RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La prochaine soirée CB aura lieu dimanche 8 septembre en fin de journée
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici (FB) The ragged edge | ft. Theon 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

L'hébergeur des images du forum rencontre quelques soucis, il est possible que des images aient sautés !
Cela reviendra dans les prochains jours/heures !

Partagez
 

 (FB) The ragged edge | ft. Theon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyVen 1 Mar - 18:49

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Les flammes jetaient de grandes ombres noires sur les murs ternes de Winterfell. Pourtant, il n’y en avait pas de plus grandes que celle sur le visage hâve de la jeune fille qui se tenait proche de l’âtre.

Fermée dans une petite pièce nue et sans fioriture, décorée de vieux ornements de céramique fissurés, Lyra observait les braises rougeoyer, telle des gemmes incandescentes, sans les voir. Le feu léchant les bûches ne parvenait pas à réchauffer sa peau blême. La lune, lampe nocturne blafarde, jetait sur sa face une couleur maladive. Son corps rigide ne bougeait pas et seule la respiration lente, laissant ses frêles épaules trembler, trahissait qu’elle était encore en vie. L’était-elle vraiment ? Car dans son esprit embrumé, aucune pensé ne naissait. Droite, statufiée, elle tenait plus de la gravure ornant la porte des Mormont que de l’être humain. Néanmoins, elle n’avait pas l’air aussi féroce. Loin de là.

D’être ici lui paraissait irréel. Elle ne se souvenait même pas avoir aperçu la demeure ancestrale des Stark, au loin, alors qu’elle finissait de traverser le Nord. Elle ne se souvenait pas avoir entendu le clairon annonçant sa venue et traversé les portes en compagnie de l’Ecorce, Benjicot Branche et Brandon Norroit. Elle ne se souvenait de rien. Simplement des étincelles rouges qui crépitaient contre le bois autrefois blond.

Elle ne sut pas vraiment combien de temps elle resta là, immobile, mirage fantomatique à la mine terne. Ce fut un grand frisson ébranlant sa carcasse toute entière qui la ramena à la vie. Ses mains gercées par le blizzard, couvertes d’engelures, se mirent à frotter frénétiquement ses bras dans l’espoir de se réchauffer. Les plaies se rouvrirent sous le mouvement brusque, mais la Mormont ne s’en rendit pas compte. L’ourse se rendit compte qu’elle était frigorifiée. Un froid viscéral, qui brûlait le creux de ses entrailles, pour venir s’emparer de ses tempes, l’empêchant de réfléchir. Désespérés, ses doigts engourdis se rapprochèrent de la cheminée pour essayer de goûter à la chaleur, en vain.
Ce fut en tendant les bras qu’elle se rendit compte de l’aspect décharné de ses membres. Pour la première fois depuis longtemps, elle se vit. Elle observa avec une fatalité teintée de sincère surprise ses mains maigres, laissant ses ongles paraître immenses et disproportionnés. Petit à petit, elle remonta ses manches et ses jupes boueuses. Des cuisses osseuses et des mollets atrophiés accueillaient son regard douloureux. Sous sa robe, elle n’avait pas besoin de regarder pour imager ses côtes ondulant sous sa peau trop fine et l’os de son bassin saillant, menaçant de déchirer le fin épiderme.
Elle n’avait jamais été la plus épaisse de la famille, mais la vie pénible sur l’Île aux Ours l’avait maintenue athlétique et robuste. Aujourd’hui, elle ressemblait à un oiseau malade tombé du nid, abandonné au sol pour y mourir. Si son esprit l’avait inconsciemment préservée de cette réalité, la quiétude retrouvée la rattrapait en tristes révélations, libérée de la censure mentale. Ce n’était qu’une tromperie de plus.

Enfin, Lyra éclata en sanglot. Des pleurs chevrotants, à peine audibles. Elle plongea son visage émacié dans ses mains pour y cacher ses yeux bouffis.
Son esprit était brisé. De cela, elle ne doutait aucunement. Mais elle se rendait compte pour la première fois que son corps l’était également. Ce corps sur lequel elle avait compté depuis qu’Euron Greyjoy l’avait arrachée à son foyer. Ce corps qui avait tant souffert sans qu’elle ne s’en préoccupe, le forçant toujours à surmonter les épreuves. Voilà que maintenant, il tombait en morceaux, lui aussi.

Les traumatismes l’avaient rendue faible. La présence du Choucas, les semaines de terreur sur les Îles de Fer, la fuite inespérée et les lunes d’errance à travers le territoire mortel des Reed avaient eu raison d’elle. La faim, l’angoisse et la peur ne l’avaient pas quittée, durant tout ce temps. Elles veillaient sur elle, chaque minutes, chaque seconde qui passait, comme de mauvaises et cruelles étoiles. De retour à Winterfell, elle n’avait plus la force de lutter.

Pourtant, il lui avait fallu surmonter un dernier obstacle. Négocier son retour contre un départ. Celui de Theon Greyjoy, le fils de Balon. Le neveu d’Euron. De cela, elle se souvenait. De sa voix rauque et trainante, expliquant la situation à lord Stark. Du regard sévère, mais juste de ce dernier. De laisser sa pupille se faufiler jusqu’à Pyke lui coûtait. Il y consentit cependant, pour les Mormont. Pour cette famille qu’il ne cessait d’honorer.
Puis, une fois la décision prise et l’échange accepté et préparé, on l’avait emmenée dans cette petite pièce pour qu’elle puisse s’y reposer. Elle n’y arrivait pas cependant. Car maintenant qu’elle s’était réveillée de son long sommeil, elle craignait de voir apparaître le Choucas parmi les ombres. Que tout ceci n’ait été qu’un rêve, imaginé par son esprit malade. J’en mourrais, songea-t-elle. Oh, j’en mourrais.

Des pas. Ses muscles éreintés se tendirent aussitôt, répondant à l’instinct de survie. Sa salive se transforma en poussière, l’étouffant presque. Machinalement, elle chercha son arc et ses flèches. Elle ne trouva pas son arme de prédilection, on les lui avait retiré à son arrivée dans le château. Son poignard ne se trouvait également plus accroché à sa ceinture de cuir. Une grande peur l’envahit et ne cessa de l’étrangler à mesure que les pas s’approchaient. La chasseuse tenta de se redresser, mais chancela avant de retomber dans sa chaise élimée. Qui souhaitait se déclarer ? Qui ?

Finalement, l’entité inconnue s’éloigna, les claquements des patins s’effaçant dans les couleurs mystérieux du fief des Stark. Probablement une suivante ou un domestique.

Redevenue molle, Lyra ne pouvait que constater l’absurdité de la situation. Un nouveau sanglot menaçait de la saisir à nouveau, mais elle se retint, cette fois.

Elle était enfin tirée de sa longue torpeur.  


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Now and Always
Theon Greyjoy
Now and Always
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon C71t
(FB) The ragged edge | ft. Theon Tumblr_pqqpoaSQlG1qiyullo4_400
Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford & Robar Royce
Messages : 334
Date d'inscription : 10/10/2018

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyMar 5 Mar - 13:42

The ragged edge

Theon & Lyra ∆ The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


☾☾ Une étrange ambiance animait Winterfell depuis quelques jours sans que Theon ne puisse totalement la saisir. Lui même semblait hors du temps. D'ordinaire joueur et moqueur, il avait délaissé Jon et les sessions de tir à l'arc pour s'isoler sur les remparts de la demeure Stark. Le vent rougissait les joues du fils de Balon Greyjoy tandis que son regard se perdait dans un horizon qu'il pouvait observer pour la dernière fois. Jamais les environs de Winterfell ne lui avait sembler si familiers et inconnus à la fois. Un tintement attira son attention, et son regard sombre quitta la plaine qui menait au château pour se poser sur un homme venant vers lui. Les anneaux du mestre cognaient les uns contre les autres, les bras de l'homme de savoir se rejoignait sur son ventre, comme scellés dans ses manches tandis que son dégarni accueillait quelques mèches que le temps avait rendu blanches. « Que fais-tu Theon ? » demanda le vieux mestre alors qu'il venait se placer à ses côtés, appréciant à son tour la vue qu'offraient les rempart de la demeure Stark. « Rien ... » répondit-il, incapable de mettre des mots sur ce qui se produisait en lui. Un étrange espoir qui se transformait en angoisse, une appréhension qui devenait une joie. Une petite troupe arrivée quelques jours auparavant, mettant Winterfell sans dessus dessous. Une troupe qu'il avait observé depuis la cour où, avec Jon, il se chamaillait. Un regard et il les avait vu. Le visage de Lyra Mormont, son regard vide, une étrange tristesse qui s'échappait de son être. Et puis, celui moins familier, d'une autre femme. Son coeur avait manqué un battement: était-ce réel ou n'était-ce que son esprit lui jouant encore des tours ? « As-tu été voir ta soeur ? » demanda le mestre dont la curiosité n'avait rien de malveillante. Les yeux de Theon se baissèrent sur ses mains, agrippées aux pierres du rempart. Sa tête se secoua négativement. Il n'y arrivait pas, il ne savait que dire, il ne connaissait pas les raisons de sa présence. Les Mormont s'étaient rapidement enfermées avec Lord Stark et Asha dans une salle à laquelle il n'avait pas eu accès, et rien ne semblait sortir de cette fameuse pièce. Le coeur plein d'espoir de l'adolescent ne supporterait pas une déception: aussi tentait-il de ne pas trop s'approcher, de ne pas rêver à repartir avec elle, à revoir Pyk, son père, sa mère, à retrouver sa place de légitime héritier plutôt que de vivre comme un captif. Mais si elle repartait sans lui ... Il ignorait ce qu'il serait capable de faire. « Tu devrais peut être aller la voir ? » évoqua Luwin avant de resserrer autour de lui, le fin tissus de sa cape.



Il avait hésité à prendre une bougie mais la lumière du jour était encore suffisamment forte pour qu'il puisse se frayer un chemin sans avoir besoin d'une aide lumineuse. Les paroles de Luwin résonnaient dans sa tête depuis le début de journée mais Theon savait qu'il ne pouvait pas aller vers sa soeur avant d'avoir fait une chose essentielle. Un peu après être descendu des remparts, la pupille d'Eddard Stark avait été convoqué par ce dernier dans la grande salle du château. Les tables étaient poussées sur les côtés, transformant cette salle de banquet lugubre en une salle seigneuriale plus lugubre encore. « Theon ... » l'avait accueilli le seigneur du Nord de sa grosse voix résonnant contre les murs de pierre. A sa droite, légèrement en retrait, Luwin lui lançait un regard bienveillant tandis que de l'autre côté Lady Stark ne semblait avoir que faire de sa présence. Il avait entraperçut Asha dans la cour alors même qu'il se rendait dans la salle mais la présence de la doyenne Mormont le mettait mal à l'aise. Cette femme laissait une impression étrange au fer-né et le regard qu'elle posait sur lui ne l'avait pas aidé à se détendre. Arrivée à destination, Theon quitta ses pensées et la reviviscence de ce qui avait eu lieu quelques heures auparavant. Il hésita un instant, les yeux braqués sur la porte: il n'aurait pas du se trouver là. Il aurait du être avec sa soeur, avec Jon, avec Eddard, avec n'importe qui d'autre mais pas là. Pourtant, refusant toujours d'écouter sa raison, il frappa. Trois petits coups secs sur la porte en bois et finit par entrer. Il fut accueilli par un sanglot qui lui tira un regard surpris. « Ma demoiselle Lyra ? » demanda-t-il, retrouvant instantanément les leçons de Luwin et l'éducation noble dispensée par les Stark depuis son arrivée à Winterfell. « Il me fallait vous voir. » La porte alors entrouverte se vit pousser avec douceur par le jeune homme qui resta dans l'embrasure, contemplant avec surprise et horreur le fantôme de cette jeune fille qu'il avait connu souriante et douce, devenue l'ombre d'elle même.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR SIGYN & ZUZ'


(3)


aleon (+) The first time I saw Winterfell, it looked like something that had been here for thousands of years, and would be here for thousands of years after I was dead. I saw it and I thought, ‘Of course Ned Stark crushed our rebellion and killed my brothers.’ We never stood a chance against a man who lives here.  ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyDim 10 Mar - 18:53

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Une prison avait été troquée pour une autre, lui semblait-il. Confinée d’une pièce exigüe à une autre. Déplacée comme un pion vulgaire, au gré des influences et des prises de décisions. Ici, il lui était difficile de faire la différence entre Winterfell et Pyke. Les murs étaient gris et humides, peu importaient les forteresses. Elle savait qu’ici, les étendues blanches et froides l’attendaient à l’extérieur. Que sa demeure, l’Île aux Ours, était atteignable. Oh, si proche. Qu’elle ne reverrait plus jamais les rivages ravagés et découpés des falaises noires des fer-nés, les plages vaseuses où s’échouaient des filets rongés par les coquillages et les poissons morts. Plus jamais. Elle s’en persuadait, psalmodiant les mots dans sa tête comme une prière désespérée envers les Anciens Dieux. Et pourtant. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de comparer les lieux, de les mélanger, de se laisser aveugler par un esprit troublé, ne sachant guère plus faire la différence entre la réalité et le cauchemar.

Lyra n’avait jamais été mise en cage. Libre depuis sa naissance, agissant à son aise depuis ses premiers pas, on ne l’avait forcée qu’à une chose. Prendre les armes. Si elle avait détesté cela, elle y avait docilement consenti car l’ordre venait de la personne qu’elle aimait et admirait le plus au monde, sa mère. Pour sa propre survie, elle devait se défendre. Elle devait se battre. Après cet épisode, la Mormont avait vécu sa vie comme elle l’entendait. Partant des jours en forêt, lézardant sous le rare soleil estival lorsque les températures se montraient assez clémentes, suivant ses soeurs dans leurs folles escapades. Les filles ourses étaient plus libres que n’importe qui à Westeros. Le mariage n’était pas une obligation. Les longues robes, les bals, les mascarades et les départs vers de lointaines contrées non plus.
D’avoir été enlevée à son foyer, aux siens, assujettie à un homme qui la terrorisait depuis bien des années déjà était un traumatisme. De remettre son destin entre des mains autres que les siennes l’avait profondément perturbée.

Réprimant un nouveau frisson, la chasseuse déglutit bruyamment. Sa salive lui brûlait tant la gorge qu’elle avait l’impression d’avaler les braises luisantes de l’âtre. Depuis qu’ils étaient sortis du Neck, elle était malade. Un mauvais coup de froid, avait suggéré Brandon Norroit. Peut-être. Mais Lyra se laissait rarement avoir par les températures et l’environnement. L’Île aux Ours l’avait endurcie. Malheureusement, il lui semblait que de toutes ces années acharnées à se bâtir, à se construire, il ne restait rien. Rien si ce n’était une silhouette décharnée à l’oeil vitreux.
Pour la première fois depuis bien longtemps, elle se sentit ridicule, ridicule face à des soeurs si fortes. Car il ne faisait aucun doute que ni Alysanne, ni Dacey, ni Jorelle ne se seraient laissées emprisonner de la sorte. La petite Lyanna aurait fendu le crâne de son ravisseur à peine auraient-ils posé le pied sur les Îles de Fer. Lyra, elle, n’avait fait qu’endurer en silence. Pour une promesse, certes. Mais elle s’était laissée berner par des belles paroles. Stupide, en plus d’être faible.

Voilà bien longtemps que les pensées n’avaient plus afflué à son cerveau obnubilé par la survie. Désormais qu’elle se sentait en sûreté, elle ne pouvait plus s’empêcher de ressasser. Et c’était bien là le plus grand danger. Bien plus grand que la traversée du Neck, le manque de nourriture et les chemins du Nord, caffis de coupeurs de gorge et de brigands. La troisième ourse avait toujours eu une inclinaison affirmée pour la mélancolie, la rêverie et les réflexions. Et aujourd’hui, cela ne pouvait que lui jouer des tours.
Des pas, à nouveau.

Tirée de sa trop longue et dangereuse méditation, Lyra releva le nez une fois encore pour constater que, cette fois, on s’était arrêté devant sa porte. Elle se tendit instantanément bien que dans le château, il n’y ait que des alliés. Cela ne lui rappelait que trop les pas nonchalant d’Euron qui, pour la torturer, prenait un malin plaisir à à feindre l’hésitation durant d’interminables minutes pour la laisser appréhender son entrée.

Enfin, avec les trois coups portées vint la délivrance.

À travers les larmes qui brouillaient sa vue, elle ne reconnut pas le visage mélangé en une multitude d’aquarelles ternes. En revanche, sa voix la marqua immédiatement.
Elle essuya ses yeux et son nez dans sa manche, sans élégance.

« Lord Theon ? » renifla-t-elle, presque étonnée.

La pupille des Stark était une victime collatérale de ce chaos. Lyra ne pouvait le voir qu’ainsi. Bien qu’il y soit né, il n’avait jamais réellement connu la vies sur ses îles natales. Personne dans ce monde ne pourrait souhaiter y retourner. À moins d’être un fou doublé d’un inconscient. Et elle connaissait assez Theon pour le savoir ni l’un ni l’autre. Hélas comme chaque petit arraché à sa tanière, il l’idéalisait peut-être. Sûrement. Il ne savait rien de la réalité là, dehors. De savoir qu’elle était l’instigatrice de son retour la mettait profondément mal à l’aise.
Elle se redressa lentement, dévoilant dans l’entreprise ses avant-bras amaigris et sa poitrine osseuse. Finalement, elle n'était peut-être plus aussi surprise de sa venue.

« Je pense qu’il me fallait vous voir, moi aussi, » déclara-t-elle avec un sourire fatigué.

Ses yeux gris l’observèrent, le sanglot de la culpabilité toujours bloqué dans cette gorge qui l’étranglait.

« Je suis désolée… » hoqueta-t-elle, les ongles enfoncés dans dans le dossier du fauteuil. « Tellement désolée. »  


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Now and Always
Theon Greyjoy
Now and Always
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon C71t
(FB) The ragged edge | ft. Theon Tumblr_pqqpoaSQlG1qiyullo4_400
Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford & Robar Royce
Messages : 334
Date d'inscription : 10/10/2018

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyLun 15 Avr - 17:43

The ragged edge

Theon & Lyra ∆ The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


☾☾ L'ambiance était lourde et à mesure que ses pas le rapprochait de la pièce où il devait faire sa fatidique rencontre, Theon semblait sentir le poids des années accumulées par ce château dans ses propres épaules. Il n'y avait pas de mot pour décrire ce qu'il ressentait à cet instant, alors que sa main tapait contre le bois de la porte. De la surprise ? De l'incompréhension ? De la culpabilité ? Pire que tout, face à Lyra Mormont, Theon se sentait malade, prit au piège de son propre nom, se réjouissant presque de ne pas arborer le familial emblème du kraken dont il était si fier. Combien de fois avait-il clamé haut et fort qu'un kraken géant, emblème de la maison Greyjoy, viendrait sans problème à bout du loup-garou de la maison Stark ? Ou de l'ours de la maison Mormont ? Des défis d'enfants, des paroles innocentes qui résonnaient aujourd'hui d'une toute autre manière. Il n'avait que peu de souvenirs récents de la jeune femme: plutôt l'image d'une enfant, d'une jeune adolescente venant à Winterfell en compagnie de ses soeurs comme toute autre noble demoiselle pouvait le faire dans Westeros. Il imaginait sans mal les flottes des Noirmarées, des Botley ou des Volmark et Forgefer accostant au port de Pyk, de redoutables guerriers fer-nés, leurs fils et leurs filles les accompagnant. Il revoyait ses frères, Rodrick et Maron, monter sur leurs navires tout en se promettant que, bientôt, ce serait son tour. Pourtant, la vision de la jeune Mormont, ombre de ce qu'elle avait été dans ses souvenirs, en arrivait presque à lui briser le coeur. La fierté des dames de la maison aux ours l'avait ô combien exaspéré dans le temps. Observer Alysanne se chamailler avec Jon, échanger des regards pleins de défis avec Jorelle ... Bien sur, en entendant la nouvelle de son enlèvement, sa propre captivité lui paraissait bien douce. Les Iles de Fer étaient difficiles, un environnement dur, sans pitié dont la forteresse lugubres achevaient de briser les personnalités fragiles qui s'y voyaient confiné. Pire que tout, savoir la nordienne entre les mains de son oncle Euron lui avait donné des sueurs froides. Des quelques souvenirs que Theon avait emporté avec lui, lorsqu'il avait été confié aux bons soins d'Eddard Stark, il y avait sa mère, larmoyant devant le bateau qui lui arrachait son fils, son père, imperturbable, sa soeur, vestige d'une fratrie bien plus grande. Mais il y avait aussi son oncle Euron. Theon n'en parlait jamais, peu fier de se voir terrorisé par cet homme dont nulle règle ne trouvait grâce à ses yeux. En opposition totale avec ce qu'Eddard Stark avait pu lui enseigner, Euron semblait se moquer de l'honneur et des promesses, ne cherchant qu'à se satisfaire et à combler ses propres désirs. Drôle de notion de la famille ... songea Theon à la vue du corps frêle de la nordienne. Bientôt, elle serait entourée des siens: Maege Mormont était connu pour être une femme redoutable, protectrice envers sa progéniture. Lyra pourrait compter sur elle, sur ses soeurs ... Quelque chose que lui même n'avait pas connu. Des souvenirs qu'il avait de sa famille, Rodrick avait toujours été un alcoolique notoire enclin à lui imposer son droit d'ainesse et d'héritier en se montrant violent. Quand à Maron ... Bien qu'il l'ait davantage admiré, il restait cruel à sa manière. La tension régnant dans la pièce le mettait mal à l'aise: que devait-il faire désormais ? S'excuser ? Pour les atrocités qu'elle avait du subir tout en n'en sachant rien ? La remercier ? Pour s'être vue échangée à sa place ? Tout cela lui semblait bien maladroit et ne servirait qu'à attiser la fureur du Nord face à un peuple avec qui il se trouvait déjà en inimitié. Après presque dix années au service de Lord Stark, Theon avait commencé à se faire une place dans ce paysage de Winterfell. Il savait compter sur Jon, sur Wynafryd par moment, taquinait Bran et Arya, se moquait de l'air hautain de Sansa. Mais il restait un fer-né. Un Greyjoy. Il s'en souvenait à chaque fois que Lady Stark posait les yeux sur lui. Il ne serait jamais vraiment un nordien ...  « Combien de fois ai-je espérer être appelé de la sorte ... » répondit-il avec un sourire forcé traduisant sa nervosité. Lord Greyjoy. Il ne cessait de le répéter: un jour, il serait le seigneur des Iles de Fer ! Pourtant, il n'en retirait en ce moment aucune fierté. Elle se trouvait là, abattue et brisée par la faute de son peuple, de sa famille, de son oncle. Comme si cela permettait de mettre un terme à la tension qui régnait sur place, Theon s'avança prudemment, la maladresse se lisant sur son visage. Bien qu'ayant grandi au sein d'un peuple qualifié de pilleur et de violeur, il ignorait tout de la souffrance des victimes. Il n'avait jamais été en raid avant son départ pour Winterfell, ne se contentant que des récits que rapportait son père, ses oncles ou frères. Pourtant, il se trouvait là face au vestige de l'Antique Voie, au retour à la réalité, d'une captive devenue femme-roc -un sort qui, s'y on prenait en compte son oncle- n'était guère plus appréciable que celui d'une femme-sel. « Vous ... Vous n'avez pas à vous excuser, ma demoiselle Lyra. » S'empressa-t-il d'ajouter, paniqué par une situation à laquelle il ne s'attendait pas. Pourquoi s'excusait-elle ? Quand bien même elle serait venue à bout de son oncle, cela aurait été un bienfait pour tous ! « Je ... Ce serait plutôt à moi de vous présenter mes excuses pour ... Ce dont vous avez été victime ... Euron est mon oncle après tout. » La tête basse, Theon laissa quelques boucles châtain dissimulé son regard torturé. Il n'avait jamais été fort pour réconforter les filles. Une fois, Ross avait bien tenté de l'amadouer avec ses yeux de biches, d'obtenir une trace d'affection ou d'autre chose pour la réconforté d'il ne savait quoi ... Mais Lyra n'était pas une prostituée rousse du village voisin ... Et il n'avait pas changé depuis ce jour là. « Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous, ma dame ? » demanda-t-il, une once d'angoisse dans la voix.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR SIGYN & ZUZ'


(3)


aleon (+) The first time I saw Winterfell, it looked like something that had been here for thousands of years, and would be here for thousands of years after I was dead. I saw it and I thought, ‘Of course Ned Stark crushed our rebellion and killed my brothers.’ We never stood a chance against a man who lives here.  ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyDim 5 Mai - 0:47

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Lord Theon avait toujours été un gentil garçon. Du moins, à ses yeux. À peine plus jeune qu’elle, c’était peut-être cela qui avait amadoué Lyra et l’avait poussé à voir plus loin que ses sombres origines. Une illusion de jeunesse qui, en particulier chez les adolescents - période étrange laissant les hommes hébétés, trop maigres et trop grands en ne sachant que faire de leurs trop longs bras -, avait rendu le Greyjoy bien inoffensif aux yeux de la troisième ourse.
La méfiance avait bien évidemment été son premier sentiment. La peur des fer-nés était probablement la première chose que l’on apprenait aux enfants de l’Île aux Ours. Encore aujourd’hui, elle pouvait se rappeler très nettement des paroles de sa mère, de ses intonations sérieuses et pleines d’urgence. Craignez le kraken qui vient de la mer. Car, comme tous les monstres, il n’a rien d’humain et vous n’aurez rien d’humain non plus pour lui. Et c’était cette voix qui avait résonné dans la tête de la brune lorsque ses yeux de toute jeune fille s’étaient posés sur l’allure dégingandée de la pupille des Stark. Peut-être s’étaient-ils rencontrés, lorsqu’ils n’étaient encore que des enfants. C’était probable. Mais Lyra ne s’en souvenait pas. Elle se rappelait uniquement de cet adolescent à part, qui essayait pourtant si fort de disparaître dans la foule. D’être l’un des leurs. Ça aurait pu paraître grotesque. Mais pas pour la fille de Maege qui avait trouvé ce comportement tout à fait honorable. Alors, le doute et la suspicion avaient disparu.

Alors qu’ils se toisaient là, devant le feu fatigué, tantôt familiers, tantôt inconnus, Lyra ne pouvait s’empêcher de voir renaître la méfiance ancestrale rejaillir. Elle bandait ses muscles atrophiés, lui hérissait le poil et la laissait vulnérable, prête à mordre. Car, derrière le visage connu se dessinait celui de l’oncle mauvais. Ils avaient les mêmes yeux couleur d’orage. C’était peut-être là leur unique ressemblance. Mais pour la Mormont c’était la pire. Car les yeux ne sont que des reflets déformés de la réalité. Dans ces miroirs, Lyra ne se voyait qu’elle. Et cette vision l’horrifiait.

Pourtant, Theon était un innocent. Rien de ce qu’il avait pu faire ne justifiait l’émotion qu’il provoquait chez la chasseuse. Alors, la culpabilité reprenait de plus belle. Pour ce qu’elle ressentait à son égard, mais également ce à quoi elle le condamnait. Une vie sur les Îles de Fer.

Ses excuses, des excuses qu’il ne comprenait pas, laissèrent le nouveau venu confus. Un pauvre sourire barra son visage contrit. Aucune flamme chaleureuse ne vint éclairer ses prunelles ternes alors qu’il se tenait là, l’espoir d’une vie pourtant à porté de main. Lord Theon. Lord Theon rentrait chez lui. N’était-ce pas ce qu’il avait toujours souhaité ? Ce dont il avait toujours rêvé ? Une place parmi les siens ? Ce fut ce manque de joie et de fierté qui laissait, à son tour, la dame troublée. Ainsi, c’était pire que ce qu’elle s’était imaginée. Le kraken ne désirait même pas quitter Winterfell. Lyra avait pensé jusqu’alors qu’elle ne l’avait condamné qu’à un retour dans l’ignorance vers ses îles natales, un retour bercé de fantasmes, certes, mais un retour heureux, pour un temps. Or, voilà qu’elle le jetait hors du château qui avait été sa maison durant ces si longues années. Elle sentit son visage se décomposer.

« Vous n’en semblez plus ravi aujourd’hui… »

Ses sourcils se froissèrent au-dessus de ses yeux inquiets. L’archère ne savait plus ce qu’elle souhaitait. Qu’il accepte la décision d’Eddard Stark le coeur léger, mais inconscient ou qu’il regrette ce départ précipité en ayant la connaissance de ce qu’il laissait derrière lui sans savoir ce qu’il l’attendait sur les rivages gris des îles. Dans tous les cas, elle était la fautive.

« Si, » s’entêta-t-elle avec une force nouvelle. « Je me dois de les vous présenter. Je comprendrais que vous les refusiez, cependant. »

Elle secoua la tête tandis que le jeune homme se rembrunit, ses cheveux d’un blond sale tombant un boucles désordonnés sur son visage aux os saillants. Lyra lui en voulait, injustement, comme elle en voulait à tous les fer-nés. Pour leurs pratiques barbares. Pour leurs coutumes ignobles. Pour tout ce qu’il lui avait fait subir. Mais le Nord se souvenait. Et comme lui, la Mormont n’oubliait pas également qui l’avait aidé à s’échapper et à rentrer parmi les siens. Cette dualité complexe se trouvait à cet instant précis personnifiée. Theon avec pour ses airs penauds et naïfs, mais également ses rêves et son admiration latente pour son peuple. De l’admiration néanmoins, il ne semblait pas en avoir pour son oncle.

« Si nous devions être jugés pour tous ce que les membres de notre famille ont fait… Nous n’en finirions pas. »

Elle s’avança un peu plus pour presque coller ses jambes à l’âtre. Elle était frigorifiée. Entre chacune de ses paroles, un long silence désarmant s'installait. Le briser lui demandait une force monumentale à chaque fois.

« Ce n’est pas votre faute, lord Theon, » répéta-t-elle, le fantôme d’un sourire sur les lèvres.

Si elle ne parvenait pas à les prononcer, les mots furent prononcer avec les yeux. Il était gentil. Malheureusement, il ne pouvait pas l’aider et elle ne put que secouer la tête.

Chancelante, elle s’obligea à se lever du fauteuil.

« Dites-moi… Souhaitez-vous retourner sur les Îles de Fer ? Ne craignez pas d’être honnête, je vous en prie, » l’implora-t-elle presque.


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Now and Always
Theon Greyjoy
Now and Always
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon C71t
(FB) The ragged edge | ft. Theon Tumblr_pqqpoaSQlG1qiyullo4_400
Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford & Robar Royce
Messages : 334
Date d'inscription : 10/10/2018

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyMer 15 Mai - 11:34

The ragged edge

Theon & Lyra ∆ The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


☾☾ Un sourire triste se dessinait sur le visage du fer-né. Il avait toujours apprécié Lyra, de la même manière qu'il appréciait le reste de la fratrie Mormont: les demoiselles ne se laissaient pas faire sans pour autant se montrer précieuse. Loin du regard hautain de Sansa Stark, Lyra et ses soeurs n'hésitaient pas se joindre au reste de la vie modeste de cour qui existait à Winterfell, loin de ressembler au Lady du Sud. Ainsi, la rivalité enfantine qu'il entretenait depuis des années avec Jorelle, l'une des soeurs de Lyra, faisait parti des amitiés franches qu'il pouvait avoir avec certaines demoiselles du Nord. Plus sauvage que les dames du Sud, plus authentique aussi peut être, il avait plus d'atomes crochus avec les filles de Maege Mormont qu'avec la propre enfant de son suzerain et mentor. Habitué aux taquineries de ces dames, Theon avait l'habitude d'être souvent remis à sa place lorsque son orgueil et sa vantardise finissait par agacer une Wynafryd Manderly, ou quand ses tentatives de séduction ne récoltait qu'un froncement de sourcil peu accueillant de la part d'une autre noble demoiselle du Nord. Ainsi, l'usage de titre n'était réservé qu'aux échanges officiels, lorsque Lord Stark ou d'autres adultes se montraient présents et que la bienséance exigeait politesse et retenue. Dès lors, les jupons ne se remontaient plus sur les mollets pour courir plus vite, les cheveux ne se trouvaient pas malmenés par le vent, ne laissant que le cliché de la vie de cour, respectable et empreinte de formalisme. Dans l'intimité des jeux d'enfants, il n'y avait eu nul Lord Theon et, pour Jon comme pour les autres, il était juste Theon. Si cela l'avait agacé au début - il demeurait à ce jour le dernier et unique fils vivant du seigneur des Iles de Fer - il devait reconnaitre que cela permettait de faire oublier ses origines. Intégré dans la vie de la jeunesse de Winterfell, il en oubliait parfois d'où il venait, pourquoi il se trouvait là. Il n'était plus le jeune Greyjoy, remis par un père vaincu au seigneur du Nord pour s'assurer de sa bonne conduite. Il n'était plus l'un de ces terrifiants fer-nés dont on racontait la barbarie aux enfants en enlaidissant des raids millénaires. Il n'était que Theon. « Disons que j'aurais préféré que vous me nommiez ainsi dans d'autre circonstances. » avoua-t-il à la jeune femme, cherchant à détourner l'attention du moment présent pour raviver des souvenirs communs. Qu'il était loin le temps où il exigeait ce genre de chose ... Désormais, il était trop vieux pour que ces mots soient mis sur le compte de l'idiotie, de la jeunesse ou de la maladresse. Considéré comme un homme, ses paroles avaient du poids, pouvaient déclencher des guerres ou briser des alliances. Lord Theon. Cela pesait sur son être, lui qui, au final, ignorait ce qu'il advenait de sa patrie. A quoi ressemblait sa mère aujourd'hui ? Quelles ambitions son père avait-il à présent ? Avait-il nouer de nouvelles alliances ou préparer de nouveaux complots et cela, au dépend de sa vie ? Bon nombre de question traversaient son esprit et il savait, qu'avant son retour, il lui faudrait avoir une sérieuse discussion avec Asha. Il était du rôle de sa soeur de lui faire le rapport détailler de ce qui était arrivé aux Iles pendant son absence. Il était l'héritier après tout. Cependant, mieux valait éviter d'éveiller les rancoeurs du Nord tout de suite. S'il était encore vu comme Theon, pupille d'Eddard Stark, il redeviendrait bientôt un fer-né comme un autre. Il disparaitrait des pensées de ses actuels amis, serait peut être maudits par certains ... Pour l'heure, les évènements liant les Iles au Nord étaient bien trop frais: la présence de Lyra à Winterfell mais également d'Asha, faisait naitre une forme de tension qu'il n'avait pas perçu depuis longtemps. Aussi, préféra-t-il laisser l'orgueil à la porte, poursuivant. « Je ne pense pas mériter quelques excuses que cela soit, ma dame. Vous n'avez pas choisis de croiser la route de mon oncle ou d'en devenir sa victime. » Il ne comprenait pas pourquoi elle ressentait le besoin de s'excuser de la sorte. Elle n'était en rien responsable de ce qui lui était arrivée et face à un homme comme Euron, il n'y avait rien qu'elle aurait pu faire. Bien au contraire ! Les excuses de la jeune fille mettait le fer-né mal à l'aise: il n'y avait rien à pardonner, surtout pas venant de lui. C'était plutôt à lui de se montrer humble et redevable du sacrifice qu'elle avait fait, de ce qu'elle avait du subir pour finalement lui permettre à lui de retourner aux Iles. « Dans ce cas, si d'excuse vous n'acceptez de ma part, au nom de ma famille, permettez moi de vous présenter mes remerciements. » Il songea alors à la maladresse de ses propos: remerciement de quoi ? D'avoir été violentée par un homme rude et cruel ? D'avoir subi la vie difficile de Pyk jusqu'à trouver un moyen de s'en échapper ? Il n'y avait qu'à la regarder pour voir que rien de ces dernières lunes n'avaient du être une partie de plaisir pour elle, et s'échapper n'avait sans doute pas eut pour objectif de l'aider à regagner sa famille ! Il ajouta alors. « Pour votre courage, pour être revenue sauve de Pyk, pour avoir survécue à tout cela. » Que serait-il arrivé si elle n'était jamais revenue ? Que serait-il advenu de lui ? La présence d'Asha posait beaucoup de question à Theon. Sa soeur était-elle là en représentante de l'autorité Greyjoy ? Est-ce que Balon avait vu l'opportunité en la jeune captive de son frère, de faire revenir son fils ? Theon en doutait. Son père était très à cheval sur les traditions des Iles et si les pratiques de l'Antique Voie avaient été abolie lors du ralliement des Iles aux Sept Couronnes, il demeurait certaines pratiques dont Theon connaissait l'existence. Outre le culte d'un dieu dont il ne se souvenait pas grand chose -bien trop loin de la mer pour avoir pu le pratiquer à son arrivée- il demeurait l'aspect sacré du fer-prix. Lyra était une prise, un trophée d'Euron que Balon n'aurait jamais pu contester. Si Lyra était ici aujourd'hui, c'était par sa volonté propre et peut être le soutien d'une autre femme à sa cause. « Lord Stark a beau m'avoir maintes fois enseigner combien les dames Mormont de l'Ile aux Ours n'avait nulles semblable dans le Nord ... Vous venez de me prouver combien les femmes de votre maison peuvent être fortes. » finit-il par dire, espérant que cela lui remonterait quelque peu le moral. Cependant, il fut décontenancé par ce qu'elle lui demanda. Désirait-il rentrer aux Iles de Fer ? Bien sur ! C'était chez lui après tout. Et pourtant ... Alors même qu'il pensait que cela sonnait comme une évidence, il du se rendre à l'évidence de l'existence d'une certaine appréhension, d'une forme de doute qui s'emparait de son coeur et de sa tête. Son regard se perdit dans le vide tandis que des pensées se pressaient dans son esprit. Finalement, il reprit la parole après quelques instants.  « Pour être honnête, je ne sais pas. » admit-il. Elle désirait de l'honnêteté. Après ce qu'elle avait vécu, c'était le moins qu'il pouvait faire que de ranger sa fierté au placard et de son montrer sous un jour véritable. Il avait tant de fois désiré retourner chez lui ... L'idée que cela se concrétise l'effrayait quelque peu.  « C'est étrange n'est-ce pas ? Depuis que je suis arrivé ici, à Winterfell, je ne rêve que de rentrer chez moi, de retrouver ma famille, mon peuple, ma vie volée. Mais ... Je suis ici depuis si longtemps ... »  Depuis toutes ces années, il s'était presque fait à l'idée de rester à Winterfell pour le reste de ses jours. Bien que cela soit impossible, il s'était cependant prit à imaginer une vie dans le Nord, intégré à la noblesse des environs, l'idée de rentrer sur des terres dont il ne savait plus grand chose était un bon dans l'inconnu qu'il ne savait pas comme gérer. Tentant de se rassurer, il ajouta. « Bien sur, j'imagine que tous, au pays, doivent se réjouir de me savoir bientôt de retour ... Et il me tarde d'obtenir le respect et la dévotion qui me sont durent. Mais plus les années sont passées, plus mes souvenirs de Pyk se sont effacés. J'ignore si ce que je vais retrouver est semblable à ce que ma mémoire à conserver. » Il gardait de Pyk le souvenir d'une forteresse sombre, abrupte, taillé dans la roche, sinistre. Il gardait de son père la sensation de cette main ferme sur son épaule. Bien sur qu'il était attendu, bien sur que tous ferrait la fête en revoyant le fils perdu revenir à Pyk. Mais un sentiment d'inconfort ne le lâchait cependant pas.  « J'imagine que vous avez grande hâte de regagner l'Ile aux Ours, pour votre part ? Tout cela est désormais derrière vous Lady Lyra, vous êtes rentrée. » dit-il, se demandant quand on permettrait la demoiselle de quitter le fief seigneurial du Nord pour regagner la demeure familiale des Mormont.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR SIGYN & ZUZ'


(2)


aleon (+) The first time I saw Winterfell, it looked like something that had been here for thousands of years, and would be here for thousands of years after I was dead. I saw it and I thought, ‘Of course Ned Stark crushed our rebellion and killed my brothers.’ We never stood a chance against a man who lives here.  ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyLun 24 Juin - 17:33

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Comme Theon, dans le silence bercé des crépitements des flammes, Lyra se souvenait. Elle se remémorait leurs jeux d’enfants, innocents et naïfs. Dans ce mode fabuleux ou les contraintes et les responsabilités n’existaient pas, ils étaient les rois. Lord de la rivière, lady de la bute aux roches, héritier des cimes. Des noms inventés, des noms qui n’avaient aucun écho. Si le jeune homme avait un jour été appelé lord, cela n’avait été fait que par le filtre de la pièce de théâtre où tous jouaient aux acteurs eux, les enfants des seigneurs et des dames. Une fois l’illusion achevée, ils redevenaient Jorelle, Wynafryd, Wylla, Theon et Lyra. Cette dernière avait toujours vu ce manque de formalisme comme une marque d’affection. Les barrières de statuts et des convenances disparaissaient pour ne laisser respirer que l’authentique et le vrai. Sur l’Île aux Ours, rares étaient ceux se hasardant à rajouter lady devant son prénom. L’Ecorce, depuis toujours, y tenait et elle le laissait faire. Ainsi, elle n’oubliait jamais vraiment qui elle était, en dépit de la chasse, des pantalons et des armes.
Theon, toutefois, ne voyait pas les choses sous cet angle-là. Avait-il fini par s’y habituer ? La troisième ourse, voyant son inconfort, avait longtemps fait des efforts en s’obligeant à l’appeler ainsi. Mais cela réveillait en elle la crainte des origines du fer-né et lui rappelant son ascendance. C’était un Greyjoy. Un héritier. Et sa famille les attaquait depuis des générations. Alors, au fil du temps, il était devenu Theon. Juste Theon.
Adossée à l’accoudoir du fauteuil, Lyra s’autorisa un soupir mélancolique. Bientôt, il redeviendrait lord Theon, qu’il le veuille ou non. Qu’il obtienne enfin cette reconnaissance quand il apparaissait la repousser était un coup du destin que les Anciens Dieux devaient tisser depuis longtemps. Et Lyra avait cousu le dernier fil.

Une fois encore, il rejetait ses excuses. Il ne comprenait pas. L’archère n’arrivait pas à lui faire comprendre et cela la plongeait dans une détresse muette. Lui aussi s’acharnait en pardons qu’elle lui refusait. Voilà où ils en étaient. Présentant et suppliant. Deux représentants paradoxaux du Nord et des Îles de Fer qui, finalement, n’étaient guère plus âgés que des enfants.

La fille de Maege resta de marbre devant le changement de technique de la pupille d’Eddard Stark. Des remerciements ? Si elle ne comprenait pas la rédemption qu’il demandait au nom de sa famille, cette nouvelle politesse la laissait coite. Il ne pensait pas à mal, cela se voyait dans l’empressement qu’il avait de garnir ses propos. Cette maladresse, loin de la froisser, la fit tout de même sourire d’un sourire qui n’atteignit cependant pas ses yeux.

« Merci, lord Theon, » répondit-elle. « A défaut d’accepter des excuses que vous ne pouvez pas me présenter, vos remerciements me font plaisir. »

Sa dernière question laissa planer un nouveau blanc. Un blanc éternel semblable aux grandes plaines enneigées qui s’étendaient au-delà du Mur. Brandon lui en avait parlé, une fois. De ces immenses étendues immaculées qui s’étiraient jusqu’à l’horizon. Et comme les terres sauvages de la limite du Royaume des Hommes, elle s’y sentait mal. Le fils de Balon réfléchissait et dans cet état suspendu, Lyra songea que peu importait la réponse, rien ne la soulagerait. Les mots de Theon ne serviraient qu’à mettre un terme à ses interprétations et à ses craintes depuis qu’elle savait qu’on l’échangerait contre lui.

L’aveu honnête de son indécision lui laissa la bouche sèche. Il ne savait pas. Il le disait lui-même, lui qui arguait depuis son longtemps son désir de rentrer chez lui, de revoir sa famille… Voilà qu’il était perdu. L’ourse lui retirait tout choix, toute réflexion. Il se rassurait en paroles, en idées, en rêves… mais il ne dupait que lui. Elle espérait simplement que ce que sa mémoire d’enfant avait idéalisé ne ressemblait en rien à ce qu’elle avait vu là-bas. Les fer-nés pouvaient-ils être différents ? Pouvaient-ils laisser un enfant admiratif ? Probablement. Elle-même s’en était sortie grâce à un acte de bonté.

« C’est de ma faute, » finit-elle par dire. Les mots la tranchaient comme des lames. « Vous partez à cause de moi. »

Comprenait-il la raison de ses excuses, désormais ?

« Jamais je ne me le pardonnerai. »

Honteuse, elle baissa le nez sur ses mains osseuses, incapable de soutenir le regard clair du Greyjoy. L’Île aux Ours était une promesse qui lui semblait lointaine et proche. Elle était à quelques jours de voyage du fief des Mormont. Oui, bientôt elle serait entourée des siens, de l’affection et de l’amour qui lui avait tant manqué et qui l’avait aidé chaque seconde passée à Pyk. Physiquement, elle serait protégée. Mais tout cela était-il derrière elle ?

« Vraiment ? » demanda-t-elle. « Suis-je vraiment rentrée ? »

Comme Theon, elle ne savait pas. Elle essuya de ses doigts froids les larmes qui coulaient sans bruit sur ses joues.



DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Now and Always
Theon Greyjoy
Now and Always
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon C71t
(FB) The ragged edge | ft. Theon Tumblr_pqqpoaSQlG1qiyullo4_400
Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford & Robar Royce
Messages : 334
Date d'inscription : 10/10/2018

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyMer 10 Juil - 22:34

The ragged edge

Theon & Lyra ∆ The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


☾☾ Il y avait quelque chose d'étrange à se dire que c'était peut être la dernière fois qu'il la voyait, la dernière fois qu'il monterait jusqu'à cette chambre. Luwin l'avait informé qu'une fois Eddard Stark et Asha parvenus à un accord, la fer-née n'avait guère caché son envie de quitter Winterfell au plus vite et Theon savait que ce n'était qu'une question de jour avant que sa vie de captif ne soit derrière lui. Amené ici alors qu'il n'était qu'un enfant, il quittait son pupillage auprès des Stark, devenu un autre. S'il conservait son arrogance et le tempérament du Theon que les Iles natales avaient connus, il n'imaginait pas, alors, l'ampleur de la déception qui serait sienne en découvrant Pyk, ses habitants et l'accueil qui lui serait réservé. Winterfell était un château confortable, on avait pas crier que les Stark était une famille constamment à râler et économisant sur le faste que certaines familles du Sud se ruinaient pour afficher. Les Stark étaient économes et pragmatiques mais ils ne vivaient pas dans un château qui semblait vouloir la mort de ses habitants ! Ainsi se trouvait Theon Greyjoy, dernier fils vivant du seigneur des Iles de Fer, archer de talent, navigateur sans doute plus que rouillé et amant exceptionnel - selon Kyra qu'il était tout disposé à croire à se sujet- face à une Lyra Mormont en larmes que le laissait impuissant avec ses mots maladroits et l'incertitude de l'avenir tant attendu.« Oh je vous en prie, Lady Lyra. » bafouilla le jeune homme en se rapprochant tout doucement de la nordienne afin de ne pas l'effrayer. « Ne soyez pas triste pour moi, je retourne chez les miens ! Je retrouve ma soeur et bientôt mon père et ma mère. » Il tentait de mettre, dans ces mots, un enthousiasme quelque peu factice du fait qu'il ignorait parfaitement à quoi ressemblaient ses parents aujourd'hui. « Lord Stark a été très bon avec moi mais ma place est à Pyk. »  continua-t-il, songeant peu à peu à ce à quoi elle voulait en venir. En étant que Theon dans leurs jeux infantiles et dans la complicité de l'adolescence, tous avaient finit par occulter son nom, son origine. Greyjoy. Certes Luwin ne se cachait guère en enseignant aux petits Stark les différents conflits opposant fer-nés et nordiens ou, rappelant les raisons de sa présence, en expliquant comment les Greyjoy avaient finit par poser genoux à terre face à la domination westerosi. Mais entre eux, il n'était que Theon. Theon qui parlait beaucoup pour ne rien dire. Theon qui s'épuisait souvent dans des duels d'archers avec Wynafryd ou les soeurs Mormont. Theon qui, un temps, avait été troublé par la présence de Lyra lorsqu'il l'avait vu devenir une femme. Theon qui ricanait plein complicité avec Jon. Theon qui ébouriffait les cheveux de Bran. Il était juste Theon. En quittant Winterfell, Theon reprenait son nom, son héritage, sa culture. Il cesserait d'être l'ami d'enfance pour redevenir l'ennemi naturel. « Lady Lyra ... » murmura-t-il, encore plus impuissant qu'il ne se sentait auparavant.

Si elle n'avait pas été si meurtrie en son corps et son âme, peut être lui aurait-il prit la main en lui contant la promesse faite à Lord Stark. S'il n'avait craint de l'effrayer il lui aurait confier que Winterfell lui manquerait tout autant qu'eux, amis d'enfance d'un Theon bientôt révolu. S'il avait osé, il aurait confier qu'il était terrorisé par tout cela. Mais il n'en fit rien. Pas plus qu'il ne confia la profondeur du trouble qu'elle venait de semer dans sa personne il n'accepta de dévoiler la part de faiblesse qu'engrangeait les propres peurs informulées de la jeune fille. « Ne vous en voulez pas, Lady Lyra. »  finit-il par articuler tout en s'accroupissant à quelques pas d'elle, la laissant le dominer d'une tête. « Vous avez fait tout ce que vous avez pu pour survivre et c'est ce que vous deviez faire. » Son regard était plus sérieux. Si elle s'était laissée briser, si elle avait céder à la lassitude des victimes, alors une part d'elle serait morte à Pyk. « Vous faites honneur à votre nom. Ne gardez que cela en tête ! » Il voulait s'effacer des enjeux qui semblait si important aux yeux de la nordienne. S'en vouloir ne changerait les choses et elle devait prendre conscience que tôt ou tard quelque chose serait venu en faveur de son retour auprès des siens. Finalement, dans une vague de courage, il posa une main sur celles, fragiles et fines de la jeune fille. « Tant que vous ne m'oubliez pas, je vous pardonne. » finit-il par lui concéder. Si cela pouvait apaiser son âme alors il le lui donnerait. « Et moi je ne vous oublierais jamais. » murmura-t-il  avec un sourire qui se voulait rassurant. Peu importe qui il deviendrait en quittant Winterfell, Lyra Mormont avait besoin, à cette heure, d'un ami. Un silence s'installa suite à la question qu'elle lui posa et il préféra lui laisser le temps de retrouver ses esprits alors qu'elle tentait d'essuyer, d'un revers de la main, les larmes qui humidifiaient son visage. « Bientôt vous serez auprès de votre mère, de vos soeurs ... » commença-t-il « Et je gage que jamais plus elles ne vous laissent seule » Il n'y avait qu'à connaitre le caractère de la Mère des Ours pour savoir qu'elle allait veiller sur sa progéniture comme sur un trésor. Lyra ne risquait pas de retrouver un instant de solitude après ce qui venait de se passer et, en jetant un oeil à l'être fragile qu'il en avait en face de lui, Theon se dit que ce n'était pas plus mal. « Quand au reste ... » Il désigna d'un signe de tête le visage de la demoiselle, cherchant à désigner son esprit meurtri derrière la boite crânienne. « Il ne tient qu'à vous de décider ce que vous en ferez. » Une phrase simple et choc. Il était facile de lui dire de se relever de ce qu'elle avait vécu, facile de passer outre des évènements auxquels lui même n'avait pas assisté. Mais il ne supportait pas de voir en Lyra une victime, il fallait qu'elle prenne le pouvoir sur sa mémoire, sur ses peurs, sur son esprit.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR SIGYN & ZUZ'


aleon (+) The first time I saw Winterfell, it looked like something that had been here for thousands of years, and would be here for thousands of years after I was dead. I saw it and I thought, ‘Of course Ned Stark crushed our rebellion and killed my brothers.’ We never stood a chance against a man who lives here.  ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyVen 2 Aoû - 16:43

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Les grosses larmes rondelettes qui glissaient sans bruit sur ses joues n’étaient pas dû à une tristesse profonde ou à une mélancolie doucereuse. Pourtant, autrefois, il arrivait parfois qu’elle s’émeuve d’un paysage époustouflant ou d’une simple marque d’affection entre une brebis et son petit. Généralement, ces épisodes d’instabilité émotionnelles parvenaient peu de temps avant sa semaine saignante. Aujourd’hui cependant, rien de tout cela. Elle se sentait abjecte et perdue. Et ce malaise lancinant qu’elle éprouvait n’était guère prêt à la laisser en paix. Les grosses flammes réconfortantes qui consumaient buches et brindilles était froid et laissaient ses membres gourds de glace. Une mauvaise faiblesse s’empara d’elle et durant un instant, elle fut tentée de fuir tout cela.

Pourtant, Theon se rapprocha d’elle, la dissuadant de mettre son plan pitoyable à exécution. Elle renifla en essuyant ses yeux et son nez d’en revers de manche. Elle était éreintée. Les mots rassurants du jeune homme sonnaient vide de sens à ses oreilles et ses tentatives désespérées de se rassurer lui brisaient plus le cœur qu’ils n’étaient censés le réparer. Son père ? Lyra l’avait vu, à Pyk. Un vieil homme aigri et méchant. Ravi de s’affubler de vêtements volés à des cadavres, abattus par sa propre main. L’ombre d’un roi déchu, nostalgique d’une époque qui n’avait jamais existé, se berçant d’illusions irréalisables. Les rêveurs fanatiques étaient les pires. Comme le Greyjoy aurait-il pu être ravi de retourner auprès d’un tel homme ?

« J’aurais aimé… » hoqueta-t-elle. « J’aurais aimé que vous restiez… Que vous ne repartiez pas là-bas. »

Et il y avait dans ce « là-bas » les pires craintes et les pires peurs. Sa voix croassante s’était arrêtée abruptement sur cette fin de phrase suppliante.
Une requête bien égoïste. Mais la Mormont ne parvenait pas à se représenter ce garçon, tout juste sorti de l’adolescence, déambulant au milieu des hommes et des femmes des Îles de Fer. Au milieu des âmes lessivées par l’eau de mer. Lessivées par la vie. Il était naïf, naïf comme elle-même l’avait été avant de se retrouver face au Choucas. Pourquoi devait-il donc y aller ? Décidemment, tout était de sa faute.

Il l’exhortait, une fois encore, à ne pas s’en vouloir. Il répétait son nom et faisait preuve de toute la douceur secrète dont un être humain puisse être capable. Theon pouvait-il être capable de tant de bonté ? Lyra avait toujours su, au fond d’elle, qu’il était un bon garçon. Malgré les mauvaises farces, les moqueries, les coups en douce de l’enfance… Il n’était pas cruel comme pouvaient l’être certains garnements. Et c’était justement cette gentillesse dévoilée qui la tuait. Elle aurait préféré qu’il se montre infâme. Qu’il l’insulte, lui dise que oui, elle était la fautive. Qu’elle lui volait sa vie, qu’elle l’envoyait en exil. Peut-être que la réalité aurait été plus facile à digérer ainsi.

« Vous êtes trop gentil, » dit-elle, en répétant ce qu’elle pensait depuis le début de leur échange. « Je ne mérite pour tout cela… »

Il s’était agenouillé tandis qu’elle reposait, immobile, sur l’accoudoir du fauteuil, les jambes tournées vers la cheminée. Ainsi, il ressemblait encore plus à un petit garçon. Pourtant, c’était Lyra qui se sentait comme une fillette, s’évertuant en excuses et en pardons face à la plus grosse bêtise qu’elle n’ait jamais commise. Celle, au final, d’accepter de troquer sa vie contre la sienne. Les plus courageux se seraient refusés à un tel échange. Mais actuellement, Lyra était loin d’être brave. Elle ne rêvait que d’une chose, pouvoir rentrer chez elle, serrer sa famille dans ses bras et attendre que le temps fasse son œuvre.

Les paumes brûlantes de Theon vinrent recouvrir celles de la brune. Elle leva ses yeux bouffis et rouges vers lui.

« Je ne vous oublierai pas, »
répondit-elle, un air grave peint sur le visage. « Je vous écrirai, lorsque vous serez à Pyk. »

Une décision prise à l’instant. Elle ne voulait pas laisser le jeune homme devenir une connaissance, un étranger puis un mirage. Elle ne voulait pas l’abandonner à des terres et des flots cruels.

« Je vais essayer, » promit-elle. « Vraiment, je vais essayer. »

D’oublier. De guérir. De vivre. Les yeux s’arrêtèrent de couler. La gorge se relâcha. La main froide vint recouvrir celle de l’autre. Elle avait eu besoin d'un ami. Et Theon avait su l'être.
 


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Now and Always
Theon Greyjoy
Now and Always
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon C71t
(FB) The ragged edge | ft. Theon Tumblr_pqqpoaSQlG1qiyullo4_400
Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford & Robar Royce
Messages : 334
Date d'inscription : 10/10/2018

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyLun 26 Aoû - 12:39

The ragged edge

Theon & Lyra ∆ The world was on fire and no one could save me but you. It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you. And I'd never dreamed that I'd lose somebody like you.


☾☾ Quel avenir aurait-il eut s'il était resté à Winterfell ? Il se le demandait. Dans les yeux de nordiens arrivant chez les Stark, il n'était que l'engeance des fer-nés, la punition clémente d'un roi envers un seigneur, un cas désespéré. Mais pour la plupart, pour ceux qui avait l'habitude de fréquenter la cour des anciens rois du Nord, pour ceux avec qui il avait grandit, il était Theon. Theon de la même manière que Jon n'était que Jon, que Lyra n'était que Lyra et que Jorelle était cette satané Jorelle. Il n'y avait pas de nom, pas de passé, pas de ressentiment. Alors que ce serait-il passé ? Que serait-il advenu de lui si Lyra n'avait jamais été emmené de force sur les Iles de Fer, violenté par son oncle, ramenée par Asha, monnayée contre sa propre liberté ? Serait-il resté ici, à Winterfell ? Ou Lord Stark l'aurait-il laissé partir, un jour ou l'autre ? Et si les dieux du seigneur du Nord s'étaient rappelé à lui ? Qu'aurait fait sa veuve ? L'aurait-elle mit dehors comme il s'attendait qu'elle le fasse avec Jon ? Dans ses rêves, il ne voyait plus Pyk: la forteresse familiale s'estompait de jour en jour, ne devenant qu'un rêve lointain d'une vie qu'il n'avait pas la sensation d'avoir été la sienne. Il n'avait jamais oublié le regard lavande du Roi Dragon, le genoux ployé de ce père qu'il admirait tant, les larmes de sa mère alors qu'on l'arrachait de ses bras. Il n'avait pas oublié la cruauté de ses frères aînés mais Pyk, tout comme Asha, tout comme le visage de sa propre mère, devenait chaque jour, chaque lune un peu plus flou. Si elle n'avait pas porté le kraken symbolique de la maison Greyjoy, sans doute n'aurait-il pas reconnu Asha. Sans doute aurait-il pensé qu'elle appartenait aux Mormont ou à quelques maison nordienne ? Et il avait honte. Quel piètre fils, frère, héritier il faisait pour ne plus se souvenir des siens, pour presque désirer rester ici, dans le Nord, auprès de ceux qui, peu à peu, était devenu sa nouvelle famille. Jon. Wynafryd. Lyra. Jorelle. Arya. Autant de nom qui deviendrait peu à peu des fantômes, lorsqu'il retrouverai sa place légitime auprès des siens. Et pourtant ... La partie arrogante et ambitieuse de son être lui chuchotait qu'un mariage avec la jeune Sansa pouvait être une opportunité: ils étaient de même rang après tout et il avait grandi auprès des Stark ... Mais Sansa n'était qu'une enfant et Lady Catelyn préférerait mourir que d'entendre cette hypothèse. Et lui ? Qu'aurait-il voulu ? Vivre ici, dans le Nord ou retourner près des siens ? Il ne savait plus. Il avait passé tant de temps à rêver de son retour qu'il n'avait pas songé que cela pourrait, un jour, arriver réellement. « J'aurai aimé pouvoir rester auprès de vous, ma dame. » confia-t-il avec un sourire emplis de tristesse. S'il était resté, lui aurait-il dit ? Lui aurait-il confié qu'elle animait des émotions bien différentes de celles des autres filles qui les entouraient ? Sans doute pas. Et les évènements ne le lui ferait jamais avouer: c'était son oncle qui avait fait du mal à Lyra, et une fois qu'il passerait les murs de Winterfell, il redeviendrait un fer-né. Un fer-né peut être moins détestable que les autres, mais un homme comme celui qui lui avait fait tant de mal.  « Vous en savez sans doute désormais plus sur Pyk et ma famille que moi même ... » ajouta-t-il en songeant qu'il s'apprêtait, au final, à rejoindre des inconnus. Il avait quitté Pyk enfant, gamin avec sa vision idéalisée d'un père puissant, d'une mère présente, d'une soeur ... Qui était une soeur mais surtout une fille ! Et il découvrait qu'elle ne ressemblait en rien à Sansa Stark. Qu'allait-il découvrir d'autre ? Son coeur se serrait de voir Lyra si malheureuse, si coupable de le savoir bientôt chez lui. S'il avait pu lui épargner cette peine, sans doute l'aurait-il fait: elle avait été suffisamment éprouvée, elle méritait bien le repos et la paix de l'âme.  « Gentil ? Je ne pensais pas qu'on me qualifierait un jour d'être gentil ... » dit-il en étouffant un rire nerveux.  « Je ne suis pas gentil, Lady Lyra. Je vous dois tout. Si vous n'étiez jamais revenue, qui sait ce qu'aurait été mon avenir ? Je reste un fer-né, même si pour vous, je ne suis que Theon, et bien des gens n'apprécient guère de me voir dans l'entourage proche de Lord Stark. » expliqua-t-il, cherchant à l'apaiser. Cela était vrai. Si malheur lui était arrivé, il aurait été la cible idéale pour une vengeance. Il ignorait quels mots dire pour la libérer, quoi faire pour qu'elle cesse de trembler, de ressembler à une frêle créature en proie à ses cauchemars. Il ne voulait pas la brusquer mais le lien qui se créait, d'un captif à une autre, était d'une rare puissance: il l'avait apprécié lorsqu'elle n'était qu'une amie, il se sentait désormais à jamais lié à elle. Tandis que sur lui se posait les yeux larmoyants de la nordienne, il serra ses mains dans les siennes, maladroit. Il ne savait pas parlé aux femmes. Lyra n'était pas l'une des prostituées du Village de l'Hiver où il avait ses habitudes, c'était une Dame, une femme de tête et de coeur qui avait subit d'horribles choses: le moindre faux pas et il craignait qu'elle se brise. « J'en serai ravi, ma dame. S'il ne doit y en avoir qu'une qui garde souvenir de moi, qui ne m'abandonne pas à mon destin, je serai plus qu'heureux que ce soit vous. » Il ne connaissait rien de l'amour courtois, ce n'était pas ses moeurs, ses valeurs, sa manière d'être. Mais à l'instant, il songea sincèrement qu'il n'y avait qu'elle dont il ne voulait pas perdre l'affection. Leurs chemins se sépareraient bientôt, mais elle resterait à jamais, le phare d'une vie passée, la seule capable de comprendre ce qu'il avait vécu ici tout comme il serait sans doute le seul capable de saisir ce qu'elle avait enduré à Pyk. « Je sais que vous en êtes capable, Lady Lyra. » lui assura-t-il avec un regard bienveillant. « Savez vous comment l'on m'a apprit l'existence de l'Île aux Ours ? J'étais un enfant de l'âge de Brandon ou Arya lorsque Mère entreprit de me montrer une vieille carte appartenant à notre maison. Une carte des côtes ouest de Westeros. A l'époque je pensais que tout ce qui était une île, appartenait à ma famille et mon frère aîné, puisse-t-il reposer en paix, adorait me faire peur. Il me conta l'histoire de nos ancêtres, venus sur cette île pour y chercher du bois afin de construire la flotte des Iles de Fer, et profitant de 'absence des hommes pour piller des villages ... » L'Antique Voie pouvait être cruelle pour les victimes, mais il savait que Lyra connaissait les histoires des raids fer-nés sur les côtes aussi bien que lui et ne chercha pas à arranger l'histoire pour la rendre moins cruelle. « Ils ont été plus que surprit de voir des femmes défendre corps et âme leur île et leurs possessions et de cela est née la légende des femmes de l'île aux ours, des femmes aussi redoutables qu'une flotte fer-née ! » dit-il, terminant son histoire. « La première fois que vous êtes venue à Winterfell avec vos soeurs, lorsque Lord Stark m'a dit que vous étiez des Mormont de l'Île aux Ours, j'ai imaginé de farouches guerrières mais vous étiez la délicatesse incarnée. Bien mal m'en a prit de me laisser avoir, votre soeur m'a suffisamment montré que derrières vos jupes et votre élégance se cachaient de redoutables femmes qu'il ne fallait pas sous estimer. » Combien de fois avait-il frémit en voyant Dacey le regarder ? Combien de fois avait-il râler d'observer la victoire de Jorelle sur sa personne ? « Vous êtes l'une d'elle, Lady Lyra. Vous êtes redoutable, vous êtes forte et même si vous n'en avez point conscience pour l'heure ... Je sais que vous parviendrez à faire de cet ... Episode, une force. » Elle était capable de supporter des choses dont elle n'avait pas idée et il espérait que, dans les prochaines années, elle se rende compte de cette force qui était la sienne.


CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR SIGYN & ZUZ'


aleon (+) The first time I saw Winterfell, it looked like something that had been here for thousands of years, and would be here for thousands of years after I was dead. I saw it and I thought, ‘Of course Ned Stark crushed our rebellion and killed my brothers.’ We never stood a chance against a man who lives here.  ☾☾
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Norroit
Dame
Valar Dohaeris
(FB) The ragged edge | ft. Theon Rcrd
Ft : Millie Brady
Messages : 342
Date d'inscription : 06/01/2019

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon EmptyDim 15 Sep - 20:37

The ragged edge

An 297, Lune 2, semaine 4



Theon Greyjoy & Lyra Mormont

Dans l’âtre, le feu crépitait lentement, presque au rythme du coeur fatigué de la troisième ourse. Il enveloppait de son mieux les frêles épaules de la jeune femme d’une chaleur réconfortante. Mais Lyra les sentaient à peine, ces flammes qui pourtant menaçaient de lui lécher les pieds. En revanche, Theon l’irradiait. De ses mains moites, de ces mots trop compréhensifs. De ces yeux qui tentaient sans le vouloir de masquer l’appréhension qu’il ressentait.
Malgré les événements, malgré les circonstances, il y avait dans cette conversation brisée les relents d’une tendresse enfantine. Une amitié endormie que la tristesse réveillait. Une culpabilité sourde que Lyra craignait de ne jamais parvenir à oublier.

Son aveu égoïste de le voir rester à Winterfell, auprès de ceux qui étaient devenus les siens, trouva un écho chez le Greyjoy qui lui répondit avec une sincérité étranglée. Une phrase prononcée que la brune accepta autant comme un coup que comme un baume. Depuis toute petite, une fois sa crainte du fer-né passée, elle avait craint qu’il ne parvienne pas à s’intégrer dans le Nord. Après tout, les préjugés qu’elle avait éprouvé à son égard, elle n’était pas la seule, ici, à les ressentir. À juste titre, après tout. Mais Theon n’était qu’un petit garçon innocent qui ne savait rien des rites et des usages du peuple parmi lequel il avait eu le malheur de naître. Alors, elle avait eu peur que les nordiens tardent à ouvrir les yeux. Tardent à le voir tel qu’il était vraiment. Elle avait alors tout mis en oeuvre, lors de leurs rencontres, pour qu’il se sente à l’aise. Finalement, il avait trouvé sa place. Mais il était trop tard. Elle voyait cela comme un mauvais coup du sort. Elle qui avait tant souhaité que les Stark lui fassent une place, voilà qu’elle était celle qui la lui arrachait.

« Votre avenir ? Oh Theon, vous seriez resté ici… Bien sûr que vous seriez resté ici. »

Il était facile de se représenter sa vie si les choses avaient été différentes. Malgré ses origines des Îles de Fer, il était de sang noble, dernier fils de lord Greyjoy. Cela n’était pas anodin. Et un lord du nord aurait bien consenti à laisser la pupille de lord Stark épouser une de ses filles. L’âme foncièrement optimiste de Lyra ne pouvait voir les choses qu’ainsi. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il lui était aisé de se représenter l’idée trop belle d’un futur radieux où rien ne changerait jamais. Un fantasme dont son esprit éparpillé avait besoin de croire, n’était-ce que pour quelques minutes. Un fantasme où ni elle ni Theon n’étaient deux jetons intervertis à loisir, deux pions cibles des caprices d’un destin qu’ils ne maîtrisaient pas.

« J’attendrai votre réponse, dans ce cas. »

De cette naïve promesse scellée naquit un des rares sourires de la fille de Maege depuis le début de la conversation. Elle en fut presque apaisée, malgré ses yeux bouffis et ses joues rouges. Il semblait finalement que l’aura miséricordieuse de Theon parvienne à la toucher.

Il redoubla une dernière fois d’encouragements. Les légendes sur l’Île aux Ours et ses habitants faisaient toujours forte impression et pendant longtemps, Lyra n’était pas parvenue à s’identifier aux femmes incroyables dont on comptait les histoires guerrières contre les fer-nés et les sauvageons. Trop douce, trop délicate, elle n’était en rien sa mère et ses soeurs. Ce n’est qu’avec le temps, les années et l’entraînement qu’elle avait fini par s’approprier l’identité de ses ancêtres et de sa famille. Aujourd’hui, à nouveau, ces histoires lui étaient étrangères. N’importe quelle autre femme de l’Île aux Ours aurait montré plus de volonté qu’elle lors de sa captivité. Elle, n’avait été bonne qu’à ployer l’échine en endurant. De ces troubles intérieurs elle ne laissa rien paraître et elle se contenta d’acquiescer, un sourire, plus las cette fois, étirant ses lèvres blafardes.

« J’espère que vous dites vrai, lord Theon. Je l’espère de tout mon coeur. »

Des bruits de pas suivis d’un toc-toc rapide brisèrent l’atmosphère étrange qui baignait la petite pièce tiède. Le court silence fut interrompu par la voix mélodieuse d’une domestique. Lyra était attendue.

Elle se redressa péniblement sur ses jambes trop maigres.

« Lord Theon… Theon… Je… Merci, » souffla-t-elle d’une voix étouffée. « Je vous en prie, prenez soin de vous. J’attendrai de vos nouvelles. »

Ses mains se délivrèrent des siennes et après un dernier regard où les larmes menaçaient à nouveau de poindre, elle laissa derrière elle le jeune homme qu’elle avait connu toute sa vie et qui, bientôt, s’en irait à tout jamais.
 


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

(FB) The ragged edge | ft. Theon Empty
MessageSujet: Re: (FB) The ragged edge | ft. Theon   (FB) The ragged edge | ft. Theon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
(FB) The ragged edge | ft. Theon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agnar.d.Edge[terminer]
» Fatal Four Way : MVP VS CM Punk VS Edge VS Kane
» DOWNWARD SPIRAL EDGE 13.02 - 11h00
» Smackdown Elimination Chamber Match
» JBL VS Edge.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: