RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de cette 23e MAJ sont à lire ici Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] 3725701551
La Gazette pour les lunes 7 & 8 est disponible par ici Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyMar 15 Aoû - 22:32

Promenades et funestes pensées
Les allées de jardin | Après l'enterrement de Mace Tyrell | Lune 1, semaine 2


Les allées, accueillants quotidiennement mes déambulations, semblaient aussi mortes que le dernier lord. Mes pensées flottaient au delà de cette vision funeste, en des jours plus heureux, quand la joie envahissait chaque minute de mon existence, un temps bien lointain qui avait laissé une empreinte si marquée que j'ignorais comment j'avais fait pour l'oublier. Sans doute parce que bien des évènements avaient emplis mon existence depuis ce jour, mon esprit avait appris bien des choses, de nombreuses leçons. A aucun moment cet instant fugace n'avait pris le pas sur un autre, et j'avais tant de fois regardé les fleurs de ce jardin... Les mêmes fleurs que Mina Tyrell avait apporté avec elle lors de son union à Paxter Redwyne, plantées dans les jardins du château de la Treille. Pourtant il avait fallu que je vois la rose blanche dans les mains de mère pour me rappeler ce jour, celui de l'une des rares visites d'une sœur à son gouverneur de frère, celui d'un moment où une simple petite fille passait du temps avec un oncle et une mère, celui d'une confidence si innocente en apparence. En un temps moins triste j'aurais pu sentir le parfum de mon enfance, il n'en était rien, comme anesthésié par toutes ses larmes versées.

D'aussi loin que je me souvienne je n'avais jamais été très proche de Mace Tyrell, son affection n'était réservé qu'à ses enfants. Néanmoins ce jour là, il était resté auprès de mère, discutant joyeusement, tandis qu'elle cueillait quelques roses. J'avais oublié mes doigts qui imitaient ceux de ma mère, la douleur de la piqûre d'une épine ainsi que les gouttes de sang sur la blancheur du pétale. J'avais occulté les bras de cet oncle autour de moi, les paroles qu'il m'avait murmuré une voix douce, me contant une histoire pour me rassurer. "Petite Desmy, tu es trop petite pour le comprendre, mais cette épine n'est que le début des embûches qui jalonneront ton existence. Tu grandiras telle une fleur, observée, admirée, convoitée. Regardes, me dit-il en désignant des boutures près de nous, tu vois ces petits boutons, ils semblent fragiles mais ils vont grandir, devenir de magnifiques et grandes fleurs. Mais ne sois pas comme elles Desmy, tu n'es pas comme elles. Tu es une rose, en apparence fragile mais qui sait se défendre et faire mal aux imprudents. Tu dois apprendre à voir les épines sans les regarder. Tu vois ta mère, elle a grandi ici, a appris à voir sans regarder. Tu seras comme elle, une Redwyne fière de l'être mais n'oublie jamais que tu es aussi une Tyrell. Sois fière de l'être ma petite Desmy." C'était une leçon si simple pourtant si réelle qu'elle bouleversait chacun de mes souvenirs. J'avais grandi dans l'ombre des Tyrell, avec la connaissance parfaite de notre lien familial mais à aucun moment j'avais assimilé le fait que j'étais moi-même l'une des leurs. J'avais vécu chaque étape de ma vie en totale certitude que je n'avais pas le rôle qui aurait du être le mien, alors que la réponse était dans mes souvenirs, ancrée depuis longtemps par un homme que j'avais toujours cru se désintéressé des membres de sa famille, sauf ces enfants. Il m'avait offert un conseil précieux, et au lieu de le chérir je l'avais enfoui. A présent je regrettais de ne pas avoir mieux connu l'homme qu'étais mon oncle derrière le gouverneur. Et je passais mes journées à déambuler sans but dans les jardins, à ressasser mes pensées et mes souvenirs, sans croiser qui que ce soit.

Pourtant aujourd'hui je n'étais pas la seule à déambuler, j'entendais les pas non loin de moi.

©️ Feniix


(4)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] ZthySe8J_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 864
Date d'inscription : 11/03/2017

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyMer 16 Aoû - 8:46

Le retour de Port Réal avait été éprouvant pour moi. Margeary étant inconsolable de la mort de son père et à part lui tenir la main et la serrer contre moi en la berçant je n'avais pas été d'une grande aide. Je ne connaissais que très peu Lord Mace, c'était un homme bon même s'il manquait un peu d'esprit parfois et j'avais eus de l'affection pour lui, même s'il n'avait aucun lien de sang avec moi. C'était la détresse profonde de Margaery qui m'avait remué les entrailles. Perdre un père devait être difficile à supporter. Mais d'une manière aussi brusque et aussi étrange ... Personne n'y avait été préparé, ce n'était pas comme-ci il avait vieillit doucement et qu'il s'était éteins ...là non ! Cela avait été brusque et d'une violence inouit pour tous. Et je n'osais pas imaginer ce qu'avait du ressentir Lady Olenna avec la perte de son fils. Aucun parents ne devraient avoir à enterrer son enfant ... Et j'avais moi même imaginé la perte de mon propre père. J'en avais eu la nausée.

Margaery était si triste qu'elle devait garder la chambre, j'allais la voit là bas et je passais tout mon temps à essayer de l'aider à se remettre de ses blessures. Elle avait beau être forte elle avait aimé son père. Je n'avais même pas pris le temps d'aller voir ceux qui étaient venu pour l'enterrement. Je restais avec Margaery à chanter, lui lire des textes , à tenter de la sortir de cette torpeur mortelle sans la brusquer. Mais ... Au bout d'un moment cette ambiance étouffante me rendait malade et je laissais Margaery quelques instants pour aller savourer la caresse du vent, et des senteurs des jardins. Mais cette fois c'était Margaery qui m'avait ordonné de partir et d'aller me reposer un peu, et de ne revenir que le lendemain. J'avais insisté mais elle m'avait demandé de prendre du repose. C'était vrai que d'ordinaire je dormais peu, mais aujourd'hui c'était pire que jamais. J'étais donc aller m'allonger un peu et mes servantes m'avaient aidé à changer de robe. Une bleue sombre simple avec les cheveux regroupé en une couronne de tresse sans ornement. Et j'avais pris la direction des jardins

J'aimais cet endroit. On avait l'impression d'être seul au monde grâce aux hautes haies et pourtant au détour d'un chemin on pouvait tomber sur n'importe qui. J'avais marché très lentement observant presque chaque rose, mon esprit vagabondant loin au milieux de mes pensées tourbillonnant. Je devrais sans aucun doute ramasser un bouquet de rose pour la plus belle d'entre elle ? C'était une bonne idée mais je n'avais pas pris le moindre couteau ou la moindre dague pour ça. Peut-être si je croisais un garde? Je verrais alors. Sinon je remonterais en chercher une. Des bruits de pas attirèrent mon attention et au détour d'un bosquet d'arbre je la vis. Elle était toujours aussi belle et la joie de la revoir malgré les circonstances me tira un large sourire.

" Desmy ! Je suis si heureuse de te voir !"

Desmera Redwyne. Avec Ellyn ma cousine favorite. J'attendis un instant qu'elle me reconnaisse avant de me jeter presque dans ses bras. Elle m'avait affreusement manqué malgré nos correspondances ce n'était pas pareil que de se voir en vrai. Après tout avec elle et Ellyn nous avions joué toute les trois dans les vignes de La Treille. Et j'avais chanté là bas. Desmera m'avait même affirmé que le vin avait été le meilleur. Je n'en avais pas cru un mot mais j'étais heureuse, plus que heureuse , de la voir maintenant. Elle était l'une des rares à utiliser le titre de " Joyaux de BoisDorés" que mon père m'avait donné sans que je ne le prenne pour une moquerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyJeu 17 Aoû - 22:38


Leonette

ft. Desme & Abi

Chapitre 1

Une grande tragédie a touché de plein fouet la famille Tyrell et notre région, la mort d'un père pour la famille mais un souverain pour l'autre. On n'est jamais vraiment préparé quand on perd un membre de sa famille et quand ce moment funeste arrive, rien ne pourra panser les blessures. Seulement le temps et encore cela suffit-il ? Je ne sais pas. Je n'ai jamais réellement connu le deuil. Ou peut-être que si mais on me l'a jamais dit. Dans tout les cas, faire face à la mort d'un proche est douloureux quelque soit la personne qu'on peut perdre. Et rien, ne pourra remplacer l'être cher que l'Étranger nous a dérobé. De plus, j'imagine qu'il y a des morts qui nous révoltent encore plus, des morts qu'on ne peut expliquer … Comme ceux d'un enfant en bas âge.
Je repense à ces tristes destinées brisées par le destin. Que pouvons-nous faire pour lutter contre la mort ? On n'y peut rien. On ne peut pas sauver quand elle est trop proche. Mais dans tous les cas, je serais là pour aider ma chère sœur ou ceux qui veulent à affronter ce triste événement de la vie.
Enfin, en y réfléchissant de près, j'ai perdu ma cousine. Quelle idiote, je me souviens plus de la mort de ma propre cousine. Je soupire. Je suis dans mes appartements en train de me faire coiffer. Comment ai-je fait pour oublier cette perte ? Ma chère et pauvre cousine est morte en donnant la vie. Un fils. Je n'ai plus revu celle qui partage mon sang du côté de ma mère depuis son union avec un fer-né. Je regarde mes servantes, je leur remercie puis je reste seule. Je me lève. Je soupire doucement. Je ne sais pas quoi faire maintenant, seule.
Je respire, je décide de sortir de mes appartements et d'aller respirer l'air des jardins. Je croise mes dames d'atour, je leur signe que je reste seule. J'aurais pu les garder avec moi, mais, je ne suis pas d'humeur à converser avec elles. Sans doute, elles le rapporteront à mon époux. Il est vrai qu'il n'aime pas que je sorte sans escorte mais je ne compte pas aller plus loin que les jardins du domaine.
Je marche doucement, j'arrive enfin dans les jardins. Je déambule dans ce dernier sans un but précis. Je croise quelques connaissances, je les salue puis je reprend ma route. Je ne pense à rien, sauf peut-être comment aider ceux qui souffrent le plus de cette terrible tragédie ? Oui, je dois être là pour ma sœur, mes frères et mon époux. Bien entendue, les quatre enfants de Mace ne réagissent pas de la même manière face à cette terrible douleur. Mais si l'un d'eux a besoin, je serais là.  Mais est-ce que je souffre de la perte de ce beau-père et de ce suzeraine bien-aimé ? Je ne le connais guère mais je suis triste de sa mort. Il ne mérite pas de mourir … Pas maintenant. Il devrait mourir quand il serait plus âgé. Or, ce n'est pas le cas. Je vois au loin ma cousine Desmera et Abigaëlle. Je décide alors de me rapprocher d'elles. Je leur sourit. Elles s’enlacent. Je ne voulais pas être de trop dans les retrouvailles entre la jeune Rowan et la jeune Redwyne.

Leonette – Desmera ! Abigaëlle ! Dis-je d'une voix douce. Je ne veux pas vous déranger … Ajoute-je sur le même ton. Je les regarde. Si vous voulez, je pourrais revenir plus tard, je ne veux pas gâcher vos retrouvailles ou vous embêter par ma présence.



LeonettePromenades et funestes pensées
(c) black.pineapple

(5)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 18 Aoû - 17:36

Promenades et funestes pensées
Les allées de jardin | Après l'enterrement de Mace Tyrell


Je prie une profonde inspiration, j'ignorais qui pouvait venir dans ma direction, après tout j'avais fait en sorte d'éviter toute personne durant ma déambulation néanmoins les allées des jardins étaient libres et accessibles à toute personne désirant profiter de ses beautés. J'inspirais donc pour m'exhorter à un calme plus profonde que la tumulte de mes sentiments, j'excellais dans l'art de masquer mes émotions, nul de devait pouvoir avoir un accès à mes faiblesses et par conséquent avoir un ascendant sur ma personne. Je l'entendis avant même de la voir, ma sublime cousine, celle qui était nommée le Joyau de BoisDorés. Elle m'appela par mon surnom, celui qui me rappela qui avait été le premier à le prononcer, qui avait lancé cet usage massif de ce petit nom affectueux réservé uniquement aux membres les plus proches de ma famille. Mace Tyrell serait à jamais dans mon cœur pour cela. Je levais les yeux vers la jeune Rowan qui me faisait face. Nous nous étions certes aperçues lors des funérailles mais ce n'était ni le lieu, ni le moment pour se retrouver comme seules deux jeunes filles pouvait le faire. Un sourire éclaira mon visage lorsque mes yeux se posèrent sur elle, elle manquait quelque peu de couleur, tenir compagnie à une âme chagrine ne pouvait pas vous donner bonne mine, j'espérais seulement que Margeary n'était pas au plus mal. Je réprimais vite cette pensée, si cela avait été le cas, Abigaëlle n'aurait pas été sagement dans les jardins mais au chevet de la Rose. Je soupçonnais plutôt ma jeune cousine d'avoir voulu échapper à l'étouffante atmosphère qui régnait entre les murs du château. Bras ouvert je l'accueillais par une embrassade chaleureuse. "Toi aussi tu m'as manqué."

Elle était l'une des rares avec lesquels je me permettais d'être aussi familière, j'employais beaucoup plus facile le vouvoiement, même pour les membres de ma famille. Seuls Hobber, Garlan et cette chère Aby avaient droit à un traitement différent, mais uniquement dans nos moments d'intimité. Or ces derniers n'étaient plus aussi nombreux qu'autrefois, quand je pouvais encore parfaire mon éducation en ce lieu. HautJardin n'était plus ma demeure depuis que père m'avait mandé un retour en nos terres, et mes discussions avec ma cousine se faisait au travers de nos correspondances, qui s'éloignaient un peu plus tant les évènements bouleversaient nos vies sans que nous trouvions le temps d'en conter chaque aspect dans une simple missive. Dans ses bras je me rendis compte que nous ne nous étions pas vu depuis le retour de Hobber, en lune 8 de l'an passé, nous nous étions certes écrit mais la vie a fait que nous n'avions pas pu nous voir pour échanger nos impressions. Que de bouleversements avions nous vécu depuis ce temps, c'était à croire que l'Etranger voulait me rappeler que s'il m'avait rendu mon frère, il était le seul maître des destinés, qu'il pouvait ôter la vie à qui bon lui semblait.

Plaçant sa main sous mon bras, je l'invitais à me suivre et entamais une petite marche avec elle. "Je sais que les circonstances ne s'y prêtent pas mais j'espère que tout va bien pour toi." Personne ne s'attendait au décès soudain de lord Tyrell, mais j'espérais que cela n'avait pas trop affecté le moral de ma cher cousine, elle si douce avait du mettre son chagrin de côté pour s'occuper de la seule personne inconsolable du château. Je doutais fortement qu'elle avait alors pensé à sa propre peine. Avait-elle, comme moi, le regret de ne pas avoir mieux connu cet homme ? Se posait-elle aussi des questions sur son passé ? Analysait-elle chaque instant à ses côtés ? Ou étais-je la seule à torturer mon esprit pour un homme qui en apparence ne nous laissait pas voir l'affection qu'il nous portait ? J'écoutais attentivement sa réponse, cherchant à y déceler les graines d'un mensonge bien établi, après tout la bienséance voulait que nous refoulions notre chagrin pour porter assistance aux membres de la famille Tyrell, quand bien même nous serions nous même affectées.

Notre déambulation attire l'œil, pourtant nous sommes dans notre monde, occultant la présence d'autres personnes, tout à notre plaisir de nous retrouver, un plaisir un peu interdit en ces temps mais qu'importe. Il fallu que Leonette Tyrell s'adresse directement à nous pour que je me rende compte que nous étions en face d'elle. Après la révérence de circonstance, je me surpris à observer la jeune femme. Je ne connaissais pas vraiment la femme de mon cousin, je n'avais malheureusement pas pu assister à leur mariage puisque leur cérémonie avait eu lieu peu de temps après le retour de mon cher frère. Mère avait été particulièrement affectée par cet évènement, j'avais donc pris le parti de rester auprès d'elle pour l'aider à accepter le retour du fils prodigue. Seuls les hommes avaient fait le voyage. Nous avions fait connaissance un peu plus tard lors d'un séjour à HautJardin quelques lunes plus tard, je n'avais pas réussi néanmoins à me faire un avis sur l'épouse de mon cousin. J'avais certes vu à quel point les sentiments de ce dernier à son égard était partagé, cela suffisait. La joie de savoir que l'amour avait su se frayer un chemin dans leurs cœurs suffisait à ne pas me faire détester cette nouvelle venue. Pourtant je me rendais compte qu'il me fallait faire plus ample connaissance avec la jeune épouse, dont tout le monde surveillait le ventre trop plat. J'interrogeais Abigaëlle du regard, cette dernière connaissait mieux que moi la nouvelle venue, pour qu'elle me donne son approbation, ce qu'elle fit. "Lady Leonette, restez, je vous en prie. Vous ne nous déranger nullement" Je désignais une alcôve fleurie, qui offrait une intimité tout relative. Un espion aurait pu entendre chaque mot de notre conversation, mais je ne le choisissais pas pour la discrétion mais pour le cadre idyllique qu'il offrait, et la promesse d'assise confortable. "Votre nouvelle demeure vous plait-elle lady Leonette ?"

© Feniix


(5)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] ZthySe8J_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 864
Date d'inscription : 11/03/2017

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 18 Aoû - 21:32

Je respirai avec joie le parfum subtile de ma cousine en me blottissant contre elle. Desmera m'avait tellement manqué … À part des lettres nous n'avions plus pus nous voir depuis très longtemps. Et lors de l'enterrement j'avais passé mon temps aux côtés des Tyrell, je l'avais à peine vue. Alors pouvoir profiter d'elle un petit peu, quand je pouvais respirer, sur ordre de Margaery … J'en profitais. Je finis par la lâcher quand elle passa ma main sous son bras que je serrais avec affection. Je baissais légèrement la tête.

« J'essaye de faire comme je peux … Je passe tout mon temps près de Margaery … Elle m'a elle même ordonner de sortir pour l'après-midi … Ce n'est pas facile en ce moment … Et toi comment vas tu ? »

Elle devait être bien plus secouée que moi … Enfin c'était l’impression que j'avais. Mais j'avais la douleur de Margaery à gérer, la mienne n'avait pas d'importance. Je serrais davantage le bras de Desmera regrettant de ne pas pouvoir me blottir dans ses bras quelques instants encore. Mais rien que d'être près d'elle m'allait. J'avais tellement passé des moments incroyables avec elle lorsque nous étions jeunes … Des souvenirs biens précieux aujourd’hui dont je me souvenais avec plus que du plaisir. Cela me détendais même si j'hésitais à en parler avec Margaery.

Je sursautais en voyant Lady Leonette surgir d'entre les haies. Elle avait l'air si seule … J'échangeais un regard avec Desmera lorsqu'elle proposa de repartir pour nous laisser. Je fis signe à Desmera de la laisser venir avec nous. Une petite discussion entre jeune lady ne pourrait nous faire que du bien. Surtout que Lady Leonette n'était que douceur et gentillesse. Desmera l'invita à nous suivre. Je souris doucement à Leonette en reprenant juste derrière ma cousine :

« Venez je vous en pris Lady Leonette ! Discutons un peu ! »

Je les suivis dans une alcôve fleuris et je m'assis sur le banc en pierre en faisant attention à ne pas écraser les pieds de l'une des deux jeunes femmes. Desmera était au centre et Leonette en face de moi. J'aurais presque aimé demander une théière de thé rouge pour nous ainsi que quelques fruits. Mais une simple discussion serait très bien également. Je regardais quelques instants Leonette. J'avais assisté à son mariage, mais ma famille n'était pas resté et j'étais repartie deux jours après. Je n'avais pus avoir une véritable conversation que bien après avec Lady Leonette. Machinalement, je lissais le tissu de ma robe, avant de couper quelques fleurs dans les buissons. Petite, j'avais appris à faire des couronnes de fleurs, et les yeux rivés sur les deux autres jeunes femmes, je me mis à en faire une. J'ignorais pour qui cela allait être, peut-être personne mais tant pis. Je me tournais vers Desmera

« Combien de temps reste tu Desmera ? »

Je n'utilisais jamais son surnom en présence d'autres personnes. Seulement entre nous. J'aurais peut-être dû la vouvoyer … Mais je n'en voyais nullement l'utilité, Leonette nous avait vu très proche, et qui voudrais savoir ma proximité avec Desmera …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 1 Sep - 13:46


Leonette

ft. Desme & Abi

Chapitre 2
La mort est cruelle, on ne sait jamais quand elle frappe. Et quand elle le fait, notre cœur est détruit en mille morceaux. J'ai ressenti cela quand ma cousine est morte mais mon palpitant n'a pas eu cette sensation quand le géniteur de mon époux est mort. Je suis triste qu'il soit mort mais ce n'est pas pareil.
Je repense à ceci quelques minutes après avoir abordé Desmera et Abigaëlle, la première est la cousine de mon époux dont la mienne maintenant tandis que la second est une amie. J'attends que les deux jeunes femmes me répondent pour savoir si je dois rester ou non ici. Il est vrai que je peux les déranger en imposant ma modeste personne.

Desmera - Lady Léonette, restez, je vous en prie. Vous ne nous déranger nullement. Elle désigne par la suite une alcôve fleurie. Votre nouvelle demeure vous plaît-elle lady Léonette ?
Abigaëlle - Venez je vous en prie Lady Léonette ! discutons un peu !

Un sourire éclaire mon visage doux. Elles m'acceptent dans leur petit comité. Je respire doucement puis je les regarde. Je dois leur répondre, il serait impoli de ne point le faire.

Leonette – Je vous remercie chère cousine de m'inviter à vous rejoindre ainsi qu'à vous chère lady Abigaëlle. Je souris. Oui, je vous remercie. C'est grâce à votre famille ainsi qu'à Lady Abigaëlle que je me sens bien dans cet endroit.

Nous prenons place dans l'alcôve, nous asseyons, je souris aux deux jeunes femmes. Je vois Abigaëlle s'amuser avec des fleurs. Je la regarde puis je l'écoute poser une question à la demoiselle de la maison Redwyne. Je ne sais quoi faire maintenant. Je me sens intimidée devant elles. Je ne devrais pas, je le sais. Mais qu'est-ce que je peux dire pour lancer la conversation ? J'attends que Desmera réponde à Abigaëlle.
Durant ce laps de temps, je pense encore que je ne porte pas l'enfant de Garlan, ceci m'inquiète d'être stérile. Pourquoi certaines femmes tombent enceintes rapidement et d'autres non ? Je me le demande bien. Pourquoi la Mère ne peut pas m'offrirce présent ? Qu'ai-je fait de mal ? Je ne sais pas. Je ne comprends pas les volontés divines. Si je ne suis pas enceinte, je ne pourrais pas accomplir mon devoir conjugal.
Je respire doucement, je lève mon regard vers le ciel, la météo est clémente, il n'est pas orageux. Je n'aime pas quand les nuages sont obscurs, ils me font peur. Et puis, quand il avait des orages, seul mon second frère, Edwyrd pouvait m'apaiser. Je repose mon regard sur les deux jeunes femmes. Qu'est-ce que je peux dire pour lancer la conversation ? C'est difficile de le faire. Je ne sais jamais comment orienter celle-ci. Et pourtant, je dois le faire, je ne peux pas rester ainsi. Mes lèvres ne peuvent rester closes. Un son doit sortir de ma bouche. Je respire de nouveau et je regarde l'assemblée.
Desmera avait raison de nous conduire ici, on se sent à l'écart des personnalités de la cour de la capitale. Que dire ? Aucun sujet me vient. C'est idiot .. Je ne sais quoi dire ! Rha ! Je n'aime pas être paralysée par la peur. Je regarde les deux jeunes jouvencelles. Peut-être qu'elles trouveront un sujet sur lequel je pourrais rebondir, non ? Sans doute.



LeonettePromenades et funestes pensées
(c) black.pineapple


(1)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 1 Sep - 21:44

Promenades et funestes pensées
Les allées de jardin | Après l'enterrement de Mace Tyrell


Notre trio ne détonnait pas dans ce jardin qui avait connu nombre de réunions de ce genre. Il était propice aux rencontres, offrant à tout ceux qui y portaient attention la beauté d'un moment unique. Le banc de pierre en demi-cercle ne permettait pas à une nouvelle personne de s'installer à nos côtés, ce qui était parfait. Je pouvais compter sur Abigaëlle pour mener la conversation, et ainsi me permettre de mieux apprendre à connaître la tierce personne assise à mes côtés. Une fois assise, un promeneur ne pouvait me voir au premier abord, j'étais celle la plus dissimulée parmi les fleurs blanches qui nous entouraient. Les jardiniers de la cour avaient fait un travail merveilleux dans cette alcôve où on pouvait agréablement admirer la beauté du mélange des roses blanches aux autres fleurs de la même teinte, sans devoir en subir la morsure de ses épines. Ce qui permit à ma jeune cousine d'en cueillir une sans se blesser tandis que l'épouse de Garlan nous remerciait de la laisser partager cet instant. Je n'étais pas encore habitué à l'entendre m'appeler cousine, nous n'avions pas eu l'occasion de nous parler seule à seule pour établir un quelconque véritable lien. J'imagine qu'il me faudrait aussi l'appeler ainsi, elle l'était devenue depuis son union et j'étais ravie de savoir qu'elle prenait ses marques dans sa nouvelle demeure. Pourtant elle me semblait préoccupée.

Tout le monde scrutait le ventre trop plat de la jeune épouse, la rumeur enflait chaque jour, il n'était pas sain pour elle de vivre avec une telle pression sur les épaules, je n'étais malheureusement pas assez proche pour oser lui demander de me confier ses états d'âmes. Elle devrait apprendre à vivre avec le poids des attentes de tout une région sur les épaules. Je reportais mon attention sur Abi, réfléchissant à sa question, père avait émis le souhait de repartir au plus vite pour qu'il puisse s'occuper de son fief sans obtenir gain de cause auprès de sa femme. "Je l'ignore, pas avant la fin des festivités je suppose." Même si la mort avait frappé durement elle rappelait à chacun qu'il fallait profité de chaque instant. "Je doute que mère veuille quitter Hautjardin pour le moment. Je sais que grand-mère et elle passe beaucoup de temps ensemble." Mon instinct me hurlait que ce n'était pas uniquement pour fomenter un quelconque stratagème pour savoir qui avait ôté la vie à leur fils ou frère. Lady Mina Redwyne avait déjà connu le malheur de perdre un fils, d'en porter le deuil, elle savait qu'on ne devait en aucun cas s'apitoyer sur son sort, les vautours étaient toujours à l'affut du moindre faux pas. Il fallait continuer à vivre. Voilà pourquoi malgré la douleur, elle fera tout pour en ressortir plus forte. Après tout derrière son titre de lady Redwyne, elle demeurait une Tyrell, sachant que tout devait toujours être plus haut, plus fort. Sa force actuelle résidait dans son ultime désir, celui de voir sa fille épouser un homme de noble naissance. Avoir sa mère à ses côtés l'aidait à obtenir ce qu'elle désirait. J'hésitais à avoir ce genre de conversation avec une jeune épouse mais les mots sortirent plus vite que ma volonté ne purent les retenir. "J'ai dans l'idée que mère voudrait suivre l'exemple de Loras, et organiser certaines noces."

Je pouvais espérer qu'elle se contenterais d'organiser les épousailles de Horas avec une quelconque fille de Bief, mais je savais pertinemment que père avait la main mise sur cette union. Il ne laisserait pas sa femme choisir l'alliance qui conviendrait le mieux à sa maison, il accepterait ses conseils mais la décision finale lui reviendrait. Mon mariage en revanche apporterait une alliance d'un autre type à notre maison, père avait son mot à dire mais il savait parfaitement que Olenna Tyrell gérait la quasi totalité des unions maritales des femmes de sa lignée, elle avait des pions que lui ne pouvait posséder. "Je doute de rentrer en même temps que ma famille, sans doute que l'on va me demander de rester à la cour pour être vu de tous. Nous aurons ainsi l'occasion de faire plus ample connaissance Lady Leonette."

© Feniix


(4)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] ZthySe8J_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 864
Date d'inscription : 11/03/2017

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 1 Sep - 23:00

Je hochais la tête en écoutant Desmera. Heureusement elle restait encore après le mariage. C’était évidant. Elle habitait loin et il était hors de questions de faire des allées-retours en permanence. Cela serait trop long et trop fatiguant. Je plissai les yeux en apprenant que Tante Mina et Lady Olenna passaient beaucoup de temps. Je sentis mon cœur se déchirait un peu par la peur de voir partir Desmera loin de moi. Des noces ? Entre un de ses frères et une lady du bief. Je pouvais être exclue de toute proposition. Nous étions cousins proches et je me voyais mal marier à Horas ou Hobber. De toute façon mon père n’avait trouvé personne pour l’instant, et je ne croyais pas qu’il me trouverait quelqu’un au milieu de ce mariage. Cela serait cocasse. Ou pas. Je hochais la tête en silence avant de glisser un regard sur Leonette. Des rumeurs sur une quelconque impuissance à faire des enfants circulaient déjà sur elle et Ser Garlan.

Je glissai deux tiges ensembles et cueillis une autre rose en réfléchissant le plus vite possible à un sujet de discussion qui pourrait plaire aux deux cousines par alliance. J’excluais de parler de Mace Tyrell, je ne le connaissais pas assez, de mariage encore moins puisque cela semblait inquiéter ma cousine Desmera. Il restait la couture , et la musique. Je n’avais guère envie de parler de couture. Je préférais de loin la musique. Surtout que Lady Leonette m’avait proposé de jouer de la harpe. Je rajoutais une rose à la couronne avant de la finir et de la tendre à Leonette et d’en entamer une autre pour Desmera en souriant.

« Je suis sûre que vous vous entendrais très bien toute les deux. Lady Leonette est particulièrement douée à la harpe. Je l’entends parfois le matin ou l’après midi lorsque je regarde le jardin de ma fenêtre. »

Ce n’étais pas moqueur ou faire un faux compliment. J’aimais beaucoup la manière de jouer et même si Desmera ne jouait pas d’instrument je savais qu’elle aimait la musique et qu’elle pouvait en parler. Je ne jouais pas je chantais. Et je me souviens que je n’avais jamais chanté devant Leonette, mais de nombreuses fois devant Desmera. Je cueillis encore une rose mes doigts travaillant seuls alors que je regardais les eux lady, et je me retenais fortement de prendre la main de Desmera pour ne pas exclure Leonette. Je replaçais une mèche derrière mon oreille avant de lever le visage vers les tours blanches invisibles de Hautjardin. J’avais envie de retourner vers Margaery pour m’assurer que tout allait bien … Mais elle n'avait ordonné de me reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyJeu 14 Sep - 18:33


Leonette

ft. Desme & Abi

Chapitre 3
Notre trio se retrouve dans un endroit où il est aisé de converser sereinement sans être dérangé par des personnalités. Un moment de paix et de tranquillité. Parfait pour pouvoir discuter entre femmes. La demoiselle du Rowan habile de ses délicates mains fabrique une couronne de fleur. Puis, la jouvencelle à la chevelure dorée pose une question à Desmera.
Je les laisse converser entre elles. Ainsi, lady Desmera va rester quelques temps après le mariage, je suis ravie de ceci, je pourrais faire plus ample connaissance avec cette dernière. Il est vrai que nous sommes cousines par le lien du mariage mais nous n'avons pas pu établir un lien solide.
Que dire ? Je ne sais pas. Est-ce que je me sens intimidée avec ces deux personnes ? Peut-être que oui. Il est vrai que je ne connais pas assez Desmera et que je ne souhaite pas la froisser par mes belles paroles.
La petite-fille d'Olenna ajoute que sa mère souhaite organiser un mariage. Je lui offre un sourire. Je repense à ma belle-soeur Margaerys, cette dernière sera unie dans un futur proche au prince des dragons. Elle sera heureuse, j'en suis persuadée. Je pense également à l'union prochaine de la rose et de la lionne. Puis, je me souviens de mon mariage avec Garlan. Nous sommes mariés depuis plusieurs lunes et aucun enfant a été conçu. Malédiction ? Peut-être.
Ensuite, la douce Abigaëlle fini de créer sa couronne de fleur. Elle me la donne, je la remercie avec un sourire. Je la pose délicatement sur mes genoux et je la contemple.

Desmera - "Je doute de rentrer en même temps que ma famille, sans doute que l'on va me demander de rester à la cour pour être vu de tous. Nous aurons ainsi l'occasion de faire plus ample connaissance Lady Leonette.

Abigaëlle - Je suis sûre que vous vous entendrais très bien toute les deux. Lady Leonette est particulièrement douée à la harpe. Je l’entends parfois le matin ou l’après midi lorsque je regarde le jardin de ma fenêtre.

Je souris à Abigaëlle. Je repense à mon instrument de musique, j'y joue souvent de ce dernier quand je suis seule ou quand je suis entourée de mes proches. De plus, je peux à la fois composer des mélodies douces, tristes, mélancoliques ou romantiques.

Leonette – Je suis heureuse que vous restez ici Lady Desmera. Je souris à Abigaëlle. Je vous remercie. Je repose mon attention sur Desmera. Est-ce que vous jouez un instrument ? Je respire doucement.

Je repense également aux Conflans. Je sais que bientôt je quitterais le Bief pour une durée indéterminée. Je ne verrais plus mes proches, je rencontrerais des nouvelles personnes. Je regarde les deux jeunes femmes. Peut-être qu'elles sont déjà allées dans d'autres endroits que le Bief.

Leonette – Pardonnez-moi de changer de sujet, mais je m'interroge sur mon prochain voyage dans les Conflans. Je respire. Avez-vous déjà voyagé dans cette contrée ? Leur demande-je doucement.

Je pose mon attention sur les deux jeunes femmes puis je regarde la couronne de fleur. Elle est jolie. Je souris. J'apprécie ce moment avec ces dernières, nous sommes seules. Allons-nous le rester longtemps ou des personnes vont nous importuner ? Je me pose trop de questions.
Je pense à ce futur voyage en compagnie de mon époux. Je serais séparée des personnes que je côtoie le plus comme les membres de la famille de Garlan mais j'aurais auprès de moi mes dames d'atour. Et, bien entendue, il aura Garlan. Je pense à lui. Et, à mon incapacité à être mère. Je repose mon regard sur les deux jeunes femmes qui m'entourent. Je ne dois pas faire tomber les murs maintenant. Je dois restée emmurée dans cette cage dorée pour éviter de pleurer sur ma triste destinée. De plus, ma vie pourrait être pire, n'est-ce pas ? Il y a toujours pire que ce soit comme son contraire.
Je repense à la vie, cette dernière est cruelle, difficile mais elle est éphémère. On peut tous mourir à tout instant et dire au revoir aux gens qu'on aime.


LeonettePromenades et funestes pensées
(c) black.pineapple


(2)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 15 Sep - 19:13

Promenades et funestes pensées
Les allées de jardin | Après l'enterrement de Mace Tyrell


La dextérité  de ma jeune cousine rappelait celle que j'avais plus jeune, après que mes doigts maladroits aient compris comme entremêlés les tiges florales pour en obtenir une jolie couronne, semblable à celle reposant désormais entre les mains de la jeune épouse. Je ne cherchais nullement à cacher l'observation de cette dernière, il me faudrait apprendre à la connaitre. Son regard fuyant, la courbure de son dos, m'indiquait qu'elle n'était pas à l'aise en notre présence. Cela était-il dû à une nature discrète ? A un manque de confiance en elle ? Où ma proximité la rendait-elle nerveuse ? Nous ne nous étions jamais retrouvées en comité si restreint, sans la présence de la Cour de HautJardin. Certains devaient se promener à quelques allées de nous, mais ce jardin n'était pas un labyrinthe, aussi il était facile de nous éviter, de choisir une allée sans chercher à venir à notre encontre. Aussi semblait-elle simplement intimidée, je ne l'en blamais pas, aucun passé nous liait et son arrivée en notre sein n'était pas d'une augure favorable. Le malheur avait durement frappé, loin d'un moment idéal  pour établir des relations.

Cela avait au moins le mérite de détourner l'attention de la Cour sur le ventre de cette dernière, le sujet reviendrait bien sur le devant de la scène mais, en attendant, il était en suspend. Il n'était donc pas nécessaire de l'évoquer ni de m'appesantir sur lui, j'ignorais, par ailleurs, sa position sur un tel sujet. Si elle était de mon acabit, elle serait heureuse de ne pas connaitre l'enfantement, si au contraire elle désirait grandement mettre au monde un enfant alors nous n'étions pas assez proches pour en débattre. C'était un sujet délicat, d'autant que oncle Mace avait disparu sans avoir la joie de savoir sa descendance assurée. Notre conversation semblait donc mal engagée, seule la présence de la jeune Rowan établissait une connexion dans notre trio, nous offrant de quoi converser. "Abigaëlle sait parfaitement reconnaître le talent quand elle le voit." dis-je en m'adressant à la nouvelle venue. Il était loin le temps où un tel compliment l'aurait fait rougir, si elle était mal à l'aise face aux compliments, elle savait désormais les dissimuler. "Je dois avouer que je n'ai pas le bonheur de posséder un talent pour jouer d'un instrument de musique, je préfère apprécier celui des autres. Peut-être me donnerez-vous l'occasion de vous écouter ma lady." Nul besoin de lui parler de mes débacles au clavecin, un atroce souvenir comme tant d'autres par les temps qui courraient.

Lady Leonette semblait perdue dans ses pensées suit à ma réponse. Avais-je fait une révélation sans le vouloir ou l'avais-je offenser en faisant cette requête ? Je ne saurais le dire. Il nous faudrait du temps pour réussir à accorder nos violons et discuter en toute quiétude. Elle relança tout de même un sujet. "Le Conflans..." Ainsi donc Garlan avait réussi à obtenir ce qu'il désirait, nous n'avions pu prendre un temps pour nous confier l'un à l'autre. J’espérais qu'il m'accorderait une entrevue avant son départ, j'étais heureuse qu'il suive sa propre voie. L'éloignement ne serait pas chose aisée, mais la vie était ainsi faite, l'étranger venait encore de nous prouver qu'il fallait suivre le chemin sans se retourner avant qu'il ne vienne nous chercher. Rare étaient ceux qui parvenait à se côtoyer toute la vie durant. "Pour ma part mes pieds n'ont foulé que les terres Bieffoise, et toi Abigaëlle ?" Je n'avais pas souvenir qu'elle ait quitté notre région mais il se peut que je me trompe. Alors que sa réponse parvenait à nos oreilles, mon esprit se dirigeait vers mes désirs enfouis, ravivés par mon escapade nocturne dans un jardin labyrinthe de Villevieille. Je me mordis la langue pour m'empêcher de penser à ce qu'il s'était passé ce soir là, poussant mes idées à se focaliser sur les contrées que m'avait tant fait rêver. Seules les descriptions littéraires m'avaient permis de dépeindre un idéal, sans doute bien loin de la réalité, mes yeux ne sauraient reconnaitre les tableaux implantés en mes souvenirs. Je me demandais les raisons qui poussaient notre interlocutrice à nous poser cette question. "Votre départ vous cause-t-il un soucis ?"

© Feniix


(1)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] ZthySe8J_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 864
Date d'inscription : 11/03/2017

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyVen 15 Sep - 22:22

Mes doigts agiles allaient et venaient entre les branches et les feuillages pour entremêler les tiges des fleurs. C'était Desmera qui m'avait montré lorsque nous étions petites filles. Et j'avais gardé cette habitude d'en faire une ou deux fois par semaine. Histoire de m'occuper. Je préférais ça que de tripoter ma robe, c'était plus productif. Et puis cela faisait plaisir. Je relevais brièvement la tête pour remercier ma cousine par un hochement de tête sans rougir comme j'aurais pus le faire avant. Margaery arrivait encore à me faire rougir mais parce qu'elle touchait des sujets qu'elle connaissait beaucoup trop sensibles pour moi. Comme … Je secouai la tête et me giflai violemment mentalement. Je n'avais pas à penser à lui maintenant ! C'était hors de question ! Il fallait suivre la conversation. Je regardais discrètement les deux jeunes femmes. Si j'avais rencontré Leonette que récemment, je l'adorais, mais Desmera était la grande sœur que je n'avais eu. Petite, je rêvais d'épouser Horas ou Hobber rien que pour pouvoir réellement l'appeler « sœur » . Heureusement ce rêve était passé. C'était bien mieux comme ça !

Je posais mon regard sur Leonette … Elle allait partir dans le Conflant et moi je retournerais dans les terres de la couronne. Loin d'elle … Peut-être qu'avec les corbeaux … Oui ! Je suis écrirais ! Comme j'écrivais à Desmera. Elle ne serait pas seule, du moins pas mentalement. Ni physiquement, Ser Garlan serait avec elle. Je plissais les yeux en regardant Desmera. Avait-elle déjà fait un voyage jusqu'au Conflant ? Non. Elle m'interrogea et je secouais la tête.

« Je suis désolé Leonette, mis-à-part le Bief, et les terre de la Couronne je ne suis pas allée autre part. Je ne sais que peu de chose de cet endroit. Mis-à-part que selon les rumeurs le peuple y est le plus pauvre des sept couronnes. Il est au centre de nombreux conflits à cause de ses fleuves. Mais nous sommes en paix, il ne devrait pas à avoir trop de problèmes de ce côté là. Je suis sûre que tout se passera bien Lady Leonette. Tient ! Si vous deviez choisir une région dans laquelle vous ne voudriez pas vivre … Laquelle serait-elle ? Interdiction de choisir Dorne ! C'est trop facile ! »

Il était courant que les bieffois haïssaient les dorniens. Après tout … À ce qu'on racontait aucune femme n'était vierge le jour de son mariage, et une fois sur deux, les enfants naissant dans les couples n'avait pas le même père que son frère ou sa sœur, mais que le maris ayant trop de bâtards reconnaissaient tout les enfants de leur femmes comme les leurs. Quelque part j'admirais ces femmes libre comme l'air pouvant rêver presque à tout les mêmes postes que les hommes. On disait même qu'il y avait des guerrières ! Mais pour une bieffoise ceci n'était pas bon de le penser … Nous avions nos propres marque et devoir ! J'étais fière d'être une bieffoise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyDim 24 Sep - 19:39


Leonette

ft. Desme & Abi

Chapitre  4
La douce demoiselle de la maison du Rowan aborde la question de mon art. Je réponds aux deux jeunes femmes par la suite. Je demande alors à celle qui est devenue ma cousine de sang si elle sait jouer d'un instrument. Peut-être que celle-ci partage un point commun avec moi, celui de la musique.

Desmera - Abigaëlle sait parfaitement reconnaître le talent quand elle le voit.  Elle rajoute. Je dois avouer que je n'ai pas le bonheur de posséder un talent pour jouer d'un instrument de musique, je préfère apprécier celui des autres. Peut-être me donnerez-vous l'occasion de vous écouter ma lady.

Leonette – Oui, je serais heureuse de vous jouer quelques compositions. Lui dis-je avec un sourire.

Par la suite, mes pensées se perdent dans mon esprit. Je pense à ce futur voyage aux Conflans. Je ne suis jamais aller là-bas. Jamais. Les seuls voyages que j'ai fait sont : Cendregué, Villevielle, Hautjardin ou Port-Réal. Je demande par la suite aux jeunes femmes si elles ont déjà voyagé. Peut-être qu'elles connaissent déjà les Conflans … Et, elles pourront m'aider face à ce futur voyage angoissant.

Desmera -  Le Conflans . Elle ajoute quelques minutes plus tard.  "Pour ma part mes pieds n'ont foulé que les terres Bieffoise, et toi Abigaëlle ?

Puis, la jouvencelle à la chevelure des blés fait signe que non. Je les regarde sans rien dire. Je pose mon délicat regard sur la couronne de fleurs. Je la déposerais dans la chambre. Dans un endroit où rien ne pourra lui arriver.


Desmera -  Votre départ vous cause-t-il un soucis ?

Abigaëlle - Je suis désolé Leonette, mis-à-part le Bief, et les terre de la Couronne je ne suis pas allée autre part. Je ne sais que peu de chose de cet endroit. Mis-à-part que selon les rumeurs le peuple y est le plus pauvre des sept couronnes. Il est au centre de nombreux conflits à cause de ses fleuves. Mais nous sommes en paix, il ne devrait pas à avoir trop de problèmes de ce côté là. Je suis sûre que tout se passera bien Lady Leonette. Tient ! Si vous deviez choisir une région dans laquelle vous ne voudriez pas vivre … Laquelle serait-elle ? Interdiction de choisir Dorne ! C'est trop facile !  

Je les écoute. À qui dois-je répondre en premier ? Desmera ou Abigaëlle ? Je respire doucement. Je repense à Dorne et à Ulwyck. Un curieux personnage. J'ai rencontré quelques dorniens dans ma vie comme cette canaille d'Ulwyck ou le couple Ellaria et Oberyn. Ils ne sont pas comme nous.

Leonette – Pour vous répondre Desmara, je ne suis jamais allée là-bas et j'ai peur de ne point être intégrée sur ces terres. Je souris. Je sais que Garlan ainsi que mes dames feront tout pour que je sois à l'aise mais … Peut-être que je n'aurais pas d'amis là-bas. Je respire doucement.  En tous cas, merci de vos réponses. Je vous promet de vous écrire des missives, si vous le souhaiter concernant mon voyage. Je respire encore un peu. Je me tais durant quelques minutes. Pour votre jeu, je dois avouer que j'aurais choisi Dorne car je ne pense pas que je pourrais supporter leurs mœurs dissolue. Ils sont … Comment dire ? Pas comme nous. Je me tais.

Devais-je relater mes rencontres avec les dorniens ? Pas encore, pas maintenant. Je les regarde. Je réfléchis au jeu d'Abigaëlle.

Leonette – Je pense que je ne pourrais pas supporter de vivre dans le Nord. Il fait si froid … Et puis,  comment pourrais-je supporter une terre où les fleurs ne sont pas comme celles d'ici ? Par la suite, je dirais peut-être le Val avec les îles de Fer.  Pour la première, je pense que je n'aimerais pas vivre dans les montagnes et pour la seconde, c'est surtout leur mentalité …

Je voulais rajouter que malgré que les fer-né soient des rustres, ma cousine Aylin ait épousé un fer-né mais je préfère ne rien dire. Je les regarde.

Leonette – Et vous ?


LeonettePromenades et funestes pensées
(c) black.pineapple


(2)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyLun 2 Oct - 17:18

Promenades et funestes pensées
Les allées de jardin | Après l'enterrement de Mace Tyrell


J'avais conscience d'avoir forcé un peu la main à la nouvelle habitante des lieux, parfois j'oublais que Hautjardin n'était plus ma demeure depuis longtemps. Bien que mon sang coulait dans les veines de certains occupants, je ne pouvais prétendre à y voir ma demeure et les souvenirs ravivés confirmaient certes que j'étais autant une rose qu'une vigne mais seul le fruit prédominait mon existence. Je me devais de ne jamais l'oublier, même si je devais faire claquer le cuir d'un fouet à mon esprit. je me contentais de lui répondre par un sourire, sans doute mes déambulations quotidiennes me conduiront auprès de la douce épouse.

Sourire qui ne me quitta pas à l'entente de la réponse de ma petite sœur. Cette chère cousine avait eu le bonheur de devenir la dame de compagnie de Margeary, lui offrant l'occasion de montrer son joli minois au reste du monde. J'ignorais encore si était une chance ou non, me restait en mémoire les attentes de Mère qui rêvait de me voir épouser un lord au plus vite. Avec un peu de chance je resterais au Bief et pourrait ainsi être à proximité de ceux que j'aimais. Ma conscience me gifla si forte qu'elle imprima cette claque au plus profond de mon esprit. Trop aventureuse me souffla-t-elle, émergeant à mon souvenir les images d'une soirée dans un autre jardin. Ce labyrinthe de verdure était le seul témoin de mon mensonge, celui fait à moi-même. Je ne voulais pas rester au Bief ! Quelques instants volés auprès d'un ferné m'avait laissé un goût d'inachevé, sans que je sache s'il s'agissait de l'homme ou de l'aventure vécue. Personne ne pouvait me comprendre. Personne ne devait l'apprendre.

J'enviais quelque peu Lady Leonette de partir tout en comprenant cette angoisse qui pouvait la gagner. "Il est vrai que la richesse du Conflans fait pâle figure aux côtés de nos terres, pourtant je doute que votre angoisse soit bien fondée." Ne cherchant pas à la vexer, ni à passer pour prétentieuse, je continuais mon propos. "Vous êtes la douceur incarnée selon les dires de tout ceux qui vous côtoient, vous saurez vous faire aimer de tous., lui affirmais-je dans un sourire. "Garlan à vos côtés, vous ne serez jamais seule." Je me tus avant de commettre un impair, je n'étais pas dans la confidence du degré d'intimité des jeunes époux, ignorant ainsi si ce mariage de convenance l'était toujours ou si de réels sentiments les animaient à présent. "Ayez confiance. Les Sept n'enverraient pas votre époux fonder son ordre en une terre inconvenante à votre égard."

La discussion prit une tournure plus joyeuse, il fallait en remercier ma chère cousine, toujours prompte à offrir un sujet de discussion. Un petit rire vint soutenir sa remarque sur Dorne, elle savait parfaitement que cela aurait été ma réponse. Je tournais la tête vers Léonette attendant qu'elle réponde. J'éclatais de rire au vu de la gène évidente qui transpirait de ses propos, plaquant une main sur ma boucher pour étouffer le bruit, finalement mes inquiétudes n'étaient pas fondées. J'appréciais grandement la jeune femme et il aurait été inconvenant d'attirer l'attention pour faute de bonne humeur dans cette triste période. "Tout comme vous, dis-je après avoir maitriser mes spasmes "J'estime que les dorniens différents de nous. Leur côté bestial est beaucoup trop présent pour que je puisse les côtoyer avec plaisir." Je réfléchissais à la réponse qu'elle avait donné. Le Nord. Terre lointaine où seule la caresse du froid nous promettait une aventure, om les loups étaient les rois... Terre qui n'attirait personne mais qui était les plus vaste de tout Westeros, on racontait même que les six autres royaumes pourraient y tenir aisément. "Le Nord me semble effectivement une région particulièrement dure à vivre" Une certaine étreinte nocturne, furtive à y songer, éveilla en moi le soupçon de l'envie de m'y rendre, de voir par moi-même cette chaleur recherchée. "Mais je crois que je pourrais supporter le froid si les conditions de vie était acceptable." L'envie de me secouer était si grande que je devais me maitriser pour ne rien laisser paraître. "Toutefois contrairement à vous, les montagnes du Val me semble très attirante. Nous savons toutes que le Val d'Arryn manque cruellement d'attention, j'imagine parfaitement les magnifiques paysages que l'on pourrait y admirer. Il me serait difficile de vivre dans les terres de l'Ouest." Ma réponse avait de quoi être surprenante, rien ne semblait présager un éventuel danger à y vivre. "Je ne pourrais vivre en une terre sans cesse pillée par les fer-nés. Il va de soi que le pire endroit pour moi serait bien sûr les îles de fer." Ma conscience se rappela à moi, me jouant une danse jusque là inconnue, autour d'un souvenir, de la sensation que j'en avais éprouvé, me prouvant que si je n'étais pas prête à y vivre, je pouvais parfaitement accepter que l'un d'entre eux soit intime avec moi.

©️ Feniix


(1)
Revenir en haut Aller en bas
Roturier
Edrick
Roturier
Valar Dohaeris
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] ZthySe8J_o
Ft : Sam Heughan
Multi-Compte : Boadicée Sand, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 864
Date d'inscription : 11/03/2017

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyMar 3 Oct - 20:13

Que ma presque soeur et mon amie Leonette n’aiment guère toute les deux Dorne ne m’étonnais même pas. Nous entendions tant de chose sur Dorne qu’il était difficile de les aimer. Mais des autres contrés dont elles avaient parlé …. Le Nord ? Pourquoi pas, les habitants étaient sans doute rude, mais c’était à cause du climat, et honnêtement, malgré leur anciens dieux, je pourrais y vivre même si les jardins me manqueraient. Mais pourquoi pas, je pourrais m’y adapter. Le Conflan … Une région aux multiples rivières et à la pauvretés bien connus. J’imaginais que là aussi on pouvait s’habituer, le Bief était riche, mais vivre avec moins de luxe ne me dérangerait pas. Cependant comme ma cousine, j’aurais du mal à vivre dans l’Ouest. Je n’aimais simplement pas cette région. Peut-être à cause des rencontres lors des fiançailles de Loras ? Sans doute. Mais la régions qui me faisait le moins envie, était sans aucun doute l’Orage. Pas à cause de la pauvreté, mais bien à cause du climat et des fortes tempêtes éclairs qui pouvait y passer. Je ris heureuse d’avoir eu la bonne idée de discussion avant de moi même répondre.

“ Je vois que nous avons toutes des avis très tranchés sur la question ! Si ce n’est pour Dorne. Comme toi Desmera je pourrais vivre dans le Nord, Le Vam pourquoi pas, mais ce ne serait pas ma région préférée. Quand à l’Ouest … Je crois que je ne pourrais jamais y vivre ! Je n’aime guère leur mentalité. Mais la région où vraiment je ne souhaite pas vivre est l’Orage. Leur climat de pluie surprise et ce genre de chose … En plus de la proximité avec Dorne. Non, ce sont deux régions dans lesquelles je n’aimerais pas vivre ! »

Mais, nous avions le temps avant nos mariages. De nous deux, Desmera et moi, Desmera serait certainement la prochaine à se marier. Mais j'espérais qu’elle vivrait près de moi. Que nos époux seraient proches. Mais je prirais encore les Sept pour cela. En tout cas, Desmera étaient habile pour rassurer Leonette, bien meilleure que moi. Mais j’étais sûre que tout irait bien pour lady Leonette, mais il était normale qu’elle s’inquiète. Je tendis sa couronne fleuri à ma cousine avant d’hésiter à en commencer une pour Margaery. Non, ce n’était pas la peine. Il n’y en avait pas besoin. Si ce n’est lui rappeler peut-être le décès de son père. Je hochais la tête satisfaite de notre discussion.

« En tous cas nous avons des points de vues très différents sur les régions ! Je trouve cela très intéressant ! Pas vous ? »

J’avais du mal à trouver encore un autre sujet de discussion pour la suite, il me fallait un peu de temps. Et même si les autres avaient des idées je prendrais au vol. Cela m'arrangerais en fait. Mais nous allions continuer encore un peu à parler. Même si j’allais bientôt devoir retourner voir Margaery..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] EmptyJeu 12 Oct - 21:38


Leonette

ft. Desme & Abi

Chapitre  5
J'écoute les paroles de ma cousine par alliance concernant mon futur voyage vers les Conflans. Je lui souris. Elle a certainement raison. Je lui souris. Mon époux sera là, l'être que je commence à aimer sera présent. Bien que je ne serais pas auprès de lui durant les travaux, je ne serais pas loin. Je repense à ce futur voyage, je ne dois pas trop m'inquiéter. Je dois arrêter de m'angoisser, mais, ce n'est pas facile à faire, n'est-ce pas ?

Leonette – Je vous remercie pour vos paroles. Lui dis-je avec un sourire.

Ensuite, nous commençons à jouer à un jeu. Celui de la pire contrée. Je réponds la première en expliquant mon point de vue sur le Nord, le Val et surtout les îles de fer. Je pense à ma cousine mariée à un de ses hommes. Pauvre cousine. Elle n'aura jamais revu notre région. En effet, elle est morte là-bas en donnant naissance à un enfant. Je n'ai pas encore rencontré la progéniture de ma cousine. Peut-être que je ne le rencontrerais jamais.
Par la suite, je vois Desmera rire. Je souris. En effet, les Dorniens et nous … C'est une guerre constante. Je repense à Ulwyck et à ce fameux baiser. Je dois l'oublier. Maintenant, je suis unie à Garlan et cet Ulwyck ne viendra pas ici. Enfin, je l'espère, je n'ai pas envie qu'il rapporte à mon époux cet événement fort fâcheux de mon existence.
J'écoute par la suite la jeune Redwyne parler sur les régions qu'elle déteste. Elle parle au sujet du Nord, elle pourrait aller, elle ne semble pas gêner par la froideur de ce pays. Par la suite, elle évoque le Val ainsi que l'Ouest et les terres des fer-nés.

Abigaëlle - Je vois que nous avons toutes des avis très tranchés sur la question ! Si ce n’est pour Dorne. Comme toi Desmera je pourrais vivre dans le Nord, Le Vam pourquoi pas, mais ce ne serait pas ma région préférée. Quand à l’Ouest … Je crois que je ne pourrais jamais y vivre ! Je n’aime guère leur mentalité. Mais la région où vraiment je ne souhaite pas vivre est l’Orage. Leur climat de pluie surprise et ce genre de chose … En plus de la proximité avec Dorne. Non, ce sont deux régions dans lesquelles je n’aimerais pas vivre ! Puis, elle reprend après quelques minutes. En tous cas nous avons des points de vues très différents sur les régions ! Je trouve cela très intéressant ! Pas vous ? 

Leonette – En effet, je suis heureuse de pouvoir échanger avec vous sur ce sujet dis-je avec un léger sourire.



Je réfléchis à un autre sujet de conversation mais deux me viennent à tête. La nourriture et les vêtements. Lequel choisir ? Je regarde les deux jeunes femmes près de moi. Je ne sais pas si nous aurons le temps de lancer un nouvel sujet de conversation avant que nous rentrons. Après tout, il est bientôt l'heure de manger en famille. Or, la pluie commence à tomber, j'observe les jeunes femmes. Il est bien dommage que la pluie fait son apparition. Qu'allons-nous faire maintenant ?


LeonettePromenades et funestes pensées
(c) black.pineapple


(4)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty
MessageSujet: Re: Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]   Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenades et funestes pensées [ft. Abigaëlle Rowan & Léonette Tyrell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Seul et sage pensée!
» La mort est douce : elle nous délivre de la pensée de la mort.
» JOYEUX NOEL A TOUS et une pensée...
» Une Pensée vient d'éclore...
» Erestor de Sybrondìl [Achevée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: