RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Toutes les nouveautés de la 21e MAJ sont à découvrir ici
Nous avons besoin de monde dans le Bief et le Val d'Arryn ! Points à la clé !
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 Lyra - The third she-bear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dame
Lyra Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Millie Brady
Messages : 185
Date d'inscription : 06/01/2019

MessageSujet: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:26

Lyra Mormont

This, I'll defend




feat. Millie Brady

Prénom Nom : Lyra Mormont, autrefois Greyjoy, désormais Norroit Date et lieu de naissance : Lune 5, semaine 1 de l'an 278 à l'Île aux Ours Statut de sang : Noble Statut social : Lady de la maison Mormont, ancienne dame de la maison Grejoy, elle appartient aujourd'hui au clan des montagnes Norroit Situation maritale : Tout juste mariée à Brandon Norroit, l'héritier du clan, elle fut avant cela la femme-roc d'Euron Greyjoy. Souvenir douloureux longtemps tu, maintenant disparu. Allégeance : Aux Mormont et aux Stark viennent s'ajouter les Norroit. Particularité : Bien que considérée comme la plus délicate des ourses, Lyra n'en demeure pas moins une excellente chasseuse et pisteuse.

caractère

Douce Mélancolique Secrète Fière Optimiste Calme Lunatique Manque d'ambition Brave Observatrice


Votre personnage a-t-il confiance en la politique du Roi Rhaegar ?

200 mots minimum : Dire que le Nord regarde la famille royale avec l'oeil du dédain est un euphémisme. S'il existe une méfiante naturelle entre le sud et le nord - en raison des nombreuses différences de moeurs, de coutumes et de culture - il n'en est guère de plus brutale qu'entre les Targaryen et les Mormont. Les deux familles sont aux antipodes. Difficile donc de se sentir proche d'eux, de les accepter et de les supporters pleinement comme les souverains de Westeros et par extension de leur petite île perdue dans la Baie des Glaces.
Pourtant, la défiance s'est accentuée après le rébellion de Robert Baratheon dont le Nord a été une terrible victime. Privée d'héritier, enfermé dans un palais doré, entre la pupille et l'otage, le région n'en est devenue que plus belliqueuse.
Naturellement, Lyra est née et a été abreuvée de ce désamour. Pourtant, d'une nature conciliante, elle a voulu donner une chance aux Targaryen et en particulier à Viserys lors du retour de Robb Stark à Winterfell. Si la partie de chasse aurait très mal pu se finir, elle et le Prince se sauvèrent mutuellement. Lyra ne s'attendait certainement pas au retour de flammes de ce coup du sort bénéfique. Des lunes plus tard, Viserys empoisonnait Wylla Manderly. Lyra se sent coupable. La nouvelle estime qu'elle éprouvait pour la famille royale s'en trouva ternie - en dépit du procès ordonné par le Roi -. Bien qu'elle se fasse violence pour se rappeler l'histoire de Jorah Mormont, guère différente de celle-ci, l'indépendance offerte aux Îles de Fer, ennemis historique du Nord, la plonge dans la perplexité. Réfléchie, elle reste cependant sur ses gardes avant de se prononcer sur quoique ce soit.

Quel a été l'impact du retour de la magie sur votre personnage ?

200 mots minimum : Le Nord est une terre de magie. Si ce n'est la terre de magie de Westeros. Dernier fief des enfants de la forêt, demeure d'être humains aux dons spéciaux, forteresse de glace ayant autrefois abritée des géants, la neige immaculée semble imprégnée de mystère. Ici, les coeurs appartiennent aux Anciens Dieux et les yeux se ferment devant les barrals immaculés sculptés de visage tantôt bienveillants tantôt terrifiants.
Lyra connait toutes les légendes sur le bout des doigts. Aujourd'hui encore, bien qu'elle ne soit plus une enfant, elle s'amuse à raconter aux plus curieux que les femmes Mormont sont des change-peaux et que son père est un ours. Des âmes naïves sont prêtes à la croire, alors elle ne s'en prive pas.
De ne jamais avoir douté de la magie pourrait lui conférer un avantage certain dans ce nouveau contexte. En effet, elle n'est pas une âme naïve, elle. Elle se garde bien de connaître l'émerveillement aveugle car si la magie peut être bénéfique, elle a - comme tout - un revers plus sombre qu'elle a appris à redouter. Les temps ont changé, certes. Mais cela ne veut pas dire que cela sera pour le mieux.

Derrière l'écran

Cendre 24 ans Un peu tous les jours, mais plus présente le week-end     J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Je reviens d'entre les morts  
Ancienne joueuse de Lyra il y a maintenant un petit bout de temps, j'avais fait un retour épisodique il y a plus d'un an   Après avoir délaissé les forums RPG durant un long moment, j'ai souhaité remettre le pied à l'étrier ! Et quoi de mieux que sur le forum sur lequel je suis restée le plus longtemps ?  
Pour en dire un peu plus sur moi, je n'ai pas changé   Toujours fan de tisane, de thé, de plaid, de chats et de Netflix  

DRACARYS, avatar par CRÉDIT?, icone par CRÉDIT?


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Millie Brady
Messages : 185
Date d'inscription : 06/01/2019

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:26

Histoire

Here, I'll stand





« Il y a une gravure sur notre porte. Une femme drapée d’une peau d’ours, un enfant de lait sur son bras, accroché à son sein. Dans l’autre main, elle tient une hache de guerre. »


Les yeux creux de la sculpture la toisaient. Elle était bien peu hospitalière, cette dame, armée de sa grande hache. Peu avenante, elle ne souriait pas. Le bébé lui même paraissait brusque et affamé. Ses vêtements, un mélange de cuirasse, d’acier et de guenilles déchirées lui donnaient une allure sauvage, bien loin de la délicatesse des femmes du Sud. Drôle d’accueil que réservaient les Mormont à leurs visiteurs. En effet, voir pareille image avant de pénétrer dans l’antre des ours laissait à réfléchir. Que se trouvait-il, derrière la porte ? Un ours prêt à dévorer les importuns ? Une forêt d’épée prête à pourfendre les gêneurs ? Rien de tout cela. La réalité pouvait même décevoir les plus imaginatifs et les plus curieux. La demeure était bien humble. Faite de rondins de bois, meublée avec peu de goût et de manière très rustique. Une grande table, des bancs sombre, une tapisserie représentant un immense ours noir, rugissant sur un fond vert et surtout, surtout une immense cheminée. Et autour de cette cheminée, le soir, l’on pouvait trouver trois petites filles réchauffant leurs paumes sales prêt des flammes. À côté des enfants, une grande femme robuste et bourrue, semblable en tous points à la sculpture rencontrée précédemment nourrissait un bébé au sein. Maege avait les lèvres pleines, traversées par une fine cicatrice oblique, ce qui lui donnait l’air de souffrir un peu, alors qu’il n’en était rien. De son visage carré, ressortaient ses incroyables yeux verts et perçants ainsi que ses hautes pommettes souvent rouges. Une carrure imposante, faite pour protéger ses enfants. De long cheveux châtains, bien que ternes. Lyra se rappelait sa voix rauque et de ses dents mal alignées.

C’était probablement la première image qui fut gravée à jamais dans sa mémoire. Le reflet des flammes dans les yeux de ses sœurs, Dacey et Alysane. Jorelle, toute petite, accrochée au sein de sa mère. Celle-ci les regardait bienveillante et rustre, surveillant que leurs doigts ne s’approchent pas trop des étincelles. « Essayez donc, ça vous fera une bonne leçon ! » grondait-elle souvent. La troisième ourse devait avoir deux ou trois ans. Les détails étaient flous, mais l’essentiel était là : la chaleur du foyer. La présence de sa famille. L’immense ours noir qui les observait, lui aussi, à la fois menaçant et protecteur.

Dans le coin de la pièce, un homme se tenait debout, droit et sévère. Ses souvenirs d’enfant de lui avaient jamais permis de voir nettement son visage et ses traits. Elle ne se rappelait que de cette aura préoccupée qu’il dégageait. Plus tard, Dacey lui avait appris, lorsque sa petite soeur lui avait posée la question lui permettant d’identifier ce mystérieux inconnu, qu’il s’agissait de leur cousin Jorah alors qu’il partait rejoindre Robert Baratheon.

Aujourd’hui, alors que la petite ourse avait sept ans et qu'elle traçait encore et encore les contours de la gravure de leur porte avec son index, elle comprenait l’importance de ce souvenir qui lui était si précieux. Pourtant, si Maege, Dacey, Alysane et Jorelle apparaissaient clairement dans son esprit comme cette femme, enfantant et combattant à la fois, elle n’arrivait pas à se représenter en elle. Jusqu’à preuve du contraire, elle était bien une fille (à moins qu'on ne lui ait menti sur toute la ligne), mais c’était bien le seul point commun qu'elle trouvait existant entre la gravure et elle. La petite fille n’avait pas cet air féroce qu’elle portait et qu’Alysane avait sur les traits. Elle ne tenait pas fermement cette hache qui était comme l’extension de son bras et que Dacey empoignait souvent avec dextérité. Elle n’était pas sauvage comme l'étrange femme était et dont Jorelle avait si bien hérité. Et Lyra ne dégageait pas cette douce force, cet air protecteur qui allait si bien à sa génitrice. Non, de toutes les sœurs Mormont, elle était la plus menue et la plus gracile. Toujours souriante, jamais grognon, elle avait conservé cet air rêveur et naïf dont ses sœurs s’étaient si facilement débarrassé.

La fillette souffla, morose. Sa mère disait qu'elle ressemblait à son père. Père qu'elle ne connaissait ni de nom ni d'apparence. D’ailleurs, elle avait jusqu’à tard cru les paroles de sa mère, lorsqu’elle répétait que toutes ses filles étaient les filles d’un ours. Elle avait aujourd'hui bien compris que c’était impossible, mais se plaisait à imaginer son paternel immense, recouvert de poils noirs, au museau court et sombre. Du moins, si elle n’était pas la fille d’un plantigrade, ses sœurs, elles, devaient l’être. Elle ne trouvait pas d’autres explications.

Un grand cri l’arracha à ses pensées et lui fit lever le nez. Aucun doute, cela provenait du petit village de pêcheurs, juste en bas de la bute où était construite la demeure en rondins. Retroussant ses jupes crottées, elle dévala la pente en trottinant, plus curieuse qu’inquiète. Un nouveau hurlement fit dresser les petits cheveux noirs de sa nuque. Une odeur de brulé lui chatouilla les narines. Elle fronça le nez. L’inquiétude la gagna petit à petit, comme une ombre désagréable qui vous cachait le soleil. Un rougeoiement sournois s’échappait d’un toit de chaume et de paille. Heureusement, un petit crachin s’était mis à tomber. Aucun doute qu’il allait se transformer en pluies torrentielles d’ici peu. Le climat était peu agréable sur l’île aux Ours, mais elle avait toujours apprécié la pluie. L'enfant pressa le pas, salissant un peu plus sa robe.

Au détour du virage, elle vit ce qu'elle redoutait le plus. Une petite flotte se dressait entre les flots gris et glacés de la Baie des Glaces. Menaçants, les bateaux voyaient décharger des hommes et des femmes dont elle n’apercevait que les silhouettes se déplacer droit sur eux. La troisième ourse ouvrit la bouche comme un poisson mort, éberluée, sans qu’aucun son ne parvienne à franchir le seuil de ses lèvres. La peur coupe plus fort que les lames. Ses mains se trouvèrent soudain gelées, ses veines desséchées de leur sang. Une attaque. C’était une attaque.

Les voix désespérées redoublèrent d’intensité et les flammes naissaient maintenant sur tous les toits. Fer-nés ? Sauvageons ? Fer-nés ? Sauvageons ? Fer-nés. Sans réfléchir, elle se précipitait en avant. Que devait-elle faire ? Rentrer chez elle ? Se terrer comme une taupe alors que des hommes et des femmes combattaient ? Si elle pouvait sauver, ne serait-ce qu’une personne… La petite fille se cacha dans un talus alors qu’un homme sentant la mer déambulait dans le village, l’épée couverte de sang. Sa gorge se serra si fort qu'elle crut étouffer. Que pouvait-elle faire ? Que pouvait-elle faire ? Les yeux rivés sur l’envahisseurs, elle vit sa lame pourfendre l’estomac d’une femme, une tisserande qu'elle connaissait bien. Elle glapit, révulsée. Les attaques étaient courantes. Ils en venaient toujours à bout. Elle se répétait cette phrase, dissimulée entre les feuilles, morte de peur.

Puis, un vieillard qui devait avoir cent ans jaillit comme la foudre, masse en main, la visage déformé par la rage. Il tremblait comme une branche secouée par le vent. Il était évident qu’il ne parviendrait jamais à venir à bout de son ennemi, robuste et vigoureux. Elle bougeai toute seule, sans réfléchir. Elle attrapa une grosse pierre noire à pleine main et la balançait dans le visage du fer-né. Son tir fit mouche. La roche rencontra le nez du pillard dans un craquement sourd et lugubre. Il grogna de surprise et de douleur et se tourna vivement vers la source du jet, à savoir l'enfant. Leurs pupilles se croisèrent. Une cascade de sang se déversait de ses narines jusqu’à son menton, en passant par ses lèvres entrouvertes. Le vieux pêcheur en profitant pour enfoncer profondément sa masse dans le cou du marin. Sa nuque prit une torsion étrange, formant un angle droite parfait. Du sang jaillissant de sa bouche vint se mêler au rouge sortant de son nez. Il s’affala comme une poupée de chiffon dans le sable noir. Interdite, elle regardait le cadavre brisé et l’homme au visage ridé qui soufflait comme un bœuf.

Une main puissante attrapa la fillette par le col, la soulevant de terre comme une poupée de chiffon. Elle lâcha un cri strident alors qu'elle se tortillait comme un vermisseau. L'homme qui la tenait avait la face couverte de rouge et arborait un bouclier défoncé. Elle se mit à frapper de ses petits poings sa cage thoracique, tout en criant comme une sauvage. Cela dû importuner son agresseur qui la frappa au visage sans vergogne. A moitié sonnée, elle entendit le rugissement maternel qui promettait la vengeance.

Gesticulant avec la force du désespoir, elle ne vit jamais le dernier coup venir.




*




« L’Île aux Ours a donné naissance à cinq filles, aussi sauvages et impitoyables que l'îlot qui les a fait jaillir de ses entrailles. Dacey l'héritière était la guerrière, aussi gracieuse et belliqueuse que les vents d'hiver ; sa première sœur Alysane, était dangereuse et maternelle comme une mère ourse. Lyra était la rêveuse, douce et délicate comme les ciels d'été sur la baie ; Jorelle était la rebelle, le garçon manqué intrépide. Lyanna était la plus jeune, celle que l’on protégeait farouchement, mais aussi audacieuse et sévère que ses sœurs. Les ourses de l’Île aux Ours avaient tempéré leur rage et leur force pour marcher derrière le loup et le cerf, mais toute personne qui osait sous-estimer, même la plus calme d'entre elles était sûr de connaître exactement quel genre de filles élevait la maison Mormont. »


L’Île aux Ours n'était jamais aussi belle que lorsque le ciel se préparait, encore lumineux, à s’encombrer de nuages gonflés d’une neige estivale; les arbres emmêlaient leurs branches les unes autour des autres, s’étranglant presque, seulement pour être séparés par le vent rugissant, qui balayait tout sur son passage. La pluie menaçait, mais c’était la neige qui était promise; les vagues roulaient dans la Baie des Glaces, mordant contre la côte rocheuse, désireuses d'inonder les maisons et les habitants de la terre ferme. Elle était émerveillée par la résistance que petits bateaux de pêche en bois offraient contre la puissante mer; refusant de se soumettre leur disparition aqueuse sans un dernier combat. C’étaient les hommes qui les attachaient rapidement aux docks qui semblaient lutter et souffrir le plus. Comme une ombre, Lyra regardait derrière un amas de jeunes fougères, surveillant les villageois. Les enfants couraient à travers le rivage, récoltant pierres et coquillages avant que leurs mères respectives ne leur hurle de revenir. La plus petite du groupe, une fillette avec un tas de cheveux d'or ébouriffés autour de son visage, bousculait son frère aîné pour ramasser la plus belle coquille de la plage caillouteuse. Une vraie beauté de l’Île aux Ours; forte et agile. Elle sourit et s'’enveloppa dans mon manteau vert terne serré autour de ses épaules. Elle n'eut pas le temps de remarquer sa sœur, Alysane se glisser derrière elle. La petite femme robuste se déplaçait avec une incroyable finesse; un trait redoutable.

« Allons chasser, » décréta-t-elle.

Sa cadette opina derechef, un grand sourire sur les lèvres avant de la suivre, cheminant à travers les bois qu'elles connaissaient par cœur.

Après sa mésaventure lors d’une attaque de fer-nés, survenue six ans auparavant, elle s’était faite rabrouée par sa mère. Elle comprenait sa colère. Qu’avait-elle cru faire alors qu'elle ne savait pas encore manier ni épée ni masse ? Tous ses entrainements s’étaient révélés infructueux, augmentant son sentiment d’insécurité face à ses sœurs qui étaient des guerrières nées. Elle avait accepté cette différence avec un air bonhomme, un presque « tant pis ! » affligé. Mais, à sept ans, la petite fille avait enfin compris que ce n’était pas possible. Elle ne pouvait décidément pas se laisser vivre et s’appuyer sur ses sœurs et sur les villageois, si elle espérait survivre sur leur île si inhospitalière. Il fut décidé qu'elle ne serait pas une femme de mêlé. Jamais elle ne pourrait combattre en première ligne, en compagnie de Dacey, d’Alysane ou Jorelle. Elle n’était si la plus robuste, ni la plus forte. En revanche, elle était réfléchie, précise et calme. Elle ne s’emportait que très rarement et était d’une discrétion à toute épreuve. Aussi, il fut décidé qu'elle deviendrait une archère. Si elle était restée quelques temps dubitative, ses doutes s’étaient dissipés bien vite. Fine et rapide, ses flèches trouvaient toujours leurs cibles.

Leurs pas silencieux foulaient la terre humide et gorgée d’eau. La chasseuse s’immobilisa, tendant l’oreille. Au loin, une ombre fugace, furetant entre les arbres alertèrent ses sens de trapeuse. Un regard échangé avec sa sœur ainée l’informa qu'elles avaient vu la même chose. Une biche bondissait, tranquille, remuant la boue de temps à autre avec ses sabots et son museau, pour trouver quelques brins d’herbe. Une proie en or, certainement. L'archère attrapa son arc qui jusque là barrait son dos et récupéra une flèche dans son vieux carquois de cuir usé. Elle ferma un œil et respira profondément. Il ne fallait pas s’agiter. Accroupie derrière un buisson, elle prit son temps avant de laisser filer sa flèche qui perça l’air dans un sifflement. La pointe d’acier s’enfonça dans le front de la bête qui n’eut même pas le temps de tourner la tête vers ses meurtrières avant de s’effondrer. La jeune fille n’éprouvait aucun trouble en son cœur. Elle aimait chasser, mais simplement pour la survie. Les Mormont avaient beaucoup de bouches à nourrir ces derniers temps. Alysane avait eu une fille, Marthe, et la jeune mère avait besoin de force. Leur petite-sœur Lyanna venait également de naitre. Elles accueillaient aussi la nouvelle épouse de leur cousin Jorah.

Le couteau de sa sœur déchira avec habileté la peau de l’animal. Elle l’écorcha avec précision et découpa les bouts de viandes que sa cadette fourrait dans leurs sacs. La chasseuse remerciait mentalement les anciens dieux, Alysane récupéra la peau et elles laissèrent la carcasse là, pour les autres bêtes affamées.

Une fois de retour, Lyra aida leur cuisinière à s’occuper de la venaison. Le foyer, toujours convivial et chaleureux était bruyant de voix, d’exclamations et de rires. Pourtant, la femme de Jorah, Lynce Hightower restait désespérément muette, toisant son assiette de viande d’un air dégouté. Assise à sa droite, la troisième fille de Maege s’inquiétait de ne pas la voir manger.

« Tout va bien ? » lui demandait-elle d’une voix concernée.

Elle se tourna vers elle, comme piquée par une guêpe. La dame du sud était d’une incroyable beauté. Son visage blanc était encadré par de long cheveux blonds, relevés en une coiffure distinguée et élaborée. Elle avait toujours les plus belles robes et les plus beaux souliers, se parant des plus beaux vêtements. La jeune fille avait souvent entendu sa génitrice maugréer que tout leur argent finirait au cou de cette femme qu’elle ne portait guère dans son cœur.

« Nous l’avons chassé nous même et notre cuisiniè- »

« Êtes-vous vraiment des change-peaux ? Votre père est-il un ours ? » la coupa-t-elle, à la fois dédaigneuse, méprisante et effrayée.

Sa voisine haussa les sourcils, faussement surprise.

« Bien sûr, » lui répondit-elle du tac au tac, aussi douce que possible. « Tout le monde est au courant ici, » lui assurait-elle avec un sourire.

Elle fronça le nez et pinça les lèvres, probablement dégoutée. Ses sœurs et moi adoraient raconter cette histoire.

Le repas se termina sans que Lynce ne réouvre la bouche. Lorsque les jeunes ourses se  retrouvèrent seules, Jorelle raviva le feu avant de se lancer.

« Je ne vois pas ce que Jorah lui trouve, à cette idiote. Elle est aussi bête qu’une pomme de pin. »

L'archère s’esclaffa doucement.

« L’amour est un ours vêtu comme une abeille. Tout va bien, à moins que tu ne sois un saumon nageant dans un rivière de miel. »

Sa petite tentative pour détendre l’atmosphère ne rencontra pas le succès qu'elle espérait.

« Cette femme ne nous apportera que des problèmes, » conclut Dacey.

Et comme d’habitude, leur sœur ainée n’avait pas eu tord. L’appétit d’or de cette femme s’avéra titanesque et leur pauvre cousin, aveuglé par sa jolie épouse dépensa toutes leurs économies. Et il dépensa si bien qu’il dut rapidement trouver de l’argent et versa doucement dans la traite d’esclaves. Si sa famille avait bien vu que quelque chose clochait, les faits leur apparurent en pleine lumière lorsque lord Eddard Stark dénonça son vassal, apportant avec lui le déshonneur sur les Mormont. Si elles étaient tentées de protéger Jorah, leur fidélité à la famille suzeraine du Nord restait flamboyante. Les Stark leur avaient offert l’Île aux Ours et leur avaient fait confiance. Elles ne pouvaient pas faillir.

Leur cousin échappa à la mort, cependant. Pas par clémence, mais par lâcheté. Il s’enfuit avant la sentence, à jamais banni de l'île. Maege devint la tête de la famille et Dacey l’héritière.



*




« Un ours y avait, un ours, un ours ! Tout noir et tout brun, tout couvert de poils…
L'ours ! Oh, viens, dirent-ils, oh, viens à la foire ! La foire ? Dit-il, mais je suis un ours ! Tout noir et brun, tout couvert de poils !
Et de céans léans descendent la route. De céans ! De léans ! Trois gars, la chèvre, et l'ours dansant !



« Vous allez me manquer. »

Lyra s’était promise de ne pas pleurer et elle ne pleurait pas. Dacey et Jorelle s’en allaient. Elles allaient visiter le sud, arpenter le nord. Bref, elles partaient. L’émotions lui enserrait le cœur. Elle ne m’imaginait pas ici sans elles. Pour elle, elles étaient l’âme et l’esprit de l’Île aux Ours. Mais leur décision était prise et leur soeur ne pouvait leur souhaiter que bon vent avec bienveillance. Elle les étreignit toutes les deux étroitement avant qu’elles ne grimpent sur leur bateau. Le vent estival gonfla les voiles ternes, les marins prirent place sur le pont. Contre le coque de bois, les vagues rugissaient, encore et toujours, comme pour empêcher les deux ourses de partir.

Pourtant, elles s’en furent.

La maison était incroyablement vide sans elles. Autour de l’immense table de bois sombre, il ne restait que Maege, Alysane, sa fille Marthe, Lyanna et Lyra. Si peu de bras pour défendre l’île. Depuis la révolte des Greyjoy, il y avait de nombreuses années, les attaques se faisaient de moins en moins pressantes et insistantes de la part des fer-nés, mais redoublaient d'intensité chez les sauvageons. Souvent, la chasseuse guettait l’horizon aqueux, arc dans une main et flèche dans l’autre, prête à enfoncer leur pointe dans l’œil, même s’ils avaient été à des kilomètres d'elle. Ils semblaient arriver de toutes parts, massacrant les villageois et ravageant leurs côtes. Elle ne se plaignait pas. Elle constatait seulement que sans Dacey et Jorelle, les choses seraient plus difficiles. Plus difficiles certes, mais pas impossibles.

Cependant, leur décision lui donna, à elle aussi, l’envie d’en voir plus. La troisième fille de l'Ourse était d’un naturel curieux et explorer ne lui faisait pas peur. Mais il fallait protéger leurs rivages et elle se rangea docilement à cette tâche qui incombait aux femmes de la maison Mormont.

Comment aurait-elle pu imaginer que cette prière allait être exaucée de la pire des manières ?



*

… Dansa, virevolta tout le long du chemin qui menait à la foire ! La foire ! La foire !
Oh, qu'elle était douce, et pure, et belle ! La fille aux cheveux de miel !
Ses cheveux ! Ses cheveux ! Ses cheveux de miel !
… En humant le parfum sur la brise d'été ! L'ours ! L'ours ! Tout noir et brun, tout couvert de poils ! »


La peur.

Elle était toujours présente, grattant ses entrailles, serrant sa gorge et heurtant ses tempes. Elle la réveillait la nuit, moite de sueur. Dans l’obscurité, hébétée et terrorisée, elle mettait toujours de longues minutes à reconnaître sa chambre aux murs faits de bois sombres, recouverts de lourdes tapisseries vertes, tissées à la main. Sa chambre. Celle de l’Île aux Ours. Et alors, malgré tout, elle allumait une petite chandelle qui attendait toujours la flamme nocturne sur sa table basse. Il n’y avait qu’ainsi que Lyra parvenait à se rendormir.

Euron Greyjoy avait toujours hanté ses nuits. Depuis ses sept ans, lorsqu’une hache fer-née avaient failli fendre son crâne. Il était le monstre, le kraken personnifié. Et il était devenu bien plus que cela. Son époux. Son tortionnaire. Sa terreur. Comment aurait-elle pu deviner que cela se déroulerait ainsi ? Comment aurait-elle pu deviner que ses bras l’arracheraient à sa demeure pour l’emporter chez lui, sur ces pierres abruptes et humides, pour faire d'elle sa femme ? La paix, lui avait-il promis. Une paix de bien courte durée. Elle s’était laissée bernée, aveuglée par une naïveté qu'elle ne se connaissait pas. Elle se haïssait pour cela. On lui avait tout pris pour des paroles perdues dans le vent. Oubliées de tous, même d'elle même.

Lors du soudain exil du Choucas, elle n’avait dû son salut qu’à sa nièce, Asha Greyjoy et à son oncle Harloi. Se furent eux qui la tirèrent du piège mortel dans lequel elle s’était laissée enfermée et qui la rendirent au Nord. Sa vie contre celle de Theon Greyjoy.

Et malgré la peur, elle était aujourd'hui prête à laisser son île, comme ses soeurs auparavant pour remplacer Dacey en tant qu'émissaire. Elle était prête à accueillir le loup du sud, de retour parmi les siens et à prouver une fois encore la loyauté indéfectible des Mormont envers les suzerains du Nord.

Les ourses se relevaient toujours.

*

Nous nous tenons debout.

« Aïe. 

Lyra étouffa un grommellement alors qu’elle remuait sur les sièges inconfortables de bois sec entourant la piste de Lestival. Les joutes se déroulaient dans la ferveur propre aux tournois. La liesse était palpable et il suffisait d’ouvrir la bouche pour y goûter. Une vilaine odeur de sang, de sueur et de moiteur baignait l’assemblée agglutinée. Les cris et les exclamations auraient pu étouffer le murmure de la brune, si ce n’était pour l’ouïe fine de sa jeune soeur. Le visage sévère, elle tourna ses yeux de nuit vers elle.

« Je t’avais bien dit d’aller te reposer, » trancha-t-elle sèchement.

Son aînée soupira en se massant doucement les côtes. Elle pouvait presque encore la sentir. Le fil de l’épée glaciale qui lui transperça les côtes, il y avait de cela presque deux ans. Malgré la gravité de la blessure, elle s’était aujourd’hui totalement remise. Pourtant, le long voyage de l’Île aux Ours jusque dans le Sud, ses représentations en tant qu’émissaire de la famille et le fait de rester des heures coincées dans des gradins réveillaient ses vieilles cicatrices. Tant qu’elles ne sont que charnelles, pensa-t-elle.
Mais la douleur faisait surgir des brumes un fantôme aux cheveux argentés qui l’avait accompagnée, ce jour-là. Un dragon qu’elle avait protégé en sa qualité d’invité du Nord, d’hôte de Winterfell. Un homme qui n’avait pas hésité par la suite à empoisonner une fille des glaces, quelques lunes plus tard. Combien de fois l’ourse y avait-elle songé ? Combien de fois s’était-elle haïe puis pardonnée pour des pensées fugaces, mais mauvaises ? Et si, ce lendemain de banquet, elle n’avait pas aidé le Prince ? Indirectement, elle se sentait presque coupable des épreuves subies par la jeune Manderly. En effet, si Viserys Targaryen était mort lors de l’attaque des sauvageons, les choses auraient été différentes.

Elle offrit un mince sourire à sa cadette.

« Tu as raison. Comme toujours, » avoua-t-elle avec un rire.

La jeune adolescente roula des yeux avant de se reconcentrer sur les combats à leurs pieds. Ainsi, malgré leurs âges, il aurait été plus évident de voir en Lyanna la grande soeur de Lyra, plutôt que l’inverse. Cependant, Lyra ne lui obéit pas pour autant. Désireuse de remplir au mieux son rôle d’émissaire, elle se fit violence et s’obligea à afficher sa présence.

Rêveuse, elle lança pourtant son esprit vagabonder loin, bien loin, des hurlements de colère et de joie.
Sans savoir réellement pourquoi ni pourquoi maintenant, elle se surprit à penser avec une mélancolie certaine à cette vie qui était la sienne. Aux choix qui l’avaient menée ici, sur ce banc qui lui tordait les jambes et le dos, serrée entre une mère qu’elle admirait et une soeur qu’elle chérissait. A cette enfance difficile sur une terre hostile, mais bénie. A cette jeunesse arrachée par des lèvres de minuit, mais dont le temps avait effacé le sillage. A ces morts si nombreuses, partout. Eddard Stark, Domeric… A Jorah, ce cousin qui semblait presque oublié de tous, mais auquel elle pensait, souvent.

« Hé ben, tu veux dormir là finalement ? »

Elle battit des paupières, reprenant conscience. Le soleil incendiait l’horizon et les tribunes se vidaient rapidement à mesure que la nuit tombait. Un froid familier commençait à gangréner l’air. La dernière ourse la toisait, impatiente. Lyra avait à peine entendu les cors sonnant la fin de la journée.

Docile, elle emboita le pas de Lyanna qui elle-même suivait leur statuesque mère. Ainsi, elle en était certaine, les trois comparses devaient réellement ressembler à une famille d’ourses.
Sur le chemin menant à leur tente, Maege fut interpellée par un ancien compagnon de combat qui la salua à grands coups de claques dans le dos. Sentant que la discussion prenait des airs d’éternité, Lyra se retira poliment, abandonnant derrière elle les deux Mormont, l’une bien trop heureuse de ressasser d’heureux souvenirs de boue et de haches et l’autre ravie de pouvoir écouter les exploits maternels.

Les larges chapiteaux étaient un peu à l’écart des festivités nocturnes. Comme elle, quelques âmes vidées glissaient lentement parmi les ombres, rêvant d’un bon lit et d’un peu de repos.

Devant la tente des Mormont, un homme attendait. Farouche et imposant, il ressemblait à un golem de granit. Derrière une barbe fournie, mais nouvellement entretenue, aucun sourire. De loin, d’aucun aurait pu le prendre pour n’importe quel nordien. Mais pas Lyra. Elle reconnaissait cette silhouette trapue et ce visage anguleux. Elle ne put contenir l’émoi furtif de son coeur qui se serra dans sa poitrine. Brandon Norroit.

Ils se connaissaient depuis l'enfance. Lui, bourru, revêche et laconique. Elle, timide, réservée et discrète. Deux caractères si semblables et si différents. Le destin a néanmoins souhaité qu'ils s'entendent. La Mormont ne se rappelait même pas comment ils en étaient venus à se parler. Les choses s'étaient faites avec un naturel qui l'avait stupéfié, plusieurs années plus tard, lorsqu'elle se rendit compte du caractère spécial de leur relation. Pourtant, en dépit de leur entente flagrante, la distance et les rares banquets du Nord participaient à leur éloignement inéluctable. Finalement, ils s'étaient retrouvés suite à l'enlèvement de Lyra et à sa séquestration sur les Îles de Fer. Brandon avait fiévreusement plaidé en faveur de l'attaque des terres humides des Greyjoy, son caractère emporté prévalant sur une sagesse qui lui était inconnue. Puis, en compagnie de Benjicot Branche et de l'Écorce, ils étaient venus la cueillir alors qu'elle était de retour dans le Nord, prête à négocier son échange avec Theon Greyjoy. Cette proximité nouvelle et peu familière les avait rapprochés. Plus que ce que Lyra aurait pu s'imaginer.

Cachée dans la pénombre, elle prit quelques instants pour elle, à l’observer silencieusement, ne sachant que faire. Immobile, il ne cillait pas, malgré les minutes qui s’égrainaient.
Il finit cependant par briser sa pose en se tournant vers l’écuelle de bronze, laissée là pour les chiens de chasse qui erraient. Observant son reflet, il grimaça pour dévoiler ses dents et les frotter vigoureusement avec un index guère plus propre.

La chasseuse ne put se retenir d’éclater d’un petit rire étouffée. Brandon n’était pas sourd et il s’arrêta brusquement. Il reprit une contenance et ses yeux gris scrutèrent l’obscurité, à la recherche de l’espionne.

« Lord Brandon, » se dévoila-t-elle en avançant dans les lumières des torches.

Il roula des yeux, désabusé.

« Je ne savais pas être un lord, Lady Lyra, » rétorqua-t-il, bourru.

« Je ne savais pas être une lady, » répondit-elle dans un sourire.

Clans des montagnes et Mormont n’étaient guère différents. Nordiens forgés dans la glace et le roc, les convenances ne les seyaient que très peu. Les deux jeunes gens se connaissaient assez pour contourner l’étiquette, parfois bien trop pesante.

« Mais vous êtes une lady. Pour moi. »

D’une nature rude, le Norroit n’était pourtant pas dépourvu de sens de l’humour. Dans sa phrase cependant, il n’y avait aucun rire. Derechef, Lyra perdit le sien. Après les mots secs, sans fioriture, un silence de plomb s’installa.

« Maintenant que je me suis lancé… » grogna-t-il en s’ébrouant. « J’aimerais que vous veniez avec moi sur les terres des Norroit. En tant que mon épouse. »

Honnête et brusque, il n’y avait presque aucune trace de romance dans ses paroles qui cachaient une gêne enfantine.

De grosses larmes vinrent rouler sur les joues roses de l’ourse.

Interdit, le Norroit resta un instant hébété, les bras ballants. Lyra profita de sa propre confusion et de son égarement pour avaler la distance terrible qui les séparait et attraper ses grosses mains rugueuses.

« Je crois que ça me plairait. Beaucoup, » hoqueta-t-elle.

Brandon vint poser avec une douceur insoupçonnée son front contre le sien. Un de ses rares sourires vint déchirer son visage de joie auquel Lyra répondit pareillement.

Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas été aussi heureuse.  


DRACARYS, gif par CRÉDIT?


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Golden Leviathan
Alana Greyjoy
The Golden Leviathan
Valar Dohaeris


Ft : Tamsin Egerton.
Multi-Compte : Tavish Cafferen
Messages : 696
Date d'inscription : 18/11/2018

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:34

Woaw quel super choix de perso ! :D Bienvenue sur Dracarys (Et merci d'avoir été kidnappée par Euron, sans quoi Theon ne serait pas mon mari et je ne serais pas une princesse Razz )


❝Sea Snake❞ Dédale dit à son fils: ne vole ni trop haut, ni trop bas. Reste dans un espace intermédiaire, à mi-hauteur entre terre et ciel… Le jeune Icare fier de son vol audacieux abandonne son guide. Il brûle de sonder les célestes espaces et s’élance plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince
Theon Greyjoy
Prince
Valar Dohaeris

Ft : Marco Ilsø
Multi-Compte : Margaery Tyrell, Arys Manning & Alysanne Lefford
Messages : 192
Date d'inscription : 10/10/2018

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:35

Bienvenue :3
Je crois que nous allons avoir droit à un méga lien tous les deux
Et je plussoie TELLEMENT Millie comme avatar Smile


(alaeon) With shortness of breath, you explained the infinite how rare and beautiful it is to even exist.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mère des Ourses
Maege Mormont
Mère des Ourses
Valar Dohaeris


Ft : Natalia Worner
Multi-Compte : Aelinor Vanbois || Ynys Allyrion|| Balon Greyjoy
Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:40

Bienvenueeeee ma chère filleeee !!!!
C’est vrai que Millie est chou mais je te laisse MP Dacey pour ce changement d’avatar Wink
Si tu as la moindre question la famille Mormont est là Smile


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Sansa Stark
Dame
Valar Dohaeris


Ft : Sophie Turner
Multi-Compte : Alyssa Vanbois
Messages : 1175
Date d'inscription : 01/09/2017

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 14:46

Lyra

welcome à toi



❥ Sansa Stark
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Alysane Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Hayley Atwell
Multi-Compte : Marianne Harlton et Mary Mervault
Messages : 167
Date d'inscription : 13/07/2017

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 15:25

Poussez-vous Obélix arrive *fonce droit sur sa sœur et la serre fort fort dans ses bras* Ma petite soeuuuuuuuuuur . En plus c'est toi . Re bienvenue parmi nous avec ce superbe choix de pv (après l'avatar j'avoue que je sais pas si ça va passer ). Mais mais mais je suis contente de voir Lyra reprise . Et puis en plus maintenant que t'es là, je vais te garder avec nous on va laisser les Norroit tout seuls dans leur coin parce qu'ils n'ont pas la classe comme nous Cool.


Ours grognon aux enfants mignons .Forte personnalité aux reflets argentés. Impatiente mais souriante, tu apportes la joie sous ton toit .Ours au fort caractère qui veille sur ses terres
merci Edrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héritière du Triton
Wynafryd Manderly
Héritière du Triton
Valar Dohaeris

Ft : Anna Popplewell
Multi-Compte : Asha, Lucas, Melara & Bryce
Messages : 7683
Date d'inscription : 22/08/2015

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 16:53

Han Lyra et ma Millie d'amour
(#jeviensdepasserdeuxheuresàgraphersurelleencorecetteaprem)
Je te laisse voir tout ce que tu as à voir avec Dacey, mais si tu as des questions sur le temps passé sur les IDF, je suis toute ouïe (comme je joue aussi Asha, et que c'était quelque chose dont on avait discuté avec l'ancienne joueuse de Lyra à l'époque) et puis évidemment, plus tard, je t'embêterais avec Wyna puisqu'elle considère Lyra comme une de ses plus proches amies

edit: putain j'ai vu qu'après que c'était toi Cendre my bad tu sais déjà tout rebienvenue



Our waters run deep
Don't make me sad, don't make me cry, sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why, keep making me laugh, let's go get high, the road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur
Ramsay Bolton
Seigneur
Valar Dohaeris

Ft : Iwan Rheon
Multi-Compte : Cersei Lannister
Messages : 237
Date d'inscription : 05/06/2018

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 18:06

Bienvenue charmante ours, au plaisir de te rencontrer dans le Nord



   
Lord Bolton de Fort-Terreur
- nos lames sont acérées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
Rhaenys Targaryen
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris


Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 7702
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 18:34

Re bienvenue parmi nous
Bon courage pour ta fiche


The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sister of Falcon
Aelinor Vanbois
Sister of Falcon
Valar Dohaeris


Ft : Holliday Grainger
Multi-Compte : Ynys Allyrion || Maege Mormont || Balon Greyjoy
Messages : 672
Date d'inscription : 09/04/2017

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 18:37

Azy t'approche pas de ma fille Ramsay ou je te bouffe !!!



Sister of Falcon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkness in her eyes
Jyana Manning
Darkness in her eyes
Valar Dohaeris


Ft : Adélaïde Kane
Multi-Compte : Ysilla Rougefort | Daenerys Targaryen
Messages : 1222
Date d'inscription : 07/04/2016

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 19:15

Re bienvenue
Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fiche


( Jyana was a girl, she made mistake, yet she is a mother, a wife too.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ours indompté
Jorelle Mormont
L'ours indompté
Valar Dohaeris

Ft : Tamla Kari
Multi-Compte : Harlon / Maddy
Messages : 845
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 20:24

OHHHH!!! Mais re-bienvenue chez nous !!!
Je ne connaissais pas du tout ton actrice, elle est toute choupinnette !
J'ai hâte de re-pouvoir rp avec toi héhé





⊹ where are you now ?

« There’s a carving on our gate. A woman in a bearskin, with a child in one arm suckling at her breast. In the other hand she holds a battleaxe. She’s no proper lady, that one, but I always loved her. Women should stick together more »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Millie Brady
Messages : 185
Date d'inscription : 06/01/2019

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 21:46

Alana - Merci pour l'accueil Oh tu sais moi quand je peux aider... What a Face

Theon -  *salue le poulpe* Hanlala hâte d'en savoir plus

Maege & Aelinor - MAMAN OURSE Pour l'avatar, comme c'était un pré-lien, je me suis sentie libre de prendre Millie qui a beaucoup de ressources "nordiennes" avec The Last Kingdom en plus elle a la peau pâle, les yeux clairs et les cheveux bruns/roux des Mormont Mais je vais MP Dacey pour valider ou non !

Sansa - Merci jeune louve

Alysane - L'Ourse Trop hâte de pouvoir RP à nouveau parmi les Mormont ! En plus je crois que je n'avais pas eu l'occasion de t'embêter sous les traits d'Alysane

Wyna - Je suis passée incognito Dans le doute, si des détails m'échappent en tout cas, je n'hésiterais pas à me tourner vers toi !

Ramsay - Au plaisir également ! Il nous faudra un lien

Rhaenys - Merci pour l'accueil !

Jyana - Merci !

Jorelle - Elle joue dans Last Kingdom Trop hâte de pouvoir RP avec toi également


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
Leeven Botley
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 793
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   Dim 6 Jan - 22:23

Re-bienvenue sur le fofo et j'avoue que j'aime beaucoup ton choix d'actrice, oui vu que c'est un pré-lien, le changement d'avatar n'est pas imposé et elle convient bien à la petite Lyra ^^

Si tu as des questions n'hésite pas à me contacter, même si pour dire vrai je n'ai aucun doute de ta maîtrise du perso MDR



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Lyra - The third she-bear   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lyra - The third she-bear
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A hunter ... a bear
» [Validée]Lyra Delauro
» Erreur dans le menu [Lyra]
» La Liberté, c'est le pouvoir d'aller où on le souhaite. [ PV Lyra & Santos ]
» Shiranui & Inari ━ |UC|{Lyra}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: And now my watch begins :: You win or you die :: Présentations validées :: Nord-
Sauter vers: