RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La prochaine MAJ aura lieu le WE du 23/24 février
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 Ici, nous tenons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'ours indompté
Jorelle Mormont
L'ours indompté
Valar Dohaeris

Ft : Tamla Kari
Multi-Compte : Harlon / Maddy
Messages : 819
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Ici, nous tenons.    Mer 17 Oct - 0:33

L'an 302, lune 1, semaine 4

Malgré le froid persistant de l’hiver, la plupart des habitants vivant près de la maison des Mormont s’activait à l’extérieur, ils finissaient de préparer les festivités qui ne tarderaient pas à commencer. Toute la journée avait été paralysée par des chutes de neige intempestive, les flocons avaient transpercé l’épais brouillard du nord et avaient recouvert, par la même occasion, le sol boueux par un manteau blanc compact. Les insulaires étaient habitués à ces bourrasques de vent, mais le blizzard n’était pas adapté pour un mariage et encore moins à leurs invités. Bien sûr, c’était des nordiens qui vivaient dans les mêmes conditions qu’eux, mais leur barral n’était pas protéger, pas comme ceux des Starks du moins. Celui des Mormont était dissimulé par la forêt, il fallait arpenter les sentiers sinueux, s’enfoncer toujours un peu plus loin pour le trouver et sans l’aide d’un natif, les convives pourraient se perdre. Encore davantage sous le climat actuel. Alors tous avaient patienté que cela passe, mais la nuit était vite tombée. Cependant, la neige s’était interrompue sous un cri de joie.

Les sœurs Mormonts s’étaient réunies au dernier moment, aidant la belle Lyra à se préparer pour son mariage qui pour certaines, restait encore aux travers de la gorge. Tout avait été trop vite, à peine avait-elle parlé de cet homme qu’elle annonça ses fiançailles. Toutefois, Jorelle avait dû ravaler sa rancœur, son angoisse de perdre sa sœur pour se concentrer sur ce moment symbolique. Lyra était la plus douce des ours et cela lui était difficile de la laisser partir, mais Jory ne pouvait pas la retenir. Il était temps de la laisser vivre sa vie. Loin de l’île et de ses habitants.

Ce n’est qu’une fois prête que les filles sortirent de la chambre de Lyra et qu’elles rejoignirent leur mère en bas des grands escaliers de la demeure familiale. Elles partirent sans elle, la laissant auprès de Maege. Dehors, l’ambiance était réchauffée par les lueurs qui émergeaient de la cour et des villages environnants. Les décorations lumineuses dessinaient un chemin à emprunter et faisaient apparaître un magnifique panorama. Aux yeux de Jory, cela ressemblait à des centaines de petites étoiles éparpillées, comme un tapis de constellation. Elle retrouvait cette atmosphère féerique qu’elle affectionnait tant. Toutes les quatre prirent la route pour le barral, louvoyant entre les bûchers allumés ici et là et lorsqu’elles arrivèrent aux abords de la forêt, elles prirent les torches qui étaient tendues par les villageois. Ce mariage les rendait heureux, ils aimaient Lyra et ne souhaitaient que son bonheur. Et comme à leurs habitudes, ils participaient à tous les événements organisés par les Mormonts. Chacun d’eux portait une torche et était stationné dans le chemin menant au barral en fredonnant les mêmes mélodies, la lumière flamboyante permettait aux invités de trouver leurs routes et éloignaient les animaux sauvages. Ils veillaient que rien ne vienne interrompre la cérémonie. Jory trouvait cela magnifique et saluait chaleureusement tous ses hommes et femmes qu’elle croisait. Et au bout de chemin, les villageois firent remplacer par des bougies qui réchauffaient les convives.

Le visage du fiancé était tiré, comme s’il paniquait, mais il se métamorphosa à l’arrivée de Lyra. Jorelle pouvait distinguer l’étincelle qui avait parcouru son regard. Cet homme l’aimait vraiment. Durant toute la cérémonie, couvert par des bruits d’animaux sauvages, elle serra les dents pour ne pas lui ordonner de rester sur l’île, alors elle avait tenu la main de Lyanna qu’elle serra de temps en temps. Une main qui fut engourdit par le froid à la fin de celle-ci.

Sur le chemin du retour, l’insulaire prit le petit Edwin dans ses bras, n’y voyant rien, il allait ralentir le cortège qui était acclamé par les villageois en le refermant. Le petit garçon s’endormit dans ses bras, bercé par les éclats de rire de son aînée. Elle était si rayonnante que ça lui faisait mal. Lyra était trop heureuse pour une femme qui allait quitter sa famille. Et avant de rejoindre les convives dans la grande salle, Jorelle alla mettre au lit l’enfant qu’elle avait adopté. Depuis son accident, elle se comportait davantage comme une mère pour lui, mais n’était pas prête à le montrer aux personnes qui l’entouraient. L’insulaire alla descendre l’escalier, mais se fit arrêter par une de ses sœurs qui avaient eu la même idée qu’elle.

- On est bien d’accord qu’on offre toujours la statuette de la femme ours à Lyra et un arc à son… mari ? Elle avait hésité avant de prononcer ce mot si étranger pour cette famille. Je les ai confié à Wylla le temps de mettre Edwin au lit, alors si vous aviez changé d’avis, il faut que je la récupère discrètement.

Cette statuette était la réplique parfaite de celle qui ornait l’île, Jory étant la seule qui n’avait pas proposé d’idées de cadeaux, étant en charge de cacher les cacher. Une mission qu’elle avait réussie avec succès. La femme-ours pour qu’elle n’oublie pas ses origines et un arc pour qu’il se ridiculise devant Lyra. Personne ne l’égalait avec cette arme.

S’avançant un peu dans l’escalier, elle put voir par la fenêtre des villageois qui dansaient devant les bûchers, chantant leurs chansons qui aussi les leurs. De l’intérieur, on pouvait les entendre, mais il fallait tendre l’oreille pour comprendre les paroles qui était incompréhensible pour les non initiés. Mais plus elle descendait les marches et moins elle les entendait, alors elle ouvrit les grandes portes pour laisser leurs chants se mêler à la musique qui émergeait de la salle commune.

© Nalex


Only the Gods knows what's hiding in the darkness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héritière du Triton
Wynafryd Manderly
Héritière du Triton
Valar Dohaeris


Ft : Anna Popplewell
Multi-Compte : Asha, Lucas, Melara & Bryce
Messages : 7354
Date d'inscription : 22/08/2015

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Mar 23 Oct - 11:27


Ici, nous tenons
mariage de Lyra & Brandon


« L'Île-aux-ours | 302, lune 1, semaine 4 »

Le voyage jusqu’à l’Île-aux-ours n’avait pas été de tout repos. Certains auraient même pu parler d’une véritable expédition de trois semaines. Il avait fallu que les deux soeurs Manderly quittent finalement Porte-Béline pour Blancport, laissant Sybelle chez les siens le temps de leur absence, de leur demeure ancestrale, elles avaient remonté la Blanchedague jusqu’à l’ouest de Winterfell, où il leur avait finalement fallu traverser le Bois-aux-loups. En plein coeur de l’hiver, les lieux n’étaient pas des plus rassurants, surtout avec les nouvelles de la recrudescence des attaques de sauvageons dans leur région, mais elles n’avaient guère d’autre choix pour pouvoir rejoindre Motte-la-forêt, puis l’île des Ourses Mormont. Mais les jeunes femmes avaient été sous bonne garde, accompagnées de Gyles qui dirigeait leur escorte militaire. Sans compter les quelques familles du Bois-du-loup qui avaient accepté de leur prêter quelques hommes supplémentaires pour faire le relais. Et il ne fallait évidemment pas oublier la présence de Vraël aux côté des Sirènes. Wynafryd avait longuement hésité à se faire accompagner de son dragon, de peur d’effrayer les habitants de l’Île-aux-ours, que Vraël soit moins contrôlable dans un environnement qu’il ne connaissait pas, mais elle l’avait vu s’adapter convenablement au voyage chez les Woolfield et plus le temps passait, moins elle parvenait à s’imaginer séparée de lui. Cela représentait un risque aussi bien pour elle que pour lui, elle en était certaine.

Mais cette expédition en avait valu la peine. Il avait suffit pour Wynafryd de profiter de l’accueil chaleureux des Mormont et de leurs gens, de voir sa si chère amie rayonnante pour oublier le manque de sommeil et l’inquiétude de la route. Toute la famille des ourses s’était donnée du mal pour décorer les lieux et rendre leur île on ne peut plus festive. Les sourires étaient sur toutes les lèvres, les enfants étaient joyeux et courraient dans tous les sens. C’était la deuxième fois que Wynafryd se rendait chez les Mormont et avec son oeil d’adulte, elle comprenait à présent l’amour que les ourses portaient à leur terre. C’était une petite bulle de paradis, accrochée dans la baie des glaces. Certes les conditions de vie étaient particulièrement rudes, mais le soutien entre tous les habitants de l’île, Mormont ou pêcheurs, réchauffait instantanément les coeurs. Face à ces éclats de joie et cette volonté de penser au meilleur, pour la première fois depuis un long moment, Wynafryd oublia toutes ses angoisses et ses questions existentielles. Il n’y avait plus qu’allégresse dans son coeur et son esprit. Elle était sincèrement heureuse de voir Lyra rayonnante, avec la possibilité d’épouser celui qui avait fait chavirer son coeur. Elle était heureusement d’être considérée comme faisant partie de leur famille, d’être assez chanceuse pour vivre cela à leurs côtés.

Alors que les convives quittaient peu à peu le lieu de la cérémonie pour rejoindre la grande pièce commune et festoyer dignement, Wynafryd se pencha vers sa soeur à côté de qui elle s’était tenu tout au long des voeux. “Je vais voir si Vraël va bien, je te rejoins à l’intérieur dans quelques instants, d’accord ?” Après avoir affectueusement caressé son épaule d’une main, elle avait relevé les bas de sa cape pour se déplacer plus facilement dans la neige. Pour éviter que son dragon ne soit trop effrayé et affolé par les mouvements d’une foule alcoolisée ou qu’à l’inverse les habitants ne soient trop effrayés par sa créature, elle avait convenu avec Dacey de l’enfermer dans une grande étable un peu à l’écart. Elle voulait s’assurer que des petits curieux n’essayaient pas de l’approcher en profitant de la situation. Cela pouvait être dangereux pour tout le monde. Heureusement, personne ne tournait autour de la petite bâtisse. Après quelques caresses et mots rassurants pour son dragon, elle referma soigneusement l’étable derrière elle pour rejoindre le coeur de la fête. Une fois dans la grande pièce, elle retrouva un large sourire alors que tout le monde lui en offrait un. On lui attrapa la main pour lui faire faire un tour sur un elle-même au rythme de la musique, lui tirant un éclat de rire. Elle s’excusa auprès du père de famille qui s’était proposé comme cavalier, cherchant sa soeur ou Dacey du regard dans l’ambiance fourmillante.
(c) DΛNDELION



Our waters run deep
Don’t make me sad, don’t make me cry, sometimes love is not enough and the road gets tough, I don’t know why, the road is long, we carry on. Come and take a walk on the wild side, let me kiss you hard in the pouring rain, choose your last words, this is the last time, 'cause you and I, we were born to die.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mère des Ourses
Maege Mormont
Mère des Ourses
Valar Dohaeris


Ft : Natalia Worner
Multi-Compte : Aelinor Vanbois || Ynys Allyrion|| Balon Greyjoy
Messages : 439
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Mer 31 Oct - 0:37

Le tournois de Lestival s’était achevé sur une victoire de la Vipère Rouge, le prince Oberyn Martell. Mais ce n’était pas cela que la mère des Ours avait retenu de ce voyage. Elle rentrait avec ses deux filles Lyanna et Lyra, et des fiançailles pour cette dernière. Tout avait été très vite, trop vite d’ailleurs à son goût. Sa petite Lyra, la plus douce de ses oursonnes allait se marier. Elle devrait alors quitter l’île et en cela, Maege n’était pas certaine d’être prête. Elle n’avait jamais rien imposé à ses filles. Elles étaient libres de se marier ou non même si bien sûr le fait qu’elles ne soient pas mariés ou du moins pas à un homme du continent permettait à Lady Mormont de les garder sur l’île.

La tristesse et la joie habitait le cœur de la mère alors qu’elle posait à nouveau les pieds sur son fief. Le voyage avait été long, trop long à son humble avis. Mais qu’importe, désormais toute son attention était tournée vers la cérémonie de mariage de sa fille. Un mariage en hiver, Maege en ragerait presque. Si cela n’avait pas été Lyra ou une autre de ses filles, elle aurait sûrement insisté lourdement pour que la date soit repoussée. Mais pour sa petite Lyra, Lady Mormont était prête à faire un effort et à demander à son peuple d’en faire un aussi. L’île serait bientôt en fête. Pour la première fois depuis des années, une Mormont allait se marier et ce n’était pas tous les jours que l’on pourrait assister à un tel événement. Pour l’occasion quelques amis étaient invités comme les membres des maisons Glover et Forrestier mais aussi Wylla et Wynafryd Manderly. Les deux sirènes seraient toujours les bienvenues sur l’île aux ours. Maege avait bien évidemment rapidement envoyé un corbeau à Lord Manderly après avoir appris la nouvelle concernant la jeune Wylla. Un tel acte ne pouvait rester impuni et l’exile du prince Viserys avait été un soulagement pour la mère. Mais depuis cet acte, la Mormont avait du mal à faire confiance aux Dragons, son regard sur les Targaryens s’en faisait plus méfiant malgré les paroles de ses filles au sujet notamment des enfants du roi.

Un soupire s’échappa de la bouche de l’Ourse lorsqu’elle y repensa. Puis elle secoua violement la tête pour chasser ses sombres pensées. Son regard se portait chacune des décorations de sa demeure en l’honneur des jeunes mariés. D’ici peu, Lyra ne porterait plus le nom des Mormont, du moins plus vraiment. Maege laissa un fin sourire filer sur ses lèvres et elle remonta le grand escalier pour se préparer pour al cérémonie. Elle savait Lyra entre les mains de ses sœurs et elle savait aussi qu’elle serait la plus belle. Puis une fois prête, elle redescendit et attendit au pied de l’escalier que ses filles descendent elles aussi. Maege accueillit ses filles tout sourire et resta un moment, seule avec Lyra alors que les autres filles Mormont partaient devant. Maege échangea quelques mots avec sa fille. Elle lui confia à quel point elle était fière d’elle, comme elle l’était de chacune de ses filles d’ailleurs, et elle finit par l’embrasser sur les deux joues avant de lui montrer le chemin qui la mènerait jusqu’au Barral. Plus tard, Maege lui donnerait son cadeau de mariage mais en attendant, elle l’accompagnait jusqu’à celui qui serait devant les anciens dieux son époux.  Et lorsque la cérémonie fut terminée, tout le monde alla se mettre au chaud dans la demeure des Mormont et sa grande salle, richement décorée pour l’occasion. La musique battait son pleins et au dehors, les villageois chantaient les chassons du Nord et de l’île aux Ours. Maege Mormont prit un vers et s’avança pari les convives. Elle invita d’un signe de tête Lyra et son époux à la rejoindre. Elle se calla entre les deux mariés et inspira profondément. « Aujourd’hui est un grand jour pour nous tous, mes amis. Aujourd’hui ma fille Lyra Mormont a épousé Brandon de la famille Norroit. Ils se sont unis devant les anciens Dieux. » Puis elle leva son verre bien haut, fit un pas en arrière laissant le couple aux milieux des convives. « Pour Lyra et Brandon ! » scanda la mère des ourses. Puis elle s’approcha de sa fille. « Félicitation, Lyra. » lui souffla-t-elle aux creux de l’oreille. Oui, Maege en était certaine, avec ce mariage la page du Chouca se tournait définitivement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris


Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1327
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 2 Déc - 23:03

L'an 302, lune 1, semaine 4

La cérémonie avait été magnifique, une belle scène qui ne quitterait jamais son esprit, car c'était aussi le moment qui annonçait le départ de sa sœur. Oui, elle l'avait regardé s'unir au Norroit avec un pincement au cœur. La voir heureuse et surtout aimer, ne pouvait que la rendre heureuse, mais en même temps, elle n'acceptait pas son départ, les Mormont se devaient de vivre sur l'île-aux-ours, car là était leur place. Joany n'avait pas quitté ses bras, tandis que Maeve avait grimpé sur le dos de Guerrier et était bien plus concernée par l'Ours que par le mariage qui s'était déroulé près d'elle. Ayant suivant les pas de tous pour regagner la maison de sa famille, Joany n'arrêtait pas de se frotter les yeux, ils décidèrent avec Dryn qu'il valait mieux la coucher et Dacey voulait le faire. Prendre un peu de recul sur la fête. Montant les escaliers, elle ne s'attendait pas à croiser Jorelle qui vint à lui poser une question.

- Oui, nous lui offrons toujours, quoique je ne sache pas si mère n'a pas une autre idée, mais mieux vaut plusieurs cadeaux qu'aucun. Après une légère pause, elle continua : Je vais coucher Joany.

Là, elle continua de monter les escaliers et vint à changer l'enfant, avant de la mettre sous les grosses couvertures pour lui tenir chaud. Un baiser sur le front et Joany vint à rejoindre le monde des lèvres, tandis que Dacey vint à se dire qu'elle ne serait jamais prête à laisser ses enfants la quitter. Retournant dans la salle principale, elle entendit sa mère faire son petit discours, tandis qu'elle alla rejoindre Dryn. Voyant son regard loin d'être joyeux, il lui souffla à l'oreille :

- Tout ira bien pour elle !

Pour simple réponse, elle lui attrapa sa main, ayant besoin de ce contact pour se rassurer. Oui, sa sœur irait bien, elle se devait d'y croire, mais devoir la confier à cette famille n'était pas choses aisées, tout avait été tellement vite. Prenant un verre, elle le leva, car elle le devait à sa sœur et son époux. Puis, c'est à ce moment-là qu'elle croisa le regard de Wynafryd et vint à lui sourire, au même moment, sa petite boucle d'or vint à tirer sur la robe de la Manderly pour lui demander :

- Tu as rangé dragon ?


Dacey était trop loin pour entendre les paroles de sa fille, mais il lui était facile de deviner que le sujet était Vraël, sa fille ne voyait que par les animaux et si rien ne remplacerait Guerrier dans son cœur, le dragon occupait toutes ses pensées depuis l'arrivée des filles Manderly.


© Nalex


Torn heart, she leaves her family, for a mission she thought she would forget


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Brave Mermaid
Wylla Manderly
The Brave Mermaid
Valar Dohaeris


Ft : Freya Mavor
Multi-Compte : Alyx | Bethany | Rhaenys
Messages : 515
Date d'inscription : 06/06/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Jeu 20 Déc - 18:57


Ici, nous tenons
mariage de Lyra & Brandon


« L'Île-aux-ours | 302, lune 1, semaine 4 »

La délégation Manderly était arrivée aux Iles aux ours pour le mariage de Lyra Mormont. Vraël avait accompagné les deux sœurs tout du long du trajet et avait causé l’émerveillement de la fille de Dacey. Wylla se faisait discrète une fois de plus. Les grandes réceptions de ce genre n’étaient plus vraiment de son gout. Il y avait toujours cette crainte qui sommeillait au fond d’elle et qui mettait tous ses sens en alerte, l’obligeant à se faire violence pour ne pas sursauter au moindre contact physique, à la moindre parole qui lui était adressé. Pourtant, elle savait parfaitement qu’il n’y avait aucun ennemi chez les Mormont. Personne n’oserait se confronter à Maege Mormont, seigneure de l’Ile. La mère des ours étaient redoutables et respectés dans le Nord. Mais cela ne changeait pas grand-chose pour la sirène aux cheveux verts. Elle faisait cependant des efforts pour paraître joviale et aussi à l’aise que faire se peut.

Elle s’était vêtue sobrement pour ce mariage, restant habillé chaudement au vu des températures, sa robe était dans un velours brun, surmonter par endroit de bout de fourrure crème pour lui tenir chaud. Sa tignasse verte était comme à son habitude tressée de tout son long. Elle resta près de Wynafryd durant la cérémonie et cette dernière la laissa un instant pour aller voir Vraël n’attirait pas l’attention de personne trop curieuse. La benjamine des Manderly regagna donc l’intérieur seule. Jorelle lui confia les cadeaux des mariés pendant qu’elle s’occupait de coucher les enfants. Bonne ou mauvaise idée, elle n’en savait rien pour le moment. Elle attendait donc dans son coin à surveiller une statuette et un arc en attendant que son amie ne revienne. Elle saluait poliement les gens qui passaient devant elle et qui la regardait parfois d’un œil étrange. S’étonnait-il encore de sa chevelure criarde ou parce qu’elle leur rappelait le lézard par sa simple présence ? La jeune femme n’en savait rien, mais elle commençait à trouver le temps long et elle priait les dieux pour que la Mormont ou sa sœur revienne vite afin d’avoir une compagnie plus rassurante.
(c) DΛNDELION


true to our word
(c) MΛ☾ΛЯON

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Alysane Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Hayley Atwell
Multi-Compte : Marianne Harlton et Mary Mertyns
Messages : 160
Date d'inscription : 13/07/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 6 Jan - 11:35

L'an 302, lune 1, semaine 4

Cette idée de mariage n’allait pas pour ravir le cœur de l’Ourse. Bien au contraire, Alysane ne comprenait pas l’engouement qui enivrait l’île. Se marier était une plaie. A croire que l’exemple de Jorah avait été oublié depuis longtemps et que cela n’avait pas servi de leçon. Pourquoi émettre une nécessité d’union devant le barral, si cela entraînait des pillages dans les richesses des deux partis ? Cette idée dépassait énormément les aspirations de la jeune femme au point qu’elle laissait simplement le temps faire son effet. Pour tout avouer, il y avait bien plus important pour elle : assurer la survie des siens. Lydrick lui demandait énormément de temps et même si Edrick l’aidait en prenant sous son aile les garçons, il n’en restait pas moins qu’Alysane était occupée. Marthe, suivait les pas de sa tante depuis quelques temps, aussi, il lui arrivait de la croiser de moins en moins ce qui peinait ses raisons. Néanmoins, elle n’en tenait rigueur à personne, car elle était la mieux placée pour savoir que jeunesse devait se faire. Et autant le dire, Alysane préférait de loin que sa fille prenne exemple sur sa sœur plutôt que sur les filles du Sud. Ainsi, elle apprenait, et elle lui espérait des leçons encourageantes pour la suite. Tout cela mettant en avant le fait que n’importe quel prétexte était bon pour éviter ce mariage. Quelle idée… Alysane n’en revenait toujours pas que leur mère ait pu accepter cela. Et ce même si il s’agissait de Lyra. Elle était certainement la plus romantique de toutes les filles Mormont, mais de là à lui accorder cette lubie. Cela n’arrêtait pas de laisser échapper des soupirs d’agacement de la part de l’Ourse. Pourtant, elle devait bien se résoudre à accepter l’union. D’autant plus que les Norroit n’étaient pas les pires, puisqu’ils vivaient dans le Nord comme elles et qu’ils devaient également affronter les affres de ce temps. Cette maigre consolation parvenait à calmer la colère qui l’habitait, cela et le sourire de Lyra qui illuminait n’importe quelle pièce dès lors qu’elle songeait à sa nouvelle vie. Cela confortait ne serait-ce qu’un peu le cœur d’Alysane au sujet de son bonheur à venir. Ainsi, leurs sœurs pourraient vivre comme bon lui semblerait, même si elles seraient séparées. Il suffisait qu’elle songe à cette séparation pour que sa colère lui revienne et qu’elle ne s’isole une fois de plus du reste pour tenter de chasser sa mauvaise foi.

L’excitation de cette journée veillait à la fatiguer plus que de raison. Même si elle essayait de faire bonne figure devant tout le monde, Alysane ne comprenait toujours pas cet engouement. Certes, l’île était en fête et cela réchauffait son cœur comme à chaque fois que tous se retrouvaient pour des occasions diverses et variées. D’autant plus que les invités étaient des personnes auxquelles toutes les Mormonts tenaient. D’ailleurs, l’Ourse ne put s’empêcher de retrouver les Forrestier, en compagnie d’Edrick, pour évoquer au mieux les souvenirs passés. Cela raviva la chaleur de l’hospitalité tout comme elle fut heureuse de voir ses sœurs enjouées alors que les Manderly faisaient leurs apparitions. Jorelle et Dacey paraissaient toutes les deux heureuses, avant que ces dernières ne viennent la chercher avec Lyanna pour aller préparer la mariée. Soupirant pour la énième fois, Alysane suivit docilement le cortège, non sans avoir spécifié à Marthe de surveiller ses frères. La plus jeune restait dans les bras de la nourrice de famille et apprenait à découvrir les divers détails qui orneraient sa vie à venir. « La première qui me met des fleurs dans les cheveux aura droit à un bain de minuit, vous êtes prévenues ! » fut la première boutade qu’elle laissa échapper alors qu’elle surveillait du coin de l’œil Jorelle et Lyanna. Mais rapidement, toute tentative fut vaine alors qu’elles s’occupaient de Lyra. Voir sa sœur si heureuse veilla à la calmer, dans le même temps que cela fut également pour elle l’occasion de la voir ainsi. Cela lui réchauffait le cœur et lui apprenait à acceptait un peu plus cette séparation à venir. Lyra était celle qui se fondait le plus dans cette signification de la paix. La plus douce, la plus belle aussi, elle reflétait l’image même de la beauté du Nord à part entière. Ce Norroit avait tout intérêt à bien la traiter, sinon, Alysane serait prête à quitter l’île pour la ramener ici.

La cérémonie se déroula sous les meilleurs auspices. Les vœux furent prononcés sous le barral et voilà que Lyra Mormont devenait Norroit devant les Anciens Dieux. Silencieuse, Alysane se contenta de détailler la scène, admirer le sourire de sa mère, vérifier des expressions sur les visages qu’elle connaissait, avant de finalement laisser son regard se porter sur le visage de Lyra. Une fois de plus, tous pouvaient admirer son bonheur. Et sur ces belles visions, le cortège se déporta jusqu’à la réception. Des rires fusaient de-ci de-là, témoins de ce bel évènement. Jorelle donnait l’impression de retrouver son côté enjoué, qui lui avait tant manqué depuis des lunes entières. Dacey essayait de tenir ce rôle que mère désirait qu’elle endosse, alors que Maege souriait encore et encore devant les élans maternels qui l’habitaient. D’instinct, Alysane chercha Marthe du regard et lui accorda un sourire bienveillant avant d’aller à son encontre et la saisir par les épaules. « Finalement, c’est bien qu’t’es choisie Dacey en exemple ! » Son rire rauque se fit entendre alors que sa fille cherchait à se dégager de son étreinte. « Tout ça pour ne pas que je me marie, mais tu sais que… » « … que ta tante est la meilleure ? On le sait toutes ouais. » Elle avait préféré la couper avant qu’elle ne prononce ce qui aurait pu l’énerver. Après quoi, elle laissa sa fille et s’enquit de retrouver Benjen, qui courait entre des invités pour tenter de manger tout et n’importe quoi en balbutiant des mots incompréhensibles. « Hep hep hep, à croire qu’on te donne pas à manger chez toi. » se saisissant de sa petite main, Alysane surveilla où était Joer, qui jouait avec d’autres enfants, avant de finalement se poster dans un coin pour observer au mieux les invités. Tout paraissait se dérouler comme ils l’entendaient. Jusqu’à ce que son attention fut portée en direction de Jorelle qui quittait la pièce, suivit de près par Dacey et Wynafrid Manderly. Fronçant légèrement ses sourcils pour comprendre les raisons de tout ceci, l’Ourse remarquait que la jeune Wylla Manderly restait en retrait et n’osait aller en avant pour s’amuser. S’empressant de se rapprocher, Benjen toujours à sa main, l’Ourse, se mit à sourire à la jeune fille aux cheveux verts. « Ne me dîtes pas qu’elles sont parties pour préparer une farce à Lyra ? » ses yeux exprimaient sa surprise alors qu’elle s’installait contre le mur à côté de la jeune fille. « Remarquez si Jorelle fait sa gigue, je suis sûre que ça va rester dans les mémoires. » Un rire moqueur lui échappa, Jorelle adorait danser, avant son accident. Et quelque chose lui disait que Wylla appréciait également s’amuser avant que toute cette histoire autour des lézards ne l’emporte vers cette dsicrétion.


© Nalex


Ours grognon aux enfants mignons .Forte personnalité aux reflets argentés. Impatiente mais souriante, tu apportes la joie sous ton toit .Ours au fort caractère qui veille sur ses terres
merci Abigaëlle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha
Messages : 804
Date d'inscription : 11/03/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 6 Jan - 12:02

J’enfile d’un geste souple l’une de mes plus belles chemises. Pour un mariage je me dois d’être beau, même si ce n’est pas le mien, mais je ne veux pas faire honte à la famille Mormont. Je suis même rasé de prêt pour une fois et coiffé. Je passe un gilet en cuir noir avant d’agrafer une cape en fourrure de loup. Je suis plus ou moins présentable. J’espère que ça ira pour Alysane que je retrouve pour discuter avec les Forrestier avec un grand sourire. J’en profite pour glisser un compliment à l’oreille de ma compagne très discrètement. Je rejoignis Marthe quand sa mère partie avec ses sœurs pour préparer la mariée, les Forrestier partant discuter avec d’autres. Ma fille me complimente même sur ma tenue alors que je lui embrasse le front en surveillant les deux garçons. Même Joer vient me faire un bisou. Je devrais me raser plus souvent. La grosse barbe c’est bien dans les terres glacées : pas pour embrasser ses enfants. J’observe les nobles arriver, saluant ce que je croise. Je m’installe avec les autres lors de la cérémonie et voir le bonheur de Lyra je souris également en serrant délicatement la main de mon ourse sans rien dire. Je sais qu’elle ne veut voir personne de sa famille quitter l’île. Mais Lyra est tellement heureuse…

Je suivis le cortège en essayant de remettre la main sur mes enfants, mais c’était bien Alysane la plus habile de nous deux. Bien que je tienne Joer contre moi pour qu’il puisse tout voir. Le rire de Marthe me guide et je repose Joer avec d’autres enfants pour qu’il joue avec d’autres enfants. Je surveille un peu autour de moi, moi et les fêtes… Je ne suis pas des plus à l’aise en sociétés, mais je finis quand même par retrouver les Forrestiers pour discuter avec mes amis. Mon regard pivote vers les Mormont qui sortent et au vu de la tête de Jorelle… Une petite farce se présente. Je me dirige vers elle avec un sourire et salut avec respect la Manderly et Maege avant de me tourner vers la plus jeune en haussant un sourcil.

« Tu as la tête de celle qui a préparé une sacrée surprise… Qu’est-ce que vous avez prévu toutes les trois ? Ne me dis pas que tu vas nous apprendre à danser ta gigue ! »

Si c’est le cas : je danserais avec mes fils pour leur apprendre et rire un grand coup avec eux. Je soutiens le regard de la troisième Mormont en l’invitant à parler : elle sait que je sais garder les secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Millie Brady
Messages : 100
Date d'inscription : 06/01/2019

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 13 Jan - 0:45

Ici, nous tenous

An 302, Lune 1, semaine 4



Mariage de Brandon Norroit et Lyra Mormont

L’horizon gris de la Baie des Glaces semblait immuable. D’aussi loin que pouvait porter le regard, les yeux ne rencontraient qu’un espace froid et désolé. À l’ouest, on pouvait deviner une forêt blanchies par les premières neiges, épaisse et dense, dont l’orée faisait office de barrière infranchissable. Les petites habitations, plus au sud, rassemblées en un village ramassé, était aujourd’hui figées dans le froid hivernal qui s’abattait sur Westeros depuis plusieurs semaines. Un port petit, rustique, où quelques rares bateaux - les plus aventureux - était amarrés, les soutes à demie vides. Puis, au delà, la mer terne et lisse, entrecoupée uniquement par des blocs de glace et des icebergs lointains, dérivant probablement depuis les contrées d’au-delà du Mur. Lorsque le ciel était clément et qu’un soleil pâle éclairait les ondes de sa lumière blafarde, il était possible de voir le continent, lorsque l’on plissait des paupières.
Ce paysage, Lyra Mormont le connaissait par coeur. Elle y était née, y avait grandi. Elle avait mémorisé sans le vouloir chaque relief, chaque rondin, chaque visage. Sa maison.

Pourtant, aujourd’hui, elle semblait découvrir son île pour la première fois. Ses prunelles, aussi fades que la boue frigorifiée qui poissait le sol gelé, envisageaient ces étendues familières avec l’urgence du départ et la mélancolie propre à sa personnalité rêveuse.
Quitter son havre natal n’avait jamais été une option, auparavant. Après tout, les moeurs de sa famille différaient de toutes les autres. Il était naturel, ailleurs, d’apprendre aux jeunes filles à quitter leurs terres pour s’installer, plus tard, sur celles de leur futur époux. Elles y étaient préparées dès le plus jeune âge et acceptaient donc leur futur avec une appréhension excitée ou une fatalité résignée lorsque ce n’était pas une joie dissimulée. L’archère, elle, n’avait jamais imaginé devoir rejoindre le continent. Définitivement. Avec son accord décidé, offert avec euphorie. La chasseuse ne pouvait nier la hâte qui soulevait chacune de ses respirations depuis Lestival. Depuis que sa main avait été maladroitement demandée par Brandon Norroit. Et c’était peut-être cet empressement ravi mêlé à la nostalgie déjà douloureuse de la conclusion d’une ère qui la troublait le plus.

Pour la dernière fois, Lyra éprouvait le besoin de n'appartenir qu’à elle-même.

Avec une lenteur appliquée, goûtant chaque geste, la brune revêtit son pourpoint de chasse. C’était probablement la dernière fois qu’elle l’enfilait ici, dans sa chambre, en se sentant pleinement appartenir à l’île. Les prochaines fois seraient différentes. La saveur si particulière qu’avait la sensation de s’abandonner à la sylve aurait changé. Car elle ne serait plus une Mormont de l’Île aux Ours. Mais l’épouse de Brandon Norroit du clan des Montagnes. Cette perte d’identité la rendait confuse.

Un lourd manteau neigeux recouvrait la boue frigorifiée de l’Île aux Ours. Le givre craquait sous chacun pas, hurlant et gémissant, à la fois avalant et vomissant le silence. Les arbres avaient déjà perdu toutes leurs feuilles, laissant uniquement les sapins et les ifs menacer les cieux pâles de leurs branches recouvertes d’épines grises. Quelques corbeaux croassaient en passant de rameaux en rameaux, se donnant quelques coups de bec au passage, probablement pour se disputer un maigre ver de terre, sûrement le dernier de sa lignée encore en vie. Car avec l’automne enterré et l’hiver triomphant, c’était l’avènement de la mort et les soupirs exténués de la campagne qui répondaient au regard ahuri des hommes. Dans la profondeur des bois, aucun son de venait se glisser entre les fougères rabougries aux tiges figées dans la glace. Aucun son ne résonnait entre les écorces. Aucun son ne sifflait entre les collines mornes. Rien que la stupeur d’une nature surprise par cette dague glacée qui était venue se ficher entre ses côtes sans qu’elle n’ait eu le temps de protester. La forêt, autrefois chantante et grouillante de murmures engageant, était maintenant aussi muette qu’une crypte. Comme un animal blessé, elle s’était repliée sur elle même et ne laissait plus rentrer en son sein que les plus courageux et les plus fous pour découvrir ses mystères, en ne faisant pas la promesse de les laisser un jour ressortir. Carcasse vide, mélange de racines noires et d’os laiteux pour les plus méfiants. Repère dangereux et maudit pour les plus peureux. Singularité étrange et respectable pour les curieux.
L’aube caressante avait du mal à transpercer les nuages gros de flocons qui venaient du large, mais durant quelques secondes de répit, le combat cessa et un fin rayon de lumière vint illuminer le sol scintillant comme des centaines de pierres précieuses. Même les plus belles femmes de Westeros ne pouvaient se vanter d’avoir les plus beaux cailloux accrochés autour de cou. Même Lynesse n’en était pas capable. Car elles étaient là, les plus belles créations d’orfèvrerie. Par terre, habillant chaque courbe, chaque mont et chaque val d’une lueur différente selon la façon dont on la regardait. C’était cela que Lyra aimait. La beauté subtile et pourtant éclatante de la nature qui se muait et ne cessait de se transformer au fil des secondes.
L’île, de par sa nature profonde, avait conservé cette beauté sauvage et indomptable que l’on ne retrouvait nulle part ailleurs. Elle lui manquerait.

Immergée dans le bois, elle ne vit jamais les silhouettes découpées dans l’horizon des deux navires Norroit qui approchaient.


*


Les quatre soeurs papillonnaient autour de la future mariée en un ballet brusque, mais étonnamment élégant. Les doigts pressés de Jorelle piquaient des fleurs de tissus pastels dans ses cheveux bruns tandis que Dacey terminait une retouche minime sur la longue cape de fourrure cuivrée. Dans un coin de la pièce, Alysane et Lyanna les toisaient en silence, ne sachant guère que faire face à cette épreuve toute féminine qu'était la préparation de la mariée.
D’un oeil tantôt amusé, tantôt tendre, Lyra les observait silencieusement. Elle connaissait l’avis des filles de Maege au sujet de ses épousailles. Confuses face à ce choix original et incongru dans un premier temps, elles avaient appris à l’accepter, malgré une incompréhension doublée d’une rancune amère. La troisième ourse ne pouvait les blâmer. Aussi, elle avait - comme ses soeurs avaient avalé son union - accueilli leurs sentiments.

Sans un mot, Dacey, Alysane, Jorelle et Lyana finirent par s’en aller pour prendre la place qui étaient la leur lors de la cérémonie.

« Merci, » souffla simplement la fiancée, la voix chaude d’émotion.

Elle ne resta pas seule bien longtemps. Sa mère, la statuesque Lady Mormont, l’attendait au pied de l’escalier immense et grinçait dans le forteresse de rondins. Habillée pour l’occasion, elle portait fièrement une épaisse cape noire dont la broche argentée représentait l’ours de la maison. Belle et terrible à la fois, Maege mariait une de ses filles pour la première fois. Lyra vint accrocher son bras au sien. Elle trouva dans le creux de son coude brûlant le réconfort et la chaleur qui, sans qu’elle ne s’en rende compte, lui avait terriblement manqués. Tremblante et comblée, elle levait vers sa mère les yeux brillant d’une femme aimée.

Ragaillardie par la présence maternelle, les mots qu’elle prononça, plutôt que de la couper comme elle le craignait, la firent grandir un peu plus. Fierté. Joie. Courage.

« Merci, » répéta-t-elle avec un sourire franc. « Maman. »

Ce fut elle qui la guida à travers la neige fraîche qui tapissait le chemin sinueux entre les arbres, éclairé par les flambeaux rougeoyant dont la chaleur faisait craquer les écorces glacées. Miroir du ciel, la sylve était autant éclairée par les flammes dansantes que par les visages joyeux des villageois que la troisième ourse remercia silencieusement d’un hochement de tête, à mesure qu’elle progressait, s’enfonçant toujours un peu plus dans cette forêt qu’elle ne reconnaissait plus.

Devant le barral immaculé, Brandon attendait, droit comme un i, aussi figé que les arbres qui l’encerclaient. Lui aussi s’était vêtu de riches vêtements et lui aussi semblait aussi peu habitué que sa future épouse à s’afficher de la sorte.
Tous deux se détaillèrent, se découvrant encore et encore. Lyra n’avait jamais réellement su s’il était beau. Mais il lui plaisait. Son visage dur, carré et sa mâchoire anguleuse témoignait de la rugosité du Nord. Néanmoins, au-delà de son apparence, c’était bel et bien son être qui avait séduit la nordienne. Sa loyauté inébranlable, son profond sens moral et sa bonté, cachée derrière une façade brusque et bourrue.

« Qui vient devenu les Ancieux Dieux cette nuit ? » demanda Brandon Norroit l’Ancien devant Lady Mormont.

Sa voix caverneuse résonna comme un coup de tonnerre dans la nuit muette et la chasseuse resta un instant ébahie.

« Lyra de la maison Mormont est ici pour être mariée ! Une femme faite, bien née et noble, elle vient demander la bénédiction des dieux. Qui la la veut sienne ? »

Brandon, resté en retrait jusque là, s’avança d’un grand pas, prenant place à côté de son père.

« Brandon, héritier de la maison Norroit, » tonna-t-il avec un sérieux glacial. « Qui la donne ? »

« Maege de la maison Mormont, sa mère. »

« Lady Lyra, prendrez-vous cet homme ? »

Pour la première fois depuis le début de la cérémonie, ce fut à elle de parler. Comme Brandon avant elle, elle s’avança pour lui faire face. Autour d’eux, les invités agglutinés les observaient religieusement, les flocons légers formant des couronnes de givre sur chacune de leurs têtes découvertes. La neige rongeait les respirations et durant un instant, la troisième ourse oublia de respirer.

« Je prends cet homme. »

Ensemble, dans le silence de crypte, entrecoupé des cris d’animaux invisibles venant du plus profond de la forêt, ils échangèrent leurs promesses.

Enfin, ils firent face à la petite assemblée, les doigts engourdis et entrelacés.

« Vous êtes très beau, » admit-elle en murmurant.

Il haussa les sourcils, surpris.

« Vous êtes sûre qu’elles ne vous ont pas donné à boire quand vous étiez là-dedans ? »

La légèreté de leur conversation étouffait la gravité solennelle de l’acte auquel ils s’étaient consciencieusement plié. Réalisaient-ils seulement ce qu’il venait de se produire ?

Les festivités qui suivirent n’étaient pas là pour le leur rappeler. Bien que l’hiver grattait à toutes les portes, les immenses tables de la forteresse abondaient en victuailles et en boisson.

Alors que sa mère lançait l’ouverture du banquet, Lyra scruta les invités, mais ne vit ni Wynafryd, ni Jorelle dans la foule.
Finalement, les paroles chuchotées par sa génitrice l’arrachèrent à son observation. Elle attrapa les grosses mains de sa mère dans les siennes, si petites, dont la pulpe des doigts était rugueuse de sa pratique du tir à l’arc.

« Un mariage en hiver… » commença-t-elle. « Deux choses qui ne nous plaisent guère, chez les Mormont. J’ai l’impression d’être gâtée. Trop gâtée… J’ai conscience des sacrifices faits par tous les gens présents ici et je ne l’oublierai pas. »


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ours indompté
Jorelle Mormont
L'ours indompté
Valar Dohaeris

Ft : Tamla Kari
Multi-Compte : Harlon / Maddy
Messages : 819
Date d'inscription : 29/06/2016

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 13 Jan - 22:42

L'an 302, lune 1, semaine 4

Il y avait cette étincelle qui brillait dans le regard de Lyra et Brandon, un éclat lumineux dont seuls les véritables soupirants possédaient. Durant des années, l’ours indompté avait observer cette lueur dans les yeux de certains villageois, dans ceux qui semblaient vivre dans une harmonie complète avec leurs partenaires, vivant sous l’impulsion d’un amour immuable à travers le temps. Leurs corps et leurs âmes avaient vieilli, malmenées par les sévices des anciens dieux, mais leurs sentiments, eux, restaient saufs. C’est ce regard pétillant qu’elle percevait lorsqu’ils se retrouvaient ensemble, côte à côte, comme au premier jour. Et plus sa vie continuait, plus elle pouvait l'apercevoir dans ceux de Dacey et Alysane. C’est sans doute pour cette raison que Jorelle acceptait ce mariage, à contre cœur certes, mais elle savait au plus profond d’elle que Lyra serait heureuse. Et si ce n’était pas le cas, les Mormont viendraient la chercher. Bien sûr, sa sœur aînée n’était plus une enfant, elle serait se débrouiller seule et affronter ses propres problèmes, mais Jory était protectrice. Un peu trop. Un trait de caractère malheureusement trop prégnant dans cette famille. Sa sœur allait quitter l’île aux ours, mais elle devait l’accepter. Serrer les dents. Accepter.

Devant cette grande porte ouverte, sentant l’air frais infiltrer toutes les parcelles de peau dénouée de tissus et en se délectant du froid humide provenant de la neige, la Mormont repensait à sa conversation avec Dacey. Elle devait libérer Wylla de sa mission et confier ses cadeaux à quelqu’un d’autres de plus responsable que sa propre personne.

Jorelle se laissa guidé par les rires et les éclats de voix, de là où elle était, tout le monde semblait s’amuser et profiter de la fête. Elle avançait entre les danseurs, cherchant du regard la fille aux cheveux colorés, mais sans succès. À croire que le vert n’était pas assez criard pour être repéré aisément. Elle contourna son aînée qui fut interceptée par Maève et dont la question fit sourire l’ours. Tous les insulaires avaient eu l’occasion d’observer cette étrange créature voler au-dessus de leurs chaumières. Et bien qu’elle aurait – ô comment – apprécié de bavasser avec la nordienne sur son dragon, la questionner jusqu’à n’en plus finir, Jorelle préféra continuer sa route en lui adressant un sourire d’encouragement. Ce petit ourson lui ressemblait de trop. Et les questions, elle aussi en avait à revendre.

Puis elle se glissa derrière sa mère qui fit un discours sur les deux jeunes mariés dont elle fit un large sourire complice en observant cette dernière s’incruster entre le couple. Ce n’est qu’après avoir été écrasé deux fois, senti une main sur ses fesses trois fois, intercepté pour écouter une blague loin d’être drôle, qu’elle retrouva son ami. Wylla était en présence d’Alysane et de Benjen, mais une fois encore, elle ne réussit pas à atteindre sa cible. Edrick, le compa… père des enfants de son aînée la questionna sur une surprise dont elle ne connaissait nullement l’existence. Le visage reflétait à merveille son incompréhension la plus totale.

- Surprise ? Toutes les trois ?

La quatrième fille Mormont tourna la tête à la recherche de ses deux autres apparemment complice.

- Et quant à ma gigue extraordinaire, très cher monsieur, est réservé exclusivement aux initiés… de danseurs de gigue.

Jorelle fit déconcentrer par un plateau qui passa sous son nez et dont les chope étaient remplit à ras-bord. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de boire en l’honneur de ce mariage.

© Nalex


Only the Gods knows what's hiding in the darkness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héritière du Triton
Wynafryd Manderly
Héritière du Triton
Valar Dohaeris


Ft : Anna Popplewell
Multi-Compte : Asha, Lucas, Melara & Bryce
Messages : 7354
Date d'inscription : 22/08/2015

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Lun 21 Jan - 19:18


Ici, nous tenons
mariage de Lyra & Brandon


« L'Île-aux-ours | 302, lune 1, semaine 4 »

Wynafryd avançait progressait doucement dans la grande salle, jetant des coups d’oeil à droite puis à gauche, se hissant sur la pointe des pieds pour essayer d’apercevoir un visage familier mais surtout chaleureux. Elle avait beau connaître les traits de Jorelle, ça n’était pas l’Ourse vers laquelle elle irait gaiement. La Sirène avait retenu ses leçons. La foule s’immobilisa un instant alors que la voix de Maege se mit à résonner. Sans verre, Wynafryd ne put porter le toast comme tout le monde, néanmoins, elle donna de la voix pour féliciter les jeunes mariés. Après les hourras d’encouragement, elle croisa enfin un regard qui lui était familier et rendit le grand sourire qu’on lui offrait. Elle allait faire un pas en direction de Dacey (@Dacey Mormont) lorsqu’une petite main qui tirait sur sa robe attira son attention. La surprise laissa place à un regard bienveillant lorsqu’elle reconnut les boucles blondes de Maeve, l’aînée de son amie. Elle s’accroupit alors pour se mettre à sa hauteur, sans apercevoir Jorelle qui passait derrière elle, et lui répondit d’un air amusé. “Oui, Vraël est rangé. Comme Guerrier tu sais, il n’aime pas trop la foule bruyante, ça l’effraie.” ajouta-t-elle avec un léger rire. Puis elle tendit sa main à l’enfant pour l’entraîner jusqu’à Dacey. “Allez viens, on va retrouver ta mère.” Elles franchirent ensemble les quelques mètres qui les séparaient et Maeve finit par être celle qui la devançait alors qu’elle s’était mise à trottiner d’un air décidé. “Je crois qu’il n’y a rien pour effrayer ta fille Dacey…” dit-elle affectueusement à son amie après avoir offert un sourire bienveillant à Dryn pour accompagner la petite main qu’elle libérait.

Elle saisit le verre plein qu’on lui tendit et trinqua avec son amie. “Cela fait plaisir de voir Lyra aussi joyeuse.” Les deux amies échangèrent un peu, avec le fils de Skagos également. Mais après quelques minutes, la Sirène s’excusa. “Il faut que j’aille trouver Wylla, elle ne doit pas apprécier d’être toute seule dans cette ambiance. J’essaie de revenir dans quelques instants en sa compagnie !” Annonça-t-elle avec un sourire. Elle parlait d’essayer puisque dans des événements comme ceux-ci, il était si facile de se laisser porter par la foule et d’oublier son trajet initial. ll y avait des chances pour que les sœurs Manderly soient entraînées d’un côté et Dacey de l’autre, et qu’elles ne se retrouvent pas avant un petit moment ! La grande salle était plus petite que celle de Winterfell, mais les habitants de l’Île-aux-ours étaient bien plus animés. Après quelques minutes elle aperçut finalement la chevelure criarde de sa sœur (@Wylla Manderly) et fonça droit sur elle avant de la perdre. “Enfin !” laissa-t-elle échapper avant de se rendre compte de la présence d’Alysane (@Alysane Mormont) et de son fils à ses côtés. Elle lui sourit poliment avant de se tourner vers sa sœur  “Tout va bien ? Et si on allait féliciter Lyra, qu’en dis-tu ?” A quelques pas seulement, une voix familière résonna dans ses oreilles et elle vit Jorelle en grande conversation avec le compagnon de la deuxième fille de Maege, Edrick. Il était question de farces et de surprises, de quoi faire froncer les sourcils de l’aînée des Manderly alors qu’elle ne savait guère à quoi s’attendre.
(c) DΛNDELION



Our waters run deep
Don’t make me sad, don’t make me cry, sometimes love is not enough and the road gets tough, I don’t know why, the road is long, we carry on. Come and take a walk on the wild side, let me kiss you hard in the pouring rain, choose your last words, this is the last time, 'cause you and I, we were born to die.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
The Brave Mermaid
Wylla Manderly
The Brave Mermaid
Valar Dohaeris


Ft : Freya Mavor
Multi-Compte : Alyx | Bethany | Rhaenys
Messages : 515
Date d'inscription : 06/06/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Mer 23 Jan - 16:47


Ici, nous tenons
mariage de Lyra & Brandon


« L'Île-aux-ours | 302, lune 1, semaine 4 »

Wylla fut tiré de la solitude dans lequel elle s’était mise. Cela aurait pu être Jorelle mais ce fut le visage d’une autre ourse qui vint à sa rencontre. Alysanne, la deuxième fille de Maege Mormont. La jeune sirène ne connaissait pas particulièrement cette sœur de son amie, mais elle avait toute la confiance de la Manderly alors elle ne se referma pas sur elle-même. Celle possédant des cheveux verts eut un léger sourire, à moitié amusé au mot de la Mormont. Son amie ne l’avait officiellement pas laissé pour préparer une surprise ou une farce à la mariée mais cela pouvait être parfaitement le cas. Elle n’aurait pas été surprise de l’apprendre bien qu’aujourd’hui, elle n’aurait pas apprécié que la terrible brune lui mente ainsi. Alors elle priait pour que cela ne soit pas vrai. Elle prenait sur elle pour être des festivités, même si le traumatisme restait présent dans son esprit. Elle savait qu’elle ne risquait rien mais la peur était présence, rodant autour d’elle. « Je ne pense pas. Elle m’a demandé de garder les cadeaux pour les mariés pour aller coucher les enfants… J’ose espérer que c’est vraiment le cas ! » Concernant la gigue de Jorelle… Wylla eut une légère grimace. Cela resterait dans les mémoires oui, il était vrai. « Au moins si l’époux de Lyra ne prends pas peur, on pourra dire qu’il est digne de faire partie de la famille Mormont »

Son ton était léger et elle cherchait toujours du regard l’ourse plein de folie de l’île. Elle tourna la tête à la voix de son aîné. Un poids sembla soudainement s’envoler de sa poitrine. Le temps lui avait paru interminable, elle avait déjà pu souffler un peu avec la présence d’Alysanne et le retour de sa sœur lui permettait de respirer de nouveau et de faire taire la peur qui lui tordait les entrailles. Wynafryd lui proposa d’aller féliciter les jeunes mariés, et la sirène aux cheveux verts posa son regard clair sur les cadeaux. Elle entendit cependant la voix de Jorelle non loin, ce qui était bon signe. La jeune femme se tourna vers Alysanne. « Je sais pas si c’était une bonne idée de confier les présents des mariés à Jorelle. Elle a l’air distraite, peut-être serait-il temps d’aller les offrir aux concernés ? » proposa la jeune fille à l’ourse. « Je te suis ! » déclara Wylla en se retourna vers sa sœur. Ainsi, Alysanne pouvait les accompagner pour remettre les présents à sa sœur et son beau-frère. Dans tous les cas, Wylla suivit son aîné jusqu’aux couples mis à l’honneur. La benjamine des Manderly appréciait Lyra, plus calme que Jorelle, elle avait cependant bien accroché avec la troisième fille des Mormont. En revanche, elle ne connaissait nullement son époux. Elle avait entendu le nom de la maison mais rien de plus. Un léger sourire étira les lèvres de celle qui affichait des cheveux verts. « Lyra ! Toutes mes félicitations. J’espère que tu seras heureuse. » Elle se tourna vers l’époux de l’ourse, avec un sourire plus réservé mais légèrement taquin. « Bon courage…pour affronter la famille des ourses… » Les Mormont étaient une famille unis si on oubliait Jorah Mormont qui était en plus à la solde des dragons.

(c) DΛNDELION


true to our word
(c) MΛ☾ΛЯON

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mère des Ourses
Maege Mormont
Mère des Ourses
Valar Dohaeris


Ft : Natalia Worner
Multi-Compte : Aelinor Vanbois || Ynys Allyrion|| Balon Greyjoy
Messages : 439
Date d'inscription : 25/06/2017

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Jeu 24 Jan - 19:45

Maege avait souri à sa fille. Ses mots étaient sincères et visiblement Lyra les comprenaient très bien. Et tout en discutant avec sa fille, la mère des Ourses surveillait du coin de l’œil ce qui se passait chez elle. Maege avait beau être la mère de la mariée, elle était avant tout le seigneur des lieux. Lyra lui fit remarquer à juste titre que d’ordinaire, les Mormont n’aimaient pas les mariages et encore moins l’hiver. Lyra assura sa mère qu’elle n’oublierait pas les sacrifices que faisaient les habitants de l’île aux Ourses. Maege laissa un sourire s’étirer sur son visage. « Tu n’es pas trop gâtée Lyra. Les gens d’ici le font avec plaisir. Et quoi que j’aie pu dire sur le mariage le tien est magnifique et tu mérites ce bonheur. Nous ne sommes pas toutes faites pour nous marier mais tu es sans aucun doute celle qui était le plus faite pour cela ma fille. » commença par répondre la mère. Et un rire sonore s’échappa de sa bouche. Elle attrapa un godet et but d’un trait son contenu.

Elle regarda le mari de sa troisième fille et se pencha vers elle. « S’il venait à t’arriver quoi que ce soit, saches que je te ramènerai ici chez toi. » et ce regard se fit dur. Il était hors de question pour Maege Mormont que sa fille vive un second enfer si proche d’elle. Si elle n’avait pas pu la secourir sans l’’aide des Stark et de la fille du nouveau roi des îles de Fer, cette fois ce serait différent. Maege ferait tout pour ses filles et elle voulait que Lyra en prenne bien conscience. Puis finalement elle vit arriver près d’eux et surtout du mari de Lyra la chevelure si particulière de Lady Wylla Manderly. Maege était ravie de la présence à ce mariage des filles Manderly. Et alors que Wylla encourageait le jeune Norroît, Maege Mormont s’approcha et posa sa main sur la frêle épaule de la sirène. « Lady Wylla, vous allez faire peur à mon pauvre gendre. » fit avec une certaine douceur dans la voix la mère des Ourses. « Quoi qu’il en soit, je suis contente de vous voir ici votre sœur et vous. Les portes de l’’Île aux Ourses vous seront toujours ouvertes n’en doutez pas. » ajouta la Mormont en portant ensuite son regard sur l’aînée des petites-filles de Wyman Manderly.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Lyra Mormont
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Millie Brady
Messages : 100
Date d'inscription : 06/01/2019

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    Dim 3 Fév - 0:07

Ici, nous tenous

An 302, Lune 1, semaine 4



Mariage de Brandon Norroit et Lyra Mormont

Dès que le glas de fin de cérémonie retentit, les invités se déversèrent dans le grand hall de la tanières des ourses comme des poissons se déversant hors d’un filet. Des voix tonitruantes s’élevaient jusqu’au plafond à mesure que les chopes se remplissaient. Une forte odeur d’hydromel, de viande séchée et de sueur imprégnait la salle et les corps. Un parfum de fête. L’Île aux Ours, malgré la vie rustique et modeste obligée par son climat et son environnement hostile, n’était pas inconnue aux célébrations. D’ailleurs, c’était probablement à cause - ou grâce - à ses moeurs sauvages et rustres que le moindre événement joyeux était prétexte à l’exaltation. Raids fer-nés écrasés, récoltes abondantes - du moins aussi abondantes que les sols peu fertiles de l’îlot le permettaient -, étés agréables… De mariages toutefois, on ne se souvenait pas.
Le dernier en date était celui de Jorah avec Lynesse Hightower que beaucoup d’insulaires surnommaient encore « la putain bieffoise » ou encore « le Trophée ». Une union, certes, mais une union maudite qui avait apporté la ruine et le déshonneur sur leur famille. Bien qu’encore jeune, Lyra se souvenait nettement des mauvais regards et des messes basses mauvaises dès l’arrivée de la seconde femme de son cousin sur l’île.

Les choses étaient différentes avec Brandon. Bien que l’ombre du passé planait indéniablement sur l’alliance des Norroit et des Mormont et qu’on ne pouvait s’empêcher de penser aux fiascos entourant les précédents engagements des ours, l’ambiance était, ce soir-là, chaleureuse et bienveillante. Après tout, à la différence de la fille de Leyton, Brandon partageait avec eux des coutumes et des habitudes qui ne pouvaient se gagner. Ces valeurs ont ne pouvait s’en imprégner qu’à partir de la naissance. Elles résidaient profondément ancrées dans le coeur et des les tripes sans que jamais on ne puisse les déloger. Voilà pourquoi les fiançailles avaient été acceptées avec une telle bonhommie de la part de Maege. Elle savait. Elle savait comme chacun ici qu’au-delà de l’amour que se portaient les deux jeunes gens, il y avait plus. Plus que l’aveuglement euphorique et terrible qui ne pouvait conduire qu’à leur perte à tous. Ils étaient liés par quelque chose de bien plus profond. Ils se comprenaient.

Pourtant, les soeurs de l’archère s’étaient montrées plus réticente que leur génitrice à présenter leurs félicitations. Une surprise douce-amère pour Lyra. Bien sûr, elle s’était attendue à ce que sa décision soulève des doutes et des questions. Après tout, elle dérogeait à la règle. Elle s’affranchissait. Elle qui avait pourtant toujours été la plus docile… Leur circonspection n’était-elle d’ailleurs pas une preuve de leur amour ? Bien sûr, elle en avait parfaitement conscience et ne pouvait leur en vouloir. Néanmoins, Alysane restait revêche et Dacey se montrait un peu distante. C’était peut-être cet écart creusé, volontaire ou non, qui peinait le plus l’ourse délicate. Car son choix n’avait jamais été pensé pour offusquer ou blesser qui que ce soit. Elle s’était montrée égoïste. Profondément égoïste. De cela, elle ne s’en rendait véritablement compte que depuis ces derniers jours. Et c’était ce reflet d’ingratitude que lui renvoyaient les moues de joie forcée de sa fratrie qui la troublait le plus. Pour la première fois de sa vie, Lyra n’avait pensé qu’à elle. Aujourd’hui, devant le fait accompli et consumé, devant les sourires et la liesse générale, elle était tiraillée entre ce bonheur qui n’appartenait qu’à elle et ce sentiment de culpabilité grandissant face à l’absence de remords de ce mariage assumé.

Les pensées inhabituelles qui gangrenaient son esprit qui aurait dû être tourné vers la fête furent annihilées par l’oeillade bienveillante que lui offrit sa mère. Dans ce regard féroce et fier, elle ne vit que l’amour et la sincérité profonde de cet être qui savait sourire avec les yeux. Le coeur de la jeune mariée se serra. Elle ne sut si c’était la tristesse, la joie ou bien les deux qui l’étranglèrent soudain. La main qui serrait la pogne de son époux vint s’agripper à celle de Maege dans l’élan spontanée de la femme encore petite fille à la recherche du contact maternel. Lyra espéra l’espace d’un instant qu’elle aussi pouvait sourire avec les yeux et surtout que sa mère le verrait, ce sourire authentique et véritable.

L’instant fut dilué dans le rire tonitruant de la Lady qui après avoir fixé le Norroit, s’approcha de l’archère. La promesse était dure, farouche et implacable, à l’image de l’Ourse. Lyra savait qu’ils étaient prononcé dans le sillage du déshonneur. Bien qu’elle ne l’ait jamais clairement verbalisé - Maege n’était pas une femme de mots - elle avait su le faire comprendre au fil des années. La soeur de Jeor s’était trouvée désarmée, impuissante après l’enlèvement de sa troisième fille. Incapable d’aller la secourir seule, elle n’avait pu que s’imaginer les tourments vécus par Lyra.
Les choses étaient différentes désormais. Il n’y avait plus besoin de culpabilité. La page était définitivement tournée.

« Je sais, » murmura cependant la brune avec un sourire rassurant.

L’arrivée des soeurs Manderly allégea subitement l’ambiance qui s’était épaissie autour du trio sans qu’ils ne s’en rendent vraiment compte. A la suite des sirènes, Alysane se frayait un chemin parmi les invités, se glissant entre les tables avec une habilité connue de la chasseuse, mais qui pour beaucoup était insoupçonnée.

Les félicitations de la jeune fille aux cheveux verts firent gonfler le coeur de l’ourse délicate qui vint déposer deux gros baisers sur les joues pâles de Wylla. Sa remarque malicieuse à Brandon lui arracha une moue penaude.

« Je vais avoir besoin d’un peu de courage… » fit-il en la saluant avec sa chope avant de la vider d’une traite.

Lyra soupira, mais ne put réprimer un sourire léger d’étirer ses lèvres.

« Je suis très heureuse de vous voir ici, parmi nous, » reprit-elle à l’attention des filles de Blancport. « Votre présence est très importante pour moi. »

La famille Manderly avait beaucoup souffert ces dernières lunes et pourtant ils avaient répondu présents. Lyra saurait faire de même à l’avenir.

« Je n’ai pas su me montrer là lorsque vous aviez besoin de moi, » s’excusa-t-elle. « C’est une chose que je compte régler au plus vite. »

Son regard tomba sur Wynafryd. Elle avait tellement changé. Pourtant, elle restait la même. Celle en qui elle s’était retrouvée. Une version plus aboutie d’elle-même. Plus jeune et pourtant plus vieille. Elle aurait aimé lui parler de tant de choses. Mais ce n’était ni le lieu ni le moment pour aborder de tels sujets.

« On m’a murmuré que votre dragon nous volait la vedette à Brandon et à moi… » commença-t-elle sur le ton de la confidence. « Il faudra me raconter vos aventures. »


DRACARYS


the third she-bear
As wild as sweet, she was a savage in disguise. Her eyes as soft as a gentle breeze, but her heart beating with the tambourines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Ici, nous tenons.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ici, nous tenons.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Sommes-nous pareil?
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Nord :: L'île aux ours-
Sauter vers: