RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
Toutes les nouveautés de cette 19e MAJ sont disponibles ici

Partagez | 
 

 Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambassadeur de l'Ouest
avatar
Ambassadeur de l'Ouest
Valar Dohaeris

Ft : Todd Lasance
Multi-Compte : Ilyn Selmy & Daena Tyrell
Messages : 869
Date d'inscription : 16/01/2016

MessageSujet: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Sam 24 Mar - 15:50

Thème


Il s'était écoulé quelque semaines, quelques journées durant lesquelles Daven s'était tenu éloigné de la Dent d'Or. Oh il y vivait toujours, il continuait d'aller voir Alyx trop souvent avec le coeur qui faisait des bons dans sa poitrine à chaque fois qu'il la sentait si fragile et encore trop faible. Le mestre le craignait à chaque fois qu'il le croisait dans les couleurs de la forteresse, sachant parfaitement que le lion lui sauterait à la gorge pour lui demander de faire sortir Alyx de sa chambre le plus vite possible et de la faire redevenir comme avant. Exactement comme avant. Et pourtant. Il y avait d'autre facteurs qui entraient en jeu et que Daven ne pouvait pas même imaginer. Le mestre avait essayé mais il avait rapidement abandonné devant le regard presque vide du chevalier. Non pas que le lion soit idiot mais c'était bien au delà de ses compétences.

Il avait déposé épée et ses doigts s'étaient glissés sur une missive à son égard. Il devait presque en main son rôle d'ambassadeur de l'Ouest, qu'il le veuille ou non. Il allait devoir partir mais il ne pouvait s'y résoudre, pas avec Alyx ainsi. Alors il repoussait, chaque jour un peu plus, ses obligations. Lui qui avait été le premier a toujours suivre les directives le voilà qui se montrait insolent par amour.... Quelle idée. Et pourtant quelle merveille.

Il avait apprit qu'Alyx avait pu quitter sa chambre en compagnie d'Alyssane et il en était heureux; La jeune femme avait besoin de sa famille, encore plus alors que lui allait devoir partir. Il savait que sa tante s'occuperait d'elle, tout comme Leo, une fois qu'il serait parti. Il jeta un dernier regard à la lettre, la replia et la rangea dans ce qui était devenu une sorte de bureau, sans qu'il n'en ai vraiment besoin. Armant un sourire à ses lèvres, il prit la direction des appartements de son épouse, sentant que la nouvelle ne serait pas des plus faciles à annoncer. Il n'avait pas envie de partir, pas déjà. Et pourtant.

Alyx ? demanda(t-il en toquant à la lourde de porte de bois derrière laquelle son épouse devait très certainement se trouver.

Il entra après une réponse, ne prêta pas attention au félin qui lui jeta un regard semblant noir -comme toujours avec ses animaux de malheur- et il rejoins son épouse, le sourire sur ses lèvres devenant bien plus réel, comme à chaque fois qu'il la voyait. Jamais il n'aurait cru que son alliance avec la Lefford le rendrait aussi heureux et surtout qu'il tomberait si bien amoureux; Et pourtant,e lle avait réussi à obtenir son coeur avec une facilité déconcertante. Pire encore, elle parvenait à le garder et Daven freinait des quatre fers à partir loin d'elle.

Comment vas-tu aujourd'hui ? demanda-t-il en prenant sa main, plongeant ses yeux bleus dans les iris si particuliers de la belle.


Apprendre à s'aimer un plus fort chaque jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5064
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Sam 24 Mar - 18:58


Que le temps ne nous éloigne jamais
Daven & Alyx | 299, lune 6, semaine 3

Les jours s’étaient illuminés, moins sombre, plus clair. Le fait de pouvoir enfin bouger, sortir de ses appartements, aller respirer l’air frais de l’extérieur avait accélérer la guérison de la jeune Lefford qui doucement retrouver le sourire et laissait son sentiment de culpabilité s’envoler vers d’autres horizons. Tout n’était cependant pas tout rose entre les murs de la forteresse de la Dent d’Or. Alyx avait encore du mal à affronter le regard de son père sans que son cœur ne se serre. Il comptait sur elle pour fournir à leur famille un héritier et elle avait tout simplement échoué et la jeune femme ne supportait pas l’idée de décevoir son père. Bien que Leo Lefford soit soulagé de voir sa fille vivante, il n’y avait toujours pas d’héritier sur leur lignée en péril. Si pour le moment, il ne lui demandait pas que son ventre ne s’arrondisse de nouveau, dans quelques lunes elle devrait retenter l’idée d’avoir un enfant. Une chose serait sur, elle se montrerait prudente et resterait chez elle, refusant les missions officiels même si celles-ci étaient dépêchées par Tywin Lannister en personne. Même si elle allait prendre une nouvelle année incessamment sous peu, elle restait jeune et son corps était encore apte à porter des enfants facilement.

Ce jour-ci, la jeune demoiselle était assise prêt de la fenêtre pour profiter de la luminosité du matin et des rayons du soleil qui venait la réchauffer. Les journées commençaient à se rallonger, le froid descendait du Nord apportant un vent de fraîcheur dans les hauteurs de l’Ouest. Les arbres n’avaient pas encore revêtu leur manteau mordoré, laissant encore de la verdure égayer le paysage aride des montagnes et des mines aux alentours. Alyx avait un lourd registre sur les genoux, s’informant de ce qu’elle avait manqué mais également des derniers évènements politiques du royaume. Le mariage du prince Viserys avec l’héritière de Dorne, les rumeurs qui parcouraient Westeros et qui était d’un ennui mortel pour la demoiselle, et récemment, la mort de la Reine douairière, Rhaella Targaryen. Les dragons se retrouvaient subitement affaibli par cette perte. Les funérailles auraient surement bientôt lieu dans la capitale et l’Ouest n’avait guère besoin d’envoyer de représentant car le vieux lion se trouvait directement sur place. Doucement mais surement les choses bougeaient, des alliances étaient en train de se créer, d’autres de se renforcer petit à petit. Alyx savait que la prudence devrait être de mise et que tout allait devoir être surveiller.

Des coups frappaient la sortir de ses réflexions d’intrigues. Elle reconnut la voix derrière la lourde porte de bois de ses appartements : Daven. Elle répondit à l’affirmative, le laissant entrer dans ce lieu qui avait été témoin de bien des choses en l’espace d’un an. Elle referma l’ouvrage et le posa contre le rebord de la fenêtre pour se lever et faire quelques pas en direction de son époux. Le lion avait été présent pour elle, montrant l’amour qu’il portait à l’héritière de la Dent d’Or. Si Alyx n’avait jamais douter de la dévotion de l’homme avec lequel elle s’était unis devant les Sept, elle n’aurait pas cru penser possible qu’il laisserait ses émotions et ses sentiments s’exprimaient avec autant de force et de violence face à d’autres personnes. Si aucune des personnes qui avaient été présent lors de l’incident ne doutait de l’amour du Lannister pour la Lefford, le contemplait se battre pour la vie de son épouse était une autre chose. Cela avait rassurer Azilys qui était heureuse de savoir que Daven veillerait sur la jeune femme quoiqu’il arrive. Leur couple était fort mais devant les autres, ils devaient maintenir une certaine convenance. Ne pas laisser les autres voir une possible faiblesse en usant de leur amour respectif pour l’utiliser contre eux. Cela pouvait se révéler dangereux pour eux et les Lefford. Mais Alyx avait été heureuse d’avoir eu son époux à ses côtés pour affronter cette épreuve.
« De mieux en mieux, je rattrape lentement mon retour sur les évènements politiques du Royaume qui n’a pas attendu la fin de mon alitement pour avancer. »

Aussitôt guérit, qu’elle se replongeait dans son monde, dans ce quotidien qui était d’ordinaire le sien. En tant qu’héritière d’une des familles les plus puissante de l’Ouest, elle se devait d’être au courant des dernières intrigues politiques de Westeros mais également de sa région. Au vu des derniers évènements beaucoup de lady aurait broyer du noir encore et encore durant des jours face à la perte de leur enfant. Alyx n’était pas de cette trempe. Le monde continuait de tourner sans elle. Elle avait perdu son fils. Se lamenter sur ce triste évènement n’allait rien arranger, n’allait servir à rien. Alors elle devait continuer de vivre et de tourner son regard vers l’avenir. Alors elle n’avait pas connu cette phase de déprime connu après l’accouchement ou la perte d’un enfant. Son moral n’en était pas affecté.
« Qu’est ce qui t’amène de si bon matin ? Tu n’avais pas d’entraînement ? »

D’ordinaire les chevaliers, écuyers et autres hommes d’armes des Lefford, s’entraînaient durant toute la matinée, profitant des températures clémentes du début de journée. Elle était donc surprise de voir son époux débarquer de si bonne heure dans ses appartements.

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambassadeur de l'Ouest
avatar
Ambassadeur de l'Ouest
Valar Dohaeris

Ft : Todd Lasance
Multi-Compte : Ilyn Selmy & Daena Tyrell
Messages : 869
Date d'inscription : 16/01/2016

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Dim 25 Mar - 14:02

Thème


Daven ne pu empêcher un sourire d’apparaître sur ses lèvres, plus grand, presque amusé. Voir Alyx de la sorte ne le suprennait pas. Il n'avait pas épousé la Lefford simplement pour cette beauté qui l'avait enchanté depuis si jeune. Il avait bien d'autre femmes aussi belles qu'elle, même s'il n'acceptait de le dire devant elle. Mais.... la plus grande force d'Alyx était son intelligence et sa manière de manière la moindre parole. Elle était beaucoup moins impulsive que lui, beaucoup plus apte à garder la tête froide en toute situation. Si les évènements l'avaient permis, Daven aurait préféré l'avoir avec lui dans tous les voyages diplomatiques qu'ils seraient amené à faire. Pour qu'elle lui permette de ne pas faire de faux pas. Il s'était entrainé durant les jours à venir. Il avait tronqué l'armure pour des lectures, comme lorsqu'il était encore écuyer chez le soleil doré. Et il s'était plongé dans les histoires de Westeros, réapprenant certain fait qu'ils avaient oublié en vieillissant.

Il embrassa sa joue, profitant de leur solitude pour montrer un peu plus de sentiments. S'il aurait déplacé des montagnes pour sa femme quand elle était alitée, depuis qu'elle recommençait à vivre comme autrefois, il l'avait laissé avec sa famille, surveillant du coin de l'oeil Leo. Autrefois, jamais Daven ne se serait dressé contre son beau père qu'il considérait plus comme un père que n'importe quel autre homme. Mais il savait tout l'impacte qu'avait les paroles du seigneur sur sa fille et, bien qu'il ne connaisse pas grand chose en cette sacro sainte psychologie dont avait parlé le mestre, il savait parfaitement qu'Alyx était encore trop fragile pour entendre des reproches. La perte de cet enfant avait été dure pour le lion, il ne pouvait dire le contraire. Il l'attendait, l'espérait. S'aurait été un fils, un vaillant chevalier et héritier. Mais.... il ne pouvait s'empêcher de remercier les Sept qu'Alyx soit encore là. Ils auraient d'autre enfant, il le savait parfaitement. Et si le chevalier avait déjà furieusement envie de sa femme, il se bridait plus qu'il ne l'avait jamais fait.

Trop des morts et de mariages. Le calme avant la tempête comme beaucoup trop murmurent.

Le Lannister ne parvenait à savoir pourquoi mais il attendait, les mains crispée sur son épée, que quelque chose se passe. Les alliances se faisaient sans se défairent. Tous plaisaient leur pion avec une application maladive qui ne présageait rien de bon. Il y avait bien trop de mariage, bien trop de mariage d'importance. Et les morts commençaient déjà, dans un festin pour les corbeaux qui allaient réveillé de vieux démons.

Il sourit à nouveau, regardant par la fenêtre. Le soleil était si haut dans le ciel. Il faisait beau, l'été était encore présent. Daven poussa un léger soupir avant de retourner ses yeux vers Alyx. Il aurait au moins du soleil pour son départ qui approchait trop vite.

J'ai reçu une lettre. Tu te souviens de ce qu'avait dit Tywin lorsqu'il était venu nous voir avant le mariage de Cersei ? Je dois prendre mes fonctions d’émissaires et je ne peux pas reculer plus mon départ . Il lui offrit un sourire, bien moins flamboyant que celui qui brillait sur ses lèvres quelque secondes plus tôt. Je suis venu te prévenir et m'assurer que tu allais mieux avant mon départ. Ses pensées étaient bien trop visible sur la ligne inquiète de son front et sur ses yeux bleus au regard si franc. Tu vas me manquer. Il ne le prononcerait pourtant pas. Que pouvait-il ajouter d'autre ? Tywin lui avait fait un immense honneur en lui proposant cette place et il était hors de question que le lion taise ses ambitions pour un coeur un peu trop aimant.


Apprendre à s'aimer un plus fort chaque jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5064
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Lun 26 Mar - 17:34


Que le temps ne nous éloigne jamais
Daven & Alyx | 299, lune 6, semaine 3

Les tempêtes. C’était des choses qui n’affectaient pas Alyx. Rien ne pouvait ressembler à une tempête en dehors d’une guerre où deux armées se faisaient face avec comme seul but, détruire leur adversaire. La Lefford ne voyait pas l’ombre d’une guerre violente et sanglante. Tout se passerait de façon subtile. Le Roi régnait de façon intelligente et avait placé ses pions de manière réfléchis, contrant ceux dont il devait se méfier, comme les Lannister. Une Tyrell chez les dragons, une rose comme futur Reine. Une manœuvre habile afin d’éviter que les deux maisons les plus riche de Westeros ne s’allient. Il n’y aurait pas de bataille rangé. Juste des tensions politiques, des menaces et tout se ferait à couvert d’un semblant de paix sur le continent diviser en beaucoup trop de royaume. Un jeu d’intrigue qui ne pouvait que réjouir l’héritière de la Dent d’Or qui se retrouverait dans son élément. Manier les mots, manier les alliances, les menaces et tout autre chose. La prochaine guerre serait de glace, pas de feu.
« Je ne pense pas qu’une tempête se prépare. La paix ne durera pas, mais il n’y aura pas de guerre comme lors de la rébellion. Le Roi règne de façon intelligente, il ne se laissera pas avoir. »

Certains aimeraient retourner sur le champ de bataille, faire sonner le chant des épées, faire résonner dans les plaines les cris de leurs ennemis, faire trembler la terre des galops des lourds destriers des chevaliers, faire claquer dans l’air froid de l’hiver s’annonçant les étendards. Un conflit d’homme où les femmes ne seraient bonnes qu’à tenir les demeures en attendant le retour ou non de leur époux ou père. Alyx espérait de n’avoir jamais à connaître cela. Elle avait été trop jeune lors de la rébellion pour se souvenir et l’histoire lui avait dit que l’Ouest n’était pas parti en guerre. Mais au fond d’elle, elle savait qu’elle ne supporterait pas de voir son père et son époux partirent avec des troupes armées loin de la Dent d’Or. Même si Alysanne restait à ses côtés, elle ne supporterait mal cette attente angoissante de savoir si oui ou non l’Etranger avait ravagé sa famille.

La Lefford avait vu juste. Daven n’était pas ici par hasard, sa fonction d’émissaire de l’Ouest allait commencer, il avait déjà trop retardé ce moment. Il ne pouvait désormais plus reculer mais ce n’était pas la jeune femme qui allait le retenir de faire ses devoirs envers leur suzerain. Même si au fond d’elle, Alyx en voulait à Tywin de les avoir trimbaler à droit et à gauche pour ses alliances, car c’était ce qui avait causé la perte de l’enfant, elle ne ferait jamais rien contre lui. Faisant taire sa rancune sans que cela ne puisse se lire. Alors, elle laisserait son époux partir pour qu’il puisse remplir sa mission. Elle n’était pas ce genre d’épouse à se lamenter et à pleurer parce que son bien aimé partirait loin d’elle. Elle connaissait l’ambition de son époux, elle savait qu’il était trop fier de cet honneur pour se défiler mais elle savait également qu’il lui suffisait d’un supplice pour qu’il se défile et qu’il reste. La Lefford ne le retiendrait pas. Elle ne le ferait jamais. Le devoir était plus important que des sentiments futiles qui n’avaient pas leur place dans ce monde.
« Oui je m’en souviens. Tu as déjà beaucoup trop reculé ton départ. Ne t’inquiète pas pour moi, je vais bien et je suis bien entourée. Tu peux partir l’esprit tranquille. Ce serait plus à moi de m’inquiéter connaissant ton impulsivité qui ne fait pas bon ménage avec une telle fonction. »

Daven parlait souvent avant de réfléchir, cela faisait en partie son charme mais en tant qu’émissaire, ce n’était pas vraiment conseiller. Tywin ne supporterait probablement pas le moindre faux pas. Il allait devoir agir avec finesse et prudence et ne pas se laisser emporter si une situation le déranger ou l’agacer. Cela serait peut-être instructeur pour le lion ambitieux, du moins Alyx l’espérait. Elle ne pourrait pas lui sauver la mise cette fois. Elle n’était pas encore prête à voyager et son devoir était à la Dent d’Or en tant qu’héritière et non sur les routes à suivre son époux. Elle avait un statue une place à tenir. Marié ou non à un Lannister, elle en restait une Lefford.
« Sois prudent. Je ne serais pas là pour te sauver la mise et ce serait dommage que tu perdes une telle position auprès de Lord Tywin. »

Son époux allait-il lui manquer ? Alyx n’arrivait pas à répondre à cette question, elle n’en savait rien. Elle n’avait aucun doute sur ses propres sentiments envers le lion mais elle dissociait trop le devoir et les sentiments pour laisser son jugement en être obstrué, le temps seul pourrait lui dire si Daven allait lui manquer ou non. Une part d’elle le désirait, une autre part n’en avait rien à faire. L’attachement n’était pas une chose dont se soucier la jeune femme et qui l’inquiéter. La position de sa famille, leur fonction dans l’ouest et dans le royaume était par contre une toute autre histoire….

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambassadeur de l'Ouest
avatar
Ambassadeur de l'Ouest
Valar Dohaeris

Ft : Todd Lasance
Multi-Compte : Ilyn Selmy & Daena Tyrell
Messages : 869
Date d'inscription : 16/01/2016

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Dim 6 Mai - 14:35

Thème


Pas de guerres.... Daven n'en était pas si certain que son épouse. Son instinct de chevalier, emmuré depuis qu'il était arrivé à la Dent d'Or, rêvait et espérait secrètement devoir revenir à la vie. Le lion était homme d'action et il n'était pas fait pour rester assit à attendre que quelque chose daigne se passer. Les iris du Lannister se froncèrent légèrement alors que ses yeux se portaient sur l'horizon, par delà la fenêtre de la chambre. Alyx avait peut-être raison... Mais il avait besoin de retourner sur les champs de bataille, de retrouver des vieux amis et d'encore plus vieux ennemis. De prouver, un peu plus sa valeur. En tant de paix les chevaliers ne pouvaient que sauver des enfants des crocs d'un loup. Plus de fait d'arme, plus de murmure vaillant. Ne restaient que les tournois qui, pour l'heure, n'étaient pas même en préparation. Le mariage d'Aegon changerait peut-être les choses. Le lion l'espérait. Il l'apprendrait de toute manière. Ne serait-ce son futur rôle maintenant qu'il allait devoir représenter l'Ouest par delà les sept couronnes avec un grand sourire et des manières de gentilhomme qu'il ne jugeait qu'acide et stupide. Il n'était pas un biefois pompeux. Mais il devrait mettre son orgueil de côté. Ne le savait-il si bien ?

Un petit sourire en coin étira les lèvres du lion aux paroles de son épouse. Elle le connaissait peut-être encore mieux que lui-même ne le faisait. Il n'était pas impulsif. Il était pire encore. Bien trop fier, bien trop gorgé de son nom. Son père était un idiot et Daven n'avait de cesse de faire en sorte qu'on oublie la cruche au profil de ses enfants. lui aussi avait autrefois épousé une Lefford et Daven n'avait pas prit de sa mère que des iris éblouissants. Il avait gagné un peu plus d'intellect que ce géniteur qu'il méprisait de toute son âme.

Tu as donc une si piètre estime de moi ? lança-t-il, rieur, s'approchant un peu plus de son épouse. Plongeant ses yeux dans les siens, il prit sa main, toujours ce grand sourire accroché aux lèvres. Alyx allait lui manquer, terriblement. mais il n'avait besoin de le souffler pour qu'elle le comprenne. Après tout, n'était -elle la mieux placé pour lire dans son âme, elle qui avait attrapé son coeur avec une facilité déconcertante ? Je ferais attention Alyx. Ne doute pas que les mois passés à tes côtés m'ont apprit bien plus de choses que les années à me battre.

Les mots qui sortaient de sa bouche avaient un goût de cendre que Daven n'accepterait jamais, qu'importe tout ce qu'ils sous entendaient. Son amour, profond. Mais également le fait qu'Alyx était, même pour un homme aussi matchiste que le lion, supérieure à lui sur un domaine qui, s'il ne lui était pas inconnu, restait encore obscur. Le Lannister pouvait garder le titre de meilleur combattant de l'Ouest, afficher fièrement sa valeur et son adresse mais il perdait du terrain face à son épouse sur un seul domaine. A l'épée, on n'attendait pas avant de frapper au risque de mourir le premier. L'art de la fourberie était bien plus étrange, aussi violent qu'un serpent.

Je reviendrais à chaque passage à Castal-Roc. glissa-t-il, perdant son sourire pour un visage bien plus sérieux, presque grave. Je ne sais encore ce que Tywin attendant de moi. Après tout, il y a bien trop de mariages pour que je sois présent à tous. C'était de nouveaux un sourire sur ses lèvres alors que son pouce venait glisser sur la main de son épouse. Prends soin de toi Alyx. Promet moi que tu feras attention et que tu écouteras le mestre. je ne veux pas risquer de te perdre, encore plus lorsque je ne serais pas là. Il ne se le pardonnerait jamais. Et il ne le pardonnerait jamais au Suzerain de l'Ouest. La rancoeur d'un lion est cruelle et longue. Et Tywin savait parfaitement que son neveu était identique à lui.


Apprendre à s'aimer un plus fort chaque jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5064
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Mar 8 Mai - 20:04


Que le temps ne nous éloigne jamais
Daven & Alyx | 299, lune 6, semaine 3

Daven ne prenait pas sa remarque avec sérieux, elle le voyait elle le sentait. S’il ne prenait pas cela au sérieux, il allait s’en mordre les dents dès sa première mission. Alyx se demandait encore pourquoi lord Tywin avait décidé de confier une telle charge à son neveu. Le lion était impulsif, un homme d’arme pas un diplomate qui pouvait servir des sourires, brosser les seigneurs dans le sens du poil et manipuler pour arriver à ses fins. Il n’était pas prêt pour la Lefford, mais si le vieux lion l’avait décidé elle ne pouvait aller à l’encontre de cette décision. Il devait partir, il apprendrait malgré lui sur le terrain et devrait surement rattraper ses faux pas et ses erreurs par lui suite car la jeune femme ne serait pas là pour arranger la situation avec une habile pirouette qui retournait la situation à l’avantage de l’Ouest. Mais les échecs agaceraient le lion, et l’agacement n’était jamais bon dans ce rôle, il fallait parfois mettre son égo de côté pour laisser les autres s’exprimer car tel était le rôle d’un émissaire, surtout d’un émissaire d’une grande maison.
« Oui je t’ai en si piètre estime pour se rôle car ton comportement me prouve que tu n’es pas prêt. En seulement un an on apprend pas à être un diplomate, cela prend des années Daven. Tu vas te faire avoir à la première occasion et je ne pourrais rien faire. J’ai toutes les raisons de m’inquiéter et tu viens encore de me prouver que j’ai raison de m’inquiéter. Tu ne sais pas mettre ton égo de côté, tu ne sais pas ne pas fanfaronnez parce que tu es un lion et que tu as toujours voulu montrer que tu vaux mieux que ton père. Ton ambition te perdra mais tant que tu ne l’auras pas accepté, tu ne progresseras pas dans ce domaine qu’est la politique, tu n’apprendras pas davantage. »

Les mots avaient sifflé ne laissant aucun ménagement à son époux, désireuse de lui faire prendre conscience de la réalité. A la Dent d’Or il pouvait faire des erreurs, ils étaient trois à pouvoir les rattraper. Il était bien loin d’arriver à la cheville dès plus piètre émissaire des Sept Couronnes qui étaient eux né pour cela. Mais Daven n’en avait pas conscience, il s’enveloppait de sa fierté, de son égo, se reposant sur des acquis bien trop fragile qu’Alyx pouvait faire valdinguer d’un simple claquement de doigts. Visiblement il devait apprendre par lui-même pour vraiment apprendre, mais cela signifiait subir la colère du lion du Roc et des Lefford. Mais s’il fallait ça pour qu’il comprenne ce qu’était le jeu des intrigues et de la politique, il fallait prendre ce risque absurde.
Il pensait déjà à revenir, avec une attitude qui aurait dû être l’inverse de celle eu précédemment. Il faisait tout à l’envers. L’héritière de la Dent d’Or ne put que laisser échapper un sourire las face aux comportement de son époux. Parfois elle se demandait qu’elle était cette étrange chose qui maintenait ses sentiments intacts pour le Lannister.
« Tu n’es même pas parti que tu penses déjà à rentrer… Un émissaire ne pense pas à rentrer, s’il peut rentrer chez lui c’est une chance, s’il ne peut pas c’est honneur. Pense comme un émissaire, Daven par les Sept fais un effort ! »

Elle serait probablement plus inquiète que lui. Elle était de nouveau en parfaite santé et en dehors d’une épidémie ou d’une guerre imminente sur les terres de la Dent d’Or, elle ne risquait absolument rien au sein de la forteresse familiale. En revanche, il n’était pas dit que la jeune héritière puisse dormir sur ses deux oreilles avec un époux inconscient dans un rôle qui ne lui sciais guère.
« Je pense que tu peux dormir sur tes oreilles car je suis en parfaite santé désormais, et il ne peut rien m’arriver ici sauf cataclysme provoqué par les Sept eux même. »


egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambassadeur de l'Ouest
avatar
Ambassadeur de l'Ouest
Valar Dohaeris

Ft : Todd Lasance
Multi-Compte : Ilyn Selmy & Daena Tyrell
Messages : 869
Date d'inscription : 16/01/2016

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Sam 19 Mai - 14:37

Thème


En tombant amoureux d'Alyx, Daven avait découvert de nombreuses facettes de sa personnalité dont il n'avait pas conscience. L'attachement, la grandeur d'âme et de multiples petits détails qui l'auraient fait rire quelques années plus tôt. Il avait apprit à faire taire quelque peu les rugissements du lion, à faire mourir dans la glace son sang bien trop bouillant et presque à calmer les envies qui grondaient dans son coeur. Depuis qu'elle était enceinte, il avait même arrêté de toucher aux femmes du peuple, se contentant de regarder son épouse, ne n'aimer, dans tout le côté physique que cela sous entendait, uniquement sa femme. Il avait même apprit à s'inquiéter pour quelqu'un d'autre que sa petite personne. Il ne pensait pas être capable de se mettre aussi mal pour une étrangère. Ses seules douleurs lui importaient autrefois. Elle avait tout envoyé voler.

Le rire mourut dès que son épouse ouvrit la bouche. Ses iris emplis de bonne humeur tronquèrent la joie pour de la glace alors que ses poings se serraient. Oh Alyx était une héritière, portant un nom puissant pour laquelle il avait abandonné toute prétention sur Castal Roc. Il était loin du Lord et pourtant. Il serra les poings autant qu'il serrait le dent pour retenir la gifle qui manquait partir. Elle était son épouse et si Daven acceptait qu'elle possédait bien des choses que lui n'avait pas, elle n'était que son épouse et rien d'autre. Alyx venait de sauver la blancheur de sa joue en lui ayant apprit avec patience à mieux contrôler ses nerfs. Car c'était seulement pour le nom Lannister qu'il ne leva pas la main sur elle. Avait-elle conscience de la douleur qui avait vécu dans le coeur du lion pendant qu'il croyait la perdre ? Oh non bien entendu. Elle se contentait d'être ce qu'elle faisait de mieux; Pour la première fois, le lion la vit sous son vrai visage, si loin de l'image fraudée et biaisée par l'amour qu'elle avait d'elle. Il savait pourtant qu'il ne maîtrisait pas un tier de la langue de vipère de son épouse. Il était bien plus douée à l'épée que pour les jeux de cour, que pour les jeux de femmes. Son visage redevient de marbre, la colère se fondait dans un masque sans émotion.

Toi, si forte pour voir tout ce qui te plaît tu es incapable de reconnaître quand quelqu'un t'aime et s'inquiète seulement pour toi. Soit Alyx. Fait donc ce qui te plaît, continue de jouer à cette garce sans cœur que tu affectionnes tant. Et reste seule.

Il lui jeta un dernier regard, si lointain de ceux auxquels elle était pourtant habituée. Le lion était vexé et blessé dans son orgueil. Comme un animal sauvage, il la toisait. Cette fois, il ne cherchait à voir une ouverture, à voir un coeur. Non, il retrouvait ce regard qu'on lui connaissait si bien et qu'il offrait à tous. Sans cette flamme qui brillait uniquement pour son épouse. Ses yeux n'étaient que deux puits de glace que le sang des Lefford lui avait si bien offert.


Finalement, Tywin avait parfaitement raison de me faire partir. Au moins je n'aurais à supporter cette vision que je pensais ne plus jamais voir de toi. Au revoir dame mon épouse.

Le lion tourna alors les talons, sans plus un regard amoureux, sans plus un autre murmure. Il était blessé, terriblement blessé. Mais surtout, il ne comprenait ce qui avait pu se passer pour qu'Alyx se comporte ainsi avec lui. Elle le méprisait donc toujours autant, qu'importe le temps qu'ils avaient passé ensemble. Il n'avait donc pas gagné un soupçon de respect, un murmure de sentiments. Son coeur était finalement aussi gelé que ce que tous murmuraient. Tant pis. Il n'y aurait pas de retour en arrière et le moindre mot qu'elle lui avait jeté grondaient dans son coeur avec une tristesse qu'il ne comprenait pas. Qu'il ne voulait pas chercher à comprendre.


Apprendre à s'aimer un plus fort chaque jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La fille de la Dent d'Or
avatar
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris


Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 5064
Date d'inscription : 27/08/2015

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   Dim 20 Mai - 17:43


Que le temps ne nous éloigne jamais
Daven & Alyx | 299, lune 6, semaine 3

Enfin elle avait son sérieux, venant faire disparaître ce sourire insouciant qui trônait sur ses lèvres depuis trop longtemps déjà. Il avait qui était son épouse, qu’elle était la dame à l’accompagner dans sa vie jusqu’à sa mort. Il avait oublié cela, il avait oublié qu’elle était dangereuse, piquante et que personne n’était épargné par ses mots. Daven ne faisait guère exception et l’amour ne l’aveuglait pas comme lui était aveuglé. Elle contrôlait ses émotions et ne laissait jamais ses sentiments altérer ses capacités de jugement ou adoucir sa langue de vipère qui sifflait avec habileté quel que soit son interlocuteur. Ce n’était pas parce qu’il avait réussi à la séduire et lui faire accepter d’arrêter de prendre du thé au lune, qu’elle avait changé. Qu’elle était une personne différente. Elle avait toujours été cette garce sans cœur comme il se prenait à le dire. Un sourire mauvais venait étirer les lèvres d’Alyx, qui était légèrement amusé par la situation. L’égo du male était touché mais il allait devoir si faire, il allait devoir revoir ses ambitions à la baisse. Il s’était cru pousser des ailes, oubliant la réalité du monde dans lequel il vivait et avec quelle personne il vivait.
« Je sais parfaitement qui tient réellement à moi, mais contrairement à vous Daven, je ne laisse pas mes sentiments altérer mon jugement et baisser ma garde. Je n’ai jamais cessé d’être cette garce sans cœur comme vous me décrivez. Ma réputation dans l’Ouest ne s’est pas fait à l’aide de sourire. Vous avez oublié qui vous avez épousé. »

Le Lannister s’enveloppait dans son égo de mâle. Elle le laissa lui dire au revoir à sa manière, laissant les iris de glace la fixait avec une colère contenue. Elle garda le silence, l’observant rejoindre la porte. Elle restait droite comme un i, ne cherchant à pas le rattraper, elle n’était pas de ces ladies à se larmoyer lors d’une dispute, à pardonner, supplier. La Lefford attendit qu’il soit arrivé à la porte pour l’interpeller mais toujours en restant au même endroit, son menton légèrement relevé.
« Attention Daven. En partant de la sorte, ne pensez pas revenir à la Dent d’Or en espérant que les Lefford rattrape ne serait-ce qu’un petit pas de travers parce que votre égo a été froissé. Nous nous dédouanerons de toutes responsabilités. En dehors de ces murs vous êtes seuls, sans support de notre famille. »

Elle se souvenait quand elle avait dû apprendre à se débrouiller seule, sans personne, responsable de ses actes et de ses mots sans aucun soutien, ne pouvait chercher du regard le soutien de son père ou de sa tante. Seule à Castral Roc après l’altercation avec les deux soldats Farman :

Alyx gambadait dans les couloirs du Roc, se familiarisant avec les lieux. Myrielle suivait une leçon et sa tante était occupée avec son aîné Cerenna, laissant la surveillance de la fillette à Stafford qui avait dû oublié qu’il avait la responsabilité de sa nièce qui du coup avait décidé de partir en exploration. Mais sur son chemin, elle croisa deux visages familiers qui voulaient en découdre du fait de s’être fait rabattre le caquet par une fille de dix ans. « Tiens donc regarde-moi qui se promène encore toute seule. La petite Lefford, serais-tu encore perdue ? » Les yeux verts de la fillette se mirent à briller de colère. Mais elle se souvenait qu’elle devait contrôler ses émotions. Elle inspira profondément. « Que voulez-vous ? » Son petit menton relever comme elle aimait si bien le faire. « Te faire payer tes petites paroles insolentes. Le respect à tes aînés, on n’a jamais du t’apprendre cela hein ? » Le silence s’abattit mais Alyx ne bougeait pas, restant immobile, soutenant le regard de l’homme. « Une petite correction devrait t’apprendre à respecter les Farman et à ces gens. » Elle sentit une main se resserrer sur son bras et son esprit se mit en route pour lutter contre la montée d’adrénaline qui allait affluer dans ses veines. « Vous n’avez aucun droit sur moi. S’il m’arrive quoi que ce soit, vous allez avoir de graves ennuis. » Les deux soldats ricanèrent. « Et bien peut-être es-tu état de négocier. Ton silence et nous te laissons continuer ton chemin. Mais ton silence le plus totale sur tout ce que tu as pu entendre. » La petite Lefford n’aimait pas le chantage, elle n’aimait pas mentir, elle ne savait pas mentir. Elle usait toujours de la vérité mais elle était en mauvaise posture, sans personne pour venir l’aider cette fois. Elle devait magner les mots pour réussir à leur faire croire ce qu’il voulait. « Faire du chantage sur une fillette de dix ans n’est pas très digne de soldat venant d’une maison comme les Farman. Mon silence ne s’achète pas mais je pourrais parler en votre faveur, dire que vos mots n’étaient qu’ordre des Farman pour provoquer le seigneur mon père et que vous n’aviez pas conscience que vous parliez à une enfant et que vous regrettiez d’avoir tenu de tel propos face à une enfant qui n’avait pas à être mêler à une querelle qui ne concerne au final que deux seigneurs de deux maisons rivales. » Le silence s’abattit. Elle avait réussi à semer le doute dans leur esprit d’homme non éduqué. Mais visiblement cela sembla fonctionner car ils acceptèrent.

Ses yeux verts restaient neutres, nulle colère, nulle menace ne pouvait se lire dans les yeux d’Alyx qui contrôlait ses expressions, ses émotions. Elle n’était pas énervée du comportement de son époux, l’égo froisser du lion lui permettrait peut-être de réfléchir et ce n’était pas une mauvaise chose. Une nouvelle leçon enseignait et qui ne faisait souffrir que le lion dans cette situation.
« Faites bon voyage. Que les Sept veille sur vous. »

Elle se détourna et retourna à sa lecture dans la plus grande indifférence.

TERMINE

egotrip




Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que le temps ne nous éloigne jamais | Alyx
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (f) pietra capone ◮ l'amour est ivresse et il est temps pour nous d'aller vomir
» Trouvons un peu de temps pour nous. [ft Victoire Weasley-Scamander]
» PEUPLE HAÏTIEN IL EST TEMPS DE NOUS EN MONTRER DIGNES !
» LE TESTAMENT DES LIBÉRAUX (Important pour comprendre l'actualité du jour!)
» (m) sean maguire ☩ il fut un temps où nous étions heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: