RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La 20e MAJ est terminée les nouveautés sont à lire par ici !
Nous avons besoin de monde dans le Bief, à Dorne et dans le Val ! Points à la clé !
Jusqu'à mercredi les votes aux tops sites, compte double !!
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris
Ft : Jessica Brown-Findlay
Messages : 92
Date d'inscription : 28/07/2018

MessageSujet: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Lun 30 Juil - 23:45

Séjourner à Lestival avait de quoi mettre mal à l’aise. Comme les Vieilles Pierres, dans le Conflans, on disait l’endroit maudit, et pour cause : Aegon V Targaryen y avait péri, ainsi que son fils aîné et héritier, le commandant Duncan le Grand de la garde royale, et tant d’autres … Imaginer que cet amas de ruines ait pu devenir à nouveau un château aussi imposant forçait le respect. Mieux valait néanmoins pour tout le monde que la tragédie de Lestival demeure un fait historique, parce que même si Kylis adorait découvrir les méandres de l’histoire de Westeros, elle ne tenait pas spécialement à en faire partie, et encore moins dans de telles conditions. La perspective d’inscrire son nom dans celle de sa région lui nouait déjà suffisamment l’estomac comme cela, pas besoin d’ajouter de nouvelles angoisses à celles qui étaient déjà bien présentes dans son esprit.

Ses fiançailles avaient eu au moins un avantage : obtenir des appartements au sein de la délégation Stark, ce qui avait le mérite du confort. Dans l’absolu, elle se serait contentée de peu, mais tant qu’à avoir parcouru autant de lieues, autant que ce soit pour un séjour confortable, pardi ! Elle avait ainsi la satisfaction mesquine de ne pas avoir quitté ses chères contrées enneigées pour rien. Enfin, pour rien … Ce n’était pas un lit confortable et un pupitre qui arrangeraient fondamentalement le programme des prochains jours, qui lui parlait sans doute autant que la chasteté à un dornien. Au moins, elle allait pouvoir réviser son héraldique à foison, et tenter de se faire une place dans le beau monde. C’était sans doute ce que Robb désirait, en l’amenant ici : la présenter, faire connaître à tout Westeros ses nouvelles fiançailles, et espérer que sa promise ne serait point trop gauche, surtout comparée à la première à qui il avait voulu gager sa foi, même si Kylis ne voyait pas vraiment comment supporter la comparaison avec une ancienne dame de compagnie d’une princesse royale, qui avait donc eu tout le loisir d’apprendre à naviguer dans les eaux troubles de la noblesse sudière et d’y obtenir un certain appui. Elle, elle n’avait rien, hormis sa bonne foi et ses connaissances, ce qui faisait un bagage un peu trop maigre à son goût. En même temps, baste de ces gens ! Ils pouvaient penser ce qu’ils voulaient d’elle, au final. Ce qui lui importait, c’était la considération des nordiens. Le reste serait sans doute important pour le futur, et elle ferait en sorte de ne pas commettre d’impair, mais ne comptait pas non plus changer qui elle était. Sans doute que le résultat relèverait d’un équilibrisme savant.

Comme les joutes ne débuteraient que le lendemain, elle avait encore un peu de temps devant elle, et après une petite heure d’écriture, tranquillement, l’Omble finit par se rendre dans les appartements de Sansa pour continuer à honorer la promesse qu’elle lui avait faite de l’aider à coudre un présent pour son Nerbosc de fiancé. Les travaux d’aiguille n’avaient jamais été son activité favorite, mais elle y était douée, et n’ayant pu apporter de tomes avec elle pour s’assurer une lecture agréable, puisqu’ils étaient bien trop fragiles, elle ne pouvait décemment passer tout son temps libre en enluminures et recopiage minutieux des notes qu’elle avait prise à la va-vite à Atres-les-Confins concernant son dernier projet en cours. Et puis, c’était l’occasion de continuer à entretenir des relations agréables avec une de ses belles-sœurs, donc elle s’y adonnait de bon gré. Il y avait quelque chose de touchant dans les espoirs de la jeune louve, et elle aurait aimé, au fond, avoir le caractère de la fille aînée d’Eddard Stark. Sans doute qu’elle était trop pragmatique pour cela.

Kylis se présenta donc et une fois que la voix claire de sa future belle-sœur lui eut accordé la permission d’entrer, la jeune femme pénétra dans la pièce avant d’effectuer une très légère révérence devant la Stark, qui demeurait encore en rang nobiliaire sa supérieure.

« Lady Sansa, désirez-vous que nous nous remettions à notre ouvrage ? »

Leur œuvre commune avançait, et on pouvait déjà distinguer la forme d’un barral, symbole tout trouvé pour une union entre Stark et Nerbosc, autant pour rappeler le blason de la maison sise à Corneilla que pour souligner le trait d’union majeur entre les deux, à savoir la foi commune dans les Anciens Dieux. La froideur des années précédentes entre le Conflans et le Nord aurait pu le faire oublier, mais les légendes disaient que les Nerbosc avaient été nordiens, dans le temps, et même Rois du Bois-aux-loups, avant d’en être chassés par les Glover qui avaient pris leur place. Sansa resterait donc un peu nordienne, malgré son mariage prochain, et c’était finalement tout ce qui comptait.

« Le sud est-il conforme à vos attentes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris


Ft : Sophie Turner
Multi-Compte : Alyssa Vanbois
Messages : 892
Date d'inscription : 01/09/2017

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Mar 31 Juil - 13:44


chapitre 1

 
Je suis heureuse d'être ici. En effet, c'est mon deuxième voyage loin de mes contrées nordiques. Le premier était mon séjour à Corneilla auprès de la famille de Nerbosc. En pensant à cette famille, je ne peux pas m'empêcher de penser à mon époux, Hoster. Je correspond avec ce dernier depuis quelques lunes et il me tarde de le revoir bientôt.

Je suis dans mes appartements du palais. Je les trouve agréable et je me demande si Kylis se sent à l'aise dans ceux qu'elle occupe. La jeune Omble va devenir ma belle-soeur. Est-ce que je suis joyeuse face à cette révélation ? Je ne souhaite que le bonheur de mon frère mais je dois avouer que j'étais si ravie quand Robb m'avait annoncé ces fiançailles avec Wynafryd. Je pense à la Sirène de Blancport. J'étais attristée de ne point la voir chez elle … J'aurais tant aimé discuter de nouveau avec elle.  Malheureusement, elle n'était pas disponible. Je soupire. Je ne sais quoi penser de ceci mais je ne veux pas la perdre.

Je remarque la présence d'une de mes servantes. Elle me repose une question concernant la robe que je veux porter pour le lendemain.  Demain, c'est le premier des jours et il me tarde d'y être ! Je suis si joyeuse. Je reporte mon attention sur la soubrette et je lui demande de préparer ma robe pour demain. Je pense opter pour la robe bleu. Et, la coiffure ? Oh, je peux demander à Kylis de me conseiller pour la coiffe.

Je remercie la servante puis je soupire. Que faire ? Je peux continuer ma broderie pour le présent que je compte offrir à mon fiancé. En effet, j'ai décidé de lui offrir une broderie où on verrait un barral. Kylis, la future épouse de mon frère doit m'aider à continuer l'ouvrage. J'attends que la jeune fiancée de mon frère se présente à moi.

Puis, j'entends la voix de la jeune Omble. Je lui dis qu'elle peut rentrer. Je souris quand je la vois. La future épouse de mon frère fait une révérence. Je lui fais une inclinaison de la tête. Bientôt, elle sera la suzeraine du Nord. Elle aura le rôle de ma digne génitrice.

Kylis - Lady Sansa, désirez-vous que nous nous remettions à notre ouvrage ? 

Sansa – Oui lui dis-je avec un grand sourire.

Je l'invite à s’asseoir près de moi. Je suis ravie de réaliser une œuvre commune avec elle. Pourquoi avoir choisis le barral plutôt qu'un autre élément ? Ce dernier symbolise l'alliance entre les Nerbosc et les Stark. Je deviendrais une Nerbosc quand Hoster déposera son manteau sur mes épaules. Mais, mon cœur appartiendra toujours au Nord. À mon frère Robb. Je serais fidèle au Stark. Je ne trahirais pas mon frère.

Kylis - Le sud est-il conforme à vos attentes ? 

Sansa – Oui. Je suis ravie d'être sur les terres natales de notre souverain. Je lui adresse un sourire. Et vous ?  Est-ce que êtes bien installée dans vos appartements ? Je plonge mon regard azur dans celui de ma future sœur.

Demain, le grand jour arrive et j'ai si hâte de rencontrer les gens de Westeros. Il se peut que je retrouve la princesse Margaerys. Cette dernière est une proche de mes amies. Je me demande comment la princesse se porte. Je pose mon regard sur la jeune nordienne après ses dernières réflexions.

Puis, quelques minutes après, je me tourne en direction de la servante et je lui demande d'apporter le matériel nécessaire pour continuer l'ouvrage. Après qu'elle soit partie, je me concentre de nouveau sur Kylis.

Sansa – Je connais vos goûts pour la littérature. Comme vous le savez, Hoster apprécie la littérature, auriez-vous des conseils de livres que je peux lui transmettre ? Demande-je doucement.

Je n'ose pas parler de mon frère à Kylis. Je ne sais pas ce qu'elle ressent ou non pour mon frère. J'ose espérer qu'elle apprécie Robb et que jamais elle ne lui fera de mal. Personne ne fera de mal à ma famille.

La servante revient. Je regarde Kylis, il était temps pour de reprendre notre couture. J'apprécie l'art de la couture. On dit de moi que je suis douée. Ma sœur Arya préfère manier son aiguille, son épée plutôt que l'aiguille pour coudre. Autrefois, je n'acceptais pas ceci. Maintenant, c'est le cas. Je pense à ma cadette.  Est-ce qu'elle va bien ? Je dois tenir ma promesse. Ma sauvage de sœur m'a fait promette de ne pas me mettre en danger. Je sais qu'il ne m'arrivera rien avec Robb. Mon frère me protégera.

Sansa – Voulez-vous qu'on mange quelques mets et boissons avant de commencer ? Lui demande-je en la regardant dans les yeux.

Préfère-t-elle boire du thé ? Ou savourer les petites tartelettes ? Je raffole des tartes au citron. Je regarde la servante. Je lui fais signe de ne pas bouger.  J'attends la réponse de Kylis. Je ne veux pas la brusquer. Je souhaite bien m'entendre avec elle. Pourra-t-elle remplacer Wynafrid ? Je dirais que non. Les deux jeunes femmes sont opposées et je n'ai pas le même lien. Avec Kylis, nous avons le même âge tandis que la sirène est un de mes modèles de ma triade.

sansasome king of sisterhood along the road
(c) ANAPHORE


(3)



❥ Sansa Stark
(c) ystananas

awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris
Ft : Jessica Brown-Findlay
Messages : 92
Date d'inscription : 28/07/2018

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Jeu 2 Aoû - 17:01

« Pour être franche, je crois que les appartements qui m’ont été attribués sont plus grands que ma chambre à Atres-les-Confins … Il va me falloir m’habituer à tout cela … »

Les Omble étaient une grande famille du Nord, en termes de renommée à tout le moins, autant par leur sang très anciens, leur férocité légendaire au combat que leur position de premier rempart après la Garde de Nuit contre les sauvageons, et veilleurs de l’Hiver. Néanmoins, en raison de la géographie de leur fief familial, jamais les Géants nordiens n’avaient été particulièrement opulents. La plupart de leurs gens vivaient de l’élevage et de la chasse, et les récoltes étaient à peine vivrières, quand elles pouvaient exister. Si on les disait endurant et dur au mal, ce n’était pas pour rien : il fallait un certain entêtement et une réelle force physique pour s’accrocher à des terres aussi pauvres en ressources, du moins en omettant les forêts giboyeuses qui parsemaient certaines parcelles. Et le Lard-Jon n’était pas connu pour dorloter les siens, pas même ses filles. Kylis avait, en raison de sa santé longtemps fragile, obtenu quelques égards, comme une cheminée plus grande et bien achalandée, mais l’ameublement demeurait spartiate, la décoration dépouillée. Un Omble devait apprendre à vivre suivant les volontés des Anciens Dieux, le luxe non nécessaire étant un caprice sudier. Inutile donc de préciser que le changement de décor était assez perturbant pour la jeune fille, de même que l’attention qui lui était accordée de manière générale, toute cette prévenance … Oui, décidément, il allait lui falloir un peu de temps pour assimiler son nouveau statut et ce qu’il impliquait en termes de standard d’existence. Enfin, elle ne comptait pas vraiment changer ses habitudes une fois revenue dans le Nord, mais avait conscience qu’il valait mieux qu’elle s’adapte en prévision de nouveaux voyages dans le sud, histoire d’éviter d’être pris pour une godiche sortie de sa campagne profonde … Ce qu’elle était, à bien des égards probablement, aux yeux de nombres de grands seigneurs et nobles dames des environs.

« Honnêtement, je n’ai jamais vraiment pensé dépasser le Neck un jour … Et je ne le désirai pas particulièrement. J’eus été un homme, j’aurais sans doute souhaité partir pour Villevieille et devenir mestre, mais cela ne saurait être mon destin. Donc … Je ne savais pas à quoi m’attendre, et je ne sais donc qu’en penser. »

Peut-être qu’une petite voix au fond d’elle-même, bien qu’elle soit née femme, continuait de lui souffler le désir de voir la grande bibliothèque des mestres de Viellevieille, mais elle avait aussi conscience qu’elle aurait pu mourir heureuse sans jamais avoir quitté le Nord. Les Omble n’avaient jamais rencontré une grande fortune en franchissant le Neck. Les derniers à l’avoir fait étaient morts, à vrai dire, tués par les partisans des Targaryens durant la rébellion, et le seul à l’avoir fait, encore avant, de son plein gré en temps de paix, à savoir Hoster Pestagaupes, son grand-oncle, avait été chassé de Viellevieille, précisément, dans des circonstances peu glorieuses. Bref, sa maison n’avait sans doute pas le pied sudier, et cela ne la dérangeait pas outre mesure. Pour rustres et froides qu’elles étaient, les terres du Nord lui suffisaient amplement. Elle pouvait voyager avec ses livres. N’était-ce pas le principal ?

Sansa l’interrogea ensuite sur des lectures à recommander à son fiancé. Voilà au moins un terrain sur lequel elle se savait intarissable, et beaucoup plus à l’aise. Bien sûr, elle n’aurait aucunement prétendu avoir le savoir d’un mestre, surtout que les ressources à sa disposition étaient comptées, mais elle avait fait un certain nombre de recherches, s’était renseignée à foison … Non, clairement, en matière de tomes poussiéreux sur lesquels s’appesantir, elle pouvait légitimement se targuer d’avoir des bases solides de connaissances. Néanmoins, la question de la louve n’était pas si aisée à répondre, car conseiller un ouvrage pour une autre personne lui avait toujours semblé être un exercice difficile. Tout était une question de goût, d’habitude, de sujets préférés … et les siens, justement, n’avaient rien d’universel. Mentalement, elle établit une liste préliminaire avant de commencer à répliquer, plutôt prudente et pensive :

« Eh bien … Tout dépend de ce qu’il apprécie comme thème de lecture, et du temps qu’il peut y accorder … »

La servante qui était partie chercher leurs nécessaires à couture reparut, et Sansa lui demanda si elle désirait une collation. Kylis lui offrit un sourire sincère, avant de répondre :

« Ce sera avec plaisir. Si nous étions à Atres -les-Confins, j’aurais volontiers pris une bière, comme la journée est bien avancée, mais on ne m’a pas vraiment conseillé la bière sudière … Et je ne suis pas certaine que vous m’accompagneriez, donc … je prendrais ce qu’il vous plaira. Peu me chaut la boisson, tant que la compagnie va. »

Ses lèvres s’ourlèrent en un sourire, d’excuse cette fois-ci :

« Je dois vous paraître un brin … rustre, comme compagnie. C’est que, je n’ai pas l’habitude de ces petites choses. J’espère que cela ne vous dérange pas, que je vous dise les choses comme je les pense, et comme elles me viennent. »

Elle s’assit finalement, attendant que le service soit fait, et reprit le fil de la conversation :

« Pour revenir à ce que nous disions avant, sans préjuger des goûts de votre promis, les Annales des rivières est un ouvrage très instructif sur les anciennes dynasties des rois des Rivières et des Collines. Il y est fait mention des Nerbosc, si ma mémoire ne m’abuse.

Sinon, vous avez, en plus original, les Anciens Lieux du Trident, de l’archimestre Laurent, qui compte l’histoire de certains lieux disparus ou en ruines du Conflans. C’est assez intéressant … et pour un natif de cette région, je pense que cela peut être amusant de comparer les récits à ce qu’il en est aujourd’hui. »

Elle regarda sa vis-à-vis avant de conclure :

« Après, s’il a une préférence pour la poésie, ou les récits de chevalerie par exemple, il y aura peut-être plus en adéquation avec ses sujets de prédilection. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris


Ft : Sophie Turner
Multi-Compte : Alyssa Vanbois
Messages : 892
Date d'inscription : 01/09/2017

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Dim 12 Aoû - 11:08


chapitre 2

 

Je demande à la jeune Omble de s'asseoir près de moi. La jeune jouvencelle me pose une question concernant le Sud. Je lui réponds avec franchise. Par la suite, je lui demande si elle se sent bien dans ces lieux loin de nos contrées. De même, je souhaite m'assurer que ses appartements soient confortables pour elle.

La jeune fille à la chevelure brune parle. Je l'écoute sans rien dire. Cette dernière évoque que ses appartements sont plus grands que son ancienne chambre. Je lui souris, un sourire sincère et bienveillant. Jamais, je ne serais fausse avec elle. Si je lui ai donné mon amitié autrefois, je ne vais pas lui retirer. Elle sera toujours mon amie. Et, même si elle deviendra l'épouse de mon frère, elle reste une de mes amies.

Sansa - Vous arriverez, j'en suis sûre lui dis-je en la regardant dans les yeux.

Pendant des longues minutes, je ne dis rien. Je suis plongée dans mes pensées. Ces dernières concernent essentiellement mon futur époux. Je sais que je vais quitter mes terres ancestrales pour habiter dans la région natale de ma mère. Je vais vivre à Vivesaigues, demeure de ma mère. Le château n'est pas complètement restauré, les travaux ont été suspendu à cause des attaques des fer-né. Je pense aussitôt à Lucas Nerbosc, le chevalier des Conflans a été un otage des habitants des îles de fer. Je me souviens de Theon Greyjoy, de son enfance à Winterfell. C'est si loin maintenant.

Je me concentre de nouveau et je regarde Kylis. Cette dernière parle du Sud mais également que si elle n'avait pas été une femme, elle aurait voulu être mestre. Cette fois-ci, je ne lui réponds pas, mais, je me contente de lui offrir un grand sourire.

Peu de temps après, je lui demande si elle a des ouvrages à me conseiller pour mon futur époux. En effet, Hoster est passionné de littérature et je souhaite lui trouver d'autres ouvrages. Il est vrai que je pourrais choisir un autre présent pour mon promis. Certainement, mais, je veux lui offrir des présents qui lui sont susceptibles de lui plaire.

Kylis - Eh bien … Tout dépend de ce qu’il apprécie comme thème de lecture, et du temps qu’il peut y accorder.

Je réfléchis aux différents ouvrages que mon fiancé a lu. Je sais qu'il apprécie la lecture concernant l'Histoire de Westeros ainsi que la chevalerie. En revanche, il ne m'a jamais parlé des ouvrages ayant d'autres thématiques. Je vois la servante arriver avec le nécessaire pour notre ouvrage. Je souris à Kylis. Je lui demande alors si elle voulait boire ou manger quelque chose. Pourquoi ? Je veux me montrer agréable et poli.

Kylis - Ce sera avec plaisir. Si nous étions à Atres -les-Confins, j’aurais volontiers pris une bière, comme la journée est bien avancée, mais on ne m’a pas vraiment conseillé la bière sudière … Et je ne suis pas certaine que vous m’accompagneriez, donc … je prendrais ce qu’il vous plaira. Peu me chaut la boisson, tant que la compagnie va. 

Une bière ? Je n'ai jamais bu de bière. Je bois souvent du thé ou encore du vin. Et, encore ce dernier breuvage, je ne bois pas tout le temps. Je remet une de mes mèches indisciplinée derrière mon oreille puis je regarde Kylis. La demoiselle a un sourire, celui-ci exprime le pardon. Je lui pardonne de bon cœur.

Kylis -Je dois vous paraître un brin … rustre, comme compagnie. C’est que, je n’ai pas l’habitude de ces petites choses. J’espère que cela ne vous dérange pas, que je vous dise les choses comme je les pense, et comme elles me viennent. 

Sansa – Oh ce n'est rien, ne vous en faites pas Kylis.  Vous êtes peut-être rustre mais vous n'êtes pas barbare ni bizarre. Et puis, je vous apprécie comme vous êtes.  Je la regarde. Si, vous avez besoin d'aide, un jour, je serais là pour vous aider. Je lui offre un sourire. Je n'ai jamais bu de bière, je ne pense pas que mon frère Robb soit ravi que je puisse savourer cette boisson.  Pourriez-vous me décrire la saveur de la bière ? Pour la compagnie, je suis heureuse de passer un moment agréable avec vous Kylis.  Lui dis-je en plongeant mon regard Tully. Je me tourne vers la servante. Apportez des biscuits et des tartes des terres de l'Orage ainsi que du thé, s'il vous plaît.

La servante disparaît. Je me retrouve de nouveau seule avec celle qui deviendra ma belle-sœur. Je me cale de nouveau dans le fauteuil et je lui souris de nouveau.

Kylis -  Pour revenir à ce que nous disions avant, sans préjuger des goûts de votre promis, les Annales des rivières est un ouvrage très instructif sur les anciennes dynasties des rois des Rivières et des Collines. Il y est fait mention des Nerbosc, si ma mémoire ne m’abuse. 
Sinon, vous avez, en plus original, les Anciens Lieux du Trident, de l’archimestre Laurent, qui compte l’histoire de certains lieux disparus ou en ruines du Conflans. C’est assez intéressant … et pour un natif de cette région, je pense que cela peut être amusant de comparer les récits à ce qu’il en est aujourd’hui. Elle rajoute. Après, s’il a une préférence pour la poésie, ou les récits de chevalerie par exemple, il y aura peut-être plus en adéquation avec ses sujets de prédilection

Sansa – Vous avez raison, mon futur époux aime l'Histoire de Westeros, je pense que je pourrais lui offrir un ouvrage que vous avez cité. Peut-être celui des rois des Rivières et des Collines. Je respire puis je me concentre de nouveau sur elle.  Quant à l'autre ouvrage que vous avez mentionné, c'est une bonne idée. De même, peut-être que les autres thématiques pourront lui plaire. Existent-ils une collection concernant la chevalerie ? Demande-je en affichant un rictus sur mes lèvres rosées.

Après ma dernière question, des serviteurs ramènent différents plats. Nous avons des biscuits, ces derniers sont appelés nids d'abeille. Ils sont fourrés au miel. De même, il y a également des tartes aux raisins ainsi que des tartes au fruit des bois. Pour le thé, nous avons celui aux orties. Je me demande si c'est bon. Je regarde Kylis.

Sansa – Par quoi voulez-vous commencer ?


Par la suite, deux idées me viennent dans mon esprit. La première est que Kylis puisse venir manger avec moi ce soir. Puis, si elle souhaite, nous pourrions nous promener un jour prochain à Lestival. Pourquoi ? Ainsi, nous pourrions mieux nous connaître. Il est vrai que nous avons partagé des jeux d'enfants … Je me souviens de cette fois-là où l'un de ses frères s'est blessé. En effet, le jeune homme a eu son genou écorcher car il est tombé après nous avons poursuivi. C'était quoi déjà le jeu ? Je tente de me souvenir de ce jeu. Il s'agit de monstre et jeune fille. Ah c'était le bon vieux temps.

Je regarde Kylis, je dois lui parler de mon idée. Je me demande si elle va accepter mes deux propositions. Mais, si je lui demande pas, je ne peux pas le savoir, n'est-ce pas ?

Sansa – Est-ce que ce soir, vous êtes libre pour manger en ma compagnie ? Nous serons seules, sauf, si vous voulez que Robb puisse nous accompagner ? Je la regarde dans les yeux. Je serais ravie que nous puissions passer une soirée ensemble. Je lui gratifie d'un sourire. Je respire de nouveau. De même, je pense que si vous êtes disponible dans les prochains jours, nous pourrions faire une balade au marché ? Nous serions protégée par notre escorte. Je pense m'offrir des étoffes pour une nouvelle robe ou acheter un cadeau pour les membres de ma famille.

Je pense à ma sœur. C'est toujours une galère pour trouver un présent pour ma cadette. Heureusement que mon frère m'aide dans cette tâche épineuse. Je pense à Robb, que fait-il maintenant ? Je chasse cette idée de mon esprit et je repose mon regard sur la jeune fiancée de mon frère. J'écoute par la suite Kylis et je lui réponds.

Par la suite, je pense à nos différences. Pourquoi ? Je ne sais pas. La jeune fiancée de mon frère n'est pas comme moi. Elle n'a pas les mêmes passions que moi. La jeune Omble sait monter sur une monture. Moi, et bah, je n'apprécie pas ceci. Il est vrai qu'à mon retour de Wintefell après mon séjour à Blancport, je voulais monter à cheval. Mais, j'ai abandonné cette idée. Pourquoi ? Mon père ne se sentait pas bien. Je pense également aux autres passions de la jeune fille. La demoiselle aime la lecture. J'apprécie les contes sur les chevaliers … De plus, j'aime entendre une douce mélodie, il est vrai que je ne pratique pas un instrument de musique mais dès que j'écoute les premières notes d'un instrument, je ne peux pas m'empêcher d'être dans un autre monde.

Je reviens à l'instant présent et je regarde Kylis. Je décide de croquer dans un biscuit. Est-ce un crime de vouloir savourer un friandise ? Je ne le pense pas.

Sansa -  Vous devrez peut-être goûter le nid d'abeille. C'est un peu sucré mais délicieux. Je la regarde.

De quoi pouvons-nous parler ? Dois-je parler de mon frère ? Est-ce qu'elle se sent à l'aise avec lui ? Est-ce qu'elle arrive à se faire à l'idée qu'elle deviendra ma belle-soeur ainsi que la suzeraine du Nord ? Ce sont des questions que je n'ose pas évoquer avec elle. Pourtant, je pourrais lui en parler, mais, j'ai peur. La peur, quel étrange sentiment qui nous paralyse …

Je plonge mon regard azur dans ceux de Kylis et je la regarde avec un sourire sincère. Je pense qu'après avoir goûter, nous pourrions avancer notre couture. Et puis, après, nous verrons.



sansasome king of sisterhood along the road
(c) ANAPHORE


(2)



❥ Sansa Stark
(c) ystananas

awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris
Ft : Jessica Brown-Findlay
Messages : 92
Date d'inscription : 28/07/2018

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Dim 26 Aoû - 22:59

Tandis que la servante s’éclipsait pour aller chercher la commande de Sansa, Kylis se fit deux réflexions. La première, immédiatement dirigé sur les paroles de son interlocutrice, était son manque de surprise sur le fait que la jeune fille n’ait jamais goûté ce type de boisson. Dommage pourtant, car le Nord était connu pour sa production d’hydromel, et par là de bière pour le petit peuple ou les estomacs plus fragiles. C’était même amusant de considérer qu’à Atres-les-Confins, ce breuvage était plutôt considéré comme une boisson de femmes ou de tout-venant. Le fait qu’en boire réchauffait agréablement contribuait fortement à sa popularité sur les terres Omble, qui en produisait d’ailleurs un fort goûtu, du moins selon les spécialistes et l’orgueil paternel. En tout cas, elle espérait sincèrement ne pas avoir affaire à un futur époux qui régenterait jusqu’à son assiette ! Dans le sud, elle avait conscience qu’il valait mieux policer les apparences pour ne pas apparaître trop sauvage, mais à Winterfell … Honnêtement, elle serait un peu frustrée que de ne pas pouvoir satisfaire son palais d’une manière qui lui convenait. Mais peut-être était-ce simplement une supposition erronée de la part d’une jeune fille qui tenait à plaire à son frère et à ne pas l’embarrasser, sans forcément le connaître aussi bien que s’ils avaient vécu toute leur enfance ensemble ? Difficile d’oublier que les Stark n’avaient été réunis que deux années seulement auparavant. C’était bien peu, deux ans, finalement, pour être certain de savoir la manière dont quelqu’un allait réagir.

« Peut-être pas dans le sud, en public mais … ce n’est pas une boisson très forte, et nous en buvons souvent, dans le Nord dans les familles proches du Mur et des clans, en tout cas. Le goût est … houblonné. C’est difficile à expliquer, c’est assez doux, de mon point de vue, avec une pointe d’amertume en arrière-goût. Mais ce qui est agréable, c’est davantage la sensation de chaleur que cela procure.

Dans ma famille, c’est considéré comme une boisson de femmes, les hommes préfèrent l’hydromel. Nous en produisons un certain nombre de fûts, d’où le fait que le Lord mon Père est assez attaché à cette tradition. C’est en quelque sorte une fierté familiale. »


Alors que la servante revenait, armée d’une armada de douceurs et du thé promis, Kylis se replongea dans ses réflexions concernant les demandes de Sansa vis-à-vis d’Hoster Nerbosc. Manifestement, ses premières suggestions avaient reçu un accueil favorable, et elle demandait maintenant si quelque chose de plus proche du sujet de la chevalerie existait. Vaste question, et qui n’était pas forcément sa spécialité, étant donné que la rareté de la chevalerie au Nord, ce qui expliquait qu’elle s’y soit intéressée à titre informatif, mais pas forcément dans le détail. Néanmoins, elle avait quelques souvenirs d’ouvrages cités dans certains tomes qu’elle avait pu consulter, ainsi que de lectures plus généralistes, même si elle était convaincue qu’un jeune homme sudier devait vraisemblablement considérer cela comme la base. Peut-être fallait-il être plus rusé ? Plus original ? Elle avait peut-être une idée, finalement …

« Oh, il y a beaucoup d’ouvrages qui en traitent, mais j’ai peur que ceux que je pourrais vous conseiller ne soient … communs, dans le sud. Etant donné que nous n’en avons guère usage dans le Nord, je me suis documentée à ce sujet, mais peut-être pas suffisamment pour vous faire une suggestion à même de surprendre un jeune noble lettré du Conflans.

Cependant … Je viens d’y songer, mais il existe un livre inestimable, dont l’unique exemplaire repose dans la bibliothèque de Winterfell, selon la rumeur. J’admets que j’adorerais moi-même le consulter, alors que je présume qu’une personne goûtant aux lettres comme votre promis y trouverait aussi de l’agrément.

Il s’agit du livre Les Engins de guerre, par Armydon. Une copie de quelques rouleaux serait un présent … Rare. Et un témoignage pour le moins précieux d’attention. »


Kylis se voyait déjà elle-même à fureter entre les murs de la bâtisse millénaire des Stark pour y dénicher de telles merveilles. Oh, non … Elle n’y serait pas malheureuse. Pas à proprement parler, peu importait ce que serait son mariage. Elle aurait l’une des plus anciennes bibliothèques de Westeros à sa portée, des dizaines d’ouvrages précieux, sans doute les fonds pour en obtenir davantage … Que demander de plus pour un esprit solitaire et assoiffé de connaissances ? Elle parviendrait à prendre son parti de tout cela. Et à s’habituer à toutes ces nouveautés, comme ces gâteaux … Au moins, celle-là ne serait pas désagréable, au contraire même.

« Je vais goûter cette tartelette aux fruits. Elle m’a l’air … familière. »

En croquant légèrement dedans, elle put constater que le goût était en effet agréable. Certes, cela n’avait pas le charme des pâtisseries que la Vieille Martha cuisinait à Atres-les-Confins à base des baies locales, mais elle trouvait l’ensemble doux, et pas trop mielleux. Bref, son choix la satisfaisait grandement, puisqu’elle pouvait afficher en toute décontraction un sourire sincèrement appréciateur face à Sansa, et commenter donc leur collation.

« C’est délicieux. »

Elle n’eut pas vraiment le temps d’ajouter quelque chose, puisque la jeune louve la surprit en lui proposant de dîner et de faire quelques courses en sa compagnie … et d’inviter son frère accessoirement. Voilà qui la mettait un brin dans l’embarras, au sens où elle n’avait aucunement envie de s’imposer à son fiancé s’il ne le désirait pas, tout en convenant que refuser tout net aurait été malencontreux auprès de la sœur de ce dernier, et relativement injuste à son égard, étant donné que Robb, s’il n’était point le galant le plus empressé qu’elle eut connu, avait la vertu d’être poli en toutes circonstances, et respectueux. En ce bas-monde et la place de femme qui était la sienne, ce n’était pas les moindres des qualités.

« Je dînerai volontiers en votre compagnie, Lady Sansa. Je ne connais guère de monde en ces lieux alors … votre invitation est la bienvenue, sincèrement. Quant à la présence de Lord Stark, s’il le désire et que vous en avez l’envie, je n’y vois évidemment point d’inconvénient. Je laisse cela à votre convenance, et à la sienne. Que nous soyons en tête à tête, ou à trois, cela me convient également. »

Kylis n’était pas particulièrement difficile, ni dérangeante. Il était peu de compagnie qui lui répugnait absolument, et un dîner entre damoiselle n’avait rien à envier à un dîner familial, ou assimilé. Ce qu’elle désirait, c’était que Sansa ne se sente pas obligée d’inviter Robb, et que ce dernier ne se sente pas obligé de venir. Autant dire qu’au final, la décision était davantage entre les mains des Stark qu’entre les siennes. Quant à une ballade …

« Découvrir les environs sera agréable, à n’en pas douter. Et je suis sûre que les environs sont très bien gardés, surtout avec la présence de la famille royale. »

L’espace d’un instant, ses yeux pétillèrent de malice et elle souffla :

« Enfin, je pourrais nous servir d’escorte, mais je ne suis pas certaine que ce soit très convenable que je vole leur pain aux hommes de votre frère … »

Un sourire amusé s’était dessiné sur ses lèvres, signe qu’elle plaisantait, au moins à moitié. Bien sûr, elle avait des connaissances en combat rapproché, néanmoins, elle n’avait pas particulièrement d’intérêt ni de don en la matière, et ne s’offusquait aucunement d’avoir une escorte d’un ou deux hommes à portée de mains. Bon, pas toute une compagnie, évidemment ! Cela, en revanche, était insupportable. Mais un ou deux soldats, discrets … Il ne fallait pas laisser sa fierté prendre le pas sur la prudence la plus élémentaire. Sa main se porta à la pâtisserie que Sansa désignait, et elle la goûta précautionneusement.

« C’est … sucré en effet. Avec un goût de … miel ? Amusant. Et plutôt bon, je dois dire. »

Tandis qu’elle finissait son gâteau, elle perçut le regard de Sansa sur elle, se disant que la jeune fille devait se demander, comme elle, quels étaient les sujets à ne pas aborder, et ceux au contraire à mettre sur la table. En soi, Kylis n’avait rien à cacher. Alors … Peut-être qu’il fallait simplement qu’elle se lance, pour montrer qu’il n’y avait pas de tabous ?

« Puis-je vous poser une question personnelle ? »

Elle hésita un instant, avant de demander :

« Pensez-vous que vous serez heureuse, dans le Conflans ? Avec … Ser Hoster et les Nerbosc plus généralement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris


Ft : Sophie Turner
Multi-Compte : Alyssa Vanbois
Messages : 892
Date d'inscription : 01/09/2017

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Lun 3 Sep - 19:00


chapitre 3

 
Je parle avec ma future belle-soeur. Je lui avoue que je n'ai jamais bu de la bière, je ne suis pas sûre que mon frère approuverait cette boisson. Je pense à mon frère un instant puis je passe ma commande au domestique. Je me retrouve seule avec celle qui épousera mon frère.

Kylis - Peut-être pas dans le sud, en public mais … ce n’est pas une boisson très forte, et nous en buvons souvent, dans le Nord dans les familles proches du Mur et des clans, en tout cas. Le goût est … houblonné. C’est difficile à expliquer, c’est assez doux, de mon point de vue, avec une pointe d’amertume en arrière-goût. Mais ce qui est agréable, c’est davantage la sensation de chaleur que cela procure.  Dans ma famille, c’est considéré comme une boisson de femmes, les hommes préfèrent l’hydromel. Nous en produisons un certain nombre de fûts, d’où le fait que le Lord mon Père est assez attaché à cette tradition. C’est en quelque sorte une fierté familiale. 

J'écoute avec attention les paroles de la jeune femme. Ainsi, les femmes de sa famille peuvent boire ce doux breuvage. Je dois avouer que je n'ai jamais été friande des boissons alcoolisées. Pourquoi ? Peut-être que je considérais cela comme étant indigne d'une femme. J'ignore pourquoi j'avais ce poncif dans mon esprit de jouvencelle. Peut-être que je devrais demander des conseils à mon frère Robb ou à Wynafryd. Je souris et j'ancre mon regard dans ceux de la demoiselle assise près de moi.

Sansa – Oh je vois, d'accord. Peut-être qu'un jour, je me laisserais tenter cela. Bien entendue, je devrais demander conseil à mon frère pour avoir son aval concernant cette boisson.

Par la suite, la servante revient avec des mets délicieux. Je réponds alors à Kylis concernant les ouvrages qu'Hoster aime lire. Mon fiancé apprécie certains thèmes qu'elle avait énoncé quelques minutes plutôt.

Kylis - Oh, il y a beaucoup d’ouvrages qui en traitent, mais j’ai peur que ceux que je pourrais vous conseiller ne soient … communs, dans le sud. Etant donné que nous n’en avons guère usage dans le Nord, je me suis documentée à ce sujet, mais peut-être pas suffisamment pour vous faire une suggestion à même de surprendre un jeune noble lettré du Conflans. 
Cependant … Je viens d’y songer, mais il existe un livre inestimable, dont l’unique exemplaire repose dans la bibliothèque de Winterfell, selon la rumeur. J’admets que j’adorerais moi-même le consulter, alors que je présume qu’une personne goûtant aux lettres comme votre promis y trouverait aussi de l’agrément.
Il s’agit du livre Les Engins de guerre, par Armydon. Une copie de quelques rouleaux serait un présent … Rare. Et un témoignage pour le moins précieux d’attention.

J'écoute les paroles de la jeune nordienne avec un sourire. Elle parle d'un ouvrage sur la guerre. Mon sourire s’élargit. Elle a trouvé le présent pour mon fiancé. J'en suis sûre qu'Hoster sera ravi de cette lecture. Je pourrais offrir cet ouvrage à occasion de nos noces ainsi que l'oeuvre que je suis en train de créer avec Kylis.


Sansa – Je ne saurais vous remercier pour l'ouvrage que vous me conseillez ! J'en suis sûre qu'Hoster sera ravi de lire les Engins de la guerre. Mais, cela ne vous dérange guère qu'Hoster puisse le lire ? Dis-je avec douceur dans ma voix.

Par la suite, nous passons à un autre sujet, celui de la nourriture de ces mets. Nous n'avons pas encore commencé de goûter les différents gâteaux servis ainsi que les boissons. La jeune Kylis savoure une tartelette aux fruits. Je fais de même. Je savoure avec plaisir. J'approuve les dires de la jeune demoiselle avec un grand sourire. J’essuie mes lèvres.

Ensuite, je parle à Kylis et je lui propose deux choses, l'une d'elle est de souper avec moi ce soir et la seconde est de faire une ballade pour dénicher des cadeaux. J'avais envie de mieux connaître la future épouse de mon frère.

Kylis -  Je dînerai volontiers en votre compagnie, Lady Sansa. Je ne connais guère de monde en ces lieux alors … votre invitation est la bienvenue, sincèrement. Quant à la présence de Lord Stark, s’il le désire et que vous en avez l’envie, je n’y vois évidemment point d’inconvénient. Je laisse cela à votre convenance, et à la sienne. Que nous soyons en tête à tête, ou à trois, cela me convient également.  Elle rajoute. Découvrir les environs sera agréable, à n’en pas douter. Et je suis sûre que les environs sont très bien gardés, surtout avec la présence de la famille royale.  Ses yeux pétillent. Enfin, je pourrais nous servir d’escorte, mais je ne suis pas certaine que ce soit très convenable que je vole leur pain aux hommes de votre frère .

Pendant que la jeune répond à mon interrogation, je savoure quelques biscuits et je bois une gorgée de thé. Par la suite, quand elle a fini, je me concentre de nouveau sur cette dernière.

Sansa – Je vous remercie Lady Kylis. Je pense que ça serait bien que nous soyons seules sans la présence de mon frère. J'ose espérer qu'il ne soit pas vexé contre cette proposition. Je souris. Je suis heureuse que vous acceptez de venir avec moi … Hier, les soldats de mon frère m'ont perdu mais heureusement que Boadicée, une dornienne est venue à mon encontre … Heureusement que rien ne grave s'est produit, les anciens et les nouveaux Dieux m'ont protégé. Et, je pense que les soldats voudront tout de même nous protéger. Vous êtes la future épouse de mon frère et s'il vous arrive malheur, je n'ose pas imaginer la colère de mon frère s'il vous arrive malheur. Je tremble quelques minutes. Mais, peut-être que deux ou quatre gardes, ça irait, non ? Demande-je en plongeant mon regard dans le sien.


Par la suite, je montre une pâtisserie à Kylis. Je n'ai jamais goûté ce met. Je la regarde attentivement avec un sourire. Peu de temps après, nous goûtons ce gâteau. J'attends l'avis de ma future belle-soeur avant de me prononcer.

Kylis - C’est … sucré en effet. Avec un goût de … miel ? Amusant. Et plutôt bon, je dois dire. 

Sansa – Vous avez raison, j'aime beaucoup le goût, cela me change des tartes au citron que je raffole.

Quelques minutes plus tard, la jeune nordienne me pose une question. Je lui fais signe de oui. Je me demande quelle est la question de cette dernière . Que veut-elle me demander ? Je la vois hésiter, je lui montre que je suis d'accord.

Kylis -  Pensez-vous que vous serez heureuse, dans le Conflans ? Avec … Ser Hoster et les Nerbosc plus généralement ?

Je réfléchis à sa question. Il est vrai que les Nerbosc ont joué un rôle dans la rébellion. Les Tully ont été renversé par les Nerbosc. La famille d'Hoster est devenue suzeraine par la volonté du roi. Dois-je haïr Hoster pour cela ? Je mordille mes lèvres, je bois du thé puis je me concentre de nouveau sur la jeune femme. Après de longues minutes, je finis par me décider à lui répondre.

Sansa – Je pense que je le serais. Il est vrai que les Stark me manqueront mais je dois faire mon devoir de fille de mon défunt père et de sœur de mon frère. Les Nerbosc m'ont bien accueillis lors des noces de Lord Bryden et la Princesse Daenerys. Je pense que je me sentirais bien auprès d'eux … Malgré ce qui s'est passé par le passé, dois-je haïr mon promis ? Hoster est doux … Je pense que je serais heureuse à ses côtés.

Je soupire puis mes yeux se portent de nouveau sur les biscuits. Je souris à Kylis et je serre doucement mes poings puis mes yeux se portent de nouveau sur elle. Que lui dire ?

Sansa -  Kylis, promettez-moi que quand nous serions unies, nous resterons soudées. J'aimerais avoir une bonne relation avec vous, vous allez devenir la femme de mon frère.




sansasome king of sisterhood along the road
(c) ANAPHORE


(1)



❥ Sansa Stark
(c) ystananas

awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris
Ft : Jessica Brown-Findlay
Messages : 92
Date d'inscription : 28/07/2018

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Mar 9 Oct - 22:24

« Ne vous forcez nullement, Lady Sansa. Si vous n’avez pas été tentée auparavant … C’est que peut-être que cela n’a pas d’attrait pour vous. »

Ce n’était pas tant qu’elle ne désirait pas être perçue comme une femme poussant sa future belle-sœur à la boisson que la certitude que, si au fond Sansa n’avait jamais eu l’envie de goûter à un met quelconque, il n’y avait pas forcément de raison d’y trouver une réelle appétence après. Kylis se voyait mal exporter les habitudes de sa famille, peut-être un peu barbares aux yeux de certains, ou insister d’une manière ou d’une autre. Elle avait trop souffert qu’on lui impose certaines activités qu’elle n’était jamais parvenue à apprécier pour ne pas savoir que parfois, la curiosité se tempérait naturellement par le caractère et que souvent, il ne fallait pas prendre à la légère ce que l’instinct pouvait dicter. Non pas que ce soit mal de sortir de sa zone de confort, d’essayer, bien entendu, néanmoins … Si l’idée de la transgression n’était jamais venue, c’était probablement parce qu’il ne s’agissait précisément que de l’envie furtive de tenter une nouvelle expérience, sans une réelle pulsion derrière. A moins qu’elle ne soit trop raisonnable ? Ce n’était pas exclure.

Et en même temps, cette tempérance lui permettait d’approcher la plupart des événements et des questions sur son chemin avec une forme de distance qu’elle jugeait plutôt salutaire. D’autres se rebellaient, rechignaient ou alors se complaisait. Elle préférait chercher à tirer le meilleur profit d’une situation, sans en attendre trop pour ne pas être déçue, en espérant qu’elle parviendrait à la faire fructifier. En cela, sans doute avait-elle une mentalité de marchande et qu’elle eut été heureuse parmi le peuple commerçant d’une ville populeuse et active comme Port-Réal ou Blancport, pour rester dans le Nord. Bien sûr, on pouvait par conséquent lui reprocher sa prudence et sa manie un peu agaçante de toujours faire la part des choses, jusqu’à l’excès. Mais c’était ainsi qu’elle était faite, et ne se renirait point maintenant. Son échelle de jugement avait certaines particularités. Soit. Qui n’en avait pas ? Si Hoster Nerbosc trouvait du plaisir à lire un ouvrage antique, quel mal y avait-il à aider Sansa et ainsi donc à contribuer au rapprochement entre le Nord et le Conflans, même à sa petite échelle ?

« Intellectuellement, je n’y vois pas de problème. Je veux dire, le savoir est fait pour être partagé, pas enfermé dans des tours … Et c’est un très vieil ouvrage, qui n’a plus guère de valeur pratique, si j’ose dire, surtout s’il n’en est fait qu’une copie de quelques passages.

Et politiquement … Ce geste pourrait être un beau symbole de la réconciliation de votre famille avec les Nerbosc, non ?

Après bien sûr, la décision appartient à votre frère, puisqu’il s’agit d’une possession des Stark. »


Et qu’elle n’en était pas encore une. A vrai dire, Kylis se demandait même si, une fois mariée, elle pourrait avoir la main sur une telle décision. Elle l’espérait, au vu de ce que Robb avait pu lui promettre tantôt, lors de leur première rencontre post-fiançailles. Encore une fois, elle ferait avec ce qu’on lui donnerait, et tenterait de se faire sa place à sa manière. Tout en y songeant, la jeune femme continuait à manger, ou plutôt, bien malgré elle, à dévorer les petites douceurs fournies par Sansa. Bon sang, le sud avait quelques attraits, et elle ne comprenait que trop bien pourquoi le Nord pouvait paraître rustre et froid à ceux qui n’en connaissaient pas le charme secret, et avaient été bercés par de telles plaisirs de la vie courante. C’était idiot mais … On s’habituait au confort. Déjà, elle sentait que c’était son cas. Bien sûr, Winterfell demeurait une forteresse nordienne, mais … Changerait-elle, à force de voyages chez les sudiers, ou simplement d’une vie qui, malgré tout, serait forcément plus douce que celle qu’elle avait connu à Atres-les-Confins ? Cette perspective était réjouissante … mais aussi un peu triste, car elle ne désirait pas oublier la valeur des petits gestes, et la rudesse de l’existence qui était celle des siens. Et pourtant … Son rang le lui imposerait, au moins sur certaines questions, comme celle de sa sécurité par exemple.

« Mettons trois et coupons la poire en deux, Lady Sansa. Mais vous avez raison. J’oublie parfois que je ne suis plus simplement la fille du Lard-Jon. »

Ce statut, il lui faudrait s’y habituer, et elle ne savait pas encore totalement comment faire pour taire ses vieilles habitudes. Sansa avait-elle les mêmes interrogations ? Au fond, elle avait déjà ses propres motifs d’inquiétude, ses propres questionnements, tout aussi pressants et intéressants, avec le passif entre sa mère et sa future famille, éminemment compréhensible, même si en vérité … L’Omble n’y avait pas pensé, pensant simplement lui demander comment elle appréhendait son temps avec son futur époux. Comme quoi, elle avait beau faire la part des choses, elle oubliait des parties importantes. Tout le monde était faillible, après tout.

« Non, vous ne devez pas. Il n’est pas responsable des actes de la génération avant la nôtre. Ni vous d’ailleurs. Nous avons tous le poids de nos héritages à porter mais … Nous pouvons sans doute nous forger une autre voie, sans oublier, juste en … faisant la part des choses.

Mais à vrai dire … Je pensais plutôt au fait de savoir si vous pensiez que vous arriveriez à trouver quelque agrément chez votre promis et dans votre future famille, ou dans votre future tâche de Lady Nerbosc à Corneilla, puis de Vivesaigues. Je n’avais pas pensé … Je suis désolée si j’ai été indélicate, ce n’était nullement mon intention que de vous mettre mal à l’aise ou de remuer des souvenirs douloureux. »


En tout cas, elle était heureuse que Sansa désire conserver un certain contact avec elle, après son mariage. Après tout, toutes deux n’étaient pas des amies d’enfance auparavant, au sens strict du terme, et leur histoire commune ne pouvait être que temporaire, quelques lunes de cohabitation avant que chacune ne s’installe dans sa place respective. C’était sans doute futile mais … Cela la touchait. Elle se sentait … accueillie, en quelque sorte, par une Stark, et le poids de ce nouveau nom s’en trouvait légèrement atténuée, tout en s’alourdissant légèrement en songeant que cette belle-sœur si douce partirait bientôt, et qu’elle ignorait si le reste de sa belle-famille serait aussi accommodante. Il n’y avait pas de raison que ce ne soit pas le cas mais … On ne pouvait pas savoir. Et elle n’avait pas pour elle l’existence de sentiments sincères qui pouvaient peut-être attendrir une belle-mère ou des frères et sœurs. Or, elle savait d’expérience les attentes posées sur les nouveaux arrivées au sein d’une maison unie et nombreuse. Chez les Omble, ce n’était pas facile pour les épouses de s’intégrer dans cette marée grouillante de géants. Et en même temps, cela montrait le sens cardinal donné à la famille, peut-être la clé pour surmonter tout cela ?

« Bien sûr, Sansa. »

C’était étrange, d’utiliser le prénom de la jeune Stark, sans les formalités d’usage, mais après l’entente de son propre patronyme, cela lui avait semblé … naturel. Comme s’il s’agissait d’une promesse du cœur qui ne connaissait pas d’autre langage que celui, justement, du cœur et donc de la proximité.

« Si j’ai des enfants, j’aimerais qu’ils connaissent leurs cousins et évidemment … leur tante. J’ai grandi avec beaucoup de cousins et … C’est important, la famille, les liens entre les êtres qui partagent une histoire commune. »

Doucement, elle ajouta :

« Mais en toute honnêteté, cela me paraît surtout important parce que vous n’y êtes pas obligée, surtout que nous n’allons pas nous côtoyer longuement avant vos épousailles, et que votre prévenance m’est … agréable. Pour ne pas dire plus.

Si vous avez besoin de moi, dans le Conflans … Ecrivez-moi, je répondrai toujours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
avatar
Dame
Valar Dohaeris


Ft : Sophie Turner
Multi-Compte : Alyssa Vanbois
Messages : 892
Date d'inscription : 01/09/2017

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   Mer 31 Oct - 19:21


chapitre 4

 

J'écoute les paroles de ma future belle-soeur vis à vis de ce breuvage. Je lui souris. Il est vrai que je n'ai jamais été tenté par ce breuvage. Je la regarde puis je prends une profonde inspiration.

Sansa – Oui, vous avez certainement raison Lady Kylis. Dis-je avec un sourire.

Par la suite, nous parlons du présent pour mon promis. La jeune Omble me parle d'un ouvrage qui pourrait plaire à Hoster. Ce dernier se trouve à Winterfell. Je demande alors à la jeune femme si cela ne lui dérange guère que mon promis puisse le lire. En effet, la jeune demoiselle avait évoqué tantôt qu'elle aurait aimé le lire et je ne souhaite point l'empêcher de lire cet ouvrage. La demoiselle me réponds, pendant qu'elle me parle, je l'écoute avec attention. Elle a raison sur deux points, le premier concerne le symbole entre la paix entre les deux familles et que je sois demander l'autorisation à mon frère aîné concernant cet ouvrage.

Sansa – Vous avez raison sur ces points, je demanderais à mon frère s'il est possible que mon futur époux puisse avoir cet ouvrage de grande valeur. Mais, si ce n'est point le cas, nous pourrions réfléchir à un autre présent pour mon promis. Je sais que mon frère me refuserait rien et qu'il souhaite mon bonheur mais peut-être que cet ouvrage a de la valeur pour les Stark … Je ne sais pas. Je me mordille les lèvres.

Je savoure les mets déposés sur des assiettes. Je fais part à la jeune femme de deux propositions. L'une d'elle concerne le fait d'aller en ville et l'autre de manger quelque chose le soir-même. En revanche, je ne peux point concevoir de sortir sans la présence des gardes ou de ma septa en compagnie de celle qui deviendra la femme de mon frère. Et si quelqu'un nous ferait du mal ?Et si Kylis est blessée par ma faute ? Je ne pourrais pas me le pardonner. Je fais part de mes ressentis à la future dame de Winterfell. Elle doit être protégée … La demoiselle me réponds, nous sortirons alors  quelques gardes.

Sansa – Trois gardes seront suffisants, de même, ma septa et Lady seront présents. Lady nous protégera s'il nous arrive malheur. Je regarde ma louve et je souris. Lady protégera les Stark. Et, vous protégera.

Ensuite, Kylis me questionne sur mon futur mariage avec Hoster, en particulier sur les Nerbosc. Je réponds alors à la jeune femme, je lui avoue que la famille suzeraine m'a bien accueillie lors des noces de Bryden Nerbosc et de la princesse Daenerys Targaryen. J'exprime également mes sentiments à l'encontre de mon promis. En effet, Hoster est doux, je serais heureuse avec lui. La belle Kylis reprend la parole. Je l'écoute, je me retiens de poser ma main sur la sienne pour la rassurer que ces propos ne m'ont pas blessés mais je n'ose pas le faire.

Sansa -  Ce n'est point aisé d'oublier le passé, des personnes qui nous ont fait du mal. Mais, vous avez raison, la jeune génération n'est pas coupable des actes de leurs parents. Nous ne devons point nous accabler des fardeaux sanglants de notre famille et de faire table rase du passé mais ce n'est point aisé d'oublier tout … Je mordille mes lèvres et je bois une gorgée du thé. Je réfléchis avant de continuer sur ma lancée. Pour que l'avenir soit radieux, il est de notre devoir à nous la jeune génération d'oublier ces moments malheurs, de faire en sorte que le monde se porte mieux et d'apaiser nos cœurs meurtris par tant de malheurs dans notre bas de monde. Je prie les Anciens et comme les Nouveaux Dieux que nous ne connaîtrons point les tragédies qu'ont connue nos parents. Une guerre ne doit pas éclater … Je ne pourrais point supporter que mes frères partent à la guerre et si les Dieux m'accordent des fils, je ne veux pas qu'ils périssent sur un champ de bataille … Par la glaive. Mais, comme nous, les hommes sont soumis à des devoirs. Des devoirs pesants, mais si une guerre éclate, ils devront se battre. Et nous, les femmes, nous prierons pour qu'ils rentrent sains et saufs. Je souris. Je m'éloigne du sujet, je suis désolée … Mais pour tout cela pour dire que le passé est le passé et que les querelles d'intestines d'hier ne doivent pas empoisonner le futur. Je souris. Puis, je repose ma tasse. Nous devons penser aux jours heureux et non aux jours malheurs.

Peu de temps après, je demande alors à la fiancée de mon frère s'il est possible que quand je serais unie à Hoster que nous écrivons. En effet, je souhaite garder un lien avec celle qui partagera la vie de mon frère. La mère des fils et des filles de Robb. Je souris quand elle accepte. Mon sourire s’agrandit quand elle évoque qu'elle souhaite que nos familles puissent se connaître. Je pose ma main finalement sur la sienne et je la serre. Quelques larmes perlent sur mes joues, je suis une émotive et personne ne pourra changer ce fait.

Sansa – Je serais heureuse que nos enfants puissent se connaître les uns et les autres. Comme vous, je pense que la famille est importante. Elle est sacrée … Et même s'il y a quelques querelles dans les familles à propos de plusieurs choses, il ne faut pas oublier que la famille est importante. Si nous avons des problèmes, nous pouvons demander de l'aide à ceux qui partagent notre chair et notre sang. Je sais que je ne suis pas la meilleure des sœurs et que je peux paraître froide avec mes frères et ma sœur mais bon sang, je les aime. Ils sont ma chaire et mon sang et s'ils mourraient, j'en serais triste. Je ne pourrais pas supporter l'idée de les perdre … Ils me sont si chers dans mon cœur … Je la regarde. Je pense que quand on perd quelqu'un, on essaye de se rapprocher des êtres qui partagent notre sang et je dois avouer que depuis que Père n'est plus là … J'ai besoin de savoir que ma fratrie et Mère vont bien … Je ne pourrais pas supporter qu'ils périssent … Je veux profiter de chaque moment avec eux … Car quand ils seront morts, j'aurais des regrets. Je soupire. Je serre un peu plus la main de Kylis. Chère Kylis, même si nous ne partageons pas le même sang, je serais peignée s'il vous arrive quelque chose. Je me mordille les lèvres. Je sais que nous ne pourrons pas nous côtoyer longtemps avant mes noces, mais, nous ferons tout pour mieux apprendre à nous connaître et à tisser un lien ? J'aimerais que ce lien amical, il est bon qu'une famille soit soudée et non déchirée. Qu'en pensez-vous ?

Je regarde la fiancée de mon frère. J'aimerais qu'elle se sente bien chez nous à Winterfell, qu'elle trouve que ce dernier soit chaleureux et non austère.

Sansa – De même, sachez que je ferais tout pour que vous soyez à l'aise à Winterfell. Il est vrai que le château est austère, je le pensais autrefois mais son foyer est chaleureux, le feu qui brûle l'âtre de la cheminée est aussi intense que le feu qui illumine les coeurs des Stark, enfin, si on peut dire cela, dis-je avec un léger rire. Je souris. Puis-je vous poser des questions concernant votre futur mariage avec mon frère ? Est-ce qu'il y a des questions auxquels je peux vous répondre ? J'enlève ma main de la sienne. Je souhaite du bonheur pour vous ainsi que mon frère. Que les dieux vous accordent tout le bonheur qu'il puisse exister et qu'on vous épargne des tragédies. Je souris. Je sais que vous réussirez dans le rôle de dame de Winterfell et si jamais, vous avez des doutes, demandez conseils à Mère ou écrivez-moi Kylis. Je souris. Je la regarde. Est-ce que cela vous gênerais si on remet nos travaux de couture à demain ou à plus tard ? Nous pourrions sortir prendre l'air ? Je la regarde.

Il est vrai que nous pourrions coudre mais je pense qu'avec les propos que nous avons échangés, je n'arriverais pas à me concentrer … Et faire un travail de mes mains où je ne suis pas concentrée, ce n'est pas bon.

Sansa – Voulez-vous que nous parlons de nos noces et des enfants ? Demande-je en ancrant mon regard dans le sien. Enfin, je sais que nous avons le temps mais peut-être que cela fera du bien à nos cœurs d'échanger nos futures peurs. Je souris. Si nous devons aller dehors et échanger des propos concernant tout ceci, nous pourrons trouver un endroit propice à la conversation mais nous pouvons rester ici. Dis-je en lui souriant. Comme vous voulez Kylis. Mais, ce que j'aimerais, c'est que nous continuons de parler. Je dois avouer que je me sens pas très concentrée pour continuer l'ouvrage pour Hoster.


sansasome king of sisterhood along the road
(c) ANAPHORE



❥ Sansa Stark
(c) ystananas

awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Some kind of sisterhood along the road (PV Sansa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mellindra Road, à votre service !
» Monday Night Raw # 32 - ROAD TO WRESTLEMANIA
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?
» Hit the road Jack (04/05 à 15h35)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Orage-
Sauter vers: