RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ça y est ! Le premier lot de la 2e version des enchères a été mis en jeu
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans les Îles de Fer, l'Orage et le Val ! Points à la clé !

Partagez | 
 

 Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Sam 8 Juil - 19:48

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Elbert avait été malgré lui entraîné jusqu'à la fin du Banquet. Ce n'était pas vraiment sa volonté mais entre les conversations et les gens qui le retenaient, il n'avait pût faire autrement. Le jeune homme avait envoyé le jeune Martyn son écuyer, faire démonter la tente et préparer les chevaux. Il était temps pour eux de rentrer mais leur destination finale ne serait pas Port-Réal. En effet, Elbert se devait tant par devoir et honneur que de prendre la route pour le Val. Une escale se ferait sûrement à Port-Réal pour vérifier que sa mère serait du voyage ou n'aurait pas déjà rejoint la délégation Royce. C'était la moindre des choses que de s'assurer que sa mère voyageait en sécurité. Son frère était tout de même à l'article de la mort. Elbert se faisait du soucis pour son oncle et s'il avait écouté seulement ses sentiments, il aurait filer à la première heure avec les enfants de la Roche-aux-Runes mais son devoir l'obligeait à faire bonne figure pour le Val. Après tout n'était il pas le meilleur ambassadeur de sa région ? Il ne comptait pas le rester bien longtemps. La capitale n'avait rien à lui offrir et il ne craignait pas Lysa Arryn. Sa mère l'avait toujours eu en horreur et craignait pour la vie de son fils mais Elbert était assez grand pour prendre ses propres décisions. Il avait besoin de retourner sur les terres qui l'avaient vu naître. Il n'était sans doute pas le seul dans ce cas au sein de la cours royal. Si l'on prenait l'exemple de Robb Stark, lui aussi devait rêver de parcourir à nouveau les routes du Nord. Il y avait cependant une différence entre leur deux cas : Elbert avait choisi de se rendre à Port-Réal. Le nordien lui y avait été contraint et obligé.

Le jeune homme marchait dans l'obscurité de la forêt, une torche à la main. Il venait de quitter le banquet d'un pas rapide. Il ne mettrait que quelques  minutes à rejoindre son cheval à ce rythme.  Martyn était un enfant malin et il avait sans doute veiller à ce que tout soit prêt pour l'arrivée du chevalier. Le jeune écuyer allait découvrir une nouvelle région, une nouvelle culture, de nouveaux paysages, plats et personnes. Cela lui ferait le plus grand bien. Éloigner l'enfant de la perfidie de la capitale lui semblait tout aussi judicieux que son propre retour dans le Val d'Arryn. L'air frais de la nuit caressait son visage. Dans la nuit, toutes les forêt possédaient un caractère lugubre mais il en fallait plus pour effrayer le jeune homme. Par instant, il entendait des rires parfois féminin, parfois gras et imbibé d'alcool. Certains chevaliers devaient bien s'amuser, racontant leur hauts faits, souvent enjolivés par le vin et l’orgueil, ou courant les jeunes femmes, bien nées ou non. Elbert ne comptait pas faire partie de ceux-là.  De temps à autres, un bruissement se faisait entendre dans les buissons. Les animaux nocturnes poursuivaient leur existence, parfois dérangés par les hommes, mais pas forcément couards pour un sou.

Il arrivait maintenant à l'entrée du campement. Lorsqu'il pénétra dans ce lieu, il vu un homme d'arme à moitié débraillé, la pense à l'air, courant après une jeune gueuse, sans doute une domestique, qui semblait s'amuser de cette petite partie de chasse. D'autres tentes semblaient plus calmes et avisées. Les plus sages devaient sans doute essayer de trouver le sommeil et d'autres n'avaient tout simplement pas encore rejoins leur domicile de fortune. Le Chevalier atteignit finalement sa propre maison de tissus qui était presque entièrement démontée. Ne trônait plus que la toile au couleur des Arryn que deux hommes étaient en train de replier tant bien que mal. Les chevaux étaient déjà apprêtés. La voix de son écuyer lui parvint alors d'entre les deux équidés.

«Nous pourrons bientôt partir Ser Elbert. Les chevaux sont déjà sellés et la tente ne devrait plus tarder à être chargée.»


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Lun 10 Juil - 10:31


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Le banquet prenait doucement fin, sous le signe des festivité malgré la tragédie qui avait touché la famille Royce au cours de la chasse. Robb n'avait pas immédiatement appris que le lord de Roche-Aux-Runes avait été blessé en sauvant la vie de son ami cher, le Prince héritier Aegon. Déjà attristé par la nouvelle, il avait été frappé d'effroi en apprenant que son presque frère n'avait vu sa vie éparnée que par l'immense abnégation du noble valois. Il n'avait jamais ignoré que les bannerets de la maison Arryn étaient connu pour leur sens de l'honneur, mais cela de prendre une résonnance toute personnelle pour le Jeune Loup.

Il avait d'ailleurs entraperçu Ser Elbert Arryn au cours du banquet. Robb n'avait encore pas eu l'occasion de se faire connaître de lui, même si ce n'était pas l'envie qui manquait au Nordien. Après tout, il savait l'affection immense du seigneur son père pour Jon Arryn, le seigneur du Val chez qui il avait été envoyé en pupillage. La propre soeur  de sa mère, lady Lysa, l'avait d'ailleurs épousé, et quitté le Conflans pour prendre la charge de Dame du Val. Ce qui liait, bien que de manière ténue, Robb et Ser Elbert par un lien du mariage.

La soirée avait cependant reprit son cours, et le Jeune Loup avait passé dans un premier temps un agréable moment en compagnie de la Dame de Blancport avant de se voir brusquement par l'ordre de la Reine mère, porté par Ser Barristan. La Dame de Peyredragon exigeait de voir Vent Gris sortir de sa vue, pour aucune raison valable. Il fallait cependant s'incliner, et le Nordien avait obtempéré en ravalant son amertume. C C'était là le lot quotidien de son exil à Port-Réal.

Il avait laissé lady Wynafryd retourner à ses obligations auprès de la Prince Rhaenys, tandis que lui avait quitté la zone du banquet qui se terminait, en espérant retrouver Vent Gris. Mais il ne fallut quelques minutes à déambuler, même dans le noir, pour se rendre compte que son sombreloup s'était éloigné de là où il avait comprit ne pas être le bienvenue. Cela déchirait le coeur du Nordien de ne pas retrouver son ombre lupine, même s'il savait qu'elle reviendrait très bientôt.

C'est alors qu'il se rendit compte qu'il était arrivé à l'endroit qui avait utilisé pour implanter les tentes des différentes maisons. Celle devant laquelle le Jeune Loup se tenait maintenant portait la couleur bleue et le motif au faucon représentatif de la maison Arryn. Devant cet abri de fortune s'affairaient plusieurs personnes, dont un qu'il reconnut comme Ser Elbert, qu'il avait aperçu un peu plus tôt au cours du banquet. Il semblait sur le départ, ce que Robb pouvait comprendre. Sans doute souhaitait-il se rendre au plus au chevet de Lord Royce.

Après une seconde d'hésitation, le Nordien s'approcha de quelques pas, bien décidé à saluer le chevalier. Il ne comptait pas lui prendre trop de son temps, juste le saluer comme il lui semblait convenable.

Robb attendit bien d'entrer dans le champ de vision de Ser Elbert pour prendre la parole afin de ne pas sembler arriver de manière impromptue. Une fois qu'il fut certain d'avoir été remarqué par ce dernier, il prit la parole:

-Ser Elbert Arryn, n'est-ce-pas? Je suis Robb Stark, neveu de lady Lysa. Je n'ai pas eu l'occasion de vous saluer durant le banquet, j'espérais pouvoir le faire avant que vous ne partiez.

Il s'était exprimée de manière polie sans pour autant se montrer guindé. Le Jeune Loup ne connaissait rien de la personnalité du chevalier, et ignorait comment il serait accueilli. De plus, le moment était mal choisi.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Lun 10 Juil - 18:49

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Le jeune homme venait de vérifier une nouvelle fois que les chevaux étaient bien prêts lorsqu'il se retourna et remarqua la présence d'un jeune homme qu'il ne reconnu pas tout de suite dans les premières secondes de sa détection. Il s'agissait de Robb Stark, fils de Lord Eddard de Winterfell. La référence à sa tante n'était pas très flatteuse au vu du peu d'estime et d'amour que le jeune chevalier portait à Lysa Arryn. Quant au Seigneur de Winterfell, son opinion était tout autre. La plupart des souvenirs qu'il gardait de cet homme datait de son enfance. Il se souvenait du nordien comme d'un homme honorable, qui passait beaucoup de son temps avec Robert le rebelle. Quelque part, pour le jeune Arryn, ils avaient été une espèce de modèle pour lui. Ils avaient le droit de s'entraîner à l'épée, faisait partie intégrante de la vie aux Eyriés. Tout ce que le petit Elbert rêvait de faire mais ne pouvait pas encore accomplir de par son jeune âge. Ce furent des moments emplit de nostalgie en y repensant. Jamais ô grand jamais il ne leur en voulu pour leur rébellion. Ils avaient agis en homme d'honneur pour essayer d'obtenir réparation pour la faute commise par le roi Rhaegar. Son père était mort en suivant Brandon Stark. La vie était ainsi faite et il avait apprit avec le temps à mettre sa rancœur pour les dragons de côté ce qui était un peu obligatoire étant donné son projet initial d'épouser une dame de la famille royale. Le Faucon prit alors la parole d'une voix calme et polie afin de répondre au jeune loup.

«C'est bien moi. Et vous vous devez être Robb de la maison Stark. Ne vous inquiétez pas. Je ne fus pas des plus loquaces pendant le banquet. La santé de mon oncle me préoccupe et je m'apprêtais à regagner Port-Réal au plus vite pour aller m'enquérir de son état.»

Elbert pensait que le jeune Stark comprendrait tout naturellement. Au même moment, il eut un bruit de chute et les deux hommes qui étaient occupés de plier la tente venaient de s'étaler à terre, en voulant trop forcer sur le tissu et avaient renversés les piquets formant la structure de l'habitation de fortune dans un petit fracas métallique. Cela signifiait qu'il n'allait pas partir tout de suite. Martyn soupira et partit donner un coup de mains aux deux hommes, non sans s'être d'abord incliné face au jeune loup. Martyn était un garçon bien éduqué et poli.

«Et voici mon écuyer, le jeune Martyn de la maison Lannister. Comme vous venez de l'entendre, je ne suis pas prêt de partir tout de suite. Nous pouvons donc poursuivre les salutations.»

Le jeune homme soupira calmement avant de se rapprocher du jeune homme. Il n'avait malheureusement rien à lui offrir. Pas de vin, pas de nourriture. L’accueil bien que chaleureux se résumerait au strict minimum.

«Je n'ai malheureusement nul siège à vous offrir, ni aucune victuaille, ni vin mais je gage que le banquet  a pu vous en offrir bien plus qu'il ne faut pour être rassasié. C'est tout de même bizarre, nous avons vécu des années à Port-Réal mais nous ne nous sommes jamais réellement parlé malgré le fait que nous soyons tous deux des étrangers sur ces terres. Vous êtes plutôt proche du prince Aegon de ce que j'en sais ? »

C'était une conversation qui se voulait banale ou polie. Elbert n'avait plus aucun intérêt à se rapprocher de tel ou telle personne proche d'une princesse. A présent, il savait que le plan de sa mère était quasi voué à l'échec. Il prenait enfin ses propres décisions sans se laisser influencer par la matriarche et par les Sept ! Qu'est ce que c'était bon de se sentir à nouveau en véritable maître de son destin.


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mar 11 Juil - 7:24


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Le chevalier mit manifestement quelques secondes à le reconnaître, ce dont Robb ne se formalisa nullement, se prêtant volontiers à ce rapide examen visuel. Ser Elbert prit néanmoins la parole, aimable malgré l'empressement que montrait ses hommes autour de lui. Il était manifestement sur le départ, et le Jeune Loup ne comptait pas lui prendre une seconde de trop.
Le faucon se présenta, et signala sa volonté de rejoindre Port-Réal au plus vite. Cela était parfaitement compréhensible, même si le Nordien apprit que Lord Royce était l'oncle du chevalier. Il maîtrisait sur le bout des doigts la généalogie du Nord et celle des Targaryen, mais pour les autres régions sa connaissance était plus générale. Cela le toucha encore plus cependant. Ser Arryn devait être très inquiet.

-Cela me semble bien naturel. Lord Royce a fait preuve d'héroïsme aujourd'hui, et je prierai les Dieux pour qu'ils le rendent aux siens.

Robb était sincère, et ce d'autant plus que cet acte d'exception avait eu lieu pour sauver la vie d'un des êtres les plus chers de sa vie, son presque frère le Prince Aegon. L'idée seul que ce sanglier ai pu lui arracher la vie l'horrifiait. Certains seigneurs du Val vénéraient encore les Anciens Dieux, et le Jeune Loup prierait pour la vie du seigneur de Roche-Aux-Runes sous le barral du Donjon Rouge. Les Valois étaient connus pour leur sens de la chevalerie et du devoir, et lord Royce venait de le prouver de la plus tragique des manières.

C'est à ce moment qu'un bruit sourd se fit entendre, et la tente au faucon s'effondra sous les yeux surpris du Jeune Loup. Un jeune garçon, que le chevalier présenta comme son écuyer, Martyn Lannister, s'éloigna pour aider à mettre de l'ordre dans ce soudain désordre. Nul doute que le départ de Ser Elbert serait quelque peu retardé.

-Ne vous souciez de rien de tout cela, je ne cherchais qu'à faire votre connaissance avant votre départ pour la capitale.


Bien évidemment que le faucon avait d'autres choses à penser que lui offrir l'hospitalité comme si de rien de grave ne venait d'arriver à un membre de sa famille. Quoi qu'il en soit, la surprise du Arryn quant à leur rencontre tardive était justifiée, d'autant plus que Robb avait suffisamment arpenté le couloirs du Donjon Rouge pour en connaître quasiment par coeur chacun des habitants. Le Nordien connaissait depuis longtemps la présence du Valois, mais n'avait jamais eu l'occasion de se faire connaître de lui avant cette nuit. Il n'avait pas non plus profité des entraînements de son ami le Prince avec le chevalier, bien qu'il lui en avait déjà parlé par le passé. Il semblait que le moment était finalement bien choisi pour combler cette lacune.

-Il est vrai que nous n'avions pas eu l'occasion de nous entretenir auparavant, ce que je regrette. Mais je suis effectivement proche du Prince Aegon, qui m'avait déjà parlé des entraînements que vous avez pu lui prodiguer d'ailleurs. J'ai également eu la chance de m'entraîner à ses côtés durant ces années à Port-Réal. Votre oncle a sauvé la vie de mon plus cher ami aujourd'hui, Ser Elbert. Ma reconnaissance lui sera acquise éternelelement pour cela.

Sa proximité avec le fils du Roi n'était ignorée de personne sur les Terres de la Couronne, ce qui lui avait d'ailleurs valu nombre de jalousies. Comment un otage, le fils d'un Lord vaincu gardé ici pour contenir toute veilléité de revanche, avait pu prendre une place aussi importante dans la vie de celui qui prendrait un jour place sur le Trône de Fer? Cela faisait sourire en coin le Jeune Loup, lui qui avait conscience que cette amitié avec le futur Roi serait le seul véritable atout qu'il retirerait de son enfance en pupillage.

-Cela fait longtemps également que vous avez quitté vos terres. Les Eyriés doivent vous manquer j'en suis sûr.

Le château imprenable sur lequel régnait le mentor de son père et sa tante, celui qui côtoyait le ciel depuis des siècles sans jamais avoir été conquis, si bien que la région portait le nom d'une famille comme aucune autre en Westeros. Le Jeune Loup espérait avoir un jour l'occasion de poser les yeux sur la Porte Sanglante et sur cette forteresse qui défiait le temps. Peut-être un jour pourrait-il entendre de la bouche du seigneur du Val des histoires sur la jeunesse de son père et de son ami le Cerf, dont il avait hérité du prénom.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mar 11 Juil - 18:24

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Quels dieux prieraient-ils ? Ceux du Nord, « les anciens » de ses racines ou les Sept, ceux des gens qui l'avaient élevés ? Une question fort intéressante que le jeune homme se refusa de poser par politesse.

«Il a accompli le devoir de tout sujet envers son roi, ou plutôt son prince. Il s'est montré brave et honorable. Puisse les dieux l'honorer de pouvoir continuer de vivre et en bonne santé et ne pas lui envoyer la visite de l’Étranger avant mainte et mainte années.»

Le jeune loup désirait faire sa connaissance avant son départ. Voilà qui était plutôt étrange. Ce ne fut pas les occasions qui manquèrent ces dernières années. Pourquoi en profiter seulement maintenant ? Avait-il une requête à formuler ? Une conseil à lui donner ? Une menace ? Cette venue soudaine l'intriguait mais il préférait attendre pour poser la question. La réponse viendrait peut-être d'elle même sans qu'il n'ait à creuser. Après que le loup ait manifesté de nouveau remerciements et hommages à l'encontre de l'oncle du Chevalier du Val, ce dernier prit à nouveau la parole.

«Il est du devoir des chevaliers confirmés d'aider les plus jeunes à s'améliorer. Vous vous entraînez donc avec le Prince ? Je suis surpris de ne jamais vous avoir vu vous joindre à l'une de nos séances. De ce que j'en sais, Lord votre père était un solide combattant. Je me souviens encore de quand je l'épiais enfant lorsqu'il s'entraînait en compagnie de Robert Baratheon. Deux jeunes hommes pourtant opposés tant dans le style et dans le caractère mais pourtant lié par une admirable amitié.»

Ne connaissant pas bien le caractère de Robb, le jeune homme se demandait si le lien qui l'unissait au Prince du Royaume était similaire à celui qui reliait jadis le porte étendard de la rébellion et le Seigneur de Winterfell. L'histoire se répéterait-elle ou le futur était-il plus incertain ?

«L'amitié est une chose rare qu'il nous faut cultiver. Ne l'oubliez pas, même quand vous regagnerez les terres qui vous ont vus naître.  »

La discussion dériva enfin sur la contrée natale. Le sujet était inévitable. Elbert ne pouvait nier que le Val, ses montagnes et les Eyriés lui manquait énormément. C'était l'univers dans lequel il était, né , avait grandit et avait fait ses premières gammes. Il y possédait un tas de connaissances, d'amis ou encore de gens qu'il appréciait moins.

«Le Val, les Eyriés, Lord Jon. Tout cela me manque bien évidemment. Je pense que même un homme qui fuirait sa terre natale, poursuivit par la justice de son seigneur, regretterait de devoir quitter la terre qui l'a vu naître. Avez vous déjà visité le Val d'Arryn ? Si ce n'est pas le cas vous devriez. Nous y avons de beau panorama. La vue aux Eryés est aussi imprenable que le château. Goëville est également une charmante petite ville. Peut-être aurez vous l'occasion d'y faire un saut lorsque vous aurez l'opportunité de rentrer dans le Nord.»

La tragédie qui touchait son oncle n'avait pas influencé son choix. Il avait déjà décider de retourner sur les terres de Lord Jon mais l'accident qui frappa Lord Royce avait quelque peu précipité les choses. Peut-être qu'ainsi, il serait plus simple de faire comprendre sa décision à sa mère. Delenna serait sans doute bouleversée en apprenant la nouvelle.

«J'avais déjà pris la décision de retourner dans le Val avant la chasse. A présent, mon départ risque d'être plutôt précipité. Vous avez bien fait de vous être décidé à venir me parler. Avez vous déjà planifié une possible visite auprès de votre famille à Winterfell ?»

Le Arryn se demandait comment le jeune homme serait perçu par les hommes du Nord. Comme l'un des leurs ou comme un étranger ? Tous les membres de sa famille seraien ils heureux de le revoir ou certaines distances allaient malheureusement se créer entre eux ?


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mer 12 Juil - 7:15


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Bien sûr, le Ser répondit sobrement aux remerciements de Robb quant à l'acte héroïque de son oncle, le seigneur de Roche-Aux-Runes. Le Nordien retrouvait dans cette simple déclaration les valeurs de la chevalerie qui lui étaient chères, même si son propre adoubement n'arriverait jamais, trop sudier pour ses futurs bannerets. Lui qui nourrissait tant d'admiration pour des figures telles que celles de Barristan Selmy par exemple, ne pouvait que s'incliner devant le geste de Lord Royce.

Mais bien vite, Ser Elbert revint sur le sujet du Prince Aegon, s'étonnant manifestement de ne l'avoir jamais vu se joindre à eux. Mais il était sans doute difficile pour quelqu'un d'extérieur de comprendre à quel point sa place au Donjon Rouge était délicate. Il avait plus partagé avec son frère de l'été qu'avec n'imprte qui d'autre, mais il n'avait jamais pris part aux autres aspects de sa vie, avec d'autres nobles ou encore à Peyredragon, douloureusement conscient que lui n'était pas Prince, mais un otage de la Couronne. Durant des années, il avait choisi de rester dans l'ombre du palais royal, de peur prendre une place qui n'était pas la sienne et d'être méprisé plus encore pour cela. Lucerys Velaryon était d'ailleurs leur seul véritable ami commun, le reste de leurs existences prenant des chemins différents au fur et de mesure de leur avancée.

-Tout ce que je sais du maniement des armes, je l'ai appris en même temps que le Prince. D'une manière générale, j'ai bénéficié de la même éducation que lui malgré mon statut à la Cour. Mais je n'ai jamais voulu m'immiscer dans d'autres aspects de sa vie en tant qu'héritier Targaryen. J'ai conscience du poids que peut représenter ma présence et mon amitié pour lui.

Espérant que cela écarterait ce que le Jeune Loup croyait évacuer comme du doute dans la voix du Faucon, Robb ne put retenir un éclat d'enthousiasme sur son visage quand il l'entendit évoquer son père et Robert Baratheon. Comment n'avait-il pas pu y penser de lui-même? Ser Elbert avait environ dix ans de plus que lui, et avait donc connu la vie de Eddard Stark et du Cerf aux côtés de Jon Arryn! Se mordant la langue pour ensevelir le Valois sous les questions, il reprit contenance avant de reprendre la parole.

-Me feriez-vous l'honneur de me parler d'eux? De Robert Baratheon...et du seigneur mon Père? Peu de personnes à la Cour l'on côtoyé suffisamment pour m'en parler, vous me feriez un immense honneur.

Et peu de personnes auraient envie de parler à un fils de traître de son père, aurait-il pu ajouter. Mais il n'était pas là pour pleurer son sort, il espérait seulement quelques mots, quelques images auxquelles il pourrait se raccrocher, pour invoquer dans son esprit cette famille perdue. Le Val était ami du Nord depuis longtemps, partageant pour beaucoup le sang des Premiers Hommes. Peut-être cela compterait-il.

-Je n'ai encore jamais eu l'occasion de poser les yeux sur le Val, mais je tiens à le faire un jour. Je n'ai aucun doute sur la beauté de cette région. Si les tragiques circonstances vous font précipiter votre retour, vous devez être impatient de rentrer chez vous. Pour ma part, un retour chez moi ne dépend pas de ma volonté, mais de celle de sa Majesté le Roi. C'est à lui de prendre cette décision.

Robb était parvenu à prononcer ces mots sans laisser aparaîitre la moindre colère ou la moindre tristesse, seulement cette neutralité protocolaire qu'une enfance entre les murs du Donjon Rouge lui avait imprimée au fer rouge sur le visage. Il savait cependant que le Prince Viserys nourrissait un projet de voyage vers le Mur dont il lui avait proposé de faire partie. Il avait été très reconnaissant au Dragon pour cette proposition, même s'il ne nourrissait que peu d'espoirs à ce sujet et ne préférait donc pas l'évoquer, de peur d'être déçu.

-Cela fait maintenant longtemps que vous vivez à la Cour, Ser Elbert. Puis-je vous demander ce que vous retirez de ces années à la capitale, après avoir vécu votre enfance dans le Val?

Lui-même n'avait jamais connu que les murs du palais royal, et le Jeune Loup trouvait intéressant d'avoir le point de vue de quelqu'un qui avait connu à la fois Port-Réal et le fief légitime de sa famille.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mer 12 Juil - 14:34

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Robb Stark semblait être capable de faire preuve de discernement. S'il était l'ami du Prince, il n'oubliait pas qu'il serait un jour roi et qu'il ne pouvait pas faire partie intégrante de sa vie comme il aurait pût le faire avec un autre fils de noble. Après tout, il n'était qu'un otage pour la Couronne. Sous prétexte d'être une pupille, le terme précité était d'application. Si Lord Stark se décidait par exemple à se soulever contre l'autorité du Roi, Elbert ne donnait pas cher de la tête du jeune loup.

«Et vous faîtes bien de garder une certaine distance. Un jour vous serez amené devenir Suzerain du Nord et vos émotions ne devront pas prendre le pas sur votre jugement.»

Lui aussi fut un jour amené à être héritier de sa région natale mais le destin en décida par la suite autrement, laissant Lysa Arryn accouché du jeune Robert. Si Elbert trouvait que ce dernier était trop faible et trop couvé, il ne manifestait aucune haine envers le garçon qui lui avait volé sa place. Il en allait autrement pour sa génitrice aux cheveux auburn. La requête du jeune nordien risquait malheureusement d'être un peu faussée. En effet, les souvenirs qu'il gardait de ces deux hommes étaient tout sauf objectif. Lorsque vous êtes un enfant, vous ne percevez pas le monde aussi subtilement qu'un adulte. Votre vision est influencée par le prisme de votre ignorance, de votre méconnaissance mais aussi de votre naïveté.

«Je n'étais qu'une enfant. Je ne pourrais vous dresser un portrait fidèle mais si vous y tenez. Robert était un jeune homme vigoureux, fort et puissant. Il se dégageait de lui une véritable force et quand vous le voyez se battre, même le plus averti et le plus courageux des chevaliers y aurait réfléchi à deux fois. Il possédait une personnalité forte, un caractère bien trempé et une bonne dose d'impulsivité.»

Robert Baratheon n'était pas forcément le sujet qui intéressait le plus le jeune Stark mais il fallait savoir faire languir son public avant de lui offrir ce qu'il désirait vraiment. Tout l'art de mener une conversation. Le regard un peu perdu dans ses souvenirs, le Arryn reprit la parole.

«Votre père était plus posé. Moins spontané et moins sanguin que ne l'était Robert. C'était un jeune homme honorable et serviable. Toujours fourré avec Robert. Il se battait bien et respectait l'autorité de Jon Arryn. J'en garde un souvenir positif mais tout ceci me semble si loin à présent. Mon père était ami avec feu votre oncle Brandon. Il est partit avec lui demander des comptes à Port-Réal après l'enlèvement de votre tante Lyanna. Il est mort là bas, tout comme le frère de votre père. Je m'excuse de ne pas pouvoir vous fournir de plus amples détails. »

Encore une chose que le jeune loup ignorait peut-être. Leur famille était donc réellement lié par le flot incontrôlable du destin. Le respect et l'amitié qui unissait son grand oncle Jon avec le père de Robb et l'amitié qui liait Elbert Arryn senior avec l'oncle du nordien, Brandon. Un destin cruel et funeste pour ces deux derniers. Pourtant, Elbert ne manifestait aucune haine envers les propriétaires de Winterfell et sa colère envers les dragons s'était peu à peu apaisée pour ne plus apparaître du tout dans son esprit. Il fallait être capable d'enterrer le passé pour continuer à vivre. Le jeune loup était fort curieux. Il posait de multiples questions, cherchant sans doute des réponses pour se rassurer. Elbert était-il l'homme adéquat pour répondre à ses interrogations ?

«Je ne cache nullement ma joie de retourner sur les terres qui m'ont vue naître. Je me demande juste si mon absence ne sera pas mal perçue par certains. Vous devez sans doute nourrir les mêmes craintes pour le jour où vous retournerez dans le Nord. Mon séjour au sein de la cours royal m'a permis de forger de nouvelles amitiés, d'apprendre à me familiariser avec d'autres cultures, des gens d'horizons différents mais j'en garde aussi un certain goût amer. Mes échecs répétés pour mes tentatives d'épousailles me restent quelque peu en travers de la gorge. Port-Réal est un nid de vipère où l'on doit faire attention à l'endroit où nous posons nos pieds. Je serais heureux de retourner dans le Val.»

Elbert n'avait jamais totalement adopté la capitale du royaume. Il n'aimait pas l'ambiance qui régnait au sein de la ville, ni au Donjon Rouge. Pas plus que tous les flagorneurs qui séjournaient à la cours. Un homme d'honneur n'y avait pas sa place et il avait toujours estimé avoir eu du mal à y faire son trou mais il gardait en mémoire des rencontres inoubliables, comme celle de Lady Aelinor Connington, dame de compagnie de la princesse Rhaenys Targaryen.


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Jeu 13 Juil - 6:07


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Le Faucon semblait approuver la réserve de Robb quant aux autres aspects de la vie Prince. Cela ne consolait pas particulièrement le Jeune Loup pour une enfance passée en terre inconnue à devoir garder une conscience aigüe de la place qui était la sienne, cela l'aidait du moins à s'assurer qu'il avait fait le bon choix. Un jour viendrait où les deux amis seraient séparés par une moitié de continent, et des responsabilités comme peu de personnes en Westeros pouvaient l'envisager.

Quoi en soit, le chevalier accepta de lui parler de son père et de l'homme dont il portait le nom, ce dont Robb le remercia d'une respectueuse inclinaison de la tête. Qu'importe le caractère lacunaire de ce qu'il pourrait entendre, ce serait toujours un grand pas en avant pour lui. Le ressenti du Faucon lui importait tout particulièrement.
Et le Nordien ne fut nullement déçu par ce récit. Il lui était impossible de se représenter les scènes évoquées par Ser Elbert, car il ignorait tout des Eyriés et même du visage de son propre père, mais l'idée seule était si plaisante qu'elle lui apportait un peu de réconfort en cette capitale sudière lontaine. Son père et Robert Baratheon semblaient former un duo aussi désassorti que complémentaire, un peu comme le Prince et lui. Comment pourrait-il seulement en vouloir à Lord Stark pour avoir suivi son ami de toujours tandis qu'il demandait la libération de sa promise, sa propre soeur? Qu'importe le prix que le Val, le Nord avait payé, qu'importe le prix que lui-même avait payé, la faute ne pouvait être mise sur eux. Un prix payé par Ser Elbert lui-même, qui lui apprenait avoir également perdu son père quand les Stark étaient descendus à Port-Réal exiger le retour de sa tante Lyanna.

-Nos deux régions ont payé bien chèrement une faute qui n'était pas la leur. La famille Stark sera a jamais reconnaissant envers la maison Arryn pour son indéfectible soutien et les sacrifice qu'elle a du endurer. Je vous suis également reconnaissant, aussi bien pour tout cela que pour le récit que vous avez accepté de me faire.

Le Nord, le Val et le Conflans avaient été emportés dans une tourmente destructrice. Au sortir de cette rébellion, une famille suzeraine avait été décimée, les deux autres durement touchées, l'une perdant trois membres...Et c'était sans compter sans toutes les autres familles, nobles ou roturières, qui avaient payé le prix du sang parce qu'un Prince...Robb n'acheva même pas de formuler sa pensée, tant il l'avait retournée et fouillé durant ses longues nuits sans sommeil, sans pour autant y trouver réponse ou consolation quelconque.

-Je comprends votre impatience de rentrer chez vous, Ser Elbert. Nul doute que retrouver les Eyriés sera un vrai bonheur. J'ignorais en revanche que vous aviez cherché à prendre femme au Donjon Rouge. Vouliez vous épouser une dame des terres de la Couronne?

Robb n'avait effectivement jamais véritablement su que Ser Elbert cherchait activement une épouse pendant ses années à la capitale. Peut-être même avait-il jeté son dévolu sur les Princesses de la maison Targaryen. Mais le Jeune Loup n'avait encore rien entendu au sujet de potentielles fiançailles pour la Princesse Rhaenys, et ils sortaient tout juste de la célébration de celles de la Princesse Daenerys à l'héritier du Bief, Willos Tyrell. Il souhaitait cependant au chevalier de trouver son bonheur, dans le Val ou ailleurs.

-Le Donjon Rouge est effectivement un nid de vipères, un jeu aux règles subtiles et complexe. Etre élevé dans un tel contexte m'a permis de m'habituer à ce jeu comme les seigneurs de la Cour, mais cela ne protège ni eux, ni moi, d'un pas fatal.

Robb espérait cependant que sa compréhension du Jeu des Trônes, à des kilomètres des habituelles préoccupations Nordiennes, lui permettrait de ne pas commettre de faux pas auprès de la Couronne et des complots quand viendrait pour lui le temps de prendre la suite du seigneur du père. Il était le Loup élevé par les Dragons, et il comptait bien en user à son avantage.

Le Jeune Loup aurait eu également envie de lui poser des questions sur lady Lysa, cette tante inconnue qui n'avait plus quitté les Eyriés après son départ de Vivesaigues, mais le fait que Ser Elbert n'avait pas réagi à son nom un peu plus tôt lui laissa penser qu'il ferait mieux de s'abstenir. Peut-être le sujet était-il sensible, et le Nordien ne voulait pas mettre le Valois mal à l'aise. Il connaissait décidément bien peu sa famille.

-Je pense que vous comprenez bien ces appréhensions, Ser, et que vous les partagez. Mais je veux croire que survivre à la capital nous a rendu plus fort, et que c'est plus fort que vous rejoindrez les Eyriés, et moi-même Winterfell, quand les Dieux le voudront.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Jeu 13 Juil - 17:27

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Le jeune loup semblait reconnaissant tant pour le passé qui unissait leur deux régions mais également pour le récit qu'il en avait fait. Il était amusant de voir le Val et le Nord amis alors que bien des siècles plus tôt, les deux régions s'étaient livrée une guerre pour des bouts de territoire. L'histoire était changeante et mouvante et ne se répétait pas forcément à chaque fois.

«La maison Arryn est également reconnaissante envers la maison Stark. Si les dieux sont cléments, ils nous permettront peut-être un jour d'unir nos deux maisons que le furent Stark et Tully et Arryn et Tully.»

Oui ce genre de rapprochement et d'alliance entre maison était un atout qui consoliderait l'amitié mais il y avait peu de chance que cela se produise avant peut-être la prochaine génération. Les Arryn n'avait point d'enfant à offrir si ce n'était Robert, à condition que l'enfant atteigne l'âge de pouvoir procréer.  Il y avait alors peut-être possibilité qu'il épouse une de ses cousines Stark. Les Stark possédaient bien deux filles mais elles étaient encore fort jeunes. Bien trop jeunes aux yeux d'Elbert et il n'était même pas convaincu que l'aînée ait déjà fleuri. Le jeune homme amena la question du mariage sur le tapis. Les échecs cuisants d'Elbert en la matière n'était pas pour lui plaire mais puis qu'il trouvait une oreille prête à en écouter le récit, il comptait bien narrer cette perte de temps. Il n'en voulait pourtant à sa personne, juste au temps qui passait.

«Quand je suis arrivé à Port-Réal, j'avais pour objectif d'épouser une dame de la famille royale mais ma tâche ne fut pas couronnée de succès. Mes négociations suivantes ont été avec les Lannister pour obtenir la main de Lady Cerenna mais elles n'aboutirent pas. J'ignore de quoi sera fait l'avenir mais peut-être vais je épouser une fille de mes terres où me tourner vers d'autres régions comme les Terres de l'Orage ou encore le Nord.»

Il ne trouva rien à redire sur la définition que le jeune homme donna de la cours royale. C'était exactement ce qu'il en pensait. Trop de jeu de dupe et d'hypocrisie. Rentrer au Val lui permettrait de se retrouver dans un environnement plus honorable et plus sécurisant.

«Oui cela nous rendra plus fort mais ce genre de pratiques aurait tout aussi bien pût nous corrompre.  Je vous souhaite de pouvoir regagner Winterfell bientôt. Revoir votre famille vous fera le plus grand bien. D'ailleurs, pourriez vous me parler d'eux ? Du moins de vos souvenirs ou ce que vous avez pût apprendre par corbeaux. Il me semble que Lord et Lady Stark ont eut 3 garçons et deux filles. Quatre fils pour votre père si l'on compte l'enfant né hors union. Je puis comprendre que cela vous soit difficile mais si cela vous incommode trop, n'en faîtes rien. Je finirai bien un jour par étancher ma soif de curiosité. »

Le Nord semblait une belle opportunité. En sympathisant avec le Stark, il trouverait peut-être une épouse dans cette région froide et austère. Le Val et le Nord semblait être les meilleures choix afin de raffermir les liens entre les vassaux Arryn ou les nordiens. Il gardait néanmoins à l'esprit Lady Aelinor dont il appréciait beaucoup la compagnie.

«Je vous souhaite plus de réussite dans vos entreprises matrimoniale que dans les miennes. Cela fait bien longtemps que je devrais être marié et avoir engendrer descendance. J'ai l'impression d'avoir faillit à mon devoir d'homme mais je compte bien y remédier.»

Le Arryn avait hâte de l'entendre parler de sa famille, de Winterfell. Ce serait sans doute un moment nostalgique mais puisque Robb l'avait fait replongé dans son enfance autant lui rendre la pareil. Il serait d'ailleurs très attentif de tout ce qu'il pourrait apprendre sur l'aînée de la maison Stark. Peut-être y apprendrait-il des informations qui le mènerait sur une future piste ou le conduirait à rayer ce nom de sa liste d'épouse potentielle. Le temps des décisions commençaient à approcher pour le chevalier des Eyriés.


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mer 19 Juil - 5:59


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Tout comme le Faucon, Robb espérait voir les familles Stark et Arryn de nouveau unies comme elles avaient pu l'être dans un passé récent, portant une alliance qui ne pouvait malheureusement plus exister avec la maison Tully. Mais le Jeune Loup n'était pas Lord, et de toute façon ses deux soeurs étaient bien trop jeunes pour que des négociations à ce sujet puissent avoir lieu. De plus, il n'ignorait pas les aspirations de sa douce Sansa à épouser une noble âme d'une belle région , et nul doute que lui-même ainsi que Lord Stark souhaiteraient, au delà des nécessités d'alliance pour la maison suzeraine du Nord, le plus grand bonheur possible pour la jeune lady de Winterfell.

Ser Elbert lui raconta donc ses premiers projets, d'épouser une dame de la famille royale, et Robb hocha doucement la tête. Le  Valois n'avait effectivement pas rencontré de succès dans cet entreprise. Le Roi trouvait-il un second héritier de maison suzeraine indigne de sa fille ou de sa jeune soeur? Ou peut-être l'alliance avec le Bief lui avait semblé plus importante dans un premier temps qu'un mariage avec le Val. Il était également possible que Rhaegar avait déjà des projets pour sa fille, qu'il négociait simplement dans le secret.

-Je suis navré que vous n'ayez pas vu vos projets aboutir, Ser Elbert. Mais vous n'en demeurez pas moins un grand chevalier d'une très noble maison, nul doute que de nombreuses dames en Westeros seraient ravies de vous avoir pour époux.

Nulle flatterie dans les paroles du Jeune Loup, seulement une sincérité manifeste. La langue de Cour lui semblait là bien inutile, dans la mesure où il ressentait pour le Faucon toute l'amitié et toute la bienveillance donc il faisait effectivement preuve devant le chevalier.

C'est alors que ce dernier l'interrogea sur sa propre famille, évoquant son demi-frère bâtard avec une volonté manifeste de ne pas le blesser. Robb eut un léger signe de tête de dénégation pour montrer que cela ne le gênait nullement avant de reprendre la parole.

-Malheureusement je ne suis sans doute pas le mieux placé pour vous parler des Stark. Je n'ai même pas le plus petit souvenir de dame ma Mère, car j'ai été désigné comme otage du Roi alors que je n'avais que quelques semaines. Je sais bien sûr en revanche que mon demi-frère Jon est né une lune après moi. J'ai eu la chance de le rencontrer il y a peu, car il a fait le voyage depuis Port-Réal. Il ressemble sans doute beaucoup plus à notre père que moi, d'ailleurs. Dame ma mère eut quatre autres enfants: Sansa, avec qui je corresponds depuis quelques temps, Bran, Arya et Rickon. Mais je suis même incapable de mettre un visage sur leur nom, ce qui me rend d'autant plus impatient de rentrer chez moi faire enfin leur rencontre.

Le Jeune Loup était comme à son habitude resté relativement impassible, alors même qu'il évoquait des choses assez sensibles pour lui devant le Arryn. Seul un observateur attentif pourrait peut-être remarquer la lueur de tristesse dans le bleu de ses yeux. Mais il n'était pas homme à faire étalage de ses sentiments, pas au Donjon Rouge où la connaissance était le pouvoir.

-En retour, me feriez-vous l'honneur de me parler de votre propre famille, Ser Elbert, ainsi que de lady Lysa si vous le voulez bien? Je sais encore moins d'elle que du reste de ma maison, quand bien même je suis de son sang.

Robb était effectivement très curieux d'en savoir plus sur la dame des Eyriés, la dernière des Tully avec sa mère, lady Catelyn. Comment ne pas l'être après tout? Ser Elbert n'était effectivement pas du sang de lady Lysa, mais pour avoir grandi auprès d'elle, il devait sans doute très bien la connaître.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Mer 19 Juil - 17:02

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

Robb Stark lui jetait des fleurs mais il n'avait pas totalement tort. Malgré le fait qu'il n'était pas l'héritier numéro un du Val, il demeurait un excellent parti bien qu'il commençait à prendre de l'âge ce qui faisait jaser. Néanmoins quand on se fiait à la santé fragile du jeune Robert, une jeune dame pouvait toujours nourrir le rêve de devenir la Dame du Val en épousant le jeune chevalier.

«A n'en pas douter. Qui sait ce que les Sept nous réservent. Jon Arryn aura peut-être déjà ourdi un projet pour moi lorsque je rentrerais dans le Val. Trouver une épouse n'est pas chose commode. Puissiez vous avoir bien plus de chance que moi dans ce domaine.»

Elbert épouserait sans doute une dame du Val et y trouverait son compte. Il y avait de belles jeunes femmes dans sa région natale et il renforcerait ainsi les liens de sa maison avec celle d'un vassale. Il n'y avait de toute façon plus beaucoup de dames de maisons suzeraines disponibles. C'était ainsi. Peut-être était-il né à une mauvaise période ou avait-il laissé passé sa chance ? Trêve d'apitoiement. Ce n'était pas le sujet du jour. Comme il s'y était attendu, le jeune loup ne conservait aucun souvenir de sa famille. Il avait rencontré son frère bâtard et conversait de façon épistolaire avec sa jeune sœur Sansa. Il imaginait sans mal la peur qui devait nouer l'estomac du jeune homme à l'idée de rentrer chez lui.

«Le jour où vous rentrerai chez vous, ce sera pour faire face à des inconnus, des inconnus de votre sang. La vie est parfois cruelle et je prierais les dieux pour qu'ils vous acceptent. Les liens du sang sont indéfectibles dit on.»

Le Stark désirait en savoir plus à propos de la famille d'Elbert et principalement à propos de sa tante et probablement de son jeune cousin qui portait le nom du Rebelle. Elbert risquait d'être franc avec le jeune loup ce qui ne risquait probablement pas de lui plaire. Il avait Lysa en horreur. L'enfant quant à lui bien qu'affligé de nombreux maux, demeurait de son sang même s'il tenait plus du poulet que du faucon.

«Lord Jon Arryn est un homme honorable et droit encore vaillant malgré son âge certain. Je souhaite qu'il puisse encore nous diriger de longues années. Ma mère est née Royce. C'est une femme fort protectrice et toujours prête à me conseiller. Elle tient votre famille pour responsable pour  la mort de mon père mais ce n'est point mon cas. Mes cousins germains, je pense que vous les connaissez déjà. Ils sont en route vers la capitale avec leur père, Lord Royce. Votre tante Lysa est plutôt particulière. Je ne vous cacherai pas que nous ne nous apprécions point. Bien trop protectrice avec son enfant, trop colérique, intransigeante et amère. J'ignore comment mon grand oncle fait pour ne pas perdre son sang-froid. Quant à votre cousin Robert. Il est fort douillet, de faible constitution et à la santé précaire. Il a l'habitude que sa mère lui cède ses caprices. Je suis sûr qu'il a un bon fond si on s'occupait de lui en vue d'en faire un futur seigneur mais pas un enfant gâté.»

Elbert venait d'énoncer une grande partie des raisons qui l'avait poussées à rejoindre la capitale. Il voulait prévenir Robb dans l'éventualité où il voudrait un jour se rendre dans le Val pour trouver une oreille attentive ou une aide auprès de sa charmante tante. Ce mariage était aux yeux d'Elbert un fiasco total. L'alliance avec les Tully n'avait plus de valeur par la disparition de la maison. Lady Lysa était exécrable au possible et peu capable de donner une descendance viable. Si le Arryn avait du mal à trouver une épouse digne de son rang, il espérait qu'une fois la dame trouvée, elle se révélerait être une épouse plus agréable que sa grande tante.

«Je ne vous dresse pas un portrait très flatteur de votre tante mais je préfère être le plus réaliste possible. Mon jugement est peut-être biaisé par le fait que votre tante Lysa ne me porte également pas dans son cœur. Mieux vaut que vous soyez préparer si un jour vous êtes amenés à la rencontrer. »

Winterfell, le fief de la famille Stark était un endroit qu'il n'avait jamais visité. Pour lui, tout comme pour Robb, ce serait une découverte. Elbert avait toujours eu envie de se rendre un jour dans le Nord. Pour voir le domaine des Stark mais aussi pour aller jusqu'au Mur et contempler ce qu’il y avait derrière ainsi que s'entretenir avec les hommes de la Garde de Nuit. A son humble avis, cette région serait plus accueillante pour lui que ne le serait jamais la capitale du royaume.

«J'aimerai un jour visiter le Nord et Winterfell. Votre région me semble plus honorable et proche des vraies valeurs que ne le sera jamais les Terres de la Couronne. Richesses, opulences et belles parures ne rendent pas forcément plus heureux, ni plus important. J'ai parfois tendance à penser qu'elle nous rend plus faibles et nous enferme dans trop de confort qui nous fait perdre de loin notre rôle d'homme. A quoi diable porter les plus beaux pourpoints ou des armures richement décorées si c'est pour détaler comme un pleutre au premier bruit d'une lame que l'on sort du fourreau ?»

Dorures et rubans  faisaient meilleurs apparats sur une femme que sur un homme à ses yeux. Il avait hâte de rentrer dans le Val, de parcourir la région, de goûter à nouveau à la cuisine préparée sur une marmite posée sur le feu en pleine nature. Certains endroits nécessitaient de se déplacer uniquement à pieds de par leur reliefs si bien que l'on finissait par attraper des ampoules. Toutes ces sensations lui manquait. Se balader dans les rues de Goëville, en suivre les tracés perpendiculaires en compagnie de son amie Alys. Se promener anonymement dans la ville et voir les vendeurs de tout et de rien, tenter de lui vendre des contrefaçons comme s'il était le premier venu. Observer un couché de soleil, tranquillement installé sur le toit de tuiles d'une maison. Sentir l'odeur des résineux et des autres arbres en se baladant. Rester aux aguets en voyage, à l'affut du moindre signe des Clans des Montagnes pour leur faire tâter de sa funeste et rigide lame.

Il s'était trop longtemps laisser osciller entre ses propres ambitions et son devoir familial. A présent, il serait l'écrou qui viendrait renforcer la position de la maison Arryn. Triste que ce soit la conjoncture actuel qu'il y ait poussé plutôt que sa propre réflexion. L'accident de son oncle combiné avec ses échecs matrimoniaux lui avaient ouvert les yeux. Plus aucune question ne le taraudait.

«Vous me semblez être une bonne personne. Je serai ravi de tenir une correspondance avec vous si cela vous intéresse. Ainsi vous pourrez goûter à de nouvelles discussions éloignée de la capitale.»


© DRACARYS



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Jeu 20 Juil - 3:30


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Le chevalier lui souhaita plus de chance en amour que lui-même. Robb hocha légèrement la tête en signe de remerciement. Rien n'était encore sûr pour ce qui concernait ses propres fiançailles avec lady Wynafryd, même si leurs deux familles avaient signifié leur accord, car le Roi ne s'était pas encore prononcé sur une telle possibilité. Il ne préférait donc pas s'avancer en public sur le sujet, même s'il ne perdait pas espoir d'offrir son nom à la Dame de Blancport. Après tout, au delà de leurs sentiments personnels qui prenaient de l'ampleur avec le temps, le caractère politiquement utile de cette union était indéniable. Le Jeune Loup ne doutait pas de voir ce projet mené à bien.

Ser Elbert accepta ensuite de lui parler de sa propre famille, qui était un peu la sienne via les liens du mariage. Jon Arryn semblait l'homme honorable qui avait dignement élevé son propre père, malgré son âge avancé. Il était en tout cas certain que le Faucon lui portait une immense admiration. Ce qui n'était manifestement pas de sa tante, lady Lysa. Le jeune homme lui en faisait en effet un portrait peu flatteur qui surprit le Nordien. Ses liens avec le Val étant jusqu'alors quasi inexistant, il ignorait que la Dame du Val était considérée comme si...difficile à vivre disons. Robb pouvait cependant comprendre l'amertume de sa tante: Sa famille avait été exterminée à l'exception d'une soeur qui avait été envoyée dans le Nord, elle avait dû épouser un homme certes des plus honorables, mais d'un demi-siècle plus âgé qu'elle... Le Nordien supposait que cela était difficile de le lui reprocher, dans un certain sens. Il espérait cependant que cela ne porterait pas préjudice à la maison Arryn, ainsi qu'à son héritier, que Ser Elbert décrivait comme faible et suprotégé par sa mère.

-J'ignorais que lady Lysa était ainsi vue dans le Val. Cela est bien sûr regrettable. Je souhaite que le jeune Robert des Eyriés se montre par la suite à la hauteur. Après tout, je suis bien placé pour savoir que de vivre avec des doutes quand à sa capacité à hériter.

Là encore, Robb avait prononcé ces mots sans sembler y mettre d'intonation personnelle, comme une simple et claire constatation. Le jeune Robert Arryn aurait un jour la responsabilité du Val ainsi que de l'Est sur ses épaules, il devait s'épargner le poids des doutes, tant qu'il le pouvait encore.

Le Jeune Loup ne put s'empêcher d'esquisser un sourire alors que le chevalier dressait un portait peu flatteur de la Couronne en comparaison du Nord. Il était vrai que les terres de sa famille étaient connues pour priser au delà de tout le reste les valeurs de courage et d'honneur, loin des manipulations et des complots qui pouvaient avoir lieu à la Cour. C'était certes une terre rude, moquée des seigneurs du sud pour cela, mais qui nécessitait de sans cesse se battre pour mériter d'y vivre -contre le sauvageons, contre l'Hiver-, ce que ces derniers ne pouvaient sans doute pas comprendre, quand ils n'avaient qu'à se pencher pour cueillir les richesses. Il hocha donc la tête.

-Vous serez toujours le bienvenu à Winterfell, Ser Elbert, et nul doute que le Seigneur mon père sera ravi de vous revoir. Vous trouverez là bas une existence bin différente que celle que nous avons vécu ici.

N'était-ce après tout pas pour ça que les Nordiens nourrissaient des doutes sur ses capacités à prendre la suite de son père à Winterfell? Mais le Val et le Nord étaient maintenant des maisons proches, unies par des mariages mais également par le sang de la guerre. Ser Elbert y serait toujours le bienvenu.

-Je serai ravi d'entretenir une correspondance avec vous, Ser Elbert, cette proposition m'honore. J'espère ainsi apprendre de bonnes nouvelles de votre plume, aussi bien concernant votre oncle que pour vos épousailles.

Le Nordien tenta d'adresser au Faucon au sourire encourageant. Il devait sans doute beaucoup s'inquiéter pour le seigneur de Roche-Aux-Runes, ce qui était tout naturel. Le moment du départ approchait d'ailleurs, rejoindre la capitale pour s'enquérir de la anté du Lord blessé.

Spoiler:
 



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2900
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Jeu 20 Juil - 16:17

Entre Loup et Faucon : le mal du pays

298, Lune 11, Semaine 3-  Bois-du-roi



Robb Stark & Elbert Arryn

De par les propos du jeune loup, Elbert avait l'impression que le Stark se faisait du soucis pour sa famille ce qui était tout naturel mais le jeune homme n'était pas convaincu qu'il devait plaindre sa tante. C'était plutôt son cousin Robert, encore jeune, qui devrait le préoccuper. Si son éducation n'était pas bien vite reprise en main, cet enfant risquait de devenir une véritable plaie, une fois arrivé à la tête du Val et cela ne sentirait pas bon. Bon nombre des vassaux de Jon Arryn redoutait le moment où le vénérable faucon rendrait son dernier soupir. Que se passerait-il alors ? Accepterait-il le jeune Robert comme leur suzerain véritable ou manigancerait-il à son encontre ?

«Je m'inquiète plus pour votre cousin et l'avenir du Val. S'il est chétif, il peut encore se renforcer avec le temps, l'âge et l'entraînement mais s'il continue à être couvé de la sorte, je crains qu'il ne soit jamais apte à régner ou alors entouré de trop de conseillers pour pouvoir prendre une décision par lui même.»

Il était ravi d'apprendre qu'il serait bien reçu dans le Nord. Lord Eddard ne devait pas avoir tant changé que cela mis à part le poids des années mais pour Elbert il en serait tout autre. Une escapade à Winterfell était sans doute un voyage à planifier dans un proche avenir. Ne serait-ce que pour raffermir encore les liens qui unissaient ses deux contrées, à la fois amie et voisine.

«Vous êtes le bienvenue aux Eyriés également. Je suis convaincu que Lord Arryn serait ravi de rencontrer le fils héritier de son ancienne pupille. Je n'en doute pas. Même si nous croyons en des dieux différents, nous avons plus en commun entre nos deux régions que nous le pensons. J'en discuterai avec Lord Arryn lors de mon retour dans le Val. Peut-être qu'une visite à Winterfell s'improvisera plus tôt que je le pense. Et si les Sept sont cléments, peut-être trouverais je la dame de mon cœur dans le Nord ha ha ha ?»

Robb sembla ravi de pouvoir entretenir une relation épistolaire avec le Arryn. Ses hommes venaient de terminer leur tâche et l'heure du départ approchait. Les paquetages étaient installés sur les chevaux. Il était temps de s'en aller et de se dire au revoir. Il ne savait pas s'il reverrait le jeune loup bientôt mais il avait particulièrement apprécié discuter avec lui. Après tout, Elbert avait l'âge de faire le pont entre la génération de l'héritier Winterfell et celle  de ses parents. Parlant d'une voix claire et confiante, le chevalier reprit la parole.

«A mon retour à la capitale, je vous laisserai un corbeau pour que vous puissiez me contacter aux Eyriés. J'espère que vous ferez bonne route. J'ai beaucoup apprécié notre discussion et j'espère que nous pourrons continuer, à défaut de vive voix, par la plume et l'encre. Nous nous reverrons sans doute un jour, Robb. Je dois vous laisser à présent. Je dois regagner Port-Réal au plus vite.»

Grimpant sur son cheval, le Arryn attendit que les hommes et son écuyer, le jeune Martyn, fassent de même. Après quoi, il salua une dernière fois l'héritier de Winterell avant de donner quelques coups de rennes à son cheval pour qu'il commence à avancer. Une longue route les attendait jusqu'à la capitale. Avec un peu de chance, ils rattraperaient peut-être le convoi qui ramenait son oncle, Lord Royce, à la capitale !


© DRACARYS



Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A Wolf among Dragons
avatar
A Wolf among Dragons
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 503
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   Sam 22 Juil - 5:09


ENTRE LOUP ET FAUCON: LE MAL DU PAYS



Le chevalier semblait sincèrement se faire du soucis pour la santé du jeune Robert, quand bien même ce dernier, par sa seule naissance, lui avait pris ce statut d'héritier pour lequel il avait pourtant été élevé. Cela ne pouvait être la preuve que d'une certaine stature de l'esprit, le Jeune Loup connaissant par exemple l'amertume de son ami Lucerys pour s'être retrouvé dans une situation similaire. Son respect pour le Faucon grandit alors d'un cran supplémentaire, alors qu'il hocha la tête en signe d'assentimment pour ses paroles. Lui-même ne souhaitait que le meilleur pour son jeune cousin, lui fut-il totalement inconnu.

Ser Elbert lui promit également qu'il serait le bienvenu aux Eyriés, et Robb sourit légèrement à cette invitation, conscient qu'il l'honorerait sans doute un jour. Le Val était à n'en pas douter une région fascinante, et il rêvait de découvrir les portes Sanglantes et le château de l'ancienne famille royale. Et oui, peut-être qu'une alliance avec le Nord se créerait par l'intermédiaire du chevalier! Le Jeune Loup savait que le Nord avait été diminué par la rébellion, et s'il n'avait aucun doute sur le travail acharné que le seigneur son Père avait du fournir pour rendre à leurs terres leur honneur d'antant, une entente amicale avec d'autres régions ne pourraient qu'être bénéfiques aux Nordiens. C'était également pour cette raison, au delà de son attrait et de son respect personnel, qu'il comptait bien entretenir son amitié avec Ser Willos, l'héritier du Bief, en qui il avait trouvé une personne des plus dignes et des plus capables pour diriger ses terres dans le futur.

-Je vous souhaite de trouver une épouse à votre mesure, Ser Elbert. Et je serai ravi que ces noces consacrent à nouveau une alliance entre le Nord et le Val.

Robb regarda derrière lui, et se rendit alors compte que les préparatifs du Faucon pour le départ étaient quasiment achevés. Nul doute que le chevalier ne voudrait pas passer une seconde de plus que nécessaire dans le Bois du Roi, alors que son oncle se mourrait peut-être à Port-Réal. Il semblait donc que leur entretien touchait à sa fin. Robb en était néannmoins très satisfait, et la relation épistolaire qui s'annonçait pouvait laisser penser que leur rencontre ne serait pas la dernière. Il salua donc Ser Elbert comme il se devait:

-Je ne manquerai pas de vous contacter à mon retour à Port-Réal. Je vous souhaite un bon retour sur vos terres. Mes prières et mon éternelle reconnaissance accompagnent votre oncle.

Il inclina la tête en signe de respect, puis fit un pas de côté pour que le chevalier puisse enfoucher son cheval. En moins de temps qu'il n'aurait fallu pour le dire, Ser Elbert et ses hommes disparurent au galop dans la nuit. Le Jeune Loup resta quelques secondes à regarder dans leur direction avant de se remettre à la recherche de Vent Gris, qui était la raison première de son errance au milieu des tentes. Mais il eut plus de chance cette fois-ci, car il ne tarda pas à voir une ombre grise s'avancer dans sa direction.
Le Nordien mit un genou en terre pour lui ouvrir les bras, s'excusant à voix basse d'avoir dû ainsi l'éloigner du banquet en raison de l'ordre de la Reine Mère. Vent Gris était son ombre, son compagnon le plus fidèle, et il supportait de moins en moins l'avoir loin de lui.



© Feniix



WOLF PRINCE AND MERMAID QUEEN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre Loup et Faucon : le mal du pays [Flashback Robb Stark & Elbert Arryn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre Amis |PV Faucon|
» Faucon et oiseau moqueur : un sacré bordel ! [Elbert Arryn/Talya Baelish]
» Sous l'aile du Faucon [Elbert Arryn - Torvald]
» Entre chien et loup [Combat Liana vs Sven]
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: