RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans le Conflans, les Îles de Fer et le Val ! Points à la clé !

Partagez | 
 

 Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouest
avatar
Ouest
Valar Dohaeris

Ft : Jordan Patrick Smith
Multi-Compte : Lyle Crakehall
Messages : 21
Date d'inscription : 13/02/2017

MessageSujet: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   Ven 19 Mai - 15:30

Une nuit pour livrer l'essentiel

Semaine 2, Lune 12, An 298



Azilys & Humfrey

Le brouhaha des convives se faisaient peu à peu moins présent. Le banquet organisé pour les festivités de mon union allaient se poursuivre tout au long de la nuit. Cette soirée était des plus magnifiques, aussi bien par le ciel se parant d’étoiles que par la vue que j'avais par delà la fenêtre creusée dans la pierre de Montargent. À travers la salle j’apercevais encore quelques téméraires s’emplissant la panse et soulageant l’intarissable soif d'une journée éreintante. Pour le jeune marié que j'étais à cet instant, ce moment passé avait été enrichissant et avait empreint mon esprit de joie et d'une forme de tristesse que je n'avais pas coutume de côtoyer. Étais-je entrain de faire aveu de faiblesse ? Quand on réfléchit longuement à la question, l'esprit claire et épuré la réponse n'a pas besoin de poser une question aussi logique. Qu'importe la vérité que mon cœur recherchait à cet instant il n'était sans doute pas prêt à regarder une énième fois derrière lui. J'avais fait la connaissance de bien nombreuses personnes, de futurs amies peut être ? De cela je n'en étais pas réellement convaincu. Si ils étaient tous et toutes aussi vraies dans leurs pensées, je craignais que leurs manières ne trahissent leurs véritables nature.

Pour Azilys, ma femme, l'héritière vengeresse qui n'avait de cœur et de joie par parcimonie je gardais espoir. Je n'osais dire tous ce qui m'était passé par l'esprit, ni même les réticences qui faisaient rougir de colère l'oncle aujourd'hui heureux d'avoir réussit une telle entreprise. À l'évidence j'étais peut être le seul à comprendre ce qu'il se tramait autour de tout ceci. J'étais plus ou moins certains que le marionnettiste ici était une jeune femme, talentueuse, magnifique, intelligente dans sa posture et droite dans ses souliers pointues. Dans mon malheur je ne pouvais comprendre qu'une chose. J'avais de la chance qu'elle est jetée son dévolue sur le simple chevalier assez stupide pour servir jusqu'à ce que mort s'en suive les dirigeants les plus avides d'une période ancrée dans la guerre et l'obscurité. J'étais chevalier, je savais ce que je désirais depuis déjà tout petit. J'observais ma toute nouvelle position avec un recul dont je n'avais jamais fais preuve jusqu'ici. À l'évidence le vin n'embrouillait mes idées que pour me rendre plus flexible et résigné à cette passation. Mais qu'importe ! J'aurais bien assez de temps pour me languir de la chasse, des vastes forêts bordant Champmoisson jusqu'au fief des Crakehall's. Le devoir, il y avait là un destin plus grand et plus important que l'envie et le désir de s'affranchir de ce mariage tout juste accomplit. Azilys semblait épousé parfaitement cette idée là. Instigatrice aux traits sibyllines ma femme n'avait pas une seule fois éprouvée le moindre signe de fatigue. Alors que j'arrivais à peine à tenir assis dans ce fauteuil dont mes fesses endolories demandaient à se délivrer l'on somma les convives de rassembler leurs esprits pour annoncer l'heure de l'instant que beaucoup attendaient et que d'autres pouvaient être redouter. La cérémonie du coucher fit sortir la plupart des invités de leurs causeries et autres rêveries. Des rires, des éclats d'une joie non dissimulés, leurs œils lubriques et éméchés se figèrent sur la table des mariés. Il fallait s'y attendre, j'étais soulagé de pouvoir me lever, bon sang que mon dos et mon derrière était heureux de se décrocher de cette chaise. J'arborais un sourire au travers d'une barbe hirsute et des joues plus rouge qu'à l’accoutumée.La procession ce fit dans un vacarme peut commun auquel peu doivent être habitués si ce n'est pas avant d'y avoir goûté. L'on me chahutait un peu, mes pas menaient d'un couloir à un autre feintant de ne pas rire ou de garder un faciès trop peu enjoué.

C'était dans l'ensemble une bonne journée, demain qu'en serait-il ? Je ne voulais même pas y penser. Encore une fois l'appel du devoir allait être de mise car c'était là tout l'intérêt aussi dissimulé par les rires et les moments heureux à venir. Il fallait procréer, c'était là tout le but de la chose, que se soit un noble de basse lignée ou le plus prestigieux des lords sur cette terre il fallait pérenniser et entretenir le sang et le prestige d'une maisonnée. Si je ne trouvais ce moment axé que sur un instinct primitif éprit de vulgarité, j'étais curieux d'entrevoir le visage d'Azilys face à toute cette mascarade qu'elle avait si passionnément orchestrée. J'entrais presque aussi nue qu'un enfant s’attelant à allé se coucher. Voilà donc la chambre ou nos nuits allaient se succéder. Quelques bougies laissaient entrevoir une table que je manquais de faire renverser. Le jeu du clair-obscur me faisait anticiper quelques mouvements incontrôlés. J'observais la pièce silencieux, la porte était solidement fermé et j'attendais avec patience la venue de mon épouse. Si la curiosité était un vilain défaut, je ne pouvais nier l'intérêt que je portais pour la femme que j'avais épousé. Je me confortais essayant de calmer mon cœur qui subitement se mettait à battre de plus en plus fort. Cette même impression devant les sept. Il n'y avait pas à dire, cet instant était tout aussi oppressant qu'angoissant. J'avais beau être un homme tout cela ne me rendait pas plus courageux et fier que sur le chemin d'une bataille imminente attendant le retentissement du cor dans la vallée.


© DRACARYS




« No courage, no honnor »  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Une nuit pour oublier l'ennui
» Michel Martelly prêt à démissionner pour ... livrer un duel
» Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin. | Pépé Flan
» Sale nuit pour Dunlinde et Rimbold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de l'Ouest-
Sauter vers: