RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

La MAJ aura lieu le week end du 2/3 décembre , tenez-vous prêts

Partagez | 
 

 entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Jeu 1 Juin - 16:34


➸ AN 298, LUNE 8, SEMAINE 2

« Ser Egbert, dans combien de temps pensez-vous que nous arriverons à Corneilla ? » De haut de sa selle, Jasper laissait son corps se balancer au rythme de sa monture, un solide cheval à la robe grise. Le vieux chevalier ne dévia même pas le regard, une moue pensive sur le visage, ses doigts venant gratter sa barbe de plusieurs jours. Jasper savait que Ser Egbert faisait cela à chaque fois qu'il réfléchissait. « Je dirais quatre jours, peut-être trois. » Cette estimation arracha au jeune héritier des Belmore un soupir d'agacement, qu'il termina d'un claquement de langue. Leur voyage durait depuis maintenant presque dix jours. Partis de Forchant, la délégation Belmore était descendue en direction du sud, traversant la région froid et inhospitalière constituant l'ouest du Val. Une seule fois ils avaient aperçu des montagnards, ceux-ci n'osant toutefois les attaquer ni les prendre en embuscade. S'en était suivi une route plus agréable, la Route Royale, jusqu'à la hauteur du Trident. Le traversant, Jasper et ses hommes étaient passés en vue du fief des Chauney, situé entre la Ruffurque et la Bleufurque, sans toutefois s'y arrêter, le fils du Seigneur Benedar ne voulant pas traîner en route.

Mais là, il pouvait avouer sans remords qu'il commençait à trouver le temps long, et ce malgré les arrêts dans les diverses auberges pour les nuits. Il était accompagné d'une dizaine d'hommes, des chevaliers pour la plupart, pour une visite de courtoisie chez les Nerbosc de Corneilla, Suzerains du Conflans. Mais Jasper sentait que le moral n'était pas spécialement ensoleillé parmi les siens : les journées passées à simplement chevaucher n'aidaient pas à divertir les hommes. « Si je ne me trompe, nous sommes proches du fief des Bracken ? Nous nous y arrêterons pour la nuit afin que les hommes se reposent et retrouvent un peu le sourire. Qu'en pensez-vous ? » Le visage creusé par les années et les voyages d'Egbert s'étira en un sourire. Si déjà lui trouvait que l'idée était bonne, Jasper ne se faisait pas de soucis. « Je pense que c'est la meilleure chose qui nous arriverait depuis que ... depuis notre départ de Forchant ! » L'enthousiasme du chevalier fit Jasper éclater de rire, tandis qu'il demanda à un cavalier de s'approcher. « Ser, chevauchez donc jusqu'à Haye-Pierre, et demander au Seigneur Bracken s'il accepte de nous accueillir pour la nuit. Ah, et fais-toi accompagner d'Uthred. » L'écuyer, à l'écoute de son nom, bomba le torse, bien trop fier que de se voir confier ce genre de mission. Cela arracha un autre sourire à Jasper, qui déjà regardait ses deux compagnons de route s'éloigner au galop, leurs chevaux soulevant un petit nuage de poussière à leur passage.

PLUS TARD

Déjà le soleil descendait à l'horizon, faisant les ombres fondre sur la région. Mais au loin, Jasper pouvait apercevoir Haye-Pierre, le fief des Bracken. Leur cheval rouge flottait fièrement aux remparts, et Jasper ne put que se réjouir d'y passer la nuit. Il espérait même avoir l'honneur de partager le repas du soir avec le Seigneur Jonos, ne serait-ce que pour le remercier pour son hospitalité. « Ser Egbert, dîtes aux hommes que la première tournée est pour moi, mais que le premier qui rentre ivre ou cause du grabuge rentrera à pied jusqu'à Forchant ! » Malgré le sourire du Belmore, le chevalier le savait parfaitement capable de mettre ses menaces à exécution. La raison en était simple : il ne souhaitait pas donner une mauvaise image des Belmore, au contraire. Surtout au vu des relations difficiles entre les Bracken et les Nerbosc, et le fait que la délégation de Forchant se rende justement chez les Suzerains du Conflans. Jasper espérait simplement que le Seigneur Jonos soit assez intelligent pour ne pas lui en tenir rigueur. Mais après tout qu'avait-il à craindre ?

Passant les murailles de la forteresse, Jasper espéra bientôt apercevoir son écuyer, resté sur place pour organiser leur arrivée. Il avait terriblement soif, et faim maintenant que la nuit tombait, mais ne souhaitait nullement faire preuve d'impolitesse. Au contraire, il voulait causer bonne impression parmi les Bracken, montrer qu'il était le digne héritier des Belmore. Cette quête de perfection, pour nommer cela ainsi, Jasper la devait à son père. Seigneur au physique peu avantageux, son poids et sa bedaine l'empêchant même de monter sur un cheval, il passait pour un homme corrompu. Jasper voulait simplement en être le contraire, et montrer que peu importe le père, on pouvait être différent, et ne pas être qualifié selon son paternel. S'arrêtant au milieu de la cour, le jeune homme vida rapidement les étriers, se laissa habilement glisser jusqu'au sol. Flattant l'encolure de son cheval, il vit enfin Uthred, qui accourait pour prendre la relève.


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Mar 6 Juin - 12:15

Entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera

An 298 – Lune 8 – Semaine 2



Jasper Belmore & Barbara Bracken


Je ne me sentais jamais à l’aise lorsque je siégeais à la place de père. Etant parti pour affaire du côté des Frey et malgré ma demande pour l’accompagner et ainsi pouvoir saluer mon amie Lady Tyta, c’est finalement Dame ma mère qui l’accompagna tandis que je me vis refuser le voyage, m’ordonnant de rester à Haye-Pierre et d’en assurer l’intendance jusqu’à son retour. Je voyais là un autre exercice pour me préparer à assumer un jour mon rôle d’héritière du domaine Bracken, comme mon cousin Hendry a disparu depuis des années en mer et que nous n’avions plus guère d’espoirs de le revoir…

C’est donc dans le grand fauteuil de père que je recevais les paysans et autres habitants vivants sur notre territoire et sous notre protection. Tous venaient avec une plainte, une demande, une offre et toujours un mot aimable à mon intention ainsi qu’au Seigneur mon père, accompagné, lorsqu’ils le pouvaient, d’une volaille, de fruits ou de légumes pour notre table en guise de remerciements. Je venais de congédier le dixième d’entre eux lorsqu’on vint me chuchoter à l’oreille qu’un jeune homme, se disant être l’écuyer de Ser Jasper Belmore, demandait à être reçu par Lord Jonos de toute urgence. Les Belmore étant une grande maison du Val, nos voisins, je ne pouvais guère refuser sa demande et le pria de le faire entrer. Une fois qu’il m’eut évoqué la raison imprévue de sa venue à Haye-Pierre, je vis là une bonne raison de briller face à père si j’avais été l’hôte parfaite de la délégation de Forchant en son absence. Je répondis donc au jeune écuyer que Ser Jasper et ses hommes seront dignement reçus à Haye-Pierre et pourront y demeurer aussi longtemps qu’ils le jugeront opportun, bien qu’il m’avait assuré qu’ils partiraient le lendemain et que leur séjour ne se cantonnerait qu’à un dîner et une nuit passés entre ces murs. Seule la raison de leur venue dans les environs vint obscurcir mon visage pendant un bref instant, mais je ne pouvais refuser l’hospitalité à une telle délégation pour seule raison qu’ils se rendaient à Corneilla, fief des Nerbosc… Père l’aurait envoyé paitre…, me dis-je… Qu’importe, ma décision était prise et je permis au jeune garçon de rester pour préparer la venue de son maître et chevalier.

Le soleil commençait à disparaître pour laisser place à la lune lorsque les portes s’ouvrir pour faire entrer la délégation de Forchant. Je me trouvais dans mes appartements à lire près de la cheminée quand un garde posté à la porte principale vint m’aviser de l’arrivée de nos hôtes.

Fort bien, dis-je en fermant mon livre avant de le poser sur le repose-pieds en velours rouge devant mon fauteuil. J’arrive dans une minute.

Le garde s’inclina puis s’écplisa. Je me levais, lissais les plis de ma robe et quittais la pièce. Dans le couloir, je me chargeais d’appeler mes sœurs :

Jayne ! Catelyn ! Bess ! Alysanne ! Dépêchez-vous, nous avons des invités !

A tour de rôle, je les vis sortir de leurs chambres, Jayne avec un grand sourire, Catelyn légèrement endormis et Bess et Alysanne se tenant par la main, Alysanne traînant les pieds, signe de son enthousiasme flagrant.

Allons ! Tenez-vous correctement, nos invités sont des gens nobles et importants dans le Val. Faisons-leur honneur pour qu’ils vantent nos qualités d’hôte et que père soit fier de nous.

Le bâtard sera avec nous ? s’enquit Jayne, qui l’appréciait tout autant que moi.

Je ne l’ai pas vu de la journée ; que cela continue ainsi jusqu’à leur départ….

Puis j’ouvris la voie vers la cour principale, mes sœurs me suivant derrière moi, afin d’accueillir nos invités de marque. Dans la cour, nos garçons d’écurie se pressaient pour s’occuper des chevaux de la délégation de Forchant mais je parvins sans mal à localiser celui qui, de toute évidence, devait être Ser Jasper, car ses hommes le regardaient et l’écoutaient avec un grand respect qui se lisait dans leurs yeux. Un bon signe et un bon point pour lui me dis-je avant de m’avancer d’un air convaincu et décidé vers lui.

Ser Jasper je présume ? Soyez le bienvenu à Haye-Pierre. Je suis Lady Barbara Bracken, fille aînée et héritière de Lord Jonos Bracken et de Lady Liane.[Je fis une petite révérence avant de poursuivre] Le Seigneur mon père est absent, ainsi que Dame ma mère. Aussi je serais votre hôte durant votre séjour dans notre domaine. Permettez-moi de vous présenter mes sœurs bien-aimées : Lady Jayne, Lady Catelyn, Lady Bess et Lady Alysanne. Avez-vous fait bon voyage, Ser ?

Je l’observais avec une grande assiduité, guettant chacun de ses mouvements et attendant d’entendre sa voix et sa façon de parler afin de me faire une meilleure idée de la personne à qui j’avais à présent à faire…

© DRACARYS



1


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Jeu 8 Juin - 11:07


En plus de son propre écuyer, Jasper remarqua avec plaisir que plusieurs garçons d'écuries accouraient pour s'occuper des chevaux de ses hommes, preuve que les gens de Haye-Pierre faisaient preuve d'hospitalité, ou du moins de respect. Échangeant quelques mots avec ses compagnons de route, l'héritier de Forchant remarqua rapidement du coin de l'oeil quelque chose de fort intéressant : une noble dame, dont le jeune âge étonnait. En effet, Jasper lui trouva un certain air de confiance en elle, et sa démarche tout comme son visage trahissaient de la sûreté. En elle même peut-être ? Jasper l'apprendrait bien vite, puisque déjà elle se trouvait près de lui, accompagnée de plus jeunes femmes, des enfants pour la plupart.

« Ser Jasper je présume ? Soyez le bienvenu à Haye-Pierre. Je suis Lady Barbara Bracken, fille aînée et héritière de Lord Jonos Bracken et de Lady Liane. » Elle marqua ses mots d'une petite révérence, à laquelle Jasper répondit par un poli hochement de tête et un sourire d'agréable surprise. Il ne connaissait pas les membres de chaque famille du Conflans, et ignorait donc que le Seigneur Bracken avait pour héritier une femme. Certes cela n'était pas monnaient courante, mais à en voir par l'attitude de la demoiselle, peut-être en avait-elle les épaules. Et si l'héritier des Belmore pouvait parfois se montrer sarcastique et fier de sa personne, il était toujours prêt à accorder sa confiance et reconnaissance en la gente féminine. Aussi se promit-il de ne pas juger Barbara Brakcen à sa robe, mais plutôt à ses actes et à ses paroles. « Le Seigneur mon père est absent, ainsi que Dame ma mère. Aussi je serais votre hôte durant votre séjour dans notre domaine. Permettez-moi de vous présenter mes sœurs bien-aimées : Lady Jayne, Lady Catelyn, Lady Bess et Lady Alysanne. Avez-vous fait bon voyage, Ser ? »

Souriant, Jasper se pencha légèrement en avant, dans une révérence respectueuse. L'accueil de la jeune femme lui donnait bonne impression. Prenant le temps de poser ses yeux sur chacune des plus jeunes soeurs de l'héritier des Bracken, Jasper les regarda avec le respect que leur rang exigeait. Il ne manqua toutefois pas de s'étonner intérieurement encore une fois pour l'absence du couple suzerain de Haye-Pierre. Mais après tout cela ne le regardait pas, et le chevalier décida de ne pas se montrer curieux à ce sujet. « Lady Barbara. Je ne peux que vous remercier de l'accueil que vous me faites. Je suis bien chanceux de me voir reçu par si charmante compagnie. Enchantés, Mesdames. » Ses mots s'appliquaient en partie aux jeunes filles accompagnant Barbara, mais surtout à elle. Malgré son âge, Jasper la trouvait réellement ravissante. Plus que ça, c'était la confiance et l'assurance affichée par l'héritier qui le surprenait, même s'il ne se trouvait en sa compagnie que depuis peu. Très peu. Jetant un rapide coup d'oeil à ses hommes, qui déjà s'alignaient tandis que leurs chevaux disparaissaient en direction des écuries, le Belmore reporta à nouveau son attention sur la noble Dame. « Je dois vous avouer que le Conflans est plus facile à traverser que les terres glaciales de l'est du Val. Le voyage fut en effet plaisant. » Se fendant d'un sourire sincère, il exprima toute sa reconnaissance envers l'accueil. « Je vous remercie pour votre hospitalité, et me réjouis de siéger en ce lieu où, jadis, et si mes souvenirs sont bons, régnait une prestigieuse lignée royale ? » Il aurait dû se montrer plus attentifs aux leçons du Mestre de Forchant, mais ses enseignements pouvaient se révéler rébarbatifs pour un jeune aventurier comme Jasper. Il lui semblait d'ailleurs que c'était de cet héritage ancien que prenait naissance la rivalité entre Nerbosc et Bracken, bien qu'il n'en connaisse les contours et détails. Quoiqu'il en soit il se sentait honoré d'être accueilli par l'héritière de Haye-Pierre en personne, et ferait tout pour se montrer reconnaissant et honorable. D'autant plus qu'il trouvait Barbara Brakcen très ... belle.


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Mer 14 Juin - 12:06

Entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera

An 298 – Lune 8 – Semaine 2



Jasper Belmore & Barbara Bracken


Les premiers mots de Ser Jasper me firent sourire poliment. Au-delà de son apparence du plus digne des guerriers, il avait des manières et une façon de s’adresser à vous des plus nobles, ce qui me plut instantanément. Etant très perspicace de nature, je me faisais souvent une image de mon interlocuteur en très peu de temps. Celle qui commençait à se dessiner dans mon esprit au sujet de Ser Jasper était pour l’instant relativement positive, sans compter qu’il n’était pas sans disposer d’un certain charme. Il n’est pas comme Garlan loin de là, mais n’est pas désagréable à regarder… me dis-je tandis qu’il saluait mes sœurs. Non pas que je mettais Garlan sur un piédestal, mais une partie de moi persistait à avoir des sentiments pour le Chevalier Tyrell… Je me retournais vers mes sœurs pour voir leurs réactions. Jayne répondit à son salut par une gracieuse révérence, Catelyn par un petit « Bonjour Ser Jasper » et Bess et Alysanne par un sourire timide. Je me retournais ensuite à nouveau vers lui alors qu’il comparait la façon de voyager dans le Conflans par rapport au Val.

Je vous crois sur parole Ser. Je n’ai malheureusement pas encore eu la chance de visiter les nobles terres du Val. Je suis heureuse d’entendre toutefois que vous avez fait jusqu’ici bon voyage.

Autour de nous, les chevaux de la délégation de Forchant étaient à présent tous pris en charge par nos gens et la cour n’était à présent peuplée plus que de mes sœurs et moi, ainsi que de Ser Jasper et de quelques-uns de ses hommes. Un oiseau laissait libre cours à une charmante mélodie, perché sur le sommet d’une de nos tours de guet. J’aurais aimé apprécier ce chant plus longtemps mais je devais me montrer présente pour nos invités. Ser Jasper me remerciait pour mon accueil et m’étonnais fort positivement en parlant d’une autre époque où ces terres étaient habitées et sous la protection d’une prestigieuse lignée. Je levais un sourcil d’étonnement et répondit en souriant à demi :

Vous m’impressionnez Ser. En effet, nous descendons des Premiers Hommes et étions mêmes considérés comme des personnalités royales durant l’Âge des Héros. Mais si vous savez ceci, alors il est inutile que je m’étende plus avant sur l’animosité qui règne entre ma maison et celle à laquelle vous allez rendre visite n’est-ce pas ? Car c’est bien à Corneilla que vous vous rendez ?

Je dardais mon regard sur lui tout en poursuivant :

Une chance pour vous que Lord Jonos soit alors absent… Sachant l’objet de votre venue dans le Conflans, il ne vous aurait jamais permis de rester à Haye-Pierre pour la nuit, malgré le prestige de votre maison.

Je fis ensuite une longue pause, laissant planer un silence lourd de signification afin qu’il comprenne qu’ici, on ne plaisantait pas sur les Nerbosc. Ils étaient nos ennemis et nous étions les leurs… Puis mon visage s’éclaira à nouveau par un sourire poli :

Allons, venez Ser Jasper. Le dîner nous attend avant de regagner votre chambre pour cette nuit. Ce soir, vous et vos hommes êtes mes invités. Vous dînerez à ma table…à mes côtés…

Et j’indiquais d’un geste de la main la porte du château avant de faire le premier pas vers cette direction suivie de mes sœurs. Une fois que mon visage fut hors du regard de Jasper Belmore, je pus laisser libre cours au léger trouble qui était venu m’assaillir depuis que j’avais rencontré le Valois…

© DRACARYS



2


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Mer 21 Juin - 16:59


Après les premières salutations, la Bracken reprit la parole, expliquant que malheureusement, jamais encore elle n'avait foulé les terres valoises, tout en se réjouissant du voyage sans accrocs réalisé par Jasper et ses hommes. Mais ce qui fit plaisir au Belmore, ce fut la réaction de la jeune femme lorsqu'il évoqua ses ancêtres et le passé de sa maison. Elle ne semblait pas s'attendre à ce que son hôte évoque, ou connaisse, de tels détails sur les Bracken de Haye-Pierre. « Vous m’impressionnez Ser. En effet, nous descendons des Premiers Hommes et étions mêmes considérés comme des personnalités royales durant l’Âge des Héros. Mais si vous savez ceci, alors il est inutile que je m’étende plus avant sur l’animosité qui règne entre ma maison et celle à laquelle vous allez rendre visite n’est-ce pas ? Car c’est bien à Corneilla que vous vous rendez ? »

Jasper se sentit tout à coup sur un terrain glissant. Si Dame Barbara semblait se montrer de bonne humeur à son égard, il avait l'impression que cela pouvait changer à tout moment. Notamment en fonction de ses paroles, et sans doute aussi de ses actes. A lui de se montrer prudent, tout simplement. « Une chance pour vous que Lord Jonos soit alors absent ... Sachant l’objet de votre venue dans le Conflans, il ne vous aurait jamais permis de rester à Haye-Pierre pour la nuit, malgré le prestige de votre maison. » Lorsque la jeune femme darda ses yeux dans les pupilles sombres de Jasper, ce dernier ne flancha pas, préférant soutenir le regard de l'héritier de Haye-Pierre. Il ne comptait pas se retrouver au milieu d'une quelconque querelle conflanaises qu'il ne maîtrisait pas, aussi ne répondit-il que brièvement, mais avec légèrement. « Alors il ne me reste plus qu'à remercier les Sept, sans quoi cette nuit mes hommes et moi camperions simplement dans la campagne du Conflans. »

Le chevalier ne voulait nullement froisser Barbara Bracken, mais simplement lui faire comprendre qu'il restait en marge des conflits ancestraux entre sa maison et les Nerbosc. Cela ne l'empêchait pas, selon lui, d'entretenir ou de visiter tant l'une que l'autre de ces familles prestigieuses. Les sourires revinrent sur les visages des héritiers, la menace et tension envolée.

« Allons, venez Ser Jasper. Le dîner nous attend avant de regagner votre chambre pour cette nuit. Ce soir, vous et vos hommes êtes mes invités. Vous dînerez à ma table ... à mes côtés ... » Cette annonce éclaira le visage du valois, qui ne se donna même pas la peine de réprimer un sourire satisfait. Certes, son rang lui donnait bien souvent des places d'honneurs aux tablées seigneuriales, mais se faire inviter de la sorte par une jeune femme aux charmes certains, au visage agréable à regarder et au caractère bien trempé, cela restait plaisant aux yeux de Jasper. Laissant ses hommes aux soins de ceux des Bracken, Jasper suivit Barbara et ses soeurs en direction du château. Accélérant légèrement le pas pour se mettre à la hauteur de son hôte, le Belmore engagea la conversation.

« Effectivement, je me rends à Corneilla, pour une simple visite de courtoisie. » Il préférait ne pas cacher les motifs de sa visite à la Bracken, au risque de l'énerver. En effet, une visite de courtoisie impliquait des liens amicaux entre deux maisons, ce qui ne plairait pas du tout à la jeune femme. Tant pis, pensa Jasper, ne pouvant refouler sa franchise. « Mais si vous le permettez, oublions tout cela. Je vous avoue être étonné de rencontrer une héritière. Votre père doit vous vouer un grand respect et une grande confiance. » En effet, avec autant de filles, le Seigneur de Haye-Pierre devait sans doute se voir devant un choix difficile : risquer de perdre sa lignée en laissant ses filles partir rejoindre d'autres nobles familles, ou réussir à arranger un mariage où l'époux renonçait à ses propres titres et prétentions, intégrant ainsi la famille de la mariée. Cela permettait de donner suite à une lignée, tout simplement. Quoique Jasper ignorait presque tout des Bracken, notamment si la Dame du château se trouvait encore en âge d’enfanter un héritier, ou même si Barbara se trouvait déjà promise à un quelconque homme de haut rang. En tout cas, la situation faisait que Jasper était prêt à donner son respect à la jeune femme. « Pourrais-je vous demander, au retour de votre père, de lui passer les salutations de la maison Belmore, ainsi que mes remerciements pour avoir, peut-être à son insu, hébergé mes hommes et moi ? » Souriant, Jasper se trouvait d'étonnante bonne humeur, peut-être causée par la présence de la radieuse demoiselle ?


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   Mar 4 Juil - 16:40

Entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera

An 298 – Lune 8 – Semaine 2



Jasper Belmore


« Alors il ne me reste plus qu'à remercier les Sept, sans quoi cette nuit mes hommes et moi camperions simplement dans la campagne du Conflans. » Je ne pus réprimer un léger sourire à cette mention. Peut-être avait-il dit ceci pour me faire comprendre par là qu’il ne souhaitait nullement prendre part aux querelles de longue date qui existent entre les Bracken et les Nerbosc. Mais je choisis plutôt d’y voir là une note d’humour et y répondis par un sourire silencieux.

Il enchaîna ensuite à nouveau sur les raisons de sa visite sur les terres du Conflans. Je n’étais pas au courant que Belmore et Nerbosc avaient de telles relations cordiales mais n’en fis pas le commentaire à voix haute. Je préférais garder le silence tandis que nous passions la porte du château et que je le menais vers la salle où le dîner nous attendait. Il fit quelques pas plus rapides pour se porter à ma hauteur et changer totalement de sujet. Sa remarque, où s’était dissimulé un charmant compliment, me fit légèrement rougir. Je ne m’attendais pas à entendre une telle chose dans la bouche d’un homme que je venais à peine de rencontrer. Je tournais mon visage vers lui, je lui souris et le remerciais de son compliment à mon égard.

Soyez en remercier, Ser Jasper. Il est vrai que rares sont les maisons à n’avoir eu que des filles. Pour tout vous dire, je n’étais pas censée remplir ce rôle difficile. Il était de prime abord confié à mon cousin, Ser Hendry Bracken. Mais il a disparu depuis des années en mer et nous avons perdu tout espoir de le voir nous revenir un jour. Ainsi ai-je écopé de cette responsabilité et depuis, je m’efforce de  faire honneur au Seigneur mon Père…Naturellement, la question se posera à nouveau lorsque sera venu le moment de me marier…

Même si Père n’était pas de ceux qui souhaitent ardemment trouver un époux pour leur fille, cette échéance arriverait tôt ou tard. Nous venions de pénétrer dans la grande salle où se tiendrait notre dîner lorsqu’il mentionna père et sa volonté que je lui transmette bien ses salutations. Je me retournais vers lui, l’air quelque peu interrogateur. Mais son sourire avait l’air honnête et franc. Je me détendis un peu et l’en assurais :

Lord Jonos sera heureux de les recevoir, Ser Jasper. Je n’y manquerais pas, vous avez ma parole. Installez-vous je vous en prie. dis-je en désignant la chaise à ma gauche.

Jayne vint s’asseoir à ma droite tandis que Bess, Catelyn et Alysanne s’assirent devant nous. Nous observâmes en silence la valse des serviteurs autour de nous, nous apportant vin, eau, pain, et divers mets succulents puis, lorsqu’ils en eurent terminés, j’entrepris de découper ma viande délicatement en faisant la conversation avec Ser Jasper :

Je dois vous avouer, Ser, n’avoir jamais vu le Val autre part que dans les livres d’Histoire et de Géographie. A présent que les Sept m’offrent votre présence, je suis curieuse d’en savoir plus sur cette région vallonée et montagneuse ! Avez-vous vu les Eyriés de vos propres yeux ? Sont-ils aussi imprenables qu’on le raconte ?

Je tournais vers lui un regard empli de curiosité et de question. Je me trouvais proche de lui. Je pouvais voir ses traits du visage plus distinctement. Il avait à la fois quelque chose de fort et de doux en lui, une contradiction qui me troublait assez je dois dire… Je le dévorais du regard, attendant avec impatience sa réponse…

© DRACARYS


3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB   

Revenir en haut Aller en bas
 
entre corbeaux et destriers, la cloche sonnera (barbara) ➸ FB
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Affaire entre corbeaux [PV Black Raven]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: