RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici [FB] Strangers in a strange place | Ashter 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !
En ces périodes de fêtes, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

Partagez
 

 [FB] Strangers in a strange place | Ashter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
la chevêchette de Bourgfaon
Shoren Cafferen
la chevêchette de Bourgfaon
Valar Dohaeris
[FB] Strangers in a strange place | Ashter Tumblr_m4koi8kaTf1qjj8xbo3_400
Ft : sarah bolger
Multi-Compte : la caractérielle dornienne, Elena Forrest, et la petite louve du Nord, Beth Cassel
Messages : 524
Date d'inscription : 03/03/2019

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter EmptyDim 17 Nov - 22:36

strangers in a strange place
lune 7, semaine 3, 302
@Ashter Yarwyck

« We sometimes encounter people, even perfect strangers, who begin to interest us at first sight, somehow suddenly, all at once, before a word has been spoken. »
La neige crisse sous ses pieds alors qu'elle avance la chevêchette, emmitouflée dans une épaisse fourrure. Des journées entières a-t-elle été exposé au froid mordant de l'hiver, si bien que jamais elle n'aurait cru que, lorsqu'enfin le confort d'un feu de cheminée retrouvée, elle le quitterait de plein grès. Et pourtant, une journée à peine s'est-elle écoulée avant que déjà cette image qui pourtant sur la route lui a paru si parfaite perd déjà sa splendeur. Et déjà a-t-elle besoin d'échapper à ces préparatifs qui, dans le château, prennent leurs cours. Les préparation pour un mariage. Pour son mariage. A ce moment un frissonnement parcours son frêle corps, et elle ne peut s'empêcher de serrer d'avantage la fourrure autour de ses épaules, la chevêchette, sachant pourtant parfaitement que ce n'est point les brises glaciales balayant la cour du château qui en sont responsables. Ou du moins, ne le sont-ils point en entier. L'honteuse vérité est que celle qui tant aime se revêtir d'un masque de fierté est terrifiée. Terrifiée à l'idée de quitter la famille qui l'a vu grandir pour refaire sa vie au milieu d'étrangers, de devoir abandonner la chouette qu'elle est pour rejoindre les faons. Et plus que tout, elle le craint lui, ce faon dont les manières agréables et le sourire facile ne font que voiler une bien plus sombre personnalité à en croire les récits de l'aînée des chouettes. Un manipulateur. Un homme sans grande scrupules, au point même de se réjouir de la mort bien trop précoce de ses frères et soeurs, morts avant même d'être en âge de prendre leur première respiration. Est-ce donc à un tel homme auquel elle sera enchaînée pour le restant de ses jours ? La cérémonie n'est point encore commencée, et ne le sera pas avant quelques jours encore, et pourtant, déjà a-t-elle l'impression d'étouffer. C'est toujours cette même question qui pèse sur son esprit: combien de temps s'écoulerait-il avant que le faon ne laisse tomber ce masque de chevalier galant qu'il a jugé bon de lui montrer lors de sa courte visite à Bosquebrume ? Attendra-t-il uniquement que les portes se ferment derrière eux, les occultant des regards indiscrets? Ou devra-t-elle vivre dans la crainte de ce moment où il tomberait, le masque ? Elle la tracasse, la chevêchette, cette incertitude qui ne cesse de ronger son esprit, et à chaque fois que son regard se pose sur les préparatifs du mariage, lui rappelant que celui-ci indéfectiblement se rapproche, d'avantage son cœur se sert. Alors la petite chouette tente de fuir ces constants rappels, à défaut de ne pouvoir fuir l'union en elle-même.

Et alors que les craintes lourdement pèsent sur l'esprit de la chevêchette, bientôt le crissement de la neige cesse, et une toute autre odeur vient titiller ses narines: l'odeur de chevaux et de cuir souffrant sous l'effet de la froide humidité qu'est celle de l'hiver. Ici au moins, dans les écuries, personne ne viendra la chercher. Personne ne viendra lui demander d'aider aux préparatifs d'un mariage auquel elle ne veut point assister, ou ne voudra faire les derniers ajustements pour une robe qu'elle a déjà en horreur, de par ce que représente la couleur de cette dernière. « Regarde ce que je t'ai apporté ma belle. » finit-elle par murmure d'une douce voix, lorsqu'enfin, c'est une silhouette à la robe pommelée tant familière qu'elle aperçoit dans un des boxes. La silhouette de cette ponette à quelques centimètres seulement d'être un cheval. Mais si la chevêchette s'attendait à ce que la curieuse - et surtout gourmande - jument ne vienne attraper la pomme qu'elle lui tend, elle est désagréablement surprise, car ce n'est qu'une fois qu'elle se trouve dans le box que l'équidé pose sur elle un regard fatigué. Et toujours n'attrape pas la rare friandise... « Qu'est-ce qu'il se passe ma jolie ? » Avec délicatesse, la chevêchette passe sa main sur l'encolure de celle qui est sa monture depuis plusieurs années déjà, mais point n'a-t-elle besoin de sentir les secousses traversant le corps de la jument pour comprendre que quelque chose n'est pas en ordre. Pour paniquer, même. Qu'est-ce qu'elle est censée faire ? A Bosquebrume, saurait-elle parfaitement à qui demander de l'aide, à qui confier son cheval - mais ici ? Mais avant qu'elle ne puisse réellement se remettre de ce choc, ou réellement réfléchir sur quoi faire, des bruits de pas attirent son attention. Et lorsqu'elle lève son regard, elle observe peu plus loin une tête blonde. Une tête blonde qui vaguement lui semble familière - n'est-ce pas là un des palefreniers qui a pris en charge les chevaux lors de l'arrivée de la famille Mertyns ? A vrai dire, elle ne se rappelait pas, bien trop frigorifiée à ce moment-là, et trop inquiète à ce moment précis pour réellement parvenir à s'en souvenir - ou même à y porter grande importance. « Toi, là-bas. » interpelle-t-elle celui qu'elle pense être un servant, tentant de le pas laisser la panique se refléter dans sa voix - mais à peine la première syllabe de prononcée, sait-elle déjà que cela est un échec. « Je... Ma jument semble malade. Va donc chercher le responsable des écuries pour qu'il vienne. S'il te plait.  » Malgré l'inquiétude qu'est sienne, son ton pourtant garde l'autorité si propre à la noblesse. « Attends... avant, peux-tu me dire où trouver une couverture pour elle ? Je crains qu'elle n'attrape froid.  » Est-ce là un signe des Dieux, présageant à quoi elle devra s'attendre durant ce mariage? A peine arrivée, et déjà cette petite jument, ce dernier cadeau de la Grande Chouette, ne tombe malade...

(c) DΛNDELION


❝little owl flying on her own❞ No matter where I go, I’ll never forget home. I can feel its heartbeat a thousand miles away. Home is the place where I grew my wings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knight of the West
Ashter Yarwyck
Knight of the West
Valar Dohaeris
[FB] Strangers in a strange place | Ashter J9OM2B5Z_o
[FB] Strangers in a strange place | Ashter Tumblr_o1bjgubMPf1u0pfufo1_500
Ft : Heath Ledger
Multi-Compte : Lyanna Mormont - Roland Vanbois - Oberyn Martell - Snöfrid Harloi - Alyria Targaryen
Messages : 844
Date d'inscription : 22/04/2019

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: Re: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter EmptyJeu 28 Nov - 19:24



The Horse Whisperer – Part 1


- Brave to death ! -



Bourgfaon était une bien jolie demeure orageoise. Ashter avait eu l’occasion depuis son arrivée de visiter les lieux, d’y rencontrer beaucoup de gens et de s’y promener ainsi qu’aux alentours. Il aimait se perdre, il aimait laisser son esprit divaguer dans les paysages frais et inconnus. Il avait toujours son petit carnet sur lui pour écrire, dessiner, laisser libre court à son imagination. Il avait déjà plein de bons souvenirs à Bourgfaon. Les semaines passées, il avait passé une soirée des plus hilarantes avec son ami, ser Tavish, le futur marié. Alors que rien ne les prédestinait à devenir ami, ils sympathisèrent et le devinrent pour leur plus grande joie respective. Et il était ravi de pouvoir assister à son mariage. Ashter Yarwyck ne connaissait pas du tout l’Orage et encore moins la région qui y trônait : R’hllor. Cela lui était complètement inconnu tout comme à Shoren Mertyns semble-t-il. Ashter était curieux et plutôt pressé d’assister à cette union entre la dame et son ami. Ne voulant guère le déranger à quelques jours de son mariage, Ashter, après avoir reçu l’autorisation de Lady Walda qui n’avait pas besoin de lui pour la journée, décida de prendre son cheval et d’aller se promener aux alentours. Il y avait sûrement des coins qu’il n’avait pas vu les jours précédents.

À son passage, les gens qui travaillaient ici s’inclinaient ou lui adressaient un simple bonjour. Il n’en demandait pas tant. Certes il était un chevalier mais il savait rester simple. Il croisa le regard de plusieurs jeunes femmes qui se gloussaient une fois le jeune blond au loin. Cela le faisait sourire et repenser aux femmes qu’il avait croisé dans sa vie, à celles qui avaient réellement compté, à celles avec qui il aurait pu fonder une famille. Et c’est là qu’il se rendit compte qu’il n’y en avait guère beaucoup. Il se rappelait bien évidemment Clarysse Varnier qu’il recroisa totalement au hasard il y a quelques jours. Entre eux, il n’y avait jamais rien eu, pas même un espoir mais aujourd’hui, Ashter se disait sans rougir que la dame bieffoise aurait pu tout à fait lui convenir. Seulement, leur amitié était plus importante à ses yeux. Il n’oubliera jamais la visite merveilleuse de Hautjardin par la jeune De la Nouë. Il en souriait encore aujourd’hui. Une autre bieffoise lui vint à l’esprit, la jeune Elinor Costayne qu’il n’avait pas revu depuis Lestival mais avec qui il correspondait assez régulièrement. Là encore, il se disait qu’une femme comme elle aurait pu tout à fait lui convenir. Ashter était un homme qui appréciait la beauté féminine – comme tous les hommes en Westeros, il faut en convenir, quoique…  – et même sa future épouse : Melleah Payne. Elle était ravissante et espérait pouvoir la rendre heureuse. Seulement voilà, Ashter était de plus en plus en proie au doute. Depuis sa rencontre avec Sacha, qui s’effectua quelques heures avant sa rencontre avec Melleah. Bien que ses sentiments évoluèrent au fil des lunes, il avait récemment décidé de renoncer à elle. Il ne correspondait plus avec elle ni avec Melleah. En effet, il devait répondre à cette dernière mais envahi par ses doutes, il ne l’avait pas encore fait.

Il chassa tout cela de sa tête et se concentra sur cette journée qui l’attendait. Il croisa le palefrenier qui s’en allait de l’écurie. Ils se connaissaient un peu car Ashter venait quasiment tous les jours sortir son cheval. Ainsi, Ashter fit son petit rituel et entra dans l’écurie tandis que le palefrenier semblait avoir été appelé ailleurs. Le chevalier ouestien adorait chevaucher. Il se sentait libre, sans responsabilité, sans obligation. Il chevauchait au vent, galopait, trottait, marchait, il se défoulait tout comme le cheval se défoulait. Cela faisait du bien. Il fallait profiter de ces petites choses dans la vie. On en ressortait plus fort, plus réfléchi, moins en proie à nos doutes et nos peurs. Quand Ashter revenait de promenade à cheval, il était prêt à affronter ses problèmes ou du moins ses doutes et ses sentiments avant qu’ils ne deviennent un problème. Seulement aujourd’hui, les Sept semblaient en avoir décidé autrement. Une voix s’éleva dans l’un des box et Ashter crut au départ avoir halluciné. Il n’y prêta guère attention jusqu’à ce que cette même voix vienne l’interpeler et lui parler.

- Toi, là-bas.

Ashter suivit le son de la voix de la jeune femme. C’était une dame à en juger sa tenue, sa prestance et son ton. Il n’osa pas répliquer ni décliner son identité. Elle semblait par ailleurs ne pas avoir compris qu’il s’agissait d’un chevalier, de surcroît ser Ashter Yarwyck, chevalier de Lady Walda Lannister, une invitée de marque. Quoiqu’il en soit, il comprit assez rapidement qu’elle le prenait pour tout autre qu’il était.

- Je... Ma jument semble malade. Va donc chercher le responsable des écuries pour qu'il vienne. S'il te plait.

- Je… euh…

Il n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que la jeune dame enchaîna aussitôt sur un ton quelque peu paniqué.

- Attends... avant, peux-tu me dire où trouver une couverture pour elle ? Je crains qu'elle n'attrape froid.

- Tout de suite, ma Dame.

Ashter adorait les chevaux et il était hors de question d’en laisser un mourir de froid, surtout que l’hiver s’était déjà bien installé. Il gardait deux couvertures dans son box pour son cheval. Aussi, il se dirigea vers celui-ci et prit une couverture tout en glissant quelques mots à sa monture qu’il ne sortirait pas tout de suite en fin de compte.

- Soit patient. Tu vois bien qu’il y a une jument en détresse. Tout bon cheval que tu es se doit de lui porter secours. Merci pour la couverture.

Il espérait que la jeune dame, qu’il supposa être lady Shoren Mertyns lorsqu’il s’approcha d’elle pour lui donner la couverture, ne l’ait pas entendu. Parler aux animaux pouvait donner lieu à quelques jugements des personnes qui ne comprenaient pas la relation de l’homme avec les animaux. Mais Ashter se fit la réflexion que Shoren le savait. Sur une toute autre idée, il hésita longuement entre dévoiler son identité tout de suite ou profiter de la situation. Non pas qu’il était curieux de façon malsaine, mais il trouvait cela juste drôle que la jeune dame l’ait pris pour un palefrenier. Le chevalier ouestien, après s’être incliné, tendit la couverture à la jeune dame. La conversation risquait d’être intéressante, pour sûr.

- Lady Shoren, j’ai bien peur que le responsable des écuries ne soit occupé. Je ne l’ai guère aperçu en arrivant aux écuries. Permettez que j’examine votre jument ? J’arriverai peut-être à savoir ce qui lui arrive.

Ashter n’était pas un expert en équidés mais il était proche des chevaux. Il aimait beaucoup cet animal et dans ses rêves les plus fous, en aurait fait son blason. Il avait beaucoup appris sur les chevaux grâce à Beren. Et il espérait donc pouvoir aider la jeune Mertyns avec sa jument, en bon chevalier servant qu’il était.


silver : Ashter Yarwyck
teal : Shoren Mertyns


Code by Sleepy




Brave to Death !

Awards 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la chevêchette de Bourgfaon
Shoren Cafferen
la chevêchette de Bourgfaon
Valar Dohaeris
[FB] Strangers in a strange place | Ashter Tumblr_m4koi8kaTf1qjj8xbo3_400
Ft : sarah bolger
Multi-Compte : la caractérielle dornienne, Elena Forrest, et la petite louve du Nord, Beth Cassel
Messages : 524
Date d'inscription : 03/03/2019

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: Re: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter EmptyMer 4 Déc - 0:16

strangers in a strange place
lune 7, semaine 3, 302
@Ashter Yarwyck

« We sometimes encounter people, even perfect strangers, who begin to interest us at first sight, somehow suddenly, all at once, before a word has been spoken. »
Elle tente de rassurer la jument tremblante, la chevêchette, tente de lui faire comprendre de par un léger contact, de par de douces caresses et tendre paroles, qu'ici, dans cet environnement si nouveau, elle n'est point seule - ou est-ce elle-même qu'elle cherche à rassurer, murmurant ainsi des paroles d'encouragement ? A vrai dire, à ce moment précis, elle est bien incapable de le dire, la chevêchette. Tout comme elle n'est point en mesure de dire si ces tremblements dans ses doigts ne sont que le feint mirage de ceux secouant sa jument ou bien le produit de sa propre nervosité. « Tu vas voir, on va venir t'aider ma belle. Et tu iras bientôt mieux... » Elle tente de se montrer forte pour sa jument, de ne point laisser sa panique transparaître dans sa voix, mais à peine le premier mot a-t-il franchi ses lèvres qu'elle sait déjà que cela est peine perdue. Trop lourdement déjà pèsent d'autres inquiétudes sur son esprit, si bien que ceci semble bien être la goutte à faire déborder le vase. Quel présage cela constitue-t-il si à peine arrivée à ce lieu où elle est censée passer le reste de sa vie un de ses plus fidèles compagnons ne tombe déjà malade ? Plus qu'une simple monture, cette petite jument à l'allure fière et au regard malicieux est surtout un des derniers cadeaux que lui a fait la Grande Chouette... mais non, elle ne la perdra pas. Elle ne pouvait point penser à cette possibilités. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Pinçant ses lèvres et serrant un poing sous les plis de sa robe, elle tente de se ressaisir, la chevêchette, alors que les pas de ce palefrenier qu'elle a appelé approchent. Tente de retenir ces larmes qu'elle a trop longtemps retenus et qui désormais menacent de couler. Elle ne perdra pas contenance, encore moins en publique. Encore moins devant un des serviteurs. On l'a mieux éduqué que cela, la petite chouette.

Et alors que grince la porte du box derrière elle, et qu'elle peut presque s'imaginer sentir la présence de cet inconnu, son regard reste rivé sur la crinière de sa petite jument, trouvant quelque chose de rassurant dans les cheveux gris de l'équidé. Ou du moins, quelque chose lui permettant de garder contenance, car pour l'instant n'est-elle point sure encore qu'en se retournant, elle parviendrait à garder face sereine face à cet inconnu. Non, mieux vaut-il que d'abord, elle cherche à se rassembler d'avantage avant de lui faire face, car peu importe la panique qui occulte son esprit à ce moment précis, est-elle assez lucide encore pour savoir qu'une des premières images qu'elle donnerait à ceux qui un jour travailleront pour elle ne pourrait être celle d'une petite fille terrifiée. D'une gamine incapable de se comporter avec la dignité que son rang l'exige... Serrant ces dents, la chevêchette prend une profonde inspiration, tentant de recoller ce masque de distante dignité derrière lequel elle cache ses véritables sentiments depuis bien des semaines déjà. Et d'une faible voix, finit-elle par répondre aux paroles du palefrenier.

« S'il te plait. » D'un léger pas, se décale-t-elle d'avantage vers la tête de la ponette, laissant ainsi place à l'inconnu de lui aussi s'approcher de l'équidé. « Elle semblait bien ce matin. » ajoute-t-elle, se sentant si inutile à ce moment faire. La seule chose lui venant à l'esprit est de couvrir l'équidé tremblant. « La couverture... » commence-t-elle, tournant enfin sa tête vers ce serviteur appelé pour prendre soin de l'équidé. Et lorsque son regard sur la silhouette de ce dernier se pose, elle se fige, la chevêchette. Malgré cette panique qui toujours agite ces membres et voile son esprit, mais ces vêtements... les vêtements que porte ce dernier ne sont point ceux d'un serviteur. Et comme pour moquer la chevêchette, une dague prône autour de la taille de l'homme se tenant désormais à ses côtés, soulignant là son statut tant différent de celui de simple palefrenier. « Je... » Elle balbutie, la chevêchette, alors que le rouge lui monte aux joues. Par où commencer ? Elle qui toujours donne tant de valeur au statut social, vient de commettre une bien grave erreur. Qui cet homme est-il ? Un invité ? Un ami du faon ? Pinçant ses lèvres, elle se force de remonter son menton, se force de faire face à cet homme - ou plutôt chevalier peut-être même ?  Ou même, bâtard tel que le faon au mariage duquel il est sans doute venu assister ? Après tout, qui se ressemble s'assemble n'est-ce pas ? Enfin, sans doute n'est-ce point le moment de passer jugement, pas quand elle a commis une telle maladresse. « J'espère que vous saurez excuser ma confusion, Ser. Je ne vous avais point vue - pas vraiment, du moins. a jument est... enfin, vous voyez vous-même. J'ai uniquement vu un mouvement, la présence de quelqu'un, et je... j'espère ne point vous avoir trop offensé. » Elle balbutie toujours la chevêchette, mais si son gêne face à cet maladresse est des plus réels, son inquiétude pour la ponette prédomine, et ainsi, sous ces si longues et maladroites excuses, ne peut-elle s'empêcher d'ajouter d'une voix presque suppliante, appartenant bien plus à la fillette qu'elle est qu'à la femme qu'elle cherche à être: « Pensez-vous pouvoir lui aider ? »
(c) DΛNDELION


❝little owl flying on her own❞ No matter where I go, I’ll never forget home. I can feel its heartbeat a thousand miles away. Home is the place where I grew my wings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Knight of the West
Ashter Yarwyck
Knight of the West
Valar Dohaeris
[FB] Strangers in a strange place | Ashter J9OM2B5Z_o
[FB] Strangers in a strange place | Ashter Tumblr_o1bjgubMPf1u0pfufo1_500
Ft : Heath Ledger
Multi-Compte : Lyanna Mormont - Roland Vanbois - Oberyn Martell - Snöfrid Harloi - Alyria Targaryen
Messages : 844
Date d'inscription : 22/04/2019

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: Re: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter EmptyJeu 19 Déc - 18:02



The Horse Whisperer – Part 2


- Brave to death ! -



- Je...

Ce serait mentir que de dire que le jeune Ashter s’amusait de la situation. Le fait que lady Shoren ne l’ait pas reconnu aurait pu lui permettre de savoir que la jeune femme pensait de Tavish. Seulement, Ashter trouvait cela petit de sa part de profiter de la situation d’autant que la jeune femme ne mit pas longtemps à comprendre sa méprise. En effet, le chevalier n’était clairement pas accoutré comme un palefrenier et la future mariée s’en rendit compte tandis qu’Ashter s’approchait de la jument doucement et avec tact. La jument, bien couverte par la couverture que lui avait mise Shoren, ne semblait pas blessée. Il caressa la jument, murmura à son oreille, lui demandant ce qu’elle avait. Il fit le tour, l’observa avec attention mais n’arrivait pas à voir ce qui pouvait expliquer son mal. Ashter revint alors face à une Shoren pétrifiée, se rendant compte finalement à qui elle avait à faire. Il ne put s’empêcher d’afficher un petit sourire tandis que la jeune femme se confondait en excuse avec sincérité.

- J'espère que vous saurez excuser ma confusion, Ser. Je ne vous avais point vue - pas vraiment, du moins. La jument est... enfin, vous voyez vous-même. J'ai uniquement vu un mouvement, la présence de quelqu'un, et je... j'espère ne point vous avoir trop offensé.

Ashter faisait signe que ce n’était rien. Il rougissait même quelque peu. Il ne se sentait guère au-dessus de personne, bien au contraire, il se mettait toujours en infériorité par rapport aux autres. Il avait beaucoup de respect pour les familles nobles quelle qu’elles soient. Il regardait lady Shoren et attendit qu’elle termine de s’excuser pour finalement parler. Il comprenait tout à fait que la situation l’avait perturbé. Sa jument ne semblait pas aller bien et elle avait alors vu une silhouette débarquer dans les écuries, prenant celle-ci sans doute pour le palefrenier. C’est d’ailleurs celui-ci qui entra à son tour dans les écuries et s’attelait déjà à ses affaires tandis qu’Ashter et Shoren se trouvaient toujours aux côtés de sa jument. Puis, avant même qu’Ashter ait pu répondre, ce qu’il était sur le point de faire, Shoren rajouta une question concernant sa jument et son état. Elle semblait vraiment inquiète et Ashter espérait pouvoir l’aider mais nul doute que faire appel au palefrenier semblait être le plus judicieux.

- Pensez-vous pouvoir lui aider ?

Ashter regarda de nouveau la jument. Il voyait dans son regard que quelque chose n’allait pas bien que physiquement, elle semblait être en forme. Il se tourna de nouveau vers Shoren pour lui répondre.

- Je suis au regret de vous annoncer que mes compétences sont assez minimes. Je ne vois aucune blessure externe mais je vois bien qu’elle semble souffrante.

Le regard d’une jument ne trompait pas. Jamais. Beren le lui avait appris. Il lui avait également appris à écouter les chevaux, les sentir. Cela passait par le silence, les caresses, le regard, la douceur. Il caressa la jument puis ajouta quelques mots.

- J’ai cru entendre le palefrenier. Je pense que nous devrions lui confier votre jument. Il saura mieux que moi trouver son mal.

À ces mots, le chevalier sortit trouver le palefrenier qu’il finit venir immédiatement. Le jeune homme, qui devait être un peu plus vieux qu’Ashter, salua la jeune dame et commença à examiner la jument. L’ouestien resta en retrait. Il ne voulait guère s’imposer plus que de raison. Néanmoins, il voulait savoir si la jument allait bien et souhaitait que Shoren soit soulagée. Il serait dommage qu’elle soit peinée quelques jours avant son mariage avec ser Tavish. Il lui fit signe de le rejoindre, laissant alors plus de place pour le palefrenier et ses examens, puis lui sourit, tentant de se montrer rassurant.

- Je suis sûr que votre jument va bien ou du moins j’espère que ce n’est pas trop grave.

Maladroit, Ashter… Maladroit mais le chevalier ne laissait pas le silence s’installer et enchaîna aussitôt.

- Et vous, lady Shoren ? Comment allez-vous à quelques jours de votre mariage ?


silver : Ashter Yarwyck
teal : Shoren Mertyns


Code by Sleepy




Brave to Death !

Awards 2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la chevêchette de Bourgfaon
Shoren Cafferen
la chevêchette de Bourgfaon
Valar Dohaeris
[FB] Strangers in a strange place | Ashter Tumblr_m4koi8kaTf1qjj8xbo3_400
Ft : sarah bolger
Multi-Compte : la caractérielle dornienne, Elena Forrest, et la petite louve du Nord, Beth Cassel
Messages : 524
Date d'inscription : 03/03/2019

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: Re: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter EmptySam 25 Jan - 22:25

strangers in a strange place
lune 7, semaine 3, 302
@Ashter Yarwyck

« We sometimes encounter people, even perfect strangers, who begin to interest us at first sight, somehow suddenly, all at once, before a word has been spoken. »
Le rouge empourpre les joues de la chevêchette, et pour l'espace d'un moment durant, gêne et honte viennent envahir son esprit, là où auparavant, inquiétude a été maître. Peut-il y avoir meilleure façon que de se faire connaitre des convives, et peut-être même amis, du faon, qu'en leur parlant tels des domestiques ? Oh, pas que l'impression qu'elle peut bien donner au faon tant lui importe tant - pas après tout ce que la chouette aînée a bien pu lui confier au sujet de ce dernier. Un manipulateur. Un ambitieux homme, au point même de se réjouir de la mort prématuré de ses frères, morts avant même d'avoir pu prendre leur première bouchée d'oxygène... Tel est le portrait si peu flatteur que l'on lui a dressé de l'homme avec lequel elle se trouvera forcé à partager couche et bien plus encore d'ici quelques jours à peine. Et devant un tel portrait, peut-on lui en vouloir de nullement souhaiter faire bonne impression à ceux qui certainement font parti de l'entourage du faon? Car si elle ne sait rien au sujet de l'inconnu se trouvant face à elle, on ne peut que tirer certaines conclusion en vue de la proximité en âge que ce dernier a avec l'héritier aux armes brises ressoudées. Alors non, n'a-t-elle nullement envie de faire bonne impression face à ce dernier, ni ne souhaite-t-elle lui parler - lui ou n'importe qui d'autre, d'ailleurs -, mais à son malheur, est-elle mieux éduquée que cela. Mieux que d'ainsi se laisser aller à ses craintes, mieux que de les laisser paraître. Mieux que de ne point sentir le malaise l'envahir face à une telle maladresse de sa part. Certes, l'homme point ne semble lui en vouloir - mais d'une certaine manière, cela rend-il la situation plus gênante encore pour la chevêchette. Mais l'encolure tremblante sous sa main bien rapidement lui fait une fois de plus oublier son malaise pour la faire concentrer sur ce que, à ce moment, compte réellement. Et cela n'est point elle, ses craintes ou ses maladresses.

Enfin, si seulement, cela serait aussi simple que cela... car si la jument tremblante sous son toucher sème crainte en son esprit, la chevêchette sait pourtant que cela n'est responsable que d'une partie de ses craintes. Et une petite voix au fond de son esprit ne cesse de lui dire que c'est là un bien mauvais présage, pour un futur à Bourgfaon, que de voir son cheval malade si peu de temps après leur arrivée...

« Je... merci. » balbutie-t-elle, alors que l'homme s'éloigne, espérant qu'il puisse trouver quiconque en ce maudit lieu qui serait en mesure d'aider la ponette...

Les instants s'écoulent, et l'angoisse de la jeune orageoise ne fait que s'agrandir, doucement se transformant en panique quand, enfin, enfin, le crissement de la porte du box annonce le retour de l'homme - et cette fois, c'est un des palefreniers qui l'accompagne.

« M'lady. » ce dernier la salue-t-il, avant de s'approcher de la jument, obligeant doucement la future dame de ses lieux à s'éloigner et d'ainsi laisser sa fidèle compagne aux mains de cet étranger. Tant se sent-elle impuissante, la chevêchette, alors de ses membres endoloris encore de part le voyage, lentement elle quitte le box.

« Je l'espère aussi. » murmure-t-elle face à l'expression de compassion du chevalier, tentant même dans un élan de bonnes manières de lui adresser un léger sourire pour le remercier de la peine qu'il a prise pour lui devenir en aide, mais à peine ses lèvres bougent-elles - alors finit-elle par exprimer à voix haute ces paroles qu'elle aurait préféré pouvoir taire, car soumise à tant d'émotions, point ne fait-elle confiance à sa voix. « Je vous remercie de nous être venu en aide. C'est si avenant de votre part, et je ne l'oublierais point. »

Des paroles qui semblent si vides de sens, et pourtant, ne sait-elle point comment mieux exprimer son attitude. Pas à ce moment précis du moins, où ses yeux restent rivés sur la jument se trouvant à seulement quelques mètres d'elle. Pas tant qu'à chaque instant, elle doit craindre d'entendre le verdict du palefrenier sur l'état de cette dernière. Mais en entendant le mystérieux chevalier prononcer son nom, pour l'espace de quelques instants durant, son regard se décolle de l'équidé pour se poser sur l'homme à ses côtés. Comment a-t-il donc pu deviner son identité? Parmi les autres convives déjà présents, elle n'était point la seule jeune noble. Ni est-elle la seule de la dernière nichée des Mertyns a avoir fait le déplacement - mais si l'homme est un employé des Cafferen, alors serait-ce certainement normal qu'en ce peu de temps déjà, il ait appris de son identité.

« Je dois avouer qu'en songeant aux préparations de l'union à venir, je ne m'attendais point à ce que celle-ci ne comprennent également des moments passés dans les écuries à craindre pour ma jument. » Une réponse ayant franchi le bec de la chevêchette avant qu'elle n'en puisse réellement moduler le contenu. Mais à quoi pouvait-on s'attendre, demandant une telle question à la future mariée - une dénomination dont la jeune chouette déjà a horreur - lorsqu'elle se trouve dans les écuries, condamnée à observer son cheval souffrant sans être en mesure de lui venir en aide ? Et pourtant, part d'elle parfaitement est conscient qu'en ce disant, le chevalier n'a uniquement cherché à la distraire, à lancer une conversation qui, pour l'instant de quelques instants du moins, détournerait son esprit de la scène qui se déroule devant ses yeux. « Je crains devoir m'excuser de nouveau auprès de vous Ser - la  fatigue du voyage, et l'inquiétude pour ma jument me pèse bien plus que je voulais me l'admettre. » Mais du mariage, point ne désire-t-elle en parler, alors tente-t-elle de changer de sujet, tout en cherchant à rattraper ces paroles prononcées bien trop rapidement. « Mais peut-être aurez-vous la bonté de me dire votre nom, Ser ? Car voyez-vous, vous voilà avec l'avantage d'avoir deviné mon identité, alors que je dois avouer toujours ignorer la vôtre. »
(c) DΛNDELION


❝little owl flying on her own❞ No matter where I go, I’ll never forget home. I can feel its heartbeat a thousand miles away. Home is the place where I grew my wings.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

[FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty
MessageSujet: Re: [FB] Strangers in a strange place | Ashter   [FB] Strangers in a strange place | Ashter Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Strangers in a strange place | Ashter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Orage :: Bourgfaon-
Sauter vers: