RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La prochaine soirée CB aura lieu dimanche 8 septembre en fin de journée
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

L'hébergeur des images du forum rencontre quelques soucis, il est possible que des images aient sautés !
Cela reviendra dans les prochains jours/heures !

Partagez
 

 No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton EmptyMer 17 Avr - 23:52

No fear, no mercy

An 301, Lune 10, semaine 3



Ramsay Bolton & Lyra Mormont

Les contrées de l’est, au-delà de Winterfell, étaient encore inconnues et mystérieuses pour Lyra. Elle était habituée aux forêts denses, sombres et rassurantes de l’Île aux Ours et du Bois-aux-Loups, de l’autre côté de la Baie des Glaces. À travers les montagnes écharpées et les crevasses scélérates, son pied était sûr. La sylve et les monts étaient autant de cachettes, de zones d’ombres idéales et d’enfers où perdre ses ennemis, lorsqu’on en connaissait les secrets. Si certains ne voyaient dans les bois et dans les apiques rocheux que des pièges et des coupes gorges, ce n’était pas le cas de la troisième ourse. 
En revanche, étrangement, les vallons dégagés des Collines Solitaires, non loin de Fort-Terreur, lui faisait froid dans le dos. À perte de vue, s’étiraient jusqu’à l’horizon ces sentiers déserts, battus par les vents. Tout était plat. Désespérément plat. Et seul le soleil voilà, comme une lampe malade, apportait une lumière faible pour nimber la scène d’une lueur fantomatique. Si la typographie du terrain leur permettait de voir approcher des cavaliers à des kilomètres, l’inverse était également vrai. Cette absence totale de couverture et de zone de repli plongeait la jeune femme dans un inconfort palpable. D’ailleurs, elle ne cessait de se retourner pour regarder par dessus son épaule, laissant ses yeux inquiets se perdre dans l’immensité grise du Nord. 

Néanmoins, ce sentiment de malaise ne pouvait que se diluer dans la peine qui l’étranglait depuis que, derrière elle, s’effaçait la silhouette grise, familière et rassurante de Winterfell. Elle n’avait pas mis les pieds dans cette zone inhospitalière du nord depuis quatre ans. Depuis les funérailles de Domeric. Depuis le décès de son ami. Son départ pour le Val les avait éloignés l’un de l’autre et la captivité de l’ourse sur les Îles de Fer les avaient privés de leur correspondance régulière. Et après cela, il était mort. Étrangement, elle se souvenait à peine de sa présence lors du triste événement. Pourtant, elle se rappelait avoir fait le déplacement. Elle se rappelait de ces mêmes collines douces et ternes et de l’horizon désolé, pelé, infini. Rien d’autre, cependant. Ni des jours passés ici, ni des mines déconfites, ni du corps froid de l’héritier de Fort-Terreur qui les observait tous de ses yeux de céramique peints qui luisaient telles des gemmes fiévreuses.
Une censure imposée par son esprit pour la préserver, probablement. Elle ne se l’expliquait pas et ne cherchait pas à percer les secrets de ce mystère de la cervelle.
Lyra ne souhaitait pas être ici. Son rôle d’émissaire imposait cependant sa présence. Ramsay Snow, désormais Bolton après sa légitimation, avait invité bon nombre de nobles pour célébrer son nouveau statut. Et la mort de son père, d’une certaine façon.

Devant elle, Jorelle discutait avec l’Écorce qui répondait à peine, s’arrêtant à quelques marmonnements inaudibles, la bouche sèche de salive. Les silhouettes de ses proches auraient pu suffire à rassurer l’âme mélancolique de la troisième ourse. Mais l’esprit de Lyra demeurait troublé par les épreuves passées et son humeur restait farouche et laconique.

Bientôt, au loin, se dessina la silhouette massive de la forteresse nébuleuse. Ce simple accroc dans la platitude ennuyante de l’horizon suffit à empresser l’émissaire. Plus vite ils seraient arrivés, plus vite ils repartiraient. D’un seul mouvement, les patins s’enfoncèrent dans les étriers et la petite équipée talonna légèrement les chevaux qui allongèrent la cadence. Il n’était pas encore en milieu de journée que déjà, les ventres gargouillaient.
Les hauts murs et les merlons triangulaires, ressemblant à s’y méprendre à des dents tranchantes, ne rendaient pas le château accueillant. Les tours imposantes avaient l’air d’os noirci à la cendre. 

Nos lames sont acérées.

Les mots de la maison Bolton résonnèrent comme une alarme dans un coin de la tête de Lyra. Le dédain de sa mère à leur sujet était sans fin. Elle se souvenait encore de ses grimaces lorsqu’une de leurs anciennes cuisinières leur avait un jour raconté comment elle avait un jour été témoin d’un écorchement dans un des cachots de la demeure lugubre de ceux que l’on appelait jadis les Rois Rouges. Mais la domestique était vieille et édenté et son esprit lui jouait souvent des tours. Alors, malgré sa naïveté et sa jeunesse, la chasseuse avait décidé de ne pas la croire, bien qu’elle s’évertuait toujours à afficher un air étonné et profondément attentif lorsqu’il prenait à la servante de leur conter une histoire. 
Tout le monde savait qu’après avoir ployé le genou devant les loups du Nord, les Bolton avaient abandonné leur tradition barbare et que cela tenait aujourd’hui plus du mythe que de la réalité. Mythe que Domeric se plaisait quelques fois à entretenir, de la même manière que l’émissaire racontait qu’elle était la fille d’un ours. Des rumeurs. Des farces faites pour divertir et pour troubler. Des légendes que racontaient les nourrices pour terroriser les enfants. Des gentilles tromperies innocentes. Rien de plus. 
La jeune femme n’aurait jamais pu imaginer un homme aussi doux et discret que l’héritier de Fort-Terreur capable de telles horreurs. Mais désormais, il était mort et un autre occupait la place qui lui était destiné.

Pourtant, en franchissant les portes de la forteresse au rythme des clairons, la brune entendit l’Écorce marmonner dans sa barbe. 

« Et c’est parti, » grommela-t-il. « Nous voilà dans la gueule du loup… »

Il remonta sa lourde écharpe de laine sans couleur sur son nez avant de se replonger dans le mutisme, préparé à affronter la suite. Lyra lui lança une œillade inquiète avant d’être abordée par un domestique blond à la mine patibulaire. Celui-ci lança un regard suspicieux à l’arc et au carquois pendus dans son dos. Non loin d’elle, Jory démontait déjà et accompagnait le palefrenier dans les écuries. Cet éloignement ne lui plaisait guère, mais enfin, que risquaient-elles ici ?

« Je suis Lyra Mormont, » déclara-t-elle avec un sourire, comme si cela eut servi de justification à ses armes. Elle lui tendit la missive signée de la main du fils de Roose. « Nous sommes attendues, j’imagine. »

Le palefrenier se proposa pour l’aider à descendre de sa monture. Si elle n’avait certainement pas besoin de lui, elle accepta tout de même gracieusement sa proposition pour ne pas le mettre dans l’embarras. 

Elle s’attendait à voir jaillir des entrailles noires de la demeure l’ombre rassurante de Domeric. Mais le château demeurerait froid, maussade et boueux. Un état qui s’accordait finalement plutôt bien à son humeur.


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur
Ramsay Bolton
Seigneur
Valar Dohaeris
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton C71a
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Tumblr_p15uxrVedb1qff0d6o3_540
Ft : Iwan Rheon
Multi-Compte : Cersei Lannister & Donnor Salfalaise
Messages : 379
Date d'inscription : 05/06/2018

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: Re: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton EmptyMer 24 Avr - 21:33

No fear, no mercy
avec Lyra - lune 10 semaine 3

Ramsay se tenait debout, le dos bien droit, portant sur ses vêtements les armes de la maison Bolton. L’écorché faisait frissonner plus d’une personne, mais il était synonyme de grandeur pour le nouveau lord de Fort-Terreur. A l’un de ses doigts, le jeune homme portait une chevalière en argent, surmonté d’une gemme noire, un bijoux somptueux que tous les seigneurs Bolton se transmettait depuis les anciens Rois Rouges. Le coeur battant, il observait le linceul sous lequel gisait son père. Roose Bolton venait de mourir, froidement assassiné par une meute de sauvageon. Son fils présent à ce moment là, avec quelques hommes, avait aussitôt fait écrire quelques missives, annonçant la mort de son père et son profond chagrin. Ramsay avait demandé à sa garde d’écumer ses terres pour chasser tous les sauvageons qui tenteraient d’y pénétrer. Cette équipe sanguinaire était partie depuis deux jours, Ramsay les avait lourdement armé et il avait demandé à ce qu’aucune exception soit faite. Hommes, femmes, enfants et vieillards, quiconque qui appartiendrait au sauvageons périrait.
La figure douloureuse, le jeune seigneur accueillit ses voisins, ceux qui avaient pu à temps venir rendre hommage à son père. Par chance, le froid du Nord conservait les corps, ainsi Roose Bolton demeurait intacte avant de rejoindre cette nuit la crypte des écorchés et surtout son épouse Bethany Ryswell et son fils Domeric, tous morts prématurément. La cérémonie fut digne et Ramsay fit ses premières preuves en tant que nouveau seigneur. Puis, on descendit le corps dans la crypte familiale et s’en fut fini du règne de lord Roose Bolton.

-
Après le temps du deuil, vint celui où Ramsay célébra son accession en tant que seigneur de Fort-Terreur. Pour cela, le jeune lord avait préparé de nombreuses festivités et il accueillait les seigneurs du Nord chez lui, montrant ainsi à tous que la maison Bolton n’était pas encore en train de s’éteindre. Ramsay avait désormais qu’une obsession, perpétuer sa lignée et pour cela il devait au plus vite prendre une épouse et avoir des héritiers. Ramsay était un seigneur maintenant et il ne voulait pas se contenter de la première manante, il voulait une jeune noble qui pourra lui permettre de revendiquer d’autres terres et de s’étendre.
Le clairon sonna, indiquant l’arrivée de nouveaux visiteurs. Par la fenêtre, le jeune lord vit les bannières ours de la maison Mormont. Il était ravi que ses voisins les plus prestigieux soient venus. Lui l’ancien bâtard était désormais reconnu par tous. Personne ne pouvait nier son arrivée en tant que seigneur, personne ne pourrait s’opposer à lui.
A l’intérieur du château, un ménestrel était en train de chanter à la gloire du Nord et de ses anciens rois. Chaque invité avait sa coupe de vin. Le lord était en centre de la pièce, conversant avec tous, puis on annonça l’arrivée dans la salle de lady Lyra Mormont. La dame de l’île aux Ours n’était pas présente, mais deux de ses filles étaient là, ce qui était un honneur pour Ramsay. Un sourire aux lèvres, il s’approcha de ses invités.
Ma lady, c’est une joie de vous accueillir dans mon humble château. J’espère que le voyage s’est bien déroulé malgré l’hiver.” Il s’inclina auprès de la jeune femme. “Prenez une coupe de vin et restaurez-vous avec nous.” Un serviteur proposa une coupe de vin à l’Ours et Ramsay indiqua dans un même temps le buffet. Aujourd’hui, il faisait dans la simplicité, mais dès demain, ses invités allaient pouvoir profiter d’une chasse et d’un banquet. “ Avez-vous déjà eu l’occasion de venir à Fort-Terreur lady Mormont ? “ Demanda l’homme poliment tout en continuant d’observer son invité.


Made by Neon Demon



   
Lord Bolton de Fort-Terreur
- nos lames sont acérées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: Re: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton EmptyMer 29 Mai - 0:08

No fear, no mercy

An 301, Lune 10, semaine 3



Ramsay Bolton & Lyra Mormont

Dans le château gris, de grandes ombres noires éclaboussaient les murs. Les braseros, montés sur de longues jambes d’acier épaisses, battaient comme des coeurs arrachés, rougeoyant et crépitant. Les premiers invités se confondaient dans la pénombre, à peine visibles dans l’obscurité ambiante. Seuls étaient identifiables les quelques gestes venant ponctuer une histoire inconnue et les bijoux de ces dames, scintillants à la lueur des flammes timides. Tout ceci venait ponctuer la masse obscure d’un bruissement à peine perceptible pour des yeux habitués à la lumière blanche du nord.
Malgré les fausses allures festives, l’atmosphère semblait lourde et pesante. Sans le vouloir, les hôtes s’étaient adaptés à cet environnement maussade et les voix se faisaient basses et graves. Sensible aux alentours, Lyra sentit un long frisson remonter le long de son échine.

Loin de ressembler à l’Île aux Ours et de sa chaleureuse demeure en rondins, le fief des Bolton semblait dépourvu de fenêtres, un détail qui laissa la brune un instant désemparée. Depuis sa captivité sur les Îles de Fer et ses longues semaines passées, terrorisée et enfermée dans sa chambre, elle n’aimait guère être en cage et avait développé une légère claustrophobie, en plus de son aversion naturelle envers les foules. Le hall central, là où se déroulait le banquet, était long et étroit. Des couloirs étriqués desservaient des zones mystérieuses du château et Lyra se le représenta alors comme un labyrinthe. Était-ce donc ici qu’elle était venue pour enterrer son ami ? Dans son souvenir, elle ne voyait rien. Elle ne se souvenait pas de Fort-Terreur. La cérémonie funéraire aurait très bien pu se passer ici ou à Blancport, elle n’aurait pas vu la différence.

Inconsciemment, elle chercha des yeux Jorelle qui semblait s’être volatilisée.

« Là-bas, » lui indiqua l’Écorce en pointant sa soeur du doigt.

L’émissaire expira, soudain soulagée. L’angoisse l’avait saisie sans qu’elle ne s’en aperçoive. Le soldat Mormont, lui, était attentif. Lyra fit un discret signe de main à sa cadette qui la rejoignit.

Au milieu de cette assemblée étrange dégageant une aura toute aussi étrange, un seul être rayonnait. Dans la nuit agitée qu’était devenu la bâtisse, Ramsay Bolton flamboyait comme une étoile naissante, crevant les ressacs ombreux et les murmures chuchotés. Et comme le soleil, tous les regards semblaient attirés par la seule source de lumière du lieu. Pourtant, loin de faire l’unanimité comme un astre lors d’une journée d’été, il récoltait des regards suspicieux, curieux tout au mieux. Il avait hérité des yeux laiteux de son père. Un gris polaire qui rappela à Lyra le regard hypnotisant de Domeric. Pourtant, il ne présentait ni la stature élancé, ni le visage anguleux de son demi-frère. Le jeune homme était parvenu à se faire un nom en quelques mois. De bâtard inconnu, il était devenu le lord d’une des maisons les plus anciennes et les plus prestigieuses du Nord. Une prouesse pour certains. Un coup de chance pour d’autres. Un concert de circonstances bien commodes pour les derniers… Lyra n’appartenait à aucune de ces catégories.

Elle répondit à son salut d’un humble hochement de tête.

« Une joie qui fait écho à la nôtre de pouvoir assister à votre intronisation, lord Bolton, » lui répondit-elle, tout en convenances. « Nous n’avons eu aucun problème pour rallier Fort-Terreur, c’est aimable à vous de vous en inquiéter. »

Rompue à l’art des discussions, les années à servir en tant que représentante de la famille Mormont avait appris à Lyra à revêtir son masque d’émissaire. Néanmoins, elle ne pouvait et ne pourrait jamais vraiment se séparer de sa réserve lorsqu’elle se trouvait en présence d’une nouvelle tête. Chaque nouvelle conversation était un défi qu’elle acceptait de bonne grâce. Elle était à la fois la plus timide et la plus diplomate des siens, un mélange presque paradoxal.

Elle obéit au nouveau lord Bolton et saisit une coupe - qu’elle ne boirait probablement pas - avant de s’installer à ses côtés.

« Je suis déjà venue, » lui répondit-elle avec un sourire mélancolique. « Pour l’enterrement de votre demi-frère, lord Domeric. Je ne me souviens pas vous y avoir vu… »

Elle réfléchit un instant avant d’éclater d’un petit rire dubitatif.

« Mais je ne me souviens guère de grand chose de cette journée… »

Un soupir franchit ses lèvres alors qu’elle observait le profil du jeune homme. Il ressemblait à son père, c’était indéniable.

« Toutes mes condoléances pour votre père. Je ne sais pas s’il s’agit du moment idéal, mais feu lord Bolton était un homme respecté. La situation doit être bien étrange pour vous. »

Perdre un parent et se trouver récompenser d’un héritage était une chose cruelle qu’elle n’aurait jamais à expérimenter. Dacey, en naissant la première, avait été condamnée à vivre cet horrible sentiment qui incombait à tous les aînés.  


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur
Ramsay Bolton
Seigneur
Valar Dohaeris
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton C71a
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Tumblr_p15uxrVedb1qff0d6o3_540
Ft : Iwan Rheon
Multi-Compte : Cersei Lannister & Donnor Salfalaise
Messages : 379
Date d'inscription : 05/06/2018

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: Re: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton EmptyMer 19 Juin - 17:44

No fear, no mercy
avec Lyra - lune 10 semaine 3

Ramsay Bolton ne s’était jamais bercé d’illusion. La vie rude du Nord avait fait de lui un homme au près des réalités, mais avec de funestes ambitions. En tuant son père, en enterrant son secret avec lui et en devenant ainsi le seigneur de Fort-Terreur, Ramsay savait que sa réputation le précèderait. Des amis, il en aurait peu. Des ennemis, il en aurait beaucoup. Cependant, Ramsay savait qu’avec une poignée d’hommes fidèles, une bonne stratégie et un brin de démesure, on pouvait gagner des guerres. Avec un plan bien ficelé, le jeune homme avait assassiné son père. Ses compagnons déguisaient en sauvageons avaient attaqué la troupe et Ramsay avait profité de ce remu-ménage pour assassiner froidement son géniteur. Il ne le regrettait pas et ne regretterait jamais Roose Bolton. Il savait qu’aux yeux de son père il était un héritier par défaut. Roose répugnait la nature de son fils, qu’il tentait tant bien que mal de cacher. De plus, il n’avait jamais perdu espoir d’avoir un nouvel héritier. Cela Ramsay l’avait vu en lisant une lettre où il invitait lord Frey à lui présenter l’une de ses filles. Il n’avait pas été question directement de mariage, mais Ramsay avait compris que son père souhaitait convoler de nouveau. Le jeune homme lui avait donc coupé l’herbe sous le pied, en le poignardant sans remord. Maintenant, il était le seul maître à bord. Il était respecté par ses hommes et Ramsay savait qu’il pouvait tout se permettre. Il suffisait seulement de frapper au bon moment.
La patience était une qualité qu’il possédait, même si pour lui, il ne fallait jamais trop attendre. En devenant seigneur, Ramsay avait organisé des festivités et avait invité les seigneurs du Nord qui avaient été les proches de Roose Bolton. Tous n’avaient pas répondu à l’invitation, mais Ramsay était néanmoins ravi de recevoir la visite de deux filles de la seigneure de l’île aux Ours. L’Ecorcheur respectait beaucoup ces femmes qui étaient pour la plupart d’excellentes guerrières. Puis, qui sait, peut-être qu’il trouverait sa future épouse parmi elle. Ramsay n’oubliait pas qu’il était le dernier des Bolton et qu’il devait à tout prix engendrer une descendance.
Ramsay fut alors présenté à lady Lyra Mormont, elle était l’émissaire de sa mère et Ramsay s’évertua à se montrer des plus aimables. Le voyage de l’île aux Ours s’était bien déroulé, ce qui était appréciable durant cet hiver qui s’annonçait rude.

J’en suis ravi, l’hiver ne facilite guère nos voyages, mais heureusement, nous sommes des gens du Nord, nous savons vivre durant ce rude climat. Je plains les gens du Sud qui ne sera pas dans leur élément quand le froid se fera plus intense.” Ce n’était qu’hypocrisie, mais il avait appris auprès de son père qu’être le plus grand des menteurs était une bonne chose en matière de diplomatie. Un sourire aimable, le regard pétillant et le tour était joué pour faire croire à n’importe qui de sa sincérité. Ces faux sourires, il les avait régulièrement usé avec son géniteur quand celui-ci le rabrouait pour son comportement. Durant ces moments, il avait affiché un visage rempli d’innocence qui contrastait avec les actes qu’il avait commis.
La jeune femme qui lui faisait face était déjà venu à Fort-Terreur, pour l’enterrement de son demi-frère Domeric. S’il n’était pas en pleine représentation, il aurait certainement fait une grimace. S’il n’avait pas tué Domeric, cela serait certainement lui à sa place.
Non, j’étais absent. Mon père ne m’avait pas encore reconnu comme son bâtard. J’en suis désolé, j’aurai ainsi plus connu ce frère que j’ai eu au moins la chance de voir une fois.” Il fit un petit sourire en coin, soulignant sa peine, mais il laissa cette fausse tristesse s’effacer pour prendre un visage plus seigneurial. “ Je vous remercie pour vos paroles, elle me touche, mon père était en effet un homme comme nous n’en faisons plus de ce jour, mais ne parlons pas de ces choses tristes, nous sommes ici pour effacer les malheurs qui ont frappé dernièrement la famille Bolton.” Il marqua un temps de pause et but une gorgée de sa coupe de vin. “ Comment se porte dame votre mère et vos autres soeurs, il me semble que vous êtes quatre, c’est bien cela ? “ Demanda l’homme pour qui la question avait un grand intérêt.


Made by Neon Demon



   
Lord Bolton de Fort-Terreur
- nos lames sont acérées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: Re: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton EmptyMar 20 Aoû - 18:00

No fear, no mercy

An 301, Lune 10, semaine 3



Ramsay Bolton & Lyra Mormont

La présence de l’Ecorce et de sa sœur suffisait à faire oublier les tristes événements de ce château lugubre dont, après tout, Lyra se souvenait à peine. D’ailleurs, le nouveau lord de Fort Terreur dégageait une chaleur qui suffisait à la mettre à l’aise. Aimable, poli et affable, il était un bon hôte, en dépit des regards en coin provenant des ombres. Les yeux, pensa-t-elle. Ce sont ces yeux… Elle se laissait aller à observer ces orbes opalins si familiers et si fascinants qui lui rappelait son ami perdu. Il était facile à se laisser aller à la confiance en se berçant d’un mirage, en se persuadant de parler à celui dont l’oreille avait cueilli tant de confidence. Ramsay avait indéniablement hérité du charme froid de sa famille. De quoi auraient-ils eu l’air côte à côte ? Domeric était plus grand et avait un visage plus fin, un air doux et rêveur que cependant son demi-frère ne présentait pas. Néanmoins, ils auraient eu l’air de deux frères, cela était certain.

La fille de Maege acquiesça sans mot dire aux paroles de courtoisie de jeune homme. Il semblait, après tout, qu’il n’ait pas besoin de réponse. Avec l’arrivée de l’hiver, les champs étaient gangrénés de gel et les chemins couverts de verglas. Les longues pattes effilées des destriers sudiers auraient eu le plus grand mal à tenir debout s’ils avaient été invités pour l’occasion.

La mention de son frère arracha un rictus au fils de Roose, bien vite fané derrière un visage plus solennel. Ainsi, ils ne s’étaient vus qu’une seule fois. Un gâchis… Combien de fois Domeric lui avait-il dit qu’il rêvait d’avoir un petit frère ou une petite sœur ? Un sentiment que Lyra ne pouvait que comprendre. Comment aurait-elle pu imaginer sa vie sans sa fratrie ? Quelques temps avant sa mort encore, il lui écrivait que son temps passé dans le Val, auprès de la famille Rougefort et des enfants du lord, réveillait en lui ce désir de fraternité qui l’habitait depuis toujours. Les Anciens Dieux étaient bien cruels d’avoir joué un tel tour. Mais le demi-frère ne souhaitait pas s’attarder sur le sujet. Un sentiment que Lyra comprenait. Les cœurs ici, malgré la lourde ambiance, étaient en joie – peut-être plus pour le banquet que pour l’ascension spectaculaire d’un bâtard dont visiblement tous se méfiaient – et non pas aux larmes. Un rappel que fit lord Bolton une fois les condoléances faites à son père accordées.

« Navrée, » s’excusa-t-elle en souriant. « Je dois vous paraître bien morne. Vous avez raison, aujourd’hui après tout est un jour de fête. »

Une affirmation dont elle avait du mal à se convaincre. Jamais elle n’aurait été capable de célébrer ainsi la mort de sa mère. Mais les choses se faisaient ainsi, ici, et son rôle d’émissaire l’avait convaincu que parfois, ils valaient mieux se plier aux traditions. Elles rapprochaient les gens, elles étaient comprises par tous et mettaient tout le monde sur un pied d’égalité. Célébrer un nouveau lord permettait également de s’assurer de la bonne amitié de ses voisins et de la loyauté de ses vassaux. Des significations primordiales cachées derrière de la nourriture et de la boisson en abondance.

« Elles se portent toutes bien, je vous remercie. Néanmoins, nous sommes cinq, » sourit-elle. « Lyanna n’est que très rarement allée au-delà de l’Île aux Ours, peut-être ne la connaissez-vous donc pas ? »

Un rapide coup d’œil à sa gauche lui indiqua que l’intrépide Jorelle avait encore filé. Les discussions de convenances ne lui plaisaient guère et elle devait probablement chercher quelque farce à réaliser pour se divertir.

« Je m’excuse également de la part de ma mère et de ma sœur Dacey. Il y tant à faire sur l’île qu’elles n’ont pas pu se déplacer. »

Certains lords et certaines ladies se serraient ombragées de ne recevoir que la troisième et la quatrième fille d’une cheffe de famille. Cela ne semblait pas être le cas du brun. Cette gentille diplomatie suffit à la faire remercier silencieusement son interlocuteur. Elle n’aurait pas aimé être embarrassée pour cela. Parfois, la qualité d’émissaire ne suffisait pas à faire oublier la valse des successions. Une question qui n’avait que très peu d’importance dans l’esprit de l’ourse.

« Avez-vous déjà rencontré Dacey ? »

L’héritière avait été héritière peu de temps avant elle et peut-être avait-elle croisé la route de l’ancien bâtard. Cela était possible, il semblait connaître les Mormont. Du moins, en surface. Elle ne posait pas la question pour Alysanne qui, comme Lyanna, demeurait fortement attachée à son foyer et ne s’aventurait guère en dehors.

« Je suis curieuse, » commença-t-elle. « Comment vivez-vous… tout cela ? » Elle accompagna sa question d’un léger geste du bras pour englober l’espace. « Cela doit bouleverser votre vie. »

Le naturel empathique de la jeune femme l’interrogeait beaucoup sur les sentiments que pouvait ressentir le Bolton. Il était facile de se laisser tourner la tête ou écraser par de telles responsabilités… Et son rôle d’émissaire, au-delà de la politesse, était également d’estimer la fiabilité des maisons alliées.
 


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty
MessageSujet: Re: No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton   No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
No fear, no mercy | ft. Ramsay Bolton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ramsay Snow
» Reste près de moi. J'ai besoin de toi. || Drew Bolton.
» ❝ They say fear is the antidote to fear ❞
» Aragorn || I do not fear death.
» MIKE + It's the fear, fear of the dark, it's growing inside of me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Nord :: Fort-Terreur-
Sauter vers: