RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici Life's supposed to be a surprise !  3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Conflans et Dorne ! Points à la clé !
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
La MAJ aura lieu le week end du 23 et 24 novembre Life's supposed to be a surprise !  3725701551

Partagez
 

 Life's supposed to be a surprise !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyLun 1 Juil - 14:20

Life's supposed to be a surprise !

   Elle ne saurait dire depuis combien de temps elle hante la table la plus excentrée de la taverne. Les jambes étendues, croisées, sur cette dernière, affalée contre le mur qui complète son tabouret, Halys observe les différents groupes qui inondent les lieux de leurs discussions sans intérêt. Les fer-nés présents sont bien avinés. Elle aussi. Mais elle, elle ne cherche pas à couvrir la voix des autres ou à relativiser leurs faits d'armes avant d'évoquer les siens. C'est à qui criera le plus fort et à qui se vantera le mieux. Le spectacle est désolant. Les preuves se font sur le champ de bataille ou sur le pont des bateaux abordés, pas dans l'enceinte d'une salle de Lordsport. La roturière essaie de les ignorer au mieux. Mais lorsque deux soldats s'approchent de sa table et révèlent leur intention de s'y installer, elle est forcée de se manifester autrement que par le silence. Son pied se pose sur le tabouret que l'un des intrus tente de revendiquer Un regard d'avertissement couplé à un hochement de tête réprobateur le dissuade d'insister. Son compagnon le retient par l'épaule et le cantonne à la soumission. Il doit sûrement la connaître. L'autre, quant à lui, n'allait pas tarder à se familiariser avec elle si sa fierté avait décidé de supplanter son bon sens. Mais le duo s'éloigne et la jambe de la rouquine, elle, revient se lover contre sa jumelle. L'invasion a été déjouée !

   Une remarque réprobatrice surgit de la gorge de l'homme qui se trouve derrière le comptoir. Oui, elle n'est pas très agréable avec la clientèle de cette établissement pourtant dédié à l'échange et à la détente. Elle hausse les épaules pour lui indiquer qu'elle l'a entendu mais qu'elle se fout complètement de ses inquiétudes. Elle contribue largement à la bonne marche de ses affaires. Il le sait. Sans quoi il aurait osé insister. L'homme fait partie des personnes qu'elle arrive à tolérer dans son environnement. Qu'il l'accepte dans le sien serait, en retour, la moindre des choses. C'est au tour de la rouquine d'attirer son attention, quelques instants plus tard, en sifflant. Elle soulève son pichet vide et lui fait comprendre qu'elle en souhaite un autre. L'injustice est vite réparée et la fer-née peut reprendre son observation désintéressée mais  attentive de la faune locale.

   L'astre solaire se fait déjà noyer par l'horizon lorsqu'elle quitte la taverne. Son esprit embrumé s'exprime dans ses pas plus hésitants que d'ordinaire. Quelques mètres plus loin, elle prend appui avec sa main contre un mur pour terminer de vider sa boisson. Lae récipient explose au sol lorsqu'elle n'y trouve plus d'utilité. Elle va maintenant retourner au Vent Noir et y retrouver son hamac. C'est en tout cas l'objectif qu'elle poursuit quand, par mégarde, elle percute un tonneau et trébuche. Elle parvient à limiter l'ampleur de sa chute et ne tarde pas à se redresser. Elle cherche les traces d'un quelconque désagrément physique puis, rassurée par les signaux de son corps, relève lentement un regard noir en direction de l'obstacle qui s'est mis sur sa route. Il ne s'agit pas d'un tonneau mais d'un... singe à roulettes ? Elle s'est déjà demandée de quelle manière elle devait qualifier ce pathétique serf dont s'est entiché Theon Greyjoy. Elle ne sait pas comment il s'appelle ni même d'où il vient. Elle sait juste qu'il n'a pas sa place sur les Iles de Fer.

   Elle suppose qu'il mériterait d'être corrigé. Elle conçoit aussi qu'il n'est pas réellement responsable de sa chute. Ce n'est pas lui qui s'est jeté dans ses pieds, c'est elle qui l'a percuté. Dans un monde transpirant le respect et l'empathie, elle aurait peut-être envisagé de s'excuser. Mais ce monde n'existe que dans l'esprit des rêveurs et des optimistes les plus assidus. Halys ne bouge pas. Elle ne voit pas l'intérêt de s'en prendre à un handicapé ou la satisfaction qu'elle pourrait en tirer. Ce serait une perte de temps. Le fait qu'elle soit toujours présente, cependant, confirme qu'elle n'entend pas s'en aller sans des excuses en bonne et due forme. Oui, ce monde na' rien de parfait...
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyMar 2 Juil - 10:41

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Avec le coucher du soleil, le ciel s'empourprait autant que tous ces guerriers ivres. Il s'en détachait des éclats de lumière roussie venant imprégner le sol de Lordsport, émailler les cuirasses des hommes, habiter les amples chevelures tressées des soldats Fer-nés. Les pupilles ambrées de Thracy, assorties à ce paysage, jouaient de çà de là parmi les silhouettes, sautaient d'un lambeau de clarté à l'autre. Il avait pris soin de se caler tout contre un mur et de se tenir assez éloigné de la taverne, évitant les bousculades des gaillards éméchés, leurs cris, leurs fracas et leurs jeux parmi lesquels il espérait ne pas se trouver pris. Depuis son poste, le petit invalide goûtait le paysage. Il s'oublia à encadrer un bout d'horizon entre ses doigts, imaginant la fresque à tirer de ces soirs marins comme seules les Îles de Fer en avaient.
Oh sûr, Pentos en déployait aussi, des crépuscules fauves. Thracy n'oublierait jamais l'or étincelant sur les draperies que des marchands vendaient au gré des rues ; la chaleur moite des corps épuisés après une journée de labeur et rendus écarlates par le soleil décapité ; l'horizon parfois aux teintes de miel venant cascader sur les nuques des badauds. Mais dans les contrées du Dieu Noyé, les embruns marins et la vigueur saline relevaient ces tableaux du soir par un goût aigre tout approprié à l'esprit martial des fiers insulaires.
Le garçon finit par se détacher de ces contemplations et ses yeux replongèrent vers le morceau de bois entre ses mains. Du bout de son couteau, il venait d'achever la sculpture d'un jouet pour la petite princesse Halena. C'était un bateau. Le serf y avait pratiqué de petits trous où il planta – en touche finale – quelques branches bien taillées comme autant de mâts. Ceci fait, il rangea avec précaution l'artefact au creux de sa besace, au milieu d'autres biens à ramener à Madame. Cette dernière avait pris l'habitude de le laisser maintenant très fréquemment gagner Lordsport pour diverses choses, entre ses travaux d'aide à la cuisine ou à quelques autres tâches et les moments où il divertissait la petite princesse au château de Pyk.
L'invalide empoigna ses roues et quitta son trou lorsque la porte de la taverne dégueula comme de coutume son lot de gaillards criant leurs exploits à qui mieux-mieux. Il les évita, se faufila, ondoya telle la queue d'un félin entre des obstacles. Au passage, ses yeux accrochèrent une portion de bonne chair emballée, au ceinturon de l'un des hommes. Vu l'état de celui-ci, il aurait été très facile au serf de la chaparder – il n'en ferait rien toutefois : un regard égaré pourrait le repérer à tout moment en train de cueillir la viandaille et le garçon recevrait une rouste comme il n'en avait pas prise depuis bien longtemps. L'idée partir vite comme elle était venue. Puis après tout, la miche de pain et la portion d'eau laissées pour lui par ses propriétaires attendaient au creux de la besace.
La rue progressait sous ses roues lorsque soudain, Thracy se sentit percuté de plein fouet. D'un geste réflexe, il se retint de tomber à l'aide d'une main contre le mur le plus proche. Le reste de son corps s'enroula sur lui-même, protégeant sa tête ainsi que le sac plein de ce qu'il devait ramener à la Dame et la Demoiselle. Le choc passé, il se redressa pour découvrir une jeune femme à terre. Elle lui était rentrée dedans. L'infirme ne fut pas long à noter la flamme de la boisson logée dans ses pupilles. Déjà, elle se relevait, avec des mouvements nerveux accentués par sa longue mais solide silhouette. Un fouillis de cheveux roux cerclés d'un liserais de soleil révéla bientôt son visage pour le moins agacé. Confus, Thracy rentra la tête dans ses épaules et recula. Il préféra ne pas s'enquérir de la bonne santé de la jeune femme, ayant compris maintenant depuis longtemps que ce n'était pas le genre de la maison... Il consulta ses gestes d'une œillade et déduisit que tout allait bien ; rien de cassé. Tant mieux. Lui-même n'avait pris qu'un coup de côté et n'aurait pas mal longtemps.
Elle aurait pu poursuivre son chemin, toutefois elle demeura fichée devant le serf, abattant sur lui son ombre. Qu'attendait-elle ? Thracy devina vite : des excuses de sa part. Il n'était pas responsable pourtant... À ce constat vint s'ajouter un autre bien amer : celui du regard que la jeune femme dardait contre l'étrange corps infirme. Pesait dans ce regard le plomb de son mépris. Le garçon tut un soupir. En arrivant aux Îles de Fer, Madame avait pourtant bien pris soin de calmer les commentaires en faisant en sorte que Thracy prouve publiquement sa valeur. Et cependant avec une infirmité, c'était comme si cet effort restait sans cesse à recommencer. Montrer sa force. Et encore... il fallait croire que cela ne suffisait pas toujours.
D'un hochement de tête à peine perceptible, le serf chassa ces pensées. Il choisit de ne pas faire d'histoire – il ne le pouvait guère de toute façon – puis de baisser la tête et les yeux. Signe qu'il connaissait sa place. Des doigts serrés à ses roues, il fit reculer davantage encore sa chariote, bien que la jeune femme avait déjà largement l'espace pour passer. Simple manière de présenter derechef son humilité – et de souhaiter que l'affaire en reste là. Il ne dirait pas d'excuse cependant.
À tâtons du bout de l’œil, Thracy observa une dernière fois la rousse et fouilla sa mémoire. Il l'avait déjà vue quelquefois dans Lordsport, sans savoir davantage d'elle.


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyMar 2 Juil - 16:53

Life's supposed to be a surprise !

   Le silence répond au silence. La rouquine hausse l'un de ses sourcils pour appuyer avec plus d'insistance sa demande inexprimée. Elle a déjà compris qu'elle n'obtiendra pas les excuses qu'elle réclamait du regard. Elle imagine ce qu'aurait pu faire Qarl s'il se trouvait dans cette situation. Dans un bon jour, il aurait pu rigoler de la situation. Mais dans un mauvais... Le singe n'a peut-être pas conscience de sa chance. Il aurait pu tomber sur pire qu'elle. Bien pire. Il l'aurait peut-être mérité. Mais ce n'est qu'elle, Halys, qui se trouve face à ce serf. Et elle n'a jamais trouvé le moindre intérêt à châtier un esclave récalcitrant. Elle laisse ce genre de distractions à ceux qui cherchent à prouver ce qu'ils n'ont pas su affirmer lors des batailles. Elle, elle n'a jamais eu d'affinités avec la lâcheté. Et puis si l'autre n'exprime pas ses regrets par des mots, il le traduit dans ses gestes. Elle le regarde s'écarter plus que de raison et s'approprier une attitude humble. La roturière exprime son dégoût par une grimace. Elle n'a jamais réussi à comprendre comment des gens pouvaient préférer la servitude à la mort. Ce n'est pas une question d'honneur mais d'amour propre.

   Il lui faut un certain moment pour accepter de détacher les yeux du visage de l'adolescent. Son regard se montre inquisiteur alors qu'elle entreprend de décortiquer soigneusement le chariot de l'handicapé. Le système est ingénieux mais probablement trop sophistiqué pour un serf. Theon gâte trop son serviteur. S'il ne peut pas marcher alors... qu'il rampe. Ce bois aurait pu être employé plus intelligemment. C'est une évidence. Ses iris se figent finalement sur la besace du singe. Que peut-elle bien contenir ? Elle suppose qu'il s'agit de ses possessions. Le fils de Balon se montre décidément bien généreux si tel est le cas. Mais l'homme n'est pas un imbécile. S'il a trouvé un intérêt à ce serf, c'est que ce dernier n'est pas aussi pathétique que l'image qu'il renvoie. Il représente peut-être une formidable source de distraction pour la nièce et le neveu d'Asha. La jeunesse, elle le sait, offre le pouvoir de considérer les gens avec compassion. C'est une erreur que la nature, pour des raisons obscures, a décidé de tolérer.

   Il lui maintenant prendre une décision. Si elle s'en va, elle accepte la rédemption silencieuse, insuffisante, de l'adolescent. Si elle reste, elle devra lui arracher les mots qu'il refuse de prononcer. Des excuses volées par la souffrance n'ont pas de valeur. Cette évidence fait pencher la balance de sa décision. « Putain d'infirme ! » crache-t-elle. Cette constatation aux allures d'insulte vient sceller la destinée immédiate du singe. Elle lui adresse un dernier regard agacé. Elle a déjà perdu assez de temps avec lui. Halys poursuit donc sa route en laissant le jouet de Theon dans son sillage.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyMer 3 Juil - 19:00

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Elle temporisait en décortiquant sa chariote roulante. Thracy n'en montra rien mais il n'était pas peu fier du mécanisme ingénieux qu'il avait bricolé il y avait déjà plusieurs années de cela, à partir de la misérable épave de landau que lui avaient fourni les nomades qui l'exploitaient, l'envoyaient voler et mendier en Essos. S'il ne disposait pas de la force, le garçon pouvait apprécier l'entraînement de ses mains... et de sa tête.
La pesante présence de la jeune femme le ramena vite toutefois à de plus inquiètes considérations. La respiration de Thracy resta quelques secondes corsetée dans sa poitrine : il guettait la suite, plein d'espoir autant que d'anxiété. Pour avoir eu déjà affaire à un certain nombre de rustres, sur les Îles de Fer ou même dans sa précédente vie, le petit infirme savait que certains n'attendaient aucun prétexte pour frapper un inférieur. La jeune femme cependant n'y semblait pas décidée et en restait à un réprobateur haussement de sourcil. Murée dans un silence énigmatique qui sembla, aux oreilles du garçon, assourdir et aspirer soudain toute l'animation qui gonflait l'air salé du port. Il échapperait à une rouste. Pourquoi donc ? L'effet d'un bon jour sur la rousse, de la contre-marée de son humeur revenue au calme, ou l'abaissement qu'elle trouverait à frapper un invalide faute de meilleurs exploits... peu importait au fond la raison : le serf en apprécia le résultat.
Il retint à tant un léger sourire soulagé d'éclore à ses lèvres – expression qui aurait pu être très mal interprétée. Aussi demeura-t-il neutre, toujours prostré le temps qu'elle s'éloigne. Ses yeux rivés au sol virent enfin l'ombre bouger telle une traînée d'encre, puis se retirer, dans le bruit lourd et sûr de ses bottes. Thracy allait lui-même poursuivre sa route lorsque l'injure suspendit ses mouvements.
Seule une cassure au coin de ses lèvres y répondit. Putain d'infirme ? Ou bien elle parlait des invalides en général et il lui prit l'envie de rétorquer quelque chose comme « J'espère que vous avez informé aussi Messire Harlon, y s'ra content. » Ou alors c'était pour lui, et : « Désolé on m'a pas encore attribué ce genre de tâches. » Ni l'une ni l'autre répartie ne passa l'obstacle salvateur de ses lèvres closes. Ses mains serrèrent ses roues, son pied droit donna sur le pavé l'impulsion du départ et déjà, il déglutissait l'insulte comme une bouchée quelconque – un peu rance – à digérer sans goût mais par habitude. En voilà encore une qui avait dû apprendre à toujours réagir à la dure... voire doublement, par son statut de femme dans les activités si masculines en vogue dans cette contrée. Prouver sa valeur... Il hoqueta un petit rire discret : ça, il connaissait.
Parvenu à l'abri d'une arcade, Thracy rajusta sa vieille tunique et sa besace avant de vérifier que rien n'y était brisé. Grâce à Dieu, rien. Il n'aurait pas d'histoire avec Madame. Une dernière fois avant de commencer à s'en retourner, son attention se porta vers les bateaux amarrés et la masse des badauds sur le bord. La chevelure rousse de la jeune femme s'y déplaçait comme un point clair qu'on ne pouvait pas rater. Le garçon demeura un temps en observateur. Dans quel labeur ou sur quel bateau pouvait-elle bien servir ?


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyJeu 4 Juil - 11:59

Life's supposed to be a surprise !

   L'alcool obscurit son jugement. Ca, elle le savait. Mais en s'avançant maladroitement sur le ponton qui relie le Vent Noir à la terre ferme, Halys se rend compte de l'étendue de son aveuglement. Elle saute sur le pont du boutre et se retourne pour chercher l'infirme de ses iris qui imitent le bleu de la mer. Leurs regards se croisent. Elle ne saurait expliquer pourquoi elle perçoit cet échange comme une confirmation de son erreur. Elle n'a ni l'envie, ni le droit de corriger ce serf qui ne lui appartient pas. Mais elle ne peut pas non plus l'autoriser à raconter aux autres serviteurs qu'une fer-née a accepté sa défiance silencieuse. Elle se fiche de sa réputation au sein de la plus basse des classes sociales de l'île mais le signal qu'elle lui a envoyé pourrait encourager les autres à retrouver leur courage. Peut-être même leur fierté. « Hagar ? Ramène-moi ce gamin ! » Elle pose le regard sur le premier fer-né qui a croisé sa route à bord du boutre et celui de l'intéressé se dirige à son tour vers le singe à roulette. « L'infirme ? » La question souligne l'hésitation, ou du moins la surprise, du marin. La rouquine se tourne entièrement dans sa direction et plisse les yeux. Ca lui pose un problème ? Le menace qui s'est installée dans le silence de la roturière dissuade le subalterne d'émettre d'autres doutes. Elle ne lui demande pas de comprendre. Il hausse les épaules et descend du navire pour exécuter l'ordre. Halys, elle, va prélever une bouteille neuve du stock du Vent Noir et revient s'installer sur les escaliers qui mènent au gaillard d'arrière.

   La fer-née prend son mal en patience tout en se complaisant dans l'observation des hommes qui rôdent sur le boutre. Elle scrute leurs gestes, évalue leur pertinence. De nouvelles rasades viennent ponctuer son inquisition silencieuse. Elle ne trouve aucun reproche à faire et garde ainsi sa langue dans sa bouche, là où elle se sent si à son aise. Il faut dire également qu'à quai, les activités nécessitant la concentration de l'équipage sont pratiquement inexistantes. En mer, et bien que cela l'irrite au plus haut point, elle se fait le relais d'Asha et se montre moins tolérante. Elle tonne quand elle le doit. Et avec le temps les hommes ont appris à respecter le son de sa voix et les ordres qu'elle charrie. Elle, elle les respecte depuis longtemps. Elle ne le dira jamais. Elle n'aime pas les mots qui traduisent l'affection ou le contentement. Ils ne sauront jamais qu'ils sont sa famille et qu'ils ont gagné sa tendresse. Mais peut-être que certains d'entre eux l'ont compris lors des fois où ils ont pu l'entendre s'adresser à des fer-nés n'appartenant pas à l'équipage. Elle se montre plus acides avec ceux qui n'ont pas affronté, à ses côtés, les épreuves infligées par le Dieu des Tornades.

   Le bruit des planches qui protestent l'arrachent de sa contemplation et elle découvre sans grande surprise Hagar poussant l'infirme. Il le dépose sans grande délicatesse, lui et son chariot, sur le pont du boutre puis l'approche de la roturière. Halys congédie le marin d'un simple signe de la tête et focalise son attention sur le singe. Combien de secondes s'écoulent avant qu'elle daigne finalement prendre la parole et lui fournir un début d'explication sur les raisons de sa présence à bord ? Dix secondes ? Une minute ? Elle laisse le plomb de son regard peser sur le serf sans se préoccuper de ce détail. Elle reprend une gorgée de vin. Puis une autre. Et finalement... « Divertis-moi ! » L'ordre claque sur un ton neutre mais qui indique pourtant clairement, lorsqu'il s'allie aux iris de la rouquine, qu'elle n'acceptera pas un refus. Ce singe, si elle s'en souvient bien, n'est pas dénué d'un certain talent lorsqu'il s'agit de se donner en spectacle. Halys méprise l'art. Mais elle n'entend pas se coucher tout de suite. Pas avant d'avoir terminé sa bouteille. Et faute de mieux, elle tentera de se satisfaire d'un infirme faisant le pitre.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptySam 6 Juil - 10:39

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Thracy vit la jeune femme se diriger vers un navire dont, illettré, il ne put déchiffrer le nom – mais que les voiles et symboles lui permirent de reconnaître : le Vent Noir, bateau de Dame Asha, en concurrence – paraissait-il – avec ses propriétaires pour succéder à Balon. Voilà qui n'arrangerait pas la considération de la rousse à son encontre s'il avait à la recroiser... Le serf haussa les épaules et, d'un geste de main dans l'air, chassa l'incident et la personne. Il fit demi-tour et s'apprêta à se diriger vers son dernier poste – là d'où il devait ramener des fruits pour les cuisines de Madame – avant de prendre la route afin de revenir pas trop tard... lorsque la poigne d'un marin l'arrêta.
Le souffle du petit invalide se suspendit et, timide, il leva ses grands yeux ambre vers l'individu à la mine peu commode, qui ne lui laissait de toute évidence aucun choix. Le garçon se mordit la lèvre et tenta de se dégager. L'emprise ferme ne lui en fournissait nulle possibilité et Thracy opta pour une posture contrite, que seule une petite mine interrogatrice contrebalançait. Craintive également, malgré les dehors d'indifférence qu'il cherchait à se donner. Qu'allait-il lui tomber dessus ?
Les mains de l'homme se refermèrent autour de la poignée au dos de son chariot et le garçon se laissa pousser. Il scrutait les environs pour tromper l'angoisse, préférant l'observation méticuleuse au danger qu'il prendrait à poser la moindre question – bien qu'il en brûlait d'envie. Ses incertitudes toutefois furent du courte durée : d'étonnement, le serf entrouvrit les lèvres et eut un mouvement de recul en comprenant qu'on le dirigeait sur le Vent Noir. Que lui voulait encore la femme de tout à l'heure ? Le ponton le fit cahoter dans son siège. Malgré lui, il claqua des dents aux secousses et son corps émettait de petits bonds sur les planches de bois à l'assemblement inégal.

Dans la violence de la pente et l'aspect défoncé de certaines lames de bois, Thracy pâlit en sentant ses deux poignards - pourtant bien calés contre ses flancs - glisser à l'entrée du pont. Ces couteaux... Il n'avait pas demandé l'autorisation à Madame ni à Messire de les emporter... Il espérait d'ailleurs ne pas être amené à y recourir, mais les avait empruntés seulement pour se défendre. Et défendre les provisions d'Alana. Terrifié, le serf gardait un trop mauvais souvenir de l'une de ses dernières sorties, durant lesquelles un groupe de voyous et d'ivrognes s'en étaient pris à lui. Avec des lames, il saurait les mettre en fuite. Mais à présent, les armes se trouvaient sur le pont du Vent Noir, bien visibles !
La respiration du garçon s'accélérait déjà : il prenait conscience de la bêtise que ses émotions à fleur de cœur lui avaient fait commettre... et que cela risquait de se savoir. Alors, le serf choisit de bluffer. On ne devait rien suspecter. On devait croire que Theon et Alana l'autorisaient à disposer de ces poignards hors du domaine et il ne se passerait rien. Après tout, il avait été irréprochable depuis trois ans dans ses corvées. Et tout le monde à Pyk savait que le petit infirme serait à des lieues et des lieues de souhaiter abattre ses propriétaire, et encore moins les enfants dont il avait régulièrement la garde.

Le garçon prit sur lui de toutes ses forces : c'est ça, il allait simuler le naturel. Et tout irait bien. Une fois à bord, l'individu venu le quérir le poussa au bout du pont, sous les regards interloqués de quelques passants : le long de la butte, ils capturaient du bout des pupilles quelques lambeaux de l'étrange scène se jouant là.
Thracy se baissa pour ramasser les deux couteaux puis adopta de nouveau sa posture initiale, humble et sereine. Comme si de rien n'était. Pourtant, il sentait déjà son ventre noué autant que ses mains hérissées autour de sa besace – qu'il avait ramené contre lui afin de protéger des ballottements le jouet destiné à la petite princesse. Le long du parcours, au moins, il avait pu se divertir à l'observation émerveillée du navire. Le serf n'était pas remonté sur un bateau depuis celui de Theon Greyjoy, où il avait croupi des jours durant, chaîne au cou au milieu d'autres captifs. À bord du Vent Noir, cette fois-ci il se plut à observer les lames de lumière qui jouaient à pleuvoir entre les cordages ; les gigantesques lignes de nœuds pareils aux toiles d'araignées et qui grimpaient jusqu'aux cieux comme pour le déchirer ; le bois sculpté qui buvait les couleurs crépusculaires. Le tout, bercé par la houle et les craquements de ce bâtiments semblant aussi vivant, respirant, aussi habité qu'un corps géant. C'était mystérieux et beau. Thracy s'oublia à sourire, dessinant dans son esprit.
Quand ses yeux finirent par croiser la rouquine, dont la silhouette en contre-jour se détachait sur l'horizon, le serf s'en revint à des considération beaucoup moins sensibles. Elle se tenait accoudée à la rambarde, bouteille d'alcool en main – dont l'ardent contenu l'habitait déjà à un haut degré... Anxieux, le dos raidi, l'infirme attendit. Silence. Secondes étirées. Il serra les dents. D'agacement, ses ongles faillirent se mettre à tapoter le bois de son siège mais il retint à tant le geste qui aurait été tout à fait impoli pour quelqu'un de sa caste. Elle n'avait donc rien d'autre à fiche ? Lui, si.
Enfin, l'ordre tomba. Instant de sidération. Se moquait-elle de lui ? Thracy fut tenté de lui indiquer de sa plus humble voix : « J'ai encore des choses à faire. J'dois pas traîner ici, désolé... » Et en effet, là où il devait récupérer les fruits devait déjà fermer. Il devrait soit rentrer sans, soit attendre le lendemain matin. Dans les deux cas le serf risquait de se faire disputer. S'il s'opposait à la rousse cependant, ce serait immédiatement qu'il allait passer un sale quart d'heure. Autant obéir.
Le garçon se débarrassa de sa besace et la posa précautionneusement dans un coin sûr, non loin de lui : s'il effectuait ses numéros, il irait vite, tournoierait, valdinguerait – autant protéger le précieux contenu de son humble bagage. Vint le temps de se concentrer. Il inspira et se décida : une danse ? Oh sûrement pas. Cet art n'était pas le genre de la maison. Même en Essos, si certains appréciaient ses chorégraphies serpentines, d'autres le méprisaient, le chassaient.
Ce seraient donc les couteaux. D'autant qu'avec ce choix - espéra-t-il - il convaincrait les uns et les autres qu'il utilisait ces lames en toute honnêteté. En vérité, le malheureux serf se maudissait déjà intérieurement de les avoir vu glisser. Mortifié, il priait le Noyé - et les autres divinités que pouvait compter ce vaste monde - pour réussir à évacuer l'incident. Mais pour cela il devait donner une excellente représentation.

À peine le temps d'un éclair et Thracy avait tiré de ses côtés les deux longues lames qu'il joua à faire jaillir en l'air telles deux griffes hors de ses paumes. Du bout de ses pieds, il envoyait sa chaise avancer, reculer, pirouetter, passant parfois d'une roue sur l'autre avant de freiner d'un coup sec et sauvage. Sa vélocité et l'imprévisibilité de ses gestes avait de quoi surprendre qui essaierait de le viser. Il se donnait un adversaire fictif autour duquel il pivotait à toute allure et dont il parerait les attaques, entre deux percées de ses lames pointées à bout de bras sans hésitation. Thracy tantôt plongeait en avant, très bas, tantôt laissait son dos s'enrouler vers l'arrière comme une vague folle, dans un chavirement de son bassin qui avait de quoi déconcerter.
Nouveau tour sur lui-même. Jambe tendue jetée haut et en avant pour asséner un coup. Recul. Les lames virevoltaient entre ses paumes ou au-dessus de lui, avant qu'il ne les récupère dans un sifflement sec paraissant égorger le vent. Pris dans l'exercice proche d'un art martial, il en oublia sa condition servile et la rouquine qui l'observait, renouant avec des sensations d'ivresse pure. Cri de lumière dans ses yeux-soleils. Coin de lèvre espièglement retroussé. La sueur perlait à son visage et le long de la musculature de ses bras, qui ressortait plus que d'ordinaire, bandée tel un arc.
Enfin, le garçon projeta une de ses armes, qui partit en flèche se ficher exactement au centre d'un nœud repéré sur le bois d'un des mâts, assez loin devant lui. Il fusa pour aller la récupérer d'une main, et de l'autre agripper le poteau autour duquel il virevolta – prenant assez d'élan pour, ensuite, lâcher la colonne et laisser sa chariote tournoyer seule quelques secondes. Profitant de l'élan, il donna une ultime attaque circulaire. Une larme de soleil coula le long de la lame effilée.

Il freina. D'un coup sec de ses pieds, puis de ses mains plaquées au sol après qu'il se fut penché très en avant. Visage relevé. Regard félin, encore soûl de ses mouvements. Thracy n'aurait su dire le temps qu'il venait de passer à cette affaire. Il récupéra sa respiration. Longuement : tel était l'inconvénient de son corps très agile, sans gêne dans ses gestes, mais dépossédé de forces notamment dans les membres inférieurs. Après l'effort, l'infirme devait récupérer.


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptySam 13 Juil - 6:31

Life's supposed to be a surprise !

   Elle n'aime pas ce qu'elle voit. Les mouvements sont étrangement harmonieux si l'on considère qu'ils sont effectués par un infirme en chaise roulante. Les coups sont précis et révèlent un talent certain dans le maniement des lames courtes. Cet adolescent sait se battre et, elle n'en doute plus vraiment, se défendre en cas de besoin. L'image qu'il lui donne est loin d'être celle qu'elle attend de la part d'un serf. La rouquine laisse son regard dériver sur les membres d'équipage présents qui profitent du spectacle. Les réactions sont d'abord timides mais des rires épars et certain sifflements approbateurs viennent saluer les performances de l'artiste. Lui, il virevolte avec une grâce particulière et s'offre le luxe de lancer un poignard à travers le pont. Elle, elle reprend une gorgée de vin et laisse les choses suivre leur cours. En fait elle se désintéresse vite de l'esclave et observe d'un air absent les tours de la forteresse des Seiches qui se dessinent encore sur le nacre de l'horizon. Les bruits cessent et annoncent la fin du spectacle. Halys tape lentement dans ses mains et quitte les escaliers de pont pour s'approcher de la distraction sur roues. Elle applaudit alors lentement, nonchalamment. C'est loin d'être une preuve de satisfaction. La fer-née présente sa paume à l'infirme. « T'auras plus b'soin d'ça ! » Le sens de sa requête est parfaitement clair et son insistance est amplifiée par le mouvement incitateur qu'elle esquisse des doigts. Les prises humaines ramenées des pillages ne sont jamais ravies de servir les gens qui les ont privés de leur liberté. La plupart, suppose-t-elle, rêvent probablement de trancher la gorge de leurs maîtres. Elle les comprend. Elle tuerait avec ses dents, s'il le fallait, pour regagner sa liberté de choix et de mouvement. Et ce gamin se balade avec des poignards sur lui ?

   « On dirait qu'le Theon Greyjoy autorise ses serfs à s'armer ! » La remarque, sans être clamée et malgré le fait que la rouquine ait toujours ses opales bleutées dardées sur l'infirme, s'adressait aux fer-nés présents. Elle ne considère plus Theon comme une menace depuis quelques temps, déjà. Mais un tel manque de jugeote de la part du frère d'Asha l'agace au plus au point. Il n'a même pas envisagé que cet adolescent puisse faire du mal à ses enfants... Des rires plus sincères ou plus forcés répondent à l'appel du bras droit de l'héritière de Balon. Ils viennent mettre en évidence l'ironie judicieuse de la rouquine.

   « Ou alors p't-être qu'il sait pas qu'tu t'balades avec des poignards ! » Le silence revient tandis que l'accusatrice commence à marcher en cercle autours de Roulette. Halys ne sait pas ce qui est le pire entre la négligence et l'ignorance. Elle est consciente que le serf a pu s'armer dans le dos de son maître. Elle sait aussi que le Greyjoy ne peut pas continuellement garder un oeil sur ses possessions. La jeune femme achève sa ronde et vient reprendre place face au fauteuil sur les accoudoirs duquel elle prend appui de ses mains. Une manière de s'assurer de l'attention que lui porte celui qui fut tout d'abord un obstacle, puis une distraction et enfin, un accusé. « T'en dis quoi,  toi ? C'est Theon qui t'autorise à en porter ou tu crois juste qu't'as plus de droits que les autres rats ?  » L'une des deux réponses lui sera directement préjudiciable. L'autre, elle, rappellera à l'équipage que si le Prince n'est pas capable d'assurer la sécurité de ses enfants, il ne pourra guère consolider celle des Iles de Fer.


   

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyDim 14 Juil - 17:01

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Il ne s'attendit pas à recevoir des rires complices, non moqueurs. Même quelques applaudissements disséminés sur le navire. En Essos il en avait l'habitude, mais sur les sévères Îles de Fer il lui sembla renouer avec la grisante sensation de se voir flatté. Le rouge s'accrût à ses joues. Sans réfléchir, pris dans sa grande émotivité et guidé par un genre de reconnaissance naïve, il esquissa une très petite révérence que la timidité rendit maladroite. La femme à la bouteille, quant à elle, claquait dans ses paumes avec une lenteur nonchalante, presque moqueuse – le serf ne s'y trompa guère. Il avait toutefois attisé son attention. Humble victoire. D'autant que l'attitude qu'elle adopta ensuite lui confirma que désormais, la rousse percevait davantage en lui qu'un médiocre obstacle. Le garçon garda pour lui cet heureux constat et demeura silencieux, pupilles baissées.
Il arqua un sourcil lorsqu'elle lui réclama ses lames. Sa main ouverte insistait. Seconde de trouble. Il n'en fit rien et ne lui rendit que son regard, prompt à signifier qu'il comprenait où elle voulait en venir. Craignait-elle que l'infirme s'en prenne à un Fer-Né... voire à ses propriétaires ? C'était ce que semblait sous-entendre la pique qu'elle adressa ensuite à tout son équipage – une saillie moins contre l'invalide que contre Theon, en vérité. Et les marins de rire. Afin de convaincre les moins spontanés, le bras de la femme y alla avec des mouvements de chef d'orchestre... ou d'imprésario jouant de ses marionnettes, pour déclencher leur hilarité approbatrice comme on engage une claque afin de venir stimuler un spectacle. Thracy se garda bien de trahir son léger amusement.

La crainte remplaça soudain cette bien courte détente : il ne fallut pas bien longtemps au serf pour comprendre que la jeune femme mettait déjà en doute le fait que Theon et Alana aient pu lui confier ces poignards. Thracy dut déployer des trésors d'auto-contrôle pour ne rien laisser paraître de son horreur : les choses allaient dégénérer... Il aurait volontiers disparu sous terre à cet instant, honteux de la comédie qu'il allait devoir jouer, et de l'énorme bêtise que constituait l'emprunt de ces lames, même pour sa seule défense.

Il émit un lent recul en sentant croître en lui la terreur de l'éventuelle embrouille avec le Sieur Greyjoy. Le serf cherchait comment, dans son attitude et ses paroles, l'éviter avec autant de doigté que lorsqu'il projetait ses poignards ou dansait. Demeurer serein : l'angoisse était pour les coupables. Il tromperait l'ennemi. Son corps élancé resta immobile, droit ; ses mains, quoique toujours armées, croisées tranquillement sur ses jambes. Seul un léger sourire perturbait le glacis de son visage neutre – un sourire poli mais indéchiffrable comme en arboraient les masques blancs de certaines pièces de théâtre.
Il s'efforça de conserver cette attitude quand les bottes de la jeune femme dessinèrent des cercles autour de lui – tel un aigle avec sa proie. Conforme à sa place, le serf ne dirait rien tant qu'elle ne l'interrogeait pas directement. Lorsque, enfin, elle s'adressa à lui pour suggérer qu'il s'équiperait de lames en cachette, Thracy réfléchit à sa réponse. Dire ce qu'il voulait faire passer pour la vérité, simplement. Avec assez de mystère, néanmoins, pour n'être pas celui qui se justifie trop. Sa voix posée, douce et un peu traînante, glissa :

« Messire le sait, pour les couteaux. C'est grâce à eux que ch'uis en vie – apparemment digne d'intérêt quand y m'a vu me battre. Et y m'les faut bien pour trancher des plantes, besogner en cuisine, sculpter les pendentifs de Madame et des jouets à la p'tite princesse. »

En prononçant ces mots, le garçon s'empressa d'aller ramasser sa besace qui, justement, contenait entre autres le navire composé du bout de sa lame. Sa réponse espiègle mais honnête ferait l'affaire, espéra-t-il. En Essos, l'infirme s'était défendu avec suffisamment d'habileté contre les hommes de Theon, qui souhaitaient d'abord le tuer, pour que le seigneur juge la prise intéressante. Les tâches ne manquaient pas pour lui et, plus d'une fois, ses tirs précis s'étaient avérés utiles contre des mauvais rôdeurs. Thracy se permit donc d'ajouter tout bas, reprenant la première assertion de la rousse :

« J'en ai besoin. »

Paroles accompagnées d'un regard humblement ployé mais fixe, et d'un coin de lèvres retroussé – subtil mélange de soumission et de ténacité, en équilibre sur le fil. Pourtant, la femme le menaçait encore. L'accusait. Thracy se retenait de trembler, redoutait les rumeurs, les réprimandes, le fouet. Les poignes fermes de la rousse serraient les accotoirs de sa chariote. Captif de sa présence et des yeux dardés sur lui, il entendit dans son ultime interrogation la nécessité de finir de se blanchir, autant que de ne pas abîmer la réputation de ses propriétaires. De nouveau, il pensa n'avoir qu'à dire la pure vérité. La vérité vraie, pour le coup. Cette fois, sans aucune trace de malice. Ce fut au contraire une voix émue, très consciente de sa place et même fataliste, qui renvoya à la question une autre question :

« Qu'est-ce que j'y gagnerais à tirer sur un Fer-Né, à part un supplice et la mort dans l'heure qui suit ? On a tôt fait d'capturer un rat en fuite. Surtout un comme moi. Et j'ai personne à rejoindre, pas d'foyer à retrouver. P'is Madame me traite bien. »

Jamais une telle idée ne lui était même venue à l'esprit. Un voile de tristesse remplaça le dard de lumière qui pointait toujours – joueuse ou émue – dans ses yeux. Effacé bientôt par le velours de cette reconnaissance qu'avec le temps, il avait appris à développer pour Theon et surtout Alana. À défaut de proches jamais eus, le couple et leurs deux enfants l'étaient devenu... C'était sûrement un peu naïf.


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyMar 16 Juil - 7:34

Life's supposed to be a surprise !

   Il ne veut pas lui donner ses armes... Halys octroie une grappe de secondes supplémentaires à l'infirme pour lui permettre de se raviser et d'opter pour une décision plus avisée. Elle n'aime pas le courage qu'elle devine dans le regard du serf. La tête de la jeune femme oscille de haut en bas. Un signe d'approbation sensé mettre en exergue la désapprobation qu'elle ne tardera vraisemblablement pas à exhiber. Pour le moment c'est à nouveau sa bouteille qui requiert son intérêt. Elle s'empresse de la soulager d'une part de son contenu et d'évacuer, d'un revers de la manche, le rouge du vin qui s'est échappé sur le flanc de ses lèvres. Ce n'est qu'alors qu'elle se préoccupe à nouveau de... l'invité qui se trouve à bord du Vent Noir. Elle a entendu les arguments qu'il a avancé mais elle ne les aime guère. Le droit de mentir appartient à chaque être humain. Personne n'aime exposer constamment la vérité. Mais le mensonge est un art. Un outil qui, mal manié, se retourne inévitablement contre celui qui entendait en user. Si Theon souhaite doter son serviteur d'une lame, soit. C'est malheureusement son droit. C'est un choix peu judicieux aux yeux de la rouquine mais en fin de compte, elle n'en attendait peut-être pas moins d'un homme qui a passé le majeure partie de sa vie parmi les Loups de Winterfell. Peut-être qu'ils peuvent se permettre d'être imprudents, là bas, dans le Nord. Cependant ce n'est pas le frère d'Asha qui intéresse vraiment la rouquine. Non, ce qui l'interpelle, c'est le fait que l'infirme ait opté pour une approche méprisante de sa question. La réponse qu'il y a apportée réussirait peut-être à convaincre un imbécile. Mais pas elle. « Et t'as b'soin d'deux lames pour faire tout ça ? » Surtout des lames pareilles. L'une d'elle, au moins, est assez équilibrée pour être lancée avec précision. Halys doute que les cuisines soient dépourvues de lames mieux adaptées à la préparation des mets. Elle doute également que les plantes méritent des outils aussi tranchants. Et elle sait qu'il existe des outils bien mieux adaptés au travail du bois. Il n'a pas besoin de ceux des armes-là. Et pour finir, elle ne peut pas être certaine que Theon a bien autorisé l'un de ses serfs à s'équiper de la sorte. Surtout s'il est conscient des compétences de l'infirme. Excès de confiance ou manque de jugeote ? Elle préfère croire que le serviteur lui ment et octroyer une chance au frère d'Asha. Lui, au moins, est né ici. Et, que cela lui plaise ou non, l'encre des Seiches coule dans les veines du fils de Balon.

   Alors quand le jeune accusé ajoute qu'il a besoin de ses lames, un regard noir lui répond. Il persiste. La rouquine comprend que s'il éprouve le besoin d'étayer ses esquisses d'arguments, c'est qu'il est conscient de leur faiblesse. Elle l'écoute parce qu'elle n'éprouve pas le besoin de parler davantage pour l'instant. Il lui pose à son tour une question et soulève un point qui semble être judicieux. Il n'a personne qui l'attend et il est conscient qu'un acte hostile envers les natifs des Iles de Fer lui vaudrait une sanction peu enviable. Elle renifle en songeant qu'un jour, peut-être, les descendants de cet adolescent pourraient être considérés comme des fer-nés à part entière. Elle se rassure bien vite on songeant que personne ne voudrait d'un homme tel que lui. Son apparence est un véritable hommage à la faiblesse. « C'pas l'moment où tu m'dis qu'ta vie s'est améliorée d'puis qu't'as été capturé ? » Halys s'autorise un sourire supplémentaire et une gorgée de plus. Oui, elle abonde dans son sens lorsque il lui dit qu'un serf qui espère vivre n'oserait pas lever la main sur ses maîtres. Mais elle a aussi entendu parler de serviteurs qui, écrasés par le poids de leur destinée, ont souhaité embrasser la mort. Cette dernière doit sûrement sembler attrayante lorsque l'on a tout perdu. « Un serf qui estime qu'il a quelqu'chose à perdre s'rebellerait pas, ouais... » Elle ne poursuit pas sa phrase et suppose que l'adolescent aura saisit l'alternative. Son esprit est sûrement plus rapide que son corps. Il ne lui a pas donné de raisons de penser le contraire jusqu'à présent.  

   La jeune femme se mure dans le silence et semble oublier la présence du serf. Elle pourrait sûrement le mutiler ou le tuer. L'équipage témoignerait sûrement en sa faveur si Theon venait à se soucier du sort de son infirme. Mais elle n'en voit pas l'intérêt. En réalité elle en vient même à se dire que la mort du neveu d'Asha pourrait servir les intérêts de cette dernière. Avec un peu de chance, les hypothèses qu'elle a présentées ou sous-entendues pourraient faire leur petit bonhomme de chemin dans les pensées du serviteur. S'il venait à tuer le Prince, son épouse et leurs enfants, elle ne verserait pas la moindre larme. Elle sait qu'Asha pourrait se défendre. La mort de Balon, elle, la propulserait immédiatement à la tête des îles. En fin de compte elle n'a pas vraiment à se soucier des armes que l'infirme porte. La rouquine congédie Hagar d'un signe de la tête et la plupart des membres de l'équipage s'en vont, désormais conscients que le sang ne coulera pas. « T'veux qu'ce soit moi qui t'débarque ? » Son regard s'est à nouveau posé sur l'infirme et lui confirmera aisément que c'est à lui qu'elle s'adresse. Il peut garder ses lames et sa besace. Mais sa présence à bord, elle, est maintenant révolue. Le Vent Noir s’enorgueillit de son équipage compétent et des prouesses de sa capitaine. Pas de cette tâche qui défigure son pont. La rouquine fait glisser ses opales en direction de l'eau proche. Ce n'est pas la terre ferme qu'il retrouvera si elle doit se lever pour l'aider à déguerpir...
   

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyJeu 18 Juil - 19:01

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Devant ses réponses, la jeune femme demeurait silencieuse. Elle repartit s'asseoir en compagnie de la bouteille dont quelques gorgées descendirent le long de son palais, avant que son bras n'essuie les gouttes orphelines. Son hochement de tête et son regard sceptique indiquèrent au serf qu'elle avait compris : il n'avait pas dit l'ensemble de ce qu'il faisait avec les couteaux. Et surtout, que pour la première fois il les utilisait sans aucune autorisation. La honte broyait le cœur du garçon : mais dans quoi s'était-il embarqué... Même s'il jurait sur tout ce qui lui était cher que ces poignards ne serviraient jamais sur ses supérieurs et ne visaient qu'à se protéger des trop nombreux ivrognes de l'île, on ne retiendrait que la honte sur le seigneur Greyjoy. Pour la première fois depuis le début de son habile numéro de bluff, le garçon laissa échapper un infime tremblement de son pied. La question de la femme confirmait ses soupçons. Thracy se reprit et se voila de nouveau dans son costume d'innocence pour, à son tour, acquiescer avant de faire une réponse lapidaire :

« Les deux lames c'est pour faire diverses aut' choses. »

Choses qui comprenaient la mise en fuite de rôdeurs non invités au château de Pyk. Une fois, le garçon en avait blessé un vers les cuisines pour les mettre hors d'état de nuire, en attendant que des supérieurs s'occupent du reste. Mais il y avait une différence de taille : ce fameux jour où ses talents de tireur avaient été fort appréciés du sieur Greyjoy, il avait eu l'autorisation d'utiliser une lame...
Ses paroles étaient sorties toutes naturelles, sans qu'il ne revienne sur un éventuel danger de ses poignards pour ses propriétaires. Après tout, quand on voulait vraiment tuer, on se montrait créatif pour trouver le nécessaire alentour, alors pourquoi serait-il le seul dangereux ? D'autant qu'on ne surveillait pas en permanence les serfs – impossible.
Dans le reniflement que la rousse poussa à ses aveux quant à sa condition, l'invalide devina à la fois le crédit qu'elle accordait à l'argument de sa vie à conserver, et le mépris pour sa personne, sa façon d'être et de penser. Il pencha légèrement la tête, accompagnant le geste avec lequel la femme s'offrit une nouvelle gorgée, puis il rit, bon joueur, à sa répartie bien sentie : oh sûr, beaucoup de serfs devaient perdre au change lorsqu'on les capturait... mais lui... Sans aller jusqu'à s'en réjouir, Thracy glissa avec une étrange légèreté – trahissant sa vision presque détachée d'une vie qui avait toujours été un enchaînement de situation périlleuses, avec leurs splendeurs et leurs misères respectives :

« Oh elle s'est au moins pas empirée, ma vie. C'est juste... différent. »

Toujours appliqué à cacher sa terreur et sa honte, il s'accompagna d'un haussement d'épaules semblant signifier c'est comme ça. Mouvement de son esprit vagabond qui, pour tenir le coup, s'était habitué à prendre un peu comme un jeu ce que chaque demain lui donnait, pour faire au mieux avec. Certes on l'avait asservi. Il travaillait pour autrui sans avoir à contester. Il ne pouvait ni aller où il le souhaitait, ni danser... Mais autrefois, rien ne lui assurait ni toit sur la tête, ni à manger ; le danger encouru afin de recevoir ce minimum était permanent. Il grimaça au souvenir du pilori où, une fois, il avait passé deux jours après la plainte d'un bourgeois pour parasitisme. Et de la dure lanière d'un fouet qui lui avait infligé vingt coups sur une place à Meereen, un matin où il ne s'était pas montré assez bon voleur et fait attraper. Au milieu de ces pensées, il glissa les yeux vers la femme qui buvait – se demandant ce que, elle, avait gagné et perdu. En quelles circonstances Asha l'avait-elle prise sous son aile ? Et ses parents... les avait-elle encore, ou perdus depuis longtemps ? Sans doute avait-elle dû s'avérer un renfort précieux, une combattante affirmée et loyale pour commander ce bateau en main droite de la Dame Greyjoy. Un nouveau sourire indéchiffrable flotta au visage du serf avec ces considérations.
Une autre pensée suivit aussitôt le fil alerte de ses associations d'idées : il s'élevait une rivalité – jamais abordée directement, mais officieusement présente – entre Asha et Theon pour la succession. Or le parti de cette jeune femme dans l'affaire était clair et son ultime assertion, laissée sur un suspend lourd de sous-entendu, draina le garçon vers une des conséquences sous-jacentes : un serf rebelle contre Theon ferait l'affaire de sa sœur. Car il était là question des motifs d'insoumission : n'avoir rien à perdre. Thracy n'avait jamais vraiment eu grand chose à perdre alors pourquoi cela changerait-il, se dit-il dans un froissement de sourcil doux-amer.

« Ouais, quand on espère plus rien y a d'quoi se rebeller. Mais... j'suis trop curieux je crois pour avoir envie de mourir. Et j'ai pas envie non plus de vengeance. »

Curieux de tout. Des gens, du vaste monde, de tout ce qu'il y avait à apprendre. Toutefois le garçon avait bien conscience qu'il ne tiendrait pas le même discours si son quotidien était tout autre : si on l'harassait, l'affamait, le battait. Si ses conditions de vie se dégradaient... D'autres serfs vivaient de tels calvaires dans les mines ou les champs. Cette pensée vers ses confrères d'infortune lui serra le cœur. Et lui... Lui, il était très bien tombé.
Un nouveau silence les éloigna davantage, la jeune femme et lui. Il ne contraria pas ses réflexions et traîna encore au milieu des siennes, où revint la notion du temps : trop tard pour prendre des fruits. Tout fermait. Il ne devrait s'en retourner qu'au matin. Pourvu qu'on ne lui fasse pas d'histoire. Quand le regard de la rousse piqua vers l'eau alors qu'elle s'accompagnait d'une proposition ironique, le serf suivit le chemin de ses pupilles afin de lui indiquer qu'il avait bien saisi le cynisme.

« Non merci. »

À peine ses mots achevés qu'il fusa vers le plan incliné reliant le Vent Noir à la terre ferme. Thracy songeait au petit terrier qu'il allait devoir se trouver pour passer la nuit à peu près au calme, ramassé sur son siège, à avaler sa ration de pain et d'eau avant de s'endormir. Pour l'heure, l'invalide avait saisi qu'il ne recevrait pas d'aide : les marins venaient de se voir congédiés par la supérieure. Tant pis, il se débrouillera. Il avisa la pente non sans une légère angoisse, agrippa deux poutres latérales du bord et donna, du talon, une impulsion suffisante à ce que sa chariote s'engage sur la rampe. Ployé, concentré, il commença à assurer sa descente d'un roulis maîtrisé. Son pied droit en pointe contre les planches, presque comme ferait un danseur, freinait l'élan dans le dévers. La manœuvre s'avérait ardue et éprouvante. Mais il réussirait... Thracy retint sons souffle.


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyMar 23 Juil - 14:11

Life's supposed to be a surprise !

   L'un de ses sourcils s'arque en direction des cieux quand le serf lui annonce que sa vie ne s'est pas empirée depuis qu'il est devenu l'involontaire hôte des fer-nés. Elle n'a jamais connu la servitude et elle sait d'ailleurs qu'elle ne pourrait pas l'accepter. La fierté des natifs des Iles de Fer ne saurait s'accommoder de la captivité. Oui, une question lui brûle peu à peu les lèvres. Plusieurs, même. Halys dévisage l'adolescent en espérant qu'il voudra bien soulager sa curiosité passagère. Elle aimerait savoir ce que ce gamin à vécu pour réussir à accepter son destin avec une telle facilité. Il faut quelques instants à la rouquine pour parvenir à museler les mots qui contrasteraient trop avec son habituelle retenue. Elle hausse les épaules pour marquer ce désintérêt qui n'est plus vraiment réel et lui laisse l'opportunité de fournir les vraies réponses, les seules qui importent vraiment. L'infirme expose les quelques raisons qui, selon lui, justifient un comportement docile. Pour elle, la curiosité qu'il évoque trahit une simple peur. Et l'absence d'un désir de vengeance, celle d'un manque de fierté. Elle ne peut pas arguer qu'il ment. En fait, le bras droit d'Asha aurait même tendance à croire que le serf lui dit la vérité. Mais ce qu'elle pense n'a pas une véritable importance. Il semble avoir réussi à convaincre Theon, son légitime propriétaire. Elle désapprouve mais n'ira pas jusqu'à s'opposer à un Prince sur la base d'un simple doute. Peut-être qu'il paiera le prix fort pour avoir osé accordé sa confiance à l'infirme. Peut-être que le futur lui donnera raison de l'avoir fait. Halys, dans les deux cas, sera la spectatrice du verdict délivré par le destin. Ce même destin qui lui refuse à présent le plaisir de pouvoir balancer le serviteur par-dessus bord et de parier sur le temps qu'il faudra au Dieu Noyé pour absorber cette chétive offrande.

   Mais le jeune esclave a bien compris l'allusion de la rouquine et s'empresse de rejoindre les simples planches de bois qui relient le Vent Noir aux quais de Lordsport. Elle le regarde faire. Les membres de l'équipage qui occupent encore des parcelles du pont du navire aussi. Aucun fer-né ne semble vouloir bouger pour accorder son aide à l'infirme sur le départ. Halys ne s'est jamais demandée ce que pourrait être sa vie si elle venait à perdre l'usage de ses jambes et que son propre corps décidait de devenir une prison de chair. Elle imagine mal les divers problèmes qui pourraient se dresser sur son chemin. La jeune femme sait qu'elle n'aurait plus sa place à bord d'un navire. Elle suppose aussi que les chemins escarpés des Iles de Fer incarneraient des épreuves continues. L'adolescent doit batailler avec les reliefs accidentés. La nature ne l'a pas doté des armes physiques qui pourraient lui permettre de s'acclimater à la vie sur l'île. Et aux Iles elle-même. Elle ne peut pas s'empêcher de se questionner à nouveau sur l'intérêt que Theon et Alana peuvent accorder à cet esclave. Elle reste là, posée en simple spectatrice d'un spectacle navrant, observant les difficultés que rencontre l'adolescent pour s'extirper de l'écrin du Vent Noir. L'impatience lui impose une réaction impulsive et elle s'avance d'un pas décidé vers le serf. Son pied s'écrase contre le dossier de son support de bois et lui insuffle l'élan nécessaire pour rejoindre sans délicatesse la terre ferme. « J'vérifierai, pour tes lames ! » Elle informera Asha de sa découverte et se reposera sur elle, comme souvent, pour prendre la décision la plus avisée. La Seiche saura tirer parti de la situation si elle le souhaite. Peut-être qu'elle ne verra pas la moindre raison d'intervenir. La politique est un art que la rouquine ne pratique pas. Elle préfère le tranchant des lames à celui des mots. La jeune femme se détourne de l'adolescent et empreinte la passerelle de bois pour revenir à bord du Vent Noir. Elle marque alors une courte pause dans son élan et se retourne à moitié pour toiser le serf. « Te fous plus jamais sur mon ch'min ! » Le menace est accompagnée d'un ton de circonstance. La prochaine fois qu'il vient à se dresser en obstacle, même involontaire, sur sa route, il ira faire des cabrioles au fond de l'océan. Elle s'assure que le message est compris puis se laisse tomber sur le pont du navire d'Asha puis, bien vite, dans son hamac.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Thracy
Roturier
Valar Dohaeris
Life's supposed to be a surprise !  XUwFSHht_o
Ft : Nacho Perez
Messages : 955
Date d'inscription : 05/06/2019

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  EmptyJeu 25 Juil - 14:46

Life's supposed to be a surprise !  Orneme10


Life's supposed to be a surprise !  ¤ FT Halys


An 302, Lune 6, Semaine 1



Des silences étaient éloquents. Celui avec lequel la rousse répondait à ses confidences, marié à son air insistant, marquaient sa curiosité envers ce qui poussait un captif à ne pas se sentir si mal que cela dans sa servitude... Elle eut beau la masquer derrière un haussement d'épaules, Thracy l'avait senti. Il ne dira rien : pourquoi lui conterait-il sa vie ? D'autant qu'elle se désintéressait déjà de lui.
Au milieu de sa périlleuse descente, le garçon se sentit brutalement poussé. D'un pied vigoureux, la commandante en second du navire l'expédiait sans ménagement jusqu'à la rive. Le fauteuil roulant crissa sur les planches puis émit un lourd grincement une fois au sol. Thracy s'était figé, corps crispé en arrière pour contrebalancer la pente violemment dévalée. Dents serrées, il se retint de piaffer un juron et porta ses pieds en freins devant lui. Dans l'élan, la rugosité de la terre lui égratigna les talons. Il grimaça. Sans un regard vers la femme ni pour le vent noir, il récupéra son souffle. Les impulsions de ses mains aux roues étaient nerveuses, contrariées.
Le serf entendit alors les deux menaces que la rousse lui faisait. Une dernière fois, il prit le pari qu'elle ne voulait que l'apeurer en prétendant enquêter et accueillit l'affirmation d'un haussement d'épaules. Au fond de lui, il s'en voulait déjà. Tout s'était emballé après la malencontreuse chute de ses lames. C'était à se demander si la Fortune voulait lui donner une leçon pour son malheureux et impulsif emprunt... Pour ce qui était de se retrouver sur la route de la jeune femme, Thracy ne le souhaitait pas davantage qu'elle.
Il poussa un bref sifflement agacé puis détala à vive allure. Il trouva vite un étroit cul-de sac, abrité par une vieille bâche, en guise d'asile. La lune arrivait à grands pas. Il se ramassa contre un mur et, tête baissée, regard noyé sous ses mèches châtaignes, avala sa ration sans appétit. Si la rousse ne plaisantait pas... La scène que cela donnerait avec Messire Theon promettait d'être très désagréable. Le serf frémit. Il n'avait encore jamais déçu ses propriétaires. Thracy s'égara dans ses pensées, erra entre divers souvenirs parmi lesquels lui revint cette rencontre avec une prêtresse à Volantis, et une phrase qu'il s'entendit à peine murmurer : « Car la nuit est sombre et pleine de terreurs... »


Life's supposed to be a surprise !  Orneme11


Life's supposed to be a surprise !  Th_lam13

¤ Jeannie C. painting ¤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Life's supposed to be a surprise !  Empty
MessageSujet: Re: Life's supposed to be a surprise !    Life's supposed to be a surprise !  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Life's supposed to be a surprise !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: