RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 8 & 9 est disponible par ici Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Conflans et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
La MAJ aura lieu le week end du 23 et 24 novembre Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  3725701551

Partagez
 

 Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyJeu 22 Juin - 18:43

An 298 lune 12 semaine 4

Je repoussais mes couvertures d'un geste large. Le soleil commençait à se lever mais dans ce fichu pays, presque comme à Dorne, plutôt on partait mieux cela valait pour nous. Je passais les mains dans mon abondante chevelure avant de la relever en partie par mon foulard, comme à Dorne. Je passais des vêtements légers pour la route. J'avais réussis à savoir que Daemon allait à la Dent d'Or. Du coup j'avais proposé à Edwyn qui avait accepté d'y aller avec moi. J'aimais beaucoup Edwyn qui était un homme remarquable et intéressant. Un genre d'homme bien trop rare et j’espérais qu'il passerait beaucoup de temps avec moi pour ce voyage ! Je finis de ranger mes affaires avant de sortir dans le couloir désert. Je montais frapper à la pore d'Edwyn avant de descendre dans la grande salle commune.

Elle était déserte et la fraîcheur de la nuit était présente. Je souris. La tavernière était debout, je pris rapidement mon assiette et une pomme. Je gardais le fruit et payais ce que je devais à la bonne dame avant de sortir dans la cour pavée de l'établissement. Levant les yeux vers le ciel bleuâtre je vis des oiseaux voler bas. Aucune idée si cela signifiait qu'il allait faire chaud ou non aujourd'hui. De toute manière mes gourdes étaient pleines d'eau. J'ouvris sans bruit la porte de l'écurie et Galitaca poussa un petit hérissement. Je pris ma selle et mon filet pour les poser sur la porte de la stalle.

Je me glissais dans le petit box et ma jument renifla le fruit dans ma poche et je ris. Je lui donnais en lui caressant le chanfrein. Loki se redressa souplement et vient se frotter comme un chat contre moi. Elle avait adoré Edwyn dés qu'elle l'avait vu. Ma chienne lui avait presque sautait dessus pour lui lécher le visage à l'en faire tomber sur les fesses. J'avais dû la tirer en arrière puis elle était redevenu plus calme. Je lui frottais avec plaisir son pelage épais avant de nettoyer sa fourrure des brins de paille qui c'était coincé dedans. Elle me donna un grand coup de langue sur le visage et je m'essuyai d'un mouvement du poignetavant de servir de l'eau à mes bêtes. Je brossais avec soin la belle robe caramel et les crins argentés de Galitaca. Je vérifiais ses membres fins et puissants. Elle allait bien. Parfaitement bien. Je posais ma selle sur le tissu léger, qui était en réalités un drap que j'avais tenté de brodé, que je posais avant la selle sur le dos de ma jument. Je serrais les sangles avant de passer le filet à ma jument. Je fis attention à ne pas cogner le mors contre les dents de ma jument. Elle se mit à le mâchouiller avant de replonger le nez dans l'eau.

Loki se redressa et gratta à la porte de la stalle. Je tournais la tête et je l'ouvris pour que Loki sorte … rejoindre Edwyn. Elle lui fit en silence la fête avant de revenir vers moi toute joyeuse. Je posais les sacs sur le dos de ma monture avant de les attacher. Je me retournais enfin vers Edwyn

« Bonjour ! Bien dormis ? En forme pour la route ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyVen 23 Juin - 10:37

Quand Boadicée toqua à sa porte avant de descendre, Edwyn était réveillé depuis un moment déjà. Assis dans le renfoncement de la fenêtre, il regardait le début de l'aube au sommet des Terres de l'Ouest, quand les lumières dorées de l'aurore pouvaient illuminer même les plus mornes plaines. Depuis qu'il savait tenir un pinceau, le Bieffois était fasciné par les jeux de lumière capable de rendre magnifique même le plus commun, même le plus banal, qui prenait alors une beauté insoupçonnée.

Quand les coups à la porte retentirent, le musicien s'extirpa de ses pensées pour se relever. Il s'étira négligemment, se passa un peu d'eau sur le visage dans une bassine posée sur une sorte de bidet de faïence, avant de quitter le simple pantalon en toile qui lui avait servi pour dormir avant de se vêtir d'une chemise sous une veste de cuir fermée et un pantalon de voyage. On était loin de l'extravagance que le Bieffois affichait de temps en temps quand ses finances le lui permettaient, cependant une journée de voyage e profilait devant eux, et même lui privilégiait le confort de temps à autres. Quoi qu'il en soit, sa crinière blonde, ses yeux bleus et ses traits d'Essos le démarquaient déjà suffisamment comme cela.

Il descendit dans la salle encore déserte de la taverne, sans y trouver sa compagne de voyage venue des sables de Dorne. Cette dernière s'était trouvée d'une très agréable compagnie, même pour l'étrange troubadour qu'il était. Il était surprenant, même pour lui, que deux personnes si différentes parviennent à si bien s'accepter dans les moments particuliers que représentaient ceux du voyage. Lui qui vivait seul depuis si longtemps, en était le premier ravi.

Imitant sans le savoir sa compagne Dornienne, il prit un fruit à la tavernière avant de se rendre vers l'écurie. Nul doute qu'il trouverait Boadicée là bas, à prendre soin de sa jument.
Mais c'est Loki qu'il vit en premier, alors qu'elle se précipitait sur lui. Le Bieffois ne se gêna pas pour l'accueillir comme il se doit. L'animal et lui s'étaient très bien entendus depuis la seconde de leur rencontre et ne lui avait jamais seulement montré les crocs. Edwyn mit donc un genou à terre pour la caresser vigoureusement tandis qu'elle lui faisait la fête de bienvenue.

La jeune femme lui souhaita le bonjour et lui demander s'il était prêt pour cette journée de voyage. Edwyn se releva en s'époussetant avant de lui adresser un sourire.

-Bonjour, Boadicée. Je suis toujours prêt pour la route comme vous le savez!

Il savait que la Dornienne était toujours à la recherche de son frère -ou du moins de celui qu'elle considérait comme tel-, le Capitaine des Manteaux Rouges de Tywin Lannister. C'était pour cette raison qu'ils se rendaient maintenant à la Dent d'Or, où la rousse pensait trouver le dénommé Daemon Sand. S'il semblait aussi intransigeant que semblait le dire le garde, ce soir là dans la taverne, nul doute qu'ils ne trouveraient aucun contrebandiers sur la route.

Edwyn se dirigea ensuite vers son propre cheval, dont il se chargea de préparer la selle et un peu d'eau fraîche supplémentaire en prévision du voyage. Dans ses vêtements de simple voyageur lui convenaient aussi bien que les atours de luxe riches aux bieffois, et il prenait soin de sa monture avec autant d'attention qu'il passait ses doigts sur sa lyre ou sur une harpe, là était toute sa contradiction. La beauté était seule sur son piédestal, nullement la richesse ou la pauvreté.

De longues heures de route se profilaient devant eux, et nul doute qu'ils auraient tout le temps d'échanger tout leur saoûl sur leurs histoires respectives, ce qui promettait d'être passionnant, il n'en doutait nullement.
Une fois les préparatifs achevés, le cheval sellé et la lyre précautionneusement attachés au dessus des autres quelques affaires du Bieffois, il était temps de se mettre en route. Le troubadour se hissa en selle d'un geste souple qui témoignait de l'immense habitude, et se retourna pour lancer à sa compagne de voyage avec un sourire

-Quand vous voulez! La Dent d'Or n'attends plus que nous!
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyVen 23 Juin - 11:46

Edwyn était bien habillé, mais moins que certains jours. Ses vêtements étaient de bonne facture et semblait confortable. Au moins il montrait qu'il avait déjà bien voyagé ! Il savait choisir ses vêtements contrairement à certains. Même si Loki les avait déjà salit avec sa fourrure pleines de poussière de paille. Et quand elle s'ébroua devant moi je lâchais un petit éternuement quand la poudre vient me chatouiller le nez. Je caressais le bois patiné de mon arc. Je m'en étais tant et tant servit que le bois à causse de ma sueur était presque devenu aussi blanc que la faïence d'un bidet . même si parfois le bois était légèrement taché de rouge à certains endroits. Ça c'était à force de tirer à l'arc à en avoir des glauques et ne même pas s'arrêter. En tout cas, j'étais heureuse de peut-être avoir une chance de revoir mon petit Daemon. Il était maintenant sur le piédestal qu'il avait souhaité, bien que j'aurais parié qu'en avoir un plus haut lui plairait comme se voir ceint du nom des Allyrion. J'effleurais mon foulard avant de faire sortir ma jument de son box.

C'était toujours étrange d'entendre Edwyn me donner du vous. Il fallait vraiment que je pense à lui demander de dire tu. Cela me gênerais moins. Galitaca, en bon cheval du désert, n'aimait pas être enfermé, même pour quelques jours de repos. Aussitôt en dehors de sa stalle elle se mit à tirer sur ses rênes et à danser sur place en tournant autour de moi. À croire qu'elle était le fruit de l'union d'une tempête de sable et d'une jument sauvage. Je la maintien sans trop de difficultés. Elle restait relativement sage avec moi. Elle avait plus de mal avec les total inconnu. Mais fallait-il déjà qu'ils s'approchent. Si je laissais Loki avec Galitaca c'était parce que j'avais peur que des contrebandiers tentent de s'en prendre à ma jeune jument. Avec Loki, j'étais tranquille au moins. Je souris quand Edwyn m'affirma être prêt. Et après avoir ouvert la porte je cherchais des yeux une botte de foin ou autre avant de me résoudre à plus sauter sur le dos de ma jument que de m'y hisser avec grâce et souplesse. Maudite petite taille ! Même avec Galitaca qui n'était pourtant pas très grande, elle me mettait quand même plus de dix centimètres au garrot, je devait sauter pour grimper sur ma selle. Je flattais l'encolure de ma monture qui s'ébroua de ravissement.

« Et bien Edwyn si vous êtes près, il est l'heure d'y aller ! »

D'une pression des genoux je laissais ma jument se mettre à trotter flanquée de Loki qui prit la tête de notre de petite équipe. La progression dans les rues vide à cette heure du jours était plus que facile, et seuls quelques mendiants qui partageaient leur bout de pain rassis avec quelques oiseaux levaient la tête vers nous. Je les saluais d'un mouvement de tête en les prenant en pitié. Mais je ne pouvais rien faire du haut de mon statue de bâtarde. Je ne parlais pas. Le silence des rues étaient uniquement brisé par le claquement des sabots de nos chevaux sur les paves. Les gardes nous laissèrent passer sans poser la moindre question. Je crus reconnaître le garde ami de l'olibrius qui avait permis notre rencontre avec mon nouveau compagnon.

Dés les portes franchit, Loki s'élança sur la route avant de revenir vers nous. Elle aussi préférait les espaces au box ou au ville. Galitaca renâcla entre mes jambes mais je la maintiens fermement au trot. Elle voulait galoper, je sentais ses muscles se tendre mais d'un léger tiraillement de rênes je la calmais. Loki continuait à courir et à revenir avant de se placer à ma droite. Je secouais la tête.

« Ce n'est pas des animaux que j'ai mais des tornades na parole ! D'ailleurs, Edwyn est ce que vous pourriez laisser tomber le vous avec moi ? Après tout je n'ai rien fait pour mériter le vous. »

Je lui fis un sourire léger et machinalement je passais un instant mes rênes autour de mon poignet droit pour vérifier de l'autre main l'attache de mes sacs et de mes dagues. Il valait mieux être sûre de ne rien perdre.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyVen 23 Juin - 16:06

Boadicée fut prête en un instant, et l'heure de partir était donc arrivée. Edwyn avait payé d'avance sa chambre à l'auberge, et il pouvait donc quitter les yeux sans inquiétude. Il sentait son corps reprendre sa posture habituelle sur sa monture comme s'il n'avait jamais quitté sa selle, ce qui n'était même pas complètement faux. Le musicien avait passé tant de temps à cheval qu'il lui semblait même parfois n'avoir jamais rien fait d'autre de sa vie. Son passé en tant que jeune noble d'une maison majeure s'estompait dans la poussière de la route, tout comme le temps passé à Villevieille pour devenir mestre. Tout cela devenait fade et presque irréel dans son esprit quand il passait des semaines entières sur la route, dormant même parfois sous un arbre quand aucun village ne se profilait à l'horizon. Il lui semblait parfois n'avoir jamais vécu d'autre vie, même s'il relevait du miracle que dans certaines situations, il n'ai pas fini égorgé dans un fossé. Peut-être les Sept, malgré l'hérésie d'avoir quitté la religion après avoir voulu devenir septon, veillaient-ils toujours sur lui.

Edwyn observa avec un sourire amusé la chienne de Boadicée courir dans tous les sens tandis que cette dernière en riait à son tour. La compagnie par la Dornienne ainsi que par Loki était douce au Bieffois, pourtant si habitué à la solitude, lui qui passait d'ordinaire dans le monde sans laisser de trace derrière lui si ce n'était quelques notes de musique, sortait du silence, sans que ce soit pour lui déplaire.

Il rit quand Boadicée lui demanda de la tutoyer parce qu'il n'avait rien pour le mériter. Pour lui qui se moquait des statuts, cette réponse n'avait pas de sens.

-Et bien, soit, Boa! Mais le vouvoiement n'est qu'une marque de respect, et le respect entre deux voyageurs n'est-il pas chose due? Mais je l'abandonnerai que si tu fais de même.

Il reporta son attention sur la route, goûtant d'une grande inspiration la fraîcheur de l'air du matin tout en croquant dans le fruit qu'il avait emporté de la taverne. Au vu de la clarté du ciel, la journée promettait d'être plutôt chaude, et il convenait donc de profiter de ces instants si chers au Bieffois, quand les oiseaux piaillaient encore des chants de l'aube. La lumière continuait de balayer l'Ouest de ces éclats colorés qui ne tarderaient maintenant plus à s'évanouir. Le monde semblait grand ainsi, tout comme il pouvait l'être à la clarté des lampes pour l'enfant amoureux de cartes et d'estampes.

Castral-Roc s'éloignait lentement, mais sûrement, derrière eux, sans que Edwyn ne la regrette. Bien sûr la cité à était celle à ses yeux, comme tout pouvait l'être, mais il n'y avait pas trouvé l'éclatant étourdissement qu'il pouvait chercher dans le monde. Il s'en allait donc le chercher à la Dent d'Or, tout comme Boadicée y chercherait son frère Daemon Sand.
Elle ne lui avait d'ailleurs pas beaucoup parlé de lui jusqu'ici, ce qui n'avait eu pour effet que d'attiser la curiosité du Noble errant, comme s'il redécouvrait le fait d'apprendre à connaître une autre personne. Après quelques instants de silence, il tourna donc la tête vers sa compagne de voyage après avoir légèrement rapproché son cheval d'un mouvement de poignet sur les rênes pour lui demander:

-Tu ne m'en a pas dit beaucoup dit sur ce Daemon Sand que tu cherches dans tout l'Ouest. Peut-on m'en dire plus à son sujet? Cela a éveillé ma curiosité, après tout, tu viens de lui pour le chercher.

Le tutoiement pouvait sonner encore plus étrange que le vouvoiement dans sa bouche en raison de sa façon de parler qui ne s'adaptait pas vraiment à la proximité de son interlocutrice, mais il n'en avait cure. Le langage était l'un de ses -très- nombreux intérêts, et il espérait un jour en apprendre d'autres, notamment le haut valyrien, qui exerçait sur l'érudit qu'il était une fascination certaine. Il connaissait de cette langue d'une grande noblesse seulement le vocabulaire et les expressions nécessaires pour vaguement déchiffrer les ouvrages de Villevieille qui traitaient de l'ancienne Valyria , mais ce n'était nullement assez pour lui. Peut-être le temps de lire convenablement était ce qui lui manquait le plus sur la route, mais Edwyn ne manquerait pas d'acheter des livres sitôt qu'il aurait quelques cerfs en poche. Boa aimait-elle lire, d'ailleurs? L'artiste ne manquerait pas de lui poser la question dès qu'il en saurait plus sur ce capitaine Manteau Rouge, ce Dorniens aux crocs de lion.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyVen 23 Juin - 18:23

Je ris doucement en l’entendant m’appeler « Boa ». J'allais finir par réclamer d'avoir en blason un serpent sombre sur un ciel. Au moins je ferais honneur à mon surnom en toute circonstance. Bien que si je pouvais choisir mon blason je ferais un voile d'oiseaux blanc sur un ciel de nuit. Quand au respect on pouvait toujours l'avoir avec le tu. Si l'autorisation avait été donné bien sûr. Mais évidement que j'allais tutoyer, puisqu'il m'en avait donné l'ordre. En riant, mais j'avais l'autorisation. Je remis en place mon turban, bien qu'il n'en n'ait nulle besoin avant de répondre à mon compagnon

« Mais je te respect ! Le non respect est de tutoyé directement une personne sans lui avoir demandé l'autorisation ! »

Il fit s'approcher sa monture de la mienne et posa une question sur Daemon et j'eus un sourire triste avant de me pencher en arrière jusqu'à ce que ma tête touche la croupe de ma jument. Je regardais l'azur bien pâle et triste comparé au ciel saphir de Dorne. Parler de Daemon. Je lâchais d'une main mes rênes pour la tendre vers le soleil, occulter un bref instant sa lumière presque d'hiver avant de me redresser. Daemon … Daemon. Il y avait de quoi en faire des poèmes ! Parler un peu de lui … c'était d'un complexe. Il y avait trop à dire ! Trop de temps à passer sous les branches chargées de fruits du jardin de la demeure de son père ou à s'entraîner sous le regard intransigeant du mien. J'enroulais de nouveau les rênes de ma monture autour de mon poignet en me mordillant la lèvre inférieure. Je finis par répondre avec lenteur

« Mmmmh … Avec Daemon, c'est à la fois simple et très complexe. C'est sans aucun doute, le tout premier ami que je me suis fait. Il m'a aidé à apprendre à lire, et même s'il est dur de lire en lui j'ai appris à le faire au fil des années. C'est un homme honorable quoi qu'on en dise, mais en quête de reconnaissance. J'imagine que comme moi il veut que son père soit fier de lui et qu'il lui dise. Je pourrais écrire une dizaine de livres parlant de Daemon et mes souvenirs avec lui sans que ma plume ne se trouve à court d'encre. Ma mémoires pourrait éclater et il ne pourrait m'en rester qu'un fragment, il s’agira je pense toujours d'une image en lien avec cet homme. Au fil des ans, il est devenu comme un vrai frère pour moi. Et comme à tous ceux à qui je tiens, il suffit qu'on veuille lui faire du mal ou l'humilier pour que je montre les crocs. c'est peut-être qu'une superstition de ma part, mais je pense qu'il n'a conservé de moi, que l'image de la gamine, aux joues toujours trop rouges, les cheveux en batailles qui passait son temps à le taquiner … Bien que je sois sûre d'avoir son amitié ! »

Je poussais un soupir triste de nouveau. Cet idiot me manquait beaucoup plus que ce que je ne voulais bien l'avouer. Ce maudit … je ne savais même pas comment le qualifier ! Edwyn, je pouvait bien le qualifier de jongleur, c'était vrai, il jonglait avec plusieurs mondes. Mais Daemon, il ne jonglait avec rien ! Il restait ferme sur ses positions … c'était un homme incroyable, mais moins intriguant que Edwyn. Il était « plus simple » mais j'avais tant vécu avec lui malgré ses fréquentes disparitions …

Galitaca renâcla à nouveau et tendit le museau vers la monture de mon compagnon. Je la laissais faire, je savais qu'elle n’était pas de nature belliqueuse. Je lui tapotais l'encolure en chassant les idées sombres qui montaient dès que je penchais à Daemon. J'avais besoin de me distraire pour ne pas les laisser me pourrir la vie. Je tournais de nouveau la tête vers Edwyn.

« Dis moi ! D'après nos discussion, tu m'as semblé être un véritable érudit ! Qu'as tu lu ? Quel est ton ouvrage favori ? »

C'était des questions banales, mais essentiel pour chasser les mauvaises pensées et la tristesse.


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptySam 24 Juin - 4:43

Ils continuaient leur route tout en riant des questions de respect et de vouoiement. Comment pouvaient-ils accorder la moindre importance à des considérations de ce genre, entre la Dornienne bâtarde et le noble qui avait quitté ses responsabilités? La situation semblait cocasse à Edwyn, encore plus prompte que d'ordinaire à sourire. Il avait oublié ce que la compagnie pouvait apporter d'agréable au voyage, lui qui s'était enivré pour ne pas se changer en bête, même s'il finalement il était devenu un oiseau.

Sa curiosité quant à la figure de Daemon l'avait néanmoins poussé à interroger Boa plus avant à ce sujet, étant donné que le Dornien semblait particulièrement cher à la jeune femme, pour qu'elle le cherche dans tous les territoires de l'Ouest. Mais bien sûr, au delà du capitaine des Manteaux Rouges, c'était de Boadicée dont il cherchait à apprendre davantage au travers de cette question.

Cela lui permit donc d'en apprendre plus sur la jeune femme, qui évoqua pour lui quelques aspects de sa jeunesse à la Gracedieu. Daemon Sand semblait encore plus important pour elle que le troubadour n'avait pu l'imaginer dans un premier temps. Elle ressentait à son égard des sentiments identiques à ceux qui liaient un frère et une soeur, ce qui pouvait toucher le Bieffois.

Lui-même n'avait plus entretenu de bonnes relations avec ses frères aînés depuis la détérioriation notable de sa famille après la rébellion et la bataille de Cendregué qui avait ravagé son foyer. Mais il nourrissait encore beaucoup d'amour pour sa jeune soeur, Ellery, malgré la distance et les années. Elle représentait peut-être la seule raison pour laquelle il n'avait pas totalement coupé les ponts avec les siens ni abandonné son nom et son titre de noblesse. Durant toute leur enfance, ils avaient passé ensemble tant de moments malgré l'étrangeté d'Edwyn, sa soeur faisait tout pour chercher à le comprendre et à l'accepter ainsi, et le fruit de toute ces années était une indicible tendresse. Quand toute la petite famille était cachée dans les sous-sols du château alors que la guerre faisait rage au dessus de leurs têtes, c'était dans ses bras que la petite fille se réfugiait pour oublier les cris et les sons de métal qui s'entrechoque. Cela faisait longtemps maintenant qu'il n'avait plus de ses nouvelles. Peut-être avait-elle déjà été mariée par le seigneur leur père a une autre famille, dans sa soif d'alliances et de pouvoir au sein du Bief, et il l'ignorait. Il était à n'en pas douter, un très mauvais grand frère. Sans doute était-ce son seul regret en terme de maison et de liens familiaux. Il priait les Sept du haut de leur piédestal doré qu'elle le lui pardonne.

Boadicée soupirait tristement, preuve de la force pour elle de ce lien avec le Sand. Edwyn n'avait jamais été très doué pour consoler les gens, mais il tenta néanmoins de se montrer compatissant.

-Tu sembles beaucoup tenir à lui, et c'est normal si vous avez grandi ensemble. Mais nous allons à la Dent d'Or, tu pourras le retrouver et tu lui montreras à quel point tu as évolué.

Le Bieffois lui adressa un sourire d'encouragement. Nul doute que leurs retrouvailles seraient fortes en émotion, si cela faisait à ce point longtemps qu'ils ne s'étaient plus vus.

Mais la jeune femme changea de sujet, abordant justement la question que lui-même se posait plus tôt. Se passant une main dans les cheveux d'un air amusé, il répondit:

-J'ignore si je mérite ce qualificatif d'érudit, mais il certain que j'ai passé tant de temps à lire dans ma jeunesse que je ne saurai désigner un ouvrage préféré! J'ai perdu ce genre d'occasion depuis que j'ai quitté Cendregué et même depuis que j'ai quitté Villevieille, mais je compte bien profiter de ce voyage pour continuer à m'instruire, et notamment de notre arrêt à la Dent d'Or pour acheter quelques livres. Si cela t'intéresse également, cela nous fera quelque chose de plus à partager!

Mais l'heure n'était pas à l'étude, mais au plaisir de la route, quand bien même son entente avec la jeune femme tenait du record. Edwyn sentait entre ses genoux son cheval s'impatienter d'ainsi aller au pas. Il passa donc au petit trot d'un geste du poignet sur la bride avant de se retourner avec un sourire vers Boa:

-Une petite course? Profitons de la fraîcheur avant de le soleil ne devienne trop fort!
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptySam 24 Juin - 8:15

Moi ? Avoir changé ? Je n'en avais pas la moindre impression. Il y avait des choses qui ne changeait jamais Comme la saveurs des fruits, l'odeur du pain frais, la couleurs du ciel, le chant des oiseaux, ou l'écorce rugueuse des arbres. Ou ma foi envers les Anciens Dieux. Non, je n'avais pas l'impression d'avoir beaucoup changé autrement que physiquement. Et encore. Je n'avais pas grandis, j'avais peut-être simplement perdu mes rondeurs d'enfance pour gagner certaines de l'âge adulte. Et encore, je n'étais clairement pas autant plantureuse que Lady Arianne. Mais cela me convenais parfaitement. À part ça, rien d'autre n'avait dû réellement changer au niveau physique. Mais je répondis au sourire d'Edwyn plus par habitude qu'autre chose. Je n'allais pas me mettre à ruminer pour rien.

« Avec plaisir ! J'adore lire, et j'ai plusieurs ouvrages avec moi dans mes sacs. Je te les prêterais si tu ne les connais pas. »

Galitaca redressa la tête en entendant le mot course et poussa un hennissement. Je souris. J'avais fait avec ma monture plusieurs courses et la qualité des chevaux du désert qu'on mettait sur un piédestal était leur endurance. Mais j'aimais également la vitesse qu'ils étaient capable de déployer en quelques secondes. Cette sensation de presque voler quand ils galopaient à fond de train dans le désert, leur sabot effleurant à peine le sol. Et c'était à celui qui allait le plus vite pour éclater les records d'enfants. Et pourtant même adultes j'avais continué à le faire. C'était un plaisir de sentir le vent gifler son visage, s'engouffrait dans les vêtements, oublier un instant la chaleur du désert. Et cela avait été un plaisir d'apprendre à tirer à l'arc au galop. Cela lié deux discipline que j'adorais. Je fis signe à Edwyn de s'arrêter pour sortir un instant la carte. Il y avait un croisement à deux kilomètres. Je le montrais à Edwyn.

« C'est plus ou moins en ligne droite, il y a quelques virages mais ça n'en sera que plus palpitant. Disons que c'est notre ligne d'arrivée ! Cela te va ? »

D'un mouvement de poignet je rassemblais d'avantage mes rênes pour que Galitaca puisse s'appuyer sur le mors au début de la course. Si cet adorable jongleur pensait que cette course serait facile … Il se trompait lourdement. Ma jument s’agita. Elle voulait galoper. J'attendis que mon compagnon soit prêt et je pressais mes talons sur mon flanc. Elle bondit en avant et je me couchais contre son encolure. Lentement je lâchais les rênes qui glissèrent entre mes doigts et Galitaca allongea sa foulé et ses sabots martelèrent le sol avec fore. Même loin des dunes j'avais l'impression de voler, que les sabots fins de ma jument ne touchaient pas le sol. Je restais complètement collé à l'encolure puissante me soulevant légèrement de selle pour l'aider dans ma course. Je tenais encore les rênes assez serré pour qu'elle prenne appuie sur le morceau de métal entre ses dents. Je n'avais pas besoin de stimuler ma jument elle adorait galoper. Sans regarder derrière je savais que Loki nous suivait. Elle n'était pas aussi rapide que ma jument mais on l'attendrait et elle nous rejoindrait la langue pendante entre ses crocs.

Du coin de l'œil je vis le croisement passer à toute allure. Je me redressais aussitôt en tirant sur les rênes avant de les relâcher jusqu'à ce que ma jument ralentisse puis se mette au trop et au pas. Je la fis volter plusieurs fois pour qu'elle se calme en flattant son encolure humide. Je la fis aller vers Edwyn. J'étais heureuse d'avoir fait cette course, et au final je me fichais du résultat.

« Attendons Loki. C'était agréable non ! Rien ne vaut un bon galop pour calmer les esprits trop vifs ! »

Je souris plus largement en continuant à caresser ma jument mes yeux guettant Loki. Fort heureusement malgré la course, mon foulard était resté en place.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valar Dohaeris
Valar Morghulis
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  B63eb8eca1085a3141b2b03afd072171
Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 2491
Date d'inscription : 26/01/2015

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptySam 24 Juin - 8:15

Le membre 'Boadicée Sand' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptySam 24 Juin - 17:56

Boadicée aimait lire également. Quel plaisir d'apprendre cela pour le Bieffois! La compagnie de la Dornienne devenait de plus en plus intéressante de minute en minute. Quand bien même il serait difficile pour Edwyn de modérer son enthousiasme et ne pas assomemr sa nouvelle amie en discussions sur toutes les lectures qui lui passaient par l'esprit! Il apparaissait néanmoins que la guerrière ne nourrissait pas l'habituel désintérêt des personnes d'action pour les lettres et l'art. Nul doute que leurs conversations ne porteraient leurs fruits.

Sa proposition de lancer une course en attendant que le soleil ne tape trop fort sur les terres de l'Ouest parut enchanter Boadicée, qui lui fit signe de s'arrêter un instant. Il tira sur les rênes de sa monture pour l'approcher de sa compagne qui déployait une carte. Ils décidèrent donc d'une ligne d'arrivée, quelques kilomètres plus loin. Le signal fut donné, et d'un claquement de langue accompagné d'un mouvement du poignet sur les rênes, lança son cheval au galop.

Sitôt son coeur se mit à battre plus fort dans sa poitrine comme s'il allait éclater et la tête lui tournait. Les cheveux rejetés vers l'arrière par le vent, il filait comme lui à travers l'Ouest. Il avait l'habitude du voyage, l'habitude de la chevauchée et du galop, mais le sentiment ne s'estompait nullement à chaque expérience.

Dire qu'Edwyn n'a jamais été un homme d'action relèverait de la gageure. Mais il était un homme de liberté, et n'eut-ce été la fatigue légitime de son cheval, passerait-il une bonne partie de sa vie dans un état de fol enthousiasme.
Sa monture appréciait également le déferlement de vitesse, et Edwyn avait perdu toute notion du temps ou de la distance, oubliant même qu'il s'agissait d'une course -bien que tout à fait amical- avec Boadicée. L'émotion seule comptait.

Et elle ne pouvait malheureusement pas durer éternellement, et le Bieffois dut donc accorder à son cheval de s'arrêter, une fois parvenu à ce qui avait été décidé comme la ligne d'arrivée, avant de se rendre compte qu'il était le premier sur les lieux. Boadicée le suivait, de peu cependant. Il lui adressa un sourire quand elle arriva à sa hauteur:

-Ce fut une course passionnante, n'est-ce-pas? Il nous faudra en faire d'autres d'ici à notre arrivée à la Dent d'Or!

Il se sentait comme revigoré par cet instant de pure liberté, et il leva la tête l'espace d'une seconde pour écouter avec attention un oiseau chanter. Avec le sang qui battait encore à ses oreilles, il se sentait bien, et vivant.
La Dornienne et le Bieffois attendirent donc d'être rejoins par Loki avant de reprendre tranquillement la route vers leur destination. Dirigeant sa monture avec les genoux, le musicien lâcha les rênes pour s'étirer négligemment, manifestement mis de très bonne humeur par cette chevauchée. Certes, Edwyn était toujours d'humeur plus ou moins égale, comme si les choses ordinaires ne l'atteignaient pas vraiment, mais le voir manifestement joyeux relevait du record. C'était dire combien il appréciait la compagnie de sa nouvelle amie.

-Je n'avais encore jamais vu une chienne comme ta Loki, elle est impressionnante! Comment l'as-tu récupérée?
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptySam 24 Juin - 19:17

Je ris et donnais un accord joyeux pour la proposition d'une nouvelle course. Galitaca semblait avoir encore de l'énergie à revendre. Elle dansait presque littéralement entre mes cuisses et tirait sur les rênes. En attendant Loki je la fis tourner plusieurs fois jusqu’à ce qu'elle se calme. Edwyn semblait tout aussi excité que ma jument avec ses cheveux blonds en batailles, ses joues rougis par l’excitation de la course ses yeux étincelant de bonheurs. Je ris de nouveau sans raison aucune. Juste de contentement. Loki arriva bientôt la langue pendante entre ses crocs. Je mis pieds à terre un instant pour la faire boire avant de me remettre en selle.

Rassemblant mes rênes d'un mouvement souple du poignet, je remis en route ma jument et notre petit groupe sur le chemin de Daemon. Daemon, si tu n'étais pas là bas je te ferais rôtir vivant. Et plutôt deux fois qu'une. Mais d'une humeur joyeuse je me mis, par jeux, à imiter en sifflotant le chant des rares oiseaux présent dans le ciel et sur les pierres de l'endroit. C'était dépriment comme lieux ! Je m'arrêtais de siffloter pour écouter la question d'Edwyn. Il avait l'air particulièrement heureux. Et j'adorais voir ça. Son sourire fit éclater un nouveau sur mon visage. Et ma chienne leva la tête en entendant son nom être prononcé. Je souris et passais une main sur l’encolure humide mais non mousseuse d'écume de ma jument. Je finis par répondre à la question sur Loki.

« Je te remercie de tes compliments pour Loki. Mais ne lui en fait pas trop elle comprends tout et prendrais la grosse tête ! Tiens regarde la ! Elle te sourit de tous ses crocs ! Je vais finir par être jalouse ! Aucune idée d'où elle vient ni même sa race. Elle est comme moi une bâtarde. C'est mon père qui me l'a offert y a six ans maintenant. Mais je suis presque sûre qu'elle a du sang du Nord ! Comme moi ! »

Galitaca s'agita sûrement mécontente d'être obligé d'aller au pas. Mais c'était encore moi qui décidais ! Et aujourd'hui il n'y avait aucun record idiot à exploser ou je ne sais quoi. Je passais les rênes autour du pommeau de ma selle avant de me tourner pour fouiller dans mes sacs. Comme une imbécile j'avais rangé ma gourde. Je bus une gorgée de l'eau qui n'avait pas prit le goût du cuir avant de tendre mon outre à mon compagnon. J'allais parler mais Loki tendit les oreilles et poussa un bref aboiement. D'un claquement de langue je la lassais partir en courant dans les rochers. Elle avait dû flairer une proie, sinon elle aurait grogné ! Sans doute un lapin ou quelque chose de ce goût là. Mes doigts glissèrent sur le bois de mon arc qui sortit de son étui et vient épouser la forme de ma main. Une flèche embrassa la corde et je me fis attentive. Mais j'entendis uniquement le bruit que fit Loki en revenant avec un lapin pendu dans la gueule. Je rangeais mes armes et pour la secondes fois de la journée je mis pieds à terre pour féliciter ma chasseuse qui me donna sa proie après les caresses. Je ris en sautant de nouveau sur mon cheval. Le lièvre n'était pas très gros mais ça changerait de ce que l'on pouvait trouver dans nos sacs.

« Vu la taille de ce pauvre lapin, je ne sais pas si on aura de quoi faire un festin, mais c'est toujours agréable ! Une idée de comment le cuisiner ? Avec des pomme de terre cela pourrait être bon, mais je ne crois pas en avoir ! »

je lui fis un nouveau grand sourire heureuse. C'était un sentiment si profond et agréable. Je voulais en profiter !


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyDim 25 Juin - 15:44

Boadicée lui raconta ce qu'elle savait sur les origines de Loki, qui semblait toujours aussi enthousiaste et de bonne humeur autour de leurs deux montures. Et cette humeur semblait communicative à leur petite compagnie, qui continuait tranquillement sa route vers la Dent d'Or. La passion qui est visible de la part de la guerrière dans tout ce qu'elle faisait -parler de sa chienne, chercher son frère Daemon Sand- formait comme une sorte d'aura autour d'elle, le genre de choses auxquelles Edwyn était particulièrement sensible, et ce qui la fascinait chez elle. Même leur leur partage de voyage n'était censé être que temporaire, il ne se voyait déjà plus que difficilement voyager seul.

La chienne partit d'ailleurs en courant, et la guerrière dégaina un arc. Edwyn, parfaitement ignorant de la chasse, tourna la tête vers Boadicée et l'observa avec cette attention perçante, presque gênante parfois, qu'il pouvait montrer quand il cherchait à apprendre quelque chose. Ses yeux clairs éclataient  d'un intérêt certain pour la jeune femme qui décocha une flèche mortellement précise.

Le visage du Bieffois exprimait une certaine admiration, en plus de l'intérêt pour la beauté du geste en tant que tel. Lui-même n'avait jamais été capable de manier correctement une arme, malgré l'acharnement de son père et de ses frères aînés à vouloir faire de lui un futur chevalier dans son enfance à Cendregué. Du moins, le problème ne relevait pas de son incompétence que de son total désintérêt pour la chose, et le faire d'avoir une dague sur la route était bien le minimum nécessaire, et le maximum qu'il acceptait. Même s'il y avait bien une chose sur laquelle sa chère famille s'accordait à dire à son sujet, c'était bien que Edwyn pourrait être doué dans tout ce qu'il touchait, pour peu qu'il y montre de l'intérêt. Mais contrairement à son ami d'enfance Willos, les armes ne l'avaient jamais attiré. Mais il ne pouvait qu'être impressionné par la beauté contenue dans la précision du geste. Lui même serait bien incapable de toucher le moindre oiseau, la moindre proie.

La chienne revint avec la proie entre les crocs, et Boadicée en regretta néanmoins la taille. Le Bieffois secoua la tête:

-Non, c'est déjà une très belle prise, je suis impressionné! J'ai acheté des légumes hier, cela nous fera un beau festin!

Edwyn rit légèrement avant de ramener son cheval dans la direction de la route d'un geste du poignet, mais se tournant vers les sacs dans son dos pour vérifier qu'il ne disait pas d'inepties. Lui-même ne chassant pas, il se ravitaillait régulièrement dans les diverses cités ou villages qu'il traversait. Il tentait de son mieux d'acheter des produits frais lors de ces escales, et puisqu'ils venaient tout juste de quitter la Dent d'Or, les affaires du troubadour regorgeaient encore de fruits et légumes qu'il se ferait un plaisir de cuisiner pour lui et sa nouvelle compagne de voyage.

-Je suis parfaitement ignorant du maniement de ces armes contrairement à toi! Qui t'as appris à te battre ainsi?

Peut-être qu'un autre lors qu'Edwyn s'offusquerait qu'une femme, vêtue comme un homme, combatte comme l'un d'entre eux au lieu de simplement prendre soin d'une maisonnée ou d'un domaine. Mais le Cendregué ne rentrait lui-même pas dans les cas de la société Westerosi, et ne pouvait qu'être heureux de rencontrer d'autres personnes que lui. De plus, il n'ignorait pas que les Dorniens vivaient différemment d'autres régions des Sept Couronnes, il avait suffisamment entendu railler cela par le seigneur son père, très fidèle à Mace Tyrell qui leur vouait une haine féroce qui tenait du record.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyDim 25 Juin - 19:37

J'avais sentis le regard de Edwyn sur moi et il m'avait scruté. Mais il n'était pas le premier qui le faisait et contrairement à lui les autres n'avaient pas tous cet aura amical et détendue. J'avais plus l'impression d'être une bête qu'une humaine sous le regard de certains. Ce qui était fortement désagréable. J'avais beau avoir un caractère de cochon et une apparence d'oiseau je n'en restais pas moins une être humaine cette avec des caractéristiques physiques étranges au vu de mon nom mais humaine quand même. Je souris en regardant Loki se lécher les crocs encore couvert du fluide vital du lapin. Qu'Edwyn m'assura être capable avec les légumes, qu'il avait visiblement dans ses sacs, de nous faire un festin. J'applaudis l'idée en riant. J'avais un peu appris à cuisiner lorsque j'étais punie aux cuisines mais mes compétences en ce domaine était comme la broderie : un record de médiocrité ! Il valait donc mieux que ce soit lui qui fasse le repas.

Il semblait particulièrement enthousiaste par mon tir à l'arc. Pourtant je n'avais rien fait d'extraordinaire. Je haussais donc les épaules en glissant une mèche de cheveux rebelle sous le tissus de mon foulard. Après tout ce que je savais faire n'était clairement pas anormal. Tout le monde pouvait réussir à atteindre mon niveau avec un bon entrainement. Voir me dépasser. Mes compétences n'étaient que le fruit d'un apprentissage. Je secouais machinalement mon poignet ornait de la cicatrice relevant de ma première tentative de tirer à l'arc.

" C'est mon père qui m'a tout apprit. Il est maître d'arme, particulièrement sévère et exigeant. Du moins envers moi. Je ne fais rien d'extraordinaire. Si tu t'entraîne Ed' tu peux même devenir meilleur que moi. "

Je n'aimais pas parler de mon père. Malgré l'affection réciproque que nous nous portions discrètement j'avais du mal à communiquer avec lui. Nos caractères étaient bien trop similaires pour qu'ils s'accordent. Il nous arrivait de discuter et échanger. Mais bien souvent soit c'était le silence soit nous pouvions nous hurler dessus une heure entière. Bien que ce dernier élément n'avait vraiment prit place qu'il y a un an ou deux. Je soufflais sur une mèche qui s'échappait de sa prison de tissu et finis par abandonner. Je denouais le grand tissu avant de le renouer autour de ma taille. Je sentis mon front se recouvrir de mèches folles couleur flamme. Je me tournais de nouveau vers Ed' . Le surnom était venu naturellement et s'il ne lui plaisait pas je changerais

" Ed' ? Tu viens de me dire que tu es ignorant des armes ? Mais pourtant je t'ai vu avec une dague à la taverne. Tu n'as jamais voulus apprendre ?"


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyLun 26 Juin - 8:26

La route se poursuivait sous le signe de la bonne humeur, et Edwyn comme à son habitude appréciait le voyage, même sous cette forme suffisamment nouvelle à ses yeux pour l'intriguer. Mais sa nouvelle compagne l'intriguait tout autant, et il ne cessait de bombarder Boadicée de questions, au peut-être de paraître désagréable. Mais c'était pour lui une véritable preuve d'intérêt: Le Bieffois ne posait pas question sur ce qui lui était parfaitement indifférent.

Il se souvint de sa dernière véritable interaction avec une femme, qui n'était autre que lady Serrett lors de son mariage à Montargent. La conversation avait été véritablement difficile malgré ses abord avenants, presque désagréable pour le troubadour qui ne goûtait nullement les jeux d'hypocrisie et de fausse bienveillante que la Dame au Paon semblait maîtriser infiniment mieux que lui. Le seul fruit de cet échange avait été pour Edwyn une envie plus forte encore que jamais de retrouver la solitude de la route, même après la beauté du château et celle du chant des oiseaux.

Mais Boadicée était infiniment différente de Lady Azilys. L'une cachait ses crocs sous des sourires tantôt que l'autre les exhibait à la vie du monde pour qu'il n'oublie pas qu'elle est, elle aussi, dangereuse. Et il y avait une forme d'approche de la vie que le presque mestre préférait à l'autre, bien qu'il n'en condamnât aucune.
La Dornienne lui expliqua d'ailleurs que c'était son père, maître d'armes, qui lui avait apprit à se battre avec beaucoup d'exigence. Son père était donc le maître d'armes de la Gracedieu dont elle avait plus tôt venir, qui appartenait à la maison...Allyrion, si la mémoire de l'artiste ne lui faisait pas défaut.

Mais il ne put d'éclater de rire tout bas quand Boadicée lui dit qu'il pourrait être meilleur qu'elle, pour peu qu'il fasse le choix de s'entraîner. Elle s'étonna de plus de l'avoir vu avec une dague, dans la taverne le soir de leur rencontre. Il se contenta de hausser les épaules avec nonchalance avant de répondre:

-Je ne suis pas d'accord avec toi. La valeur d'une personne doit se mesurer pour moi non pas à ce qu'il pourrait faire, mais ce qu'il fait véritablement. Je possède effectivement une dague que je sais plus ou moins manier, mais cela n'est dû qu'à un simple impératif de survie. J'ai passé cinq ans sur la route, et j'ai vécu mille situations dans lesquelles j'aurais simplement pu finir égorgé dans un bas-côté. Mais je ne nourris aucun intérêt pour les armes, mes potentielles capacités innées ne sont donc rien à côté de l'entraînement que tu as reçu et des compétences que tu possèdes effectivement.

Vivre seul sur la route n'était effectivement pas chose aisée en Westeros, et Edwyn se surprenait parfois d'être encore en vie. Peut-être les Sept veillaient sur lui, le septon défroqué qui avait finalement refusé d'entrer à leur service.

-Et puis nous nous complétons: Tu blesses, et je soigne! Tu chasses, et je cuisine! Nous nous sommes bien trouvés après tout!

Edwyn rit gentiment tout en tirant sur ses poignets pour s'étirer sur son cheval, tandis que leur étrange compagnie continuait sa route en direction de la Dent d'Or.

-Et avant que nous nous rencontrions à Castral-Roc, qu'avais-tu vu ou fait au cours de ce long voyage? Es-tu allée à Port-Réal?

La curiosité dévorante de Edwyn n'était manifestement pas étanchée, et il continuait d'interroger sans relâche son amie Boa, chacune de ses réponses donnant lieu pour le Bieffois à dix autres questions.
Revenir en haut Aller en bas
Bâtarde
Boadicée Sand
Bâtarde
Valar Dohaeris
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  190809040146206631
Ft : Jessica Chastain
Multi-Compte : Edrick, Arya Stark, Sacha, Celesse Froideseaux
Messages : 837
Date d'inscription : 11/09/2016

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyLun 26 Juin - 9:16

La curiosité de Ed' me faisait largement sourire. C'était une curiosité bienveillante nullement agressive ou insidieuse. Il posait des questions pour savoir mais je sentais que si je ne voulais pas répondre il ne me forcerait nullement. Il était vif et un peu agité comme-ci il avait un trop pleins d'énergie qu'il faisait sortir en parlant. Décidément, il me faisait penser à l'oiseau répondant au nom de Colibri. Ce n'était pas désagréable de le laisser mener la conversation, je ne savais pas faire et je risquais de nous plonger dans un silence fort désagréable pour nous deux. Il valait donc mieux le laisser poser ses questions. Puis après tout elles n'étaient pas trop personnelles ou trop .... Mmmh je savais ce que je voulais dire mais le mot ne venait pas. Ou je n'étais pas sûre du mot. Je fis claquer ma langue de contrariété et  Loki fit claquer ses crocs comme pour me demander si tout allait bien. La réflexion de mon compagnon de route sur les compétences me donna à réfléchir. On pouvait se vanter, j'eus une pensée pour Ulwyck, de tout posséder d'être le meilleur partout, mais seul les véritables capacités comptaient. Ce n'était pas en se vantant que l'on gagnait un combat. Il valait mieux même être discret sur ses compétences. Mais il ne possédait une dague simplement que part impératif de survie. Ce n'était pas mon cas. Je me sentais nue si je ne sentais pas le poids d'au moins deux de mes armes. C'était étrange mais c'était comme ça

J'éclatai de rire lorsqu'il parla de notre complémentarité. J'ignorais beaucoup de lui mais d'après ce qu'il m'avait dit il avait été apprenti Mester puis apprenti septon ou l'inverse je ne savais plus. Et puis ce n'était je blesse tout le temps c'était aussi je Me blesse. J'étais parfois terriblement maladroite surtout quand je ne maîtrisais pas le sujet. Et même quand je le maîtrisais il m'était arrivé plusieurs fois de me couper en aiguisant mes lames, ou de me piquer sur mes pointes de flèches. J'avais deux mains gauches et établis un véritable record de verres, de carafes, de plateaux, renversaient. Bizarrement mon père évitait toujours que je sois trop près de lui à table. Un mauvais souvenir d'une carafe de lait répandu sur ses vêtements. Je pouvais comprendre. Ah ! Ed' voulait savoir un peu plus sur mon passé immédiat. Je fis passer mes rênes d'une main à l'autre en le regardant étirer ses poignets. J'echangeais une nouvelle fois mes rênes de main avant de répondre.

" Et bien je suis arrivé à Port Réal fin de la dixième lunes. Grâce au talents cachés de Loki pour les rencontres j'ai pu faire la connaissance de Robb Stark et au lieu d'un ou deux jours à la capital j'y suis resté bien deux semaines. J'ai adoré passer du temps avec lui et j'espère qu'il retournera vite chez lui. Sinon je suis passée par l'orage qui a un charme certains mais faut aimer être trempé. Puis j'ai parcouru le Bief en traversant jusqu'à la demeure des Rowan, j'ai oublié le nom, j'ai trouvé ça splendide. C'était comme ci j'étais dans les jardins aquatiques de Dorne mais en version géante ! Puis je suis allée dans l'ouest et par les Anciens je n'aime pas cette région ! Les gens s'y croient supérieur en tout et ils pensent que seul leur manière de vivre est correcte ... "

Je secouais la tête et tapotai l'encolure musclé presque sèche de ma jument qui secoua la tête dans un cliquetis de métal et de cuir. Je reportais mon regard sur Ed'. Étrange jongleur à l'étrange métissage et au caractère magnifique. Je suivis ,presque paresseusement, des yeux le contour de son visage avant de me gifler mentalement. Boa ! On se réveille ! On ne joue pas à conter fleurette ! Pauvre cruche stupide ! Je m'eclairci la voix en toussotant

" Bon et toi Ed' ? Parle moi encore un peu de toi ! Que faisais tu avant Castral Roc ? Qu'as tu vu en cinq ans sur les routes ? Pourquoi avoir renoncé à devenir septon ? "

Personnellement je comprenais. Devenir septon c'était visiblement perdre très souvent sa tolérance et son intelligence un garçon comme ça ce serait du gâchis sans nom. Puis il avait une si belle voix !


Award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  EmptyMar 27 Juin - 4:40

Boadicée rit à sa petite pique sur leur complémentarité. Son rire était agréable à entendre, un peu comme le chant d'un oiseau qui se fait entendre sur la cime d'un arbre. Edwyn aimait entendre ce son, et ferait ce qu'il faut pour l'entendre à nouveau.

Peut-être était-ce pour cette raison qu'il cherchait à l'interroger plus avant sur son passé immédiat, et la jeune femme lui parla de Port-Réal, qui avait été une étape importante de son voyage. Elle disait même avoir rencontré Robb Stark. Même pour un Bieffois désintéressé de la politique comme lui, le nom de Stark sonnait avec une résonnance particulière dans l'Histoire. Même lui n'ignorait pas la situation de l'héritier de cette très ancienne famille, retenu comme otage à Port-Réal suite à l'échec de la rébellion du Cerf et du Loup. Certes, la famille Cenndregué, vassale des Tyrell, était profondément loyaliste aux Targaryen, mais cet enfant-il était responsable d'une quelconque façon de l'enlèvement de sa tante, de la guerre que cela avait entraîné, du régocide d'Aerys II Targaryen? Il n'avait nullement mérité les crocs du Dragon. De manière plus personnelle, la seule idée pour Edwyn de devoir rester confiné entre les murailles d'une capitale, dans une région qui n'était même pas la sienne, était si insupportable que celui qu'on appelait le Jeune Loup avait toute sa sympathie.
Mais Port-Réal n'avait pas été sa seule destination, et la guerrière semblait avoir déjà découvert de nombreux paysages, entre l'Orage, Boisdorés, Castral-Roc.

-Oh, tu es allée à Boisdorés? J'ai rencontré lady Rowan à Hautjardin, juste avant mon départ pour les Terres de l'Ouest et pour Montargent. Une dame très intéressante au demeurant, qui souhaite prouver que les femmes ont tout autant leur place que les hommes dans les hautes sphères du pouvoir.

Il se souvenait de sa rencontre avec la jeune femme, au milieu des fleurs de la cité des Tyrell. Une enfant encore, mais bien décidée à se faire une place en ce monde, même dans l'ombre d'un homme, même dans l'ombre de lady Margaery. Leurs visions du monde différaient en bien des choses, mais Edwyn avait tout de même beaucoup apprécié le temps de leur conversation. Les ambitions et les rêves fous trouvaient toujours supporter auprès de l'étrange noble.

C'est alors que Boadicée lui retourna la question, s'intéressant néanmoins à des périodes plus anciennes de sa vie. Hochant la tête tout en remettant en place d'une mèche de cheveux derrière son oreille d'un geste du poignet avant de répondre.

-J'ai conscience que mon parcours n'a pas grand sens pour la plupart des gens. Quand j'étais plus jeune, beaucoup plus que maintenant, j'ai effectivement rejoint les septons dans l'espoir de devenir l'un des leurs, et répandre un peu de réconfort aux pauvres âmes en Westeros par mon travail. Mais j'ai vite été dégoûté de ce projet quand je me suis rendu compte de l'hypocrisie qui pouvait régner dans ce milieu. Comprenons-nous bien, je ne rejette absolument pas les plaisirs de la chair et ceux qui s'y adonnent, bien au contraire, mais je ne trouve rien de plus laid qu'un serment brisé. Et la religion en tant qu'institution, n'est au final rien de plus que cela.

Lui-même était d'ailleurs tout sauf prude, et avait souvent pris grand plaisir à séduire hommes ou femmes, enfants de nobles ou simples roturiers indifféremment. Mais l'idée de jurer de ne plus s'adonner à de telles pratiques tout en observant autour de soi ceux qui devaient en avoir fait de même s'adonner à la luxure dans ses fruits les plus honteux tout en vouant aux Sept Enfers quiconque ferait pareil était décidément trop laid à ses yeux.

-Quant à la formation de mestre, j'ai énormément aimé Villevieille, ce fut sans aucun doute l'une des périodes les plus intéressantes de ma vie. Mais j'ai quitté la Citadelle juste avant de recevoir le titre officiel de mestre, au grand dam de mes professeurs d'ailleurs. Mais l'idée de m'enchaîner, fut-ce par une chaîne de mestre, m'était par trop insupportable. Je préfère la vie que je mène maintenant, continuer à apprendre par moi-même après avoir reçu l'enseignement des livres, et apporter ce que je peux au monde, même si ce n'est bien sûr pas grand chose.

Edwyn s'interrompit un instant pour regarder Boadicée, soudainement et étonnamment conscient de la façon dont ses propos pouvaient être perçus. Lui qui d'habitude ne s'intéressait que peu à la réaction profonde de ses interlocuteurs, se souciait soudainement de l'avis de sa nouvelle compagne de voyage! Néanmoins, il rit derechef pour masquer son trouble.

-Et voilà que je dois maintenant passer pour un bien étrange personnage à tes yeux, n'est-ce-pas? L'homme qui va jamais jusqu'au bout de rien!

Il n'avait jamais nourri le moindre intérêt pour les titres, qu'il soit d'ordre ou de sang, que certains autres mettaient sur un piédestal. Il avait beaucoup appris à la Citadelle, et il continuait maintenant d'apprendre sur la route, et de faire profiter de ses compétences quiconque le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty
MessageSujet: Re: Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures    Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route dans le claquement des sabots de nos montures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un nouveau compagnon de route
» Un portail dans Strayana ?
» Sur la route des caravanes
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: