RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La prochaine MAJ aura lieu le WE du 23/24 février
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 {fb} I wish I could escape it - ft Blurd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
Mary Mervault
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Annabel Scholey
Multi-Compte : Marianne Harlton et Alysane Mormont
Messages : 360
Date d'inscription : 19/01/2016

MessageSujet: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   Dim 25 Nov - 11:50



"I wish I could escape it, I want to believe you.”
Blury

Look me in the eyes, telle me what you see.
Semaine 2, Lune 12, an 301
Les joutes avaient permis de faire briller Dorne. Le Soleil transperçait de la lance avait pu évoquer des débats plus ou moins vifs selon les camps choisis. La jeune femme n’avait eu de cesse que de soutenir le jeune Renly Baratheon, malheureusement ce dernier, favori de feu sa grand-mère n’avait pu apporter renom aux Terres de l’Orage. Néanmoins, la surprise avait guetté les yeux de la chouette au moment où les demies finales avaient mis en exergue le favori de son époux. A croire que Blurd avait un don prédestiné pour les paris, c’est ce qu’elle crut comprendre lors de leurs échanges rapides avec l’héritier des Terres de l’Ouest. Mary avait pu retrouver le caractère joueur, parfois un peu trop intrépide du Capitaine au détour de cette conversation. Parier sur la tête d’un nain, il n’y avait que lui pour réaliser ce genre de choses. Et si cette manière d’être l’aurait auparavant offusquée, voilà qu’aujourd’hui elle s’en amusait elle aussi. A croire que les sentiments qu’ils avaient su se dévoiler lui avait ouvert les yeux sur une chose certaine : malgré toutes ses réticences, elle aimait le caractère borné, passionné et téméraire de son époux. Ils avaient su s’apprivoiser à la manière de deux oiseaux qui se découvraient pour la première fois. Et depuis, Mary concevait le monde d’une manière différente. Certes, son caractère restait le même. Toujours enclin à vouloir respecter les protocoles et émettre des réserves dès que cela la dépassait. Mais, les aspirations de Blurd la tempéraient d’une certaine manière et lui autorisaient la tolérance de certaines incartades. Aussi s’était-elle plu à en apprendre davantage sur son époux à cette époque où ils ne se connaissaient pas. Ce fut également l’occasion pour elle de pouvoir présenter leur héritier, Martyn, dont les attendrissements veillèrent à conférer un instinct maternel à l’épouse. En effet, le petit ne cessait de la rendre fière de chacune de ses avancées, tout comme Davy pouvait également le faire. Si les Sept lui avaient prédis une telle vocation par le passé, probablement que Mary leur aurait ri au nez. Mais cela était devenu naturel aujourd’hui. Pourtant, il persistait une chose dont elle ne pouvait en accepter la tolérance. Celle de voir son époux dévorer du regard les courbes féminines qui l’entourait. Ce caractère volage lui restait en travers de la gorge. Comme si, il s’agissait d’une maladie incurable. Cela la blessait et les piques qu’elle pouvait lui envoyer n’y faisaient rien, si ce n’était l’amenait à le faire exprès pour la rendre jalouse. Oui, Mary était jalouse et elle ne s’en était jamais cachée. Aussi, avait-elle pris sur elle pendant les joutes alors que cette fille n’avait de cesse que de chercher à attirer l’attention de son époux. Ses yeux à elle s’en firent plus vils, à même d’envoyer des éclairs que seules les Terres de l’Orage pouvaient projeter contre les falaises, de manière à la détourner de ses objectifs. Mais rien n’y fit.

Aussi délaissa t-elle cette vision pour quelques heures, de manière à retrouver les festivités mises à disposition après la victoire. Tous s’enivrèrent à leur manière, relatant les diverses prouesses des participants. Mary y avait participé pour quelques conversations mais rapidement, ses yeux se portèrent sur Davy qui s’endormait sur l’une des tables. Elle ne tarda pas à trouver Blurd et cette fille en pleine conversation. « Tes fils sont fatigués, me permets-tu de les conduire à notre tente et rester avec eux ? » lança t-elle de son air hautain tout en appuyant certains termes pour dissuader cette jouvencelle de tout affront. Blurd avait une famille et elle n’y avait pas sa place, certainement pas.  Son époux lui répondit à l’accoutumé et déjà Mary se fraya un chemin aux travers les convives pour réveiller doucement Davy et saisir sa main tout en tenant Martyn contre son sein. Tous les trois se dirigèrent vers la tente qui leur était destiné et la chouette ne tarda pas à coucher Martyn dans son berceau avant de s’occuper de Davy. L’enfant, bien qu’à moitié endormi, coopéra au moment où elle le déshabillait pour le coucher dans son lit. Comme à son accoutumé, Mary le berça doucement et s’enquit de déposer un baiser sur son front au moment où il s’endormait. Même si elle ne l’avait pas porté, elle le voyait comme son fils. Un enfant n’était en rien le problème d’un père volage. Père qui avait à l’heure actuelle, tout le loisir de répondre comme bon lui semblait à ses pulsions avec cette … Les nerfs de la jeune femme commencèrent à monter, voilà pourquoi elle se décida à attendre tout simplement le retour de son époux. Après tout, elle était dans son droit de lui poser des questions sur les ressentis de sa soirée. Droits qu’elle n’hésiterait pas à prendre d’ailleurs.

Elle attendit plusieurs heures, ainsi assise sur le siège qui lui servait à broder. Son ouvrage avait d’ailleurs bien avancé alors qu’elle continuait à percer doucement et avec minutie les tissus. Une part d’elle se doutait qu’il songerait à son repos et qu’il se persuadait qu’elle dormait. Chose qui, envenimait un peu plus sa colère. La nuit était noire dehors, bien que la lune permettait de tracer des chemins pour les yeux les moins imbibés de vin. Beaucoup s’étaient assoupis alentour et ses yeux menaçaient à son tour de se fermer. Pourtant, elle voulait tenir bon et rester éveillée. Elle voulait constater de l’état dans lequel Blurd rentrerait. Cependant, la fatigue de la journée ne l’aidait pas et le calme environnant lui prêtait un soutien pour laisser son sommeil la gagner. Doucement, sa tête s’inclina vers l’avant et ses doigts relâchèrent la pression qu’elle exerçait sur son rond de broderie. Les bruits alentours s’estompaient gracieusement, et la lueur des quelques chandelles qui l’entouraient disparaissaient pour la plonger dans l’obscurité. Mary venait de s’endormir sur son siège, alors que Blurd devait probablement être tenu éveillé par cette fille qui répondait à son dessein volage. Elle ne devenait qu’une épouse et non plus l’amante qu’il lui avait laissé croire être. Il la trompait et elle dormait à poings fermés.



(c) DΛNDELION


Pure hearts stumble, in my hands, they crumble. Fragile and stripped to the core,I can't hurt you anymore. Loved by numbers, you're losing life's wonder. Touch like strangers detached, I can't feel you anymore— .
guilding light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine
Blurd Mervault
Capitaine
Valar Dohaeris


Ft : Aidan Turner
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett
Messages : 749
Date d'inscription : 30/10/2016

MessageSujet: Re: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   Sam 29 Déc - 16:14



"I wish I could escape it, I want to believe you.”
Blury

Look me in the eyes, telle me what you see.
Semaine 2, Lune 12, an 301
Alors qu'il ne s'était pas réellement amusé durant les temps des joutes, il se trouvait bien plus à sa place durant le temps de fête. Le Dornien avait gagné face à l'orageoisqu'il avait choisi, mais Blurd n'en tenait aucune rancune, il était déjà arrivé plus loin que le favori de son épouse, et cela, il ne cesserait de lui rappeler, tant qu'elle lui parlerait de ces joutes où elle l'avait poussé à aller. Le capitaine était resté auprès des siens jusqu'au moment où elle était apparu. Des traits exotiques, un sourire ravageur, il n'arrivait pas à détourner le regard de cette jeune femme qui lui rendait. Le temps passait et il eut l'impression de toujours la croiser. Elle respirait le mystère, toute sa vie qu'il avait laissée de côté après la mort de sa mère et n'étant plus tout à fait au plus clair de son esprit, après avoir bu plusieurs verres de vin, il se laissa approcher par la belle quand il se retrouva seul. Elle n'eut aucun mal à le charmer, tout comme lui, elle aspirait à l'aventure et une vie très libérée, elle se fichait de le savoir marier avec des enfants, elle ne vivait que l'instant présent, comme lui auparavant. C'était à peine s'il porta un regard envers Mary quand elle vint le trouver. Celle-ci voulait aller coucher les enfants, soit, qu'elle le fasse, à ce moment précis, il n'était concentré que sur les récits de la jeune femme. Pour lui, il ne faisait rien de mal, ils ne faisaient que parler. Petit à petit, ils vinrent à s'isoler, continuant à échanger, leurs regards devenant de plus en plus équivoques qu'ils se désiraient. Oui, il la désirait, comme cela n'avait pas été depuis bien longtemps. Elle représentait vraiment la femme parfaite à ses yeux, celle qu'il aurait pu facilement prendre pour maîtresses sans aucun doute.

Quand, elle toucha son bras, ce fut comme recevoir un coup de décharge, ses yeux se perdaient dans les siens, son rire l'envoûtait totalement, à tel point qu'il se laissa rapprocher davantage encore. Il l'a suivi quand elle lui tira par la main vers un endroit encore plus éloigné. Il n'était plus que tous les deux, à l'abri des regards, caché par la nuit. Dans son esprit, c'était comme si ces dernières années n'avaient pas eu lieu, le capitaine Blurd Mervaultsans aucune attache. Leurs lèvres vinrent à se lier et l'envie qu'elle soit à lui rien que pour cette nuit le dévorait de l'intérieur. Mais d'un coup, alors qu'elle susurra des mots doux à son oreille, l'image de Mary s'imposa à son esprit. Là, il la repoussa doucement. S'il avait déjà trompé Mary bien des fois durant leur mariage, il ne l'avait plus fait quand ils s'étaient retrouvé après la mort de sa mère. Elle ne méritait pas ça, sa famille ne méritait pas ça. Il désirait cette jeune femme et ne s'en cachait point, mais Mary était son épouse, la mère de son fils, qui en plus accepter le fils d'une autre qui avait été le premier amour de son époux. Mary acceptait vraiment beaucoup de choses et il ne pouvait se laisser aller auprès d'une autre, alors qu'à ce moment précis, elle se trouvait non loin de là, à s'occuper des enfants. S'excusant auprès de la jeune femme, il lui avoua que quelques années plus tôt, il ne l'aurait pas repoussé, mais qu'à présent sa place était auprès de son épouse.

Blurd n'était vraiment pas fier de ce qu'il venait de faire. Certes, il n'avait pas couché avec, mais il n'en restait pas moins qu'il l'avait embrassé et désiré. Quand, il gagna la tente, il alluma une bougie pour pouvoir voir. Ils dormaient tous, ses fils étaient paisibles et Mary semblait l'avoir entendu. Se mettant accroupi devant elle, il prit ses mains dans les siennes et murmura : 

- Mary...

Il était bien décidé à être honnête avec elle, de toute manière, elle avait bien dû remarquer leur rapprochement, mais s'était sûrement imaginer le pire. Enfin, qu'est-ce qui était le pire dans son esprit. Soufflant, un coup, il caressa sa joue avec sa main : 

- Mary, réveilles-toi !

(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Mary Mervault
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Annabel Scholey
Multi-Compte : Marianne Harlton et Alysane Mormont
Messages : 360
Date d'inscription : 19/01/2016

MessageSujet: Re: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   Dim 13 Jan - 13:05



"I wish I could escape it, I want to believe you.”
Blury

Look me in the eyes, telle me what you see.
Semaine 2, Lune 12, an 301
L’on disait de la nuit qu’elle portait conseil. Assurance pour certains, fable pour d’autres. Visiblement, elle ne faisait partie ni d’un côté ni de l’autre concernant la Mervault. Assoupie après avoir attendue pendant plusieurs heures, ses songes l’amenaient à revivre certains épisodes de son passé. Des moments durant lesquels son cher époux rentrait à la maison la mine enjouée, l’air tout autant requinqué alors qu’elle le savait en compagnie d’une autre. Ce temps ne lui avait pas manqué. Bien au contraire, si elle avait pu l’accepter par le passé, l’idée même de le concevoir aujourd’hui la faisait entrer dans une colère noire. Sa jalousie avait été mise à l’épreuve ce soir, et si d’ordinaire, la chouette aurait laissé son bec s’ouvrir pour lancer des remarques bien convenues à la situation, elle s’était surprise à ne pas s’emporter en public. Les raisons ne lui échappaient pas, puisqu’elle avait agit ainsi pour Davy et pour Martyn. Les deux enfants ne méritaient pas de connaître de tels fracas et mésaventures publiquement. Aussi avait-elle décidé de les protéger à sa manière. En les entraînant avec elle jusque dans leur habitat de fortune, pour ne pas qu’ils affrontent une telle vision d’horreur que celle de leur père batifolant avec une traînée. Les images se juxtaposaient les unes aux autres, émettant des hypothèses qu’elle n’avait pas songé et qu’elle aurait probablement oubliées à son réveil. Mais il n’en restait pas moins que les émotions qu’elle ressentait dans son sommeil la décevaient. Elle le revoyait souriant, lui accordant cette attention, alors qu’il ne lui suffisait que de se retourner pour le constater en train de forniquer avec une autre. Pris la main dans le sac, cela ne l’empêchait pas de continuer sa besogne et de lui lancer un regard mauvais, un regard empli de cette vengeance qu’elle avait pu lui connaître par le passé. Blurd aimait lui faire du mal dans son rêve, comme il avait pu apprécier le faire avant qu’il ne revienne de cette découverte macabre et traumatisante pour lui. Elle se retrouvait enchaînée devant cette vision. Ses forces avaient beau essayés de se sortir de ce piège, elle ne parvenait à rien d’autre qu’à serrer un peu plus les liens de ses poignets et de ses pieds. Et la vision la heurtait de plus en plus, meurtrissait son cœur et lui prouvait qu’une fois de plus l’amour n’était qu’une faiblesse. Elle l’avait eu en lui faisant confiance, en lui laissant le bénéfice du doute pour qu’ils puissent vivre sereinement. Un leurre de plus… Un charme qu’il avait exercé sur elle puisqu’il rejoignait le lit d’une autre actuellement. Dans son cauchemar, l’épouse pleurait de cette déception, de ce mal qui rongeait son cœur. Si bien qu’elle ne savait même plus si elle trouverait repos une fois encore, plus maintenant.

Il l’appelait au cours de cette scène. Lui ordonna de regarder encore pour qu’elle puisse comprendre qu’il ne lui appartiendrait jamais et qu’elle avait été idiote de le croire. Il se rapprochait d’elle, son visage était fermé, ses yeux exprimaient une colère sans nom alors qu’il la secouait pour l’appeler encore. Ses yeux à elle cherchaient à fuir, désireux d’essayer de retrouver contenance parce qu’elle lui avait trop laissé le droit d’influer ses sentiments. Mais elle n’y parvenait pas. Alors il lui prit la main qu’il serrait fort, très fort tout en l’appelant encore. Si bien, qu’elle finit par se réveiller dans un sursaut. Perdue alors que la réalité devait reprendre de ses droits, Mary se crispa un peu plus au moment où elle sentit la main de Blurd sur son visage. Son regard n’en devint que plus interrogateur, alternant entre ses yeux pour tenter de trouver des réponses tant elle ne savait pas où elle se situait. Mais petit à petit, la lueur des bougies lui rappela l’espace dans lequel elle se trouvait, la dureté de son siège l’informa qu’elle n’était pas dans un lit mais bien sur un siège sur lequel elle brodait quelques temps plus tôt. C’est alors que tout lui revint en mémoire. Sa colère, sa frustration, la manière qu’il avait eu de la dédaigner pendant toute la soirée. Cette fille… Ses yeux n’en devinrent que perçants devant cette idée et déjà elle arrangeait son port de tête de manière à le dénigrer. Retirant sa main de la sienne alors qu’il la tenait encore, Mary détaillait chacun des vêtements qu’il portait afin de savoir s’il les avait replacés avec hâte ou non. « Tu viens m’annoncer que je dois m’attendre à élever un nouveau bâtard ? » Elle ne bougeait pas et ne cherchait pas non plus à le fuir alors qu’elle continuait de le fixer sur ce même air que lui-même avait pu lui lancer dans la soirée. Il lui faisait beaucoup de mal et elle n’avait envie que d’une seule chose : qu’il la laisse tranquille. Son silence perdura, après tout, elle n’était pas la fautive de la situation et c’était à lui de dire quelque chose. Cependant, elle n’était pas certaine de vouloir entendre ce qu’il avait à lui rapporter. Entendre qu’il avait pris du plaisir avec une autre, ou plutôt qu’il était mieux en compagnie des autres plutôt qu’avec elle n’était pas pour lui plaire.

Elle l’avait fixé pendant de longues secondes, qui lui parurent des minutes. Et puis n’y tenant plus, Mary avait détourné son regard pour le planter sur l’une des toiles qui maintenait la tente. Ses lèvres se pinçaient pour s’empêcher de craquer devant lui. Car son mal perdurait malgré tout, et elle était en train de se convaincre que lui montrer une faille causerait probablement sa perte. « Tu peux aller te coucher dans le lit si c’est ce que tu attends, je resterai ici. » Elle ne l’avait pas regardé et elle ne voulait pas le faire. Elle se sentait trahie tout simplement. Son ton n’avait rien de complice ou de complaisant, il se voulait neutre et fermé tout comme les expressions de son visage. Blurd pouvait retourner avec sa putain, elle ne le retiendrait pas non plus. Car de tous les maux qu’il avait pu l’accabler, jamais elle ne l’avait contraint à refuser sa liberté pour elle. Certes, elle lui rappelait l’existence de ses enfants, mais elle n’avait pas à devenir celle qu’elle n’était pas. Elle n’était pas une femme qui empêchait le reste de vivre. Il lui avait appris à l’aimer et voilà qu’il lui ôtait tout pour une simple fille qu’il n’avait vu que durant une journée.

(c) DΛNDELION


Pure hearts stumble, in my hands, they crumble. Fragile and stripped to the core,I can't hurt you anymore. Loved by numbers, you're losing life's wonder. Touch like strangers detached, I can't feel you anymore— .
guilding light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capitaine
Blurd Mervault
Capitaine
Valar Dohaeris


Ft : Aidan Turner
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett
Messages : 749
Date d'inscription : 30/10/2016

MessageSujet: Re: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   Mer 30 Jan - 1:42



"I wish I could escape it, I want to believe you.”
Blury

Look me in the eyes, telle me what you see.
Semaine 2, Lune 12, an 301
Elle était là, endormie, face à lui. Il aurait pu la laisser ainsi, entendre que le soleil se lève pour s'expliquer, mais Blurdcomme souvent, était emporté par son impulsivité et là son esprit lui soufflait qu'il devait être honnête avec son épouse et pour se faire la réveiller. Lorsqu'il prononça son prénom la première fois, cela ne semblait pas l'atteindre, prouvant que le sommeil pouvait être plus fort qu'une tempête. Lors de son deuxième essai, il vint à lui caresser la joue, là, Blurd ne détournait pas le regard du visage de Mary. Il l'avait toujours trouvé belle, mais là, il réalisait seulement la chance qu'il avait de l'avoir à ses côtés. Quand, son épouse vint à ouvrir les yeux, elle mit à certains temps à réaliser ce qui se passait, mais très vite la froideur de son regard, son port de tête qui la faisait semblait si hautaine, puis sa main qu'elle retirait de la sienne, prouvaient à Blurd qu'elle lui en voulait. Son épouse était jalouse, cela, il le savait, mais là, il n'avait pas envie de la taquiner, ni même de la mettre au défi, il avait fauté, il méritait qu'elle se comporte ainsi avec lui.

« Tu viens m’annoncer que je dois m’attendre à élever un nouveau bâtard ? »

La question qu'il s'était posée pour savoir, ce qui serait le pire pour elle, venait de se dévoiler sans qu'il eût le temps de s'expliquer. Pour dire vrai, cette réplique le laissa sans voix. Il faisait face à la Mary, des premiers jours, celle qu'il avait de suite méprisée. Mais après tout, c'était mérité, même si cela n'était pas les cas, cela aurait pu l'être. Le silence s'était installé. Être diplomate n'était pas son fort, mais il cherchait un moyen de tout lui dire en évitant de déclencher une tornade.

« Tu peux aller te coucher dans le lit si c’est ce que tu attends, je resterai ici. »

Elle ne le regardait plus, ne cherchait même plus la lutte. C'était comme si elle s'était résignée à son sort et cela n'était pas possible pour lui. Mary avait un tempérament de battante, quoique cela l'agace le plus souvent, elle n'était pas du genre à le laisser à avoir le dernier mot, ni même le laisser passer une bonne nuit alors qu'elle le savait en tort.

- Tu peux prendre le lit !

Il s'était finalement relevé, puis reculer de quelques pas, pour ne pas s'imposer à son épouse. Oui, il la préparait déjà au fait qu'elle ne voudrait certainement plus jamais dormir avec lui.

- Je suis désolée, Mary...

Il était rare qu'il s'excuse auprès d'elle, ne voulait jamais être en position d'échec face à cette épouse à l'ambition dévorante. Oui, il s'excusait pour la première fois, alors qu'elle n'avait pas été la première femme qui s'était rapprochée de lui, depuis le mariage, mais c'était différent à présent, il le réalisait. Surement, imaginait-elle le pire en le voyant agir ainsi, mais il s'en fichait, cherchant de nouveau à capter son regard, il avait besoin de voir ce qu'elle ressentait et rien de mieux que de bien voir son visage pour le faire.

- Cette fille m'a attirée, elle était tout ce qu'était ma vie avant...on s'est embrassé et je l'ai repoussé. Je ne veux pas dire que je ne la désirais pas, cela serait mentir, mais il ne s'est rien passé de plus. L'embrasser m'a fait me souvenir que j'avais une épouse et que je ne pouvais te faire cela.


(c) DΛNDELION



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Mary Mervault
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Annabel Scholey
Multi-Compte : Marianne Harlton et Alysane Mormont
Messages : 360
Date d'inscription : 19/01/2016

MessageSujet: Re: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   Dim 10 Fév - 8:31



"I wish I could escape it, I want to believe you.”
Blury

Look me in the eyes, telle me what you see.
Semaine 2, Lune 12, an 301
Le cœur meurtri, l’âme accablée, la confiance trahie, Mary ne cessait de ressasser les divers évènements qui avaient pu découler de ce stupide tournoi. Stupide oui, dans la mesure où la festivité l’avait contraint à vivre à nouveau dans le passé. Dans ce temps qu’ils avaient tous les deux délaissés pour ainsi pouvoir s’accommoder l’un de l’autre, s’apprivoiser d’une certaine manière. Ils avaient réussi à former une famille par leur patience, mais surtout par l’écoute qu’ils avaient appris à se donner l’un l’autre. Et voilà que l’éclat du verre brisait cela. Que cette catin remettait tout en doute juste par sa présence et ses manières des plus frivoles qui n’étaient pas sans déplaire à Blurd. La jeune femme ne savait contre qui exactement elle devait déverser sa colère et sa déception. Les Sept pour les avoir mis face à cette réalité, Blurd pour répondre à ses appels d’antan ou cette fille pour avoir agi en tout état de cause, la chouette en venait même à se demander si elle ne devait pas s’en vouloir à elle-même pour avoir permis à l’homme qui lui faisait face actuellement de toucher son cœur. Pourquoi ? La question n’avait de cesse que de rester en suspend alors qu’elle ne pouvait se résoudre à le regarder. Pas maintenant, pas alors qu’elle ne parvenait pas à se remettre des émotions qui émanaient du cauchemar qu’elle venait de faire. Quel plaisir pouvait-il avoir à lui faire du mal de la sorte ? Pourquoi avoir craint en sa liberté alors qu’elle ne lui avait jamais laissé sous entendre qu’elle tenterait de lui ôter ? Ils avaient pourtant réussi à vaincre la douleur, à se forger une confiance mutuelle visant à établir une complicité qu’ils avaient construis ensemble. Martyn en était d’ailleurs le résultat même de cette dernière. Mais voilà que tout était remis en question à cause de cette erreur. Car oui, il s’agissait bien là d’une erreur que son époux avait commise et Mary n’était pas certaine de pouvoir lui pardonner. Elle s’attendait déjà à entendre des remarques visant à la rabaisser, lui prouvant que tout était de sa faute parce qu’elle n’était as parvenue à le détourner de ses démons.  Alors elle se résignait à l’endosser, elle finit par laisser la colère se diriger vers elle-même dans ce premier temps. Pour l’heure, elle n’avait pas envie de se battre comme ils avaient pu le faire jadis, pour l’heure, elle désirait simplement qu’il la laisse tranquille et qu’il ne s’impose pas à elle comme il était en train de le faire. Ses yeux ne pouvaient supporter de le toiser, pas maintenant. Surtout pas alors qu’elle sentait une fois de plus son cœur se serrait parce qu’elle était devenue vulnérable. Les hommes étaient donc tous les mêmes, donnant d’un côté pour mieux reprendre de l’autre et elle s’en voulait d’avoir baissée sa garde. Ses yeux se relevèrent en direction du ciel au moment où Blurd laissa sous entendre qu’il lui laissait le lit. Elle n’avait même pas envie d’y répondre, pas envie non plus de sonder son visage pour trouver une quelconque émotion. Pourquoi ne tournait-il pas les talons pour rejoindre sa catin ? Il lui aurait probablement fait moins de peine en agissant ainsi plutôt qu’en restant planté devant elle. Un soupir chargé de cette déception qu’elle contenait tant bien que mal lui échappa. Délivrant ses poumons d’un poids qui reprit immédiatement sa place dès lors qu’elle inspirait à nouveau. Le mouvement qu’elle comprit comme une position de recul lui permit de se redresser à son tour afin d’effectuer une rotation.

Mais les mots avoués par son époux l’obligèrent à arrêter son intention de lui tourner le dos. Surprise d’entendre des excuses, le regard vif de la chouette se porta directement vers Blurd alors que ses sourcils se fronçaient doucement, traduisant ainsi son incompréhension la plus totale. Depuis quand le jeune homme s’excusait auprès d’elle ? Jamais encore elle n’avait pu entendre de tels mots à son intention et cela tendit à alourdir un peu plus le poids de ses poumons. Abasourdie par tout ce qui était en train de se dérouler, mais surtout par les émotions qu’elle ne parvenait pas à contrôler, la jeune femme resta pantoise pendant plusieurs secondes alors que le discours de son époux mettait en évidence de nouveaux faits. Les premiers mots n’eurent aucune résonnance dans son esprit, tant la stupeur demeurait omniprésente dans son cœur. Cependant, et pour reprendre contenance, Mary s’obligea à effectuer le geste qu’elle avait arrêté toute à l’heure et ce même si Blurd la regardait et essayait de capter son attention tout en lui expliquant les faits. Elle lui tourna le dos, ne sachant si elle devait lui en vouloir ou non. Elle pestait silencieusement contre elle-même alors qu’elle ne se reconnaissait plus. « Tais-toi ! » Sa voix fendait l’air comme le cri de la chouette dans la nuit. Elle s’en voulait d’être dans cet état de doute à son sujet, de ressentir cette impression de ne plus se reconnaître parce qu’il avait réussi là où beaucoup avaient échoué. Elle aimait Blurd et elle ne voulait pas entendre qu’une autre puisse ainsi le détourner d’elle aussi aisément et ce même si il lui rappelait d’une certaine manière qu’elle comptait pour lui, elle aussi. « Je t’en prie, tais-toi. » renchérit-elle alors qu’elle redressait son regard vers le haut de la tente pour souffler à nouveau sa déception et retenir les larmes qui pouvaient lui échapper. Autrefois, Mary en aurait profité pour déverser sa colère et sa jalousie avec fourberie, mais aujourd’hui, elle ne parvenait qu’à souffler encore et encore pour essayer de rassurer son cœur meurtri.

« Comment peux-tu être désolé alors que tu n’as même pas daigné réagir au moment où je t’ai présenté Martyn et Davy ? » Toujours de dos, la jeune femme parvint à fixer son regard droit devant elle, vers l’une des pilasses de bois qui soutenaient cet abri de fortune. « Comment peux-tu être désolé alors que tu ne nous voyais pas de la soirée ? » finalement, sa colère l’emporta enfin, lui offrant l’opportunité de se retourner pour ainsi affronter le regard de son époux. Malgré les étincelles de ses yeux verts, Mary fronça davantage ses sourcils alors qu’elle se rapprochait de Blurd avec un air menaçant sur ses traits tout en le pointant du doigt. « Comment oses-tu te présenter avec des excuses alors que tu viens de briser la confiance que je te portais ? Combien de temps est-ce qu’il lui a fallut pour gagner tes faveurs ? Vingt-minutes ? Une heure ? » Son doigt appuyait fermement contre le thorax de son époux alors qu’elle déversait complètement sa colère sur lui. « Ne crois pas que je te pardonnerai aussi facilement qu’avant et ce même si tu me dis que tu t’es rappelé avoir une femme, cela n’enlève en rien la manière dont tu nous as oublié ce soir. » Ses yeux restés fixés aux siens alors qu’elle ne voyait rien d’autre que la trahison devant laquelle il l’avait confronté.  Son ton s’était élevé à mesure où sa colère laisser transparaître combien elle était déçue. Et elle tremblait pour retenir chacune des larmes qui brûlaient déjà ses yeux, elle n’était pas certaine de vouloir entendre une réponse. Elle craignait de l’entendre et de se confronter à nouveau à cette déception.

(c) DΛNDELION


Pure hearts stumble, in my hands, they crumble. Fragile and stripped to the core,I can't hurt you anymore. Loved by numbers, you're losing life's wonder. Touch like strangers detached, I can't feel you anymore— .
guilding light
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: {fb} I wish I could escape it - ft Blurd   

Revenir en haut Aller en bas
 
{fb} I wish I could escape it - ft Blurd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02.03/17.C.L'Aquila, Italie - Time to escape
» Kickstater Escape issu de l'univers d'Eden
» Bug a la chapelle
» + Pool Party: sweet escape.
» Escape The Fate {Dawn}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Orage-
Sauter vers: