RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici Who we marry is one of the most important decisions in life 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief ! 50 pts à la clé !

La MAJ des 5 ans aura lieu le 22/23/24 février ! Pensez à sauver vos rps d'ici là Who we marry is one of the most important decisions in life 1960165969
Le Deal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

Partagez
 

 Who we marry is one of the most important decisions in life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Dragon-King
Rhaegar Targaryen
The Dragon-King
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life WO0LWksr_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_o8mi3prV1D1uh1jtio8_250
Ft : Jason Isaacs
Multi-Compte : Liane Vance / Tyrion Lannister / Ellaria Sand / Lanna Cole / Catelyn Stark
Messages : 2002
Date d'inscription : 27/12/2017

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyLun 16 Sep - 13:05

Who we marry is one of the most important decisions in lifeLe lendemain du banquet, les Portes de la Lune étaient encore bondées des invités de la veille et la salle les ayant accueillis portait encore les stigmates de leur passage, en ce début d’après-midi. Tous s’étaient montrés, bien que s’étant levés tard en raison de l’heure assez avancée à laquelle la fête s’était terminée la veille. La fête ? Pour le Roi-Dragon, cela n’en avait pas été une. Une formalité, voilà le mot que Rhaeagar emploierait plus volontiers pour qualifier ce à quoi il a assisté le soir dernier. C’était pourtant sa première apparition en public et en-dehors des murs de la capitale depuis le tournoi de Lestival. Or, bien que le Val soit désormais libéré des attaques répétées des Fer-Nés, un point pour lequel lui et son Conseil avaient œuvré pour y mettre fin, il n’avait vu aucune reconnaissance digne de ce nom sur les visages de tous ceux qui lui furent présentés depuis son arrivée à Goëville, dès la première semaine de la huitième Lune. Les sourires et politesses échangées hier ne convinrent pas plus le Souverain des Sept Couronnes qui avaient fini par se murer dans un dangereux silence, ne répondant plus que sporadiquement aux paroles qu’on lui adressait, exceptés celles de Lady Anya Vanbois et du jeune Lord Harold Hardyng, assis à ses côtés. Avant d’aller les rejoindre, il avait demandé à Ser Barristan Selmy de lui trouver Ser Robar Royce, l’époux de sa fille et de l’amener devant lui afin de lui signifier qu’il comptait bien avoir une discussion en privé avec lui dès le lendemain. Certaines choses se devaient d’être discutées et, bien que n’appréciant guère ce bellâtre de chevalier aux multiples conquêtes féminines tel que le lui avait rapporté Maître Ilyrio, cet entretien était plus que nécessaire.

Le Grand Mestre venait juste de quitter les appartements qui lui furent alloués durant son séjour Valois, lui laissant une potion spécialement préparée afin de calmer les tremblements et spasmes qui lui saisissaient les mains, les jambes et le visage, faisant trembler ses joues et frémir ses lèvres. Assis dans un fauteuil face au feu de cheminée, la coupe contenant ladite potion dans la main droite, Rhaegar contemplait les flammes danser devant lui d’un air absent, comme s’il était perdu dans un rêve ou plutôt un cauchemar. Feu et Sang Plus que jamais, depuis la révélation de Rhaenys et la présentation qu’elle lui fit de sa jeune dragonne, Hüra, ses deux mots avaient pris un sens nouveau aux yeux et aux oreilles du Roi. Et si une nouvelle ère était en marche ? Et si les trois œufs qu’il avait offert à cette jeune fille qui portait son nom mais avec laquelle il n’avait aucune attache, ce frère qui l’avait trahi et sa déception de fils avaient eux aussi éclos ? Ces questions-là taraudaient bien trop l’esprit du Roi et il se promit qu’en rentrant à Port-Réal, il demanderait à son Maître des Chuchoteurs de se renseigner à ce sujet.

Soudain, on frappa à la porte.

Oui ? lança Rhaegar sans quitter le feu des yeux.

Il entendit la porte s’ouvrir puis se refermer, ainsi que des bruits de bottes qui s’approchaient de lui.

Majesté, Ser Robar Royce indique avoir un entretien avec vous aujourd’hui. Dois-je le faire entrer ?

Rhaegar reconnu la voix de Ser Barristan Selmy mais encore et toujours, ses yeux restaient braquer sur les flammes. Il portait la coupe à ses lèvres, non sans trembler, et but une petite gorgée de la décoction du Grand Mestre Alaric. Il avala le liquide au goût peu flatteur en faisant claqué sa langue contre son palais :

Faîtes-le entrer…Et que personne ne nous dérange jusqu’à ce que j’en ai fini avec lui, ordonna-t-il en se forçant à boire une nouvelle gorgée.

Il ne vit pas le Hardi s’incliner à cet ordre, mais l’entendit partir, rouvrir la porte et l’entendre prononcer un « Entrez », probablement à l’attention du frère cadet de Lord Andar. Rhaegar ne se leva pas, ni ne tourna la tête vers lui. Il entendit la porte se refermer sur le passage de Robar Royce et ce dernier approcher de lui. Sa main droite tenant toujours sa coupe encore à moitié pleine de sa potion, il désigna, de sa main gauche parcourue de légers tressautements, un fauteuil libre sur sa gauche :

Asseyez-vous, lui dit-il, toujours sans lui accorder un seul regard. De longues minutes s’écoulèrent que seuls les crépitements du feu venaient troubler. Rhaegar porta finalement sa coupe une dernière fois à ses lèvres et vida d’un trait son contenu avant de la poser sur une petite table sur sa droite. Ses bras posés sur les accoudoirs du fauteuil, il daigna enfin tourner la tête vers la gauche et contempler l’époux de sa fille.

Et bien Ser Robar ? Qu’avez-vous pensé de ce banquet ? lui demanda-t-il en guise de préambule.

:copyright:️ 2981 12289 0


The Dragon King
Who we marry is one of the most important decisions in life Qh7GaO1A_o Who we marry is one of the most important decisions in life C8tFt1EF_o
Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying king, and he sank to his knees in the snow and with his last breath, murmured a woman's name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Red Knight
Robar Royce
The Red Knight
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life VZQnYoNc_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_oz2xbaOUCd1ueyxfyo5_400
Ft : Nick Slater
Multi-Compte : Margaery Targaryen, Arys Manning, Alysanne Lefford, Theon Greyjoy & Brynden Nerbosc
Messages : 388
Date d'inscription : 31/07/2019

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyMer 18 Sep - 10:43

Who we marry is one of the most important decisions in life

Robar Royce & @Rhaegar Targaryen ∆ Some old wounds never truly heal, and bleed again at the slightest word.


☾☾ L'arrivée de Barristan Selmy, lors de la fête donnée en l'honneur du nouveau suzerain du Val et de la visite du Roi, lui avait glacé le sang. Pris dans son élan de mauvaise humeur, puis de surprise à revoir Maddy, Robar n'avait pas imaginé être convoqué si rapidement par son royal beau-père et avait reçut son invitation à une audience privée, le lendemain, comme un enfant prit en faute. La nuit n'avait pas été plus tendre avec lui. Lorsque son insomnie le libéra de ses pensées obsédantes à propos de ce dont Rhaegar Targaryen voulait s'entretenir avec lui, des cauchemars prirent le relai sous la forme de son épouse dont les cuisses ensanglantées révélait le seul enfant qu'il aurait jamais, déjà rappelé par les dieux. Aussi belle que soit la princesse, son visage devint effrayant alors que se dessinait sur ses lèvres un sourire sadique et qu'elle hurlait, à son intention, que jamais elle ne porterait un enfant de lui et qu'il n'y avait nulle pitié des dieux dans ce drame. Se noyant dans le sang s'écoulant du lit, il s'éveilla en sursaut, trempé de sueur, entre terreur et panique. C'était la première qu'il se retrouvait aussi près de cette femme qu'il avait quitté et dont il n'avait soufflé mot, hormis dans l'intimité familiale de Roches-aux-Runes. Colère et pitié lui inspirait aujourd'hui la dragonne dont il avait entraperçut une légère gêne dans le regard, sans toutefois s'y attarder. Sa résolution ne flanchait pas: il ne pouvait plus vivre auprès d'elle, cela était trop dur. Penser, jour après jour, à ce qu'elle avait fait, au manque de confiance, au manque d'effort. Tout deux avait été fautifs sur le mariage raté: aucun ne s'y était investit, aucun n'avait fait l'effort d'aller au delà de cette première impression qu'ils avaient eu l'un de l'autre. Ils s'étaient contentés d'honorer leurs serments, mécanique bien huilée pour concevoir un enfant et, enfin, avoir l'opportunité de se détourner l'un de l'autre quelques temps. Cela avait fonctionné: Rhaenys était tombée enceinte et si, un temps, il avait pensé que cela pourrait les rapprocher, il avait du se rendre à l'évidence que le caractère de son épouse ne s'était en rien attendrie, qu'elle ne le portait toujours pas dans son coeur et qui lui ne parvenait pas plus à la supporter. Désastre conjugal qui avait atteint son apogée lorsqu'elle avait fait sa soit disant fausse couche. Navré au départ, se souvenant de combien Alys avait souffert de la mort du petit Yorwyck, il envisagea de prendre sur lui pour la soutenir: devoir de tout époux convenable. Il pouvait s'agacer de la femme, elle demeurait son épouse, méritant respect et soutient de sa part. Et puis, il y eut la confession. Depuis, il vaquait à d'autre occupations. Son rôle d'époux était derrière lui et le prestige de sa femme lui retirait tout espoir d'annulation de leur mariage. La séparation lui convenait, après tout. Elle demeurait à Port-Réal, dans cette capitale qu'elle adorait tant, auprès de ceux qui l'encensait malgré ses actes, et lui résidait dans le Val, dans sa région  bien aimée, auprès des siens et de ceux qui l'estimaient.

Si tout ceci leur convenait, alors pourquoi Rhaegar Targaryen désirait le voir ? Voulait-il le punir de n'avoir saluer sa fille adorée ? Voulait-il lui expliquer comment le choc que tout deux avaient eut en apprenant que la dragonne était responsable de sa fausse couche, s'était soudainement mué en adoration totale d'une meurtrière infanticide ? Il trempa ses mains et avant-bras dans le baquet d'eau sur la commode, passant un peu du liquide froid sur sa nuque afin de se rafraichir les idées et se délasser de sa nuit difficile. Le soleil était levé depuis longtemps, mais la fête de la veille gardait la pluspart des nobles encore au lit, tandis que, dans l'ombre, les serviteurs et petites mains jamais mentionnées s'affairait à ce que tout soit en place, parfait, pour le réveil des Valois. S'habillant en vitesse, sobre dans sa tenue noire et bleue à l'instar de son surnom de Robar le Rouge, le Royce quitta sa chambre pour s'aventurer dans les couloirs du château de la Porte de la Lune. Quelques serviteurs s'y activaient, baissant la tête en le voyant, pressant le pas pour vaquer à leurs occupations. Arrivé devant la porte des appartements royaux, il se heurta à la garde royale, annonçant la tête haute « Ser Robar Royce. Sa Majesté le Roi m'a convié pour un entretien privé. » L'un des gardes hocha la tête, s'éloignant un instant pour prévenir Barristan Selmy, éternel roc protégeant la Couronne. Le Hardi entra quelques instant, ressorti presque aussi vite, lui intimant de le suivre. Introduit dans les appartements, Robar fut surpris part l'aura sombre qui s'échappait de cet homme. Trop jeune pour avoir connu les années de gloire de Rhaegar Targaryen, il avait gardé en tête l'image d'un roi apprécié, et les histoires que son père lui contait sur cette homme qui faisaient tourner les têtes de toutes les jouvencelles de Westeros, brillant en tournoi comme en musique. Ombre de lui même, c'était un souverain bien sombre qui était à présent assis devant un feu crépitant, coupe d'il ne savait quoi dans ses mains tremblantes. Un instant, il se demanda si c'était à ça que ressemblait le Roi Fou, Aerys II dont personne ne parlait jamais sauf à voix basse. Dans l'intimité de ses appartements royaux, le Dragon perdait un peu plus de sa superbe mais en rien de l'autorité qui se lisait dans son regard violet: si Robar l'avait trouvé changé, il ignorait s'il devait redouter ou plaindre l'homme qui se trouvait face à lui. « Votre Majesté. » le salua-t-il tout en s'inclinant avec tout le respect qui était du à un monarque. Il ne mettait genoux à terre, comme tout bon soldat, conscient qu'ils appartenaient à la même famille, mais la distance protocolaire était bien là. De famille il n'y avait que le nom, le serment devant les dieux. La réalité était bien différente. Obéissant à l'ordre du Roi, Robar prit place dans le fauteuil que lui désignait le dragon, à sa gauche et attendit les premiers mots du Roi. Il fut surpris que cela porte sur la soirée de la veille, pensant que c'était son comportement, ou le cas compliqué de son mariage, que le Rhaegar voudrait aborder. « Et bien ... C'était une fête magnifique, votre Majesté. Je crois que Lord Hardyng avait à coeur d'honorer votre venue. » lui dit-il tout en songeant qu'Harry était à la tête du Val depuis bientôt trois lunes. « J'espère cependant que les tristes mines de certains de mes compatriotes n'ont point heurté votre Majesté. Le Val porte le deuil d'une grande maison et la présence de Lady Arryn en ces lieux ... A rappeler à tous le destin funeste de son jeune fils et la menace qui pèse encore sur nos côtes. » ajouta-t-il, songeant à la pauvre et endeuillée Lysa Arryn, toute vêtue de noir. Par respect pour elle, ou par crainte peut être, certains avaient sans doute du taire leur joie d'un tel évènement: une visite royale dans le Val, cela n'était pas arrivé depuis bien longtemps. Il était dommage que ce soit en des circonstances si triste, dans la demeure ou résidait encore la veuve Arryn, pleurant toujours son fils. Ironie du destin, sans doute, que celle qui avait vu deux maisons s'effondrer doivent accueillir et honorer ses remplaçants. Pauvre femme.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR ZUZ' & SHAIRA'


runestone knight (+) To anyone else I’m a young man who has everything: money, freedom a world to explore my leisure, but when i think of that i only feel emptiness, it’s pathetic isn’t it? ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Dragon-King
Rhaegar Targaryen
The Dragon-King
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life WO0LWksr_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_o8mi3prV1D1uh1jtio8_250
Ft : Jason Isaacs
Multi-Compte : Liane Vance / Tyrion Lannister / Ellaria Sand / Lanna Cole / Catelyn Stark
Messages : 2002
Date d'inscription : 27/12/2017

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyMar 15 Oct - 14:08

Who we marry is one of the most important decisions in lifeIl le regardait sans le voir, cet homme auquel il avait offert son soleil le plus précieux. Les mariages n’étaient pas toujours accompagnés d’amour ; il était bien placé pour le savoir. Son premier mariage avec Elia Martell en avait été comblé, dans un premier temps, avant qu’il ne décide de l’abandonner pour une autre femme, passion dévorante et destructrice qui lui fit définitivement tourner le dos à l’amour, à son retour de la guerre. D’amour, il n’arrivait depuis à en dispenser qu’à ses enfants, et, ces derniers temps, qu’à Rhaenys et Aerion, lorsqu’il était suffisamment lucide pour que la Reine Alyria ne lui confie leur enfant pour qu’il le tienne, ne serait-ce que quelques instants, dans ses bras. Pareille expérience, le Royce assis sur sa gauche ne le vivrait probablement jamais, vu comme les choses avaient tourné entre lui et sa fille. Il était au fait de leur manque d’intérêt et de sentiments l’un envers l’autre. Il savait que Robar Royce enchainait les conquêtes et que le cœur de Rhaenys appartenait à son ancien bouclier-lige, tel qu’elle le lui avait confié à Lancehélion, lorsqu’ils s’y étaient trouvés pour le mariage du traître à son sang avec la Princesse Arianne Martell…Autre mariage avorté, autre échec, à l’instar de celui de sa fille et, sûrement, de celui de sa sœur et de Brynden Nerbosc. Seul celui de son autre fils, Aegon, semblait faire exception à la règle. Mais pour l’heure, il n’était nulle question d’Aegon, de Viserys, de Daenerys ou même de son propre mariage. Pour l’heure c’était de celui de sa fille qu’il convenait d’avoir une sérieuse discussion.

Croisant les jambes et nouant ses doigts sur ses cuisses, Rhaegar écouta Robar dire ce que, sans doute, il convenait de dire à un Roi. Mais Rhaegar était loin d’être dupe et c’est après avoir eu un léger ricanement sarcastique qu’il répondit :

Magnifique vous dîtes ? De votre perspective sans doute. Si je ne peux nier les efforts bienvenus de Lord Hardyng et de Lady Anya Vanbois pour l’organisation de ma visite, vous me permettrez d’émettre de nombreuses réserves quant aux mines, comme vous dîtes, peu réjouies, que j’ai pu voir à maintes reprises hier soir…ou devrais-je dire, depuis que j’ai posé la pied à Goëville.

S’il ne remettait pas en question l’implication de la Vanbois ou du nouveau Suzerain, Rhaegar ne s’était pas un instant senti à l’aise ou le bienvenu parmi le reste de la population valoise. Entre les expressions de peur, de tristesse et de rancœur qu’il lisait sur les visages de tous ceux sur lesquels son regard s’attarda, Rhaegar n’avait en rien vu l’aspect merveilleux de la fête de la veille, ni une quelconque joie de revoir le souverain de royaume sur les terres du Val. Et comme Ser Barristan s’était plu à le justifier, Robar tenta d’expliquer ce manque flagrant d’enthousiasme par le décès récent du précédent Suzerain du Val, Robert Arryn :

Mmh, oui…sans doute…répondit-il peu convaincu avant de se pencher soudain vers Robar Royce : Il est ici des Valois qui me tiennent pour responsable de ce décès…

Son regard scruta le visage du Royce, à la recherche du moindre signe, de la moindre expression qui viendrait confirmer ses dires. Et puis il s’adossa à nouveau contre le dossier de son fauteuil :

Mais ce n’est pas pour parler de la félonie qui gangrène mon royaume que je vous êtes ici Ser Robar. Parlons de vous…Parlons de vous et de votre union avec ma fille. Dîtes-moi si je fais erreur, mais il me semble que votre…séparation vous sied ? le questionna-t-il en le considérant d’un air aussi curieux qu’ironique.

:copyright:️ 2981 12289 0


The Dragon King
Who we marry is one of the most important decisions in life Qh7GaO1A_o Who we marry is one of the most important decisions in life C8tFt1EF_o
Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying king, and he sank to his knees in the snow and with his last breath, murmured a woman's name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Red Knight
Robar Royce
The Red Knight
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life VZQnYoNc_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_oz2xbaOUCd1ueyxfyo5_400
Ft : Nick Slater
Multi-Compte : Margaery Targaryen, Arys Manning, Alysanne Lefford, Theon Greyjoy & Brynden Nerbosc
Messages : 388
Date d'inscription : 31/07/2019

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyMer 16 Oct - 11:18

Who we marry is one of the most important decisions in life

Robar Royce & @Rhaegar Targaryen ∆ Some old wounds never truly heal, and bleed again at the slightest word.


☾☾ Le rire qui accompagna ses mots lui glaça le sang: à l'image du physique du Roi, il n'avait rien de jovial, de bienveillant ou de compréhensif et Robar comprit que quelque chose s'était brisé dans le coeur de cet homme. Il ne pouvait nier les mines lugubres de la fête, le manque d'entrain et les chuchotements lorsque Lysa Arryn avait fait son entrée, toute de noir vêtue, rappelant au monde que cette fête ne pouvait avoir lieu qu'en sacrifiant sa propre chair, son propre sang. Le fantôme de Robyn Arryn planait au dessus de leur tête et même si la vie devait continuer, la mort d'un enfant n'était qu'un douloureux rappel à sa propre situation. Avec un sourire crispé, Robar répondit. « Pardonnez moi, votre Majesté. Il est vrai que je ne suis guère habitué au faste de la Cour malgré les quelques semaines que j'ai pu y passer. Sans doute Lord Hardyng n'a-t-il pas voulu d'une fête trop faste pour ne point blesser Lady Arryn. Toutefois, permettez que je vous dise que votre visite a fait grand bruit: nous n'avions eut l'honneur de votre présence depuis bien longtemps ... » L'annonce de l'arrivée du Roi avait été sur toutes les lèvres: depuis combien d'année un tel évènement ne s'était-il pas produit ? Entre réjouissance et inquiétude, ce voyage ne laissait personne indifférent et la représentation de la veille le montrait. Toutes les grandes familles s'étaient déplacées jusqu'à la Porte de la Lune et Robar songeait qu'il s'agissait plus d'entrevoir le monarque que de rendre hommage au nouveau seigneur des lieux. Harold Hardyng était connu de tous et beaucoup se posaient des question sur les changements à venir suite à l'extinction de la maison Arryn, à la fin de cette dynastie régnant sur le Val depuis l'arrivée des Andals. Il ne pouvait nier le constat du Roi: il était vrai que certain lui reprochait la mort du petit seigneur, mettant en avant l'absence de forces armées suffisante venant de la Couronne pour aider à repousser les attaques des fer-nés. Mais qui ne cherchait pas de coupable facile après pareil drame ? Et qui avait réellement été sur le terrain pour constat l'enfer ? « Je doute que ce soit réellement le cas, votre Majesté. Pour avoir été affecté à la surveillance des côtes au Nord, sur le fief de Froideseaux, je n'ai entendu personne critiquer vos actions. Nous sommes tous navré de ne pas avoir pu arriver à temps pour sauver le jeune Lord Arryn. Ce qui lui est arrivé est bien triste. » Car après tout, ils étaient tous fautifs. Pourquoi le jeune Arryn s'était-il retrouvé la-bas ? Pourquoi n'avait-il pas eut de garde suffisante ? Pourquoi l'avait-on tué ? Cela n'avait pas de sens tant la valeur du petit seigneur était grande. Il aurait été enlevé, échangé contre rançon que les choses auraient été plus logiques, plus simples. Le souvenir de Salvemer et des exigences fer-nés en était l'exemple parfait: tous les otages avaient été rendu une fois l'indépendance obtenue. Alors que s'était-il passé ? Les plus complotistes auraient même pu accuser Harrold qui se voyait, par la mort de Robyn, accéder au rang qu'il avait toujours désiré. Il n'en était rien. Préférant terminer sur une note positive, et pas assez proche du monarque pour lui faire part de ses doutes, Robar ajouta « Mais je fais parti de ceux qui savent que dès que vous en aurez les moyens, vous châtierez les âmes impies de ces maudits fer-nés. » Après tout, ne l'avait-il pas déjà fait à maintes reprises ? Les rebellions de Robert Baratheon, de Balon Greyjoy avaient toutes été matées par la main du Roi. S'il voulait reconquérir le coeur du Val, il faudrait une punition exemplaire envers les tueurs d'enfant.

Si le cynisme du roi l'avait choqué dans ce début de conversation, il manqua de s'étouffer lorsqu'il entendit la raison de sa présence. Il se doutait bien que Rhaegar Targaryen ne le convoquerait pas pour parler chiffon mais il avait pensé que le Roi avait eu vent de son escape du côté de la Morsure, de ces semaines passées, grelottant, à Froideseaux à surveiller la mer. Il n'en était rien. C'était Rhaenys, le sujet. Encore et toujours Rhaenys. Cette femme allait-elle lui pourrir la vie jusqu'à la fin de ses jours ? Ne pouvait-elle pas se convertir à la religion du dieu rouge, comme on disait que son frère l'avait fait, et considérer leur mariage comme inexistant ? Il se crispa. Il ne savait pas réellement ce qu'il avait espéré mais certainement pas aborder le sujet avec son beau-père. Si Rhaegar Targaryen semblait avoir remarqué qu'ils n'étaient pas un couple heureux et amoureux, au moins se satisfaisait-il de les savoir accomplir leur devoir. Ils n'étaient pas obligé de se supporter, mais ils savaient ce qu'on attendaient d'eux. Rhaenys avait-elle dit quelque chose ?« Puis-je me montrer honnête, mon Roi ? » finit-il par demander, après un instant de silence. Cette discussion ne pouvait pas porter le voile du politiquement correct ou de la mièvrerie de courtisans. Si le roi semblait perturbé, il n'était pas non plus devenu stupide et démentir son constat ne lui attirerait que davantage de foudre. « La princesse a de nombreuses qualités à n'en point douter et elle n'a pas volé son surnom de dragon ensoleillé. Mais ... » Il devait reconnaitre sa beauté, et sans doute était-elle apprécié pour des choses qui, lui, ne le touchait pas. Leurs caractères ne s'entendaient pas, c'était un fait. Mais si Roi avait eu vent de cela, tout deux partageaient également, un autre secret. La fausse couche de Rhaenys, qu'elle avait elle même provoqué et qui était la source de leur séparation. « Puisque nous sommes tous deux dans la confidences d'actes qu'elle a pu commettre, j'espère que vous comprendrez qu'il m'est difficile de me trouver auprès d'elle après cela. » Robar ne comprenait même pas comment Rhaegar Targaryen pouvait regarder sa fille comme si de rien n'était. Qu'avait-elle pu lui dire pour qu'il accepte de pardonner un acte aussi abjecte et qui plus est confessé. Il serait surement revenu, s'il ne s'était agit que de rumeur, d'affreux bruits de couloir sur une princesse que les hormones avaient rendu encore plus difficile à vivre. Mais cette confession, il la tenait de Rhaenys elle-même. Le doute n'était plus permit. S'avançant en avant, posant ses coudes sur ses cuisses en regardant la cheminé, Robar poursuivit. « Je ne parviens pas à oublier que ... J'aurai pu avoir un enfant. Un fils à qui j'aurai appris l'art de la joute, le maniement de l'épée. » Il adorait les enfants. Depuis son plus jeune âge. Il avait prit soin de petite Ysilla après la mort de leur mère, il avait tenté de faire sourire Waymar et même de venir en aide à Andar lorsqu'il était revenu de la guerre. Il observait la famille de son frère avec bienveillance, rêvant du jour où l'enfant qu'il tiendrait dans ses bras serait le sien, et non celui de son frère. Et Rhaenys avait balayé tout cela dans la moindre considération pour lui. Ils ne s'entendaient pas, mais il ne l'avait jamais maltraité, humilié ou donné de raison de chercher à se débarrasser de leur enfant. Il poussa un soupire. « Au lieu de cela je n'ai que le vide et la tristesse. Je crois que cette séparation était indispensable pour faire mon deuil ... Mais je n'ai guère le sentiment que nous nous entendrions à présent. » Ajouta-t-il tout en posant sur le Roi, un regard triste, dévoilant la sincérité de ses mots. Quelques lunes auparavant, il aurait parlé avec colère, mais aujourd'hui, il ne restait que la peine, le sentiment de trahison, l'incompréhension.

CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR ZUZ' & SHAIRA'


runestone knight (+) To anyone else I’m a young man who has everything: money, freedom a world to explore my leisure, but when i think of that i only feel emptiness, it’s pathetic isn’t it? ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Dragon-King
Rhaegar Targaryen
The Dragon-King
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life WO0LWksr_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_o8mi3prV1D1uh1jtio8_250
Ft : Jason Isaacs
Multi-Compte : Liane Vance / Tyrion Lannister / Ellaria Sand / Lanna Cole / Catelyn Stark
Messages : 2002
Date d'inscription : 27/12/2017

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyMer 30 Oct - 13:49

Who we marry is one of the most important decisions in lifePolitesse et mesure, comédie et faux-semblant, à l’instar de la majorité qui l’entourait. N’y avait-il donc plus une once d’honnêteté et de droiture en ce monde ? Robar, en tant que chevalier émérite, ne devait-il pas se montrer digne de son rang en se comportant à son tour en homme droit et honnête, tel le Hardi ? Mais au lieu de cela, ce sont de nouveaux mots doucereux qui atteignirent les oreilles du Souverain des Sept Couronnes, déclenchant un léger tressaillement nerveux dans son corps et un tremblement autour de ses lèvres. Il inspira longuement et profondément pour aider ses nerfs à dissiper cette tension et tourna la tête en direction de son beau-fils, qui lui détaillait, un sourire crispé sur les lèvres, quel honneur cela fut pour le Val d’accueillir le Roi et une partie de sa cour. Il eut cependant grand peine à retenir un rire amusé lorsque Robar évoqua son manque d’expérience envers ce qu’il qualifia de « fastes de la Cour » :

Vous nous avez quitté trop tôt Ser. Peut-être que si vous étiez resté plus longuement en notre compagnie, vous auriez gagné en expérience concernant…les fastes de la Cour, dit-il sur un ton piquant d’ironie avant de reprendre. Mais vous avez raison sur un point ; voilà trop longtemps que je ne me suis rendu dans le Val. D’aucuns y voient quelque intention déplacée, maintenant que la menace Fer-Née est écartée, qu’un enfant-Seigneur est mort, entraînant la fin d’une maison jadis opposée à la maison Targaryen avec lui, et qu’un nouveau Suzerain, jeune également, arrive à la tête du Val. Mais vos paroles sont agréables à entendre Ser Robar ; nul doute que je trouverais plus facilement le sommeil ce soir.

Les Fer-Nés…Un éternel problème qui n’aura de fin réel que lorsque ceux-ci seront définitivement et totalement éradiqués…Ce qui n’arrivera probablement jamais, dispersés qu’ils peuvent l’être en mer, sur leurs maudits rafiots. L’assassinat de Robert Arryn n’est qu’un argument de plus qui justifierait une attaque groupée, comme lors de la rébellion de la Seiche. N’avait-il pas accordé l’indépendance au Greyjoy que si, entre autres, il s’engageait à cesser ses raids sur les côtes de Westeros, sous peine de devoir subir des représailles ? Les événements du Val et à Dorne étaient la preuve flagrante que que le Seiche, ni aucun des hommes sous son commandement, n’avait d’honneur. Qu’il se gausse seulement d’avoir osé me défier… lui arrivait-il de penser dans ses heures les plus sombres. Un jour, même son Dieu noyé brûlera, au même titre que ses îles et tous ceux qui y pullulent…. Mais Rhaegar n’avait pas fait venir Robar Royce pour s’épancher sur sa soif de vengeance sur les Iles de Fer. Après qu’il eut évoqué le coeur de leur conversation, il constata que visiblement, Robar ne s’attendait pas à ce que ce soit Rhaenys, le sujet essentiel de cette entrevue royale tant il perdit de son aplomb et le trouva soudain crispé, plongé dans le silence.

Je n’attends que cela, répondit Rhaegar à la question de Robar, demandant s’il pouvait se montrer honnête avec lui.

Et le laissant s’exprimer sans l’interrompre, Robar Royce se confia au père de son épouse. Commençant par de légers compliments au sujet de sa fille, il avoua ensuite ne plus pouvoir supporter la présence de Rhaenys à ses côtés, pas après ce qu’elle a osé faire à leur enfant à naître. Adossé contre son fauteuil, Rhaegar l’écouta d’un air relativement calme, respirant à peine. Immobile, il pouvait encore comprendre que Robar en veuille à Rhaenys. Lui-même ne pouvait plus lui adresser la parole, tant la déception et la colère avaient été fortes après ses aveux. Pendant plusieurs Lunes, le père avait soigneusement évité tout contact avec sa fille, ce qui avait suscité les interrogations à la cour, les sachant pourtant toujours si complices et proches. Mais cela, Robar, lui, l’ignorait. Pour lui, en voyant ici le père et la fille se comporter comme si de rien n’était, devait lui être incompréhensible. Il lui devait bien quelques éclaircissements à ce sujet :

Je peux aisément le concevoir Ser Robar, finit-il par répondre, accompagnant ses mots d’un léger hochement de tête. L’on m’a qui plus est rapporté que vous étiez fort doué et apprécié des enfants. Vous auriez fait un bon père ; de cela je n’en doute point. Mais vous avez dû être surpris en me voyant avec son Altesse, comme si rien de tout ceci ne s’était jamais produit.

Ce fut à son tour de se pencher en avant vers le jeune chevalier Valois et de lui murmurer, sur le ton de la confidence : J’ai toujours pardonné les écarts de conduite de ma fille et son non-respect du protocole. J’ai mis en revanche plusieurs Lunes à seulement pouvoir supporter sa vue au détour d’un couloir, après son acte aussi violent qu’atroce.

Sa main gauche alla soudain s’agripper au col du chevalier pour l'attirer vers lui, sa voix prenant soudain des notes angoissées : Je suis au fait de choses que ma fille m’a révélé et que je ne peux, à mon tour, vous dire Ser. Et pourtant, vous seriez vous aussi en droit de les connaître. Cela vous pousserait-il sur la voix du pardon ? Je l’ignore hélas…

Lentement, ses doigts relâchèrent leur emprise, libérant le col du Royce tandis qu’il retombait lourdement contre le dossier de son fauteuil.

Mais moi, reprit-il, ses yeux rougis par l’émotion de ce souvenir de confessions de sa fille, plaquant ses mains sur son torse, moi je n’ai pas eu la force de poursuivre sur la voie de la rancœur envers ma fille. Je lui ai rouvert mes bras et je le referais sans hésiter demain s’il le fallait. Elle est et reste ma fille, dit-il en appuyant sur ce dernier mot avant que son regard n’aille se perdre dans la contemplation du feu de cheminée. Le sang du dragon…chuchota-t-il d’un air absent.

:copyright:️ 2981 12289 0


The Dragon King
Who we marry is one of the most important decisions in life Qh7GaO1A_o Who we marry is one of the most important decisions in life C8tFt1EF_o
Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying king, and he sank to his knees in the snow and with his last breath, murmured a woman's name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Red Knight
Robar Royce
The Red Knight
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life VZQnYoNc_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_oz2xbaOUCd1ueyxfyo5_400
Ft : Nick Slater
Multi-Compte : Margaery Targaryen, Arys Manning, Alysanne Lefford, Theon Greyjoy & Brynden Nerbosc
Messages : 388
Date d'inscription : 31/07/2019

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyVen 8 Nov - 9:01

Who we marry is one of the most important decisions in life

Robar Royce & @Rhaegar Targaryen ∆ Some old wounds never truly heal, and bleed again at the slightest word.


☾☾ Robar ignorait s'il devait s"inquiéter ou non du ton ironique employé par le monarque. Il était vrai que ses mots sonnaient creux au regard de la soirée passée: les mines lugubres de quelques uns ne parvenaient à être effacé par la joie des plus jeunes invités présents, heureux de voir enfin le Roi en personne. Du côté des Royce, Robar ne pouvait nier avoir senti les tensions qui émanait des siens, et pour cause ! Avec sa nièce se précipitant dans les jupes de Rhaenys, les souvenirs s'étaient ravivés: ceux de leur vie commune, de leur mésentente mais de leur quotidien dans ce Val qu'elle avait finit par avouer ne pas aimer autant que sa chère Port-Réal. L'innocence de la fillette mettait en lumière les mois de séparation et les raisons de cette dernière: Edmée avait quitté une Rhaenys enceinte et au lieu de retrouver cette tante par alliance avec son petit cousin dans la demeure familial de Roches-aux-Runes, elle avait vu son oncle rentrer seul, s'en aller à nouveau. L'arrivée de Rhaenys de son côté, au bras de son père, plus princesse qu'épouse Royce, avait du lui sembler étrange. Elle était si jeune après tout, si innocente des histoire des adultes ... « Sans doute. » répondit-il simplement à la remarque ironique de son beau-père. Il se souvenait soudain de cette discussion lointaine avec Lady Taena Merryweather sur Port-Réal et la cour Targaryenne. Ce n'était pas qu'il n'avait apprécié les attentions courtisanes ou le rythme de la ville, mais ce n'était pas chez lui. De la même manière que son épouse avait eu le mal du pays loin des terres de la couronne, il ne pouvait nier que le Val lui manquait après les rebondissements de Lestival et son humiliation lors des joutes. Etouffant déjà avant la fausse couche de Rhaenys, la mort de l'enfant avait teinté le château de noir: le Donjon Rouge devenait soudain l'associé de cet événement morbide que la confession de Rhaenys, peu après, avait définitivement lié à l'infamie. Partir était une nécessité, un besoin vital. Il ignorait s'il aurait pu supporter cela un jour de plus, perdu entre tristesse et colère, ou si Port-Réal aurait eut raison de lui et l'aurait conduit à un geste malheureux. Toutefois, là n'était pas la discussion: il tentait de défendre ses compatriotes mais le souverain n'était pas dupe. L'ambiance maussade de la soirée en l'honneur d'Harold Hardyng était un mélange de tout un tas de chose: la présence de la veuve Arryn, ayant désormais perdu son unique fils, les attaques fer-nés sur les côtes du Val, la présence du Roi en personne ... Il y avait tant de choses qui pouvaient expliquer les mines défaites d'une partie des invités. Mais il fut surpris des mots employés par la dragon. Y avait-il vraiment des doutes et des regrets de sa part ou était-ce encore une marque d'ironie de sa part ? « Jamais je n'oserais penser que vous puissiez être responsable de ce drame, mon Roi. Et ce, sans aucune volonté de vous flatter, je vous assure. Les Arryn étaient peut être opposés à votre Majesté par le passé, ils ont toutefois fait allégeance à la fin de la guerre et toujours respecter vos ordres et votre paix. De la même manière, vous avez gracié mon frère aîné, Andar, sans avoir jamais raison de le regretter. Je ne peux parler au nom de Lady Arryn, mais je ne vous imagine pas commanditer le meurtre d'un enfant. Ni personne de ma connaissance. » Et pourtant. Aurait-il crut sa propre épouse capable de cela ? Robyn Arryn était un enfant innocent qui avait éveillé l'intérêt des fer-nés qu'en raison de son statut de seigneur du Val et protecteur de l'Est. Son propre enfant avait-il mérité d'être tué avant même de voir le jour ? Il secoua la tête. Alors que ses pensées divaguaient. Il ne voulait pas vexer le roi, heurter son égo, aussi s'empressa-t-il d'ajouter. « ... Pardonnez moi. Je n'ai pas à juger de cela. » admit-il la tête basse. Il s'emportait: le Val était sa maison, ce qu'il s'y passait le touchait au coeur et la mort du petit Robyn avait sonné comme un échec, une tâche sur la réputation des chevaliers du Val. Un déshonneur qu'ils se devaient de réparer, pour la mémoire du petit suzerain disparu mais aussi pour eux même.  « Je serai le premier à prendre l'épée pour vous suivre si vous désirez rappeler aux Greyjoy la puissance des Sept Couronnes. Il en va de mon honneur de Valois et de ma fierté de soldat. Le jeune Robert n'avait pas la réputation d'être un enfant particulièrement bien portant et formé à l'art de la chevalerie, il était toutefois mon suzerain et même si mon allégeance est désormais toute entière à notre nouveau seigneur ... » Il n'y avait rien à ajouter. Il était certain que le Roi pouvait comprendre la difficulté que représentait, pour lui comme pour beaucoup, ce changement d'allégeance. Les Arryn dirigeaient le Val depuis qu'Artys Arryn, et la force des Andals, avait vaincu Robar II, de la maison Royce, dernier roi de Bronze. Il devint alors le premier Roi de la Montagne et du Val, le premier membre d'une dynastie de presque 6000 ans. Même la conquête d'Aegon Targaryen et de ses soeurs n'avaient pu mettre à mal l'autorité de cette famille sur les reliefs du Val, la reddition de Sharra Arryn et de son fils avait sans doute aidé ... Et pourtant, il avait fallut qu'une seule attaque pour détruire tout cela. Avec la mort de Robert Arryn, c'était une part de leur histoire qui disparaissait.


Il craignait que ses paroles, honnête mais emplie de son ressentiment, ne fasse qu'accroitre la colère du Roi: Rhaenys était sa fille chérie, tous savaient combien le Dragon adorait sa première née. Mais Robar eut la surprise de voir Rhaegar Targaryen se montrer tout aussi franc et honnête que lui même avait pu l'être. Et s'il se crispa en sentant la main du souverain se fermer sur le tissus de son col, il mesura chacune des paroles pourtant parfois encore énigmatique. Il garda le silence, respectueux de la conversation intime qui avait lieu. Le monologue du monarque toucha Robar en plein coeur: reconnaissant ses capacités avec les enfants, il semblait sincèrement regretter la mort de l'enfant que Rhaenys avait porté. Les traces d'ironie, du rire glaçant qu'il avait eut plus tôt semblait bien loin et il lui semblait revoir, un instant, la même flamme, dans le regard violet, qui brillait avant que les scandales ne s'acharnent sur la maison Targaryen. A cet instant, il n'était plus cet homme instable et quelque peu effrayant, il redevenait le Rhaegar qui avait maté les révoltes Baratheon et Greyjoy.  « Je crains n'avoir jamais eu pareille conversation avec vous. » confia-t-il. Le silence s'installa à nouveau et Robar fixa son regard azur sur la cheminé. Fermant les yeux, il prit un instant pour réfléchir. Les mots du Roi résonnait en lui. Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres, empreint de tristesse et d'une once d'ironie, à son tour. « Vous aviez raison, peut être ais-je quitté Port-Réal trop tôt ... Car même si j'ai trouvé le réconfort des miens, je n'aurai jamais plus les conseils avisés d'un Père. Mais je ne suis point Lady Margaery ... » Il poussa un soupir. Il ne comprendrait jamais ce que cherchait la Tyrell: ils n'étaient que des pièces rapportées après tout et même si elle avait prit le nom de Targaryen, il y avait une différence entre eux ... Et le reste de la famille. Il devait admettre qu'elle faisait bien des efforts avec ses sourires mielleux et ses paroles qu'elle avait pour tout un chacun, elle avait plutôt bien conquis sa place. De plus, l'affection que lui portait l'ancien héritier du trône de fer devait sans doute aider à ... Mais ce n'était pas son cas. Il n'avait été consulté à aucun moment de l'élaboration de l'alliance unissant Targaryen et Royce: il s'était contenté d'être le pion avancé sur l'échiquier politique en confirmant l'allégeance des Royce à la Couronne des Dragons. Dès son arrivée à Port-Réal, faire plus ample connaissance avec sa promise devait être sa priorité et à aucun moment, il n'avait chercher à nouer quoi que ce soit avec son futur beua-père: c'était le Roi, son respect lui était du. Les choses n'avaient pas changé après le mariage et son départ en hâte après la confession de Rhaenys avait réduit toute possibilité de discussion.  « Toutefois, sachez que je suis ... Heureux d'avoir cette conversation. Je ne peux vous démentir: vous voir au bras de mon épouse hier soir a été une désagréable surprise. Je la savais présente, mais j'ignorais qu'elle avait regagné vos faveurs. » Il n'aurait pu nier être troublé que le Roi lui fasse ce genre de confession: il n'imaginait pas l'homme prompt à se laisser aller aux regrets fasse à quelqu'un comme lui. Après tout, avant l'officialisation des fiançailles il n'avait été qu'un nom de noble parmi tant d'autre, un chevalier du Val au visage inconnu. Et pourtant, aujourd'hui, il avouait avoir lui même été incapable de supporter la vue de sa propre fille, marqué en son âme par l'acte impardonnable qu'elle avait commis. Et pourtant ... Il avait trouvé la voie de la réconciliation, invitant le jeune homme à en faire de même. Dans quel but ? La paix de son esprit ? Celle de son mariage ? Du royaume ? Craignait-il qu'il ne parle de ce qu'il savait, détruisant la réputation de la Princesse, entachant celle de la couronne ? Ou était-ce simplement un geste vers lui, un tentative de réconciliation, de médiation entre des époux séparés ? Robar se cout la tête, son regard se perdait dans le vide, s'interrogeant sincèrement sur ce que son coeur était capable de faire concernant Rhaenys. Il n'y avait pas d'amour et sans doute n'y en aurait-il jamais, pas plus que d'affection et désormais même sa considération pour elle avait été mis à mal. Serait-il capable de passer au delà de cela ? De vaincre sa colère pour reprendre une vie maritale et tenter, peut être un jour, d'avoir enfin un enfant ? Un nouveau soupire résonna entre eux et Robar reporta son attention sur son beau-père. Sa mine était loin des sourires habituels qu'il donnait volontiers à qui voulait bien les recevoir: sérieuse, elle trahissait l'impact profond que cette affaire avait sur lui. « Je ne peux assurer de rien, je le regrette. Je crois que notre mariage n'a jamais été désiré, et cela malgré les lunes passées à faire connaissance avant notre union. Cela ne vous a pas échappé, bien sur, mais si je puis reconnaitre une chose, c'est la volonté de son Altesse à remplir son devoir. Malgré toutes la rancune et la colère qui me hantent, elle ne s'est jamais soustraite à ses obligations et même si nous ne nous entendions pas, elle n'a jamais été publiquement sujet à mécontentement de ma part ou de celle de ma famille. Nous ne voulions pas, mais cela est le lot de bien des couples ... » Pourquoi ne parvenait-il pas juste à lui dire combien il pouvait la détester dès qu'il pensait à la mort de leur enfant ? Pourquoi se sentait-il obligé de toujours rappeler que, malgré leur indifférence l'un pour l'autre, ils avaient fait des efforts pour accomplir leur devoir ? Elle comme lui, eux comme une bonne partie des couples nobles des Sept Couronnes. Rares étaient les mariages d'amour et chanceux étaient ceux qui développaient des sentiments avec les années: de l'affection pouvait naitre, de la tendresse, lorsque l'union donnait naissance à des enfants, mais beaucoup ignorait tout de l'amour marital. Il n'y avait pas de quoi se plaindre, ils n'étaient que deux parmi tant d'autre, et le statut couronné de son épouse n'y changeait rien.  « Mais depuis mon départ, depuis sa ... Confession, nous n'avons échangé. Ni mot, ni lettre. Et si je puis entendre ce qui vous a pousser à  ... Pardonner, je crains de n'en avoir la sagesse sans une conversation avec elle. » Il ne pouvait le faire à l'aveugle. C'était impossible. Il devait comprendre, savoir, et juger de lui même si cela valait la vie de son enfant. Rhaenys n'avait jamais tenté quoi que ce soit. Lui non plus. Et il considérait être dans son droit: il était celui qui avait été blessé, celui qui avait perdu enfant et épouse dans cet acte inimaginable. C'était à elle de chercher à se faire pardonner, pas l'inverse. Et l'intervention de Rhaegar Targaryen n'y changerait rien. S'il appréciait que le Roi prenne la peine de parler de cela avec lui, il ne pouvait nier le ressentiment qu'il avait pour sa fille. Vivace, il faudrait du temps pour que la douleur s'apaise, pour que le visage de la princesse ne lui inspire plus la colère qu'il ressentait en la voyant. Son regard attristé se plongea alors dans les prunelles lilas du souverain.  « Je ne veux pas être l'ennemi de votre Majesté. Ni du Roi, ni de l'homme: j'ai beaucoup de respect pour vous, pour votre histoire et pour ce que vous avez fait durant votre règne. Et je vous rejoins: l'idée que la voie de la rancoeur n'apporte que la peine et la désolation. J'espère que ce qui m'oppose à la Princesse ne me rongera pas jusqu'à la fin de mes jours mais aujourd'hui, en dehors de sa confession devant les Sept, mon épouse n'a jamais témoigné de remords, d'envie de réconciliation envers moi. » Rhaegar Targaryen pouvait bien vouloir conserver la paix du Roi à tout prix, il était des choses sur lesquelles il ne pouvait rien. Rhaenys avait assumé ses actes aux yeux des Sept, et de son père. Mais pas auprès de lui. Il poursuivit, sans détourner les yeux. « Ce qu'un Père peut pardonner à sa fille, à son sang, un homme ne peut le pardonner à sa femme sans avoir la moindre explication. J'aimerai dire que votre seule sagesse en ce qui concerne les raisons de cet acte me suffise, j'aimerai pouvoir me contenter de vos mots mais cela serait tromperie et hypocrisie que de vous l'affirmer quand mon âme, elle, n'y croit nullement. Ce serait me parjurer, mentir à mon Roi et à mon Père par alliance et puisque vous m'autorisez une honnêteté totale, dépourvu des mots qu'un courtisan pourrait avoir à votre encontre alors je me sens le droit de vous le dire: de vous, je n'attends rien. C'est tout a votre honneur d'avoir prit l'initiative de cette conversation et quelque soit la surprise et la colère qui ont pu être les miennes hier, je vous assure que cela appartient au passé. Mais en ce qui concerne mon épouse ... Nul futur n'est envisageable sans que nous n'ayons discuté. » Enfin, il s'autorisa à regarder ailleurs, reportant son attention sur les flammes. Il était certain que si le Roi ordonnait qu'il retourne auprès de son épouse, il ne pourrait en faire autrement mais il ne pouvait jouer la comédie. Il ignorait si son mariage était terminé, mais il ne pouvait faire semblant, plus maintenant. S'il avait compatit à son sort, sort commun qui les enchainait l'un à l'autre, il ne pouvait plus jouer le jeu de l'union Royce Targaryen, il ne pouvait plus la suivre en faisant bonne figure, en cachant ses véritables sentiments pour elle. Les pupilles bleues fixées à nouveau sur les flammes, il ajouta. « J'ignore ce que vous attendez de moi mais sachez que jamais je ne ferais quoi que ce soit contre sa réputation ou la votre. Cependant l'indifférence est la seule chose que j'ai à lui offrir aujourd'hui dans l'état actuel de notre situation. Revenir à Port-Réal, reprendre une vie conjugale comme si de rien n'était me parait impensable si la confiance n'est plus là, si l'honnêteté n'a pas fait éclater les raisons de la mort de mon enfant. Je ne la hais pas au point de désirer son malheur ... Et tant que ses lèvres demeureront closes à mon égard, c'est la seule chose qu'un retour à une vie commune nous apportera à tous deux. » Et Robar doutait que le Roi imposerait quoi que ce soit qui pourrait nuire au bonheur de sa fille adorée. Du moins, il l'espérait.

CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR ZUZ' & SHAIRA'


runestone knight (+) To anyone else I’m a young man who has everything: money, freedom a world to explore my leisure, but when i think of that i only feel emptiness, it’s pathetic isn’t it? ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Dragon-King
Rhaegar Targaryen
The Dragon-King
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life WO0LWksr_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_o8mi3prV1D1uh1jtio8_250
Ft : Jason Isaacs
Multi-Compte : Liane Vance / Tyrion Lannister / Ellaria Sand / Lanna Cole / Catelyn Stark
Messages : 2002
Date d'inscription : 27/12/2017

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyVen 29 Nov - 12:03


       
AN 302, LUNE 8, SEMAINE 3 - LES PORTES DE LA LUNE @Robar Royce & Rhaegar Targaryen
       

       
WHO WE MARRY IS ONE OF THE MOST IMPORTANT DECISIONS IN LIFE

       
C'est à peine s’il respirait. Hypnotisé par la danse des flammes dans l’âtre de la cheminée, Rhaegar sentait avec un profond soulagement ses nerfs se détendre suite à la potion au goût pourtant abjecte que lui avait préparé le Grand Mestre. Plus efficace que tout ce que Pycelle avait pu produire dans ses vieilles années, le nouveau Grand Mestre avait su produire un breuvage qui calmait ses nerfs et le plongeait dans un repos qu’il avait toutes les peines du monde à atteindre à la nuit tombée. Par intermittence pourtant, un tremblement rebelle venait secouer ses mains ou faire tressaillir ses lèvres mais son esprit se trouvait plus détendu, plus disposé à la conversation et moins enclin aux sauts d’humeur parfois violents au moindre mot qui ne plairait pas à l’oreille du Dragon. Or, après s’être ouvert au jeune Royce et avoir fait preuve certes, au départ, d’ironie envers toute cette histoire y compris la mascarade de la veille, le Roi trouva la force et la volonté d’accorder son attention à l’époux de sa fille. Ses prunelles restaient principalement braquer sur le feu, obnubilé par sa couleur et sa chaleur, bien qu’il sentait, par intermittence, les iris bleues de Robar Royce chercher le contact avec son propre regard. S’il ne put retenir un rire amusé et narquois face aux nouvelles tentatives de Robar de redorer le blason des Valois en usant de mots aussi bien placés que flatteurs, il garda néanmoins le silence. Pour lui, l’affaire était désormais close et le cas des Valois arrêté. Rien pour l’instant, ni personne n’arriverait à le faire changer d’avis. Il souhaitait uniquement que le jeune Hardyng reste dans ses bonnes intentions d’œuvrer pour de bonnes relations entre la Couronne et le Val et qu’en temps voulu, il saura prendre les armes et se battre pour la bonne personne, non pas comme le fit la famille de son prédécesseur. Mais il y avait du vrai dans les propos de Robar ; il les avait gracié ainsi que les Royce, estimant en ce temps là que trop de sang avait déjà coulé et que l’heure devait désormais être au pardon et à l’avenir. Et puis, Rhaegar voulait s’affranchir de l’image de son père, une chose qui aurait été bien plus difficile à faire s’il s’était mis en tête de tuer tout ceux ayant choisi le camp du Baratheon. Il n’aurait régné que sur des cadavres, des femmes endeuillées ou des orphelins. Etais-ce cela ? L’image du nouveau et jeune Roi désirant la paix qu’il voulait laisser aux générations futures ? Aujourd’hui, bien des années plus tard, ses décisions d’autrefois sont toujours bien présentes dans les jeunes esprits à l’instar de celui de Robar Royce. Mais lui, qu’est-il advenu de lui ? L’image que lui renvoie le miroir ne lui montre rien de plus que le pâle fantôme de celui qu’il fut jadis. Pire encore, certains traits et expressions de son visage prennent la même voie que ceux de son père. Par sa passion égoïste d’un autre temps, il avait semé le mal sur son chemin. Désormais, c’était à lui de souffrir, et les Dieux s’étaient copieusement acharnés sur lui depuis plusieurs Lunes maintenant, depuis ce jour où son propre frère avait subi son procès pour empoisonnement. Dès lors sonna le glas de Rhaegar Targaryen, le Prince d’Argent à l’âme nostalgique, douce et musicale, et l’avènement de Rhaegar Targaryen, le Roi-Dragon, malade, instable, reniant son sang et sa chair à l’exception de deux êtres en ce monde ; Aerion, son tout jeune fils et héritier et surtout, surtout, sa Rhaenys.

Et c’était bien elle tout le sujet de leur conversation et ce pour quoi Rhaegar voulait s’entretenir avec Robar. L’âme tourmentée par les révélations successives du jeune homme, Rhaegar écouta, en silence, immobile depuis qu’il avait saisi son gendre au col. De temps à autre, son regard quittait le feu pour se tourner vers le visage du Royce à ses côté, avant de, comme son interlocuteur, retrouver un semblant de réconfort dans la danse des flammes. Et plus Robar parlait, plus Rhaegar se rendait compte à quel point il ignorait encore bien des choses au sujet de celle qu’il avait épousé. Il disait avoir passé du temps avec elle avant leur mariage…Pas suffisamment aux yeux du Roi mais lui-même, avait-il eu plus de temps avec Elia avant de l’épouser ? Aussi loin qu’il s’en souvenait, ce n’était guère différent de ce qu’ont connu Robar et Rhaenys, à ceci près qu’Elia l’avait aimé tandis qu’il avait ressenti pour elle de l’affection, certes, et du respect, deux sentiments qu’il avait bafoué pour une autre femme. Il n’avait jamais mérité Elia, pas plus qu’il ne méritait aujourd’hui la douceur et la bonté d’âme d’Alyria. Robar, lui, avait une perle devant les yeux, et tout comme lui, il n’avait su la voir, ou comprendre que sa fille était éprise d’un autre. Cela, Rhaegar ne le lui dira jamais ; c’était une chose que seule Rhaenys était en droit d’avouer. Tout comme les raisons qui avaient poussé sa fille à commettre l’irréparable sur son propre corps et sur son propre enfant.

Après avoir écouté tout du long le discours entrecoupé de Robar, le Dragon ne répondit cependant pas de suite, laissant planer entre eux un long silence que seuls les crépitements du feu venaient troubler.

Ser ? dit-il finalement en tournant soudain la tête vers lui. Il le contempla, lisant tristesse, lassitude et impuissance face à la situation qu’il vivait.

Merci pour votre franchise, reprit-il enfin.

Il n’y avait rien de plus à rajouter. Robar Royce avait littéralement ouvert son coeur face au père plus que face au Roi. Enfin, il n’y avait plus de flatteries, plus de convenances. Il avait eu le sentiment de ne plus être ce Roi que l’on respecte, flatte ou critique, mais d’être un homme, un homme ayant marié sa fille à un autre et qui s’ouvre à lui sur les échecs de son union, malgré leurs premières bonnes intentions l’un envers l’autre. Et cela parvint à le toucher suffisamment pour bouleverser son cœur et voir en Robar Royce un homme perdu et blessé plus qu’un chevalier charmeur et charmant. Lentement, il tourna son visage vers Robar :

Nous autres, ceux que le monde considère comme bien nés, sommes enviés pour notre confort de vie et nos richesses. Mais nous sommes en réalité bien plus pauvres que le bas peuple. Ce sont eux, les véritables riches. Ils sont riches de pouvoir vivre à leur guise, de faire de leur vie ce qu’ils en souhaitent, d’aimer et d’épouser qui ils souhaitent. Ils sont riches d’amour, l’amour qui a tellement plus de valeur que l’or. Nous, tous nous est dicté dès notre naissance. Lorsque ma fille est venue au monde, je m’étais jurée de la rendre heureuse, que malgré son rang de Princesse, elle aurait des libertés que d’autres de son rang ne connaissent pas et ne connaîtront jamais. Peut-être lui ai-je accordé trop de libertés mais j’ai su, à son adolescence, que mes efforts seraient vains et que, comme toutes les autres avant elle de même que celles qui suivront, Rhaenys devra elle aussi se plier aux exigences de notre milieu. Tout comme vous.

Il eut un sourire triste à cette pensée : Je l’aime plus que tout, plus que de raison. Qu’on me l’enlève, et j’en mourrais. Et c’est sûrement cela qui m’a un soir poussé à aller la voir pour finalement la reprendre dans mes bras. Vous, rien ne vous pousse à faire ce geste parce que vous n’avez aucun amour envers elle. Le peu d’affection et le respect que vous avez un jour pu avoir à son encontre est mort au même titre que votre enfant.

Il s’interrompit et se pencha en avant vers le chevalier du Val : Mais si vous dîtes que beaucoup de vos sentiments appartiennent désormais au passé, ne pouvez-vous trouver la force nécessaire d’entreprendre une conversation avec elle ? Je ne peux vous y contraindre, ni vous ni ma fille, mais je peux vivement vous y encourager. Faites au moins un essai…que ma venue dans le Val ne soit pas vaine en tous points, se permit-il de plaisanter, son visage prenant soudain l’air doux du Prince d’Argent qui ne l’a peut-être jamais totalement quitté et qui sommeille encore en lui.

       
(c) crackle bones

       


The Dragon King
Who we marry is one of the most important decisions in life Qh7GaO1A_o Who we marry is one of the most important decisions in life C8tFt1EF_o
Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying king, and he sank to his knees in the snow and with his last breath, murmured a woman's name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Red Knight
Robar Royce
The Red Knight
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life VZQnYoNc_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_oz2xbaOUCd1ueyxfyo5_400
Ft : Nick Slater
Multi-Compte : Margaery Targaryen, Arys Manning, Alysanne Lefford, Theon Greyjoy & Brynden Nerbosc
Messages : 388
Date d'inscription : 31/07/2019

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptyLun 9 Déc - 16:38



WHO WE MARRY IS ONE OF
THE MOST IMPORTANT DECISIONS IN LIFE

Robar Royce & @Rhaegar Targaryen

Les mots sortaient de sa bouche sans qu'il ne puisse les en empêcher: partagé entre le soulagement de pouvoir enfin livrer son ressenti, et l'angoisse d'avoir cette discussion avec le Roi en personne, Robar mesura toutefois ses mots. Faisant preuve d'une certaine retenue qu'il n'aurait pu avoir sous le coup de la colère qui l'avait animé jusque là, il parvint à livrer son propre témoignage, sa vision du drame qui avait secoué son couple, sans laisser les émotions le gagner et l'envahir. Sa déception, Rhaegar Targaryen avait dit la comprendre, mais il ne partagerait sans doute pas son avis sur la princesse, cette fille qu'il chérissait au delà du concevable. Robar avait beau avoir beaucoup de ressentiment envers son épouse, il savait qu'il n'était pas dans son intérêt de la dénigrer publiquement, ni même dans l'ombre. Seuls les siens savaient ses véritables pensées au sujet de Rhaenys, l'étendue de sa colère, bien au delà de ce qu'il s'autorisait à dire au monarque. Un battement de coeur lui manqua alors que ce dernier le remerciait de sa franchise. Sans doute était-il plus habitué aux ronds de jambes et paroles mielleuses qu'à la vérité, si difficile soit-elle. Il n'avait rien contre lui, et ce qui l'opposait à Rhaenys ne concernait en rien la couronne qu'elle portait sur la tête. Et dans cette discussion, il lui fallait dissocier le Rhaegar Targaryen, père de son épouse, homme épuisé - de toute évidence- par de récents évènements ternissant un règne de paix, et le Roi, la figure monarchique absolue et incontestable. Il se contenta d'hocher la tête, le visage fermé, l'esprit encore embrumé des souvenirs qu'il avait du mobiliser pour parler au dragon avec justesse. A ce moment, il n'y avait plus de Targaryen ou de Royce, plus de Roi ou de chevalier, plus que deux hommes partageant une même blessure dont la profondeur n'avait pour remède qu'un pardon que le blond du Val ne parvenait à accorder. Lui qui avait craint que son avis, si négatif, lui fut reproché au nom de l'amour paternel qu'il portait à sa fille, il fut surprise d'entrevoir en Rhaegar, la part de doute qui avait, chez lui, assombri son coeur. Toujours jovial et ayant un mot pour rire, Robar s'était considérablement refermé depuis qu'il était rentré de Port-Réal. Ses blagues avait un ton d'humour noir, son regard s'était éteint. Il n'avait jamais aimé Rhaenys comme aurait pu le faire un amant, un amoureux, mais elle était son épouse et il défendait ses intérêts comme on l'attendait de lui, il avait accomplit son devoir en prenant garde à son consentement. Ils avaient trouvé, dans ce mariage qui ne leur convenait pas, une forme d'équilibre fragile, souvent en péril, mais leur permettant d'avancer sans risquer d'abimer l'égo de l'autre. Lestival avait brisé cela. Sa défaite cuisante, humiliante, lors du tournoi avait été, selon ses premières pensées, le point de départ de tous ses malheurs. Sorti de la lice après y avoir été jeté par Brynden Nerbosc, semant la surprise parmi les Valois habitués à le voir arborer son air triomphant jusqu'à la fin, il avait fait pâle figure face aux victoire que Ser Durran, protecteur de son épouse, avait enchaîné.  

Ce fut le moment choisit par le Roi, alors que tous ces récents souvenirs l'épuisait littéralement, pour prendre la parole. Rares étaient ceux évoquant ces années avant la rébellion de Robert Baratheon et, à présent, on pouvait entendre tout et son contraire au sujet de cette triste histoire. Andar l'avait gratifié de quelques anecdotes de sa vie chez les Tully mais Robar était trop jeune, à l'époque, pour comprendre ce qui avait amené le jeune Robert à prendre les armes contre son Roi, et contre celui qui, à l'époque, n'était encore que Prince de Peyredragon. Alors entendre le dragon aborder de lui même une jeunesse lointaine, la notion de devoir que lui incombait son rang tant envié avait de quoi faire écho. Liberté, jeunesse et noblesse. On imaginait tant de chose sur eux: fantasmant sur le luxe des demeures, sur l'oisiveté de leurs journées. La réalité était si loin de tout cela. Bien qu'ils n'aient pas à s'inquiéter pour l'argent, du moins la plupart, il y avait tant de pincette à prendre pour ne blesser les égos d'aucun de leurs comparses, tant de devoir qui mettait à mal cette liberté imaginée. Rares étaient, au final, les mariages d'amour, les passions concrétisées devant les Sept et qui faisait fondre d'envie les coeurs des jouvencelles romantiques. En vérité, si l'amour naissait, c'était déjà une chance, au mieux se créait une forme d'affection, un respect sincère entre les époux. Dans d'autre cas, l'indifférence mutuelle était ce qu'ils pouvaient se donner de mieux car restaient ceux qui ne parvenaient à être heureux, ceux qui n'avaient d'autre choix que d'accepter leur sort, au nom du devoir, et s'en trouvaient fort peu récompensés. Quel âge avait donc le Roi, lors de la naissance de la princesse ? Sans doute plus jeune que lui, lorsqu'on écoutait les quelques regrets qu'il semblait avoir. Mais pouvait-il être parfait en tout ? Combien de dames de Roches-aux-Runes et de Port-Réal avait-il entendu vanté les qualités de cet homme qui, aujourd'hui, subissait les affres du temps et de la discorde ? Celui qui avait vaincu au Trident ? Celui qui avait ramené la paix dans Westeros après une ère de terreur et de mort ? Au final, les mots empreint de tristesse et de nostalgie ne faisait que renforcer l'image qui s'offrait à lui, celle de cet homme, dépourvu de sa couronne, qui redevenait juste un être humain. Avec ses forces et ses faiblesses, ses victoires et ses regrets, son savoir et son ignorance. Aurait-il du alors lui en vouloir ? Approuver ses dires et reporter sur lui, le comportement que Rhaenys avait eut jusque là ? Comment aurait-il pu ? Si l'enfant qu'elle avait été s'était habituée au laxisme paternel, elle était désormais une femme, une Dame de la Couronne servant de modèle à des milliers de jeunes demoiselles à travers Westeros. C'était à elle, d'assumer les conséquences de ses actes. Et avant même qu'il puisse dire quoi que ce soit, le Roi le devançait, touchant juste, posant des mots sur ce qu'il ne parvenait à exprimer. Le pardon de Rhaegar envers sa fille serait toujours absolu: ils étaient du même sang. Mais rien de tel n'unissait Robar à celle qui partageait sa vie, rien ne le retenait auprès du dragon ensoleillé hormis un serment fait devant les Sept.

Le chevalier fut décontenancé par tant de justesse mais encore plus par la question que lui posa le Roi. Il semblait vraiment concerné par le conflit qui opposait sa fille et son époux, comme cherchant de lui même à panser une plaie qui s'était créer entre eux. Et bien qu'il assura ne pouvoir les contraindre en rien -ce dont Robar doutait, il était le Roi, il avait tous les pouvoirs- il semblait accorder plus d'importance à cette affaire matrimoniale qu'à la succession qui avait lieu dans le Val. Qu'en aurait dit Yohn Royce ? Songea alors le jeune homme. Il connaissait le point de vue d'Andar sur la chose, celui d'Alys également, dont les regards n'étaient pas passé inaperçus alors qu'il leur contait, à son retour, la terrible histoire justifiant de la séparation. Mais Yohn ? L'homme qui avait tant chercher à faire la paix, à cesser de ressasser un passé révolu ? Se draperait-il dans son orgueil ou accorderait-il à celle qu'il avait juré de protéger devant les dieux, le droit à la parole ? Une parole qu'ill lui avait refusé dès qu'il avait comprit ce qu'elle avait fait. Robar demeura un instant silencieux. Son regard quitta les yeux violets du dragon couronné pour se poser sur les flammes, cherchant une réponse à ce doute qui, à présent, l'assaillait.  « J'imagine ...  » commença-t-il alors « Que, par respect pour vous, je devrais pouvoir l'envisager.  » Il eut un soupire étouffé, fermant les yeux avant de les rouvrir sur le Roi. « Je ne veux pas vous promettre quoi que ce soit. Pardon et réconciliation ... Sont des choses qui ne peuvent être données à la légère. Mais puisque vous avez été si bon avec moi en ce jour, je pense qu'il est ...  » De son devoir ? Etait-ce réellement cela ? Non c'était pas à la demande d'un Roi qu'il acceptait, simplement à celle d'un père. Il corrigea alors « ... De bon ton d'essayer ... De renouer un dialogue.  »  Ils ne pourraient s'éviter à vie et il ne pourrait assumer sa séparation sans avoir auparavant fait le pas que tous attendaient de lui. « J'irais voir la Princesse avant votre départ. Je vous le promet.  » Qui aurait pu croire, quand il était entré dans la pièce, qu'il accepterait d'aller lui parler. Lui qui était si remonté, si certain de ne jamais pouvoir la regarder à nouveau ... Dans quoi s'embarquait-il encore ?

(c) oxymort



runestone knight (+) To anyone else I’m a young man who has everything: money, freedom a world to explore my leisure, but when i think of that i only feel emptiness, it’s pathetic isn’t it? ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Dragon-King
Rhaegar Targaryen
The Dragon-King
Valar Dohaeris
Who we marry is one of the most important decisions in life WO0LWksr_o
Who we marry is one of the most important decisions in life Tumblr_o8mi3prV1D1uh1jtio8_250
Ft : Jason Isaacs
Multi-Compte : Liane Vance / Tyrion Lannister / Ellaria Sand / Lanna Cole / Catelyn Stark
Messages : 2002
Date d'inscription : 27/12/2017

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life EmptySam 28 Déc - 18:37


       
AN 302, LUNE 8, SEMAINE 3 - LES PORTES DE LA LUNE @Robar Royce & Rhaegar Targaryen
       

       
WHO WE MARRY IS ONE OF THE MOST IMPORTANT DECISIONS IN LIFE

       
Les paroles du Roi semblaient être méditées par le jeune homme à ses côtés. Le silence se fit entre eux et Rhaegar goûta alors un semblant de quiétude qui lui faisait cruellement défaut soudain l’envahir. La tête appuyée contre le haut dossier du fauteuil, sa respiration était calme, apaisée. Les yeux à demi-clos, il aurait presque pu s’endormir là, réchauffé par les flammes qui dansaient devant lui. Mais la voix de Robar Royce le rappela au monde réel. Ses yeux s’ouvrirent totalement et il tourna de moitié le visage vers son interlocuteur qui avait quant à lui, détourné le regard de son souverain. Il lui parut hésitant sur les termes à employer. Une part de Robar ne goûtait guère à cette perspective de se retrouver face à son épouse mais une autre part, rendue plus forte par le dialogue avec le père de son épouse, le poussait à agir, même s’il n’en avait pas envie. Rhaegar le laissa parler, voyant tout l’effort que cela lui coûtait déjà d’ébaucher ne serait-ce que l’idée de l’entrevue avec Son Altesse la Princesse Rhaenys. Lorsqu’il eut terminé, Rhaegar hocha doucement la tête :

Bien, répondit-il avec un léger sourire aux lèvres.

Il contempla encore un instant le Chevalier Valois puis, prenant appui sur son avant-bras gauche, il se pencha légèrement vers lui :

Cependant Ser, peu importe l’issue de votre conversation, il me serait plaisant de vous voir de temps à autre à la capitale. Je souhaiterais volontiers vous promettre la pareille venant de ma fille…qu’elle se rende parfois dans le Val. Mais mon esprit n’est guère tranquille de la savoir sur les routes, même avec la meilleure des escortes. Qui plus est, sa présence m’est vitale vous l’aurez compris…Aussi il en incombe à vous de vous déplacer je le crains. Ainsi pourrons-nous à nouveau deviser comme nous le faisons en ce moment-même.

Comme si son poids était devenu trop lourd à supporter sur son avant-bras gauche, il relâcha la tension et se radossa de tout son poids contre le dossier du fauteuil, mouvement accompagné d’un soupir las.

Laissez-moi à présent, dit-il, congédiant ainsi l’époux de sa fille. Il ferma les yeux et tâcha de retrouver cette quiétude qui avait failli, quelques instants plus tôt, l’emporter dans un doux et paisible sommeil réparateur. Mais alors que Robar était toujours dans la pièce, Rhaegar rajouta à son attention, bien qu’ayant les yeux toujours clos :

Votre mariage est maintenu, Ser Robar. Gardez bien cela à l’esprit lorsque vous vous entretiendrez avec Son Altesse. Je ne suis pas prêt d’entamer la moindre démarche avec le Grand Septon concernant votre union.

Il n’était plus questions de sentiments, mais uniquement de politique et par cette union, Rhaegar entendait bien maintenir ne serait-ce qu’un semblant de lien avec le Val, qu’il espérait cependant désormais consolider par le biais de la loyauté du nouveau Suzerain à son égard et de Lady Anya Vanbois.

       
(c) crackle bones

       


HRP:
 


The Dragon King
Who we marry is one of the most important decisions in life Qh7GaO1A_o Who we marry is one of the most important decisions in life C8tFt1EF_o
Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying king, and he sank to his knees in the snow and with his last breath, murmured a woman's name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Who we marry is one of the most important decisions in life Empty
MessageSujet: Re: Who we marry is one of the most important decisions in life   Who we marry is one of the most important decisions in life Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Who we marry is one of the most important decisions in life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: