RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMar 27 Juin - 14:36

Boisdorés ! Voilà la ville où j'étais allée. J'avais bien aimé. Et visiblement la fille du Lord … Mathis ? Il me semblait que c'était le nom que j'avais entendue, Abigaëlle était une jeune fille très bien. Selon les dires des petits gens, son père l'avait surnommé « le Joyaux de Boisdorés ». L'amour d'un père c'était beau quand même ! Si mon père devait me surnommer il devrait bien me surnommer « La sans-intelligence de La Gracedieu » j'étais sûre que Ser Ryon lui avait expliqué notre conversation. Malgré les reproches et les claques verbales que je m'étais prise, et avec raison, cette conversation m'avait fait du bien et m'avait permit de grandir encore un peu. C'était toujours ça de prit, et malgré le goût amère qui me restait en bouche, j'en ressortais avec du positif. J'essayai toujours d'être positive. Mais pour cette jeune Abigaëlle, c'était une mode d'avoir des noms à rallonge chez les nobles ? , elle avait du pain sur la planche ! Elle allait devoir cacher ses crocs et se faire passer pour une gentille dinde idiote pour réussir.

J'écoutais avec attention Edwyn expliquer son parcourt. Effectivement prôner l’abstinence mais par derrière aller voir la première putain venue … Ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux. Et je comprenais pourquoi cela avait fâché mon compagnon de route. Déjà que de base je n'aimais pas réellement les septons, les septas et les sœurs du silence … Mon avis était complètement tronqué, je ne comprenais pas cette religion. Mais que Ed' ne soit pas devenu septon me plaisait beaucoup. Au moins j'avais pus le rencontrer et je pouvais profiter de sa présence et de sa personne. Il y avait toujours quelque chose à retirer des rencontres. Et celle avec Ed' m'offrait bien plus que ce que je pouvais penser ou imaginer. Quand à devenir mester … le devais avouer que de sentir ma gorge étranglé par une chaîne, même si c'était la marque d'une connaissance qui pouvait me mettre sur un piédestal rien que d'imaginer la chaîne enserrant mon cou je ne pus réprimer un frisson. Je ris doucement à la dernière remarque de Ed'

« Nous paraissons tous étrange pour quelqu'un. Je te comprends, tu as eu simplement besoin de chercher ta voies, c'est aussi simple que ça. Et tu es allé au bout de quelque chose Ed' tu as quitté ta famille et tu vis sur les routes comme tu le souhaite, c'est génial non ? Alors ne dis pas que tu n'as rien accomplis, ce n'est pas vrai. Contrairement à toi je ne suis encore qu'une enfant … et certains me l'on fait remarquer. À mes yeux tu n'es pas la personne la plus étrange que j'ai rencontré. À moins que tu considère que l'Homme est étrange de base, dans ce cas le monde entier paraît étrange à mes yeux ! »

Je levais mon regard vers le ciel. Là haut dans le ciel pâle de cette région triste volaient des oiseaux. Un sourire étira mes lèvres. Je n'avais pas envie de les chasser. Pour l'instant il n'y en avait pas besoin. Loki n'avait rien sentit de plus aussi mon arc resta dans son étui. De temps en temps je me dressais sur mes étriers pour voir entre les rochers l'éclat de l'eau. Habitude de Dorne. Sans eau pas de vie et je finis par apercevoir entre les pierres un petit ruisseau, beaucoup trop petit pour être noté sur la moindre carte. Je le montrais d'un mouvement de poignet à Ed'. Il fallait que nos montures boivent un peu, et que je nettoie la robe de Galitaca souillé par le sang du lièvre. Voyant la pente je mis pieds à terre et je fis passer les rênes de ma jument par dessus son encolure.

Loki s'élança en courant dans la pente, puissant animal qui bondissait au dessus des rochers pour retomber dans l'herbe qui poussait près de la rivière. Je fixais la pente avant de me mettre lente à marcher sur la pierre glissante. Je poussais un juron quand une pierre glissa sous la semelle de ma botte et je me sentis partir en arrière. Je percutais Galitaca qui fit un écart et arracha ses rênes de mes doigts mais elle ne partit pas. Je tombais lourdement sur le sol et je glissai encore sur les pierres tranchantes du sol. Je restais immobile un peu, le bas du dos,la hanche et le bras droit endoloris. Je secouais la tête en me redressant. Je passais une main une mes fesses et mes reins pour en chasser la poussière. Rah ! Quand je vous disais que j'étais maladroite ! Je regardais mon bras et fis quelques mouvements. Il n'y avait rien de grave. Je repris les rênes de ma jument qui hennit presque pour se moquer de sa pauvre maîtresse qui venait de s'éclater par terre. Je la fusillais du regard et elle s'ébroua. Je me tournais vers Ed'

« Je vais bien, ne t'inquiète pas ! Je suis juste pas douée ! »

Je repris ma descente et je frottais le pelage de Loki qui venait de se rouler dans l'eau. Elle s'approcha d'Edwyn et s'ébroua tout près de lui avant de filer derrière ma jument qui pencha doucement la tête pour boire plus délicatement qu'une lady l'eau du ruisseau. Je me penchais moi même pour plonger mes mains dans l'onde clair pour boire de longues gorgées avant de m'en éclabousser le visage. Loki repassa la tête de derrière ma jument en tirant la langue presque riant de son mauvais tour à Ed'. J'avais des animaux très humains parfois. Je détachais un instant le fruit de ma chasse pour nettoyer les poils de ma monture qui tourna la tête surprise de sentir de l'eau lui coulait sur elle. Je dû frottais un peu, mais la couleur chocolat de la robe refit bientôt surface.

Je regardais un instant ma main droite. Il y avait une coupure qui saignait un peu. Je portais ma main à ma bouche pour empêcher le sang de couler, je me lavais une nouvelle fois la main. Tant pis. Ce n'était pas trop grave, une simple coupure en plus. Pas la peine d'en faire tout un plat. Je souris à Ed' en m'étirant longuement jusqu'à ce que mon dos craque et je secouais la tête. Bien, on pourrait bientôt se remettre en route ! Dés que les chevaux auraient finit de boire.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMer 28 Juin - 6:40

Edwyn était troublé par cette sensation de se soucier de l'avis d'une autre personne à son sujet. Contrarié dans un premier temps, car il savait qu'il tenait sa liberté de sa nonchalance, touché dans un second, car il n'ignorait pas plus que cela prouvait son attachement à sa compagne de voyage.
Cette dernière chercha d'aileurs à le rassurer en pointant du doigt le fait qu'il était allé au bout de sa démarche en quittant Cendregué. Ce qui était pour toute la noblesse un véritable blasphème avait été pour Edwyn un simple moyen d'atteindre son potentiel, sans se laisser mettre en cage par son père qui souhaitait le marier pour enfin le rendre utile à sa maison. Il avait parfaitement conscience que son attitude pouvait sembler complètement ingrate aux yeux de beaucoup, quittant une vie douce dans l'un des beaux châteaux du Bief pour ne pas avoir à assumer les responsabilités qui allaient avec. Mais l'artiste était un oiseau, aussi libre et inconscient que lui.

-Comment peux-tu seulement dire que tu n'es qu'une enfant, Boa? A ton âge, tu as plu vécu et vu de Westeros que l'immense majorité de ses habitants n'en connaîtront au cours de la totalité de leur vie! Tu es une combattante émérite et tu te débrouilles depuis des lunes, seule sur les routes! Je n'ai connu que peu de personnes capables d'autant, qu'importe leur âge.

Edwyn était tout à fait sincère. A aucun moment, il n'avait pu considérer Boadicée comme une gamine. Certes, certaines de ses manières ne laissaient pas penser à la jeune femme qu'elle était, mais cela ne faisait pas d'elle une enfant pour autant. Ce genre de superstitions lui était tout à fait étranger.

Tous d'eux s'arrêtèrent un peu plus loin pour faire boire leurs montures, Edwyn démontant souplement pour atteindre le sol. Mais, alors qu'il allait rejoindre Boadicée près du plan d'eau, il la vit glisser et tomber lourdement sur les pierres coupantes sans pouvoir se rattraper.
Le Bieffois se précipita dans sa direction pour l'aider à se relever, mais déjà elle se tournait vers lui pour le rassurer.

Soudain la mine très sérieuse, il revint vers son cheval pour se saisir de la trousse dans laquelle il gardait tous ses ingrédients de mestre. Il revint vers la Dornienne et lui saisit le bras avec douceur, mais sans pour autant lui demander son avis, déclarant:

-ça, c'est à moi d'en juger.

Toujours avec douceur, il la fit tourner sur elle-même pour observer chacun des fruits de cette chute avec la plus grande attention, et un sérieux tel qu'on en voyait rarement sur ses visages. Il n'y avait presque que des éraflures, mais quand il étudiait à Villevieille, il avait vu des patients mourir dans les bras d'apprentis mestres avec bien moins que cela. La sécurité était donc à mettre sur un piédestal.
Il posa sa trousse à terre pour en sortir un onguent de sa préparation ainsi que du tissu à bandage. Avec des gestes légers et experts, il nettoya et banda la coupure dans la main de Boa, se contentant d'appliquer un peu d'onguent sur les autres éraflures, particulièrement celles du bas du dos.

-Voilà. Ta main va tenir les rênes le reste de la journée, cela évitera que cela te fasse souffrir ou que ça s'infecte. Je vérifierai simplement ce soir.

Lui adressant un sourire encourageant, son visage retrouvant enfin sa légèreté habituelle, Edwin rangea tout son petit matériel avant d'imiter son amie et de se désaltérer au ruisseau, se passant avec plaisir des mains mouillées dans ses cheveux et dans sa nuque. Il commençait à faire chaud sur la route, et cette fraîcheur était toute bienvenue.

Une fois son cheval pareillement désaltéré, il lui accorda une gentille tape d'encouragement sur l'encolure avant de se remettre en selle et de reprendre les rênes en main d'un geste du poignet. Il était temps de reprendre la route!
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMer 28 Juin - 12:35

Alors qu'il me disait que je n'étais pas une enfant je me contentais de sourire en haussant les épaules sans rien rajouter. J'avais beau avoir vécu beaucoup je restais une enfant dans ma tête et dans ma tête. C'était ainsi. Et il fallait que je change, absolument. Mais cela prendrait du temps et des gifles dans la figure. C'était toujours dur de grandir et de l'accepter. Mais il le fallait bien non ? Sinon … je secouais la tête pensive. Ce n'était pas le moment de penser à ça.

Je laissais Edwyn s'occuper des égratignures que j'avais reçu en glissant et malgré le fait que je n'avais pas mal ou autre, je frémis en sentant les doigts fins d'Edwyn sur ma peau, je rougis et le remerciais après qu'il ait finit de me soigner. Pendant qu'il s'éclabousser d'eau je le regardais du coin de l'œil avant de rougir de nouveau de presque plonger la tête dans l'eau pour cacher mon trouble. Je bus de longues gorgées et caressai Loki quand celle-ci attrapa entre ses crocs mon poignet pour attirer mon attention. Je la laissais faire avant de me redresser . Ed' était prêt à repartir. Je remplis mes gourdes avant de bondir sur ma selle dans un bruissement de soie une fois la pente remontait et les pieds sur les paves de la route. Je ne remarquais pas à ce moment le trous dans mon haut que j'avais fais en glissant sur les pierres.

De nouveau le fruit de l'accouplement d'une tempête de sable et d'une jument dansa sous mes cuisses cherchant de nouveau à défier le vent lui même et battre le record qu'avait osé lui imposer la monture d'Edwyn. Elle secoua la tête et poussa un hennissement puissant avant de se cabrer. Peu impressionnée je lui pressais les flancs et la fis volter un peu pour reprendre la main. Elle se laissa faire mais elle était plus frémissante d'énergie que les plumes d'un oiseau. Ce n'était pas de la nervosité, juste un désir de défier tout et n'importe quoi. Je lui flattai l’encolure et souris à Ed'

« Bien ! Allons-y au trot avant que Galitaca ne décide elle même sa vitesse ! »

J'avançais mon poignet relâchant la pression des rênes sur ma jument qui prit aussitôt le trot en secouant la tête. Elle tenta d’accélérer mais je la fis descendre de son piédestal en lui rappelant que c'était moi qui commandais et pas elle. Elle finit par accepter de seulement trotter. Mais elle était une forte tête. Surtout quand Loki la narguait en partant en avant pour revenir en courant. Mais dans l’ensemble le voyage fut calme jusqu'au soir, pas de mauvaise rencontres ou quoi. Mais pas d'auberge non plus. Et bien, cela serait nuit à la belle étoile. De préférence à côté d'un point d'eau. Au couché du soleil je posais mes pieds sur le sol rocheux où clapotait un autre minuscule ruisseau. Je m'étirais longuement en grognant. En fouillant un peu pendant la journée on avait trouvé un peu de bois.

Je pris le lapin et m'assis en tailleur près de la rivière. Je sortis une petite dague et ma tresse roula sur mon épaule quand je me penchais sur le petit cadavre. Je l'écorchais avec soin, avec un peu de chance on pourrait vendre la peau pour plus tard. Je jetais les abats à ma chienne qui les attrapa au vol et les engloutit avec un grognement de bonheur. Elle éclata aussi les quelques os assez importants, pour qu'elle ne s'étouffe pas avec,que je lui lançais. Je me rinçais les mains et ma dague que je fis disparaître de nouveau avant de porter la pièce de viande à Ed'

« Tada ! Je te laisse diriger la suite monsieur le Cuisinier ! »

Je lui tirais la langue et retournais m'occuper des chevaux notamment vérifier leurs membres et leur appétit.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMer 28 Juin - 17:02

Riant gentiment de l'enthousiasme manifeste de la jument de Boadicée, Edwyn se remit donc en route en lançant son cheval au troot, tandis que la journée se passait agréablement dans le calme. On pourrait penser qu'il serait lassant pour le Bieffois de toujours être sur la route, passer sa vie à cheval. Mais il n'y avait rien de plus sans cesse renouvelé pour lui, capable de s'émerveiller d'un rien. Les paysages changeaient chaque jour après tout. Et puis, sur les années passées à sillonner le Bief, il avait parfois passé de longue période installé dans une ville, parfois vivant grâce à la générosité d'un quelconque seigneur à qui ses capacités de musicien ou de médecin -ou simplement ses yeux bleus et ses traits étrangers.

La journée se passa donc dans la plus grande décontraction pour Edwyn malgré sa solitude maintenant terminée. Mais cela ne lui déplaisait nullement, malgré l'étrangeté habituelle de son caractère. Comme si Boadicée était la parfaite compagne pour sa solitude.

Quand le soleil commença à décliner et les oiseaux à se cacher, ils surent tous deux qu'il était temps pour eux de s'arrêter. Ils n'avaient rencontré aucun village pouvant leur permettre de dormir sous un toit, mais l'artiste avait l'habitude de la belle étoile et ne s'en formalisait nullement.
Tandis que la jeune femme vidait sa prise de la journée et que Loki gambadait, langue et crocs au vent, Edwyn ramassa un peu de branchage sec dans lequel il fit naître une étincelle. En moins de temps qu'il n'aurait fallu pour le dire, un beau feu flambait au milieu de leur camp improvisé, et jetait aux alentours toutes sortes de lumières chatoyantes. La température commençait à baisser dans les Terres de l'Ouest, et ce feu serait le bienvenu pour réchauffer aussi bien les humains que les bêtes.

La guerrière se rapprocha d'ailleurs de lui avec la bête vidée et en mettant gentiment au défi ses talents de cuisiniers. Relevant le défi avec humour, Edwyn remercia la jeune femme d'un mouvement de tête avant de fouiller dans ses affaires pour récupérer la nourriture qu'il avait acheté avant de quitter Castral Roc, quelques fruits, mais surtout des légumes et des herbes aromatiques, avec lesquels il était bien décidé à impressionner sa compagne comme elle-même l'avait impressionné plus tôt avec sa maîtrie de l'arc, un peu plus tôt.

En un rien de temps, Edwyn avait préparé quelques légumes et la viande rapportée par la rousse et commença à les faire cuire sur le feu qu'il avait préparé. Il surveillait attentivement son repas, et le feu jetait sur son visage de chauds reflets de lumière, même s'il surveillait du coin de l'oeil son ami qui s'occupait de leurs montures. Il ne devait pas non plus oublier de surveiller la coupure de Boadicée sur la main. Il voyageait seul d'ordinaire, mais maintenant que la jeune femme s'était jointe au voyage, sa sécurité était sur un piédestal pour lui, et au vu de ses capacité de combat, c'était sa meilleure façon pour la protéger.

-C'est bientôt prêt!

Il prépara deux bols et posa l'un d'entre eux à côté de lui pour quand Boadicée arriverait. Il se sentait bien, et la compagnie de la Dornienne le comblait comme cela n'était jamais arrivé au cours de sa vie. La sensation lui faisait de plus en plus étrange, d'ailleurs.

-J'espère que ça vous plaira, madame la chasseresse!

Se montrer aussi aimable et amical avec un autre être humain pendant une telle quantité de temps relevait presque pour lui du record. Mais les yeux vairons et la personnalité de la chasseresse l'attiraient de plus en plus inexorablement.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMer 28 Juin - 18:24

Une fois mon inspection faîte et quelques mots chuchotaient à l'oreille de ma jument qui vient chercher une affection que je lui offris aussitôt, je retournais près du feu où Edwyn travaillait. Pensive je regardais les ombres qui dansaient sur son visage aux traits fins. Je posais mon menton sur ma main avant de me secouer pour attraper Loki qui s'approchait un peu trop près du feu à mon goût. Je luttais par jeux contre elle avant qu'elle ne s'allonge de tout son long et que je m'asseye entre ses pattes. Elle ressemblait à une grosse peluche, si on oubliait l'éclat de ses crocs à la lueur des flammes. Je ris lorsque Edwyn me baptisa « Madame la chasseresse ». Je le remerciais et pris le bol qu'il me tendait lui touchant la main au passage. Loki sentant l'odeur de la nourriture leva le museau mais je la repoussais. Non ! Tout pour moi. Elle aurait le droit de lécher le bol et je lui donnerais à manger après.

« Bon appétit ! »

Et je plongeai aussitôt ma cuillère dans mon bol. Pour rire je montais une cuillère soupçonneuse jusqu'à mon nez pour renifler Je ne sentais que la saveur douce des herbes et l'odeur sucrée de certains fruits qu'il avait mit. En tout cas, cela avait l'air meilleure que ce que je faisais moi même. J'enfournai la première cuillère. Mais c'était tout à fait délicieux ! Même si cela n'avait pas le piquant des épices de Dorne. Mais le paquet que j'avais dans mes sac de selles n'était pas pour moi. C'était pour quelqu'un d'autre. J'engloutis mon bol aussi vite que possible sans réellement reprendre son souffle. J'avais attrapé un bel oiseau moi ! En plus de savoir chanté, d'être d'excellente compagnie, il savait cuisiné ! Si ça ce n'était pas la perfection ! Je m léchais les babines avant de poser mon bol presque vide devant ma chienne qui se fit un devoir de le nettoyer à grands coups de langue.

« Tu es un excellent cuisinier Ed' j'ai adoré ! Je chasserais plus souvent rien que pour ça ! »

Je ris avant de me redresser pour fouiller dans mes sacs de selles et en sortir des morceaux de viandes que je lançais à Loki qui les attrapait au vol. Je laissais Edwyn lui offrir les derniers morceaux de viandes avant de fouiller de nouveau dans mes sacs pour en tirer deux couvertures : une un peu épaisse, l'autre plus fine. J'étalais la plus fines sur le sol avant de donner l’autre à Edwyn. Je n'avais pas froid et j'aimais sentir la fraîcheur venir sur mes épaules. Je m'étirais longuement en me tenant le [/i]poignet[/i] gauche jusqu'à ce que mon dos craque. Je m'allongeai avant de me redresser pour m'éloigner quelques instants histoire de vider ma vessie sur le point d'éclater et ôtais quelques unes de mes dagues pour les ranger dans un de mes sacs que je plaçais sous ma tête.

Je baillais longuement en étirant mes jambes en regardant le ciel étoilée. Je crois que c'était avec mon cousin William, mais un jour j'avais fais un concours pour compter le nombre d'étoile que nous voyons dans le ciel avant de dormir, nous étions petit, huit et neuf ans il me semble. J'avais eu un record de trente et une étoile. William en avait eut douze ans de s’endormir en suçant son pouce. Comme un enfant ! Je l'avais taquiné un peu jusqu'à ce qu'il me menace de m'enfermer je ne sais plus où. Il n'y avait pas besoin de monter la garde, Loki était là et elle avait l'habitude de le faire. J'en informais Ed'. J'aurais voulus discuter mais entre le crépitement agréable du feu de bois, le calme ambiant et la fatigue mes yeux se fermèrent rapidement.

Mes yeux s'ouvirent en grand aux premières lueurs du jour. Je me frottais le visage et me levais Loki se précipita vers moi chercher une caresse. Je m'étirais longuement avant de m'approcher du ruisseau. Je m'éloignais un peu du camp pour procéder à une toilette sommaire pour ôter la poussière du voyage. Je refis ma tresse avant de remettre mes dagues et me rhabiller. Je rangeai mes affaires dans les sacs avant d'attraper Galitaca et de la seller. Je baillais de nouveau. Il n'y aurait pas de proies pour moi ici, on chasserait en route ! Je lançais une poire à Ed' que Loki venait sûrement de réveiller à grands coups de langues amicals

« Salut ! Désolé pour le réveil un peu brutal de Loki ! Elle fait ça tout le temps. Tu as bien dormis sinon ? »

C'était étrange de voyager avec quelqu'un et ne pas partir brutalement le matin presque comme une voleuse !


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyJeu 29 Juin - 4:38

Edwyn et Boadicée mangeaient, et le plaisir que semblait prendre la rousse à goûter sa nourriture faisait sincèrement paisir au Bieffois, dont la bonne humeur ne semblait pas s'évanouir de sitôt. Il semblait qu'il venait d'être nommé cuisinier officiel de leur voyage, ce qui le faisait sourire. Il se surprenait presque de son entente avec la jeune femme, lui n'avait montré d'intérêt pour les armes dans lesquelles elle excellait. Pouvait-on faire plus étrange compagnie?

Lui-même apprécia la chaleur de son repas, bienvenue alors que la température retombait autour d'eux sur les Terres de l'Ouest, le froid cependant tenu en respect par le feu qu'il avait allumé, le rendant plus fort et plus grand une fois qu'il avait terminé de cuisiner dessus. La soirée se passait doucement, les deux voygeurs profitaient de la paix.

Mais la route reprendrait dès l'aube demain, et les humains tout comme les bêtes avaient besoin de repos. Acceptant avec plaisir la couverture que lui tendait Boadicée, il retira simplement la veste de cuir qui l'avait couvert durant la journée, dévoilant une simple chemise en dessous qu'il garda sur la peau avat de s'allonger. Il resta cepenant éveillé un long moment, écoutant les oiseaux noctures et admirant les étoiles. Il n'était pas prêt de se lasser d'un tel spectacle, qu'importe les années qu'il passerait encore sur les routes.

Le réveil fut néanmoins bien différent d'ordinaire. En effet le Bieffois fut réveillé en sursaut par les coups de langue vigoureux de Loki, qui semblait l'empêcher de dormir une seconde de plus. Passé la frayeur induite par cet inhabituel réveil pour lui, Edwyn rit et caressa la chienne, qui après s'être lêchée les crocs repartit vers sa maîtresse. Il commençait à s'habituer à cette aimable présence à ses côtés, qui d'ailleurs semblait l'apprécier. Sans doute sentait-elle qu'il ne serait jamais un danger pour Boadicée.

Il se redressa avant de s'étirer en tirant sur son poignet. Repoussant la couverture qu'il replia soigneusement pour la rentre à sa propriétaire, il se dirigea à son tour vers le ruisseau. Cherchant à se débarasser de la poussière, il défit sa chemise avant de se passer de l'eau sur la nuque, les épaules et le visage. La fraîcheur le revigora, il préférait cela à tous les bidets du monde.
Edwyn s'étira une nouvelle fois avant de remettre sa chemise.

Avec un sourire, il saisit au vol le fruit que Boadicée lui lançait avant de répondre:

-Bonjour à toi aussi! Le réveil fut surprenant, mais plaisant!

Mordant dans la poire, il remit sa veste avant d'harnacher ses affaires sur le dos de son cheval, lui aussi reposé pour la nouvelle journée de route qui s'annonçait.

-Nous partons quand tu veux!
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyJeu 29 Juin - 11:51

Je ris en voyant Edwyn s'essuyer copieusement la figure alors que Loki riait de tout ses crocs en le fixant. Je tapotais le flan de ma chienne en souriant avant de me tourner pour ranger mes affaires pendant que mon compagnon faisait sa toilette. Malgré l'envie de le regarder. Je me giflais physiquement. Non mais … Boa ! C'est quoi ce comportement de jouvencelle effarouchée ! T'as déjà vu des hommes nus ! Bon, surtout Ulwyck mais quand même ! C'est pas la première fois ! Je serrais un peu brusquement les sangles et Galitaca me donna un coup de tête. Je lui caressais le chanfrein en marmonnant une excuse. Je souris à Ed' qui s'était rhabillé et j'allais remplir les gourdes. Je serrais de nouveau les sangles plus gentiment avant de me hisser en selle.

« Nous partons alors ! La route est longue ! »

Galitaca était plus calme que la veille et accepta le pas et se soumit à mon commandement. Loki gambadait autour des deux chevaux. De nouveau je saisis mon poignet, le droit cette fois, et m'étirais de nouveau. Le sol d'ici était moins moelleux que celui du Bief, ou de l'Orage, mais au moins l'humidité ne se stockait pas dans l'herbe. Et on ne se retrouvait pas avec du sable partout comme à Dorne. Je levais la tête vers le ciel. Pas d'oiseaux aujourd’hui. Des nuages sombres. Oh ! Pitié ! Pas de pluie ! J'en avais déjà assez mangé dans l'Orage ! Et marcher toute la journée sous une pluie battante … Et le soir tenter de trouver un abris … enfin, ici une petite caverne devait bien se trouver facilement ! Mais après le bois , et se sécher. Je poussais un grognement en pensant à la pluie avant de secouer la tête. Il pouvait avoir des nuages sans qu'il ne pleuve dans la minutes tout de même. Distraitement je défis le bandage que Edwyn m'avait fait la veille avant de regarder la plaie. Il n'y avait rien de bien rave, juste une croûte, petite. Il s'était inquiété pour rien. Ce n'était pas une chute des petites pierres du haut de mon mètre cinquante qui allait avoir raison de ma carcasse.

Au détours d'un chemin, Loki s'arrêta soudain et je vis sa fourrure se gonfler. Je sentis l'odeur du sang présente et Loki bondit pour percuter un chien qui se jetait vers nous. Il était famélique, le pelage sale, la bave aux lèvres. Loki fit claquer ses mâchoires près de la bête enragé au pelage maculé de sang. Ma chienne esquivait sans attaquer, mais l'autre était très agressif. S'il était malade s'il mordait Loki je devrais l'abattre. Sans attendre je sortis mon arc et une flèche. La corde fouetta mon bras et le protège bras en cuir que je portais constamment. La flèche se planta dans le crane de la bête qui au milieu d'un saut s'écroula au sol. Loki recula prudemment et je la sifflais à mes pieds. Je posais pied à terre une flèche toujours encochée et je m'approchais. Plus de mouvement de respiration dans la carcasse du chien. Il était bien mort. Et ma flèche brisée. Je n'avais pas très envie de la récupérer. Je contournais le rocher et mon estomac se souleva. Le corps d'un homme était là, le sang éclaboussant le sol, il avait la gorge arrachée et es os éclatés, et au vu de l'odeur, bien deux jours qu'il était là. J'empêchais Ed' de venir d'un geste.

« On peut pas l'enterrer. Le sol est trop dur … et l'identifié y a pas assez. Tu as une idée de ce qu'on peut faire ? Le brûler peut-être … ça évitera d'attirer d'autres de ces bestioles … »

Pauvre homme … seul et il était tombé sur un chien qui l'avait tué. Finir sa vie dans un fossé tellement défiguré qu'on en perdait son identité, c'était moche. Vraiment. J’espérais ne jamais finir comme ça. Je m'essuyais les mains sur mon pantalon passant mon arc d'une main à l'autre. On ne savait jamais.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptySam 1 Juil - 9:04

La route reprit son cours, avec la bonne humeur qui semblait être le mot d'ordre de leur étrange compagnie. Ils ne croisaient personne ou presque, seulement quelques voyageurs qui ne leur jetaient qu'un vague coup d'oeil, vérifiant presque plus par superstition qu'autre chose qu'ils n'étaient pas des bandits ou des membres d'une quelconque Fraternité avant de se concentrer de nouveau sur leur propre chemin. Edwyn lui-même était indifférent à ces étranges compagnons, toute son attention portée sur sa route et sur Boadicée, mordant négligemment dans son fruit.

Mais soudain, alors qu'ils n'avaient croisé personne depuis un moment, quand Loki partit soudain comme une furie dans la direction d'une ombre que le Bieffois ne reconnut qu'une seconde plus tard comme un chien manifestement rendu fou par la rage. Il sortit immédiatement de sa manche sa dague longue, conscient qu'il ne fallait surtout pas se laisser blesser par une telle bête. Si son paquetage regorgeait de potions et autres onguents de sa fabrication, il n'ignorait pas les ravages que pouvaient faire cette maladie sur un être humain contaminé.

Heureusement, la guerrière des sables de Dorne ne se laissa pas décontenancer, et alors que sa chienne montrait les crocs, prête à en découdre, elle sortit son arc dont Edwyn l'avait déjà vu faire un usage pour le moins impressionnant. La flèche partit, et dans un sifflement toucha la pauvre bête, qui s'effondra avant d'avoir l'occasion de blesser qui que ce soit. Retenant un soupir de soulagement, l'inutile musicien rengaiga sa dague avant de s'approcher de ce que Boa avait vu malgré son avertissement.

Il découvrir le cadavre d'un pauvre hère, à la gorge déchiquetée et aux yeux arrachés par les oiseaux. Il avait eu une mort particulièrement violente et douloureuse, au vu du sang qui maculait la triste scène. Le coeur du doux Bieffois se serra à telle vue, non pas tant dégoûter parce qu'il voyait qu'attristé par la découverte de tannt de douleur.

Cela le ramena contre son grè, l'espace d'une seconde, au charnier qu'il avait découvert sur les propres terres de sa famille à l'issue de la bataille de Cendregué, alors qu'il n'avait pas plus de dix ans. Son imagination, jusque là échauffée par les hurlements et les sons d'acier qui avaient été sa seule réelle compagnie des heures durant, n'avait pas pu seulement approcher l'horreur qui était celle du champ de bataille quand tout fut fini, armées loyales au Tyrell ou aux Baratheon indifféremment agonisantes dans des suppliques communes à tout être humain. Il serrait sa petite soeur dans ses bras pour l'empêche d'assister à tout cela, mais lui n'avait rien manqué.

Il tourna les yeux vers Boadicée qui s'interrogeaient sur qu'ils devaient faire du malheureux. Ils ne pouvaient pas l'enterrer, pas sans le matériel nécessaire et avec une terre aussi dure. Le brûler semblait effectivement la meilleure solution, et il acquiesca donc auprès de son amie.

Edwyn s'en alla donc ramasser des branchages secs qu'il ordonna en une sorte de cercle autour du cadavre. Cela prit un certain temps mais il tenait à faire cela correctement. Quand il fut certain du résultat, il fit alluma une torche pour enflammer ce bûcher improvisé, qui bien vite flamba très haut. En ancien apprenti septon qu'il était il se mit à déclamer quelques mots.

-Quand vient notre heure, les Sept accueillent en leur sein aussi bien les Reines et les Rois que les voyageurs sans nom. Quel que soit ton nom et quelle que soit ton histoire, que l'Etranger vienne te chercher pour t'emmener auprès d'eux, là où se trouve maintenant ta place. Retrouve la bienveillances des bras de la Mère et le jugement du Père. Mets un genou à terre devant leur divin piédestal et vois la fin de tes souffrances et de tes peurs.

Il resta à psalmodier à voix basse quelques prières jusqu'à ce que le brasier s'éteigne. Cela n'était certe pas à une cérémonie convenable, mais il espérait néanmoins que cela apporte un peu de réconfort à l'âme du défunt.

Quand cela fut fini, il se tourna de nouveau vers la jeune femme. Si ses souvenirs sontt bons, elle adorait les Anciens Dieux conformément à son enfance Nordienne, et il espérait ne pas l'avoir offensée avec ses prières, même si la tolérance religieuse de ceux qui priaient les barrals n'était plus à prouver et tenait du record.

-Nous avons fait ce que nous avions à faire. Son sort est maintenant entre les mains des Dieux, quels qu'ils soient.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptySam 1 Juil - 18:21

J'aidais Edwyn à préparer un bûchers pour l'inconnue, il fallait éviter que l'odeur n'attire d'autre charognards ou chiens enragés. Je ne dis rien lorsque Edwyn pria les sept, je recommandais pour ma part cet pauvre être aux anciens. J'avais une théorie que j'avais hâte de soumettre à Daemon, par écris de préférence, comme quoi les Sept étaient crée par les Anciens pour rassurer les mortels, et que ces nouveaux dieux étaient donc soumis aux anciens. Voilà quelque chose qui ne lui plairait sûrement pas. J'en eu un sourire d'avance. Que je fis bien vite disparaître. Ce n'était pas le moment de penser à ça. Je hochais distraitement la tête en écoutant Edwyn revenant sur mes pas pour tirer je plus loin possible le cadavre de la bête. Je me rinçais immédiatement les mains et allais voir Loki. Elle n'avait aucune marque de crocs s'étant contenté d'esquiver et de grogner pour me laisser tirer, mais j'avais voulu m'en assurer.

Je repris les rênes de Galitaca d'un mouvement de poignet et la fis passer le feu. Je devinais qu'elle arquait le dos même sans être dessus. Si Loki détestait les bateaux c'était bien le feu que ne supportait pas ma jument. Dans l'Orage, elle était restée le plus loin possible du feu, tout en restant dans les grottes. Je ne la forçais nullement. Je lui flattais l’encolure lorsqu'elle fut passer. La puanteur de la chair brûlé commençait à être très forte et elle s'agitait. Remettant pied dans l'étrier je me hissais de nouveau à cheval et repris mes rênes. Je savais qu'il y avait des superstitions comme quoi l'âme du mort pouvait appeler les vivants et les conduire tout droit dans l'au delà. Je ne savais pas si cela était vrai, mais ne tentons pas les enfers.

Après un dernier regard au bûcher je pressais les flancs de ma jument qui se mit aussitôt au trot, tirant sur les rênes pour passer au galop, mais je la tenais bien. J'avais quand même hâte de m'éloigner des flammes, de l'odeur et des tâches de sangs qui couvraient la route, fruit de notre court affrontement contre le chien. Je tournais le regard vers Edwyn qui était aussi blanc que la faïence d'un bidet et qui semblait avoir mordu d'un coup dans une betterave. Cet épisode lui avait il fait revire de mauvais souvenirs ? Je me fichais de tuer, je l'avais déjà fais des dizaines de fois, et contrairement à certains, je ne plaçais pas ma vie sur un piédestal, si un ennemi demandait grâce, je le laissais généralement fuir, ou inconscient sur le sol. Je fixais le jongleur qui me servait de compagnon de route et de cuisinier. Sa mine si joyeuse habituellement, me faisait actuellement penser à un Inséparable, un oiseau qui n'avait qu'une compagne de toute sa vie, qui avait perdu son âme-sœur. D'un mouvement de poignet je fis se rapprocher ma jument de la monture d'Edwyn

« Ed' ? Ça va ? On dirait presque que tu as vu un fantôme. »

Je ne saurais dire pourquoi mais j'avais l'impression qu'il serrait les mâchoire à s'en faire éclater les dents. Mais je n'en étais pas sûre. Je posais une main sur le poignet d'Edwyn inquiète pour lui. Nous chevauchions presque jambes contre jambes et je cherchais de mon regard désassorti celui azur de Edwyn.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyDim 2 Juil - 4:09

Edwyn avait eu l'habitude de côtoyer la mort au court des 25 ans qu'il avait passé en Westeros.. Certes, il ne l'avait jamais infligée à quiconque par lui-même, même s'il y avait dans ses affaire suffisamment de substances toxiques pour, si elles étaient mélangées ensemble, empoisonner tout une Cour. Cependant, le peu de temps qu'il avait vécu en tant que septon, et son enseignement de la médecine à Villevieille lui avait fait approcher la mort de très près. Il n'y avait en lui aucune superstition sur la potentielle persistance d'âmes errantes ou du dangers pour les vivants de les approcher de trop près. Cela faisait des années que la mort ne l'effrayait plus.

Mais peut-être était-ce la violence de la scène, et du décès qu'avait du vivre ce pauvre hère, le ramené non pas à Villevieille, mais à Cendregué. Il pouvait presque encore sentir l'étreinte de sa petite soeur Ellery contre lui, le parfum de ses cheveux et la violence de ses tremblements alors que l'assourdissant vacarme se faisait entendre au dessus de leurs têtes. Il pouvait encore sentir la force avec laquelle il la maintenait contre lui, quand tout fut fini, pour l'empêcher de regarder l'immonde charnier qu'était devenu leur paisible foyer, le sang qui gorgeait maintenant leurs champs de fleurs et les oiseaux charognards

Le Bieffois se rendit compte que la triste scène à laquelle il venait d'assister ne l'attristait pas tant à cause de la mort qu'il avait côtoyé alors qu'il n'était qu'un enfant, mais lui rappelait plutôt la souffrance de sa petite soeur qu'il avait tant aimé. Lui-même aurait été prêt à subir toutes les douleurs du monde, si cela avait pu en épargner Ellery. Elle lui manquait tellement. Quel horrible grand frère il était, à l'avoir fait descendre de son piédestal pour partir sur les routes.

Edwyn ne reprit contact avec la réalité que quand il sentit une pression sur son poignet. Relevant ses yeux clairs, il rencontra le regard de Boadicée, qui avait posé une main sur son bras en signe de sollicitude. Il sourit brièvement reconnaissant à la jeune femme d'être présente et de l'avoir sorti de ce trouble momentané qui ne lui ressemblait au final que très peu. Un jour sans doute, lui parlerait-il de sa petite soeur.

-Oh, pardonne moi, je me suis perdu dans mes pensées. Pas que je n'ai pas l'habitude de voir des morts, mais cela m'a rappelé la bataille qui a eu lieu sur les terres de ma famille pendant la Rébellion. Ce sont de lointains souvenirs.

Reprenant son habituelle gestuelle nonchalante, Edwyn saisit un fruit dans son paquetage pour le lui proposer, son autre main s'étant doucement dégagée de celle de Boadicée pour prendre sa main dans la sienne. Pourquoi faisait-il cela? Il l'ignorait, mais cela lui importait peu. Il demanderait simplement pardon en toute sincérité si la guerrière des sables de Dorne prenait ombrage de tant de témérité. Mais après tout il venait de lui montrer un trouble qui chez lui tenait du record.

Ils s'étaient bien éloignés du bûcher funéraire, et ils ne sentaient plus dans l'air le lourd parfum de la chaîr brûlée, ce qui permit imperceptiblement à la compagnie de se détendre. Même leurs montures semblèrent l'apprécier, ce que le Bieffois pouvait comprendre.

Levant les yeux vers le ciel, le Bieffois se rendit compte que cet imprévu leur avait prit pas mal de temps, et que le soleil avait bien avancé dans le ciel. Il leur faudrait sans doute hâter la cadence si Boadicée souhaitait arriver à temps à la Dent d'Or pour voir son frère. Ses préoccupations se tournaient de nouveau vers l'avenir.

-Je pense qu'il nous faudra nous hâter, cela nous a fait prendre du retard. Il ne reste plus beaucoup de temps avant que le soleil ne descende, je te propose une petite heure au galop avant de trouver un endroit pour dormir, qu'en dis-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyDim 2 Juil - 12:16

Edwyn me rassura lorsqu’il me parla du charnier qui c'était passé sur ses terres plus jeune. Je lui serrais d'avantage le poignet. Je ne me souvenais guère de cette période à dire vrai. Et Fort Terreur avait été plutôt épargné par les affrontements. Les armées du sud n'aimaient pas le nord.Je pris avec reconnaissance le fruit qu'il me tendit mais je restais surprise quand il me prit la main. Il en avait des grandes fines, et peu couverte de cal ou de cornes contrairement à moi. C'était . Rassurant de sentir sa grande main autour de la mienne. J'avais des petites mains affreuses. Je croquais dans ma pomme pour cacher mes joues toute rouges. Il fallait vraiment que j'arrête ça ! La distraction qu'il me proposa pour une course d'une heure me fit sourire

« Avec plaisir ! »

Je dégageais, à contre-cœur, ma main de celle d'Edwyn d'un mouvement du poignet avant de regarder Loki qui fit claquer ses crocs je savais qu'elle nous rattraperait sans difficulté une fois arrêté ! Je rassemblais mes rênes et soufflais quelques mots à l'oreille de ma jument. Une seule pression des genoux et la foulé de ma jument s'allongea. Je me dressais sur mes étriers et me couchais sur l’encolure puissante de l'animal que je stimulais de temps en temps. Je l'empêchais de prendre le grand galop, pour qu'elle ne s'épuise pas mais elle était au galop et cela lui suffisait. J'avais l'impression de voler plus vite que les oiseaux. Galitaca semblait inépuisable mais je sentais son encolure se courir de sueur et son cœur battre plus vite. Je finis par à la fin de l'heure par tirer sur les rênes et Galitaca ralentit avant de se mettre au pas et de secouer la tête. Je frissonnai à cause de la fraîcheur de la nuit qui allait tomber. Je regardais autour de moi. Petite rivière ! Mais pour le feu cela serait difficile. Je mis pied à terre et conduisis notre petite troupe jusqu'au ruisseau. Je détachais la selle de ma jument et la laissais boire en frottant sa robe couverte d'écume jusqu'à ce sa robe soit parfaitement sèche.

« Je m'occupe du bois ce soir Ed' ! Je reviens. »

Je lui souris avant de m'éclipser pour trouver cette denrée rare. Et effectivement je mis longtemps à trouver assez de bois pour la soirée, et j'eus le droit à quelques écorchures et échardes dans la peau, mais je reviens quand même et je ris en voyant Loki avoir la tête posait sur les genoux d'Edwyn en lui montrant son ventre pour qu'il la câline. Elle se redressa et vient me lécher les doigts avant que je n'allume le feu. Je poussais un soupire de soulagement. Ce n'était pas que j'avais froid … mas quand même il ne faisait plus très chaud. J'attrapais Loki pour la serrer contre moi et me réchauffer un peu. Elle se laissa tomber de tout son poids contre moi et je perdis l'équilibre et je m'allonger au sol, ma chienne sur mon ventre. j'éclatais de rire et la repoussais quand elle me lécha la figure. Je roulais sur le coté et elle revient poser ses pattes sur mon flanc en mettant sa truffe froide dans mon cou. On se bagarra en riant chacune à notre manière avant qu'elle ne se laisse tomber épuiser. Je m'assis près d'elle. J'avais chaud maintenant je rougis un peu, encore qu'avec les joues rouges de chaleurs cela ne devait pas se voir, en regardant Edwyn.

« Désolé, j'ai dû te paraître puérile. À jouer au lieux de t'aider. Tu veux que je fasse quelque chose ? »


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyLun 3 Juil - 4:14

Ces moments de galops étaient toujours un plaisir pour Edwyn, qui retrouvait des sensations capables de secouer son corps entier d'un doux enthousiasme. Lui d'ordinaire si calme, se sentait parcouru par l'adrénaline, et se donnait l'impression de pouvoir s'envoler comme un oiseau pourvu qu'il en formula la volonté. Son cheval avait de plus été dressé par les palefreniers de Cendregué, et son père aimant particulièrement la course, la monture avait été habituée et même friande de telles accélérations, qu'elle tenait donc sans rechigner, parfois même décidée à atteindre des records.

Mais bien sûr, aucun des deux n'étaient inépuisables, et il fallut bien s'arrêter alors que le soleil commençait sérieusement à décliner. Un coup d'oeil sur la carte apprit au Bieffois qu'ils avaient pu ainsi rattraper une partie de leur retard, mais qu'ils devraient garder une allure rapide le lendemain pour ne pas arriver en retard à la Dent D'or. La date était indifférente à Edwyn, mais il connaissait l'empressement de Boadicée à retrouver le capitaine des Manteaux Rouges.

Un autre regard, circulaire celui-ci, lui apprit qu'ils avaient trouvé une petite rivière, ce qui serait parfait pour se désaltérer, mais rendrait difficile la recherche de bois sec pour du feu. Cela semblait pourtant important, il ne faisait pas suffisament la nuit pour qu'ils se contentent d'une soirée sous les étoiles.

Il acquiesça quand la Dornienne lui proposa gentiment d'aller chercher du bois tandis qu'il débarassait son cheval de son chargement et le faisait boire. Il n'en parlait pas comme Boa parlait de Galitaca, mais la bête était tout de même avec lui depuis bien longtemps, et il se souciait sincèrement de son bien-être. Une fois cela fait, il ouvrit son sac contenant la nourriture achetée à Castral Roc et commença à les préparer à la lumière baissante pour le repas soit prêt le plus vite possible. Après tout, ils commençaient sérieusement à avoir les crocs.

Boadicée revint avec du bois et se chargea d'allumer le feu tandis que Edwyn continuait rapidement à préparer quelques fruits et légumes qu'il lançait dans une petite casserole et mélangeait avec des herbes qu'il ramassait souvent sur la route. Il observait également du coin de l'oeil la guerrière des sables de Dorne et sa chienne parties dans une bataille avec un petit sourire amusé. La joie de vivre restait au rendez-vous dans leur étrange compagnie, et Edwyn se rendit compte qu'il pourrait rester longtemps comme ça, à cuisiner en regardant Boadicée rire et s'amuser ainsi. La scène comportait une sorte de beauté à laquelle il n'avait jamais été confrontée par le passé.
Ou plutôt si, cela lui rappelait quelques instants enfouis au plus profond de sa mémoire: Avant que la bataille de Cendregué ne ravage leur foyer, ses parents et ses frères étaient tous beaucoup plus...doux, plus ouverts. Même s'ils ne se comprenaient, ils avaient pu passer tout de même quelques bons moments ensemble.

Edwyn secoua la tête quand Boadicée lui présenta ses excuses, tout en plaçant la casserole sur le feu:

-Ne t'excuse pas, c'était très amusant à voir! Et comme tu peux voir, c'est presque prêt de toute façon!

Assis en tailleur prêt du feu, le Bieffois sortit les bols. Ils n'étaient plus qu'à deux jours environ de la Dent d'Or s'ils gardaient une cadence rapide, et demain trouveraient-ils sans doute une auberge pour reposer leurs dos fourbus, mais ce n'était pas une raison pour ne pas profiter de l'instant présent, au contraire!

-Nous seront bientôt à la Dent d'Or. Que comptes-tu dire à Daemon Sand quand tu le verras?
¨
Il lui avait tendit son bol prêt en lui posant cette question. Cinq ans de séparations, c'était long, surtout pour un Dornien dans les peu tolérantes Terres de l'Ouest sujettes à certaines supertitions sur les peuples d'au delà des Marches tout comme les Bieffois. Sans doute auraient-ils beaucoup de choses à se dire.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyLun 3 Juil - 14:19

Je pris le bol de fruits et de légumes en souriant et engloutis une cuillère qui resta dans ma bouche une seconde quand Edwyn posa sa question. Je la retirais après quelques secondes et mâchais très lentement ma bouchée, savourant la saveur du plat. Honnêtement je n'avais pas la moindre idée de ce que j'allais lui dire. Je ne voulais rien prévoir, je n'avais pas la moindre idée de comment aller se passer la rencontre. Je jetais un regard vers mes sacs où étaient caché les cadeaux que je réservé à l'oiseau[/] de mes recherches. Je déglutis la soupe qu'était devenue ma bouché que j'avais mastiquée trop longtemps à force de réfléchir. Je l'avais avant de répondre lentement.

« Je n'ai pas réfléchis à ce que j'allais lui dire. Cela fait cinq ans que je ne l'ai pas vu, il a sans doute changer et il n'est plus le petit Daemon que je connaissais. Je verrais sur le moment, il y a beaucoup de choses à dire. »

Je touillais un peu mon repas. Edwyn m'avait quelque peu rendu nerveuse en me parlant de ça. Je finis malgré tout mon bol avant de donner du travail aux [i]crocs
de ma chienne en lui donnant quelques morceau de viandes qu'elle dévora en un grognement ravie. Je restais à genoux près d'elle en frottant son échine poilu et elle finit d'engloutir son repas. J'entendis soudain un petit ploc et Galitaca releva la tête. Une petite goutte tomba sur ma main. Et merde … la pluie. Je sifflais ma jument et j'étais heureuse qu'on soit près d'un surplomb pour se protéger. Je pris la crinière de ma jument et la guidais dans l’abri. Rapidement il se mit à délugé. Et le temps que je retrouve mes affaires j'étais trempée. Bon ! Et bien, je n'aurait pas trop besoin de me laver demain matin. Je secouais la tête en rentrant dans l’abri. Je grelottais déjà.

Et il ne nous restais qu'un tout petit peu de bois. Je tournais le dos à Edwyn pour ôter mes vêtements et les tordre pour en extraire le plus d'eau possible. Niveau intimité ce n'était pas le meilleur, mais on faisait avec. Et puis la nudité ne me dérangeait pas plus que ça, même si j'avais un corps avec un nombre record de cicatrices petites ou non. Je tordis une nouvelle fois mon pantalon avant de l'étaler au sol, pas sûr que ça sèche mais au pire, je ferais sécher sur mes sacs demain, sinon cela attendrait une auberge. Je tirais une couverture épaisse pour m'enrouler dedans et ma chienne vient se blottir contre moi pour me tenir chaud. Je tordis ma natte, peu d'eau heureusement.

« À Dorne l'eau est une denrée rare est plus précieuse que l'or, mais je préfère la neige à la pluie ! Bon sang ! Tu parle d'une averse expresse ! Dans une heure cela sera finit ! »

Je secouais la tête et frottais Loki en m'appuyant contre le mur de la caverne en serrant la couverture autour de moi. Malgré Loki et la couverture, j'avais froid. Mais c'était à cause de l'humidité et mes pieds nus sur le sol. Je tirais ma couverture sur eux et dodelinais un peu de la tête. Je commençai à être fatiguée. Et demain s'était levé tôt ! Ah … Bientôt je verrais Daemon, du moins c'était ce que j’espérais. Je couvris ma bouche de mon poignet lorsqu'un bâillement m'échappa. Ah, j'aurais aimé entendre Edwyn chanter un peu.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMar 4 Juil - 4:18

L'étrange duo mangeait tranquillement tandis que Edwyn interrogeait son amie sur ce qu'elle pensait dire à son frère Daemon, lors de leur arrivée imminente à la Dent d'Or. La question semblait difficile pour Boadicée, ce que le jeune homme pouvait comprendre. Cinq ans et un continent de séparation pouvaient sembler un gouffre infranchissable, même aux âmes les plus proches. Il n'insista pas en voyant le trouble qu'avait créé son interrogation chez la guerrière. Ilne tenait certainement pas à la mettre mal à l'aise, et il choisit donc de se concentrer sur son bol et sur le chant des oiseaux.

Mais leur repas fut rapidement interrompu par des torrents de pluie qui s'abattirent sur eux. Edwyn et Boadicée entraînèrent donc les chevaux sous le couvert d'un arbre tandis que leurs vêtements leurs collaient déjà à la peau. Il serait bien difficile de refaire du feu après ce déluge! La nuit était donc partie pour être froide et humide, même si la pluie en tant que telle ne durerait sans doute pas longtemps.

Imitant son amie, Edwyn se retourna et ôta sa veste et sa chemise, tellement trempées toutes deux qu'elles ne lui donnaient que plus froid encore. Il les essora et les mit à sécher. Il n'en fit cependant pas autant avec ses chausses pour ne pas gêner Boadicée. Il resta donc ainsi, se passant régulièrement une main dans les cheveux pour chasser toute l'eau qui alourdissait sa tignasse blonde.

-Dans le Bief, il pleut également beaucoup, ce qui permet à la végétation luxuriante de la région de fleurir, mais également sur de très courtes périodes. Le soleil règne dans le ciel la plupart du temps.

Le barde s'étira longuement en tirant sur ses poignets comme si le froid lui était indifférent, ce qui n'était pas totalement vrai pour autant. Après s'être également malaxé les épaules pour les détendre, il attira à lui la seconde couverture qu'il passa autour de ses épaules avant de se tourner de nouveau vers son amie.

-Ne t'inquiètes pas trop, à propos de Daemon. Je suis sûr que vos retrouvailles se passeront très bien.

Edwyn n'était pas certain de réellement parvenir à rassurer Boadicée à ce sujet. Mais de toute façon, elle n'aurait aucun réel soulagement avant d'avoir vraiment pu échanger avec le capitaine de Tywin Lannister. Le Dornien semblait trop cher à son coeur pour cela. Cette sensation n'était plus vraiment connue du Cendregué depuis un moment, lui qui s'était détaché des liens de son passé pour vivre comme il l'entendait. Cependant, l'attachement soudain qu'il ressentait pour la Dornienne l'inquiétait autant qu'il lui plaisait. Tout comme il l'avait, presque une éternité auparavant, à lady Serrett à Montargent, il n'était un bon compagnon pour personne en Westeros. Et puis, ce n'était pas comme si c'était seulement possible! Boadicée avait une famille, des responsabilités à la Gracedieu, là où lui avait tout abandonné, même son nom que tant d'autres placeraient sur un piédestal.

-Essaye de dormir un peu. Quand la pluie sera calmée, j'essaierai de trouver quelques branches sèches pour faire du feu et nous réchauffer. Nous avons encore de la route à faire, mais nous arrivons bientôt.

Il adressa à Boadicée un sourire encourageant, presque par superstition, pour la rassurer. Nul doute que ces retrouvailles porteraient leurs fruits. Mais dans l'immédiat, il était temps de prendre un peu de repos, et Edwyn s'allongea avant de fermer les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Tumblr_pauhr3vV4L1rhgbqpo4_250
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick Arya Stark Sacha
Messages : 793
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 EmptyMar 4 Juil - 12:11

Edwyn lui aussi avait été trempé, contrairement à moi qui ôta tout mes vêtements pour m'enrouler dans une couverture épaisse presque aussitôt, il resta torse nu quelques instants à tirer sur ses poignets et je profitais de cette occasion pour, en virant à l'écarlate, l'observer plus en détaille. Comme moi il avait un squelette d'oiseau mais ses muscles étaient bien dessinés et présents. C'était très agréable à regarder, il fallait l'avouer ! Mais je détournais vite les yeux en hochant la tête et en remontant la couverture jusqu'à mes oreilles. Même si dans la nuit il ne devait rien voir.

« Merci Ed' »

je l'entendis s'allonger et Loki vient près de moi, je devinais qu'elle souriait de tout ses crocs en me regardant. Je sortis mes deux bras hors de la couverture pour entourer son échine épaisse et poilu et enfouit mon visage dedans en me mordant la lèvre. Que m'arrivait-il. Voir des torses d'hommes me faisait rougir certes mais pas de cette manière habituellement. J'avais l'impression de mettre Edwyn sur je ne sais quel piédestal au dessus de tout le monde. Je devais serrer un peu fort Lpku qui poussa un grognement et je relâchais mon étreinte. Ma chienne me donna un coup de langue et je tirais un sac sous ma tête avant de me rouler en boule pour m'endormir en écoutant la respiration calme d'Edwyn.

Loki me réveilla un peu avant l'aube et dehors la pluie avait disparu depuis longtemps. Ne restait qu'un ciel où des vestiges des nuages de pluies se traînaient paresseusement. Je touchais mes vêtements de la veille, humide encore. Je fouillais dans mes sacs pour dénicher une nouvelle tenue et je croquais un fruit en attendant que Edwyn se lève. Je sellais nos chevaux et bientôt on se remit en selle. Galitaca était fâchée à cause de la pluie mais elle se soumit sous ma main et d'une pression de genoux on s'élança au galop sur la route en riant comme deux enfants.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne
» Un nouveau compagnon de route

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: