RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! [Lestival] Ces matins-là [Margaery] 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici [Lestival] Ces matins-là [Margaery] 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 [Lestival] Ces matins-là [Margaery]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyMar 12 Mar - 17:14

Lestival
302, lune 4, semaine 2



    L’hiver ne se contenterait jamais des landes infinies où il pouvait s’allonger et faire sien l’immensité du monde. Maître des heures, souverain du temps pour une saison, il s’invitait là où il le voulait bien et ne craignait pas la lumière du soleil ni le clair-de-lune. Sur les montagnes, il voulait être exhibé sans révérence au ciel et imposait sa domination sur ses trônes montagneux. Sur les chaumières, il écrasait la paille de tout son poids et envoûtait les prés d’un sommeil de quelques mois. Invisible, il était un spectre sournois que l’on pouvait facilement méprendre pour un serviteur de la mort, or, il permettait à la vie qu’insufflaient au monde les dieux de se régénérer et de bourgeonner.

    Pâle et insaisissable, le maître des blizzards s’était aussi invité dans les habitations des gens de Lestival et épiait les âtres qui brûlaient, impatient d’aspirer leur chaleur. Seigneur de l’air, il caressait les contours du bois des écritoires et virevoltait entre les poils des duvets empilés sur les gens nus. Puis, il repartait en laissant sa signature sur la pierre; des ruisseaux d’eau glacée qui étaient pareils à une écriture indéchiffrable. Si sa venue était suffisante pour tirer un dormeur de ses rêves, ce dernier ferait face au fantôme blanc et saurait, ne serait-ce que le temps d’un instant, que la chaleur de l’été n’aura été qu’une bien cruelle illusion.

    Les bras contre sa poitrine, le pas rapide et comme épris d’un état d’éveil forcé, le jeune homme avait déambulé dans les couloirs de la demeure royale comme à chaque nuit après que les cris de Jaelyx se furent fait entendre. Par chance, la créature, qui pouvait se promener librement dans les quartiers du maître de Lestival, se rendait directement au chevet du Targaryen pour lui ‘’demander son repas’’. Là, à quelques décimètres des cheveux blonds qu’il savait très bien reconnaître, il émettait un ensemble de sons des plus insolites dans une gamme de tons variés. Comme une mère qui accoure au berceau de son nouveau-né, Aegon se réveillait brusquement, mais aussi tout à fait instinctivement. Tout de suite, Jaelyx entreprenait de produire une sorte d’alarme sonore festive qui s’apparentait à une cacophonie de cliquetis secs entremêlés d’une série de notes sifflées. Puis, le prince, debout, devenait un perchoir à créature valyrienne et s’en suivait un échange affectueux sous le voile de la nuit. À chaque fois, leurs cœurs se liaient davantage et Aegon sombrait dans une ivresse amoureuse qu’il n’avait jamais connu auparavant.

    - Mon amour… la réunion du…

    Aegon cherchait un racoin de ses couvertures qui serait à l’abri de la lumière du jour.Dans sa quête d’une obscurité clémente, il avait trouvé la courbe des cuisses de sa bien-aimée dont les mouvements trahissaient un sommeil léger. Sa jambe contre la sienne, il tenta un somnolent mouvement latéral, afin de s’enfouir dans la chevelure abondante de Margaery. Le visage dans les boucles, il retrouvait enfin le parfum du calme, celui qui donnait un sens au temps qui passe. Lors des dernières semaines, Aegon ne trouva pas le remède à sa solitude dans la seule présence de Jaelyx, car un dragon n’était pas une femme : le refuge du dragon était son âme, mais le refuge de la femme était son cœur. En équilibre, en présence de ces deux forces stabilisatrices, Aegon trouvait enfin la paix dans ses matins.

    D’une résonance brève et ronde, le bruit de son bras qui s’étirait contre le bois de la tête de lit officialisait le réveil du prince. Le blondinet se frotta les yeux et resta un instant à observer les motifs des toiles qui planaient au-dessus de son énorme lit. Endormi, elles eurent presque raison de lui, hypnotiques, mais Aegon se redressa tranquillement à une hauteur suffisante pour qu’il puisse s’assurer que Jaelyx était toujours là, au fond de la pièce. À sa gauche, une silhouette délimitait la frontière du matelas de plumes qui avait pris les formes de deux personnages. Aegon sourit quand il se rappela qu’il y avait bel et bien deux personnes à sa gauche, si près l’une de l’autre, supportant leurs vies dans une union naturelle inexplicable.

    Aegon, comme un félin qui manigance, serpenta jusqu’à ce que son corps soit entièrement contre celui de Margaery, puis se laissa retomber aussitôt contre l’oreiller de sa bien-aimée. Enveloppant la princesse de son bras, il alla poser sa main contre la rondeur du ventre de son épouse et sourit de plus belle.

    - Est-ce que votre altesse aurait oublié la réunion d’aujourd’hui? chuchota-t-il, taquin.

    Il y avait quelques points importants à l’ordre du jour, mais la rencontre avec le maître, la garde et les serfs ne semblait pas avoir empêché personne de faire la grâce matinée…


@Margaery Targaryen
Revenir en haut Aller en bas
and the rose blooms once more
Margaery Targaryen
and the rose blooms once more
Valar Dohaeris
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] C2yF
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Tumblr_nrn4tyV0m31slec19o6_250
Ft : Natalie Dormer
Multi-Compte : Arys Manning & Alysanne Lefford & Theon Greyjoy
Messages : 808
Date d'inscription : 19/09/2017

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyMar 12 Mar - 22:08

Aegon & Margaery

Ces matins-là


Bien plus alerte depuis le début de sa grossesse, Margaery avait senti son époux s'agiter au petit matin. La révélation de l'existence de Jaelyx avait drastiquement changé leur vie de couple et, refaisant chambre à part, il n'était pas rare que la princesse ouvre un oeil en sentant le dragonneau tenté une incursion dans le lit conjugal. Mais si la créature considérait Aegon tel un père, le chemin était encore long pour qu'elle conçoive le bébé dragon au même niveau que son fils à naitre. Le petit miracle vivant parvenait cependant, elle se devait de l'admettre, à l'émouvoir, notamment lorsqu'il caquetait pour exprimer son appétit ou grognait, tel un ronronnement de chat, lorsqu'il trouvait la main du prince Targaryen. Elle n'avait plus vu cette étincelle dans les yeux de son amoureux depuis qu'il était parti pour l'Orage, en douce, en pleine épidémie de peste rouge. Bien qu'on ait rapporté à la jeune femme est exploit de son mari, elle n'avait pu que régit de loin, alitée, et accueillir ce dernier dans ses habits de deuil pour lui montrer l'endroit où leur fils avait été inhumé. Elle savait qu'il avait été mis au courant bien avant d'atteindre la porte de ses appartements, mais c'était impuissante que Margaery constata qu'il ne prenait pleinement conscience de la mort de Gaemon qu'en voyant son nom auprès de ceux de ses ancêtres. Dès lors, elle n'avait plus connu sur ce visage sans une once de tristesse et de regret. Même lorsqu'il l'avait envoyé à Hautjardin, essuyant ses accusations sans broncher, même lorsqu'il l'avait rejoint, quelques lunes plus tard, pas même lorsqu'ils avait refait chambre commune lors de leur voyage autour de Westeros. Elle ne pouvait redouter une créature qui inspirait à Aegon tant de joie et d'apaisement et, après tout ce qu'ils avaient subi malgré leur jeune âge, elle ne pouvait que jalouser cette impression que Jaelyx comblait le vide laissé par Gaemon quand elle même resterait à jamais hantée par ce fils qui ne grandirait jamais. Pourtant malgré toute l'envie que lui inspirait le petit dragon, elle commençait à se faire à sa présence contrairement à Alester qui se voyait chasser des appartements de sa maitresse pour rejoindre ceux d'Alla. Il n'était pas rare qu'il pose l'observe de ce regard si particulier alors qu'elle s'allongeait sur une méridienne non loin du bureau de travail d'Aegon ou lorsqu'elle se reposait sur leur lit quand son époux n'était pas là. Une étrange familiarité commençait à naître entre eux, même si Margaery savait qu'ils n'atteindraient jamais le même niveau d'affection que celui qu'ils possédaient avec un autre dragon tout a fait humain cette fois ci. « Quelle réunion ... » grogna-t-elle tout en enfonçant son visage dans son oreiller, cherchant à fuir le peu de lumière qui traversait ses paupières.  « Ne peux-tu pas dire à Lord Cole que tu reste auprès de ton épouse qui, à presque sept lunes de grossesse, commence à être indisposée ? » ajouta-t-elle d'une voix plaintive tout en remontant contre elle, l'épais tissus qui recouvrait une partie de son corps. Sentant la présence d'Aegon contre elle, la princesse sourit et posa une main sur la sienne, priant pour que l'enfant ne se réveille pas une fois de plus. Alors qu'elle tentait de se retourner, peinant à se mettre sur le dos tout en s'étirant, elle écarta une cascade de boucles brunes de son épaules senti la peau de son époux contre la sienne. « Ton fils m'a tenu éveillée une partie de la nuit ... » dit-elle pour expliquer sa fatigue latente. Son sommeil était de plus en plus agité tandis que de petites contractions bénignes venaient la tirer des bras de Morphée, en raison de la trop grande agitation de l'enfant dans son ventre. Comme en réponse à la critique, une violente crampe la saisit, la faisant grimacer tandis que, soudainement elle se crispait, ses doigts s'accrochant aux draps et à l'épaule d'Aegon.

Réaction de Jaelyx au dé:
0 à 50: Jaelyx s'éloigne du lit, apeuré et craintif
51 à 75: Observe Margaery de loin, curieux
76 à 90: Jaelyx s'approche jusqu'au pied du lit, au chevet de Margaery
91 à 100: Jaelyx s'allonge près de Margaery, près de son ventre

La douleur ne resta pas, s'effaçant presque aussi rapidement qu'elle était apparue, et la jeune fille rouvrit les yeux, tentant de sourire à son mari pour le rassurer. « Il a hâte de sortir je crois ... » se contenta-t-elle de dire, commentaire qui faisait écho à ceux qu'elle avait reçu lors de sa première grossesse. Mais il n'était nullement question d'un trop plein d'agitation de sa part ou de nouvelles apportant peur et chagrin. Ses contractions répétées n'étaient que le fruit des angoisses des dernières lunes et des réactions aux crispations incontrôlées de la bieffoise à cause du froid. Le regard de Margaery se posa alors sur la dragon qui, depuis son poste d'observation, la regardait fixement. Voilà quelques jours que l'enfant s'agitait avec une force particulière et Jaelyx semblait quelque peu sensible à cela. Elle ignorait s'il percevait ses craintes, ou sentait son corps se raidir, ou tout simplement si c'était l'enfant en lui même, sang du dragon, qui éveillait ainsi son intérêt. Mais elle se sentait moins seule, ainsi surveillée par le dragonneau. « Tu as remarqué ? » demanda-t-elle au blond, désignant d'un signe de la tête, la créature qui ne semblait pas la lâcher du regard.
AVENGEDINCHAINS


(4)


margaery. I've had lots of time to think about how good I was at seeming good. All those stories I told myself about who I was and why I did the things I did. There were so many lies in those stories.. ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyVen 15 Mar - 1:14


    La créature qui partageait ses nuits était digne des éloges que l’on aurait fait aux constellations. La couverture remontée jusqu’à la poitrine, Margaery était un monument de la grâce féminine adorné d’une coiffe somptueuse de cheveux en cascade, qui criaient à Aegon de s’y emmêler à jamais et d’y laisser son dernier souffle. Les yeux de son épouse d’où émanait la Vérité, gardaient dans leur enceinte les raisons pour lesquelles Aegon croyait en son dieu et en sa bonté.

    - Tu as remarqué ?

    … et sa voix…Sa voix était la poésie qui faisait battre son cœur. Si Aegon avait un jour été sage, il n’était plus que le serviteur de cette femme qui l’avait fait s’agenouiller, une fois de plus, devant le miracle qu’elle portait en son ventre.

    Aegon n’avait pas complètement entendu le charabia endormi de sa muse, ni compris totalement les explications qu’elle lui donna au sujet de ses malaises corporelles. À vrai dire, il était resté planté là à s’amouracher de la femme qui, après tout ce qu’ils avaient vécu, était revenue à lui. Le jeune prince, qui, devant tant de beauté, parfois, s’infligeait la souffrance de la honte, cherchait toujours à comprendre les desseins du Maître : pourquoi lui ? Pourquoi lui avait-il été donné de servir son dieu et son œuvre avec, en sa compagnie, une si délicieuse créature, si bonne et si clémente ? La flamme divine, celle de R’hllor ou des autres, c’était celle qui brûlait dans son cœur, ce matin. Du moins, c’était l’adoration et ce sentiment enivrant dont il était épris.

    Comme un autre messager du grand mystère, Jaelyx, au fond de la pièce, se faisait bien présent par son insistance à suivre le jeune couple royal du regard. Par ses mouvements secs et précis, il s’imposait dans la chambre comme un authentique membre de la famille, mais également comme une figure entourée de questions. À plusieurs reprises, Aegon s’était demandé ce que son dragon pouvait percevoir et comprendre, ainsi que ce qu’étaient ses pensées alors qu’il le regardait fixement. Était-il à la chasse de quelque entité invisible qui rodaient autour de son maître et que seul lui pouvait attraper avant qu’il ne soit trop tard ? Était-il en train d’évaluer des manières de prendre le dessus sur l’autorité de son pourvoyeur ? Ou alors n’était-ce là pour lui que le moyen de contacter l’esprit d’Aegon ? Quoi qu’il en eût été, il avait commencé à transférer une partie de son attention à la princesse, qui, elle aussi, avait été sensible à ce phénomène inexplicable dernièrement.

    - Il sait que tu portes son petit frère.

    Aegon sourit et se laissa tomber sur le côté, sa tête sur le ventre de Margaery et contre sa poitrine.

    - En fait, je pense qu’il le savait bien avant moi. Tu vas trouver ça ridicule, peut-être, mais…

    Aegon roula sur le dos pour arrêter sa nuque contre les cuisses de son épouse en la regardant dans les yeux. Il avait ce sourire juvénile, cette fougue adolescente qui resurgissait quand le petit prince était heureux ; quand ni son titre, ni son dieu, ni Westeros ne s’accaparaient ses pensées.

    - … je crois que Jaelyx et…

    Aegon passa tout près de terminer sa phrase, quand il lui apparut très clairement dans la lumière du matin que leurs fils à naître n’avait pas encore de nom. Aegon, à mi-chemin entre le malaise et l’auto-dérision, réalisa qu’il avait tout d’un Targaryen, descendant de Valyria : il avait nommé son dragon, ironiquement, avant de nommer sa chair.

    Aegon, qui faisait face à sa femme, à une distance où il pouvait percevoir les fissures de ses lèvres, le duvet sur sa peau et l’infini azur de ses yeux, tenait les doigts de la mère de son fils entre les siens. Son souffle s’était accéléré et l’amour qu’il portait dans son cœur transparaissait dans l’intensité de son regard qui s’était accroché à celui de sa femme. Il chercha ses mots et la force de poursuivre, mais le désir avait alors envahi son corps.
Revenir en haut Aller en bas
and the rose blooms once more
Margaery Targaryen
and the rose blooms once more
Valar Dohaeris
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] C2yF
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Tumblr_nrn4tyV0m31slec19o6_250
Ft : Natalie Dormer
Multi-Compte : Arys Manning & Alysanne Lefford & Theon Greyjoy
Messages : 808
Date d'inscription : 19/09/2017

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyVen 15 Mar - 15:25

Aegon & Margaery

Ces matins-là


C'était comme si les première minutes de son réveil ne semblait avoir eut aucun impact aux yeux de son époux: Aegon la regardait de ces mêmes yeux violets que lors de leur première rencontre. Avec un sourire, la jeune fille n'eut l'envie de se vexer pour si peu: la complicité manquait à leur couple depuis le tournoi et elle était bien trop heureuse de repartager une vie commune avec le prince. A dix-huit ans, elle avait vécue déjà bien trop de chose pour se laisser assombrir par une ridicule histoire de contemplation qui empêchait ses paroles de parvenir aux oreilles de son amoureux. La mention du petit dragon, dont l'attention était pleinement fixée sur elle, sur eux, sembla sortir Aegon de ses pensées. « Son petit frère ? » dit-elle avec surprise et amusement. « Je n'ai souvenir d'avoir mis au monde un enfant couvert d'écailles et avec doté d'une paire d'ailes. » Le taquina-t-elle tout en songeant à leur fils perdu. Jaelyx était peut être une belle représentation de ce petit prince qui avait déjà été emporté par l'Etranger avant même d'avoir quitté son ventre ? Peut être était-ce les dieux qui leur envoyaient pareil miracle pour compenser la mort de leur premier enfant ? La volonté divine pouvait s'avérer des plus difficiles à interpréter et Margaery se voyait mal, dans son état, se rendre à la Citadelle ou auprès du Grand Septon, pour obtenir son analyse de la situation. Au contraire, elle apprécia la sensation de la présence d'Aegon, le poids de sa tête contre son abdomen gonflé par la présence de l'entant. Amoureusement, elle passa une main dans les boucles blonds argentés de son mari, savourant ce moment de paix retrouvé. L'observant avec curiosité, elle attendit que vienne l'idée dont il cherchait à lui faire part et s'amusa d'autant plus alors qu'il s'arrêtait en plein milieu de sa phrase, se décalant contre ses cuisses pour éviter de trop peser sur son encombrant ventre de femme enceinte. Il n'y avait là ni couronne, ni titre, plus de crainte ou de doute. Face à la simplicité de ce moment qu'ils partageaient ensemble, ils n'étaient que deux jeunes adultes face au bonheur de devenir enfin parents. Sa tête reposant contre les multiples oreillers du lit conjugal, ce fut à Margaery de partir dans une profonde contemplation de son époux. Il ne semblait porter plus aucune traces du tournoi qui avait eut lieu au début de l'année: et même les blessures portés à son égo par la lance de Ser Manning semblaient appartenir à un autre temps. Les traces de fatigue, de colère ou d'agacement avaient quitté les traits si typiquement valeryens du jeune homme, ne laissant plus qu'apercevoir Aegon, tel qu'il avait toujours été dans l'intimité de leurs moments ensemble. Dans ces instants volés, lors de ces rares heures où il n'appartenait qu'à elle, il semblait rajeunir à vue d'oeil: ses traits retrouvant ceux d'un jeune prince de vingt ans. Il lui semblait alors que c'était hier qu'elle était officiellement introduite dans le monde, hier qu'elle se trouvait, révérencieuse et silencieuse devant le trône de fer ou siégeait l'homme qui avait apporté la paix, hier que son visage se relevait et que ses yeux croisaient ceux, lavandes, du prince héritier. Ces instants là, Margaery les chérissaient: il n'y avait ni Targaryen, ni Tyrell, plus de royaume ou de complot, juste lui et elle, confinés et protégés dans le cocon de leur chambre conjugale. Elle avait beau le taire: la présence de Tylan Cole la soulageait quelque peu. Le protecteur de Lestival prenait peu à peu en charge les fonctions que le Roi lui avait confié et la Rose ne pouvait que l'en remercier: ainsi il permettait, involontaire sans doute, au couple de se retrouver. Ils devaient retrouver leur unité pour faire face au Roi, pour demander son autorisation, sa bénédiction. Ils devaient faire un pour qu'elle retrouve son tempérament, pour qu'elle trouve un moyen de les sortir de l'impasse dans lequel ils se trouvaient. « ... En effet. » conclut-elle dans un rire mélodieux qui s'étouffa dans les linges qui agrémentaient le lit. « Cet enfant ne peut demeurer sans nom encore plus longtemps ... » La particularité de son début de grossesse les avait empêché de réfléchir à la chose et les dernières semaines avaient été particulièrement riches en émotion, et en chose à faire. La présence de la famille Cole étaient appréciables, mais cela n'en diminuait pas pour autant l'importance qu'Aegon accordait à son devoir. Comme me désirait la coutume, l'enfant porterait un nom rappelant les sonorités du peuple de l'ancienne Valyria, des consonances Targaryennes bien loin des prénoms que l'on donnait dans sa région natale. « Je doute qu'un prénom guerrier soit des plus apprécié dans la conjoncture actuelle. De même, un hommage à certains ancêtre doit également se réfléchir. » songea-t-elle tandis que ses doigts caressaient ceux de son prince. Ils avaient choisit Gaemon en remontant la lignée de la Maison Targaryen jusqu'à Gaemon le Glorieux, un seigneur de Peyredragon qui avait vécu bien avant que le Fléau de Valyria ne s'abatte sur l'ancien empire des dragonniers. « Qu'en dis-tu, toi ? » demanda-t-elle, son regard quittant un dragon pour un autre. Avec un sourire, elle ajouta à l'attention du bébé dragon « On va éviter les Viserys, Aerys et autre Daemon. » C'était plus une affirmation qu'une réelle question à l'attention de la créature. Le regard dans le vide, Margaery réfléchissait à l'histoire qu'elle connaissait sur la famille royale. « Aenar Targaryen est bien celui qui a amené ta famille sur Westeros non ? » demanda-t-elle en songeant que cela rappellerait les sonorité du prénom paternelle. « Daeron II était également un Roi fort apprécié. Il a eut le malheur de connaitre la rébellion Feunoyr mais il a lié une alliance très forte avec Dorne. Cela pourrait être un geste en hommage à la patrie de ta mère ... » ajouta-t-elle avant de songer à un royaume à l'opposé de celui des Martell. Renouer avec le Nord pouvait être une idée des plus brillante, d'autant qu'il y avait cette promesse faite à Robb Stark, l'amitié profonde qui liait son époux au seigneur de Winterfell et ses propres relations avec la jeune Sansa Stark. « Les Aemon ont également toujours été très aimé du peuple, même si aucun n'a jamais régné ... » Outre le légendaire chevalier-dragon, Margaery songeait au fils de la Bonne Reine Alysanne, une reine qui avait beaucoup oeuvré pour nouer des liens avec le Nord.   
AVENGEDINCHAINS




(1)


margaery. I've had lots of time to think about how good I was at seeming good. All those stories I told myself about who I was and why I did the things I did. There were so many lies in those stories.. ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptySam 16 Mar - 2:35

    Il y avait quelques lunes de cela, Aegon se serait peut-être écroulé sous le doute qui le martelait ou pétrifié d’une gêne qui lui aurait remonté le long de la colonne. Le vide qu’il avait un jour ressenti dans son cœur, dans l’espace qui aurait dû être comblé par le fait d’être père, avait laissé une marque profonde qui lui rappelait ce néant à la simple mention de ses ancêtres ou de ses enfants à venir. Normalement, cette question aurait suffi à le faire déguerpir comme il l’avait fait lors des dernières lunes. Or, dans les bras de sa femme, près de la chaleur de son corps où arrivait à peine dans ce monde leur fils et à proximité de Jaelyx, Aegon se sentait bien, pour la première fois, dans ce silence qui allait bientôt accueillir le nom de son fils.

    Aegon écoutait sa bien-aimée exposer son savoir plus que respectable des différents noms de sa généalogie. Elle avait un visage lumineux et ses mots étaient teintés de cette intelligence si séduisante qui l’avait happé comme un char lors de leurs premières conversations intimes. En l’écoutant, Aegon se demandait quelle sonorité aurait eu le Haut-Valyrien dans sa bouche et comment les mots de l’ancien royaume vogueraient sur sa voix. Visiblement, le prince n’était pas le seul à réagir quand la princesse invoquait les patronymes de vieilles âmes Targaryen, dragons de jadis.

    - Tous ces noms sont bien jolis, mon amour, et…

    Quand Aegon arrivait à un semblant de décision, il vit son dragon dans le fond de la pièce, son regard rivé sur le sien. Dans le jour qui poursuivait sa course vers le zénith, le doré des ailes du saurien brillaient comme les étoffes d’un roi. Jaelyx avait tout d’un prince et, évidemment, il n’aurait su ignorer la conversation du couple qui traitait justement d’un prince à venir. Fasciné, Aegon présentait une multitude de choses à l’égard du dragon. Bien qu’il ne voulût pas en parler ouvertement à Margaery, par peur d’avoir l’air d’un illuminé, surtout au moment de parler de leur véritable fils à naître, Aegon ne pouvait s’empêcher de croire que Jaelyx comprenait davantage le sens de leur conversation qu’ils n’auraient pu le croire.

    Aemon. Aemon Targaryen. Pour une raison inconnue, ce nom avait un effet apaisant sur le jeune prince. Son arrière-grand-oncle était un homme bien, un personnage qui avait su tenir sa parole. Quelqu’un qui s’était retiré du chemin qui lui avait destiné pour s’engager dans une cause qui lui tenait véritablement à cœur. Un peu comme Aegon, il avait été incompris et s’était attiré les foudres des siens. Malgré cela, Aemon avait su préserver sa dignité en empruntant la voie de la sagesse et de la recherche d’un savoir qu’il perpétuerait pour le bien des Sept Royaumes. Certes, la famille comptait dans sa généalogie maints guerriers et héros de légende, mais, tout petit, Aegon avait toujours une certaine affection, voir senti une forme de compassion sincère envers ce membre de sa famille, qui était un géant au cœur tendre.

    - Aemon…

    Aegon prit la main de son épouse, réchauffée par la chaleur de leurs deux corps sous les couvertures, et alla chercher sa joue avec l’autre. Alors que ses doigts trouvèrent les mèches de sa crinière, la paume de sa main tenta d’amener sa femme à le regarder dans les yeux. Une sorte de joie indescriptible, comme une forme de confusion béate et ivre conquit les traits de son visage. Pour un instant, le cœur d’Aegon semblait pouvoir offrir une réponse à Margaery, alors qu’elle en avait tant attendues pendant des lunes.

    Dés de Jaelyx:
     

    Tout juste quand il vint pour parler à nouveau, Jaelyx s’activa au fond de la pièce, battant des ailes, et lança en l’air une série de croassements aigus, qui dénotaient une agitation singulière. Aegon se figea net, comme si Jaelyx avait entendu ses pensées et lui avait donné son approbation - ou son refus – au moment où le prince allait prononcer des mots. Soudain, Aegon décida d’interagir avec son dragon, car cette fois il n’était pas possible pour lui d’ignorer Jaelyx, qui, visiblement, venait de l’interpeller.

    - Jaelyx ! Il encombre aux parents de choisir un nom pour leur enfant, pas au frère et encore moins aux nouveau-nés !


    Aegon ne sut garder son sérieux trop longtemps, lui qui réalisait à présent qu’il n’était plus seul avec son dragon. Réellement, il s’était adressé à la créature comme il l’avait fait ces derniers mois, mais il se rendit compte et redouta que Margaery le trouve complètement cinglé. Presque d’un bond, Aegon s’extirpa hors des couvertures, nu comme un ver, et se rendit à mi-chemin entre le lit et la tanière du dragonnet. De manière autoritaire, Aegon s’adressa à la créature en la regardant fixement, elle qui ne cessait de jacasser et de se mouvoir frénétiquement sur le petit tabouret qui lui servait de perchoir.

    - Jaelyx ! Tu auras un frère, qui, lui, t’aura toi aussi. C’est ainsi que se font les familles. Veux-tu bien te calmer maintenant ?

    Dés de Jaelyx:
     

    Aegon sentit le froid de l’hiver sur son corps dénudé, lui qui était debout entre deux mondes, entre Aegon le Dragon et Aegon le père. Puis, il baissa la tête, ferma les yeux et se tourna dans la direction de son épouse au lit. Il avait le regard d’un enfant égaré, qui ne demandait qu’à être aidé.
Revenir en haut Aller en bas
and the rose blooms once more
Margaery Targaryen
and the rose blooms once more
Valar Dohaeris
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] C2yF
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Tumblr_nrn4tyV0m31slec19o6_250
Ft : Natalie Dormer
Multi-Compte : Arys Manning & Alysanne Lefford & Theon Greyjoy
Messages : 808
Date d'inscription : 19/09/2017

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyMar 19 Mar - 18:31

Aegon & Margaery

Ces matins-là


L'énumération ne fut pas bien longue mais sembla plaire à son époux qui ne se départissait pas de son sourire. Elle n'avait aucune préférence, préférant évoquer des noms avant de s'attacher émotionnellement à l'un d'entre eux: Aegon était, après tout, le mieux placé pour savoir comment réagirait sa famille, et quelle image le peuple gardait de ses anciens dirigeants. Ainsi chercha-t-elle dans des noms à la fois parlant et peu transmis au sein des générations d'enfants dragons nés chez les Targaryen. L'ambition dévorante de la jeune femme cherchait à marquer les esprits à travers le fils qu'elle mettrait au monde. Si Aegon avait renoncé à tout pouvoir, toute influence sur quelque domaine que cela soit, elle ne comptait pas en rester là et ferait de son enfant, un grand prince ou une grande princesse. Elle pria alors pour que l'enfant naisse en bonne santé, que l'hiver n'ait pas raison de sa constitution fragile et pour que la Mère la gratifie rapidement d'un nouvel enfant. C'était à travers des unions, des fiançailles qu'ils maintiendraient un minimum de pouvoir. Ils restaient membre de la famille royale, beaucoup de famille se battraient pour obtenir leurs mains tout comme nombre de dames, avant elle, avaient tenté d'obtenir les faveurs d'Aegon. Une bouffée de jalousie l'envahit, si tôt calmée par les caresses d'Aegon sur sa personne, par le poids de sa tête sur ses cuisses. Aegon était à elle, devant les Sept, devant le peuple et la noblesse de Westeros. Ils ne formaient qu'un seul être, qu'une seule âme jusqu'à leur mort. « Aemon ... Aemon Targaryen. » répéta-t-elle avec douceur en passant une main sur son ventre à la recherche d'une réaction de l'enfant qui y grandissait. Il ne vint aucune secousse de sa part mais plutôt de celle du dragonnet toujours installé de l'autre coté de la pièce. Un sourcil se leva, septique et interrogateur tandis qu'elle observait son époux s'adresser à la créature avec autorité et paternalisme: elle découvrait une facette d'Aegon dont elle ignorait tout et, si elle savait combien les Targaryen et leurs dragons, d'après ce qu'en disaient les histoires, étaient intimement lié, elle pourrait le croire fou. Elle même ne parvenait à établir ce genre de relation avec Jaelyx: comme si, pour le petit dragon, seul Aegon existait. Les choses différaient quelque peu depuis qu'il avait la liberté de se promener dans leurs appartements privés comme bon lui semblait, mais en dehors de quelques interaction, la jeune maman ne possédait ce genre de proximité avec ce petit lézard ayant la taille d'un gros chaton. « Il me semble que mestre Aemon, de la Garde de Nuit, est ton arrière grand oncle non ? » demanda-t-elle avant de reprendre. « Si ce que Willos m'a enseigné lorsque j'étais enfant est juste, lui même tenait son nom d'un arrière grand-oncle. Willos pensait que le Roi Maekar l'avait ainsi nommé pour rendre hommage au chevalier-dragon. » Si de légende il y avait concernant les Targaryen, celle d'Aemon le Chevalier-Dragon était sans doute la préféré de la jeune Margaery qui ne cessait de quémander, à l'aîné de sa fratrie, qu'il la lui conte. C'était souvent Garlan qui se dévouait pour assouvir les envies capricieuses de Margaery, trouvant la l'opportunité de fuir les regards en regagnant les appartements Tyrell pour en la contenter. Plus elle y songeait, plus elle appréciait cette idée, mais les mouvement d'aile de Jaelyx la perturbait. Etait-ce une manière de témoigner de son approbation ou, au contraire, d'aller contre le choix de ce prénom ? Jaelyx tenait du miracle, il était l'incarnation de la bonté des dieux, la bénédiction offerte par l'Aïeule et l'Etranger. « Que veut-il nous dire ? » demanda la princesse, craignant que l'agitation du dragon ne soit signe de mauvais présage. Elle avait longuement réfléchi, après la mort de leur fils, et avait finit par croire aux superstitions: peut être avaient-ils fermé le destin de leur enfant à décidant de le nommer Gaemon ? Car s'ils pensaient rendre hommage à Gaemon le Glorieux, ce nom n'avait pas réussi à l'enfant qui le porta par la suite. Deux Gaemon, deux princes des Sept Couronnes, des âmes disparues bien avant leur heure. Cela hantait la jeune fille qui ne souhaitait nullement réitérer l'expérience. Si elle ignorait la véracité des rumeurs parlant d'anciennes traditions Targaryenne consistant à placer des oeufs de dragons dans les berceaux de nouveaux-nés de la maison au dragon, ou près d'un futur à naitre, les réactions du petit dragon ne la laissait pas indifférente.
AVENGEDINCHAINS




(3)


margaery. I've had lots of time to think about how good I was at seeming good. All those stories I told myself about who I was and why I did the things I did. There were so many lies in those stories.. ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyMer 20 Mar - 19:55

    La créature avait retrouvé le silence d’un sage au moment où Aegon avait commencé à craindre que l’on ne l’entende sur tout l’étage. À mesure que les jours et les nuits s’enfilaient dans le long hiver, les cris de la bête se faisaient de plus en plus profonds et trouvaient dans l’espace une résonnance plus imposante. En vérité, Aegon se doutait bien qu’une bonne partie de Lestival l’avait entendu, mais que la singularité des sons qu’il produisait l’avait fait passer comme le fruit de l’imagination de tous et chacun, qui n’avaient cru qu’halluciner. D’ailleurs, qui auraient eu l’audace, en ces lieux sobres où les relations dépendaient bien souvent d’une courtoisie apparente et précieuse, d’investiguer la question de mystérieux bruits que tout le monde aurait nié avoir perçus ? Qui, en les circonstances actuelles de la renonciation du prince et de son humeur parfois discutable, se serait risqué à pénétrer l’intimité de ce dernier et de son épouse ?

    Bien sûr, l’obéissance de Jaelyx ne fut pas sans plaire à Aegon, qui sourit devant la posture de soumission du dragonnet, qui, malgré tout, démontrait encore des signes d’agitation. Debout, le prince jouait à présent le rôle de l’interprète de la créature pour son épouse, qui percevait ce qui venait de se passer entre les deux dragons. Si Aegon avait voulu lui élaborer tout un récit, ses capacités de compréhension de son fils ne lui permettaient pas encore de tout mettre en mots. Certes, Jaelyx et Aegon pouvaient se comprendre sans l’usage des mots, mais encore seulement dans la sphère des émotions les plus basiques. Aegon ressentait la colère et les désirs primaires de son dragonnet et vice-versa. Or, le prince n’arrivait pas encore à déchiffrer les desseins de la bête ébène et dorée, ni le sens de toute la complexité de ses comportements. Surtout, la plus vive des sensations qui l’habitait était cette poignante certitude que sa vie était liée à la sienne.

    Une fois Jealyx plus posé, Aegon regagna tranquillement le bord de son lit où il s’y assit le temps d’une réflexion. Faisant dos à son épouse, il se mordillait l’intérieur de la lèvre en analysant paresseusement le thème de ce moment matinal. Si Aegon s’était interrogé pendant des semaines quant au nom de son fils à naître, ses doutes semblaient s’être presque totalement dissipés, alors qu’il était en présence de sa famille. Comme s’il avait voulu le réconforter en présence de son épouse, Jaelyx fixait son maître de ses yeux enflammés. Le blond, lui, en était encore à accueillir la sérénité que lui avait procuré la mention du nom Aemon.

    - Mhm… Il y a un pouvoir dans ce nom et Jaelyx nous le témoigne, je crois.

    Son postérieur posé sur le bois, Aegon vint à entendre les doux sons de sa femme, qui lui avaient terriblement manqué. Des soupirs, le son de ses doigts qui glissaient sur les couvertures, un bâillement paisible. Frissonnant, le jeune prince fit lentement volte-face pour ramper sur la distance moelleuse qui le séparait de son épouse. Il se trouva lentement complètement sur elle, sentant le renflement qui protégeait leur fils, ainsi que le satin chaud qui en avait pris la forme. Les cuisses de Margaery à l’intérieur des siennes, Aegon restait posé là le temps de quelques démonstrations de son amour qui brûlait ardemment ces matins-là.

    - Et qu’est-ce que le cœur de ma femme en dit, lui ?

    Le jeune homme alla trouve la bouche de sa dame et y déposa un baiser long comme les chemins qu’ils parcourraient encore ensemble. Sa main sur le cou de Margaery, il voulut la tenir ainsi contre lui à jamais et faire de ce matin le seul moment où il ne vivrait jamais. Ivre du corps délicat de sa douce, dont l’absence avait creusé un fosset profond à l’intérieur du sien, Aegon ne pouvait plus retenir ses mains qui demandaient à sonder chaque parcelle de la peau de sa muse. Dans son dos, il sentait toujours la présence de Jaelyx et son regard qui ne le quittait jamais, mais le désir qui s’était enflammé doucement dans ses entrailles ramenait avec vigueur son attention vers le parfum de sa femme.

    - Margy…

    Aegon avait beau avoir été l’héritier du Trône de Fer et le prince des Sept Couronnes. Il avait beau être un des personnages les plus importants de Westeros. Il avait beau être un seigneur, un dragon ou un mari. Il n’était qu’un jeune homme.

Revenir en haut Aller en bas
and the rose blooms once more
Margaery Targaryen
and the rose blooms once more
Valar Dohaeris
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] C2yF
[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Tumblr_nrn4tyV0m31slec19o6_250
Ft : Natalie Dormer
Multi-Compte : Arys Manning & Alysanne Lefford & Theon Greyjoy
Messages : 808
Date d'inscription : 19/09/2017

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] EmptyMar 26 Mar - 11:56

Aegon & Margaery

Ces matins-là


Le regard de la jeune femme se perdait dans l'observation du dragon dont les écailles noires brillaient à la lueur des premiers rayons de soleil, accentuant l'or de ses ailes, repliées contre ses flans. Elle n'avait encore jamais osé le toucher, craignant de se faire mordre ou griffer, gardant une distance de sécurité que seul Aegon pouvait briser, lorsqu'il s'approchait pour l'embrasser, Jaelyx dans ses bras ou sur son épaule. Curieusement, si elle redoutait les instincts primitifs de la créature, tout en s'habituant à le voir déambuler dans les appartement du couple, elle accordait beaucoup d'importance au lien qui existait entre ce reptile ailé, son mari, et les légendes autour de la famille Targaryen. Jour après jour s'effaçait la crainte que lui inspirait l'inconnu autour de Jaelyx, ne laissant place qu'à la curiosité, l'admiration d'un véritable miracle. Cet oeuf que l'on pensait fossilisé, offert à Aegon par son père lors de leur mariage, avait donné naissance à un être bien vivant qui, à cette heure, les observait de son regard presque félin, obéissant aux ordres du prince ou peut être juste au ton autoritaire de sa voix. « Un bon présage, dans ce cas, j'espère ... » dit-elle sans quitter Jaelyx des yeux, persuadée que le dragon pouvait lire en elle avec autant de facilité qu'elle pouvait réciter le livre de la Mère. « Tout comme j'espère que le mestre, et les suppositions de ma tante, sont exactes et que c'est bien un petit garçon. » Elle n'avait jamais été particulièrement superstitieuse. Dans sa jeunesse, elle arborait souvent ce petit rictus mi-amusé, mi-moqueur en entendant les chuchotements de quelques dames de la cour de son père. Des murmures, confidences sur des visites nocturnes à des sorcières, l'envoi d'un valet auprès d'un oracle ou les pouvoirs de divination mystérieux d'un apprenti mestre n'ayant jamais fini sa formation et dont les dons auraient suffisaient éveillé la jalousie des grands de Villevieille pour justifier son renvoi. Pourtant, à ce jour, elle en comprenait mieux le sens, la cause profonde. S'il existait quelque moyen de s'assurer de la bonne santé de son enfant, elle aussi aurait été prête à tout. Le frisson d'Aegon la contamina et soudainement, elle ressentit le froid de son absence: les lunes suivant le tournoi avaient été éprouvante pour la future mère qui n'avait trouvé refuge qu'entre les draps de ses cousines, devenues confidentes attitrées. Il n'était pas rare, à ce moment, que les trois demoiselles de compagnie de la princesse partagent sa chambre: parfois à tous de rôle, afin de ne pas la laisser seule. Alla, principalement. Sa vie conjugale retrouvée, Margaery n'en avait pas moins de la reconnaissance pour les trois Tyrell qui, depuis plusieurs semaines, prenaient plus de distance tout en préparant activement l'arrivée de l'enfant. Margaery voulait passer du temps avec son mari, s'assurer de l'avoir auprès d'elle quand viendrait ce jour qu'elle redoutait. Lors de la naissance de Gaemon, Aegon n'était pas là. Il était important pour elle qu'il soit auprès d'elle lorsque leur enfant viendrait au monde, comme si, en donnait la vie à Jaelyx, il avait le pouvoir de protéger celle de leur bébé.

Elle ne put retenir un sourire tout particulier à sentir la présence d'Aegon contre elle, sa chemise blanche, déjà remontée à mi cuisse, glissant sur sa peau alors que ses jambes s'enroulaient amoureusement autour de celles de son aimé. Sentir son corps sur le sien lui avait manqué et même si elle regrettait que la taille de son ventre l'empêche de profiter pleinement de la proximité soudaine de son époux, elle était heureuse de sentir que le désir ne l'avait pas quitté malgré sa grossesse. Entre deux baisers enflammés, la princesse laissa sa main se poser sur la joue de son royal mari, glissant en une caresse sur sa peau jusque dans ses mèches d'or argenté qu'elle aimait tant. « J'en dis qu'il me tarde que nous puissions tenir Aemon dans nos bras. » approuva-t-elle avec un sourire tout en laissant le bout de son nez aller chatouiller celui de son mari. De ses doigts jouant avec les boucles blonde d'Aegon, Margaery laissa son regard se plonger dans les yeux violet du prince, espérant secrètement que leur enfant lui ressemblerait. Tout entière dévouée à son amour, Margaery laissa les pensées de future mère à un autre moment, se consacrant uniquement à celles d'épouse, d'amante. Elle appréciait la manière dont il reposait sur elle tout en prenant garde à ce que son poids ne pèse pas sur son ventre. Les mains de la jeune femme attirèrent le prince à elle dans un nouveau baiser enflammé par la ferveur qu'il éveillait en elle. De bonheur il n'y avait que dans ses bras, lui qui parvenait à lui faire oublier ses préoccupations mortelles. De ses lèvres, il effaçait les craintes qu'elle avait concernant l'avenir, concernant Willos et sa grand mère. De ses doigts, il balayait les appréhensions qu'elle ressentait à mesure que la naissance approchait. De sa peau, il éloignait les mauvaises pensées qui la guettait concernant l'avenir.  « Aegon ... » chuchota-t-elle contre ses lèvres tandis qu'elle sentait la satisfaction de ce diminutif qu'il n'utilisait que dans l'intimité de leur vie de couple. Dans ses moments là, elle ne jalousait plus le lien qu'Aegon pouvait avoir avec son dragon, dans ces moments là, il n'était qu'à elle.
AVENGEDINCHAINS




(1)


margaery. I've had lots of time to think about how good I was at seeming good. All those stories I told myself about who I was and why I did the things I did. There were so many lies in those stories.. ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

[Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty
MessageSujet: Re: [Lestival] Ces matins-là [Margaery]   [Lestival] Ces matins-là [Margaery] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Lestival] Ces matins-là [Margaery]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Margaery Tyrell, la plus belle fleur de HautJardin...
» Waiting for the bus __ Amanda
» Du chêne nait un chêne, tous les matins dès l'aube ♫
» Lorsque la fleur vient s'épanouir devant le renard [Feat. Margaery Tyrell]
» Tous les matins du monde ne reviennent jamais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: