RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de cette 23e MAJ sont à lire ici A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. 3725701551
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty
MessageSujet: A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.   A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. EmptyMar 12 Déc - 1:49





A violent yet flammable world.



Because some roads you shouldn't go down.
Because maps used to say, "There be dragons here."
Now they don't. But that doesn't mean the dragons aren't there.

FARGO


Aux enfants des Sept royaumes, nous vous donnerons ceci – l’Histoire, celle qu’on ne vous apprendra jamais.

Cette nouvelle couronne émergée du chaos est un grand pays, une union crée de toutes pièces. Il y a quelques années, des guerres eurent lieux et le sang se mêla au fer. Certains pleureront une innocence à jamais perdue, d’autres grinceront des dents en voyant les nouvelles alliances, mais la vérité est tout simple : il le faut. Pour le bien de tous.

Dans ce monde, dans cette vie, il fallait un lieu où l'Histoire soit enterrée sous la même couche de poussière et de saleté qui abrite toujours la terre. Le nouvel ordre devient alors prospérité, les roses côtoient les dragons qui se mêlent au sable qui boivent à même l’eau des lacs et contemplent les hautes montagnes sous les promesses d'un hiver qui arrive bientôt.

Il le faut.

**

Ils sont arrivés de nuit à Lancéhelion, le vent tiède et le ciel d’encre. Une bénédiction. La chaleur de Dorne a bien failli l’achever et il a fallu se délester des cuirs du Val, des armures lourdes des chevaliers des plaines et des gants grenat qu’il aime tant. Les tissus de velours ont été troqués pour des matériaux plus souples sous l’œil amusé d’Oberyn et l’eau que l’on trouvait à foison au pied des montagnes éternelles devint or bleu dans la sécheresse incandescente de cette région de sable et de vent.

Dorne est hypnotique, du soleil qui le blondit un peu plus encore chaque jour lui offrant la couleur des blés les plus purs, jusqu’aux mélodies que charrient les dunes semblables à des gémissements perpétuels, la sueur perle sur le front clair, les yeux trop bleus se cachent derrière des mains en paravent et les mirages deviennent mystères sur le chemin.

**

(Il est tenté de repartir en arrière. De rentrer chez lui.)

**

(Elle lui manque cruellement mais il a décidé, dans une parfaite mauvaise foi salvatrice, de ne plus y penser.)

**

Robar sait qu’elle est la seconde personne qu’il devra visiter en arrivant chez les Martell. La première sera son hôte, la seconde sera le roi. Il est ombrageux comme les aigles de sa terre natale et il y a la rancœur qui couve. Un peu. Tellement. Les Targaryens et leurs alliances, l’impression d’être un pion sur un échiquier tellement petit qu’il en devient étroit, il n’en veut pas, mais c ’est plus simple de sourire et de prendre le rôle qu’on lui a donné.
Rhaegar leur a tout pris sauf leur nom dont il veut parer son aînée. C’est l’héritage de sang et dans ces jours de paix crépusculaires, c’est une couronne qui vous demande plus que ce que l’on était prêt à offrir.

Trop. Même ce que vous ne saviez pas avoir.

**

Il le faut.

**

Il l’imagine selon les mots de la vipère : de fougue et glissante sous les doigts, statue d’ivoire dans un temple inaccessible. Il reste persuadé qu’il y sera insensible. Il y a des leçons qui ont été apprises, des familles que l’on sait dorénavant éviter, qui vous bouffent l’épiderme et vous boit l’hémoglobine. « Vous la verrez autour d’un thé dans les jardins frais du palais. » C’est ce qu’on lui affirme. Si télégraphié. Il est venu pour la voir sans ses atours, sans ses pierres trop rutilantes, sans tous les fards que son statut peut lui conférer.

Autour d’un thé semble la pire option imaginable, mais il acquiesce, subitement dédaigneux.
Peu importe. Ce que Robar en pense tient en peu de mots : vous ne savez pas quel sang se répandra tant que vous n’êtes pas celui qui tient l’arme.

Ce que Robar aurait pu dire c’est qu’on ne peut remettre l’inévitable plus loin que durant un certain temps.

Ce dernier finit toujours par vous retrouver.

**

Les choses se passent ainsi : Il la voit pour la première fois en sortant d’une entrevue avec Rhaegar, les muscles tendus et le sourire en biais. Une pensée pour son père. Une pensée pour son frère. Chacun doit payer après tout.

On annonce la princesse au bord du couloir. Ce n’est pas un endroit pour une première entrevue, ça ne ressemble à rien, à peine un concours de circonstance et il n’y a que des servantes entre ses tentures. Où va-t-elle ? maintenant qu’il y pense, surement voir son père. Peut-être. On le présente avec une voix trop forte pour les lieux. Encore un peu et il croirait que Rhaegar a organisé le chassé-croisé.

(Lui ou les Dieux, c'est presque du pareil au même en cet instant pour Westeros.)

Elle est comme une tâche trop lumineuse, celle qui se pose sur tout lorsqu’on a trop longtemps fixé le soleil. Il le pense mais il se dit stoïquement qu’il a trop chaud encore une fois, que l'astre scintillant sur Dorne peut perdre un homme, qu’elle dérègle les sens et étourdi trop fort.

Elle ne lui plait pas du tout. Il décide. Le regard se drape d’une glace qui s’effiloche doctement sous la curiosité tandis qu’il s’avance vers elle. Elle est beaucoup trop belle et ça ne l’arrange pas mais on va éviter les premières phrases du genre « Vous auriez pu faire l’effort d’être bossue, princesse. » ça n’aurait aucun charme. Beaucoup moins qu’elle de toute évidence. Poupée froissée, allure langoureuse et elle ne lui a pas mentit, elle a du sable sur sa peau légèrement hâlé, des dunes ondoyantes sous les tissus lestes et il cille en l'étudiant du bout des iris, fronce suspicieusement les sourcils avant d’esquisser un sourire sans dents sous la plaisanterie.

Il pourrait lui dire mille choses, horribles et entêtantes. Il pourrait lui offrir ses paumes, la lumière vermeille qu’il dégage en contraste avec celle étincelante de sa robe d’or. Il pourrait lui dire des banalités à en pleurer ou même l’enlever à ces couloirs trop ronds, à cette lumière trop ocre, à cette chaleur trop étouffante.

L’opacité saphir placardée à la rétine et un picotement qui s’acharne le long de la trachée, Robar s’avance encore un peu pour la fixer. La voix est moins dure que sa mise ne laisse à penser. « Souvenez-vous, princesse » Les mots de sa maison en premier étendard. La mèche blonde glisse sur le front. « J’ai traversé des fleuves et des déserts pour venir jusqu’à vous. »

Une main est tendue.

La valse peut commencer.



© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Le Dragon Ensoleillé
Rhaenys Targaryen
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris
A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. C71o
A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Tumblr_owphwcI07Y1tk3ugyo5_400
Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 8141
Date d'inscription : 27/02/2015

A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty
MessageSujet: Re: A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.   A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. EmptyMar 12 Déc - 14:24



 
► Lancehelion | 299, lune 5, semaine 3
A Violent yet flammable world
Robar Royce || Rhaenys Targaryen
Le soleil pouvait brûler des peaux, pour les teints pâles c’étaient une véritable souffrance. L’astre solaire avait une puissance qu’on n’avait sous-estimé, et pourtant la fille d’Elia Martell ne se brûlait pas à ce feu qui éblouissait la ville, son désert et ses montagnes. C’était une caresse, sa peau venait capturer ses rayons puissants pour venir dorer son derme d’une teinte encore plus hâlé. Son sang solaire, son sang dornien épousait ce climat comme un vieil ami qu’elle n’avait en réalité jamais vu. Et son côté dragon lui permettait de supporter la chaleur avec une douceur infinie, cela lui semblait n’être qu’une caresse sur sa peau. Elle avait chaud, elle ne pouvait pas dire le contraire mais rien n’était désagréable. Que Rhaenys le veuille ou non, elle restait une dragonne derrière son physique exotique à moitié dornien. Seules ses iris claires souffraient de cette luminosité accrue la forçant bien souvent à plisser ses yeux afin de ne pas être aveuglé. Mais c’était le seul désagrément dont souffrait le dragon ensoleillé.

Le style vestimentaire dornien ne gênait nullement la belle princesse qui portait avec élégance les tissus dorniens et leur robe légère dévoilant ses formes. Seule la transparence était bannie de ses apparats qui sculptaient son corps avec grâce et finesse. Ce jour-là, la jeune femme avait choisi une robe légèrement osée, son décolleté était plongeant et les deux parties cachant sa poitrine reliée par des chaînes de couleur or, une ceinture de perle d’ambre entouré sa taille remontant également le long de sa poitrine et de ses épaules. Le tissu qui tombait jusqu’au sol était léger et d’un rose légèrement poudré. Ses cheveux bruns étaient tressés et remontaient en un chignon élégant dégageant son visage arrondi. Quelques mèches de ses longueurs venaient flottaient dans son dos en ondulant. Si souvent, Rhaenys préférait les tenus discrètes, ce voyage était un voyage officiel et elle devait être bien habillé quel que soit le jour où les circonstances. C’était une habitude qu’elle devait prendre mais elle disait également que ce n’était que passager, l’espace de quelques semaines. Et l’excitation de se trouver sur les terres de sa mère lui faisait oublié ce détail qu’elle n’appréciait pas toujours.

Les couloirs du Palais Vieux semblaient légèrement plus frais que l’ombre des jardins la journée, laissant de trop nombreux nobles agglutinaient à l’intérieur. Certains souhaitaient voir le roi, d’autres apercevoir les membres de la famille royale ou d’autres diverses raisons. Rhaenys avait laissé ses dames de compagnie, les libérant de leur obligation afin de profiter de leur région. Aelinor devait surement se reposer, Wynafryd non loin du jeune loup, Myrielle devait jouer avec les invités et observer pour le compte du vieux lion quand à Alyria… Surement au calme, loin de l’agitation tentant d’accepter ce nouveau rôle qui serait bientôt le sien. Rhaenys était donc en chemin pour aller la voir, elle aimait passé un peu de temps avec sa mère de cœur. Etre à Dorne avait réveiller les vieux souvenirs du dragon ensoleillé, sa mère hantait de nouveau ses esprits. Si Alyria avait réussi à faire tourner la page à la princesse, elle avait également prit le rôle d’Elia, aimant la fille du Roi comme la sienne. Etre ici aujourd’hui, ne devait pas être simple pour la future Reine des Sept Couronnes. C’était pour cette raison que la jeune demoiselle désirait voir sa mère de cœur seule à seule ne privé.

Cependant au détour d’un couloir n’eut telle pas la surprise de croiser celui qui deviendrait bientôt son époux. Le temps sembla s’arrêter un instant, interdit tandis que chacun se jauge, se détaille du regard afin de se faire enfin une réelle opinion. Au moins on ne lui avait pas menti. Il était réellement belle homme. Différent de Durran qui avait capturé le cœur de la jeune fille depuis trop longtemps mais il n’était pas désagréable à regarder. Si Andar était brun, Robar était blond comme les blés. Une situation qui aurait pu en faire sourire plus d’un car Rhaenys n’arborait pas la chevelure claire des Targaryen, il le faisait pour elle dans un sens. Mais si le physique était une chose, la personne se cachant derrière ces traits avenants en était une autre. La confrontation serait telle aussi étincelante que leur échange de corbeaux ou plus calme, rentrant plus dans les cadres de ce qu’on désirait pour eux ? Le dragon ensoleillé refuserait de s’enfermer dans ses étiquettes qui ne lui ressemblait pas, elle n’était pas ici pour minaudait où faire semblant d’être celle qu’on voulait qu’elle soit. Il verrait donc vraiment qui serait sa future épouse.

Les mots qu’il prononça pour la saluer étirèrent légèrement les lèvres de la jeune femme. La devise des Royce. Elle n’était pas idiote et avait retenu les mots chers au cœur de cette famille qui allait l’accueillir parmi eux alors qu’ils n’aimaient nullement les dragons. Elle serait surement vu comme une sorcière tentant d’adhérer au Val d’Arryn. Mais si la devise des Royce était l’un de leur symbole, Rhaenys en avait également.
« Ser Robar, vous avez bravé bien des choses pour venir jusqu’ici. Je me souviendrais de cela… »

Malicieuse, l’étincelle était là au fond de son regard bleuté, prête à jouer. La main de Robar était tendue, la princesse y glissa la sienne.
« Un couloir n’est pas digne de notre première rencontre…Allons dans un coin plus tranquille…faisons murmurer les mauvaises langues… »

Sur ses mots, les doigts de Rhaenys se serrèrent autour de ceux de son fiancé et elle l’entraîna vers une pièce vide où ils seraient plus tranquilles. D’un regard, la princesse fit comprendre aux gardes qu’elle ne désirait pas être déranger. Si des courtisans les avaient vu, assurément des questions et les murmures sifflants couleraient le long des murs pour venir créer des rumeurs ou autres mots sans preuve dont le dragon ensoleillé s’amusait. Car en publique, elle était bien trop irréprochable pour leur donner raison. Ayant grandi dans ce milieu, elle savait comment cela fonctionnait, elle savait jouer avec eux et s’amuser pour les faire tourner en bourrique sans jamais leur donner raison. Et cela sans que cela ne change depuis de trop longue années. Elle se tourna donc vers le chevalier.
« Nous y voilà donc...cette première rencontre loin des protocoles officiels. J’espère que mon oncle ne vous a pas trop malmené durant votre traversé… La vipère rouge… ce n’est parfois pas le meilleur compagnon de voyage que l’on puisse avoir… »

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

 

 


The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty
MessageSujet: Re: A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.   A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. EmptyVen 29 Déc - 16:31





A violent yet flammable world.


Est-ce qu’il pleuvait seulement dans ce pays de sable et de vipères ?

**

Il la voit sourire et il cille. Elle a compris et il s’en veut presque de l’avoir sous-estimé maintenant. De tous les Targaryen, c’est celle qui -plus que toute autre-  jouait avec le feu, la seule que l’on offrait, parée d’or, de lumières et de milles lames cachées à un Val et une famille qui n’oubliait jamais. « Ser Robar, vous avez bravé bien des choses pour venir jusqu’ici. Je me souviendrais de cela… » Le contact pétille et la peau glisse, paume contre paume. Il se laisse happer par les pas fébriles, tourne son regard vers les couloirs aux chuchotis et aux conspirations. C’est un peu comme accepter la main du diable, si ce dernier avait revêtu jolie parure et Robar lève son visage, la mâchoire nette et le défi fugace dans le regard.

Ils veulent une alliance ? Ils en auront une.

Elle a de la malice aux coins des lèvres et il connait mille et une manière de l’effacer mais il est sage, le bout des cils curieux et la démarche souple à ses côtés. Le tissu de sa robe frôle son pourpoint un bref instant, le bruit soyeux des étoffes plus légères qu’à l’ordinaire. Il fait si chaud dans ce pays d’or et d’épices. « Les couloirs sont plein de secrets, il faut les nourrir sinon ils se dépérissent. Va pour les scandales, princesse. Les vertus sont faites pour être pourfendues. Je parle de la mienne, rassurez-vous. » Le clin d’œil est joueur, Robar n'a que faire de la vertu des gens qui l'entourent en vérité et des secrets, elle en a probablement à foison, elle aussi. Pénétrant dans la salle déserte aux tentures ocres et aux mobiliers coûteux, Robar se dirige vers la fenêtre qu’il ouvre sans plus attendre, les doigts encore plein des siens, le contact électrique et sifflant mille dangers à l’oreille de son propriétaire.

Elle a fait partir les gardes d’un seul et unique regard et Robar arque un sourcil - presque fier ou impressionné - il ne sait ni ne cherche trop à moduler sa découverte. Il avait craint une fiancée frivole et habituée aux services mais il s’avérait que Rhaenys était finalement plus apte qu’il ne le pensait. Ou plus dictatoriale. Prudence. « Votre oncle, » Il a un sourire teinté d’ironie cette fois-ci, les péripéties du voyage encore fraiches dans sa tête, « est persuadée que je vous vole à la Couronne et surtout à Dorne. Il a cette image on ne peut plus terrifiante d’un Val peuplé d’hommes caché dans des montagnes et des cavernes et ravissant les plus jolies femmes des autres contrées. » Robar se penche légèrement vers la jeune femme au front pur, le regard franc. « Je crois, princesse, que votre oncle vous imagine à tort comme quelqu’un qui vous laisseriez kidnapper. Heureusement que vous et moi savons mieux ce qu’il en est. » Le blond retient l’idée tentante mais rapide d’émettre l’éventualité de le faire pendant quelques heures, de la ravir avec quelques chevaux pour un oasis des environs, juste pour voir la tête d’Oberyn se décomposer à la fausse annonce mais ils sont là pour le mariage de Viserys et Arianne et il est inutile de commettre esclandre qui aurait mis une ombre aux tableaux idylliques que voulaient offrir la couronne aux Sept Royaumes.

Il préfère s’éloigner de quelques pas, reposant finalement son corps longiligne contre le dossier d’un fauteuil, face à la jolie tête sans couronne. « Je suis heureux de vous trouver en bonne santé et… » Le sourire s’élargit. Il lui offre des paroles protocolaires en cet instant, il le sait, et la boutade se perd sous l’éclat des dents blanches. « Il va falloir tolérer tout de même un peu de protocole. Je ne peux pas donner raison à votre oncle en étant rustre et en ne vous demandant pas comment vous pouvez survivre à la floppée de mariages auxquels vous devez assister cette année. » Trop, lui disent ses yeux. Trop de mariages, trop d’alliances. Ils savent tous ce que ça veut dire : certains d’entre eux échoueront probablement, une paix à ce point imposée était marque d’une trop grande fragilité.

Robar est pragmatique, le regard se perd un peu sur le vêtement digne d’une héroïne de contes de fées. Il n’a jamais revendiqué le statut de prince même s’il en a le physique et les voilà tout deux avec une partition qu’ils n’ont pas vraiment répétée. Le sourire solaire se fait plus raisonnable.

L’heure est aux vérités.

« Je ne vais pas chercher à vous séduire, princesse. » Il a mis carte sur table dans une absence de revendications qui se veut complète pour l’instant. On attend cela d’eux et il comprend aisément pourquoi : elle est ravissante et – même s’il refuse catégoriquement l’idée – elle est à même de lui plaire plus que de raison, plus encore maintenant sous les filaments de lumière provenant de l’extérieur. Un pli soucieux zèbre le front du futur époux. Les considérations physiques sont à écarter parce que dangereuses et si terriblement faciles – il ne s’y laissera certainement pas prendre - d’ailleurs il n’en fait pas mention estimant qu’elle a déjà dû bien assez entendre ce genre de discours. Après tout, puisqu’elle l’est – belle – elle n’a en aucun cas besoin de sa validation à lui. « Mais… » Il la fixe un long moment, l’azur aiguisé sous les questions troubles et le sang de leurs familles respectives en rivière sombre entre eux. « … je peux chercher à vous connaitre. » Elle comprend, n’est-ce pas ? Qu’il peut soulever le voile lourd et terrifiant cousu de dragons d’onyx et de carmin qui la recouvre, afin de la laisser baigner dans la lumière ocre des runes du Val. « Votre père… » Il laisse les mots prendre tout le poids qui est le leurs. Son père. Le roi. « … m’a imposé à vous, je me trompe ? » Il cherche du regard le sien, l’agrippe sans ménagement. Qu’elle ose prétendre le contraire.

(Il a dans l’idée qu’elle ne le fera pas)



© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Le Dragon Ensoleillé
Rhaenys Targaryen
Le Dragon Ensoleillé
Valar Dohaeris
A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. C71o
A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Tumblr_owphwcI07Y1tk3ugyo5_400
Ft : Bruna Marquezine
Multi-Compte : Alyx Lefford || Bethany Selmy || Wylla Manderly
Messages : 8141
Date d'inscription : 27/02/2015

A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty
MessageSujet: Re: A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.   A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. EmptyVen 29 Déc - 19:17



 
► Lancehelion | 299, lune 5, semaine 3
A Violent yet flammable world
Robar Royce || Rhaenys Targaryen
Au final, elle le reconnaissait. Ses mots reflétaient les lettres qu’elle avait reçu. La même façon de s’exprimer, la même désinvolture amusante. Mais si seulement il savait vraiment que la vertu de sa fiancé n’était pas celle qu’on pouvait attendre de la fille d’un Roi….Si les deux jeunes gens disparaissaient des yeux avis de rumeurs et réapparaissaient suffisamment longtemps après, il était sure que les commérages iraient et danseraient au milieu des invités des Martell, mais pas suffisamment pour voler la vedette à Viserys et Arianne. Juste assez pour que cela remonte doucement à Port Réal, là où Rhaenys pourrait s’amuser, jouer avec et les modeler à sa guise. Alimenter le feu ou l’éteindre. Après tout, les flammes étaient le symbole des dragons. Ils voulaient jouer avec les étincelles, la dragonne contrôlait ses étincelles avec facilité et aisance, comme elle le faisait depuis qu’elle était assez grande pour comprendre comment faire et comment s’amuser.

Une fois à l’abris des regards, le chevalier alla ouvrir une fenêtre. La chaleur accablante probablement. Il n’avait pas fini d’avoir chaud à Dorne…et en compagnie de la princesse des Sept Couronnes. Et l’entendre parler d’Oberyn et de son comportement amusa la jeune femme, son sourire s’étira délicatement, tandis un léger rire cristallin s’échappa de sa gorge. Dorne et ses avis sur les régions du Nord. Il était vrai que le dragon ensoleillé avait imaginé les nordiens et les valois comme des hommes bourrus, indélicat et incapable de tout raffinement. La vie lui avait prouvé le contraire et elle en était pas mécontente. Cependant, certains avis avaient du mal à changer, où la ruse avait fait partie du jeu de la vipère rouge. Ce qui n’était pas impossible. Son oncle était dangereux et il fallait s’en méfier.
« Hum…mon oncle m’a vu combattre…m’a même donné quelques leçons…cela m’étonnerait fort…non…je pense plutôt qu’il a eu peur pour vous…peur que je ne fasse qu’une boucher d’un jeune chevalier du val…Il peut se montrer le tonton protecteur de l’année…mais je doute que sur le sujet de mon mariage il le soit vraiment…Mais on n’est jamais au bout de ses surprises avec les dorniens non ? Leur ruse…leur roublardise… qui sait ce qu’il avait vraiment en tête… »

Décidément, Robar l’amusait beaucoup trop. D’abord sa santé, puis le protocole. Décidément le soleil de Dorne ne réussissait pas à cet homme du nord, pour l’un des meilleurs chevaliers de sa génération c’était bien dommage. Mais Rhaenys allait le remettre sur le chemin qu’elle désirait, elle voulait contrôler cette danse à deux.
« Oh vous aviez peur pour ma santé…c’est…touchant…oh et oubliez le protocole. Vous pourrez le voir par vous-même une fois que nous serons unis devant les Sept…car je ne perdrais pas mon rang de princesse et fille du Roi…ce qui fera de vous…presque un prince…Et nous aurons des devoirs…et nous devrons assister à tout un tas de mariage ennuyeux…Ne soyez point trop hâtif Ser Robar. Vous verrez et je veillerai à ce que vous ne vous dérobiez pas. »

Qui porterait ses couleurs lors des tournois donnés en l’honneur de ses mariages ? Durran ? Son chevalier servant serait toujours là pour voler à la rescousse de sa princesse bien aimé mais un époux chevalier avec un tel renommé absent, laissant un autre porter les couleurs de son épouse… Ils subiraient tout cela à deux.
La séduction. Dommage. Pourquoi ne pas allier les deux ? Mais si c’était son bon désir, Rhaenys respecterait cela. Elle devait bien lui laisser deux trois points d’appui sur la marche à suivre, pour qu’il la guide de temps à autre.
« Comme bon vous semblera. »

Il aborda un sujet délicat, un sujet piquant. Les vérités allaient sortir. Aucun des deux n’avaient voulu ce mariage. Il leur avait été imposé. Elle s’était quelque peu faite à l’idée mais ce n’était pas non plus la grande acceptation du moment.
« Effectivement, mon père me l’a annoncé un beau matin, quelques temps après la mort de votre père. Toutes mes condoléances pour votre perte au passage. Et comme je suis qu’une femme…je n’ai pas eu mon mot à dire. Et je dois avouer que sur le coup…je n’étais pas vraiment dès plus heureuse. Mais une fille doit obéir à son père…Disons que sur ce sujet…je devais lui obéir. »

Sur d’autres, c’étaient une histoire tout autre. Mais il n’était pas obligé de connaître toutes ses informations de suite. Laisser un peu de suspense, un peu de tension.
« Mais nous sommes quittes dans l’histoire. Aucun de nous n’avons eu véritablement le choix. Le devoir… la famille… »


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

 

 


The burning desire, To live and roam free, It shines in the dark, And it grows within me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty
MessageSujet: Re: A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.   A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A violent yet flammable world ♦ Rhaenys T.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forge World
» 05. You roxx my World
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» World Tournament 2009 (Qualifications)
» Gamma World RPG 2010 :: 20$

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: