RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

La MAJ aura lieu le week end du 2/3 décembre , tenez-vous prêts

Partagez | 
 

 No promises {FB / Barbara}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: No promises {FB / Barbara}   Ven 26 Mai - 16:39


NO PROMISES
Barbara & Lucas | 298, lune 7, semaine 2
❇  ❇  ❇

Lucas avait dû se rendre à Haye-Pierre chez les Bracken. Le Nerbosc ne se le cachait pas, ça n’était pas sa destination favorite, mais il devait faire son devoir. Même si les rapports étaient toujours aussi tendus entre les deux familles et les deux seigneurs, ils ne leur fallaient pas moins communiquer parfois, et c’était à Lucas que incombait de faire le messager. Actuellement, le deuxième fils de Tytos Nerbosc devait être le seul membre de sa famille à envisager une paix avec les Bracken, mais cela ne voulait pas pour autant dire qu’il les aimait et se rendait chez eux de gaité de coeur. Non. Et puis l’attitude de Jonos Bracken à son égard n’arrangeait rien, il fallait bien l’avouer. Pourtant Lucas trouvait ça idiot de continuer de nourrir des rancunes vieilles de plusieurs centaines d’années. Il y avait bien entendu des faits avérés contre eux plus récents, notamment lors de la transition de la suzeraineté dans le Conflans, mais pour Lucas, à part cette haine enseignée et que chaque membre des deux familles embrassait sans questionnement, il n’y avait rien entre eux qui justifiait une telle situation. Lucas voulait tournait la page, voir un avenir meilleur et différent pour le Conflans, plus unifié. Il ne serait jamais le suzerain de cette région, mais tant qu’il respirerait, il mettrait tout en oeuvre pour aider son père et ensuite son frère Brynden. Et pour Lucas, cela passait par une paix, une meilleure entente avec leurs ennemis de toujours, les Bracken, même si ni Tytos ni aucun autre Nerbosc ne voulait en entendre parler pour le moment.

Alors une fois que Lucas eut terminé de transmettre le message de son père au Lord Bracken, il tenta, en son nom propre d’évoquer les rapports entre leurs deux familles, se désolant de la situation actuelle et laissant sous-entendre que les choses pourraient probablement être améliorées, pour le bénéfice de tout un chacun. Mais la réaction et la réponse de Jonos ne se fit pas attendre. Elle fut d’ailleurs assez similaire à la réaction de Tytos chaque fois que Lucas avait tenté d’amener le sujet sur la table. Il n’y avait aucune discussion possible avec ces deux seigneurs. L’émissaire du Conflans s’amusa à penser, l’espace de quelques secondes, que Nerbosc et Bracken avaient au moins un point en commun. Mais Lucas ne s’amusa pas bien longtemps de cette pensée puisque Jonos lui pria sans ménagement de disparaître de sa vue, l’entretien était à présent terminé et il ne voulait pas le revoir. Il souligna bien sa magnanimité de le laisser passer la nuit dans sa demeure et de ne pas le renvoyer sur son canasson avec son écuyer sur-le-champ, mais il ne pourrait pas dîner avec lui et le reste de sa maisonnée, il devrait se faire invisible jusqu’au petit matin où il partirait aux premières lueurs du jour.

Être discret et invisible ne faisait pas vraiment partie du profil associé à Lucas. Lui qui aimait tant que les yeux soient rivés sur lui alors qu’il déversait son miel dans les oreilles de tout le monde, pour le plus grand plaisir de chacun. Marcher dans l’ombre la tête baissée, voilà plus une situation qui aurait convenu à Brynden qu’à Lucas. Même s’il ne parlait pas, il aimait se faire remarquer, donner le sourire à toutes les personnes qu’il croisait. Voilà qui il était. Mais lorsqu’il endossait le rôle qu’était être l’émissaire du Conflans, il savait qu’il ne pouvait pas vraiment être lui même, que ses paroles et ses actions seraient celles des Nerbosc, celles du Conflans et qu’il devait donc se maîtriser, dans une certaine mesure. Lucas fit donc de son mieux pour se montrer discret et éviter de croiser à nouveau la route de Lord Jonos. Mais il était cependant hors de question pour lui de rester enfermé dans sa chambre à attendre que le temps passe. Il déambulait donc dans les petits couloirs de Haye-Pierre, deux hommes Bracken collés à ses basques pour s’assurer qu’il ne commette aucun mal. C’est alors qu’il aperçut Barbara Bracken, l’héritière des lieux. Si les Nerbosc avaient été gâtés en garçon, cela avait été tout l’inverse pour cette maison. Lucas voyait d’un bon oeil une dame à la tête d’une maison dans sa région. Il se demanda si la douceur qu’on attribuait souvent aux femmes pourraient aider à sceller cette paix lorsque Jonos, et sûrement Tytos, ne seraient plus de ce monde. Lucas ne connaissait pas vraiment la Lady Bracken, il ne l’avait croisée que les quelques fois où il était venu dans leurs demeures et elle ne lui avait pas vraiment adressé la parole en dehors des civilités habituelles. Il n’était même pas sûr de se rappeler du son de sa voix. Une fois de plus, il n’avait pu s’empêcher de remarquer que l’héritière Bracken était restée silencieuse durant l’entrevue qu’il avait eu avec son père. “Lady Bracken. Quel plaisir de vous croiser.” dit Lucas avec un grand sourire alors qu’il accélérait le pas pour rejoindre la jolie brune. “Je suis vraiment navré d’avoir contrarié votre père plus tôt, ça n’était vraiment pas mon intention.” Il n’y avait aucune ironie dans son ton, ses propos de tout à l’heure n’étaient aucunement des propos provocateurs. “Me permettriez-vous de faire quelques pas en votre compagnie ?”



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Lun 29 Mai - 16:07

No promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



Lucas Nerbosc & Barbara Bracken


Père était d’une humeur exécrable… Depuis le jour où le Corbeau, portant le message de Ser Lucas Nerbosc, nous était parvenu, il n’avait cessé de se montrer d’une humeur noire et prompte à la colère. Nous n’osions même plus ouvrir la bouche, de peur de déclencher un énième accès de fureur. J’avais presque hâte que Ser Lucas arrive pour avoir sa venue derrière nous et voir cette atmosphère pesante disparaître avec lui à son départ. D’ailleurs, je n’avais que peu de souvenirs de lui. J’ai bien conscience de l’avoir croisé mais je n’ai pas dû échanger avec lui plus que les civilités d’usage.

Pendant qu’il s’entretenait avec père, dans la salle principale de Haye-de-Pierre, je m’y trouvais également, cachée dans un recoin de la salle. Père avait exigé que je sois présente en disant, je le cite : « D’observer comment on traite avec cette vermine qui nous gouverne… ». J’avais acquiescé silencieusement et avais, effectivement, observer la scène. Elle était pénible à voir. Père ne voulait rien entendre de l’émissaire du Conflans, qui faisait son possible pour délivrer son message et s’entretenir de l’avenir de notre territoire le plus calmement qui soit. En cela, il avait gagné une part de mon respect, car père ne cessait de lui couper la parole et de se montrer particulièrement impoli, voire même, une fois, odieux. Me tenant en retrait, j’observais tout ceci en réfléchissant… D’un côté, je ne pouvais que comprendre la situation dans laquelle père se trouvait. Il avait choisi de rester loyal envers les Tully jusqu’au bout, durant la rébellion du Cerf et du Loup tandis que les Nerbosc avaient préféré les trahir pour rejoindre les alliés du Dragon. Finalement, leur trahison joua en leur faveur puisque la guerre tourna à l’avantage des Targaryen. Les Tully furent exterminés et nous autre Bracken virent notre réputation et notre prestige s’amoindrir au profit des traitres. Et voilà que leur représentant se trouvait sous notre toit à nous parler de trêve et de paix, d’un meilleur avenir pour le Conflans et pour nos deux maisons… Les réponses de père étaient vindicatives et sans appel ; il ne voulait tout bonnement pas en entendre parler. Et, après maintes tentatives de Ser Lucas, il mit un point final à la discussion en se levant et en quittant la pièce. Je jetais un dernier regard noir sur le Nerbosc – Père me regardait, je devais lui montrer ce visage-là – et lui emboitait le pas. Cependant, mon esprit me murmurait que la solution de Lucas Nerbosc était la meilleure qu’il nous serait donné, que nous devrions la saisir et œuvrer de concert avec eux… Si je devais succéder à Père, irais-je réellement sur cette voie ? Courrais-je le risque de voir mes gens, nos troupes, se retourner contre moi, me hurlant que mes décisions sont un affront à la défunte âme de Lord Jonos Bracken ? Ou choisirais-je de suivre la voie sécuritaire de mon père et de rester fermement opposée à tout rapprochement avec nos nouveaux Suzerains ? Ces deux choix étaient lourds de conséquences, des conséquences que je ne me sentais pas la force de porter seule… Mais si je n’étais pas seule justement…

Père me tira de mes pensées en m’arrachant un hoquet de surprise. Il s’était retourné vers moi, me regardant de son air colérique, comme s’il allait me frapper si ma réponse n’était pas à son goût. Je devrais le remplacer, ce soir, au dîner. Il n’avait pas envie de devoir partager sa table avec « Le traître » comme il l’appelait. Sa simple vue lui coupait l’appétit, disait-il. J’acquiesçais d’un simple hochement de tête tandis qu’il regagnait ses appartements d’un pas rageur, me plantant là, au beau milieu du couloir. Je choisis de regagner également les miens, croisant sur mon chemin ma sœur Jayne, me harcelant de questions. Les Dieux savent à quel point j’aime ma sœur, mais là, j’avais réellement besoin d’être seule. Je la pris par les épaules, déposais un baiser sur son front et lui dit :

Plus tard ma chérie, je te raconterais tout plus tard.

Et j’entrais dans mes appartements, refermais la porte derrière moi, ouvris les fenêtres pour laisser entrer l’air frais de l’après-midi et me jetais sur mon lit, dans un grand soupir. Je fixais le plafond de ma chambre, tellement plongée dans mes réflexions que je ne vis que tardivement la pénombre envahir la pièce, signe que l’heure du dîner approchait. Je fis venir ma camériste afin qu’elle me passe une tenue différente, plus habillée, pour le dîner et refasse ma coiffure, défaite par les longues heures passées allonger sur le lit. C’est dans une robe de brocart bleu brodé d’or sur le corset représentant un cheval cabré, notre emblème, mon ras-du-cou de perles au pendentif à la lettre « B », que je quittais ma chambre pour rejoindre, sans grande joie ni hâte, la salle où se tiendrait le dîner.

Soudain, j’entendis des pas se presser dans mon dos et une voix masculine m’appeler. Je me retournais pour voir, comme par hasard, Ser Lucas Nerbosc me rejoindre, un grand sourire plaqué sur le visage. De mon côté, je pris un air des plus neutre et le saluais d’un simple « Bonsoir Ser Lucas », accompagné d’une légère révérence. Je ne pus néanmoins réprimer l’expression de surprise qui dut se lire sur mon visage tandis qu’il s’excusait d’avoir contrarié le Seigneur mon père. Interloquée, je haussais légèrement les sourcils avant de lui répondre :

Ce qui est fait, est fait. Ne vous tracassez pas pour cela ; votre départ le calmera…pour un temps du moins.

Je tentais de lire en lui, de sonder son regard mais, n’y décelant aucune trace d’ironie ou de sarcasme, je fus forcée de constater qu’il était bel et bien honnête et sincère en s’excusant devant moi. Ce pourrait-il que Ser Lucas Nerbosc soit l’exception qui confirme la règle ? pensais-je. Derrière lui, deux hommes de la propre garde de père le serraient de près et assistaient à cet échange en silence. Toujours sur un ton neutre je répondis favorablement à sa proposition :

Certainement. Faisons quelques pas dans les jardins avant de dîner. L’air du soir ouvre l’appétit, dit-on.

Puis j’ouvris la voie, nous menant tous les trois vers les jardins, les gardes ayant pris deux pas de distance entre nous pour nous laisser le loisir de discuter…même si je ne savais réellement comment engager la conversation. Les jardins de Haye-de-Pierre sont modestes, mais j’aime m’y promener. C’est l’endroit le plus paisible du domaine, mon refuge…en quelque sorte. Une fois à l’extérieur, je choisis de briser le silence en l’informant de l’absence de père ce soir :

Vous voudrez bien excuser Lord Jonos ; il ne sera pas présent au dîner ce soir…des affaires urgentes le retiennent à son bureau. C’est de moi dont vous écoperez comme compagnie au dîner.

Il est intelligent ; il saura lire entre les lignes de cette pitoyable excuse…me dis-je. Je préférais changer de sujet et, après m’être éclairci la gorge :

Comment se portent votre frère, Ser Brynden, et le Seigneur votre père ?

© DRACARYS



1


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mar 30 Mai - 14:54

Même si Lucas avait promis au seigneur de Haye-Pierre de se faire discret et de ne plus réapparaître devant ses yeux, il s’était dit que son interdiction n’avait pas eu l’air de s’étendre à sa fille aînée, son héritière Barbara. Alors lorsque le Nerbosc avait vu la jeune brune dans sa robe bleu devant lui, il y avait vu l’opportunité de faire plus ample connaissance avec la lady qui prendrait un jour la suite de Lord Jonos, si rien ne venait changer la ligne de succession. La Lady Bracken inspirait déjà plus confiance à Lucas que le Harry Rivers qui servait de bâtard au seigneur des lieux. Il y avait une lueur dans ses yeux qui lui déplaisait fortement. Il ne le connaissait guère plus que ça, moins encore que Barbara, mais il n’avait aucune envie de le fréquenter s’il n’y était pas obligé. Lucas avait donc commencé par s’excuser d’avoir mis le père de la jeune femme dans une colère bien sombre, affirmant que ça n’avait jamais été son intention. Mais il lui semblait que le simple fait d’être né à Corneilla et de porter le nom de Nerbosc suffisait au Bracken pour qu’il se sente provoquer dans une telle colère. Le fait qu’en plus Lucas ouvre la bouche, énonce des messages de la part de son suzerain et avance des améliorations possibles entre leur deux familles étaient probablement le summum pour lui. Si le jeune homme avait voulu se mettre le seigneur de Haye-Pierre à dos, il n’aurait pas dû si prendre autrement. La réponse de la jeune femme l’amusa. Elle n’avait pas affiché de sourire rieur ou des yeux malicieux en disant que son départ le calmerait, non elle avait dit cela très calmement et sérieusement. Lucas ne pu s’empêcher de laisser un petit éclat de rire s’échapper d’entre ses lèvres. “Vous avez sans doute raison… J’imagine que moins il y a de Nerbosc entre ses murs, mieux il se porte, n’est-ce pas ?” Il avait tourné ses yeux rieurs vers elle alors qu’il commençait à faire quelques pas à ses côtés. Il la détailla un instant du regard et sa jeunesse le frappa soudainement. Elle était déjà une femme faite, mais il y avait quelque chose d’innocent qui se dégageait d’elle. Elle semblait tout analyser avec beaucoup de minutie, et tout autant d’hésitations. Il essaya alors d’imaginer ce que serait sa petite sœur lorsqu’elle aurait le même âge ? Aurait-elle bougé de Corneilla pour découvrir le Conflans, ou resterait-elle entre les murs des Nerbosc, férocement protégée par le Lord des lieux. Seul le temps pourrait le renseigner sur ce point.

“Je vous suis Lady Barbara.” Alors qu’elle lui proposait de se diriger en direction des jardins afin de s’ouvrir l’appétit. Les lieux étaient agréables. Son attention fut alors rappelée par un souvenir du barral sacré de son foyer. Il fut un temps où cet endroit devait être magnifique et apaisant, Lucas en était persuadé. Mais les querelles qu’il tentait aujourd’hui d’apaiser, avaient vraisemblablement étaient responsables de sa destruction partielle. Mais l’émissaire du Conflans ne fit aucun commentaire. Ce qui était fait, était fait. Il n’y avait rien qu’il puisse dire ce soir qui changerait l’état de son barral. Alors il ne servait à rien d’apitoyer la Lady Barbara pour cela. Lucas jeta finalement un regard en arrière et constata que les deux gardes qui le collaient depuis l’entrevue lui laissait à présent un peu plus d’espace, enfin surtout à la Lady Bracken. Lucas se tourna à nouveau vers la dite demoiselle lorsque celle ci repris la parole. Il lui offrit un regard étonné. “Oh, j’avais cru comprendre que j’étais bon pour avoir un plateau repas dans mes appartements, en tête à tête avec ma chandelle…” Lord Jonos avait peut-être changé d’avis, ou alors tout cet énervement lui avait simplement coupé l’appétit. Lucas était ravi d’apprendre qu’il aurait quelques heures supplémentaires pour sonder les habitants de Haye-Pierre. “J’imagine qu’il ne sert à rien de vous dire de le remercier de ma part ? Cela ne ferait qu’aggraver sa colère à mon égard... Mais je n’ai rien à redire à son remplacement. Je pense qu’il y a moins de risque que vous me grondiez comme un enfant, n’est-ce pas ?” Lord Jonos n’avait pas manqué de le faire se idiot en s’adressant à lui comme on s’adressait à un gamin qui ne faisait que des bêtises. Cela ne touchait guère Lucas, bien habitué au traitement que l’homme lui réservait, mais il arrivait à s’en amuser et espérait faire sourire la Lady Bracken.

Lucas continua avec son air taquin lorsque Barbara lui demanda des nouvelles de Tytos et Brynden. Il ne savait pas si c’était vraiment la bonne attitude à adopter avec cette lady qu’il ne connaissait pas vraiment, mais c’était plus fort que lui, il avait besoin de détendre l’atmosphère, d’essayer de la faire rire. Mais il finit par se demander s’il ne la rendait pas simplement plus mal à l’aise encore, même si son ton n’avait aucun reproche. “Je suis au regret de vous annoncer, à vous et tous les Bracken, que malheureusement, le Seigneur Nerbosc et son héritier se portent très bien. Mon frère Brynden marche dans les traces du seigneur notre père. Il lui succèdera dignement, je n’en doute pas une seule seconde… et ça n’est pas seulement mon admiration de petit frère qui parle, je peux vous l’assurer.” Il s’était approché et avait baissé son timbre de voix pour cette dernière phrase, comme s’il lui faisait une confidence de la plus haute importance. “J’aurais envie de dire que nous serions ravis de vous accueillir à Corneilla si cela vous disez, pour voir par vous même comment ils se portent. Mais… hum comment dire sans le moins maladroitement possible… Je crains que l’accueil qu’ils  vous réservent soit à la hauteur de mon accueil ici… si vous voyez ce que je veux dire.” Encore une fois, il n’y avait aucun reproche dans sa tonalité, il affichait même un petit sourire amusé en coin. Lui avait pris du recul sur les conflits familiaux, et avec ce recul, il y avait parfois quelque chose de comique à voir la dépense d’énergie que Bracken et Nerbosc pouvaient faire pour continuer à nourrir cette rivalité. Les choses étaient parfois bien plus tragiques, Lucas en avait bien conscience, mais tant que cela se limitait à une simple intolérance, l’émissaire préférait en rire. “Vous plaisez-vous à Haye-Pierre ma demoiselle ?” Il eu envie de la questionner sur sa vision de son héritage mais se retint juste à temps, considérant que ses propos pourraient être considérés comme déplacés de la part d’un Nerbosc, aussi tôt dans la conversation. Peut-être plus tard...



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mer 31 Mai - 12:16

No promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



Lucas Nerbosc & Barbara Bracken


Je triturais mes mains et malmenais mes doigts tandis que nous marchions. Je n’étais pas à l’aise… Déambuler ainsi dans les jardins aux côtés d’un Nerbosc, deux gardes de père dans notre dos pouvant lui rapporter nos moindres mots et gestes – surtout les miens – sans compter que j’avais en permanence l’impression de sentir le regard de père braqué sur moi… Et pourtant, je ne peux pas dire que Ser Lucas se montre désagréable ou amer à mon égard. Au contraire, j’avais l’impression qu’il cherchait à détendre l’atmosphère, à me faire rire ou du moins sourire. Dans sa voix, nulle trace de moquerie ou d’ironie et, quand je tournais mon visage vers lui de temps en temps, je ne voyais rien d’agressif ou d’austère à mon encontre. Etant de nature enjouée et sociable et ayant reçu le caractère gai et rieur de Dame ma mère (du moins avant que les nombreuses années passées aux côtés de père ne l’épuise totalement), force était de constater que j’étais réceptive à ses notes d’humour, sans compter que son sourire était communicatif et contagieux. Comme il s’amusait de l’agressivité notoire de père à son égard et était apparemment satisfait de me voir lui tenir lieu de compagnie, je sentis mes joues rosir tandis qu’un léger sourire que je ne pouvais plus retenir commençait à se dessiner sur mon visage :

Non en effet mais méfiez-vous : je suis l’aînée d’une fratrie de cinq enfants et il m’arrive parfois de gronder, comme vous dîtes, mes jeunes sœurs si Dame ma mère ou notre Septa ne sont pas présentes… !

Un léger rire s’échappa de ma gorge. Reprends-toi ! Tu plaisantes avec l’ennemi, n’as-tu pas honte ?! me dis-je. Mais le pire dans tout cela, c’est que je n’avais pas honte. Au contraire, je commençais enfin à me détendre, à être à l’aise…à être de nouveau moi-même. J’eus tout de même une pensée pour les deux gardes derrière nous. Ils devraient faire un rapport au Seigneur mon père et nul doute qu’ils feraient mention de mes moindres faits et gestes… Ce rire, aussi léger et fugace soit-il, serait certainement l’objet d’une sévère correction de la part de Lord Jonos… Qu’importe, laissons les choses suivre leur cours…

A nouveau, Ser Lucas se permit de plaisanter dans sa réponse à ma question portant sur Lord Tytos et Ser Brynden Nerbosc. Mon visage se tourna vivement vers lui tandis que j’écoutais sa réponse. Comprenant qu’il plaisantait dans ses premiers mots, à nouveau, ce même léger rire s’échappa de ma gorge mais je repris vite mon sérieux pour lui répondre :

Je vous crois sur parole Ser.

Mais après cela, il s’était rapproché de moi, comme pour me confier quelque chose de très important. Par réflexe, je fis un pas de côté pour m’écarter un peu, étant encore mal à l’aise lorsqu’un homme s’approchait trop de moi…Un seul réussit à me faire franchir ce cap de ma timidité mais celui-ci est à présent marié et bien loin du Conflans… Il me disait que je pouvais venir à Corneilla mais que l’accueil serait identique là-bas pour moi, qu’ici pour lui… Autrement dit, l’on me ferait clairement comprendre que je n’y avais pas ma place. Je baissais la tête, me souvenant de la seule fois où, âgée de 12 ans, père se voyant obligé de se rendre à Corneilla, je l’avais accompagné et avais rencontré pour la première fois les Nerbosc.

Cela va sans dire. Je me souviens de mon seul et unique passage à Corneilla comme si c’était hier. Ne m’en voulez pas de me montrer franche, mais je préfère éviter pour l’instant votre domaine. Je sais pertinemment que je n’y serais pas la bienvenue…à moins que Lord Tytos ne m’y convoque. Malgré l’animosité entre nos deux familles, je ne pourrais guère ne pas me présenter devant lui sans créer un énième affront… Toutefois, tant que Lord Jonos est parmi nous, je doute fort avoir à me rendre chez vous. Je ne suis pas l’émissaire de ma maison…

C’est Harry, l’émissaire… Ou du moins ce n’était qu’une question de temps avant que le bâtard ne le devienne… Un goût amer envahit ma bouche rien qu’en pensant à lui. Mais je fus vite distraite de mon demi-frère, car me voilà questionnée sur ma vie à Haye-Pierre. Ma réponse fusa immédiatement :

Je m’y plais énormément oui. J’y suis née, y ai grandi, ai vu mes sœurs naître et grandir à leur tour. Tous mes plus beaux souvenirs sont ici. Si je devais un jour quitter Haye-Pierre pour je ne sais quelle raison, je pense que j’aurais du mal à m’en relever, tout comme je ne pourrais supporter qu’il arrive malheur à nos gens ou au domaine. Haye-Pierre fait partie de moi et je fais partie de Haye-Pierre. C’est ainsi que je le conçois et mon statut d’héritière ne fait que renforcer ce sentiment…

C’est pas vrai, voilà que tu te confies à l’ennemi maintenant ?! Il te manipule Barbara, derrière ses sourires et ses plaisanteries… A nouveau, je me permis d’attarder mon regard sur lui mais, s’il était réellement le manipulateur que ma petite voix me laissait penser, mon cœur avait une autre opinion de lui. Il ne voyait, en cet instant, qu’un homme désirant en savoir plus sur celle sur qui reposait l’avenir des Bracken. A force de déambuler tranquillement dans les jardins, nous en avions finalement fait le tour. Nous revenions vers les portes menant vers l’intérieur du château lorsqu’une servante vint vers nous :

Ma Lady, Ser Lucas, le dîner est servi dans la Grande Salle.

Fort bien nous venons. répondis-je avec un sourire. Puis je me tournais vers Ser Lucas.

J’espère que vous avez faim, Ser, et que vous saurez apprécier la compagnie de mes sœurs, du moins les deux plus grandes, Jayne et Catelyn. Quant à vous deux messieurs, , dis-je en m’adressant aux deux gardes derrière nous, je pense que votre présence n’est plus indispensable. Profitez-en pour vous restaurer également.

Et tandis qu’ils s’inclinaient et nous laissaient, après toutefois un instant d’hésitation, mon regard se leva vers l’une des fenêtres des appartements de père…derrière laquelle je vis une ombre nous scrutant tous deux. Père observait et mon cœur se mit à battre plus rapidement… J’avais peur des conséquences de cette discussion avec notre invité et des répercussions qu’elles auraient sur moi…

© DRACARYS



2


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Jeu 1 Juin - 19:14

Le malaise de la Bracken n’échappait pas au chevalier. Il avait voulu lui parler, faire connaissance avec elle parce qu’elle lui avait semblé moins hostile que son paternel. Qu’elle devrait prendre un jour sa relève et qu’elle serait peut-être plus disposée que ne le serait jamais Jonos à enterrer la hache de guerre entre leur deux familles. Mais Lucas se rendait à présent compte qu’il mettait la jeune femme dans une situation pour le moins embarrassante. Il se montrait sympathique et agréable, en espérant qu’elle puisse agir de même à son égard. Mais pour un Bracken, un tel comportement, ne serait-ce que de politesse, serait forcément mal vue. L’inverse était tout aussi vrai pour les Nerbosc. Non, Tytos n’appréciait pas que l’on parle d’eux sauf si cela était nécessaire et encore moins que l’on puisse parler en bien de certains membres de cette famille. Mais cela n’effrayait pas l’émissaire du Conflans. Il avait entendu son père tonner contre lui plus de fois qu’il ne pouvait les compter. Les rapports s’étaient plutôt apaisés ces derniers temps, et pourtant, il arrivait encore qu’on entende la voix de Lors Tytos s’élever dans les couloirs de Corneilla, suivit de près par des claquements de porte sur les talons de Lucas. Son père ne l’impressionait pas, du moins ne l’impressionnait plus, bien que ça n’enlève nullement la loyauté et l’amour qu’il avait à son égard. Mais il doutait que cela soit vrai pour la jeune femme de dix-huit années qui se tenait à ses côtés dans les jardins. Il se demanda un instant si Jonos était le genre d’homme à lever la main sur ses progénitures pour les garder dans le rang. Vu de l’extérieur, l’homme semblait avoir un tempérament de feu, mais Lucas avait bien conscience que sa vision était aussi influencée par son nom. Forcément que le Lord Bracken allait se montrer agressif avec un Nerbosc, cela voulait-il dire pour autant qu’il le serait avec son sang ? Ceux qu’il s’obstinait à penser défendre en maintenant les tensions entre Haye-Pierre et Corneilla… Lucas n’aurait su le dire, mais les faits étaient là, Barbara n’était pas à son aise à discuter avec lui de la sorte, mais les tentatives pour faire sourire la demoiselle semblait tout de même faire mouche, au moins dans une demi-mesure. Le jeune homme fut même surpris d’entendre Barbara répondre à sa taquinerie. Il leva un sourcil, curieux de la voir de dérider de la sorte. “J’entends vos avertissements ma Lady, je tâcherais de me tenir correctement.” conclut-il avec un petit sourire amusé.

Lucas avait ensuite parlé de Corneilla, évoquant le fait que l’accueil que la jeune femme recevrait ne serait pas forcément digne de son rang, simplement à cause de son nom, exactement de la même manière que son nom à lui, lui avait valu les réflexions du lord de la Haye-Pierre. Il l’écouta alors raconter son unique visite en ces lieux, non s’en ajouter qu’une telle destination n’était pas dans ses plans aux vues des conditions climatiques entre leur deux maisons. “Il faut alors espérer qu’une heureuse célébration vous oblige à vous rendre à Corneilla au même titre que le reste du Conflans… Il ne faudra alors pas hésiter à venir et ne pas avoir peur des réactions de votre suzerain.” Avec le reste des invités, Lord Tytos serait bien obligé de mettre ses rancoeurs de côté l’espace de quelques jours. Brynden était en largement en âge de prendre une épouse, alors peut-être qu’un mariage serait l’occasion de réunir du monde à Corneilla dans peu de temps. Il l’écouta ensuite parler de Haye-Pierre puisqu’il lui avait demandé si elle aimait son foyer. La réponse de la jolie brune lui tira un petit sourire amusé. La lady Barbara était fidèle à sa famille, loyale et dévouée, lord Bracken pouvait difficilement espérer mieux pour son héritière. Lucas osa un commentaire. “J’espère que votre amour pour votre famille et vos terres s’étend également à notre belle région…” Le sous-entendu était suffisamment clair pour que Lucas n’ait rien à ajouter de plus. Barbara n’était pas obligé d’aimer les Nerbosc, ça n’était pas ce que l’émissaire lui demandait, mais si déjà, l’avenir de leur région lui importait, ils pourraient éventuellement travailler ensemble à l’avenir. Comme le chevalier était trop occupé à observer ses pas et la jeune Barbara, il n’avait pas fait attention qu’ils avaient fait le tour des jardins et étaient revenus à leur point de départ. Il leva des yeux surpris vers la servante qui vint les informer que le dîner était servi.

Barbara congédia les deux gardes qui avaient suivi Lucas depuis son entrevue avec lord Jonos, puis il remarqua que son regarde s’était attardé sur une des fenêtres de la demeure. Une silhouette était visible, celle de Lord Bracken. Lucas tourna rapidement la tête, après tout il avait promis de ne plus apparaître sous son regard. Il espérait que la discussion qu’il avait avec la fille du seigneur ne lui causerait pas de problèmes. Après tout, il devrait probablement la féliciter pour la courtoisie dont elle faisait preuve, grâce à cela, il n’était pas lui même obligé de subir la compagnie du Nerbosc. Lucas alors tendit la main vers la bâtisse pour qu’il puisse se soustraire au contrôle de Jonos. “Je vous laisse me guider lady Barbara. Je crois que si je veux tenir ma promesse à votre père, il ne faudrait pas que je m’éternise dans ses jardins…” Il commença à faire quelques pas en avant pour donner le top départ. “Et si vos sœurs vous ressemblent plus qu'elles ne ressemblent à votre père, il n'y aura aucun problème en leur compagnie.” assura-t-il. Il tenta à nouveau un sourire taquin, mais il était probablement un peu trop tôt pour rire de l’ombre qui s’était soudainement projetée sur leur promenade. “Avez vous des spécialités culinaires ici, à Haye-Pierre lady Barbara ?” Le sujet était banal, le sujet n’avait aucun intérêt, mais alors qu’ils se dirigeaient vers la salle qui abritait la tablée, il lui semblait que c’était tout à fait ce dont la jeune femme avait besoin, pour oublier le regard pesant de son paternel, le temps qu'ils se retrouvent entourés de monde.



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mer 14 Juin - 12:01

No promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



Lucas Nerbosc & Barbara Bracken

Je gardais mon visage baissé tandis que nous passions sous cette fenêtre depuis laquelle père nous observait. Je ne pus prononcer un mot de plus jusqu’à ce que je sois à l’abri sous le porche menant à l’intérieur du château. Alors, je marquais un léger temps d’arrêt, expirais longuement et lentement pour calmer les battements de mon cœur puis me tournais vers Lucas Nerbosc pour lui répondre :

J’appartiens aux Bracken et nous appartenons au Conflans. Je donnerais ma vie s’il le fallait pour notre belle région, Ser, ou s’il fallait protéger les miens. Quant à votre potentielle et future invitation, permettez-moi d’y accorder encore quelques temps de réflexion avant de l’accepter. Je ne voudrais vous dire oui maintenant et finalement ne pas pouvoir venir le moment venu, ce qui serait, je trouve, le comble de l’impolitesse. Mais je vous remercie en tout cas pour votre geste à mon égard. J’en suis flattée.

Je parvins à esquisser un léger sourire avant de pénétrer dans le château et de le mener à la Grande Salle où nous allions dîner. Tandis que nous marchions, je pris le temps de répondre à ses questions :

Mes deux plus jeunes sœurs, Lady Bess et Lady Alysanne, ne seront probablement pas à notre table, mais je gage que vous apprécierez ma seconde sœur Lady Jayne, au caractère enjoué et rieur. Lady Catelyn, ma troisième sœur, est plus effacée et ressemble beaucoup à Dame ma mère, Lady Liane. Pour ce qui est de nos spécialités culinaires, nos cuisinières sont de véritables artistes lorsqu’il s’agit de cuire et présenter le poisson que nos pêcheurs ramènent de la Ruffurque ou de la Culbute. Seules les truites sont remises à l’eau…par respect envers la Maison Tully…

Nos anciens suzerains…ceux auxquels père avait choisi de demeurer fidèle en se battant à leurs côtés durant la rébellion du Cerf… J’espérais que Lucas Nerbosc ne prenne pas mal cette dernière remarque…Il me semblait ne pas être comme les autres Nerbosc ; aussi avais-je bonne espoir de ne pas subir de commentaires cinglants de sa part. Lorsque nous entrâmes dans la Grande Salle, nous découvrîmes une grande table dressée pour quatre personnes uniquement. Nous étions deux d’entre elles et, près de la cheminée, Jayne et Catelyn parlaient à voix basse. En nous entendant entrer, elles s’arrêtèrent et vinrent à nous, Jayne en souriant et Catelyn en regardant de temps en temps notre invité, l’air intimidé.

Ser Lucas, permettez-moi de vous présenter Lady Jayne ainsi que Lady Catelyn, deux de mes chères sœurs.

Toutes deux firent une élégante révérence en guise de salutations mais seule Jayne eut l’audace d’ouvrir la bouche :

Enchantée Ser Lucas.

Tu souris bien trop ma chérie… pensais-je. Jayne était la gentillesse incarnée. Elle avait reçut la totalité du caractère tendre et doux de notre mère. Bien qu’elle savait l’animosité qui régnait entre nos maisons, elle semblait ne pas s’en soucier plus que cela et traitait Ser Lucas comme s’il était…un ami… Je tairais son comportement bien trop affable envers notre invité à père… D’un geste de la main, j’invitais Ser Lucas à prendre place à table. Je m’assis à ses côtés, Jayne en face de moi et Catelyn en face de lui. Des serviteurs vinrent remplir nos verres de vin, sauf pour Catelyn qui se vit offrir un verre d’eau. Une grande corbeille de fruits trônait au centre de la table tandis que nos serviteurs s’affairaient à nous apporter nos mets, salade de betteraves, pain aux noix et gâteaux de sésame en attendant le plat principal. Un silence gêné prit place entre nous mais je le brisais vite :

Cela doit vous paraître étrange de vous retrouver ainsi entourer de femmes alors que vous êtes à dominance masculine à Corneilla. Je doute que notre compagnie n’atténue les tensions entre nos deux familles mais tâchons au moins de vous laisser une petite impression positive de votre séjour à Haye-Pierre…

Que vous puissiez rentrer à Corneilla avec un espoir pour l’avenir… eu-je envie de dire mais je ne m’en sentais pas le courage…et les murs ont des oreilles…

© DRACARYS



3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Jeu 15 Juin - 8:44

Après ces premiers véritables échanges avec la lady de Haye-Pierre, Lucas venait à se demander s’il n’avait finalement pas opté pour la mauvaise attitude vis à vis de Barbara. Il était resté naturel, avec son sourire étincelant, ses belles paroles piquantes qui cherchaient toujours à faire réagir. Il avait vu la situation en seulement deux couleurs. Il avait imaginé que Barbara lui serait soit sympathique soit hostile, il n’avait pas perçu cet entre-deux. La jeune femme était douce et il l’a sentait tiraillée. Il ne la connaissait pas suffisamment pour prétendre en tirer des conclusions certaines, mais c’était ses hypothèses. Lady Barbara semblait et lui avait confirmé qu’elle aimait sa famille, les Bracken et qu’elle était prête à tout pour eux. Elle ne lui semblait pas hostile personnellement, de par certains aspects, Lucas imaginait qu’elle voyait la chose avec le même recul que lui. Il ne lui avait rien fait de mal et elle ne lui avait rien fait de mal. Et pourtant, elle ne pouvait pas trahir son père, sa famille elle-même. L’émissaire du Conflans le comprenait parfaitement. Il nota avec attention que la jolie brune attendit de se trouver à l’abris dans le couloir, hors de vue de son père, pour répondre à sa question sur le Conflans et son invitation. Ses propos confirmaient les doutes qui venaient de naître chez le Nerbosc. Il ne put cependant retenir une légère moue contrariée lorsqu’elle préféra laisser son invitation en suspens. “Je comprends votre volonté de ne pas faire dans l’impolitesse, mais je ne vous cache pas que cela me chagrine également. J’espère que le moment venu, vous serez disposez à voir les choses… plus clairement.” Il ne critiquait pas sa vision des choses, non il faisait simplement référence à son doute, il souhaitait donc que son esprit soit alors plus clair, débarrassé de ses hésitations.

Alors que Lucas suivait Lady Barbara dans les couloirs, il hésita donc à changer de comportement, à se montrer bien plus formel et bien plus banal, pour être sûr de ne pas mettre la Bracken dans une mauvaise position. Et pourtant, au fond de lui, il était persuadé que cela ne jouerait pas forcément en sa faveur. Il pourrait peut-être éviter un mauvais quart d’heure à l’aînée de Jonos, mais ça n’était pas les seuls enjeux de cette visite. Il voulait que l’héritière des Bracken voit le vrai Lucas, voit un des Nerbosc, sans a priori et sans mensonge. S’il se mettait à jouer aux idiots bien élevés maintenant, il aurait l’impression de faire le contraire. Il se promit néanmoins d’essayer de ne pas dépasser les bornes. Il concentra à nouveau son attention sur sa partenaire de la soirée qui lui détaillait les personnes avec qui il allait partager son dîner. Elle lui parlait de sa jeune soeur, Jayne, persuadée qu’il l’apprécierait avec son tempérament plus proche du sien. Lucas pris cette nouvelle avec le sourire, mais une ombre passa soudainement son visage. Allait-il mettre une nouvelle fille Bracken dans l’embarras à cause de son caractère ? Le chevalier sentit une frustration rageuse monter soudainement en lui. Il était si injuste que des gens puissent être réprimandé pour rire à ses plaisanteries alors qu’il cherchait simplement à apaiser les tensions. Etait-ce un poids et une responsabilité qu’il accepterait de porter sur le long terme. Mais Lucas chassa ce doute rapidement comme il le put. Ca n’était pas le moment ni le lieu de se laisser aller à ses états-d’âme. “C’est vraiment un noble geste de leur part.” Commenta simplement le Nerbosc à la référence des Tully. Il ne savait pas vraiment s’il y avait là une pique dans les paroles de la brune, elle n’avait pas semblé de ce tempérament là. En tout cas Lucas ne se sentait pas concerné, car si certaines personnes mal intentionnées dans le Conflans pouvaient dire que les Nerbosc été des traîtres vis à vis des Tully, Lucas savait de quoi il en retournait vraiment et des sentiments de son père envers ses anciens suzerains. Appellerait-on vraiment ses enfants comme des gens que l’on aurait méprisé ?

“J’ai hâte de déguster vos poissons alors.” ajouta Lucas alors qu’ils pénétraient dans la salle. Il se retrouva légèrement surpris de la petite tablée qui avait été préparée pour eux, pas pour son faste mais bien pour son nombre de participants. Il était tellement habitué à dîner avec toute la famille des gens qui le recevaient et parfois même quelques voisins ou d’autres visiteurs. Pendant une fraction de seconde, Lucas se demanda si ça n’était pas là un piège  bien étrange tendu par le seigneur des lieux. Il y avait là quelque chose des très familier et très intime dans un dîner en aussi petit nombre, comme s’il faisait partie de la famille. A vrai dire, ce soir là, il prenait même la place de Lord Jonos puisque tel avait été son choix. Son attention fut alors attirée par les deux jeunes femmes qui discutaient près du feu, il ne lui semblait pas les avoir déjà vues lors de ses entrevues avec Lord Jonos les précédentes fois. Elles étaient jeunes, cela se voyait, mais elles n’en demeuraient pas moins plus âgée que sa petite soeur, Bethany, la perle précieuse de Corneilla. Alors qu’elles s’approchaient poliment vers lui, lady Barbara fit les présentations. Lucas leur sourit alors, mais sans excès, juste poliment. “Mesdemoiselles, je suis enchanté de faire votre connaissance et de savoir que vous me tiendrez compagnie pour ce dîner.” Il n’y avait là aucun sous-entendu grivois. Beaucoup d’hommes auraient pu se féliciter de dîner en une si charmante compagnie, Lucas lui même aurait pu s’amuser de cette situation et faire quelques taquineries s’il s’était agit d’une autre famille que les Bracken. L’audace de Jayne le marquait d’ailleurs. Elle ne détournait pas les yeux quand il la regardait, elle lui souriait franchement, elle ne semblait pas partager la même gêne que sa soeur quant à son nom Nerbosc. Lucas pensa alors légèrement amusé que finalement, l’espoir d’une réunification se trouvait peut-être bel et bien dans cette nouvelle génération. Mais le silence régna encore de longues minutes, les servants s’affairaient autour d’eux pour leur servir à boire et à manger. Lucas assistait à ce ballet calmement, sans en manquer un seul détail. Ce fut Barbara qui brisa ce silence commentant alors l’environnement dans lequel il se trouvait, qui d’après elle devait bien détonner de ce qu’il connaissait à Corneilla. Même s’il y avait toujours eu plus d’hommes chez lui que de femmes, ce sentiment s’était renforcé à la mort de sa mère il y a cinq années de cela. A elle seule elle illuminait la pièce dans laquelle elle se trouvait et une phrase d’elle suffisait à faire taire l’ensemble des hommes. Maintenant qu’il n’y avait plus que Bethany, et elle avait beau être adorée de tous, protégée par tous, c’était différent. Peut-être que d’ici quelques années elle serait plus semblable à Arwyn, Lucas l’espérait sincèrement. “C’est effectivement radicalement différent comme compagnie.” dit-il avec un petit rire. “Et ne partez pas si défaitiste sur ces fameuses tensions lady Barbara. J’ai envie de croire que la majorité des femmes sont plus promptes à la réflexion et à la douceur que les hommes et leur imposante fierté. Mais j’espère ne pas vous blesser dans mes raccourcis sur les tempérament féminins… après tout, qu’en sais-je.” Oh, il en savait déjà bien assez, il n’était pas femme lui même, non jamais il ne se targuerait de les connaître par coeur, mais il en avait tout de même fréquenté un certain nombre, et pas que des femmes de basse naissance. “Si l’on part du principe que je suis habitué à l’accueil de votre père et que je ne m’attendais pas à quelque chose de différent aujourd’hui, votre accueil et votre patience m’est une surprise des plus agréables.” Lucas leva son verre à présent rempli. “A un dîner Nerbosc-Bracken sans tensions mesdames.” Si personne d’autres qu’eux quatre n’intervenait, Lucas croyait sérieusement que cela était possible.



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mer 21 Juin - 17:31

No promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



Lucas Nerbosc & Barbara Bracken


Le rire de Ser Lucas se répercuta sur les murs froids de la grande salle. Bess leva les yeux de son assiette, le regardant d’un air interloqué. Jayne fit de même mais c’est plutôt un regard ainsi qu’un sourire amusé qu’elle posa sur notre invité. Quant à moi, je tournais mon visage vers lui, m’efforçant de garder une expression neutre et écoutant ses paroles. Mes yeux allèrent vers les serviteurs et gardes présents dans la salle. D’un coup, je fus prise d’angoisses… Et si l’un d’eux allait rapporter à père que visiblement, ses filles s’entendaient bien avec l’ennemi ? J’aime mes parents et je sais que père comme mère ont pour nous un amour fort et protecteur. Mais lorsqu’il s’agit des Nerbosc, père peut devenir un homme qu’il vaut mieux ne pas oser contrarier. Jayne était celle qui m’inquiétait le plus. Par ses sourires et sa bonne humeur vis-à-vis de Lucas Nerbosc, elle risquait une correction paternelle dont elle se souviendrait encore pendant longtemps. La politesse, dans le cas de Ser Lucas, suffisait amplement ; nul besoin d’en rajouter avec des sourires que l’on ne sert normalement qu’aux amis...

Discrètement, je lui donnais un léger coup de pied sous la table pour lui faire comprendre de se montrer prudente car elles n’étaient pas seules et Lord Jonos n’aurait certainement pas permit à ses filles aînées de manger seules en compagnie d’un Nerbosc. Elle me regarda immédiatement, surprise, puis comprit à mon air de faire attention. Pour ne pas laisser à notre invité trop de temps pour voir cet échange muet entre ma sœur et moi, je choisis de lui répondre quelques banalités bienséantes :

Il est vrai que les femmes ont un tempérament différent de celui des hommes. Si vous passiez plus de temps à Haye-Pierre, vous pourriez constater par vous-même qu’entre sœurs, nous avons chacune notre propre caractère. Cependant je doute que cela soit du goût du Seigneur mon père.

Je tentais de me replonger dans mon assiette, mais mes craintes au sujet de Lord Jonos m’avaient noué l’estomac. Devant moi, Jayne et Bess faisaient honneur aux mets préparés par nos cuisinières. Mon poignet se tourna lentement vers ma fourchette que je plantais ensuite de manière distraite dans ma salade de betteraves. A son commentaire sur l’hospitalité toute relative de mon père à son égard, je ne répondis rien à part un sourire aimable en réponse à son compliment. Puis il voulut saluer ce dîner en notre compagnie en levant son verre pour que nous trinquions tous ensemble. Bess posa délicatement ses couverts sur le bord de son assiette et prit son gobelet d’eau dans sa main droite d’un air grave et sérieux. Jayne fit de même avec son verre de vin, un sourire lumineux sur le visage. Je sentis mes joues rosir. Il n’y avait plus que moi qui hésitais encore à faire de même. J’avalais avec difficulté ma bouchée de betteraves puis les imitais, levant à mon tour mon verre avant de trinquer tous ensemble. Si Bess n’osa répéter les mots du Nerbosc, Jayne les entonna avec gaieté. Je fis de même, sur un ton néanmoins plus sérieux que ma petite sœur. Puis je portais le verre à mes lèvres et en bu une gorgée, puis deux. L’alcool me permettrait peut-être d’oublier mes angoisses et de me restaurer normalement.

J’allais prendre la parole lorsqu’un serviteur s’approcha de moi, se baissa et me murmura à l’oreille :

Ma Lady, quelqu’un veut vous parler dans le hall d’entrée…

Immédiatement, je me redressais, pâle de colère. Je savais pertinemment qui était ce « quelqu’un ». Nos gens savaient très bien que je le haïssais à un point tel que je refusais même d’entendre jusqu’à son nom. Je murmurais donc d’un ton sec une réponse que je voulais ferme, et sans appel :

Pas maintenant. Qu’il attende…

Je regrette ma Lady…il insiste… sur ordre de Lord Jonos…

Je n’avais dès lors plus guère le choix. Je posais mes couverts et me levais en m’excusant envers Ser Lucas :

Si vous voulez bien m’excuser Ser. Je n’en ai pas pour longtemps…

Je suivais le serviteur jusque dans le hall et le vit, faisant les cent pas devant la chaudière, ses bottes sales et boueuses, habillé tel un vulgaire jongleur des bas quartiers de la capitale… Je vins droit vers lui :

Qu’est-ce que tu veux ? lui crachais-je au visage…

Ma douce sœur…, dit-il en se retournant vers moi d’un air narquois. Je viens de la part de notre père…Il n’est pas content…Il te trouve trop gentille, aimable, affable et bienveillante envers le Nerbosc à notre table…

Il est notre invité et…

ça père le sait très bien… me coupa-t-il, déclenchant une vague de colère noire en moi. C’est pourquoi il m’envoie vous rejoindre au dîner…Que je lui montre ce que c’est un dîner avec les Bracken…

Tu n’es PAS un Bracken ! dis-je en tournant les talons, mais je l’entendais déjà marcher derrière moi. Si telle est la volonté de père, je ne pourrais rien faire pour aller à son encontre… C’est donc d’une humeur toute différente, contrariée et en colère, que je revenais dans la Grande Salle. Bess ne prêta guère attention au nouvel arrivant mais Jayne fronça les sourcils, ne comprenant pas non plus les raisons de sa présence. Je soufflais aux serviteurs de préparer un couvert en plus à côté de Bess. Je devais donc le présenter à Ser Lucas… Prononcer son nom m’écorcha les lèvres :

Ser Lucas, notre demi-frère, Harry Rivers, nous rejoint…certes un peu tardivement…

Et tandis que je me rasseyais, mes yeux lancèrent des éclairs au bâtard de père, qui prenait place aux côtés de ma petite-sœur Bess…Le dîner allait prendre une tournure toute différente…

©️ DRACARYS



4


Dé pour le comportement du bâtard Razz

1-2 : piques continuelles envers Barbara; Lucas prend sa défense.

3-4 : piques continuelles envers Lucas; Barbara prend sa défense.

5-6 : le bâtard se montre particulièrement insolent envers Lucas (à toi de voir comment tu veux le jouer - n'hésites pas à lancer le dééééé !). Barbara ne réagit pas, voyant là une opportunité d'évincer un peu plus le bâtard loin de son héritage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valar Dohaeris
avatar
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris

Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 1553
Date d'inscription : 26/01/2015

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mer 21 Juin - 17:31

Le membre 'Barbara Bracken' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 6' : 2


Compte MJ,merci de ne pas MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Jeu 22 Juin - 19:05

Un large sourire amusé fendit le visage du Nerbosc lorsque Barbara Bracken lui confirma que les tempéraments féminins étaient bels et bien différents des masculins, comme il l’avait avancé quelques minutes plus tôt. Mais ce qui provoqua vraiment cette réaction, ce fut le commentaire que la jolie brune ajouta ensuite, que c’étaient des faits qu’il pourrait constater de lui même s’il passait plus de temps à Haye-Pierre en leur compagnie. Lucas fit de son mieux pour ne pas saisir la perche que la jeune femme venait là de lui tendre. Il se demanda un instant si la jeune femme avait  conscience de tout ce qu’elle offrait comme possibilité de réponses à un homme tel que l’émissaire du Conflans en tenant des propos de la sorte. S’il n’avait pas été chez les Bracken ces ennemis, soit disant, jurés, le jeune chevalier n’aurait pas fait preuve d’autant de retenues, il en était certain. “Vous m'ôtez les mots de la bouche Lady Barbara. Vous imaginez bien que s’il n’y avait pas cette querelle millénaire entre nos deux familles, je visiterais votre foyer plus souvent, comme j’ai l’occasion de le faire pour les autres maisons du Conflans. L’idée de recevoir un coup de pieds aux fesses n’est jamais vraiment très engagé, je dois vous l’avouer.” Il leva légèrement les yeux, cherchant à voir la réaction de la jeune Jayne. Si elle s’était refermée depuis quelques minutes, il fut satisfait de voir que son propos avait tiré un pouffement à peine étouffé de la deuxième fille de Lord Jonos. Lucas haussa finalement les épaules, prenant un air dépité. “Tant pis, pour constater votre propos, il faudra que je trouve un autre Lord doté de charmantes jeunes filles, comme l’est votre père, l’hostilité en moins.” Lucas pris quelques secondes pour réfléchir quelle famille aurait pu correspondre à cette description, mais dans le Conflans, à première vue, il ne voyait pas de famille qui correspondait, pas avec autant de fille et aucun garçon, légitime du moins.

Lucas décida ensuite de porter un toast à ce repas entre les deux familles ennemies qui se passait sans encombre. Il fut ravie de voir que dans l’ensemble, les filles de Jonos lui emboitaient le pas avec enthousiasme. Mais alors qu’il venait tout juste de reposer son verre après avoir honoré son toast, un serviteur s’approcha de lady Barbara pour lui passer un message à voix basse. Et ce que Lucas avait voulu éviter à tout prix semblait à présent d’actualité. Il avait remarqué que la jolie brune s’était raidie. Son intonation pour sa réponse au serviteur ne laissait aucune place à la contestation. Le Nerbosc en venait à se demander qui pouvait bien mériter un tel traitement si lui même, en raison de sa provenance n’avait pas eu le droit à un tel égard. Finalement, la mention du seigneur de la Haye-Pierre eu raison de la conviction première de la jeune femme. Lucas regarda la Bracken se lever et s’éloigner vers la sortie de la pièce, après s’être excusée pour son absence. Le chevalier lâcha la fourchette et la betterave qu’il avait en main et son air se fit plus sérieux un moment, curieux de comprendre de quoi il en retournait. Jayne ouvrit la bouche pour combler le silence qui s’était installé, mais il l’arrêta aussitôt d’un doigt sur ses propres lèvres. Il la gratifia d’un petit sourire et d’un clin d’oeil pour lui faire comprendre qu’il n’y avait rien de méchant dans son geste, il était clair qu’il se demandait ce qu’il se passait de l’autre côté de la porte, dans le hall.

L’émissaire du Conflans ne tarda pas à avoir sa réponse puisque quelques minutes plus tard, Barbara était déjà de retour dans la grande salle, la mine toujours aussi sombre, sa posture toujours aussi tendue. Elle était suivi par un jeune homme, environ du même âge qu’elle, un sourire arrogant fiché sur les lèvres, il le toisait déjà du regard. Il commença à émettre intérieurement quelques hypothèses sur son identité alors que Barbara le lui présenta officiellement. Il avait à faire à nul autre que le bâtard de Lord Jonos. C’était donc ce jeune homme à l’air narquois que Barbara détestait tant. Et il ne fallut pas longtemps au chevalier pour en comprendre la raison. A peine avait-il posé ses fesses sur le fauteuil à côté de Catelyn, que la première pique à l’encontre de l’héritière Bracken fusa. Lucas dévisagea Harry, interloqué dans un premier temps. Il ne s’attendait certainement pas à un manque de respect aussi flagrant et tranché de la part du jeune homme. Le bâtard monopolisait la parole attendant que son couvert lui soit apporté et son assiette servie. Lucas de son côté mastiquait difficilement son plat, tentant de contrôler son sang qui habituellement ne faisait qu’un tour. Encore une fois, il aurait été dans n’importe quelle maison, il n’aurait probablement pas hésité à saisir l’homme au col pour lui apprendre une leçon, mais ils avaient déjà assez de problèmes comme ça. Quoi que, l’espace de quelques secondes, il parvenait à envisager un scénario où son père aurait été heureux d’apprendre qu’il s’était montré agressif d’une façon ou d’une autre envers cette maison. Il se demanda aussi si le fameux Harry ne s’acharnait pas sur elle parce qu’il n’osait pas s’en prendre directement à lui. Lucas sentait qu’à ses côtés, Barbara faisait de son mieux pour garder son calme, mais sa fureur était palpable. Il ne voulait pas rentrer dans son jeu de petit abruti, mais après plusieurs longues minutes, même après qu’il eut commencé à manger, il continua sans relâche à multiplier toutes sortes de reproche à sa demi-soeur. Jayne et Catelyn face à eux ne souriaient plus. Puis ce fut la pique de trop. Lucas se leva d’un bond, faisant reculer son fauteuil bruyamment et sursauter le reste de la tablée par la même occasion. Toutes sortes de phrases fusaient dans l’esprit du Nerbosc, il y avait tant à dire sur le comportement irascible de l’individu mais il ne voulait pas lui donner trop de matière à répliquer, ni donner de nouveau prétexte à Jonos pour lui interdire l’accès à ses terres. La mâchoire visiblement contractée, Lucas lâcha un bruyant soupir, puis il se tourna vers le bâtard qui siégeait en bout de table, entre Catelyn et lui. “Votre compagnie, Harry Rivers, m’est des plus désagréables.” Il avait pris grand soin à articuler sa particule de bâtard. Habituellement, ça n’était pas quelque chose qui comptait pour lui, les bâtards et les bâtardes étaient des humains comme les autres et n’étaient en rien responsable des choix de leurs parents. Mais quelque chose lui disait qu’ici, sa bâtardise avait à voir avec son comportement. “Après tout, c’est peut-être la mission qui vous a été confiée par le seigneur des lieux. Tout le monde ici, et dans le Conflans, connaît son estime pour ma personne et ma famille, mais vous n’avez nullement besoin de vous ridiculiser de la sorte pour me le prouver, à vous comporter comme un affable personnage, avec votre sœur qui plus est, l’héritière de Haye-Pierre. Je ne suis pas sûre que cela soient des comportements que Lord Jonos tolère envers son aînée.” Lucas avait dardé son regard sur le bâtard, il n’y avait plus aucune lueur amusée qui y brillait, il n’y avait que froideur et sérieux. “Mais je serais ravi de vous raccompagner jusqu’aux appartements du seigneur de ces lieux pour que nous en débattions tous les trois ensemble ?” Il semblait à Lucas que la mission du bâtard, s’il en avait une, était de lui faire passer un mauvais moment et d’exprimer clairement son mépris vis à vis de sa famille, mais devoir revoir l’émissaire serait probablement un signe d’échec pour le bâtard.



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Lun 17 Juil - 16:56

No Promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



feat. Ser Lucas Nerbosc


Je ne pouvais plus avaler un seul morceau de toutes les bonnes choses qui pourtant se trouvaient à notre disposition sur notre table. Ma bouche refusait de s’ouvrir, mes doigts refusaient de se saisir de mes couverts ou de ma coupe de vin. Même mes poumons avaient du mal à inspirer et expirer l’air empli de tensions qui avait rejoint la Grande Salle et notre dîner avec l’arrivée du bâtard à notre table. Ma mâchoire se crispait au fur et à mesure que le bâtard m’assenait ses piques, certaines m’étant directement destinées. Le regard noir et rempli de haine que je lui lançais ne calmait en rien son ardeur et sa joie de me descendre et de m’humilier ainsi devant mes sœurs et notre invité. Tout Nerbosc qu’il était, je refusais pourtant de me comporter comme le Seigneur mon Père. Bien que je comprenne parfaitement les multiples griefs qui gravitaient autour de nos deux familles, Ser Lucas ne m’avait pas un instant paru irrespectueux, froid ou cassant. Au contraire, notre conversation, si elle avait commencé de manière assez tendue à cause de mon attitude principalement, s’est très vite métamorphosée en un échange agréable entre deux individus, certes que tout oppose mais qui semblaient désireux d’en finir avec les fantômes du passé…et à enfin œuvrer pour aller de l’avant… Au départ, je refusais de me l’admettre, mais l’attitude de mon demi-frère acheva de me convaincre…cela et l’intervention qui nous fit toute sursauter, de Lucas Nerbosc en personne.

Jayne, Catelyn, Bess et moi jetâmes le même regard estomaqué sur Ser Lucas, alors qu’il s’était précipitamment levé pour, chose des plus inattendue, prendre ma défense ! Jayne et Catelyn me lancèrent un regard rempli d’étonnement, tandis que je contemplais notre invité, les yeux ronds et la bouche entr’ouverte. Seule Bess n’avait pas l’air de bien savoir ce qu’il se passait – la faute à son jeune âge certainement – et se reconcentra bien vite sur le contenu de son assiette. Le silence s’abattit sur la table et sur la pièce à la fin de la tirade de Lucas Nerbosc. Le bâtard posa son couteau sur le bord de son assiette et se leva, sans quitter le Nerbosc du regard. Il le scrutta pendant un long moment avant d’éclater de rire, un rire moqueur au possible. Puis il me regarda et parvint à articuler, entre deux éclats de rire :

Ma douce sœur, on dirait que tu as un nouveau soupirant !!! Père va être ravi de l’apprendre !!

Ce fut comme si le barrage qui retenait toute ma tension et ma colère depuis son arrivée à notre table céda d’un coup. Le rouge me monta aux joues et en un instant, moi aussi, je me retrouvais debout, après avoir poussé si rapidement mon fauteuil qu’il en tomba à la renverse.

SORS D’ICI !!! HORS DE MA VUE, BÂTARD !!! GAAAAARDES !!!! m’étais-je mise à crier.

Deux gardes postés à la porte donnant sur la pièce entrèrent en trombe comme si l’un de nous allait être victime d’un meurtre. Ils se portèrent à ma hauteur, mais je mis du temps à me rendre compte de leur présence tant mon corps bouillonnait de colère. J’en étais venue à serrer si fort mes poings que mes ongles laissèrent de vilaines traces sur mes paumes.

Ma Lady ? questionna l’un d’entre eux, me ramenant à la réalité.

Reconduisez-le jusqu’à ses quartiers ; et qu’il y reste jusqu’au départ de Ser Lucas.

Ils jetèrent un rapide coup d’œil à notre invité puis contournèrent la table pour saisir mon demi-frère chacun par une épaule. Mais celui-ci se dégagea vivement avant de me cracher les mots suivants à la figure :

Fais très attention, Barbara. Lui-là… dit-il en désignant Lucas Nerbosc d’un geste fort impoli du doigt, il n’est pas et ne sera jamais notre ami, encore moins notre allié. Tu déçois énormément Père en te comportant aussi affablement avec lui. Il voudra te voir, demain, dès qu’il sera partit…

Puis il jeta un regard particulièrement dédaigneux à notre invité et quitta la pièce d’un pas rapide. J’étais encore debout et je sursautais lorsqu’il ferma la porte brutalement sur lui. Je mis une main sur mon estomac et entrepris de respirer lentement et calmement pour retrouver un rythme cardiaque normal. Lorsque ce fut le cas, mon regard se posa sur ma chère sœur Jayne :

Jayne, ma chérie, veux-tu bien raccompagner Catelyn et Bess à leurs chambres ? Je souhaite m’entretenir un instant seule avec Ser Lucas…

Bien entendu… dit-elle en se levant, Catelyn et Bess faisant de même et la rejoignant pour chacune s’emparer d’une de ses mains.Je vous souhaite une bonne nuit, Ser Lucas, et un bon retour chez vous si je ne vous revoie pas demain avant votre départ.

Elle fit une petite révérence, imitée par Catelyn et Bess puis elles quittèrent toutes les trois la pièce, me laissant entièrement seule avec notre invité. Je lui lançais un rapide regard avant de porter rapidement ma coupe de vin à mes lèvres pour en boire une gorgée, afin de calmer mes nerfs encore à vif. Puis je me rassis et pris la parole :

Les mots me manquent pour exprimer ma gêne et ma honte pour ce qu’il vient de se produire…Navrée, Ser Lucas, que vous ayez dû assister et prendre part à un tel spectacle…

Je fis une petite pause pour me râcler la gorge puis repris :

Je vous remercie cependant d’être intervenu en ma faveur. Vous n’y étiez pas obligé et cependant, vous l’avez fait. Je n’ai pas trouvé une once d’hypocrisie dans vos mots aussi… - je baissais d’un ton comme par crainte de n’être entendue par des oreilles indiscrètes bien que nous étions totalement seuls – je suis prête à œuvrer de concert avec vous pour tourner nos maisons et le Conflans vers un avenir meilleur. Cela ne se fera pas en un jour ni sans conditions et conséquences pour nos maisons, mais il est temps que les choses changent. Je vous aiderais, Ser, autant que je le peux, si en échange, vous vous portez garant de certaines de mes conditions…Car je ne vous cache pas que je m’engage, aujourd’hui, en cet instant, à faire face à de gros risques. Je ne les prendrais pas si je ne suis pas certaine d’avoir votre soutien et protection… Qu’en dîtes-vous ?

© DRACARYS


5


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Sam 5 Aoû - 11:26

L’ambiance du repas avait soudainement tourné au vinaigre. Si son début de séjour ne s’était pas passée dans les meilleurs conditions compte tenu de l’accueil réservé par Lord Jonos, les choses s’étaient apaisées et détendues à partir du moment où son héritière avait pris le relais. Même les plus jeunes soeurs s’étaient montrées agréable à table. Mais il avait fallut que le bâtard du Seigneur de la Haye-Pierre ne débarque pour semer la zizanie. Etait-ce là ce qu’avait précisément recherché Jonos ? Après avoir aperçu Barbara et Lucas déambuler dans les jardins, depuis sa fenêtre ? Peut-être, cela ne surprendrait guère le Nerbosc. Pourtant il ne lui semblait pas que humilier la jeune femme faisait partie des missions confiées à ce fameux Harry. Si Jonos avait quelque chose à reprocher à sa fille pour son comportement, il lui semblait plus sensé de faire cela en privé, plutôt que devant son invité de la famille qu’il méprisait tant. C’est parce qu’il avait eu ce raisonnement que l’émissaire du Conflans s’était permis d’intervenir, demandant au bâtard de tenir sa langue. Si pendant un instant son discours sembla fonctionner, Lucas n’avait pas misé sur l’arrogance dont était empli le mauvais personnage. Son visage se ferma un peu plus encore lorsque les rires du batard se mirent à résonner dans la grande salle. Sa réflexion fut aussi basse que l’homme qu’il était, prétextant que la réaction de Lucas était dû à un amour qu’il vouerait pour l’héritière de Lord Jonos. Lucas ne vit même pas l’intérêt de chercher à lui prouver qu’il avait tort, il comprenait qu’avec un individu pareil, cela était perdu d’avance. D’un ton extrêmement froid, Lucas repris. “J’étais très sérieux il y a quelques secondes. Allons donc retrouver Lord Jonos, tous les deux, ouvrez la route, je vous en prie.” Leur père avait été très clair, il ne voulait pas revoir ne serait-ce que l’ombre du Nerbosc, le bâtard se serait retrouvé idiot de devoir conduire l’invité dans les appartements du seigneur.

Mais ni l’émissaire ni le bâtard n’eurent le temps d’ajouter quoi que ce soit puisque ce fut au tour de Barbara, à ses côtés, de se lever. Le visage de Lucas se dérida en un instant, tant la surprise s’était emparée de lui. Il ne pensait pas la jeune femme capable de crier de la sorte. Il fallait croire que les mauvais rapports entre Harry et elle ne dataient pas de cette soirée, qu’elle n’avait été qu’un prétexte de plus pour lui de s’en prendre à elle. Le Nerbosc fit un léger pas en arrière, se mettant en retrait et laissant Barbara reprendre sa place d’héritière des lieux. Il l’écouta convoquer les gardes et leur expliquer qu’ils devaient raccompagner Harry jusqu’à ses appartements et s’assurer qu’il y resterait, tant que Lucas serait sur le domaine de la Haye-Pierre. Lucas déglutit difficilement. Décidément, il pouvait s’en passer des choses en une seule journée chez les Bracken, simplement parce qu’il était un Nerbosc. Heureusement qu’il faisait partie des plus tolérants, il ne voulait même pas imaginer l’issue d’une telle rencontre si Tytos ou Brynden s’étaient tenus à sa place. Et si Lucas pensait que c’était terminé maintenant que les gardes allaient escorter le bâtard de Jonos hors de leur vue, il se trompait. Le vil individu ne pouvait donc pas s’empêcher de vouloir avoir le dernier mot. Mais Lucas pris sur lui pour ne pas en rajouter, se contentant de secouer machinalement la tête, ses yeux exprimant tout le mépris qu’il portait à Harry. Que savait-il lui du conflit ? Qu’avait-il subit à cause de cela ? Rien. Ca n’était pas sa place de commenter de telles choses et de critiquer le comportement de Barbara, alors qu’elle ne faisait que suivre les instructions de son père.

Lucas garda encore le silence, regardant cette fois-ci avec douceur la jolie brune qui se tenait à ses côtés, visage baissée, main sur le ventre, cherchant à reprendre ses esprits. Il allait s’excuser, prendre de ses nouvelles, mais elle reprit la parole d’abord, intima à Jayne de s’occuper de leur deux jeunes soeurs. Cette dernière le salua alors et lui souhaita un bon retour. Le Nerbosc tourna son visage lentement vers elle et lui offrit un doux sourire. “Merci Lady Jayne. Je vous souhaite une bonne soirée également à toutes les trois. A bientôt peut-être.” Il inclina légèrement la tête et les laissa quitter la pièce sans un mot. Après quelques instants, Lucas vit Barbara reprendre place sur son siège, alors il en fit de même, le tournant vers elle, pour pouvoir lui faire face et la regarder dans les yeux pour ce qu’elle avait à lui dire. Comme elle commençait à s’excuser pour l’affront que venait de lui faire Harry, Lucas la stoppa immédiatement. “Non, non, vous n’avez pas à vous excuser Lady Barbara. S’il y a bien quelqu’un en tort aujourd’hui, si ce n’est Harry, c’est bien moi. Je suis vraiment navré de vous avoir mis dans une telle position. J’aurais du m’en douter en arrivant, mais ça a été plus fort que moi, je n’ai pas pu m’empêcher d’aborder le sujet tellement je le trouve important pour l’avenir de notre belle région.” Lucas se tut ensuite et lui fit un aimable sourire lorsqu’elle le remercia d’être intervenu en sa faveur. Il avait simplement fait ce qui lui avait semblé juste. Son sourire s’effaça, laissant place à une curieuse concentration, lorsque Barbara reprit plus bas. Il se baissa un peu, s’approchant doucement de l’héritière de Haye-Pierre. Il l’écouta alors lui dire qu’elle voulait œuvrer elle aussi vers un avenir meilleur pour leur région, sous entendu un avenir où la querelle intestine entre leur deux familles pourraient cesser. Bien entendu, elle ne sous estimait pas le travail et le temps que ça devrait demander, il en avait conscience lui aussi, mais peu à peu un sourire se redessina sur ses lèvres. Il ne serait pas venu pour rien après tout. “Vos paroles me touchent d’une façon que vous ne pouvez qu’imaginer Lady Barbara. Vous m’offrez là une vision d’un avenir meilleur. Je vous promets que vous aurez ma protection et mon soutien dussiez-vous en avoir besoin. Sont-ce là vos seules conditions ?” Il allait devoir trouver un moyen d'expliquer cela à son père sans se retrouver banni de la famille, mais il trouverait bien quelque chose, il trouvait toujours. “Je comprends que ma parole puisse vous paraître une maigre assurance, mais peut-être que mon honneur de chevalier peut vous apporter un peu plus de poids pour ces mots ? De même que je ne me fierais à vous que par vos promesses évoquées oralement. Mon ambition est de voir le Conflans prospérer en paix, que notre région cesse d’être le terrain de guerre des autres.” C’était son discours depuis des années, il n’y avait pas plus sincère.



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Mer 16 Aoû - 12:29

No promises

An 298 – Lune 7 – Semaine 2



Lucas Nerbosc

La façon dont Lucas s’adressa à Jayne me plut énormément et me conforta dans l’idée que cet homme-là était quelqu’un de bien…quelqu’un sur qui je pouvais compter. Alors que je m’excusais pour l’incident qui venait de se produire à notre table, Lucas m’affirma que le seul fautif dans cette histoire n’était autre que lui-même. Je soupirais et balayais ses excuses d’un vague et lent geste de la main :

Vous êtes émissaire de votre famille. Vous remplissez vos obligations, rien de plus.

Je me rassis en laissant échapper un petit rire nerveux :

Vous devez avoir une bien mauvaise image de notre famille à présent…moi qui pensais pouvoir vous donner justement une meilleure opinion de nous que vous puissiez ensuite partager à Lord Tytos…

Je remerciais intérieurement Ser Lucas de ne pas m’avoir interrompu durant ce qui avait été pour moi une chose des plus difficile à avouer. Car cela faisait au moins un an, peut-être même deux, que de nombreuses questions avaient envahi mon esprit au sujet de l’avenir de notre maison, de notre place auprès de nos suzerains et de notre rôle dans notre belle région… Je n’en avais parlé qu’à mère, Jayne étant encore trop jeune pour comprendre ce que cela signifiait… Mère m’avait écouté mais je lisais bien sur son visage et dans son regard que mes idées n’étaient pas réalisables en l’état… « Tu sais à quel point j’aime ton père et t’aime toi… »m’avait-elle alors répondu… « mais ce que tu dis…est irréalisable. Ton père ne voudra jamais en entendre parler. Les Dieux savent à quel point je l’aime et à quel point il peut être borné et rancunier… Il ne pardonnera jamais aux Nerbosc…Et Lord Tytos étant homme du même accabit…Non ma chérie…remplis tes devoirs d’héritière et laisse ces choses-là où elles sont…Elles ne changeront jamais. »

Je crois qu’alors quelque chose en moi s’est révolté…comme si j’allais faire de cela le projet de toute une vie, car incontestablement cela allait prendre un temps considérable… « Et Ser Brynden ? Serait-il plus réceptif ? » avais-je demandé à Dame ma mère. Elle se mit à rire légèrement…un rire non pas moqueur à mon encontre mais ironique : « Ser Brynden ?! Non Barbara…il est trop comme son père…Autant que tu ailles alors voir Tytos Nerbosc de suite… Mais….peut-être Ser Lucas t’écoutera lui…Il est l’émissaire de leur famille et différent de ses frères et de son père… » Avant ce jour, je ne l’avais jamais rencontré mais quand j’appris qu’il allait venir nous rendre visite, je crus voir ma chance d’apprendre à le connaître et, pourquoi pas, de lui parler de ce projet tout légitime au vu de ma situation d’héritière de mon père. Je ne m’attendais cependant pas à ce qu’il soit autant attentionné, respectueux, attentif et agréable.

Alors qu’il me demandait mes conditions, je pris un moment pour y réfléchir. Finalement je répondis d’une voix calme :

Avant que je ne vous rencontre, j’aurais douté de votre parole Ser. Mais depuis notre conversation dans les jardins, votre attitude vis-à-vis de mes sœurs qui sont tout pour moi et votre intervention face à mon demi-frère me font dire que je puis placer en vous toute ma confiance, sans demander d’autres conditions qui pourraient vous obliger à tenir votre parole. J’ai foi en vous, Ser Lucas… Mais ne vous avisez pas de tromper ma confiance car lorsque je la donne, elle est pleine et forte. Me trahir de quelque façon que ce soit, et vous la perdrez définitivement…J’espère avoir été claire sur ce point.

Je repensais un instant aux mots d’Harry… « Père voudra te voir… . Je m’attendais déjà à devoir essuyer sa colère, colère qui, étant plus jeune, m’avait toujours tellement impressionné. Il me faudrait lui tenir tête…mais tenir tête à père était chose dangereuse… De nombreuses interrogations se bousculaient dans ma tête mais j’aurais toute la nuit pour y réfléchir. Aussi replaçais-je mon attention sur Ser Lucas, qui m’observait toujours tout en m’ayant assuré de son soutien dans cette affaire sur son honneur de chevalier :

Je n’en doute pas un instant Ser Lucas, même si je n’ai guère matière à comparaison. Vous me semblez être un homme d’honneur comme on en rencontre peu. Quant à moi, je ne peux que vous demander de vous fier à ma seule parole…

Je plongeais alors mon regard dans le siens et prononçais distinctement les mots qui suivirent :

Je m’engage personnellement à œuvrer pour mettre un terme à cette querelle familiale qui n’a que trop duré. Je m’engage personnellement à redonner à la Maison Bracken l’importance qui fut jadis la sienne. Je m’engage personnellement à œuvrer de concert avec la Maison Nerbosc et à protéger nos terres et nos gens.

Je laissais un instant ces mots faire leurs effets sur l’esprit de Lucas puis repris, m’adossant contre le dossier de ma chaise :

Je ne suis pas encore à la tête de la maison Bracken mais nos gens m’estiment beaucoup. Je ne souhaite bien évidemment pas la mort de mon père. Il est comme il est et rien ni personne ne le changera mais malgré cela, je suis de son sang et je l’aime. Il m’a transmise des valeurs que je compte bien perpétuer à son décès et à travers la propre descendance que j’aurais un jour je l’espère. Mais je compte bien changer les choses et je sais que mes gens, ma famille et nos troupes me suivront dans mes démarches futures… Je compte sur vous pour faire savoir tout cela à votre père et à votre frère aîné. Je suis même prête à venir tenir le même discours devant eux si nécessaire…La seule personne dont je crains les agissements est celle qui vous a si mal parlé il y a quelques instants… Vous ne pouvez vous imaginer à quel point la haine entre Harry Rivers et moi est grande et à quel point sa jalousie à mon égard est forte. Je suis persuadée qu’il fera le nécessaire pour retourner certaines personnes contre moi lorsque notre démarche commune sera connue de tous. Il a toujours envié ma position et usera de cela et du passif des Bracken et des Nerbosc pour servir sa cause… Si telle devait être le cas, je vous demanderais de prendre les mesures qu’il faut, même les plus radicales, pour le faire taire…

De ma vie, jamais n’avais-je encore parlé si sérieusement. Je me rendais alors compte que je vivais là mes tous premiers instants dans la peau de Lady Barbara Bracken, Dame de Haye-Pierre.

© DRACARYS



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Émissaire du Conflans
avatar
L'Émissaire du Conflans
Valar Dohaeris

Ft : Joshua Sasse
Multi-Compte : Wynafryd & Asha
Messages : 703
Date d'inscription : 11/05/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Jeu 17 Aoû - 12:13

Lucas s’était excusé d’avoir mis l’héritière dans une telle position, il savait que même si elle lui était peut-être plus favorable, cela ne changeait rien à la pensée de Jonos et il pourrait lui en tenir rigueur. Tout comme finalement, Tytos et Brynden n’était pas aussi avenant que lui à l’égard de la maison Bracken. Barbara chercha à le dédouaner, pour elle, il ne faisait que servir son rôle d’émissaire. Mais c’était faux et il le savait parfaitement. Jonos avait fini par s’emporter parce que justement il était allé au-delà de son rôle d’émissaire, il n’avait plus parlé au nom de son père, mais à titre personnel. Certes, il s’agissait toujours d’oeuvrer pour l’avenir paisible du Conflans, mais il n’avait pas respecté les ordres de son père. “Si seulement je m’étais tenu à mes obligations… Mais ça n’était pas le cas Lady Barbara, vous pouvez bien vous en douter. Je ne serais pas venu vous parler sinon, je n’aurais pas cherché à savoir ce que vous pensiez de notre région, de ma famille, de la paix… Encore une fois, je suis vraiment navré.” Il soupira doucement avant de reprendre. “Ne vous en faites pas pour l’image que je peux avoir de votre famille. Je sais bien à quel point les choses sont compliquées entre nous. Tout comme le comportement de mon père ou de mon frère ne doivent pas vous rebuter non plus. Mais je déteste me sentir pieds et poings liés de la sorte.” Lucas avait plus dit cela pour lui même, il ruminait. S’il avait été l’héritier, il aurait été sûr de conclure une paix un jour ou l’autre. Mais il ne l’était pas et ne désirait pas l’être, si ce n’était pour cette raison de paix seulement. Il voulait tout arranger, il mettrait tout en oeuvre, il voulait promettre certaines choses à la Lady Bracken. Mais comment pouvait-il être sûr que son père ou son frère le laisseraient tenir ses promesses ? Tant de choses ne dépendaient pas de lui. Même le jour où son père ne serait plus de ce monde, contrairement à Barbara, qui était le futur de sa maison. Mais Lucas ne perdait pas espoir d’un jour faire changer d’avis son frère. Pas radicalement, il savait que jamais Brynden ne serait aussi favorable à une solidarité entre leur deux famille comme il l’était. Mais s’il faisait ne serait-ce qu’un pas en direction de cette trêve, cela serait une victoire pour le cadet. Lucas s’était rassit, momentanément déçu. Il n’y avait rien dans le comportement ou les propos de la douce Barbara qui le décevait, mais le possible lui semblait soudainement impossible. Ses épaules légèrement voûtées, il ressassait sa déception. Ca n’était que temporaire, le Nerbosc n’était pas le genre à baisser les bras aussi facilement, il reprendrait confiance et espoir, mais il était déjà fatigué par l’énergie qu’il aurait à dépenser pour faire ce qu’il désirait.

Néanmoins, il ne serait pas seul à oeuvrer pour ce projet, c’était ce que Barbara lui promettait, dans certaines conditions. Lucas s’était légèrement redressé, plantant son regard vert dans celui de l’héritière. Il était attentif. Enjoué d’une certaine façon mais dominait son émotion, il ne fallait pas se réjouir encore, tout était à faire. Mais son coeur était empli d’une flamme nouvelle. Il n’aurait pas fait ce voyage en vain. Il n’aurait pas ouvert sa bouche et supporté les fureurs du seigneur de la Haye-Pierre inutilement. Si Barbara n’était pas trop durement châtiée par son père après son départ, tout cela n’aurait pas été en vain. Et il pourrait prendre la parole devant son père et son frère dès son retour à Corneilla. Il savait que ses propos ne seraient pas écoutés sans que son père ne pousse des cris et ne remette en doute sa loyauté. Mais sa fureur passerait. Et Lucas continuerait dans parler jusqu’à ce que son père ne cesse de se comporter en corbeau buté. Que son père se lasse de refuser la paix qu’il voulait. Il ne lâcherait rien. Alors le Nerbosc se tut et laissa Barbara parler. Il se contenta de hocher la tête lorsque Barbara évoqua une éventuelle trahison de sa part, ce qui mettrait une fin immédiate à tous les accords. Cela allait évidemment de soi, et la réciproque devait être tout aussi véridique. Avec tout le passif entre leurs deux maisons, aucun d’eux n’aurait une seconde chance. La moindre trahison serait perçue comme un long mensonge, une manipulation par l’amitié. Il l’écouta ensuite faire sa propre promesse, d’oeuvrer pour sa maison, ses gens et sa région, de concert avec les Nerbosc. Cela changerait probablement énormément de chose d’avoir les Bracken marchant dans la même direction que les autres maisons, et n’allant pas dans le sens inverse, uniquement pour contester l’autorité de la maison suzeraine, responsable de l’ordre de marche. Mais lorsque Barbara évoqua l’importance de jadis de sa maison, ses sourcils se froncèrent légèrement. S’agissait-il là d’un aveu d’ambition débordante ? Parce que nombreux avaient été les Bracken à revendiquer des terres aujourd’hui aux Nerbosc, sous couvert qu’elles leurs avaient appartenues jadis, à l’époque où la maison Bracken était encore glorieuse justement. Lucas savait que les Nerbosc, du moins sous Tytos n’accepterait jamais de rendre une de ces terres aux Bracken, surtout pas si Jonos était lui aussi encore en vie. Mais Lucas ne dit rien, gardant sa réflexion pour lui et continua d’écouter ce que la jeune femme avait à lui dire, toujours aussi concentré, ses sourcils épais toujours froncés au dessus de ses beaux yeux verts.

Quand Barbara se mit à parler de son père, il ne put que se retrouver dans ses paroles. Il aimait et respectait Tytos plus que tout au monde, malgré ce que beaucoup de gens de l’extérieur pourraient penser en les écoutant se disputer. Mais son père était un homme honorable. Tellement honorable à sa famille, qu’il était aveuglé par la haine qu’on lui avait transmise des Bracken, jugeant des enfants pour les péchés de leurs pères. Et le tempérament explosif de Jonos en face, éduqué dans la même haine n’avait évidemment rien arrangé, surtout pas quand leur famille fut faite suzeraine du Conflans. Mais il ne souhaitait la mort de personne. Ou peut-être celle d’Harry Rivers ? Alors que Barbara évoquait les dangers que le bâtard représentait aux yeux de la jeune héritière et de leur projet. Les sourcils du chevalier se soulevèrent finalement très haut alors que la Bracken évoquait la prise de mesure nécessaire quant à sa personne. Il resta sans voix, l’air surpris pendant un instant. Il se racla doucement la gorge et fit de son mieux pour répondre à l’héritière point par point, gardant le sujet le plus sensible pour la fin donc. Le temps de digérer la demande qui venait de lui être faite. “Je comprends votre position vis à vis de votre père lady Barbara, on ne peut mieux que vous ne pouvez l’imaginer. Je m’engage à parler à mon père et à mon frère dès mon retour et aussi longtemps qu’il le sera nécessaire pour qu’il ne daigne m’écouter jusqu’au bout. Je m’engage à vous faire recevoir à Corneilla d’ici quelques temps, pour que vous puissiez leur dire de vous même. Mais attention lady Barbara, gardez à l’esprit qu’il y a de forte chance pour qu’ils ne voient en vous que la fille de Lord Jonos, qu’un nouvel outil du vieil homme pour causer des torts à notre famille. Cela sera mon rôle de les faire vous voir autrement, mais cela sera long et difficile. Imaginez vous même faire entendre raison à votre père à mon propos… Mais je n’abandonnerais pas, c’est certain.” Lucas baissa un instant la tête, passant sa main dans les cheveux pour se frotter le crâne. Il lâche un petit soupir et repris doucement, la voix plus basse, se demandant si quelques soldats n’allaient pas surgir pour l’accuser de trahison. “Vous avez pu le voir de vos propres yeux, votre demi-frère n’est pas le genre de personne pour qui je développe une haute estime. Il est apparu assez clairement à mon regard, qu’il représente également une forme de menace pour vous. Mais je ne suis pas sûre de ce que vous demandez précisément. Que dit votre père de son comportement à votre égard ? Le laisse-t-il agir de la sorte sans rien dire ? Quand à moi, je ne suis guère un bandit des grands chemins, un assassin. Ni même une personne qui aurait recours à de tels hommes si c’est là ce que vous sous-entendiez.” Son regard s’était fait un peu plus dur, il était on ne peut plus sérieux, mais il ne voulait pas qu’il y ait d’erreurs sur le genre d’homme qu’il était. “Je ne le laisserais pas vous faire du mal tant que cela est en mon pouvoir, et je me ferais un plaisir de demander à mon père de l’envoyer au Mur par exemple. Mais sans motif, encore une fois, je suis pieds et poings liés ma lady. D’autant plus que s’il est apprécié par certains de vos gens, ils y verront là une nouvelle fois, un acte des Nerbosc à l’encontre des Bracken.” Lucas soupira une nouvelle fois. Il n’aimait vraiment pas l’impasse qui se dessinait là. Non il n’avait pas ça en lui d’assassiner de sang froid un homme, aussi horrible soit-il qu’Harry Rivers. Sur un champ de bataille, les choses seraient différentes, justifiées. Mais là, tout n’était que prétexte à jeter de l’huile sur le feu entre leurs deux maisons. Il voulait croire que Barbara avait parlé sous couvert de la peur et non pas par cruauté, et il pouvait la comprendre. “Votre père ne peut-il pas l’envoyer pour une quelconque mission en Essos ? Ou même vous ? N’avez-vous pas ce pouvoir lady Barbara ?”



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur, auréole du temps, berceau nocturne et sûr, et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu c’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu. Parfums éclos d’une couvée d’aurores qui gît toujours sur la paille des astres, comme le jour dépend de l’innocence le monde entier dépend de tes yeux purs et tout mon sang coule dans leurs regards.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Catelyn Stark
Messages : 255
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   Jeu 28 Sep - 15:16


No Promises
Haye-Pierre | An 298 – Lune 7 – Semaine 2 | feat. Lucas Nerbosc



J’écoutais le chevalier parler en silence, hochant la tête de temps à autre pour lui montrer que je comprenais ce qu’il disait…et même ce qu’il ne disait pas. Je ne lui mentais pas, ni ne lui disait ce genre de belles paroles pour le contenter. Je le pensais réellement depuis que j’avais atteint l’âge de comprendre certaines choses et de les interpréter différemment de ce qu’on m’a toujours dit de penser. Car mon père n’ayant eu que des filles, nous avons toutes été éduquées très tôt dans la haine de nos suzerains. On nous rabachait les oreilles d’histoires vieilles comme le monde qui nous concernaient, Bracken et Nerbosc, puis on nous parlait de Lord Hoster Tully, qui avait toujours voulu jouer les médiateurs et œuvrer pour la paix entre nos deux maisons. Puis venait le tour de la rébellion du Cerf et les conséquences qu’elle eut sur nous tandis que nos ennemis prenaient la place de ceux qu’ils « avaient si lâchement trahi et abandonné », comme aimait à le répéter père. Je ne pourrais pas dire ce que Catelyn, Bess et Alysanne pensèrent de ces discours, mais Jayne et moi avons grandi avec, à l’esprit, l’image des Corbeaux Nerbosc comme étant la gangrène du Conflans. Nous les avons haï comme père nous le disait mais l’homme que j’avais devant moi…méritait-il cette haine ? Si le commencement de tous ces conflits eut lieu si loin dans le passé…pourquoi encore maintenant les utiliser comme prétexte pour se montrer si mauvais envers une personne qui n’y peut rien et surtout qui ne remplit que son devoir ? J’aime mon père, je donnerais ma vie pour ma famille…mais en grandissant et au vu de ce qu’il s’est passé aujourd’hui…je savais que nos pères respectifs se trompaient en s’ignorant de la sorte. Le Conflans était à présent uni sous la bannière des Nerbosc, même si d’autres maisons sont toujours fidèles au Tully, elles n’en sont pas au point de se rebeller et de prendre les armes contre eux, ce dont je soupçonne père d’y penser parfois très sérieusement et, Harry voulant se faire bien voir, naturellement qu’il ira dans son sens si un jour une telle chose devait arriver… Que gagnerons-nous ? Rien de plus que l’extermination pure et simple de notre maison. Le temps est venu de mettre de côté ces griefs et d’aller de l’avant…ensemble. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrions regagner en estime aux yeux des autres, Conflanais et étrangers, et notre région en puissance.

Lorsqu’il eut terminé, je baissais les yeux, regardant mes mains nouées sur mes genoux. Je me raclais la gorge avant de reprendre la parole :

J’entends bien Ser. Je crois même que père ne me permettrait pas de me rendre à Corneilla sans son autorisation et, étant une piètre menteuse, il découvrirait très vite que je lui cache la vérité et sa sentence ne serait que plus amère à mon encontre. Les choses se feront d’elles-mêmes quand le moment sera venu, j’en suis persuadée. Cependant vous avez entièrement raison sur un point. Je reste la fille de Lord Jonos…sa Première-Née, son héritière. Il serait je pense judicieux que Lord Hoster et que votre frère Ser Brynden me connaissent mieux que simplement sous les termes de la fille de Lord Jonos car malheureusement nul n’est immortel…Le jour viendra où c’est à moi que vous aurez affaire et vous l’avez remarqué, du moins je l’espère, mais par bien des aspects, je ne suis pas comme mon père.

Un léger sourire vint s’installer sur mes lèvres et je me rendais compte que j’appréciais beaucoup mon interlocuteur et que son nom semblait comme avoir disparu. J’en vins à devoir aborder à nouveau le sujet Harry Rivers et mon sourire disparu aussitôt :

Votre sollicitude me touche Ser. Vous me rappelez un autre chevalier que j’ai bien connu mais que j’ai hélas perdu de vue depuis. Je ne pense pas qu’il soit assez fou pour oser s’en prendre physiquement à moi. Il veut se faire bien voir de mon père et ce n’est pas en agissant ainsi qu’il y arrivera. Je ne pense pas que père nourrit de tels projets de voyages lointains pour lui, même si je dois avouer que j’en serais très soulagée de le voir partir pour quelques temps… Tant que père vit, je ne crains rien de lui. Mais c’est un homme intelligent et rusé et en effet, beaucoup l’apprécie. Le jour où père ne sera plus…là je craindrais pour ma vie surtout si nous nous engageons tous deux à poursuivre sur cette voie. Néanmoins je pense que d’ici là, je me serais vu attribuée un mari par mon père et j’espère que cet homme me soutiendra et me protégera si vous ne le pouvez.

Je le regardais encore un instant puis me levais en défroissant de mes mains les plis de ma robe.

Il se fait tard Ser Lucas. Je vais vous laisser vous reposer avant que vous ne repreniez la route demain matin. Je suppose que vous partirez tôt.. Sachez que j’ai été ravie de faire votre connaissance. Je suis persuadée que nous nous croiserons à nouveau à l’avenir.

Je lui offris mon sourire le plus radieux ainsi qu’une gracieuse révérence avant de tourner les talons et de quitter la pièce pour rejoindre ma chambre. Haye-Pierre dormait à poings fermés mais une fois dans ma chambre, alors que je ne voulais rien de plus que trouver la paix pour réfléchir à tout ce qui venait de se passer depuis ce matin, je découvris Jayne couchée dans mon lit en train de lire. Elle déposa vite son livre lorsqu’elle me vit pour s’écrier d’une voix bien trop forte pour cette heure avancée de la nuit :

Alors ? Alors ? Qu’avez-vous dit ?!?!

Chhhhhhhht Jayne il est tard ! Moins fort veux-tu ? dis-je en murmurant, ton qu’elle reprit en me répondant :

Il est bel homme ! Dommage qu’il soit né Nerbosc ; père l’aurait choisi pour toi j’en suis sûre !

Jayne ! Pas maintenant…on en reparlera demain. Regagnes ta chambre s’il-te-plaît.

Elle prit un air bougon, ramassa son livre et se leva en trainant un peu les pieds (elle savait que ça m’agaçait). Avant de refermer la porte sur elle, elle me lança :

Demain ? Promis ?

Demain, promis répondis-je avec un sourire bienveillant.

Et, lorsque je fus enfin seule, je m’allongeais encore toute habillée dans mon lit et plongeais ma tête dans mes coussins, anxieuse et en même temps excitée quant à la tournure que pouvait prendre l’avenir avec ce qui s’était dit aujourd’hui…

©️ Feniix


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: No promises {FB / Barbara}   

Revenir en haut Aller en bas
 
No promises {FB / Barbara}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BARBARA
» Chambre de Barbara
» Réveillon de Noël av Barbara et un ami PV Barbara et Djawad
» Djawad & Barbara (Pv : Barbara)
» Barbara va t-elle savoir qui est sa mère? (pv Barbara)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp terminés-
Sauter vers: