RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La prochaine soirée CB aura lieu dimanche 8 septembre en fin de journée
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici Marianne • It's a new day, it's a new start 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.

L'hébergeur des images du forum rencontre quelques soucis, il est possible que des images aient sautés !
Cela reviendra dans les prochains jours/heures !

Partagez
 

 Marianne • It's a new day, it's a new start

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4164
Date d'inscription : 13/05/2015

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyMer 18 Juil - 20:11

Marianne Harlton Nerbosc

   
L'espoir n'est pas de croire que tout ira bien mais de croire que les choses auront un sens.

   


   

   
feat. sphie rundle

Prénom Nom : : Marianne Harlton Date et lieu de naissance : Lune 10 année 276 à Castel-Bois. Statut de sang : Noble. Statut social : Lady et seigneur du domaine de Castel-Bois Situation maritale : Epouse du chevalier et second fils de Tytos Nerbosc, Ser Lucas Nerbosc Allégeance : Son époux avant toute chose, ses suzerains, la famille Nerbosc, enfin le roi Rhaegar Targaryen. Particularité : Possède Vérité, une lame en acier Valyrien.

   
caractère

loyale ⊹ téméraire ⊹ intègre ⊹ rancunière ⊹ équitable ⊹ trop juste ⊹ maternelle ⊹ fouineuse ⊹ stratégique ⊹ méfiante

   

   
   
Votre personnage a-t-il confiance en la politique du Roi Rhaegar ?

   Marianne a toujours cru en la paix et en la volonté du roi pour que cette dernière puisse s’entreprendre et s’approfondir. Même si, certains de ses actes, la dépassent complètement, il n’en reste pas moins qu’elle reste fidèle à celui duquel ils doivent tous des années de prospérité. Peut-être même oserait-elle voir dans l’acceptation de cette indépendance pour les îles, une nouvelle stratégie pour redonner un semblant de paix à Westeros. Mais sa rancœur demeure, pour le mal que cela lui a infligé. Pis encore, pour le mal que cela a infligé à son époux.  De fait Marianne ne sait si elle peut accorder sa confiance dans une politique dont le but est de prétendre à des maux pour le bien des autres. Certes, les sacrifices sont des nécessités, mais quelque chose lui fait émettre des doutes sur le futur.  Le roi se perd dans ses jugements à cause de ce qu’il vit au sein même de sa famille et cela lui fait commettre des erreurs. Tous sont humains, tous peuvent se tromper, mais des vies sont en jeu. Le doute la saisit encore alors qu’elle songe à ces pauvres âmes en quête de devenir. Comment assurer un avenir pour les générations futures alors qu’il est difficile de connaître notre propre sort ? Sa fidélité n’en sera pas touchée pour autant. Car ces questionnements ne sont que le reflet d’un jugement prompt à la suite d’épreuves qui ne furent que se juxtaposer les unes après les autres. Aussi, attend-t-elle de voir ce qu’il en retournera de tout cela, préférant de loin s’occuper de ceux qui comptent le plus pour elle et de ce peuple qui forme, à ses yeux, un espoir à part entière.

   
Quel a été l'impact du retour de la magie sur votre personnage ?

   Nombre sont ceux qui parlent de la magie en ces temps quelque peu ébranlés. Cette dernière semble conférer de bonnes choses pour certains, de mauvaises pour d’autres. Il est difficile de croire en cette dernière tant que les yeux ne se posent pas directement sur celle-ci. Et Marianne eut l’occasion de la croiser. La crainte se saisit d’elle  dès les premiers instants, tant elle ne savait pas comment réagir face à cet imprévisible. D’ailleurs, elle ne le sait toujours pas. Elle tente de la répudier, de ne pas la voir pour ainsi pouvoir se concentrer sur ce qui lui importe le plus : le présent. Les Sept restent ses dieux, et elle accorde un respect profond à la religion de Lucas. Mais cette nouvelle religion qui s’élève, lui paraît aussi néfaste que la couleur qu’elle a choisit de revêtir. Ce rouge ne lui plait guère et lui renvoie à cette image de sang qui n’a que trop versé pour elle. Heureusement, leur position géographique les éloigne, pour l’instant, de ces cultes barbares. Et elle ose croire que jamais ils n’arriveront à franchir ses murs. En sommes, Marianne pense que la magie existe vraiment et qu’elle est capable du meilleur comme du pire.

   
Derrière l'écran

   
Sandrine/Foxpaw 31 ans Aussi souvent que possible J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage (on est obligé ? Marianne • It's a new day, it's a new start 3663664295)


   
Bonjour tout le monde, alors moi c'est Sandrine et je suis un peu la mamie du forum. Je suis là depuis un bon petit moment et j'adore mes fifilles donc je pense que vous me verrez un bon petit moment encore. Sinon je travaille, ce qui fait que mes réponses peuvent être un peu longues à venir, mais vu que j'aime les loooongues réponses ça n'aide pas non plus Marianne • It's a new day, it's a new start 508272068. Bref en tout cas ça me fait plaisir de pouvoir continuer d'être avec vous et j'espère que ça durera encore longtemps.

   
DRACARYS, avatar par aslaug, icone par CRÉDIT?



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4164
Date d'inscription : 13/05/2015

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyMer 18 Juil - 20:11

Histoire

   
Le droit à une seconde chance

   


   

   
Quand le mauvais sort pense sceller un destin.


« Il était une fois ». Toutes les histoires débutent ainsi. Toutes prévalent un suspense dans lequel le passé semble être si hors du commun, qu'il permet de rendre unique la personne qu'il va présenter. L'unicité prévaut sur l'humanité. Toute éducation quelle qu'elle soit ne cesse de développer l'idée que chacune des vies n'en vaut pas une autre. C'est donc de cette manière mais surtout avec cet aspect d'unicité que la petite Marianne ne fait pas défaut à cette tradition ancestrale. Ainsi, ce fut dans le royaume reculé du Conflans et plus particulièrement à Castel-Bois, que cette petite fille aux yeux émeraudes vit le jour. Sa mère mourut en couche, comme nombre de femmes à cette époque et dans notre époque encore actuelle. La raison en était simple : les vivres n'avaient pas été suffisants pour assurer sa force après un tel travail. Les anciens ne cessaient de le répéter, ce fameux slogan, dont les ennemis du nord tressaillent à la moindre évocation « L'hiver vient ». L'hiver était venu chez les Harlton, même si le printemps avait pointé le bout de son nez et essayait de déployer toutes ses forces pour vaincre le chagrin. Il n'en restait pas moins que le Lord, père de la petite Marianne s'en était senti mitigé. Comment assurer la survie d'un petit être si frêle, si fragile, si souriant, alors que sa mère n'était plu ? Bien heureusement, il parvint à trouver une nourrice, capable de lui donner son sein et par la même occasion de lui apporter la douce chaleur que seule une mère peut offrir à son enfant. Et c'est avec un regard bienveillant que ce lord de la maison Harlton assistait aux divers spectacles que lui offraient les joies de la paternité. Il avait ainsi pu assister à ses premiers pas. Ses pas qu'il graverait à tout jamais dans sa mémoire tant ils lui rappelaient un temps auquel il se sentait serein. Malheureusement, il n'eut guère l'occasion d'assister à d'autres joies de sa maison. En effet, il fut bien vite appelé aux côtés des rangs du roi Targaryen pour défendre les terres du sud et le royaume de Westeros contre une invasion rebelle. Les récits ne rapportèrent jamais à Marianne ce que son feu père avait pu réaliser aux cours de ces dernières. Son oncle s'avisait toujours d'arrêter la conversation dès que son frère pouvait être évoqué. Mais ce dont la jeune fille se souvient, ou du moins ce que ses rêves ne cessent de lui rappeler, sont ce fameux jour. Elle n'avait que trois ans ou peut être quatre ou cinq, elle n'était pas certaine de son âge. Tenue dans les bras de sa nourrice, la petite fille ne comprenait pas pourquoi tant de personnes autour d'elle pleuraient. Mais elle les avait suivi, car un enfant, aussi innocent soit-il ne peut que copier les scènes qu'il admire. Les sons étaient lourds, du moins dans son souvenir, dont les bribes s'évaporaient petit à petit. Elle n'entend encore que ces pas. Des pas lourds, froids, pesants. Des pas dont la conviction évoquaient même ce chagrin à venir. Cet homme masqué avait hanté ses nuits. Il représentait le monstre qu'elle craignait le plus et qui l'empêchait de dormir encore certaines nuit. Elle avait eu l'impression que du feu jaillissait de ses yeux, qu'il était l'ombre d'un dragon à moins qu'il n'en soit réellement un. Et puis, le silence s'était répandu. Tel le poison se répand doucement dans les veines de sa victime. Le souffle de Marianne arrivait même à lui manquer lorsqu'elle vivait ce souvenir. Et puis, il était arrivé. Fier de sa maison, animé d'une lueur si vive dans le fond de ses yeux, que la petite fille avait eu envie de courir pour le rejoindre et lui sauter dans les bras. Mais sa nourrice la maintenait si fort que ses efforts en furent vains. Marianne se mit à crier, à appeler son père pour qu'il vienne la sauver. Son regard croisa le sien quelques secondes. Un regard qui sur le moment n'exprimait que de la tristesse, mais qui avec le recul et peut être même la fable qu'elle s'en faisait, lui montrait qu'il se trouvait serein de cette situation. Sa lignée allait perdurer grâce à elle. Malheureusement son oncle coupa derechef ce lien qui les unissait et se saisit d'elle avec fermeté, tout en lui répétant de manière brutale « Ferme tes yeux ! » Lord Arwood Harlton essayait en vain de lui maintenir la tête droite, de la cacher d'une telle douleur. Mais la curiosité de la petite fille et surtout son impétuosité, lui dictèrent d'aller à l'encontre de cet ordre. Avec le recul, Marianne se rend compte qu'elle aurait du l'écouter. Car jamais, elle n'aurait du voir cette horreur. La tête de son père roulait sur la potence, son corps tremblait encore sur le sol et le sang. Ce sang s'écoulait à flot, comme si la marée rouge allait l'emporter avec elle et la noyait de l'intérieur. Voici ce dont, la jeune fille rêvait dans ses nuits les plus terribles. Voici ce dont, ses souvenirs ne cessaient de lui affliger dès que la menace pesait sur sa maison et sur ses terres. Peut être n'était-ce pas là la véritable histoire. Mais comment en vouloir à une petite fille ? Le résultat était le même pourtant, depuis ce jour, Marianne de la maison Harlton s'était retrouvée orpheline.

L'enfance est une épreuve à part entière

Les souvenirs lui manquent quant aux diverses aventures qui suivirent l'exécution de son père. Son esprit était trop tourmenté pour lui permettre un tel effort et sa jeunesse ne lui aidant pas à cette tâche, il lui semblait avoir perdu près de huit années avant de pouvoir se souvenir de quelques bribes de son passé. Néanmoins, au lendemain de cette disgrâce, elle fut prise sous l'aile de son oncle. Lord Arwood Harlton. Un homme à la prestance imposante, dont les cheveux avaient disparu de toute parcelle de sa tête, mais qui pourtant s'était révélé aussi aimant et doux qu'un véritable père. La nourrice de la petite Marianne lui conta ses grandes péripéties, vantant ses qualités à la moindre occasion et étant un signe très distinct de cette petite attirance qu'elle devait très probablement ressentir pour son maître. Jamais délaissée, Marianne apprit à adoucir la rudesse de ce lord, si bien qu'au fil des années, elle eut l'impression qu'il était son véritable père. D'ailleurs, son cœur se plaît à le croire, même si il n'en dispose pas de la dénomination, il n'en reste pas moins qu'il est son protecteur. Tous deux furent rejoints par son autre oncle, Lord Tybolt Serret, venu sur le domaine pour fuir les siens et apporter par la même occasion un peu de paix à la famille Harlton. Ils lui firent inculquer les manières d'une dame, ainsi, la jeune fille n'eut pas la chance d'échapper aux maniements des fils et autres aiguilles qui se devaient d'être l'art tout entier qu'une future épouse et surtout mère se devait d'acquérir. Mais bien heureusement, son oncle Tybolt, accompagné de ce cher Ser Roadney arrivaient parfois à la sortir de cet enseignement, prétextant que la jeune lady était demandée ailleurs. En réalité, ils veillaient à lui confier un autre apprentissage, celui de sa défense corporelle. Lorsqu'elle était en période d'enseignements, nombre de fois, Marianne laissait son regard s'envoler vers la fenêtre, admirant par ce bais les terres qui s'étendaient au delà de cette dernière. Et maintes fois elle recevait un coup de bâton de la part de celle qui lui apprenait tout cela, afin de la ramener à sa besogne. Il avait fallut de la force, il avait fallut trouver cette volonté pour avancer et pour gagner cette témérité qu'elle avait hérité de son père.  A jamais, elle avait gravé dans son esprit le blason de sa famille « Plutôt rompre que ployer. » Le regard dur, les poings serrés, Marianne regardait par delà l'horizon afin de reconnaître peut être les traits du fantôme de son père. Derrière elle se tenaientt deux personnes : un banneret voisin accompagné de l'un de ses chevaliers, Roadney. Ces deux personnes venaient prévenir d'une invasion dans des terres à quelques miles de là. Une lady ne devait pas traiter de ces affaires là. Voici ce que son oncle ne cessait de lui reprocher. Trop curieuse, parfois un peu trop téméraire, la maturité de Marianne n'était pas suffisamment acquise pour qu'elle puisse se permettre d'assurer quelques plans contre l'ennemi. Le dos tourné à cette scène, la jeune fille se contentait de serrer les dents un peu plus, alors que sa langue lui démangeait de dire une chose. Mais alors que ses yeux se firent plus noirs, son regard fut attiré par une agitation pas si lointaine qu'elle n'aurait pu le croire. Sans dire mot, la jeune fille du haut de ses quatorze ans prit congé des hôtes de la pièce et s'en alla jusque dans l'écurie afin de chevaucher vers cette agitation. Quelques foulées de galop plus tard, c'est face à l'un des servants de sa maison que Marianne mit pied à terre tout en quémandant la raison qu'un tel tracas. Le malheureux lui expliqua alors qu'une personne mal intentionnée s'était auto proclamée chef de ce lieu et avait pris le grain de chaque maisonnée pour ainsi en tirer profit. Maudits soient ces pilleurs songea t-elle alors qu'elle lui demandait le chemin le plus court pour rendre visite à cet imprudent. Mais alors que sa main effleurait tout juste la maisonnée en question, elle fut arrêtée par un jeune homme qui ne devait certainement pas être beaucoup plus vieux qu'elle et qui lui jura protection au cas où les choses tournent mal. Le caractère stratège de Lady Harlton trouva cela juste. Et c'est ainsi qu'elle pénétra les lieux d'une démarche certaine et fière et qu'elle demanda audience avec le furibond. Ce dernier n'osa prétendre à une quelconque manière dès lors qu'il la vit, prétextant le fait qu'il était bien plus riche qu'elle à présent. Autant le dire : dès lors que les hommes possèdent de quoi marchander, ces derniers pensent être au dessus de tout et la nourriture est un excellent moyen de pression. La jeune fille se contenta simplement de faire un signe de tête à son chevalier improvisé, qui s'avança vers ce traître et l'obligea à ployer le genoux. « Le blé et l'orge sont nos armes face à une menace qui rôde. Nous ne saurions les perdre et ainsi risquer d'amoindrir nos effectifs déjà bien limités. » Le malheureux ne dit mot, se contentant de lever les yeux vers cette impudente trop jeune pour qu'il ne puisse jurer allégeance. « Ainsi votre ambition, puisse t-elle être stratégique, aurait pu nous causer notre perte. En êtes-vous conscient monsieur? » D'un pas sûr, la jeune fille se rapprocha et d'un revers de main droite gifla de toutes ses forces la joues de ce traître. Sa main lui en fit terriblement mal, dévoilant ainsi une grimace de dégoût face à ce ravisseur. Ce dernier ne tarda pas à cracher à ses pieds, signe de son irrespect avant de relever son regard pour ainsi affronter celui de la jeune damoiselle. « Je ne dois rien à une pauvre bâtarde dans ton genre. Que les enfers s'abattent sur toi et ta famille ! » Tremblant de rage, Marianne se mit à fixer cet homme pendant plusieurs longues secondes. Son autorité venait d'être publiquement menacée et sa colère était telle, qu'elle aurait très bien pu planter la lame de celui qui le tenait dans la gorge de ce pauvre fou. « Amenez le dehors ! » ordonna t-elle avec ce ton sombre, bien connu  pour être dans la rudesse des Harlton. Ni une ni deux, la victime s'en fut emmenée par delà les murs de cette maisonnée jusqu'à l'intersection des rues du village. « Vous m'avez juré fidélité, faites votre devoir. » rajouta t-elle à l'adresse du jeune homme, le dos encore tourné à cette porte d'entrée. Ses poings se serrèrent à nouveau et c'est la tête haute qu'elle franchit le seuil de la maison pour rejoindre l'agitation qui était en train de se profiler au centre du village. « Cet homme a laissé son ambition dépasser sa raison. Aussi a t-il eu l'audace de nous voler pour en tirer profit. Nous ne saurions accepter une telle trahison. » Son regard se déployait par delà les yeux qui l'admiraient. Elle avait l'impression d'être enfin celle qu'elle devait être : la vaillante héritière de Castel-Bois. « Que ceci serve d'exemple à quiconque oserait dénier toute autorité des Harlton. » Au même moment que cette sentence tombait, la jeune fille fit un signe de tête à son vassal, qui abattit son épée au niveau de la nuque du mécréant. Le regard froid et dur, Marianne ne cligna pas une seule fois des yeux, désirant se rappeler de chaque instant, de chaque goutte de sang, mais surtout de chacun des regards qu'elle pouvait sentir se poser sur elle. Le malheureux gisait sans vie et sans tête sur le sol, alors que le servant de toute à l'heure revenait vers elle pour lui faire part de ses remerciements. « Apprêtez-vous dans les jours à venir, le temps des plantations est à nos portes. Je viendrai vous aider à cette besogne mon ami. » Le sourire de Marianne accompagnait ses paroles doucereuses, alors qu'il s'inclinait devant elle face à une telle bonté. Quelle bonté pouvait-il y avoir à vouloir la survie de son peuple ? Sans peuple, il ne pouvait y avoir de royaume, son oncle n'avait cessé de lui répéter depuis de nombreuses années. Et ce n'était pas enfermée entre quatre murs dans un château qu'elle pourrait agir pour cette valeur. De la même manière et pour remercier ce damoiseau, Torvald, de ses gestes et de sa loyauté, la jeune fille le convia à lui suivre afin qu'il puisse devenir écuyer d'un des chevaliers de la garde Harlton, avant d'être envoyé auprès des Nerboscs pour parfaire son apprentissage chevaleresque. Mais aussi, dans le but de pouvoir faire entièrement confiance en une personne.  Aussi prit-elle conscience en ce jour des responsabilités qui lui incombaient et ce fut à partir de là que Lady Marianne ne fut non plus l'orpheline, mais un seigneur aimant et enclin à soutenir son peuple.

Le deuil est une faim insatiable.

Des années passèrent depuis cette histoire. Un temps durant lequel, Lord Arwood vieillissant, commençait à prendre conscience de la bonté d'âme de sa nièce et lui laissait la responsabilité de son peuple. Cela représentait très certainement son passage de flambeau, sa confiance quant à la pérennité de sa maison. Mais bien plus encore, il laissait à Marianne l'opportunité de faire ses propres choix. Tantôt douce tantôt sauvage, les personnes qui connaissaient son père ne tarissaient jamais quant aux éventuels traits de caractère qu'ils pouvaient retrouver chez elle. Si bien, qu'elle les accueillaient toujours à bras ouverts et y trouvait là l'occasion de pouvoir consolider les alliances qui pourraient protéger son peuple. Après le passage du village, son oncle lui offrit une dague, finement sculptée. Jamais elle ne put savoir comment il avait un tel bijoux en sa possession, néanmoins, il n'en restait pas moins qu'il lui avait appris à ne pas s'en servir. « Sers t-en uniquement pour fuir, ta survie est bien plus importante. » Elle se souvient encore du poids qu'elle avait ressenti, aussi bien par le biais de cette arme que par les mots qu'il avait employé. Elle lui avait d'ailleurs promis de l'écouter, une promesse qu'elle espère encore tenir aujourd'hui. Que se passerait-il si elle devait occire elle-même un ennemi ? Est-ce qu'une lady en était capable ? Au vue de sa justice, elle était certaine qu'elle ne faillirait pas à cette tâche si l'occasion s'y présentait, néanmoins elle préférait de loin ne pas l'envisager. Et puis fidèle aux Targaryens, la famille Harlton ne risquait rien pour l'instant. D'autant plus qu'elle se devait d'aller jurer allégeance à ceux qui les avaient sauvé de cette vile domination des Tully. A ce jour, Lady Marianne connaît la quiétude pour son peuple et pour son petit royaume. Même si la menace est présente et que chaque jour pèse un peu plus dans cette balance sans fin, il n'en reste pas moins qu'elle a l'impression de vivre quelques instants de paix. Son oncle encore en vie, lui est d'une grande aide, d'ailleurs il lui offrit un autre cadeau : un faucon qui serait à même de la protéger d'une certaine manière. Il lui avait vanté cette offrande sous cet angle, mais la jeune fille savait qu'il avait simplement désiré lui faire plaisir. Il la savait envieuse quant à une liberté et se doutait pertinemment qu'elle pourrait la vivre par le biais de cet animal. On lui appris l'art de la fauconnerie et même si elle en reste encore une apprentie, Marianne se plaît à appeler son oiseau et à s'amuser avec lui. Peut être un jour lui sera t-il d'un grand secours ? Elle n'en doutait pas. Mais en attendant ce jour, Marianne se devait d'endosser le rôle de seigneur de Castel-Bois du Conflans. Et dans les jeux de pouvoir, mieux vaut réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une quelconque voie.

Et enfin arrive l'espoir d'une vie meilleure

Les vents paraissaient tourner pour cette petite famille. Désireux de se dévoiler enfin plus cléments, surtout pour l’orpheline. La liberté s’offrait à elle et décrivait des traits qu’elle appréciait admirer : ceux d’une éclaircie dans la pénombre. Représentante légale des Harltons, Marianne pu enfin découvrir la famille pour laquelle toute son existence était régie. Des amitiés se créèrent alors que des informations lui permirent d’associer la bonté à la surprise. L’impatience la guettait quand à sa volonté de croiser à nouveau ce visage qu’elle n’avait pu oublier. Et lorsque la bonne fortune se mêla à cette histoire, la méfiance lui donna l’impression de s’évanouir en même temps que la rancune disparaissait. La crainte, quant à elle, demeurait intacte, tant l’éphémère lui donnait l’impression qu’elle allait sortir de ce rêve. Pourtant le réveil n’en vint jamais et les instants passés se révélèrent soucieux d’apporter une accalmie dans son cœur à jamais meurtri. Les affaires sur le domaine résidaient intactes, la jeune lady apprenait encore de son rang et veillait à partager cet espoir avec les siens. Désireuse de souder ce lien, Marianne s’investit du mieux qu’elle le pouvait aux travers les tâches qui lui incombaient. Malheureusement le voile qui la guettait recouvrit une première fois ce havre de paix. Loyale envers ses suzerains, sa famille ne manqua pas l’appel à l’aide qu’ils recevaient.  Des retrouvailles rassuraient le cœur de la jeune fille dans le même temps que l’amour laissait exploser au grand jour des retenues pendant longtemps gardées. L’existence de l’orpheline venait tout juste de trouver la demeure qu’elle attendait depuis toujours et cette dernière l’accueillait sous les traits de Torvald Smithwood. L’écuyer d’antan était devenu le brave chevalier de ses espoirs, adoubé par le suzerain de leur région et fieffé en conséquence, tant et si bien qu’à son retour, la jeune fille veilla à lui offrir son cœur pour toujours. Le désespoir n’avait plus à étancher sa soif en son sein, tout comme le courage devait puiser sa force en son être. A jamais son cœur appartenait à cet homme et à jamais son existence ne serait plus à placer sous le signe de la malédiction. Et ce même si la maladie aurait pu avoir raison de sa survie. La bataille de la jeune fille continuerait encore et encore et ce malgré les médisances des êtres jalousés. Les lunes étaient leurs berceaux et les accueillait ensemble pour se dévoiler aux yeux de tous comme une unité infaillible.


Et pourtant le désespoir perdura...

Mais si la naïveté lui avait permis d’avoir effleurer le bonheur pour quelques lunes, le désarroi ne tarda pas à s’éprendre d’elle bien trop rapidement à son goût. En effet, n’avait-elle pu profiter des joies du mariage que pour une très courte durée que déjà l’Etranger foudroyait ses espoirs les plus enfouis. Torvald succomba de ses blessures au retour du mariage de sa cousine. Ouvrant les yeux sur le véritable furoncle de sa région, à savoir le brigandisme, la jeune fille eut l’impression de voir s’écrouler toutes ses croyances par le trépas de celui qu’elle aimait. Aussi s’isola t-elle du reste, trouvant refuge dans l’obscurité et pensant s’y adapter pour le restant de son existence. Heureusement, les soutiens de ses proches ne tardèrent pas à lui prouver que son absence avait des répercussions sur le reste. Contre toute attente, sa cousine, Azilys Serrett, entreprit le voyage jusqu’à elle. Un geste qui la toucha en plein cœur et qui lui permit, malgré la difficulté du chagrin, de s’apercevoir que sa famille restait derrière elle. Toutes les deux apprirent à se connaître et purent ainsi profiter un peu de ce temps que leurs propres mères ne purent connaître. Brynden Nerbosc, son ami, ne tarda pas à se joindre dans cette mission également. Mais ce fut surtout la bienveillance et la prévenance du frère de l’héritier, Lucas Nerbosc, qui commença à établir de nouvelles lumières dans son cœur éclaté. Son invitation n’en devint que plus réelle et elle se souviendra toujours de ce jour où il se présenta à elle pour lui demander de l’accompagner jusqu’à Harrenhal. Elle n’avait que trop pleurer, elle n’avait que trop été bercé par les ténèbres pour les laisser continuer leur emprise sur elle. Son sourire avait eu raison de ses craintes et déjà avait-elle senti un regain de vie lui revenir au moment où ses yeux croisèrent les siens. Le voyage n’en fut qu’une preuve de plus sur la bonté qui touchait la grâce de ce jeune homme qu’elle accompagnait. Les divers jours qu’ils purent partager furent pour lui rappeler à quel point la légèreté pouvait prétendre à un meilleur, à quel point la confiance s’était tout juste tarie derrière sa peine et n’attendait qu’une chose : pouvoir à nouveau se partager. Marianne réapprenait à se connaître à l’aide de Lucas et elle ne cessait déjà de lui transmettre une gratitude certaine. Le sourire lui revenait, timidement, il perçait les diverses ombres de son cœur pour rétablir un semblant de baume. Et cela était grâce à Lucas.

Jusqu'à ce que l'espoir ne renaisse de ses cendres

Leurs chemins se croisaient et se séparaient. Et à peine était-elle de retour à Castel-Bois que Marianne se faisait une joie de pouvoir rejoindre le domaine de ses suzerains à Corneilla. L’avenir n’en devenait que plus clément, dénouant les aléas de l’obscurité pour révéler un paysage plus clair dans lequel il était agréable de s’y reposer. Sa douleur persistait, mais elle s’estompait doucement. Osant lui accorder des instants de paix alors que son cœur réagissait naturellement dès qu’elle pouvait retrouver Lucas. Mais, trop aveugle pour l’écouter, la jeune fille se concentra sur les fiançailles à fêter. Le Conflans pouvait enfin connaître reconnaissance et prospérité depuis ses années de fidélité dans cette union. La paix n’en devenait que plus réelle alors qu’elle eut la chance de pouvoir échanger quelques mots avec l’une des membres de la famille dont son père avait toujours soutenu le nom. La fierté s’empara de son âme à cet instant et ne fit que grandir à mesure que la joie touchait le cœur de Brynden. Ainsi, Marianne faisait confiance à son meilleur ami, sachant que cette union finirait par rapprocher les deux fiancés au fil du temps. L’espoir était réapparu et il ne cessait de lui insuffler des élans heureux, derrière lesquels elle se plaisait à revoir Lucas. D’ailleurs, son cœur lui donnait même l’impression de chanter à nouveau grâce à lui. Et déjà, elle appréciait les moindres gestes qu’il pouvait avoir à son encontre. Sa révélation concernant ses sentiments à son encontre scella quelque chose en elle. Et lui ouvrit les yeux sur tout, mais surtout sur ses propres sentiments envers lui. Même si la culpabilité la rongeait, même si Torvald resterait pour toujours son premier véritable amour, il n’en restait pas moins que Lucas devenait celui pour lequel elle désirait respirer.

Le voyage jusqu’à Dorne n’en fut qu’un moyen supplémentaire pour en prendre pleinement conscience. Son rôle de conseillère et d’amie lui édicta de se montrer présente pour l’héritier du Conflans. D’autant plus que cela touchait la famille de celle qui partagerait la gestion pour l’avenir. Malheureusement, peu habituée à la chaleur, les tourments qu’infligeaient cette dernière ne lui purent être d’un meilleur profit. Cependant, les constantes la mirent à rude épreuve. Confrontée aux fantômes de son passé, la jeune fille n’en oublia pas moins son implication pour l’œuvre de la paix, chose qui lui permis de pouvoir connaître Robb Stark. Suzerain en devenir de terres qui n’en devenaient que plus éloignées par le froid, la veuve arriva à délaisser sa rancœur passée au profit d’une entente cordiale. Aussi garde-t-elle encore aujourd’hui d’un très bon souvenir de cette rencontre. Les épousailles terminées entre la Couronne et Dorne, voilà que les questionnements politiques lui revinrent au visage comme si ils ne s’en étaient jamais éloignés. En effet, la question de l’empoisonnement émis des doutes dans les esprits de beaucoup, dont Brynden. Mais, intègre, ou plutôt naïve, Marianne n’osa y croire dans un premier temps, tant cela lui apparaissait comme inadapté avec la politique du roi Rhaegar. Soucieuse de rassurer son ami à ce sujet, elle tentant comme elle le put de lui rappeler que leur monarque préconisait la paix avant toute chose. Puis, désireuse de retrouver sa cousine avant son accouchement, Marianne entreprit, cette fois-ci seule, un voyage jusqu’à Montargent. Roadney toujours à ses côtés, lui rappelait que les encombres du chemin étaient moindres en fonction de la destination, et il n’avait pas tort à ce sujet. Arrivant au domaine, la lady pu assister à la naissance de ceux qui embelliraient quotidiennement les journées de sa jeune cousine. Et présente à son tour pour cette dernière, elle attendit patiemment que la magie entre une mère et ses enfants s’opère pour qu’Azilys profite de sa petite fille. Les temps lui furent difficiles et une part d’elle en venait parfois à craindre pour l’avenir de cette dernière, mais rapidement tous furent rassurer du comportement de la lady de Montargent.

De retour à Castel-Bois, Marianne pu profiter des bienfaits du temps mais surtout de l’apaisement de son cœur au moment de ses retrouvailles avec Lucas. Comme ils se l’étaient promis, ils se retrouvaient et se promettaient, par le biais de fiançailles, à ne plus se séparer. Le bonheur lui réapparaissait comme une évidence, et elle ne désirait plus le perdre. L’officialisation de leurs fiançailles se fit naturellement, au reflet de cette relation qu’ils entretenaient tous les deux et qui leur correspondait. S’accompagnant quand ils le pouvaient, se soutenant autant que possible, Marianne ressentait à nouveau ce droit d’exister par le regard de Lucas. Elle le suivit pour le mariage de Liance Vance et en profita pour faire la connaissance de celle qui représentait un réel soutien pour son fiancé. Heureuse de pouvoir entrer doucement dans sa vie, la jeune fille continua sa route à ses côtés pour rejoindre ensuite Castral-Roc, non sans s’arrêter à Montargent pour prendre des nouvelles de sa cousine. Mais le malheur la frappa de plein fouet au moment du retour sur ses terres. Arwood Harlton avait succombé dans son sommeil et cela signifia une envergure nouvelle pour Marianne. Elle pleurait son oncle, mais se devait de revêtir le rôle de Seigneur de son domaine. Un rôle qu’on lui avait enseigné depuis sa plus tendre enfance, mais qui, devant le fait accompli l’effrayait énormément. Le mariage de Brynden et Daenerys lui permit de s’échapper un peu de sa tourmente pour ainsi profiter des bienfaits qui embellissaient sa région. Son cœur se gonflait d’une manière tendre devant cette vision et ne fit que s’emplir d’un amour bien plus grand au moment où Lucas déposa son manteau sur ses épaules frêles. Le renouveau était atteint, et malgré ses peurs, elle faisait entièrement confiance à son époux pour lui survivre, pour l’aimer et pour l’accompagner à chaque instant. Mais pour une fois de plus le sort la frappa en plein cœur. Un cœur, qui recouvrait ses plaies et saignait alors que les pertes des siens ne cessaient d’affaiblir le Conflans. La paix s’amenuisait, pour laisser place à cette guerre sanguinaire contre des barbares venus des Iles de Fer. Tout cela pour des désirs vils, tout cela pour des ambitions qui ne savent s’exprimer que par la violence. Marianne n’hésita pas à envoyer ses hommes sur le front pour défendre la paix, mais surtout pour soutenir ceux dont elle ne cesserait jamais de jurer fidélité. Les pertes en furent douloureuses une fois encore, mais elles étaient moindres en comparaison de la douleur qui l’avait habité au moment où on lui avait annoncé la captivité de Lucas. Le chagrin s’était emparé d’elle, la plongeant dans des volontés de lancer elle-même des recherches pour le sauver. Rattraper bien vite par le bon sens de son entourage, la jeune fille prit tout de même l’initiative d’envoyer un corbeau à celui qui se prétend être son cousin sur ses îles, Harras Harloi. Lui quémandant de ne pas infliger de mauvais traitements à Lucas, le sommant de ne pas non plus le laisser mourir de faim, Marianne espérait simplement qu’une once de bonté le toucherait à cet instant. Et peut-être cela avait-il fonctionné ?

Elle osa y croire au moment où elle pu enfin retrouver celui qui partageait sa vie. Bien entendu, les retrouvailles n'en furent que plus appréciables alors qu'elle constatait que Lucas n'avait été victime d'aucun mauvais traitement. Certes, elle n'osait imaginer les horreurs qu'il avait eu à affronter, les visions qu'il avait eu à faire face et son coeur se serrait à l'idée de telles épreuves. Aussi essaye t-elle d'agir au mieux pour lui, pour lui prouver qu'il avait le droit de se reposer sur elle, comme il lui avait permis de le faire sur lui. Sa confiance n'avait de cesse que de grandir au rythme de cet amour qu'ils partageaient et ce même si les difficultés se frayaient un chemin dans leur couple. Mais Marianne osait croire qu'ils parviendraient à affronter tout cela, qu'ils trouveraient le moyen pour se sentir à nouveau vivants l'un en compagnie de l'autre. Après tout, si elle pouvait le ressentir, Lucas avait le droit de le ressentir à son tour. Elle n'émit aucun jugement au moment où il prit la décision de participer au tournoi de Lestival. Y prêtant un simple regard inquiet devant ces épreuves à venir qu'elle voyait comme trop rapprochées depuis sa captivité, il n'en restait pas moins qu'elle se montrait présente. Et elle le resterait pour toujours, pour lui, pour croire en ce meilleur et le transmettre du mieux qu'elle le pouvait.
   

   
DRACARYS, gif par CRÉDIT?



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame
Melara Cole
Dame
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start C71w
Marianne • It's a new day, it's a new start Tumblr_msc8awvcU41r6stgeo6_250
Ft : Maddison Jaizani
Multi-Compte : Wynafryd, Asha, Lucas & Bryce
Messages : 1027
Date d'inscription : 15/01/2018

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyMer 18 Juil - 20:18

Marianne • It's a new day, it's a new start 3725701551 Marianne • It's a new day, it's a new start 2462070376
(pas le bon compte mais tu me pardonnes Marianne • It's a new day, it's a new start 3992757740 ?)



• • • Of lead and steel • • •
Once again my heart was filled with hopes and dreams, I had left all fears behind me. But you did it again, you bargained with my life and left me with no choices. Now I'm nothing more than a scared little girl, wanting her mother's skirts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4164
Date d'inscription : 13/05/2015

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyMer 18 Juil - 21:10

Bien sûr que je te pardonne Marianne • It's a new day, it's a new start 1194520710.
J'ai hâte de les retrouver tous les deux Marianne • It's a new day, it's a new start 3156054682.



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
Lucas Nerbosc
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start C71w
Marianne • It's a new day, it's a new start VlNcRS5D_o
Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd, Asha, Melara & Bryce
Messages : 1596
Date d'inscription : 11/05/2017

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyVen 20 Juil - 14:05

Attention, la lune 10 de l'an 301 est révolue, on joue actuellement en lunes 11 et 12 donc Marianne a bien 25 ans, non pas 24 Marianne • It's a new day, it's a new start 1068210770 après ça sera tout bon pour la validation Marianne • It's a new day, it's a new start 2414428499 Marianne • It's a new day, it's a new start 1156090823 Marianne • It's a new day, it's a new start 3992757740



honor over life
I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul ? I don't know where i'm going but i don't think i'm coming home. I'll check in tomorrow if i don't wake up  dead. This is the road to tuin and we're starting and the end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4164
Date d'inscription : 13/05/2015

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptyVen 20 Juil - 18:12

Ah mon Ptit Lu Marianne • It's a new day, it's a new start 1194520710, il est vraiment tout beau Marianne • It's a new day, it's a new start 2742334016 Marianne • It's a new day, it's a new start 3992757740.
C'est modifié pour l'âge du coup, pardon Marianne a comme moi le syndrome de Peter Pan Marianne • It's a new day, it's a new start 508272068.



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
Lucas Nerbosc
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start C71w
Marianne • It's a new day, it's a new start VlNcRS5D_o
Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd, Asha, Melara & Bryce
Messages : 1596
Date d'inscription : 11/05/2017

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptySam 21 Juil - 20:04

Validation

Et voilà Marianne • It's a new day, it's a new start 2414428499 Marianne • It's a new day, it's a new start 1156090823 désolée pour le petit délais



félicitations

Félicitations te voilà validé(e) ! Tu vas pouvoir bientôt commencer à RP mais avant quelques formalités administratives ! Pour que votre avatar apparaisse dans le bottin il faut le recenser ici et si vous êtes noble également pour que la famille vous soit réservée et apparaisse dans l'annexe des familles nobles prises du forum. Vous pouvez aussi créer vos scénarios par ici. Attention, lisez bien les règles. Vous pouvez aussi aller lire la base de données si ce n'est pas déjà fait. Nous vous encourageons vivement à vous créer une fiche de liens et une fiche de rp. Vous pouvez aussi aller faire connaissance dans le flood ! Si tu es perdu(e), nous avons une section parrainage ici où des parrains pourront te guider pour te retrouver dans l'univers et le forum ^^

Et la règle la plus importante : AMUSEZ VOUS !

DRACARYS



honor over life
I don't know where you're going but do you got room for one more troubled soul ? I don't know where i'm going but i don't think i'm coming home. I'll check in tomorrow if i don't wake up  dead. This is the road to tuin and we're starting and the end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Marianne • It's a new day, it's a new start B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4164
Date d'inscription : 13/05/2015

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start EmptySam 21 Juil - 20:11

Y a pas de souci, t'en fais pas Marianne • It's a new day, it's a new start 266908124.
Je suis contente que tout te plaise Marianne • It's a new day, it's a new start 3992757740 Marianne • It's a new day, it's a new start 2742334016



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Marianne • It's a new day, it's a new start Empty
MessageSujet: Re: Marianne • It's a new day, it's a new start   Marianne • It's a new day, it's a new start Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Marianne • It's a new day, it's a new start
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amitié de la délicieuse duchesse de Bouillon
» L'emploi précaire de Kouchner
» [DEFI] 30 Baisers - Faith Of Curty |11/30|
» Les imprudentes [Marianne & Roxanne]
» MARIANNE & THOMAS Ҩ « une faim de loup. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: And now my watch begins :: You win or you die :: Présentations validées :: Conflans-
Sauter vers: