RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

Partagez | 
 

 Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin de Dracarys
avatar
Admin de Dracarys
Valar Dohaeris

Ft : Kaya Scodelario
Multi-Compte : Tite Tour, Lion Ambitieux et Epis de blé
Messages : 136
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Ven 9 Juin - 21:42

Thème


Les bras croisées sur sa poitrine un peu trop mise en avant à son goût, Myria tempêtait. Le vieux garde devant elle refusait de la laisser passer, une fois de plus et pourtant elle refusait de bouger. Un jour elle rentrerait dans cette satanée citadelle et elle découvrirait tout ce que cette dernière renfermait de secret. Elle tenta une fois de plus, les sourcils froncés et le regard noir mais là seule chose qu'elle récolta fut un brutal coup de coude qui lui coupa le souffle. Outrée, la jeune fille fini par reculer avant de s'asseoir par terre, les bras à nouveau croisé, boudant en gardant le menton fièrement levé. L'insulte qui suivit lui fit ouvrir des yeux ronds et elle hurla son mécontentement avant de partir. Non, elle n'était pas une catin et cet imbécile ne comprenait rien ! La rage l'aveuglait à moitié, si bien qu'elle se prit les pieds dans des cordes qui traînaient et qu'elle s'écrasa de tout son long, atterrissant dans la boue alors que sa jupe se relevait sous les sifflements. Là c'était trop. Beaucoup trop. Ronge de colère et aussi de honte, elle déguerpie sans plus demander son reste, disparaissait cent mètres plus loin et s'enfermant dans une taverne avec comme idée de ne plus en sortir de la journée. De toute manière, le soleil allait commencer à taper trop fort et ses tâches de rousseurs ressortaient déjà bien assez sur son visage.

Elle essuya comme elle pouvait la boue sur son visage avant de s'attabler derrière une table et de demander avec mauvaise humeur une chope de bière. Les yeux ronds de l'aubergiste la firent s'énerver un peu plus. Oui elle était une femme ! Et oui elle était toute seule, sans un preux chevalier pour la protéger. Allaient-ils un jour arrêter de tous les poser la même question ? Elle ne venait pas d'arriver à VilleVielle et même si peu d'entre eux savait qui elle était réellement, ils pensaient tous à une fillette de noble famille perdue. Ses robes n'avaient pourtant plus rien de celles qu'elle portait lorsqu'elle était encore entre les quatre murs de la fourmilière des Ambrose. Elles avaient commencé à réellement s'user et certaine femme de la haute avaient même plissé un nez presque vexé de la voir ainsi accoutrée.

Myria sorti le carnet qui ne la quittait jamais et, alors qu'elle allait demander une plume et de l'encre, se ravisa immédiatement. Aucun des hommes présents ne semblaient capables de montrer une seule étincelle d'intelligence. Elle soupira alors, avant de récupérer la chope que lui tendait le tavernier. Le goût était bien moins agréable que dans d'autre auberge mais elle devait faire avec. Il ne lui restait plus beaucoup d'argent de la bourse qu'elle avait récupéré chez les Ambrose la dernière fois qu'elle y avait mit les pieds et cette auberge cumulait deux avantages : peut de questions et surtout de l'alcool et de la nourriture peut chère. La bâtarde se perdit alors dans sa lecture, sans prêter attention à ceux qui l'entouraient et aux quelques murmures concernant sa tenue boueuse. Jusqu'à ce qu'ils deviennent trop forts et qu'elle se relève brusquement, leur ordonnant de se taire. La stupéfaction entraîna la réaction qu'elle attendait. Le silence devient étourdissant et un sourire satisfait grandit sur les lèvres de la brune qui reprit alors sa lecture.

1


You talk too loud and too much, but remember, you're just a girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
avatar
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Baelor Noirmarées
Messages : 523
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Mar 13 Juin - 20:59


Le sang des nobles coulent dans nos veines

Des semaines de voyages, des jours à suivre une compagnie de troubadour. Leeven qui les avait croisés sur sa route soignait la gorge de leur chanteur et portée par son envie d'aider avait même surpassé sa timidité pour leur faire don de sa voix le temps que le malade se rétablisse. Depuis, toute petite, la bâtarde de Wendton aimait chanter quand elle se baladait dans le bois-au-roi, les simples spectateurs étaient les arbres et les animaux, mais parmi le peuple de Rhoynar, Leeven s'était laissé porter par cette envie de les rejoindre dans les chants et dans la danse et il lui était moins difficile de le faire à présent. Sa voix cristalline se liant à la perfection avec les instruments des troubadours et elle vint même à chanter des chansons en haut valyrien, apprise grâce à sa mère. La guérisseuse passait de bons moments auprès de cette compagnie, oubliant les jours de solitude qu'elle avait vécue. Oui, même si elle s'en était sorti, toutes les nuits quand elle se retrouvait seule ne firent pas très rassurante, mais une nouvelle fois sa route avait croisé des personnes pour l'accompagner durant un bout de chemin, prouvant qu'il était toujours bon de tendre la main car celle-ci pourrait être rendu au retour.

Ils se trouvaient à Villevieille, venant tout juste d'arriver, ils s'arrêtent à une auberge non loin de la citadelle. Leeven avait admiré les lieux avant de se retrouver emporter dans ce lieu qui ne lui aspirait guère confiance. Resserrant son sac contre son torse, sac où se trouvaient toutes ses affaires personnelles ainsi que son oeuf, elle suivait les pas des musiciens, tandis que le chanteur qui allait de mieux en mieux proposa un tavernier une petite représentation en échange d'un repas. Une offre qu'il accepte volontiers, avant qu'une jeune femme ordonnât à tout le monde de se taire. Les yeux de Leeven s'arrondir vers sa direction. La pauvre si elle voulait le silence, l'arrivée de la compagnie allait très vite la déranger. Suivant la cadence, beaucoup l'observaient et un homme vint même à toucher ses boucles blondes ce qui eut la réaction de la faire reculer. Finalement, elle arriva jusqu'à la scène improvisée et les premières notes de musique apparurent.

Fermant les yeux, sa voix vint se mêler à la musique, tandis qu'elle commença à taper du pied et à danser sur place. Elle se trouvait bien loin de son rôle de guérisseuse, mais il fallait dire qu'elle s'amusait bien. Comme à chaque fois, les chansons variaient par rapport au chanson qu'elle connaissait et elle termina par celle en haut-valyrien. Finalement, ils arrêtèrent leur représentation pour pouvoir, aller se restaurer. Tandis que ses compagnons de route s'installèrent à une table, la petite blondinette vint à s'arrêter à la hauteur de la seule autre jeune femme présente dans la taverne, vu que le tavernier nettoyait la table à côté de la sienne. Sortant des feuilles sécher de sa sacoche attachée à la ceinture autour de sa taille, elle demanda :

- Pourriez-vous faire bouillir de l'eau et y infuser ses feuilles ? Le Tavernier la dévisagea, surtout la cicatrice sur sa joue gauche. Faisant outre, la guérisseuse ajouta timidement : je vous ai entendus tousser et ceci soulagera vos maux.

Le tavernier lui arracha les plantes des mains sans le moindre merci et la bâtarde ne s'en alarma pas davantage, si au moins il suivait ses conseils, il irait mieux, c'était le principal. Puis finalement, elle tourna le visage vers la jeune femme et annonça d'un ton humble :

- Je vous prie de nous excuser si nous avons dérangé votre lecture.

Inclinant légèrement la tête, il paraissait clair en vue de sa façon de se tenir, et même de parler que Leeven avait reçu une bonne éducation.


© one more time.




coming back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin de Dracarys
avatar
Admin de Dracarys
Valar Dohaeris

Ft : Kaya Scodelario
Multi-Compte : Tite Tour, Lion Ambitieux et Epis de blé
Messages : 136
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Ven 16 Juin - 17:29

Thème


Myria tentait de se perdre dans sa lecture mais une troupe de musicien renvoya ses envies de tranquillité à l'état de simple rêve. Elle aurait voulu trouver un endroit calme mais la bibliothèque et le silence étaient semble-t-il réservés aux hommes. Elle poussa un soupir sonore mais ses petits envies ne semblaient pas intéresser grand monde, comme à l'époque où elle n'était que la bâtarde d'un homme qui l'avait rapportée pour mieux l'abandonner. Elle essayait de faire abstraction de la musique mais fut rapidement happée par la voix de la jolie blonde. Elle se perdit alors dans les mots qui s'échappaient de sa gorge, en venant même à laisser un sourire fleurir sur ses lèvres. Son carnet était toujours ouvert devant elle mais elle ne le touchait plus. La langue commune se transforma en Haut Valyrien, faisant écarquiller les yeux de la Flowers.

La musique s'arrêta, sous les applaudissements. Myria n'était de la foule. Elle gardait le silence, se contentant de fixer la blonde qui s'approcha finalement d'elle. Immédiatement, le mince sourire qui était né sur les lèvres de la bâtarde disparu. Elle n'avait pas envie de compagnie, elle n'avait pas envie que la jeune fille vienne lui parler. Sa solitude lui allait à merveille et pourtant, elle ouvrit des yeux encore plus grands alors qu'elle la vit donner des herbes aux taverniers et ce dernier ne rien répondre. Ses lèvres se pincèrent alors qu'elle lui jetait un regard glacial. Elle allait lui envoyer une pique glaciale mais la chanteuse ne lui en laissa pas le temps.

Les iris claires de Myria se tournèrent sur la jeune femme et, la glace disparu de ses prunelles, remplacé par un sourire et un soulèvement de sourcil interrogatif. Depuis quand une simple chanteuse savait si bien parler ? Qui était cette jeune fille aux cheveux blonds capable de chanter en haut-valyrien comme si elle parlait la langue.

Tu devrais pas aider ce gros porc. Il te fera pendre pour sorcellerie plutôt que d'accepter que tu es capable de le soigner.

Elle but une gorgée de bière, avant de ranger son carnet. Hors de question qu'une inconnue parfaite puisse le voir. Elle avait beau être une femme, Myria n'avait pas vraiment confiance en ceux qu'elle ne connaissait pas. La bâtarde n'était pas très méfiante mais cette fille faisait naître trop de questions dans son esprit.

T'excuser ne servira à rien. C'est un peu tard puisque vous avez quand même changer. De toute manière je suis habituée dans ce monde d'imbécile illettrés incapable de comprendre le bonheur de la lecture.

Les yeux de Myria s'étaient glissés sur la foule en disant ses mots, envoyant moult regard sombre à ceux qui avaient le malheur de croiser ses iris brûlantes de colère. Elle n'était pas vraiment énervée. Juste rendue à craint par sa tenue boueuse et l'impossibilité d'avoir du calme.

Tu n'as pourtant pas l'air d'être comme eux. C'est la première fois que j'entends une chanteuse capable de chanter dans une autre langue que la commune.

La question était sous entendue dans ses mots. Elle voulait savoir l'identité de la jeune femme. Une simple roturière ne pouvait être aussi intelligente et n'aurait jamais eu accès aux connaissances qui entraînaient la peur des pauvres hères.

2


You talk too loud and too much, but remember, you're just a girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
avatar
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Baelor Noirmarées
Messages : 523
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Lun 3 Juil - 18:01


Le sang des nobles coulent dans nos veines

Même si elle s'était évertuée de ne pas regarder le public durant la représentation, la toux du tavernier lui était parvenue aux oreilles. Sans attendre, tout en continuant en chantant, elle avait examiné de loin le malade pour lui trouver le traitement le plus adapté et ce n'est qu'à la fin qu'elle alla le trouver pour lui donner des plantes sèches à faire bouillir dans l'eau. Celui-ci semblait se méfier, mais prit tout de même le traitement avant de filer. Ce genre de comportement était loin de l'arrêter, Leeven ne comptait pas sur la reconnaissance, voulant simplement aider son prochain. Pour finir, son regard se porta sur la seule autre jeune femme de la taverne, s'excusant pour le bruit que la compagnie avait engendré, elle répondit à son sourire tout naturellement.

Tu devrais pas aider ce gros porc. Il te fera pendre pour sorcellerie plutôt que d'accepter que tu es capable de le soigner.

Ses yeux s'écarquillèrent, surprise des paroles de la lectrice. Il était vrai que Leeven n'était pas une adepte du jugement et, jamais, elle n'aurait osé qualifier le tavernier de gros porc, ne trouvant pas forcément la raison de cette comparaison. Après, elle disait vrai, certaines personnes l'accusaient de sorcellerie, surtout depuis qu'une cicatrice recouvrait sa joue gauche, mais après tout, tout ce qui n'était pas compris était un acte de sorcellerie pour beaucoup. 

T'excuser ne servira à rien. C'est un peu tard puisque vous avez quand même chanter. De toute manière je suis habituée dans ce monde d'imbécile illettrés incapable de comprendre le bonheur de la lecture.

Tandis que le regard de l'inconnue jugeait sévèrement ceux qui l'entouraient, celui de Leeven se plongea vers le sol. Oui, elle n'était pas vraiment à son aise face à tout ce mépris, mais après surement avait-elle une bonne raison de penser ainsi. Leeven ne pouvait pas lui en vouloir.

Tu n'as pourtant pas l'air d'être comme eux. C'est la première fois que j'entends une chanteuse capable de chanter dans une autre langue que la commune.

Relevant légèrement le regard, un léger sourire prit place sur son visage face aux compliments. Il était certain que celle qui lui faisait face ne semblait pas non plus illettrés vu qu'elle avait un livre posé près d'elle. Finalement, elle répondit d'un ton réservé :

- C'est ma langue maternelle, tout comme la langue commune.

Sa mère Seereï lui avait toujours parlé en haut-valyrien, étant Lysienne, elle trouvait cela important que son enfant sache parler la langue de ses ancêtres, donc Leeven avait appris les deux langues en même temps sans aucune difficulté. Ses yeux se portèrent un peu plus haut, croisant ceux de la brunette. Son coeur commença à battre un peu plus fort, ses joues vinrent à rougir quand elle annonça :

- Pour moi, tous ces gens ne sont pas des imbéciles illettrées, ils n'ont simplement pas eu notre chance d'être éduqués. Il serait bien trop dangereux pour les nobles d'avoir un peuple avec autant de savoir qu'eux. Mais, ils ne sont pas démunis d'intelligence, ils s'en servent pour d'autres utilités.

Donner son point de vue à une inconnue n'était jamais simple pour elle, mais Leeven s'était senti obligé de défendre le peuple, ce n'était pas de leur faute si on ne leur donnait pas cette chance d'être cultivé. Elle s'attendait à tout instant subir la réponse de la rebelle et ajouta à grande rapidité :

- Je m'appelle Leeven Waters.


© one more time.




coming back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin de Dracarys
avatar
Admin de Dracarys
Valar Dohaeris

Ft : Kaya Scodelario
Multi-Compte : Tite Tour, Lion Ambitieux et Epis de blé
Messages : 136
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Mar 11 Juil - 22:26

Thème


Les yeux de la bâtarde s'écarquillèrent. Langue maternelle. Immédiatement, les a prioris qu'elle avait fondirent comme neige au soleil. La jolie blonde ne venait pas d'ici et elle ne pouvait être aussi idiote que tous les hommes qui prenaient les lieux pour un endroit de débauche et les livres pour des feuilles avec lesquelles ils pouvaient essuyer leur arrière train. Un soupçon de respect naquit dans les iris glacées de la brune et elle lui offrit un immense sourire lorsque la jeune femme releva à nouveau la tête dans sa direction. Le rouge sur ses joues était mignon. Une chose était certaine, il n'y avait pas besoin d'avoir lu autant de roman quand Myria pour le savoir : la jeune femme était très timide et d'une douceur que l'érudite ne pouvait pas comprendre.

Les lèvres de Myria s'étirèrent sur une moue pas très convaincu aux paroles de la jeune femme. Elle n'était pas d'accord. Elle même avait peut-être eu la chance de naître bâtarde mais elle avait toujours cherché le savoir et les gens comme la jeune femme étaient nombreux. Celui qui désirait connaître pouvait découvrir le savoir. Une fois que la lecture était acquise, le reste suivait. Elle aurait aimé lui répondre, avec sa fouge habituelle puis terminer par lui demander son prénom mais la chanteuse fut plus rapide qu'elle. Une bâtarde, des terres de la couronne dont le nom trahissait à merveille la sang noble dans ses veines. Une question restait pourtant en suspend que Myria ne se pria pas pour poser.
 
Tu viens d'où pour porter le nom Flower et avoir comme langue maternelle le Haut Valaryen. parce que j'ai beau chercher, je connais que les Targaryen qui peuvent se permettre ça et j'ai pas de souvenir qu'ils aient des enfants hors mariage.

Ses lèvres sourient, retrouvant une douceur qui bruissait au plus profond du coeur de la biefoise. Je m'appelle Myria Flowers. De la famille Ambrose avant que tu ne le demandes. Elle rit, légèrement, sans aucune raison valable de le faire. Myria pouvait dire ce qu'elle voulait, elle était contente d'avoir trouvé quelqu'un pour rompre sa solitude. Encore plus quand la personne en question avait l'air intelligente.  
Par contre, je suis pas d'accord avec toi. Ok, nous avons la chance d'être nées dans des familles nobles mais je me suis battu pour qu'on accepte de me donner des cours avec le mestre. Si on a envie, on peut apprendre, il suffit de le vouloir. Rien n'est impossible. Comme finir par rentrer dans la citadelle de mestre. Elle y arriverait, elle le savait. Qu'importe qu'aujourd'hui sa robe soit recouverte de boue. Elle était teigneuse et ne perdait pas espoir. Jamais.

3


You talk too loud and too much, but remember, you're just a girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
avatar
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Baelor Noirmarées
Messages : 523
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Ven 21 Juil - 17:23


Le sang des nobles coulent dans nos veines

La cause du peuple avait toujours compté pour elle, bien avant que sa mère lui parlait de son lien avec la fraternité bois-au-roi. Cette lutte semblait couler dans ses veines, comme un mauvais poison pouvait le faire. Étant née bâtarde, elle s'était toujours retrouvé entre deux univers bien distinct, la noblesse et le peuple, pendant des années, la Waters avait évolué dans ses deux sphères, arpentant, par l'un plus que l'autre, mais finalement, son choix final se tourna vers le peuple. Leeven avait tout abandonné pour ses idéaux, pour ce qui faisait battre son coeur. Jamais, elle ne serait l'épouse de quelqu'un, jamais, elle n'aurait d'enfant, non sa vie était d'aider les autres en qualité de guérisseuse, c'était la raison de sa naissance, Leven n'avait aucun doute à ce sujet. Surement, est-ce pour cela que malgré sa timidité, elle avait souhaité les défendre face aux remarques de l'érudite. Non, qu'elle lui en voulait de penser que tous ceux du bar n'étaient qu'une bande d'illettrées, même si la faute ne leur revenait pas totalement, de son point de vue. Finalement, elle vint très vite à se présenter, laissant échappé son nom de bâtarde, nom qui prouvait d'un lien avec une famille noble des terres de la couronne, mais pas laquelle.

Tu viens d'où pour porter le nom Waters et avoir comme langue maternelle le Haut Valaryen. parce que j'ai beau chercher, je connais que les Targaryen qui peuvent se permettre ça et j'ai pas de souvenir qu'ils aient des enfants hors mariage.

Il était vrai qu'elle était née sur les terres de la famille royale, ceux qui pour tous représentaient le plus le sang valyrien sur cette terre. Leeven aurait pu répondre que cette famille n'était pas seule, que bien d'autres avait dans ses ancêtres des racines valyrienne, mais pour le coup répondit simplement :

- Je suis la fille de feu Artos Wendwater et Seereï, une Lysienne.

Son père était mort lors de la bataille du trident, par ce fait, elle ne se souvenait plus des traits de son visage, mais Barristan Selmy lui avait appris que son père était un homme bon. Des simples mots qui arrivaient à la faire sourire, les gens ne se trompaient pas, elle tenait sa douceur de lui, d'un certain sens, il n'était pas mort sans rien lui laisser. Elle ignorait si Myria s'intéressait à son père vu que sa question était plus tournée vers le haut Valyrien. Cette langue qu'elle tenait de sa mère, tout comme ce physique si particulier de l'île de Lys. Rien ne pouvait mettre en doute son appartenance à ses terres qui pourtant, elle n'avait jamais vu de ses yeux.

Je m'appelle Myria Flowers. De la famille Ambrose avant que tu ne le demandes.

La voir sourire et rire lui permit de se détendre, puis comprendre qu'elle faisait face à une autre bâtarde lui donnait aussi le sourire. Il était tout de même surprenant que deux bâtardes qui avaient choisi le savoir se retrouventau même moment, dans la même taverne. 

Par contre, je suis pas d'accord avec toi. Ok, nous avons la chance d'être nées dans des familles nobles mais je me suis battu pour qu'on accepte de me donner des cours avec le mestre. Si on a envie, on peut apprendre, il suffit de le vouloir. Rien n'est impossible.

Ne pas être d'accord, ne voulait pas dire ne pas s'entendre, il était important de pouvoir échangé, d'exposer ses avis sans craindre de vexer l'autre. Mais malheureusement, même si Leeven trouvait ça important, elle n'osait pas toujours le faire, mais là, vu qu'elle avait déjà commencé à exposer son point de vue, Leven ajouta : 

- Il faut le vouloir et en avoir le temps. Là d'où je viens, le peuple a sa part de travail à apporter, part que si un noble devait effectuer comprendrait qu'elle peut être très lourde. Puis, il est tellement ancré dans leurs esprits qu'ils ne peuvent pas être à la hauteur, que ce ne sont pas eux les têtes réfléchissantes, qu'ils ne vont pas chercher plus haut que le bout de leur nez. Pourquoi iraient-ils contredire ceux qui sont censés être leur guide sur cette terre ?!

Il paraissait clair, même dans son ton timide, que Leeven avait un avis bien prononcé sur les conditions de vie du peuple. Si elle était plus courageuse, sûrement pourrait-elle être à la hauteur de toute fraternité qui se bat pour cette cause, mais sa personnalité trop docile ne collait pas. D'un sourire rassurant, elle continua :

- Après, chacun vie sa vie comme il l'entend. Moi, j'ai eu la chance que ma mère et le mestre de Wendton m'enseigne tous leurs savoirs et de croiser d'autres peuples sur ma route qui m'ont fait découvrir leurs coutumes, contrairement à vous, je ne me suis pas battu aussi farouchement pour obtenir mes connaissances.

Et, de cela, elle pouvait remercier son frère qui l'avait toujours accepté tel qu'elle était. En tout cas, c'était la preuve que Myria était vaillante et surtout ne se laisserait pas marcher sur les pieds, sans obtenir ce qu'elle voulait, d'un certain sens, elle l'admirait d'être aussi à l'aise. 

- Vous êtes venus à Villevieille pour la citadelle ?

© one more time.




coming back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin de Dracarys
avatar
Admin de Dracarys
Valar Dohaeris

Ft : Kaya Scodelario
Multi-Compte : Tite Tour, Lion Ambitieux et Epis de blé
Messages : 136
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Jeu 17 Aoû - 17:51

Thème


Wendwater. Le nom ne disait pas grand chose à la bâtarde, encore plus suivie des mots que Leeven venait de prononcer. Lys. Cette si belle ville qui attirait tant la jeune femme, qui lui donnait envie de partir encore plus loin que les terres du Bief. Même si Myria savait qu'elle n'avait pas la fourgue d'entreprendre un tel voyage seule, elle ne pouvait s'empêcher de rêver. Essos devait être si belle et pleines de merveilles. Des hommes et des femmes différents des imbéciles qui vivaient en meutes de loup assoiffés d'alcool et non de connaissances dans les auberges où la bâtarde était bien obligée de les côtoyer. Elle avait enrobé d'un rêve Essos même si elle savait qu'elle n'y mettrait jamais les pieds. Les yeux brillant, elle ne pu s'empêcher de demander, d'une voix si différente du ton sans aucune sympathie qu'elle employait à l'encontre des rustres de l'auberge.

Lys est aussi belle que ce qu'on prétends ?

Elle aurait dû voir plus vite que Leeven venait de là bas. Ses cheveux blonds et son beau visage ne trompaient pas mais Myria avait encore bien du mal à reconnaître les origines rien qu'à une couleur de peau ou un accent. Le seul qui ne lui échappait jamais était celui de la belle Dorne mais ce n'était que normalement pour elle qui était déjà allé visiter la belle cité des vipères venimeuses.

Myria écoute alors attentivement la jeune femme devant elle, pendue à ses lèvres et à ses arguments. Il y avait énormément de vrai dans les paroles de Leeven, un point de vue qu'elle n'avait certainement pas imaginer de la sorte. Il était vrai que les nobles avaient bien plus de temps pour l'oisiveté que les pauvres. Eux n'avaient besoin de trimer des heures durant pour être certain de manger à la fin de la journée, pour être certain de rapporter quelques pièces à leurs femmes et leurs enfants. Myria n'avait jamais vraiment fait preuve de la plus grande empathie pour ceux qui l'entouraient mais elle ne pouvait que baisser légèrement la tête. Peut-être avait-elle été un peu trop dure dans son jugement premier et pourtant, le rot sonore qui s'échappa des lèvres d'un homme non loin d'eux lui rappela pourquoi elle pensait de la sorte sans vraiment de difficulté.

Peut-être qu'ils n'ont pas notre chance, mais regardes les. Ils cherchent la misère et l'abrutissement en venant ici dilapider tout leur argent pour de l'alcool qui les rendra stupide durant toute la nuit. Au lieu d'essayer de faire fructifier ce qu'on leur donne pour leur travail. Je sais que ça doit être difficile mais il est bien plus amusant de découvrir de nouvelles choses entre les pages d'un livre que de rester aussi bête que comme on est né et de boire jusqu'à vomir.

Elle était bien moins froide dans ses paroles, comme si elle cherchait à comprendre vraiment les hommes qui se tenaient devant elle. Certes, elle ne pourrait jamais s'empêcher de les mépriser mais elle avait hâte de savoir ce que Leeven penserait des mots que la bâtarde venait de souffler.  Tu peux me dire tu, tu sais. Après tout, on est toutes les deux des gamines nées sans le sacro saint sacre du mariage. On est pas si différentes. Peut-être même qu'elles parviendraient à s'entendre. Car Myria avait beau dire mais sa solitude pesait de plus en plus lourd sur son coeur. S'enfermer des heures durant avec ses livres ne lui apportait plus autant de bonheur qu'autrefois. Elle avait besoin de partager ses trouvailles et d'apprendre des autres. Après tout, c'était d'un mestre qu'elle tenait la grande majorité de ce dont elle se vantait aujourd'hui.

Puis les paroles se tournèrent vers autre chose qui empli les yeux de Myria d'étincelles de colère. Sa robe en lambeau n'était qu'une preuve de plus de ce qui n'allait pas en ce bas monde. Oui. Mais il semblerait que ma condition de femme me transforme en sorcière parce que je veux rentrer dans la Citadelle contrairement à tout les hommes que font ce qu'ils veulent. Je veux découvrir ce qui se cache entre les ouvrages des mestres mais je n'ai pas le droit. Et toi ? Tu es aussi venu ici pour ça ? Leeven était intelligente et un simple oui ne surprendrait pas Myria. Peut-être pourraient-elles s'entraider pour berner les gardes et entrer. La bâtarde pensait de plus en plus à se grimer en homme mais la présence de la Waters changeait bien des choses.

2


You talk too loud and too much, but remember, you're just a girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
avatar
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Baelor Noirmarées
Messages : 523
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Lun 28 Aoû - 16:57


Le sang des nobles coulent dans nos veines

Lys, cette île que sa mère avait fuit en espérant trouver meilleure condition de vie à Westeros. D'après ce que Seereï lui avait raconté, sa famille avait abrité des renommées alchimistes, la richesse coulait à flots, mais son père adepte du jeu avait perdu argent et réputation. Il vint même à perdre sa propre liberté, devenant esclave. C'était pourquoi sa mère était partie sans se retourner, sans penser revoir un jour son île natale et pourtant, à chaque fois qu'elle en parlait à sa fille, ses yeux brillaient d'une douce mélancolie. Il paraissait évident que sa terre lui manquait, tout comme beaucoup de choses de son passé. Par amour pour Simon Toyne, Seereï avait rejoint les hors-la-loi de la fraternité Bois-au-roi, mais ils avaient été tous décimés, ce n'est que par la pitié de Barristan Selmyque sa mère pu fuir le carnage et ainsi rencontrer l'homme qui deviendrait le père de sa bâtarde. L'amour n'était pas le même que pour Simon, mais cela lui apporta une vie faite de sécurité, malheureusement lui aussi mourru durant la bataille du trident. Leeven était véritablement fière de l'avoir pour mère, car jamais, elle n'avait baissé les bras et elle comptait bien faire de même. Là, face à la question de Myria, elle répondit : 

- Ma mère vient de Lys, mais je suis née à Westeros et ne l'ait jamais quitté, mais un jour, j'espère voir cette île, empreinte de l'histoire de mes ancêtres.

Elle ignorait si ce jour viendrait, mais il était toujours bon de rêver, cela permettait d'avancer. Le sujet tourna ensuite vers le peuple, la cause qui faisait le plus battre son coeur. Leeven avait sacrifié sa vie auprès de sa famille pour pouvoir les servir. C'était sa décision, certes poussée par l'action d'un de ses frères, mais ce choix lui avait appartenu et elle ne le regrettait pas. Défendant leur cause, elle remarqua bien que Myria baissa les yeux et elle se sentait désolée pour elle, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Leeven n'avait pas voulu prétendre qu'elle agissait mal. Puis au moment où un rot fit son apparition, Myria vint à expliquer son point de vue, mais sans être agressive, c'était simplement une bonne discussion, comme il était bon d'en avoir.

. Je suis d'accord avec vous qu'il y a mieux à faire que passer son temps à la taverne, mais c'est leur choix, je ne voudrais pas qu'on m'impose des décisions qui paraissent mieux pour certains, alors qui serais-je pour vouloir imposer les miennes ou bien juger de leur comportement.

Finalement, les seuls que Leeven pouvait juger sévèrement étaient la branche des nobles, mais pas tous, ceux qui ne voyaient le peuple qui les servait, telle des insectes àécraser. La maison de sa famille était petite, jamais, ils n'avaient fréquenté les plus grandes maisons des terres de la couronne. Son enfance avait été calme et heureuse, bercé par les histoires de Westeros et d'Essos. Finalement, la bâtarde vint lui demander si elle était venue à Villevieille pour la citadelle et son regard étincelant de colère, la fit s'installer à sa table.

Oui. Mais il semblerait que ma condition de femme me transforme en sorcière parce que je veux rentrer dans la Citadelle contrairement à tout les hommes que font ce qu'ils veulent. Je veux découvrir ce qui se cache entre les ouvrages des mestres mais je n'ai pas le droit. Et toi ? Tu es aussi venu ici pour ça ?

Elle pouvait comprendre sa colère, surtout si son rêve était de découvrir les livres de la citadelle. Malheureusement, la condition de femme n'était pas la meilleure, souvent bonne dans la vision des hommes, qu'à enfanter et s'occuper du logis. Plaçant ses boucles blondes derrière ses oreilles, elle répondit : 

- Je ne compte pas forcer les portes de la citadelle, si cela est la question, mais je compte bien observer les Mestre qui viendront soigner le peuple à l'extérieur. Le mestre de ma famille m'a enseigné toutes ses connaissances en médecine, tout comme le peuple de Rhoynar, mais je suis sure que j'ai encore des choses à apprendre pour devenir meilleure en tant que guérisseuse. 

Oui, même si Leeven avait aidé le groupe de troubadour en chantant pour eux, le temps de quelque représentation, ceci n'était pas son métier. La médecine était sa passion, même si elle s'y connaît toute autant en poison grâce aux connaissances de sa mère qui avait tout appris de son père. 

- On m'appelle aussi la sorcière à cause de mes connaissances et de la cicatrice qui barre ma joue. Ils ont simplement peur de ce qu'ils maîtrisent pas, puis il y a du bon d'être vu comme une sorcière quand on voyage seul. 

La médecine était sa passion, même si elle s'y connaît toute autant en poison grâce aux connaissances de sa mère qui avait tout appris de son père. Ceci pouvait d'ailleurs expliquer qu'elle s'en était pris aux clients de la taverne. En tout cas, ce n'était qu'une supposition que son esprit avait trouvée.

- Qu'est-ce qui vous intéressaient de découvrir dans les parchemins de la citadelle ?


© one more time.




coming back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin de Dracarys
avatar
Admin de Dracarys
Valar Dohaeris

Ft : Kaya Scodelario
Multi-Compte : Tite Tour, Lion Ambitieux et Epis de blé
Messages : 136
Date d'inscription : 05/06/2017

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Mar 3 Oct - 23:20

Thème


Voir une île d'Essos. Voyager, découvrir le monde. Myria aimait cette simple pensée, elle qui avait toujours rêvé d'un jour partir plus loin que ce dont elle était capable. Car pour l'heure, la demoiselle n'avait quitté le Bief que pour Dorne, se perdant entre les murs de certaine villes mais elle était loin de connaître le monde. Elle n'en avait vu que quelques exemples, appréciant de découvrir ses cultures si différentes. Qu'en serait-il d'Essos alors qu'une mer séparait les deux continents ? La batarde ne savait pas grand chose de Lys mais elle ne pouvait s'empêcher de rêver monter un jour sur un navire pour voir cette île dont beaucoup parlait. Elle n'avait la chance de Leeven. Elle était née d'une femme qui n'avait jamais voulu d'elle, envoyé entre les mains d'un père qui n'avait fait rien d'autre qu'engrosser une putain. Un mince sourire fleurit sur les lèvres de la batarde. Ses origines lui importaient peu mais elle aurait aimé avoir un souvenir de sa mère, quelque chose de grandiose. A la place, elle se l'était imaginée comme l'une de ses nombreuses créatures qu'on voyait partout, prête à tout pour quelques dragons d'argent. Elle ne lui avait jamais imaginé mille pouvoirs et une intelligence remarquable. Cela aurait été se faire souffrir et si Myria aimait se torturer l'esprit avec des problèmes complexes, c'était loin d'être le cas avec des pensées familiales qui ne l’intéressaient que très peu.

Puis Myria se laissa bercer par les mots de la bâtarde en face d'elle. Sa douceur était quelque chose de nouveau pour la jeune Ambrose, quelque chose qu'elle ne comprennait pas véritablement mais qui la fascinait. Leeven était d'une bonté hors de commun et semblait incline à tout pardonner. Myria en était incapable, avec son caractère de cochon et sa rancune plus que tenace. Mais elle gardait le sourire, écoutant attentivement tout en prenant soin de faire disparaître le carnet sur lequel elle écrivait alors que celle qui était encore inconnue quelque heure plus tôt s’assaillait à sa table. La question lui donna de nouveau la parole et un immense sourire vient fleurir sur les lèvres de la jeune femme.

Je voulais voir des cartes des étoiles. Depuis toujours je suis passionnée par ses choses qui, dans le ciel, peuvent nous guider à travers le monde. Je rêverais de connaître tout leur nom par coeur et même mieux, d'en découvrir une un jour. Mais je n'ai pas le droit de voir des cartes qui devraient appartenir à tout le monde. Le mestre cache leur savoir comme s'il avait été offert par l'un de Sept alors que nous devrions tous pouvoir apprendre.

Ses yeux s'étaient mit à briller alors qu'elle parlait de toutes ses étoiles qu'elle aimait tant. Combien d'heures avait-elle pu passer assise à même le soleil, son carnet sur les genoux à s'abimer les yeux en essayant de tout retranscrire sans la moindre lumière qui lui aurait gachée la vue des bijoux du ciel. Elle poussa un leger soupire, avant de finir par ajouter.

Je leur aurais à l'usure. Sur que je finirais par rentrer là dedans où je ne m'appelle plus Myria. Je crois qu'ils n'ont jamais vu plus tenace que moi, sauf peut-être une mule et encore... Elle aurait fini par partir.

La jeune fille éclata de rire, sans retenir l'éclat qui sortait de sa gorge et qui n'aurait normalement pas du être aussi bruyant pour une femme. Mais s'il y avait bien quelque chose dont elle se fichait c'était bien d'être différente d'une noble lady qui se pâmait devant un beau damoiseau.

T'as beaucoup voyagé ?

C'était la chose qui avait le plus marqué la bâtarde. Le voyage. Le goût de l'étranger. Jusqu'où était allée la jeune femme en face d'elle ? Qu'avait-elle vu ? Myria garda pour elle la question qui lui brulait la langue sur la cicatrice si particulière, s'attardant uniquement sur les excursions de la belle.

1


You talk too loud and too much, but remember, you're just a girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'arbre de Vie
avatar
L'arbre de Vie
Valar Dohaeris

Ft : Imogen Poots
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Azilys Serrett - Baelor Noirmarées
Messages : 523
Date d'inscription : 29/08/2016

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   Mer 18 Oct - 14:54


Le sang des nobles coulent dans nos veines

Parler à coeur ouvert, ne pas craindre d'évoquer le moindre sujet, d'échanger sur leurs connaissances. Oui, voilà ce qu'elle pouvait partager avec Myria. Leeven n'avait jamais eu la chance de rencontrer une autre bâtarde qui partageait son gout de savoir et même s'il lui semblait clair que la brunette ne voulait pas tout dévoiler de sa personne en vue de son geste de cacher son carnet, Leeven était heureuse de pouvoir converser avec elle et sa dernière question fut de lui demander ce qu'elle voulait découvrir dans les parchemins de la citadelle :

Je voulais voir des cartes des étoiles. Depuis toujours je suis passionnée par ses choses qui, dans le ciel, peuvent nous guider à travers le monde. Je rêverais de connaître tout leur nom par coeur et même mieux, d'en découvrir une un jour. Mais je n'ai pas le droit de voir des cartes qui devraient appartenir à tout le monde. Le mestre cache leur savoir comme s'il avait été offert par l'un de Sept alors que nous devrions tous pouvoir apprendre.

Une passionnée, voilà le terme qui lui venait en tête en voyant Myria parler des étoiles. Leeven comprenait son envie de vouloir tout savoir à ce sujet, car elle partageait la même sensation envers la médecine. Malgré leur différence de caractère, elles avaient bien des points communs qui se revelait être surtout leur intelligence et leur curiosité, deux points de personnalité que les femmes ne devraient pas développer pour certains hommes, mais les bâtardes avait cette liberté de part leur naissance si mal vu. La Waters se sentait vraiment désolé pour elle, il était surement atroce de se voir refuser un enseignement si convoité, les mestres protégeaient leurs trésors, c'était sans doute vrai, mais elle se retrouva surprise par la mention des sept. Depuis toujours, Leeven n'estimait pas forcément la religion, de par de leur influence sur le peuple, de cette façon d'avoir le pouvoir, comme les puissantes maisons de noble. Oui, elle ne portait pas forcément la religion des sept dans son coeur, même si elle s'était poussé à l'étudier pour mieux comprendre ce qui poussait les gens à s'y plonger sans réfléchirdavantage. Leeven estimait que son Dieu était la connaissance, un fait bien au-dessus de toutes les religions et elle s'imaginait que les mestres devaient penser comme elle, mais comment le savoir, ce n'était pas forcément une question à poser, en tout cas, cela restait un autre point à étudier et analyser.

Je leur aurais à l'usure. Sur que je finirais par rentrer là dedans où je ne m'appelle plus Myria. Je crois qu'ils n'ont jamais vu plus tenace que moi, sauf peut-être une mule et encore... Elle aurait fini par partir.

Répondant à son sourire, elle n'avait aucun doute que Myria obtiendrait ce qu'elle voulait, elle avait cette flamme en elle qui la pousserait toujours plus loin. Il était d'ailleurs plus plaisant de l'entendre rire que d'hurler sur les gens. Il lui semblait qu'elle laissait tomber les barrières petit à petit, ce qui venait réellement à rendre Leeven à l'aise face à elle.

T'as beaucoup voyagé ?

Liant ses mains sur la table, Leeven vint à songer à ses voyages, cela faisait plus d'un an et demi qu'elle parcourait les routes, s'arrêtant à des endroits durant plusieurs lunes et repartant ensuite. Bien sûr, à chaque fois, elle s'attachait à ceux qu'elle rencontrait, mais le coeur empli par la découverte la pousser toujours à repartir sur les routes :

- Pas vraiment, j'ai traversé les terres de l'orage et vécu quelque temps auprès des orphelins de la sang verte à Dorne, puis je suis remontée jusqu'à Port-Réal et me voici à présent à Villevielle.

Sa dernière destination pour le moment, elle comptait bien rester plusieurs semaines, découvrir ce que cachait cette ville ou se trouvait la citadelle. S'il y avait bien un endroit que les gens cherchant la connaissance devoir voir c'était Villevieille, là où les mestres étudiait. Venant à hausser les épaules, elle ajouta avec un sourire innocent :

- Ma route ne s'arrêtera pas là, hormis apporter mes soins à ceux qui le veulent bien, j'ai envie de découvrir les moindres recoins du monde, de voir de mes yeux les différentes coutumes, on peut tellement apprendre des autres, de leur façon de penser, de vivre, d'agir... Vous aimez observer les étoiles, j'aime observer les gens, je pense que si je les comprends mieux, cela peut m'aider à mieux les soigner.

À ce moment-là, son regard se porta sur le tavernier qui semblait avoir suivi ses directives, même s'il n'irait pas se vanter de l'avoir écouté, elle était simplement heureuse de voir qu'il allait se soigner et surement guérir plus vite. Porter par son altruisme naturel, elle vint à repasser à ce que Myria souhaitait et elle ajouta : 

- Pour les étoiles, j'aurai bien voulu vous aider, mais j'ai bien trop de lacunes en astronomie, le mestre de Wendton n'avait pas ce maillon à sa chaîne. 

©️ one more time.




coming back to life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sang des nobles coulent dans nos veines | Leeven
» Puisque dans nos veines coule le même sang [Pv Sophie Atlan]
» Du sang sur les mains, de l'alcool dans les veines...
» Opium ♠ Je suis le poison qui coule dans tes veines.
» Glacé comme le sang dans tes veines || Heph', Sigyn, Gemma, Brook

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: