RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans le Val, à Dorne et dans les IDF ! Points à la clé !

La 17e version est en place, on vous annonce bientôt une surprise

Partagez | 
 

 (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Couronne
avatar
Couronne
Valar Dohaeris

Ft : Sarah Gadon.
Messages : 156
Date d'inscription : 28/01/2018

MessageSujet: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Sam 10 Fév - 18:58



* * * * *
S’en était assez pour Alyria. Quand, enfin, allaient-ils tous rentrer à Port Real ? L’air de Dorne lui semblait irrespirable, les températures bien trop élevées et le soleil bien trop fort pour son teint de porcelaine. Alyria avait dû s’adapter aux différences de températures et de climat qu’offrait cette région. Dorne était bien la région la plus chaude de Westeros. Une région rocheuse, montagneuse, aride et sèche, de surcroit. Nul doute qu’elle y préférait l’air de la capitale et qu’elle avait hâte de rentrer chez elle. Mais il semblait que tout le monde n’était pas de cet avis…

Alyria n’était pas à son aise et, depuis son arrivée en terre dorniennes, il lui semblait bien que quelque chose la tracassait. Quelque chose au plus profond d’elle, quelque chose niché dans son cœur et dans ses veines. Son esprit était préoccupé. Préoccupé par un sentiment de tourment et de malaise. Mal à l’aise, elle l’était pourtant. Et… il n’y avait qu’à regarder Rhaenys pour constater qu’elle paraissait bien plus heureuse à Dorne que chez elle, à Port Real. Qu’elle semblait bien plus heureuse en la compagnie du fantôme de sa mère qu’auprès d’Alyria. Et ce constat l’attristait beaucoup. Au plus profond d’elle-même, elle savait que c’était ce qu’il fallait à sa chère Rhaenys, qu’il était bon pour elle qu’elle se rapproche spirituellement de sa mère. Qu’elle marche sur ses traces, qu’elle pose le pied là où elle-même avait déjà marché et qu’elle pose son regard sur ce qu’Elia avait déjà regardé. Mais la vérité pure était tellement dure à accepter. Alyria était fière de Rhaenys et pourtant, cela lui arrachait le cœur de voir sa fille de cœur peut-être plus heureuse auprès d’un fantôme que d’elle-même. Un puissant sentiment de jalousie l’avait envahi sans qu’elle ne puisse lutter. Et lutter ne servait à rien. Il faudrait simplement accepter que la nature reprenne ses droits.

Dès leur départ de Port-Réal, la princesse avait montré une excitation surprenante. Non, avant ce jour, jamais elle n’avait manifesté le moindre enthousiasme à propos de tout ce qui avait un lien avec sa mère, ni même Dorne. Pour autant, enfant, Rhaenys avait été très proche de sa mère. Tellement proche... Mais c’était devenu, avec le temps, un sujet qui semblait sacré, relayé au passé et dont il était rare de discuter. Du jour au lendemain, aucun autre sujet de conversation ne tournait autour de sa chère et regrettée mère. Ce revirement de situation avait glacé Alyria dans son cœur et dans sa chair lorsqu’elle avait remarqué qu’il se répétait inlassablement. Qu’arrivait-il à Rhaenys ? Qu’arrivait-il à celle qu’elle considérait comme sa fille, toute royale qu’elle soit.

Dieux, c’était elle aussi sa mère, celle qui avait séché ses larmes, celle qui l’avait couverte d’attentions, celle qui avait caressé sa peau pour la calmer. Certes, elle ne l’avait pas enfanté, mais les liens du sang n’étaient pas souverains. Non, les liens du cœur pouvaient être bien plus puissants, elle en était certaine, et pourtant… aujourd’hui, Alyria remettait tout en question.


* * * * *


La porte s’ouvrit et se referma. Alyria leva son regard vers celle-ci. L’après-midi venait de s’achever et le ciel commençait à devenir rose, le soleil quittait enfin Dorne. La fenêtre ouverte laissait passer un filet d’air bien agréable. Les voiles des fenêtres dansaient à mesure du vent et les oiseaux chantaient encore de douces mélodies.

« Oh, Rhaenys… » lâcha Alyria avec un tendre sourire. Sa voix chaude et miellée accompagnait ce regard rassurant et bienveillant avec lequel elle avait toujours regardé Rhaenys.

« Comment s’est passée ton après-midi ? »
demanda-t-elle avec un intérêt véritable. Ses mains se posèrent sur les accoudoirs de son fauteuil, toutes attentions désormais tournées vers son unique intérêt. Peut-être, le plus important de sa vie à ce jour. Les programmes de la princesse étaient très occupés ces derniers temps. Rhaenys allait et venait, sans informer Alyria de ce qu’elle faisait, d’où elle allait et de qui elle voyait. Son comportement envers elle, radicalement différent de celui qu’elle avait à la capitale la troublait grandement. Rhaenys lui racontait, cependant, les détails de ses promenades et de ses activités une fois revenue dans leurs appartements.

Elle ne laissait rien paraître la Farring. Non… elle luttait pour ne pas montrer son désarroi. Pour ne pas montrer qu’elle était touchée de passer en second plan. La vérité lui faisait mal et l’avait fait durement redescendre sur terre. Elle qui flottait dans sa bulle auprès de Rhaenys depuis des années. Elle qui pensait que jamais, non, au grand jamais Rhaenys ne pourrait la remplacer dans son cœur. Il semblait que celle qu’elle pensait avoir remplacé, soit bien plus vivante que jamais dans le cœur de la princesse.

« Raconte-moi tout, ma douce… »


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
avatar
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris

Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Caron || Wylla Manderly
Messages : 6263
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Sam 17 Fév - 13:05



► Lancehelion | 299, lune 5, semaine 5
Tonight you arrested my mind, when you came to my defense
Alyria Farring || Rhaenys Targaryen
Rhaenys avait passé l’après-midi en compagnie de son père. Un moment rare que la jeune femme avait apprécié et elle en avait profité avant que le quotidien infernal de la vie dans la capitale de Westeros ne reprenne. Dorne apportait un certain calme à la vie de tous les jours de la famille royale. Les langues de vipères recommenceraient à siffler, à épier chaque mouvement, chaque geste, chaque mot. Vivre à Lancehelion permettait une liberté de mouvement bien plus grande et le dragon ensoleillé vivait comme elle l’entendait sans se soucier des regards, sans penser aux conséquences car la cour des Martell n’était pas celle du Donjon Rouge. La seule chose que la fille de feu Elia gardait secret était sa relation avec son bouclier lige. Bien qu’il était plus facile pour eux de se retrouver, elle préférait rester loin des regards afin de vivre son idylle paisiblement.

Le chevalier raccompagnait donc la fille du Roi vers les appartements réservés à la famille Targaryen. Mais Rhaenys s’arrêta un instant se tournant vers le garde royale et ser Durran. Elle demanda à son chevalier de l’attendre dans ses appartements, qu’elle aurait une mission pour lui dans peu de temps. Le bleuté de la brune pétillait de malice et le Cressey comprit très bien quelle serait cette mission. Il s’inclina avant de disparaître au détour des couloirs tandis que la jeune fille reprit son chemin vers les appartements d’Alyria, un peu plus éloigné de ceux des Targaryen comme ceux de ses autres dames de compagnie. Wynafryd passait beaucoup de temps avec Robb, les deux nordiens s’étaient manqués et rattraper le temps perdus, Aelinor tentait de survivre malgré sa jambe douloureuse et Myrielle restait fidèle à elle-même, une lionne fière malgré le climat si différent de celui de la capitale. Chacune vivait et profitait pleinement de ce voyage, toute était ravie de voir Rhaenys plus rayonnante que jamais sur les terres natales de sa mère.

La fille du Roi frappa quelques coups contre la porte pour s’annoncer avant d’entrée, sans attendre une réponse de la Farring. Le garde royal resta à l’extérieur se plantant devant la porte. Depuis le mariage la sécurité de chaque dragon avait été renforcé, les manteaux blancs les suivaient et garder les appartements à l’œil. Des mesures de précaution qui rappelait celle de la capitale où les traites et le danger se trouvaient constamment. Cela ne changeait pas grand-chose pour Rhaenys, du moment qu’ils se faisaient oublier dans leur tâche. Elle s’approcha donc d’Alyria, son visage reflétant la quiétude de son après-midi. Un filet d’air parcourait la pièce, venant secouer le tissu fin de la robe dornière que portait la princesse.
« Calme, j’ai passé les dernières heures avec père où nous étions juste entre un père et sa fille, loin du poids des couronnes qui nous assomment. Cela faisait bien longtemps que ce n’était pas arrivé. »

La princesse ne s’était pas assis, préférant porter son regard vers l’horizon où le soleil déclinait laissant le ciel se teinté de couleur de douce couleur chaude, rendant le début de soirée poétique.
« Et toi ? Tu n’es tout de même pas rester cloîtrer ici toutes la journée ? »

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Couronne
avatar
Couronne
Valar Dohaeris

Ft : Sarah Gadon.
Messages : 156
Date d'inscription : 28/01/2018

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Lun 19 Fév - 22:59

Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.



Rhaenys Targaryen & Alyria Farring

Rhaenys entra dans la pièce, avec une grâce et une discrétion qui lui étaient toutes singulières. Elle lui conta son après-midi. Un moment simple, passé exclusivement avec son père. Alyria pensait profondément que c’était ce genre d’interactions dont Rhaenys avait le plus besoin. Leurs obligations royales les contraignaient sans cesse à repousser ce genre d’instants pourtant si nécessaires. Pourtant, Alyria avait souvent conseillé à sa majesté de passer plus de temps avec ces enfants. Mais bien souvent, le devoir d’un souverain, l’emportait. Alyria ne pouvait, à elle seule, combler l’absence d’un père et d’une mère à la fois. Cette nouvelle réjouissait donc la jeune femme. Il était important, selon elle, qu’elle puisse partager des moments en tête-à-tête avec celui qui était son père et non son roi. Elles voyaient bien trop souvent le roi et pas assez l’homme. Mais ses responsabilités l’emportaient sur leurs sentiments et leurs ressentis.

Un sourire sincère s’afficha sur ses lèvres.

« C'est une excellente chose, Rhaenys. Je me suis quelque fois permise de souffler à ton père l’idée de se réserver des instants, quelques moments exclusifs pour ses enfants. Et pourtant... être roi ne permet pas souvent à l’homme de profiter des choses simples de la vie qui lui sont pourtant si chères... Pour cette fois-ci, je ne lui ai pourtant rien suggérer. »
Elle esquissa un sourire.

Son amitié avec sa majesté, longue de plusieurs années maintenant, lui avait permis de se risquer à lui souffler quelques conseils avisés. Alyria se limitait cependant au domaine qui l’intéressait, ce pourquoi elle était là : les enfants et leur bien-être. Ils étaient sa priorité à elle, ce pourquoi elle avait abandonné son temps et sa jeunesse au profit de la famille royale. Mais le réconfort et la fierté qui en ressortaient étaient tellement bienfaisants que cela était loin d’être un sacrifice inutile, rendant la loyauté de la Farring intarissable.

« Je suis allée marcher près des fontaines, la chaleur était si lourde cet après-midi, n’est-il pas ? Et j’ai enfin pris le temps d’écrire à mes frères. Notre vie à Port Réal est si intense que le temps me manquait sans cesse. Les corbeaux sont partis, j’espère qu’ils auront rapidement mes lettres. »

La blonde prit un air pensif, quelques réminiscences lui revenant à l’esprit.

Alyria marqua une pause, observant sa jeune enfant, à la fleur de l’âge. Elle était si belle, si pure. Le vent venait telle une brise légère et tellement agréable après les chaleurs de l’après-midi.

« Tu as l’air bien plus détendue qu’à Port Réal… »

Rhaenys observait la vue à travers la fenêtre, un air définitivement pensif dans le regard. Bien trop songeur à son goût.

« A quoi penses-tu ? Je connais ce regard… » lança-t-elle avec aisance et tendresse. Alyria connaissait sa princesse. Elle l’accompagnait depuis bien des années, connaissant ces moindres expressions, ses non-dits… La distance qu’elle mettait en ce moment n’était pas anodine. Quelque chose la tracassait, Alyria l’avait remarqué. Elle avait toujours laissé à Rhaenys la possibilité de se confier si elle le désirait. Ne lui forçant jamais la main, elle lui laissait toujours le choix d’aborder un sujet qui semblait la préoccuper.

DRACARYS 2017


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
avatar
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris

Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Caron || Wylla Manderly
Messages : 6263
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Jeu 22 Fév - 21:58



► Lancehelion | 299, lune 5, semaine 5
Tonight you arrested my mind, when you came to my defense
Alyria Farring || Rhaenys Targaryen
La relation entre Rhaenys et son père était des plus inhabituelles au-delà du poids de la couronne qui pesait sur leur tête. Depuis la mort de sa mère, tout avait changé. La douceur et la complicité de l’enfance avait laissé place à une relation tout autre. Les deux dragons étaient proches mais le caractère libre de la jeune femme allait bien trop souvent à l’encontre de son paternel, refusant d’être autre chose qu’elle-même face à lui. Les étincelles étaient plus que nombreuses, et les explosions de colère n’étaient pas étrangères à leur échange d’un côté comme de l’autre. Le dragon ensoleillé pouvait sortir en haïssant son paternel et en le maudissant tout comme qu’elle pouvait le quitter comme ce jour ci, le sourire aux lèvres, radieuse et heureuse. Le Roi avait bien de la chance de ne pas avoir une fille rancunière sur ses points ci. La princesse l’était mais avec sa famille proche, elle pouvait pardonner avec plus d’aisance. Et c’était devenue une habitude avec son père.
« Je pense aussi que notre dernière entretenu ne s’étant pas bien déroulé…il a voulu rattraper cela…Pour ne pas rester sur une mauvaise note et vu que nous sommes à Dorne, le moment était le mieux choisis. »

Alyria lui raconta sa journée, sa promenade près des fontaines pour affronter la chaleur que la jeune princesse ne ressentait pas comme le reste de la délégation royale. Tout semblait naturelle, sa peau s’était acclimaté avec une rapidité et une aisance déconcertante, et la chaleur ne la dérangeait absolument pas. Rhaenys hocha légèrement les épaules à la question, continuant d’observer l’horizon où le ciel avait des teintes sublimes qu’ils ne possédaient guère dans la capitale. Le dragon ensoleillé voulait les ancrer dans sa mémoire avant de repartir.

A la remarque de la fiancée du Roi, les yeux azurés de la princesse se rivèrent sur le sol. Bientôt tout redeviendrait comme avant. Méfiance, observation, le carcan de la royauté viendrait l’emprisonner de nouveau. La jeune princesse poussa un long soupire avant de se retourner.
« Ici je suis moi-même, personne n’attend de moi à ce que je sois la princesse parfaite que je ne supporte pas être. Je suis libre, peu importe ce que je fais, comment je me comporte, quelle robe je porte, comment je me coiffe, quelles sont mes fréquentations. Les gens s’en fichent, je porte peut-être le nom des Targaryen mais personne ici ne me considère comme telle. Je n’ai pas à me battre pour affirmer celle que je suis avec fierté. Mais d’ici quelques jours… tout ceci sera terminé et je devrais redevenir la parfaite princesse Rhaenys, fille du Roi dragon. Je n’ai pas envie de rentrer. »

Elle se sentait tellement mieux à Dorne, c’était comme si sa mère était de nouveau vivante, à ses côtés et que le monde autour n’avait aucune importance. Elle n’était pas la fille d’un Roi, elle était la fille d’une dornienne, d’une femme aimé, respecté et partie trop tôt. Les gens ne la voyaient pas comme la fille du roi mais comme la fille d’Elia. Portant avec fierté son physique de dornienne malgré ses yeux clairs. Sans parler du fait que dans cette région les mœurs étaient différentes, retrouver Durran en secret était d’une simplicité effarante, le chevalier et la princesse n’avaient jamais été aussi proche que depuis qu’ils étaient à Dorne. Alors Rhaenys n’avait pas envie que ce moment magique s’arrête.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Couronne
avatar
Couronne
Valar Dohaeris

Ft : Sarah Gadon.
Messages : 156
Date d'inscription : 28/01/2018

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Mar 6 Mar - 22:22

Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.



Rhaenys Targaryen & Alyria Farring

Les mains sur chaque accoudoir du fauteuil, Alyria observait Rhaenys. Paisible, bien qu’intérieurement affectée, son regard bienveillant ne la quittait pas. Rien ne paraissait, pas même la tristesse de se sentir à Dorne comme en pays étranger. Sensation qu’elle ressentait avec sa princesse en ce moment même. La désagréable sensation qu’elle était devenue une étrangère, sitôt qu’elles avaient franchies la frontière du royaume de Dorne. « Rassure-toi… » pensait-elle résolument pour se tranquilliser… « de retour à Port-Réal, tout redeviendra comme avant » Serait-ce pour autant la réalité ? Rhaenys marchait sur les pas de sa mère, ici à Lancehélion. Elle renouait avec quelque chose qu’elle n’avait que trop peu connu. C’était comme si, ce lien renaissait de ces cendres.

« C’est bien vrai. Quel meilleur endroit que celui-ci pour réuni un père et sa fille... »


La remarque d’Alyria jeta Rhaenys dans un mutisme soudain. Pensive, elle l’entendit soupirer et se tourna vers elle. « je n’ai pas envie de rentrer » Bam. La vérité arriva au visage d’Alyria comme une claque. Mais elle ne répondit rien. Pas de suite en tout cas. Pas trop vite… Elle avala la vérité. Quelle autre solution avait-elle que de faire avec, de toute manière. Voilà une enfant qui n’avait pas envie de retrouver sa vie. Pouvait-elle l’en blâmer ? Le quotidien de Rhaenys n’était pas des plus simple et Alyria Farring pouvait en témoigner. Loin d’être d’une liberté fantasque, les règles d’usage venaient souvent rappeler à la jeune fille ses devoirs et ses obligations.

« Ici je suis moi-même, personne n’attend de moi à ce que je sois la princesse parfaite que je ne supporte pas être. Je suis libre, peu importe ce que je fais, comment je me comporte, quelle robe je porte, comment je me coiffe, quelles sont mes fréquentations. Les gens s’en fichent (…) »

« Oh… ma douce enfant… » lâcha Alyria à mi-voix. Elle remonta sa main à son front, son bras toujours accoudé. Elle cherchait ses mots. Les bons mots. Ceux qui pouvaient faire résonnance chez la jeune fille. Ceux qui pouvaient être éloquents. « Le poids des convenances peut te sembler lourd, étouffant et… » Alyria s’interrompit un instant… Rhaenys doutait. Elle ignorait ce qui la faisait hésiter comme cela. A ne plus vouloir être celle qu’elle était. A ne plus vouloir vivre où elle vivait.

« Je sais qu’il est parfois difficile pour toi d’arriver à t’épanouir dans cet environnement… Bien sûr, cette vie à Dorne te paraît idyllique. Bien sûr tu t’y sens bien… C’est même normal… Mais qu’en serait-il dans plusieurs mois ? A Port Real tu es la Princesse des Sept Couronne. Et, bien que le poids des convenances peut te sembler lourd – ce que j’en conviens - tu y excelles brillamment, ma fille.

Tu es ce pourquoi tu es née, peu importe les terres que tu fouleras. Mais ici tu es autre chose, je te l’accorde. Alors profite du temps qu’il nous reste. Regarde, sent, vibre et mémorise les moments qui te sont chers. A Port-Réal, ce seront des réminiscences incroyables, des regains de félicité dont tu te nourriras… »


« Il fait bien trop chaud pour moi ici, tu sais… » conclut-elle en souriant.


DRACARYS 2017


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
avatar
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris

Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Caron || Wylla Manderly
Messages : 6263
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Dim 18 Mar - 20:33

Le poids des convenances, Rhaenys ne les avait jamais supportés. Depuis la mort de sa mère elle fuyait ce rôle qu’on lui donnait de par sa naissance. Le marché passé avec son père lui permettait bien des libertés mais il y avait encore trop de détail qui faisait que la jeune fille était lasse de jouer ce jeu qu’on voulait qu’elle joue. Cela ne lui ressemblait pas, on l’enfermait dans ce carcan qu’on appelait étiquette ou bonnes mœurs. Elle cachait les choses qui horrifierait les Sept Couronnes et qui jetterait peut-être l’opprobre sur sa famille, chose qu’elle ne désirait nullement. Elle voulait juste vivre sa vie, être elle-même, ne pas être ce pourquoi elle était née. Elle n’avait jamais réellement pu vivre une totale liberté et ici à Dorne, elle touchait enfin ce doux rêve du bout des doigts, libérant son cœur d’une véritable proie. Chaque journée apportait une paix dans son esprit, elle trouvait doucement un équilibre sur ce qu’elle était. Cette région l’apaisait, lui donner toutes les raisons d’être parfaitement heureuse.
« Il est là le souci, je ne veux pas être la Princesse des Sept Couronnes, je ne l’ai jamais voulu. Cela n’apporte rien de bon à part contrainte et frustration. Je ne peux pas être moi-même. Je ne peux pas être comme les autres jeunes filles de mon âge, je ne peux aimer l’homme que je désire, je ne peux rêver de liberté, je dois sourire, je dois être politiquement correct et enfouir mes rêves… Les gens voient peut-être une princesse parfaite mais ils ne voient qu’une coquille qui est vide… Je dois cacher des choses qui choquerait Westeros tout entier et bouleverserait les alliances. Je dois être plus Targaryen que Martell pour ne pas choquer. Je dois toujours enfermer ce feu qui brûle en moi, je dois faire taire ce que je suis réellement pour le plaisir des autres. »

Sans s’en apercevoir la jeune femme avait entamé un va et vient dans la pièce, laissant la colère de l’injustice gronder dans ses entrailles. Dorne lui avait rappelé qui elle était et savoir qu’elle allait devoir retourner à Port Réal et faire taire tout ce qu’elle était, la mettait en colère. La dragonne s’était libérer de ses entraves et l’enchaîner de nouveau à une vie plus convenable la mettait hors d’elle. Le feu bouillonnait en elle, elle était le dragon du soleil, plus brûlant que jamais. Et on voulait éteindre la flamme pour la faire redevenir qu’une étincelle docile et contrôlé.
« En réalité, personne ne me connait vraiment à l’exception d’une seule personne… »

Et ce n’était ni son père, ni son frère, ni ses dames de compagnie. Le seul qui la comprenait, qui la connaissait et savait calmer ses tempêtes brûlantes étaient celui qui la protégeait quotidiennement, celui qui posait son regard vert sur elle et qui était prêt à donner sa vie pour la protéger. Le seul qui supportait la chaleur sans rechigner et qui ne semblait pas trop en souffrir. Dorne était hostile à la quasi-totalité de sa famille, elle avait l’impression d’être la seule à tout supporter. Elle ne voulait pas rentrer et faire taire celle qu’elle était. Et la petite remarque innocente d’Alyria fit naître un rictus l’espace d’une seconde sur le visage de Rhaenys.
« Comme tout le monde ici. »

Elle avait répondu en soupirant, comme vaincu par ce constat plus fort qu’elle. Elle arrêta à sa marche nerveuse pour s’affaler abattu et vexé dans un fauteuil. Elle restait toujours prisonnière des règles, elle n’avait jamais réussi à s’en défaire. Cela avait été vrai, cela était vrai et cela serait vrai encore et encore, inlassablement durant de longues années.



The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Couronne
avatar
Couronne
Valar Dohaeris

Ft : Sarah Gadon.
Messages : 156
Date d'inscription : 28/01/2018

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Jeu 19 Avr - 22:30

Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.



Rhaenys Targaryen & Alyria Farring

Le désespoir de Rhaenys était sans appel. Une sorte de mélancolie avant l’heure. La jeune femme se lança dans un long monologue allant et venant à travers la grande pièce. Alyria suivait du regard ses déplacements. Cette conversation lui permettait d’extérioriser. De manifester son angoisse d’un retour à Port-Réal pourtant bien réel et du poids des convenances qui pesaient sur ces épaules. Alyria savait tout ça. La blonde connaissait bien les prérogatives de sa protégée, depuis tant d’années qu’elle vivait à ces côtés. Que lui dire ? Que faire face à l’institution dans laquelle elle évoluait depuis si longtemps ? Il n’y avait malheureusement pas grand-chose à faire. Mais en réalité, deux choix s’offraient à elle : rester dans ce rôle qu’elle semblait tant haïr, restant fidèle à ce que le destin lui avait offert ou fuir ce rôle dans lequel elle ne se reconnaissait plus. Elle n’imaginait pas une seule seconde la deuxième option.

« (…) je ne peux aimer l’homme que je désire, je ne peux rêver de liberté (…) »
« Ma douce, j’ai bien envie de dire que c’est là la tare des femmes… »

Dans le discours de la princesse, elle distinguait des préceptes pourtant bien proches de celle d’une simple femme. « Je ne veux pas être la princesse des sept couronnes » Son cœur se serra. Comment pouvait-elle tout rejeter en bloc ? Certes, ce rôle n’était pas facile, mais elle en était la parfaite représentation. Alyria ne pouvait que comprendre son désarroi mais ne pouvait s’empêcher de refuser son visible abandon.

« … Crois-moi, il est bien chose rare qu’une femme possède le contrôle sur sa propre vie. Qu’elle soit princesse ou simple servante. La vie ne nous épargne malheureusement pas. »

Cette phrase, semblant pouvoir résonner pour Rhaenys autant que pour Alyria était pourtant bien vraie. La blonde n’avait pas non plus véritablement choisi celui qui, fût un temps, était son mari. Peu de femmes avait pourtant la chance de pouvoir choisir l’homme qu’elle épouserait. Peu de femmes avait également la chance de pouvoir épouser celle qu’elle aimait. Qu’elle soit pauvre ou riche.

« En réalité, personne ne me connait vraiment à l’exception d’une seule personne… »


Alyria fixa son regard sur la jeune femme. Il n’y avait qu’une seule personne de son entourage qui la connaissait vraiment. A première vue, la blonde aurait pensé à sa propre personne. Mais il semblait que la princesse ne faisait pas référence à elle. Mais à qui donc ? Qui était cette personne qui semblait plus proche qu’elles ne l’étaient ? Elle qui avait pratiquement élevé Rhaenys et qui la suivait depuis de bien longues années. Elle avait pansé son cœur, sécher ses larmes et présente aussi souvent qu’elle le pu. Mais cela n’avait pas semblé suffire pour obtenir la première place dans son cœur. Elle ne pouvait faire référence à son père, aussi royal fût-il. Il avait été trop peu présent à ses côtés pour prétendre la connaître mieux qu’Alyria. Parlait-elle de son frère, Aegon ? Son intuitionla fit changer d’avis. Non… Mais alors qui était-ce ?

« Qui donc, Rhaenys ? »


Alyria avait usé de sa douce voix. Celle qui invitait à la confession. Rhaenys avait attisé sa curiosité. Mais surtout, elle voulait connaître l’identité de celui ou celle qui avait les préférence de sa fille de cœur.

Elle se laissa littéralement tomber dans un des fauteuils qui trônait dans la pièce. Une fois installée, les deux se regardèrent pendant qu’Alyria cherchait ses mots. Les mots justes. Ceux qui pouvaient résonner en elle. Mais y en avaient-ils ? Durant un moment, il y eut un silence. Non pas pesant mais salvateur. Un moment de répit, un moment nécessaire. Rhaenys venait de se confiait sans filtre à mère de cœur et il était évident que nulle autre personne n’aurait connaissance de leur échange. Il se disait que les murs avaient des oreilles mais une des qualités d’Alyria était de savoir garder secret ce qui ne devait être révélé. Cette conversation en faisait partie, sans aucun doute.

« Ce rôle te pèse. Puis-je vraiment t’en blâmer… »


Alyria laissa s’échapper un soupir et se regard glissa dans le vague, sans vraiment y penser. Après tout, cette place privilégiée avait bien son revers. Elle tenta de l’orienter vers d’autres desseins. Les siens. Ceux, qui prochainement, changeront sa vie.

« Tu es fiancée. Désormais, beaucoup de projets t’attendent, Rhaenys… Tourne-toi vers l’avenir et non le passé. »



DRACARYS 2017


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
avatar
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris

Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Caron || Wylla Manderly
Messages : 6263
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Mer 25 Avr - 21:30

Alyria avait malheureusement raison mais Rhaenys ne voulait pas vivre toute sa vie ainsi. Elle avait envie de liberté, d’indépendance, de contrôle sur ce qu’elle faisait. Elle avait réussi déjà bien des choses malgré son statue de femme. Un danseur d’eau venu de Braavos était venu lui apprendre le maniement des armes. Les sœurs d’Aegon le Conquérant étaient des combattantes, bien que son homologue ait été moins féroce que son aîné. Mais depuis, les princesses et reines Targaryen avaient défilés et aucune ou peu avait pris le flambeau en reprenant une arme pour se battre comme les hommes. Cela ne lui avait jamais réellement sauté aux yeux bien qu’elle le ressentait mais désormais un étrange sentiment se faisait sentir au fin fond de son cœur. Une chose qu’elle ne pouvait laisser passer. Elle devait y remédier seulement le chemin pour cela était bien sombre et incertain.
« C’est une injustice qui traine depuis trop d’année…Visenya Targaryen, Rhaenys Targaryen, la Reine Nymeria avaient leur destin entre les mains. Elles sont tombées dans l’oubli dans un monde dominé par les hommes… »

Assise dans son fauteuil, elle hésita avant de donner le nom de la personne. Mais elle n’avait nulle envie de retourner dans une conversation qui ne lui plairait pas comme elle l’avait eu quelques heures plutôt avec son père au sujet de son bouclier lige. Elle n’aimait pas spécialement mentir à Alyria mais elle ne voulait pas encore une fois laisser le nom du chevalier franchir ses lèvres. Elle chercha donc une façon de le qualifier. Il était un homme de l’ombre, si l’entourage de la princesse le connaissait les gens de la cour ne connaissait pas forcément son ombre. Il était juste un garde armé suivant la fille du Roi.
« Une personne sans réel importance, qui n’est pas dans la lumière comme nous. »

Avec cette définition, cela pouvait être également Gella, sa servante personnelle et espionne de temps à autre avec qui le dragon ensoleillé entretenait une relation complice et fusionnelle. Cela ne serait pas étonnant que les gens pensent à la jeune servante discrète de la princesse avant le chevalier.

La jeune femme assise en face d’elle aborda la question épineuse de son mariage et de l’avenir et des projets s’offrant à elle. Malheureusement, Rhaenys n’en voyait que trop peu. Se dire qu’elle allait devoir rester coincer dans le Val ne la réjouissait pas. Elle, la fille du feu et du sable allait se retrouvait dans une région où montagne et fraîcheur faisaient paire. Comment pourrait-elle s’y plaire ? Elle était bien trop différente et son futur époux…bien trop insupportable à son gout.
« Je n’arrive pas à me projeter à vivre dans…le Val. Il fait froid, Ser Robar est insupportable et… à part le fait qu’il va falloir que je devienne grosse pour satisfaire ce cher chevalier que je n’aimerais pas, je ne vois pas de belles perspectives d’avenir pour le moment. Pourquoi déjà ai-je laissé père me fiancé à… un valois… ? »

Parfois un sentiment de regret s’emparer de son cœur d’avoir céder. Mais désormais elle devait assumer et aller se marier avec un homme qu’elle n’aimerait probablement jamais.



The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Couronne
avatar
Couronne
Valar Dohaeris

Ft : Sarah Gadon.
Messages : 156
Date d'inscription : 28/01/2018

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Mar 8 Mai - 22:33

Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.



Rhaenys Targaryen & Alyria Farring

Rhaenys fit référence à des femmes puissantes, qui pourtant, n’en n’avaient fait usage. La jeune princesse voulait-elle transiger la règle ? Les hommes, voilà le plus grand malheur des femmes. Malheureusement, bien loin sera le jour où les femmes domineront ces royaumes. Alyria ressentait toute la rage que Rhaenys pouvait ressentir. Qu’elle femme ne l’avait jamais ressenti ? Une animosité contre les hommes qui nous menaient, dirigeaient, forçaient. Et nous subissions, depuis des milliers d’années la joute des hommes. Révoltées mais silencieuses. Mais pourtant de moins en moins. La jeune génération semblait se réveiller, ouvrir les yeux sur ce monde fait pour les hommes et par les hommes. Nous avions notre place et notre voix comptait autant que la leur. Nous n’étions pas des idiotes dénuées d’esprit. Nous n’étions pas de jolis minois uniquement là pour enfanter. Dieux, nous étions bien plus que cela. Alors comment dire à Rhaenys qu’elle n’avait pas tort. Comment lui avouer qu’elle avait raison et que d’un côté, cela lui durcissait la tâche, mais que de l’autre, elle était tellement fière qu’elle se batte. Alyria était en réalité tellement fière qu’elle ait eu cette lueur d’esprit, cette clairvoyance sur le monde qui les entourait.

« Tu voudrais changer cela ? » demanda Alyria, neutre.

Rhaenys nommait des femmes qui avait subi l’injustice. Amenant sa protégée un peu plus loin dans sa réflexion, elle la regarda attentivement.

Elle l’a vit hésiter. Puis, se raviser sur l’identité de cette personne qui était censée la connaître mieux qu'elle. Elle n’en dit pas d’avantage.

******

« Tu peux tout me dire Rhaenys, tu le sais… » souffla Alyria dans une ultime tentative.

Alyria se répéta la phrase de Rhaenys. « …qui n’est pas dans la lumière comme nous. » cela avait laissé sa réponse tout aussi mystérieuse. Alyria avait souri comme seule réponse. Pas vraiment convaincue. Elle ignorait si le « nous » qu’elle avait employé comprenait Alyria dans le lot, mais cela la fit songer, bien involontairement.

« Il n’y a que toi dans la lumière, ma douce… » affirma-t-elle avec un sourit maternel. « Quoique si on y réfléchit bien… il faudra bien que je m’y habitue, bientôt, j’imagine. » pensa-t-elle songeuse, appuyant ses doigts sur son front douloureux. La chaleur lui avait donné mal au crâne et songer à son futur aux côtés du Roi et toutes les nouvelles responsabilités qui l’attendaient lui donna le tournis. L’ampleur de la chose, la dimension que sa vie prendrait. C’est comme si elle ne réalisait toujours pas. Elle se leva discrètement pour cacher son trouble. Alyria réalisa alors que les remontrances de sa fille de cœur étaient louables et qu’elle en comprendrait prochainement le sens. « Etre dans la lumière » Alyria ne l’avait jamais été. La jeune femme avait toujours été aux côtés de la famille royale mais n’en n’avait jamais fait partie. Elle était toujours en retrait et cette place de l’ombre lui avait toujours convenue. Alyria se certifiait qu’elle avait choisi son destin. Oui, elle avait eu le choix d’accepter ou de refuser la proposition de sa Majesté. Sa voix comptait, son avis comptait. Et le Roi avait bien insisté sur le fait que sa proposition de mariage était refusable. Mais elle avait pourtant accepté. S’était-elle engagée dans une machination plus grande qu’elle ? Avait-elle fait un choix judicieux d’accepter de passer de l’ombre à la lumière ? La blonde saisi une carafe d’eau fraîche qui contenait des feuilles hachées de menthe et remplit deux verres. Se retournant enfin vers Rhaenys, elle se dirigea vers elle et posa le verre à côté d’elle. Buvant le sien avec empressement, comme soudainement morte de soif.

Le futur mariage de Rhaenys, en voilà une affaire. Alyria dû se concentrer pour renvoyer ce sourire qui désirait s’installer sur ses lèvres. Mais elle échoua. Sa réplique et le ton utilisé l’avaient amusée.

« Rhaenys… » soupira-t-elle faussement désespérée par ses paroles, un sourire aux lèvres. Elle s’en voulait d’avoir sourit mais… la jeune fille avait raison. Le tableau qu’elle avait peint avait été très bien résumé et la manière dont elle l’avait exprimé rendait sa situation risible en effet. Elle alla s’installer sur l’accoudoir du fauteuil sur lequel était assise Rhaenys. Elle fit glisser dans ses doigts ses longs cheveux bruns qui contrastaient avec sa chevelure blonde comme les blés.

« Le Val. Il va falloir, effectivement que tu t’habitues au climat, mais ce n’est pas insurmontable. » Le climat est délibérément insupportable, pensa Alyria.

« Que tu donnes un héritier à ton futur époux, oui. C’est exactement ce que l’on attend de toi. Ce que ton père et ton époux attendront de toi. C’est le but ultime d’une alliance... »

Elle déposa un baiser sur le haut de sa tête, à la naissance de ses cheveux.

« On ne se marie pas parce qu’on aime, Rhaenys. »
lui dit-elle tendrement. Le ton dénotait du contenu de son discours. C’était dit comme… une vérité générale, comme un fait immuable mais avec une affection infinie. Une résignation, peut-être, aussi : on ne se mariait pas par amour, pas ici. Pas maintenant. Pas elles. Et Alyria en personne en était le parfait exemple.

«  Tu as accepté ce mariage parce que tu es une héritière digne, réfléchie… et consciente que ses engagements servent à sa famille. Il fallait établir la paix avec la famille Royce. C’était la garantie d’une paix durable. Et on ne refuse rien au Roi, n’est-ce pas ? »

Elle s’était braquée sur ce mariage. Bornée comme souvent et la situation fit sourire Alyria. Elle retrouvait là une Rhaenys presque enfantine, qui avait besoin d’être rassurée, même si elle pouvait affirmer le contraire.

« C’est l’appréhension qui te guette, qui te nargue. Rien de plus. Une fois dans le Val, tu seras bien trop occupée à observer, apprendre, découvrir et régner sur ces nouvelles terres… »

DRACARYS 2017


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon Ensoleillé
avatar
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris

Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Caron || Wylla Manderly
Messages : 6263
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   Ven 11 Mai - 15:15

Voulait changer le statut des femmes de Westeros ? En son fond intérieur oui. Est-ce qu’elle le ferait ? Probablement pas. Elle avait certes plus de pouvoir que toutes les autres femmes des Sept Couronnes à l’heure actuelle. Mais elle ignorait si elle avait les capacités pour le faire, si elle avait envie de se lancer dans une mission où elle devrait penser politique, intrigue, toute ses choses qui l’ennuyait prodigieusement. Elle s’était tenue à l’écart durant toute sa vie, refusant tous les enseignements relatifs à ce sujet, préférant laisser sa curiosité l’informer et bien souvent ce n’était guère des sujets sérieux ou important et elle s’en portait très bien. Alors elle haussa les épaules quelques peu nonchalante.
« J’en sais rien… »

Tout dire. Elle avait tout dit à son père et cela ne s’était pas vraiment passé comme prévu. Alyria avait un atout non négligeable sur Rhaenys. Elle était l’une des rare à pouvoir monter le ton contre la princesse sans que celle-ci ne réplique et le dragon ensoleillé n’avait vraiment pas besoin de cela ce soir. La blonde tentait d’encourager la plus jeune à se confier mais la Targaryen avait fait suffisamment de confession pour la journée. Elle commençait à être fatiguée et n’avait plus vraiment la force de se battre pour défendre ses actes et les expliquer tout en les assumant. Mais la fille du Roi secoua la tête avec un long soupire.
« Personne d’important, ce n’est pas important. »

Au sujet de son mariage, Alyria vint s’assoir sur l’accoudoir du fauteuil où se trouvait la jeune fille et Rhaenys alla se lover légèrement contre la jeune femme, fermant les yeux un instant profitant de ce contact avec cette femme qu’elle aimait tant. L’écoutant en même temps, laissant un léger rire amuser s’échapper de ses lèvres.
« Tu dis cela alors que tu ne supportes pas le climat dornien. »

Elle savait parfaitement qu’elle devrait accepter que son ventre s’arrondisse et cette idée ne la réjouissait pas. Elle avait énormément hérité de sa mère. Les Sept l’avait protégé en lui donnant une santé à tout épreuve mais pour l’enfantement, il y avait de forte chance que les dieux ne soient pas aussi clément que pour sa santé. Elle pourrait peut-être donner naissance à un ou deux enfants mais guère plus. Mais elle se sentait guère l’âme d’une mère pour le moment, elle n’était pas prête à donner la vie pour le moment.
« Je ne suis pas prête à avoir des enfants… » marmonna la princesse

La plupart des mariages était effectivement arrangé, sans amour. Mais il y en avait plus qu’on le pensait qui se réalisait par amour. Son frère allait se marier par amour. Daenerys semblait relativement bien s’entendre avec l’héritier du Conflans, peut-être que les sentiments naîtront avant la cérémonie. Lord Tywin avait épousé sa femme par amour. Aegon le Conquérant et Jaehaerys I s’était mariés par amour. Wynafryd allait aussi se marier par amour. Il y avait de bien trop d’exemple qui contredisait la règle générale. Même si parfois il y avait une raison politique, les deux promis avaient réussis à développer de réel sentiment l’un pour l’autre, chose que ne pourrait développer Rhaenys pour Robar.
« Il y a plus de mariage d’amour qu’on peut le croire. Et je refuse plus de chose à père, que j’en accepte ! »

Souvent cela se baser sur des marchés qu’ils devaient conclure, faisant tout deux des consensus. C’était leur façon de fonctionner depuis que la jeune princesse avait fait probablement la plus grosse frayeur à son père de toute sa vie en disparaissant du Donjon Rouge s’en prévenir. Elle n’avait rien de la princesse parfaite dès qu’elle mettait un pied dans l’ombre.
« Régner ? J’épouse un second fils. Lord Andar règne et il aura surement un enfant avant mon mariage assurant sa descendance et son règne. Je ne régnerais sur aucune terre, je n’aurais rien à apprendre, juste à rester dans cette forteresse loin de Port Réal. Cela sera trop calme, ennuyant, trop différent de ce que je suis, de ce que j’ai l’habitude. Je ne serais pas heureuse à Roche au Runes c’est une certitude. »



The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: (Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Rhaenys & Alyria) - Tonight you arrested my mind, when you came to my defense.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Dorne :: Lancehélion-
Sauter vers: