RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La 20e MAJ est terminée les nouveautés sont à lire par ici !
Nous avons besoin de monde dans le Bief, à Dorne et dans le Val ! Points à la clé !
Jusqu'à mercredi les votes aux tops sites, compte double !!
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici

Partagez | 
 

 Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar   Lun 29 Jan - 5:35


Dire ce que l'on a sur le coeur



Port-Réal ♦️ An 299, Lune 4, Fin semaine 4 ♦️ ft. Rhaegar Targaryen







Le griffon était en train d’écrire, reprenant une gorgée de vin. Il était concentré, mais malgré tout, il entendait toute l’agitation au dehors. Le départ de beaucoup de monde et de la famille royale pour Lancehélion était proche. Le mariage du Soleil et du Dragon allait être célébré à Dorne, et beaucoup de lords et dames et chevaliers et autres bonnes gens se masseraient pour assister à un évènement historique ; mais avec, peut-être, un sentiment de déjà-vu. Le mariage du Roi Rhaegar et de feu la Reine Elia c’était certes déroulé à Port-Réal, mais la proximité était de mise. Jon espérait que cela ne raviverait pas de mauvais souvenirs dans le cœur de son ami de toujours, et l'inverse serait de mise. De même, il s’inquiétait quelque peu pour sa petite cousine, Aelinor. Elle semblait assez bien se remettre de son accident, d’un point de vue physique. Même si cela restait préférable qu’elle utilise encore une canne, la jeune griffonne n’était plus alitée. Mais cela restait tout de même risqué d’entreprendre un voyage comme celui-ci, et de participer à un mariage, car elle ne devait pas trop forcer sur son genou. Mais Jon ne lui interdisait pas du tout de se rendre dans les terres dorniennes, bien au contraire. Il souhaitait que les festivités lui remontent le moral qui pouvait lui faire défaut ces jours-ci. Enfin, les préparations pour le séjour allaient de bon train, et les serviteurs, palefreniers et autres gestionnaires faisaient leurs possibles pour tout préparer et rendre le trajet agréable, et sûr. Il avait aussi jeté un coup d’œil à l’itinéraire pour être certain qu’aucun désagrément soit susceptible de déranger le convoi. Ce n’était que pure précaution, il ne croyait pas réellement qu’il y aurait des ennuis, mais quand il s’agissait du Roi et de sa famille, Jon préférait être sûr.

Sa lettre l’agaçait quelque peu, il ne trouvait pas les mots qu’il lui fallait. Jon essaya pendant encore de longues minutes, mais rien n’y faisait : il se rendit à l’évidence, il avait besoin de sortir. Le seigneur de la Grifonnière rangea donc son bureau, attrapa son épée qu’il ceintura, et sortit de la pièce. Tandis qu’il entreprit de se rendre au dehors, il observa rapidement l’agitation autour de lui. Maintes personnes déambulaient dans les couloirs, pour différentes raisons. La hâte paraissait habiter certains et certaines, et cela le fit sourire. Quand quelque chose le faisait se hâter, lui, ce n’était pas des simples préparations. Le griffon continua son chemin d’un pas rapide, aspirant à trouver un lieu calme pour réfléchir et poser ses idées. Il passa au dehors du Donjon et continua sa route. La journée était plutôt clémente et claire, et du haut de la colline, un vent sec soufflait et ébouriffait ses cheveux. Lord Connington marcha un moment sans vraiment regarder où il allait et sans répondre aux saluts qu’on lui adressait ; ou qu’il croyait qu’on lui adressait, la tête pleine de petites choses à régler. Son esprit se tourna, comme bien souvent, un moment vers son fief. Il ne s’inquiétait pas tellement, mais il espérait que tout était bien géré. Et puis la beauté de ses terres n’ayant rien n’a envier de celles de la Capitale, il se remémora les paysages montagneux. Même s’il vivait à Port-Réal depuis assez longtemps pour bien connaitre la ville et ses environs, et commencer à s’y habituer, une part de lui rêve toujours de la Grifonnière et de la vue plongeante du haut du château.
Interpellé par les différentes odeurs qu’il sentait, Jon se rendit compte qu’il avait pénétré les jardins royaux. Il n’avait pas réellement fait attention à la direction que prenait ses pas, mais cela lui convenait parfaitement. Il devrait pouvoir trouver un banc quelque part dans le coin pour s’assurer la tranquillité. Jon continua dans l’endroit fleuri, posant son regard sur d’éventuels places libres, quand il tomba sur deux membres de la Garde Royale qui escortaient le Roi. Ils étaient accompagnés d’un page et d’un serviteur qui restaient à distance. Le griffon alla directement à leur rencontre, et il eut une idée. Cela faisait un moment que Rhaegar et lui n’avaient pas eu de moments seul à seul, et c’était une occasion qui se présentait. Il s’avança calmement au-devant du Roi et de sa garde, inclina rapidement la tête envers Rhaegar et prononça :


▬ « Votre Majesté. Puis-je vous parler ? »



Jon commença à se diriger vers le côté du chemin et un endroit plus tranquille quand il vit que les deux chevaliers les suivaient ; il regarda rapidement son ami puis se retourna donc vers eux, et durcit un peu le regard.


▬ « Le Roi et moi-même souhaitons être seuls un moment. Je ne pense pas qu’un grand danger se cache derrière ce buisson, et ne vous inquiétez pas, vous le laissez entre de bonnes mains. »



Les deux chevaliers de la Garde Royale hésitèrent un instant, se concertant du regard, puis finirent par continuer leur chemin. Il savait que cependant ils n’iraient pas très loin, conscient de leur devoir. Sauf si peut-être Rhaegar intervenait. Le griffon remarqua aussi les deux jeunes hommes qui étaient encore là, le page et le serviteur, et il leur dit de filer d’un signe de la tête. Après cela, le Roi reprit la marche et Jon le suivit, mains dans le dos. Il regarda un instant le roi dragon, et le bleu et violet de leurs regards s’entrechoquèrent un instant, puis le Connington sourit. Cheveux roux et argentés se baladaient légèrement au gré du vent, et l’air épais de la ville était remplacé par les fragrances des fleurs ; les cris de la ville par le piaillement des oiseaux. Jon aimait ces moments calmes, encore plus quand il était avec son meilleur ami. Cela lui faisait plaisir de converser librement avec Rhaegar, fut-il le Roi.


▬ « Je souhaitais discuter avec toi. Comment te portes-tu ? Prêt pour le futur départ ? »




©️ Feniix


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Roi des Sept Couronnes
avatar
Roi des Sept Couronnes
Valar Dohaeris


Ft : Karl Urban
Multi-Compte : Liane Vance // Tyrion Lannister // Ellaria Sand
Messages : 1097
Date d'inscription : 27/12/2017

MessageSujet: Re: Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar   Ven 2 Fév - 11:30

Dire ce que l'on a sur le coeur

Ann 299 - Lune 4 - Semaine 4



Feat. Jon Connington

L’heure du départ approchait et l’agitation régnait au Donjon Rouge car voilà longtemps que la cour royale, dans sa quasi-totalité, ne s’était plus déplacée en aussi grand nombre et en-dehors des Terres de la Couronne. Le mariage de son frère Viserys et de la Princesse Arianne Martell étant célébré à Lancehélion, il fallut organiser et préparer le voyage royal bien en amont pour être prêt le jour du départ. D’ordinaire, Rhaegar aimait laisser ce genre de préparatifs à son Grand Argentier, Ser Barristan Selmy ainsi qu’à son meilleur ami et conseiller, Jon Connington. Mais comme le Capitaine de la Garde Royale était parti dans le Nord avec le Prince Viserys et Robb Stark, il lui fallut déléguer ses tâches à de nouvelles têtes. Néanmoins, Rhaegar passait de temps à autre contrôler le bon déroulement des préparatifs et c’est ce qu’il fit aujourd’hui.

Il alla d’abord converser avec Lord Petyr Baelish au sujet du financement de cet important déplacement et, après s’être assuré que tout était en ordre, il sortit dans la cour intérieure du Donjon Rouge, où charrettes et diligences étaient alignées, prêtes au départ. La plupart contenait le nécessaire pour installer les tentes, la nuit. D’autres étaient remplies de tonneaux et de caisses de bois contenant les vivres du cortège pour la route. D’autres encore, se voyaient acculer de malles à n’en plus finir pour les effets personnels de la cour et du Roi. Ce dernier les passa toutes en revue, donnant quelques conseils de çi de là, puis ses pas le conduisirent jusqu’aux jardins. Une fois à l’intérieur, il s’arrêta un instant, ferma les yeux, inspira et expira lentement, goûtant à la tranquillité des lieux. Il marchait en silence, saluant d’un élégant signe de tête celles et ceux qu’il croisait. Soudain, au détour d’un chemin, il vit venir en face de lui l’une des rares personnes en qui il plaçait aveuglement sa confiance absolue. Immédiatement, un léger sourire apparu sur son visage, venant accentuer les quelques rides autour de ses yeux. Il répondit au salut de son interlocuteur par une légère inclinaison de la tête :

Faîtes donc, Lord Jon, faîtes. répondit-il à sa question.

Jon marchait à présent à ses côtés, non sans avoir remarqué que les accompagnateurs du Roi n’étaient guère décidés à les laisser seuls. Ils s’arrêtèrent et Jon leur fit une remarque qui amusa le Roi. Il regarda les Gardes Royaux et hocha la tête pour leur signifier qu’ils pouvaient tranquillement le laisser seul quelques instants. Les blancs chevaliers partis, ils reprirent leur déambulation. Rhaegar appréciait ses instants rares où, pendant quelques minutes, il n’était plus le Roi, mais simplement un père, un frère ou un ami dont on pouvait pousser la familiarité jusqu’au tutoiement. Il tourna à moitié son visage vers celui de Jon tandis qu’il le questionnait sur le voyage à venir et sur sa santé. Marchant lui aussi les mains jointes dans son dos, il répondit d’un ton las :

J’aimerais pouvoir te dire que je me réjouis de ce voyage mais il n’en est rien. J’en ai même perdu le sommeil. Mestre Pycelle me prépare chaque soir une boisson chaude infusée à la camomille et au miel pour m’aider à dormir. Cela m’aide mais mon sommeil est peuplé de rêves et je me réveille souvent…

Elia lui était souvent apparu en songe ces derniers temps. Parfois heureuse, juste avec lui. Parfois il l’a voyait avec ses enfants mais elle se levait et, l’apercevant, elle lui tournait le dos, l’air triste. Parfois encore, elle se jetait sur lui, sa bouche écumant de rage et lui griffant le visage de ses ongles tel un animal sauvage. Il baissa la tête, n’aimant guère, pas même devant son meilleur ami, dévoiler sa faiblesse :

La perspective de retourner à Dorne ne m’enchante guère, si tu vois ce que je veux dire… Les Martell nourrissent toujours rancœur envers moi, même si j’espère que les choses se calmeront avec ce nouveau mariage. Quant au Nord…

Un léger rire, ironique, s’échappa de ses lèvres :

Ils ne me pardonneront tout bonnement jamais, que Westeros tout entier connaisse, ou non, la vérité… Il me faudra vivre à jamais avec ce poids sur le cœur et accepter la tête haute, les qualificatifs qu’on m’attribue. Un homme mauvais, qui déclenche des guerres, enlève des femmes et les viole…

Il s’arrêta et le regarda, inquiet :

Toi qui me connaît mieux que quiconque sur cette terre, suis-je vraiment ainsi ? Suis-je un homme mauvais ?

DRACARYS 2017



The Dragon
KING
DO WE WALK IN LEGENDS OR ON THE GREEN EARTH IN THE DAYLIGHT?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar   Mer 28 Fév - 18:22


Dire ce que l'on a sur le coeur



Port-Réal ♠️ An 299, Lune 4, Fin semaine 4 ♦️ ft. Rhaegar Targaryen







Le Roi le regardait à demi, continuant de marcher, cependant Jon semblait voir le visage d’un ami plus que d’un souverain et cela lui fit plaisir. C’était un lourd poids à porter que de régner sur les Sept Couronnes, et lors de certaines réflexions un peu perdues, Jon compatissait presque les folies de dirigeants passés. Presque.
Rhaegar lui répondit simplement, mais de façon flapie. Son ami reconnu la fatigue et la lassitude, mais aussi une sorte d’anxiété dans sa voix ; et par ailleurs, l’idée du voyage ne l’amusait ainsi pas du tout. Compréhensible, mais le griffon sentit qu’il y avait quelque chose d’autre, de plus profond qu’une simple satiété ; il semblait à Jon que ce fut l’idée de Dorne qui mettait son ami dans cet état. Et cela ne lui plût pas, en vérité ; avoir recours au Grand Mestre pour dormir n’était jamais une bonne nouvelle, de toute manière. Les pertes de sommeil étaient fréquentes au Donjon Rouge, centre du pouvoir de tout Westeros, mais jamais appréciées. Enfin, Jon allait lui demander ce qui pouvait peupler ses rêves, car il savait très bien que c’était un lieu de rendez-vous des démons intérieurs, mais il vit Rhaegar s’apprêter à parler ; et celui-ci lui avoua, d’une voix un peu plus faible, ce qui l’empêchait de dormir, ce qui le préoccupait, peut-être même ce qui le tourmentait. Jon hocha la tête doucement à l’entente de ceci, compréhensif. Oui, car cela l’affecta, et en même temps il comprit. Il n’avait rien contre les Martell, mais il était toujours triste de voir que le spectre de Elia, l’ancienne reine, semblait être devenue l’ombre de son Roi, toujours un peu grise, parfois aussi noire que le désespoir. Des années avaient passé, mais pourtant la rancœur pouvait être toujours présente sous le soleil. Des années avaient passé, mais pourtant la culpabilité était toujours présente dans le cœur du cœur de Westeros. Et Jon s’en affligeait, car il savait que ce n’était guère la faute du Roi, mais plutôt un énième coup tordu des Dieux. Cruels, toujours, et dangereux, il lui semblait. Il l’avait appris bien des années plus tôt. Miséricordieux, parfois.


Ainsi il comprenait que cela le mette dans des états impossibles, finalement, Dorne était synonyme de Martell… Et d’Elia. Peut-être aussi que voir son frère se marier à une jeune princesse y était aussi pour quelque chose. Mais l’autre grand souci du Roi restait le Nord. Cette région semblait poser les plus gros problèmes à chaque fois. Même si tout avait été à peu près calme depuis des années, une sorte de froid existait entre la Couronne et les seigneurs nordiens. Un jeune héritier se trouvant à la Cour du Dragon, les relations pouvaient se ressentir comme tendues, bien que toujours normales en apparences ; par obligation. Mais le voyage du Dragon de l’Est et du Loup Héritier dans les terres froides avait changé la donne ; et sur plusieurs aspects. Il y avait eu un manque de respect envers le frère du Roi, et d’après les dires, une aversion reconnue envers la famille royale. Il y avait eu de l’échauffement, mais les choses devaient rester calme et stable, et ainsi cela créait un problème. Quant au Nord… Oui il faudrait faire quelque chose. C’est alors que le Roi continua, un petit rire s’élevant, mais sans amusement. Jon Connington tiqua sur les dires de son ami ; ceux qui attribuaient de tel qualificatifs à un homme si qualitatif que Rhaegar étaient, de son point de vue, des moins que riens ou des fous. Mais celui-ci s’arrêta, et planta un regard profond, violet et inquiet dans celui du griffon de l’Orage. Ses lèvres bougèrent, les mots entrèrent, mais Jon ne voulait pas les entendre, en vérité. Il lui semblait se voir lui-même se questionner, parfois, devant un miroir. Mais surtout, cela le peina de voir Rhaegar en proie à un doute pareil, et malsain. Il s’arrêta de même, et regarda l’homme à côté de lui. Ses cheveux argentés, sa silhouette, ses yeux profonds. Si des nobliaux y voyaient le mal et le malheur, alors ils regardaient du mauvais côté. Lui voyait de la grandeur et de la compassion, et un chaque un regret, un rongeant regret qui écartait toute idée de sadisme ou de fierté envers le passé. Non. Jon s’approcha d’un pas, et mit sa main sur le bras de son ami. Il avait une voix sérieuse, mais le cœur en peine.


▬ « Non, et à jamais je le penserais, non. Tu n’es pas un mauvais homme, Rhaegar. Tu n’as pas déclenché cette guerre, mais la fierté d’hommes moins bons l’a fait. Feu le Roi Aerys… aurait pu être considéré comme cela, mais tu n’es pas lui, et tu ne dois pas penser marcher dans ses traces. Tu es magnanime et juste, sévère quand il le faut. Si le monde et les dieux devaient nous juger sur une seule alors erreur, je ne serais pas là. Si tu étais mauvais, jamais tu ne m’aurais ramené et restitué. »



Jon retira sa main, soupira, puis repris. Au loin une cloche sonnait.


▬ « La vérité est… importante, mais ça ne change pas l’homme que tu es. Je te fais confiance, je crois en toi. Tu as ta famille et c’est le plus important. Ils vont continuer de parler et de dire du mal de leur Roi légitime car ces gens ont perdu la guerre, d’autres sont avides de pouvoir, et beaucoup ont vu disparaître quelqu’un qu’ils connaissaient pendant ces évènements. Mais pourquoi serait-ce ta faute ? Ce sont les nordiens, les riverains, et d’autres qui se sont rebellés contre le trône, contre leur suzerain, contre leur prince. Certains ont perdu des batailles, d’autres ont pris des vies inutiles. Nous sommes tous fautifs de ce qui s’est passé. Je ne pense pas que cela fait de tous les seigneurs de Westeros des hommes mauvais. Le Nord est rancunier, mais il ne pourra l’être pour toujours. »



Jon regarda le Roi dans les yeux, bleus et violets dansants.


▬ « Tu avais tes raisons. Je te fais confiance. »



Et confiance il avait eu. Quand, le prince de l’époque avait disparu, il avait toujours su qu’il reviendrait au moment opportun. Alors, on lui avait fait confiance aussi à lui, un jeune griffon, et il avait pris la tête des armées. Mais il avait ultimement trahi cette confiance, alors pour la sécurité de la famille Targaryen et de son ami, il avait cru en Rhaegar. Et elle n’avait pas été vaine. Jon s’écarta d’un pas, et attendit une réponse de son ami.


©️ Feniix



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Roi des Sept Couronnes
avatar
Roi des Sept Couronnes
Valar Dohaeris


Ft : Karl Urban
Multi-Compte : Liane Vance // Tyrion Lannister // Ellaria Sand
Messages : 1097
Date d'inscription : 27/12/2017

MessageSujet: Re: Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar   Mer 7 Mar - 12:36

Dire ce que l'on a sur le coeur

An 299 - Lune 4 - Semaine 4



Feat. Jon Connington

Rares étaient les hommes à pouvoir ainsi parler sans que l’homme le plus puissant de Westeros ne l’interrompt. Pas même les membres de son Conseil Restreint, ne pouvaient s’en vanter. Seuls Ser Barristan et Lord Jon Connington pouvaient être certains d’avoir toujours l’entière écoute du Roi et le pouvoir d’exprimer librement leurs pensées. Ainsi écouta-t-il avec grand intérêt ce que son meilleur ami, confident et conseiller, pensait de lui car après tout, il le lui avait demandé. La réponse de Jon était telle qu’il l’avait imaginé ; honnête et franche. C’est ainsi que le Griffon s’exprima face au Dragon, une main réconfortante et amicale posée sur son avant-bras. Les yeux améthystes du Roi-Dragon ne quittèrent pas le visage de son ami. Lorsqu’il eut terminé, lui affirmant qu’il avait pleine confiance en lui, Rhaegar hocha légèrement la tête et eut un triste sourire :

Si seulement tous pouvaient avoir le même raisonnement que toi, mon ami. Si d’aventures il me faut aller dans le Nord où manifestement mon nom est tenu en si mauvaise estime, promets-moi de m’y accompagner et de tenir le même discours devant les Nordiens.

Il posa sa main sur celle de Jon, répondant à son geste d’amitié à son encontre, puis ils se remirent à marcher, seuls à travers les Jardins du Donjon Rouge. Il se remit à parler, toujours à voix basse :

Le fantôme de mon père me hante, parfois. Son règne a profondément marqué les Sept Couronnes, et pas de la meilleure des façons, je le crains. Lorsque je lui ai succédé, mes mains étaient non seulement tâchées du sang qu’il avait lui-même versé ou fait brûlé, mais aussi du sang que j’ai moi-même contribué à faire couler.

Il se tourna vers son ami et le regarda droit dans les yeux :

Tout ami fidèle et loyal que tu es, Jon, tu ne peux nier que sans mon acte insensé et impulsif envers Lyanna, Brandon et Rickard Stark ne seraient pas venus faire face à mon père et ils seraient peut-être même encore en vie à l’heure où nous parlons. Le point de départ de cette guerre reste de mon fait ; nul ne peut le nier. Feu mon père n’a qu’accentuer plus encore toute cette folie pour la plonger dans l’horreur… et déclencher cette apocalypse dont nous avons tous deux encore des séquelles dans nos esprits.

Cela, personne ne pouvait le nier. Rhaegar soupira avant de reprendre la parole, une note plus joyeuse dans sa voix grave :

Je me félicite cependant de trouver grâce dans les yeux de certains…et non des moindres. Ton amitié m’est inestimable Jon, j’espère que tu en as conscience. Sois remercié pour ta franchise, mon ami.

Il le regarda en souriant d’un air des plus chaleureux et reconnaissant envers le Griffon puis reprit :

La réconciliation du Nord et de la Couronne n’est plus de mon ressort. Je peux faire le premier pas vers un début de dialogue mais je ne serais plus de ce monde pour voir à nouveau les Sept Couronnes entièrement, totalement, en paix comme je le désire depuis la fin de la Rébellion du Cerf. Tous mes espoirs reposent sur mon fils et sur le Jeune-Loup. Aegon EST le Prince qui fut promis. Il apportera durablement la paix en Westeros, j’en suis convaincu et son amitié profonde envers Robb Stark est son meilleur atout. Je suis persuadé qu’ensemble, ils feront de grandes choses…

Cela, il ne l’avait dit à personne, pas même à Aegon ou à Robb. Il faisait à nouveau preuve d’une immense confiance et estime envers Jon Connington en lui confiant une pensée aussi intime qu’importante.

DRACARYS 2017



The Dragon
KING
DO WE WALK IN LEGENDS OR ON THE GREEN EARTH IN THE DAYLIGHT?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dire ce que l'on a sur le coeur | ft. Rhaegar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» On s'entend tu pour dire que...
» Lui dire avec des fleurs...
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
» Aimer sans pouvoir le dire...(pv Ocean chérii :D)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: