RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans le Val, à Dorne et dans les IDF ! Points à la clé !

La 17e version est en place, on vous annonce bientôt une surprise

Partagez | 
 

 (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouest
avatar
Ouest
Valar Dohaeris

Ft : tamzin merchant
Messages : 112
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]   Mar 17 Avr - 21:59

Ouvrons les négociations

Liane Vance et Walda Lannister.

   

   
"Walda il te réclame."

La jeune fille hésita à relever la tête de son ouvrage. Son regard se perdit dans les fils entremêlés jusqu'à ne plus pouvoir rien distinguer. La main de Steffon se posa sur son bras. Son frère lui tenait compagnie tandis qu'elle brodait. Ou bien c'était elle qui lui tenait compagnie pendant qu'il essayait de retenir les nombreuses tactiques militaires. De temps à autres il lui lisait à voix haute des passages et elle lui montrait l'avancée de son travail.

"J'aimerais pouvoir broder moi aussi." avait admis Steffon

"Pourquoi cela ?" avait-elle questionné

"Car quand je te regarde tu as l'air si absorbée que tu ne peux plus laisser de pensées te parasiter. Je t'envie cette quiétude."

Walda avait senti ses yeux s'embuer de larmes de compassion. Si on surnommait Steffon le Doux on aurait aussi pu l'appeler le Sensible ou le Tendre Coeur. Le siège de ses émotions devait être fait dans une matière plus délicate que la normale, agissant tel un prisme qui démultipliait l'intensité du vécu.

"Je veux bien t'apprendre mais je crains que les autres n'y voit qu'un sujet de moqueries. Il faudrait trouver une activité avec le même effet mais moins, comment dire, controversée."

"Je suppose qu'on me conseillerait un quelconque entraînement militaire mais cela m'angoisse plus qu'autre chose."

La tâche de mestre conviendrait mieux à son caractère même si l'aspect médical le rebutait et l'idée d'être séparés de ses cadets encore davantage. Tôt ou tard ils seraient séparés, les filles quittaient toujours leur demeure pour perpétuer le nom d'une autre maison. Mais Walda se tut car cette vérité quoique indéniable ne ferait que contrarier davantage son frère.

"Walda, il n'aime pas attendre.""

Pour sûr il était impatient. L'âge était censé adoucir mais pas lui. Il commandait et il fallait s'exécuter sur le champ. Il, désignait lord Walder Frey, seigneur des Jumeaux, arrière grand-père de Walda. La jeune fille déposa sa broderie sur les genoux de Steffon avec un discret clin d'oeil et suivit son cousin Walder le Noir.

"As-tu une idée de ce qu'il me veut ?" demanda-t-elle.

"D'après ce que j'ai compris, il reçoit une visite. Il va sûrement te demander de jouer les hôtesses. Tu es douée pour la séduction."" répondit-il avec un regard pétillant.

Walda sentit le rouge lui monter aux joues.

" Ce n'est pas de la séduction mais de la courtoisie." se défendit-elle.

Walder ricana en lui ouvrant la porte. Elle s'avança vers son bisaïeul juché sur son siège.

" Walda, approche, approche. La semaine prochaine nous recevons la maison Vance pour un projet de fiançailles. Je veux que tu t'occupes de la fille, lady Liane. Documentes toi, poses des questions au mestre, enfin débrouilles toi pour être prête à lui tenir compagnie. Une dernière chose, elle n'a pas un caractère facile."

D'un geste de la main le seigneur de la demeure la congédia.

***

"Nouvelle coiffure ? Jolie." avait glissé Walder en la croisant dans un couloir.

Elle l'avait remercié par un sourire et avait continué son chemin. Ses doigts s'entortillaient les uns avec les autres. Elle était anxieuse. Son envie de bien faire et la réputation de leur invitée l'angoissaient. Pour faire honneur à leurs hôtes elle avait revêtu une robe en lin de couleur perle et avait coiffé ses cheveux, avec l'aide de Roslin de manière plus sophistiquée qu'à son habitude. Dès que le carrosse pénétra dans la cour elle afficha un large sourire sur ses lèvres.

"Ser Karyl Vance, lady Liane, soyez les bienvenus aux Jumeaux. La maison Frey est honorée de votre visite. Veuillez excuser l'absence de Lord Frey, son âge ne lui permet pas de se déplacer aussi rapidement qu'il le souhaiterait. Il vous attend dans la grande salle. Veuillez me suivre je vous prie. dit-elle d'un ton posé.

D'un geste elle les invita à la suivre. Karyl Vance affichait un air aimable contrairement à sa fille qui semblait contrariée voire fâchée. Lady Liane était une belle femme aux courbes gracieuses et à la chevelure de jais mais ce qui impressionnait Walda c'était sa prestance presque intimidante.

"J'espère que vous avez fait bon voyage. Des boissons et un encas vont arrivé sous peu afin que vous puissiez vous restaurer. "
   


   
CODAGE PAR AMATIS
   AVATARS PAR fassophy



I must become a lion hearted girl
— and know how to sharpen my nails into claws
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de Bel Accueil
avatar
Dame de Bel Accueil
Valar Dohaeris

Ft : Lana Parrilla
Multi-Compte : Rhaegar Targaryen / Tyrion Lannister
Messages : 253
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]   Jeu 3 Mai - 12:30

Ouvrons les négociations

FB



Walda & Liane


J’étais plongée dans la pénombre de mon carrosse, ayant tiré les rideaux de velours noirs et blancs sur lesquels étaient tour à tour brodés l’anneau d’or aux yeux vigilants et le dragon noir. Je ne voulais pas voir la vue durant le trajet, encore moins à mon arrivée et de plus, les rideaux ainsi tirés étaient le signe très explicite que je refusais toute communication avec mes accompagnateurs. Car j’étais en colère et écœurée d’avance en sachant où j’étais contrainte de me rendre…Les Jumeaux, le fief des Frey. Père, grand-père, toute ma famille, mes amis et ceux qui me connaissent, savent à quel point je porte en horreur cette maison aux innombrables enfants et bâtards, rejetons du Tardif dont le simple nom suffisait à me provoquer de l’urticaire ! Mais grand-père et père estimaient que le jour viendrait où je serais amenée à être à la tête de ma maison, qu’il me faudra traiter avec des gens que j’apprécie ou non, car tel sera mon devoir… Certes…mais ne m’affublez pas d’un Frey en époux ! De cela, il était hors de question et j’entendais bien le faire savoir durant mon séjour - que j’espérais le plus court possible - chez les Frey, d’une façon ou d’une autre !

Un coup frappé à la fenêtre droite du carrosse me tira de mes songes de vengeance envers cette visite obligatoire. En soupirant, j’ouvrais les rideaux et plissais un instant les yeux. Le soleil brillait et, en arrière-plan s’élevaient les tours des Jumeaux. Me radossant lourdement et laissant échapper un « Tssss » de profond dégoût, je voulus refermer les rideaux, mais les coups se répétèrent. Je me penchais en avant et entrouvris la fenêtre.

Quoi ? fis-je agressive.

Liane, par les Sept, j’ose espérer que tu te montreras sous peu plus avenante…Les Frey sont une maison tout aussi importante que la nôtre. Il en va de la bonne entente future de nos maisons. répondit père, sur le ton du reproche.

Comment osez-vous seulement dire qu’ils sont nos égaux ?! Je refuse, vous entendez ? Trouvez-moi n’importe qui d’autre en guise d’époux, mais PAS…UN…FREY ! avais-je craché, insistant sur ces trois derniers mots.

Il suffit Liane. Le Seigneur ton grand-père et moi-même l’avons ainsi décidé. Tu feras ce qu’on te dit et tu épouseras qui l’on aura choisi. répondit-il, se donnant soudain des airs de père autoritaire qu’il n’a jamais été. Je ferais annuler ce projet plus vite que vous n’avez mis de temps à l’échafauder, cher père… pensais-je mais à la place, je me fis mielleuse et répondis en souriant :

Fort bien, père.

Puis je me laissais retomber en arrière et retirais les rideaux, père reprenant la tête du convoi.
***

Le carrosse s’arrêta. Je soupirais en tirant les rideaux et attendis que l’on m’ouvre la porte. Un de nos hommes s’exécuta et me tendis sa main pour m’aider à descendre. Je la saisis, retroussant mes jupons pour ne pas marcher dessus et me redressais…Nous étions dans ce qui semblait être la cour intérieur des Jumeaux. Autour de nous, plusieurs gardes à la livrée des Frey nous regardaient, tandis que d’autres s’affairaient en s’occupant de nos chevaux. Père me rejoignit, me jetant un coup d’œil entendu et nous fûmes accueilli par une jeune femme blonde. En posant mes yeux sur elle, mes sourcils se relevèrent de surprise et j’émis un léger ricanement ironique. Trop jolie pour être une Frey…Il nous envoie une de ses bâtardes pour nous accueillir… Elle nous souhaita la bienvenue, ce à quoi mon père répondit, tout sourire :

Soyez-en remerciée, ma Lady. Lord Walder est tout excusé. Nous vous suivons.

Je la regardais des pieds à la tête, inspectais sa robe couleur perle et sa coiffure, ses manières, sa démarche, sa façon de parler. Je pinçais mes lèvres, concluant de cette inspection minutieuse qu’au moins, la bâtarde avait fait des efforts pour se montrer présentable. Je suivis père, légèrement en retrait derrière lui, foudroyant du regard tous ceux, gardes, chevaliers, ou rejetons du Tardif, qui osaient me regarder. Certains avaient l’air franchement goguenards, d’autres hagard, d’autres paraissaient abrutis pour ne pas dire attardés. Rares étaient ceux qui semblaient avoir ne serait-ce qu’une once d’intelligence mais tous étaient liés par cette seule et unique caractéristique physique : Dieux qu’ils étaient laids !! Aussi, je ne pouvais qu’en conclure que notre accompagnatrice était née hors mariage. Cette dernière nous questionna sur notre voyage et nous informa que de quoi nous restaurer nous attendait. Père la remercia de ces bonnes intentions :

Il est vrai que nous ne serions pas contre une boisson chaude et de quoi nous sustenter. Le voyage fut certes long mais le soleil nous a accompagné tout du long, pour une fois !

Nous pénétrâmes dans un long couloir qui nous mènerait certainement jusqu’à Walder Frey lorsque père demanda :

[b]Il ne me semble pas avoir entendu votre nom, ma Dame ?[/b]

Quelle importance, c’est une bâtarde… pensais-je en les suivant, plongée dans le silence. Que j’allais être surprise par la réponse… !

DRACARYS 2018, gif par tumblr



House Vance of Wayfarer’s Rest
J’ai la certitude qu’on ne naît pas mauvais mais qu’on le devient. Et là où vous avez tort, c’est de croire que le mal est facilement reconnaissable. Il arrive qu’il soit juste en face de nous et qu’on ne s’en rende même pas compte.Lady Liane Vance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouest
avatar
Ouest
Valar Dohaeris

Ft : tamzin merchant
Messages : 112
Date d'inscription : 11/03/2018

MessageSujet: Re: (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]   Dim 6 Mai - 20:50

Ouvrons les négociations

Liane Vance et Walda Lannister.

 

 

La courtoisie de ser Karyl apaisait son anxiété. Walda tentait de pallier à son manque d'expérience par son amabilité et par son sourire. Elle avait remarqué que si elle souriait suffisamment longtemps les gens lui souriaient à leur tour, soit par envie soit par obligation, en tout cas elle considérait que la première partie de sa mission était accomplie quand elle obtenait un sourire. Celui de ser Karyl, léger et poli, arriva rapidement. Celui de lady Liane en revanche ne viendrait pas de si tôt. Son air renfermé demeurait inchangé depuis son arrivée. Elle marchait en retrait, regard assassin et lèvres pincées. Le message était clair, elle était ici contre son gré. La perspective d'un mariage ne devait pas lui plaire. Walda se demanda si elle était opposée au mariage en lui même ou au fait qu'elle allait possiblement s'unir à un Frey. Sa maison n’était pas appréciée par la noblesse des Sept Couronnes. Mépriser serait un terme plus adéquat. Le fondateur de la maison Frey avait été anobli six siècles auparavant et ne pouvait rivaliser avec les glorieuses et anciennes histoires des autres maisons. Néanmoins ils étaient riches et puissants, grâce aux péages sur la Verfurque, ce qui empêchait les nobles de les ignorer. Lord Frey se faisait d’ailleurs un devoir d’unir sa descendance à ces prétentieuses maisonnées.

Sur le chemin ils croisèrent différents membres de la famille. Elle essayait d’ignorer leur regard amusé. Sa tâche était des plus sérieuses et elle s’efforçait de la mener à bien. Elle avait une lourde pression sur les épaules, en partie à cause de lord Frey en partie à cause de son perfectionnisme. Mais en dehors de Steffon et Roslin personne ne la soutenait. La moindre marque d’intérêt de lord Frey pour un membre de sa famille était perçu comme une menace. Confiance et bienveillance étaient des notions inconnues au sein des Jumeaux. Elle ne les laisserait pas la perturber. Jusqu’ici tout se déroulait sans encombre et elle allait tout faire pour cela continue.

Ser Karyl accueillit l’idée d’une collation avec plaisir et elle en fut ravie. Elle s’apprêtait à répondre quand il lui fit remarquer, tout en finesse, qu’ils ne connaissaient pas son nom. Elle sentit son visage se décomposer. Mais quelle idiote ! Comment avait-elle pu oublier la plus élémentaire des politesses? Elle avait étudié la maison Vance, son chef lieu et sa généalogie, elle avait préparé des sujets de discussion et choisi avec soin la collation mais elle ne pensait même pas à se présenter à ses invités. Quelle honte ! Elle aurait voulu disparaître dans un coin et qu'on ne lui accorde plus aucun regard. Il fallait qu'elle se rattrape. Surtout s'excuser.

« Je... je suis si confuse ser. Veuillez me pardonnez, je manque à tous mes devoirs. Je suis l'arrière petite-fille de lord Frey, lady Walda Frey. »

La jeune fille se sentait au comble du ridicule. Elle faisait une hôtesse lamentable. Tous ses efforts n’y feront rien, elle resterait à leurs yeux la petite Frey qui n’avait pas été capable de se présenter en bonnes et dues formes. Les portes de la grande salle s’ouvrirent. D’un geste elle les invita à prendre place autour de la table. Au même moment les domestiques apportèrent du vin chaud et des petits pains garnis de fromage. Walda avait insisté pour qu’ils soient enfournés au dernier moment afin de conserver leur croquant.

« Vous avez eu de la chance. La semaine dernière il a plu et j’ai crains que cela ne continue jusqu’au jour de votre venue. Les routes auraient été difficilement praticables et votre voyage pénible. Mangez, je vous en prie, j’espère que cela vous plaira.  »



 
CODAGE PAR AMATIS
  AVATARS PAR fassophy



I must become a lion hearted girl
— and know how to sharpen my nails into claws
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de Bel Accueil
avatar
Dame de Bel Accueil
Valar Dohaeris

Ft : Lana Parrilla
Multi-Compte : Rhaegar Targaryen / Tyrion Lannister
Messages : 253
Date d'inscription : 04/02/2018

MessageSujet: Re: (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]   Jeu 17 Mai - 15:25

Ouvrons les négociations
Flashback ° Feat. Walda
Pardon ?!?! Walda FREY ?!?! Je manquais d’avaler ma salive de travers tant je m’attendais plutôt à entendre Walda Rivers, le patronyme des bâtards du Conflans. Heureusement que je l’ai entendu de sa bouche, car je ne l’aurais cru venant de quelqu’un d’autre. Alors que nous marchions, comme elle marchait devant nous, je me mis à la regarder différemment. N’était-ce pas curieux ? Une jeune fille dont la beauté, l’élégance et le parler n’avaient absolument RIEN à voir avec l’idée que je me faisais de tous ses rustres. Bon, à bien les regarder, ceux que je croisais avaient bel et bien l’air de parfaits rustres… Mais cette Walda… L’exception qui confirme la règle, en quelque sorte. Je n’en souriais pas plus pour autant mais au moins trouvais-je quelque réconfort dans le fait que le vieux Walder n’ait pas choisi une de ses bâtardes pour nous accueillir.

Je suivais donc mon père et notre accompagnatrice jusqu’à la grande salle, qui avait l’air bien vide sans cette ribambelle d’enfants, de petits-enfants, d’arrière-petits-enfants et de bâtards pour la remplir. De côté, je vis l’estrade où le Seigneur des lieux prenait certainement place pour ses audiences ou pour les repas… « en famille ». La place était encore vide ; espérons qu’elle le reste… pensais-je. Je pris place à côté de père et observais les domestiques nous apporter ce qui semblait être du vin chaud et des pains encore fumants qui embaumaient le fromage. Je n’avais ni faim ni soif mais je les laissais tout de même me servir une coupe de vin et avançais ma main vers le plateau de petits pains. Je m’en saisis d’un et le grignotais en silence, mon regard rivé sur cette petite chose blonde et fluette devant nous. Je n’avais toujours pas lâché un mot mais père se chargea vite d’y remédier :

Lady Walda, je pense qu’il serait mieux que je parle à votre arrière-grand-père seul à seul pour commencer. Ce que nous avons à dire ne pourrait que vous être d’un ennui sidérant… Ma fille Liane n’est jamais venu aux Jumeaux alors que l’occasion me fût maintes fois donnée par le passé. Peut-être pourriez-vous lui faire visiter votre lieu de vie, si symbolique grâce à son emplacement sur la Verfurque-même ? Qu’en dîtes-vous, Liane ? me questionna-t-il en se tournant soudain vers moi.

Je lui lançais un regard qui voulait clairement dire : Père ne me laissez pas seule avec tous ces Frey !!! Walda Frey avait beau ne pas être comme les autres membres de sa maison, je ne désirais, en cet instant, rien d’autre que de remonter dans mon carrosse et de faire route vers Bel Accueil…et à vive allure !! Mais à la place, je posais un sourire faux sur mes lèvres et, jouant la comédie, je répondis :

Mais que voilà une belle idée père ! dis-je, l’air faussement joyeuse. Puis, me tournant vers notre accompagnatrice :N’est-ce pas, très chère ?

Père me connaissait ; il me fustigea de son regard désapprobateur. Et lorsqu’un énième Frey vint le chercher pour lui signifier que Lord Walder va vous recevoir, je me retrouvais seule face à son arrière-petite-fille. Ayant fini le petit pain au fromage - excellent je devais bien l’avouer, malgré mon manque d’appétit - je me saisis de mon verre de vin, m’appuyais lourdement contre le dossier de mon fauteuil et fis celle qui s’intéressait à ce lieu :

Alors, Lady Walda, où allons-nous ?
(c) sweet.lips


House Vance of Wayfarer’s Rest
J’ai la certitude qu’on ne naît pas mauvais mais qu’on le devient. Et là où vous avez tort, c’est de croire que le mal est facilement reconnaissable. Il arrive qu’il soit juste en face de nous et qu’on ne s’en rende même pas compte.Lady Liane Vance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: (FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]   

Revenir en haut Aller en bas
 
(FB) Ouvrons les négociations [ft.Liane Vance et Walda Lannister]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Conflans-
Sauter vers: