RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !
En ces périodes de fêtes, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

Partagez
 

 [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
Geneva Bolton
Dame
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) XVFe3W
Ft : Bella Heathcote
Multi-Compte : Heida Fell
Messages : 274
Date d'inscription : 24/09/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyLun 21 Oct - 2:36

Là où la jalousie peut nous mener...

An 302 | Lune 7 | Semaine 2



@Myranda & Geneva Bolton

Voilà un peu plus de deux semaines que tous, à Fort-Terreur, avaient appris la bonne nouvelle : Lady Bolton était enceinte. Apprendre par le Mestre que la vie poussait à nouveau en elle avait ravi Geneva; elle y voyait l’espoir d’une trêve dans la bestialité dont Ramsay faisait preuve envers elle depuis son arrivée à Fort-Terreur. Ce dernier avait visiblement été enchanté par cette annonce, puisqu’il en avait pratiquement sauté de joie et il était allé jusqu’à plaquer un baiser – presque – tendre sur les lèvres de son épouse.

Ce baiser pourtant anodin pour Ramsay avait empli Geneva de contradictions : elle savait qu’il était le pire des monstres (les corps désarticulés jonchant le sol après le massacre de Lonlac, les rares et brefs moments pendant lesquels il la laissait voir ses enfants, de même que la façon qu’il avait de la prendre beaucoup trop brutalement chaque soir en étaient tous de parfaites preuves) et, pourtant, elle avait envie de lui laisser le plein bénéfice du doute et de tenter de voir au-delà de la carapace qu’il arborait…

Toute à ses pensées, la jeune femme traversa la cour du château d’un pas rapide. Même emmitouflée dans sa longue cape de peau de loup, le froid s’infiltrait et la faisait frissonner. Malgré l’heure avancée dans la matinée, le soleil commençait à peine à se montrer et sa lumière jaune et blafarde balayait la cour sans y apporter aucune chaleur. L’hiver apportait son lot de froid dans le Nord, mais aussi des journées aux heures grandement réduites. Geneva s’arrêta donc un moment au milieu de la cour et tourna son visage vers le ciel. Les yeux fermés, elle emplit ses poumons de l’air si glacial qu’il faisait coller ses narines en entrant dans son nez. Elle resta ainsi quelques secondes, profitant de la lumière du jour et faisant fi du froid qui mordait ses joues déjà complètement rouges. Revigorée, elle accéléra légèrement le pas pour rejoindre les écuries du château.

Dès que la Lady poussa la porte du bâtiment, elle fut happée par la moiteur qui y régnait. Toutes les bêtes entassées en un seul lieu apportaient chaleur et une certaine impression de confort à l’endroit. L’odeur mélangeant à la fois moulée, foin et crin de cheval avait un pouvoir calmant sur la jeune femme; depuis toujours, elle adorait passer du temps en présence de chevaux. C’étaient des bêtes affectueuses et attentives (et elles ne se moquaient pas d’elle lorsqu’elle leur soufflait quelques mots empreints de son intarissable bégaiement).

Geneva s’approcha de l’étalon qui était le sien depuis son arrivée au château. Sa crinière rousse et sa robe de la couleur de la crème reflétaient les quelques rayons qui réussissaient à se frayer un chemin jusqu’à l’intérieur de la bâtisse.

« Bon-Bonjour mon ch-cher Dune. » Fit-elle doucement, en posant sa main sur le bout de son nez, pour ensuite flatter vigoureusement son encolure.

Après avoir salué son compagnon, la jeune femme alla quérir le nécessaire pour le brosser. Ce travail était normalement destiné aux palefreniers, mais elle aimait voir elle-même aux petits soins de sa monture. De toute manière, dans son état actuel, brosser Dune était la seule chose qu’elle pourrait faire pour les mois à venir… Il lui était hors de question de mettre sa grossesse en péril en prenant le risque de monter à cheval.

Geneva avait commencé à brosser son destrier quand un son attira son attention. S’étant crue seule dans l’écurie, la Lady chercha nerveusement du regard la source d’un tel bruit. Rapidement, ses yeux rencontrèrent ceux de Myranda, une servante qu’elle avait croisée à quelques reprises depuis sa venue à Fort-Terreur (et même avant, puisque Geneva avait remarqué son implication lors de la prise de Lonlac par les hommes de Ramsay).

« Oh. » fit-elle en soupirant de soulagement tout en portant sa main droite à son cœur. « C’est v-vous, Myranda. » Elle esquissa un petit sourire de politesse et ajouta : « je cro-croyais être seule. V-vous m’avez su-surprise. »

Geneva avait remarqué les regards malsains que cette dernière lui lançait à l’occasion, tout comme ceux beaucoup plus langoureux qu’elle réservait à Ramsay. La lady ne comprenait pas comment ni pourquoi la jeune servante était tombée sous l’emprise de son époux, mais elle la prenait en pitié d’être sous le joug d’un tel homme (et elle espérait être apte à se retenir de commettre elle-même une telle erreur).

DRACARYS | xOfFreeSpiritsx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturière
Myranda
Roturière
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Original
Ft : Emma Watson
Messages : 131
Date d'inscription : 17/04/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyVen 8 Nov - 10:27



♫ Là où la jalousie peut nous mener ♫

Enceinte … Lady Bègue était enceinte. Ramsay était venu l’annoncer personnellement à Myranda, sachant très bien tout le mal que sa servante pourrait ressentir à l’annonce de cette terrible nouvelle. Un véritable coup de poignard, Myranda savait très bien qu’elle ne pourrait pas donner à Ramsay ce dont il avait besoin, elle pouvait assouvir ses pulsions les plus perverses, aussi bien charnelles que mentales, mais lui offrir une descendance non, ce ne seraient que des bâtards, et son maitre ne voulait pas d’une telle chose. Alors qu’il ait une épouse, c’était juste normal, sauf que Geneva Lake, sous ses airs de sainte ni touche, lui avait aussi ses moments d’intimités avec Ramsay, ses moments de chasses, elle lui avait tout pris. Une femme qui n’était pas le nord, avec ses cheveux blond, ses deux enfants bavant, pleurnicharde et peureuse. Elle ne pouvait pas représenter le Nord, elle ne pouvait pas représenter Fort-Terreur. Non, pour Myranda, la seule noble qui semblait apte à être la Lady Bolton, c’était la belle Aubelia Locke. Les deux jeunes femmes avaient même passé un accord, elles offriraient ensemble tout ce qu’il aurait besoin. Une femme lui donnant descendance et une image magnifique, et une maitresse qui acceptait tout ce qu’il voulait.

Malheureusement, la graine avait été vigoureuse. Frêle, Geneva parvenait à tenir un enfant dans son ventre. Malheureusement, ce n’était pas une nouvelle fausse couche. Une nouvelle qui rendait Myranda de très mauvaise humeur en cette fin de matinée alors qu’elle s’occupait des cuisines de Fort-Terreur. Alors qu’elle s’occupait de quelques petites tâches – elle n’allait quand même pas se rabaisser au même niveau que les autres servantes, elle était avant tout au service de Lord Bolton ! – l’une d’elle était venu piailler que la « fabuleuse » Lady Bolton venait de traverser la cours, inondant Fort-Terreur de sa magnifique chevelure d’or où le soleil se reflétait parfaitement. Blablabla ! Oh que Myranda en avait la nausée ! Elle se serait volontiers fait vomir ! Mais la jeune femme avait prit une caisse de pommes, et avait quitté les lieux en silence. Elle savait déjà où elle voulait se rendre, et en seulement quelques minutes, elle était arrivée à l’écurie.

C’était à cet endroit que la porteuse du fléau de la vie de Myranda venait régulièrement. Elle brossait son cheval comme une vulgaire paysanne, une fille d’écurie ! Comment pouvait-elle représenter la rudesse du Nord ? Une nouvelle fois, la nausée lui faisait monter l’eau à la bouche, et lorsque la noble croisa son regard, la fille du maitre du chenil eu un sourire. « Lady Bolton ! » Faux ton enjoué ! Autant faire copine-copine afin de réussir à la faire monter sur les remparts glissants de Fort-Terreur pour qu’elle termine à bien des mètres en dessous, le crâne contre le sol ! Ramsay saurait que c’était elle si jamais elle l’attaquait d’un trait.

« On est jamais seule à Fort-Terreur, vous devriez le savoir ! Après tout … c’est votre maison. » La servante avait posé la caisse de pommes avant d’en prendre une pour la présenter au cheval. Quelques pas dans la fraicheur, sa cape était bien moins épaisse que celle de la noble, et Myranda passa une main dans ses cheveux. « J’espère en tout cas, que la surprise n’a pas faille vous faire manquer plus qu’un battement de Coeur. Ce serait tellement dommage pour … l’enfant. » Une nouvelle risette, alors qu’elle espérait bien qu’elle lui avait fait louper plus d’un battement de cœur !


Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Geneva Bolton
Dame
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) XVFe3W
Ft : Bella Heathcote
Multi-Compte : Heida Fell
Messages : 274
Date d'inscription : 24/09/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyDim 17 Nov - 2:15

Là où la jalousie peut nous mener...

An 302 | Lune 7 | Semaine 2



Myranda & Geneva Bolton

« Lady Bolton ! »

Le ton beaucoup trop enjoué qu’arborait Myranda pour l’occasion – surtout considérant que Geneva savait pertinemment ne pas faire partie de ses personnes préférées – fit tiquer la lady. S’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas, c’était l’hypocrisie.

La jeune femme avait toujours fait preuve de politesse envers ceux qui l’entouraient et ce, peu importe leur niveau d’éducation ou leur position; elle s’attendait toutefois à la pareille en retour. Pourtant, Myranda semblait l’avoir prise en grippe dès la première fois où elle avait posé son regard sur la blonde.

Geneva se doutait que la situation tendue entre elles était directement liée à la jalousie intense qui animait la servante. Comme si elle avait choisi de prendre Ramsay pour époux! Comme si elle avait voulu devenir Geneva Bolton, Lady de Fort-Terreur! Comme si sa vie était tellement meilleure depuis qu’ils avaient été arrachés, ses deux fils et elle, à leur demeure qu’était le château de Lonlac.

Le sourire de politesse qu’avait affiché la jeune femme à la vue de la servante avait ainsi rapidement fondu de sur son visage. Elle préféra toutefois s’abstenir de répondre – elle se doutait que le ton qu’elle utiliserait si elle parlait dès maintenant serait probablement plus tranchant qu’elle ne l’aurait souhaité.

Myranda ne sembla pas en faire de cas et ajouta, toujours avec la même fausse intonation de jovialité dans la voix :

« On est jamais seule à Fort-Terreur, vous devriez le savoir ! Après tout … c’est votre maison. »

Geneva détailla la jeune femme pendant qu’elle présentait une pomme à son destrier. Sa cape était mince et sa chevelure était légèrement en broussailles. Décidément, la noble ne voyait pas ce qui pouvait attirer Ramsay à ce point vers cette servante en particulier. Sous sa toilette peu soignée, Geneva pouvait admettre qu’il s’agissait d’une jolie fille. Toutefois, la seule explication plausible lui semblait claire : Myranda appréciait être entièrement soumise et recevoir les divers sévices de son maître.

« Il est cer-certain que, lorsque v-vous semblez me suivre à-à la trace, il est di-difficile d’avoir un p-peu de temps pour soi… »

Geneva avait lancé cette pointe à la jeune femme afin de lui faire réaliser qu’elle n’était pas dupe; elle la croisait beaucoup trop souvent lors de ses déplacements dans l’enceinte du château pour que cela puisse être le fruit du hasard… Sa voix était demeurée neutre, mais on pouvait lire facilement dans son regard tout ce qu’elle insinuait. À l’inverse de Myranda, Geneva ne prendrait pas le chemin de l’hypocrisie pour faire savoir à son interlocutrice ce qu’elle pensait d’elle.

« J’espère en tout cas, que la surprise n’a pas faille vous faire manquer plus qu’un battement de Coeur. Ce serait tellement dommage pour … l’enfant. »

« Ne v-vous en faîtes pas p-pour moi, Myranda… » Geneva fit une brève pause et toisa la servante d’un regard sévère. « M-malgré mon allure, je s-suis toute sauf f-frêle. »

La lady avait répondu du tac au tac, le ton plein d’assurance malgré son bégaiement toujours aussi présent. Elle se retourna ensuite afin de continuer à vaquer à ses occupations, tournant ainsi le dos à la brune. Elle avait déjà assez de plier l'échine et de trembler devant Ramsay; Geneva n'avait pas l'intention de montrer autre chose que la force qui l'habitait à quiconque d'autre s'approchant d'elle.

DRACARYS | xOfFreeSpiritsx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturière
Myranda
Roturière
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Original
Ft : Emma Watson
Messages : 131
Date d'inscription : 17/04/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyJeu 28 Nov - 14:05



♫ Là où la jalousie peut nous mener ♫

Oui, lors d’un de ses derniers rendez-vous avec Ramsay, Myranda lui avait dit de mettre rapidement un enfant dans le ventre de Geneva, mais à présent elle ne savait pas si elle devait en être heureuse car elle allait retrouver plus rapidement son amant, ou si elle devait en être malheureuse car il passerait du temps avec ce nouveau né. Puis, il fallait que Geneva garde l’enfant qu’elle portait, sinon le temps lui paraitrait encore plus long, à moins qu’elle ne cesse de faire de fausses couches, ce qui emmènerait Ramsay à la renier, et prendre une autre femme pour épouse. Aubelia Locke par exemple.

Myranda avait rejoint les écuries, endroit favoris de Lady Geneva selon les apparences et les observations. La noble passait son temps à brosser son cheval, et alors qu’elle aurait dû trouver un tel acte bien, voilà qu’elle la détestait de faire une telle chose. N’avait-elle pas du crochet à réaliser avec les dames pompeuses de son rang ? D’un ton faussement enjoué qui n’avait berné personne, Myranda s’était présenté à l’entrée, surprenant Lady Bolton. Le sourire de cette dernière avait rapidement fondu, tel un flocon de neige tombant sur Port-Réal, mais la servante ne s’arrêta pas à une telle chose.

Personne n’était jamais seul à Fort-Terreur, surtout pas la Lady des lieux, Ramsay avait des yeux et des oreilles partout. La servante nourrissait de pommes l’un des cheval, passant une main dans ses cheveux emmêlés, tournant son visage dans la direction de la noble et le son de sa voix agaçait déjà la servante. N’y avait-il donc rien à faire pour stopper ce bégaiement ? « Je ne suis là que pour vous servir et m’assurer que vous ne vous trouvez pas en danger Lady Bolton. » Et si possible la faire chuter dans une mare d’eau glacée, du haut d’un rempart, ou même l’aider à confectionner une corde à tendre autour d’une branche de Barral ! Bien évidement que Lady Bègue n’était pas dupe !

Myranda non plus ! Elle avait comprit que cette dernier savait qu’elle était suivi et que ce n’était pas de gaieté de cœur. Si seulement Ramsay ne lui avait pas demandé d’être docile ! D’un regard sévère, la noble lui affirma ne pas être frêle, et la servante s’inclina doucement. « Loin de moi cette idée Lady Bolton, je m’inquiétais de vous avoir fait peur pour l’enfant. On raconte que vous avez malheureusement fait plusieurs fausses couches, et je n’aimerais pas qu’une fois de plus, le fruit de votre amour envers mon maitre soit … mis en danger. »

Elle ne craignait pas la noble, elle craignait son maitre. L’assurance dont faisait preuve la blonde rendait la joute verbale plus agréable encore à avoir. « Comment se porte l’enfant ? Le Mestre ne vous a pas dit que brosser un cheval pouvait être une activité trop physique qui pourrait affaiblir l’enfant ? » Elle fit un pas dans la direction de Geneva, la détaillant, avant de lui tendre une pomme. « Je suis heureuse de voir que vous êtes dévouée corps et âme à Lord Bolton. »




Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Geneva Bolton
Dame
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) XVFe3W
Ft : Bella Heathcote
Multi-Compte : Heida Fell
Messages : 274
Date d'inscription : 24/09/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyJeu 28 Nov - 20:13

Là où la jalousie peut nous mener...

An 302 | Lune 7 | Semaine 2



Myranda & Geneva Bolton

Malgré le ton employé par Geneva pour faire comprendre à son interlocutrice qu’elle savait que sa présence n’était pas fortuite, Myranda conserva son approche mielleuse et son air candide.

« Je ne suis là que pour vous servir et m’assurer que vous ne vous trouvez pas en danger Lady Bolton. »

La blonde savait que derrière ces paroles se cachait une pensée tout autre… et cela l’énervait au plus haut point. Elle se doutait toutefois que c’était précisément le but de la servante et elle ne lui donna pas la satisfaction de montrer l’émotion qui l’habitait.

« Vous m-me serviriez mieux en-en vous occupant de v-votre maître, plutôt que d-de me suivre à-à-à la trace… »

Geneva avait lancé sa remarque en braquant son regard bleu dans celui de la jeune fille. Son ton était neutre, mais la dureté qu’on pouvait lire dans ses yeux ne laissait aucune place quant à l’interprétation de se ses paroles. La lady savait que Myranda était plus qu’une simple servante pour Ramsay et, bien que dans un mariage normal cela aurait définitivement rendu la blonde jalouse, il n’en était rien ici. Son mariage avec Ramsay n’avait rien de normal. Au contraire, si ce dernier pouvait se décider à passer plus de temps dans les bras de sa maîtresse, peut-être Geneva aurait-elle un peu de répit. Si la servante aimait subir les sévices du Lord de Fort-Terreur, la lady les lui laissait volontiers… Elle garderait les (rares) moments où Ramsay se montrait plus tendre pour elle et l’enverrait chez la brune pour qu’il puisse y assouvir ses autres envies perverses. Mais Geneva rêvait. Jamais Ramsay n’accepterait une telle proposition. Elle commençait à le cerner et savait qu’il aimait trop jouer avec elle; avec ses émotions et ses sentiments. Il aimait voir la terreur dans son regard et s’approprier toute sa personne. Il aimait être en complet contrôle de la situation.

« Et le s-seul danger que je-je puisse réellement c-craindre ici, c’est m-mon époux… »

La jeune femme avait soufflé ces derniers mots, davantage pour elle-même que pour répondre à la jeune brune, le regard dans le vague alors qu’elle était encore toute à ses pensées.

Myranda la ramena sur terre en parlant de la surprise qu’elle lui avait occasionnée et de son enfant à naître. Geneva la rassura quant à sa constitution en lui mentionnant qu’elle n’était frêle que d’apparence. Puis, souhaitant signifier la fin de la discussion, elle tourna le dos à la servante afin de continuer de vaquer à ses occupations. Pourtant, cette dernière ne sembla pas comprendre le message, puisqu’elle enchaînait déjà :

« Loin de moi cette idée Lady Bolton, je m’inquiétais de vous avoir fait peur pour l’enfant. On raconte que vous avez malheureusement fait plusieurs fausses couches, et je n’aimerais pas qu’une fois de plus, le fruit de votre amour envers mon maitre soit … mis en danger. Comment se porte l’enfant ? Le Mestre ne vous a pas dit que brosser un cheval pouvait être une activité trop physique qui pourrait affaiblir l’enfant ? Je suis heureuse de voir que vous êtes dévouée corps et âme à Lord Bolton. »

Myranda s’avançait vers la noble tout en parlant. Geneva détailla la jeune femme en la voyant s’approcher, mais elle ne fit pas de mouvement pour s’éloigner. Au contraire, la Lady de Fort-Terreur resta bien ancrée dans sa position et, quand la brune lui tendit une pomme pour accompagner ses derniers mots, quelques centimètres à peine séparaient les deux jeunes femmes.

« Ép-p-pargnez-moi vos mi-mièvreries, Myranda. » Fit-elle en prenant la pomme. « Si fausses couches il y a eu d-dans mon passé, je ne vois p-pas en quoi cela v-vous concerne. Vous devriez peut-être prendre à-à cœur de remplir l-les tâches qui vous sont de-demandées, plutôt que de perdre v-votre temps à ré-p-pandre des rumeurs… »

La servante avait le don de faire ressortir le pire en Geneva. Elle qui était d’ordinaire de nature douce et calme était prise d’une rage sans borne lorsque Myranda lui lançait ses remarques pleines d’hypocrisie et de sous-entendus. Elle ne put tout de même s’empêcher de répondre :

« Si v-vous devez absolument l-le savoir, l’enfant s-se porte par-parfaitement bien et le fait de brosser un ch-cheval ne constitue pas un exercice a-a-assez vigoureux pour compromettre quoi que-que ce soit dans cette grossesse. »

La jeune femme marqua une courte pause pour donner la pomme à son destrier qui piaffait d'impatience, puis continua.

« Qu-quant à mon d-dévouement pour Ramsay, j-je doute qu’il ne s-soit jamais à l-la hauteur d-du vôtre… »

Jamais elle ne pourrait dire à voix haute qu’elle n’était pas entièrement dévouée à son époux. Ce sous-entendu serait tout ce qu’elle pouvait se permettre. Par ailleurs, si elle était entièrement honnête avec elle-même (ce qu’elle se permettait rarement, depuis son mariage forcé), la jeune femme ne subissait les assauts répétés de Ramsay sans broncher que par peur de commettre un mauvais pas qui pourrait nuire au bien-être de ses deux fils. Même si, à l’occasion, il pouvait lui démontrer une certaine tendresse, la lady se doutait bien qu’il ne s’agissait que de manigances pour qu’elle reste accrochée à l’espoir en des jours meilleurs.

DRACARYS | xOfFreeSpiritsx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturière
Myranda
Roturière
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Original
Ft : Emma Watson
Messages : 131
Date d'inscription : 17/04/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyMar 3 Déc - 11:50



♫ Là où la jalousie peut nous mener ♫

Des petites courbettes et ne rien faire qui puisse mettre Lady Bègue en danger. C’est ce que voulait Ramsay, que sa servante ne fasse rien contre son épouse parce qu’il voulait lui mettre un mioche dans le ventre, mais rien ne l’obligeait à être amie avec cette dernière, ni de faire en sorte qu’elle ne se sente pas sans cesse en danger dans une demeure qui ne serait finalement jamais la sienne. Par les Anciens et les Nouveaux, elle ne se serait jamais sentie rabaissée en servant Lady Aubelia, elles se comprenaient ces deux femmes, elles avaient même un accord concernant Ramsay, mais avec cette suderonne … comment une femme telle que Myranda pouvait apprécier une femme telle qu’elle ? Rien ne pouvait les rapprocher, rien n’était en commun dans leurs deux natures. « C’est précisément ce que je fais Lady Bolton, je sers mon maitre. C’est ce qu’il veut de moi, que je m’assure que rien de fâcheux ne puisse vous arriver. » Et pourtant elle était surement la moins bien placée pour cette mission, pourtant Ramsay lui avait dit qu’il ne la voulait plus jalouse, parce que ce sentiment la rendait laide. Il préférait lorsque sa servante était sauvage, comme depuis qu’il l’avait connu.

Il était néanmoins judicieux de préciser que Lady Bolton faisait preuve de plus de caractère et de courage que Myranda pouvait croire à première vue. Le regard était planté dans celui de sa servante, le dos était droit, le bégaiement omniprésent malheureusement, mais elle parvenait à faire preuve d’une certaine dureté. Puis, est-ce que la phrase qui venait d’être dite était dans l’espoir de voir son époux moins présent à tenter tous les soirs de procréer pour en être débarrassé ? Est-ce que Geneva voulait que son époux soit plus occupé avec sa maitresse afin d’être tranquille ? Jamais Myranda ne lui avait refusé quoique ce soit, elle était au service de l’ancien bâtard de Bolton, de toutes ses envies quelles qu’elles soient. Un petit sourire énigmatique, si Geneva pouvait pousser de nouveau Ramsay dans ses bras, voilà qui pouvait être un bel avantage ! L’idée de cette dernière d’envoyer son époux dans la couche de Myranda afin qu’il y vive ses envies les plus perverses n’était pas sans logiques, et Aubelia Locke y avait même déjà pensé afin de contenter la fille du Maitre du chenil. « Ramsay un danger ? Oh non Lady Bolton, c’est bien votre ancien époux qui était un danger, Ramsay est la personne la plus protectrice qui soit. » Un petit rappel de son défunt mari ? Si la Lady savait lancer des piques, Myranda savait les rendre.

Se détourner et cesser la discussion ? Ce n’était pas ce qui était prévu, et Myranda parla de cet enfant qui grandissait au sein de Lady Bolton, jouant de la situation, proposant même une pomme pour le cheval de Geneva, donnant la parfaite illusion lointaine de deux personnes qui s’entendaient bien afin que les potentielles oreilles ou yeux de Ramsay et de ses sbires ne puissent rien rapporter de néfastes à son sujet. « Oh je m’en excuse Lady Bolton, vous savez … les filles comme moi, nous ne connaissons pas bien les us et coutumes des personnes de votre rang. Je pensais qu’il était tout naturel qu’une servante s’inquiète de la santé du futur Lord de Fort-Terreur. » Elle inclina doucement son visage, souriante.

Bien évidement qu’elle se fichait complètement du passé de Geneva, et elle gardait même son sourire sur son visage. L’enfant se portait merveilleusement bien, et selon elle, brosser son cheval ne le mettrait pas en danger. « C’est le mestre qui vous a dit que l’activité avec les chevaux ne risquait rien ? Voilà qui est surprenant … je devrais peut-être en informer Ramsay …» Myranda avait terminé sa phrase dans un murmure, comme si elle réfléchissait, comme si elle laissait supposer que le mestre ne souhaitait pas que le bien pour l’ancienne Lady Lake. Au moins, elle avait raison, jamais son dévouement ne serait à la hauteur de celui de Myranda, et la servante s’inclina. « Ramsay est mon maitre, il l’est depuis mon adolescence et le sera jusqu’à ma mort. Jamais le Nord n’a connu meilleur Seigneur que lui. »



Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Geneva Bolton
Dame
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) XVFe3W
Ft : Bella Heathcote
Multi-Compte : Heida Fell
Messages : 274
Date d'inscription : 24/09/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyMer 4 Déc - 19:38

Là où la jalousie peut nous mener...

An 302 | Lune 7 | Semaine 2



@Myranda & Geneva Bolton

« C’est précisément ce que je fais Lady Bolton, je sers mon maitre. C’est ce qu’il veut de moi, que je m’assure que rien de fâcheux ne puisse vous arriver. »

Geneva émit un petit rire sans joie, comme un souffle plein de sarcasme qui démontrait clairement ce qu’elle pensait de cette remarque. Le Lord de Fort-Terreur n’avait cure qu’il lui arrive quelque chose de fâcheux… Pour autant que l’acte soit commis par sa main ou sous son commandement. Il se foutait complètement de sa sécurité; il voulait un héritier et une poupée à maltraiter selon ses envies. Rien de plus.

Voilà aussi pourquoi la jeune femme avait laissé échapper sa dernière remarque, identifiant Ramsay comme sa pire crainte en ces lieux. Rapidement toutefois, Myranda vint à la défense de son maître tout en conservant son ton toujours aussi innocent.

« Ramsay un danger ? Oh non Lady Bolton, c’est bien votre ancien époux qui était un danger, Ramsay est la personne la plus protectrice qui soit. »

Brenton avait été un époux merveilleux; un véritable ami et complice pour la jeune Lady. Son mariage avec lui avait duré près de treize années et elle n’avait jamais été aussi heureuse qu’en sa compagnie. C’est pourquoi lorsque Myranda eut le culot d’insinuer que feu Lord Lake avait été un danger pour elle, de quelque manière que ce soit, Geneva ne put réprimer la violence qui apparut en elle. D’un seul pas, elle franchit la distance qui la séparait de la jeune servante et, comme leur taille était similaire, elle braqua son regard bleu maintenant voilé de colère dans le sien. Elles étaient si proches que Geneva pouvait sentir le souffle de Myranda contre sa joue; leur nez n’était qu’à quelques millimètres de se toucher.

« Si t-tu oses faire r-référence à m-mon défunt époux en-encore une fois, je te j-jure, Myranda, que t-tu le regretteras. »

La servante avait eu ce qu’elle voulait; elle avait réussi à la faire sortir de ses gonds. Geneva avait utilisé la deuxième personne du singulier en toute connaissance de cause. Depuis le début, elle offrait un minimum de respect à la jeune brune, mais, au regard de ses remarques toutes plus affutées les unes que les autres, la Lady avait choisi de mettre un peu plus d’emphase sur ses mots en omettant toute formule de politesse.

La blonde se recula ensuite et reprit le contrôle de sa personne. Après avoir replacé une mèche rebelle dans sa chevelure dorée, Geneva laissa échapper un soupir et tourna le dos à la servante afin de continuer de brosser son destrier.

Myranda ne se laissa toutefois pas impressionner et continua de déblatérer quant à son inquiétude envers sa grossesse et la santé de l’enfant. C’était maintenant elle qui se rapprochait. La jeune Lady, de façon plus calme cette fois, répondit à chacune de ses remarques. Elle revint naturellement au vouvoiement, mais son ton demeura tranchant. Elle n’allait pas laisser la brune l’atteindre de cette façon. Elle n’allait toutefois pas non plus embarquer dans son jeu de remarques candides cachant chacune des pointes plus acérées que les dernières.

Décidément, Myranda avait un don : jamais Geneva n’avait ressenti autant d’aversion pour quiconque. Est-ce les sévices qu’elle subissait sans relâche de la part de Ramsay? Ou son impuissance face à cette situation d’otage et de mariage forcé qui la dépassait? Quoi qu’il en soit, la Lady avait maintenant la rage au ventre dès que son regard se posait sur la servante. Que lui arrivait-il donc? Geneva avait peine à se reconnaître… Elle devait se faire violence pour conserver son semblant de calme et s’empêcher de mettre son poing dans la figure de la brune. Elle avait l’impression que seule cette mesure drastique lui clorait le bec et mettrait fin à ses interminables piques… Geneva n’avait qu’une seule envie : voir ce sourire hypocrite fendant le visage de Myranda se dissoudre dans les larmes.

« C’est le mestre qui vous a dit que l’activité avec les chevaux ne risquait rien ? Voilà qui est surprenant … je devrais peut-être en informer Ramsay… »

Myranda et son dévouement sa borne pour Ramsay… N’avait-elle donc que lui en tête? N’avait-elle rien d’autre à faire de son temps que d’ennuyer les gens et de semer la rage et la violence partout où elle allait? Geneva n’aurait simplement pas du répondre. Au bout d’un moment, à force de parler seule, Myranda aurait certainement fini par lâcher le morceau et elle serait retournée vaquer à ses occupations. Pourtant, la Lady n’en fit rien.

« F-faites donc, Myranda. » Répondit-elle sur un air de défi. « Le m-mestre a mentionné d’é-éviter l’équita-tation, pas l-la préparation de la m-monture. Mais a-allez-y… J-je suis certaine qu-que Ramsay a-adorerait être dérangé pour s-si peu… »

DRACARYS | xOfFreeSpiritsx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturière
Myranda
Roturière
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Original
Ft : Emma Watson
Messages : 131
Date d'inscription : 17/04/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyJeu 5 Déc - 13:23



♫ Là où la jalousie peut nous mener ♫

Ramsay n’était aucunement un danger. Le danger, c’était ceux qui étaient trop faibles, ceux qui ployaient le genou devant les suderons ou bien devant les Stark. Ceux qui s’accoquinaient avec les Seigneurs au pouvoir pour bien se faire voir quitte à subir durant toute une vie et faisant subir à ses sujets les décisions hautaines de la couronne. Le défunt époux de Geneva était donc un danger, aussi bien pour la bégayante noble que pour ses enfants, et toutes les personnes vivant à Longlac. Venir les libérer avec Ramsay en faisant un massacre de tous ceux qui étaient trop proche de Lord Brenton avait été une bonne chose, une action qui avait eu un effet positif, le premier étant que cette région là de Westeros était à présent sous l’emprise du Lord de Fort-terreur.

Pourtant Lady Bolton ne semblait pas être du même avis, et la façon dont elle réagissait démontrait bien toute l’affection et même l’amour qu’elle avait pour le cadavre pourrissant de son époux mort au combat. Elle était venue en face d’elle, énervée, et Myranda n’avait pas reculé. Non, la voir ainsi faire la faisait même sourire doucement, un petit rictus en coin, voyant qu’elle arrivait à montrer un peu les dents. Ainsi donc, les suderonnes avaient un peu de caractères ? Il ne manquait pas grand-chose pour que leurs deux nez se touchent, et la servante leva ses sourcils en entendant les menaces avant de lentement s’incliner. « Loin de moi l’envie de vous offenser Lady Bolton. Je pensais que votre engagement envers Lord Lake s’était terminé en même temps que vous avez juré fidélité à Lord Bolton. »

Est-ce que Ramsay serait heureux d’entendre une telle chose ? Surement que s’il était au courant, Geneva risquait de vivre une nuit des plus agréables d’une certaine manière, bien que beaucoup plus bestiale surement, comme un exutoire pour laisser sa colère imprégner chaque pore du corps de Geneva. Elle inspira doucement, se redressant, pour faire face à Geneva sans la quitter du regard, sans même ciller. Si Ramsay ne lui avait pas ordonné de ne rien faire contre son épouse, surement que Myranda l’aurait fait passer sous les sabots d’un des chevaux.

Elle avait eu ce qu’elle voulait, une colère sombre de la part de l’épouse de Ramsay. Elle lui montrait clairement que la présence de Geneva n’était pas souhaitée de la part de la maitresse de ce dernier. La servante jouait clairement avec les nerfs de la noble, allant même jusqu’à justifier ses manières de faire en avançant que les deux n’avaient pas eu la même éducation. Myranda avait grandi au milieu des chiens, elle avait vu sa mère partir car vendue pour quelques pièces, vivant dans la même pièce que son père qui était ivrogne et habitué du bordel du coin.

La violence, elle en avait l’habitude, même avec Ramsay, alors Geneva ne l’inquiétait aucunement. Que risquait elle ? Une gifle ? Allons … Myranda avait prit plus que des coups de fouets, en accompagnant son amant, elle avait vu son propre sang couler. La noble s’était détournée d’elle, profitant du cheval, un plaisir que Myranda allait tenter de lui enlever. « Alors si le mestre l’a dit … après tout, s’il arrive quoique ce soit, ce ne sera pas de votre faute, mais la sienne.»

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de la servante, bien évidement qu’elle allait en parler à Ramsay, lui montrant qu’elle l’écoutait et qu’elle prenait soin de l’épouse de son maitre ! Myranda se détourna à son tour, prenant la cagette de pommes. « Faites attention quand même Lady Bolton. Ce serait dommage qu’il vous arrive quoique ce soit, pensez donc à vos enfants … ils seraient bien seuls. » Et Myranda quitta les lieux, un sourire satisfait sur le visage.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Geneva Bolton
Dame
Valar Dohaeris
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) XVFe3W
Ft : Bella Heathcote
Multi-Compte : Heida Fell
Messages : 274
Date d'inscription : 24/09/2019

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) EmptyMar 10 Déc - 20:13

Là où la jalousie peut nous mener...

An 302 | Lune 7 | Semaine 2



@Myranda & Geneva Bolton

Geneva voyait rouge. Si ce n’avait été de sa grossesse – et de la bienséance – elle aurait bien agrippé la chevelure de la brune pour la trainer dans le fumier qui tapissait le sol de  l’écurie. Elle fit toutefois preuve de retenue, malgré le rictus insolant qui ne semblait pas vouloir quitter les lèvres de la servante. La Lady pouvait prendre sur elle les attaques sournoises la concernant; par contre, elle n’allait certainement pas rester sans rien dire alors que Myranda s’en prenait à son défunt mari! Elle lui fit alors connaître le fond de sa pensée, mais la servante ne sembla pas se formaliser de cet excès de colère, au contraire.

« Loin de moi l’envie de vous offenser Lady Bolton. Je pensais que votre engagement envers Lord Lake s’était terminé en même temps que vous avez juré fidélité à Lord Bolton. »

Comme si l’amour que l’on portait en soi pour un être qui nous est cher s’éteignait avec son décès. Geneva avait certes juré fidélité à Ramsay, mais elle l’avait fait pour sauver sa propre vie et celle de ses deux fils, sans plus. Certainement qu’alors, aux yeux de Anciens, un tel serment n’avait pas la même signification profonde que lorsqu’il était fait avec toute notre conviction. Ainsi, incertaine de la façon dont sa réplique pourrait sortir ou être interprétée, la Lady s’abstint simplement de répondre.

Myranda ne releva pas son silence et, déjà, elle changeait de sujet en soulevant que le brossage des chevaux pourrait s’avérer être, au vu de sa condition, un effort trop important pour elle. La servante ajouta même qu’elle devrait en glisser un mot à Ramsay, ce à quoi la blonde ne put s’empêcher de répondre en mentionnant que le mestre lui avait donné son autorisation. C’était une chose que de monter à cheval, mais s’en était une autre que de simplement voir aux bons soins de l’animal…

Geneva comprit que la jalousie qui tenaillait la servante l’amènerait jusqu’à tenter de lui enlever tout ce qui pouvait être une source de bonheur. À cette pensée, un sentiment d’inconfort naquit lentement dans le creux du ventre de la jeune femme. Jusqu’où Myranda serait-elle prête à aller pour s’assurer de son malheur?

« Faites attention quand même Lady Bolton. Ce serait dommage qu’il vous arrive quoique ce soit, pensez donc à vos enfants … ils seraient bien seuls. »

La dernière remarque que lui lança la brune avant de quitter le bâtiment ne put que renforcer cette idée qui la glaçait d’effroi : Ramsay ne représentait peut-être pas le seul danger pour sa sécurité et celle de ses enfants.



FIN

HRP:
 

DRACARYS | xOfFreeSpiritsx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty
MessageSujet: Re: [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)   [FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Là où la jalousie peut nous mener… (Myranda)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: