RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty
MessageSujet: [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre   [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre EmptySam 4 Mai - 0:08

Titre du RP

   
citation cool ici

   


   

    Je n'appréciais pas vraiment les trajets en bateau mais je savais que celui-ci en vaudrait la peine. L'eau tanguait sans cesse et la nausée ne voulait pas partir. Mon teint pâle devait faire peur. Je fixais l'horizon au loin, mes mains serrées contre le rebord de notre embarcation, cherchant à respirer plus calmement. Les flots n'étaient pas avec nous aujourd'hui et je déplorais encore mon empressement à embarquer à tout prix. Si j'avais su, j'aurais attendu quelques jours de plus le temps que la tempête se calme. Heureusement que la terre était en vu et que je n'en avais que pour quelques malheureuses heures. Je m’apprêtais à accoster sur une île spéciale, sauvage et j'avais hâte d'en découvrir tous les recoins. Un séjour sur l'île aux Ours, fief de la famille Mormont. Mon père avait enfin consenti à ce voyage et je me sentais légère à l'idée de m'évader un peu de mes marécages. Mon frère allait me manquait, ma famille également mais mon enthousiaste était trop débordant pour que cela me mine le moral davantage.

Je fis demi-tour et rentra dans la cabine afin de rassembler mes quelques affaires. Je n'avais pas voulu me charger plus que de raisons mais je ne m'étais pas résolue à abandonner mon arc et mon trident. Je savais que cette île serait un endroit idéale pour chasser et j'espérais bien tuer mon premier ours. Une belle prise de chasse pour une telle jeune fille de mon âge. Une fierté que je m’empresserais de conter à mon retour. J'étais une Reed après tout et j'avais une réputation à tenir. Je savais de plus que la famille Mormont partager ce plaisir de voir leurs femmes manier les armes. ici j'allais me sentir plus libre que jamais. Au diable le protocole diplomatique. La vie pouvait être simple quand on le pouvait et j'espérais en profiter. J'avais hâte de rencontrer toute la famille. Je connaissais déjà Lyra que j'avais croisé quelques fois, ainsi que Maege. Une femme de caractère, une femme qui m'impressionnait beaucoup pour sa prestance et sa participation à la rébellion de Robert Baratheon. J'espérais pouvoir l'entendre conter quelques uns de ses faits d'armes. J'étais passionnée par ce genre d'histoires.

Perdues dans mes pensées je ne fis pas attention à notre arrivée. Ce fut le protecteur que mon père avait dépêché qui me fit signe de descendre. Enfin. Mon teint était désormais verdatre et j'espérais que la maladie des eaux me passerait rapidement afin de profiter d'autant plus de ma journée. Je pris le temps d'observer les alentours. Le paysage était à couper le souffle. Les collines rocailleuses au loin laissaient place à de denses forêts que je me hâtais déjà d'explorer.

- Lady Mormont, je ne peux que vous remercier encore une fois de me permettre de venir passer quelques temps en la compagnie de votre maison. Mon père a tenu que je vous amène ceci en guise de votre hospitalité. Je me tournais vers le coffre que portait deux gardes venus avec moi. Le cliquetis significatif de l’ouverture se fit entendre avant de révéler cinq solides tridents. J'espère que cela vous servira pour la pêche. Leurs prises en mains n'est pas simple au départ mais une fois le coup de main cela devient un jeu d'enfant que d'attraper des poissons avec.

Je n'étais vraiment pas à l'aise avec ce genre de pratique, étant habituée à de plus simples bonjour par chez moi. J'espérais ne pas commettre d'impair et faire honneur à ma famille. Le vent soufflait dans mes cheveux emmêlés par le trajet et je resserrais ma cape de fourrure autours de mon petit corps d'adolescente. Je souriais amicalement aux personnes présentes qui étaient venues afin de me recevoir. J'étais une jeune femme simple, chaleureuse. Je ne m’embarrassais pas de protocoles habituellement e d'après la réputation de cet île, les gens étaient semblable à la Neck. Sauvage, brute, simple. Prêt à défendre leurs territoires bec et ongles quand les Fer-Nés osaient s'aventurer un peu trop près de leurs Terres. Je les comprenais plus que tout. Nous avions parfois affaire aux Frey qui menaçaient nos villages.
   

   
DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
The little Bear
Marthe Mormont
The little Bear
Valar Dohaeris
[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Tumblr_n1nrdkbpZK1rfbu4fo6_r2_250
Ft : Lola Flanery
Multi-Compte : Halys
Messages : 302
Date d'inscription : 11/05/2019

[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre   [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre EmptyDim 26 Mai - 8:06

Meera
Reed

Maison
Mormont

Les ours passent et ne se ressemblent pas
   L'enfant hâte le pas. Autant que la forêt et ses traitresses racines recouvertes de neige le lui permettent, en tout cas. Cet exercice est devenu un jeu qu'elle affectionne, une lutte contre la nature qui n'a rien de très épique, certes, mais qui réussit encore à lui procurer une satisfaction juvénile. Elle s'accommode volontiers des coupures, éraflures et autres plaies bénignes qui viennent spontanément récompenser son manque de prudence. Marthe les arbore même avec une fierté emplie de candeur. On dirait qu'elle en a héritées au cours de batailles dignes d'être chantées à travers les siècles et de perdurer dans la mémoire collective.  Elle se fait une joie de les montrer à Dacey et un devoir de les cacher à Alysane. Mais aujourd'hui ce n'est pas le désir d'impressionner la première ou de préserver la deuxième qui motive son empressement mais le besoin de satisfaire sa curiosité  : qui se trouve sur cette embarcation qui s'approche des rivages de son île natale ? L'oursonne sonde sa mémoire à la recherche d'un quelconque indice qu'elle aurait négligemment relégué aux oubliettes. Et alors qu'elle se perd en conjectures, l'inévitable se produit : la semelle de sa botte glisse sur une arête boisée et entraîne égoïstement sa propriétaire sur le sol glacé. Une victoire de plus à mettre au crédit de la forêt.

   C'est donc avec un visage maculé de boue, la crinière recouverte de neige sale et un sourire satisfait que Marthe se présente enfin sur les quais. Elle adresse des regards affectueux aux Ours déjà présents sur place mais son attention se focalise bien vite sur la jeune femme qui a posé pied à terre. « C'est qui, ça ? » demande-t-elle un peu trop fort, faisant maladroitement fi des convenances que l'inconnue serait en droit d'attendre. L'enfant porte sa main à l'arrière de son crâne lorsqu'une tape vient lui rappeler que le tact est, parfois, de rigueur. Elle émet un petit rire gêné en guise d'excuses et suppose, peut-être à tort d'ailleurs, que la visiteuse ne s'offusquera pas de son intervention. Elle aura sûrement compris que la question était davantage destinée à satisfaire les impératifs de la curiosité qu'à écorner une quelconque fierté. Cette même curiosité qui ne lui a guère laissé le temps d'observer les armoiries qui se devinent sur les tenues des gardes qui accompagnent la dame. Marthe n'est jamais très attentive lorsqu'il est question d'héraldique mais elle reste quand même capable de reconnaître le blason de l'une des plus importantes familles du Nord. « C'est une dot ? » ne peut-elle s'empêcher de demander en jetant un regard suspicieux à la Reed puis à sa grand-mère. À moins qu'on lui ait caché l'existence, dans sa famille, d'un mâle en âge de sa fiancer, l'idée semble improbable. Marthe n'exclue cependant pas que cette jeune femme soit venue pour lui voler l'un de ses frères. Une seconde tape, dans la lignée de la première, l'encourage à garder le silence. L'oursonne musèle son entrain et tente de se murer dans le silence malgré l'agitation qui se devine dans sa gestuelle. Elle essaie de se rappeler qui est l'héritier des Reed et croit se souvenir qu'il y a bien un fils dans cette famille. Une autre idée commence alors à faire son bonhomme de chemin dans les pensées de la toute jeune adolescente. Ses frères ne sont pas en âge de son fiancer mais... Lyanna et elle, si. Ce cadeau n'est peut-être pas une dot mais un simple présent pour encourager un rapprochement entre les deux maisons. « J'veux pas m'marier ! » prévient-elle sans toutefois s'adresser à une personne en particulier. Marthe enveloppe, par réflexe, sa main à l'arrière de son crâne dans le but de le préserver d'une autre agression justifiée. Elle aurait été plus rassurée si elle était arrivée à temps pour entendre les salutations de la jeune Reed et ainsi comprendre qu'il n'a jamais été question de mariage. À défaut, elle laisse carte blanche à son imagination. « J'peux quand même avoir un de ces tridents ? » ajoute-t-elle d'une petite voix en jetant un regard plein d'espoir à sa grand-mère.


We are not a large house,
but we are a proud one
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ours indompté
Jorelle Mormont
L'ours indompté
Valar Dohaeris
[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Tumblr_ons97yIvyf1tmsfhoo2_400
Ft : Tamla Kari
Multi-Compte : Harlon / Maddy
Messages : 940
Date d'inscription : 29/06/2016

[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre   [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre EmptyLun 3 Juin - 22:05

Meera
Reed

Maison
Mormont

Les ours passent et ne se ressemblent pas
Alors que l'aube se dessinait lentement dans un ciel nuageux, l'ours indompté observait son île qui se dessinait au loin. Les yeux fatigués et les pensées encore brumeuses, il lui était devenu impossible de détacher son regard de ces chaînes de montagnes qui se dressaient contre les ennemis des Mormonts. Le bateau l'éloignait peu à peu du rivage, jusqu'au moment où ses côtes blanchis pas la neige ne deviennent qu'un point fixe dans un horizon lointain. Une vision qui lui apportait une certaine quiétude, cette île était sa maison, son havre de paix, mais maintenant qu'elle était engloutit par le brouillard, Jorelle lui tourna le dos pour fixer son regard azuré dans ceux des pêcheurs. Leurs visages étaient tannés par le sel et le gèlent, leur main crevassée par leur travail et leur dos voûtés par des gestes routiniers. Mais dans leurs yeux, ils y avaient cette lueur étincelante qui brillait de plus belle lorsqu'ils mettaient le pied sur leur navire abîmé par les houles violentes. Pour cette jeune femme, si différente des autres nobles de Westeros, c'était un véritable honneur d'être assise à leurs côtés, écoutant leurs histoires et apprendre les gestes de la pêche. Une tâche parfois ardue, mais qui était plus que nécessaire pour cette île qui survivait grâce à leur travail.

Au vu des conditions météorologiques de l'île, il n'était pas anodin que certains tombent malades et c'était un de ces jours, alors Jorelle avait proposée son aide. Cela faisait bien longtemps que la nordienne n'avait pas eu à relever un aussi gros défit, mais elle était suffisamment buté pour le réussir. À l'image de ces hommes, elle lançait un filet dans les eaux glacées et tirait de toutes ses forces. Les poissons qui remontaient à la surface l'éclaboussaient et ses mains, déjà frigorifiées par l'air hivernal, la brûlait. C'était un travail épuisant, et prenait alors conscience des efforts de tout ces hommes qui partaient chaque jour en mer. Bien qu'au début elle n'arrivait pas à rester suffisamment stable pour remonter convenablement les filets, elle arrivait à présent à faire, plus ou moins, bien sa mission. Ce n'est que lorsque les tonneaux furent rempli que les pêcheurs sonna dans leurs cors. Ils rentraient, le dos brisé par le poids de leurs prises, les yeux rougit par le vent cinglant et les mains pleines d'engelures. Et si ce n'était que ça... Elle n'avait pas encore senti l'odeur malodorante qui s'était incrustée dans ses vêtements et sa chevelure tressée.  

Appuyant tout son corps sur le bois du navire, Jorelle se nourrissait par tout ce qu'elle voyait. Son île était baignée par les rayons de soleil qui filtraient à travers les épais nuages, c'était un magnifique spectacle et elle n'était pas la seule à s'enthousiasmer par ce tableau presque féerique. En se rapprochant, elle vit un autre bateau qui attendait patiemment, mais il n'appartenait pas à la maison Mormont et une fois dans la barque, elle remarqua des inconnus près de sa mère. Intriguée, elle se dirigea vers le petit groupe, les bras chargés d'un panier plein de poisson. Jory dépassa la jeune femme qui était fixé par Marthe et fit un signe de tête alors qu'elle demanda si elle pouvait garder le trident. Il est vrai qu'ils étaient très beaux, mais fallait-il maintenant savoir l'utiliser correctement. Une nouvelle chose à apprendre et cela illumina son regard.



Farewell Mother

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The little Bear
Marthe Mormont
The little Bear
Valar Dohaeris
[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Tumblr_n1nrdkbpZK1rfbu4fo6_r2_250
Ft : Lola Flanery
Multi-Compte : Halys
Messages : 302
Date d'inscription : 11/05/2019

[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre   [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre EmptyJeu 4 Juil - 9:55

Meera
Reed

Maison
Mormont

Les ours passent et ne se ressemblent pas
   Ce n'est pas sa grand-mère qui lui répond mais Jorelle qui lui donne l'autorisation de se servir de l'un des tridents que l'étrangère à amenés. Marthe se retourne et découvre le navire duquel sa tante vient de débarquer. Elle s'est encore aventurée en mer. C'est peut-être l'Ourse qui a le plus le pied marin. L'enfant s'est toujours méfiée de ces étendues d'eau glacées qui promettent l'aventure peut-être autant que la mort. Elle, elle préfère la forêt, les chants de sa faune et les craquements de ses branches. Ce qui ne l'empêche pas de vouloir apprendre à pêcher, un jour. Maintenant qu'elle maîtrise l'arc il est peut-être temps de parfaire sa formation de véritable Mormont. L'Oursonne entend bien apprendre tout ce qu'elle pourra apprendre avant de devenir une vraie femme. Elle pourra alors donner des coups de main à toutes les personnes de l'île. Non, pas toutes. Il faudra encore qu'elle apprenne à faire du pain et à confectionner des vêtements. Pour l'instant, en tout cas, c'est avant tout les tridents qui récolent son attention. Elle en choisit un puis le brandit avec fierté au-dessus de sa tête comme si elle revendiquait une victoire face à des ennemis imaginaires. « Merci, m'Lady ! » Elle lui décoche un magnifique sourire. Ses remerciements sont un peu inappropriés puisque leur invitée n'a pas expressément donné son autorisation. Mais puisque elle ne dit rien et ne précise pas que cette arme ne lui était pas destinée, Marthe s'approprie définitivement le droit de posséder le trident. Chouette !

   Elle revient ensuite se poster sagement à côté de Jorelle. L'enfant plisse le nez lorsqu'elle sent une odeur trop familière venir lui chatouiller les narines et lève le regard vers son aînée. « Tu pues un p'tit peu ! » la prévient-elle. Comme toujours, la remarque est dénuée de méchanceté et se limite à une simple constatation de la réalité. Elle n'a d'ailleurs rien d'un reproche. Ces effluves marines prouvent que sa tante a mis la main à la pâte. Ces dernières, d'ailleurs, sont marquées par l'effort et le climat rigoureux de l'hiver. Des stigmates de guerrière ! L'admiration, comme souvent, se lit dans le regard de l'Oursonne lorsqu'elle constate que sa famille fait honneur à l'opiniâtreté et au courage qui caractérise la devise de leur maison. Marthe se met à jouer avec son cadeau tout en continuant à prêter l'oreille à ce que sa grand-mère et l'inconnue disent. Elle comprend bien vite que cette dernière n'est pas venue pour organiser un mariage avec l'une des nombreuses femelles Mormont. Tant mieux ! Elle aurait détesté qu'on lyrate une autre de ses tantes avec un homme qui, par la suite, l'aurait emmenée avec lui loin de l'île. Les Ours doivent demeurer sur ces terres qui portent leur nom. Elles doivent avant tout tenir ici.

   Le trident finit par lui échapper des mots à la suite d'une manœuvre malhabile et sans doute trop téméraire pour la novice qu'elle est. L'enfant fait un pas en avant et le ramasse en s'excusant de son regard gêné. « On est obligées d'rester ? » demande-t-elle ensuite à Jorelle, oubliant au passage que ce sont elles qui se sont incrustées à cette étrange réunion. Marthe s'ennuie déjà. Mais elle a terminé ses tâches quotidiennes. Presque. Car il y en a une qui lui réclame constamment de l'attention et qui ne sera jamais vraiment accomplie : éviter le Mestre ! « Viens, j'ai une idée ! » L'Oursonne saisit la main de sa tante et l'entraîne à sa suite. Non sans avoir auparavant prélevé un deuxième trident du coffre. « C'est pour pas que J'relle soit j'louse ! » indique-t-elle simplement à ceux qui se formaliseraient de son audace. La voici donc à guider la quatrième fille de Maege. Pas très loin. En fait, à peine quelques mètres plus loin. « T'peux m'montrer comment qu'on s'bat avec ? » Elle conclue sa demande en donnant le second trident à celle qu'elle s'est choisie comme maîtresse pour le maniement de cette arme. La gamine pose son doigt sur l'une des pointes de son cadeau et fronce les sourcils. Elle suppose que c'est utile pour attraper les poissons, oui. Mais pour elle, l'objet lui évoque davantage une œuvre créée pour le combat que pour la chasse aux trucs gluants qui peuplent les océans. « Toutes les Ourses ont choisi une arme de préd'lection ! Moi j'veux qu'ce soit celle-là ! » Oui, elle maîtrise déjà très bien l'arc. Mais un arc, ce n'est pas très utile si un adversaire parvient au corps à corps. C'est pour ça qu'elle s'entraîne à l'épée avec Dacey et Lyanna. Il est peut-être temps, maintenant, qu'elle opte pour une arme qui lui serait propre ?


We are not a large house,
but we are a proud one
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty
MessageSujet: Re: [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre   [Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Les ours passent et ne se ressemblent pas - Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RP flashback en 1623
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» EXORCISM •• ft Stephen Strange [FLASHBACK]
» [Flashback] Être et devenir.
» Qui mordra le plus fort ? [Flashback]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Nord :: L'île aux ours-
Sauter vers: