RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !
Le staff est majoritairement en absence/ralentissement actuellement, pour des raisons plutôt
importantes, alors merci de prendre votre mal en patience concernant
les plans & cie,
on fait ce qu'on peut ♥️

La MAJ aura lieu le week end du 2/3 décembre , tenez-vous prêts

Partagez | 
 

 Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   Ven 19 Mai - 15:30

Une nuit pour livrer l'essentiel

Semaine 2, Lune 12, An 298



Azilys & Humfrey

Le brouhaha des convives se faisaient peu à peu moins présent. Le banquet organisé pour les festivités de mon union allaient se poursuivre tout au long de la nuit. Cette soirée était des plus magnifiques, aussi bien par le ciel se parant d’étoiles que par la vue que j'avais par delà la fenêtre creusée dans la pierre de Montargent. À travers la salle j’apercevais encore quelques téméraires s’emplissant la panse et soulageant l’intarissable soif d'une journée éreintante. Pour le jeune marié que j'étais à cet instant, ce moment passé avait été enrichissant et avait empreint mon esprit de joie et d'une forme de tristesse que je n'avais pas coutume de côtoyer. Étais-je entrain de faire aveu de faiblesse ? Quand on réfléchit longuement à la question, l'esprit claire et épuré la réponse n'a pas besoin de poser une question aussi logique. Qu'importe la vérité que mon cœur recherchait à cet instant il n'était sans doute pas prêt à regarder une énième fois derrière lui. J'avais fait la connaissance de bien nombreuses personnes, de futurs amies peut être ? De cela je n'en étais pas réellement convaincu. Si ils étaient tous et toutes aussi vraies dans leurs pensées, je craignais que leurs manières ne trahissent leurs véritables nature.

Pour Azilys, ma femme, l'héritière vengeresse qui n'avait de cœur et de joie par parcimonie je gardais espoir. Je n'osais dire tous ce qui m'était passé par l'esprit, ni même les réticences qui faisaient rougir de colère l'oncle aujourd'hui heureux d'avoir réussit une telle entreprise. À l'évidence j'étais peut être le seul à comprendre ce qu'il se tramait autour de tout ceci. J'étais plus ou moins certains que le marionnettiste ici était une jeune femme, talentueuse, magnifique, intelligente dans sa posture et droite dans ses souliers pointues. Dans mon malheur je ne pouvais comprendre qu'une chose. J'avais de la chance qu'elle est jetée son dévolue sur le simple chevalier assez stupide pour servir jusqu'à ce que mort s'en suive les dirigeants les plus avides d'une période ancrée dans la guerre et l'obscurité. J'étais chevalier, je savais ce que je désirais depuis déjà tout petit. J'observais ma toute nouvelle position avec un recul dont je n'avais jamais fais preuve jusqu'ici. À l'évidence le vin n'embrouillait mes idées que pour me rendre plus flexible et résigné à cette passation. Mais qu'importe ! J'aurais bien assez de temps pour me languir de la chasse, des vastes forêts bordant Champmoisson jusqu'au fief des Crakehall's. Le devoir, il y avait là un destin plus grand et plus important que l'envie et le désir de s'affranchir de ce mariage tout juste accomplit. Azilys semblait épousé parfaitement cette idée là. Instigatrice aux traits sibyllines ma femme n'avait pas une seule fois éprouvée le moindre signe de fatigue. Alors que j'arrivais à peine à tenir assis dans ce fauteuil dont mes fesses endolories demandaient à se délivrer l'on somma les convives de rassembler leurs esprits pour annoncer l'heure de l'instant que beaucoup attendaient et que d'autres pouvaient être redouter. La cérémonie du coucher fit sortir la plupart des invités de leurs causeries et autres rêveries. Des rires, des éclats d'une joie non dissimulés, leurs œils lubriques et éméchés se figèrent sur la table des mariés. Il fallait s'y attendre, j'étais soulagé de pouvoir me lever, bon sang que mon dos et mon derrière était heureux de se décrocher de cette chaise. J'arborais un sourire au travers d'une barbe hirsute et des joues plus rouge qu'à l’accoutumée.La procession ce fit dans un vacarme peut commun auquel peu doivent être habitués si ce n'est pas avant d'y avoir goûté. L'on me chahutait un peu, mes pas menaient d'un couloir à un autre feintant de ne pas rire ou de garder un faciès trop peu enjoué.

C'était dans l'ensemble une bonne journée, demain qu'en serait-il ? Je ne voulais même pas y penser. Encore une fois l'appel du devoir allait être de mise car c'était là tout l'intérêt aussi dissimulé par les rires et les moments heureux à venir. Il fallait procréer, c'était là tout le but de la chose, que se soit un noble de basse lignée ou le plus prestigieux des lords sur cette terre il fallait pérenniser et entretenir le sang et le prestige d'une maisonnée. Si je ne trouvais ce moment axé que sur un instinct primitif éprit de vulgarité, j'étais curieux d'entrevoir le visage d'Azilys face à toute cette mascarade qu'elle avait si passionnément orchestrée. J'entrais presque aussi nue qu'un enfant s’attelant à allé se coucher. Voilà donc la chambre ou nos nuits allaient se succéder. Quelques bougies laissaient entrevoir une table que je manquais de faire renverser. Le jeu du clair-obscur me faisait anticiper quelques mouvements incontrôlés. J'observais la pièce silencieux, la porte était solidement fermé et j'attendais avec patience la venue de mon épouse. Si la curiosité était un vilain défaut, je ne pouvais nier l'intérêt que je portais pour la femme que j'avais épousé. Je me confortais essayant de calmer mon cœur qui subitement se mettait à battre de plus en plus fort. Cette même impression devant les sept. Il n'y avait pas à dire, cet instant était tout aussi oppressant qu'angoissant. J'avais beau être un homme tout cela ne me rendait pas plus courageux et fier que sur le chemin d'une bataille imminente attendant le retentissement du cor dans la vallée.


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Le Paon d'Argent
avatar
Le Paon d'Argent
Valar Dohaeris

Ft : Jenna Coleman
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Leeven Waters - Baelor Noirmarées
Messages : 509
Date d'inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   Dim 28 Mai - 11:05

Une nuit pour livrer l'essentiel

Semaine 2, Lune 12, An 298



Azilys & Humfrey


Les visages les plus familiers avaient disparu de la grande salle, Azilys continuait donc à jouer son rôle à la perfection, ne faisant preuve d'aucun signe de fatigue alors qu'elle rêvait simplement de s'allonger et de fermer les yeux. Une journée comme celle-ci, il ne faudrait pas en vivre tous les jours. Souvent, elle prêtait un regard vers Tybolt, voir ses moindres réactions et elle remarqua bien que plus l'heure du coucher arrivait, plus son visage se fermait, un visage qui pour le coup lui rappelait celui de leur père, une expression bien dangereuse. Sa vengeance marchait à la perfection, mais qu'est-ce que cela allait engendrer ? L'effet de la fatigue fonctionnait ainsi chez elle, s'inquiétant sur ses propres actions, mais finalement, elle préféra se concentrer sur les convives. Certains mangeaient encore ou bien buvaient, Azilysn'avait pas été très gourmande, car ce n'était pas dans ses habitudes de manger plus que son estomac pouvait lui permettre. À ses côtés, Humfrey semblait avoir du mal à se tenir sur sa chaise et il n'y avait rien étonnant pour un chevalier, habitué à se tenir à dos de cheval au lieu de régler les affaires de la famille derrière un bureau. Il devait en être heureux, ce mariage lui permettrait de garder sa liberté, tant qu'il ne venait pas à jeter une mauvaise image sur les Serrett, ses actions ne lui seraient pas imposées, hormis, suivre Azilys durant ses voyages et être à ses côtés durant les réceptions. Le Paon d'argent estimait qu'il y avait bien pire comme union pour une personne de son rang social, elle lui permettait de goûter à la lumière de la richesse, à voir si le coq venait si brûler les plumes, pendant que les Paon avaient appris à resplendir à son éclat.

Vint le moment qu'Azilys n'était pas du tout pressée de subir, les gens paraissaient bien trop emporter par l'alcool et l'amusement de la situation pour vraiment se soucier du regard bien plus que sévère qu'elle leur lançait. Humfrey avait été pris par la foule féminine, si elles pouvaient se tromper de chambre cela ne serait pas plus mal et alors que les hommes, eux se montraient pour le coup, un peu trop brusques de son point de vue, ce fut Tybolt qui vint la rejoindre et informer les convives d'arrêter de suite. Par les sept, elle détestait cet homme pour tout ce qu'il lui avait subi, mais là, elle était plus que reconnaissante. Sa robe n'avait pas survécu, mais au moins, elle se retrouvait toujours vêtue de sa combinaison blanche. Face aux grandes portes de sa chambre, le Paon d'argent eut un moment de recul, une légère nuance d'hésitation. Tout ce mariage avait été son idée et elle savait que pour la pérennité de Montargent, cela allait devoir se faire, mais là, elle n'en avait pas envie et pourtant, elle se retrouva expulsée dans cette pièce, comme si on envoyait une poule à la basse-cour.

Ils se retrouvaient seuls dans cette grande pièce qu'elle n'avait jamais partagée de sa vie, hormis les soirs de cauchemar d'Eleanor et Lucian. Le Paon d'argent ne se retrouvait plus aussi fier qu'à l'habitude et de voir le corps dénudé de son époux ne l'aidait pas à se sentir mieux. Quel bon chevalier, il faisait, s'il n'était même pas capable de lutter pour réussir à conserver des bouts de guenille ! Le silence régnait dans la pièce, Azilys ne quittait pas la porte qui s'était refermé violemment derrière son dos. Finalement, elle ne put retenir plus longtemps son avis et annonça d'un ton nuancé de sévérité et de gêne :

- Vous ne pourriez pas vous couvrir...faisant un geste de la main en direction de son entre-jambe. Ça...là. 

Qu'il le fasse ou non, elle préféra pour le coup, se concentrer sur son visage que les bougies de la chambre éclairaient.


© DRACARYS


I have no rival
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   Dim 30 Juil - 22:09

Une nuit pour livrer l'essentiel

Semaine 2, Lune 12, An 298



Azilys & Humfrey

Le raclement de l'immense porte au sol me fit frissonner. Allons du nerf Humfrey, tu n'es pas un couard et ce n'est qu'une femme que pouvait-elle bien faire de pire en cette nuit ? Oui que pouvait-elle avoir eut l'idée de faire pendant ce laps de temps d'absence ? Allais-je devoir conserver une place à côté loin d'elle ? Ou allait-elle simplement me rejeter ? Me faire dormir par terre ? S’esclaffer devant ma virilité ? Toutes cette farandole de question me rendait mal à l'aise, j'avais presque le mal de mer et pourtant mes deux pieds étaient sur terre. Hélas tu n'es plus maître de ton sort, non finalement tu ne l'as jamais été. Tu es ici par devoir et dans une moindre mesure à cause d'elle aussi. Reprends toi ! Me sermonnais-je alors que je focalisais mon attention sur ses yeux. Ils étaient certes lumineux, à la lueur des chandelles cela révélait chez elle toute la splendeur d'un paon. Ce qui se cachait derrière, voilà ce qui m'intriguait naturellement. La curiosité est un défaut auquel je n'ai de cesse de me répéter qu'elle finira par me tuer. Azilys me pointe déjà d'une sévérité bien à elle, comme au banquet je commence à connaître certains de ses traits, de ses gestes. La bouche béante je dois me ressaisir, je n'ai qu'une réponse plus stupide et confuse à mon encontre pour essayé d'atténuer cette réprimande qui lui semble si naturelle. « Eu.. Ah ou...Pardon. »

La honte est grande, j'ai l'impression de mourir. Ou sont les chevaliers ? Le champ de bataille ? C'est une tout autre guerre, un tout autre genre de combat que je suis entrain de mener. Les mots me manquent, mes joues deviennent rouges, je peux le sentir jusqu'à la pointe de mes oreilles. Se n'est hélas pas l'alcool, les effets du vin commençaient déjà à perdre en vigueur. Ce qui manquait cruellement à ma mémoire c'était ce qui en aurait le plus besoin se soir. Je cache rapidement mes parties derrière mes mains joignant celle-ci pour ne pas embarrasser plus mon épouse tout aussi démunie. Même si je n'étais qu'un membre de cette maison aussi prestigieuse que grande par alliance je devais obéissance et fidélité à ma femme. Cela me faisait mal à l'admettre mais, elle avait réussit son coup. Malgré les ressentiments, les pics, les sermons et le regard hautain et menaçant qu'elle pouvait diriger contre ceux qu'elle n’appréciait guère elle semblait plus frêle et d'autant moins imposante que dans la parure aux pans bleu auparavant. N'en démords pas, prend ton temps. Il fallait bien qu'un de nous entame une discussion, c'était au regard des dieux une union qui allait faire de deux parfaits étrangers, un couple rayonnant l'un plus que l'autre malheureusement.

« Longue journée... » Soufflais-je d'entre mes dents, je manquais de crisser ma barbe d'une main en oubliant que je cachais ce qui gênait à l'évidence pour le moment. Je raclais le fond de ma gorge pour essayer de combler le vide apparent. « C'est un soulagement qu'elle soit sur le point de s'achever non ? » Meuble autant que tu peux mais continu de parler et essaye de ne pas paraître plus idiot que tu ne l'es d'avance. J'étais aussi figé qu'une statue de bronze sur le parvis de la demeure Swyft. Des fourmillements me démangent la plante des pieds. Que dois-je faire ? Que devrions nous faire plutôt non ? Cette posture est trop encombrante, elle tire sur chaque muscles de mes jambes et je manquerai presque de tomber si je n'étais pas aussi déterminé à ne pas me tourner d'avantage en ridicule. Prendre l'initiative c'était tout ce qu'il me restait à faire. Je m'avance lentement vers elle, fixant son regard, ce visage arrondie et ses pommettes aussi roses que palpables. Malgré l'obscurité grandissante, son visage s’illumine et c'est rassurant pour une fois de ne pas se sentir plus idiot qu'un autre dans ce genre de situation. Les joies du mariage l'on supposera car jamais je n'ai eut l'occasion de connaître une dame d'aussi proche en apparence.

Garde bien tes mains en évidence. Plus je m'approche moins elle aura l'occasion d'être distraite par ce qu'il se passe en bas. C'est une vision comme une autre après tout. « C'est... Gênant. » je l'admet, avec une telle femme devant moi je pensais que se serait beaucoup plus simple. Désormais, j'en connais assez pour ne pas vouloir prendre peur et m'enfuir dans une cavalcade humiliante. C'est le moment d'être un homme, reste toi même, mais pas trop elle n'apprécierait pas. « Nous voilà donc mariés. » Entamais-je pas vraiment rassuré par ce qui allait advenir. « Se serait peut être mieux pour nous deux si nous... Étions... » Bon sang que tu es condescendant, pourquoi prendre des pincettes tu es marié et elle n'est pas du genre à avoir l'air effrayé c'est bien tout le contraire alors en avant ! « Enfin, si l'on allait se coucher. » Évidemment déjà qu'on se gèle le cul dehors tout habillé, finir là debout à se regarder en chien de faïence ne va rien arranger.  


© DRACARYS
Revenir en haut Aller en bas
Le Paon d'Argent
avatar
Le Paon d'Argent
Valar Dohaeris

Ft : Jenna Coleman
Multi-Compte : Dacey Mormont - Andar Royce - Leeven Waters - Baelor Noirmarées
Messages : 509
Date d'inscription : 30/09/2016

MessageSujet: Re: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   Mer 9 Aoû - 18:39

Une nuit pour livrer l'essentiel

Semaine 2, Lune 12, An 298



Azilys & Humfrey


Il se trouvait un peu plus loin du Paon d'argent, sans le moindre habit. Jamais, elle n'avait vu un homme ainsi. Cette situation l'intimidait, la Serrett se sentait tellement démuni et se maudissait même d'avoir pensé au mariage pour se venger. Cette pièce lui était familière, pour simple raison qui s'agissait de sa chambre, mais un inconnu s'y trouvait, un inconnu qui était son époux. La porte close derrière elle, lui semblait resserrer la sensation d'être emprisonné. Le paon avait perdu de ses belles couleurs et surtout de ses belles paroles, là, elle n'était qu'un moineau à la proie d'un chasseur. N'appréciant pas cette sensation, elle vint de suite à lui demander sans ménagement de se cacher les parties intimes, tout en levant ses yeux vers son visage. Préférant cette vision. Voir la réaction du coq la rassura, même en ne contrôlant rien, Azilys semblant avoir l'ascendant sur lui, c'était une bonne chose à savoir. Avait-il agi ? Elle ne voulait même pas vérifier, les mots semblaient se mourir dans sa gorge et ses pensées se tournèrent vers Tybolt. Pourquoi ne venait-il pas la secourir ?! La réponse était simple, c'était elle qui était l'investigatrice de tout ça.

« Longue journée...C'est un soulagement qu'elle soit sur le point de s'achever non ? »

Elle n'avait même pas envie de répliquer comme elle savait le faire. Ses yeux bleutés ne le quittaient pas. Au final, il avait raison, c'était une longue journée, Azilys était terrassée et si le devoir n'exigeait pas qu'elle partage sa couche avec son époux, elle aurait simplement été rejoindre son lit et laisser le sommeil l'emporter vers un meilleur jour que le précédent. L'air frais commençait à se faire ressentir, heureusement pour elle, elle portait toujours sa combinaison blanche contrairement à son époux. Posant ses mains sur ses bras, elle essayait de se les réchauffer. Le silence autour d'eux, commençait à être pesant. Jamais, elle n'avait vécu cela auparavant, cette gêne, cette intrusion dans son intimité. L'envie de fuir lui traversait l'esprit et pourtant, tandis qu'il s'approchait, elle ne bougeait pas. Là, Azilys, lui laissait avoir le contrôle de la situation, si du moins, il se saisissait de cette chance. Leurs yeux se rapprochèrent et elle resserra l'étreinte de ses bras contre son torse.

« C'est... Gênant. »

Était-il obligé de parler, même si elle était encore d'accord avec lui, il ne pouvait pas tout simplement agir et ainsi, ils seraient débarrassés, tous deux, de cette besogne. Azilysétait novice dans ce domaine et se retrouvait sans recours, bien sûr, Tybolt l'avait embrassé une fois et tout ce qu'elle avait trouvé à faire après ce langoureux baiser avait été de fuir, fuir pour croiser la route de Humfrey, qui se retrouva à la vexer et le conduisit tout droit dans cette chambre. Une étrange succession d'évènements.

« Nous voilà donc mariés.  Se serait peut être mieux pour nous deux si nous... Étions...Enfin, si l'on allait se coucher. »

Il commençait réellement à être barbant à parler. Rien ne servait de préciser qu'ils étaient mariés, par les Sept, elle le savait très bien et il ne serait pas retrouvé nue comme un ver, face à elle, si cela n'avait pas été le cas. Est-ce que cela serait toujours ainsi ? Car, sa première phrase lui donna vraiment envie de le coudre la bouche pour l'empêcher de l'ouvrir. Finalement, il eut une bonne idée, peut-être que dans le lit, cette gêne disparaîtrait. 

- Oui, faisons ça.

Sans attendre, elle se détourna et enleva les dernières broches qui retenaient ses cheveux. Ils tombèrent en cascade sur son dos et sans prêter un regard à Humfrey, elle se dirigeait vers le côté gauche du lit. Là où elle avait l'habitude de dormir. Soulevant les lourdes couvertures, elle se faufila et se sentit comme dans un cocon, en sécurité et au chaud. Ses yeux se plantèrent sur le plafond. Elle le sentit s'installer près d'elle et se demandait s'il venait la toucher, comme un époux se devrait de le faire. Quoique, elle ne savait pas forcément comment tout cela devait fonctionner, enfin elle connaissait simplement les grandes lignes. Expirant un grand coup, elle lâcha enfin :

- Vous avez déjà dû faire ça... Une paysanne peut-être, je vous imagine bien batifoler dans la paille. 

Oui, il était bel homme, chevalier et surtout de sang noble. C'était impensable qu'il n'ait pas déjà partagé la couche de femme. Finalement, elle repoussa légèrement les couvertures pour pouvoir relever son dos et être assise. Là, elle lui annonça yeux dans les yeux, retrouvant légèrement contenance : 

- Agissez par les sept.


© DRACARYS


I have no rival
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit pour livrer l'essentiel ( Azilys )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Une nuit pour oublier l'ennui
» Michel Martelly prêt à démissionner pour ... livrer un duel
» Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin. | Pépé Flan
» Sale nuit pour Dunlinde et Rimbold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives de Dracarys :: Rp abandonnés-
Sauter vers: