RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

La MAJ aura lieu le week end du 2/3 décembre , tenez-vous prêts

Partagez | 
 

 I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danse avec les Ours
avatar
Danse avec les Ours
Valar Dohaeris

Ft : Ellen Hollman
Multi-Compte : Jon Snow & Nymeria Sand.
Messages : 645
Date d'inscription : 20/08/2015

MessageSujet: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Sam 3 Juin - 17:58

I still don't know how i even survive



Harlon Botley & Gudrún


Fin de l'an 294,

Quelque temps qu'elle était sur les Îles. C'était moche, c'était peu de le dire. Surtout qu'elle avait peur de l'eau, même si certains avaient la patience de lui apprendre à nager. Elle boudait cette eau, même si elle était ce jour là sur une des rive d'une des île dont elle avait déjà oublié le nom. C'était à se demander ce qu'elle faisait là, on lui avait juste trouvé utilité pour la bataille. Elle était grande, elle était costaud, ne faisait pas de chichis, n'avait pas peur de se salir les mains. Elle n'aurait pas franchement fait une femme-sel agréable mais elle était utile sur un snekkar. Elle pouvait ramer aussi, elle avait les bras assez costauds pour le faire sans se plaindre. Mais ici, elle ne servait à rien.

On lui avait parlé de Kraken géant, alors elle passait ses journées à arpenter les rivages en fixant l'eau, dans l'espoir d'en croiser, mais elle n'avait vu jusqu'ici que des requins et des poissons. A dire vrai, elle ne savait même pas ce qu'était un kraken, on lui avait juste dit que c'était un animal marin très dangereux et craint. Il ne lui en avait pas fallu plus.

Ce jour-ci ne faisait pas exception, en attendant la prochaine bataille et qu'on l'appelle, elle scrutait les fonds marins. Chose compliquée vu la couleur de l'eau mais jusqu'ici, elle ne se lassait pas d'essayer. Qu'aurait-elle pu faire d'autre, ceci dit ? Elle n'était pas le genre de femme à coudre ou à cuisiner pour faire plaisir à quelqu'un et elle ne comptait pas rejoindre toutes ces femmes soumises là à l'intérieur, soumises aux bons vouloirs de ces hommes. Ca lui donnait envie de lever les yeux au ciel et soupirer, de les secouer aussi. Elle s'essayait quand même à avancer vers l'eau, un pas puis deux, pas trop franche sur ce qu'elle était entrain de faire, l'air de se dire ; et s'il y avait un trou et que je tombais dedans ? Elle restait alors proche du bord, sait-on jamais. Elle bougeait d'abord à cause des vagues, comme surprise à chaque fois qu'elles remontaient alors qu'elles repartaient juste après. Fichu mer.

Elle tournait juste la tête derrière elle en entendant quelqu'un marcher.

- Qu'est-ce t'as toi ?

Ce n'était pas méchant en soit, elle se demandait juste ce que le gamin faisait ici. Il ne devait pas être plus vieux qu'elle mais elle le voyait comme un gamin tout de même. Elle ne disait pas ça méchamment, plus pour lui demander pourquoi il venait se perdre ici.

© DRACARYS



She dances with bears & snakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Îles de Fer
avatar
Îles de Fer
Valar Dohaeris

Ft : Alex Høgh Anderson
Multi-Compte : Jorelle / Maddy
Messages : 205
Date d'inscription : 29/10/2016

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Lun 5 Juin - 21:47

I still don't know how i even survive



Gudrún & Harlon


Fin de l'an 294,

Un corbeau aussi noir que la nuit, porté par un vent d'ouest, atterrit sur les terres de la maison Botley. Un messager de bonne nouvelle paraissait-il, mais ce n’était rien de tout cela. Cet oiseau aux serres acérées provenait des Noirmarrées et sur ce bout de parchemin humidifié par le trajet, il y était écrit des mots insignifiants et sans importance. Le fils offert en compensation donnait simplement de ses nouvelles. Rien de très excitant aux yeux d’Harlon, mais qui pourtant provoquait l’euphorie d’une mère marquée par l’absence d’un de ses fils. Par empressement, elle déchira un coin de la lettre ce qui provoqua un grand éclat de rire de la part de ses autres enfants. Tous un peu moqueurs, il la chambrères à tour de rôle, mais ce n’était rien en comparaison du père de toutes ses fratries. Il taquinait son épouse avec un sourire enjôleur qui savait l’attendrir, mais elle ne leur prêta aucune attention, elle n’avait que d’yeux pour l’écriture arquée de la lettre. Son visage était un livre ouvert, ils pouvaient tous lire ce qu’elle pensait et l’émotion qui la traversait, mais elle tentait au mieux de se contenir. Sa mère était une véritable fer-né, aussi féroce qu’un monstre marin, mais qui se laissait s’émouvoir facilement par ses enfants. Elle était l’opposé même de son époux et pourtant tous deux se complétaient à la perfection. Ils comblaient à leurs manières les failles de l’autre.

C’est dans une ambiance électrique que le jeune fer-né quitta la demeure familiale. Ce n’était pas la première fois qu’il s’éloignait pour se retrouver un peu seul avec lui-même. En réalité, il ne cherchait pas la solitude, il voulait juste s’écarter de sa mère, qui dans cet état, était trop protectrice, et cela, il ne pouvait pas le supporter. Il n’aimait pas être couvé de la sorte, il était suffisamment entraîné pour se défendre seul et par-dessus tout, il n’avait pas besoin d’elle. Savourant sa liberté, il laissa le vent caresser son visage et s’imprégnait des différentes odeurs qui émanaient de la mer. Il reconnaissait l’odeur de l’iode, du sable mouillé, de la marée, mais surtout celle des algues qui s’était échoués sur la plage quelques heures plus tôt et qui cramait déjà au soleil. Ce n’est qu’après quelques minutes qu’il se rendit compte qu’il suivait aveuglément des empreintes sur la plage pour le moment déserte. Tous s’afféraient à préparer les prochains raids dont lui et ses frères feraient partit. Ce n’était pas la première fois qu’il y participait, mais cette fois-ci, il partirait sans son père. Même s’il refusait de se l’avouer lui-même, il était anxieux à l’idée de partir sans lui. Son père avait beau ne montrait aucune compassion, aucun amour à son égard, Harlon savait qu’il veillait sur lui pendant les invasions.

Il continuait sa marche, bottes à la main, hésitant à se baigner ou à faire demi-tour, mais il fit interrompu par une voix féminine qui se voulait rude. Coupé dans ses pensées, il arqua un sourcil tout en les fronçant. Ce « Qu'est-ce t'as toi ? » sortit de nul part l’avait surpris. Pourquoi était-elle aussi agressive alors qu’il n’avait pour le moment rien dit ? Harlon énervait beaucoup de personnes, c’était un don chez lui, mais jamais il n’avait exaspéré une personne aussi vite. Tout en gardant une distance de sécurité et il se rapprocha de la mer. Il ne fallut que quelques secondes pour qu’il sente la fraîcheur de l’eau salée lui morde la peau. Le fer-né se mit alors à sourire et se mit à la fixer. Elle avait tous les atouts pour plaire à un homme, pour lui plaire à lui. Toujours avec ce sourcil levé, il laissa un « charmant » amusé glissait entre ses dents. Jetant ses bottes un peu plus loin, il garda le même timbre de voix : « C’est ta manière de dire bonjour l’ami ? ». Il remonta le bas de son pantalon avant de continuer : « Si c’est le cas, tu devrais accentuer le toi, le rendre plus agressif. Ça ferait fureur ! Surtout ici ». Il avança légèrement vers elle et mimant l’allongement de son dernier mot avec ses mains : « Qu’est-ce t’as toi ? Tu vois, c’est mieux comme ça ».

© DRACARYS




Pick it up, pick it all up, and start again. You've got a second chance, you could go home. Escape it all. It's just irrelevant. You could still be, what you want to, what you said you were.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse avec les Ours
avatar
Danse avec les Ours
Valar Dohaeris

Ft : Ellen Hollman
Multi-Compte : Jon Snow & Nymeria Sand.
Messages : 645
Date d'inscription : 20/08/2015

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Ven 30 Juin - 19:59

I still don't know how i even survive



Harlon Botley & Gudrún

Le jeune homme s'était approché de l'eau, pas très loin d'elle. Elle le regardait du coin de l'oeil, comme pour jauger ce qu'il allait faire. La Freux faisait de son mieux pour ne pas avoir peur de l'eau mais à chaque vague, elle avait l'impression qu'elle allait être emportée avec elle. Alors que les vagues n'étaient pas plus énervées que d'habitude, même relativement calme comparé à ce qu'elle avait déjà pu voir. Le froid ne la dérangeait pas, elle était née dans le froid du Val et son premier bain avait été dans une rivière glacée, son père avait déclaré que ce serait pour la vivifier, elle qui était toute grassouillette et nerveuse déjà. Elle avait juste gagnée à être malade pour la première fois. Mais ici, c'était différent et elle ne se sentait pas mal à cause du froid, mais plutôt à cause des vagues et des trous qu'elle s'imaginait dans le sol.

L'homme se mettait à parler, un seul mot pour commencer, charmant. Elle haussait un sourcil, ça n'apportait pas vraiment de réponse à sa question. C’est ta manière de dire bonjour l’ami ?, poursuivait-il. Se connaissaient-ils déjà et elle l'avait oublié ? C'était plus que probable et cela ne serait pas la première fois. Elle se grattait alors le front en essayant de réfléchir à qui il pouvait être et s'ils avaient déjà combattus ensemble, mais elle ne s'en souvenait pas.

Et voilà qu'il lui donnait des leçons pour parler aux gens ici, mais là encore : ça ne répondait pas à sa question. Alors la géante s'approchait elle aussi de l'homme.

- Ca a pas l'air de répondre à ma question. Pis, on est ami ? J'me souviens pas d'toi l'gamin.

Il était peut-être plus vieux, mais il était, face à elle, petit - mais qui ne l'était pas devant la Freux de quasi deux mètres ? - et là aussi, pour elle, il paraissait être un gamin.

- T'es quoi, un mestre ?

Elle riait, d'une façon assez moqueuse et provocatrice. Etait-ce ce qu'il était et voulait-il donc exercer ses leçons sur la Freux qui ne savait pas correctement parler ? Etait-ce aussi la façon dont il fallait parler ici, agressivement ? Il ne lui semblait pas que sur les snekkars les hommes se soient parlés ainsi à moins de donner des ordres.

- Ou alors c'comme ça qu'tu veux qu'on t'parle p'têtre ? J'juge pas après tout !

Un nouveau rire moqueur, c'était plus fort qu'elle. Elle ne savait jamais quand il convenait de se taire, pas faute d'avoir essayer de lui apprendre, par la douceur comme par la force. Elle ne retenait jamais ses leçons. Mais l'homme ne lui semblait pas dangereux, ou bien elle n'avait tout simplement aucun instinct de survie au point de ne pas voir le danger où il pouvait être. Les fer-nés pouvaient parfois être si sauvage qu'elle lorsqu'ils combattaient, mais elle ne voyait pas de raisons de combattre. Elle était peut-être trop sur la défensive une fois encore, alors qu'il n'y avait pas de raisons à cela.

- Mais t'es b'en mignon, mon p'tit gars. Tu f'ras sans doute fureur quand tu s'ras plus grand.

Un nouveau rire puis elle se décidait à sortir de l'eau, comme si elle en avait eu plus qu'assez aujourd'hui. Au moins ses pieds seraient propre - à ses yeux en tout cas - et ils n'avaient pas pris l'eau depuis quelque jours. Certains étaient assez gentils - ou fous - pour lui donner un coup de main et lui apprendre à nager, même si elle avait l'impression qu'ils essayaient surtout de la noyer dans l'eau salée. Ce qu'elle détestait avoir cette eau dans les yeux, ça brûlait d'une façon des plus désagréables et elle n'avait pas envie de recommencer l'expérience d'aussitôt. Alors elle sortait pour rejoindre la plage un poil plus sèche et reprendre ses chausses. Elle jetait ensuite un regard par dessus son épaule pour regarder le jeune homme qui était venu jusqu'ici, voir ce qu'il comptait bien faire.

© DRACARYS



She dances with bears & snakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Îles de Fer
avatar
Îles de Fer
Valar Dohaeris

Ft : Alex Høgh Anderson
Multi-Compte : Jorelle / Maddy
Messages : 205
Date d'inscription : 29/10/2016

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Jeu 6 Juil - 20:33

I still don't know how i even survive



Gudrún & Harlon


Fin de l'an 294,

Le jeune Botley pourrait passer des heures à observer les va-et-vient démonter des vagues, mais cette fois-ci, son attention était portée sur une toute autre chose. Et qu’est-ce qui peut détourner un homme de l’océan ? Seule une femme à ce pouvoir. Il la détaillait du regard, cette femme ne pouvait pas être une fer-né. Ainsi, elle ne pourrait être qu’une femme sel ? Cela ne pouvait en être autrement. Aucun habitant de cette île était effrayé par l’océan, cela ne se pouvait pas. Un fer-né sans eau, c’est comme un oiseau sans aile. Les flots étaient une partie intégrante de leurs êtres et de leurs religions. Harlon pouvait percevoir cette peur masquée par son courage, mais ses muscles la trahissaient, ils se contractaient dès qu’une vague léchait ses chevilles. Que pouvait-elle appréhender de la sorte ? Sur cette plage, elle était en sécurité, mais apparemment, cela ne suffisait pas à la rassurer. Pourtant, il n’aurait pas pensé qu’une telle femme puisse être apeurée d’une telle chose. A moins que cette combativité ne soit qu’une façade qui la protégeait du monde extérieur. Cette géante aux sombres regards était agressive dans ses propos, mais cela ne l’éloignait pas, au contraire et malgré ses apparentes bévues, il souhaitait en apprendre plus sur cette jeune inconnue.

La non Fer-né se méprenait sur le terme « ami », c’était une expression qu’il utilisait très souvent, une formule qu’il avait hérité de son père. Médusé par sa réponse, il haussa les sourcils, pouvait-elle réellement ne pas comprendre cette ironie ? Vraisemblablement oui. Puis, elle lui demanda s’il était un mestre, sa réponse pouvait alors se lire sur son visage et s’entendre à son rire gras. Lui un mestre ? Jamais. Il aimait bien trop les femmes pour cela et que dire des tueries ? Un mestre combat avec des mots, mais Harlon n’était pas assez ingénue pour agir de la sorte, lui préférait les armes.

- Je ressemble vraiment à un mestre ?

Il n’était qu’un enfant, mais au fond de lui, il savait que ce n’était pas la voie qu’il voulait suivre. Le monde était bien trop attrayant pour vouloir s’enfermer dans une citadelle. Cette femme riait beaucoup, il était peu gracieux, mais pouvait-il en être autrement ? Cette femme sel n’avait pas dû être choisi pour son caractère, ni pour ses attraits féminins, mais pour une chose qu’il ne percevait pas encore.

- Ou alors c'comme ça qu'tu veux qu'on t'parle p'têtre ? J'juge pas après tout !

Une fois encore, elle se mit à rire et lui gardait son sourcil arqué. Il tentait de comprendre le pourquoi elle agissait de la sorte, le serait-il un jour ? Il n’eut pas le temps de lui répondre qu’elle répliqua une autre de ses réponses sanglantes.

- On va dire ça oui.

La non Fer-né s’éloignait des vagues, mais aussi de lui par la même occasion. Il continua à regarder la mer alors qu’elle se rechaussait. Si elle souhaitait se mettre au sec, ce n’était pas son cas à lui et il n’allait surement pas la suivre, mais il voulait quand même en apprendre plus, alors il haussa la voix.

- Alors, qu’est-ce que fait une fille qui n’aime pas l’eau sur une île ?

Il tourna son visage vers elle, en ayant son sourire charmeur. Peu lui importait si elle continuait à le provoquer, cela l’amusait. L’insulaire continuait alors sur sa lancée et allait assouvir sa soif de curiosité. De toute manière, il n’avait que ça à faire.

- Tu n’es pas d’ici n’est ce pas ? Nordienne peut-être ? Une fille aussi fougueuse que toi dois forcément venir d’un Nord.

L’eau éclaboussa le bas de son pantalon retroussé. Oui, il aimait vraiment vivre sur cette île et il en était fier.  

© DRACARYS




Pick it up, pick it all up, and start again. You've got a second chance, you could go home. Escape it all. It's just irrelevant. You could still be, what you want to, what you said you were.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse avec les Ours
avatar
Danse avec les Ours
Valar Dohaeris

Ft : Ellen Hollman
Multi-Compte : Jon Snow & Nymeria Sand.
Messages : 645
Date d'inscription : 20/08/2015

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Mer 12 Juil - 15:53

I still don't know how i even survive



Harlon Botley & Gudrún

Quand elle angoissait, la plaisanterie - douteuse, certes - était un moyen de décompression comme un autre. A croire que viser les autres lui ferait oublier ce qu'elle était entrain de faire. Avec elle, on levait souvent les yeux au ciel et le jeune homme ne ferait pas exception, à voir combien de temps il aurait la patience de supporter les âneries qu'elle pouvait débiter à la seconde. Je ressemble vraiment à un mestre ? elle haussait les épaules, elle ne savait déjà plus vraiment à quoi ressemblait un mestre, sinon qu'ils avaient une sorte de grand collier bizarre. Elle haussait juste les épaules une fois encore sans savoir quoi répondre, d'autre que :

- Nan. Enfin j'crois pas.

Elle se souvenait juste du mestre de Roche-aux-Runes qui avait essayé de lui apprendre des choses, il avait fait de son mieux pour ça et n'y était pas parvenu. Ou alors juste à lui apprendre à lire, mais l'écriture était un tout autre effort qu'elle ne parvenait pas à faire. Alors pour elle, vouloir apprendre quelque chose à quelqu'un, il n'y avait qu'un mestre pour le faire. Elle rejoignait la rive en le laissant parler, remettait ses chausses puis elle le regardait faire. Ces gens étaient étrange, tout de même. N'avaient-ils jamais peur de tomber dans l'eau ? De tomber dans un trou duquel ils ne pourraient plus sortir ? Ou bien se fichaient-ils des dangers ? Sur terre, elle-même s'en moquait, elle n'avait pas vraiment peur de mourir non plus, juste d'avoir possiblement mal, et encore. Elle ne s'expliquait pas pourquoi cette crainte de l'eau, peut-être était-ce l'inconnu qui l'effrayait, on ne pouvait pas dire qu'elle soit amie avec l'eau. Il suffisait de voir la crasse qu'elle avait sur elle, avant de venir ici où il y avait assez d'eau partout pour se nettoyer et nettoyer ses vêtements. Mais sur terre, en gambadant, de l'eau, il n'y en avait pas partout et dans ses montagnes du Val, de même. Et puis, dans cette eau, arrivait un moment où on ne voyait même plus ses pieds : angoissant.

- Alors, qu’est-ce que fait une fille qui n’aime pas l’eau sur une île ?

C'était une bonne question qu'il lui posait, elle haussait une fois encore les épaules.

- Bah c'est à dire que euh... j'étais sur la terre ferme pis y'a des gars qui m'ont vu, on s'est battu, pis j'leur ai tué que'que hommes. Pis du coup y m'ont dit que j'leur devais des guerriers, pis j'ai dis qu'y étaient cons, d'où j'les sors moi les hommes ?

Elle était seule, alors ça lui avait paru évident.

- Pis du coup y m'ont dit qu'j'étais b'in costaude alors y m'ont emm'nés avec eux. Pis m'voilà et j'les suis quand y faut. Y disent que j'fais peur et qu'du coup les gens y oseront pas v'nir les emmerder.

Elle n'avait pas d'autres explications à donner malheureusement, si étrange ce soit. C'était tout ce dont elle se rappelait sur sa venue jusqu'ici, les autres détails lui étaient déjà passés par-dessus la tête il y a des jours. Il lui souriait, alors en retour, elle lui souriait. Il n'était pas vilain à regarder en tout cas. Il essayait de deviner d'où elle venait, c'était évident pour elle qu'elle ne pouvait pas être d'ici, comme ça l'était pour lui.

- Nan nan nan mon gars, j'suis pas du Nord ! J'suis du Val, des Montagnes. J'suis une Freux. On est des clans. 'fin après c'est vrai que l'lord Royce y m'a accueilli chez lui et qu'j'ai rendu que'que services aux Arryn et Royce mais j'suis du Val. J'voyais dans l'Nord quand les fer-nés y m'ont trouvée pis emm'née. J'aime bien ces lieux et ces gens, ça m'rappelle un peu mon clan et les autres clans du Val.

Elle s'approchait de lui, s'arrêtant tout juste où les vagues s'arrêtaient, pour que l'eau ne vienne pas à ses pieds, dernière barrière, comme un chat sauvage aurait pu le faire. Il était amusant, ce fer-né, bien jeune, il lui semblait aussi très sympathique sans qu'elle ne sache trop pourquoi. Elle ne voyait pas les moqueries ou les sarcasmes qu'il pouvait sortir, ça lui passait, ça aussi, à des lieux au dessus de la tête.

- J'sais d'jà pu si j't'ai d'mandé, c'quoi ton p'tit nom ?



© DRACARYS



She dances with bears & snakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Îles de Fer
avatar
Îles de Fer
Valar Dohaeris

Ft : Alex Høgh Anderson
Multi-Compte : Jorelle / Maddy
Messages : 205
Date d'inscription : 29/10/2016

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Jeu 17 Aoû - 19:08

I still don't know how i even survive



Gudrún & Harlon


Fin de l'an 294,

Il observait cette fille au visage durci par la méfiance. L'étrangère ressemblait à un oiseau pris au piège, elle ne battait pas des ailes pour fuir, mais son regard apeuré ne trompait personne. Le jeune Botley ne connaissait que très peu les terres avoisinantes, mais il avait appris à s’adapter aux aléas de l'océan. Passionné par elle, il ne comprenait pas ce qu'éprouvait la géante, puis qu’après tout, depuis qu'il a l'âge de marcher, il était en quête de cette entité imprenable. Dans ses eaux gelées, il ne voyait pas le danger potentiel, mais le défis à relever. Il avait fait le serment de naviguer sur les flots jusqu'à ce que la mort se saisisse de sa personne et alors, il trouverait le repos éternel dans les bras de cette mer.

Harlon était attiré par ce qu'il ne pouvait contrôler, mais ce n'était pas cela qui le poussait à rester auprès d'elle. Il voulait comprendre comment une telle femme qui ne semblait avoir peur de personne pouvait être aussi épouvanté par de simples vagues. Il l'observait du coin de l’œil lorsqu’elle expliquait le pourquoi de sa venue sur les îles froides des Fer-nés. Et même si elle était réellement sérieuse, lui n'y arrivait pas. Il arquait le sourcil, montrant bien qu'il n'arrivait pas la suivre. Toutefois, cela pouvait être interprété différemment. Un soutien pour son incompréhension peut-être ? La femme continuait de parler sans qu'il puisse réellement comprendre ce qu'elle disait. Elle ne semblait pas saisir les figures de style, ni l'ironie apparemment.

- Nan nan nan mon gars, j'suis pas du Nord ! J'suis du Val, des Montagnes. J'suis une Freux. On est des clans. 'fin après c'est vrai que l'lord Royce y m'a accueilli chez lui et qu'j'ai rendu que'que services aux Arryn et Royce mais j'suis du Val. J'voyais dans l'Nord quand les fer-nés y m'ont trouvée pis emm'née. J'aime bien ces lieux et ces gens, ça m'rappelle un peu mon clan et les autres clans du Val.

Harlon n'a jamais été très adepte des leçons d'histoire, alors cela ne lui paraissait normal qu'il soit autant perdu. Arryn et Royce étaient donc des maisons du Val, mais les Freux étaient des clans. À l'image des Fer-nés en somme. Pourtant, même si elle appréciait Lordsport, elle s'éloignait des eaux comme-ci qu'elles pouvaient lui refiler le scorbut. Puis enfin, elle lui demanda son prénom, mais n'appréciait pas être rabaissé par le mot : petit.

- Harlon

Il inspirait profondément l'air iodé, souriant presque au soleil timide. Il aimait réellement ce paysage et appréciait entendre les marins qui rafistolaient les filets qui on céder durant la nuit.

- Tu aurais pu être une Mormont, y'a beaucoup de colporteur de ragots qui disent que leurs femmes se transforment en ours et dévorent les fer-nés qui osent venir sur leurs îles. Tu es aussi sauvage que ces femmes n'est-ce pas ?

Il s'était tourné vers elle, un sourire malicieux au coin des lèvres. Il n'avait aucun doute sur son idée, si son peuple l'avait accepté, ce n'était pas pour son amabilité.

- Dis-m'en plus sur ton clan, pourquoi es-tu parti ? Ici, ce qui fait partir les hommes et les femmes, c'est l'appel de la mer, mais toi alors ? Qu'est-ce qui t'a fait partir de chez-toi ?

© DRACARYS




Pick it up, pick it all up, and start again. You've got a second chance, you could go home. Escape it all. It's just irrelevant. You could still be, what you want to, what you said you were.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danse avec les Ours
avatar
Danse avec les Ours
Valar Dohaeris

Ft : Ellen Hollman
Multi-Compte : Jon Snow & Nymeria Sand.
Messages : 645
Date d'inscription : 20/08/2015

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Dim 27 Aoû - 14:47

I still don't know how i even survive



Harlon Botley & Gudrún

Il n'était pas très bavard on dirait, elle avait l'impression de faire seule la conversation mais ça ne la dérangeait pas plus que ça. Il arrivait qu'on lui réponde par des grognements et elle se souvenait qu'en venant jusqu'aux îles, ils n'étaient pas été très bavards, puisqu'elle ne parvenait pas à se rappeler d'une bribe de conversation qu'ils auraient eu. Sauf pour lui gueuler dessus parce qu'elle ne ramait pas en rythme, évidemment. Eh ! Elle avait peut-être de gros bras mais elle n'était jamais monté sur un bateau avant, à quoi s'attendaient-ils ? Déjà sur le bateau elle faisait attention à ne pas passer par dessus-bord et les autres l'avaient vite remarqués et en avaient vite joués pour montrer qui était le patron , soit pas elle sur ce bateau. Ouais, un mauvais souvenir que ces premiers jours.

Certains étaient agacés d'avoir à lui répéter les choses plusieurs fois pour que ça rentre - et encore, lui répéter plusieurs fois ne voulait pas forcément dire que ça allait rentrer - mais il semblerait que cela ne dérange pas le jeune homme, ou alors, elle ne lui avait vraiment jamais demandé son prénom. Harlon, donc. Elle se le répétait plusieurs fois dans sa tête pour le retenir.

- Une quoi, tu dis ? Mormont ? Connais pas. P'têtre. Moi j'danse avec les ours. J'en suis pas une. Enfin j'crois pas.

Elle haussait les épaules. Elle ne connaissait pas ces Mormont mais ce qu'il en racontait lui plaisait. Des femmes sauvages qui se transformeraient en ours et mangeraient leur victimes, l'idée était très plaisante, encore qu'elle n'ait jamais mangé d'humain, l'idée lui avait peut-être une ou deux fois traversé l'esprit quand elle traversait Westeros et qu'elle était affamée et qu'elle ne voulait pas tuer son cheval mais qu'un voyageur l'accompagnait.

- J'ai jamais bouffé d'humain, encore.

Il fallait connaître la faim pour savoir que ces idées pouvaient venir à l'esprit de quelqu'un. La faim et le froid, ça pouvait rendre fou et déjà qu'elle n'avait pas toutes ses cases.

- Pourquoi j'suis partie ? Euh, j'voulais aller que'que part où y'a des bestioles si grosses que moi, voir même plus grosses. Pis chez moi y voulaient plus d'moi vu qu'j'les ai vendu aux Arryn et aux Royce. Et la vie de château, erk, c'est pas pour moi. Alors sur la route on m'a parlé de que'que endroits sympa où j'pouvais croiser des bêtes. Des fois on m'dit d'aller au Nord, qu'par delà l'Mur y'a des bestioles gigantesques qui ont fuit l'continent pour pas être chassés, pis des fois on m'dit qu'dans les forêts du Conflans et du Nord y'en a. On m'a dit qu'à Dorne y'avait des trucs aussi, des serpents. C'pas très gros un serpent de Dorne en fait.

Elle donnait un coup de pied dans un caillou, comme déçu de ce qu'on lui avait vanté sur les bestioles de Dorne alors qu'en réalité, les vipères noires des Wyl n'étaient pas si grosses que ça. Dangereuses peut-être mais, pas si grandes.

- Pis quand j'suis tombé sur les fernés l'aut'e fois y m'ont dit que y'avait des krakens et tout ça dans les eaux alors qu'au pire j'pouvais les suivre. Bon en vrai y voulaient juste que j'fasse le sale travail pour eux. Pis y'a une femme l'aut'e fois qui m'a dit que j'pouvais aller avec elle quand elle va pêcher, p'têtre que j'trouverai un kraken.

Mais elle n'était plus franchement convaincu par cette possible trouvaille à mesure que les jours passaient et qu'elle ne voyait toujours rien. Tout comme elle ne voyait pas qu'on se moquait d'elle et qu'on lui racontait ce qu'on voulait - ou surtout ce qu'elle voulait bien entendre - pour qu'elle se bouge et les aide à diverses tâches. Elle n'était pas une tête, ça, c'était clair, mais sa force pour son jeune âge n'était pas négligeable et son talent au combat non plus. Elle n'aurait certes pas le respect des fer-nés mais au moins, elle ne finirait pas noyée ou égorgée, c'était toujours ça.

- Et toi, le Harlon, qu'est-ce tu fais ici ? Tu t'entraînes ? Tu pêches ? Tu suis les aut'es pour aller t'battre ? Tu m'as l'air bi'n jeune pour t'battre, dans nos clans on apprenait jeune mais ici j'ai pas vu beaucoup d'jeunots l'arme à la main !

Elle avait été sur des boutres avec des édentés, des vieux, les plus jeunes devaient avoir 35 ans peut-être. Gudrún restait à distance du jeune homme, toujours pour éviter l'eau de la mer qui semblaient vouloir venir jusqu'à elle. Mais elle, elle n'en voulait pas.

© DRACARYS



She dances with bears & snakes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Îles de Fer
avatar
Îles de Fer
Valar Dohaeris

Ft : Alex Høgh Anderson
Multi-Compte : Jorelle / Maddy
Messages : 205
Date d'inscription : 29/10/2016

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   Ven 29 Sep - 23:02

I still don't know how i even survive



Gudrún & Harlon


Fin de l'an 294,

Ses yeux très bleus, dont la nuance changeait à la manière d’un océan versatile au rythme de ses dangereuses humeurs observait – une nouvelle fois – cette grande femme aux boucles blondes. Si au début elle se montrait extrêmement méfiante et agressive, elle changea de comportement lorsqu'elle entendit parler des Mormonts. Les histoires raconté par ces Fer-nés intrépident les dépeignaient comme étant des bêtes féroces qui étaient prête à tout pour les dépecer vivant. Et au-delà de cet instinct de survie un poil trop développé, elles y prenaient un certains plaisirs malsains. Pourtant, malgré ce côté sauvage qu'il voyait en cette étrangère, il comprit qu'elle était loin d'être une femme du Nord. Elle état loin d'être banale et contre toute attente, elle l'impressionnait.

- Comment tu fais pour danser avec des ours ??


Son visage reflétait parfaitement ce scepticisme qui le caractérisait bien. Le jeune Botley ne pouvait mentir, puisque tous ses traits le trahissaient et comme le disait ce vieil adage de grand-mère : il était comme un livre ouvert. Il ne demandait qu'à la croire, mais il avait besoin de plus d'explication. Et il était doué pour faire parler les autres. La fille dont il n'avait pas demandé le nom raconta alors son histoire, elle expliqua les véritables raisons de son départ du Val et son envie de découvrir le monde qui l'entourait. C'étaient sans doute leurs seuls points communs. Lui aussi voulait partir à la conquête des océans, voyager aussi loin que possible et voir ce que personne d'autres n'avaient encore observé. Oui, il voulait tout ça et l'entendre parler lui donnait encore plus envie de partir. Elle vouait un amour particulier pour les animaux étranges et lui consacrait sa vie à la découverte de nouvelles eaux.

- Ils restent tapis dans les profondeurs des océans, tu n'arriveras pas à les voir. Mais on raconte qu'une corne aurait le pouvoir de les forcer à remonter à la surface. Si tu la trouves, alors peut-être que tu pourras observer.

Beaucoup de rumeurs circulaient sur cette corne et beaucoup rêvait de la posséder. Notamment son père, le vieux Sawane Botley faisait parti de ceux qui pourrait dépenser une fortune pour récupérer ce bien. Mais pour cela, faudrait-il savoir où elle se trouve...

- Contrairement à toi, j'aime avoir les pieds dans l'eau. J'trouve ça... relaxant. Et oui, il m'arrive de m'entraîner sur la plage, tout comme il m'arrive de pêcher. Mais je pêche uniquement sur les boutres. Et pour ta gouverne, tous les Fer-nés savent se battre, c'est pour nous aussi naturel que respirer.

Le jeune Botley n'avait pas l'habitude d'être autant questionné, mais il appréciait cela. Puiqu'après tout, il aimait parler de lui et était très doué pour ça.

- Et sache que j'ai l'âge de faire tout ce que j'veux et toi, tu es assez vielle pour être une femme sel ?

Il en avait conscience, cette phrase pouvait être tout aussi bien dite par un enfant. Il décida alors de vite changer de sujet.

- Tout à l'heure, tu as dit que tu avais vendu ton clan ? Pourquoi avoir fait ça ? Ce n'était pas ta famille ?

Certes, il avait des différents avec sa famille et les autres Fer-nés, mais pourrait-il agir de la sorte ?

©️ DRACARYS




Pick it up, pick it all up, and start again. You've got a second chance, you could go home. Escape it all. It's just irrelevant. You could still be, what you want to, what you said you were.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I still don't know how i even survive. ft. HARLON BOTLEY [flashback]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [Flashback] Être et devenir.
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Qui mordra le plus fort ? [Flashback]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: