RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Conflans et Dorne ! Points à la clé !
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
La MAJ aura lieu le week end du 23 et 24 novembre [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 3725701551

Partagez
 

 [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyVen 15 Sep - 8:56

Étant face au chevalier je vis ma cousine arriver et ce fut uniquement le chevalier sursauter. Kheagan était donc son nom. La voix et le regard de ma cousine étaient plus que glaciale et j’étais heureuse de ne pas être la cible. Et le pauvre chevalier, méritait-il vraiment le titre de chevalier ?, sembla se dégonfler comme un ballon de baudruche. Son ordre d’aller voir le sens du vent avec la girouette du château me fit monter un rire que je dissimulais en me tournant complètement vers ma jument, que je continuais à caresser, pour cacher mon grand sourire. J’étais quand même rassurée que Desmera était venue me sortir de là. Je souris à Desmera et hochais la tête pour répondre sa question. On attendit simplement notre garde du corps et je m’installais souplement sur ma selle. La jument s’ébroua et je souris la gratifiant d’une nouvelle caresse sur l’encolure.

Il faisait beau et le soleil étincelait dans le ciel bleu, c’était une journée splendide ! Et même Baudrig notre garde portant simplement une épée et un plastron de cuir ne me dérangeait pas puisqu’il se tenait suffisamment éloigné pour ne pas me gêner avec Desmera. J’imaginais que c’était partout pareil, deux jeunes fines ne pouvaient se balader seules sans devoir avoir au moins un garde ! Les seuls fois où je chevauchais sans garde, c’était parce qu’Andrew était là à la place. Juchais sur ma jument j’essayai de tout voir et de tout apprécier à sa juste valeur, mais il y avait tant à voir que c’était totalement impossible. Desmera avait de la chance d’habiter ici ! … Et Hobber avait eut aussi de la chance … Je glissais mon regard vers l’océan, invisible de notre position, et eut une pensée pour lui. Que son âme rejoigne en paix les Sept. Je tournais la tête quand Desmera me prit la main.

« Je n’avais pas l’intention de retourner vers lui … Ni vers le moindre de ces jeunes chevaliers … Je déteste chanter en public rien que pour ça. Mais Père aime m’exhiber. »

Je secouais la tête faisant voltiger ma tresse. J’adorais mon Père, et je savais qu’il ne faisait jamais rien de méchant envers moi, il voulait simplement que je rayonne et que les autres m’admirent, mais j’étais bien plus heureuse à simplement chanter pour quelques personnes triées sur le volet. Je clignais des yeux quand un rayon de soleil me tomba dans les yeux. Cet endroit de l’île était baigné dans le soleil. J’arrêtais un instant ma jument pour me dresser et contempler de plus faut le paysage. C’était incroyable ! J’avais l’habitude de Boisdorés, mais ici aussi c’était absolument à couper le souffle. Hapée par le paysage, je sursautais quand Desmera me proposa à boire. Et une seconde fois quand notre silencieux garde du corps nous donna une feuille à sucer pour couper notre soif. Si surprenant que Desmera éclata de rire et je restais surprise la feuille dans la main. Je haussais un sourcil face au défit de Desmera. Ainsi elle était une parieuse  ? Si elle avait parier que je n’oserais pas le faire … ! Je bus un peu de sa gourde avant de lui rendre et de fixer la feuille quelques secondes et de la glisser entre mes lèvres. Cela avait un goût très frais ! C’était très agréable je tirais la langue à Desmera lui montrant la feuille sur ma langue.

« J’espère que tu avais parié que je le ferais ! »

J’aimais vraiment le goût particulier de la plante que j’étais entrain de manger. D’une pression du talon je fis repartir ma jument en observant toujours autour de moi. Si cela n’avait pas été stupide, je crois que j’aurais demandé à être la dame de compagnie de Desmera. Mais Père ne voudrait pas, l’alliance étant déjà plus que solide, cela ne servait à rien. Je regardais le chemin devant nous, il était large, et il y avait une bonne visibilité … Je me tournais vers ma cousine avec un petit sourire sournois

« … Ma chère cousine adorée, que dirais tu de faire un petit galop si l’endroit le permet, cheveux au vent ? Les rubans s’envolent siiiii facilement quand on est à cheval … »

Je pris l’air le plus innocent et le plus pur que je pouvais mais … je ne pus rester sérieuse très longtemps et je lui fis un clin d’œil complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 14:15

Enfin l'insouciance reprenait un peu de place en mon corps, l'éveillant aux plaisirs, à la joie. Grâce à ce petit bout de femme, cette adorable cousine s'extasiant sur tout, me ramenant à un temps où le deuil n'avait pas posé ses griffes sur nous tous. "Je ne suis pas une parieuse" lui dis-je avant de lui tirer la langue à mon tour. Je ne pus réprimer un nouveau rire, elle, comme moi, savait que j'aurais la première à imaginer qu'elle n'en fasse rien. Heureusement pour moi je n'avais pas ouvert la bouche, et donc n'avait rien perdu. Elle s'éloigna un peu alors que j'avalais une goulée d'eau, rafraichissant mon gosier, m'hydratant aussi surement que l'eau s'écrasait dans l'embouchure de la Murmure.

Baudrig avait continué son chemin, nous étions sur celui qui rejoignait la petite forêt que nous allions traversé pour atteindre le lieu où nous pourrions nous restaurer. Je me remis en route sans rejoindre celle qui me précédait, je pouvais reconnaître la lueur de défi brillant dans ses yeux lorsqu'elle se retourna vers moi. L'espace d'un instant, un bref moment, un souvenir me frappa, fugace, intense, si rempli d'émotions qu'aucune réaction ne prima sur une autre. J'avais eu la même attitude des années plus tôt lorsque, Hobber parti à HautJardin, Horas était devenu ma seule source de distraction, d'échappatoire. Comme elle allait me le proposer, je me revis prononcer les mêmes mots... J'avais occulté ces précieux instants dès lors que j'avais appris ce qui avait poussé deux frères à s'éloigner l'un de l'autre. J'avais occulté tous les petits détails qui avaient jalonné notre complicité, m'éloignant moi aussi du seul frère qu'il me restait. Ce fut sur cette route, enfin ce chemin, que la volonté de mère vint à se rendre compréhensible. Elle ne cherchait pas à nous enchainer, par un rituel macabre, aux souvenirs de Hobber mais à ce lien qui nous faisait défaut. Je doutais de retrouver celui-ci, et remis à plus tard ma réflexion alors que ma langue se mouvait, ma bouche formant les mots jadis prononcé par ce frère délaissé. "Uniquement jusqu'à l'orée du bois." lui pointant l'amas d'arbres non loin du chevalier.

Parvenue à ses côtés, je lui réclamais un moment, attrapais ma natte, en défis le travail si précieux de ma servante. "Cheveux au vent donc." Père n'approuverait pas, mais j'en avais besoin. Besoin de laissé cette insouciance me controler, me sentir libre, ne serait-ce que l'espace d'un instant. Ma chevelure tombait aux creux de mes reins, rendant à Abi son regard complice, je souriais à pleines dents. "A trois on se lance." Je me mis à compter, lui laissant un coup d'œil à chaque décompte. Nous tenions fermement nos rênes, nous élançant dans le même élan.

© Feniix


(2)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Valar Dohaeris
Valar Morghulis
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 B63eb8eca1085a3141b2b03afd072171
Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 2565
Date d'inscription : 26/01/2015

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 14:15

Le membre 'Desmera Redwyne' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6' : 2


Compte MJ,merci de ne pas MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 14:59

Je souris à Desmera qui avait la même lueur que moi dans le regard. Nous étions aussi joueuse l'une que l'autre. Jusqu'à l'orée de la forêt ? Bien, la course serait assez longue comme il fallait. Je tirai sur mes rênes puis sur le ruban bleu dans mes cheveux et je défis ma natte avec les doigts et glissais le ruban dans ma manche en secouant la tête. Je n'avais pas les cheveux aussi longs que ceux de Desmera, j'avais envie de passer la main dedans. Les miens me tombaient au milieu du dos, dans un nuage blond aux boucles épaisses et désordonnées quoi que je fasse. Je caressais l’encolure de ma jument prête à partir.

Je la talonnai quand Desmera finit de compter. Et si son pur-sang prit la tête de la course sur quelques foulée je laissais filer un peu les rênes et je sentis ma jument prendre appuie sur son mors. D'une pression des talons je l'encourageai pour qu'elle aille plus vite. Je sentis mes cheveux voler derrière moi comme un étendard jaune tout comme les cheveux bruns de Desmera.  Ma jument arriva à hauteur de l'étalon et d'un claquement de langue je la fis encore accélérer et je pris la tête de la course dans le grondement des sabots sur la route. Le vent me fouettait le visage sans pitié et la jument semblait ravie du galop. Un rire m'échappa. J'étais heureuse à cet instant, à galoper, près de ma presque sœur dans un cadre idyllique.

L'avance que j'avais eus grâce à la motivation de la jument se creusa quand on dépassa notre garde du corps. Je claquais encore de la langue avant de laisser encore plus de rênes à ma jument qui accéléra d'avantage le rythme de ses foulés. Je me couchais sur l’encolure pour éviter que le vent ne ralentisse ma monture. Je me redressais et tirais sur les lanières de cuir et obligeai ma jument à ralentir. Elle obéit sagement et je la vis volter pour revenir vers Desmera en souriant. Je notais que je n'avais plus le ruban dans ma manche. Tant pis ! Je me tournais vers la cousine et vers le garde qui nous fixait hésitant entre le rire, la colère et la résignation ! Je repoussais mes cheveux d'une main et la tendis à Desmera

« Belle course ! Mais je suis plus petite que toi ! J'ai eu de la chance ! Tu es véritablement une superbe cavalière Desmera ! »

J'essuyais d'un geste amical l'écume qui salissait l'encolure grise de ma jument qui s'ébroua et hennit. Elle avait l'air d'avoir aimé la course. Et elle n'était pas la seule. Je regardais la forêt et une autre chanson me revient en mémoire. Distraitement je fredonnais une comptine d'enfants avec le sourire.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valar Dohaeris
Valar Morghulis
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 B63eb8eca1085a3141b2b03afd072171
Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 2565
Date d'inscription : 26/01/2015

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 14:59

Le membre 'Abigaëlle Rowan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6' : 6


Compte MJ,merci de ne pas MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyDim 17 Sep - 16:35

J'enfonçais mon talon dans le flanc de Merios, mon pur-sang fut à la hauteur de sa réputation, foulant la terre avec une vélocité sans pareille. L'air marin embaumant toute la Treille, s'enroulant dans nos cheveux, les faisant s'envoler quelques mèches. Un peintre n'aurait aperçu qu'une trainée blonde et brune. J'avais l'habitude de monter mon cheval, je savais quand lâché la bride, quand, au contraire, tirer sur les rênes, me pencher au plus près de son encolure, me fondant dans son crin pour qu'aucune prise d'air n'entrave son avancée. Pourtant je me tenais droite, laissant le vent me fouetter le visage, colorant mes joues d'une teinte rose, à peine plus vive que ne l'aurait fait une claque. Je me préoccupais point de la course, simplement de la délicieuse sensation de chaleur s'emparant de moi.

Le son des sabots s'intensifia sur ma gauche, la jument reprenait du terrain, je la laissais faire consciente que Horas avait fait la même chose, me donnant l'illusion que j'étais meilleure que lui. Je savais à présent que, comme moi aujourd'hui, il était un cavalier hors pair connaissant parfaitement son cheval, ainsi que les méthodes pour être le plus rapide. Alors que Abigaëlle prenait de l'avance, je claquais le cuir obligeant Merios à accéler, afin de donner le change, il ne fallait tout de même pas qu'elle imagine avoir gagner à la déloyale, quand bien même je n'avais pas tout fait pour la contrer. Et puis j'aimais trop la voir heureuse pour lui ôter la joie de me battre. Elle dépassa notre gardien, qui finit par la suivre du regard, sans savoir comment réagir, alors que je le faisais à mon tour.

Les bois se dessinaient de plus en plus dans notre champs de vision, dans quelques foulées elle aurait la satisfaction d'y être parvenue la première. S'ébrouant alors que je le fais ralentir, mon pur sang piaffe pour que je lâche un peu de son mors. Une petite caresse accompagnée de quelques mots suffisent à calmer ses ardeurs, le faisant revenir au trot. Le pauvre venait d'être coupé dans son élan, nous pourrions peut-être le faire courir sur la plage si nous pouvons nous y rendre. Baudrig me rejoignit, prêt à ouvrir la bouche, me rappeler qu'une telle course est imprudente, tout le contraire des exigences de mon père. Un simple regard en biais lui fis savoir que je n'avais besoin de l'entendre, je savais parfaitement que ce n'était pas au goût de père, ce n'était cependant pas de dont j'avais besoin. La voix fluette de la gagnante me parvins. "Je te remercie. Toi aussi tu es douée, je suis ravie que ce cher Andrew ait fait de toi une bonne cavaière." lui répondis-je en attrapant sa main tendue. "Bats-tu ton frère aussi aisément que moi ?" lui demandais-je alors qu'elle fredonnait.

Notre chevalier obligea nos chevaux à se remettre en route, le bois n'était pas grand pourtant je sentais la tension dans ses épaules, il était assez grand pour contenir une menace aveugle. Je priais donc les Sept pour que ma cousine ne le remarque pas. Je ne désirais qu'une chose, lui laisser trace de cette terre merveilleuse qui était un peu la sienne, qu'elle porte en son cœur le souvenir d'un moment magique. Pas celui d'une attaque à notre encontre, j'étais donc reconnaissante à Ser Baudrig de se montrer aussi prudent. Il était de mon devoir de détourner l'attention de ma jeune cousine. "Nous allons bientôt nous arrêter, et je te promets que tu vas adorer la vue."

© Feniix


(3)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyLun 18 Sep - 9:01

Je souris face aux compliments de Desmera et j’éclatais de rire. Moi battre Andrew ? Non, même sur Espérance il me battait, à pas grand-chose mais il y arrivait. Même si je montais Ciel d’Orage qui pourtant était véloce, mais je n’arrivais pas encore à sortir tout le potentiel d’un cheval. j’espérais bien sûr y arriver un jour. Mais j’étais déjà heureuse d’avoir battu Desmera, j’offris une caresse sur l’encolure grise de ma jument qui s’ébroua de nouveau dans un cliquetis de son filet. Je souris d’avantage quand Desmera me prit la main et je répondis enfin.

« Non ! Andrew arrive même à me battre sur Espérance, ma jument, et cela même si je monte Ciel d’Orage son étalon. Mais j’essaye toujours de le battre, j’y arriverais bien un jour ! »

Je levai les yeux vers le ciel, entre le labyrinthe végétal verdoyant que créait la voûte d’arbre, on distinguait l’azur et les rayons du soleil. C’était agréable. Et j’appréciais la fraîcheur qui se répandait sous les arbres. J’espérais qu’avec un peu de chance on puisse voir un animal … peut-être pas des biches ou des cerfs, quoi que … mais des renards sans doute. Ou peut-être quelques écureuils ? Qui sait ? Je fixais le dos de l’homme qui chevauchait devant nous. Il était tendu … Je plissais les yeux en fronçant les sourcils. Pourquoi était-il si tendu ? Y avait-il eut un problème ? Était-ce à cause de notre course avec Desmera. D’ailleurs, je n’aurais pas à mentir à ma Mère ou mon Père : j’avais vraiment perdue mes rubans dans la course.

« Je te crois sur parole Desmy ! Mais … Toute ton île est absolument magnifique ! Je pourrais presque dire, qu’elle est plus belle que Boisdorés ! J’espère qu’un jour tu viendras à Boisdorés ! Je te montrerais les jardin et le bois à côté. C’est … Différent ! »

J’avais hâte de voir ce point de vue, mais nos chevaux venant de galoper, ce n’était pas le moment de remettre une couche. Je pris donc mon mal en patience, et je fus récompenser par une noix qui me tomba sur la tête. Surprise je levais les yeux au ciel, et vis sur une branche une petite tête qui me fixait. Un écureuil ! Je tirais sur les rênes de ma jument pour m’arrêter et le regarder un peu. Il tourna la tête, puis brusquement s’enfuit dans les branche à une vitesse folle. Je le suivis des yeux, presque invisible entre les branches et quand il fut totalement disparut je retournais près de ma cousine.

Lorsque je vis le point de vue, j’ouvris en grand la bouche tant c’était beau ! De là où nous étions nous avions une vue imprenable sur l’océan chatoyant sous le soleil, il y avait les grands champs de vignes, vides à cette heure ou alors ils avaient déjà été entretenue, je ne savais pas. C’était extraordinaire ! J’avais envie d’aller galoper le long de la plage, cueillir les raisins, même s’ils n’étaient pas mur et tant de chose ! C’était incroyable ! Lorsque je retrouvais plus ou monis l’usage de la parole je soufflais

« … C’est magnifique ! »

je ne trouvais pas d’autres adjectifs pour qualifier le paysage qui s’étendait sous mes yeux en une véritable peinture de maître. Même un maître peintre n’aurait pas pus, n’aurait pas réussit, à retranscrire la beauté du lieux. J’essayais d’imaginer ce que cela donnait au couché de soleil, mais je n’osais pas, j’appréciais déjà le paysage actuel. Je serrais la main de Desmera dans la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptySam 30 Sep - 18:10

Offrir une distraction à une enfant ne fut pas des plus difficiles, ni de mon ressort manifestement, un simple écureuil avait capté l'attention de la jeune fille. Je la tenais sous mon regard mais ne restait pas trop à ses côtés, laissant Merios avancer à son rythme, réfléchissant à ses révélations sur Andrew. Ainsi son ainé lui offrait l'occasion de sortir du carcan de sa position, tout en ne lui facilitant pas la tâche. Il lui donnait la possibilité d'être autre chose qu'une simple lady, tout en lui faisant comprendre que la vie ne lui serait jamais aussi simple. Mes frères m'avaient offert la même chance sans pour autant avoir la prévenance de leur cousin, j'avais vécu l'injustice de mon statut de plein fouet. Nul n'avait songé à me préserver, ce qui m'avait poussé à rejeter leurs présences et leurs soutiens. Cela avait participé à la construction de la jeune femme que je suis, encore aujourd'hui j'estime qu'il est injuste qu'une femme ne puisse diriger librement sa maison. Je me savais plus capable que n'importe lequel d'entre eux.

La lumière perçant le feuillage, jouant avec les couleurs, nous offrait une myriade de clarté à mesure que nous sortions du bois, s'accentuant au fur et à mesure de notre avancée. Je ne pouvais que sourire face à son compliment, d'autant plus que mes souvenirs de Boisdorés me renvoyait à ces différences qu'elle n'avait pas encore eu le temps de voir. "Je me rappelle de votre bois, il est vrai que c'est autre chose. Il me plairait de m'y promener à nouveau." L'air y était différent, quelque chose de plus frais. "Tu pourras me montrer tes endroits préférés." lui dis-je avec un sourire. Je me souvenais des quelques marches faites en compagnie de tante Bethany, lors de nos prières au septuaire ou en nous contentant de profiter de l'air libre. Mes souvenirs s'estompaient peu à peu, j'étais trop jeune lors de notre derniers séjours. Il me semblaient que les couleurs jouaient, comme à présent, avec l'astre diurne offrant une palette qu'un peintre ne pourrait obtenir s'il l'avait voulu, dans un camaïeu de vert plus profond, comme nous n'en connaîtrions jamais sur notre île où les bois y étaient moins dense. C'était une vision qui s'était imprimé dans mon esprit de petite fille, mes yeux du présent me ferait sans doute ressentir une certaine nostalgie de ce temps passé ou les Sept me prouveront que cette beauté resplendissait autant que dans ma mémoire.

Enfin la vue s'offrit à nous. Magnifique. Véritable tableau de l'une de nos plus belles côtes de l'île, exposée d'est en ouest. Le soleil chauffait chaque parcelle du matin jusqu'au soir, les pentes suivant la course du soleil. C'est l'un des rares endroits où les cépages se mélangeaient en toute harmonie. Cette vue m'est si familière que je préférais observer un tout autre spectacle, le visage de Abigaëlle. Rien ne peut être plus plaisant que de voir les visages émerveillés de ceux qui découvraient cette vue pour la toute première fois. De là où nous étions nous ne pouvions apercevoir le village, caché dans une cuvette, il fallait savoir qu'il était là pour le trouver. Un inconnu aurait pu se demander comment nous pouvions entretenir de telles parcelles, tant les villages étaient beaucoup trop éloignés, et seuls les villageois natifs de ce coin voulaient y rester. Père les récompensaient vertement chaque année pour leur merveilleux travail. "C'est de ces parcelles que sont issus beaucoup de nos meilleurs crus. Mais tu ne les boiras pas avant quelques années." lui avouais-je complice. Nous n'allions pas nous aventurer jusqu'au village, nous n'aurions plus de temps pour profiter de la plage en contrebas. Si l'envie nous prenait nous pourrions laisser gambader nos chevaux dans l'eau. Je priais notre chevalier de nous conduire au plus près de la plage, il était le plus à même de nous conduire en lieu sûr alors que j'étais moi-même dans un flot continu de souvenir. Voilà longtemps que je n'avais pas voulu revenir sur ces terres, bien que la vue y soit à couper le souffle. Si Abi me parla, je ne l'entendis pas, transporter dans un monde à part, sur un bateau que je n'avais jamais vu, près d'un équipage jamais rencontré.

Hobber. Simple prénom qui pourtant dévoilait tant pour moi. Ces terres, cette côte, c'était notre endroit, notre fenêtre ouverte sur le monde. Dans notre dos, Westeros nous semblait petite face à l'immensité de ce cyan mouvant. Tant d'histoires m'avaient été contés entre les allées de vignes, des légendes, des contes et beaucoup d'autres choses. Cette terre était le berceau de mes souvenirs. J'étouffais un sanglot, je ne devais pas me laisser submerger. "Chère cousine, pardonne moi, je fais une bien mauvaise hotesse." lui dis-je en reprenant pieds dans la réalité. "Je me suis dit que tu apprécierais particulièrement la vue de la plage, là où nous serons." Notre périple n'allait plus être très long, j'avais hâte de voir la réaction de cette dernière. Hobber n'avait eu de cesse de me dire que cette partie de notre île était la plus dornienne de toutes, tant ce petit bout de plage était aride. Véritable contraste avec les terres verdoyantes accueillant nos vignes. Pourtant c'était une vision de plus époustouflantes.

©️ Feniix


(4)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptySam 30 Sep - 22:27

J'essayai de graver cette image dans ma mémoire, et j'y parviens, des années plus tard, lorsque je voudrais me réconforter ou me souvenir de La Treille, je n'aurais aucune difficulté à me souvenir de cet endroit. Et si les Sept le veulent je m'en souviendrais ma vie durant. Je ris lorsque Desmera m'affirma que nous étions dans le meilleur coteaux mais que je n'en boirais pas ses fruits avant quelques années. Bon ! Et bien puisque je devais attendre autant me préparer une cuvée des plus délicieuse ! Pour amuser Desmera, j'avais entendue une chanson parlant du vin sans être une chanson à boire, voilà qui était étrange, je me mis donc à la chanter en passant près des pieds. Vin à la robe rubis, étincelant comme un diamant au soleil, offrant des senteurs digne d'une couronne fleurie et ainsi de suite.

Je remarquais pourtant aussitôt le sanglot de ma cousine, lorsqu'on arriva près de la plage, et je la regardais gravement, l'océan devait lui faire penser à Hobber. Je lui repris la main et la serrais doucement avant de regarder la danse des vagues devant moi, le bruit du ressac était des plus agréable. Je ne savais pas quoi dire pour réconforter ma cousine. J'avais envie de descendre de cheval pour la serrer dans mes bras. Avais-je le droit de moi aussi être triste puisque Hobber n'était que mon cousin ? Même si je l'adorais ? Alors qu'il était le frère de Desmera ? Avais-je vraiment le droit de lui dire ? Je serrais d'avantage la main de ma cousine encore.

« Il me manque aussi … »

Je n'osais pas regarder Desmera mon regard perdue sur les crêtes argenté des vagues qui allaient et venaient sur la plage. Je regardais droit devant moi, on se sentait très petit. Je ne dis rien pendant un moment. Le chevalier avançait devant nous sans rien dire. Je tirais sur les rênes de ma jument avant de mettre pieds à terre. Je flattais l'encolure de ma jument avant d'ôter mes chaussures. J'avais envie d'aller toucher l'eau et de me tremper les pieds sans forcément me baigner. Je m'approchais et relevant le bas de ma tenue j'avançais pieds nus dans le sable qui se collait sous mes pieds. L'eau lécha mes pieds et je restais immobile mon regard se perdant dans l'horizon. Où était donc Hobber ? Où avait-il périt ? Je retiens un soupire. Je me tournais vers ma cousine, je voulais lui changer les idées.

« Desmera ? Il y a un endroit que tu voudrais voir dans le monde ? Moi, c'est un endroit, où les femmes peuvent autant diriger que les hommes. »

Je doutais qu'un tel endroit existe, mais pourquoi pas. C'était pour changer les idées de ma cousine, mais si elle voulait pleurer, je la prendrais dans mes bras et je la laisserais pleurer pour qu'elle se calme. J'accepterais tout pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyLun 2 Oct - 19:46

Baudrig avait pris un peu de distance, nous laissant tout le loisir de rester entre nous, restant assez prêt en cas de menace, il se serait senti maladroit à nous écouter. Rien ne lui échapperait de là où il se trouvait, pourtant cet éloignement minime suffisait à maintenir une confiance en sa discrétion. Voilà aussi pourquoi j'appréciais l'homme. Cette maladresse était un simple signe de la non existence d'une présence féminine dans la vie du chevalier. Mon attention se porta sur la sensation d'une main prenant la mienne, Abigaëlle se voulait rassurante alors que mes excuses semblaient vaines, sans qu'elle ne vienne médire mes propos, son propre esprit devait avoir fait le lien. Elle n'était plus tout à fait une enfant, ce petit bout de femme de 12 ans possédait une sensibilité qui me dépassait, sans jamais devenir envahissante. Comme un don offert par les Sept, en plus de sa voix et de sa beauté. Nul doute qu'elle attirerait à elle toutes les personnes qui croiseront sa route.

La notre nous menait exactement à l'endroit désiré, là où le danger serait le moins important, aucune dune de sable n'entraverait une éventuelle fuite, la mer offrant une vue imprenable sur l'horizon. L'eau avait toujours un pouvoir calmant sur moi, sans doute était-ce de même pour tout insulaire, telle une chose immuable, gravé dans l'éternité de notre existence. Mais celle-ci est bien courte en vérité et les mots qu'elle prononça accentuèrent ce constat. Hobber et Abigaëlle avaient, depuis longtemps, établi une relation particulière, elle n'aurait pas été de notre sang qu'une union aurait pu être envisageable. Pourtant il n'en était rien, leur complicité renforçait ce lien qui les unissait. Andrew et moi n'avions jamais établi une telle relation, aucune jalousie n'interférait, ils avaient trouvé un équilibre qui n'appartenait qu'à eux, n'excluant personne aux alentours. Une once de culpabilité m'étreignit en songeant que je n'avais pas pris le temps depuis ses dernières années de remplacer ce lien auprès d'elle, pourtant je savais, malgré son jeune âge, elle pouvait comprendre notre nécessité à penser à nous-même. Oui Hobber nous manquait à tous, son empreinte était marquée au fer rouge. L'hésitation était maitresse dans l'attitude de ma cousine, reconnaissable depuis que beaucoup fuyait mon regard ou ma présence dès qu'était évoqué mon frère.

Comme bon nombre de personnes elle devait se demander s'il était réellement mort, s'il n'avait pas préféré s'installer à Essos, tant de possibilité auxquelles nous n'avions aucunes réponses. Notre attente devait prendre fin, c'est pourquoi nous lui avions offert une sépulture, pour tourner la page. Tout comme elle mon regard se plongea dans les vagues, observant l'écume se fondre dans le sable. La spontanéité de ma cousine m'offrait un instant de répit en ma douleur, la fraicheur des vagues lui léchait les pieds alors que je mis à mon tour pieds à terre, m'agenouillant pour ramasser une peu de ce sable. Je laissais filer les grains dans le vent, réfléchissant à sa question. "Je voudrais voir le monde entier, sauf peut-être Dorne." lui avouais-je. Il y avait tant à voir, et tant de danger. Je secouais les mains pour me débarrasser de tout ce sable, avant d'installer la couverture que j'avais pensé à emmener avec nous. Je l'invitais à me rejoindre. "Nous sommes des femmes Abi, cet endroit serait un paradis mais je doute qu'un homme accepte de se laisser diriger par une femme." Nous étions sans cesse remis en questions. "Notre monde est si vaste, mais serais-tu capable de quitter ta famille pour vivre dans un tel endroit s'il existait vraiment?"

©️ Feniix


(3)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptySam 7 Oct - 21:16

Je restais immobile laissant les vagues me lécher encore et encore et encore les pieds, enroulant leur langues tendre autour de mes chevilles comme-ci elles souhaitaient que je vienne avec elle. Mon regard suivit le sable lâché par ma cousine qui se dispersa avec le vent autour de la crête des vagues qui venaient autour de moi. C’était froid, c’était agréable. Du coin de l’œil je regardais ma cousine. Tout sauf Dorne ? Comme moi, comme un beau nombre de bieffoise, tout sauf Dorne. Et encore, même Dorne j’avais envie de découvrir cette région aux sables d’ocres et aux coutumes si différentes des nôtres. Je restais immobiles alors que ma cousine partait s’installait sur le sable.

Je l’observais avec attention alors qu’elle me parlait de cette utopie de femmes dirigeantes et si elle existait, serais-je capable de quitter ma famille pour la rejoindre ? Je ne pouvais répondre à cette question, pour la simple raison que cette utopie, je ne l’avais pas trouvé, simplement. Pourquoi se torturer l’esprit sur pur imagination de celui-ci ? Je détournais de nouveau le visage mon regardant attrapant la crête des vagues et l’horizon, le vent marin jouait avec mes boucles blondes, je passais la main dedans et tiens mes cheveux avant de répondre à Desmera.

« Repose moi la question le jour où nous aurons trouver cette utopie Desmy. Peut-être pourrais-je t’offrir une réponse ce jour là. »

C’était peut-être adulte, mais c’était ainsi. Pourquoi ? Pourquoi avais-je cette pression dans la poitrine ? Pourquoi me posais-je la question ? C’était uniquement une envie de chanter puissante. C’était ainsi. Cette île me donnait envie de chanter, et encore plus la mer. Je remplis mes poumons des odeurs marine, et détendis les muscles de mes bras, des épaules jusqu’aux bouts de des doigts et je me redressai lentement de toute ma taille laissant le bas de ma tunique se faire attraper par les doigts de l’océan et je fermais un instant les yeux me laissant happer par le bruit des vagues, la sensation du sable sous mes pieds, le goût salé des embruns sur mes lèvres, et l’odeur portait par le vent du large avant d’ouvrir les yeux pour faire face à l’immensité de l’océan. J’ouvris la bouche, et pour une fois, chantais aussi fort que possible :

« Ô Océan !
Aux crêtes d’argent !
Toi qui porte mon amour,
Depuis le tout premier Jour !
Porte lui mon chant,
sur tes crêtes d’argent.
Si tu ne le trouve pas,
Ne l’abandonne pas !
Confie le aux dieux du vent,
Qu’il le porte au-delà du temps,
Sur les ailes des oiseaux,
Volant toujours plus haut.
Des dunes de sables de Dorne
À l’Orage et ses bois d’Ornes
Qu’il le confie aux neige du Nord
Du Bief au montagnes de l’Ouest chargé d’Or
Que mon amour lui parvienne,
Et qu’il me revienne.
Ô liberté auquel je rêve,
Offre moi une trêve,
Vers moi, vire au vent
Je t’offre mon chant !
Tournoie déploie tes ailes
Dans l’aube grise du levant »


Je me tus, vidée par ce que je venais de faire. Je refermai la bouche et tirai mes cheveux en arrière. Mon chant était inutile. Je l’avais appris en le lisant dans un livre. Mais j’avais eu envie de le chanter face à cette immensité, et je l’avais fais. L’océan se retira un peu plus et je reculais quittant la fraîcheur de l’eau pour venir près de Desmera et me blottir contre elle. Je fermais les yeux avant de murmurer

« … Pardon … Je n’aurais pas dû chanter. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptySam 18 Nov - 21:06

En serais-je moi-même capable ? Vivre loin des miens ? Moi qui vivait entre deux terres, entre deux foyers, j'avais toujours le sentiment d'être à ma place en chacun d'eux. N'étais-ce pas par assurance que je reviendrais toujours à l'un ou l'autre ? Je ne le savais. Pourtant la nostalgie me gagnait, lors de mes séjours à HautJardin, en songeant à mon île natale. Aussi me sentais-je incapable de répondre à ma propre demande, quand bien même les neiges nordiques avait cet effet si attrayant sur ma personne. Abigaëlle se laissait aller à la douceur de l'eau, la mer continuant son mouvement perpétuel, mes yeux observèrent sa sihouette, ses cheveux couleurs de blés s'envolaient au souffle du vent avant qu'elle ne me retourne ma propre observation. Nous étions là, à nous observer avec la douceur que seules deux femmes, membres de la même famille, peuvent le faire. Sa réflexion était attendrissante et réfléchie, contrastant avec la naïveté de sa précédente demande. Trouverons-nous un jour cette utopie ? Qui pourrait le dire ? Nul doute qu'il nous faudra atteindre un âge avancé pour y répondre. "Soit. Alors je te promet de ne pas l'oublier." lui assurais-je dans un rire.

Encore une fois le sourire ne quitta pas mes lèvres, ce début de séjour des Rowan semblait ravir ma jeune cousine. En effet elle me paraissait heureuse en ce instant, là, les pieds dans le sable et l'eau. La preuve en était dans le chant qui s'éleva, offrant sa voix à l'immensité, le vent nous portant les échos de ces paroles. Ainsi la Treille activait le virus musical du Joyau, elle s'éveillait à son don, pour mon plus grand plaisir, peut-être aussi celui de notre gardien. Baudrig n'était pas homme à dire s'il appréciait ou non le chant d'une jeune Lady toutefois. Je laissais les mots m'imprégner, s'insinuer en moi.

Je ne m'attendais pas au tourbillon qui s'empara de mon esprit, la fulgurance des émotions me submergea. L'ivoire d'une peau depuis longtemps disparue, la fossette d'un menton tant de fois embrassé, des souvenirs d'un temps qui ne reviendrait sans doute jamais. Abi n'avait sans doute pas conscience que ses mots me ramenait à lui. Ainsi les sept souhaitaient que ce séjour soit aussi celui des souvenirs, un en particulier. Hobber. La véracité de ses mots me frappa de plein fouet. "Toi qui porte mon amour" Oui toi la mer. Toi qui est mon lien avec le continent. Mon lien avec lui aussi. "Depuis le premier jour." Cet océan que mon ainé avait choisi de suivre envers et contre tous, je me mentais un peu. Tous les hommes de notre famille se devaient de connaître le fonctionnement de nos navires. Peu le faisait à la sueur de leur front, se fiant plutôt à l'expérience d'un autre membre de la famille pour l'informer. Hobber aurait dû être cet homme. "Si tu ne le trouves pas, ne l'abandonne pas!" Même un temple ne saurait entendre cette prière tant nous en avions adressé depuis l'annonce de sa disparition. Alors pourquoi mes yeux se fermèrent adressant une ultime supplique aux dieux ? Avais-je encore de l'espoir ? L'espoir qu'elle nous le rende ? Oui... Non ! Je savais désormais pourquoi j'avais tant évité cette côte. C'était là que je m'étais refugiée jour après jour, après mon premier retour sur nos terres où il n'était plus, là que je fixais l'horizon attendant de voir apparaître son bateau. Je n'avais pas oublié le vent froid me frappant le visage, ni la pluie s'abattant sur mes joues, se confondant avec les larmes. Seul père avait réussi à m'obliger à ne plus m'y rendre, à prier, à attendre sagement. En y songeant peut-être était-ce au même endroit que je me tenais debout... Mon cœur avait saigné, encore à présent, depuis tant de lunes, qu'il me fallait l'étouffer, tout du moins le dissimuler à moi-même. Enterrer cet espoir dans cette sépulture vide. Je tentais de me soustraire au chant mélodieux, de m'isoler. Impossible quand cette voix appartient à une personne aussi duce, aussi proche.

Impossible lorsque ces mots avait un impact si fort, profond, intense. Abi avait fini, sa voix avait fait place au silence, le souffle de vent subtile laissait trainer quelques ultimes paroles à mes oreilles alors que j'ouvrais enfin les yeux sur le cyan de cette immensité. Elle se rapprocha, laissant ses empreintes de pas dans le sable, alors que ce souffle résonnait en moi, m'empêchant d'asphyxier totalement cette espérance naissante. "Qu'il me revienne." Je ne pouvais en vouloir à ma cousine, néanmoins je songeais à la coïncidence de son choix, comme si inconsciemment elle voulait mettre des mots sur mes pensées. Quand sa peau toucha la mienne, son corps se blotissant contre le mien, notre étreinte retrouva ce goût d'autrefois, quand nous ne pouvions nous séparer l'une de l'autre et que nous nous étreignions pour nous ancrer l'une en l'autre. Je sus qu'elle serait le pendant de Garlan, cette autre face d'une même pièce. Tout comme lui, elle avait cet effet sur moi, qui m'empêchait de me contrôler, de cacher mes sentiments, de mettre ce masque si durement acquis. Garlan avait appris à déceler les failles, Abigaëlle en ferait tout autant, toutefois ici, en cet instant précis, il ne lui serait pas difficile de percer ma carapace. Je n'avais tout simplement pas pensé qu'elle serait nécessaire au sein de notre fief. Pourtant ce fut un gémissement qui sorti de mes lèvres quand elle s'excusa d'avoir chanter. Une larme roula sur ma joue. "Ne t'excuse pas. Ne le fais jamais si cela t'a apporté du bonheur. Ta voix est si belle. Ce serait à moi de te présenter mes excuses... Tout me rappelle sa présence." Inutile de préciser qui. "Me voilà qui passe du rire aux larmes, tu ne devrais pas subir ma tristesse."

©️ Feniix
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptySam 18 Nov - 22:44

Entendre ma tendre cousine gémir me fendit le cœur bien plus que ce que je ne pouvais imaginer. C’était affreusement douloureux … Comme-ci quelqu’un avait planté un couteau dans mon cœur et s’amusait à lentement le trancher en deux. Pourquoi avais-je chanté ? Pourquoi ? Sans rien dire, je pris ma cousine dans mes bras, quittant ma position de petite pour devenir grande. Je la serrais de toute mes forces contre moi, en passant mes doigts dans les beaux cheveux de ma cousine. Quelle se vide d’une partie de sa tristesse dans mes bras. Je voulais qu’elle respire de nouveau, qu’elle se sente mieux. Je la berçais lentement en lui massant la nuque.

« Pleure Desmy, pleure … Je suis là ne t’inquiète pas … Je ne dirais rien … »

Du moment que le garde ne dirait rien. Mais il avait tourné le dos à la scène et préférait regarder ailleurs. Tant mieux. Nos affaires ne regardaient que nous deux. Je la berçai encore, et encore. Le temps qu’il fallait pour qu’elle se calme, et que ses pleurs cesse. Je voulais qu’elle se sente libre, qu’elle accepte de voir enfin partir une partie de son chagrin. Cet étrange impression de devenir l’adulte et serrer dans ses bras une enfant criant son besoin d’aide. Je le lâcherais pas ma cousine, je la tiendrais dans mes bras jusqu’à ce qu’elle se sente mieux, même si je devais passer des heures ainsi, à genoux près d’elle. Le vent du large portant les saveurs du sel. Pourquoi l’océan avait-il le même goût que les larmes ? Était-ce des gens pleurant trop qui l’avaient remplit ? Aucune idée. Je n’avais pas réellement envie de le savoir. Le plus important était la personne que je tenais dans mes bras. Je posais mon menton sur les beaux cheveux de ma cousine et attendis qu’elle relève la tête pour poser mon front contre le siens

« Je te le promets Desmy, tu pourras toujours compter sur moi, je serais toujours l’épaule qui sera là pour te soutenir. Je te le jure devant les Sept. »

Je lui caressais doucement la joue essayant de chasser les larmes de l’esprit de ma cousine. Sur son visage, je voulais voir fleurir les rires et les sourires. Le bonheurs et la joie devaient briller dans ses yeux et non pas les larmes. Je reviens la prendre dans mes bras en la berçant encore et encore. Je finis par lever le visage vers le ciel pour observer le ciel et je glissais de nouveaux quelques mots remplit d’amour à ma cousine. Je finis par lui embrasser une nouvelle fois les cheveux et l’observer avec attention quand elle releva à nouveau le visage.

« Veux tu qu’on se remette en route Desmy ? Ou rester encore un peu ici ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyLun 18 Déc - 21:50

Ce n'était pas tant son chant qui me monta le vague à l'âme, que les paroles qu'elle égrenait, autant de reflets d'une époque qui me manquait. Une époque où je pouvais me faire consoler, comme maintenant, sans états d'âmes. Dorénavant je devais faire attention à ne pas trop montrer mes sentiments, ils étaient une arme trop efficace pour qui savait s'en servir. Pourtant face à ce petit bout de femme, je ne pouvais que me laisser aller, je ne pouvais laisser cette digue en place, ce mur que j'avais bâti dans mon esprit, Abigaëlle me connaissait trop bien pour se laisser abuser par un quelconque masque. Quand bien même aurais-je essayé de toute mes forces de dissimulé ma sensibilité, elle serait revenue en force face à l'une des rares personne capable de me toucher profondément. Je me laissais bercer comme une enfant que je n'étais plus, appréciant la douceur de sa caresse.

« Je te le promets Desmy, tu pourras toujours compter sur moi, je serais toujours l’épaule qui sera là pour te soutenir. Je te le jure devant les Sept. » Je savais que ce n'était pas des paroles lancées à l'aveuglette pour soulager un mal ravageur, ces mots scellaient une promesse entre elle et moi, ce fut naturellement que je lui répondis à travers mes sanglots. Tu sais que, moi aussi, je serais toujours là pour toi Abi. Il était des liens plus forts et profonds que les autres, si nous étions des cousines très attachées l'une à l'autre, cet échange venait cimenter à jamais cet attachement. En tout cas pour moi, je savais que désormais elle serait l'une de mes priorités, je me devais d'être cette présence qu'avait été mon ainé à son égard. Mais pas tout de suite, je voulais encore profiter de cet élan de tendresse.  La douceur de ses gestes apaisaient ce cœur meurtri que je n'avais plus laissé s'exprimer, le trou béant qui l'engloutissait ne se refermait pas, peut-être même jamais, mais il avait cessé sa course folle vers l'anéantissement de toute capacité émotionnelle. Il n'y avait que le Joyau du Bois doré pour réussir un tel exploit.

J'avais occulté la présence de Baudrig, sa discrétion étant sa principale qualité, je savais qu'il ne jaserait point sur cet instant. Peut-être en toucherait-il un mot à Père, il ne pourrait mentir si une question lui était posée sans pour autant s'étaler sur le sujet. Je repris peu à peu contenance, restant tout de même dans les bras rassurant de ma cadette. « Veux tu qu’on se remette en route Desmy ? Ou rester encore un peu ici ? » J'avais peur d'avoir gâcher un beau moment entre nous, toutefois même si mon envie de rattraper cet instant de tristesse était fort, je pouvais sentir notre garde s'agiter derrière nous après l'interrogation. Nous ne pouvions pas nous attarder alors que les terres étaient sujettes à des excursions barbares. Je voudrais bien rester mais nous devrions nous remettre en route, nous pourrons revenir plus tard. J'ai bien l'intention de profiter de ta présence à la Treille. Je me relevais alors que le soldat allait chercher les chevaux, aidant ma cousine à se relever également.

Nous laissâmes le sable fin derrière nous, suivant à quelque distance celui qui avait été contraint de nous surveiller, faisans le chemin inverse qui nous avait conduit jusque là avant que notre guide ne change subitement de direction. Nous allons passer par la forêt, cela vous égayera peut être. Si l'inquiétude traversa mes pensées et mon regard, j'avais assez repris de contenance pour ne rien laisser paraître. Abigaëlle me suivait, pas d'assez près pour remarquer mon subtile changement d'attitude. Elle ne connaissait pas assez l'homme qui nous accompagnait pour comprendre le danger que nous encourions. Il avait du apercevoir quelque chose de suspect, car jamais il n'aurait suggérer une telle chose, je tournais le visage vers la cadette, une nouvelle lueur de défi dans le regard. Que dirais-tu d'une nouvelle course pour finir la journée ? Je savais qu'elle ne refuserait pas, je lui indiquais la direction à prendre, un peu plus à l'ouest du chemin que nous avions emprunter à l'aller. Je me penchais vers l'encolure de ma monture, caressant sa crinière, observant Baudrig qui ne cessait de jeter des coups d'œil en arrière. En route Je démarrais au quart de tour sachant qu'elle me suivrait rapidement, espérant que nous ne rencontrions personne de mal intentionnée.

©️ Feniix
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 4SSbqtby_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 873
Date d'inscription : 11/03/2017

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 EmptyMar 19 Déc - 17:16

Je ne bougeais pas tant que Desmera pleurait. Mes mains passaient lentement dans ses cheveux tandis que je la berçais en lui chuchotant des paroles réconfortantes à l’oreille. Je ne bougerais pas, ma cousine, presque ma sœur, dans les bras. Qu’elle pleure, je serais là pour la soutenir, et j’entendis le retour de cette promesse. Ainsi, nous nous soutiendrons mutuellement. C’était ainsi. Si ce n’était par le sang, nous étions maintenant comme deux sœurs. Je me jurais de toujours prendre soin d’elle et de toujours. Mais nous ne pouvions rester éternellement ici. Nous devions rentrer pour profiter des autres, et mes parents pourraient s’inquiéter.

Je remontais à cheval aussi souplement que possible, laissant Desmera et le chevalier passer devant pour observer encore un peu la plage. S’il te plaît, Hobber, si tu n’es pas mort, reviens vite vers les tiens, Je talonnais mon cheval pour rejoindre Desmera, visiblement notre gardien voulait passer par le forêt. Pourquoi pas, nous serions au frais. Même si j’aurais adoré rester sur la plage toute l’après-midi, nous devions rentrer. C’était comme ça. Je me demandais bien si Andrew et Thaddeus s’étaient bien entendu avec Horace. Si c’était sûrement le cas d’Andrew, cela devait être plus difficile avec Thaddeus.

Je hochai la tête avec joie face à la proposition de ma cousine et dès qu’elle s’élança je la suivis en talonnant mon cheval. Cette fois, je la laissai gagner pour lui faire plaisir, même si je fis en sorte que cela ne ressemble en rien en une victoire laissé gratuitement. Je tirais sur les reines une fois la demeure de ma cousine en vue. Je lui souris une nouvelle fois et tendis la main pour lui serrer doucement le poignet. Je crois qu e notre gardien était heureux de nous voir en sécurité au château de La Treille. Il devait y avoir quelques petits problèmes, je discuterais avec mes servantes ce soir. Je frottais le chanfrein de ma monture avant de la laisser au palefrenier. Je vis Thaddeus, assit sur des marches en train de bouder. Levant les yeux au ciel je m’approchais.

« Thaddeus ? Qu’est ce qu’il se passe ?
- Gaelle ! C’est pas juste ! Les grands veulent pas que je m’entraîne avec eux.
- Tu as demandé poliment ?
- Mais ! Pourquoi Andrew préféré s’entraîner avec Horace qu’avec moi ?
- Parce que Thaddeus, ils ont presque le même âge, et qu’ils ne se sont pas vu depuis longtemps. Ne sois pas jaloux va.
- Mais je veux aussi m’entraîner avec Horace moi !
- Et bien tu attends ton tours. Ils sont au terrain d’entraînement ?
- Oui. »

Je hochais la tête et quittai mon petit frère qui faisait toujours la boude et qui refusait de changer d’avis. Je pris le bras de ma cousine. Si j’adorais voir mon frère s’entraîner, je préférais passer du temps avec ma cousine.

« Les garçons s’entraînent. On peut aller les voir, ou si tu préféré retourner dans les jardins, comme tu le souhaite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan   [FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Retrouvailles entre cousines ft. Abigaëlle Rowan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un peu de hentaï pour un ado de 15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: