RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans les Îles de Fer, l'Orage et le Val ! Points à la clé !
MAJ le week end du 1/2 juillet Wink

Partagez | 
 

 Parrainage Elbert & Diane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 13:42

Quelques erreurs de ma part d'ou a des problèmes de traductions des wikis du coup je vais modifiée tout ça en essayant de traduire le message d'Alyx sur me présentation parce que je n'ai pas tout compris
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 16:18

Pour les noms de l'anglais au français je te conseille ce topic du forum qui est très bien fait ==> Clique ici

J'allais essayer de traduire mais t'as enlever la partie histoire de ta présentation du coup je vais essayer d'expliquer ce que j'ai compris

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Croyez vous en la paix du roi Rhaegar ? a écrit:
La paix sera peut-être présente un jour sur Westeros, hors actuellement ce n'est pas le cas tant qu'il y aura des tensions comme celle présente actuellement.

Alyx voudrait que tu expliques les tensions dont tu parles vu que pour le moment le royaume est en paix, y a pas trop de grabuges.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le paragraphe du père, apparemment de la manière dont tu écris ta présentation on comprend que ton papa règne sur Accalmie/Storm's End sauf que c'est le château des Baratheon  et les Baratheon règnent toujours dessus. Pareil pour la devise de la famille "Nôtre est la furie" qui est une devise propre à la maison Baratheon.

Je viens de fouiller le wiki et la devise des Herston tout comme le nom de château ne sont pas connus à ce jour. Tu peux donc librement les inventer

Pour terminer, elle ne semble pas avoir bien compris qui était Lady Arie dans ta présentation (La maman de Diane ou quelqu'un d'autre ?)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le paragraphe l'aïeule, tu parles d'un autre château qui n'appartient pas à ta maison et tu dis "chez elle". Du coup elle est un peu.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le reste, ça coince au niveau du mariage. On ignore à qui Diane est mariée et quand ? Elle n'arrive pas bien à savoir si Diane est née Herston ou si elle a prit ce nom des suites de son mariage. Du coup si elle n'est pas née Herston, il faudrait montrer de quelle maison elle provient à l'origine.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Tu parles d'empoisonner quelqu'un mais on ne sait pas pourquoi elle met fin son intention. Je pense qu'il faudrait expliquer le pourquoi.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le reste c'est surtout des problèmes de chronologie et d'incompréhension au niveau du fait qu'elle soit une Herston de naissance ou non et qu'elle ne comprend pas trop ce qui arrive avec la fausse couche.



Je suis là si tu as besoin d'aide, on peut discuter de ce que tu désires faire comme histoire et je t'aiderai. On va démêler tout ça ensemble et y arriver



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 17:37

Ses gentils, du coup je vais mettre l'avancer de ma fiche ici et je vais faire étape par étape car je viens de voir que j'ai du en oublier d'ou les incompréhensions

♝ BUT FIRST WE LIVE ♝

« i love the name of honor, more than i fear death.»





we are each our own devil, and we make this world our hell.

Le Père

Diane eut une enfance somme toute heureuse, elle reçut une éducation digne de son rang et était fort bonne élève malgré ses écarts de conduite. En effet, assidue avec le Mestre, elle aimait apprendre. Elle se rendit vite compte qu’en tant que fille, elle était reléguée à un rôle de second rang. Elle prit donc un malin plaisir à sortir des sentiers battus pour explorer des voies plus téméraires. Elle aimait par-dessus tout chevaucher cheveux au vent sur les falaises surplombant la mer, galoper dans l’eau, fuir la demeure familiale sans escorte et revenir trempée et glacée jusqu’à l’os.

Elle entra vite en conflit avec Vasgard, son père, qui voulait mater la rebelle. Il n’avait de cesse de reprocher à sa mère les frasques de sa fille ce qui avait tendance à la faire sortir de ses gonds car cette dernière n’osait pas contredire son époux, en bonne épouse effacée. Elle se promit de ne jamais se soumettre ainsi à aucun homme et mit tout en œuvre pour ne jamais devenir comme sa mère, qu’elle aimait pourtant, mais dont elle avait en quelque sorte pitié. Heureusement, si les cris résonnaient souvent entre elle et le père de la famille et que quelques bonnes baffes fusèrent de-ci de-là, Diane, son frère et sa soeur étaient là pour que les disputes ne virent jamais au drame et pour consoler la brune si nécessaire.

La mort de Vasgard, son père qui est mort à cause d'un accident de chasse, alors qu’elle n’avait que sept ans signa la fin du conflit familiale. Sa vie devint aussi plus facile et c’est ainsi qu’elle put apprendre à chasser, en plus de la broderie, de la couture, de la musique, de l’histoire et des quelques autres choses qu’une noble dame doit savoir. La mort de Lady Deana, morte d'une maladie non-soignable quelques années plus tard lui laissa un vide amer alors justement que, du haut de ses douze ans et en pleine puberté, elle avait plus que jamais besoin d’une figure féminine à laquelle s’identifier et d’une femme d’expérience pour discuter.

De sa mère, elle apprit l’art de tenir une maison, l’art de paraître et apparaître, l’art de faire semblant. Elle mit du temps à retenir sa leçon mais elle s’avéra finalement assez douée à ce jeu de dupe qu’était la bienséance et les convenances de la noblesse. Cependant, si elle a appris à se tenir et à cacher ses émotions, à traiter les gens selon leur rang, elle reste capable, lorsqu'on pousse Diane à bout celle-ci entre dans une colère noire digne de la devise de ça maison "On ne contrôle pas un Herston énervé".

La Jouvencelle

Malgré son côté revêche, Diane avait toujours été consciente qu’elle n’avait d’autre choix dans la vie que de se marier à un noble seigneur et de lui faire des enfants. Ainsi, quand ce jour arriva, elle prit la nouvelle avec pragmatisme. Elle savait qu'elle était devenue une très belle jeune femme, charismatique, de haut rang, bref, dans son esprit, l’épouse rêvée à ceci près qu’elle possédait dans le lot un caractère bien trempé. Son promis était plus âgé qu’elle, mais agréable à regarder, noble de sang. Elle se mit en tête que Lord Jehan Trant tomberait amoureux d’elle et qu’elle gagnerait en liberté en le comblant d’amour et d’héritiers et qu’ils seraient tous deux très heureux. Mais c’était sans compter sur la personnalité de son époux qu’elle découvrit dès la nuit de noces.

Tout au long de la soirée, c’est à peine s’il lui adressa la parole, préférant s’adresser aux hommes, il ne prit même pas la peine de faire semblant de rire aux quelques traits d’humour qu’elle tenta pour briser la glace. Après l’humiliation du coucher, il posa un regard glacial sur la « marchandise » et se contenta de faire son devoir. Diane pleura en silence jusqu’à ce que le sommeil ait raison d’elle.

Elle quitta le château de Saraze siège ancestrale des Herston, et sa famille dès le lendemain, bien décidée à gagner le cœur de son époux, mais malgré ses efforts, il ne changea rien de son attitude envers elle. Jehan la traitait avec décence, ne la trompait pas à priori, mais il refusait de lui entrouvrir son cœur, même de la regarder comme une femme et non comme un ventre. Il semblait hermétique à ses charmes et la brune eut beau déployer toute son ardeur à essayer de comprendre, de savoir s’il en aimait une autre ou n’importe quoi qui aurait pu l’empêcher de l’aimer, elle ne sut jamais ce qui rendait toute tendresse être eux impossible.

Au bout d’un an de cette relation à sens unique, elle tomba enceinte et Jehan parut se dérider un peu, mais elle perdit l’enfant et le retour à la réalité n’en fut que plus brutal et plus douloureux. Il multipliait les tentatives d’engendrer un héritier, mais sa façon de faire, glaciale, et le peu de cas qu’il faisait d’elle rendait la chose de plus en plus difficile pour Diane qui dépérissait à vue d’œil.

L’aïeule

Quelques temps après, sa grand-mère mourut des suites d’une longue maladie, elle retourna à Saraze pour les funérailles et fut ravie de retrouver sa véritable famille, même dans le deuil elle était toujours plus heureuse ici parmi les siens qu’à Grigibets. Elle veilla sa grand-mère et en la voyant là, si paisible, elle se rendit compte qu’elle lui ressemblait bien plus qu’elle n’aurait voulu, elle se soumettait peu à peu pour se faire aimer d’un homme qui ne voyait en elle que le rang de naissance et l’alliance contractée. Elle se rappela de la promesse qu’elle s’était faite petite et réfléchit à une échappatoire qui ne nuirait pas à sa Maison. N’en trouvant aucune, elle décida de cesser de se soumettre et de lui faire payer le prix fort pour son mépris. Elle ne pouvait décemment pas le quitter, moins encore le tromper, alors elle ne lui donnerait pas d’héritier et il mourrait sans un fils pour prendre sa succession…

Au cours des années qui suivirent, elle se résigna donc, Jehan Trant ne l’aimerait jamais, il ne serait jamais un époux bienveillant envers elle, alors inutile de faire des efforts pour changer les choses. Elle ne devait plus chercher son bonheur dans ce mariage. Elle faisait son devoir de maitresse de la Maison Trant et d’épouse, mais ils ne se parlaient quasiment pas et elle ne fit plus rien pour l’attendrir, laissant pleinement s’exprimer son caractère orageux.

Mais, comme si les malheurs qui s’abattaient sur elle ne suffisaient pas, des rumeurs horrifiantes sur son compte commencèrent à venir à ses oreilles. Elle empoisonnait ses enfants dans son ventre pour punir son époux. Ne le méritait-il donc pas ? Certainement, mais elle ne pouvait pas se permettre de laisser le doute s’insinuer. Hors d’elle, elle chercha les coupables et les menaça de les torturer jusqu’à ce que mort s’en suive s’ils continuaient, ce qui ne fit que renforcer les rumeurs, surtout quand l’assistant du Mestre fut retrouvé mort. Elle fut accusée du meurtre et demanda à son époux de faire cesser ses balivernes, de laver son honneur, mais il lui rit au nez, l’humiliant une fois de plus et lui avouant que c’était lui qui avait tué le jeune homme. Elle sut alors qu’il savait tout, car c’était l’assistant du Mestre qui lui fournissait son abortif. Il la menaça de la répudier, sentant le vent tourner. Elle tenta tant bien que mal de réparer les pots cassés et lui promit de tout mettre en œuvre pour lui pondre un héritier. De toute façon, sans l’assistant du Mestre, plus d’abortif, elle devait donc se résigner, mais elle avait appris avec lui quelques notions d’herboristerie.

Après une violente dispute où elle lui apprit ce que « une Herston énervée » signifie, elle commença à réunir les ingrédients nécessaires à la fabrication d’un puissant poison. Si elle consentait à lui donner un héritier, elle lui refusait le droit de le voir, de l’élever, d’éventuellement la répudier par la suite mais finalement, elle se ravisa, elle n’était pas une tueuse, elle ne souhaitait pas être emprisonnée et il lui manquait quelques ingrédients presque introuvables. Elle se résigna donc une nouvelle fois à tout faire pour lui donner un héritier…

La mère

__ Naaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! »

Le hurlement de Lady Diane Trant Herston retentit à travers tout le château et fit accourir quelques servantes qui la trouvèrent en larmes, grognant et gémissant de désespoir, à genoux dans son lit, les mains devant son visage, tous deux pleins de sang. Les draps aussi étaient écarlates, sa chemise de nuit…

__Ma Dame… »
__ Laissez-moi ! » grogna-t-elle.
__ Mais… »
__ Sortez ! » Brama-t-elle en dardant son regard azur sur la pauvre servante qui voulait l’aider.

La femme de chambre ne demanda pas son reste et quitta la chambre, terrifiée, avant d’aller querir le Mestre. Diane ressemblait à un animal sauvage à qui on aurait volé sa proie, la tête rentrée dans les épaules, les poings posés sur le lit, prête à bondir mais son regard seul aurait suffi à vous glacer le sang. Ce regard vous transperçait aussi surement que la meilleure des lames. Ses cheveux défaits, tout ce sang, ses grognements lui donnaient l’air d’une folle, une furie. Il n’y avait ni rêve ni cauchemar, ni réalité, plus rien que le néant qui envahissait son ventre. Une sixième fausse couche. Était-elle donc maudite ? Incapable de porter le moindre enfant et de le mettre au monde, incapable de donner un héritier à son époux. INCAPABLE ! INCAPABLE ! Ses mots résonnaient dans sa tête, martelaient son crâne comme le maillet sur le gong, comme l’épée sur le bouclier, dans un bruit assourdissant qui lui faisait perdre toute mesure.

Elle avait eu l’occasion de sentir certains des enfants qu’elle avait portés, la joie d’accueillir en son sein cette vie nouvelle mais chaque fois, tôt ou tard, le malheur s’abattait sur elle. Tous, elle les avait aimés de tout son cœur, dès qu’elle avait su qu’elle était enceinte mais chaque fois cet amour lui était enlevé, son cœur arraché, son âme meurtrie. Une fois, deux fois… six fois. Un coup de poignard à chaque enfant qu’elle avait perdu, son cœur et son âme étaient en piteux états.

Le Mestre la trouva à genoux sur le lit, toujours, c'était un nouveau mestre l'ancien était décéder. Elle avait pris le drap plein de sang dans ses bras et le serrait fort contre sa poitrine, comme s’il s’agissait d’un petit bébé quelle devait protéger. Elle se balançait d’avant en arrière, comme pour le bercer. Elle leva sur lui des yeux hagards, emplis de larmes. Il demanda s’il pouvait l’examiner. Elle se mit en position en sanglotant, mais quand il voulut lui prendre le drap des mains, elle le serra encore plus fort et lui lança un regard sauvage. Il n’insista pas. Il l’examina, hocha la tête et sorti.

Une semaine passa sans que personne ne puisse voir Diane. Elle n’aurait pas lâché le drap ni laissé quiconque changer le lit si on ne l’y avait forcée sur ordre de Lord Jehan. Elle avait hurlé et pleuré toutes les larmes de son corps, griffant, mordant et frappant tant et si bien qu’il avait fallu trois hommes pour la tenir et un autre pour lui arracher le drap. Suite à cela, elle se terra dans sa chambre et refusait toute visite. Elle ne mangeait presque rien, restait dans le noir à ruminer de sombres pensées et à laisser grandir le ressentiment envers son époux pour cet ultime geste d’irrespect et de violence.

Elle pleura tout ce qu’elle pouvait et qu’elle sortit enfin de sa léthargie, et de sa chambre, le Mestre lui annonça la terrible nouvelle : si elle faisait une nouvelle fausse couche, elle risquait fort de mourir. Elle le regarda d’un air absent et s’en retourna s’enfermer dans sa chambre pour une lune entière.

Elle ne serait donc jamais mère ? Quelle femme pouvait-elle donc devenir si malgré son nom et son rang, elle ne savait pas enfanter ? Qui pourrait vouloir d’elle et de ce ventre stérile, froid, inerte. A quoi bon vivre alors ? Autant mourir en essayant encore une fois de mettre un héritier au monde, non ? Pour lui ? Pour cet homme qui ne l’aimait pas ?

Non. Il ne méritait pas un tel sacrifice. Qu’avait-il sacrifié lui ? Il n’avait même pas risqué de tomber amoureux d’elle. Elle ne risquerait pas sa vie pour lui offrir un enfant, elle ne lui ferait pas ce cadeau. Sa punition, pour ses années où elle avait refusé de donner la vie, sa punition de ne pouvoir enfanter serait aussi celle de Jehan. D’ailleurs, malgré la grande souffrance que cela engendrait, n’était-ce pas ainsi depuis le début ?

L'Étranger

Désormais devenue inutile pour Lord Jehan, la répudiation lui pendait au nez, enfin elle avait peur que cela arrive, elle perdrait tout, son honneur, une chance de retrouver un autre mari, et avec ça, la honte et le déshonneur pour elle et la Maison Herston. Elle n’avait plus le choix, il en allait de son avenir, mais aussi de celui de ça famille. Seulement tuer un homme dans la fleur de l’âge et avec qui on a partagé près de huit années de sa vie n’est pas aussi aisé que de tuer un embryon. Elle fabriqua donc en hâte le poison dont elle avait réuni les ingrédients quelques temps auparavant. Enfin elle décida de prendre l'ancien plan de son précédent poison, mais elle fit probablement une erreur, résultat, le poison ne tua pas Lord Jehan sur le coup mais le rendit terriblement malade. Une longue agonie s’en suivi, faites de nuits agités, de terribles douleurs et de cris terrifiants qui la réveillaient en pleine nuit et la hanteraient toute sa vie. Durant plusieurs mois, elle dut jouer les gardes malade auprès de son époux et prendre soin de lui du mieux qu’elle pouvait, tant pour éviter d’éveiller les soupçons que parce qu’elle s’en voulait terriblement d’avoir été contrainte d’en arriver là. Elle supporta donc les conséquences terribles de son erreur et de son plus grand pêcher sans besoin de feindre ses larmes et son chagrin.

Une fois Jehan trépassé, elle ne voyait pas l’intérêt de rester à Grisgibets, elle n’y avait aucun ami, ils n’étaient pas sa famille et ne l’avaient jamais été, aucun pouvoir non plus. De plus elle ne supportait plus la vue de sa chambre, de la forteresse, de ses murs qui avaient vus son chagrin, sa déception, son amertume, sa rancœur et enfin son meurtre. Elle retourna donc à Saraze malgré les conséquences et reprit son nom de naissance, faisant tout pour oublier ses années de malheur loin de chez elle et surtout les cris stridents de son époux à l’agonie, sans hélas y parvenir. Alors quand elle entend, encore aujourd’hui, un homme chuchoter dans son dos, elle se dit cyniquement : « s’ils savaient… »

La culpabilité la rongeait pourtant depuis ce jour, et elle regrettait, après tout ce temps, de ne pas avoir cherché à s’épanouir d’avantage dans la maternité. Si son mariage était raté, peut-être aurait-elle pu réussir cela au moins, faire des enfants et les aimer plus que tout au monde, comme toutes les mères de famille, comme une biche protège son faon au péril de sa vie. Mais son sale caractère lui avait joué un mauvais tour cette fois et elle regrettait amèrement de ne pas avoir d’enfant, reportant alors toute son affection sur ses neveux et espérant bientôt pouvoir pouponner leurs propres enfants.

Le Ferrant

Dès lors, elle œuvra de toutes ses forces pour la Maison Herston, pour faire honneur à son frère, le lord régnant de la maison Herston, qui la soutenait malgré tout et qui l’avait toujours traitée avec justice malgré son sexe. Bien sûr il ne se doutait pas de ce qu’elle avait été contrainte de faire. Mais si aux heures les plus sombres de sa vie, elle avait pensé à la mort comme échappatoire à sa souffrance, mais elle avait décidé de vivre. Vivre pour elle, mais surtout vivre pour sa famille. Pour qu’à travers elle perdure la mémoire et les ambitions de Vasgard Herston, des ambitions pour les Terres de l’Orage et pour ses descendants, une ambition pour la Maison Herston.

Néanmoins, si elle retrouva à Saraze sa famille, l’amour et la chaleur qui lui avait tant manqué, Elle y trouva aussi une belle sœur un peu trop puissante à son gout, ayant prise sur son frère et sur ses enfants et ainsi commença un conflit d'égos entre sa belle-soeur Kyra et elle. A l’époque de son arrivée, elle la considérait déjà comme une étrangère qui n’aurait jamais vraiment sa place parmi les Herston, mais elle était alors trop jeune pour s’opposer à elle. Désormais, Kyra régnait en matriarche sur sa Maisonnée et Diane ne voyait pas d’un bon œil que cette dernière soit si bien intégrée. Tout le monde semblant oublier qu’elle n’était pas une douce femme comme elle prétendais l'être, mais une garce qui cache son jeu ! Cependant, elle dut se rendre à l’évidence malgré sa méfiance, c’était une bonne mère et une bonne épouse, aussi, elle tenta de faire la part des choses. Il lui fallait néanmoins reprendre sa place, tout en laissant Kyra gardé celle d’épouse.

Les années passèrent et l’ambassadrice de Saraze voyagea beaucoup pour faire valoir sa maison à travers sa présence aux évènements importants et à travers quelques négociations rondement menées. Puis, deux de ses neveux se marièrent. Voulant à tout prix leur éviter un sort identique à celui de son époux, elle mit tout en œuvre pour que leurs jeunes épouses trouvent leur place à Saraze et ne connaissent pas les écueils qu’elle avait dû traverser. Heureusement aucun des deux ne sont comparables à Jehan, et d’ailleurs Lady Rohanna et Allya leurs épouses ne sont pas non plus comme elle.

La conseillère

Autrefois esclave de son mari, Diane a su se relever et prouver à sa famille qu'elle était digne de diriger Saraze. Enfin, c'était sans compter sur son frère qui pris place sur le trône familiale depuis la mort de leurs père, Diane a une place importante dans la politique de Saraze. Elle devait étendre son pouvoir et trouver des alliées qui pourrons soutenir ça famille. Elle devait se re-marier, mais qui épouser ? T-elle est la question, l'avenir nous le dira.

© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 18:25

J'ai mis en gras ce qui pouvait coincer en français. Après je ne suis pas un grammar nazi, loin de là C'est souvent des phrases un peu trop longue qui pourraient se finir par un point au lieu d'une virgule.

Diane eut une enfance somme toute heureuse, elle reçut une éducation digne de son rang et était fort bonne élève malgré ses écarts de conduite. En effet, assidue avec le Mestre, elle aimait apprendre. Elle se rendit vite compte qu’en tant que fille, elle était reléguée à un rôle de second rang. Elle prit donc un malin plaisir à sortir des sentiers battus pour explorer des voies plus téméraires.


De sa mère, elle apprit l’art de tenir une maison, l’art de paraître et apparaître, l’art de faire semblant. Elle mit du temps à retenir sa leçon.


quelques bonnes baffes fusèrent de-ci de-là, moi, mon frère et ma soeur étaient là. Ici c'est un peu bizarre parce que tu parles à la troisième personne tout du long et tu met "moi" qui passe à la première personne (La politesse veut que quand on fait une énumération du genre, on mette le "moi" en dernier). Je pense que tu devrais juste mettre "Diane, son frère et sa sœur" comment ça ça ne change pas la conjugaison de "étaient" que tu avais mise de base dans ta phrase originelle.


Après la partie langue, passons au récit en lui même

Dans cette partie de texte, je pense que tu pourrais citer la façon dont son morts le papa et la maman. Il ne faut pas forcément écrire quelque chose de long mais ça peut renforcer un peu le récit et le personnage.

Diane a écrit:
si on la pousse à bout, d’entrer dans une fureur digne de la devise de sa maison

Tu as déjà réfléchis à la devise de ta maison ? Je pense que selon ton choix de devise, il y a sans doute moyen de reprendre cette partie en l'adaptant


Pour le nom de famille, tu peux très bien reprendre celui des Herston comme tu retournes vivre dans ta famille d'origine



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 18:43

Voilà, j'ai modifié les parties, j'ai rajoute la devise de la famille et une petite phrase donnent la raison de la mort des membres de sa famille
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 18:52

Ça me semble bien

Juste un détail, je ne pense pas que ce soit le Lord qui choisit la devise de la famille. C'est une devise qui est choisie, je suppose à la fondation de la maison. Généralement les devises sont employés depuis des générations et générations

Et t'as corrigé colère noire par couleur noire. Les correcteurs nous donnent jamais les mots qu'on veut



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 19:19

Voilà j'ai modifiée tout ça, j'ai rajouter du coup la seconde partie que j'avais totalement oubliée de mettre dans l'histoire quand je l'ai poster
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 19:24

Cette deuxième partie est très bien :3

Bon choix de maison pour les Trant. Par contre si tu es mariée, tu dois prendre le nom de ton époux



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 19:31

Merci Smile

Elle est mariée mais son marie et mort, du coup en pseudonyme je mais "Diane Herston Trant" ? J'ai rajouter la troisième partie du coup
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 19:56

Je suis pas sûr, je vais toujours demander à un admin pour le nom

"de laver son honneur, mais il lui rit au nez, l’humiliant une fois de plus et lui avant que c’était lui"

Je suppose que c'était "avouant"

Sinon il y a toujours des phrases qui pourraient se terminer par un point au lieu d'une virgule.

Sinon de mémoire je ne pense pas que les Mestres ont des assistants (c'est peut-être le cas mais je n'ai pas souvenir). Généralement ils travaillent seuls et dans des rares cas, quand ils sont trop vieux, le Seigneur peut demander à ce qu'un mestre plus jeune puisse être envoyé pour seconder le premier.

"Après une violente dispute où elle lui apprit ce que « fureur » signifie"

"Une Herston énervée" comme ça ça colle avec ta devise ?

Pour le poison, je ne pense pas qu'il y ait besoin d'ingrédients. Il existe des poisons assez efficaces qui existent mais ça peut coûter cher au niveau de l'argent ce qui peut expliquer que tu n'ais pas forcement pût t'en procurer et que ça t'as fais renoncer à ton plan et/ou simplement que tu avais peur que ce soit détecté et qu'on arrive à penser qu'il ait été empoisonné.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 20:25

Voilà j'ai modifiée tout ça, j'ai laisser du coup la partie sur l’assistant du mestre en attendent

J'ai rajouter une nouvelle partie du coup
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 20:37

Ça me paraît bien. Peut-être préciser que c'est un nouveau mestre vu que l'ancien est mort :o ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 20:44

Voilà j'ai rajouter cela

J'ai rajouter la suite du coup -désolé de t'embêter il reste 2 chapitres-
Revenir en haut Aller en bas
Val
avatar
Val
Valar Dohaeris

Ft : James Franco
Multi-Compte : Owen Tyssier & Ulwyck Uller
Messages : 2756
Date d'inscription : 28/02/2015

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 21:12

C'est bien. Juste deux petits points. Peut-être préciser qu'elle a décider de reprendre son précédent plan d'empoissonnement.

Pour le second, je dirais que je ne suis pas tout à fait sûr que la répudiation passe. Il faut présenter ça comme une peur que cela arrive, qu'il arrive à lui faire croire que ça va arriver parce que dans l'univers casser un mariage s'avère assez difficile en réalité.

Tu m'embêtes pas



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   Sam 27 Mai - 21:30

Voilà ses terminer, j'ai rajouter les deux dernières parties, j'ai modifiée ce que tu m'a dit de modifiée
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Parrainage Elbert & Diane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parrainage Elbert & Diane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère
» association de parrainage
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» Hurricane ◮ diane kruger
» Hurricane ◮ diane kruger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Autres-
Sauter vers: