RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink
Nous avons besoin de monde dans l'Ouest, l'Orage et le Conflans! Points à la clé !

Partagez | 
 

 "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Dim 12 Fév - 16:17

Ryon Allyrion

"For some men, nothing is written unless they write it"




rp en cours (5)


+ The Dornishman's Wife ft. Ulwyck,An 297, Lune 9, Semaine 2

+An 281, Lune 5, Semaine 4
"We will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends." ft. Tywin Lannister

+An 297, Lune 12, Semaine 3 "See our dreams all die" ft. Ynis Allyrion

+An 298, Lune 11[EXPRESS]Doran Martell & Ryon Allyrion⊹ft. Doran Martell

rp terminés (2)

+An 298,  Lune 10, Semaine 2
What is a youth? Impetuous fire. ft.  Boadicée

+"All men dream, but not equally" | Daemon -  An 284, Lune 6, Semaine 2

rp prévu

+rp elia/nym/Ynis
+ rp cletus/ynis




© DRACARYS, avatar par zuz', gif par spacewalker


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Dim 12 Fév - 16:17

Chronologie

Années av.298




An 284, Lune 6, Semaine 2 "All men dream, but not equally" ft. Daemon



En cours.


An 297, Lune 9, Semaine 2 The Dornishman's Wifeft. ulwyck



en cours



An 281, Lune 5, Semaine 4
"We will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends." ft. Tywin Lannister



En cours.


An 297, Lune 12, Semaine 3 "See our dreams all die" ft. Ynis Allyrion



En cours



date titre du rp ft. pseudo



At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere possimus, omnis voluptas assumenda est, omnis dolor repellendus. Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet ut et voluptates repudiandae sint et molestiae non recusandae. Itaque earum rerum hic tenetur a sapiente delectus, ut aut reiciendis voluptatibus maiores alias consequatur aut perferendis doloribus asperiores repellat.


date titre du rp ft. pseudo



At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere possimus, omnis voluptas assumenda est, omnis dolor repellendus. Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet ut et voluptates repudiandae sint et molestiae non recusandae. Itaque earum rerum hic tenetur a sapiente delectus, ut aut reiciendis voluptatibus maiores alias consequatur aut perferendis doloribus asperiores repellat.


© DRACARYS, avatar par zuz', gif par spacewalker


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Ven 28 Avr - 15:18

Chronologie

An 298




An 298,  Lune 10, Semaine 2
What is a youth? Impetuous fire. ft.  Boadicée



Boadicée, la bâtarde de son ami Loryn Wells, s'apprete à quitter la Grâcedieu pour un long voyage à travers le continent. Avant qu'elle ne parte, Ryon souhaite lui faire part d'un avenir possible au sein de la demeure des Allyrions qu'il a pensé pour la jeune fille. Mais il doit se rendre rapidement à l'évidence, la Sand n'est pas prête à endosser la moindre responsabilité, aussi moindre soit-elle. Elle doit d'abord grandir et faire ses preuves. Ryon espère qu'elle trouvera dans son périple le chemin vers la maturité.


An 298, Lune 11 [EXPRESS]Doran Martell & Ryon Allyrionft. Doran Martell



En cours.



date titre du rp ft. pseudo



At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere possimus, omnis voluptas assumenda est, omnis dolor repellendus. Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet ut et voluptates repudiandae sint et molestiae non recusandae. Itaque earum rerum hic tenetur a sapiente delectus, ut aut reiciendis voluptatibus maiores alias consequatur aut perferendis doloribus asperiores repellat.


date titre du rp ft. pseudo



At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere possimus, omnis voluptas assumenda est, omnis dolor repellendus. Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet ut et voluptates repudiandae sint et molestiae non recusandae. Itaque earum rerum hic tenetur a sapiente delectus, ut aut reiciendis voluptatibus maiores alias consequatur aut perferendis doloribus asperiores repellat.


© DRACARYS, avatar par zuz', gif par spacewalker


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Jeu 10 Aoû - 12:14

Chroniques de la Grâcedieu

Histoire



Les Origines de la Maison Allyrion



  Les origines de la Maison Allyrion remontent au temps de l’invasion de Westeros par les Andals. On ignore la date exacte de l’arrivée de cette ethnie sur le continent de Westeros, mais les mestres estiment qu’elle eut lieu il y a environ six-mille ans de cela. La venue de ce peuple d’Essos causa la chute de nombreux royaumes, et remodela le visage de ce territoire dessiné autrefois par les Premiers Hommes. Les Andals sont dits être originaire du Nord d’Essos, où ils avaient combattu contre les tribues anciennes qui habitaient le continent oriental avant eux, tels que les “hommes-velus”. Ce sont eux qui amenèrent la religion des Sept à Westeros, en effet parmi les légendes qui entourent ce peuple, on raconte qu’il furent jadis visités par les incarnations de la Foi, et que se furent les sept divinités qui couronnèrent leur premier roi, Hugor de la Colline. Malgré tout, leur conquête de Westeros ne fut pas complète. Après plusieurs siècles de guerre à combattre les Premiers Hommes, mais aussi à abattre les enfants de la forêt, les Andals se sont établis sans être parvenus à s’imposer dans le Nord, qui resta aux mains des Premiers Hommes. La plupart des Andals s’ancrèrent dans le Sud, instaurant par la même occasion la Foi des Sept, ainsi que l’art de travailler le Fer -qu’ils tenaient des Rhoynar- ils imposèrent également un système d’écriture de qualité supérieure qui évinça les runes des Premiers Hommes. La tradition guerrière de la chevalerie fut également un apport de la culture des Andals à Westeros. Paradoxalement au reste du continent, la région de Dorne fut évitée par les Andals qui laissèrent à quelques aventuriers le loisir de s’y installer. Les Martells, les Ullers, les Corgyles, les Vaiths, les Jordaynes, les Santagars ainsi que les Allyrions s’établir à ce moment là sur le territoire dornien, cohabitants difficilement avec les Rois des Montagnes Rouges : Les Daynes et les Ferboys, descendants des Premiers Hommes.


© DRACARYS


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Ven 11 Aoû - 18:21

CHRONIQUES DE LA GRÂCEDIEU

Histoire



la forteresse de la grâcedieu



~

L'actuelle Grâcedieu a été créée à la fin du règne de la Reine Nyméria, la résidence des Lords de l'époque étant devenue trop exigüe, trop rustique pour répondre aux exigences du féodalisme qui s'installait à Dorne. Si la plus grande partie de la structure est récente comparée à d'autres places fortes, cet ancien palais - appelé "Grâce des Dieux" - qui se trouvait alors seul sur la coline, est considéré comme le plus ancien subsistant dans la Principauté. L'appelation de Palais est en réalité une liberté de langage qui porte souvent à confusion, puisque le monument était, et demeure encore aujourd'hui, un lieu dédié au culte des Sept. Construit plusieurs siècles avant l'avènement de la Reine Nyméria par le Lord Ambrosio Allyrion sur la rive où sa fille aurait été témoin d'une apparition des Sept, il consiste en un large espace surplombé d'un Dôme culminant à 55 mètres de haut, et autour duquel fut érigée plus tard l'actuelle forteresse.
Construite de grès blanc et de marbre, ce superbe édifice s'étage sur quatre niveaux, chacun avec son enceinte et sa propre porte d'entrée. Il se compose de la Grande Ascète (Salle des audiences publiques), de la Petite Ascète (celle des audiences privées), du Palais des Pénitents (bâtiment construit autour d'une cour de terre rouge et où loge la famille du Seigneur) et du Cloîtrier, traditionnellement réservé à l'acceuil et au logement des invités, et où la fraîcheur est artificiellement maintenue par les souffles d'air qui passent au-dessus d'une citerne à l'intérieur du palais. Les bâtiments du palais de la Grâcedieu chevauchent la colline de la Dive -aussi appelée de nos jours, "Colline de la Grâcedieu"- et sont inclus dans un ensemble rectangulaire orienté Nord-Est/Sud-Ouest qui mesure environ 400 m par 110 m.
Tous les bâtiments la composant ont donc des fonctions principalement utilitaires, comme en témoignent sa construction rapide, son architecture épurée et efficace, ainsi que l'austérité qui s'en dégage, faute d'ornement extérieur. De prouesse architecturale, on ne retiendra que le Dôme du Septuaire -quoiqu'il soit moins haut que celui que l'on trouve à Port-Réal- et les écuries, construites à même la pierre de la Colline  du Sacre et creusées en troglodytes, véritable curiosité d'artisanat Dornien.

Par Daemon

© DRACARYS


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Sam 12 Aoû - 12:05

Chroniques de la Grâcedieu

La Religion



De la Religion des Sept

"On disait que, chez eux, les Dieux revenaient à chaque mot. Et que chacun de leur mot, porté par un souffle sans joie, était un sermon déguisé, comme si les reproches obscurs dont ils accablaient  les moeurs de leur patrie était le seul instinct qui anima jamais leurs traits et leurs manières. Quelle maison fut plus étrangement considérée par les dorniens si ce n'était celle de la Grâcedieu? Leurs vies rythmées par les prières, vécues presque en autarcie, le plus loin  et le plus longtemps possible de la cour décadente que le protocole leur interdisait d'ignorer durant de trop longs mois et que seul le devoir les appelait à rejoindre. Au nom de la Paix. Leurs habits trop noirs qui drapaient autour de leurs corps minces l'humilité qu'ils auraient souhaité imposer à tous ces hommes et ces femmes qui s'exposaient aux regards des Sept comme des flammes brillantes, dansantes, là où eux n'étaient que cendres et immobilisme. Cette façon qu'ils avaient de se tenir toujours dans l'ombre de l'Histoire, accusant modestement les années qui passaient et qui, malgré la grandeur de leur Nom, ne semblait guère les guider vers la Gloire, dont ils se détournaient toujours. L'isolement qu'ils s'imposaient -avec soulagement, tous le sentaient bien- pour retrouver leur forteresse qui ne sentait rien d'autre que la pierre froide ainsi que leurs livres sacrés. Les hommes au sourire rare, les femmes à la vertu qui serait presque rebutante tant leur rigidité d'esprit vieillissait leur regard, voilant leurs iris de l'attente propre à celles qui ne souhaitaient rien de la vie, si ce n'était d'accomplir leur devoir du seul commandement des Dieux. Par ces quelques exemples, et par bien d'autres aspects encore, les Allyrion faisaient figure d'inadaptés et personne aujourd'hui ne parvenait plus à se souvenir d'où leur était né ce caractère distant et singulier. Étranges, fermés, inaccessibles. Ce que bien des hommes de l'autre côté de leurs frontières enviaient de liberté et de sensualité était leur honte. Leur fardeau. "

Extrait du Journal de Mestre Arrezzo.


" Énigme historique  selon certains historiens ,  adaptation à des conjonctures mouvantes  selon d'autres, le courant religieux qui prend racine à la Grâcedieu a eu une évolution parallèle à celle de l'Église qui s'était établi alors à Villevieille, et doit l'égaler en ancienneté, sans qu'on puisse lui trouver une unité incontestable.
Dans le Westeros des années 161 à 171, la crainte du passage de l'opposition religieuse à l'opposition tout court justifie à l'époque une inquiétude de la monarchie et, par conséquent, transforme le mouvement en lui donnant un versant politique marqué par la résistance au pouvoir et à l'ostentatoir étalé par sa Majesté, le Roi Baelor  Targaryen. La répression de ce courant ne prendra pourtant jamais de forme concrète, bien qu'une méfiance ceraine à leur égard demeurera entre les ordres de Port-Réal et de Villevieille. Et s'ils ont eux-même (les lords de la maison Allyrion) à de nombreuses reprises critiqué les évolutions du culte des Sept, ils lui gardent pourtant une fidélité inébranlable.[...]

L'essentiel des débats ayant abouti au courant religieux adopté à la Grâcedieu porte sur les relations entre grâce divine (que Dieu accorde aux hommes) et liberté humaine dans le processus du Salut. A l'aube de l'avênement des Targaryen, le Septon Mahault s'était opposé à ce sujet au Grand Septon Simoine. Ce dernier soutenait que l'homme a en lui la force de vouloir le bien et de pratiquer la vertu, une position relativisant l'importance de la grâce divine. Mahault refuse cette vision et déclare que les Sept sont les seuls à décider à qui ils accordent, ou non, leur grâce. Les bonnes ou mauvaises actions de l'Homme, sa volonté ou sa vertu, n'entrent donc pas en ligne de compte, puisque le libre arbitre de l'homme est réduit par l'omnipotence des Dieux. Les Sept agissent sur l'homme par l'intermédiaire de la grâce, donnée de telle manière qu'elle atteint infailliblement son but, sans pour autant détruire la liberté humaine. L'homme a donc un attrait irrésistible et dominant pour le bien, qui lui est insufflé par l'action de la grâce.
Celui qui n'a pas reçu la grâce ne peut être sauvé, tel est le principe dominant le coeur religieux du Fief. Le libre arbitre de l'homme est donc totalement nié. Toutefois, ce jugement n'est pas partagé par tous. Pour Lady Delonne, par exemple, si les textes soutenus par sa famille mettent en avant la prédestination de l'homme, ils ne lient pas explicitement grâce et libre arbitre. Ce dernier point, qui encourage d'autant plus l'intransigeance du comportement attendu de celui qui n'a pas reçu la Grâce à défaut de l'en excuser, entraine imanquablement selon elle l'homme sur une route de pénitence qu'il se doit de parcourir jusqu'à la mort, sans espoir de rédemption mais avec l'assurance d'avoir su accomplir avec humilité et abnégation la voie choisie pour lui par les Dieux. "

Histoire récente de la Grâcedieu, par Septon Déon.





"La vie monacale, pour austère qu'elle fut, me convenait. Je m'y habituais, tout en comprenant mieux pourquoi, au Septicère, nos supérieurs nous menaçaient de nous envoyer dans cette contrée reculée lorsque notre comportement portait à des libertés indignes du rang auquel nous aspirions. La rigueur des Lords nous entrainait dans un flot ininterrompu de litanies et de lectures, et c'était non pas leur position mais leur dévotion, par mille fois supérieure à la mienne, qu'ils nous contraignaient à l'obéissance. Obligés par leur piété nous les imitions. La religion prenait un sens nouveau, prenait un sens tout court, peut-être même le seul qui semblait véritable qu'elle ait jamais eu.
Notre quotidien était fait de contemplation, de discipline, de reflexion, d'exigence et de prière. Je ne tardais pas à douter de ma vocation. Les Dieux, ici, ne ressemblaient pas aux figures d'or qui avaient fasciné mon enfance, et qui avaient rapidement ancré en moi le désir d'entrer dans les ordres; leur pauvreté dépouillée avait quelque chose d'effrayant, et je n'arrivais pas à faire me quitter en m'endormant La fadeur de la solitude, et le tourment de l'impuissance. Quarante jours après avoir posé le pied entre ces murs, je repartais pour Villevieille avec, chevillée au corps, une foi inébranlable en un panthéon plus ouvert, plus compatissant et miséricordieux envers les hommes. "

Mémoires du Septon Galiotte.


"Ce qui surprend ici c'est le silence. Ce qui surprend ici, c'est le bruit, lorsque l'on s'approche des rives et que l'on y  rencontre ses habitants, ces "orphelins" comme on les appelle dans cette région. [...] Même les moeurs des dorniens, pourtant flamboyantes, sont tenues ici en respect et n'ont pas court entre les murs de la forteresse. Les Lords, depuis toujours, ne tolèrent pas le moindre écart. Ouvrir sa chemise pour échapper à la chaleur est détestable à défaut d'être concrêtement punissable, les jeunes filles et les jeunes hommes entretiennent entre eux une distance et un respect froid qui dénote dans le climat sensuel de Dorne, et le moindre rapprochement est, semble-t-il, plus réprimé encore que dans le Septicère où mes soeurs et moi avons grandi. [...]

Chaque jour, à chacune des Sept heures sacrées, tout s'arrète pour les âmes du château, mais aussi pour celles qui cultivent les champs. La vie, paradoxalement, ne me semble reprendre son court qu'à la fin de la Septième prière de la journée. On joue alors dans le Septuaire du château " A ténèbre", qui est un office où on éteint un à un les grands cierges qui représentent les lettres qui font les noms des Dieux. Je trouve dans ce rituel immuable un avertissement semblable au culte du Dieu Rouge, ce dont on se défendit sèchement lorsque j'en fis la remarque. Je n'en reparlais plus."

Lettre de Septa Ella à sa mère, Lady Shawney.


Septuaire de la Grâce des Dieux




~



© DRACARYS


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Soleil Noir
avatar
Le Soleil Noir
Valar Dohaeris
No foe may pass
Ft : Olivier Martinez
Multi-Compte : Leo Tyrell
Messages : 958
Date d'inscription : 19/06/2016

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   Sam 12 Aoû - 13:58

Chroniques de la Gracedieu

Le Territoire



Le Fief Allyrion



D'origine nomade, les Allyrion font figure de tardifs dans l'établissement de leur domaine, et à titre de conséquence, finirent par en payer le prix. Si leurs terres s'étiraient autrefois sur une petite parcelle du fleuve mais se prolongeaient loin dans le désert, ils ont du céder du terrain devant la voracité des Maisons voisines, qui leurs disputèrent pendant des années les étendues qu'ils avaient fait leurs, ainsi que les branches en amont et en aval du fleuve (réclamées respectivement par les Maison Vaith, et Dalt). Cédant à la sédentérisation, acculés contre la rivière,  les lords de la Gracedieu, résignés, se replièrent prudemment sur les rives de la Sang-Vert  à défaut de pouvoir défendre efficacement le désert qui leur appartenait, et étendirent dès lors leur emprise sur le fleuve.



De la Sang-vert et ses alentours


Les deux branches mères de la Sang-Vert naissent sur le haut-plateau dornien : celle du Nord, ou Scourge, naît au coeur même de Dorne, dont elle traverse la plaine désertique ; celle du Sud, la Vaith, se forme  sur les flancs d'un contrefort oriental des Sables Rouges. Elle traverse ensuite la zone de piémont, zone aride partagée entre hauts plateaux et dunes mouvantes. Là où se rejoignent les deux branches mères le fleuve entre alors dans sa forme la plus imposante et passe par les rives rendues fertiles de la Grâcedieu. Il rejoint ensuite les plages des terres Dalt avant de se jeter dans le Détroit.

Au croisement des deux branches mères de la Sang-Vert se trouve la Forteresse de la Grâcedieu, perchée sur la colline de la Dive, mais dont les fortifications descendent jusqu'à toucher le fleuve. Les rives sont flanquées de hautes collines au relief tantôt doux, tantôt escarpé, au sol rocailleux et sablonneux, recouvert de maquis et de rares arbres de petite taille (les seuls grands arbres sont trouvés dans les jardins du Château et comptent parmi eux une splendide allée de cyprès ainsi que quelques figuiers). Ces collines sont au nombre de Sept: la Dive (ou Colline de la Grâcedieu), le Sacre, la Petite Rouge, le Mont-Saint, le Mont des Oliviers, le Nymérian et la Célicole. Au délà de ces collines qui bordent le lit du Fleuve, le désert reprend presque immédiatement ses droits en contrebas de ses dernières dont le pied est léché par un sable blanc au Nord, et ocre, puis rouge, à mesure que l'on s'enfonce vers les Terres des Vaith, au Sud.

De type pluvio-nival, son débit est particulièrement irrégulier et donc surveillé. En période de crue, il peut atteindre 5 200 m3/s pouvant provoquer de graves inondations. D'une année à l'autre, le volume d'eau varie fortement. Autre caractéristique, le débit diminue en traversant les zones sèches en raison de la forte évaporation, en particulier dans les zones traversant les dunes, et du pompage pour l'irrigation.
Bien que les rives soient d'un limon riche et boueux, les hauteurs demeurent invariablement seches, d'un sol pierreux et arride. L'agriculture dans toutes ses formes y est donc fortement contrariée et contrariante, et difficile à maintenir de part les caprices du fleuve. On trouve encore aujourd'hui les vestiges des différentes expériences tentées par les anciens Lords telles que des terrasses de pierre en hauteur des collines ou encore de canaux qui se sont effondrés.





~


De la culture des Oliviers

Posséder ainsi une si grande partie du fleuve est un bienfait à double tranchant donc pour les Lords de la Grâcedieu,mais qui sait prodiguer ses dons. La culture de l'olivier notamment, qui s'adapte bien à la sécheresse qui afflige les hauteurs des collines et se délècte des rares pluies, y est florissante et généreuse bien que compliquée, puisque les arbres sont pour la plupart d'entre eux situés à flanc de colline. Tout au long de l'année des filets et des draps de lins sont étalés aux pieds des oliviers pour faciliter le ramassage de leurs fruits dont on tire de l'huile lorsque les fruits ne sont pas vendus tels quels. Le bois est aussi exploité, et vendu notamment aux Orphelins de la Sang-Vert, friands de ce matériau pour la confection de fournitures et de récipiants. Les revenus de cette culture sont pourtant humbles comparés à ce que peuvent prétendre récolter les Vergers Dalt par exemple, mais suffisent à maintenir le domaine.






~


De l'irrigation et de ses bénéfices

At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga. Nam libero tempore, cum soluta nobis est eligendi optio cumque nihil impedit quo minus id quod maxime placeat facere possimus, omnis voluptas assumenda est, omnis dolor repellendus. Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet ut et voluptates repudiandae sint et molestiae non recusandae. Itaque earum rerum hic tenetur a sapiente delectus, ut aut reiciendis voluptatibus maiores alias consequatur aut perferendis doloribus asperiores repellat.

© DRACARYS



Chroniques de la Grâcedieu

Le destrier Dornien



Le cheval du désert



Autrefois c'était sur son dos que l'on s'emparait des butins, que l'on se disputait le bétail ou que l'on enlevait les promises aux clans ennemis. Les peuples de Dorne, par le passé, changeaient sans arrêt d'endroit, se déplaçant pour trouver l'eau et la nourriture avec, pour seule frontière, la proximité des clans ennemis que l'on préférait le plus souvent éviter. Ce mode de vie, propre aux terres de la péninsule de Dorne, a inévitablement octroyé une place primordiale au cheval dans la vie de ces hommes, ces nomades dont sont issus les Allyrion et qui parcourent encore le territoire de la Grâcedieu aujourd'hui; des hommes   indépendants, et très jaloux de leur liberté.
Les guerres continuelles de tribu à tribu, les courses, la prise et la protection des caravanes, un esprit de chevalerie, un tempérament vif et sanguin, des passions fortes, enflammés par des récits poétique, une santé robuste, l'absence totale de corruption: telles sont les causes qui donnent aux dorniens ce caractère mâle, vertueux, intrépide et qui influe en grande partie sur l'excellence de leurs chevaux.


La race Dornienne

"Qui possède un cheval dornien et l'honore, les Dieux l'honoreront. Qui possède un cheval dornien et le méprise, les Dieux le mépriseront", Disait un général antérieur à la conquête de la Reine Nyméria.
Ce dernier, pour appuyer ses paroles, faisait donner trois parts de butin: une pour le cavalier et deux pour le cheval, là où les fantassins n'en ont qu'une. Il faisait partie de ces hommes qui, il y a des siècles, décidèrent d'organiser des courses de chevaux et des jeux  afin de sélectionner les plus rapides, les plus résistants.

Le destrier dornien a des caractéristiques qui lui sont propres: une tête légère, un chanfrein concave, un regard expressif, une encolure  courbée, un corps fin, un dos court,une croupe portée haut et un port de queue distinctif. Ses allures sont très étendues, mais rasantes, ce qui en fait une monture remarquablement maniable. Les trait les plus distinctifs de ses capacités sont son endurance et sa vitesse. Bien que d'allure fragile et distinguée, il n'en demeure pas moins un animal particulièrement puissant et rustique, et dont le pied agile s'adapte à tous les terrains.

Le cheval du désert représente à lui seul la mobilité ainsi que la capacité d'adaptation et d'endurance du peuple de Dorne. Plus qu'une richesse, ils sont un atout indispensable qui, malgré la forte sédentarisation des hommes de la Principauté, n'a pas perdu de sa valeur. Ils demeurent seules garanties de vie pour qui veut traverser le désert. Leur histoire est entremélée à celle des nomades, à tel point qu'ils revêtent un caractère sacré qui les élève au dessus des autres animaux dont s'entourent les dorniens.  Pour eux, il represente l'un des biens les plus précieux qui soient après l'eau. Il constitue en effet un héritage inestimable transmis par leurs pères et est considéré comme un authentique dépôt divin légué par les aieuls ils l'ont très longtemps jalousement gardé, refusant souvent encore aujourd'hui de le céder à des étrangers.
La récompense des Dieux attribue notament un cheval pour honorer tout acte de bravoure reconnu par le Lord et ce, à n'importe qui. C'est ainsi qu'au fil des générations, des soldats, des généraux mais aussi de simples paysans ou pécheurs se virent soudain dotés de ces splendides bêtes, si bien que le cheptel seigneurial côtoie des petites fermes d'élevage qui sont régulièrement solicitées pour la reproduction (acte souvent sujet à d'âpres négociations ).

.




~


l'Elevage et l'usage



Si le cheval Dornien est présent sur tout le territoire de la Principauté, l'existence du fleuve de la Sang-Vert fait du fief du clan Allyrion un lieu privilégié pour l'élevage, mais aussi pour l'amélioration de cette race endémique. Autrefois, le clan à la Main d'or comptait parmi les nomades qui dédaignaient l'agriculture et qui méprisaient ceux qui s'en occupent,qui fuyaient les villes et les fiefs, ne les abordaient qu'en petit nombre et n'y entrant que très rarement sur leurs chevaux qu'ils craignaient alors de perdre.
Bien que propice à devenir une puissance agricole, la Grâcedieu réserve ses hectares de pâturage à ses animaux; quant aux grands champs céréaliers, ils sont entretenus et récoltés à seule fin de  nourir les montures. Aussi, une part considérable de la richesse de ce petit territoire est consacrée au confort et à la préservation de ces destriers.

Autrefois, seules les femmes des nomades avaient pour charge la sélection et l'élevage des bêtes mais aujourd'hui la tendance s'est inversée sur les terres des Allyrion et ceux chargés de l'entretien des chevaux de Lady Delonne et de son héritier sont, pour la grande majorité d'entre eux, des hommes. Les animaux vivent en semi-liberté  dans les collines qui bordent les rives du fleuve, menés par les juments les plus agées qui font office de pâtre et de guide pour leurs congénères plus jeunes.

~

Le dressage des jeunes chevaux est basé sur la complicité, lien indispensable pour éviter de se voir abandonné par son cheval au beau milieu du désert. Les poulains sont très tôt désinhibés par des exercices hérités de l'art guerrier des nomades afin de les défaire de leur instinct de fuite naturel, et de les habituer à la confrontation, à la foule. Eduqués à la guerre, les plus aptes d'entre eux apprendront à évoluer seul avec leur cavalier comme en formation, évoluant sur la base de la stratégie militaire dornienne qui dédaigne les groupes de cavalerie  trop importants au profit de regroupement de dix cavaliers maximum rodés à l'art d'évoluer ensemble d'instinct et sachant réagir rapidement et en conséquence des imprévus. La rapidité inégalée de leurs chevaux leur permet d'attaquer par surprise et de fuir sans être rattrapé.

Ces chevaux ne sont pas adaptés au poids important d'un chevalier en armure ce qui n'empêche pas les hommes de la Principauté d'être friands de joute. Dans les tournois, bien que typés, les chevaux que font courir les dorniens sont souvent issus de croisements avec des montures de l'Orage ou de la couronne. Une race quelque peu dédaignée car considérée comme moins pure, mais qui ne manque pas d'avantage et qui sera même préférée par certaines maisons pour ses aptitudes à la bataille.

~

La bataille n'est pas la seule fin du dressage de ces pur-sangs. Les loisirs des lords dorniens se mèlent souvent entre eux et c'est ainsi que la chasse au faucon ainsi que de nombreux jeux se font à dos de cheval. On compte parmi eux des épreuves d'endurance, mais les plus prisés sont des jeux d'agilité et d'habileté éprouvants des qualités du cavalier comme de celles de sa monture. L'amour du risque propre au sang-chaud dornien se marie pourtant mal avec certains d'entre eux, jugés puériles, inutilement dangereux par certains qui répugnent à les voir entrepris en leur présence tant leur préoccupation pour la santé du cheval est grande. Quelques uns, jugés particulièrement barbares, sont interdits sur le territoire de la Grâcedieu.
Cela n'empèche pas la jeune génération de se mesurer sur ces jeux perilleux; d'ailleurs, le cavalier fera souvent tout pour préserver son cheval de la moindre blessure quitte à se mettre lui-même délibérément en danger pour épargner l'animal.







~


La place du cheval dans le fief


L'attachement des hommes du désert à leur monture est tel qu'on les accusa souvent de les préférer à leurs femmes. Il faut dire que les soins apportés aux pur-sangs surpassent de loin ceux accordés aux domestiques et que le temps passé en leur présence ne laisse que peu de place aux concubins dans l'emploi du temps des Lords de La Grâcedieu. Si la forteresse a depuis longtemps remplacé les tentes dans lesquels se reposaient les ancêtres de la famille seigneuriale, il n'est pourtant pas rare de croiser dans les couloirs blancs du rez-de-chaussée la silhouette de quelque jument favorite ou de leur poulain, que les Lords se plaisent à prendre avec eux dans leurs salons et dans leurs chambres ainsi que d'autres le feraient d'un chien ou bien d'un chat.

~

Le cheval a une place primordiale dans l'éducation des enfants et des adolescents.  Cette place a un nom: la Préscience. Elle est appelée ainsi car il est dit que qui la possède saura défier les aléas du destin et les mauvais tours des Dieux. Tout homme élevé à la Grâcedieu se doit de la maitriser. Elle désigne un ensemble de connaissances pratiques et theoriques liées au cheval et à la guerre comme l'équitation, l'hypologie, la médecine vétérinaire, le maniement des armes et même le jeu de Cyvosse, considéré comme un art militaire.  Cet enseignement n'est pas réservé aux seuls enfants nobles de la forteresse puisqu'il est aussi prodigué gratuitement aux enfants des sujets du Lord qui pourront, une fois en possession de ce savoir, choisir d'intégrer les rangs de la cavalerie Allyrion s'ils le souhaitent. Aucun homme n'est jamais forcé à rejoindre l'armée de métier du fief, puisque la plupart des enfants issus du peuple sont essentiels à l'entretien des fermes de leurs parents. Cependant, même s'ils choisissent de revenir, une fois leur écolage terminé, à leurs champs, il est rare que ces derniers ne reviennent pas d'eux-mêmes aux portes de la forteresse en temps de guerre pour se porter volontaire en rejoignant temporairement les troupes armées.

~

L'envergure sacrée des chevaux prend tout son sens lors des diverses cérémonies célébrées au sein de la Grâcedieu. Ils sont d'ailleurs la clé d'une des alliances les plus fusionnelles entre les deux religions principales de Dorne: le culte des Sept, et celui de la mère Rhoyne, encore pratiqué par les orphelins de la Sang-Vert. Bien que loin de la culture Rhoynar, le cheval a su trouver sa place dans le coeur des orphelins s'étant mélés aux populations de la Dorne orientale et c'est sans distinction de statut ou de croyance que les sujets du fief se rassemblent sur les rives du fleuve dès lors que l'Hiver est annoncé. Contrairement au reste de Westeros, son arrivée y est ici célébrée et les cavaliers paradent sur les berges au milieu de la foule, cabrant leurs montures vers lesquelles se lèvent les mains en recherche de bénédiction avant que les chevaux et leurs maitres ne se jettent dans les eaux tumultueuses pour traverser le fleuve à la nage. Les plus faibles, ou ceux dont le cheval fatigue le plus rapidement sont aidés et encouragés  des orphelins qui veillent au bon déroulement de la traversée depuis des petites barques. Si ce rite a pour but d'attirer la bienveillance des Dieux pour un hiver long et des pluies riches pour faire fleurir la terre, il est dit que ceux ayant touché lors de la parade le cheval ayant atteint le premier l'autre rive connaitront la prospérité et la paix, tandis que ceux ayant effleuré celui arrivé en dernier connaitront un hiver éprouvant, la maladie et le malheur  jusqu'au retour de l'été.

~

Le cheval dornien est également idolatré par les hommes de la Grâcedieu, mais toutes les bêtes ne se valent pas entre elles et une hiérarchie de valeur leur a très vite était imposée par les dorniens.Ainsi, la jument prévaut bien au dessus de ses congénères mâles-pourtant glorifiés sur le reste du continent- et l'étalon, bien que reconnu pour sa force et son caractère volontaire, se voit souvent dénigré au profit des pouliches du fait de son tempérament souvent instable et ardent. En effet, de tout temps, les hommes de la Grâcedieu ont privilégié la patience, le courage et l'esprit plus clair et attentif des juments, moins sujetes aux sautes d'humeur que les étalons. Aussi faut-il préciser que la valeur d'une jument double parfois de celle d'un mâle -aussi magnifique soit-il- car, légalement parlant, le poulain né de l'union de deux chevaux appartenant à deux hommes différents revient automatiquement au propriétaire de la mère. Bien que souvent considérée comme injuste et restrictive cette loi historique héritée des nomades perdure encore aujourd'hui.





~

© DRACARYS


+Ryon Allyrion+
"aahh...une maison, trois enfants...et tellement de fenetres " - Morticia Addams

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: "For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion   

Revenir en haut Aller en bas
 
"For some men, nothing is written unless they write it" - Ryon Allyrion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle Interprétation du CFK soumis a convention
» Version 7 ▬ Someday I will find my way back to where your name is written in the sand
» Soirée de débauche | Savannah
» Living a life written in black ink — Thea O'Riordan
» Scarlett Alix Stevenson ♦ We are written in paint [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: And now my watch begins :: Alliances & Vipères :: Sujets-
Sauter vers: