RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF, dans le Val et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
La prochaine MAJ aura lieu le 29 & 30 septembre !

Partagez | 
 

 For my family to be happy is all i wanted (Andar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Jeu 22 Mar - 11:24

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
Le mariage avait eut lieu la veille, l’évènement avait été empreint de joie, mais aussi de tristesse à l’idée de devoir laisser partir Ysilla. Elle était une femme mariée à présent, elle se devait de vivre auprès de son époux, mais cela voudrait dire que nous ne le verrions presque plus et je savais que cette idée avait miné le moral d’Andar. D’un côté, j’aurais aimé trouvé les mots pour effacer sa peine, malheureusement, je ne les avais pas trouvés et je devais le laisser se débrouiller avec sa peine. D’un autre côté, j’étais soulagée qu’il ait été si prit par le mariage, ainsi, il ne remarquait pas les changements qui s’était opéré en moi. Je n’aimais pas avoir de secret pour mon époux, d’ailleurs, s’était bien la première fois depuis notre mariage que je me montrais si peu honnête envers lui. Pourtant, la peur m’empêchait de lui annoncer, je ne voulais pas voir la joie sur son visage à l’idée qu’un enfant serait bientôt là parmi nous, pour devoir lui enlever peu après s’il venait à arriver malheur. Ainsi, seule Maddy était au courant de ma condition et malheureusement, je savais que je ne pourrais pas garder le secret encore longtemps. Lors de ma première grossesse, il avait fallu plusieurs lunes avant que des changements physiques aient lieu et que les gens de mon entourage le remarque. Là, j’en étais maintenant à trois lunes et déjà mes robes peinaient à cacher l’arrondi de mon ventre.

La journée était bien avancée maintenant, mais peu de personne avait quitté leur appartement, il faut dire, la fête de célébration s’était terminée tard dans la nuit et certains devaient encore dormir. Pourtant, j’avais proposé à Andar une ballade, malgré moi, je restais cette petite fille éprise de liberté qui aime courir dans les champs pieds nus. C’est ainsi que nous avions quitté l’enceinte de la demeure pour faire quelques pas à l’extérieur. Je tenais son bras et nous marchions lentement, laissant les rayons du soleil chauffer nos peaux alors que dans le silence, les gazouillis des oiseaux nous baignaient d’une douce musique. Je suis sûr qu’Ysilla sera très heureuse ici. Je rompis le silence qui s’était installé entre nous depuis que nous avions passé les grandes portes. Je resserrais le châle que j’avais mis sur mes épaules avant de quitter notre chambre, les pans tombaient sur mon ventre camouflant un peu plus ma silhouette, le vent souffla alors, faisant envoler mes cheveux et je fermais un instant les yeux, me laissant guider par Andar, pour profiter des odeurs qu’amenait le vent. Nous nous dirigions vers un petit-bois, nous serions alors sûrement à l’abri du vent, des regards et peut être alors je trouverais le courage de lui annoncer la grande nouvelle.

Je lui souris alors un peu nerveusement, rapprochant mon corps du sien, je ressentis de nouveau une bouffée d’amour pour lui. Notre histoire n’avait pas forcément démarré du bon pied, mais aujourd’hui, je ne pouvais imaginer une autre personne à mes côtés. Andar, je ... Je me mordillais la lèvre, ne sachant pas réellement comment annoncer les choses, les mots se bloquaient dans ma gorge se serrait petit à petit. En fait, ma difficulté, n’était pas seulement liée à l’émotion, mais plutôt à la petite pente que je n’avais pas imaginé si forte pour rejoindre l’abri des arbres. Mon souffle s’était fait beaucoup plus court à cause de cela, mais aussi à cause de la servante qui avait beaucoup trop serrer mon corset, j’étais incapable de prendre une respiration profonde, alors que je me rendais soudain compte de mon inconfort. Discrètement, je tentais de tirer dessus pour permettre à mes poumons de se gonfler totalement d’air, en vain, la jeune femme avait trop bien fait son travail. Enfin, nous arrivâmes aux arbres, je n’avais pas repris la parole, trop occupé à tenter de reprendre le contrôle de ma respiration et de ne pas flancher, seulement, il fallait que je me rende à l’évidence, si ce corset n’était pas légèrement desserré, alors je risquais de défaillir rapidement et ce n’était pas ce que je voulais. Aide moi … Je… Dois desserrer mon corset. Je laissais glisser mon châle de mes épaules, me tournant alors vers lui pour qu’il puisse déboutonner les boutons de ma robe et accéder à ce maudit corset. J’avais posé une main sur un tronc d’arbre pour me maintenir alors que je me concentrais sur ma respiration difficile, mon autre main s’était plaqué sur mon ventre, collant ainsi la robe contre mes rondeurs. Je fermais les yeux, attendant qu’Andar me délivre de cet étau de tissu, j’eus également le souvenir fugace que les dernières fois où je m’étais trouvé dans cette position s’était pendant ma première grossesse, pour un peu, j’aurais souris en pensant que si mon esprit avait du mal à annoncé la nouvelle, mon corps lui semblait bien décidé à évincer le secret.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Le chevalier aux Runes
avatar
Le chevalier aux Runes
Valar Dohaeris


Ft : Tom Burke
Multi-Compte : Dacey Mormont - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 813
Date d'inscription : 29/07/2016

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Dim 1 Avr - 14:45

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
La veille, il avait donné sa soeur à la famille Rougefort. Cette décision avait été sienne, une bonne alliance pour sa famille et pour la Val, mais surtout un mariage où il savait qu'Ysilla serait en sécurité. Pourtant savoir tout cela ne l'aidait pas à avoir l'esprit tranquille. Il lui était difficile de se dire qu'il ne verrait plus sa soeur chaque matin, qu'elle avait à présent un autre nom coller à son prénom. Bien sûr, elle serait toujours une Royce de Roche-aux-runes, mais elle ne serait plus près de lui. N'ayant pas bu une goutte d'alcool, il s'était levé sans trop de mal au petit matin, peu dormi, mais bien dormi. Depuis la mort de son père, Andar n'avait plus goûter à une goutte de vin, il le faisait pour sa famille, pour le bien des Royce, mais la lutte avait été rude et il espérait que ce jour-là se retrouverait moins tentant. Fort heureusement, tout semblait ne pas forcément vouloir sortir de leurs appartements et sa tendre épouse lui proposa d'ailleurs de faire un petit tour sur les terres de Rougefort. Il accepta avec un léger sourire sur le visage. De plus en plus, elle arrivait à faire apparaître ce rictus bien rare de la part d'Andar.

La main de son épouse sur son bras, ils avançaient lentement, bercer par le bruit environnements des montagnes du Val. Les Rougefort vivaient entre la limite des montagnes et du Val, une bonne place stratégique. Aucun mot ne sortait de la bouche du seigneur, aimant savourer des moments de calme, n'aimant tout simplement pas parler pour ne rien dire. La présence d'Alys le réconfortait bien plus qu'il pourrait lui-même l'avouer, l'ancienne Grafton avait réussi à s'installer dans son coeur et y tenait une place, à présent, importante. Il ne voyait pas son avenir, sans elle a son bras. Un mariage qui n'avait pas été célébré sous le signe de l'amour et pourtant ce sentiment s'était hissé dans les âmes des deux Valois, plus uni que jamais. Les épreuves ne les séparaient pas, bien le contraire, cela semblait donner encore plus de force à leur lien.

À la phrase de son épouse, il tourna la tête vers elle. Elle avait raison Ysilla serait heureuse ici, il n'y avait aucun doute à avoir. Là, au lieu de lui répondre par des mots, il posa simplement sa main libre sur celle qui tenait son bras et baissa sa tête légèrement. Un simple geste qui voulait autant dire 'merci pour ton soutien" que "je suis en accord avec ce que tu dis.' Leur marche repris, c'était un beau jour, même si les mestres avaient prévenu que l'automne était là. De plus en plus, l'hiver se rapprochait, telle la citation des Stark. Fort, heureusement, le Val était un lieu assez préservé grâce aux hautes montagnes qui faisaient barrage au froid de l'hiver. Au plus bas, un petit-bois, un bon abri contre le vent.

Finalement, Alys vint à davantage se blottir dans ses bras. Leurs regards se plongèrent l'un dans l'autre. Leur amour éblouissait à vue d'œil. À ce moment précis, il ne respirait que pour elle, souriait que pour la voir sourire à son tour, à la mention de son prénom. Il vint simplement à briser son propre silence pour dire : 

- Oui ?

Un instant de paix, un instant de rapprochement, un instant qui lui donnait l'impression qu'ils étaient seuls au monde. Il voyait bien dans le comportement d'Alys qui chose la troublait et il cherchait la réponse dans ses yeux. Alors qu'ils n'arrêtaient pas de se regarder, ils continuaient d'avancer vers le petit bois. Là, il la sentit défaillir. Son air devint plus inquiet. Sans attendre à la mention de son corset, le seigneur s'occupa d'enlever les boutons de sa robe puis de desserrer les cordes du corset. Normalement, il faisait cela avec une idée derrière la tête, mais là tout de suite, il se faisait bien trop de soucis pour son épouse. 

- Ça va mieux là ?

Il n'attendit pas la réponse, préférant se placer auprès d'elle pour voir son visage de biais. Doucement, ses yeux descendirent vers la main sur son ventre. Un geste bien familier à ses souvenirs, il resta quelques instants abasourdi, le visage fermé, puis il vint à réaliser les rondeurs de son épouse des derniers temps que son esprit avait évincé. Son regard vint retrouver celui d'Alys et il arriva seulement à dire : 

- Tu es....


code by bat'phanie


We know it all by heart the whole is greater. Than the sum of its part we've heard it all before in beauty there echoes a speck of our source

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Jeu 12 Avr - 9:05

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
Je tentais de ne pas céder à la panique alors que l’air trouvait un passage difficile dans mes poumons. Heureusement, Andar réagissait toujours très rapidement et alors que je fermais les yeux, essayant de prendre le maximum de petite bouffée pour ne pas défaillir, je sentis ses doigts enlever un à un les boutons de ma robe, malgré la situation, je réussis tout de même à être contente de me trouver ainsi à l’abri des regards, à ce que les arbres me cachent alors que mon mari s'évertuait à desserrer mon corset. Quand il arrive enfin à me libérer de cette prison de tissus, je prend une grande inspiration, savourant la sensation de ma poitrine se gonflant fortement. J’entends sa voix inquiète à mes oreilles et j’ouvre alors les yeux, il m’observe attentivement et je ressens de nouveau une bouffée d’amour m’envahir à son égard. Je lui souris avec tendresse, hochant un instant la tête pour le rassurer, je me sens mieux oui, mais je sais que ma voix sera tremblante, ce qui ne le rassurera guère, pourtant, je finis par laisser échapper un petit mot, ma voix est enrouée, encore un peu essoufflée mais, je reprend le dessus . Merci ! Je ne fais aucun geste, je reste immobile, même si l’envie de faire un pas vers lui, de coller mon corps au sien, de laisser ces bras se serrer autour de moi dans une étreinte rassurante, alors que sa chaleur me réchaufferait pendant que ma tête contre son torse, je laisserais les battements de son coeur m’apaiser. Jamais je n’aurais cru qu’un homme puisse avoir un tel pouvoir sur moi, avant notre mariage, j’aurais fait une scène si quelqu’un s’était amusé à me conter ce que je ressentais aujourd’hui, seulement, maintenant, je me rendais bien compte que jamais je ne pourrais vivre sans lui.

Cependant, les calins et grandes déclarations d’amour furent balayé en un instant quand ces yeux glissèrent vers ma main qui s’était instinctivement posé sur mon ventre, un geste de protection alors que je me sentais défaillir plus tôt. Je restais silencieuse, alors que je pouvais voir la douleur dans un premier temps, ce geste, je l’avais eue pour notre fils, puis le questionnement pris place et quand nos regards se croisèrent à nouveau, l’espoir. Il tente de me questionner, mais il ne finit pas sa phrase, il laisse l’idée en suspent, comme s’il redoutait de se tromper, d’espérer pour rien. J’allais de nouveau hocher la tête, pourtant, il méritait bien plus qu’un mouvement de ma part pour répondre à sa question. Je me redressais alors, me rapprochant de lui, mes lèvres ne pouvaient s’empêcher de sourire alors que finalement, j’allais lui annoncer la bonne nouvelle, car même si j’étais terrifié à l’idée de le perdre, j’étais heureuse que ce bébé se développe en mon sein. Je posais ma main sur sa joue, la caressant avec tendresse avant de finalement me lancer, ne voulant pas faire durer le suspense inutilement. Je suis enceinte, de trois lunes maintenant. Cette fois je ne résistais pas, je m’installais entre ces bras, une main autour de son cou, l’autre sur son coeur, je me sentis tellement heureuse de finalement lui avoir dit, nos fronts se collèrent l’un à l’autre et je savourais l’étreinte. Je fermais un instant les yeux et j’eus la certitud que tout irait bien. Je suis désolée de te l’avoir caché. Je me sentais aussi un peu coupable d’avoir attendu si longtemps, oui j’avais peur, oui je voulais le protéger d’une éventuelle perte, mais il était mon mari, il avait le droit de savoir, il était fort.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Le chevalier aux Runes
avatar
Le chevalier aux Runes
Valar Dohaeris


Ft : Tom Burke
Multi-Compte : Dacey Mormont - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 813
Date d'inscription : 29/07/2016

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Sam 28 Avr - 15:54

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
L'inquiétude avait pris place dans son coeur, quand Alys lui avait demandé de l'aide. Depuis sa fausse-couche, cette peur de la perdre venait souvent le submerger. Le seigneur avant tant perdu, on pourrait croire qu'il s'y était fait, mais quoiqu'il ne le montre pas chaque épreuve venait faire apparaître une cicatrice invisible sur son coeur. Encore, aujourd'hui, ses pensées se tournaient souvent vers son père ainsi que Yorwick, ce magnifique petit garçon qui avait fait partie de leur vie qu'un temps trop court. Outre son statut de seigneur et l'honneur, Andar privilégiait sa famille et à ce moment précis surtout Alys. Sans attendre, il l'avait aidé à desserrer son corset, étant encore loin d'imaginer, la découverte qui serait sienne. Voulant à tout prix, voir son visage, savoir si tout allait bien, ce fut sa main sur son ventre qui attira son regard. Un geste bien particulier, un geste qui le ramenait vers le passé, un geste qui lui serra le coeur. Était-ce possible ? Durant quelques instants, il n'arriva pas à quitter son ventre des yeux, comme si cela l'aidait à mieux comprendre. Puis, relevant le regard, il croisa celui de son épouse et légèrement sous le choc, il vint simplement à prononcer quelques mots sans arriver à finir sa phrase. Il n'arrivait pas à y croire et pourtant, il savait. La réaction d'Alys fut de se rapprocher de lui, son sourire sur son visage était si beau à voir, il aurait aimé pouvoir étinceler de bonheur comme celle qu'il aimait, mais là, il n'arrivait pas à réfléchir. La main sur sa joue, sa caresse lui fit reprendre son souffle, mais surtout le ramena à la réalité.

Je suis enceinte, de trois lunes maintenant.

Trois lunes ?! Cela faisait tant de semaines que cela. Il n'arrivait à croire qu'il ne l'avait pas perçu avant. Il était certains que les préparatifs du départ d'Ysilla et la gérance de son domaine lui avaient pris beaucoup de temps, mais il ne s'était douté jusqu'à ce jour, à tel point il avait été occuper. Alys dans ses bras, il pouvait sentir son doux parfum, ressentir son coeur battre contre sa poitrine. Son front vint à se coller aux siens, leurs regards s'envoûtèrent avant qu'elle ferme ses yeux.

Je suis désolée de te l’avoir caché.

Pour lui, il n'y avait aucune excuse à donner. Il comprenait qu'Alys ne lui ait rien révéler, surtout après l'épreuve traverser. Yorwick était encore bien trop présent dans leurs coeurs pour qu'ils pensent à autre enfant, enfin, il avait pensé cela avant d'apprendre cette nouvelle. Il n'arrivait encore à savoir ce qu'il ressentait pour la grossesse, mais il se sentait fautif de n'avoir rien remarqué ces trois dernières lunes.

- Je suis désolé de n'avoir rien vu avant.

Oui, cela lui donnait l'impression d'avoir laissé Alys de côté, de n'avoir pas assez observé son épouse, mais surtout, elle avait passé ses trois premières lunes sans pouvoir partager cela avec lui. Un enfant ! Ce mot se répercutait dans son esprit. Son coeur vint à accélérer. Le choc retombait pour laisser apparaître un doux sourire. 

- C'est une merveilleuse nouvelle !

Posant ses bras sur la taille d'Alys, ses lèvres vinrent à se poser délicatement sur les siennes. Un tendre baiser pour une tendre nouvelle. À travers son regard, tout son amour pour elle, explosait. Il n'avait pas besoin d'être expressif pour faire comprendre qu'il était heureux à ce moment précis, heureux mais inquiet. Sachant bien comment avait fini la dernière grossesse de son épouse.

- Tu n'es pas trop fatigué ?

code by bat'phanie


We know it all by heart the whole is greater. Than the sum of its part we've heard it all before in beauty there echoes a speck of our source

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Mar 22 Mai - 9:50

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
Je sens mon coeur battre la chamade, j’ai l’impression qu’il est sur le point d’exploser alors que je sens l’étreinte de ces bras me serrer contre lui. Je me rend compte à cet instant combien garder le secret sur cette grossesse à été éprouvant. Certes, j’avais besoin de temps avant de lui en parler, seulement, je voulais aussi partager cette joie avec lui, aider à faire notre deuil de notre enfant, pouvoir nous tourner sereinement vers l’avenir. Ainsi, quand je réussis enfin à lui dire, quand les mots passèrent mes lèvres, je sentis un poids quitté mes épaules. Je ne peux que m’excuser de lui avoir caché la vérité, d’avoir tant tardé et d’avoir en faite attendu que cela se voit. J’ai un petit sourire tendre quand il s’excuse à son tour, mon regard pour lui est toujours plein d’amour, moi qui m’était juré de le haïr le jour de nos noces, aujourd’hui, je l’aimais plus que tout. Ne t’excuse pas, tu avais beaucoup de chose à gérer. Ces derniers mois avait été intense pour la famille Royce, en effet, la perte de Yorwick, la gestion du domaine, le mariage de sa petite soeur, il y avait eut tant de chose à faire que le soir venu il s’endormait généralement sans même s’en rendre compte. Je ne pouvais pas lui en vouloir de ne pas s’en être rendu compte, de ne pas avoir eut l’oeil sur les changements qui s’étaient opérer en moi. De plus, logiquement, la grossesse ne devrait pas se voir, pas encore, pas comme elle se voyait au jour d’aujourd’hui et je m’en inquiétais un peu d’ailleurs, me demandant si s’était normal. Seulement, ce n’était pas le moment de partager cet inquiétude, pas alors qu’il découvrait que la vie se développait de nouveau en mon sein, qu’enfin, j’allais lui offrir un héritier, une descendance.

Je lui laissais le temps, j’avais appris à le connaître avec le temps et je savais qu’il fallait le temps qu’il digère l’information. Pendant ce temps, il restait impassible, son visage avait toujours été difficile à déchiffrer et si au début, je ressentais de l’inquiétude, aujourd’hui, je me contentais d’attendre, mon corps au chaud contre le sien, je lui laissais tout le temps qu’il lui fallait, j’avais appris que l’assaillir de questions n’aiderais pas, bien au contraire. Il lui fallut quelques minutes avant qu’un sourire ne vienne illuminer son visage, pour beaucoup il aurait pu paraître inexistant, mais je savais lire les expressions de son visage maintenant et c’est la joie qui transpira sur ces traits. Mon coeur s’emballa et je souris à mon tour, oui c'était une merveilleuse nouvelle, maintenant qu’il était au courant, je sentis la peur qui m’étreignais depuis que j’avais découvert la grossesse reculer petit à petit, sa présence, sa force et son amour m’aiderais à tenir les cauchemars à distance. Mes bras s’enroulèrent autour de son cou quand ses lèvres effleurèrent les miennes, me faisant comme toujours frissonner. Il avait une manière bien à lui de me faire passer ce qu’il ressent, je sais au fil du temps, nous sommes devenu tellement proche, que les mots ne sont pas nécessaire pour nous comprendre. Je garde un instant les yeux fermés alors qu’il se recule légèrement, je me sens tellement bien, tellement sereine là au milieu des bois que je n’ai pas envie pour le moment de revenir à la réalité.

Nos regards finirent par se croiser et mon sourire se fis tendre, ma main caressa sa joue, alors que sa question rompis le silence qui s’était installé entre nous. Déjà il commençait à s’inquiéter, je pouvais comprendre pourquoi, mais je lui souris avec tendresse, espérant ainsi le rassurer. C’est différent de … ma première grossesse. Malgré moi, ma voix s’était étrangler quand il avait fallu évoquer cette grossesse, car forcément, cela me ramenait au pire moment de mon existence. Pourtant, je ne voulais pas non plus que la perte de Yorwick bien que douloureuse, intolérable même, nous empêche d’avancer et de l’évoquer. J’ai l’impression d’être déjà énorme, mais je ne suis pas trop fatiguée, même si je me laisse aller à me reposer dans la journée. Je ris doucement, je n’aimais pas l’avouer, mais oui la fatigue était déjà bien plus grande que pour ma première grossesse, il m’arrivait souvent de m’endormir dans mon fauteuil alors que je faisais de la couture, je me réveillais alors que le soleil finissait sa course dans le ciel. Heureusement, contrairement à ma première grossesse, je n’étais pas malade, j’appréciais grandement ce point. Je l’embrassais alors à mon tour, je voulais le rassurer, lui faire passer ma confiance, car voilà, j’étais confiante. Tout iras bien cette fois, je te le promet. Voilà bien quelque chose que je me répétais jour après jour, le bébé serait en pleine santé. Nous étions à l’abri du regard, pourtant, quand une branche craqua non loin de nous, je réalisais que pour un oeil étranger la scène pouvait avoir une tout autre signification alors que ma robe baillait sur mon corps. J’eus un petit rire un peu nerveux, alors que je me trouvais ridicule à sursauter comme ça. Je collais mon bras pour remonter ma robe et la retenir tout en ayant un petit rire espiègle. Ah moins que tu ne compte me l'ôter complètement, il serait peut être judicieux de relasser mon corset. Je n’avais rien contre le fait d’un moment plus physique avec mon mari, mais peut être pas en plein milieu des bois où tout le monde pouvait nous surprendre à tout moment. Je respirais bien mieux maintenant, je pouvais même sentir que mes joues avaient repris des couleurs et mes lèvres semblaient incapable d’arrêter de sourire.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Le chevalier aux Runes
avatar
Le chevalier aux Runes
Valar Dohaeris


Ft : Tom Burke
Multi-Compte : Dacey Mormont - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 813
Date d'inscription : 29/07/2016

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   Mer 20 Juin - 12:10

Longue citation en petit, ici.
For my family to be happy is all i wanted
Une nouvelle chance s'offrait à lui. Il était à ce jour un père sans la présence d'enfants, un père qui ne vivait plus qu'avec le souvenir douloureux de Yorwick. Jamais, il ne serait oublié, il y aurait toujours une cicatrice sur son coeur pour lui, il serait toujours son ainé, celui qui l'avait fait devenir père, mais si les anciens et les nouveaux dieux lui souriaient, peut-être qu'à présent, cet enfant qui grandissait dans le sein de son épouse viendrait à naître sans ombrage, mais surtout ne rendrait pas son dernier souffle avant que lui-même le fasse. Sa vie, parcourue d'épreuve, y avait toujours des traces d'espoirs, des espoirs qui l'avait maintenue en vie, comme la douceur de la jeune Ysilla et la proximité de sa famille, mais pour dire vrai, s'il avait recommencé à vivre, c'était bien grâce à Alys. Elle lui avait permis de se rouvrir au monde, de ne plus broyer du noir, de laisser partir ses fantômes du passé pour retrouver la trace des chemins de la réalité. Alys avait été sa sauveuse et il était certain que s'il la perdait son monde s'écroulerait et une grossesse était toujours un grand risque.

Oubliant ses inquiétudes un instant, il voulait simplement savourer la nouvelle, être heureux et le faire ressentir à celle qui était sienne. L'embrassant simplement avant que finalement, il ait lui demander si elle n'était pas trop fatiguée. Dans son esprit, il restait clairement que l'enfant était venu trop tôt la première fois, face au long voyagejusqu'à Port-réal, mais surtout face au deuil de la perte de Yohn Royce. Alys avait tenu bon, pris sur elle, elle avait été forte, mais il n'est pas si simple de lutter contre son propre corps.

C’est différent de … ma première grossesse. J’ai l’impression d’être déjà énorme, mais je ne suis pas trop fatiguée, même si je me laisse aller à me reposer dans la journée.

Rien que l'évocation de Yorwick était encore vif, ce n'était pas encore facile d'en parler, l'un avec l'autre. Andar réalisa qu'à ce moment précis qu'au final, ils n'en parlaient jamais, Yorwick était dans leur coeur et dans leur pensée, mais de façon intime. L'entendre rire et savoir qu'elle se reposait vinrent à le rassurer, elle vivait cette grossesse sans se laisser envahir par le stress de la première. Elle vint à sceller ses lèvres contre les siennes, il put ressentir tous son amour, mais aussi son espoir que tout se passerait bien. Elle était au final plus confiante que lui et il ne l'aimait que davantage.

Tout iras bien cette fois, je te le promet.

Inclinant la tête avec un regard respectueux. Il voulait la croire, il voulait surtout qu'elle le croie. De toute manière, il était bien décidé de toute mettre en oeuvre pour préserver son épouse et ne pas risquer sa vie et celle de leur enfant à venir. Finalement, quand une branche vint à craquer, cela ramena le couple vers la réalité et pour tout avouer le sursaut de son épouse vint à le faire sourire. Une bien drôle de scène s'offrait dans ce petit-bois du Val.

Ah moins que tu ne compte me l'ôter complètement, il serait peut être judicieux de relasser mon corset.

Lui ôter complètement aurait été une idée fort intéressante et cela pu se voir dans son regard envahit d'une lueur très différente qu'auparavant, mais voilà, il n'était pas vraiment dans un endroit propice pour se laisser aller et surtout, Alys était enceinte. Venant lui déposer un baiser sur le front d'un air plus détendu, il s'éloigna du corps de son épouse pour se faufiler derrière elle et venir à resserrer sa robe avec autant de délicatesse qui le pouvait. Une fois que la robe vint à bien tenir, il demanda tout de même : 

- Pas trop serré ?

Il voulait être certain qu'Alys se sentait bien. Son air devint comme à son habitude très sérieux, et là tout en prenant sa main. Il plongea son regard dans le sien.

- Il serait plus convenable qu'après notre retour à Roche-aux-runes, on arrête de voyager les prochaines lunes jusqu'à l'accouchement. 

Andar était encore loin de se douter qu'il ait à quitter le Val pour le Nord, qu'il devrait quitter celle qu'il aime pour quelques semaines. Là, dans son esprit, il se devait de se tenir auprès d'elle, d'être là, surtout si les choses devaient venir à mal se passer.

- Je veux que tu me fasses une promesse. Si tu te sens mal, si tu as peur, je veux que tu m'en parles, tu ne dois plus me préserver, il est de mon devoir de te protéger !

code by bat'phanie


We know it all by heart the whole is greater. Than the sum of its part we've heard it all before in beauty there echoes a speck of our source

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: For my family to be happy is all i wanted (Andar)   

Revenir en haut Aller en bas
 
For my family to be happy is all i wanted (Andar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Happy B-day tooooooo youuuuuuuuuuuu! ^^
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Happy Material!? (spoiler from Negima!? 14)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: