RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La prochaine soirée CB aura lieu dimanche 8 septembre en fin de journée
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici Le son de ta voix. ft. ELEYNA 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

L'hébergeur des images du forum rencontre quelques soucis, il est possible que des images aient sautés !
Cela reviendra dans les prochains jours/heures !

Partagez
 

 Le son de ta voix. ft. ELEYNA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Le son de ta voix. ft. ELEYNA Empty
MessageSujet: Le son de ta voix. ft. ELEYNA   Le son de ta voix. ft. ELEYNA EmptyMar 28 Fév - 10:29

Le son de ta voix.

Eleyna & Durran





Flashback, An 284.



A l'aube d'un matin de l'an 284, les claquements du métal éclatent dans l'air rustre des écuries de la petite ville qui s'étale au pied de la forteresse d'Agenorh, dans le Bief. Durran peine à tenir pieds face aux coups violents de son adversaire, qui n'est rien d'autre que le chevalier qui lui sert de maître. Il tombe a la renverse et se relève, à chaque fois. Malgré la rancœur, malgré la douleur. Il se relève, déterminé à le battre, ou du moins à ne pas se ridiculiser. En ce jour, du haut de ses 15 ans, Durran porte en lui une fierté déjà inégalable. Il déteste se montrer faible, il l'a été trop longtemps en compagnie de son frère aîné. Au point que la légère coupure qui fend sa peau sur ses côtes passe inaperçu pour le chevalier face à lui. Le jeune homme reste impassible, jusqu'à la fin de leur entrainement. Il salue respectueusement son supérieur, qui le quitte pour rejoindre l'auberge dans laquelle ils logent durant ces quelques jours, avant de se diriger vers le box de leurs chevaux.

L'écuyer s'attèle donc a panser la splendide monture du chevalier. Une bête de prêt de deux mètres de haut, aussi sombre qu'une nuit sans lune et sans étoiles, mais avec un coeur aussi gros que son imposante carrure. Durran rêve de posséder un tel destrier, et il se promet dors et déjà que ce sera le cas, lorsqu'il sera adoubé. Il ne se doute pas que, dans quelques années, sa monture n'aura rien a voir avec une pareille créature. Alors que l'écuyer entame le nettoyage des imposant sabots et qu'il se penche pour dégager la boue qui se trouve sous le pieds, il grimace et laisse échapper un grognement douloureux.

Il se redresse doucement, la mâchoire crispée, avant de soulever sa chemise pour constater les dégâts. Ce n'est pas grand chose, mais c'est suffisant pour que le sang dégouline de la plaie et vienne tacher sa chemise. En l'état, les mouvements amples deviennent forcément désagréables. Il faut qu'il nettoie et qu'il soigne ça, mais hors de question de demander de l'aide a son sire. Durran souffle un coup avant de retirer une bonne fois pour toute sa chemise et de la déposer sur la porte du box, laissant ainsi paraître les muscles finement dessinés d'un corps en pleine croissance. Il attrape un bout de tissu qu'il trempe dans l'eau du gigantesque abreuvoir qui sert de réserve pour les chevaux, avant de commencer a nettoyer la vilaine coupure afin d'y voir plus clair. Peu facile vu où elle se situe ; en haut de ses cotes, au niveau du pectoral. Durran conçoit qu'il a quand même bien besoin d'aide même si, trop fière, il n'ira pas en chercher.

Subitement, le jeune homme entend un bruit un peu plus loin, ne ressemblant pas a ceux que font habituellement les chevaux. Il lève la tête, posant ses yeux émeraudes sur un visage qui l'avait, par le passé, déjà troublé. Et qui le trouble encore ; Durran met quelques secondes a réagir mais finit par prendre conscience de la situation.

« Lady Lowther?! Je... je suis désolé... Je ne pensais pas trouver quelqu'un ici. » Lance t'il, gêné, alors qu'il attrape sa chemise avant de l'enfiler vulgairement. Retenant au passage un nouveau grognement de douleur dû a son geste trop pressé.

Demander de l'aide? Certainement pas. Pas a une jeune femme de son rang, et encore moins a la fille du lord de ces lieux. Qu'est ce qu'il allait penser si il apprenait qu'un jeune homme a osé se présenter ainsi devant sa fille? Et qu'est ce que son sire dirait? Durran tient beaucoup a l'image qu'il donne. Bien que la pudeur ne soit pas sa priorité, la situation le met mal a l'aise, plus que d'habitude. Sûrement parce que c'est elle qu'il a face à lui. La jeune fille qui a attiré son attention un an plus tôt alors que son chevalier participait a un tournoi organisait ici même. Cette fille au regard farouche et a la voix qui lui rappel tant celle d'Adélaïde.
Durran la salue alors d'une modeste révérence, comme le ferait un noble chevalier.


© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Le son de ta voix. ft. ELEYNA Empty
MessageSujet: Re: Le son de ta voix. ft. ELEYNA   Le son de ta voix. ft. ELEYNA EmptyMar 28 Fév - 17:57

Autant que je me souvienne, j’avais toujours aimé les chevaux. Ces forces tranquilles m’avaient toujours apaisé à certains moments de ma vie. J’aimais leur compagnie presque autant que celle des hommes. Bien loin des considérations des humains, ces bêtes arrivaient, certaines fois à me consoler bien mieux par leur présence que certains de mon entourage. C’était là, la force de ses animaux et ce que j’appréciais chez eux. Je ne sais plus ce qui m’avait attiré vers les écuries ce jour-là. La volonté d’être seule, sans doute. Loin des humains. Loin de l’homme en général. Ici, je pouvais penser à ma guise. Rêvasser à l'infini. Mes loisirs se résumaient à songer. A mon futur de fille de seigneur de la maison Lowther. Mon avenir de femme étroitement liée à un homme. Je pouvais visualiser, du haut de mes quinze ans, la ligne de mon futur. Je quitterai dans quelques années la forteresse d'Agenorh. Les sentiments et l’attachement, aux gens, aux lieux, n’avaient pas leur place dans mon monde. Je quitterai tout ce dont j’avais connu et tout ce que je chérissais. Et cette idée me terrifiait par avance. Je réfutais déjà tout idée de mariage de convenances. Mariage d’arrangement entre seigneurs. Mon propre père me confierait à un autre pour le restant de ma vie, sans prendre en compte mon avis et mes volontés. Tel était le dur destin des femmes.

Un bruit étrange me sorti de mes rêveries. Plus tard, un grognement lointain se fit entendre et je me redressai, sur mes gardes. Habituellement, à cette heure-ci, j’avais l’habitude de ne pas être dérangée par les palefreniers. Quittant la botte de paille où je mettais logée, j’avançais à pas de loup. Silencieuse, le pas léger, j’entendais qu’on bougeait non loin de là.  C’est alors que j’entrevis Lord Cressey. « Lord Cressey... » Soupirais-je en reconnaissant le jeune homme. Surprenantes retrouvailles. J’étais surprise de le voir dans mon repaire secret. Un détail attira pourtant mon attention. Il était torse nu, du sang tachant son torse. Il s’empressa de remettre sa chemise, elle-même tachée de sang.

« Vous saignez... » Lâchai-je affirmativement sans même répondre à sa remarque. Je plissai les yeux en m’approchant du jeune homme. Avec ma bonne âme et mes convictions déjà bien ancrées, j’entrepris d’analyser sa blessure. Non pas que je prétendais spécialiste des lésions et des plaies ouvertes mais j’avais vu mon lot de blessures à la forteresse. Habituée au sang et aux ecchymoses, je ne pensais pas être effrayée par celle de Durran Cressey. « Vous permettez ? » demandais-je en saisissant le bout de tissu d’entre sa main.

(...)

Comme attendu, sa blessure ne me surpris pas. Elle n’était pas pire que certaines que j’avais déjà entrevues. Les chevaliers revenaient parfois en très mauvais état. Alors bien sûr, à cause de mon jeune âge, je ne faisais que les apercevoir de loin.

« Comment vous êtes-vous fait cela, Lord Cressey ? » ne laissant flâner mon regard que sur la blessure du jeune homme, évitant son regard. Beaucoup trop proche de moi, j’entrepris de passer le bout de tissu imbibé d’eau sur les contours de la blessure. «  De retour sur les terres du Bief ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Le son de ta voix. ft. ELEYNA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hell-a : Une drôle de voix [hell-a]
» Damien vient rendre le déformateur de voix
» Les voix de dieu [Ozai]
» — Why don't we go somewhere only we know ?
» Une voix : Susan Boyle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: