RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
Toutes les nouveautés de cette 19e MAJ sont disponibles ici

Partagez | 
 

 Danse avec les loups - avec Arya Stark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seigneur
avatar
Seigneur
Valar Dohaeris

Ft : Iwan Rheon
Multi-Compte : Cersei Lannister
Messages : 111
Date d'inscription : 05/06/2018

MessageSujet: Danse avec les loups - avec Arya Stark   Sam 6 Oct - 19:28

danse avec les loups
avec Arya - 301, lune 11, semaine 4

La fureur bouillonnait dans ses veines. S’il avait pu, il aurait fait couler le sang, il l’aurait regardé giclé juste pour le plaisir de combler sa haine. Le beau visage de Catelyn Stark, il l’imaginait gésir face contre terre dans la grande salle en pierre de Winterfell, son visage éclaté, sans que personne ne puisse la reconnaître.
Les portes de Winterfell claquèrent derrière lord Ramsay Bolton. Il s’était rendu, rempli de bienveillance auprès de Catelyn Stark, pour qu’elle le recommande auprès des seigneurs du Nord, pour qu’il puisse trouver une jeune épouse. Il était impératif pour Ramsay de perpétuer la lignée des Bolton. S’il venait à disparaître, les terres familiales seraient déchirées entre tous ses voisins. Il ne pouvait pas laisser cela arriver. C’était pour cela qu’il avait agi en allant auprès de lady Stark. Comme son mari par le passé, elle l’avait reçu avec dédain. Lady Stark l’avait prise de haut, elle l’avait humilié. Insulté. La fierté du jeune seigneur ne s’en remettrait pas et Ramsay n’avait qu’une idée en tête, se venger. Lady Stark se devait de souffrir. Il lui avait retiré son mari avec du poison, il la punirait pour cet affront. Catelyn Stark ne s’en remettrait pas et sa précieuse progéniture non plus.
En voyant l’immense forteresse s’éloigner, Ramsay se disait qu’il pouvait très bien la mettre à feu et à sang. Il pourrait galoper jusqu’à Fort-Terreur, rassembler son armée et revenir pour mettre en ruine ce tas de pierre et la gloire des Stark. Que pouvait donc bien faire cette femelle pour se défendre face à une armée ? Elle serait seule, sans défense et Ramsay se plairait à la soumettre et à la mettre à mort.
Ce macabre plan était en train de se constituer dans l’esprit de Ramsay. Il se voyait bien profiter de l’absence du jeune loup, pour s’attaquer à sa forteresse et éliminer ses frères et sœurs encore présents en ces lieux. Cela serait tellement jouissif de faire tout cela. De toute façon, qu’ils meurent aujourd’hui ou demain, les Stark devaient périr. On ne pouvait pas continuer à humilier les Bolton sans conséquences. Les Stark paieraient et cela serait de sa main.
Sang l’attendait et il monta sur son fidèle destrier pour partir loin de ce lieu maudit. Le bâtard rejoignit ses gars qui l’attendaient plus loin dans le bourg se trouvant juste à côté. Une auberge avait fini par accueillir leur ivresse et Ramsay se décida à les rejoindre, plutôt que de mettre à feu et à sang le Nord, sur un coup de tête. Il s’enivra et se rendit dans le bordel du coin et passa la nuit avec une rouquine qui répondait au doux nom de Ros.

L’aube venait de poindre quand Ramsay ouvrit les yeux. La prostituée dormait paisiblement à ses côtés. Il se leva avec un fort mal de tête et s’habilla prestement. Dehors, il rejoignit ses gars qui dormaient dans l’écurie. D’un coup de pied, il réveilla Schlingue et lui ordonna de préparer son cheval pour le départ. Ramsay s’approcha de l’abreuvoir et y plongea son visage pour se réveiller.

Les chevaux étaient lancés à vive allure. Ramsay Bolton avait hâte de rentrer sur ses terres et de pouvoir préparer ses plans. Cependant, il n’eut pas le temps de faire beaucoup de chemin. Des hurlements se firent entendre non loin de là. Des cris à vous glacer le sang et qui firent paniquer les chevaux. En voyant le comportement de sa propre monture, Ramsay comprit qu’un animal dangereux se trouvait non loin de là. Il attrapa son arc et lança son cheval en direction des cris. Il ne mit guère longtemps à en trouver l’origine.
Une meute de loup était en train de s’acharner sur une jeune personne. Un autre loup, beaucoup plus grand que les autres tentait de défendre sa maîtresse. Ce loup… Ramsay le détailla et comprit immédiatement d’où il venait. Il était la propriété de l’un des rejetons de la famille Stark. Ainsi, la personne qui était en train de se faire littéralement dévorer était un enfant de Catelyn Stark. Le sang qui tâchait la fourrure des loups avait une couleur agréable aux yeux de Ramsay et s’il laissait le môme se faire déchiqueter. Cela serait une douce vengeance, mais il y avait une chose qui serait encore plus amusante…
L’homme banda son arc et décocha sa première flèche qui se planta dans l’œil de l’un des loups. Ses gars se mirent également à attaquer la meute. Les loups étaient enragés, sûrement affamés par l’hiver bien présent dans le Nord. Ramsay décocha une autre flèche qui alla se planter dans le poitrail d’un autre animal. L’un des loups, probablement le chef de meute hurla. Il donna le mouvement et les autres loups quittèrent le lieu, poursuivit par les gars de Ramsay. Le plus gros des loups, de son côté, s’approchait de son maître et lécha le sang qui coulait des nombreuses blessures. Ramsay ne pouvait pas savoir de quel rejeton de la famille Stark il s’agissait, celui-ci n’était plus qu’un amas de chair et de sang. Un sourire sadique fleurit sur ses lèvres. Son air était dangereux.

« On en fait quoi lord Bolton ? » Demanda Schlingue qui venait de s’approcher de son maître.
« Et bien, nous allons devoir de nouveau rendre visite à cette chère lady Stark. » Et cette fois-ci, lady Stark allait devoir l’accueillir avec beaucoup de courtoisie. Après tout, ne venait-il pas de sauver l’un de ses chers louveteaux ?






Made by Neon Demon



   
Le Seigneur de Fort-Terreur
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble
avatar
Noble
Valar Dohaeris

Ft : Maisie Williams
Multi-Compte : Boadicée Sand - Abigaëlle Rowan - Sacha
Messages : 249
Date d'inscription : 08/08/2017

MessageSujet: Re: Danse avec les loups - avec Arya Stark   Sam 6 Oct - 19:47

Je finis d’enfiler mes gants et de passer mon épée à ma ceinture, Nymeria avait disparu, sûrement dans le Bois Sacré à jouer ou à faire je ne sais quoi. Peut-être chasser ? Qui sait ? Je n’avais en tout cas pas envie de la déranger, qu’elle s’amuse et qu’elle ne devienne pas un toutou domestique, c’était très bien qu’elle ne restait pas collée à moi. Puis pour une fois, mon cheval ne serait pas plus que nerveux à cause de sa présence : ma louve avait bien grandis et malgré le temps qui avait passé, les chevaux n’aimaient pas toujours la présence de ma loupe. Tant pis. Aujourd’hui j’irais seule à cheval. Il le valait mieux de toute manière. Je n’irais pas très loin, ni très longtemps, mais j’avais besoin de me vider la tête. Entre le départ de Robb et de Sansa pour le tournoi et l’hiver qui arrivait. J’hésitai, mais laissai ma cape la plus épaisse rangée. Je n’en aurais pas besoin. Et puis le froid me ferait du bien.

Je sortis de ma chambre pour descendre à pas vifs vers les écuries. Je profitais du temps où je scellais ma monture pour discuter un peu avec Mycah. Malgré les années, rien n’avait changé entre nous : nous étions toujours les meilleurs amis du monde et c’était très bien. Au moins avec lui je pouvais parler comme je le voulais et depuis le temps nous avions laissé tombé les titres. Je crois que c’était ainsi depuis des années en fait. Je n’avais pas envie de penser à ça.

J’enfourchai souplement mon cheval avant de le diriger vers la sortie de Winterfell. Comme toujours je me retournai sur ma scelle pour contempler les murs antiques de mon chez moi. C’était tellement agréable… Avoir un chez soi… Mon regard tomba sur la crypte et je murmurai une prière pour mon père lui demandant de veiller sur Robb et Sansa qui étaient bien loin dans le sud avant de talonner mon cheval pour sortir, entre temps Nymeria avait finit par me rejoindre. Les gardes me laissèrent passer sans broncher : ils avaient l’habitude maintenant et savaient que cela ne servait absolument à rien de discuter avec moi. Mère était parfaitement au courant de mes petites sorties. Je n’étais pas folle au point de le faire dans son dos. De plus j’avais mon épée et Nymeria m’escortait ! Et je faisais attention, je lui avais juré devant les anciens et les nouveaux dieux de toujours faire attention. Et pour ne rien arranger, si je n’avais pas mes moments un peu de solitude, j’étais assez… sauvage. Plus que d’habitude.

Mon cheval partit au galop, soulevant des paquets de neiges derrière lui et je me couchais contre son encolure pour l’inciter à aller encore plus vite s’il le pouvait. J’avais besoin de me perdre dans la vitesse, le vent, la neige et le froid. C’était assez régulier, une fois par semaine au moins je partais seule, enfin avec Nymeria du moins, une paire d’heure à cheval et je revenais apaisée par la neige, le froid et la solitude. C’était comme un rendez-vous que je n’aurais loupé pour rien au monde ! Je finis par tirer sur les rênes de mon cheval pour le faire ralentir une fois rentré dans le bois. Bois où nous avions trouvé les louveteaux, Nymeria sembla s’en souvenir puisqu’elle dressa les oreilles. Je sentis ma gorge se serrer à cette pensée quand je revis père nous les donner. Par les Anciens … Qu’est ce qu’il me manquait… D’un geste vif j’essuyais les larmes qui commençaient à perler sur mes joues avant de respirer profondément. C’était mieux que je pense à lui souriant et vivant… que… À la fin. Je m’obligeais à penser à la fois où père m’avait applaudis lorsque je tirais à l’arc et qu’il me souriait pour m’empêcher de voir d’autres images horribles.

Mon cheval s’arrêta brusquement et hennit en s’agitant. Qu’est-ce que ? C’était la première fois qu’il me faisait ça ! Je fronçai les sourcils et tentai de le faire avancer en lui donnant un coup de talon. Quelque chose n’allait pas, même Nymeria tournait sur elle-même en grognant tout ce qu’elle savait. Il se cabra soudain en poussant un hennissement de douleur et surprise je roulai au sol quand il décocha une ruade. Je vis ce qui l’avait effrayé. Un loup. Non. Pas qu’un. Une meute de loup. Famélique, bave aux babines, les yeux luisants. Ils mouraient de faim et j’étais une proie pour eux. S’en était hors de question. Je me redressai aussitôt et sortis ma lame en murmurant une prière à mon père. S’il pouvait me protéger maintenant je ne dirais pas non !

Je comptai les loups en moulinant de mon épée, le cœur battant. Respire Arya. Tu ne mourras pas aujourd’hui. Ils m’avaient entouré et mon regard vagabondait sur tout les loups alors que je pivotai sur moi-même pour n’en louper aucun. Je ne mourrais pas aujourd’hui. Pardon père, mais ce n’est pas aujourd’hui que je te rejoindrais. Nymeria hérissa sa fourrure et son grondement devient plus fort.

Mon épée scintilla et je frappai le premier loup qui se jeta sur moi en pivotant pour garder les autres dans mon champ de vision. C’est comme une mêlée nordiene. C’est juste une mêlée. C’est aussi simple que ça. Il faut que je tienne jusqu’à la fin pour gagner la coupe. Mais… la comparaison s’arrête là. Ici c’est une meute contre moi et Nymeria et j’ai beau déployer tous mes efforts, contre une meute de loup qui veut faire de moi mon son repas, même Nymeria n’arrivait pas à les faire fuir, ils étaient trop nombreux… Putain, une Stark tué par les loups. Les Anciens Dieux vous avez un drôle d’humour. Je poussai un hurlement de douleur en sentant des crocs s’enfoncer profondément dans mon épaule droite et ma main gauche fouetta l’air de mon épée pour chasser le loup. Je fis un pas et d’autres crocs déchirèrent mon pantalon pour venir broyer mon genoux tout en déchiquetant la chair. Un nouveau hurlement de douleur échappa à mes lèvres et résonna autour de moi. Je tombai lourdement au sol avant que des crocs ne me lacèrent le visage de la bouche à l’oreille et cela un mouvement réflexe m’épargna de perdre un œil, je sentis les crocs du loup racler mes propres dents. Le sang se mit à dégouliner le long de mon visage jusque dans mon cou, rejoignant les filets qui s’échappaient de mon épaules brisée. Je sentais aussi le sang couler de mon genoux. Je peinais à garder les yeux ouvert et seul l’adrénaline et la douleur parvenaient à ne pas me faire perdre conscience, je continuais de lutter même si je sentais leur griffes lacérer la peau de mon torse malgré tous ce que faisait Nymeria pour les faire fuir. Anciens Dieux, menaient moi à Père je vous en supplie.

Un bruit étrange, des soldats ? Winterfell ? Un hurlement de loup. Ny… Nymeria ? Ma fille… Est-ce qu’ils l’avaient blessé salement elle aussi ? Des bruits d’hommes… Je sentis la langue chaude de Nymeria sur ma joue alors qu’elle couinait en me donnant de petits coups de museau en continuant de lécher les plaies de mon torse. J’étais vivante. Et il y avait des hommes autour de moi. Beaucoup ? Aucune idée… J’avais la respiration saccadée et Nymeria me donna un nouveau coup de museau. Je rivai mon regard à elle incapable de fixer autre chose. Est-ce que Père allait venir me chercher ?

« Nymeria ? »

Un petit souffle s’échappa de mes lèvres, du moins ce qu’il en restait, formant une petite buée dans l’air indiquant que je suis vivante et la louve vient coller sa truffe dans mon cou. J’avais encore dans la main gauche mon épée serrée avec ce qu’il me restait de forces. Je ne voulais pas mourir, mon regard s’accrocha à celui de ma louve et ne le quitta plus. L?odeur du sang et la douleur saturaient mes sens. Je ne savais pas qui était là, mais il avait le choix entre m’achever ou me sauver. Devinant que quelqu’un venait vers moi à cause du regard de ma louve qui indiquait clairement « Tu la touche autrement que pour l’aider : j’te bouffe la gorge ». Elle était trop protectrice envers moi. Je sentis quelque chose entourer ma jambe, se poser sur mon torse, puis sur mon épaule. Je ne pouvais même pas dire si c’était douloureux ou non, la douleur est déjà trop forte de base. Je captai vaguement une parole qui disait « Arya » et un espèce de « Oui » s’échappa de ma gorge avant que je ne regarde à nouveau Nymeria qui revient contre moi en geignant tout doucement. Bonne fille. Tes blessures… Promis on te les soignera… J’aurais dû faire plus attention… Mère allait me tuer pour en avoir fait qu’à m’a tête. Nymeria… elle méritait tellement pour m’avoir protégé de la sorte, c’était sans aucun doute grâce à elle que j’étais encore en vie. Pour l’instant. Père, si tu dois venir me chercher : je méritais véritablement une paire de claque.


Award 2018:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Danse avec les loups - avec Arya Stark
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On apprend à hurler avec les loups. (Jean Racine) [Moira & Dagon]
» Tel père, Tel fille (Arya Stark / Eddard Stark)
» Un combat avec un loup brun aux yeux oranges
» Je tue, je me marie avec, je couche avec...
» le loup et l'elfe |Abandonné]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: