RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

Partagez | 
 

 Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Dragon de l'Est
avatar
Le Dragon de l'Est
Valar Dohaeris

Ft : Harry Lloyd
Messages : 928
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Dim 13 Aoû - 20:33

Le poids du passé

Winterfell| Année 299 Lune 1 Semaine 2 | Catelyn Stark


Après son entretient avec Lyra Mormont, au petit matin dans la grande salle, le prince en avait profiter pour trouver un coin de la forteresse visiblement abandonnée ou délaissé.Le banquet avait du soir était convenable, doter de filandreux morceau de viande, le prince avait peut-être trop abusé sur la viande, ayant profité de quelques pilons de volaille. Les banquets nordiens étaient plutôt riche et copieux là ou ceux du Sud étaient varier. Il regrettait cependant l'absence de dessert raffinée, tels les blanc-mangers. Ayant exploré les lieux et surtout le sommet le prince pouvais apprécier la vue sur le nord, et surtout la solitude qu'elle pouvais lui procurer. Moins les nordiens et le dragon se voyait, mieux cela serai.

Il ne doutait pas que même en restant invisible les nordiens ferai office de colporteur de rumeurs et ne manquerai pas de balbutier dans le dos du dragon. Mais au moins ces oreilles n'auraient plus à souffrir de leurs insolences manifeste. Il préférait largement la compagnie des marins édenter à cause du scorbutqu'il avait fréquenté dans le bateau plutôt que ces gens froids et mauvais.

Il leur avait fait miroiter indifférence et impassibilité, mais en vérité le Dragon de l'Est était furieux. Ce n'était pas lui qui avait acte de parjure et briser le serment de mariage entre Robert Barathéon, et la sœur du Lord Suzerain du Nord, mais bien son frère, devenu Roi. Il entreprit de défaire les liens qu'il avait établis sur son chevalet qu'il avait ligoter plutôt dans ses appartements pour le transporté jusqu'ici.

Il secoua un instant sa tête et replaça avec sa main droite ses cheveux qui dégageaient une odeur abondante de narcisse, un parfum bieffois des préféré. Et de sa main libre, il entreprit de déloqueter son petit coffret ou ses peintures et pinceau étaient présent. Tranquillement, il prépara sa peinture, effectuant plusieurs mélasses de couleurs sur sa palette. Il entreprit de se mettre face à la fenêtre, peignant tranquillement le paysage du nord que la vue lui donnait la possibilité d'embrasser du regard.

Petit à petit, coup de pinceau après coup de pinceau, le paysage fut représentés, au fur et mesure. Le prince était précis dans sa peinture, mais sa vision, mais il ne montrait pas le nord dans toute sa beauté. Sa peinture était bien plus sombre, donnant un aspect à la terre menaçante et lointaine. Une terre où l'on pouvait mourir si l'on s'abandonner seul dedans. C'était cet aspect menaçant qui ressortait du tableau là ou d'autre aurais pu voir la vue comme paisible et belle. Et pourtant cela n'enlevait aucun crédit a l'œuvre d'art que le prince s'évertuait à peindre studieusement et dans le plus parfait des silences. Silence qu'il avait tant désiré depuis son arrivée. Il avait d'ailleurs prévenu Ser Barristan, de ne pas le chercher et de prévenir de son absence au repas du midi qui pourrait avoir lieu. Le prince n'avait de toute façon pas très faim. Il ne doutait cependant pas que Ser Barristan, dussent rôder au pied de la tour, ou a son entrée pour faire office de garde, et cela, même s'il avait exigé d'être seul. La loyauté de l'homme a sa famille était des plus nobles, et cela lui valait toute l'admiration du Dragon de L'Est.

En fin d'après-midi, alors qu'il inspectait, la peinture, qu'il avait presque finalisait, il entendit du bruit dans les escaliers, des pierres tombantes, quelqu'un, visiblement, grimpait. Peut-être un occupant du château ou Robb qui le cherchait. Il ne se détourna pas de sa peinture, alors qu'il continuait à fixer le tableau, se contentent d'un mot en guise de salutation quand il entendit les pas proche de lui.

"Bonjour."

© Feniix


1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de Winterfell
avatar
Dame de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Michelle Fairley
Multi-Compte : Tywin Lannister - Barbara Bracken
Messages : 379
Date d'inscription : 20/12/2016

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Jeu 24 Aoû - 16:46

Le Poids du Passé
WINTERFELL | AN 299 LUNE 1 SEMAINE 2 | FEAT. VISERYS TARGARYEN






Je m’étais levée de bonne heure ce matin afin de veiller aux préparatifs de la grande salle pour le petit-déjeuner de nos invités. Après m’être extirpée du lit et m’être lavée puis habillée sous la douce musique que produisait la respiration de Ned encore endormi, je quittais ma chambre et rejoignais la Grande Salle où je trouvais nos domestiques déjà forts affairés. J’en compris la raison en voyant Mestre Luwin veiller sur tout ce monde. J’aimais beaucoup cet homme. Il m’avait énormément soutenu à mon arrivée. Pour moi, il était plus qu’un Mestre, celui qui soignait nos maux et m’avait aidé à mettre au monde mais quatre autres enfants ; il était aussi un ami proche, un confident et une aide inestimable lorsqu’il s’agissait de recevoir des invités en grande quantité…

 
Je pensais être la plus matinale de nous deux ; encore une fois vous me surprenez et me devancez Mestre Luwin. dis-je avec un sourire en m’approchant de lui.
 
Nous discutâmes pendant un long moment encore avant d’accueillir les premiers levés de nos invités. Une heure plus tard, Bran arriva tenant par la main son petit-frère Rickon. Je les embrassais tous les deux avant de m’occuper de Rickon et de son petit-déjeuner. Je ne vis que tardivement le Prince Viserys s’éclipser pour aller je ne savais où. Je le regardais sortir, sa chevelure argentée dénotant sur les pierres et les vêtements sombres que nous, Nordiens, avions l’habitude de voir. Je laissais un soupir s’échapper de ma gorge… « Il me faut aller lui parler » pensais-je. Il est notre invité d’honneur et je me rendais compte que son statut ne lui avait pas réellement servi jusqu’à présent car peu d’entre nous avions réellement échangé avec lui. Quant à moi, j’avais été on ne peut plus sèche à son égard alors qu’il venait présenter des excuses au nom de son frère. Même si je ne regrettais pas un instant ce que j’avais pu lui dire, je devais aller lui parler. Je finis donc de m’occuper de Rickon, passais voir Bran, Sansa et Arya avant de donner mes dernières recommandations à Mestre Luwin et de m’excuser auprès de mon époux.
 
En sortant de la Grande Salle, je demandais aux gardes s’ils avaient vu où s’était rendu le Prince. L’un d’entre eux m’indiqua cette vieille et sordide tour où Bran va souvent y grimper…ce qui ne cesse de me donner des sueurs froides à chaque fois que je l’y trouve, accroché à une de ces vieilles pierres instables. Le garde avait vu juste car en arrivant sur les lieux, j’y trouvais Ser Barristan qui montait la garde devant l’entrée. Nous nous saluâmes mutuellement puis je m’engouffrais dans la tour et en commençais son ascension grâce aux vieilles marches de pierres, plongées dans la pénombre de la tour. J’arrivais au sommet quelque peu essoufflée pour y trouver le Prince Viserys plongé dans sa peinture. Je ne savais pas qu’il peignait et en fut même étonnée. Il dut entendre mon arrivée dans les escaliers car il me salua d’un simple « Bonjour » sans pour autant prendre la peine de se retourner. Je gardais le silence et m’approchais pour voir ce qui l’absorbait tant de plus près.
 
Je ne vous savais pas artiste, mon Prince. dis-je.
 
Lorsqu’il se retourna, surpris peut-être d’avoir entendu une voix féminine s’adresser à lui, je m’inclinais en guise de salutations.
 
Je ne dis pas ceci pour être complaisante ou polie envers vous, mais le résultat est très beau…Quoique un peu gris, mais le ciel d’aujourd’hui ne se prête malheureusement guère à la couleur…
 
Il faisait particulièrement gris aujourd’hui, signe que la pluie approchait… Une épouvantable odeur de fleurs, bien trop prononcée à mon goût, envahissait l’endroit…tellement que le nez commençait à me piquer ! J’entrouvris légèrement la bouche pour éviter de respirer trop par le nez et d’avoir à éternuer avant de poursuivre :
 

Si vous avez terminé mon Prince, je souhaiterais m’entretenir un moment avec vous…

© Feniix


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon de l'Est
avatar
Le Dragon de l'Est
Valar Dohaeris

Ft : Harry Lloyd
Messages : 928
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Jeu 24 Aoû - 20:19

Le poids du passé

Winterfell| Année 299 Lune 1 Semaine 2 | Catelyn Stark


Viserys Targaryen, se retourna lentement, quand la Lady de Winterfell se présenta a lui. Il inclina plus sobrement la tête. Il était surpris, il s'attendait à Ser Barristan, qu'il savait être en bas, qui auraient gravis les marches pour lui offrir appuis et conseil. Mais c'était la Lady de Winterfell, qui était présente face a lui.

Son regard améthyste teinté de méfiance se posa sur elle. Il ne bougea pas alors qu'elle s'approchait pour contempler le tableau. Le Dragon de L'Est ne changea pas de posture, gardant son attitude réservé. Il se demandait ce que Lady Stark lui voulait bien. Son absence au repas avait, elle était remarquée, critiquée ? C'était certes malséant pour un invité d'honneur de ne pas s'afficher, mais au vu de la situation du banquet, il n'avait plus envie de faire le moindre effort. La seule chose qui le retenait a Winterfell, était de fait Robb Stark. Il ne voulait pas faire payer au jeune homme la discourtoisie qu'il avait subi, cela n'aurait pas était des plus distingués. Ils resteraient les quatre jours auxquels, ils s'étaient engagés à rester, avant de repartir pour le mur.

"Je vous remercie. J'apprécie les arts... La peinture, la musique. Je me suis essayé à la sculpture également, mais sans grand résultat. Crée de la beauté est une façon pour moi de m'occuper. J'essaye de faire un tableau des régions que je visite, il fera merveille a coté de celui du Bief"

Il glissa un regard vers le tableau, l'embrassant du regard une dernière fois. Avant de porter toute son attention sur Lady Stark. Elle voulait visiblement s'entretenir avec lui, ce qui le laissait visiblement bien méfiant. Les mots avaient était échanger durant le banquet, qu'avait, il a ajouté de plus ? C'était sans doute un sujet important pour qu'elle grimpe cette tour à demi-branlante pour avoir accès directement au Dragon de L'Est

"Nous le pouvons Lady Stark, nous le pouvons, je suis toujours disposé à parler et a écouter naturellement."

Ce n'était pas tout à fait vrai, si Viserys était d'ordinaire appréciateur de la conversation, il ne pouvait s'empêcher de se méfier. Il se répéta plusieurs fois qu'il devrait sourire et rester calme, comme au banquet, qu'importent les horreurs qui pourraient être dites en ses lieux, il ne devait pas céder à la provocation si elle devait avoir lieu.


© Feniix


2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de Winterfell
avatar
Dame de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Michelle Fairley
Multi-Compte : Tywin Lannister - Barbara Bracken
Messages : 379
Date d'inscription : 20/12/2016

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Ven 29 Sep - 12:07

Le poids du passé
WINTERFELL | AN 299 LUNE 1 SEMAINE 2 | FEAT. VISERYS TARGARYEN





Je hochais la tête légèrement tandis que le Prince m’expliquait son amour pour l’art en général. Mon regard allait du Prince au tableau. Sans être un tableau digne d’un maître en la matière, quelque chose de poétique s’en dégageait, même si les couleurs utilisées étaient essentiellement sombres, chose dont je ne pouvais vraiment l’en blâmer vu le temps particulièrement maussade de ce jour.

C’est très réussi dis-je avec un très léger sourire. Quel dommage que le temps ne se prête pas à la peinture aujourd’hui. Par temps clair, vous auriez eu une vue incroyable d’ici et un ciel bleu ensoleillé aurait créé un contraste idéal sur les pierres noires de Winterfell... Je suis sûre que le tableau que vous avez peint du Bief n’est que verdure et lumière.

Je m’approchais un peu de lui comme il venait de me signifier que j’avais toute son attention. Son attitude et son regard laissait néanmoins transparaître une certaine méfiance à mon encontre. Quoi de plus naturel après la façon dont s’est déroulé le banquet la veille au soir ? Les Mormont en particulier avaient été vindicatives et sans appel envers lui. Moi-même, au départ, j’avais du mal à me faire au comportement et aux façons de faire des Nordiens. Mais une fois qu’on les connaît plus, ce sont des gens attachants et loyaux. Je considérais Maege comme une amie à présent et appréciais toutes ses filles, même si elles permettaient à ma Arya de rêver toujours plus à ses envies de guerres et de combats.

Je joignis mes mains devant moi, inspirais profondément et me lançais :

Vous avez dû vous sentir agresser de toute part hier soir… Je ne peux guère imaginer ce que vous avez dû ressentir…

Je me tus un moment, cherchant les mots justes à employer :

J’ai apprécié votre discours. Comme je vous l’ai dit de vive voix hier soir, j’ai très bien vu que ce n’étaient pas simplement des mots…vous le pensiez réellement… Cela n’a peut-être pas touchés les véritables Nordiens mais la Tully que je suis les a entendus. Vous portez le nom de celui à cause duquel j’ai perdu ma famille…c’est un fait. Mais vous…vous en tant que personne n’en êtes pas responsable et c’est ce que beaucoup de nos invités hier soir n’ont peut-être pas discerné… En revanche, comme les sujets de mon époux…je ne pourrais jamais pardonner totalement à votre frère ce qu’il a fait aux miens et aux Stark, qu’il reste silencieux ou non. C’est trop…dur.

Pendant un bref instant, je revis les visages souriants de père, d’oncle Brynden et d’Edmure flotter devant mes yeux. Je les fermais et maintenais mes paupières closes pour les faire partir avant de reprendre :

Mais je ne peux pas vous en vouloir à vous, à votre mère, à votre sœur ou même à votre nièce et votre neveu. Vous tous n’y êtes pour rien et je ne peux que saluer le fait qu’au moins un Targaryen ait fait l’effort de venir nous voir et d’avoir dit ce que vous avez dit. Vous avez tout mon respect pour cela. finis-je en souriant d’une façon bienveillante.

Le plus dur me restait à dire à présent. Je tentais de me calmer intérieurement et mis en place un barrage inébranlable au niveau de mes yeux qui, malgré tout, commençaient à se remplir de larmes :

De plus…comment pourrais-je vous en vouloir alors que c’est grâce à vous que j’ai pu revoir mon Premier-Né ? Toutes ces années sans le voir…presque sans nouvelles de lui…Dans les instants les plus sombres de ma vie, avant que ma fille Sansa ne vienne au monde, j’en venais même à me demander si mon fils était toujours en vie…Mais vous…vous m’avez permis de le revoir enfin. Ce n’est pas la Stark, ni la Tully qui s’exprime, mais la mère que je suis et ce que vous avez fait est la plus belle preuve de bonté que vous puissiez faire envers quelqu’un. Je ne l’oublierais jamais et souhaiterais vous offrir mon aide en échange d’un tel cadeau…

Je fis une révérence devant lui, baissant la tête pour essayer de lui cacher les émotions qui affluaient sur mon visage…

©️ Feniix


HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Dragon de l'Est
avatar
Le Dragon de l'Est
Valar Dohaeris

Ft : Harry Lloyd
Messages : 928
Date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Dim 1 Oct - 3:07

Le poids du passé

Winterfell| Année 299 Lune 1 Semaine 2 | Catelyn Stark


Le Dragon de L'Est se sentit flatté vis a vis du commentaire, il était vrai qu'il était fort douer, chaque caresse du pinceau avait contribuer a édifier la toile présente et a lui donner la finalité actuelle. Certes, les couleurs étaient peut-être sombres, mais c'était voulu. Par ce tableau, le Sud verrait ce qu'il en était du Nord, tel que lui le présenterait. Il ne s'agissait point d'un geste maladroit, le prince savait que ce tableau contribuerait à renforcer quelques préjugés. Préjugés qui couleraient lentement jusqu'à arriver à se jeter dans l'embouchure de la mer de haine, du moins l'espérait il. Il en profita pour déposer son matériel de peinture dans sa trousse en cuir, tout en écoutant Lady Stark.

Les lèvres du Dragon de l'Est se plissèrent légèrement quand Lady Stark évoqua le banquet, un souvenir qui lui déplaisait fortement. S'il n'était pas homme à se laisser dépasser par les évènements, il avait était évidant que pour Viserys le comportement des nordiens l'avait autant insulté que s'ils lui avaient mis une violente claque. Il n'était pas homme à éclater en sanglots, mais lui qui avait envisager profiter du banquet, en piochant parmi les mets appétissants, tels que le gibier ou les poulets, il avait dû passer la majorité de celui-ci à se défendre. Si l'hospitalité du Bief, valait de l'or pour Viserys , celle du nord avait encore moins de valeur que de la ferraille. Il avait dû de se fait se diriger difficilement dans ce labyrinthe d'hostilité, et tel une girouette s'adapter au sens du vent pour éviter d'être renversé par ses vents destructeurs et hostiles qu'était la haine nordienne.

Il n'était hélas pas le chef de sa maison, simplement le cadet du roi. À ce titre, il n'avait jamais eu d'héritage qui lui était propre. Il avait toujours ponctionné les réserves d'or du domaine royal, tel une tique se tenant sur le dos de son frère et se contentant de se nourrir et de sucer son sang. Il ne pouvait que défendre Rhaegar et ses intérêts pour le moment, car il n'avait pas le choix. Se diriger vers le nord pour ce gros iceberg qu'est le mur, et amener Robb avec lui était la seule action qu'il avait entrepris pour son propre compte. Il avait toujours était un fin parieur, et en voyant cette mère émue, s'incliner devant lui, il sut qu'il n'avait pas totalement agis pour rien.

Il glissa la main dans sa poche et en sortie un beau mouchoir noir et rouge le présentant galamment a l'épouse du lord suzerains don les émotions.

"Lady Stark, je vous en prie relevez vous. Je vous remercie pour ces mots, car j'avais besoin de les entendre. Ils me redonnent espoir, un espoir que j'avais perdu lors de ce banquet notamment vis a vis du comportement des vassaux de votre époux. Cette attitude agressive, n'a pas était seulement du fait que du banquet, ou de la maison mormont. J'ai bien peur qu'après celui-ci d'autres membres de la noblesse du nord m'aient montrer la même agressivité. Ce qui m'a poussé à choisir cet endroit plutôt calme pour trouver un peu de paix."

Il accorda un léger sourire à la matriarche de la famille Stark. Se voulant visiblement amical, quelque part même si cette expérience avec les nordiens lui avait fortement déplus et qu'il ne les porterait jamais dans son cœur, il était plaisant d'avoir en face de lui une personne capable enfin d'un peu de conversation sans faire preuve d'une hostilité primitive.

"Je suis heureux de voir que ces retrouvailles aussi ténues soit elle vous fasse plaisir. J'avais la crainte que cela soit quelque part cruel de vous ramener votre fils si peu de temps. J'ai fait la connaissance de Robb, il y a quelques lunes, lors de mon arrivée à Port-Réal. Il était si enthousiaste à l'idée de m'aider a trouver les hommes nécessaires pour aider la garde de nuit, que j'ai eu l'idée de le mener avec moi."

Le prince prit une légère pause, alors qu'une idée venait de germer dans son esprit. Il poursuivit, ton en gardant le même ton et la même expression faciale, comme il l'avait travaillé tant de fois devant son miroir.

"Il y a quelque chose que je vais vous dire et que je n'ai pas eu le cœur à avouer à votre fils, afin de ne pas drainer son enthousiasme durant le voyage. C'est un garçon plutôt réservé, et c'est bien la seule fois où je l'ai vu exprimer de la joie publiquement. Je n'avais donc pas cœur a gâcher cela. Ce que votre fils ne sait pas et ce que je suis sur le point de vous dire, c'est que j'ai hélas essayé d'argumenter avec mon frère afin que Robb reste parmi vous. En effet je trouvais cela ridicule qu'il vienne, pour repartir, et refaire le voyage quand il arrivera à sa majorité qui me semble approcher d'ici une année. La paix avait était maintenu pendant si longtemps que cela me paraissait absurde de continuer de le retenir à Port-Réal."

L'expression faciale se mua pour prendre une expression plus sobre, presque peiné alors qu'il continuait de parler tranquillement, tout en sachant ou il allait venir.

"Mon frère n'a pas voulu m'écouter, c'est qu'après de lourde négociation que j'ai réussi a lui arracher seulement le fait que Robb pouvait m'accompagner. Mon frère ne croyait nullement dans le fait que les habitants du Nord serait capable de faire fit du passé et de travailler plus en avant avec le reste de westeros, comme ce fut le cas de Stannis Barathéon, qui a d'ailleurs contribuer à ma venue ici en fournissant ses prisonniers a la garde de nuit. Je voulais lui montrer qu'il avait tors, je pense qu'il aurait pu revenir sur sa décision, surtout avec le témoignage d'un homme d'honneur comme Ser Barristan. C'est d'ailleurs pour cela que le capitaine de la garde royale est dans mon escorte. C'est en grande partie pour cela que j'ai pris la parole lors du banquet, mais j'ai bien peur d'avoir empiré les choses... Le comportement hostile de vos nobles, et a la vue des gens m'accompagnant notamment Ser Barristan , ne saurais être cacher à mon frère, même si je le voulais. Et c'est en cela que j'aimerai vous présenter mes excuses, je n'aurais pas dû prendre la parole lors du banquet, c'était somme toute une erreur."

Cette fois-ci, c'était au prince de s'incliner légèrement devant Catelyn Stark de façon a masquer son expression faciale. Le coup était osé, mais assez subtile pour passé, il avait bien vu que la mère était assez attaché a son fils qu'elle n'avait pu élever comme elle l'aurait du. À voir si la graine que Viserys que voulais planter dans l'esprit de la mère des enfants Stark allaient prendre. Car si c'était bien son frère qui retenait son fils aux yeux de la mère, les vassaux de son époux, ces nordiens primitifs avaient retirer à celle-ci toute chance de le voir plus tôt. Qui sait une rancœur à l'égard de ces crétins insolent se tisseraient dans le cœur de la mère.


©️ Feniix


3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de Winterfell
avatar
Dame de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Michelle Fairley
Multi-Compte : Tywin Lannister - Barbara Bracken
Messages : 379
Date d'inscription : 20/12/2016

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   Ven 6 Oct - 12:20

Le poids du passé
WINTERFELL | AN 299 LUNE 1 SEMAINE 2 | FEAT. VISERYS TARGARYEN




Je fis quelques pas en direction du Prince et prit le mouchoir qu’il me tendait si galamment. Une petite larme en profita pour passer outre le barrage de mes yeux et, lentement, coulait le long de ma joue. J’utilisais le mouchoir pour me tamponner la joue et essuyer la trace de son passage tandis que le jeune Dragon me faisait part de son ressenti envers les Nordiens. Pouvais-je lui en vouloir de les considérer si durement ? Mes propres pensées à leur égard n’étaient guère différentes lorsque je suis arrivée à Winterfell et que, peu à peu, je les rencontrais tous. Si malgré tout, avec le temps, ils m’acceptèrent et je me pris à les apprécier énormément, je ne pouvais néanmoins comparer mon cas à celui du Prince.

Je vous comprends. Ils vous ont laissé un goût amer et il est parfois difficile de leur pardonner. Mais je vous prie de bien vouloir me croire lorsque je vous dis que ce sont des gens honorables et dont la loyauté n’a nul pareil à Westeros…Je retrouve un peu en eux la loyauté que je pouvais moi-même constater dans les yeux des vassaux de feu mon père.

Pliant le mouchoir en tissu noir et rouge en deux puis en quatre dans mes mains, je relevais la tête lorsque le Prince me révéla ce « secret » au sujet du Roi et de Robb. Je restais là, immobile devant lui, à blêmir toujours plus au fur et à mesure qu’il parlait. Mes lèvres prirent la même couleur pâle que mon visage et se pincèrent. Mon regard se fit dur non pas à l’attention de mon interlocuteur mais à celui qui était absent et se trouvait à Port-Réal. Ce n’était plus de la tristesse ; celle-ci a de toute façon fait plus ou moins partie de mon quotidien depuis ce jour où mon fils me fut enlevé. Désormais, la tristesse avait laissé la place à une sourde colère et à une rancune envers le Roi que je ne soupçonnais pas. Je réussis péniblement à articuler un « Je vois » presque inaudible. Il me faudra le dire à Ned, lorsqu’ils seront partis et j’étais d’ores et déjà certaine de sa réaction au vu des sentiments profondément négatifs qu’il vouait au Souverain des Sept Couronnes. Mon regard finit néanmoins par s’adoucir au vu de l’expression du visage du cadet du Roi, dans laquelle je notais presque une certaine peine de n’avoir pu recevoir de réponse positive de son frère concernant mon fils :

Je vous remercie de m’avoir confié cela, Prince Viserys. Votre sincérité à mon égard me touche et vous avez toute ma gratitude pour avoir tout de même essayer de me rendre mon fils. Lord Stannis est un homme intelligent ; il sait où sont ses intérêts et s’ils se trouvent à vos côtés, alors qu’il en soit ainsi. Quant à Ser Barristan, sa seule présence impose le respect. Je ne le connais guère mais n’ayant entendu que du bon de lui, loin de moi l’idée de remettre en doute son honneur ou sa loyauté. Cependant…

Je m’arrêtais un instant, cherchant les bons mots à employer :

Mon Prince vous avez été honnête envers moi et je vous prie de ne pas mal interpréter ce que je m’apprête à vous dire. Peu importe ce que vous faîtes maintenant ou à l’avenir, vous portez malheureusement le nom de celui à cause duquel le Nord a énormément souffert. Je vous considère comme un innocent dans cette histoire et je n’en veux à aucun autre membre de votre famille. Mais le Nord ne peut oublier la guerre, mon époux ne peut oublier ce que votre père a osé faire à son père et à son frère, ce que votre frère a osé faire à sa sœur. Le Nord se souvient et, bien que je ne sois que Nordienne par mon mariage, je me joindrais à eux en disant que la Tully que je suis encore et toujours se souvient également. Je ne pourrais jamais [j’appuyais sur ce mot] pardonner à un homme qui a fait tant de mal à tant de monde, qui se targue de répandre la Paix du Roi alors que nous tous ici, en guise de pardon, n’avons rien reçu de plus que son ignorance à notre égard. Pas un mot, pas un édit royal qui sous-entendrait de quelconques excuses pour nos pertes à tous ! Les corps de ceux que nous avons perdu, nous ont été rendus que sporadiquement ou dans un état immonde. Moi-même n’ait pu voir les dépouilles de mon père, de mon oncle ou de mon frère !

Au fur et à mesure que je parlais, ma voix avait perdu son timbre calme. J’inspirais et expirais profondément pour me calmer avant de reprendre :

Votre discours n’y ait pour rien dans l’accueil que vous avez reçu. Que vous l’ayez prononcé ou non n’aurait rien changé et comme je vous l’ai dit en public : ce n’est pas à vous de vous excuser. Vous êtes libre de faire part au Roi de l’accueil que vous avez reçu. Vous êtes son frère ; il est normal qu’il vous questionne sur votre voyage. Vous êtes également libre de lui dire ce que je viens de vous dire et ce que je vais vous dire maintenant.

Je fis deux pas vers lui, plantant mon regard dans le sien tout en prononçant distinctement :

Famille…Devoir…Honneur… Les Tully n’ont pas tous été exterminés durant cette horrible guerre. Nous portons peut-être d’autres noms dus à nos mariages, mais ma sœur et moi sommes toujours en vie. Tant que nous vivrons, les Tully vivront avec nous. S’il plaît au Roi de me l’entendre dire devant lui et de vive voix, qu’il en soit ainsi ; je me plierai à sa volonté… Vous êtes un homme bon, Prince Viserys. Vos actes et vos paroles me l’ont prouvé et je suis certaine qu’il en est de même pour le reste de votre famille. Mais avec tout le respect que je dois à notre souverain, je ne peux contredire ou critiquer le comportement des vassaux de mon mari…Avec ce que je viens de vous dire, vous aurez compris que je partage leur avis, tant pour leurs pertes, pour celles de mon époux que pour les miennes.

©️ Feniix


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le poids du passé [Viserys Targaryen/ Catelyn Stark]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Viserys Targaryen
» La Généalogie et l'Histoire des grandes maisons des Sept Couronnes [Rôles Publics]
» Trombinoscope
» (F) Aishwarya Rai - Rosaliya ϟ Au service du dragon
» Le feu est une douce caresse sur les écailles d'un dragon... ft. Viserys Targaryen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Le Nord :: Winterfell-
Sauter vers: