RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans le Conflans, les Îles de Fer et le Val ! Points à la clé !

Partagez | 
 

 Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héritier de Winterfell
avatar
Héritier de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 267
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   Mar 9 Mai - 11:23

Encore une journée ensoleillée à Port-Réal. Depuis que la délégation Tyrell et Lannister était arrivée au Donjon Rouge, les jours se ressemblaient encore plus que d'ordinaire pour le Jeune Loup. Laissé à lui-même en marge des grandes discussions réunissant les grands seigneurs des Sept Couronnes, Robb usait de tout son temps libre pour lui-même, agaçant le maître d'arme par toutes ses requêtes d'entraînement, passant des heures sur le pas de tir avec son arc. Le temps qui restait, il le passait en lecture, histoire de faire passer ses courbatures les plus douloureuses avant de prendre une nouvelle arme pour s'entraîner. Il dévalisait régulièrement la bibliothèque du grand mestre et ne se promenait plus sans un quelconque grimoire sous le bras.

Aujourd'hui, après un entraînement à l'épée tôt le matin, il avait choisi de s'asseoir confortablement dans le jardin du Donjon Rouge avec un des livres empruntés au mestre. Robb utilisait aussi consciencieusement son temps de repos avant de s'attaquer à un nouvel entraînement à l'arc, un peu plus tard dans la journée. Après tout, il reverrait tôt ou tard, à Port-Réal ou à Winterfell, son amie Boadicée Sand, elle-même archère émérite. Cela lui donnait donc une raison de s'entraîner à l'archerie! Il lui fallait de plus être digne de son arc en os de dragon, en véritable objet d'art pour lequel il devait sans cesse se perfectionner.

Il s'était donc assis sous l'un des arbres du jardin avec sur les genoux un livre ouvert relatant l'histoire du Bief sous le règne des rois Jardiniers. Lui qui d'habitude pouvait accorder toute son attention à ses lectures, avait aujourd'hui du mal à se concentrer. Le Nordien se retrouvait donc à régulièrement revenir en arrière d'une page pour reprendre le fil de l'histoire. Environ toutes les deux secondes, ses pensées se remettaient à vagabonder vers ce qui avait été l'une des plus grandes et heureuses nouvelles de sa vie: Le Prince Viserys avait obtenu du Roi qu'il l'accompagne dans son voyage vers Winterfell et le Mur, avec un convoi de prisonnier à destination de la Garde de Nuit. Le Jeune Loup allait enfin, enfin découvrir la contrée qui aurait du le voir naître. Il allait pouvoir embrasser sa mère, enlacer ses soeurs, parler sans fin avec le seigneur son père, participer aux jeux de ses frères...Le Nordien allait sans doute également rencontrer les seigneurs de la contrée, qui riraient probablement du louveteau qu'on voudrait leur présenter comme leur futur suzerain.
Ce voyage serait sans doute sources d'immenses bonheurs, mais également de grandes angoisses, car le Nordien aurait devant les yeux ce qu'il avait de tous temps redouté, ainsi que ce dont il s'était langui si longtemps.

La compagnie de sa chère amie Wynafryd lui manquerait également. Bien que le trajet passe sans doute par Blancport, il était peu probable qu'elle puisse quitter si longtemps ses responsabilités auprès de la Princesse Rhaenys. Il s'imaginait déjà lui envoyer des corbeaux pour lui raconter ses bonheurs stupides et quotidiens à découvrir ce qui devrait être inscrit au plus profond de lui-même.
Son ami Aegon lui manquerait aussi. Il leur arrivait d'être séparés, par exemple quand le Prince partait prendre ses responsabilités à Peyredragon, mais ce serait bien la première que ce serait lui qui quitterait Port-Réal! Son frère de l'été se réjouirait-il pour lui? Ils n'avaient pas encore eu l'occasion d'en parler, la Cour étant particulièrement concernée par la délégation au Donjon Rouge.

Le jeune homme continuait ainsi à lire sans pour autant parvenir à se concentrer sur sa lecture plus de quelques minutes d'affilées. Son esprit était déjà dans le bateau au direction de Blancport, prêt à se jeter dans les bras des siens. Sans doute est-ce la raison pour laquelle il n'était plus du tout conscient de ce qui pouvait bien se passer autour de lui, ni d'une éventuelle présence.



THE YOUNG WOLF, HEIR OF WINTERFELL




Musical theme: I can say that I can win it all
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Ramsay Snow - Barristan Selmy
Messages : 94
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   Mar 16 Mai - 14:31

Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans

An 298 - Lune 12 - Semaine 2



Robb Stark & Barbara Bracken

La vie à la capitale n’était que surprises et excitation constantes ! Pour moi du moins, qui ne suis jamais sortie du Conflans et qui ai grandi à Haye-de-Pierre, le fief de la maison Bracken. Et me voilà parti assister à une grande fête en l’honneur des fiançailles entre les Tyrell et les Targaryen, à Port-Réal, seule bien qu’accompagnée d’une quinzaine de garde du Seigneur mon Père. J’avais prétendu vouloir connaître le monde avant de devoir me marier, mais secrètement, je m’étais toujours dit que les vieilles rancœurs de Père étaient un frein, plus qu’une protection, à l’émancipation de notre maison. Autrefois puissante dans le Bief, nous étions relégués à présent à une place bien inférieure…trop inférieure, pensais-je souvent. Aussi, je m’étais secrètement prononcée loyale envers les Targaryen…même s’il me faudrait encore travailler ma loyauté envers les Nerbosc…

A Port-Réal, je passais le plus clair de mon temps à rencontrer de nouvelles Dames, Seigneurs et Chevaliers, à discuter, manger, rire et écouter les rumeurs scabreuses qui circulaient sur tout le monde. Je me rendais aussi souvent que je le pouvais au Septuaire de Baelor. Je n’ai jamais été très assidue dans mes prières, mais ce lieu regorgeait d’une atmosphère si apaisante que je m’y sentais comme attirée. Je tâchais alors d’avoir quelques pièces à distribuer aux pauvres. Les enfants, surtout, malades et chétifs, me brisaient le cœur. Mais lorsque le temps me le permettait, c’est dans les Jardins du Donjon Rouge, accompagnée d’un livre de la bibliothèque du Grand Mestre, que j’aimais le plus me ressourcer. L’air était frais, empli des parfums des fleurs. Le bruit des fontaines vous calmait intérieurement et le chant des oiseaux était une musique de fond qui se prêtait fort bien à l’une de mes activités favorites : la lecture.

Après m’être préparé à sortir de mes appartements, je pris le dernier livre que j’avais emprunté à la bibliothèque ; une histoire fascinante sur le culte des Anciens Dieux, culte encore d’actualité dans le Nord m’a-t-on dit, et me dirigeais donc vers les Jardins. Au passage, je saluais d’un gracieux signe de tête, ceux qui me croisaient et, une fois dans les Jardins, je fis une courte de pause, fermais les yeux et inspirais profondément et lentement, pour savourer l’air frais et le calme environnant. J’y avais même mes habitudes à présent. Je m’étais trouvé un banc, placé dans un chemin annexe au sentier principal qui circulait dans les Jardins et j’aimais beaucoup son emplacement, qui me laissait tout le loisir de savourer ma lecture et, en même temps de pouvoir voir qui se baladait dans les jardins et d’être vu d’eux également. D’un pas rythmé, je me dirigeais donc vers cet endroit quand, au détour du chemin, je m’arrêtais net, constatant que mon banc était déjà occupé par un jeune homme que je n’avais encore jamais vu. Je fronçais les sourcils et m’approchais doucement de lui. Il avait l’air aussi concentré que possible dans sa lecture, mais je le voyais parfois revenir une ou deux pages en arrière, comme s’il voulait vérifier quelque chose ou relire un passage difficile. Visiblement, il ne semblait pas avoir remarqué ma présence. Je m’arrêtais à quelques pas de lui, à une distance suffisante pour qu’il puisse m’entendre et jetais un coup d’œil à sa couverture. Je compris alors pourquoi il avait tant de mal à se concentrer ; ce livre était d’un ennui mortel ! Plaçant mes mains tenant mon livre devant moi, j’émis un léger rire avant de dire :

Si vous voulez un conseil Messire, cessez de suite de lire ce livre et courez en emprunter un autre si vous ne voulez pas finir par vous endormir dans les Jardins ! Je sais de quoi je parle ; heureusement, un gentilhomme a été assez obligeant pour me délivrer de ma torpeur !

Je lui souris aimablement alors qu’il relevait la tête vers moi. Il avait un très beau visage et des yeux bleus qui vous regardaient d’un air glacé et pénétrant mais, en même temps, doux et bienveillants. Quel déstabilisant paradoxe ! Mais il en fallait plus pour ébranler la Jument Rouge. Sans me départir de mon sourire, je me présentais à lui, faisant une légère et gracieuse révérence :

Je suis Lady Barbara de la Maison Bracken, héritière du Seigneur mon Père, Lord Jonos Bracken. Je ne crois pas vous avoir déjà rencontré ; permettez-moi de vous demander à qui ai-je l’honneur de m’adresser ?

© DRACARYS



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héritier de Winterfell
avatar
Héritier de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 267
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   Mar 16 Mai - 15:50

Robb était tellement plongé dans cet étrange mélange de pensées sur son départ prochain et et de réflexions sur sa lecture qu'il avait perdu toute notion de ce qui pouvait bien se passer autour de lui. Son expression était lointaine et totalement détachée de son environnement des jardins.

Cependant, un joli rire vint interrompre le flot chaotique de ses pensées. Légèrement surpris, le Jeune Loup releva la tête pour découvrir une belle demoiselle, inconnue encore, qui lui conseillait d'emprunter au mestre un autre ouvrage s'il souhaitait occuper son esprit. Etonné dans un tout premier temps de voir cette dame lui adresser la parole avec tant d'enthousiasme, il finit par lui répondre pas un léger sourire, refermant doucement le grimoire sur ses genoux, avant de prendre la parole à son tour:

-Et bien damoiselle, merci pour la recommandation! Je dois vous avouer que j'avais effectivement du mal à me passionner complètement dans ma lecture.

Posant le livre à côté de lui, le Jeune Loup se leva pour pouvoir s'incliner comme il devait le faire en présence d'une noble dame, même s'il ignorait son nom. La jeune femme semblait agréable et intelligente. Robb était sûr de ne l'avoir encore jamais vu au Donjon Rouge. Faisait-elle partie de la délégation Tyrell, arrivée récemment à Port-Réal? Ou bien peut-être de la suite, plus restreinte celle-ci, de Lord Tywin? Son visage lui était inconnu.

Heureusement la jeune femme leva bien vite le doute qui habitait le Nordien. Il s'agissait de lady Barbara Bracken, de Haye-de-Pierre. Sa présence ici n'était donc théoriquement pas liée aux effervescences diplomatiques du Donjon Rouge.
Robb n'avait pas eu beaucoup d'occasions de rencontrer des personnes originaires du Conflans au cours de sa vie, dans la mesure où elles n'étaient pas très présentes à la capitale. Pourtant, Robb lui-même était à moitié originaire de cette contrée par sa mère, Catelyn Tully. Il devait s'avouer que, s'il avait toujours cherché à se rapprocher de ses racines Nordiennes dans le but futur de régner convenablement sur le Nord, la moitié de son origine du Conflans lui était très peu connue. Pourtant, il connaissait théoriquement plus de Vivesaigues, où il était né, que de Winterfell sur lequel il n'avait même jamais posé les yeux.

Cependant, l'histoire récente avait coûté très cher au Conflans et à sa famille, les Tully ayant tous été exécuté à la fin de la rébellion pour le sac de Port-Réal. Les deux seules survivantes de l'ancienne famille souveraine était Catelyn, maintenant une Stark, et Lysa Arryn. Les Stark et les Tully faisaient sans doute partie des familles qui avaient le plus souffert de la rébellion de Robert Baratheon.

-Je suis ravi de faire votre connaissance, lady Bracken! Je suis Robb de la maison Stark, héritier du seigneur mon père lord Eddard Stark et héritier de Winterfell. Je vous souhaite la bienvenue à Port-Réal ma dame!

Robb l'invita d'un geste de la main à prendre place à ses côtés pour parler avec un peu plus de confort. La jeune femme lui inspirait confiance, et il ressentait une inexprimable envie d'en savoir un peu plus sur elle et sur le Conflans. De plus, malgré les délégations diplomatiques présentes en ce moment à la capitale, le Jeune Loup n'avait que peu l'occasion de parler à de nouvelles personnes, et la conversation ne pourrait qu'être intéressante!

-Puis-je vous demander ce qui vous amène aussi loin de chez vous, ma Lady? Affaires diplomatiques peut-être?



THE YOUNG WOLF, HEIR OF WINTERFELL




Musical theme: I can say that I can win it all
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Jument-Rouge
avatar
La Jument-Rouge
Valar Dohaeris

Ft : Natalie Portman
Multi-Compte : Tywin Lannister - Ramsay Snow - Barristan Selmy
Messages : 94
Date d'inscription : 18/04/2017

MessageSujet: Re: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   Mer 24 Mai - 12:33

Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans



An 298 - Lune 12 - Semaine 2



Robb Stark & Barbara Bracken

Mon sourire s’étira encore davantage lorsque j’appris l’identité du jeune passionné de lecture que je venais de rencontrer. Robb Stark de Winterfell ! Elle avait entendu parler de lui jusqu’à Haye-de-Pierre, alors que son père, rentré de Port-Réal où il y fut d’abord retenu dans les geôles pour avoir participer au sac de Port-Réal avec les Tully, avait avoué à demi-mot s’estimer chanceux de n’avoir à donner son unique fille – Jayne n’étant pas encore née – à un quelconque Seigneur victorieux de la rébellion. Cependant, les Stark n’avaient pas eu cette chance et se virent obliger de confier Robb aux Targaryen, en tant qu’otage du Roi. Si je m’étais toujours imaginé qu’il avait dû vivre des moments difficiles et que, même encore maintenant, il n’avait pas sa place à la capitale, le jeune homme que j’avais en face de moi venait détruire toutes ses idées reçues, tant il avait l’air de s’y plaire et de s’y sentir bien. Les Stark avaient combattu aux côtés des Tully, la seule maison que nous, les Bracken, reconnaissons comme nos véritables souverains, et non pas ces parvenus de Nerbosc. La mère de Robb n’était d’ailleurs autre que Lady Catelyn, une femme que nous avions toujours beaucoup appréciée, même si je ne l’ai encore jamais rencontré.

Et bien Robb de la maison Stark, c’est un plaisir et un honneur de vous rencontrer. dis-je en prenant place à ses côtés.

Maintenant que je le voyais de plus près, j’aurais dû deviner son identité, ou du moins me douter qu’il venait du Nord, car il avait le faciès et les traits du visage des gens de cette lointaine contrée mais en même temps, les cheveux légèrement cuivrés de Lady Catelyn. Posant mon livre sur ce qu’il restait de la pierre du banc à ma droite, je lissais les plis de ma robe et me tournais vers lui pour lui répondre :

Non je laisse cela encore au Seigneur mon Père et ne suis guère pressée de m’y atteler ! Lord Jonos recherche en ce moment activement un homme bonne naissance et de bonne famille pour me marier… De cela non plus, je ne suis guère pressée… Comme je n’ai jamais quitté le Conflans, j’ai voulu voir le monde avant de me retrouver emprisonnée dans le mariage. Port-Réal est ma première destination. Ensuite…je ne sais où j’irais…Le Bief peut-être…

Je taisais bien évidemment ma sympathie envers les Targaryen. Cela ne devait pas se savoir, surtout pas ici où les nouvelles et rumeurs allaient si vite… Je m’empressais de changer de sujet :

Vous aussi, donc, vous aimez vous isoler pour lire ? Lire permet de s’enfuir du quotidien ; c’est tellement…libérateur parfois... Père n’est pas un homme très chaleureux mais comparé à votre situation, je ne peux que m’estimer heureuse d’avoir pu grandir auprès de ma famille. J’aurais pu être dans la même situation que vous. Cela a dû être difficile pour vous…je suppose… d’être brusquement arraché aux vôtres…Notre vie à tous les deux serait bien différente si la rébellion n’avait pas eu lieu… Vous auriez grandi dans votre famille et quant à nous, nous disposerions encore de notre prestige au sein du Conflans et aux côtés des Tully… Nous ne sommes plus grand-chose depuis que les Nerbosc sont au pouvoir…C’est pourquoi vous me faîtes un immense honneur en m’accordant quelque intérêt., finis-je en souriant aimablement.


© DRACARYS



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héritier de Winterfell
avatar
Héritier de Winterfell
Valar Dohaeris

Ft : Richard Madden
Multi-Compte : Edwyn Cendregué
Messages : 267
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   Mer 24 Mai - 13:54

La jeune femme eut un sourire plus large encore quand elle entendit son nom. Il était vrai que les Bracken étaient toujours restés fidèles aux Tully, famille certes disparue à laquelle il appartenait pourtant à demi par la filiation de dame sa mère, lady Catelyn. Lui et lady Barbara étaient naturellement poussés par les hasards de la diplomatie à se trouver mutuellement sympathiques. Bien sûr, il n'y avait pas que cela, et l'intelligence manifeste de la jeune femme ne pouvait qu'attiser la curiosité du Nordien. Néanmoins, cela ne faisais que faciliter les choses!

Elle prit place ses côtés sur le petit banc de pierre avec un enthousiasme manifeste. Le Jeune Loup n'avait que peu l'occasion de rencontrer au Donjon Rouge des personnes aussi franches dans leur gentillesse, et il ne pouvait donc qu'apprécier la compagnie de lady Bracken. Si elle était pour la première fois à Port-Réal, sans doute était-elle étrangère aux exactions de pouvoir qui pouvaient ici s'y jouer en permanence. Le Conflans, tout comme le Nord, n'était pas familier de ces jeux de manipulation, et on pouvait y espérer un échange honnête qui ne soit pas basé sur la seule extorsion d'information ou de pouvoir. Que cela devait alléger l'esprit!

Cette dernière lui avoua d'ailleurs qu'elle n'était pas pressée de devoir porter tous ses soucis à la suite du seigneur son père! Robb eut un léger sourire en entendant cela, imaginant ce que ce serait, d'avoir l'esprit de toutes ces questions, les épaules allégés de la responsabilité d'une famille, d'un fief, d'une contrée toute entière.

-Je vous comprends ma Dame, vous êtes jeune, vous avez bien raison de vouloir découvrir le monde et tout ce qu'il a à vous offrir! Je dois vous avouer que je vous envie, de pouvoir ainsi parcourir les Sept Couronnes!

Qu'il attendait avec impatience le jour où il serait libre de dépasser ces murailles, d'enfin découvrir le monde par lui-même! Comme il sortirait grandi et heureux d'un tel voyage! Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau.

La jeune femme changea bien vite de changer, pour se mettre à discourir sur leur situations respectives et les conséquences de la Rébellion du Cerf et du Loup, ainsi que la situation dans le Conflans depuis lors. Robb n'ignorait pas que les Nerbosc avaient prit la place de la famille de dame sa mère après l'avoir trahie pour se ranger au côté des Targaryen. Cette seule idée laissait un goût amer au fond de la gorge du Nordien, n'osant imaginer le désespoir que lady Catelyn avait dû connaître en voyant toute sa famille exécutée pour trahison, la moitié de sa nouvelle famille nordienne auparavant brûlée vive par les Dragons...Comment avait-elle pu seulement s'en sortir avec sa santé mentale, après tant de désarroi? La dame de Winterfell était sans aucun doute, et le Nordien n'avait nul besoin de l'avoir jamais vu pour le savoir, l'une des femmes les plus fortes et les plus impressionnantes de tout Westeros.

-Je me désole que votre famille ne dipose plus de la place qui était la sienne, dans le Conflans, lady Bracken. Comme beaucoup de monde malheureusement au cours de ce triste épisode, vous avez payé cher votre sens de l'honneur et votre loyauté. Je ne souhaite à personne de grandir comme moi, loin de siens, conscient qu'il faudra un jour diriger une contrée dont on ne sait rien. Au contraire, c'est vous qui me faites honneur ma lady.

Robb était à fait sincère dans ses paroles. Tout déterminé qu'il était, il ne parvenait pas à se dépêtrer de ce sentiment très puissant d'être un parfait imposteur, un prince sudier dans le corps d'un fils de Winterfell qui ne faisait que tromper tout le monde, ou qui du moins le tentait.



THE YOUNG WOLF, HEIR OF WINTERFELL




Musical theme: I can say that I can win it all
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ainsi se tiennent le Nord et le Conflans [PV Barbara Bracken]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR MALE X CANICHE 6 ANS . NORD 59 - ADOPTE
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» au pôle nord
» Dans le Nord, il n'y a pas que des corons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: Westeros :: Les terres de la Couronne :: Le Donjon Rouge-
Sauter vers: