RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! Une histoire de politesse 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici Une histoire de politesse 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 Une histoire de politesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The little Bear
Marthe Mormont
The little Bear
Valar Dohaeris
Une histoire de politesse Tumblr_n1nrdkbpZK1rfbu4fo6_r2_250
Ft : Lola Flanery
Messages : 175
Date d'inscription : 11/05/2019

Une histoire de politesse Empty
MessageSujet: Une histoire de politesse   Une histoire de politesse EmptyLun 10 Juin - 8:23

Andar
Royce

Marthe
Mormont

Une histoire de politesse
   « Moi, quand je serai plus grande, je me marierai ! » la remarque entre par un oreille et sort aussitôt par l'autre. Elle est sensée en avoir quelque chose à faire ? L'autre, cette arrogante contemporaine du Conflans, persiste et signe : « Sauf que mes noces seront bien mieux réussies que celles-ci ! » Marthe ferme les yeux, le temps de prendre une longue respiration. Elle hâte ensuite le pas pour tenter de semer sa poursuivante. Mais cette dernière s'accroche malgré sa robe qui devrait, en toute logique, altérer ses mouvements. On dirait que cette fille a trouvé le moyen de se mouvoir à peu près correctement dans son costume. Au plus grand désarroi de l'Oursonne. Elle se retourne et découvre son garde en peine discussion avec celui de son interlocutrice. Elle suppose qu'elle ne peut pas espérer d'aide de ce côté-là, donc. « Mère dit que les invités auront droit aux meilleures victuailles de tout Westeros ! » assure la sangsue. La Mormont estime presque immédiatement qu'il faudra sûrement de la bonne nourriture pour que les invités se retiennent de l'empoisonner, celle-là. Elle s'en veut de songer à une chose pareille et s'obstine à être patiente et à laisser ce moulin à parole s'exprimer. Au bout d'un moment elle n'aura sûrement plus rien à lui dire et elle lui lâchera les bottes. « Je vais par là, moi ! Et toi ? » tente-t-elle, désignant le couloir de droite lorsque quatuor arrive à un embranchement. « Moi aussi ! » les espoirs de l'enfant sont immédiatement douchés par la conflanaise. « Allons bon... » Elle soupire avec une telle force que ses lèvres vrillent un peu à la manière de celles d'un cheval. L'autre remarque enfin que quelque chose cloche et se montre même très perspicace dans son analyse : « Vous ennuierais-je ? » l'accuse presque son interlocutrice. « Mère me dit que la moindre des politesse c'est toujours d'écouter ce qu'une personne vous dit ! À part si c'est un roturier ! » Voilà, c'est exactement ce genre de comportement pompeux et pompant qui agace l'Oursonne. Elle marque un temps d'arrêt et se tourne vers l'horripilante enfant. « La mienne m'dit qu'il faut pas être hypocrite ! Et que j'ai le droit d'me défendre si on m'embête ! » rétorque-t-elle. Bon, d'accord, ce n'est pas précisément la teneur du discours d'Alysane. Ou, plutôt, il ne peut pas vraiment s'appliquer dans cette situation. Cette fille, bien qu'ennuyante, ne lui cause pas vraiment du tort. « T'sais quoi ? Oublie c'que j'ai dit ! » ajoute-t-elle, apaisante. « Ca t'dirait qu'on joue à cache-cache ? » propose-t-elle avec, bien sûr, une idée derrière la tête. « Une Lady ne joue pas à cache-cache ! Ce serait... inconvenant ! » répond l'autre, empruntée. « Ca veut dire quoi, ça, inconvenant ? » « C'est comme ça qu'on appelle les activités qui ne conviennent pas à des demoiselles de notre rang ! » « Ah ben oui ce s'rait dommage de s'amuser, c'est vrai ! » Mais où avait-elle la tête ? « Bon, bah, j'vais jouer toute seule alors ! » regrette-t-elle avec une pointe de malice dans son sourire. L'oursonne se met à courir, prenant par surprise la petite troupe. Son propre garde reste un instant interdit avant de lâcher un juron et emboîter le pas à sa vive maîtresse.

   Marthe veut être certaine de mettre assez de distance entre elle et celle qu'elle espère ne pas avoir à qualifier de poursuivante. Ce n'est que lorsque il est raisonnable de se montrer optimiste qu'elle fait une pause pour reprendre son souffle. Le soldat la rattrape peu après, visiblement soulagé de l'avoir retrouvée. « C'était... inconsidéré, Lady Marthe ! » lui reproche-t-il gentiment. Elle ne lui en veut pas. Elle sait bien qu'il doit veiller sur elle et que ses tantes le tytoseraient si elles apprenaient qu'elle avait échappé à sa surveillance. « Mais c'était amusant, non ? » l'homme approuve d'un signe de tête, réfrénant avec mal un sourire. « Ou, devrais-je dire, INCONVENANT ? » ajoute-t-elle en imitant l'air pompeux de celle qu'ils semblent avoir réussi à fuir. N'empêche que, n'étant pas certaine de l'avoir effectivement semée, Marthe se retourne constamment au cours des minutes qui suivent. En fait elle est si focalisée sur ce qui pourrait surgir dans son dos qu'elle oublie de regarder devant. Et là, c'est le drame. Elle heurte de plein fouet une masse largement plus imposante que la sienne. Et si elle lève les mains dans un réflexe bien naturel, l'Oursonne ne peut empêcher son nez de s'écraser contre le torse de ce qui se révèle bien vite être un homme. Un noble, si elle se fie à son accoutrement. Ou peut-être un chevalier. Elle n'est pas bien sûre puisque les larmes lui sont malgré elle montées aux yeux et brouillent légèrement sa vision.  « Pardon ! » glisse-t-elle sans même réfléchir. Elle l'observe avec plus d'attention tout en se massant le nez. « C'était inconvenant ! » se hasarde-t-elle, constatant avec effroi que ce mot semble maintenant lui coller à la peau.  « J'crois ! » ajoute-t-elle, encore peu certaine du sens exact de ce mot si ce n'est que les nobles du sud adorent le prononcer. Et lui, elle en est certaine, il n'est pas du Nord. Elle se souvient l'avoir vu pendant les festivités mais ne s'y est pas vraiment intéressée. Il y avait tellement de choses à voir !

   Elle fait une courbette à peu près convenable et se sent immédiatement ridicule. Mais qu'est-ce qui lui arrive ? Sa fierté lui commande de ne pas s'avouer vaincu si aisément. En fait, elle a l'impression de se sudifier. Va-t-elle ressembler à cette fille ? Marthe retrouve un peu de contenance et abandonne son attitude de gamine prise en flagrant délit de... de quoi, en fait ? « En fait ce s'rait pas plutôt à vous d'vous excuser ? » lui demande-t-elle. « J'suis pas très grande, j'sais bien ! Mais vous auriez dû m'voir ! C'est vous l'adulte quand même ! » Et puis si ça se trouve il l'a fait exprès ! Son papa lui a dit qu'elle avait le droit de se battre avec des sudistes si l'un d'eux l'embêtait. « Vous êtes quoi, vous, en fait ? » Faites qu'il soit chevalier ! Edrick ne l'a pas autorisée à provoquer des nobles en duel...


We are not a large house,
but we are a proud one
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chevalier aux Runes
Andar Royce
Le chevalier aux Runes
Valar Dohaeris
Une histoire de politesse Tumblr_pno1psaTyh1w9vbfzo2_540
Ft : Tom Burke
Multi-Compte : Dacey Mormont - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 855
Date d'inscription : 29/07/2016

Une histoire de politesse Empty
MessageSujet: Re: Une histoire de politesse   Une histoire de politesse EmptyVen 14 Juin - 18:09

Andar
Royce

Marthe
Mormont

Une histoire de politesse
  Comme beaucoup, Andar préparait son futur départ. Il était temps pour lui de reprendre la route pour le Val. Sa présence n'était plus requise en ce lieu, il avait voulu rester jusqu'à l'enterrement de Tytos Nerbosc, rendre honneur à ce grand homme, mais aussi être présent pour son ami, Lucas. Il savait ce qu'était perdre un père, tout comme ne plus avoir de mère. À travers l'histoire de l'émissaire de la famille Nerbosc, il pouvait y reconnaître plusieurs facettes de sa propre histoire. Leur destin semblait s'entremêler et pourtant, il ne souhaitait que le meilleur pour Lucas. S'il n'était pas seigneur, si le Val n'était pas tourmenté et surtout s'il n'avait pas une famille qui l'attendait, surement aurait-il prolongé son séjour. Mais Andar ne pouvait pas faire tout ce qu'il souhaitait.

Avançant dans les couloirs, d'un pas assez rapide, il ne faisait pas forcément attention à ce qui l'entourait. Son objectif était de trouver le mestre des lieux pour lui donner des lettres qu'ils avaient écrites et que celui-ci les envoie par corbeau. Sauf que l'impression d'avoir emprunté à plusieurs le même couloir lui faisait se demander s'il ne tournait tout simplement pas en rond. En même temps, il n'avait vu aucun signe de l'homme de la citadelle alors qu'on lui avait dit qu'il devait se trouver dans les environs.

Pour finir, il l'aperçut enfin et vint à accélérer le pas avant que celui-ci lui échappe. Andar n'était pas du genre à crier pour interpeller quelqu'un. De toute manière au moment où il réfléchissait à le faire, pour que l'homme s'arrête, ce fut le choc. Andar s'arrêta surpris et ce ne fut que là qu'il remarqua un garde, mais surtout une fillette qui n'avait guère plus de dix ans en vue de sa taille.

 « Pardon ! C'était inconvenant ! J'crois ! »

Sa façon de se frotter le nez, mais surtout son allure lui rappelait Jorelle lors de leur première rencontre. Elle-même se frottait le nez après s'être cogné dans la porte d'un cachot. Il fallait dire qu'il ne mit pas longtemps à savoir qu'il s'agissait d'une Mormont, rien que par l'emblème que portait le garde qui la suivait. Enfin même sans sa présence, la suite qui allait prouver du caractère de la petite l'aurait très vite éclairé sur sa maison.

« En fait ce s'rait pas plutôt à vous d'vous excuser ? J'suis pas très grande, j'sais bien ! Mais vous auriez dû m'voir ! C'est vous l'adulte quand même ! »

Comme à son habitude, il garda son air froid, observant la petite de sa hauteur. À ce moment précis, il n'avait rien de bien amical. Pourtant, l'impertinence de la jeune Mormontne vint pas à le choquer, loin de là, cela lui prouvait qu'il devait y avoir une éducation toutes autres sur cette ile si lointaine, en tout cas pour les femmes, car il fallait dire que Jorah, lui, semblait bien plus tempéré.

« Vous êtes quoi, vous, en fait ? »

Il arqua un sourcil. Jamais, on ne lui avait posé ce genre de question. Même Jorelle s'était, au final, montré bien plus courtoise, certes à sa façon. Son regard se posa vers le garde qui gardait le silence et là, Andar vint enfin à ouvrir la bouche : 

- Un seigneur, si cela est le sens de la question ! Andar de la maison Royce ! 

Finalement, son visage prit des airs plus amicales, même s'il ne souriait pas. Se baissant à la hauteur de l'enfant, il était prêt à reconnaître ses torts, de toute manière le mestre avait disparu, donc il n'était plus à cinq minutes et pouvait se permette de découvrir cette Mormont qu'il ne connaissait pas encore. D'un ton calme, il vint à lui demander :

- Comment puis-je être pardonné pour mon offense ? 


The Royce House faces adversity together and has never, they will remember.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une histoire de politesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» La vie est une longue histoire dont nous sommes l'auteur [Lagon]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Conflans :: Corneilla-
Sauter vers: