RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

Partagez | 
 

 Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Sam 17 Juin - 16:50

An 298, lune 12, semaine 4
Castral-Roc, la cité des Lions.
Edwyn avait passé la grande porte du Roc à cheval quelques jours plus tôt, impressionné par le faste de la cité. Bien que la région en tant que telle soit tout à fait agréable, il ne lui trouvait pas le charme de son Bief natal. Mais qu'importe, l'artiste ne manquerait pas de trouver avec succès toutes sortes de beautés à célébrer.

Il avait passé tous les premiers jours à déambuler dans la cité, s'amusant gentiment des hordes de cheveux blonds qu'il apercevait partout où il allait, comme s'il ne s'agissait que d'un royaume entier dédié à la maison Lannister. Toutes ces femmes et ces hommes aux chevelures dorées étaient si présentes que Edwyn, avec sa tignasse blonde, aurait presque pu passer pour un parfait oustrien, si ce n'étaient ses origines d'Essos héritées de sa mère qui se lisaient par trop facilement sur son vsage.

Ses poches momentanément vides, il usait également de ce temps à jouer les troubadours en divers endroits de la cité, ne cherchant qu'à se payer le gîte et le couvert, ayant cessé de courir après la richesse il y avait quelques années déjà. Il avait déjà été logé chez des nobles par le passé, son propre statut lui en donnant le droit. Mais il ne pensait pas que le Vieux Lion serait du genre à apprécier les pitreries d'un noble de sang, et le Bieffois appréciait donc la compagnie du peuple de Castral-Roc, qu'il ne laissait pas indifférent. Il gagnait donc juste de quoi payer une petite auberge et de quoi panser son cheval. Edwyn n'avait après tout pas besoin de beaucoup plus dans la vie, à part du matériel à dessin et de quoi exercer la médecine qu'il avait apprise à Villevieille.

Ce soir là, la nuit était tombée sur l'Ouest, et la taverne dans laquelle logeait le Cendregué s'était remplie de voyageurs en recherche d'une coupe de vin et qu'un peu de nourriture en attendant de pouvoir reprendre la route. Le Bieffois avait mangé seul, goûtant plus encore que son assiette d'épier tranquillement les conversations qui bourdonnaient autour de lui, découvrant sans se faire remarquer des épisodes de vie aussi divers que passionnant. Devant lui, un chevalier errant qui accomplissait une mission pour son maître du moment. A sa droite, un Manteau Rouge qui pestait contre l’exigence de son capitaine, un Dornien qui répondait au nom de Sand. Derrière lui, une dame de compagnie qui suivait sa dame en voyage. Un peu plus loin, une silhouette rousse, de dos, seule.

Quand il eut fini son assiette, Edwyn sortit d'un sac de toile sa lyre, l'une des seules possessions qu'il avait pris à son départ de Cendregué, la seule chose qu'il ne voulait pas laisser au seigneur son père, qui l'aurait sans doute jetée en feu sous un quelconque accès de rage. Adossé contre la fenêtre, il se mit négligemment à passer les doigts dessus pour s'assurer du son qu'elle faisait. Il n'ignorait pas que la tenancière des lieux aimait bien sa musique et lui tenait pas rigueur de parfois chanter ici, consciente que cela attirait parfois des curieux -qui restaient pour consommer-.

Doucement, le Bieffois se mit à chanter, une ballade d'amour classique très connue dans les Sept Couronnes. Le silence se fit légèrement autour de lui parmi les personnes qui se taisaient pour l'écouter. Quel étrange spectacle que ce jeune homme en vêtements plutôt beaux mais un peu poussiéreux, une lyre à la main, jouant les troubadours! Quelques mèches blondes tombaient sur sa chemise blanche légèrement bouffante.

Aux quelques sourires qui naissaient, ici et là, la musique semblait globalement appréciée, ce qui réjouissait le Bieffois, bien que de manière secondaire seulement. Sa première motivation n'avait jamais été l'argent ou la gloire, et quand il chanter contre rémunération, c'était uniquement pour le minimum nécessaire pour gagner sa vie. Après le mariage de lady Serrett à Montargent, il n'avait eu plus aucun contact avec sa famille, le seigneur son père sans doute conscient que c'était la dernière chose qu'il avait pu tirer de lui.


Mais certains ne semblaient pas apprécier le spectacle, et l'un des convives du Manteau rouge de tantôt se leva bruyamment, son armure tintant contre le bois de la table.

-Et toi là, le chanteur! Ne peux-tu pas cesser de jouer les damoiseaux et te comporter en homme!

Edwyn s'interrompit, fixant l'importun des yeux sans rien dire. Les Bieffois avaient toujours eu une certaine tolérance vis-à-vis de comportements comme le sien, attachés qu'ils étaient aux arts et aux lettres. Il semblerait que ce n'était pas le cas des hommes de l'Ouest.
Mais le silence du troubadour parut énerver encore plus le personnage, qui relança d'un ton encore plus colérique:

-Ne réponds-tu pas! Je vais t'apprendre, moi!

Et il dégaina, tandis que tous les autres clients s'enfonçaient dans leurs chaises ou s'applatissaient contre le mur, comme pour ne pas attirer la colère sur eux.
Après avoir posé sa lyre avec toute la délicatesse du monde, Edwyn bondit rapidement sur son sac de toile pour en tirer un long poignard. Cependant, quand bien même il aurait la parfaite maîtrise de cette arme, -ce qui n'était pas le cas, il fallait le reconnaître-, que pourrait-elle faire contre un chevalier en armure avec une épée longue?

Edwyn soupira brièvement, comme si tout cela l'ennuyait plus que ne l'effrayait, et sa élégante nonchalance restait éclatante. Mais la peur lui était une sensation relativement étrangère, sans quoi il n'aurait jamais ainsi parcourir les routes seul pendant des années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Sam 17 Juin - 18:41

Je tirais sur la bride de ma jument qui se mit au pas puis s'arrêta. Je posais un instant pied à terre pour passer une épaisse laisse autour du cou de Loki qui grogna. Remontant en selle j'attachais l'extrémité de lien de cuir au pommeau de ma selle. Pas question de faire du grabuge dans la ville de Daemon, il ne me le pardonnerait jamais. Même si en franchissant les portes je fis la grimace. J'aimais déjà que peu la région … mais alors là … non, l'ouest n'était pas pour moi c'était sûr. Mais je voulais revoir mon frère. Je resterais un peu puis …

Je repoussais en arrière une mèche de cheveux. Je ne portais pas mes vêtements dornien, mais d'autres d'un tissu plus épais et moins voyant. Pourtant, le tissu qui retenait en partie mes cheveux en arrière était dornien. Normal, c'était celui de Daemon que je conservais comme porte bonheur, rien de plus normal. Je le défis avant de tirer de nouveau mes cheveux en arrière et de les rattacher avec le voile. Ici, le blond régnait à croire que la maison du lion avait plusieurs milliers de bâtards. Je me mordis la lèvres pour ne pas rire avant de me pencher vers un manteau rouge qui répondis à mes questions. Je poussais un juron en me redressant. Daemon n'était pas là en ce moment. Cela correspondait donc aux rumeurs du vieux lion voyageur. Je me massais la nuque avant de faire tourner ma jument dans les rues jusqu'à l'auberge qu'on m'avait indiqué.

Mes pieds se posèrent délicatement sur le sol et ma jument s'ébroua. Je détachais la longe en cuir et entrais dans l'écurie. Je repoussais gentiment les palefreniers et installai moi même ma jument dans une stalle et entreprit de la panser avec soin et lui masser les pattes. Si elle avait été un chat elle aurait ronronné. Je laissais ma chienne avec elle, la première se laissa tomber dans la paille et je lui donnais ce qu'il me restais de viande. L'auberge était propre, et semblait de propreté correcte. Je pris une chambre et payai un baquet d'eau ainsi que l'écurie avant de monter mes affaires. Je me nettoyais rapidement avant d'ôter la crasse de mes vêtements. Je changeais de tenue, histoire d'être plus à l'aise.

En redescendant pour le repas je remarquais un jeune homme de bonne famille aux traits étrange. Je m'assis seule à une table en fermant à moitié les yeux épiant les conversations. Ah bah ! Voilà que mon adorable Daemon faisait se plaindre les manteaux rouges. Je ricanais en plongeant mes lèvres dans le vin. Beurk …on en avait fait des meilleurs ! Mais je finis mon repas sans faire de commentaire. C'était correcte, et cela remplissait l'estomac. Parfait donc. Quelques notes de musique me firent enfin tourner la tête pour regarder les autres clients. Une dame et sa suivante, une garde de Daemon et ses compagnon, puis … Un jeune noble blond aux traits clairement pas commun. Je souris, il m'avait l'air sympathique malgré ses vêtements poussiéreux.

Je l'écoutais jouer sa musique. Je souris d'avantage. Il chantait merveilleusement bien. Mais ce n'était visiblement pas au goût de tout le monde. Je soupirais et me levais calmement. Je passais devant le manteau rouge et me plantais entre l'homme et le chanteur. Une dague sembla couler entre mes doigts. Simple rapidité pour dégainer. L'homme me fixa je lui rendis son regard malgré notre différence de taille.

« Boucle la tu veux ? Si t'aime pas le chanteur tu te barre et tu laisse les autres profiter. Ça te chiffonne tant que ça qu'il joue de la musique ? Il t'oblige pas à l'imiter nan ? Alors si tu veux prouver ta virilité trouve toi une putain et ferme ta gueule. »

L'homme resta bouche bée et se laissa tomber sur sa chaise. Je lancer ma dague dans les airs et la rattrapais au vol avant de la faire de nouveau disparaître entre les plis de mes vêtements. Je sentis une main me toucher les fesses et mon poing s'écrasa dans le visage de celui a qui j'avais demandé de partir. Je le regardais de haut.

« Si tu cherche la bagarre tu peux tenter, mais je suis pas sûre que le capitaine des manteau rouge approuve qu'on laisse passer une bagarre. »

J'eus un fin sourire et le manteau rouge se leva et sortit après lancé une poignée de pièce sur la table. Bah tient ! Voilà que Daemon leur foutait les jetons, si c'était pas beau la vie ! Je me retournais vers le chanteur.

« Je vous en pris , continuez donc à chanter. Votre voix me rappelle la saveur douce des vins les plus rares et précieux. »

je tirais une chaise et me laissais tomber dessus pour l’entendre de nouveau chanter.


Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Dim 18 Juin - 15:07

Edwyn brandissait sa dague sans rien dire, décidé à ne pas accorder à l'importun le spectacle qu'il voulait. Sa vie ou sa simple intégrité physique ne lui importaient pas au point de reculer ou de supplier. Il ne nourrissait pas la moindre fierté de son statut de noble, mais il n'était pas pour autant une personne prête à ramper. C'était justement pour ne plus avoir à s'agenouiller qu'il était parti, cela n'allait pas recommencer à Castral Roc.

C'est alors que le Bieffois vit s'interposer un bout de femme à la crinière rousse qui sembla presque faire apparaître une dague entre ses doigts. L'altercation totalement oubliée, Edwyn fixait la jeune femme -elle ne semblait pas avoir beaucoup plus de vingt ans, d'après ce qu'il pouvait en deviner- qui n'avait manifestement aucune crainte de te retrouver mêlée à une telle situation. Elle répliquait à l'inconnu avec verve, s'exprimant sans politesse sans pour autant que sa diction indique qu'elle appartienne aux gens du commun. Edwyn l'écoutait et la regardait, n'ayant même pas un regard dans la direction de l'importun quand celui ci s'écarta. Il avait sans doute fallu beaucoup de courage à cette jeune femme pour ainsi s'interposer, alors que tout le reste des clients de l'auberge semblaient bien décidés à faire comme si ne se passait. L'inconnue avait la force de ses convictions, cela ne pouvait que plaire au Bieffois, indépendamment même du service qu'elle venait de lui rendre.

Cette dernière se tourna vers lui, et l'artiste se noya l'espace d'une seconde dans l'étonnante immensité de ses yeux vairons. Edwyn n'avait jamais vu de tel regard par le passé. Il se reprit néanmoins, et adressa un aimable et chaleureux sourire à son héroïne du jour, qui prenait place à ses côtés.

-N'importe quoi pour la dame qui a choisi de prendre ma défense, bien sûr.

Il reposa doucement sa dague, redevenue inutile, prêt de son sac en toile, avant de se saisir de nouveau sa lyre et se percher assis dans l'encadrement de la fenêtre. Il refit jouer ses doigts négligemment sur les cordes pendant quelques secondes tout en réfléchissant à ce qu'il allait chanter, avant de choisir de laisser parler son imagination en l'honneur de cette étonnante dame. Elle s'exprimait bien, mais ses vêtements étaient déroutants, et elle ne semblait pas se tenir comme une dame.

Le ménestrel commença quelques arpèges avant de poser sa voix sur cette mélodie, composant en même temps qu'il jouait comme les véritables artistes en étaient capables. Autour d'eux, les conversations avaient repris, et une partie de l'attention s'était de nouveau tournée vers cet étrange duo, le chanteur et la guerrière.

-Between the flowers and the stones, on this long path of life
Wanderers stand here, staring at the dance of the knife
But there is this warrior, the fire-haired lioness
And the humble singer bows in front of such gentleness


Les paroles s'enchaînaient tandis que les mains d'Edwyn glissaient sur l'instrument comme si cela ne lui demandait aucun effort, aucune réflexion. Son regard n'était pas fixe, mais revenait souvent sur l'inconnue à la chevelure rousse, qui ne semblait pas le quitter du regard. Elle était manifestement une guerrière, et la réunion d'une amazone et d'un ménestrel semblait si improbable et si inenvisageable que le Bieffois ne pouvait que s'incliner devant la beauté de l'instant.

Edwyn termina la chanson, le reste de la taverne oubliée pour concentrer toute son attention sur la jeune inconnue. Toujours paré de ce semblant de nonchalance qui le caractérisait, il s'adressa directement à elle.

-Que peut bien me valoir l'honneur de votre attention, ma Dame?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Dim 18 Juin - 16:04

Je souris au charmant ménestrel qui me fixa sans parler quelque secondes. Il avait des yeux sombres et bridés. C'était un drôle de mélange avec ses cheveux blonds. Mais son exotisme le rendait fascinant, autant que sa tenue de noble pourtant couverte de poussière. Il semblait être physiquement comme moi : un petit gabarit. Mais au vu de ce qu'il faisait, il me faisait plus penser à un jongleur entre plusieurs mondes qu'un véritable troubadours. Il était en tous cas le beau fruit d'un sacré mélange. Je n'aimais guère me faire remarquer et sortir mes crocs en publique. Mais si je pouvais en même temps que de faire tomber de son piédestal un homme de l'Ouest … c'était toujours agréable.

Un fin sourire me monta aux lèvres quand il m’appela «Dame». C'était quelque chose de si rare pour moi que cela me surprenait toujours. Moi ? Une dame ? Voilà quelque chose de comique ! Ou une dame de contrebande. Je croisais les jambes et me fis attentive au chant du damoiseau en face de moi. J'étais heureuse d'avoir laissé mon verre de vin sur la table, il m'évoquait plus un jus de betterave qu'autre chose à cause de son goût de terre. Le rouge me monta très rapidement jusqu'aux oreilles lorsque la voix du jeune homme résonna de nouveau dans l'auberge. C'était la première fois qu'on improvisait un chant pour moi. Au vu de l’empourpre ment de mon visage et de la chaleur que j'avais l'impression de dégager, je pouvais devenir une chaudière sans le moindre effort. En quelques notes il avait éclaté le précédent record pour me faire passer du blanc de la faïence d'un bidet au rouge brique. Je triturais presque nerveusement, le tissu sombre autour de mon poignet

Je me renversais un peu sur mon siège avec un sourire plus légers une fois son chant improvisé vu terminé. Pourquoi avait-il eut mon attention ? Simplement à cause de son physique dans un premier temps. Il ne m'avait jamais été donné de voir des hommes dans son genre avant cette soirée. Puis sa voix lorsqu'il avait commencé à chanter, elle me rappelait la douceur et la couleur du miel ainsi que le goût doux de la mangue et la musicalité des chants d'oiseaux au petit jour alors que la fraîcheur de la nuit habité encore les murs de La Gracedieux. Elle me faisait penser au doux touché de la caresse d'une mère sur le front de son enfant, et à la satisfaction de voir un tir difficile atteindre le centre d'une cible. Et puis avec son attitude calme et nonchalante il brisait pour moi la superstition comme quoi un homme devait être vulgaire en permanence et détester la musique. Je me frottais machinalement le bout du nez avant de demander un verre de lait pour le chanteur, on ne chantait pas bien avec l'alcool. Je lui tendis et expliquai enfin :

« Oh ... Vous savez maître chanteur la première raison qui a attiré mon attention jusqu'à vous et votre physique qui n'est pas banal. Mais c'est votre voix qui a finit par la capturer de manière définitive. »

Je me levais un instant prendre mon verre de vin et y trempais mes lèvres. Définitivement dégueulasse. J'en bus une gorgée, j'avais besoin de m'occuper les mains plus qu'autre chose. Je croisais de nouveau les jambes avant de les décroiser et de poser mes coudes sur mes genoux me penchant vers le chanteur. Je fis tourner le gobelet en métal entre mes doigts calleux.

« Permettez messire chanteur, je ne me suis pas présenté, je suis Boadicée Sand. Il est tellement rare de voir un homme aimer les arts et avoir une voix aussi parfaite que la votre … que je ne voulais pas laisser deux idiots me prier de ce plaisir pour une raison aussi futile … mon intervention, je ne le crains était donc purement égoïste. »

J'aimais la franchise, et je l'étais. Je ne cacherais donc rien à cet homme qui m'était sympathique. Qu'il parte si mon nom de bâtarde le choquait. Cela ne ferait rien.



Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Dim 18 Juin - 17:02

Edwyn chantait, et sa voix continuait de résonner dans la taverne qui avait reprit une certaine vie, bien que l'attention sur cet étrange qui aurait pu tout aussi bien venir de l'autre bout du monde connu reste présente. Mais ce dernier n'en avait cure, concentré qu'il était sur sa musique et sur la guerrière rousse qui semblait lui accorder toute son attention. Une étrange connexion naissait de cet instant spécial, comme si, sans mot, mais seulement par un étrange mélange de musique et de silence, des émotions particulières pouvaient passer entre deux personnes que tout oppose.

Quand Edwyn reposa enfin son instrument à côté de lui d'un mouvement souple du poignet, la jeune femme lui tendit un verre de lait, qu'il se pencha pour accepter, avec un doux sourire en remerciement avant d'en boire quelques gorgées. Se léchant rapidement les lèvres, il posa également le verre à côté de lui en écoutant la réponse de la jeune femme qui s'expliquait sur son intérêt pour sa personne. Elle évoquait tout d'abord son physique, tel qu'on en voyait peu en Westeros. Il y avait vrai que le sang d'Essos qui coulait dans ses veines de part Dame sa mère lui garantissait bien des regards, tant il était peu commun sur ce continent. Cela marquait Edwyn du sceau de la différence, avec plus de certitude encore que ses vêtements couverts de la poussière des routes ou ses attitudes de jongleur baladin.

L'inconnue cessa d'être une inconnue quand elle se présenta, lui indiquant répondre au nom de Boadicée Sand. Une Dornienne donc. Edwyn était parfaitement indifférent au concept de bâtardise, comme l'on pourrait se douter venant de celui qui avait rejeté le statut de noble pour courir les routes en solitaire. Cela expliquait son maintien qui n'était pas celui d'une dame, mais sa diction qui la rapprochait bien plus de la noblesse que du commun. Au moins ne faisait-elle pas partie de ceux qui plaçaient le nom et le sang sur un piédestal aussi ridicule que futile.
Edwyn n'avait encore jamais eu la possibilité de fouler les sables de Dorne, mais n'avait-il pas toute une vie devant lui pour s'y essayer? Il rêvait depuis longtemps de voir les Jardins Aquatiques, les arbres ployer sous le poids des fruits exotiques, et pourquoi pas rencontrer le Prince Oberyn Martell, celui qui avait blessé si durement son ami d'enfance, Willos Tyrell, il y avait une décennie de cela?

-Et bien, lady Sand, enchanté de faire votre connaissance. Je m'appelle Edwyn Cendregué. C'est un toujours un plaisir d'intéresser des guerrières comme vous. Vous avez été impressionnante face à cette brute pourtant deux fois plus large que vous. La richesse dont jouit l'Ouest aurait-il laissé penser à ces hommes qu'ils pouvaient également acheter le monde si bon le leur semblait?

"Je n'ai vu personne en faire autant", aurait-il pu rajouter en lançant un regard circulaire à la salle qui se désintéressait progressivement de leur étrange duo. Pas que cela le touche d'une quelconque manière, mais cela donnait plus d'éclat à l'intervention de la dénommée Boadicée, qu'il continuait d'appeler "Dame" avec nonchalance. Elle semblait plus frêle qu'un oiseau, pourtant la peur semblait absente de son esprit.

-Et je suis ravi que ma modeste musique vous plaise, ma Dame. Puis-je vous demander ce qui vous amène à Castral-Roc, si loin de chez vous?

Dorne et l'Ouest étaient loins, sans doute la jeune femme avait-elle une bonne raison d'être dans la ville des Lions. Ou peut-être que, tout comme lui, elle errait sans fin sur les routes du monde pour trouver ce qu'elle n'avait pas chez elle.
Edwyn reprit le verre de lait gentiment commandé par la dornienne pour en reprendre quelques gorgées, appréciant la fraîcheur du breuvage sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Dim 18 Juin - 17:55

Je souris et émis un petit rire lorsqu'il me nomma lady. C'était donc un homme se fichant des statues de sang. Son nom de famille me fit devenir pensive quelques instants. Cendregué ? Je l'avais déjà entendue dire plusieurs fois, ou je l'avais lus. Ou les deux. Cela me revient. Une haute, très haute famille du Bief. Un noble ainsi ? Voilà qui était original ! J'aimais bien, cela changeait agréablement de ce que je voyais toujours ou presque. Il avait l'air tellement plus intéressant que la majorité des gens. Sa réplique sur la confrontation me fit de nouveau sortir un petit sourire. Si je devais affronter que ceux qui avait ma carrure, je me battrais uniquement contre des enfants ! La différence de stature n'avait aucune importance, c'était la rapidité et l'endurance le plus important. L'or du l'ouest ? Je secouais la tête en me retenant de rire :

« La carrure ne fait pas tout, si je devais être impressionné par tout ceux étant plus grand et plus large que moi, je passerais ma vie dans un trois de souris ! Quand à la richesse de l' Ouest, j'ai vu des villages en ruine. Beaucoup de gens sont tellement pauvres ici, je ne vois que la richesse arraché des montagnes pour finir dans les poches de certains … »

je finis ma coupe de vin et la posais sur la table avec un petit claquement sec. Ce qui m’amène à Castal Roc ? Je me massais la nuque pensive. À part Daemon … Il n'y avait aucune raison à ma présence ici. Juste un voyage pour trouver quoi faire de ma vie, revoir le nord, le froid et la neige. J'allongeais brièvement les jambes avant de les ramener sous ma chaise. Non, je n'avais pas réellement de raison d'être dans l'ouest, mais c'était ainsi, si je ne voyageais pas maintenant je ne le ferais jamais. C'était ainsi. J'ébouriffais de nouveau ma crinière qui tomba plus encore en désordre dans mon dos.

« Oh … j'ai l'intention d'aller encore plus que l'ouest. Je veux visiter les sept couronnes avant de retourner dans les sables brûlant de Dorne. Ainsi j'en profite pour rendre visite à certaines personnes partie il y a bien longtemps, comme mon chère presque frère. Mais il n'est pas ici actuellement. Et vous ? Vous êtes bien loin de chez vous également, seriez vous en mission ? Ou bien une simple envie d'évasion ? »

Je connaissais bien ce désir de vouloir partir loin, s'affirmer et quitter la coupe oppressante d'un père ou d'une mère. C'était l'une des raisons de mon départ. De plus qu'il affirme que son chant était modeste me fit davantage sourire. Peu se dévaloriser de la sorte surtout quand on avait un talent certains pour le chant. Je le détaillais physiquement scrutant son visage et son attitude.

« Votre modeste chant ? Je ne dirais pas modeste, peu de chanteurs peuvent improviser paroles et mélodies sur le chant. »

Peut-être n'avait-il pas confiance en lui … je disais bien toujours que je pouvais être une meilleure archère. Bon j'avais sans aucun doute pris la mauvaise habitude de mon père qui était plus que perfectionniste. Mais peut-être que son père lui l'avait toujours dénigré pour son chant. C'était une raison possible.



Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Lun 19 Juin - 6:05

La jeune femme riait en l'écoutant parler, comme si évoquer sa carrure n'avait aucun sens pour elle. Edwyn souriait sans en prendre ombrage le moins du monde. Ses compétences de combat étaient pour ainsi dire, proches de zéro, et sans doute ses paroles n'avaient pas la moindre pertinence. Cela rappela au chanteur l'espace d'une seconde son enfance passée aux côtés de Willos Tyrell, brillant futur chevalier coupé en plein envol par une blessure en tournoi comme un oiseau privé de ses ailes. Combien de temps avaient-ils passé, que ce soit à Cendregué ou à Haujardin, l'un répétant inlassablement les mêmes gestes avec une épée tandis que l'autre était plongé dans la lecture de tel ou quel grimoire? Le destin les avait finalement même plus rapproché qu'autre chose, le chevalier des roses obligé par sa blessure à s'élever par la connaissance plus que par l'épée. Sans doute ne se comprenaient-ils pas parfaitement quand ils étaient enfant, et leurs histoires respectives le leur avait permis. Bien sûr, cela faisait longtemps maintenant qu'ils ne s'étaient plus revus, Willos occupé par ses responsabilités d'héritier du Bief, et lui-même parti sur les routes depuis quelques années maintenant. Cependant, il continuait d'écouter les nouvelles à son sujet avec attention, s'était réjoui de l'annonce de ses fiancailles avec la Princesse Daenerys Targaryen. Edwyn avait peu d'amis, mais il leur restait fidèle peu importe la distance, et son affection pour l'héritier Tyrell atteignait des records.

Le troubadour reporta néanmoins toute son attention sur son inopinée rencontre, parfaitement charmé par ses réponses, une voyageuse dornienne sur les routes des Sept Couronnes. Elle était à la recherche de quelqu'un avant de reprendre la route des sables de Dorne. Ils étaient donc bien plus proche que ce qu'on pouvait penser au premier abord.

-J'espère que vous le retrouverez alors, ma lady. Pour ma part, cela fait maintenant un moment que je parcours les routes en voyage. Après avoir sillonné le Bief durant quelques temps, je découvre maintenant d'autres régions. Et je chante, je soigne ou je dessine parfois pour gagner de quoi dormir. Je n'agis pas pour le compte de ma famille.

Edwyn souriait toujours, de ce sourire à la fois élégant et négligent qui le caractérisait si bien. Il remit distraitement derrière son oreille une mèche de cheveux qui se baladait devant ses yeux, tandis que la dame complimentait ses aptitudes en musique.

-Vous êtes trop aimable avec moi, ma Lady. Mais cela n'est pas si difficile qu'il peut le sembler d'un regard extérieur, tout comme il est moins malaisé pour vous de faire face à brutes avec vos compétences au combat.

Edwyn saisit sa propre dague pour la faire tourner entre ses doigts, conscient de sa parfaite incompétence à ce sujet face à lady Sand. Mais il n'en tirait nullement déplaisir, au contraire. Il ne se faisait pas partie de ces nobles, de ces hommes à lego surdimensionné, incapables de se laisser surpasser par une femme, une bâtarde qui plus est. Au contraire, lui si féru d'apprendre, ne pouvait que s'émerveiller de l'étendue des connaissances existantes de par le monde.

-Sans doute est-ce parce que je viens du Bief, mais je suis parfaitement ignorant de l principauté de Dorne. Je ne désespère cependant pas de m'y rendre un jour, et de découvrir par moi-même la beauté et le danger du désert.

Sans doute finirait-il tôt ou tard par s'y rendre effectivement. Après tout, il avait une vie de voyages et de découvertes devant lui, il trouverait bien le temps de découvrir Lancehélion et les Jardins Aquatiques. Ou peut-être, une fois qu'il aurait atteint le Nord, logique dernière étape de cette première partie de son voyage, il prendrait un bateau en direction d'Essos, pour partir à la découverte de cet immense continent, des Possessions de Valyria, et des terres de Yi Ti que Dame sa mère avait laissées, dont lui-même était le fruit de son mariage avec le lord de la famille Cendregué. Qui sait? Son rêve ultime était de poser les yeux sur l'immense cité engloutie par l'histoire, celle dont était originaire la famille royale, mais il ne se faisait pas trop d'illusions: Des expéditions d'hommes bien plus expérimentés que lui avaient tentés de s'y rendre jamais en revenir. Les crocs du Fléau se refermaient sans aucune pitié sur les courageux aventuriers qui osaient s'en approcher de trop près. Même les bandits de la contrebande ne cherchaient plus à s'enrichir via les merveilles perdues de Valyria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Lun 19 Juin - 8:56

Il ne semblait pas offusqué par mes rires. Ce n'était pas des rires de moqueries bien évidement. Je n'allais pas me moquer du messire Cendregue puisque je n'avais aucune raison de le faire. Il était poli et courtois avec moi. Bien qu'entendre " Lady Sand " était assez à double tranchant. Il pouvait sonner comme une moquerie chez beaucoup. Mais en scrutant les yeux sombres du musicien je ne décelais aucune forme quelconque de moqueries ou de plaisanteries. Même si cela m'était agréable je préférais encore qu'il me nomme Boadicée ou , comme beaucoup Boa, mon prénom était tellement long ! J'espèrais en effet revoir Daemon et lui arracher les oreilles pour les rumeurs qui avaient atteints les miennes. Il y avait des claques qui se perdaient je vous jure.

Je haussai un sourcil surpris. Un noble volontairement sur les routes qui ne travaillait pas pour sa famille ... Fascinant ! Il voyageait donc uniquement pour voyager. Et il semblait avoir de multiple talents. Rares et précieux. C'était un homme remarquablement intelligent et indépendant ! Rare était ceux qu'on voyait de nos jours ! Beaucoup préférait le confort et la sécurité des murs de leur demeure. C'était également une manière de vivre, je ne critiquais pas. J'aimais moi même la monotonie du moment que je pouvais partir parfois à l'aventure. Et j'aimais bien son sourire un mélange de nonchalance, de détente et d'attention. Je hochai la tête chacun avait sa spécialité pour ma part c'était le combat il semblait porté sur les arts et la médecine.

" Dorne est un pays magnifique mais tout aussi mortel et le désert ne pardonne aucune erreur. Celui qui pense dompter le désert et tout savoir sur lui est un idiot. Nombreux sont les hommes et femmes qui y perdent la vie. Mais cela aurait moins de piquant si c'était trop facile ! "

Je fis un petit sourire amusé. Je jouais machinalement avec la coupe vide que j'avais repris en main toujours pour occuper mes mains presque sauvages et dompter mon habitude à presque en permanence m'agiter dans tout les sens. Je fis rouler mes épaules. J'avais très envie de savoir ses origines. Il n'était pas bieffois de sang "pur". De quelle origine pouvait-il être ? Sûrement une des peuplades d'Essos. Je ne voyais que ça

" Pardonnez mon insolence messire Cendregue mais quelle origine mit à part Bieffois possédez vous ? Je n'ai jamais rencontré une personne telle que vous. Aussi bien physiquement que mentalement. "

Je lui refus un fin sourire amical


Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mar 20 Juin - 7:03

Lady Sand semblait surprise de l'entendre dire qu'il ne voyageait pas pour le compte de sa famille. Il était vrai que cela pouvait en étonner plus d'un. Et encore, il n'avait pas dit qu'il avait volontairement quitté les siens sans imaginer y revenir un jour! Il ne conservait cependant son statut de noble que pour les avantages qu'il pouvait en retirer sur la route. Sinon, peut-être se ferait-il appeler Edwyn Flowers, voire Edwyn tout court, comme un homme du commun. Mais peut-être était-ce le dernier lien qui le rattachait aux siens, et que le couper semblait, par pure superstition, par trop violent et définitif, et impliquerait peut-être une sorte de colère de l'artiste envers sa famille, colère qui n'existait nullement en lui. Certes, le comportement de son père et de ses frères aînés n'avait pas toujours été agréable envers lui, mais il en comprenait les raisons, et ne nourrissait aucune rancoeur envers les siens.

La jeune femme lui parlait de Dorne, du désert et de ses dangers. Edwyn l'écoutait attentivement, hochant doucement la tête à ses dires. Elle sembait bien comprendre sa contrée, et avoir conscience qu'on ne peut apprivoiser une région sauvage telle que le désert, dont les crocs pouvaient se refermer à tout instant sur le malheureux, était sans doute la meilleure façon d'y survivre.

-Vous avez bien raison ma lady, après tout la beauté ne se trouve-t-elle pas absolument partout? Il faut alors bien la mériter, et se montrer humble face à ce qui peut nous engloutir en l'espace d'un instant.

Les peuples vivant dans des régions difficiles -le Nord, Dorne, les Iles de Fer-, avaient bien compris cela, même si le concept bieffois de beauté tel qu'Edwyn le maniait n'était pas leur préoccupation principale. Ils avaient conscience de la force de la nature et savaient se montrer humbles face à elle. Les insulaires priaient un Dieu Noyé, les Nordiens des Ancieux Dieux dans des arbres millénaires, les Dorniens avaient appris à vivre avec la chaleur et le désert...Les Dieux humains tels que les Sept ne méritaient sans doute pas leur piédestal en de tels lieux.

C'est alors que la dénommée Boadicée l'interrogea sur les origines qu'elle pouvait lire sur son visage. Edwyn eut un léger rire avant de répondre à cette question qu'on lui posait si souvent.

-Je vous en prie ma lady, appelez moi juste Edwyn! J'ai quitté les miens, il n'est nul besoin de perpétuer avec moi cette ennuyeuse étiquette.

S'entendre appeler "messire Cendregué" pouvait être si...hors contexte, ici dans cette modeste taverne de l'Ouest, dans ses vêtements encore poussiéreux de la route. Il y avait longtemps qu'il n'était plus messire Edwyn Cendregué, mais simplement Edwyn le barde, le peintre, le mestre à demi, l'étrange jongleur.

-Je tiens effectivement beaucoup des origines de Dame ma mère, qui est née loin en Essos, dans l'Empire de Yi Ti. Mes frères et soeur également ont des traits semblables, mais je crois que je suis le plus étranger de visage de ma fratrie.

Comme pour appuyer son propos, Edwyn passa une nouvelle fois sa main dans ses cheveux pour les écarter de son visage. Ce métissage peu commun en Westeros lui attirait bon nombre de regards, parfois admiratifs, parfois circonspects. Mais comme à son habitude, cela lui était parfaitement indifférent.

-Sachez bien que l'intérêt pour cette rencontre est partagé, ma lady. Vous êtes sans doute la femme la plus intéressante que j'ai jamais rencontré. Pouvez vous m'en dire plus sur les raisons de votre long voyage? Je suis très intrigué.

Edwyn se pencha alors pour saisir un fruit dans la corbeille posée sur la table et le fit tourner dans sa main, sans quitter la guerrière des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mar 20 Juin - 11:34

Je hochais la tête à moitié d'accord. Il y avait des choses qui jamais ne me semblerait belle. Comme la carcasse de je ne sais quel animal rongé par des vers sur le bord du chemin dans l'étrange quiétude d'un chant d'oiseaux. Là pour trouver la beauté il faudrait être très fort. Parce que à part me coller une envie de vomir … je ne trouvais pas ça formidablement beau. Mais je ne devais pas avoir des yeux d'artiste, c'était sans doute pour ça. Edwyn-tout-court, serait sans doute capable de voir cette beauté. Mais concernant la nature j'étais d'accord, je venais de deux régions diamétralement opposé et où pourtant la nature était maître. Ce n'était jamais la nature que nous apprivoisions, mais nous qui nous adapté à la nature.

Il voulait écarter les convenances, mais il m'appelait « Lady Sand ». Bien, je l'avoue ce n'était pas dans les convenances ni les conventions. Bien nombreux étaient les gens, même du peuple, à bondir sur un piédestal face au fruit « immonde » d'une naissance hors mariage. Et on me donnait plus souvent du Boa, Boadicée et du Bâtarde que du Lady Sand. Je repoussais en arrière ma tignasse quand lui même repoussa d'un mouvement du poignet sa chevelure blonde pour que je remarque d'avantage le mélange de bieffois et Yi Ti qu'il était. Je souris, il avait un charme exotique certains.

« Si je dois vous nommer Edwin-tout-court, ne m’appelez donc pas Lady Sand, mais Boadicée, ou Boa comme vous le souhaitez. »

Mais n'avait-il pas finis de me faire rougir celui-là ? Entre la chanson et ça maintenant. Je pris aussitôt une pomme et après l'avoir vaguement essuyé de ma manche je croquais dedans pour cacher mon trouble. Pouah ! Elle n'était pas craquante ou juteuse ! Elle était simplement farineuse. Je me retiens de cracher et mâchais avec application le fruit où j’espérais qu'il n'y avait aucun vers. Que les vergers où les branches d'arbres ployaient sous le poids des oranges et des fruits de la passions de La Gracedieu me manquaient en ce moment ! Là bas en levant le bras il y avait plus d'une centaine de fruits à porté de main prêt à tomber au sol et à éclater tant ils étaient murs . Et la question d'Edwin-tout-court m’embarrassait un peu. Tout comme ser Ryon il voulait savoir les raisons de mon voyages. Mais que dire quand nous n'en avons pas réellement ? Mon tendre et aimant père avait qualifié ça de : « caprice de gosse délirant et trop gâté »

Je croquais une nouvelle fois dans la pomme pour étouffer un soupire montant dans ma gorge. Quelque part mon père avait raison, voyager sans but alors que je vivais paisiblement ressemblait à un caprice. Peut-être que cela était le tout premier de mon existence. Peut-être. Mais j'avais enfouit en moi le désirs de moi même trancher le cordon entre mon père et moi. Grandir seule pour une fois, ne pas subir les caprices de mon père ni de la nature. Choisir mon rythme, me poser et réfléchir. Je lançais la pomme en l'air avant de la rattraper.

« Il n'y a pas réellement de but à mon voyage si ce n'est m'offrir le temps que je veux pour grandir et réfléchir. De plus pourquoi tout devrais avoir obligatoirement un but ? Et permettez moi de vous renvoyer le compliment, j'ai rarement vu un homme aussi fascinant que vous. »

Même Daemon ou Robb n'avaient pas éveillé mon intérêt de la sorte. Daemon parce qu'il était presque un frère pour moi et ainsi j’avais prit tout mon temps pour le connaître. Et quand à Robb c'était un homme intéressant, mais pas aussi intriguant que cet Edwin. J'aurais d'urgence à lui conter cette improbable rencontre dans une lettre. Cela allait bientôt faire deux semaines que je ne lui avait par écrit, je ne voulais pas qu'il s'inquiète. Mes dernières lettres à Dorne parlaient du prince Viserys et des fiançailles entre Loras Tyrell et Cercey Lannister. Plus une autre pour lady Ynis. Une nouvelle bouchée de pomme englouti, je retournais la question à l'envoyeur

« Et vous ? La raison de votre voyage ? Une envie de découvrir des beautés de la nature inconnues ? »

il avait parlé beauté et nature , c'était peut-être la raison de son voyage. Il m'avait l'air très étrange à saisir et à comprendre, et cela me plaisait. Je lui rendis son sourire.


Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mar 20 Juin - 13:44

La jeune femme lui demanda également de l'appeler par son prénom. Il n'y avait plus de lord ou de bâtarde, juste deux personnes encore couvertes de la poussière de la route qui discutaient à la chaleur d'une taverne. Boadicée -puisque c'était son nom-, semblait avoir une vingtaine d'années. Cela pouvait sembler jeune our partir en voyage seule, mais après tout, Edwyn n'était pas plus âgé quand il avait quitté Cendregué.
Cela faisait longtemps maintenant qu'il errait...Il pouvait se sentir fatigué parfois, mais lassé jamais. Mais sans doute la Dornienne pouvait comprendre cela aussi bien que lui-même. Même si, contrairement à lui, elle avait l'intention, tôt ou tard,de rentrer chez elle, retrouver les siens. Edwyn n'avait plus de siens depuis des années, à supposer qu'il en ai jamais eu. Mais son coeur n'était pas en train d'éclater sous le poids de la solitude, il s'ouvrait au contraire à elle.

Elle également voyageait sans autre but que de voyager, découvrir le monde et soi-même au travers. Edwyn hocha lentement la tête, le regard dans le vague. Voilà que l'artiste et la guerrière ne cessaient de se découvrir des points communs, cela était à la fois surprenant et plaisant, à n'en pas douter. Il amena à ses lèvres le verre de lait commandé plus tôt par Boadicée, le finissant en deux gorgées tandis que cette dernière croquait dans un fruit. Il était étonnant de penser que Edwyn venait peut-être de trouver quelqu'un qui comprenait sa solitude.

-Je comprends bien l'absence de but de votre voyage, puisque je le partage. J'ai quitté le fief de ma famille il y a cinq ans avec quelques possessions, et je ne suis jamais rentré. Je n'ai pas non plus l'intention d'y retourner un jour, et mon objectif est maintenant de découvrir tout ce que cet immense monde a à m'apporter.

Cela faisait longtemps que Edwyn n'avait pas exposé à haute voix les motivations de sa présence sur les routes, les dernières personnes avec qui il avait échangé sans doute incapables de comprendre par ailleurs. Lady Rowan à Hautjardin, ambitieuse jeune femme qui aurait sans doute besoin de tout ce que son nom pourrait lui apporter. Lady Serrett plus récemment, lors de son mariage à Montargent, qui ne nourrissait de toute façon pour lui rien d'autre qu'un indifférent mépris dissimulé sous un sourire parfaitement maîtrisé. Il était temps pour lui de quitter ce monde de manigances politiques qui ne recelait à ses yeux aucune beauté. Il se contenterait sans doute de garder un oeil lointain sur les évolutions de lady Rowan et de Ser Willos, son ami de toujours. Pour le reste, tout cela lui resterait à jamais indifférent, et il cotoierait maintenant plus de contrebandiers que de lords suzerains.

-J'ai cherché mon but, comme vous dites, dans maintes voies. Septon, mestre...Au final, je crois que le seul but qui me convienne est d'en n'avoir aucun. Je vis comme cela depuis des années, et cela me satisfait pleinement.

Comme cela pouvait ouvrir des yeux ébahis à la plupart des personnes! Le commun des mortels, nobles comme roturiers, trouvaient l'accomplissement d'une tâche, quelle que soit son échelle: Faire prospérer son commerce, nourrir sa famille, perpétuer son nom et sa grandeur...En cela, sans doute Edwyn était-il une erreur de la nature de ne pas mettre son nom sur un piédestal, ce qu'il était prêt à accepter sans broncher.

-Il semblerait que nous venions tous deux de rencontrer notre plus proche confident, n'est-ce-pas?

Edwyn eut un sourire énigmatique à l'attention de sa nouvelle rencontre. Il avait parfaitement conscience du caractère surprenant de sa dernière phrase, mais il ne la pensait pas moins pour autant. Malgré leurs origines, leurs enfances, leurs vies différentes, il était étonnant de voir à quel point ils se comprenaient l'un et l'autre, la guerrière frêle comme un oiseau et l'artiste vêtu comme un noble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mar 20 Juin - 14:44

Je souris à Edwyn en finissant ma pomme entre quelques bouchées presque affamée. Penser aux fruits de chez moi m'avait monter la salive et la faim. Alors malgré la faible qualité de la pomme, je la finis avec soin. Presque comme un chien se faisait les crocs sur un os encore et encore. Lui n'avait pour but que de découvrir le monde sans retourner chez lui. Ce n'était pas mon cas. Je rentrerais à La Gracedieu pour y vivre et y servir Ser Ryon et Dorne. Je savais qu'à jamais, je me sentirais redevable envers lui. Certains pouvaient dire que je n'étais qu'un chien fidèle et sans initiative … cela ne me dérangeait pas, et je répondais par un sourire léger avant de partir. Je me contentais de hocher la tête face aux désirs d'Edwin. Mon chez moi était un lieux, pour d'autre une personne.

« J'aimerais découvrir le monde en enter … Pourtant à la fin de ce voyage je rentrerais, j'ai quelques promesses à tenir. Pour moi mon chez moi est La Gracedieu, pour d'autre il s'agit d'une personne. »

C'était un mi-septon mi-mester. Voilà qui était original et qui collait parfaitement à son image. Je ne le voyais pas tellement autre chose que quelqu'un n'ayant jamais finit une formation. Il semblait être pour moi comme un petit colibri, un oiseau magnifique au plumage coloré qui voletait de fleur en fleur au chant plus que mélodieux. Je retiens d'éclater de rire. Ce n'était pas le moment de rire. Il pourrait penser que je me moquais de lui. Mais il sembler ne pas savoir ce qu'était le regard des autres. Et c'était une qualité rare. Qui avait du rendre fou son père. Je posais le trognon sur la table. J'aimais cette idée de ne pas avoir de but.

« Mais le fait de ne pas vouloir de but, n'est-il pas un but en lui même ? »

Je fis craquer mes poignets en étirant mes bras au-dessus de ma tête. Mon dos avait besoin d'un vrai lit après plusieurs couché sur le sol parfois dur et froid de grotte ou humide de forêts. Je répondis au sourire énigmatique d'Edwyn par un sourire franc. Oui, nous étions tombé sur le miroir de l'autre. Qui aurait cru que j'aurais pus m'entendre avec un homme tel Edwyn, et pas avec un guerrier. Voilà un drôle de duo de l'extérieur, une femme au physique d'enfant et le noble troubadour. La seule autre personne avec qui je m'étais entendue aussi vite était Robb. Étrange rencontre et étrange amitié ! Mais puisque les anciens dieux avaient décidé de les placer sur ma route, c'était qu'il y avait une excellente raison. Et j'acceptais les décisions des dieux.

« Il semblerait en effet que nous nous sommes remarquablement trouvé. Il ne resterais plus qu'à remercier cet ivrogne qui a voulu vous agresser pour cette formidable rencontre ! »

J'eus  un petit rire. Les rencontres tenaient parfois à rien. Avec Robb, c'était Loki qui avait filé pour je ne sais plus quelle raison … Ah si ! Vent Gris. Et puis pour Edwyn, un ivrogne n'aimant pas la musique. La prochaine fois cela serait quoi ? Une chute de cheval ou quelque chose comme ça ? Et comme avec Robb, je ne voulais pas le laisser. Mais contrairement à Robb, lui était libre … je me mordillais la lèvres inférieure avant de demander innocemment.

« Combien de temps allez vous rester encore ? Et quelle est votre futur destination ? »

Je ne savais pas ce que je préférais. Qu'il me propose, ou que je lui propose de voyager à deux. Mais je n'avais que peu envie de reprendre le voyage seule après être tombé sur cette perle rare. J'aimais le calme et la solitude mais Edwyn ne semblait pas être envahissant. Mais à voir s'il plaisait à Loki également. S'il ne plaisait pas à Loki … Nous serons juste plus attentive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mer 21 Juin - 7:02

La jeune Boadicée semblait donc, contrairement à lui, liée à son foyer -la Gracedieu, à Dorne- par des serments qu'elle avait pu faire. Edwyn avait rompu ceux faits à sa famille et à sa terre, avait refusé d'en faire d'autres, comme à Villevieille, et maintenant il était libre. Seul, mais libre. Cette vie lui convenait, Edwyn ne faisait de toute façon partie de ces personnes capables d'apporter quoi que ce soit aux gens, si ce n'est peut-être un peu de beauté le temps d'une chanson.
Mais si la Sand avait manifestement plus de responsabilités que lui, elle semblait mieux le comprendre l'espace d'une conversation dans une taverne que sa mère ou sa soeur en vingt ans à Cendregué. Bien sûr, l'artiste ne retirerait jamais les efforts qu'elles avaient pu faire pour l'atteindre! La responsabilité de leur incompréhension mutuelle était même sienne, lui qui jamais n'avait tenté de rentrer dans le rang pour faire plaisir aux siens. Ce départ n'était que le fruit d'années d'agrandissement du gouffre entre eux. Ou peut-être était-ce ainsi écrit par les Sept depuis le début?

Edwyn, en revanche, ne put se retenir d'éclater de rire en entendant la jeune femme affirmer que n'avoir aucun but était un but en soir. Elle avait après tout parfaitement raison, du moins dans son propre cas. Lafcadio et l'inexistence de l'acte gratuit. Mais rien, ni dans son rire ni dans ses yeux, ne montrait la moindre moquerie à l'encontre de Boadicée. Il n'était de tout façon même pas certain qu'il en fût capable.

-Vous dites bien vrai, Boadicée, n'avoir aucun but est un but en soi! Je le sais bien pour avoir parfois activement cherché à ne plus avoir aucun devoir envers qui ou quoi que ce soit. Et si cela ne semble pas logique, c'est en fait tout le contraire!

L'hilarité du Bieffois finit par se calmer, même si elle continuait d'une certaine façon à briller dans le bleu froid de ses yeux. Il semblait de très bonne humeur, en compagnie de la guerrière. Plus personne ne leur prêtait attention, tout comme eux ne s'occupaient plus de ce qui se passait dans la taverne. Il leva symboliquement son verre vide en direction de la jeune femme pour lancer:

-Je lève mon verre à cette bien étrange rencontre!

Le comportement d'Edwyn pouvait là encore sembler bien étrange, mais à ses yeux tout cela était parfaitement sensé. Il suffisait juste de faire l'effort de se rapprocher de lui, ou simplement accepter qu'il était impossible de le comprendre dans sa globalité. Il était après tout un noble jongleur couvert de poussière.

-Et bien, je pensais traverser l'Ouest puis le Conflans pour rejoindre le Nord, mais rien n'est encore fixé. L'avantage de voyager sans serments est que je suis libre de ma destination. Je suis par exemple libre de vous accompagner quelques temps si vous le souhaitez. Je ne vous propose évidemment pas mes services de garde du corps! Seulement ma compagnie, si elle vous convient bien sûr.

Edwyn ne savait même pas pourquoi il avait lancé ça, mais il était tout à fait libre de ses envies et celles de la dame, la liberté était son propre piédestal. Même dans sa solitude, un brin de compagnie serait toujours appréciable, surtout celle d'une femme comme Boadicée. Il avait connu bien des personnes au cours de sa vie, mais la Dornienne était indubitablement différente.

-Du moins, si la compagnie d'un Bieffois n'indispose pas trop la Dornienne que vous êtes, naturellement!

Edwyn sourit de nouveau en évoquant la rivalité millénaire entre leurs deux régions, chacune d'un côté des Marches, qui se regardaient avec rancoeur et circonspection depuis si longtemps. Bien sûr, cela était indifférent au troubadour, mais l'envie de lancer la pique était trop forte. Comme par superstition, rejeter les anciennes colères ridiculement vieilles entre deux régions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark Sacha
Messages : 523
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mer 21 Juin - 10:56

Le rire qui accompagna ma déclaration comme quoi ne pas avoir un but était un but en lui même ne me paru pas moqueur. Non même au contraire, c'était même plus un rire de joie profonde. Comme-ci j'avais dis quelque chose d'incroyablement gentil. Décidément ce noble jongleur d'origine et métier était fascinant. Nombreux disaient que ne pas avoir de but, c'était mourir. Pour moi ce n'était qu'une superstition. Ne pas avoir de but c'était aussi bien souvent un objectif. Ne plus avoir d'objectif, c'était quelque part avoir obtenue le bonheur non ? C'était se sentir complet, qu'on avait plus besoin de chercher et de courir comme un chien derrière un os. Non, si nous étions complètement heureux, nous n'avions plus besoin de quelque chose.

Je souris et pris à mon tour mon verre vide pour le cogner contre celui du jeune homme. Fêtons cette étrange et formidable rencontre avec des verres vides ! L'ivresse amené par les fruits de La Treille n'était pas propice pour le moment. Je reposais le gobelet caressant sa base du bout des doigts un léger sourire glissant sur mes lèvres. Sourire qui redevient éclatant lorsqu'il se proposa de faire un bout de route à mes côtés. Bien ! Je n'allais pas refuser une offre qu'on m'offrait sur un plateau.

« Je crois que je vous servirais plus de garde du corps ! Mais c'est avec plaisir que j'accepte votre offre pour m'accompagner ! Vous avez sans nul doute beaucoup plus de conversation que ma jument ou ma chienne ! »

Mais je faisais confiance à Loki pour le combat. Ses mâchoire puissantes étaient d’ôtées de crocs tranchants et solides capable de faire éclater des os et de déchiqueter des gorges ou des ventres sans problèmes. Alors quand elle se méfiait de quelqu'un, j'avais tendance à lui faire confiance. Même si parfois avec son caractère câlin et foufou on pouvait avoir du mal à la prendre au sérieux. Un rire m'échappa quand il parla de la rivalité entre Bieffois et Dornien. Que devrais-je dire ? Et la rivalité entre nordistes et sudistes ? Je secouais la tête en riant

« Un dornien pur souche ne vous aurez probablement jamais adressé la parole, et comme je suis à moitié nordienne … La glace tempère le feu dit-on. Personnellement je me fiche de votre région d'origine, c'est vous qui m'accompagnez, pas tout le Bief ! Et à part l'homme que je cherche on ne risque pas de croiser beaucoup de Dornien. Mais il n'a pas la voix sur le chapitre de mes relations. Et sans vouloir vous offenser, vous portez les traits Yi Ti de Dame votre mère, il est dur de dire que vous venez du bief en un clin d'œil. »

Sauf si mon père décidé pour une raison obscure de venir dans le Nord sur ordre des Wells. Machinalement je frottais la cicatrice qui ornait tout mon bras jusqu'au creux de mon poignet. Je retiens un bâillement, la chevauchée avait été longue aujourd'hui, et malgré quelques kilomètre dévorait au triple galop je n'avais fait que marcher le nez en l'air à regarder les oiseaux passaient dans le ciel. J'avais hésité à sortir mon arc, mais il était sagement resté pendu à ma selle et mes flèches dans leur carquois bien au chaud. Je me frottais la nuque. Si je voulais me reposer un peu … je m'étirais de nouveau et retiens un bâillement.

« Veillez me pardonnez, mais l'appel du lit ce fait de plus en plus forte, et je crains devoir vous demandez de rester à Castral Roc une journée encore, je souhaite envoyer quelques lettres et refaire des provisions pour la route. Si cela ne vous dérange pas. »

Je ne voulais pas non plus le contraindre, je pourrais tout aussi bien me dépêcher demain. Un nouveau bâillement monta et je le cachait derrière ma main en clignant des yeux avant de les frotter. Une bonne nuit de sommeil, sur un lit douillet, comparé au sol, me ferait le plus grand bien. À n'en pas douter la moindre seconde. Je secouais la tête pour rester réveiller encore un peu.


Les Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Wanderer Lord
avatar
The Wanderer Lord
Valar Dohaeris

Ft : Yuuji Kamijou
Multi-Compte : Robb Stark
Messages : 153
Date d'inscription : 28/04/2017

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   Mer 21 Juin - 15:56

La jeune femme semblait apprécier sa proposition et l'accepta, ce qui tira un sourire au ménestrel. Aucun des deux ne savaient combien de temps cela durerait, mais Edwyn ne faisait partie de ces gens qui faisaient des plans sur le long terme. Seul le moment présent, et peut-être le lendemain étaient seuls importants à ses yeux. Sa solitude s’accommoderait sans doute de celle de la dénommée Boadicée Sand. Peut-être d'autres valeurs prendraient place sur son piédestal personnel.

Elle plaisantait également sur cette rivalité millénaire entre les habitants du Bief et les Dorniens. Edwyn n'avait bien sûr, avec sa nonchalance habituelle, aucune inimitié particulière envers ceux qui vivent au sud des Marches. Il se souvenait pourtant de la bouffée de colère qu'il avait pu ressentir quand il avait appris que son ami Ser Willos avait été grièvement blessé par le Prince Dornien Oberyn Martell. Mais cela n'était pas lié au peuple de Dorne de manière globale, et puis l'absence de rancoeur de son futur suzerain pour le Prince avait apaisé la colère, rare, du Bieffois. Si le premier concerné avait pardonné, qui était-il pour entretenir cette défiance entre les deux peuples et montrer les crocs?

-J'ignorais que vous étiez à moitié Nordienne. Cela explique votre teint si pâle! Et entre vos cheveux roux et mes origines d'Essos, nous ferons un bien étrange duo.

Mais voilà qu'il se faisait tard, et quand Edwyn regarda autour de lui, il se rendit compte que la taverne s'était lentement vidée, les clients regagnant leur chambre ou rentrant plus simplement chez eux. Boadicée s'excusa d'ailleurs auprès de lui, ce qu'il refusa d'un sourire et d'un signe de la main.

-C'est moi qui manque à tous mes devoirs en vous retenant! Faites tout ce que vous avez à faire à Castral-Roc Boadicée, je ne suis pas pressé. Et je suis tout disposé à attendre bien plus longtemps pour vous.

Pourquoi avait-il dit cela? Il l'ignorait, mais il ne se posait pas plus de questions à ce sujet. Il appréciait la compagnie de la dame de Dorne, et il faisait de toute façon partie de ceux qui voyaient du positif et du beau dans tout ce qu'ils voient. Il se réjouissait donc du fruit de cette rencontre: Une nouvelle compagne de voyage pour le noble errant.

Il prit congé de Boadicée, la guerrière frêle comme un oiseau pour la laisser remonter dans ses appartements, se rasseyant sur l'appui de fenêtre pour reprendre sa lyre. La salle était presque déserte, mais il se contentait de passer ses doigts sur les cordes en quelques arpèges harmonieux. Il n'avait pas encore envie de rejoindre la petite chambre qu'il avait louée au dessus, et il avait besoin de réfléchir, sa main caressant l'instrument sans même qu'il y pense. Cette rencontre le laissait étrangement pensif, lui qui pourtant n'avait cherché la compagnie des autres, nobles comme roturiers, que pour nourrir un besoin fugitif de beauté qui se rassasiait de tout ce qui pouvait passer à sa portée. Mais cette fois semblait différente, bien qu'il ne soit pas encore capable d'identifier en quoi. Mais ce n'était pas que superstition de la part du musicien, les choses étaient différentes, c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce présent qui se précipite à ma rencontre [PV Boadicée Sand]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'èspère que la précipitation n'est pas un défaut
» Lettre de George Sand à Musset.
» Sun, sand, sea–and poverty, tourists may soon return to this 'Paradi
» Besoin de conseil pour un "Sandcrawler" Grot
» Der Traumer und das kleine Mädchen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: