce n'était même pas un besoin de lien, je savais qu'il m'aimait bien, c'était en fait, un besoin de confidence. Il était l'un des êtres qui me connaissait le mieux au monde. D'ailleurs …

« D'ailleurs, j'y pense maintenant, mais, tu seras surpris que je suis allée moi même prié plusieurs fois au septuaire ! À La Gracedieu, comme à Port Réal. Ou d'ailleurs j'ai rencontré le prince Viserys. Et disons que je lui préfère les gamins Orphelins des ruines. »

Je lui fis un nouveau sourire lui rappelant l'escapade dans le désert que nous avions fait et elle où il m'avait offert mon foulard. Enfin, la moitié de mon foulard. Je repris un peu de viande, elle état un peu trop sèche. Mais c'était pas mal. Je m'appuyais sur le dossier de ma chaise en prenant ma coupe de vin dans la main. Je le fis tournes un peu.

« Bon, et toi ! Que veux tu savoir sur mes cinq ans ? »

Je me ms vite à réfléchir en trempant mes lèvres dans l'alcool sans réellement boire une gorgée avant de le reposer sur la table. Que pouvait-il bien me demander ? Des nouvelles de son père sans le moindre doute, je doutais que Lady Ynis l’intéresse beaucoup. Ulwyck, il demanderait sans aucun doute de ses nouvelles. Ensuite, sans doute d'Arianne … Peut-être de Quentyn Martell. Après, je ne voyais pas trop actuellement. Mon regard glissa dans toute la taverne, passant de visage en visage avant de revenir vers Daemon. Je me demandais furtivement quelle serait sa réaction face à Edwyn. Manquerait plus qu'il me le menace tient ! Non. Daemon ne ferait pas ça, clairement pas. Je lui faisait confiance sur ce point.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyLun 3 Juil - 22:29

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

Cela faisait des jours que le Sand n'avait pas eu de véritable conversation. Parler autant face à la rousse, et presque s'épencher devant elle, lui laissait le sentiment étrange d'avoir le coeur vide et lourd tout à la fois, comme s'il en avait déjà trop dit. Daemon avait toujours été avare de ses mots. C'était sans doute la joie, mais aussi la frénésie de sa colère, qui avaient du délier sa langue qui distribuait habituellement ses paroles au compte goutte. D'ailleurs, son amie semblait bien insouciante, et paraissait déjà avoir oublié les remontrances auxquelles elle venait de goûter, si tant était qu'elle n'en ai pas tout simplement fait fi. Quelle que fut la réponse, le Sand s'y résigna. Le temps avait passé, et Boadicée n'était plus la petite fille qu'il avait veillé autrefois, et lui n'était plus en mesure de le faire. Ses mots paraissaient avoir glissé sur elle comme de l'eau sur le dos d'un canard. Un soupir las souleva sa poitrine. Gaspiller son temps en parlotte inutile ne faisait pas partie de ses talents, mais cinq années passées loin l'un de l'autre lui interdisaient tout simplement de se murer dans ce silence qu'il appréciait tant. Il avait toujours parlé ainsi qu'il jouait de son épée, avec parcimonie. Même avec ses amis, quitter cette habitude lui coûtait toujours. Malgré cette volonté qu'il tentait de s'imposer à lui-même, refermer ses lèvres, enfin, le soulagea quelque peu alors qu'il goûtait la viande de volaille. Tandis qu'il l'écoutait en machant, son regard attrapa subrepticement la dague au bout de laquelle elle se plaisait à piquer sa nourriture pour la porter à sa bouche. Le brun déglutit avant de ronchonner d'un ton sobre, sans toutefois porter le moindre espoir en l'effet de son conseil: "Tu devrais ranger ça. " Dans une taverne aussi cossue, manger ainsi que seuls les mercenaires le faisaient pour afficher leurs armes, une femme qui plus était, non. Elle ne pouvait plus se le permettre. Pas dans ce genre d'endroit, où ce type de détail excitait la curiosité et provoquait les moeurs traditionnalistes de ces terres.

Le dornien se perdit un instant dans la contemplation du rouge velouté du vin dans lequel il trempait à nouveau ses lèvres, avant de jeter un bref coup d'oeil vers la bourse dont lui parlait la jeune fille. Il déposa délicatement son couteau sur le rebord de son assiette pour laisser ses doigts courir sur la surface de la broderie qui n'en avait que le titre, devinant sous son toucher la surface plane et épaisse d'un livre, ainsi que le sac d'épices que lui avait promis sa tendre amie d'enfance. Sa curiosité quant au contenu du livre ne naquit pas de suite, mais il sut instantanément que les chances pour qu'il toucha jamais à ces condiments étaient infimes. L'idée aurait dû être touchante, une part de lui le savait, pourtant, en soupesant le sachet, aucune joie ne vint illuminer ses yeux. Dorne rentre-t-elle vraiment dans un sac si petit? se demanda-t-il tristement en réalisant à quel point les souvenirs de sa patrie étaient rares. Son sabre. Ses chevaux. Ses souvenirs. Et maintenant, un petit sac de poussière parfumée. Ne sachant ni feindre ni flagorner, il se contenta de reposer le paquet sans rajouter le moindre mot de remerciement. Il s'attaqua de nouveau au découpage du pigeon rôti.
Un nom sur les lèvres de la bâtarde attrapa soudain son attention. Tandis qu'il mangeait, un souffle méprisant et sec s'echappa d'entre ses lèvres tordues d'un  indicible rictus. Viserys. A s'attirer ainsi tant de Sand dans son entourage, le Prince allait sûrement  se plaire à Dorne.
"J'ai entendu parler de lui." se contenta-t-il de répondre avec une simplicité effrontée, comme s'il se fût agi d'un simple marchand de la rue de la soie.
La question qu'elle lui posa ensuite le laissa silencieux. Ce qu'il voulait savoir? Le voulait-il seulement? Dans les rares et pesants regrets qui étaient venus effleurer ses pensées durant ses longues années, il n'avait jamais eu la curiosité d'imaginer ce que la vie de ses amis du désert pouvait être devenue. A dire vrai, il l'imaginait semblable à celle dans laquelle il les avait quitté. Inchangée comme un tableau qu'il retrouverait intact si jamais un jour, il y retournait.  
" Je..." l'austérité de l'enthousiasme qu'il ne parvenait pas, et n'essayait pas, de feindre parlait pour lui même, et seul le ton neutre de sa voix pouvait l'excuser à cet instant de ce manque cruel d'empathie et de curiosité qui avait toujours fait de lui un ami difficile."J'imagine que tu as toujours demeuré à la Grâcedieu,après mon départ. " Dans cette peinture gravée au fond de son coeur du décors qui avait embrassé son enfance, aucune silhouette ne bougeait. Seules lui apparaissaient l'arrière des maisons aux fenêtres revêtues d'acier, la saleté, le laisser-aller des orphelins. L'odeur fétide des algues qui flottaient sur les eaux profondes, agitées par les vents. Le souffle brûlant du désert. " J'aimerais savoir comment se porte ma Grand-mère, et, aussi, mon père. Et les autres habitants, evidemment. " finit-il d'une voix plate. Il n'arrivait pas à imaginer la chevelure blonde de sa belle mère dans les couloirs blancs de la forteresse.






© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptyMar 4 Juil - 10:21

Je souris face à la remarque de Daemon sur ma dague et j'obéis avec un petit sourire. Il m'avait lui aussi en partie éduqué. Alors s'il me disait de ranger ma dague j'obéissais et je me contentais de ce que j'avais sous la main. À savoir couteau et fourchette. Mais part les Anciens ! Que les gens de l'Ouest étaient coincés ! Comment faisait-il pour vivre parmi eux sans devenir dingue ? Quoi que … Daemon était un soldat par nature et par métier, il devait avoir moins de mal que moi à gérer ça. Je le regardais caresser le livre sou la broderie mais je sentis l'onde de tristesse qui émergea de lui quand il prit la bourse d'épice. Avais-je commis une erreur en lui portant un peu d'épices ? Je mordis la lèvre inférieure furieuse contre moi. Plus que je ne l'étais déjà. Je notais au passage le mépris de Daemon à propos du prince Viserys et je ne pus m'empêcher de sourire amusée. Pas étonant qu'il ne l'aime.

Je guettais la sortie du silence pensif, sans doute gêné, par ma question. Je plissais légèrement les yeux lorsqu'il insinua que je n'avais pas bougé de la Gracedieu depuis son départ. Je plissais le nez. Je lui avais pourtant dis dans mes lettres que j'étais allé dans le Nord non ? Je pris une bouché de mon assiette et mastiquai avec application. Je savais quoi dire sur son père et sa grand-mère, ainsi que mon père, mais pour les autres habitants … Il y avait Ulwyck aussi, puis Aklem, l'un des plus vieux palefrenier, sans doute Eriali une des servantes, quoi que je n'étais pas sûre qu'il s'en souvienne, il y avait les septons et mester aussi. J'avalais lentement ma bouchée.

« Oh si, je suis allé dans le Nord, une fois avec mon père, là où j'ai rencontré Ramsey. J'ai aussi remplacé mon père pour une série de réunion chez nos seigneurs directes, où j'y ai revu William, un de mes cousins, je ne sais pas si tu t'en souviens. Mais bon. Lady ta grand-mère va aussi bien que possible, elle n'a pas changé, si ce n'est quelques rides en plus. Ton père va bien aussi, il a malgré tout perdu un enfant l'année dernière, de nouveau une fausse couche. Ensuite, mon père égale à lui même, à part un ou deux cheveux blancs, toujours aussi vif et intransigeant avec moi. Notre dernière conversation a encore une fois finis en dispute. Ulwyck … oh, et bien, il est marié maintenant, son frère est venue littéralement le capturé à Lancehélion. Aklem a eut la jambe cassée il y a deux ans, il va mieux et son petit fils travaille avec lui maintenant. Eriali, je ne sais plus si tu te souviens, une servante, a eut un enfant. Les mesters vont aussi bien que possible tout comme les septons et les septas. »

Je bus une gorgée de vin en reprenant mon souffle. Cela faisait beaucoup d'informations à digérer d'un coup. Je piquais du bout d ma fourchette un morceau de fruit au milieu de mon assiette avec un morceau de viande. C'était bon, c'était rai. Mais je n'aimais pas cette taverne. Je préférais déjà le grand air et puis il y avait beaucoup trop de monde. Je n'aimais pas les foules. Trop de paramètres à prendre en compte dans tous les sens. Je ne pus m'empêcher mais d'un coup d'œil rapide je vérifiais les sorties. J'allais devoir arrêter avec ce comportement. D'un mouvement du poignet je mélangeas le contenu de mon assiette pensive avant de recommencer à glisser de la nourriture sous mes crocs. Je faillis recracher ma bouchée dans mon assiette, déjà parce que ce n'était pas très propre, et ensuite parce que Daemon ne serait pas très content, mais je venais de sentir sur ma langue la saveur fade et terreuse de la betterave. S'il y avait bien un légumes que je détestais c'était bien ce truc rouge fade et … Je fis passer le goût avec une petite gorgée de vin. Ah ! Mais ils en mettaient partout j'avais l'impression. Je plissais de nouveau le nez en regardant la carcasse d'oiseaux que j'avais éclaté pour réussir à avoir toute la viande. Je me demandais si dire à Daemon qu'il ressemblait à son père était une bonne chose. Je décidais que non. S'il voulais le savoir il me le demanderait. Et je ne comptais pas non plus parler de cette stupide rumeur. Je lui avais dis que je ne la croyais pas et c'était le plus important.

« Que veux tu savoir d'autre ? »

S'il me demandé pourquoi j'avais voyagé, je lui rirais au nez ! Ou pas, ce n'était peut-être pas ce qu'il fallait faire. Je me demandais s'il se souvenait bien de notre première véritable conversation. Celle là aussi je l'avais glissé dans le livre. Mais l'heure n'était pas aux souvenirs.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptySam 8 Juil - 10:28

What's in this flowering youth or manly age?

An 298 Lune 13 Fin de Semaine 2



Boadicée Sand & Daemon Sand

Lorsqu'elle évoqua le Nord, aussitôt les forêts d'arbres noirs revinrent à sa mémoire. Les longs troncs décharnés, la terre grise, et le ciel figé du Nord. Et quelque part dans ce labyrinthe morbide, le sourire chaleureux d'un garçon couronné par deux yeux de glace pâle ainsi qu'une voix qui n'avait, pour ainsi dire, jamais véritablement quitté ses souvenirs. Il  en avait tant et pourtant si peu. La jeune femme avait eu la sagesse de ne pas le rabrouer sur cet oubli de sa part, et si Daemon était trop détaché pour s'en sentir fautif, il n'en était pas moins désolé. Les lettres qu'ils avaient échangés en cinq ans se comptaient sur les doigts d'une main, l'effort de retenir leur contenu aurait été la moindre des choses à faire. Une simple moue vint tordre ses lèvres. Ces derniers temps, l'esprit du Sand était encombré de devoirs et d'inquiétudes, de préoccupations et d'appréhension. Protéger le Suzerain de l'Ouest et veiller à ce que rien ne troubla ses affaires diplomatiques qui dépassaient de loin les soucis que l'on reléguait à la piétaille -dont il faisait lui-même partie- était un métier de tous les instants; et il l'était d'autant plus pour un homme qui, comme le fils de Ryon Allyrion, était mu par une vigueur
obstinée à accomplir les tâches qu'on lui confiait. Parfois, la charge était telle qu'il avait la sensation de ne plus pouvoir parcourir ses propres pensées librement. Bien que l'humeur sombre que lui avait causé l'inconscience de sa douce amie était encore tapie dans sa poitrine, le brun tentait de savourer ces quelques instants partagés. En sa compagnie au moins pouvait-il être Daemon Sand, et plus seulement une cape rouge ou un bâtard de Dorne tombé entre les mains d'un puissant Lord.

" Celui qui servait les Ferboys?" s'assura-t-il en machant avec application sa viande. Les Wells avaient eu le nez creux, à placer leurs fils au service de deux Lords puissants de la Principauté, deux maisons qui étaient désormais liées par le mariage. Il hocha brièvement la tête. Quelques rires sur sa gauche attrapèrent un instant ses yeux bleus sans perturber l'attention qu'il prétait aux propos de la jeune femme. On avait mis des nouvelles bûches dans le feu, et la salle était désormais envahie de l'odeur piquante de la sève de pin léchée par les flammes.
Immobile sur sa chaise, couteau à la main, la lueur des bougies se réflétant dans le brun de sa chevelure, Daemon avait l'air parfaitement dédaigneux de la révélation qu'elle lui fit ensuite. "De nouveau une fausse couche."Perdu dans un amas de pensées contradictoires, il en fut tiré par la non moins surprenante nouvelle que lui révéla ensuite Boadicée. Un fin sourire étira ses lèvres en un arc moqueur et ravi. S'il avait claironné que rien ne changerait dans la Dorne qu'il avait quitté, il pouvait au moins être certain que le Uller serait toujours ce jeune chien rétif et joueur et fou qu'il avait connu autrefois. Pauvre fille, ne put-il s'empécher de penser.

Le court monologue de Boadicée était déjà fini depuis quelques instants maintenant que le regard dur du bâtard continuait à l'observer dans un mutisme parfait. Daemon avait toujours été distant avec les autres enfants. Replié sur lui-même, il avait  trouvé dans la solitude un confort bien plus grand que dans les brailleries incessantes des gamins de son âge. Sa capacité à les trouver insupportables l'avait très tôt convaincu des bienfaits du silence. Une âme vieille et l'esprit d'un enfant, comme le décrivait sa grand-mère. Rares étaient les personnes à avoir trouvé grâce à ses yeux souvent trop intransigeants, trop exigeants. En vérité, ce silence, il se serait bien plu à le prolonger encore et encore. Tout sur les lèvres de la rouquine semblait si simple, si dénué de la dure réalité qui les séparerait bien trop tôt à leur goût, si indolent, si libre. Son attitude fermée ne changerait pourtant pas, car il était ainsi. Mais il était si bon d'écouter un ami.
Cependant, le seul regard d'animal effarouché qu'il la vit jeter par dessus son épaule, guettant sans doute les portes de sorties de l'endroit, serra son coeur. Par ce geste futile, elle lui rappelait malgré elle ce qu'ils étaient en ces lieux avant toute chose: des étrangers. Ils n'avaient pas leur place ici.

"Pourquoi as-tu quitté Dorne?" Sa voix était plate, et la sévérité de son visage sembla soudain s'obscurcir. La question avait soulevé dans le coeur du Sand sa propre tristesse d'apatride, et son ton durçit par les années camouflait mal le reproche qu'il lui faisait. Boadicée avait été entrainée aux arts du combat, et était bien plus dégourdie qu'elle ne pouvait le paraitre au premier regard ou aux vues des fautes qu'elle pouvait parfois laisser échapper à son controle. Daemon ne boudait pas son ravissement de revoir un visage familier, et pourtant. Il aurait préféré mille fois la savoir au coeur des murs blancs de la Grâcedieu. En sécurité.






© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand EmptySam 8 Juil - 13:27

Je confirmais d'un petit hochement de tête la question de Daemon. Il s'était bien souvenu. Pourtant je n'avais pas souvenir de l'avoir abreuver de discussion à propos de William. Je me mordillais la lèvres pensive à ce sujet. Ou alors il avait déjà rencontré William pendant son écuyage. Même si cela serait étrange. Mais le hasard fait bien les choses. Je notais aussi avec fierté que j'avais réussis à le faire sourire en évoquant Ulwyck . Il y avait de quoi. Même si sur l'instant, je n'avais clairement pas été amusé le moins du monde. Je le laissais dans son silence sans insister. Même sa mine fermée et le trait sévère de ses lèvres quand il se taisait m'avaient manqué. Daemon était une sorte de casse-tête particulièrement complexe avec lequel il fallait beaucoup de temps pour le comprendre et le réussir sans effort. Je le laissais donc un peu tranquille pour manger.

Je fis claquer ma langue et me redressais pour m'appuyer complètement contre le dossier de ma chaise. En le regardant attentivement ce n'était pas son père que je voyais, non, c'était le mien. Ils avaient tout les deux la même attitude fermée et le même ton quand j'avais dis que je voulais voyager. Bien que sinon le reste du temps, ils soient dissemblables. Mais à cet instant, j'avais l'impression de revoir mon père. Et par les Anciens ! Cette question ! Elle allait me rendre dingue ! La réponse, parce que j'avais envie, ne convenait pas, je le savais. Un soupire presque fâché se fraya un chemin entre mes lèvres. Pourquoi devait-il poser la question ? Est ce que je lui posais la question « pourquoi tu ne m'as jamais donné signe de vie  » ? non ! Alors cette question … je fis machinalement le tris dans mon assiette pour réfléchir à ma formulation. Pourtant entre mon père, Ser Ryon, Robb et Edwyn … oui non les deux derniers c'était de la véritable curiosité et pas un jugement. Je finis par répondre lentement.

« Pour grandir. Je crois que c'est la meilleure réponse que je peux t'offrir. Et j'avais très envie de revoir le Nord, j'aimerais voir un Barral et prier devant.mais surtout pour grandir un peu.Ah et … actuellement tu ressemble beaucoup à mon père lors de notre dernière entrevu.  »

Je connaissais nos divergence d'opinion sur la religion, mais pour moi c'était important. Il pourrait se moquer s'il le voulait, je lui offrirait toujours un simple sourire calme, refusant de lutter verbalement pour ça. Surtout ce soir. Habituellement, avant qu'il ne parte, oui on avait eut presque des disputes à cause de ça, et le débat avait continué au travers de nos plumes. Et je n'étais pas sûre que ma comparaison avec mon propre père lui ai fait plaisir, mais c'était tellement vrai que je n'avais pas put m'empêcher. Puis ce n'était pas méchant ! J'adorais mon père. Mais on se disputait très souvent. Il n'avait pas les cheveux roux comme son frère, mais il avait le tempérament ardent.

Alors que j'allais reprendre un peu de viande je sentis une main imposante tomber sur mon épaule, et un corps massif me bloquer contre le mur. Je levais les yeux. Au vu de la bedaine du type ce n'était clairement pas un soldat, et au luxe de ses vêtements. Un marchand. C'était sûr. Et il puait le vin, et sa main glissait un peu trop bas à mon goût. Mais je mettais mise à trembler et la panique enfla. Pas qu'il était menaçant dans ses propos avinés et lorsqu'il me proposait une partie de jambes en l'air. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de paniquer, je n'avais plus ma liberté de mouvement j'étais coincée. Et mon instinct me hurlait de fuir vite et loin. En fermant les yeux, je pouvais vite me retrouver plonger dans mes souvenirs du Nord, coincé contre un mur … Mon regard virevoltait et je cherchais une échappatoire sans oser bouger, mon corps était plus tendue que la corde de mon arc. Et je savais que mes mains tremblaient. Je croisais le regard de Daemon sans vraiment le voir. Après presque trois mois de liberté total de mouvements, voilà que je paniquais de nouveau comme au premier jour. Je pris sur moi et un murmure réussit à franchir mes lèvres.

« Veillez me lâcher, je suis en pleine discussion … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty
MessageSujet: Re: What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand   What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
What's in this flowering youth or manly age? | pv. Boadicée Sand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Walking Down of Youth - Clydesdale - Hongre
» ROSLINN & ETAINE ¤ Youth offers the promise of happiness, but life offers the realities of grief.
» (D12) Robin - Our only weapons are the guns of youth
» manly alpha gets protective over his twink.
» orion ✿ i'm not cute, i'm manly as hell.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: