RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La 20e MAJ est terminée les nouveautés sont à lire par ici !
Nous avons besoin de monde dans le Bief, à Dorne et dans le Val ! Points à la clé !
Jusqu'à mercredi les votes aux tops sites, compte double !!
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Dim 19 Aoû - 20:21

Alysanne & Alyx

Singing from heart ache from the pain


L'hiver arrivait, s'étalant que Westeros en un épées manteau de nuage, de vent et de froid. Elle était jeune lors du dernier hiver mais la longueur de l'été dont ils avaient tous jouis laissait présager un hiver rude, long et sans pareil dans ses trente années d'existence. Alysanne avait troqué ses longues robes vaporeuses au couleurs du ciel nocturne pour des vêtements plus chaud, et au col en fourrure. Sa chambrière venait régulièrement lui apporter une tasse de thé ou de vin au miel et s'assurait que les cheminées de ses appartements fonctionnent de jour comme de nuit. Grâce aux bons soins du seigneurs des lieux, la Dent d'Or ne souffrait pas trop du froid et se préparait doucement à cet hiver qui arrivait à grand pas. Cependant, les saisons n'affectaient aucunement la vie quotidienne. Depuis son mea culpa auprès de son frère, Alysanne se voyait, de nouveau, offrir des tâches au profit de la maison Lefford et si Leo n'avait pu quitter le domaine depuis un moment, c'était Alyx qui s'exerçait à son futur rôle de seigneur lorsqu'il lui arrivait de s'absenter. Alysanne, elle, voyait le temps défiler, gérant quelques petites affaires dont elle avait l'habitude de se charger, s'occupant de la maisonnée tandis que Leo montrait à sa fille comment diriger les terres de la famille comme il l'avait fait durant plusieurs décennies.

La nuit était tombée. Elle tombait de plus en plus vites ces dernières lunes, remarqua la brune tandis que son aiguille s'activait sur le tissus de la toile à broder. Installée dans un petit salon des appartements Lefford, réservé à la famille, Alysanne s'était installée devant la cheminée, dans l'un des fauteuils moelleux dont les coussins apaisait le mal de dos dont elle souffrait depuis plusieurs semaines. Sa chambrière avait apporté des bougies qu'elle avait allumé pour éviter à la jeune trentenaire d'abimer ses yeux clairs sur l'ouvrage qu'elle préparait. Voilà plusieurs jours qu'Alysanne brodait sur son temps libre. Des motifs colorés de fleurs, de feuilles et de soleil se dessinaient peu à peu sur l'étoffe blanc cassé qu'elle avait acheté à un colporteur de passage à la Dent d'Or. Concentrée, la brune gardait un rythme parfait et une régularité dont elle était fière. Après tant d'années à épauler Leo, elle n'avait eut que peu de temps à accorder à ces activités de femmes dont nombreuses de ses congénères étaient devenues experte. Elle passait son temps libre à lire, à s'assurer que Leo et ALyx ne manquaient de rien, ou écrivait à de lointains amis de sa jeunesse ... Aujourd'hui tout semblait si différent. Il avait suffit d'une discussion pour que sa vie bascule, sa vie et ses croyances. Son père n'était pas le seigneur qu'elle imaginait mais, si elle avait renouvelé son allégeance à son frère, elle ignorait toujours quoi penser des révélations que Leo lui avait faites presque deux ans auparavant. Désoeuvrée, Alysanne s'était remis aux arts que Leonella lui avait enseigné: la couture, la broderie, ... Elle avait fait l'impasse sur la musique: elle n'était pas une jouvencelle à marier ! Mais elle avait trouvé un certain repos dans le fait de broder des motifs différents quand elle avait à réfléchir à quelque chose. L'aiguille piquait le tissus, apposant une boucle de fil coloré qui disparaissait entre les mailles serrées du coton épais qui reposait sur ses genoux. Elle reparaissait quasi instantanément, la pointe en avant, ressortant des méandres obscures qui se cachait sous le tissus. Bientôt, son ouvrage serait terminé. Elle n'aurait qu'à y coudre la fourrure blanche qui lui avait couté une petite fortune, mais son cadeau serait fin prêt. Alors, assidue, Alysanne brodait, brodait en laissant passer le temps, brodait en réfléchissant à sa vie, à ce qu'elle allait faire bientôt. Une servante ouvrit la porte, s'attirant un regard glacé des orbes azurés de la noble. Elle s'inclina. « Ma dame. Votre nièce ... » La brune hocha la tête et la servante s'effaça. Elle avait sans doute devancer Alyx de quelques pas ... Alysanne piqua à nouveau dans le tissus, désireuse de voir si elle finirait le pétale avant qu'Alyx n'entre.
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5233
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Jeu 23 Aoû - 16:29


Singing from heart ache from the pain
Alysanne & Alyx| 301, lune 5

L’hiver était installé à Westeros et désormais le refuge au coin du feu était synonyme de douceur et de bien être quand la jeune femme ne vaquait pas à ses occupations d’héritière de la Dent d’Or. Cela faisait plusieurs semaines que son époux était repartie sur les routes. Peut-être en direction de Salvemer pour voir Myrielle fraîchement revenue des Iles de Fer ? Alyx n’en savait rien mais elle savait que son époux était affecté par les évènements, consumer par la rage. Elle avait été la seule capable à l’empêcher de partir en direction des Iles. Encore une fois il aurait agi par impulsivité, sans se servir une minute de son cerveau pour réfléchir à ce qu’il allait faire. Affronter la flotte de fer sur son terrain était stupide, et surtout il se serait retrouvé seul contre tous. Personne n’était assez fou pour prendre les armes contre un peuple ayant réussi un coup de force quelques lunes plus tôt. Le Conflans se reconstruisait, Port Lannis aussi malgré les pertes beaucoup moins lourdes engendré par l’attaque. Elle pouvait comprendre mais était exaspéré par cette réaction. Elle pensait que le rôle d’émissaire qu’il portait lui aurait mis un peu de plomb dans la cervelle mais non. Il était trop prévisible comme toujours. Mais cette fois il avait accepté les mots durs d’Alyx sans broncher. Peut-être avait-il comprit que ce n’était que pour sa simple protection et celle de Myrielle. Il l’avait écouté et n’était pas partie. C’était au moins cela de gagner. Mais encore combien de fois, la jeune femme devrait faire cela ? Elle l’ignorait. Probablement jusqu’à leur mort.

Cela faisait quelques jours que l’héritière de la Dent d’Or n’était pas dans son assiette, prise de nausée dès qu’un aliment franchissait ses lèvres, dès qu’une odeur inhabituelle venait lui chatouiller les narines. Mais elle avait aussi remarqué quelques sautes d’humeur et une sensibilité trop importante qui avait le don de l’agaçait aussitôt. Aussi ce matin-là, elle avait fait quérir le mestre pour un examen plus poussé, pour savoir si la vie avait repris dans son ventre. Elle avait du retard dans ses saignements, beaucoup de retard. Plus que lorsque cela arrivait de façon occasionnelle. Mais au bout de quelques minutes d’inspection, l’homme de science cessa son activité. Il était sûr de lui et confirma ses doutes. Elle était de nouveau enceinte. La joie ne traversa pas le visage d’Alyx, elle allait encore être diminuer dans ses capacités physiques durant plusieurs lunes. D’ici quelques temps, son dos commencerait à la faire souffrir et elle devait encore supporter tous les symptômes de début de grossesse. Même si c’était la deuxième fois, elle n’arrivait toujours pas à comprendre comment une femme pouvait se réjouir de porter la vie. Il y avait tellement de désagrément. Une vraie galère.

Le mestre repartit, surement pour annoncer la bonne nouvelle au seigneur des lieux. La Lefford décida de trouver Alysanne, elle avait besoin de discuter avec sa tante, d’évacuer la nouvelle, de la digérer avec une personne qui la comprendrait. La jolie brune se mit donc en quête de la sœur de son paternelle. Un serviteur lui indiqua qu’elle se trouvait dans l’un des salons réserver à leur famille. Elle se dirigea donc vers le salon tandis qu’on allait avertir la Lefford de l’arrivée de sa nièce. En arrivant, l’héritière ne prit pas le temps de frapper à la porte et entra aussitôt, prenant soin de bien la refermé pour ne pas laisser le froid des couloirs venir rafraîchir la pièce où une douce chaleur agréable régnait. Elle s’approcha de sa tante qui était en train de broder une fleur.
« Jolie broderie. J’avais oublié à quel point tu es talentueuse dans ce domaine. »

Cette activité agaçait la fille de la Dent d’Or, elle préférait se prêter à l’exercice de la danse comme activité féminine. Elle n’avait guère la patience de garder une aiguille en main et voir lentement les dessins d’un motif se dessiner sous les fils que l’on entrelaçait. Au moins la danse rendait la musique vivante et permettait une activité physique. Activité qui par ailleurs ne lui serait plus accessible dans quelques lunes…
« Je suis enceinte… »

Elle avait lâché cette petite phrase de trois mots comme ça, sans annonce au préalable, brute de décoffrage. Elle ne savait pas comment aborder le sujet alors elle avait lâché l’information sans prendre de pincette. Alysanne comprendrait probablement, elle la connaissait suffisamment…

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Dim 2 Sep - 20:39

Alysanne & Alyx

Singing from heart ache from the pain


Broder lui rappelait Leonella. Combien d'heures avaient-elle passé ensemble, la benjamine peinant sur les points que son aînée lui faisait refaire jusqu'à l'atteinte de la perfection. Leonella dont elle n'avait aucune nouvelle depuis plusieurs lunes. Le départ de sa soeur, alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente, l'avait profondément affectée et si elle avait toujours pu compter sur la présence de Leo, l'affection de son épouse et la présence d'Alyx, jamais elle n'avait cessé de correspondre avec celle qui portait aujourd'hui le nom de Frey. Frey. Pourquoi avait-on envoyé Leonella aux Jumeaux ? Elle qui était si douce, si gentille ... Alysanne se remémorait une conversation avec Alyx, peu après son retour à la Dent d'Or. Leonella aurait été si heureuse dans le Bief ... Elle ne pensait pas que le château de Lord Frey était désagréable à vivre ou trop violent pour la troisième enfant du feu Lord Lefford, mais ce qu'elle pouvait entendre sur Walder Frey lui donnait des frissons. Son aiguille s'activait entre les mailles du tissus: une couverture de bébé pour l'enfant qu'attendait sa soeur. Le quatrième. Dans sa dernière lettre, Leonella lui avait fait part du désir de son époux qu'il s'agisse d'un fils, ironisant sur sa propre envie d'avoir de donner une soeur à ses enfants et considérant que la lignée de Walder était bien assez pourvu en fils pour qu'elle puisse s'entourer de petites filles. A chaque annonce de grossesse, Alysanne se mettait au travail pour offrir à ses nouveaux neveux ou nièces, un présent de leur tante si lointaine. Trop jeunes pour faire de tels présent aux enfants de Myrranda, elle avait offert sa première couverture de bébé à Orelia pour la naissance d'Alyx. Bébé qui avait bien grandi et qui faisait son entrée dans le petit salon.  « Tu as bien d'autres talents toi aussi ... » lui dit-elle avec un sourire, quittant des yeux son ouvrage et posant son aiguille pour prendre la main de sa nièce favorite. Les arts de l'aiguille n'avaient jamais attiré l'héritière au grand regret d'Alysanne qui avait toujours trouvé cela particulièrement bien vue chez une demoiselle. Cependant, Alyx avait d'autre ressources et elle ne s'était jamais laissé handicapée par son manque de patience en broderie. « Tu es bien meilleure danseuse que je ne le serai jamais. » Alysanne ne dansait presque jamais. Elle se sentait gauche malgré les compliments qu'elle pouvait recevoir et préférait décliner les invitation prétextant ne pouvoir offrir cet honneur qu'à son seigneur et maitre. Ainsi, seul Leo parvenait à le faire venir sur une piste de danse et il n'y avait que son frère pour être témoin de sa gêne. Un silence s'installa quelques instant avant qu'Alyx ne le brise, prononçant trois mots qui lui firent lâcher son rond à broder. Se reprenant, Alysanne observa sa nièce: elle n'avait jamais été du genre à s'étendre en commentaires inutiles: l'héritière allait droit au but et elles s'étaient toujours parfaitement compris ainsi. « Tu en es certaine ? » lui demanda la jeune femme, se remémorant le drame dont sa protégée avait été victime près de  deux ans auparavant. Biens sur qu'elle l'était ! Alyx avait dut s'assurer de la chose avant de venir lui en parler.  Reprenant son travail, Alysanne planta son aiguille et posa avec fermeté le tissus sur la table. Un soupire et elle ajouta. « Bon et bien il faudra que tu m'accompagne acheter du tissu. Un soleil et un lion d'or conviendront bien mieux à cet enfant que des fleurs ! » Un enfant de l'hiver, un bébé à protéger. Alysanne était prise entre la joie de savoir sa nièce de nouveau enceinte et la peur de ce qui pouvait lui arriver. Le passé n'avait pas été tendre avec son couple et Alyx avait été particulièrement affaiblie par la perte de son premier enfant. Cela n'avait fait que renforcer les tendances protectrices de sa jeune tante qui se trouvait d'autant plus exacerbée depuis quelques secondes. « De combien ? » demanda-t-elle, tentant de se rappeler la dernière fois qu'elle avait vu son neveu. Daven avait disparu depuis plusieurs semaines et elle s'interrogeait sur la réaction du jeune papa à la nouvelle d'une naissance à venir.
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5233
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Mer 5 Sep - 16:41


Singing from heart ache from the pain
Alysanne & Alyx| 301, lune 5

Avoir des talents différents de sa tante c’était sûr, les deux Lefford se ressemblaient sur bien des points mais elle était différente sur de nombreux autres. Notamment sur les arts féminins. Alyx pouvait se révéler d’une infinie patiente quand il s’agissait d’intrigue politique pour arriver à ses fins, mais en art c’était tout autre, cela l’agaçait souvent rapidement et bien vite elle finissait avec un doigt dans la bouche sous le coup d’une aiguille dans sa chair. La jeune femme préférait la danse, cela lui permettait de faire jouer ses charmes avec plus d’aisance. Mais elle se souvenait que c’était bien sa tante qui lui avait pris à danser quand elle n’était qu’une enfant. L’élève a fini par dépasser le maître depuis longtemps. Pour le reste, elle n’était pas remarquablement douée, elle ne savait jouer d’aucun instrument de musique/i][. Elle avait appris à chanter mais sa voix n’avait rien de particulier, elle chantait juste et c’était bien la seule chose qui lui importait.
[i]« Il est vrai que la danse et mon domaine de prédilection. Il en faut bien me diras-tu ! »


Sinon elle n’avait rien d’une bonne dame digne de ce nom. Même si elle passait plus de temps à apprendre son rôle de futur Dame de la Dent d’Or, son père avait toujours voulu que sa fille reçoive une éducation féminine afin qu’elle ne soit pas trop empotée au milieu des autres nobles. Et la jeune femme remerciait son paternel pour cela car elle pouvait danser avec n’importe qui avait aisance et grâce, sauf quand elle avait un ventre rond comme elle aurait bientôt. A la question de sa tante, Alyx ne put qu’acquiesçait d’un léger mouvement de tête. Cela faisait quelques jours qu’elle avait des soupçons mais prudence était mère de sureté, elle avait demandé au mestre de confirmer ses soupçons et son jugement avait été sans appel.
« Je viens de recevoir la confirmation du mestre, cela faisait quelques jours que j’avais des soupçons. »

La remarque sur la future couverture que voulait broder sa tante fit tiquer Alyx. Un lion. Non son enfant n’aurait rien du lion, elle ne laisserait pas Daven transformer son héritier en petit lion vaniteux et bouffi d’ambition comme son père. Son héritier serait un Lefford, élevé comme un Lefford, il serait le futur soleil d’or de la forteresse des Lefford, aucun lion ne viendrait orner ses couleurs.
« Mon enfant ne sera pas un lion mais un Lefford. Il est hors de question que je laisse Daven en faire une moitié de Lannister. Seul un Lefford peut diriger la Dent d’Or. Je ne le laisserais pas faire germer son ambition destructrice dans l’esprit de cet enfant. Aucun lion ne viendra orner ses couleurs ! »

Elle serait intransigeante sur ce point. Elle refuserait que le blason des lions du Roc vienne s’entremêler au soleil d’Or des Lefford. Daven pourrait faire ce qu’il voulait, Alyx ne céderait pas, c’était son héritier, le futur seigneur de la Dent d’Or. Et elle savait que son père veillerait également à en faire un parfait Lefford. Au moins sur ce point père et fille étaient parfaitement raccord sans même devoir en parler entre eux.

Quant aux nombres de semaines qu’elle avait déjà, la jeune femme n’avait rien de précis. Elle avait calculé avec ses dernières étreintes avec son époux et cela lui avait donner une période approximative.
« Entre deux et trois lunes d’après le mestre et la dernière fois que Daven à partager ma couche. Et comme j’ignore où il se trouve, il apprendra la nouvelle en revenant de sa mission. En attendant, je pense demander à père de ne m’envoyer sur aucune mission hors de ses murs. Je ne veux prendre aucun risque cette fois. Je ne veux pas vous faire revivre ce cauchemar. »

Son dernier accouchement avait laissé un réel traumatisme dans la mémoire de ses proches et elle ne voulait pas que cela se passe mal. Elle voulait mettre toutes ses chances de son côté pour mener à terme sa grossesse et donner un premier enfant à la dent, près de trois ans après son mariage avec le lion.

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Jeu 27 Sep - 18:04

Alysanne & Alyx

Singing from heart ache from the pain


Elle peinait à croire que la jeune femme qui se trouvait devant elle était la fillette qui se plaisait à jouer dans ses jupons et ceux d'Orelia. Parfois, elle avait tendance à agir comme si Alyx était sa soeur, sa fille mais si elle restait indubitablement sa protégée, la brune avait réussi à s'émanciper du cocon protecteur qu'Alysanne avait tenté de tisser autour d'elle. La présence de Leo n'y était certainement pas pour rien: le seigneur Lefford était un fin stratège qui avait trouvé, en ces dames de la Dent d'Or, des armes redoutables. « Oh je t'assure qu'il n'y a pas que les arts dans lesquels tu présente quelques avantages ! » La danse sciait aux jeunes dames mais même lorsqu'elles deviendraient de vieilles dames aussi piquantes que la Reine des Epines, Alysanne ne doutait pas que sa nièce garde ce tempérament qui était le sien, une double facette à la fois douce, belle et fragile renfermant un coeur acéré: une beauté sauvage que nul ne pouvait soumettre. « Cela fait bien longtemps que je n'ai plus rien à t'apprendre mais sans doute le temps est-il venu que ce soit toi qui m'enseigne ton savoir ... » lui dit-elle, une once de rire dans la voix. Alyx avait grandi au delà des espérances que la génération de Lefford précédente ne l'avait espéré. Elle ferait une Dame accomplie et Alysanne plaignait ce pauvre époux qui était le sien et qui ne pourrait envisager de ce voir accordé une once de pouvoir par cette épouse qui avait grandement conscience de son rang et du devoir qui sera le sien. Cependant, malgré tout le bien qu'Alysanne pensait de sa nièce, cette dernière semblait peu consciente de la fierté dont elle l'emplissait chaque jour: certes, Alyx n'était pas une brodeuse hors pair et ne paraissait avoir aucun attrait pour les activités féminine, mais Alyx n'était pas une dame comme les autres. Elle n'était pas destinée à être que l'épouse d'un petit seigneur à qui elle donnerait des fils. Alyx était l'héritière des Lefford, celle a qui la Dent d'Or reviendrait. Et si Alysanne avait pu se montrer septique face aux enseignements de Leo, elle en était désormais persuadée, elle n'était pas une Lady, elle était une Dame, un jour à la tête d'un domaine avec bien plus de pouvoir qu'aucune de ses comparses féminines ne saurait en espérer. L'acquiescement d'Alyx à sa question fit bondir son coeur. Voilà tant d'année que la Dent d'Or n'avait accueilli de nouveau né au sein de la maison Lefford ... Et suite à la perte tragique de la jeune femme, Alysanne n'avait jamais reparlé de ce genre d'événement, de peur de blesser sa nièce qui, bien que remise physiquement, pouvait être encore fragilisé par la fausse couche dont elle avait été victime. « Quelle merveilleuse nouvelle ! Ton père est-il déjà au courant ? » lui demanda-t-elle alors qu'elle se relevait pour venir enlacer la future mère. Faire partie des premières à être informée de la grossesse de l'héritière touchait cette tante si aimante qu'elle était. Elle étouffa un rire dans le creux de sa main, imaginant la tête du Lannister absent lorsque son épouse lui imposera son propre blason pour honorer leur enfant. Un sourire de fierté se dessina alors sur le visage d'Alysanne dont la main vint caresser les cheveux sombres d'Alyx. « Ce sera donc un soleil, plus brillant qu'aucun autre. » Le petit héritier Lefford qui grandissait dans le ventre de la jeune femme était sans doute le bien le plus précieux qui pouvait garder ce château. Alysanne ne laisserait jamais la tragédie s'opérer de nouveau. Elle fut, de fait, rassurée lorsqu'Alyx annonça son désir de calme et de repos sur ses terres natale. Ici, au moins, Alysanne pourrait prendre soin d'elle et s'assurer que rien ne vienne importuner la future maman dans sa grossesse. Elle hocha positivement la tête aux mots de la brune: sa trop grande activité lui avait couté son enfant, pas question qu'il en soit de même cette fois ci. « Sage décision. » commenta-t-elle « Je suis certaine que les Sept feront de toi une mère extraordinaire. Tu ne sais peut être pas broder comme moi mais ... Ta mère t'adorait et je suis certaine que, comme elle, tu sera une maman formidable. » Le visage flou de sa propre mère lui revenait en mémoire. Dernière enfant, accident du destin, elle n'était nullement attendue et Gorjina Lefford n'avait aucunement cessé ses projets pour elle. Alysanne n'avait que peu de souvenirs de cette femme qui avait été rejoindre Myrranda en laissant à son époux, le soin de s'occuper de leur benjamine. C'était Leo et Leonella qui s'étaient principalement occupés d'elle, puis Orelia, lorsqu'elle avait épousé l'aîné des Lefford. Repenser à elle déclencha, chez la trentenaire, une vague de nostalgie qui vint légèrement ternir la joie de la nouvelle. Orelia avait été la figure maternelle qui lui manquait jusqu'à sa mort et Alysanne avait eut à coeur de donné à sa nièce toute l'affection qu'elle avait reçu de cette femme que l'étranger emportait en laissant derrière elle une tout jeune enfant. « J'imagine que le mestre t'as prescrit beaucoup de repos ? » demanda-t-elle avec un sourire, songeant au vieil homme qui s'occupait de la Maison depuis qu'elle était toute petite. Celui la même qu'elle avait maudit alors qu'il lui avait interdit la chambre d'Alyx pendant plusieurs semaine devenait soudainement un saint capable d'aider à mener cette grossesse à terme. Attrapant les mains de sa nièce, Alysanne les serrant, lui offrant un franc sourire. « Je suis si heureuse pour toi. »
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5233
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Mer 10 Oct - 8:53


Singing from heart ache from the pain
Alysanne & Alyx| 301, lune 5

Alyx n’appelait pas cela une merveilleuse nouvelle, elle voyait tous les désagréments d’une grossesse. Et elle ne connaissait pas la maternité et donc ne pouvait se réjouir de la joie que pouvait éventuellement provoquer le fait d’avoir son enfant dans ses bras. Elle verrait cela dans plusieurs lunes si tout se passait bien et que son enfant venait au monde dans les meilleures conditions qu’il soit. Une de ses plus grosses angoisses étaient de réitéré sa première expérience avec la grossesse, en perdant son enfant de la pire manière qu’il soit. Elle se souvenait de la douleur, de la fatigue, de la peur et de cette envie de sombrer. Seuls ses proches avaient pu lui permettre de rester lucide jusqu’à la fin. Azilys, Daven, Alysanne et Leo. Sans eux elle ne se serait probablement pas accrocher et aurait accueilli l’étranger avec plaisir. Mais elle s’était montrée courageuse, elle avait tenu la promesse faites à sa mère sur son lit de mort. Et cette fois ci les choses seraient différentes, la Lefford ferait en sorte que tout se déroule pour le mieux.
« Le mestre doit être en train de lui annoncer la nouvelle. »

La remarque d’Alyx par rapport à l’éducation de l’enfant et de son appartenance à une des deux familles, fit rire Alysanne. Ce n’était pas vraiment une surprise pour l’aîné des Lefford, elle s’y attendait. La réaction de la petite brune n’était qu’un tout. Alors l’héritière acquiesça au fait que son enfant serait un soleil qui brillera fort dans le ciel de la Dent d’Or. Sur le point suivant, la jeune fille avait plus de mal à y croire. Elle ne serait jamais comme sa mère. Elle avait profondément aimé sa mère, et elle gardait cela ne mémoire. Mais Orélia était différente, elle n’avait pas eu la même éducation, elle était plus douce et moins piquante. Elle avait en elle ce côté protecteur, aimante et maternelle. Mais la fille du seigneur n’avait pas eu l’occasion de grandir au côté de sa mère, elle n’avait du coup pas pu s’imprégner de cette fibre.
« Je l’ignore, je ne ressens aucun instinct maternel. Je ne serais pas comme ma mère, je n’ai pas cela en moi. Je devrais apprendre et je crains de ne pas être la meilleure des mères. Je protégerais cet enfant et je ferais en sorte qu’il devienne ce qu’il doit devenir et probablement que je l’aimerais. Mais de là à être une bonne mère, j’émets de gros de doute mais cela ne me désole absolument pas. »

Chacun ses rôles, elle n’était pas faite pour être une mère aimante, protectrice et couvant son petit du regard. Elle n’était pas une lionne, épouser un lion n’avait pas changer ce qu’elle était et ce qu’elle deviendrait. Elle continuait d’avancer sur son chemin, celui qu’on avait tracé pour elle depuis sa naissance.
« Pas pour le moment, je dois faire attention mais je suis qu’au début de ma grossesse. Je peux continuer de vivre comme d’habitude, je pense que j’ai encore deux ou trois lunes devant moi avant de commencer à être diminuer et à devoir me reposer un peu plus. »

Elle n’avait pas une santé fragile, malgré l’hiver qui s’était installée depuis quelques lunes, elle avait toujours eu une santé de fer, ne tombant que rarement malade. Et tant que son ventre ne la gênait pas, elle vaquerait à ses occupations comme si de rien était ou presque. Les nausées viendraient la rappeler à l’ordre concernant son état.
Alyx pouvait sentir la joie de sa tante, c’était pour cela qu’elle était allée chercher sa tante, au moins cette nouvelle remplissait de joie quelqu’un.
« Je sais, tu rayonnes bien plus que moi ! Au moins, je sais que ce bébé aura quelqu’un pour le cajoler ! »

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris

Ft : Katie McGrath
Multi-Compte : Magaery Tyrell & Arys Manning & Theon Greyjoy
Messages : 163
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Dim 11 Nov - 23:04

Alysanne & Alyx

Singing from heart ache from the pain


Alysanne n'avait jamais compris la raison pour laquelle on offrait tant d'importance aux mestres: elle leur reconnaissait un important savoir, bien supérieur à celui du commun des mortels, mais s'agaçait de voir combien certain oublié l'humilité de leurs serments. « Ce maudit mestre ... » siffla-t-elle pour elle même, considérant que cela aurait été à Alyx d'annoncer la nouvelle à son père et seigneur. Après tout, n'était-elle pas la fille de Leo, l'héritière de la Maison et des terres familiales ? Alysanne n'avait jamais apprécié l'homme qui servait la maison Lefford. Oiseau de mauvais augure, la jeune trentenaire ne pouvait s'empêcher de voir en lui l'annonce d'un mauvais présage et ce qui était arrivé à Alyx et à son bébé n'avait point aider la noble à changer d'avis sur l'homme de science. Pourtant sa nièce ne semblait guère perturbée par ce protocole et, bien au contraire, semblait plutôt septique quand à ses qualités de mère. C'était un doute que la brune comprenait, dans un sens. Il lui arrivait parfois 'échanger avec Leonella au sujet de la petite famille qu'elle avait offert à son époux. Souvent, Alysanne se demandait comment son aînée pouvait supporter tel ou tel acte, telle ou telle chose et la réponse énigmatique de sa soeur l'angoissait quand à sa position de femme. Jamais Leo ne lui avait imposé d'époux et elle préférait penser que les choses n'étaient pas sur le point de changer. A son âge, elle n'était plus un parti très intéressant: on remettrait en cause sa fertilité et d'autres choses précieuse pour une dame de son rang. Elle ignorait si cela l'angoissait et ou la rassurait. Serait-elle, elle aussi, capable d'être une épouse et une mère ? Elle chassa cette idée de son esprit, reléguant au loin une idée qui n'aurait jamais lieu.  « Cela viendra, Alyx, j'en suis sûre ... Tu seras une dame forte, tu es déjà une héritière qui comble les attentes du seigneur son père. Tu feras de cet enfant le parfait Lefford dont cette maison a besoin. » Elle préférait éviter le sujet de la mère aimante. Beaucoup de femme ayant vécu le même drame qu'Alyx ayant du mal a trouver quelques affection à offrir à un nouvel enfant. Néanmoins, Alysanne se raccrocha aux lettres de Leonella: une mère aimait toujours ses enfants. D'une manière ou d'une autre, elle était persuadée que sa nièce suivrait le chemin d'Orelia, préférant l'imaginer en mère aimante qu'abandonniste comme la sienne. Elle ne souhaitait pas que les enfants de sa nièce partagent la même vision qu'elle avait, elle-même, de sa propre mère. Mais dans cette solitude d'enfant, elle avait eut de la chance, ses aînés ayant toujours été là pour elle. « Et tu ne seras pas seule. » finit-elle par dire avec un sourire tout en posant sa main sur le bras de sa protégée. Si elle même resterait auprès d'Alyx aussi longtemps que l'héritière avait besoin d'elle, Alysanne ne doutait pas de la joie de son frère à la nouvelle d'une naissance à venir dans la famille. De plus, elle espérait que Daven serait plus présent auprès de son épouse maintenant qu'un nouvel héritier était en route. Lui vint alors la réaction du jeune lion lors de la dernière convalescence d'Alyx et aussitôt, l'idée morbide traversa son esprit. Prise d'un besoin d'être rassurée, Alysanne s'enquit finalement des mots du mestre; « Une bonne nouvelle. Je t'imaginais mal devoir garder la chambre des lunes entières. La dernière fois a été suffisamment pénible. » Pour l'une comme pour l'autre. La tante ne supportant pas de voir sa nièce si affaiblit et la jeune Lefford sans doute exaspérée de devoir garder la chambre. Au moins, Alyx pourrait profiter de la brise hivernale, elle verrait le bleu du ciel et la neige tomber. Elle sourit à la remarque finale. Oui, cette naissance lui mettait du baume au coeur, emplissait son être de joie et de chaleur. Les yeux clairs de la Lefford se posèrent sur son ouvrage inachevé et elle inspira profondément avant de relever la tête vers le plafond. « Les Sept ne m'ont pas donné la chance d'avoir mes propres enfants, mais tes parents m'ont fait l'immense cadeau de leur confiance te concernant. » Son regard descendit sur Alyx dont les cheveux noirs rappelaient ceux de la famille. Elle tenait de Leo, à n'en point douter et pourtant, il y avait quelque chose dans son visage qui lui rappelait la douceur d'Orelia. Comme elle mourrait d'envie de la prendre dans ses bras, comme lorsqu'elle n'était encore qu'une petite fille. Mais Alyx était une femme désormais et ce genre d'effusion ne pouvait plus avoir lieu comme auparavant. Elle se contenta d'ajouter. « Ainsi, à défaut d'être mère, j'ai eu la joie d'être ta tante, ma douce. Et si cet enfant, qui grandit dans ton ventre, ne m'offre que la moitié de l'amour que tu m'as donné, alors je reste une femme heureuse. » Elle vivait la maternité par procuration, se réjouissant déjà de pouvoir s'occuper de sa nièce, de l'assister comme elle n'avait pu le faire lors de sa précédente grossesse, de lui transmettre tout ce que Leonella et Orelia lui avaient apprit sur les bébés. Un rictus moqueur naquit sur ses lèvres alors qu'elle reprenait son aiguille, elle ajouta d'un ton taquin. « Et si c'est une fille ... Peut-être aurais-je enfin une apprentie brodeuse digne de ce nom. »
AVENGEDINCHAINS


(Brylysanne) 'Cause I, I feel like I'm ready for love and I wanna be your everything and more. And I know every day you say it but I just want you to be sure that I'm yours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5233
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    Jeu 6 Déc - 11:29


Singing from heart ache from the pain
Alysanne & Alyx| 301, lune 5

Alysanne maudissait leur mestre, elle ne l’avait jamais apprécié. Alyx, qui grandit avec cet homme qui lui avait appris de nombreuses choses, lui vouait un certains respects et respectaient ses décisions malgré le fait qu’il n’est pas pu sauver sa défunte mère ou son fils quelques années plus tôt. Mais que pouvait un homme face à la décision des Sept ? Rien et la jeune Lefford acceptait les choses sans chercher plus loin. Elle refusait de se laisser aller aux sentimentalismes et après tout, l’homme lui avait sauver la vie.
« Oh... au moins je n’ai pas à le faire et ça m’évite une conversation que je n’ai pas forcément envie d’avoir pour l’heure avec Père. »

Le sujet de l’héritage de la Dent d’Or est l’absence d’un représentant mal dans la lignée était un sujet à discord entre le seigneur et sa fille. Et la jeune femme savait pertinemment qu’elle repartirait de cette discussion la tête basse et avec la volonté de faire plaisir à son paternel et à tout faire pour mettre au monde un héritier. Elle espérait fortement que ce soit un fils qui grandisse dans ses entrailles. Mais pour cela, il lui faudrait attendre plusieurs longues lunes avant de le savoir. L’attente lui semblerait probablement interminable mais elle n’avait pas le choix. Son devoir serait de faire en sorte de mener à bien cette nouvelle grossesse et de ne pas faire de folie qui puisse lui couter encore une fois son hériter. Si elle aurait la pression de Leo pour que ce soit un fils, elle savait que sa tante la soutiendrait même si c’était une petite fille. Daven lui se fichait bien du sexe de l’enfant, il serait probablement un père protecteur et aimant envers ses enfants. Contrairement à elle qui devrait apprendre à vivre avec ce nouveau statut qu’était celui d’être mère. Mais heureusement il aurait une grande tante qui pourrait combler ce vide maternelle.
« Cette enfant t’adorera autant que moi j’en suis certaine. »

La remarque sur la broderie fit naître un rire amusé chez Alyx. Elle ne s’imaginait pas donner ce genre d’enseignement à sa future fille, il n’y avait qu’Alysanne pour cela. L’héritière de la Dent d’Or aurait bien des difficultés à s’occuper de l’éducation de lady de sa fille, le temps lui manquerait mais elle confierait cela en toute confiance à Alysanne qui était surement la meilleure personne pour cela.
« Je pense que ce ne sera pas compliqué de la rendre meilleure que moi. Je te le souhaite en tout cas, sinon nous devrons en faire une danseuse ou une musicienne, et pour le dernier point ni toi ni moi avons de talent particulier. »

Si Alyx était bonne danseuse, elle n’était pas une bonne musicienne et elle n’avait pas souvenir d’avoir vu sa tante jouer d’un instrument de musique depuis longtemps. Alors il fallait mieux que la futur petite Lefford, si c’était une fille, montre des compétences de broderies ou de danseuses, sinon la situation risquerait d’être fort compliqué.


egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Singing from heart ache from the pain (Alyxanne - FB)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Ouest :: La Dent d'Or-
Sauter vers: