RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
Toutes les nouveautés de cette 19e MAJ sont disponibles ici

Partagez | 
 

 Le Jeu des Blasons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bâtarde
avatar
Bâtarde
Valar Dohaeris


Ft : Indira Varma
Multi-Compte : Rhaegar Targaryen // Liane Vance // Tyrion Lannister
Messages : 66
Date d'inscription : 13/08/2018

MessageSujet: Le Jeu des Blasons   Jeu 23 Aoû - 16:13

Le Jeu des Blasons
An 301 - Lune 12 - Semaine 3 ° Feat. Alysanne Lefford
Un livre dans les mains, Ellaria lisait au coin du feu de leur appartement tandis que Loreza finissait ses leçons avec son précepteur sur la grande table de bois, non loin derrière elle. Oberyn s’était absenté pour affaire ; elle savait d’expérience qu’il ne reviendrait qu’au dîner. Soudain, les voix derrière elle sessèrent. Le précepteur, un homme ventripotent et grisonnant, s’avança prêt d’elle pour lui signifier que la leçon était terminée. Ellaria referma son livre, le remercia et lui dit à demain pour la nouvelle leçon. Puis elle appela sa fille :

Loreza ?

La petite vint près d’elle sur le grand canapé en velours rouge et se blottit contre elle.

Que dirais-tu de sortir prendre un peu l’air ?

L’enfant regarda par la fenêtre ; le ciel était certes gris mais il ne pleuvait pas. Elle fit une petite moue ; elle n’avait pas l’air très enchantée de cette perspective :

Mais il ne fait pas très beau aujourd’hui…

Ma chérie, il ne fera jamais aussi beau ici, ou ailleurs, qu’à Dorne. Allons, prépares-toi ; nous pourrions aller voir les tentes des compétiteurs et les chevaux ?

Cette proposition-là parut plus intéresser Loreza, qui embrassa sa mère sur la joue puis sauta du canapé et courut chercher son manteau. Ellaria fit de même, avec moins de hâte cependant et une fois les deux Dorniennes prêtes, elles sortirent, main dans la main. Après avoir marché un moment, elles arrivèrent à l’emplacement prévu pour les chevaliers et les grandes maisons. Ellaria eut alors l’idée de voir si sa fille connaissait bien ses leçons et elle l’interrogeait sur les bannières qui flottaient au vent devant chaque tente.

Celle-ci ? demanda-t-elle en désignant un long fanion aux losanges blancs et rouges.

Maison Hardyng, chevaliers fieffés des Vanbois, au Val d’Arryn. répondit-elle avec assurance.

Ellaria sourit et continuant de marcher, lui en désigna un nouveau. De petits oiseaux noirs sur un champ jaune. La petite fille réfléchit un moment avant de répondre, moins sûre d’elle :

La maison Caron ?

C’est exact. Une maison de l’Orage. Et où est leur fief ?

Eummh…Séréna ?

Ellaria sourit, caressa les cheveux de sa fille avant d’y déposer un baiser. Elles continuèrent ainsi pendant un moment avant d’arriver près d’une grande tente. Non loin d’elle, une femme discutait avec un garde, probablement de sa maison. Ils tournèrent la tête à leur approche. Ellaria les salua d’un petit signe de tête et obligea sa fille à faire de même. Elle désigna alors le blason qui flottait fièrement à l’entrée de la tente :

Et celui-ci ?

Loreza le fixa, plissant des yeux, en proie à une intense réflexion. Un pile d'or inversée sur ciel bleu, un soleil jaune dans le premier quart.

Je…Je trouve pas maman… dit-elle enfin.

Vraiment ? C’est pourtant une grande maison…une maison de l’Ouest…

Mais cet indice ne l’avança guère plus. Alors, la femme qui en avait fini avec son garde, s’approcha. Ellaria s’excusa de rester ainsi devant son lieu de séjour :

Mes excuses, ma Dame. Nous jouions à reconnaître les blasons des tentes. Mais je crois que le vôtre pose problème à ma fille.

NON JE SAIS !! Lefford ! La maison Lefford de la Dent d’Or !! s’écria Loreza en secouant la manche de sa mère. Ellaria rit et regarda la belle inconnue :

Est-ce correcte, ma Dame ?

(c) sweet.lips


[1]



Bastard, Lover, Mother


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning
Messages : 148
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Le Jeu des Blasons   Sam 1 Sep - 23:35

Ellaria & Alysanne

Le Jeu des Blasons


Alysanne s'ennuyait quelque peu. Bien que venir à Lestival l'enchantait, elle avait espéré y croiser une vieille amie pourtant demeurée à Castral Roc pour s'occuper de ses enfants. De plus, Leo n'avait pas une minute à lui accorder et ne lui faisait, visiblement, pas encore assez confiance pour l'impliquer dans ses discussions diplomatiques et commerciales. La trentenaire s'était promenée un peu partout, avait fait quelques rencontres mais l'absence d'Alyx, et l'inquiétude qu'elle ressentait à son propos, gardait son esprit sur les terres familiales. Elle avait rédigé une lettre à l'attention de sa nièce, des pages dans lesquelles elle lui comptait sa joie de quitter les terres de l'Orage et sa tristesse d'être si loin d'elle alors que son terme approchait dangereusement. A son retour, elle retrouverait une jeune maman et s'impatientait déjà de savoir si le fruit de l'union entre Lefford et Lannister serait bénie par un petit garçon ou une petite fille. L'épaisse enveloppe dans une poche de sa cape, elle se rendit près d'une tente où elle savait Leo en pleine conversation. Le tournoi de Lestival était une occasion unique pour les Lefford, comme pour tout l'Ouest, de nouer ou renouer des relations avec leurs voisins d'autres royaumes. Et si son aîné ne joutait plus, il se rendait régulièrement près de la lice où les participants s'entrainaient et se challengeaient avant le grand jour. Escortée par deux hommes de la garde des Lefford, Alysanne rabattit la capuche de sa cape et poussa le tissus d'une tente devant laquelle le capitaine de la garde de la Dent d'Or se trouvait. Ses longs cheveux noirs volèrent, emportés par le vent, et elle retrouva leur lourdeur familière lorsque la protection de la tente lui offrit un peu de chaleur. Une révérence, une bise à son aîné et Alysanne joua le rôle pour lequel elle se trouvait là. Sourire et glaner l'attention de l'homme qui leur faisait face. Après une heure de ce traitement, et un verre de vin qu'elle avait tenté de refuser, la demoiselle donna à son frère, la lettre qu'elle désirait envoyer, préférant rentrer dans leurs quartiers et s'abritait du mauvais temps qui menaçait. Non sans une gracieuse révérence, Alysanne quitta la tente et adressa un mot à chef de la garde. « Veillez à ce que le Seigneur mon frère ne tarde pas trop mais qu'on ne l'importune sous aucun prétexte.   » La voix fluette d'une enfant attira son attention. Un duo s'approchait: une mère et sa fille, nobles à en juger par leurs vêtements, dorniennes trahissait leur teint hâlé alors que les griffes acérés de l'hiver s'abattaient sur Westeros. Son devoir la rappela à l'ordre et elle se tourna à nouveau vers le garde « Si quelqu'un se présentait pour une quelconque raison, envoyez le moi. Je serais dans mes appartements. » L'homme acquiesça d'un signe de tête franc et, alors qu'Alysanne tournait les talons, reprenait son poste, droit comme un i. Ses pas la rapprochèrent de l'enfant et de sa mère qui se trouvaient devant le blason de sa famille. Elle eut un sourire face aux hésitations de la fillette et alors qu'elle allait répondre, l'enfant s'empressa de donner sa réponse. Une mimique tendre éclairci les traits de la Lefford qui se souvenait des leçons qu'elle donnait à Alyx au même âge. Une brillante demoiselle qui aujourd'hui, faisait trembler bien des nobles. « Tout à fait. Je suis fort impressionnée de tant de connaissance très chère.  » dit-elle avec un sourire bienveillant envers la petite fille. « Quelle charmante enfant que la votre, ma dame. Bien plus sage que quelques enfants de son âge qu'il m'a été donné de voir ces derniers jours.  » Les joutes attiraient du monde et la Ouestrienne avait entendu bien des choses étranges dans la bouche d'enfant. Se penchant sur la petite, Alysanne l'observa avant de dire « Aimez-vous les jeux ? Laissez moi vous en proposer un, je vais chercher quel blason est le votre. Mais il faut que vous me donniez des indices » Il n'y avait là aucun risque à prendre quelques minutes pour profiter de la présence rafraîchissante d'un enfant.
AVENGEDINCHAINS



LAISSE TOMBER LE SOIR

I'll put my armor on, show you how strong I am. I'll put my armor on, I'll show you that I am.  I'm invincible, yeah, I win every single game. I'm so powerful, I don't need batteries to play. I'm so confident, I'm unstoppable today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bâtarde
avatar
Bâtarde
Valar Dohaeris


Ft : Indira Varma
Multi-Compte : Rhaegar Targaryen // Liane Vance // Tyrion Lannister
Messages : 66
Date d'inscription : 13/08/2018

MessageSujet: Re: Le Jeu des Blasons   Lun 24 Sep - 14:01

Le Jeu des Blasons
An 301 - Lune 12 - Semaine 3 ° Feat. Alysanne Lefford

Ellaria observa avec attention l’élégante femme qui se penchait vers sa fille. Une véritable beauté, que son teint porcelaine, ses yeux clairs et sa longue et lourde chevelure noire ne venaient qu’accentuer. Elle se montra bienveillante envers Loreza et, si Ellaria n’était jamais à l’aise en présence d’un noble qu’elle ne connaissait pas, son sourire sur sa dernière-née laissait entendre à la Sand que cette Dame méritait qu’elle fasse plus ample connaissance avec elle. Ellaria sourit avec bonheur au compliment de la noble inconnue envers les connaissances de sa fille. Cette dernière en parut presque gênée, ce qui surprit Ellaria, qui connaissait pourtant bien mieux sa fille comme étant aussi téméraire et hardie que ses autres sœurs et demi-sœurs. Quelques instants plus tard, ce fut à elle d’être gênée par les compliments de la Dame. Ellaria lui offrit alors une petite révérence et répondit en souriant :

Vous avez mes remerciements pour vos si gentils compliments, ma Lady. Ma petite Loreza est d’ordinaire plus vive mais je crois que l’agitation du tournoi et le froid de l’hiver doivent avoir un quelconque effet sur elle…Et sur moi aussi d’ailleurs ! rajouta-t-elle en resserrant autour de sa taille son manteau, soulevé par une soudaine bourrasque de vent. Le vent froid des Terres de l’Orage lui donnait toujours l’impression d’avoir la peau comme écorcher

La ravissante inconnue se pencha ensuite vers Loreza, lui demandant si elle aimait jouer. La petite leva le visage vers sa mère, le regard brillant à cette tentante perspective. Ellaria hocha légèrement la tête pour l’encourager à répondre à leur noble interlocutrice, ce qu’elle fit sans se le laisser dire deux fois :

Oh oui ! répondit-elle, toute enjouée. Mais le cœur d’Ellaria s’assombrit en entendant la proposition de cette femme. Loreza marqua un instant d’hésitation, elle aussi. Elle se tourna vers sa mère qui se baissa pour permettre à sa fille de lui murmurer à l’oreille :

Qu’est-ce que je dois dire, maman ?

Ecartant une mèche de son oreille, Ellaria lui répondit à voix basse :

Parles du blason de ton père.

Elle se redressa, posant ses mains sur les épaules de sa fille et attendant de voir, avec une certaine appréhension, la réaction de leur interlocutrice lorsqu’elle apprendrait qui elles étaient. C’est dans ce genre de situation que j’aimerais être officiellement une Martell…. Elle savait pertinemment que dans le coeur d’Oberyn et du reste de sa famille, peut-être même de certaines autres familles Dorniennes, c’était déjà le cas. Mais aux yeux du reste du monde, elle n’était rien d’autre qu’une bâtarde. S’en suivait alors deux options ; ou la personne était ouverte d’esprit et la traitait, peut-être pas nécessairement avec déférence, mais au moins avec respect, ou la personne coupait court à la discussion, lui faisant clairement comprendre qu’elle était de trop basse naissance pour qu’on daigne gaspiller sa salive avec elle. Elle tâcha néanmoins de tenir ses angoisses encore loin d’elle et se concentra sur la voix de sa fille, qui donnait les premiers indices à la belle inconnue :

Un soleil…avec une lance sur un fond orange.

La réponse était évidente…Restait à voir comment elle allait prendre le fait qu’elle parlait en cet instant, non pas à de nobles Dorniennes, mais à des bâtardes.

(c) sweet.lips


[2]



Bastard, Lover, Mother


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning
Messages : 148
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Le Jeu des Blasons   Mar 9 Oct - 22:25

Ellaria & Alysanne

Le Jeu des Blasons


Lestival était le lieu de toute les rencontres. Entre discussions diplomatiques et accords commerciaux, Alysanne avait assisté à un évènement unique en ce début d'hiver mais elle ne s'était pas rendue compte du brassage de population que cela pouvait représenter. Des hommes, petits chevaliers ou nobles seigneurs, avaient quittés familles, terres pour se rendre sur l'invitation royale dans les terres de l'Orage après plusieurs lunes difficiles. Mais le tournoi apportait également son lot de femmes: jouvencelles ou dames de cour venues accompagner un père, un frère ou un époux au grand tournoi organisé par la couronne. La femme qui lui faisait face était de celles là. Sa peau, bronzée comme les caramels que lui confectionnaient les cuisinières de la Dent d'Or, trahissait ses origines dorniennes et la présence de l'enfant faisait de cette dame non plus une participante de l'échiquier politique mais juste une mère profitant des festivités avec sa fille. « Il faut savoir reconnaitre la beauté et l'intelligence quand on les voit. Nul doute que nous avons là une future grande Lady. » répondit-elle, cherchant à dissiper l'éventuelle gêne de l'inconnue tout en offrant à la petite fille une caresse sur le dessus de la tête. Être une femme était déjà suffisamment difficile à vivre: elle le découvrirait bien trop tôt, autant stimuler les seules armes auxquelles elle pourrait avoir recours dans sa vie. Cependant, si l'enthousiasme de l'enfant était communicatif, Alysanne sentit que sa proposition bien qu'ayant enchanté la petite au premier abord, causa par la suite un froid. Une gêne qui s'étendit jusqu'à la mère dont le sourire disparue derrière un regard triste. Il ne fallut qu'une demi-seconde à la Lefford pour comprendre. Une bâtarde. Enfant illégitime qui ne portait pas de nom, n'appartenait à aucune maison, n'arborait aucun blason. Une vague de culpabilité envahit la Ouestrienne, terriblement désolée à l'idée de rappeler à une fillette si jeune le douloureux patronyme de Sand. Alysanne allait s'excuser lorsque la mère chuchota quelques mots à l'oreille de sa fille qui, retrouvant son entrain - elle enviait les enfants pour cela - annonça gaiement la composition du blason paternel. La Lefford sentit alors tout le poids du regard maternel sur sa personne. De sa réaction dépendrait sans doute la suite des évènements pour toutes les trois. De prime abord, Alysanne n'avait pas totalement d'avis sur la batardise: bon nombre de seigneur avaient des enfants illégitimes, vivant dans l'ombre de la famille, se nourrissant des restes de lumière que ces derniers acceptaient de leur donner. Par chance, elle n'avait ce genre de situation dans sa famille proche: son père n'avait eut, de mémoire, que les quatre Lefford de sa fratrie: Leo, Myrranda, Leonella et elle même. Et son aîné avait toujours été des plus fidèle envers son épouse, puis envers sa fille. Il n'avait jamais ramené d'enfant, ne s'était jamais remarié et Alysanne doutait qu'il ait même le temps de songer à une femme au vue des obligations qui étaient les siennes. Bien sur, elle savait que des Hill, bâtards de l'Ouest, grandissaient dans les murs de Castral Roc. Des enfants possédant les cheveux d'or typique de la famille Lannister, nés dans l'illégitimité la plus totale ... Mais elle n'avait jamais eut d'avis sur la question. Néanmoins, le regard douloureux de la femme, la soudaine gêne de l'enfant dissuadèrent la Lefford de faire un quelconque jugement. Elle fit alors mine de réfléchir. Un soleil. Une lance. Un fond orange. Il n'y avait aucun doute pour qui avait apprit les grands noms des Sept Couronne. La famille Martell de Lancehélion. Cela venait confirmer son hypothèse: elles étaient bien dorienne. Prenant un air profondément perdu, Alysanne s'adressa à la petite fille.  « Voyez comme ma mémoire me fait défaut ... » se mit-elle à rire avant d'ajouter  « Appartiendriez-vous à la noble maison Martell, douce enfant ? Je ne vois que pareil nom pour arborer blason si ambitieux. » Elle feindrait l'ignorance, voilà sa décision, le comportement qu'elle avait décidé d'assumer. Nul esprit moqueur ne l'habitait et comment pourrait-elle faire du mal à une enfant innocente quittant sans doute son pays pour la première fois ? « J'ai entendu dire que les terres de Dorne étaient parmi les plus belles de Sept Couronnes. Est-ce dont vrai ? » Si elle s'adressait à la petite Loreza - c'était ainsi que sa mère semblait l'avoir appelé - elle glissa un regard plein de compassion à la jeune femme, partageant alors tous les sentiments qui l'avaient traversé en ce rendant compte de son erreur.
AVENGEDINCHAINS



LAISSE TOMBER LE SOIR

I'll put my armor on, show you how strong I am. I'll put my armor on, I'll show you that I am.  I'm invincible, yeah, I win every single game. I'm so powerful, I don't need batteries to play. I'm so confident, I'm unstoppable today
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Le Jeu des Blasons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Jeu des Blasons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Les blasons et armoiries
» Chap. 3 - Blasons, Scels et Ornements
» LES BLASONS DES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE
» Crys et devises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Orage-
Sauter vers: