RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici The bear and the silver dragon | ft Jorah 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief ! 50 pts à la clé !

La MAJ des 5 ans aura lieu le 22/23/24 février ! Pensez à sauver vos rps d'ici là The bear and the silver dragon | ft Jorah 1960165969
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – ...
2.97 €
Voir le deal

Partagez
 

 The bear and the silver dragon | ft Jorah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silver Princess
Daenerys Targaryen
Silver Princess
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah CNZDs8ps_o
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_mgslzset3j1rklld0o1_250
Ft : Emilia Clarke
Multi-Compte : Jyana et Ysilla
Messages : 1020
Date d'inscription : 27/04/2017

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptySam 8 Juin - 20:48

The bear and the silver dragon
ft Jorah Mormont

«Corneilla | 302, lune 4, semaine 4»

Tout avait changé si vite encore une fois. Les angoisses, les peurs et cette sensation d’être abandonné à elle-même, complètement perdue étaient revenus. On lui demandait à nouveau d’assumer un nouveau rôle, une nouvelle tâche qu’elle n’avait pas demandée et elle se sentait terriblement seule. Ignorant comment agir, quoi faire, comment se comporter. La princesse vivait dans le flou depuis la mort de Lord Tytos, elle avait vécu les funérailles de son beau-père comme celle de sa mère, dans le silence et dans une profonde envie de solitude pour faire le point avec elle-même. Brynden était obsédée par le fait de rendre justice et de faire ce procès de ce Harry Rivers.Ils attendaient des nouvelles de Jonos Bracken, retardant ce procès qui rendait l’air du nid des Corneilles suffocantes.

La jeune princesse ne savait plus sûr quel pied danser, comment se comporter et comment surmonter tout cela. Lord Tytos avait toujours était bon envers elle, sa disparition brutale dans un moment comme un mariage était traumatisant. Et le poison, la cause de la mort avait rapidement était trouvé par le mestre des Nerbosc et le mot qui avait glacé le sang de la jeune femme aux cheveux argentés était poison. Ce même mot qui avait causé bien du tort à sa famille. Viserys avait été accusé d’avoir empoisonner la jeune Wylla Manderly trois années plus tôt. L’opinion publique pouvait dire que le poison était l’arme des femmes mais dans sa vie, Daenerys n’avait vu que des hommes se servir d’une tel arme. Et tous les évènements étaient étranges, venant troubler le sommeil de la Targaryen. Son frère était de retour à Westeros, suffisamment proche pour que les corbeaux arrivent rapidement. Donc il était dans le Conflans et il le lui avait confirmé en affirmant s’éloigner des terres de la rivière avec le mariage approchant. Et ce fut pendant ce fameux mariage que Tytos Nerbosc avait été empoisonné. Il ne lui avait jamais caché son mépris pour eux, et bizarrement, le suzerain du Conflans mourrait le jour du mariage de la louve et de la corneille. L’accusé était également un ennemi des Nerbosc. Tout cela tournait en boucle dans sa tête inlassablement et si elle tentait de les réfuter avec force et vigueur comme elle l’avait fait la première fois, elle n’arrivait pas à les ignorer. Trahissait-t-elle le frère dont elle était le plus proche ? Trahissait-elle sa confiance ? Elle n’en savait rien et cela la rendait malade.

Vêtu de vêtements noirs en signe de deuil, ses cheveux pâles étaient défaits, tombant librement dans son dos sans entrave. La princesse était démunie, ne sachant que faire de sa journée. D’autres femmes seraient allées voir leurs enfants, les serrer dans leur bras. D’autres seraient aller soutenir leur époux. Mais Daenerys ne se sentait pas le cœur à aller s’occuper de Duncan et Betha et son époux était si obnubilé par son désir de vengeance, qu’il en devenait presque effrayant. Pourtant ils finiraient forcément par se confronter, s’était inévitable. La jeune femme se tenait donc devant une fenêtre, regardant les paysages enneigés qui s’étendaient au pied de la forteresse. Le temps était maussade comme l’ambiance générale du lieu. Des coups frappés à la porte la firent légèrement sursauté mais quand elle vit le visage de son protecteur, elle se détendit aussitôt. L’ours avait réussi à gagner sa confiance, sa sympathie et aujourd’hui, la princesse argentée le considérait comme un père. Elle n’avait jamais eu de figure paternel dans sa vie et elle avait l’impression de l’avoir trouvé en la présence de Jorah Mormont.
« Ser Jorah. »

Un léger sourire glissa sur son visage inquiet et perdu. Il pourrait surement l’aider, la guider et la rassurer. Il l’avait toujours fait.
(c) DΛNDELION


(Daenerys is different, though. Sweet and gentle, yet she is still a dragon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ours du Sud
Jorah Mormont
L'Ours du Sud
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_nsgf81Nzqx1r3wshio3_500
Ft : Iain Glen
Multi-Compte : Melleah Yarwyck
Messages : 1048
Date d'inscription : 05/05/2019

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyMar 11 Juin - 20:51


Daenerys Targaryen & Jorah Mormont
An 302, lune 4, semaine 4



Une nouvelle journée maussade pour la Princesse. Enfermée dans ses appartements, Jorah la voyait s’enfoncer de jour en jour, et cela lui déplaisait. Il se sentait impuissant devant tant de détresse. Il la sentait perdue. Comment l’aider, si ce n’est pas sa présence protectrice ? Était-ce seulement suffisant ? Il n’en était pas certain, voulant faire plus, sans savoir comment s’y prendre. Il lui semblait que se replier sur elle-même était la seule réponse à sa peur. Et elle était terrifiée. Étrangement, il avait l’impression de revenir de nombreuses lunes en arrière, lorsqu’il entrait tout juste à son service. Le jeune dragonne était alors une enfant, effrayée, égarée même, et il lui avait fallu du temps pour obtenir sa confiance.

Ces derniers jours s’étaient déroulé sous les même hospices, si ce n'est que malgré sa présence permanente dans son sillon, il était lui-même absorbé par ses propres préoccupations. Sa conversation avec Dacey ne cessait de lui revenir en tête. Il avait trop tardé à en discuter avec sa protégée. Bien décidé à changer cette situation, il frappa à la porte, qu’il était normalement censé défendre, avant d’entrer. Elle était seule mais sembla prise de court par son arrivée. Il resta un moment hésitant sur le seuil, craignant de la déranger. Ce fut son léger sourire et la douceur de sa voix lorsqu’elle prononça son nom qui l’incita à entrer.

« Pardonnez-moi, votre Altesse. »

De quoi s’excusait-il réellement ? De l'avoir effrayé, de la déranger, de ce qui lui arrivait ou de ne pas avoir été suffisamment disponible pour elle ces derniers jours ? Lui-même ne le savait pas vraiment. Un peu tout à la fois. Il ne l’avait pourtant jamais quitté bien longtemps depuis le décès du Suzerain conflanais mais il lui semblait avoir failli à se montrer présent d’une autre façon. Il s’en attribuait la faute devant l’absence d’amélioration de son humeur.

Il avait prit l’habitude, les lunes passant, de la nommer par un simple « Princesse » en privée. Un patronyme qu’il préférait au cérémonieux « Votre Altesse ». Et qui se rapprochait davantage d’un surnom affectueux, tout en conservant malgré tout la distance qu’il devait à son rang. Il ignorait si elle l’avait remarqué. Néanmoins, la situation et la requête qu’il souhaitait lui soumettre prêtait peu à ce genre de sensiblerie. Il n’en oubliait pourtant pas son affection à son égard, ainsi que les inquiétudes qu’il entretenait à son sujet. C'est à cela qu'il donna priorité.

« Comment vous sentez-vous ? » s’inquiéta-t-il en s’approchant, « Ne désirez-vous pas que nous sortions afin que vous puissiez vous aérer l’esprit ? »

Il scruta son visage. L’expression qu’il y lut creusa un pli soucieux sur son propre front. Cette détresse visible au fond de ses yeux, il ne la tolérait pas. Ne pouvait-il rien faire de plus pour l’aider ? Il se sentait véritablement responsable d’elle et pas seulement de sa sécurité physique. Oserait-il seulement penser qu’un père se devait de protéger son enfant ? Oui, il l’osait. Il lui semblait qu’elle était comme sa fille. Un enfant qu’il n’avait pourtant jamais eu. Il lui arrivait de penser que les Anciens la lui avaient envoyé, bien qu'il ne le méritait pas à bien des égards. Jamais mission ne lui avait paru plus digne d’être honorée que celle de la protéger.

« Je déteste vous savoir si mal. » lâcha-t-il finalement d'une voix soucieuse.


- code by lilie -


« Every Man Has A Beast Inside Him, And It Roars When You Put A Sword In His Hand. »
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Princess
Daenerys Targaryen
Silver Princess
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah CNZDs8ps_o
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_mgslzset3j1rklld0o1_250
Ft : Emilia Clarke
Multi-Compte : Jyana et Ysilla
Messages : 1020
Date d'inscription : 27/04/2017

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyLun 26 Aoû - 15:16

The bear and the silver dragon
ft Jorah Mormont

«Corneilla | 302, lune 4, semaine 4»

Son protecteur s’excusa de l’interruption, et la petite princesse argentée secoua doucement la tête pour lui signifier qu’il ne la dérangeait pas. Ser Jorah avait su gagner sa confiance et son affection, elle avait toute confiance en lui et il lui permettait de garder les pieds sur terre. Elle pouvait se confier à lui sans qu’il n’émette le moindre jugement. Elle ne savait pas pourquoi mais il était ce qu’elle n’avait eu, un homme pour la protéger, pour la guider, la rassurer et veiller sur elle comme un père. Est-ce qu’Aerys aurait été ainsi s’il avait vécu ? Daenerys en doutait fortement de par tous les récits qu’elle avait entendus. Seul Viserys et ser Barristan dépeignait des portraits différents que celui du Roi cruel et dément qu’il avait été. Son frère n’avait pas d’objectivité le concernant alors que le capitaine de la garde royal avait toujours été d’une grande neutralité au sujet de ce roi qu’il avait dû servir. Elle savait qu’il avait certain regret mais il lui avait aussi parler des choses bonnes qu’il avait fait au début de son règne, bien loin du Fol qu’il était devenu. Et vu qu’il était mort avant sa naissance, elle n’avait jamais eu de présence paternelle à ses côtés, Rhaegar n’ayant tenu aucun réel rôle dans sa vie. Jorah avait été finalement préposé à sa protection et si au début, Daenerys s’était montrée méfiante, elle avait vite abattu les barrières et avait accordé sa confiance à l’homme venu du Nord et rejeté par les siens.

La proposition Jorah lui fit détourner le regard vers l’extérieur où le paysage blanc hivernale du Conflans s’offrit à son regard améthyste. Elle se retourna vers lui, un sourire triste sur ses lèvres.
« Je vous mentirais en disant que je vais bien ser Jorah. Je suis perdue, je ne sais pas ce que je dois faire et… j’ai peur de tout ce qui arrive, tout ce qui va arriver, tout ce qui est arriver. Je… »

Elle n’avait plus de mot pour décrire son état, sa vie. Tout cela provoquer par Rhaegar et les Tyrell. Elle avait été mariée enfant, elle était devenue mère alors qu’elle était toujours une enfant. Elle n’avait pas trouvé le temps de grandir pour devenir une femme. Elle devait aujourd’hui être Dame de Corneilla et Suzeraine du Conflans au côté de son époux. Peut-être que sortir un peu lui ferait du bien, le froid pouvait être vivifiant, alors la jeune femme hocha délicatement les épaules.
« Pourquoi pas faire quelques pas dehors, j’ignore si cela changera grand-chose mais ça me fera prendre l’air. »

La remarque de son bouclier lige lui serra le cœur et Daenerys s’approcha de lui, prenant ses mains si grandes à côté des siennes. Elle les serra doucement entre les siennes.
« Vous n’êtes en rien responsable de mon état ser Jorah. Et si vous n’étiez pas là… tout serait pire. Qui pourrait veiller sur moi ? A qui pourrais-je me confier pour qu’on me rassure ? Vous me permettez de tenir, de garder les pieds sur terre. »

Sans lui, elle ignorait ce que serait sa vie à Corneilla. Elle tentait d’avancer grâce à lui. Elle tenait bon grâce à lui.

Daenerys attrapa une cape chaude dont elle s’enveloppa avant de suivre l’ours vers l’extérieur de Corneilla pour une petite promenade dans la neige. Le silence les envelopper, calme, apaisant. Seul le crissement de leur pas dans la couche blanche et duveteuse brisait le silence.
« Les hivers sont-ils toujours aussi rudes ser Jorah ? »

Enfant de l’été, elle n’avait pas eu souvenir du dernier qui avait touché Westeros alors qu’elle n’était âgée que d’un an. La princesse argentée faisait partie de cette génération qui vivait son premier véritable hiver connaissant le froid et tous les problèmes liés à cette saison nouvelle. Si les paysages étaient magnifiques recouvert de ce manteau blanc, le reste n’était pas si beau.

(c) DΛNDELION


(Daenerys is different, though. Sweet and gentle, yet she is still a dragon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ours du Sud
Jorah Mormont
L'Ours du Sud
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_nsgf81Nzqx1r3wshio3_500
Ft : Iain Glen
Multi-Compte : Melleah Yarwyck
Messages : 1048
Date d'inscription : 05/05/2019

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyVen 4 Oct - 19:16


Daenerys Targaryen & Jorah Mormont
An 302, lune 4, semaine 4



Ses petites mains dans les siennes, Jorah les serrait à sou tour, accueillant ses mots avec affection. Aurait-il cru un jour obtenir tant de confiance de la part de la princesse ? Probablement pas. Une confiance égale à celle qu’il lui portait. Une affection qu’il espérait égale à la sienne, bien qu’il n’aurait l’audace de croire qu’elle puisse le considérer comme le père qu’il se sentait pourtant être pour elle.

« Et vous saurez toujours compter sur ma présence à vos cotés. » affirma-t-il en retour, sincère.

Il était heureux de lui apporter le soutien dont elle avait besoin même si il doutait parfois de son efficacité. Ne devrait-il pas être en mesure de faire plus pour l’aider ? L’ampleur de son importance à ses côtés prenait tout son sens lorsqu’elle en parlait à voix haute. Comment pourrait-il la soutenir et la protéger comme il se doit en partant si loin d’elle, vers son Nord natal ? L’idée lui paru soudainement insensée. De nouveau, le doute s’installait. Son cœur le menait dans des directions différentes et ne cessait de balancer de l’un à l’autre sitôt la présence de l’un des parties à ses côtés. Ce genre d’instant où il se sentait affaiblie par ses sentiments, ne sachant prendre de décision satisfaisante.

Chassant ces pensées loin de son esprit, il se concentra sur la jeune suzeraine. Il espérait que cette balade aurait le mérite de lui changer un peu les idées et l’empêcher de ruminer les malheurs qui la touchait. Lui laissant le temps de se couvrir plus chaudement afin d’affronter les températures hivernales, Jorah l’escorta ensuite à l’extérieur du château. Le silence s’étira entre eux sans qu’il n’en ressente aucune gêne. Son tempérament réservé et les longues lunes passées seul à barouder avait forgé un homme prompt au silence. Si cela dérangeait un certain nombre de personnes susceptibles de combler le silence par une conversation forcée, cela ne semblait être le cas de la jeune Targaryen. Elle n’ouvrait la bouche que lorsqu’elle souhaitait réellement s’adresser à lui, et inversement. Aussi la quiétude de leur premier pas dans la neige ne fut brisée que par la curiosité de la Princesse royale à propos de l'hiver.

« Ils sont tous différents, Princesse. » répondit-il, « Le plus rude que j’ai connu a duré trois ans, alors que je n’étais encore qu’un enfant. L’Île-aux-Ours est située dans la baie des glaces, et comme son nom l’indique, le climat y est la plupart du temps glaciale. Mais cet hiver-ci fut particulièrement pénible, même pour les Nordiens. Mes souvenirs de cette époque sont très vagues mais je me souviens que l’eau gelait jusque dans les coupes, à l’intérieur même des maisons. Et qu’un pécheur du village avait perdu un pied à cause de ses engelures, ce qui m’avait particulièrement marqué, sans que je ne puisse expliquer pourquoi. »

Il sous-entendait par là que ce genre de drame était courant au Nord, notamment sur des terres aussi hostiles que les siennes, et particulièrement dans le petit peuple. Sans doute était-ce de l’avoir entendu hurler jusqu’à l’autre bout du village lorsqu’on avait dû le lui amputer qui l’avait particulièrement marqué ? Ou bien était-ce la solidarité qui s’était ensuite formée autour de cette famille, que l’homme de la mer ne pouvait plus nourrir le temps de sa guérison ? Le petit Jorah qu’il était alors avait prit conscience que la vie ne tenait parfois qu’à un fil. Pour une petite erreur ou une circonstance indépendante de notre volonté, l’on pouvait basculer dans la pauvreté, la misère, la maladie et parfois en venir à la mort. Cette prise de conscience, associée à la perte de sa mère durant ce même hiver, avait suffit à lui faire prendre en maturité. Ce sujet ne risquait pas d’aider sa protéger à retrouver la gaîté, cependant, aussi lui épargna-t-il les détails.

« Celui-ci me paraît plus mesuré pour le moment. » ajouta-t-il comme pour adoucir ses paroles précédentes, « Même si les Mestres semblent tous s’accorder sur le fait qu’après un si long été, un long hiver nous attend. Qu’en pensez-vous ? Cela vous effraie-t-il ? »

Sa cape serrée autour d’elle, elle semblait si frêle que le Chevalier se demanda un instant si cette promenade était appropriée mais il chassa bien vite cette idée. Elle était bien plus forte qu'elle ne le laissait penser. Lui même ressentait le mordant de l’hiver sur son visage, mais son armure, sa cape et son endurance aux températures extrêmes le protégeait bien assez pour ne pas se sentir frigorifié. Corneilla était bien plus proche du Nord que ne l’était Port-Real ou Peyredragon, certes, mais son climat restait malgré tout bien plus clément que celui qu’il avait connu jadis. Sans doute n’était-ce pas le ressentie de la Princesse, cependant.


- code by lilie -


« Every Man Has A Beast Inside Him, And It Roars When You Put A Sword In His Hand. »
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Princess
Daenerys Targaryen
Silver Princess
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah CNZDs8ps_o
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_mgslzset3j1rklld0o1_250
Ft : Emilia Clarke
Multi-Compte : Jyana et Ysilla
Messages : 1020
Date d'inscription : 27/04/2017

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyVen 25 Oct - 9:22

The bear and the silver dragon
ft Jorah Mormont

«Corneilla | 302, lune 4, semaine 4»

Savoir qu’elle pouvait compter sur lui, réchauffait le cœur de la petite princesse. Elle venait de si loin, elle avait fermé son cœur au moment même où elle avait quitté Peyredragon la première fois et ser Jorah avait su trouver la clé pour trouver grâce aux yeux de la dragonne aux cheveux d’argents. Ainsi, elle pouvait se sentir en sécurité à ses côtés, sortir de la forteresse des corbeaux pour marcher dehors malgré le froid mordant qui venait rougir ses joues pâles. Mais d’après l’ours chevalier, cet hiver n’était pour le moment pas le pire qu’il ait connu. Son ancien domaine, l’ile au ours était bien plus au nord que Corneilla et rien que l’endroit où se situait son île faisait frissonner la princesse et il avait connu pire que les froides températures qui s’abattait actuellement sur le Conflans et sur le reste des Sept Couronnes. Imaginer l’eau venir se geler sous yeux alors qu’elle désirait boire, laissait une étrange sensation dans le cœur de la jeune fille.
« Qu’est-ce qu’une engelure ser Jorah ? »

Les maladies de l’hiver et du froid lui était inconnu pour la plupart. Elle avait entendu parler des Frissons qui étaient l’une des rare maladie a touché le sang des dragons de ce qu’on lui avait dit. Mais cela faisait bien des années que cette dernière n’avait pas touché Westeros durant un hiver. Et comme les Targaryen semblaient plus résistant en matière de maladie que les gens descendants des premiers hommes ou des andals, personne ne l’avait sensibilisé sur les maladies. Et si l’hiver durait longtemps comme les mestres le prédisaient, Daenerys voulait connaître ces dernières. Son époux pouvait être victime de cela, et Betha également. Duncan avait visiblement hérité du physique Targaryen, le sang du dragon le protégerait donc. Mais pour sa jumelle, c’était différent.
« Je n’en sais rien. Beaucoup de chose se disent sur cet hiver. Et je crois que ce n’est pas le froid ou la neige qui m’effraie le plus mais toutes les histoires que l’on entend. La longue nuit, le prince qui fut promis. Ce sont des choses nébuleuses et j’ai l’impression que cela est synonyme de guerre à chaque fois que j’en entends parler. »

Sans parler de la guerre civile qui se préparer à ravager le pays quand le retour de Viserys à Westeros serait connu de tous. La dragonne était contre toutes cette violence, cela couterait la vie à des milliers d’innocent. L’injustice régnant dans ce monde la dégoutait, l’effrayait et l’attristait profondément. Ce monde violent et sans pitié dans lequel il devait vivre pouvait la rendre malade. Comment certains pouvaient si peu se soucier des autres ? Certains ne se souciaient même pas de leur propre famille, alors se préoccuper des gens autres étaient probablement impensable.
« Et si cet hiver est synonyme de guerre, alors oui il m’effraie. Je ne veux pas d’une guerre. »

Cela créer trop de souffrance que Daenerys ne pourrait supporter et encaisser.

(c) DΛNDELION


(Daenerys is different, though. Sweet and gentle, yet she is still a dragon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ours du Sud
Jorah Mormont
L'Ours du Sud
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_nsgf81Nzqx1r3wshio3_500
Ft : Iain Glen
Multi-Compte : Melleah Yarwyck
Messages : 1048
Date d'inscription : 05/05/2019

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyVen 29 Nov - 8:51


Daenerys Targaryen & Jorah Mormont
An 302, lune 4, semaine 4



Jorah oubliait parfois que seuls les nordiens avaient connaissance des affres d'un hiver rude et durable, quand les autres régions connaissaient à peine le froid et la neige depuis presque vingt ans. L'interrogation de la Princesse Daenerys, à propos des conséquences d'un froid intense sur les corps, ne l'étonna pas outre mesure. Il avait tenté de mesurer ses paroles pour ne point la perturber, mais il avait probablement parler plus nécessaire au vue de l'air qu'elle affichait alors. Le chevalier n'aurait pas été étonné d'apprendre qu'elle ne put ne serait-ce qu'imaginer ce dont il parlait alors. Elle était une enfant de l'été. Et une Targaryen. Ce qui signifiait qu'elle avait été protégée de tout cela depuis sa naissance, par son rang, mais aussi par son sang disait-on. Jorah ignorait si tout cela relevait de simples fables ou d'une vérité absolue.

« Les engelures sont les brûlures causées par le froid, Princesse. » explique-t-il, « Elles touchent généralement les zones les plus exposées aux froid, tels que les extrémités: les mains, les pieds, le nez ou les oreilles, par exemple. Parfois, la brûlure est tellement grave que la peau se meurt et se met à noircir. Un peu comme-ci elle avait été brûlée par le feu. Beaucoup de nordiens de basses extractions sont victimes de ce mal. Il n'est pas rare de croiser des pêcheurs, ou des paysans, avec une ou plusieurs phalanges en moins. Quand ce n'est pas le membre entier. Parfois, il suffit de plonger la zone touchée dans de l'eau tiède pour la sauver, mais il ne faut pas attendre que la peau se soit assombrie pour cela. »

L'image était probablement peu ragoûtante pour elle. Il était clair qu'elle n'en avait jamais vu de sa vie. Il se demanda un instant si elle serait dégoutée par la vision de tels individus, à l'image de beaucoup de noble sudiste ne côtoyant jamais les roturiers de leur fief, ou si l'empathie naturelle dont elle semblait dotée prendrait le dessus. L'affection et la confiance qu'il lui portait tendit à considérer la seconde option. Il ne se permit pas de poser son interrogation pour autant. A la place, il choisit d'exprimer une autre de ses curiosités:

« J'imagine qu'aucun Targaryen connu n'a eu à subir ce genre de blessure, n'est-ce pas ? On dit que le feu ne peut rien contre le sang du dragon. La brûlure du froid non plus, sans doute. Pour beaucoup cela relève du mythe. Je me suis beaucoup interrogé à ce sujet depuis mon retour. »

Oserait-il lui avouer tout ce qu'il avait vu et entendu en Essos ? Ces superstitions, les conjurateurs et les maegii, les œufs de dragons que l'on disait en sommeil et la magie des prêtres rouges de R'hllor. Que tout cela avait amené le septique qu'il était à considérer cela sous un œil nouveau, moins critique, plus curieux. Oserait-il seulement lui révéler les informations qu'il avait lui-même rapporté au Roi à propos de la prophétie du Prince qui fut promis ? Ce que cela impliquait peut-être pour elle ? En avait-elle seulement connaissance. Il l'ignorait et préféra garder le silence, probablement de peur qu'elle ne le prenne pour un illuminé et que l'image qu'elle avait de lui ne soit bafouée. Le surnaturel avait le don de provoquer le scepticisme de la majorité des Westerosis.

Comme-ci elle avait lu dans ses pensées, le sujet revint pourtant de lui-même au centre de leur conversation. Alors qu'il l'interrogeait sur ses appréhensions concernant l'hiver, la jeune Targaryen alla plus loin. Ce n'était pas le froid de l'hiver qui l'effrayait le plus, mais bien ce qu'il amenait avec lui. Jorah l'avait dit, les Mestres s’accordaient pour dire que cet hiver serait le plus long qu'ils eurent connu depuis mille ans. La longue nuit murmurait-on. De cela aussi, Jorah avait été bercé enfant. De ces légendes il n'avait pas cru un mot. Mais sa sagesse durement acquise, et ses expériences, le poussait aujourd'hui à considérer la question avec sérieux.

« Certaines guerres sont inévitables. » finit-il par prononcer après un silence ponctués par le bruit feutré de leur pas dans la neige, « Au Nord, on raconte aux enfants l'histoire de la longue nuit. De cet hiver sans fin viendrait des créatures depuis longtemps oubliées: les marcheurs blancs. Des hommes qui se seraient relevés d'entre les morts. Les adeptes de R'hllor affirment qu'un champion -ou plutôt trois- serait destiné à vaincre cette menace. »

Si les informations rapportées par les prêtres rouges d'Ashaïï-les-Ombres, affirmait la survenue imminente d'un champion, le fameux Prince qui fut promis, Jorah peinait pourtant à prendre ceci au sérieux malgré tout ce qu'il avait pu voir en Essos. Il avait finit par reconnaître l'existence de la magie, bien entendu. Mais ce champion à trois tête, les trois têtes de Dragons, était destiné à vaincre des morts revenus à la vie. S'il avait fait le lien entre les trois œufs de Dragon distribué au deux Princes et la Princesse Targaryen, son scepticisme le poussait pourtant à refuser une telle éventualité. Seules des preuves concrètes pourrait amener son esprit rationnel à y croire. Aussi entreprit-il de la rassurer.

« Mais à moins que toute ces légendes ne soient autre chose que des histoires destinés à effrayer les enfants, vous n'avez pas de raison d'en avoir peur. Les prophéties ne se sont que ce qu'elles sont, des suppositions. », il lui adressa un sourire qu'il voulu rassurant avant d'ajouter sans même se rendre compte de la dureté de cette réalité, « Les hommes n'ont jamais eu besoin de tout cela pour se faire la guerre. »

Une guerre humaine ne serait pourtant pas insurmontable. Il avait survécu à deux d'entre elle, et combattu toute sa vie durant. Il serait à même de la protéger au besoin. De cela, elle pouvait être sur. Et au moins avait-elle conscience de sa volonté farouche de respecter ses voeux.


- code by lilie -


« Every Man Has A Beast Inside Him, And It Roars When You Put A Sword In His Hand. »
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silver Princess
Daenerys Targaryen
Silver Princess
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah CNZDs8ps_o
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_mgslzset3j1rklld0o1_250
Ft : Emilia Clarke
Multi-Compte : Jyana et Ysilla
Messages : 1020
Date d'inscription : 27/04/2017

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptySam 28 Déc - 21:27

The bear and the silver dragon
ft Jorah Mormont

«Corneilla | 302, lune 4, semaine 4»

D’après son protecteur, le froid pouvait brûler. Cela semblait inimaginable pour la jeune dragonne. Elle savait que le feu brûlait les gens, elle ne s’était jamais brûlée, la chaleur lui était même agréable. Mais le froid ? Il était l’opposé du froid, comment pouvait-il provoquer la même chose ? Les yeux améthyste de la princesse regardaient l’ours exilé avec des yeux surpris par la réponse. Mais il eut la réponse à sa surprise. Rien dans les histoires de ses ancêtres n’avaient évoqués une brûlure par le froid ou alors elle ne s’en souvenait pas. Elle secoua négativement la tête.
« Je n’ai pas souvenir d’avoir entendu une telle histoire ser Jorah. Je n’avais même pas idée que le froid puisse provoquer une brûlure comme le feu. Ce sont deux choses opposés, comment peuvent-elle affligés le même mal ? Mais il est vrai que le sang des dragons est moins sensible à la chaleur, mais certains Targaryen se sont déjà brûlés. Mais je ne désire nullement connaître cela un jour, ni par le feu, ni par le froid… »

Sans s’en apercevoir, elle avait resserré les pans de cape pour se protéger davantage de la morsure du froid. Le monde était étrange, cruel et plein de douleur provoquée par de multiples causes. Daenerys découvrait jour après jour tous ces détails effrayants. La jeune fille aux cheveux d’argents devait apprendre à gérer les nouveautés du monde adultes mais également sa vie qui prenait un sens qu’elle ne désirait toujours pas. Depuis bientôt quatre ans, elle ne contrôlait rien et subissait les évènements qu’on lui imposait aussi sagement qu’elle le pouvait. Elle avait parfois craqué, montrant la petite dragonne qui sommeillait dans son cœur. Elle ignorait si un jour, elle serait capable de tout concilier et d’avancer comme elle le voulait. Mais la menace du Nord et les légendes semblaient trouver une certaine vérité dans le cœur du chevalier nordien. Et avec ces menaces, la prophétie de R’hllor sur Azor Ahai, mais les Sept possédaient la même. Le prince qui fut promis. La princesse ne put que pousser un petit soupire triste.
« Les Sept ont la même prophétie, le prince qui fut promis. S’il doit y avoir trois champions ou trois princes…je crains que nous ne puissions être sauver. Viserys est en exil en Essos, Aerion est un enfant et il n’y aurait qu’Aegon pour être ce prince ou ce champion. »

Jamais Daenerys pensait que le prince pouvait être une princesse, elle écartait donc cette possibilité de son esprit, n’y pensant pas le moins du monde.
« Je ne veux pas qu’il y ait de guerre ser Jorah. Pourquoi les hommes doivent-ils semer la mort sur leur chemin pour se sentir rassasié et heureux ? Comment peut-on aimer guerroyer et ôter la vie d’un homme ayant peut-être une famille ? »

Daenerys se doutait que certains allaient à la guerre sans aucun plaisir. Mais certains se vantaient de leur exploit, les troubadours écrivaient des chansons pour immortaliser les hauts faits de guerre et de chevalerie. Elle les trouvait horrible. Elle ne pouvait imaginer se réjouir d’avoir ôter la vie à un homme. C’était une chose impensable à ses yeux.

(c) DΛNDELION


(Daenerys is different, though. Sweet and gentle, yet she is still a dragon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ours du Sud
Jorah Mormont
L'Ours du Sud
Valar Dohaeris
The bear and the silver dragon | ft Jorah Tumblr_nsgf81Nzqx1r3wshio3_500
Ft : Iain Glen
Multi-Compte : Melleah Yarwyck
Messages : 1048
Date d'inscription : 05/05/2019

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah EmptyHier à 16:29


Daenerys Targaryen & Jorah Mormont
An 302, lune 4, semaine 4



« Je l’ignore. » avait répondu le chevalier au questionnement de la Princesse, « Mais il ne fait aucun doute que le froid peut s’avérer aussi mortel que ne l’est le feu. »

Pour le commun des mortels, bien entendu, non pour sa famille. Ainsi n’était-ce pas un simple rumeur … Le sang du dragon résistait à la brûlure. Résistait-il également à la morsure du froid ? La jeune Princesse ne put répondre à cette question. Elle n’avait jamais connu ce mal. Elle était une enfant de l’été. Un mystère qu’il espérait ne jamais résoudre si cela devait provoquer quelque souffrance à celle qu’il s’était juré de protéger. Elle resserra sa cape autour d’elle en signe de protection. Si elle craignait cela, Jorah se promit de le lui éviter par tous les moyens en sa possession.

D’autres mal se profilaient pourtant. Plus effrayant et plus étrange que la morsure glaciale de l’Hiver. Ni la Princesse, ni le chevalier, ne semblaient savoir qu’en penser. Elle avait entendu parler de ces rumeurs sur la longue nuit. Le crédit que les mestres accordaient à l’existence et l’apparition de ce long hiver semblait troubler la Princesse. Jorah s’interrogeait lui aussi. A voix haute, il parla des contes effrayants originaires du Nord et de la menace au-delà du Mur. Elles n’étaient que des fables et pourtant, les religions elle-même avaient trace de cette menace. Il lui parla de la Prophétie du Maître de la Lumière dont il avait apprit l’existence à Ashaïï. A son tour, elle lui apprit que les Sept possédaient la même croyance. Cela le surprit, il l’ignorait. A cela prêt qu’ils ne parlaient que d’un Prince, et non de trois. Cette idée sembla inquiéter la jeune dragonne. Partageant ses propres déductions avec lui, elle en conclu que si menace il y avait, ils auraient peu de chance de l’emporter en l’absence du Prince Viserys et du jeune âge de Prince Aerion, car seul le Prince Aegon serait en mesure d’y faire face. Pas un instant elle ne sembla considérer qu’elle put elle-même être concernée par cette prophétie. Et pourtant … Le Roi n’avait-il pas confié l’un des œufs à sa jeune sœur ? Jorah en était persuadé, derrière la fragile jeune femme qu’elle montrait au monde, dormait un dragon rugissant aux pouvoirs insoupçonnés. Elle ne s’était pas englobée dans les membres de sa famille ayant été victime des brûlures du feu. S’il en croyait leur conversation à ce sujet, elle possédait bien le sang du dragon.

« Ne vous êtes vous jamais dis que l’une de ces tête de dragons pourrait être une femme ? »


Une dragonne telle que vous, sous-entendait-il. Son regard s’était fait sérieux. Il se préparait déjà à sa réponse, certain qu’elle réfuterait cette idée d’emblée. Le manque de foi en sa propre personne l’empêcherait probablement de voir la perspicacité de cette déduction. Et pourtant, rien de tout cela ne serait impossible.

Néanmoins, la simple idée de la guerre suffisait à la dégoûter et elle lui en fit part. Jorah pouvait comprendre la peur derrière ces mots. La peur de la mort, la peur de la souffrance et de perdre ceux qu’elle aimait. Toutefois, il ne partageait pas son avis. La guerre avait donné un sens à sa vie. Il n’avait vécu que pour la guerre des années durant, survivant par son épée et son endurance au combat. C’est la guerre qui l’avait amené à être chevalier. Celle-là même qui avait permit de prouver sa valeur et de se trouve ici-même auprès d’elle pour la servir. Que n’aurait-il été qu’un simple chasseur, dans le cas contraire ? Un vulgaire pêcheur d’une île reculée de la baie des glaces. La guerre apportait la gloire. Au combat se jouait l’honneur des hommes.

« Ainsi va notre monde. A quoi serviraient les hommes s’ils ne pouvaient pas combattre l’ennemi aux noms des leurs, avec honneur et pour la protection des plus faibles ? » questionna-t-il en retour, « Il y a une bête sauvage en chaque homme, Princesse. Tendez-lui une épée, envoyez-le à la guerre, et la bête s’agitera. L’odeur du sang, c’est tout ce qu’il faut pour la réveiller. »*

Il se savait profondément cynique et il doutait que cela lui plaise. Cependant, il croyait dur comme fer à la véracité de ses propos. Aussi longtemps que l’Homme vivrait, il y aurait la guerre. Et aussi longtemps qu’il vivrait, il y participerait si son devoir le lui dictait.

*:
 


- code by lilie -


« Every Man Has A Beast Inside Him, And It Roars When You Put A Sword In His Hand. »
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty
MessageSujet: Re: The bear and the silver dragon | ft Jorah   The bear and the silver dragon | ft Jorah Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
The bear and the silver dragon | ft Jorah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dragon Crusaders [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [UPTOBOX] La Légende de Bruce Lee [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Conflans :: Corneilla-
Sauter vers: