RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ça y est ! Le premier lot de la 2e version des enchères a été mis en jeu
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans les Îles de Fer, l'Orage et le Val ! Points à la clé !

Partagez | 
 

 Au Royaume des tout petits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris
Ft : Luke Pasqualino
Multi-Compte : Elbert Arryn & Owen Tyssier
Messages : 858
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Au Royaume des tout petits   Jeu 25 Mai - 18:15

Au royaume des tout-petits

An 285 - La Gracedieu



Boadicée & Daemon Sand & Ulwyck Uller

Ulwyck avait passé la matinée à s'entraîner au maniement des armes. C'était une chose dans laquelle il excellait. Il était convaincu de pouvoir battre certains adultes moins doué malgré le fait que sa croissance était loin d'être terminé. Il adorait se battre. Aussi loin qu'il sen souvienne, même ses jeux d'enfants se déroulaient avec une épée à la main. C'était quelque chose qu'il avait dans le sang. Un trait de sa personnalité et de son physique qu'il ne pourrait jamais renié. D'après ce qu'il avait entendu, il était un élève prometteur mais bien trop impulsif. Il s'en moquait. Il agissait comme son instinct lui dictait et c'était tout. Ce sens le trompait rarement. Il disposait maintenant d'un temps libre et il était bien heureux de ne pas recevoir une leçon du mestre aujourd'hui. Ses enseignements étaient aussi barbants que les conversations politiques qu'il surprenait de temps à autre malgré lui et qui ne l'intéressait guère. Il ferait un mauvais espion pour ce genre d'informations car elle l'ennuyait au plus haut point. Elles entraient par une oreille et ressortait par l'autre aussi vite qu'une catin se faisait troussé.

Il allait pouvoir profiter de ce temps pour faire les quatre-cent coups avec Daemon Sand, le bâtard de Ser Ryon, l'homme dont il était l'écuyer. Il aimait bien passer du temps avec son rejeton conçu hors mariage. D'une part parce qu'il disposait tout deux de points communs de caractère et d'autres parts parce qu'il se révélait bon combattant. Puis cela lui faisait du bien de passer du temps avec quelqu'un de son âge. Lord Ryon n'était pas souvent amusant ni rigolo. Avec Daemon, il savait qu'il allait s'amuser ! Et en matière d'amusement le Uller en connaissait un rayon. Il n'y avait pas foule de gens de son âge au château. Il y avait bien les enfants des gens de la Gracedieu ou encore la bâtarde du maître d'arme qu'il n'avait encore jamais croisé. Il se l'était représentée physiquement grande, féroce  et poilue comme il s'imaginait les femmes là bas. Il espérait ne pas être déçu. Si c'était une géante, il pourrait l'affronter avec Daemon et si elle était stupide, il pourrait sans aucun doute s'en moquer impunément s'il en ressentait le besoin. Son programme était donc clair !

Le plus dur était de mettre la main sur Daemon. Ce n'était pas chose aisée ! Ne brillant pas trop par l'esprit et ne sachant pas par où commencer à chercher, le jeune homme se mit en marche dans les couloirs du château, se laissant guider par son instinct et le rythme de ses pas. Il finirait bien par tomber sur le bâtard. Dans le pire des cas, il interrogerait une servante ou le mestre rasoir qui lui fournirait éventuellement l'information. Personne ne lui disait ce qu'il avait à faire de toute façon ! Il parlait à ces gens là uniquement quand il en avait besoin ! Le Uller marchait d'un pas conquérant dans les couloirs du château à la recherche du bâtard perdu ! Allait-il arriver à le trouver ou Daemon le trouverait-il le premier ?

© DRACARYS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Bâtard de la Grâcedieu
avatar
Le Bâtard de la Grâcedieu
Valar Dohaeris

Ft : Gaspard Ulliel
Multi-Compte : Elia Sand
Messages : 1360
Date d'inscription : 24/08/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Jeu 25 Mai - 19:36

Au royaume des tout petits

An 285



Boadicee&Daemon&Ulwyck





        La mine fermée, les lèvres pincées par la réfléxion, les épaules droites, le port altier, tout dans son attitude tentait de retranscrire les bribes de l'attitude studieuse qu'il avait du revêtir toute la matinée durant, et qui n'était ébranlée de son impatience juvénile qu'en ses jambes qui s'agitaient pensivement dans le vide dans lequel son tabouret trop haut les suspendait. Un claquement de langue qu'il perçut par dessus son épaule, quelque part derrière lui, resonna soudain contre les murs. Il s'immobilisa à nouveau. Ses cheveux sombres avaient été lissés en arrière avec de l'huile, plaqué sur son crâne jusqu'à ce que la moindre mèche en fut disciplinée. Son vêtement était impeccablement mis, des pans de sa longue veste aile-de-corbeau qu'il avait veillé à ne pas froisser en s'asseyant jusqu'à son col fermé jusqu'au dernier bouton d'argent noirci.  Le visage à peine halé du Sand était penché sur un pupitre aux allures d'autel et sur lequel était sobrement ouvert un livre dont ses yeux parcouraient les pages d'un air concentré. Le silence pesant et léger à la fois n'était dérangé que par le rythme régulier des pages qu'il tournait. Ses doigts saisissaient le parchemin affiné par le temps et l'usage avec plus de délicatesse que s'il s'était emparé d'un papillon. Sur son dos bien droit pesait l'ombre d'un regard intransigeant. Bien qu'appréciant l'application de son petit-fils, Lady Delonne surveillait ses études, épanouissant l'aura autoritaire de sa silhouette fine enveloppée de lin noir dans la pièce sans paraitre s'en apercevoir, pareille à une statue immuable. Elle ne pouvait voir le sourire fin qui étirait les lèvres du bâtard.  Il connaissait les mots étalés devant lui. L'Etoile à Sept Branches ne contenait plus aucun secrets pour lui. Aussi, son esprit, déterminé et vagabond tout à la fois, se répétait inlassablement: Bientôt, bientôt.

Et Bientôt arriva. Enfin. Après cinq heures d'étude interminables, la voix de sa Grand-mère creva finalement le mutisme ambiant. D'une voix sèche, elle le libéra de ses obligations pour la journée. D'un baiser tout aussi sec déposé sur sa joue crispée d'un sourire naissant, elle prit congé de lui avant de s'éloigner d'un pas raide.
Plongeant dans les couloirs à l'opposé de la direction que prenait la maitresse des lieux, l'enfant ne tarda pas à accelerer le pas tandis que ses yeux cherchaient avidement le garçon à la peau de cuivre qui avait élu domicile au sein de la Grâcedieu depuis peu.  Le rythme pressé de ses semelles sur les dalles ne manqua pas d'attirer quelques regards. Tout était toujours si calme entre ces murs. Plus monacale encore qu'un refuge de Septons austères et dont la seule volonté aurait été de se couper du monde.  Daemon adorait ce silence paisible. Et s'il avait fait reproche du bruit qu'entrainaient imanquablement les entrainements du nouvel éucyer de son père, il ne pouvait nier cependant l'attrait irrésistible du vent de liberté que le Uller avait apporté avec lui au coeur de la forteresse blanche.

"Ulwyck!"appela-t-il d'une voix claire lorsqu'il l'aperçut, au détour d'un couloir. L'autre semblait ne pas l'avoir aperçu. Daemon avala la distance qui les séparait d'un pas serein."Viens, j'ai envie de monter à cheval." Tandis qu'il s'avançait vers la cour, Il avisai d'un regard bleu ourlé de cils sombre la mise poussérieuse de son ami, et ne put s'empécher d'épousseter l'épaule de ce dernier. "Qu'est ce que mon père t'a enseigné ce matin?"Souffla-t-il avec une légère envie dans la voix. L'Héritier ne s'était jamais chargé de lui enseigner quoi que ce fut sur l'art de manier les armes, et il devait tout ce qu'il savait au maître d'arme de la si religieuse forteresse.



© DRACARYS



+no foe may pass+
"Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark
Messages : 427
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Jeu 25 Mai - 21:09

Je lisais lentement et avec attention le texte que j'avais devant les yeux. Le mester devant moi travaillait aussi je le savais, je l'entendais tourner les pages. Voilà un an que j'avais quitté le Nord et que je vivais avec mon père. Et un an j'avais du apprendre à lire, écrire, compter et des pans entiers d'histoire et de géopolitique ainsi que de religion. Mon père espérant sans doute que j'arrête de croire en mes dieux du Nord. Je me pliais donc à sa volonté pour lire le livre des Sept … Mais je n'arrivais pas à comprendre cette religion. Ce n'était pas ma faute, j'essayais, mais mes prières allaient toujours aux Anciens Dieux. C'était comme ça mais je préférais tenir ma langue face à mon père. Pour l'instant j'étais occupée à lire et à comprendre la rébellions de Dorne il y a des années.  Je me déplaçais légèrement pour avoir la lumière du soleil sur ma page, j'avais mal aux yeux sinon. Et aux fesse, cela faisait cinq heures que je n'avais pas bougé, ou presque. Le mester claqua dans ses mains me faisant sursauter. Il me sourit et me dit que je pouvais y aller. Je le remerciais avant de sortir de la bibliothèque. Je clignais des yeux en m'étirant.

D'après ce que j'avais entendu Daemon était là ! Ainsi que Lord Ryon et son écuyer … Ulwyck ? IL me semblait que c'était ce que j'avais entendu comme nom, étaient là. J'avais vu une ou deux fois Daemon et on s'était plutôt bien entendu quand à Ulwyck … À voir ! Mais il fallait que je les trouve. Je me mis à trottiner dans les couloirs à leur recherche demandant parfois aux serviteurs dont l'un finit par m'indiquer où était les deux jeunes hommes. Ils étaient entrain de discuter dans un couloir. Daemon était tout de noir et Ulwyck en bleu. J'étais en habits couleurs sable. Ils me tournaient le dos. Je souris. Je passais la tête par le coin du couloir. Je poussais un petit sifflement suivis d'un « Hey ! » et de leur tirer la langue joueuse.

Je m'élançais aussitôt en courant dans les couloirs m'assurant que les deux garçons me suivent. Du haut de mes sept ans et de ma petite taille je courrais assez vite, après tout … J'avais passé pas mal de temps à fuir les autres enfants à Fort Terreur. Je n'aimais pas particulièrement me faire frapper sans raison. Je vis des escaliers apparaître devant moi. Je bondis aussitôt pour atterrir sur mes pieds au bas des marches. Je fis signes aux garçons avant de reprendre ma course. J'esquivais les serviteurs, m'arrêtant parfois pour faire signe aux garçons. Les pans de ma tuniques flottaient derrière moi et mes sandales frappaient le sol. J'arrivais dans le jardin et je grimpais à toute vitesse sur la première branche d'un arbre. Je n'aimais pas me sentir petite surtout avec les grands Dorniens. Je fis un grand sourire aux jeunes garçons et je me présentais, en particulier pour Ulwyck, avec un grand sourire tout en balançant les pieds dans le vide

« Salut ! Moi c'est Boadicée Sand ! Enchantée ! Comment tu t'appelle ? »

Je souris à Daemon en les regardant toujours en souriant. Je repoussais en arrière mes cheveux qui me tombaient dans le visage dégageant mes yeux vairons. Mon père me les avait fait taillé au niveau des épaules et je ne les attachais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris
Ft : Luke Pasqualino
Multi-Compte : Elbert Arryn & Owen Tyssier
Messages : 858
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Ven 26 Mai - 18:05

Au royaume des tout-petits

An 285 - La Gracedieu



Boadicée & Daemon Sand & Ulwyck Uller

Ce ne fut pas lui qui trouva Daemon mais plutôt l'inverse. Peu importait la façon. Ce qui comptait réellement c'était le résultat. Le bâtard avait envie de monter à cheval et cette idée n'était pas pour déplaire au Uller. Ils allaient probablement sortir de la Gracedieu pour une ballade épique dont eux seuls possédaient le secret. Le fils de Ser Ryon lui demanda ce que son père lui avait apprit aujourd'hui et il s'empressa de répondre avec son entrain habituel qui le caractérisait tant.

«Des parades principalement. Rien de particulièrement excitant ! Et toi tu as fais quoi de ta matinée ?»

Ils allaient commencer à se vanter quand une furie déboula dans le couloir et les interpella. C'était une gamine rousse dont la tête ne lui revenait pas et elle se présenta comme Boadicée Sand. Il devait s'agir de la bâtarde du maître d'arme qu'il n'avait encore jamais vu. Il fut vraiment déçu. Elle n'avait rien d'une géante ni d'une combattante. Elle avait l'air cruche. Au moins sur ce point, il ne semblait pas s'être trompé. Si lui ne devait pas la connaître, elle devait savoir qui il était. C'était un Uller et pas n'importe lequel ! Il était Ulwyck !


«Je suis Ulwyck de la maison Uller ! Tu devrais le savoir ! C'est toi qui vient du Nord ?»

Ulwyck se moquait bien de la rouquine ! Daemon avait parlé de faire de l'équitation et il n'avait plus que cela en tête à présent. Il espérait juste que la bâtarde ne les accompagnerait pas. Elle avait l'air d'une vraie potiche et il était convaincu qu'elle ne savait même pas comment se hisser sur une selle. Le Uller n'avait pas de temps à perdre ! Il avait envie de s'amuser ! Puis les filles étaient toujours douillettes. Toujours à crier, à s'émerveiller ou pleurer pour un rien. Ils n'allaient pas s'encombrer de sa présence.

«Je n'ai pas que ça à faire que de faire la causette et jouer à « Viens dans mon château ». On y va Daemon ? On va se faire préparer des chevaux ! J'ai bien envie de faire une course contre toi ha ha ha ! »

Fierté, arrogance et confiance en soit. Tel était le petit Ulwyck. Son père lui avait toujours dit à sa façon qu'il était meilleure que les autres. Plus vif, plus rapide, plus fort, plus dangereux et il en était parfaitement convaincu ce qui ne faisait que renforcer ses qualités. Depuis tout petit, il n'en faisait qu'à sa tête et ce n'était pas maintenant qu'il allait arrêter. On ne stoppe pas un Uller, c'est lui qui vous stoppe. Il tira Daemon par la manche en insistant pour qu'il le suive sans accorder un regard à Boa. Parlant même comme si elle n'était pas là.

«Tu la connais bien la rouquine ? On dirait qu'elle a pas l'air fort bien maligne. Enfin moi ce que j'en dis !»

Un sourire malicieux s'afficha sur son visage. Enfant turbulent, le Uller aimait ennuyer les autres et leur prouver ô combien il leur était supérieur. Avec Daemon, il n'avait pas besoin de faire cela étant donné qu'il le considérait presque comme son égal. Et oui, il ne fallait pas non plus poussé la Reine mère dans les orties : personne ne pouvait être l'égal d'Ulwyck à part sa propre personne. Excité comme une puce, le jeune garçon ne tenait plus en place ! Il lui fallait de l'action pour briser la monotonie qui était en train de s'installer et personne n'allait lui gâcher son après-midi avec son meilleur ami ! Foi de Uller !

© DRACARYS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Bâtard de la Grâcedieu
avatar
Le Bâtard de la Grâcedieu
Valar Dohaeris

Ft : Gaspard Ulliel
Multi-Compte : Elia Sand
Messages : 1360
Date d'inscription : 24/08/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Sam 27 Mai - 13:35

Au royaume des tout petits

An 285



Boadicee&Daemon&Ulwyck

Bien qu'ils partagèrent un même toit, les occasions de passer du temps en compagnie du brun étaient rares, mesurées par leurs emplois du temps respectifs lorsqu'elles n'étaient pas bridées par l'encombrante surveillance d'un septon ou d'un mestre. Ses doigts se décollèrent de l'épaule de son ami pour retomber le long  de sa cuisse. Quelque part au dehors, un vol d'hirondelles fusa, envahissant l'air brûlant de leur chant particulier. Son regard s'atarda sur le profil du garçon.

"Moi?" Ses lèvres se pinçèrent en une moue maussade, et ses joues se gonflèrent quelque peu,comme s'il ne souhaitait pas vraiment avouer quel avait été le contenu de sa matiné qui était si terne, à côté d'un entrainement de futur chevalier. "J'ai lu les textes sacrés." Encore ne put-il s'empécher de gronder en son fort intérieur. Puis il enchaina sur un ton pressé par l'espoir: "Mais j'ai vu mon père échanger beaucoup de corbeaux ces derniers temps, je crois..."

Un éclat de voix cristallin lui fit soudain détourner la tête. Boadicée la reconnut-il instantanément dans l'ombre fraiche du couloir. Il lui était difficile de la confondre, et si les yeux bleus du bâtards surprenaient dans ce champs d'hommes et de femmes à la peau cuivrée et aux prunelles d'obsydienne, la tignasse rousse de la nordienne ne souffrait pas qu'on l'oublia si facilement. Son regard s'assombrit instantanément, de cette irritation puérile propre aux garçons de cet âge. Que ne pouvait-elle jouer seule, et éviter de les déranger? S'il n'avait rien contre la bâtarde, elle n'en demeurait pas moins une fille, et une fille n'était que rarement la bienvenue dans ses instants privilégiés et exclusifs que le temps lui accordaient avec son meilleur ami. Lachant un souffle lourd, pinçant les lèvres, il espéra un temps qu'elle déguerpirait. Mais leur route ne sembla pas quitter les pas de la fille du maître d'arme.
Sous les premiers éclats de soleil qui caressaient leurs chevelures désassorties, il entendit Ulwyck lui répondre. La sagesse avec laquelle il s'appliquait à ignorer l'échange ressemblait bien à de l'indifférence. Droit dans ses bottes, le Sand ne bougeait guère plus que nécessaire tout en attendant patiemment qu'ils reprirent enfin le chemin des écuires. Pourtant, alors qu'il soignait sa façade contrariée et tandis qu'il écoutait d'une oreille distraite l'échange entre les deux enfants, son regard se releva par deux fois vers la fillette. Sous ses cils cendrés, une pointe de culpabilité se lovait lentement mais surement. Il avait déjà partagé quelques jeux avec elle, lorsqu'Ulwyck n'était pas encore l'écuyer de son père, lorsqu'elle était la seule à ne pas prendre ombrage du caractère hautain et discipliné du brun, qui faisait si souvent obstacle à l'entousiasme des enfants des domestiques à son encontre.

Lorsque le jeune Uller tira sur sa manche, il le suivit docilement, se laissant entrainer dans les pas de son ami qui semblait déterminé à l'accaparer pour la journée. Se faisant, il jeta un regard par dessus son épaule vers la jeune fillette. D'un discret mouvement du menton il l'invita à les suivre. Comparé à la silhouette sage du Sand, le petit corps robuste et vif du Uller paraissait un jeune chien fou, prêt à saccager ce qui lui tomberait sous la dent. Daemon espérait cependant qu'il ne se vexerait pas lorsque la jeune rousse les aurait rejoint.
"Je l'ai déjà vue plusieurs fois..." Avoua-t-il à demi mot, sans enthousiasme, tout en haussant les épaules. "Oh tu sais, les filles..." Sourit-il finalement en accompagnant ses paroles d'un rire léger.
Une fois arrivés aux écuries, on sella pour eux deux chevaux et lorsque le garçon d'écurie revint vers eux suivit des deux animaux, il ne se questionna pas sur la préparation d'une troisième monture en découvrant aux côtés des deux garnements, la petite fille. On ne gachait pas les pur-sang des écuries seigneuriales pour la fille du maitre d'arme. Tendant les brides aux deux jeune garçons, le palefrenier les prévint.

"Veillez à ne pas trop vous éloigner aujourd'hui. Lady Delonne vous voudra de retour avant la tombée du jour."

Aquiescant vaguement, Daemon enfourcha avec fluidité le puissant bai de son père, àla robe si sombre qu'elle en paraissait presque noire. Les deux animaux qu'on leur avait choisi étaient de jeunes étalons à peine sorti du dressage, forts de leur adolescence et encore épris de la liberté qu'on leur avait doucement arraché. Ils seraient parfaits pour la course effrénée qu'entendaient faire les deux marmots. Faisant volter le grand cheval, le Sand croisa le regard bigarré de Boadicée, et,une fois encore, il sentit son coeur perclus d'un sentiment de culpabilité à laquelle il n'arrivait pas à échapper. "Monte avec moi."Lui proposa-t-il d'un ton qu'il voulu sec dans un soupir qu'il ne chercha pas à dissimuler. Tendant sa main à la fillette, le bâtard n'osa pas confronter immédiatement le regard de son presque frère, qu'il devinait déçu. Mais le fils de Ryon était têtu, et il se sentait saisi d'une bouffée d'orgueil en décidant qu'il soudain qu'il était ici chez lui, et qu'il n'appartenait pas à l'écuyer de son père de décider qui pouvait profiter de son temps. S'il voulait passer l'après midi en sa compagnie, il pourrait souffrir la présence de la nordienne sur la croupe du cheval de son ami.

© DRACARYS



+no foe may pass+
"Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark
Messages : 427
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Sam 27 Mai - 14:06

Je sifflais entre mes dents en entendant le Uller me parler aussi mal. J'avais, pour l'instant, gardé cette habitude pour éviter d'insulter le premier gamin qui me parlait mal lorsque j'étais à Fort Terreur. Mais je relevais le menton restant bien droite dans une attitude fière. Je croisais le regard de Daemon. Peut-être aurait-il voulu rester un peu seul avec son ami ? Aucune idée. Mais un nouveau sifflement m'échappa quand j'entendis le Uller parler comme-ci je n'existais pas. Je répliquais :

« Je sais qu'on considère les Nordiens comme rustres et stupides, mais je vois qu'à Dorne aussi il y en a de beaux exemplaires. »

Ils se détournèrent en parlant d'une course à cheval. Je plissais le nez, prête à prendre une autre route, peut-être aller profiter des jardins, même seule cela ne me dérangeait pas ! Mais Daemon m'invita à les suivre d'un mouvement du menton. Je lui fis un grand sourire et lui suivis sans bruit. Je savais que Daemon n'était pas très apprécié par d'autres enfants d'ici, mais moi je l'adorais, il avait été le premier enfant que je rencontrais à ne pas vouloir me frapper juste parce que je n’avais pas de père. Il était vrai qu'il était dans la même situation que moi et malgré son caractère nous avions déjà partagé plusieurs fois des jeux et j'avais réussis à le faire rire. À notre toute première rencontre, il était aux côtés de sa grand-mère et effrayée par tant de changements je m'étais à moitié cachée derrière mon père quelques instants avant de venir saluer poliment quand il me l'avait demandé. Oui Daemon ne riait pas facilement et était très discipliné, jamais une bêtise ou autre … Mais j'étais revenu le voir plusieurs fois, même simplement pour m'asseoir à ses côtés avec un livre puisque j'avais aussi mes moments de calme.

Ils arrivèrent aux écuries. Je m'approchais de l'étalon alezan de mon père qui me reconnu et pencha la tête vers moi. Je ne pourrais pas le monter, dans tout les cas je ne savais pas monter, et on ne préparait pas de cheval. Pourquoi faire ? J'étais simplement la bâtarde du maître d'arme. J'allais simplement souhaiter une bonne ballade à Daemon et son ami avant de retourner dans les jardins. Je soufflais doucement sur le chanfrein du puissant étalon qui se pencha d'avantage. J'entendis la recommandation du palefrenier à Daemon et je me tournais vers lui pour que les … Mmh … Sept lui apportent la victoire mais il m'ordonna simplement de grimper derrière lui. Je fis un grand sourire et me hissais avec l'aide de Daemon derrière lui avant de passer mes bras à sa taille Avec moi père je chevauchais devant lui, mais malgré ma petite taille je pourrais gêner Daemon. .Je lui soufflais ravie :

« Merci Daemon ! »

Je laissais coule mes jambes autour de la croupe du cheval, il n'avait pas l'habitude d'avoir un poids à cet endroit mais je n'étais pas trop lourde. Je ne gênerais en rien la course. Et puis Daemon venait faire preuve de générosité non ? C’était pas quelque chose qu'aimaient les Sept ? Dans ce cas ils devraient lui accorder la victoire. En tout cas … J’espérais que les Anciens dieux veuillent bien donner des ailes au cheval de Daemon. Je souris à Ulwyck sans rien dire. Je ne serrais pas lai taille de Daemon, je ne voulais pas le gêner, c'était simplement pour éviter de tomber. Contrairement aux garçons je n'avais pas de selle et je sentais le moindre frémissement de muscle du cheval sous mes fesses. J'étais heureuse de pour une fois porter mes sandales et de na pas marcher pieds nus comme souvent. Instinct féminin. J'avais sus que je devrais porter des chaussures. Bon certes ! Ce n'était pas des chaussures fermées mais c'était mieux que rien. J'étais heureuse de pouvoir accompagner Ulwyck et Daemon. Et même si le premier faisait une mauvaise tête c'était Daemon qui m'avait invité. Sinon je ne les aurais pas suivis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris
Ft : Luke Pasqualino
Multi-Compte : Elbert Arryn & Owen Tyssier
Messages : 858
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Sam 27 Mai - 18:12

Au royaume des tout-petits

An 285 - La Gracedieu



Boadicée & Daemon Sand & Ulwyck Uller

Daemon avait passé son temps, sans aucun doute sous la contrainte, à lire des textes sacrés ! L'horreur ! Qu'y avait-il de plus barbant que cela ? Ulwyck n'avait jamais aimé qu'on lui dise comment se comporter et encore moins quand c'était un livre.  Le bâtard se laissa entraîner et lui avoua avoir déjà vu plusieurs fois la rouquine mais il semblait partager son avis à propos des filles. Une perte de temps et une présence encombrante. Voilà ce qu'il comprit de la phrase du fils de Ser Ryon. Ni plus ni moins ! Il ne jugea même pas décent de répondre à la rouquine qui méritait autant de considération qu'un crottin de cheval qui se serait collé sous son pied.  Ils se rendirent donc aux écuries et il fut ravit de voir qu'on leur présenta deux chevaux et non pas trois. Il écouta d'une demi-oreille la mise en garde contre l'éloignement. Il s'en fichait bien. Lady Delonne pouvait bien attendre ! Elle s'accaparait Daemon trop souvent à son goût cette harpie ! Le Uller monta sur son cheval avec l'aisance d'un cavalier habitué. Monter était une discipline agréable et il était pressé d'apprendre à se battre à dos de destrier. Il ne pût que soupirer quand il vit que le bâtard invita la bâtarde à prendre place derrière lui. Elle était folle de les suivre. Elle n'y survivrait pas mais ce n'était pas son problème.

«On va où ? Tu comptes vraiment rester tout près du château pour ne pas contrarier Lady Delonne ?»

Le Uller sur sa monture s'approchait des portes du château. Ils étaient jeunes et de nombreuses personnes les jugeraient sans doute encore trop vert pour s'aventurer en dehors des murs, seuls avec pour seuls protection la rapidité de l'animal mais le Uller s'en fichait éperdument. Il avait une dague sur lui et le premier crétin qui viendrait les ennuyer ce la mangerait dans le crâne, foi de Ulwyck ! Il boudait toujours assit fièrement sur sa monture. Il n'était pas heureux de savoir qu'il faudrait supporter les plaintes geignarde de la bâtard si elle tombait ou se faisait piquer par un insecte ou si le soleil lui brûlait la peau. De toute façon, les gens du Nord était fait pour vivre dans leurs contrées arides et froides et non pas dans la magnifique et somptueuse région qu'était Dorne. Il aurait dût aller trouver le maître d'arme pour qu'il s'occupe de sa fille au lieu de devoir supporter sa présence une minute de plus.

«Tu crois vraiment qu'on pourra faire la course avec un poids en plus sur ton cheval ? Elle risque de tomber. Je parie que c'est une des premières fois qu'elle monte sur une telle monture !»

Les chevaux de Dorne était réputé pour leur vitesse et leur élégance contrairement aux vieilles carnes qui devaient sans doute peupler la région pitoyablement froide d'où provenait la rouquine. Sortant un large foulard de ses vêtements, le Uller le passa autour de sa tête. Le soleil pouvait être très traître à cette heure de la journée, même pour un pur produit dornien. La rouquine allait sans doute pleurer dans moins d'une heure ! D'une voix hautaine, il prit de nouveau la parole.

«T'as déjà visité l'extérieur de la Gracedieu la rouquine ? Tu vas en prendre plein les mirettes et les nasaux ! T'as pas intérêt à lâcher Daemon d'un centimètre. Si tu te perds ici, c'est la mort assurée ha ha ha !»

© DRACARYS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Bâtard de la Grâcedieu
avatar
Le Bâtard de la Grâcedieu
Valar Dohaeris

Ft : Gaspard Ulliel
Multi-Compte : Elia Sand
Messages : 1360
Date d'inscription : 24/08/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 11:34

Au royaume des tout petits

An 285



Boadicee&Daemon&Ulwyck

"Je n'ai pas peur d'elle, je te signale!" répondit-il du tac au tac, visiblement indigné et piqué au vif par la remarque de son ami. "Je peux aller où bon me semble et elle n'aura rien à dire." lui affirma-t-il avec une certitude qui mourrut cependant dans ses yeux dès qu'il eut fini sa phrase. Il le défia du regard. Malgré le trot du cheval, sa langue ne fourchait ni ne tremblait."Et toi, d'abord, mon père sera furieux lorsqu'il apprendra que tu as quitté le chateau. Tu n'as pas peur?"Question rhétorique qui avait plus valeur de défi. Le Sand connaissait bien le Uller pour savoir qu'il n'y avait qu'une seule chose qu'il craignait: de découvrir un jour un double parfait de lui-même, plus flamboyant et intrépide encore que lui ne l'était et qui le détronerait de sa propre estime.

Quittant d'un trot aerien les allées de cyprès qui bordaient la route qui menait à l'entrée principale de la forteresse, ils entrèrent sur un long chemin autrefois dallé mais désormais couvert d'une fine couche sable, et le long duquel l'ombrage des palmiers se mélait à celui des pins parasols. Déjà, le souffle brûlant du désert courrait entre les branches jusqu'à leurs visages. Imitant son ami, il sorti son propre foulard de la poche interieure de sa chokha. Heureusement, le tissus était doublement trop long. Il entreprit nerveusement de le déchirer, coupant les derniers fils de coton rebelles avec ses dents pour tendre ensuite une des deux moitiés à la jeune fille assise derrière lui. "Tiens." son ton était sec, mais il ne pouvait nier que le sourire de la gamine lui avait réchauffé le coeur. Par sa fierté de garçon, il le camouflait parfaitement. Tout en nouant son propre turban autour de son visage, il répondit aux inquiétudes revêches du Uller:"Kahil est fort. Il nous portera tous les deux. Il faudra plus qu'une fille sur la croupe de mon cheval pour m'empécher de te battre!"scanda-t-il fièrement.

Une moue de réflexion tordie sa bouche et un air pensif égara le bleu de ses yeux. Tandis qu'il se perdait dans ses pensées un court instant, ses mains, si petites contre l'encolure de cygne de l'étalon, maintenaient calmement l'animal piaffant sur la route."Je pensais qu'on pourrait aller..." au fleuve aspira son esprit dans un premier temps, par habitude.

Les orphelins l'effrayaient un peu. Mais voir comme leurs courses intrépides aux abords du fleuves émerveillaient et effrayaient les plus jeunes descendants des Rhoynars, cela lui procurait un tel sentiment de gloire et de supériorité enfantine qu'il ne se lassait jamais de leurs mines admiratives. Et lorsque leurs grands pur-sangs soulevaient des jerbes d'eau autour d'eux en poursuivant leur galopades sur la rive du fleuve! Deviner sur lui les prunelles sombres écarquillées de surprise et d'effarement devant le spectacle collait sur son visage un sourire plus épanoui que jamais. Cela doit ressembler à cela, un tournoi, pensait-il alors. Mais aussitôt ce rêve envieux naissait dans sa poitrine que l'austère réalité faisait sombrer sa mine joyeuse dans une profonde tristesse. L'écriture, cela le connaissait bien désormais. L'écriture, la lecture, la ponctuation, l'histoire et le sacré. Oui, tout cela, il le connaissait parfaitement, presque jusqu'à sentir une sensation d'écoeurement lorsqu'on lui demandait de plonger sa plume dans de l'encre- il s'était, dès lors que ce sentiment lui fut apparu, promis de ne jamais écrire à moins qu'il n'en fut foncièrement obligé. Tout cela était bien beau, mais rien de ce qu'on lui avait appris jusqu'à présent ne semblait le menait jusqu'aux lauriers qu'offraient les joutes, les jeux, la lutte et les duels. Etre en passe devenir un excellent cavalier ne suffirait jamais. Cependant, tous ses espoirs reposaient désormais sur ses prières, mais aussi sur les échanges fréquents de corbeaux que son père menaient depuis quelques semaines. Il avait vu l'un des plis dans les mains du mestre. Son coeur se réchauffait à chaque fois qu'il se représentait le cachet de cire formé d'un soleil crevé d'une lance effilée. Lancehélion. Son ami Uller, frère de l'hériter de Denfert, devait plus en savoir que lui sur la question, et il entendait bien tenter de lui tirer les vers du nez. Peut-être même que son père lui avait déjà révélé l'identité du chevalier auquel Daemon serait confié. Dalt, Qorgyle, Noirmont. Les grands noms ne manquaient pas parmi les nobles qui avaient élu plus ou moins domicile à la capitale de la Principauté, et cela remplissait son coeur de fierté.

"Allons dans les ruines."Décida-t-il soudain d'un ton brusque et souriant. "Il y a des fantomes là-bas la nuit."Affirma-t-il en laissant les on-dits et les contes des cuisinières supporter ce qu'il proclamait comme irréfutable. Les ruines étaient à des lieues de la Grâcedieu, et la route pour les rejoindre était  rarement empruntée. Le gout de l'aventure plaisait trop aux deux garçons pour qu'ils y renoncèrent, surtout devant une fille qui, aussi pitoyable pouvait-elle etre aux yeux de son ami, n'en demeurerait pas moins plaisante à impressionner. Voir les ruines sous le couvert de la nuit, l'idée était alléchante, dangereuse. Il y avait des gens qui se croyaient assez importants pour etre attendus indéfiniment et, assurément, ce jour-là, les trois enfants entendaient bien l'être.

Devant eux, la forme noire et disciplinée d'une garnison vêtue du carmin sombre et du noir de la Gracedieu. Des jeunes recrues en pleine formation. La relève, déjà, qui succédait aux pertes de la Grande Guerre. Daemon se souvenait avoir essayé, quelques lunes auparavant, de rejoindre les rangs de ces adolescents mobilisés afin d'enfin recevoir l'instruction martiale à laquelleil aspirait. On l'en avait extrait aussitôt. Ses yeux bleus l'avaient trahi. Remontant le chemin au pas de course, ces derniers semblaient revenir du désert dans lequel le trio infernal comptait se rendre. Faire un détour pour ne pas déranger leur exercice était une option. Mais comme bien souvent avec les deux garçons, cela le resterait.
Après avoir échangé un sourire complice avec son meilleur ami, il referma ses jambes autour des flancs de son destrier. Ce dernier bondit en avant, bousculant au passage le solide étalon de l'écuyer dans un élan provocateur. Instinctivement, il rassembla ses rênes dans sa main droite, pour poser sa gauche sur les bras qui entouraient son torse et ainsi s'assurer que Boadicée ne serait pas éjectée par le bond puissant du grand animal. Il ne fallut qu'une ample foulée souple de ses grandes jambes pour que le bai transforma son trot en un galop fébrile. Les têtes des futurs soldats se relevèrent progressivement vers eux.
"Poussez-vous! Poussez-vous, allez!"leur cria-t-il joyeusement.
Comme des tiges de blés écrasées par le vent, les aspirants soldats s'écartèrent craintivement, d'abord hésitants, puis les fustigeant de colère et d'effroi en se bousculant les uns les autres. Certains trébuchèrent ce faisant, et roulèrent dans la poussière soulevée par le  trépignement de leurs camarades ainsi que par les sabots des chevaux. Mais tous ouvrirent tant bien que mal un passage aux deux furies galopantes. Lorsqu'ils s'éloignèrent dans le grondement sourd des sabots foulant la sécheresse du sol, il entendit à peine l'un des militaires plus aguerris menacer les deux garçons qu'il appela par leurs prénoms de prévenir l'héritier de la Grâcedieu de leur écart de conduite. Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule, Daemon devina sa silhouette noire, devenue petite comme celle d'un oiseau et qui levait dans leur direction un poing rageur.


© DRACARYS



+no foe may pass+
"Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark
Messages : 427
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 12:52

Je tirais d'une main les manches de ma tunique pour couvrir mes mains. Mes vêtements étaient de toute manière toujours plus large ou plus long que ce dont j'avais besoin. Une manière de me protéger du soleil. Tout comme l'obligation de porter en ceinture le foulard. Mon père me connaissait assez, puisqu'il m'avait fait raconter mes années à Fort Terreur, pour connaître mon goût pour l'exploration. Ainsi il m'avait ordonné de toujours avoir un foulard au cas où je voulais sortir. Il ne pouvait avoir toujours un œil sur moi. Mais Daemon me donna la moitié du sien, je me promis de la garder et serrais juste mon bras autour de lui pour le remercier avant d'attacher mon foulard comme j'avais appris. C'était la première chose que j'avais appris à faire sur le bateau, avant même de lire.

Je tournais à peine la tête vers Ulwyck avant de trouver mon équilibre sur la croupe de Kahil qui trottait sans le gêner. Presque collé à Daemon à la selle je m'installais confortablement. Je n'avais pas réellement besoin de voir devant, j'étais heureuse là où j'étais. Ils voulaient aller aux ruines ? Des fantômes ? Peuh !  Daemon voulait-il me faire peur ? Je ne craignais pas les esprits, simplement parce que Fort Terreur était hanté ! Alors ce n’était pas les fantômes de Dorne qui allaient me faire peur. Je poussais un cris de joie quand je sentis le cheval s'élancer au galop ainsi que la main de Daemon sur mon bras. Il avait pensé à moi. D'une petite pression des mains je lui fis comprendre que tout allait bien. Presque collée à lui les jambes pendantes dans le vide j'arrivais à me maintenir sur le dos de l'étalon malgré la bousculade qui avait manqué de me faire glisser. Un rire m'échappa quand je vis qu'on passait au milieu de soldats qui nous insultèrent sûrement en appelant Ulwyck et Daemon à grand cris. Je vis Daemon se retourner pour les regarder mais tournant la tête je vis que l'ami de Daemon prenait légèrement la tête. Je plissais les yeux.

« Fonce Daemon ! »

J'avais envie de voir les ruines de mes propres yeux. Peut-être y trouvait-on des ossements ? Je n'avais pas peur de la vue du sang ni des corps, Lord Bolton en faisait pendre bien souvent dans la cours. Mais je ne savais pas si les deux autres en avaient déjà vu. Je voulais leur montrer que même si j'étais une fille je n'étais pas une pleurnicharde ! Et que je ne tomberais jamais de cheval ! Quand j'avais monté avec mon père, enveloppé dans sa grande cape il ne me tenait pas et chevauchait comme si je n'étais pas là, alors j'avais eu le droit à toute les allures et même à un peu de saut. Mais j'avais le pommeau de la selle pour me retenir. Pas là. Et si je tirais trop je pouvais faire tomber Daemon. Et si je tombais cela ferait trop plaisir à cet idiot d'Ulwyck. Je n'avais que la solution m'accrocher et voir ce qu'il se passerait. Je jetais un regard rapide en arrière avant de rire de bonheur. La Gracedieux était déjà loin ! J'adorais ce sentiment de liberté à dos de cheval même si je ne contrôlais rien. Ce n'était pas grave j'avais confiance en Daemon. Pas du tout en Ulwyck, mais c'était mon ami qui décidait as l'écuyer de Ser Ryon.

Le soleil tapait fort, et les chevaux ne pourraient courir éternellement, pour gagner cette course cela aller se jouer à l'endurance, celui qui arrivait le mieux à communiquer avec son cheval pour le maintenir un peu en arrière avant de le laisser exploser à la fin de la course. C'était l'une de mes première leçon : l'endurance, la qualité la plus importante. Et quand j'avais dis en avoir mon père m'avait fixé en déclarant que ce n'était pas une endurance suffisante. J'avais compris en sentant les premiers rayon du soleil de Dorne sur ma peau. Mais là … Je voulais profiter de Daemon et du cadeau qu'il m'offrait. Autour de nous le désert défilait en dunes de sables floues et en un ciel aussi bleu que cela était possible. Un sourire ornait mes lèvres impossible à défaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris
Ft : Luke Pasqualino
Multi-Compte : Elbert Arryn & Owen Tyssier
Messages : 858
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 19:27

Au royaume des tout-petits

An 285 - La Gracedieu



Boadicée & Daemon Sand & Ulwyck Uller

Ulwyck éclata de rire des suites de la première réplique de Daemon. Il ne jugea même pas bon de répondre. Pour la seconde, il savait quoi dire. Le mestre le répétait assez souvent devant lui pour qu'il l'ait mémorisé.

«Comme dirais le Mestre, la peur c'est quelque chose que l'on enseigne et même cela je n'ai jamais réussi à te l'inculquer Ulwyck ha ha ha ! Si ton père veut me corriger, libre à lui de le faire.»

Le Sand semblait confiant malgré la présence de la rouquine sur son cheval. C'était son problème après tout. Sa victoire ne pourrait en être plus qu'éclatante et il pourrait alors lui administrer l'éternel et clinquant « j'avais raison ». Daemon ne termina jamais sa phrase. Du moins c'est l'impression qu'eut Ulwyck. Le Sand avait l'air perdu dans ses pensées. A quoi bon réfléchir autant. Finalement le mot « ruines » passa les lèvres du bâtard et le jeune garçon sut tout de suite ou se rendre et quelle direction prendre. Ce n'était pas sa destination préférée. Non pas qu'ils craignent les vieilles histoires de bonnes femmes. Juste qu'il n'avait jamais été passionné par les vieilles pierres. S'il y avait quelque chose qu'il appréciait dans l'histoire c'était bien les récits de grandes batailles. Dans ces moments là, le Mestre méritait d'être écouter et Ulwyck ne tarissait jamais de question plus ou moins désuète sur le sujet. Daemon se mit alors à foncer et mit fin à l'avancement du Uller qui n'en démordit pas. Un sourire carnassier naquit sur son visage comme chaque fois que quelque chose l'excitait et il se lança à la suite du Sand. Traverser la garnison ne l'effrayait pas. Que du contraire. Il s'agissait de jeune recrue qu'il affronterait très certainement un jour pour s'entraîner alors autant qu'ils n'oublient jamais son visage si admirable.

«Si vous restez planté là comme des piquets, vous ne gagnerez jamais une bataille ha ha ha !»

Y avait-il quelque chose de plus agréable que de s'amuser avec un ami ? Sûrement pas ! Même la présence de la gamine n'arrivait pas à perturber son excitation et son entrain pour s'élancer à travers la garnison comme une furie. Il suivait Daemon et se rapprochait de plus en plus de lui pendant que les gardes s'écartaient et semblaient se vexer de leur conduite. Qu'ils essayent de s'en prendre à eux et ils goûteraient au courroux d'un Uller. Mieux valait pour eux de ne jamais ressentir cette terrible sentence. Il claqua ses jambes contre la monture et lui donna des coups de rennes pour qu'elle accélère et passe au galop afin de tenter de dépasser le bâtard et la bâtarde. Ses cheveux ondulaient dans le vent et il sentait l'air frais parcourir son visage et s'engouffrer dans ses vêtements. Quelle sensation agréable. Le Uller et sa monture dépassa le jeune couple à cheval et siffla en l'air en rigolant. Il ne pût dire combien de temps ils galopèrent ainsi mais au loin à présent, il apercevait tout doucement la forme des ruines. Ils finiraient tôt ou tard par y arriver. Il ignorait ce que Daemon comptait y faire mais il était certain de bien s'y amuser avec ou sans Boadicée du Nord. Personne n'empêcherait Ulwyck de s'éclater !

© DRACARYS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Bâtard de la Grâcedieu
avatar
Le Bâtard de la Grâcedieu
Valar Dohaeris

Ft : Gaspard Ulliel
Multi-Compte : Elia Sand
Messages : 1360
Date d'inscription : 24/08/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 22:31

Au royaume des tout petits

An 285



Boadicee&Daemon&Ulwyck

Les muscles de l'étalon roulaient sous ses jambes encore minces comme une formidable mécanique, et, régulièrement, il pouvait sentir ses larges côtes vibrer contre ses mollets lorsque le fougueux animal lachait un hénissement strident dans l'air brûlant. Les cris joyeux de Boadicée l'encouragèrent à pousser son destrier à la poursuite du Uller. Mais l'alezan sur lequel l'écuyer de Ryon était juché avait le pied plus sûr que Kahil. Ce dernier avait plus de mal malgré son habileté à trouver son chemin dans les dunes tour à tour rocailleuses et attendries de sable doux et mouvant. Déséquilibré par le poids qui rebondissait sur sa croupe, le poulain semblait chercher ses pas, lorsqu'il ne lançait pas sa tête vers l'arrière comme pour essayer d'apercevoir ce passager suppplémentaire qu'on ne lui avait pas appris à supporter. Son indiscipline naissante contraignit le Sand à reprendre les rênes à deux mains. Le temps qu'il se ressaisisse enfin de l'attention de l'animal, le mal était fait. Il ne réussirait pas à regagner la longueur que leur avait volé le pur-sang d'Ulwyck.
Aussi intrépides que leurs montures étaient fébriles, les deux jeunes cavaliers n'hésitaient pas à coller leurs destriers l'un à l'autre. En galopant ainsi presque au botte à botte avec son ami, et accompagné de la sensation rassurante des bras de la jeune fille autour de son abdomen, Daemon fut saisi d'une joie violente. Il se sentait à sa place. Plus que jamais, il se sentait chez lui. Et il espérait que ces jours heureux en compagnie des deux jeunes gens se poursuivraient sur bien des années encore.  Il avait la certitude que l' excursion qu'ils avaient entrepris serait mémorable.

Lorsque l'ombre des ruines se profila enfin devant eux, après un long galop devenu régulier et placide au fil des heures, le soleil tombait déjà doucement dans le ciel. Une brise légère se leva, soufflant des volutes de sable fin au raz du sol. La mine du bâtard avait bien changé. Finalement, après plusieurs heures de course, le brun avait pris ombrage de l'avance irratrapable de son ami. Maudissant son cheval, gromellant quelque gronde indistincte à l'encontre de Boadicée dans sa barbe, il remonta le turban noir sur son nez, comme pour camoufler sa mine maussade. Il ne pouvait en revanche cacher ses yeux. L'aigue marine de ses prunelles lançaient de véritables éclairs.
"On arrive."cracha-t-il d'une voix étouffée par le tissus de son turban à l'intention de la rouquine. Tirant d'un coup sec sur la bride, il contraignit le bai au trot. Le terrain était plus accidenté aux alentours des pierres oubliées. Plus d'une fois, le sable ici pouvait se faire traitre en masquant des abîmes creusés dans le sol, des serpents, ou  des décombres crevant la terre pour taillader les jambes de leurs chevaux.
Son regard, lorsqu'il eut fini de foudroyer un dernière fois le dos de son presque frère, se releva vers le paysage étrange.

C'était une forteresse aux allures de Palais, et dont les grandes arches ne soulevait plus aucun toit exception faite de quelques endroits où les voutes supportaient encore des morceaux de Dômes. Le squelette de l'antique demeure n'était pourtant plus qu'un amas de colonnes orphelines, de murs effondrés, et de gisants aux visages effacés par le temps.
Poussant son cheval dans ce qui avait dû être le hall principal, son chemin était pavé de l'ombre et de la lumière qui jouaient avec les colonnades qui les flanquaient. Pour peu qu'il y souffla un vent violent, l'endroit était sinistre. Malgré tout, une moue boudeuse trahit sa déception sous le tissus de son foulard. Ce n'est pas si effrayant que je l'avais espéré, se désola-t-il. Ajouté à la susceptibilité qu'avait déterré la récente victoire de son ami, cette déception plongea le bâtard dans un mutisme irritable et fermé.
Cependant, le jeune garçon ignorait parfaitement que les récits de la cuisinière à la peau brune contenaient une part de vérité bien moins négligeable que de simples esprits retenus par les vestiges. La nuit, on y entendait effectivement des bruits. Parfois, certains avaient rapportés y avoir vu une lumière se refleter contre l'une des colonnes. Des plaintes aussi, avaient été murmurées, bien que la plupart de ceux qui en avaient été témoin affirmaient alors que cela ne devait-être que des chiens du désert, ou des fennecs. Ces ruines avaient toujours été là. Personne ne savait qui les avait construites, et on ignorait leur âge comme leur histoire. Tout ce que l'on savait c'était qu'il valait mieux ne pas s'en approcher et que , si l'on était forcé de le faire malgré tout, s'y attarder était la dernière chose à faire.

Spoiler:
 

© DRACARYS



+no foe may pass+
"Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valar Dohaeris
avatar
Valar Dohaeris
Valar Dohaeris

Ft : Trône de fer
Multi-Compte : Le dragon des glaces
Messages : 1475
Date d'inscription : 26/01/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 22:31

Le membre 'Daemon Sand' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100' : 84


Compte MJ,merci de ne pas MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris

Ft : Erin Chambers
Multi-Compte : Abigaëlle Rowan Arya Stark
Messages : 427
Date d'inscription : 11/09/2016

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Dim 28 Mai - 23:17

Je poussais un petit soupire quand je vis que Daemon n'avait pas gagné mais c'était ma faute. Je devais avoir gêné l'étalon de mon ami qui d'ailleurs avait l'air de bouder un peu. Je l'entendis marmonner quelque chose contre moi. Je ne dis rien repoussant un peu en arrière le foulard qui avait glissé un peu sur mon nez tout pâle. Je poussais malgré tout un soupire de soulagement quand les chevaux se glissèrent dans l'ombre des ruines. Je levais la tête pour observer autour de moi. J'étais déçue. Fort Terreur était pour moi même en plein jour avec un beau soleil plus effrayant que ça. Je plissais le nez. Sentant le cheval glissait un peu je détachais mes bras et me laissais glisser par terre. Je refis rapidement mon turban en observant une nouvelle fois autour de moi. Je n'avais qu'une envie de dire que là où je vivais c'était plus effrayant mais je tiens ma langue.

Je tendis cependant l'oreille. Il y aurait peut-être des fantômes plus tard. Mes sandales claquaient sur le sol. Je plissais le nez. Rien de bien extraordinaire pour l'instant. Je levais les yeux vers le ciel orange. C'était beau. Ce lieux avait du être plus que magnifique lorsqu'il était debout. Qu'est ce que cela pouvait être avant d'être une ruine. Frappant dans un cailloux je le vis rebondir et je le quittais des yeux. Un éboulement attira mon attention et je me dirigeais aussitôt vers lui pour me mettre à grimper. La pierre était brûlante et presque tranchante. Mais à part ça l'escalade était facile. Tout en haut je me redressais pour observer le plus loin possible.

Un mouvement attira mon attention. Comme des formes humaines. Je descendis un peu. Oui il y avait bien des gens mais j'ignorais qui ils étaient. Instinctivement je m'accroupis pour éviter d'être vue. Même si au vu de la distance je doutais qu'on puisse voir une gamine de mon genre. Je fixais les silhouettes qui disparurent comme englouti dans le sol. Je me redressais et rebroussais chemin vers les deux garçons. Je descendis avec prudence. C'était souvent là où on faisait le plus d'erreur. Je préférais avoir le sol stables sous mes pieds qu'avoir la colonne brisée dessus et mon sang répandu. Ignorant presque Ulwyck c'est à Daemon que je racontais ce que j'avais vu.

" De là haut j'avais vu des silhouettes humaines. Trop loin pour que je les voie en détaille. Mais à un moment je les ai clairement vu disparaitre dans le sol. L'un de vous connaît des histoires sur ce lieux ? "

Je restais campée sur mes jambes bien droite malgré ma petite taille. Pas la moindre once de peur en moi. J'avais plus peur de mon père que de ces ruines. Ou j'avais plus peur de Roose Bolton et de ses écorchement. Ça je savais que c'était vrai. Et j'avais entendu les gardes parlaient entre eux. Mais s'il y avait des esprits j'aimerais savoir leur histoire. Peut-être qu'on pourrait parler avec eux ? Et éviter de les froisser. Malgré tout je pensais que nous devions avoir plus peur des vivants que des morts. Mais certains n'étaient pas de mon avis. Au besoin je pouvais me servire d'une pierre pour remonter en croupe avec Daemon. J'attendais la réponse à ma question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorne
avatar
Dorne
Valar Dohaeris
Ft : Luke Pasqualino
Multi-Compte : Elbert Arryn & Owen Tyssier
Messages : 858
Date d'inscription : 27/10/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Lun 29 Mai - 19:09

Au royaume des tout-petits

An 285 - La Gracedieu



Boadicée & Daemon Sand & Ulwyck Uller

Ulwyck était arrivé le premier. Ce n'était pas bien difficile. Il avait eut entièrement raison. Le poids de la rouquine avait ralenti Daemon. Le bâtard avait perdu cette course laissant le Uller remporter les lauriers de la victoire. C'était lui même qui avait choisi d'emmener la bâtarde avec lui. Le fils de Ser Ryon ne pouvait que se blâmer et ne pas se plaindre que le fils du désert ne l'avait pas prévenu. Les ruines quant à elle n'était que des vieilles pierres. Rien de vraiment intéressant. Il était convaincu qu'ils ne trouveraient pas grand chose  à l'intérieur. Le jeune homme soupira en voyant arriver Daemon et sa compagne du jour.

«Je t'avais dis que tu ne pourrais pas gagner à deux sur le dos de ton cheval mais tu n'as pas voulu m'écouter !.»

Il ne pût que pouffer en voyant la rouquine s'approcher des ruines pour essayer de mieux comme si elle pistait quelque chose. Elle était drôle tout compte fait. Cruche mais drôle malgré elle. Par contre une petite lueur brilla dans ses yeux lorsqu'elle parla de forme humaine. Ce n'était certainement pas des fantômes. Le Uller ne croyait pas à ses sornettes. Peut-être des brigands ou des gens tellement pauvres qu'ils ne pouvaient même pas se construire une habitation et squattait cette ancienne construction.

«Des formes humaines tu dis ? T'es sûr que le soleil n'a pas trop tapé sur ta petite tête ?»

Le Uller sortit sa dague et l'exhiba avec joie, battant l'air avec son arme comme s'il combattait puis il en apprécia le poids et l'équilibrage. Il n'avait pas encore pût s'en servir réellement contre un être humain mais il n'avait pas peur de le faire. C'était peut-être l'occasion rêver de faire couler le sang. Il était d'ailleurs convaincu qu'aucun des deux joyeux lurons n'avait pensé à amener de quoi se protéger. Il serait sûrement le seul armé de la petite bande improvisé. Tant pis pour eux. La gloire serait donc pour lui.

«Allez on va voir ? Je vous protégerai si besoin ! A moins que vous aillez tous les deux la trouille !»

Bon dans le cas de Daemon, il se doutait que même s'il avait peur, son orgueil le pousserait à venir. Quand à la fille, il n'en savait rien. Elle n'avait qu'à rester avec les chevaux si elle le désirait au moins quelqu'un aurait un œil dessus.

«Si t'as la frousse la rouquine, tu peux toujours garder nos chevaux sinon faudra les emmener avec nous, ou les attacher solidement. Je l'aime bien celui-là, j'ai pas envie de me le faire voler.»

Il bomba le torse fièrement. L'arrogance et la confiance en lui rejaillissaient sur ses traits avec élégance. Il tenait fermement sa dague dans sa main prêt à frapper au premier signe d'un ennemi. Il se voyait déjà vivre une aventure inoubliable dont il serait le héros. Il commença donc à marcher en direction des ruines, se doutant que les autres finiraient bien par le suivre s'ils ne voulaient pas passer pour des petits trouillards. Ulwyck ignorait sur quoi il risquait de tomber à l'intérieur. La rouquine avait peut-être vu une ombre et prit peur comme une couarde et tout ce qu'ils y trouveraient ce serait de la pierre et des petits animaux.

© DRACARYS


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Bâtard de la Grâcedieu
avatar
Le Bâtard de la Grâcedieu
Valar Dohaeris

Ft : Gaspard Ulliel
Multi-Compte : Elia Sand
Messages : 1360
Date d'inscription : 24/08/2015

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   Mar 30 Mai - 20:28

Au royaume des tout petits

An 285



Boadicee&Daemon&Ulwyck

La fillette se laissa glisser vers le sol, délaissant sur l'étalon la silhouette morne et prostré du bâtard qui ne parut pas s'en apercevoir. Ses yeux se baissèrent pour suivre le dos de la rouquine, surveillant discrètement ses acrobaties à travers les pierres aiguisées par le sable et chauffées à blanc par le Soleil du désert, sentinelle boudeur mais pas moins préoccupé par l'escapade imprudente de la petite fille. Au coeur de la carcasse de murs effondrés, la lumière changea aussi doucement que tombait le crépuscule. De l'or, le ciel au dessus-d'eux se para d'un orange sanguin, puis de pourpre. La robe du bai flamboyait, jouant de reflets rouges sur ses épaules couvertes de sueur mousseuse. Remarquant la fatigue de l'animal, Daemon mit à son tour pied à terre. Sa main passa sur l'encolure brûlante.  "On aurait du prendre de l'eau", se désola-t-il, songeur. Le poulain caressa la paume qu'il lui présentait de ses lèvres douces comme la peau d'une pèche, tremblantes et fébriles, soupirant un souffle ardent sur sa main.

"Ou alors elle a vu l'ombre du soleil couchant jouer avec les colonnes." expliqua le Sand avec, néanmoins, une once de moquerie dans sa voix tandis que son regard retrouvait le profil de ses deux amis. Un éclat d'envie fit écho à celui que la dague arrachait aux dernières lueurs du jour dans ses yeux bleus. Son visage déjà fermé, s'assombrit derechef. Il avait oublié de prendre une arme. Mais qui lui aurait laissé la prendre, cette dague qu'il aurait souhaité avoir, lui qui n'était même pas écuyer et dont les mains tremblaient encore au maniement des armes? Ulwyck, fort de son apprentissage, avait déjà le geste sûr. "Dit celui qui viens armé pour une simple balade?" rétorqua-t-il, à l'offre de protection de l'écuyer piqué au vif qu'il sous-entendit qu'il put avoir peur de cette épave. Ulwyck l'avait déjà fait sortir de son silence hautain, voire de ses gonds. Etre perdu au milieu du désert réfrénait quelque peu la correction qui démangeait les poings du bâtard qui renonça à entrer dans le jeu de son ami.
Comprenant bien vite que ce dernier se perdait dans son imagination orgueuilleuse, le bâtard se résigna à la tâche d'attacher leurs animaux. Le grand alezan fut entravé en premier d'un lien de cuir, docile de la fatigue du voyage,  mais lorsqu'il se releva, Daemon ne put que remarquer que l'autre étalon ne l'avait pas attendu. Le bai s'éloignait d'un trot léger, il plongeait droit dans l'ombre d'un amoncellement d'arcades rongées par le temps, posées les unes comme les autres comme des quilles lorsque le brun récupéra la bride du poulain. Malgré la pression sur le mords, le fils de Ryon comprit que la bête ne s'arrêterait pas. "Eh! Venez m'aider!"Grogna-t-il d'une voix tendue par l'effort. Le grand destrier roulait ses yeux sombres et déterminés dans leurs orbites, déjouant la force bégnine de l'enfant en l'entrainant avec lui dans son sillage, le poussant de son épaule, ou d'un mouvement de sa large tête, tandis que sa malice d'animal semblait tenter de se défaire gentiment du petit garçon. Et toute son imposante silhouette semblait tendre dans une seule et même direction.  Le garçon gardait les pieds enfoncés dans le sable. Jurant dans sa barbe, il trébucha plusieurs fois contre le corps solide du pur-sang, se rattrapant aux crins noirs de son garrot lorsque sa botte butait contre un roc caché par les dunes qui avaient coulé jusqu'à l'interieur du bâtiment. Le cheval dornien le trainait vers un chemin étrange qui plongeait dans le sol. Sous leurs pieds et sabots reposaient des marches anciennes érodées, autour d'eux un tunnel souterrain commençait à se dessiner, laissant la lumière du soleil derrière eux. Inquiet de l'obscurité qui se refermait sur eux, Daemon tenta de s'appuyer de tout son poids sur le mords de l'animal. Mais rien n'y fit. L'étalon, buté et piaffant comme s'il allait vers une jument, continuait d'avancer sous les volées d'insultes de son jeune cavalier.



Spoiler:
 

© DRACARYS



+no foe may pass+
"Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Au Royaume des tout petits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au Royaume des tout petits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au Royaume des tout petits
» Noël, c'est l'anniversaire de tout les enfants, petits et grands.
» Le Royaume perdu d'Arnor
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: