RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF, dans le Val et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
La MAJ est finie Rendez vous ici pour toutes les nouveautés !!

Partagez | 
 

 Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Jeu 8 Oct - 14:39

«Nommez moi Ser, Torvald et non Sire. Je ne suis actuellement Seigneur de rien. Le terme Ser convient nettement mieux à un Chevalier. Pour ton marteau, nous ferons le nécessaire.»

Il ne pouvait en vouloir au jeune homme du Conflans pour ses erreurs de langages et il ferait son possible pour les corriger. Torvald souhaitait apprendre le maniement du marteau ce qui n'était pas tout à fait dans les cordes d'Elbert mais il était convaincu que le maître d'arme des Eyriés serait à même de prendre en charge le jeune homme pour cet aspect là de sa formation. Au moins, Elbert ne se sentait pas perdu et avait apporté sa pierre à l'édifice en orientant correctement le ressortissant du Conflans. Sur ce, d'un geste de la main, il les invita à le suivre et manda à un des jeunes écuyers de se rendre au cuisine pour qu'on apporte repas et boisons dans les appartements du Arryn. Ensuite, ils se mirent en route jusqu'à sa chambrée. Sa tendre et chère épouse ne s'y trouverait certainement pas, trop occupée à lire ou à passer du temps avec les membres de sa famille ce qui lui épargnerait sans doute les conversations excitées de jeunes écuyers voir les sujets quelque peu plus grivois que les hommes pouvaient évoquer entre eux. Les jeunes gens déambulèrent dans les couloirs jusqu'à arrivé à la porte flanquer de deux gardes portant le blason des Arryn. Une fois à l'intérieur, le Arryn inspecta les lieux pour savoir si sa femme était présenter et si elle désirait se joindre à eux mais la petite Targaryen ne s'y trouvait. Elbert s'installa sur la chaise principale, laissant le soin aux deux autres de se disposer à ses côtés. Le Chevalier laissa le jeune écuyer parler d'exploit d'illustres chevaliers lorsqu'on frappa à la porte. Des servants et servantes vinrent disposer plats et coupes et carafes d'eau et de vin. Le Faucon de lumière les fit disposer puis se servit un verre de vin, y trempa ses lèvres puis prit finalement la parole.

«Mangez et faites vous plaisir. Profitez de la paix que les sept nous accordent mais n'oubliez jamais que la guerre ne meurt jamais et qu'il vous faudra toujours rester à l'écoute de ses premiers signes avant-coureur. Bon appétit.»

Sur ces paroles emplies de sagesses dont Denys Arryn aurait très probablement rigoler pour leur côté prévisible, le jeune homme se servit une part de tourte et commença à la manger. En observant son assiette, il se demanda ce qui motivait vraiment ces jeunes gens à vouloir devenir Chevalier.  Oh bien sûr il ne s'attendait pas à avoir des réponses très concrètes voir même tout à fait banale mais il était toujours bon de jauger un homme sur ses réelles motivations. Bien entendu, il en attendait moins du jeune écuyer que de Torvald car l'un était encore bien vert alors que l'autre était un homme fait depuis un moment.

«Pourquoi désirez vous devenir chevalier ? Qu'est ce qui vous motive réellement ? Serait-ce par devoir ? Par envie ? Par ego ? N'ayez pas peur de vous confier. Vous seriez étonné de constater que je possédais peut-être les mêmes que les vôtres au cours de mes années d'écuyers, peut-être même encore maintenant.»

Le jeune écuyer à qui le vin semblait déjà faire effet, parla de choses classiques : gloire, combats, chansons, renommée. Rien de bien transcendant mais Elbert était plus curieux de connaître l'avis de Torvald.

«Je pense que je n'ai rien à ajouter. Tous ces efforts ont dû vous creuser l'appétit. Allons nous restaurer si vous le voulez bien !»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Ven 23 Oct - 16:28

     

Elbert ♦ Torvald

L'écuyer
J
"e suis désolé Ser Arryn je n'ai pas encore l'habitude et je vous remercie beaucoup de vous occuper de moi de cette façon."

Il n'avait pas vraiment été éduqué pour ce genre de chose et étant né dans une forge ce n'était pas là bas qu'il aurait put apprendre la politesse des Chevaliers mais le Chevalier n'avait pas l'air d'être en colère bien au contraire il ne voulait surement que lui apprendre et éviter de faire des erreurs comme ça devant d'autre Chevalier qui eux sans doute n'auraient pas été si tendre avec cet homme qui avait fuit. Ils marchèrent en silence jusqu'à l'endroit ou ils allaient enfin pouvoir de reposer et manger, s'asseyant au côté de Ser Elbert il écouta l'écuyer raconter des histoires et pour une fois il se sentait bien même si ses muscles étaient entièrement courbaturé et que son estomac criait famine il n'y faisait pas vraiment attention en écoutant ses histoires de Chevalier et s'imaginant un jour être dans une de ces histoires raconté par un Ecuyer et voir une lueur de respect briller quand le jeune homme racontera cette histoire, un petit sourire c'était installé sur son visage et au moment ou on frappa à la porte il observa les servantes et servants déposer tout un tas de nourritures et de boissons sur la table. Il y aurait eu assez pour tout un régiment avec ce qu'il y avait sur la table mais ne fit aucun commentaire et laissa un grand sourire apparaitre sur son visage en entendant Ser Elbert parler.

"Bon Appétit."

Il prit une part de viande et remplit son gobelet d'eau, il n'aimait pas vraiment le vin et préférait toujours avoir les idées clair au lieu de se remplir le verre de cette substance qui arriverait à enlever toute dignité d'un homme. Croquant à pleine dent dans sa viande il sentit tout son corps se remplir de joie, il mourrait de faim après ce matin et ca faisait toujours du bien de déguster quelque chose d'aussi bon. Dans sa vie il n'avait jamais été très riche et ses parents n'avaient pas toujours assez pour manger bien tout les soirs et il ne c'était jamais plain à personne mais en goutant à tout ces délices il savait ce qu'il avait râté dans son enfance. Réfléchissant à ce que venait de poser comme question Elbert, Torvald se laissa réfléchir pendant quelques petites seconde avant d'ouvrir doucement la bouche.

"On a tous un rêve d'enfant et c'était celui là, j'étais un fils de forgeron et j'avais besoin d'aventure pour découvrir de nouvelles choses et apprendre à me battre." Laissant un petit silence s'installer il baissa les yeux et reprit la parole. "Mais je me suis posé la question il y a quelques temps Ser Elbert et je pense que la véritable raison et de protéger une femme qui me tient beaucoup à coeur et que je n'aimerais pas voir mourir."

Il voulait être franc envers l'homme qui l'avait sauvé et qui avait accepté de le prendre sous son aile, il ne savait pas si il se douterait que cette femme était la seule et l'unique Marianne mais il ne voulait pas en dire plus et releva les yeux un sourire aux lèvres. Tournant la tête vers l'autre écuyer il écouta attentivement sa réponse et quand son ventre recommença à grogner il croqua à nouveau dans sa viande en buvant un petit coup juste après.

"Et puis-je vous demander quel était votre motivation à vous Ser Elbert?"

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Ven 23 Oct - 20:04

Elbert remarqua que Torvald ne se servit pas de vin. Un choix judicieux pour un combattant. Seul l'homme faible avait besoin d'alcool pour partir au combat. Cependant, il pouvait passer pour un homme taciturne, incapable de s'amuser et de partager une coupe de vin avec des hommes sous son commandement, voir même de passer pour un faible, incapable de boire une misérable coupe de vin sans tourner de l’œil. Lui même savourait sa coupe de vin. Il avait déjà connu les joies et les déboires de l'ivresse et était toujours là pour le raconter. Torvald se mit à parler. Les rêves d'enfants, il les avait aussi caressés mais plus surprenant fut sa seconde révélation. Une femme était dans l'équation.  Une femme qu'il désirait ardemment protéger. Par amitié ? Par dévotion ? Par amour ? Difficile de cerner ses propos. Lui même avait la chance d'être marier à une femme d'exception. Une femme qu'il aimait de tout son cœur et pour qui il était prêt à mourir. Il n'eut cependant pas le temps de lui demander le genre de rapport qu'il entretenait avec cette personne de la gente féminine, que Torvald lui retourna la question. Le Faucon de Lumière s'empressa de répondre.

«Les rêves d'enfants, les envies de gloire, de chansons, de jouvencelles à sauver, l'envie d'écrire mon nom dans l'histoire. En grandissant, ce fut surtout l'envie de faire mes preuves, de me montrer dignes des enseignements de Jon Arryn et du titre d'héritier du Val. Sans doute également pour donner à ma dame ma mère, la joie de revoir son défunt époux, à travers moi. Je n'échappe pas à la règle moi non plus. Mes désirs étaient tout aussi égoïste que ceux de n'importe quel écuyer en ce bas monde. A présent, je sais que je suis Chevalier, pour protéger ce royaume mais également veiller et protéger la dame que je chéri et que j'ai épousé.»

Elbert était comme eux, inutile de le nier. Le Arryn n'avait pas besoin de se donner un genre pour se donner ou leur donner l'illusion qu'il leur était supérieur. Posant son verre, il continua de manger calmement avant de reprendre la parole pour tenter de tirer les vers du nez de Torvald. Qui était donc cette femme qu'il désirait tant protéger ?

«Cette femme dont tu as parlé, serait-ce une amie ou une dame ton tu as conquis le cœur ? Loin de moi l'idée d'être indiscret. Ne te sens pas obligé de me répondre. La curiosité est juste un vilain défaut. »

Elbert les observa tous les deux. Torvald avait déjà subit le baptême du feu mais le jeune écuyer lui ne s'était pas retrouvé au centre de la mêlée lors du siège. La bataille pouvait vous révéler le genre d'homme que vous étiez. Il l'avait lui même découvert pendant la rébellion de Balon Greyjoy. Ceci était cependant une toute autre discussion. Continuant de manger, Elbert demeura plusieurs minutes silencieux avant de reprendre la parole sur un ton un peu plus plaisantin.

«Je suis plus qu'étonné par votre comportement. Vous êtes bien sérieux mes gaillards. Ne vous détendez vous jamais ? D'habitude lorsque j'invite des écuyers à ma table, ils se battent verbalement pour attirer mon attention ou commencent à raconter leurs exploits grivois sous l'emprise du vin. Je suis franchement étonné mais assez fier de vous. Voilà que se tiens à mes côtés des hommes qui feront sans aucun  doute de bons Chevaliers.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Mer 4 Nov - 23:51

     

Elbert ♦ Torvald

L'écuyer
T
orvald absorbait chaque parole de son Chevalier en découvrant que tout les enfants avaient la même envie de devenir Chevalier pour la gloire et le respect mais aussi d'apprendre qu'en grandissant il faisait ça pour sa femme, il n'était donc pas le seul à faire ça surtout par amour finalement. Observant le jeune homme qui était en face de lui il savait qu'il était encore trop jeune pour connaitre le sourire d'une jeune femme, un regard envoutant, des yeux à tomber et la chaleur de sa peau qui nous fait frissonner mais il avait été comme lui il y a pas mal de temps maintenant et savait ce que c'était de vouloir devenir Chevalier pour la gloire. L'argent n'avait jamais été dans sa famille et ce n'était donc pas un manque à combler en devenant Chevalier, il avait toujours vécu en faisant attention à ses vêtements pour éviter du boulot en plus à sa mère ou évitant de dépense des sous pour en racheter et ce qu'on lui donnait à manger était souvent les fruits et légumes dont personne ne voulaient mais jamais il ne s'en était plaint, sa vie avait été parfaite à ses yeux et encore plus maintenant qu'il était à cette table aux côtés du Chevalier Elbert écoutant son histoire et étant fier de pouvoir entendre tout ça sortir de sa bouche.

"Je suis content de voir qu'il y a souvent une femme cachée derrière les histoires de Chevalier."

Et c'était vrai, les grands Chevaliers avaient souvent une femme pour s'occuper d'eux le soir et il espérait un jour lui aussi avoir cette chance même si il savait que ce ne serait jamais la femme qu'il aimait depuis son enfance il ferait quand même de son mieux pour être un bon époux et Chevalier à la fois. Reprenant un morceau de viande il écouta attentivement la question que venait de lui poser Ser Elbert, il n'avait pas l'habitude de parler de ça, surtout que son Chevalier connaissait très bien Dame Marianne et qu'il ne voulait pas que ce qu'il raconter s'ébruite trop, mais bizarrement il avait une confiance aveugle en son Chevalier et après tout ce qu'il avait fait pour lui, raconter la vérité était la seule chose à faire.

"Je n'ai pas conquis son coeur Ser Elbert, enfaite c'est une Dame et un ecuyer sans nom comme moi ne peut pas éprouver au grand jour un amour à sens unique... Je la protège de loin seulement mais c'est suffisant pour moi."
Marquant une courte pause en laissant son regard se poser dans le vide il reprit doucement ses esprits en laissant un petit sourire apparaitre sur son visage. "Et ne vous inquiétez pas ça ne me gêne absolument pas d'en parler."

C'était la première fois qu'il osait dire une telle chose à quelqu'un en affirmant être amoureux d'une Dame, c'était comme interdit pour quelqu'un comme lui d'éprouver ce genre d'affection pour quelqu'un comme Marianne mais il aimait penser quelques instant que tout était possible dans la vie et qu'il arriverait à bout de tout ses rêves. Reprenant une gorgée d'eau il sentit le silence s’installer petit à petit dans cette grand pièce et quand son Chevalier reprit la parole, Torvald ne put s'empêcher de laisser un rire s'échapper d'entre ses lèvres, c'est vrai qu'ils étaient assez sage ce soir sans pouvoir expliquer pourquoi, surement dut à la fatigue des entrainements mais il ne voulait pas l'avouer et continua à sourire répondant doucement.

"Je suis trop vieux pour me battre verbalement essayant d'attirer votre attention Ser!"

Il laissa échapper un rire car oui beaucoup de gens le disaient, Torvald était trop vieux pour être un Ecuyer mais il laissait souvent les gens dire sans broncher, après tout il allait enfin faire quelque chose de sa vie peu importe son âge!

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Sam 7 Nov - 18:38

Oh que oui il y avait une femme cachée derrière Elbert. Il était le bouclier, l'armure, le rempart qui se dressaient entre le monde hostile et sa douce épouse. Daenerys ne possédait pas le caractère pour y faire face de front seule. Elle avait besoin d'un pilier pour la soutenir, de fondations solides et Elbert était ce genre d'homme. Même avant qu'il ne l'épouse, il y avait déjà une femme derrière lui. Sa mère le guidait du mieux qu'elle le pouvait pour qu'il devienne quelqu'un d'important malgré la perte de son statu d'héritier du Val. Les choses étaient à présent funestement rentrées dans l'ordre mais elle guettait toujours, quoi que moins qu'avant, veillant telle une éminence grise sur la destinée de son fils. Ainsi Torvald s'était épris d'une dame. Une intention certes louable mais pleine de danger, ne serait-ce que si cette dame possède les mêmes sentiments. Voir sa sœur ou sa fille s'adonner à des plaisirs interdits avec un homme de basse extraction pouvait générer chez ce père ou ce frère un sentiment de honte et de colère si profond que l'on finirait par retrouver la tête de Torvald au bout d'une pique. C'était un jeu dangereux et l'écuyer avait raison de se tenir à l'écart sous peine de ne plus être qu'une partie d'homme.

«Vous avez raisons de vous tenir à l'écart. Une telle situation pourrait s'envenimer si vous franchissiez le cap de non retour. L'amour est une chose difficile pour certains et simple comme bonjour pour d'autres. Tout le monde n'a pas la chance d'aimer celle qu'il épouse, d'autant plus dans la noblesse. J'en ai moi même la chance et je ne peux que vous souhaitez de connaître aussi les mêmes sentiments et la même réussite que moi à votre tour.»

Torvald commenta ensuite l'une de ses phrases. Au yeux d'Elbert, il se trompait totalement. Le jeune homme allait le lui faire remarquer dans ses prochaines phrases mais ce n'était même pas un reproche ou une pique qu'il lui envoyait. Simplement un simple constat du haut de ses 26 années d'existence.

«Ce n'est pas une question d'âge mais de personnalité et d'ambition. Certains hommes sont capables de faire beaucoup de choses, prestigieuses comme humiliantes pour rentrer dans les bonnes grâces de personnes supérieures. Malheureusement, l'ambition peut tout aussi bien vous servir que vous desservir. »

Le Arryn termina calmement son repas. Il pouvait bien parler d'ambition, lui dont la mère désirait le voir faire partie de la famille royale et régner sur le Val. A chacun ses ambitions après tout mais si les dieux avaient été cléments envers lui, il aurait très bien pût connaître un destin tragique qui l'aurait fait tomber dans les limbes des chroniques historique. S'éclaircissant la voix, le Arryn reprit à nouveau parole.

«Bien je pense que le repas touche à sa fin et que vous pouvez disposer. Torvald si vous avez quelques minutes, j'aimerai m'entretenir avec vous en privé.»

Le jeune homme demanda à l'écuyer partant de demander à ce qu'on vienne débarrasser la table, puis il joignit ses mains sur le meuble attendant de voir ce que Torvald allait faire. Allait-il rester ou s'en aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Jeu 19 Nov - 11:43

     

Elbert ♦ Torvald

L'écuyer
T
orvald savait très bien qu'aimer une jeune femme comme Marianne était comme se suicider, il n'était pas à la hauteur de tout ça mais au fond de lui il aimait espérer qu'un jour peut être il deviendrait quelque chose à ses yeux, quelque chose qu'un traitre qui avait fuit sur le champs de bataille et n'avait jamais donné de nouvelles à personne. Comment pourrait elle le pardonner un jour alors qu'il n'était qu'un lâche sans nom? Après avoir avoué à Elbert que son coeur était prit pour une femme digne de ce nom il observa son visage et voyait très bien qu'il était en train de réfléchir à ce que tout ça pourrait faire si jamais Torvald avouait son amour pour elle mais avec l'âge il devenait plus mature et savait garder le silence quand il se rendait compte qu'il le fallait. Écoutant attentivement ce qu'était en train de dire le Chevalier Elbert il se rendit compte qu'il était en train de le jalouse en silence au moment ou il avoua avoir épousé la femme qu'il aimait, il rêvait de ça lui aussi chaque nuit de pouvoir avoir la femme qu'il aimait depuis tout petit sans que personne ne lui dise rien que risque une guerre à cause de tout ça mais savait que ca serait plus difficile pour lui. Baissant les yeux sur sa nourriture il croqua dans un morceau de viande avant de répondre doucement.

"Merci beaucoup Ser Elbert, j'espère moi aussi un jour connaitre votre réussite et le même amour que vous portez pour votre femme."

Écoutant la suite de ce qu'était en train de raconter Ser ELbert il savait que jamais il ne pourrait humilier quelqu'un pour attirer les bonnes grâces d'un Chevalier, il n'était pas comme ça ne nature et ne changerait pas pour devenir l'un des leurs. Trop sensible et gentil? surement mais il voulait gagner avec honneur et non en essayant de tricher en ridiculisant les autres, c'était sa façon à lui de montrer qu'il était assez brave et courageux pour éviter de rabaisser le monde.

"Je ne pense pas avoir besoin d'humilier quelqu'un pour arriver à mes rêves, j'aimerais réussir ce que j'ai entreprit la tête haute sans écraser personne."

Il avait dit ça san vraiment réfléchir et voulait montrer qu'il n'y avait aucun fond méchant en lui, ce qui était vrai et tout son entourage pourraient approuver si ils n'étaient pas aussi loin de lui ne sachant pas si il était encore vivant ou mort sur le champ de bataille. Le repas touchait à sa fin et même si Torvald n'avait pas beaucoup mangé il se sentait déjà mieux mais la fatigue commençait à se faire sentir et alors qu'il allait se lever pour partir avec l’écuyer se reposer il se rassit doucement sans quitter une seule fois du regard le chevalier qui voulait lui parler. Torvald était quelqu'un de très curieux et avait envie de savoir ce que voulait lui dire ce Chevalier qui l'avait aidé depuis le début.

"Bien sur Ser Elbert"


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Jeu 19 Nov - 17:11

Les paroles de Torvald étaient emplies d'honneur et d'humilité mais demeureraient des paroles jusqu'à ce qu'il puisse en faire acte ou au contraire les oublier totalement. C'était dans le feu de l'action, face au danger et à la peur que l'on reconnaissait la valeur d'un homme et pas par les mots qu'il pouvait prononcé dans le confort de sa vie quotidienne et de sa morne routine. Elbert fut satisfait que le jeune homme décide de rester avec lui. Il attendit que l'autre écuyer se soit esquivé et que la porte fut refermée pour commencer à parler avec son écuyer. Son ton fut solennel. Ils devaient parler de cette envie de protection de Torvald et surtout s'assurer que la dame en question n'était pas une personne trop haut placée en espérant ainsi qu'il ne puisse jamais commettre d'impair.

«Cette femme que vous désirez protéger ... comptez vous me révéler de qui il s'agit ? N'y voyez pas une intrusion de ma personne dans votre vie mais j'aime connaître le genre d'homme que je forme.»

Se levant de table, le Arryn s'étira quelque peu en prenant gare à ne pas se faire plus de mal que de bien au niveau de son épaule. La Rébellion Greyjoy et maintenant le Siège de Port-Réal étaient les deux seuls bataille auxquelles il avait participé et il s'en sortait sans graves séquelles. D'autres n'avaient pas eut cette chance et il remerciait chaque jour les Sept de lui avoir accorder cette chance. Bientôt, il reverrait son Val natale et Torvald découvrirait une nouvelle région, ses charmes ainsi que ses défauts. Cela allait sans doute le changer du Conflans mais ce ne sera pas plus mal. La guerre ne vous amène pas toujours à défendre ou à attaquer sur votre propre terrain.

«J'ignore s'il s'agit d'une noble dame ou d'un fille d'auberge mais vos paroles trahissent des sentiments sincères. S'il s'agit d'une femme du peuple, je vous souhaite tout le bonheur du monde, sauf si elle est déjà bel et bien mariée à un autre. S'il s'agit d'une dame de la noblesse, je crains que vous ne deviez oublier cette folie. Vous auriez bien raison de rester en retrait. Si un jour par vos faits d'armes vous obtenez un fief, voir être anoblis, un éventuel mariage sera considéré comme une mésalliance, je le crains.»

Torvald était sans doute bien au courant de tout cela, comme en avait témoigné ses paroles modérées et pleine de bon sens. Malheureusement mieux valait prévenir que guérir et lui rappeler. Ainsi Elbert n'aurait rien à se rapprocher au cas où le jeune homme commettait un grave impair.

«N'oubliez jamais qu'en m'ayant demander de vous former, je me suis porté responsable pour vous mais même une fois adoubé, vous continuerez de représenter mes enseignements et si vous bafouez votre honneur, vous bafouerez également le mien.»

Ses paroles étaient dures, certes autoritaires et rébarbatives mais elles étaient justes. Essayant de détendre l'atmosphère, le jeune Chevalier mit une tape sur l'épaule de son écuyer avant de parler de perspectives plus amusantes.

«Et puis les Sept mettront peut-être une jolie valoise sur votre route que vous trouverez à votre goût !»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Lun 30 Nov - 15:41

     

Elbert ♦ Torvald

L'écuyer
T
orvald était resté n'avait pas peur de ce qui allait suivre, son Chevalier devait surement avoir envie de savoir qui elle était et ce qu'il comptait faire alors qu'il n'était personne mais même lui ne savait pas ce qu'il voulait faire avec cette Dame qui était l'amour de sa vie et il savait au fond de lui qu'il n'avait pas vraiment le choix, que pouvait il faire avec une Dame d'un aussi rang alors que lui n'était même pas encore un Chevalier à son âge. Attendant que l'autre Ecuyer sorte enfin de la pièce son regard se tourna doucement vers l'homme qui venait de prendre la parole sans être surpris de ce qu'il venait de demander mais son esprit était en pleine bataille se demandant si il devait vraiment lui dire qui elle était ou au contraire ne pas avouer qui elle était mais c'était plus fort que lui et au fond il avait confiance en cet homme.

"Vous la connaissez Ser Elbert, c'est Dame Marianne Harlton mais bien sur elle ne le sait pas et je ne désire pas qu'elle le sache un jour. "

Observant le Chevalier se lever pour s'étirer l'écuyer laissa ses pensées divaguer se demandant un jour si il trouverait lui aussi l'amour, un amour sincère comme Elbert vivait avec sa femme mais il savait déjà la réponse au fond de lui car après tout il était amoureux et n'arriverait jamais à tomber amoureux de quelqu'un d'autre mais même en parlant à quelqu'un il savait que personne ne comprendrait ce qu'il ressentait pour cette Dame depuis son plus jeune âge et cette pensée fut avérée vrai au moment ou Ser Elbert reprit la parole. Il se doutait bien que les gens ne verraient pas d'un bon oeil l'amour de Torvald pour sa Dame mais il ne comptait pas la demander en Mariage ou même avouer son amour pour elle il n'était pas si stupide que ça, pour le moment ce n'était qu'un amour secret qu'il gardait bien caché au fond de lui sans vouloir en parler. Il était bien comme ça et ça lui suffisait entièrement.

"Je ne compte pas la demander en mariage Ser, ce n'est qu'un amour à sens unique qui n'ira pas plus loin malheureusement mais pouvoir la voir est déjà beaucoup pour un homme comme moi."

Bien sur il savait qu'en disant un homme comme lui ca voulait surtout dire un homme sans nom qui était déjà âgé pour n'être seulement qu'un Ecuyer mais il sentit tout de même le chagrin s'emparer de son corps au moment ou il pensa à tout ce qu'il venait de dire et tout ce que le Chevalier Elbert avait dit, jamais il ne connaitrait le vrai amour et jamais il ne verrait les yeux de Marianne pétiller seulement pour lui mais il fallait qu'il vive avec ça sur le coeur et ne savait pas encore si il en était capable, essayer était tout ce qu'il pouvait faire malheureusement. Les paroles d'Elbert venait d'être dure comme un poignard qu'on venait de lui planter dans le coeur mais il ne voulait pas le montrer et garder la tête haute et digne se demandant si son Chevalier avait vraiment confiance en lui vu les paroles qu'il venait de lui dire. Plongeant ses yeux clair dans ceux de Elbert il répondit avec une légère voix froide.

"Je ne compte pas vous déshonorer Ser et compte aussi garder votre honneur et le mien intact." Laissant un petit blanc s'installer il reprit doucement. "En doutez vous?"

Une valoise? était ce vraiment ce qu'il voulait au fond de lui? Il n'était pas sur! Peut-être valait il mieux rester seul dans la vie dans ces moments là plutôt que faire espérer une femme qu'il n'aimera pas vraiment. Il ne se sentait pas capable de faire semblant d'aimer et de protéger une femme qui n'arriverait pas à la hauteur de la femme de son coeur, même si sa lignée devrait s'arrêter là il préférait garder son coeur intact plutôt que de faire semblant tout au long de sa vie. Un léger sourire forcé en coin s'afficha sur son visage pour répondre à sa phrase qui aurait dut le rassurer mais n'était pas vraiment le cas malheureusement.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   Mar 1 Déc - 15:04

La connaître était un grand mot. Il connaissait la maison Harlton de nom et surtout parce que c'était la maison à qui appartenait les terres sur lesquelles. Il n'avait à vrai dire pas jeter un œil sur leur généalogie ou les particularités spécifiques de leur maison. Il le ferrait sans doute dans un proche avenir car il serait très certainement un jour amener à les rencontrer ou du moins à converser au sujet de Torvald. L'écuyer semblait manifester son envie d'en rester à sa relation platonique unilatérale. C'était tout à son honneur mais il restait un homme avec ses forces comme ses faiblesses. Il semblait être bien conscient des risques et des périls qui se dresseraient sur sa route s'il venait à franchir la limite. Elbert ne pouvait qu'encourager cette état d'esprit. S'éclaircissant la gorge, le Chevalier du Val prit la parole sur un ton calme et posé démontrant la manière dont il prenait la situation.

«Si je t'ai pris comme écuyer c'est que j'ai perçu en toi certaines qualités Torvald. Je n'aurai jamais pris sous mon aile une personne que je n'aurai pas juger digne d'intérêt, d'autant plus à ton âge. Bien sûr, il n'est pas exclu que je prenne un jour l'un ou l'autre écuyer pour des raisons plus protocolaires ou politiques mais toi je t'ai accepté parce que je discernais certains éclats en toi et que je désirais savoir ce que tu avais dans les tripes. Je ne doute pas de toi. Je voulais simplement être entre quatre yeux et voir si tu gardais le même état d'esprit.»

Le jeune homme n'avait plus grand chose à ajouter. Il se sentait confiant envers sa recrue et n'avait plus d'autre demande à formuler. Cet entretien allait se terminer rapidement. Parfois mieux valait parler justement et ne pas s'éterniser. Les choses avaient été dîtes, il n'y avait strictement rien de plus à ajouter. Le jeune homme marcha calmement jusqu'à la porte en demandant d'un geste de la main à Torvald de le suivre. Le raccompagner jusqu'à la sortie était un simple acte de politesse emprunt d'une certaine dose de paternité ce qui était somme toute assez ironique étant donné que l'écuyer était plus vieux que le Chevalier qui lui dispensait ses leçons. Sans doute un sale tour des Sept mais personne n'y pouvait rien.

«Cet entretien vient de toucher à sa fin Torvald. Tu peux à présent disposer de ton temps à ta guise. Il est inutile que je te retienne ici pour une discussion dont nous avons déjà pût voir tous les tenants et aboutissants. Passe une bonne journée mon écuyer.»

Ainsi se clôturait donc cette première réelle journée passer en la compagnie de son élève. Tout ceci présageait un avenir radieux. Le Chevalier du Val comptait bien faire de lui un véritable homme d'arme une fois qu'il aurait regagné son fief natal. Dire que même dans le nom « Torvald », l'on trouvait le mot « Val ». Les Sept lui laissaient-ils un nouvel indice éclairant un lien fort et solidement ancré dans son être avec sa région natale ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]
» Faucon et oiseau moqueur : un sacré bordel ! [Elbert Arryn/Talya Baelish]
» À l'ombre du dragon [Elbert Arryn/Daenerys Targaryen]
» Sous l'aile de la foi
» Rendons à l'oiseau son somptueux plumage [PV Elbert Arryn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 1.0 :: Rps terminés-
Sauter vers: