RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 8 & 9 est disponible par ici Remodelage personnages 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Conflans et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
La MAJ aura lieu le week end du 23 et 24 novembre Remodelage personnages 3725701551

Partagez
 

 Remodelage personnages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyLun 16 Jan - 10:55

Et voilà mon petit post pour le remodelage de mes persos :

Dacey Mormont : Bon déjà, Dacey redevient MORMONT mouhahahahah. Alors pour garder de grand point de son évolution, je ne pensais pas changer l’identité de son père, ni-même qu'elle a été l'émissaire de sa famille durant de nombreuses années. Après pour la bonne évolution de Jorelle, on pensait faire leur voyage vers le sud quelques années plus tôt, à voir aussi pour le cas enlèvement Lyra à inclure dedans. Après dans le sud, Dacey aura croisé la route, de Patrek et tombera enceinte de lui (bon il n'est pas au courant, et je ne suis même pas sur qu'elle sache sa véritable identité pour le coup)...enfin voila pour moi, vu que Dacey avait quand même pas mal évoluée, je me voyais incapable d'enlever certains point d'ou son travail sur elle-même quand elle devient Maman et son intérêt que se développe pour la famille de son père. Après à lors d'aujourd'hui, elle vivrait son l’île, avec sa fille à voir l'âge tout dépendra de la chronologie de la famille Mormont.  Après voilà un point important de l'histoire, que devient Jorah. j'ai vu qu'il vient d’être pardonné, mais va-t-il devenir chevalier à Port-réal au service des Targaryen ou bien rentrer chez lui dans le Nord ? Après voilà, à vous de me dire si cela ira. (histoire refait )

Andar Royce : Bon au final pour lui c'est assez simple, j'ai juste a raccourcir son histoire avant que Yohn meurt. Il sera donc chevalier, qui sera dans le val, à voir si Alys garde son perso ou pas, pour qu'on revoit notre lien par contre. Comme le sujet Mormont, je lancerais un sujet Royce Mdr. Après en lien que j'avancerais ca sera surement avec Sÿdan qui l'aura déjà servi et payer sa dette. Après pour qu'Andar devienne seigneur je pourrais envoyer un plan direct quand le reboot sera fini ???

Leeven Waters : Ma petite bâtarde, cela sera surement celle qui aura l'histoire qui change le plus. Donc de base, elle reste la fille du seigneur wendwater et d'une fille d'alchimiste de Lys. Mais d'ou coup j'aimerais vous demander si il est possible que la Maman de Leeven soit arrivé a Westeros par ses propres moyen et se retrouver embarqué dans la fraternité du bois au roi, sauf qu'un jour, elle va croisée la route du seigneur Wendwater et il va la garder près de lui et en faire sa maitresse ? si non pas grave, je garde le fait qu'il la directement rencontré a Lys et ramener avec lui. Bon pareil, je pensais garder le fait que le papa mourrait lors de la bataille du trident et que l'un de ses frères héritent. Après elle apprendra l'art de la médecine auprès du mestre et de sa mère. ca ca changerait pas non plus, mais pour le coup ses frères ne mourraient pas de la main de sa mère, car au final avec l'histoire d'Azi ca serait redondant ^^ je pensais donc que l'un de frère de Leeven serait vraiment un chevalier horrible avec le peuple et qu'à un moment Leeven va se retrouvé a s'interposer entre lui et une personne du peuple, d'ou sa blessure a la joue et c'est son frère qui lui balancera qu'elle devait choisir sa place entre la noblesse ou le peuple. Là, Leeven va décider de fuir en choisissant le peuple et va rencontrer Sydan sur sa route, apprendre auprès du peuple Rhoynar et j'en serai la dans l'histoire. Surement qu'après Syd et elle vont parcourir Westeros en monde soutenir le peuple coûte que coûte, enfin du coté de Leev ^^ Voila l'adaptation que je propose si c'est possible. ( Histoire refait )

Azilys  Serrett: Alors Azi, j'ai surtout penser au lien qu'on construit avec le futur perso de Lyle et donc pour le garder il fallait qu'elle se retrouve l'héritière. Alors niveau chronologie, je pensais faire en sorte de tout reculer niveau dans sa vie pour que tout lui arrive. certes sans la guerre dans le bief ^^ Donc en soi l'histoire de sa famille change pas, comme la mort de sa soeur quand elle se rend auprès de son futur mari, par contre Azilys n'irait pas se jeter dans la gueule du loup et se proposant a la place de sa soeur. Le truc qui changerait ca sera la Mort de Lucian, son petit frère, je pensais dire qu'il se prendrait un coup de sabot en pleine tête et mourrait des suites de ses blessures alors qu'il servait Thorvald comme écuyer, je dois encore voir les détails je l'avoue. En tout cas, je terminerais mon histoire comme ça, Azi devient l'héritière et se retrouve auprès de son petit frère qui meurt. Après je suis bien dans le bon de penser qu’entant l'héritière et de se marier a un membre de chevalier fieffé, elle garde son héritage et son nom de famille ? Normalement oui, mais je prefere en être sûre. (histoire refait )

Baelor Noirmarées : Au final, lui aussi super simple je raccourci son histoire, en l'an 298, il est rentré chez lui, son fils est tout juste né et sa femme vient de mourir. Par contre je pensais juste ajouté par rapport a son histoire initial que la tentative d'assasinat envers lui se passe a la place du Conflans, juste après la mort de sa femme et voilà. (Histoire refait)

En tout cas merci de m'avoir lu et j'espère que ca vous irai niveau remodelage des persosss
Revenir en haut Aller en bas
Le bourgeon cristallin
Marianne Harlton
Le bourgeon cristallin
Valar Dohaeris
Remodelage personnages B6ke9eHd_o
Ft : Sophie Rundle
Multi-Compte : Alysane Mormont et Mary Mervault
Messages : 4175
Date d'inscription : 13/05/2015

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyLun 16 Jan - 15:02

Je viens t'embêter un peu Remodelage personnages 1194520710.

Alors pour Dacey, si tu passes par le Conflans je veux et j'exige que tu viennes à Castel-Bois avec Jojo. Parce que depuis le temps qu'on se triture les méninges pour un lien là ce sera l'occasion pour qu'on puisse l'exploiter. Certes en FB mais c'est déjà ça Remodelage personnages 1156090823.
Sinon concernant Jorah, pour l'heure on le voyait parti en Essos afin de collecter des informations pour Rhaegar sur le sujet du Prince qui fut promis Remodelage personnages 1194520710. C'est un peu sa manière à lui de se racheter et donc de se faire gracier par rapport à ce qu'il a pu faire dans le passé. Après je ne peux que t'orienter vers le joueur qui l'interprète afin de l'inviter à poster aussi un sujet pour qu'on puisse connaître les détails de sa mission et pourquoi pas son éventuelle évolution de départ Remodelage personnages 1156090823.

Pour Andar, oui ça paraît plus logique que tu fasses de cette manière là Wink.

Pour Leeven, l'idée d'intégrer la fraternité est vraiment originale Remodelage personnages 1156090823. Je ne sais pas ce qu'en pensent les filles mais je trouve que c'est assez intéressant et que ça te permet d'avoir une histoire bien construite pour une belle évolution derrière Remodelage personnages 1156090823. Oui je sais ça sert à rien ce que je dis, mais j'aime bien dire quand j'aime bien Remodelage personnages 1156090823. Et pareil, si tu passes dans le Conflans avec Syd, tu sais où me trouver Remodelage personnages 1194520710.

Pour ma cousine Remodelage personnages 2414428499. Bon ce pauvre Lucian qui meurt chez moi de cette manière là c'est vraiment triste mais encore une fois c'est original et puis ça te permet de garder ton héritage (coquine va Razz mdr). Et étant donné que nous sommes dans le même cas toi et moi concernant les chevaliers fieffés (mdr ma pauvre Marianne va s'en donner à cœur joie quand elle le saura toi qui te moquais tant Remodelage personnages 308174499), c'est écrit dans la garde de nuit donc ça ne change pas non. En soit la question de l'héritage ne nous concernait pas déjà à la base, donc je ne vois pas pourquoi ça devrait changer.

Enfin pour Babar , effectivement c'est le plus simple et comme on en avait parlé, je pense vieillir Gygy pour le coup de manière à ce que ça corresponde mieux pour nous. Et c'est plausible aussi concernant sa tentative d'assassinat, mais du coup tu vas devoir jouer les bases de son retour sur son domaine non?



Whiteheart
I'll take you back to the start ☽ Tell me your secrets and ask me your questions .Oh let's go back to the start.Running in circles; coming in tails ,heads on a silence apart .Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh take me back to the start.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyLun 16 Jan - 15:17

Hihihihi merci ma choupette ! J'aime que tu me disais que tu aimes bien mdr

Alors pour Dacey sans soucis je débarque au Conflans pendant son voyage avec Jojo, comme ca enfin un lien entre nous ^^ Pour Jorah, merci pour ta réponse, je me tournerais donc vers lui.

Oui, pour Leeven, j'avais déjà mis dans mon histoire originelle qu'elle chantait beaucoup la chanson de cette bande de hors-la-loi, bon maintenant ils ont été détruit, mais je pense que ca peut vivement aiguillé Leeven dans ses futur choix, comme de choisir le peuple que le noble face à son frère. Puis surtout ensuite être une pro peuple mdr et oui sa mère lui aura apporter un truc en plus et ne chercherait plus a tout prix a la faire devenir une Wendwater ^^ T'inquiete, on viendra voir Marianne la pro peuple aussi xd

Ma cousinneeee, c'est trop triste, mais j'ai hâte de pouvoir rp entre nous pour le coup, car je pense que ca peut-être super émouvant snif ok parfait pour l'héritage merci pour la réponse.

Pour Baelor, il revient dans la garde de nuit début an 297, comme dans ma fiche au final, j'avais bien suivi, donc au final si c'est en fin an 298, ca fera bientôt deux ans qu'il sera de retour sur l’île. Après c'est sur, il a pas fait autant ses preuves que la première version. Il doit y avoir que les hommes qui l'estime qui le soutienne et non ceux qui doute de lui. coool pour Gygyyyy.

Revenir en haut Aller en bas
La fille de la Dent d'Or
Alyx Lefford
La fille de la Dent d'Or
Valar Dohaeris
Remodelage personnages C71o
Remodelage personnages Tumblr_nlqbpk2FQS1svpp7to2_250
Ft : Hanna Mangan Lawrence
Multi-Compte : Rhaenys Targaryen || Bethany Selmy || Wylla Manderly || Jayne Bracken
Messages : 6540
Date d'inscription : 27/08/2015

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyLun 16 Jan - 15:21

Toutes les idées proposés me plaisent et promettent de belles choses Remodelage personnages 1156090823


Le temps irrevocable a fui, l'heure s'achève. Mais toi. Quand tu reviens, te traverse mon rêve, tes bras sont plus frais que le jour qui se lève. Tes plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
En absence, merci de ne pas MP ou tagguer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyMar 17 Jan - 19:51

Hihihihi bon Baelor fini, genre oui j'ai commencé par le plus simpe niveau reboot ^^

Baelor Noirmarées

OUR HEART IS MERCILESS




feat. Orlando Bloom

Prénom Nom : : Baelor Noirmarées Date et lieu de naissance : Lune 5, An 276 à Noirmarées Statut de sang : Noble Statut social : Seigneur de Noirmarées Situation maritale : Veuf d'Aylin Mullendore Allégeance : Balon Greyjoy même s'il l'apprécie guère Particularité : Il a été otage pendant 8 ans à Villevieille - Il s'est converti à la religion des Sept -Son boutre personnel se nomme l'Oiseau de nuit  

caractère

Audacieux Imprévisible Déterminé Présomptueux Agile Séducteur Ingénieux Soupçonneux   Ouvert d'esprit Rancunier


Quels sont les répercutions de la rébellion de Robert sur votre personnage ?

Lors de la rébellion de Robert Baratheon, Baelor Noirmarées n'avait que six ans et se retrouvait donc peu concerné par ce qui se passait sur le continent. À cette époque, hormis s'amuser avec son ami Flint, crée des inventions diverses avec tout ce qu'il trouvait et pouvoir avoir la chance de monter sur le bateau de son père, rien d'autre ne l'intéressait et surtout pas cette histoire de Roi qui brûle des hommes. Après tout, les Fer-nés noyaient bien les gens pour les faire revivre, pour lui cela pouvait en revenir au même avec le feu.

Bien sûr, Baelor a grandi et a compris l'histoire de la rébellion, mais celle-ci n'a rien changé pour lui, non, c'est la rébellion de Balon Greyjoy survenu plus tard qui a vraiment radicalement changé sa vie. Là, il a perdu son père lors de la bataille de Belle-île, s'est retrouvé seigneur de Noirmarées à treize ans, mais surtout est devenu un otage des Higthower pendant 8 ans. Alors oui, si une personne venait à poser la question à Baelor, il répondrait simplement que la rébellion de Robert appartenait à un passé qui ne le concernait pas.

Croyez vous en la paix du Roi Rhaegar ?

Pour croire en la paix de Roi Rhaegar Targaryen, il faudrait déjà qu'il croit en la paix de Balon Greyjoy. Le suzerain des Îles de fer pourrait très bien vouloir retenter une nouvelle rébellion pour obtenir l'indépendance. Qu'est-ce qui pourrait le retenir ? Les otages avaient été rendu et surtout son héritier. De plus, Baelor Noirmarées n'est pas un sot, il a évolué huit ans dans le Bief et ses grandes familles du continent sont aussi douées pour faire bonne image que comploter. Certes, ça fait quelques années que la paix est maintenue, mais jusqu'au jour où il se passera un événement qui provoquera une nouvelle guerre, de nouveaux morts.

Dans le fond, Baelor aimerait croire en une paix durable, mais ce n'est pas un enfant, la vie est dure et la plupart estiment que pour survivre, il faut se battre et tant que cette mentalité existerait le mot paix sera dur à être employé. Oui, Baelor croit que la paix du Roi de Westeros n'est que d'apparence et quand surveillant l'horizon, une nouvelle guerre pourrait venir. Malgré son attachement au Bief, si une bataille venait à venir, il se battrait pour les siens, pour les îles de fers, comme bon seigneur qu'il se doit d'être.

Derrière l'écran

Anwen 28 ans 7/7 J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Voir Dacey

© DRACARYS, avatar par zuz', icone par spacewalker


Histoire

La cruauté est affaire de perspective.






« Seigneur Dieu qui t'es noyé pour nous, daigne accorder la grâce à ton serviteur de ressusciter de la mer ainsi que tu l'as fait toi-même. Puisse-t-il jouir ainsi de la bénédiction du sel, puisse-t-il ainsi jouir de la bénédiction de la pierre, puisse-t-il ainsi jouir de la bénédiction de l'acier...ce qui est mort ne saurait mourir mais se lève à nouveau, plus dur à la peine et plus vigoureux ».

Le dieu des Tornades semblait en colère, faisant apparaître de gros nuage noir. Les bourrasques de vent et les hautes vagues venaient frapper la Forteresse au brique noire. Une nuit tumultueuse, mais habituelle pour le seigneur des lieux. Lord Noirmarées entouré de tous ses livres, tournait le page calmement, essayant de caché son tracas. Cela ne venait pas de la tempête, mais des cris de sa femme-Roc, aujourd'hui encore, elle mettait un enfant au monde et le seigneur espérait voir son enfant survivre. Sur quatre grossesses, deux n'étaient pas arrivées à terme, l'une avait donné un enfant Mort-né et la suivante, le bébé n'avait survécu que quelques jours. Là, il espérait avoir un héritier fort, capable de se battre pour survivre. L'érudit s'était d'ailleurs tourné en secret vers une autre religion, espérant que la Mère d'en-haut se montre plus conciliante avec lui que le dieu noyé, il avait d'ailleurs promis que si son enfant naissait mâle et paraissait fort, il le nommerait en l'honneur de cette religion, tant mal vu sur les Iles de fer. 

" BAELOR ". La voix féminine se répercutait dans la forteresse, mais l'enfant était déjà très loin. Le petit Lord avait une revanche à prendre sur son ami de toujours, Flint, un fils d'un des matelots de son père. Enfant très joueur et casse-cou, il était le genre de marmot à revenir chaque soir, les jambes recouvertes de blessures diverses, car comparé à son père, il était loin d'aimer la compagnie des livres, non lui aimait se battre et sentir le contact de la mer sur ses pieds nus. Un véritable Fer-nés, qui comme sa mère priait le dieu noyé, malgré que le nom que lui avait donné son père le rattachait au Sept. S'approchant du port, les habitants de l'île avaient l'habitude de voir le jeune Noirmarées venir leur piquer des trucs pour confectionner tout ce qui lui passait par la tête, là, c'était un piège pour intercepter Flint. Une fois celui-ci déposé, l'enfant alla se cacher, ayant déjà un grand sourire pour ce qui allait suivre. Très vite, il entendit clamer qu'il avait encore triché et Baelor sorti de sa cachette pour aller récupérer le coquillage dans la poche de son ami, qui lui était incapable de bouger. En soi, ce n'était qu'un objet quelconque, mais le but n'était pas la récompense, mais bien le défi. Chacun leurs tours, ils payaient le fer-prix pour reprendre le coquillage.

Outre les jeux, Baelor devait aussi se préparer à devenir un capitaine Fer-nés. Son père lui dictait des leçons à retenir, comme le fait qu'un bon capitaine devait toujours se trouver auprès de ses hommes, qu'il fallait toujours se préparer à voir la mer se déchaîner, et même si certaines leçons, son fils en comprenait bien le sens pour d'autres ce n'était pas encore très clair dans son esprit. De plus en plus, le Fer-nés partait en voyage avec son père, vivant plus sur la mer que sur la terre, il put rencontrer d'autres grandes familles des Iles de fer et celle qu'il avait toujours plaisir à retrouver restait Gysella Bonfrère. Elle était plus jeune que lui et voulait devenir guerrière, l'idée le faisait plutôt rire, mais elle avait une force de caractère qui lui valait le respect. D'ailleurs, lors d'une de ses visites, la voyant s'entraîner à l'épée, il s'approcha derrière elle et vint lui murmurer qu'elle ne devait surtout ne jamais descendre sa garde, elle n'eut pas l'occasion de lui répondre que son père l'appelait l'air grave. Une fois sur le boutre personnel de son père celui-ci l'informa qu'ils devaient se rendre sur Pyk.

La rébellion était lancée, quoique Lord Noirmarées ne soit pas en accord avec ce plan, il ne fit jamais part de son avis aux autres généraux et promulguait des conseils pour triompher. Comme il disait souvent à son fils "pour survivre, il faut savoir s'adapter, même si cela est contraire à tes principes." Le jeune Lord trouvait cela ridicule, lui estimait ne pas avoir à accepter de rejoindre une cause si cela ne lui convenait pas, mais il était encore bien téméraire dû à son âge. Alors qu'il fut décidé que la flotte des Noirmarées se joigne à celle de Victarion et Euron, pour aller attaquer Port-Lannis, Baelor aurait dû rester à terre, son père ne voulant pas de lui sur son boutre, mais l'enfant se montra plus malin. C'était un Fer-nés, il devait se battre, payer le fer-prix et faire honneur aux siens. L'enfant âgé de treize ans monta en douce sur un des bateaux de son père, faisant accepter sa présence au commandant de celui-ci. Port Lannis fut une victoire, même si la présence de Baelor fut révélée à son père. Rentrant dans une colère noire, digne du dieu des tornades, le jeune Lord ne baissa pourtant pas les yeux, convaincu qu'il avait agi en Fer-nés et qu'un Fer-nés n'avait aucun crainte car ce qui est mort ne saurait plus mourir mais resurgit plus rude et vigoureux.

L'air était calme, trop calme, Baelor se tenait auprès de son père, la flotte se trouvait au large de Belle-Île, tout comme la flotte royale. Lord Noirmarées et Baelor échangèrent un regard, un regard lourd de sens, comme s'ils avaient compris ce qui arriverait. Là, ils allaient à une morte certaine, mais ils iraient sans se retourner, sans fuir, car ils étaient fiers. Tout se passa très vite, la flotte royale prit très vite le dessus, si le jeune Baelor eut la chance de survivre ce ne fut pas le cas de son père. L'enfant s'était tenu auprès de lui lors de son dernier souffle et là, il l'entendit appeler l'Etranger, tout comme une Biefois qui se tenait à leurs côtés. Ne laissant aucune larme couler, il repoussa les mains qui l'attrapèrent, mais ils étaient plus nombreux, plus forts. Là, tandis qu'on l'emmenait sur un bateau étranger aux Îles de Fer, il observa les conséquences de la folie de Balon Greygoy. Pour avoir la possibilité d'obtenir son trône, il avait envoyé des hommes à la mort.

« Gente Mère, ô fontaine de miséricorde, Préserve nos fils de la guerre, nous t’en conjurons, Suspends les épées et suspends les flèches, Permets qu’ils connaissent un jour meilleur. Gente Mère, ô force des femmes, Soutiens nos filles dans ce combat, Daigne apaiser la rage et calmer la furie, Enseigne-nous les voies de la bonté »

Dans les geôles de la grande tour de Villevieille, Baelor n'arrêtait pas de proclamer haut et fort qu'il était telle la mer déchaînée et qu'il ne se calmerait que quand il l'aurait décidé. C'était un seigneur en cage, un seigneur loin de ses terres, une prise de guerre et le Fer-nés ne pouvait l'accepter. Lord Leyton Hightower lui avait donné une chambre plus convenable à son statut social, mais c'était sans compter le caractère imprévisible du jeune Baelor qui arrivait à trouver la moindre occasion pour se rebeller. Alors quand il trouvait que l'enfant allait trop loin, il l'enfermait dans les geôles, voulant lui faire comprendre qui était le maître de la maison. Il fallait parfois des jours avant que le seigneur de Noirmarées retrouve son calme et se fût toujours avec un grand sourire qu'il quittait la cellule, préparant déjà sa prochaine bêtise. Dans son esprit, il estimait que si les Hightower venaient en avoir marre de sa personne, il le renverrait auprès de sa mère sur son île, mais malheureusement cela n'eut pas l'effet escompté. Là, il avait été enfermé pour avoir effrayé des enfants de la ville, leur racontant de montreuses histoires sur les Fer-nés qui viendraient les voler et les emmener très loin de leurs parents. En soi, ce n'était pas réellement sa meilleure blague, mais l'agacement général faisait qu'il arrivait de plus en plus souvent à rejoindre sa cellule.

Quand, il n'était pas dans sa cellule ou auprès des Hightower qui essayaient de lui inculquer les valeurs de la vie sur le continent, Baelor prenait la dérive loin de la tour, s'aventurant toujours plus loin que la veille. Il fit de nombreuses rencontres dans cette ville ou il était emprisonné, comme un Mestre qui étudiait pour obtenir sa chaîne, à la citadelle. Auprès de lui, il trouva une personne en qui il donna toute sa confiance et qui lui rendit la vie à Villevieille plus agréable, tout comme Malvina Sparr. C'était une autre Fer-nés qui vivait dans la tour. Il n'était pas vraiment seul, mais pourtant lui voulait retrouver la mer, la sensation de l'air sur son visage quand il était en pleine mer et surtout revoir son île et sa forteresse faites de briques noires. 

Les années passèrent et Baelor comprit ce que son père avait voulu dire sur l'adaptation. C'était devenu clair que ce n'était pas en se faisant ennemis des Hightower qu'il pourrait rentrer chez lui, mais bien l'inverse. Le Fer-nés devint plus tempéré, acceptant même de se plier aux convenances du continent ainsi qu'à l'éducation des Sept. Au début, ce n'était qu'une manière de se faire bien voir, un petit rôle à jouer pour obtenir sa liberté, mais d'autres années s'écoulèrent et cette vie devint la sienne. Tout comme son père, il comprit la sagesse de la religion des Sept et ne voyait à présent que par eux. Baelor s'était adapté et avait survécu à ses années dans le Bief, même si son coeur appartenait toujours à Noirmarées.

Un soir alors qu'il traînait dans une taverne de Villevieille, des hommes vinrent à l'insulter par des remarques sur les Fer-nés. Le sang de Baelor ne fit qu'un tour avant qu'il ne réagisse avec ses poings. Il avait beau être devenu, un vaillant homme, courageux, fort et converti au Sept, il n'acceptait pas qu'on s'en prenne à son peuple. Si quelqu'un pouvait insulter à un Fer nés s'était un autre Fer-nés et non ceux qui ne connaissaient en rien à leur vie. Des gardes les séparèrent et Baelor fut emmené tout droit face au seigneur de la ville, pas réellement étonné. Se montrant respectueux, il l'informa de la situation et surtout du fait qu'il n'avait pas sa place ici, c'était un Fer-nés et malgré l'enseignement reçu en ce lieu qu'il garderait précieusement en lui, Baelor voulait rentrer chez lui. S'attendant à un refus, il fut surpris d'entendre lui dire qu'il ne pourrait partir qu'à une condition, épouser une des filles de la maison Mullendore, pour ainsi lier les Noirmarées aux Hightower en symbole de l'amitié des deux familles. Baelor n'était pas dupe, la maison de Mullendore était une petite maison vassale des Hightower et surement allait-il épouser la jeune Aylin, que beaucoup appelaient "la chenille" simplement parce qu'elle n'avait pas eu la chance de naître avec des beaux atouts physiques. Le seigneur lui offrait cette femme, comme les prêtres de dieux noyés offraient des sacrifices à la mer, mais pour obtenir sa liberté, le Fer-nés accepta.

« valar morghulis »

L'île de Noirmarées ressemblait tel à son souvenir, tout comme la forteresse. Accompagné de son épouse, le jeune seigneur n'arrivait pas à croire qu'il était rentré chez lui. Tous les regards se posèrent sur eux, plus sceptique que réjouie du retour de l'enfant de l'ancien seigneur. Mais pour le moment, tout ce qui importait à Baelor était de retrouver sa mère. Le temps ne semblait pas l'avoir changé, les retrouvailles avec son fils se firent en privé, ne voulant pas se laisser à la tendresse en public. Les Noirmarées étaient à présent réunis et sa mère ne sentait plus le poids de ne pas pouvoir agir à sa guise car son fils unique se retrouvait entre les mains des Biefois. Si elle accueillit son fils avec fierté, il en fut tout autre avec l'épouse de celui-ci, Aylin, n'avait rien d'une femme-roc, sa mère proclama qu'elle ne durerait pas une année à vivre dans les îles de Fer.

Même si durant toutes ces années, il n'avait eu qu'un but rentré, à présent, il réalisait à tel point la vie de seigneur était compliquée, surtout un seigneur peu apprécié par certains de ses hommes. Ceux qui avaient estimé son père et ses valeurs, n'avaient aucun de mal à suivre Baelor, les autres se retrouvaient à être plus réticents à suivre un homme qu'ils n'estimaient pas être un Fer-nés, mais un Biefois. Un Biefois qui priait les Sept. La première année fut une lutte de chaque instant, Baelor dû prouver sa force de caractère et surtout le fait que de ne pas prier les mêmes dieux ne changeait rien au fait qu'il était un fier Fer-nés. Étonnamment, son plus grand secours fut son épouse qui l'épaulait non pour prendre des décisions, mais pour l'aider à savoir prendre du recul, elle arrivait à le rendre calme rien qu'en lui portant un regard. Baelor ne ressentait pas d'amour pour elle, mais il la respectait énormément. Ce fut donc avec tristesse que quand elle lui donna un fils et mourra après des semaines de souffrance aux suites d'une infection après l'accouchement, que Baelor su qu'elle allait éperdument lui manquer. Son fils fut nommé Garett, en souvenir de son ami le Mestre, preuve que d'un certain sens, il pouvait être nostalgique de sa vie dans le Bief. La raison était simple, là-bas, il n'avait pas eu besoin à toujours surveiller ses arrières.

Alors que sa femme venait de mourir, Flint décida de frapper, pensant que Baelor serait affaiblit par la mort de sa femme. Là, alors que Baelor regardait l'horizon, le Fer-né vint l'attaquer dans le dos, par chance le Noirmarées se retourna au même moment et se retrouva blesser à l'épaule. Se retrouvant arrêter par des hommes loyaux, il se retrouva prisonnier. Le seigneur était prêt à lui faire payer le fait d'avoir essayé de l'assassiner, et même si le péché pouvait être pardonné, les crimes devaient tout de même être punis. Flint avait voulu le tuer simplement parce qu'il ne partageait pas la même religion, soit, il allait donc rejoindre le dieu noyé, son Dieu à lui. L'ordre fut donné et ses hommes s'exécutèrent, Flint mourra noyé et n'allait certainement pas renaître. Une fois que le corps de Flint flotta sans vie, la colère s'empara de lui et il se mit à proclamer pour tous ses hommes : " J'ai grandi sur cette île, partagé vos sorts durant la rébellion et certains d'entre vous osent me porter rigueur que je suis resté huit ans en otage à Villevieille, j'ai été sacrifié pour les folies de grandeur du faiseur de veuves, j'ai dû apprendre à survivre, comme la vie sur les îles de fers nous a appris. Je suis un Fer-nés, je suis votre seigneur et je n'accepterais plus qu'on attente à ma vie. Oui, je prie les Sept, comme mon père le priait avant moi et vous a-t-il abandonné à votre sort ? Non, il est mort pour les Fer-nés et je ferais de même, je mourrais pour vous s'il le faut, je mourrai pour la cause Fer-nés, car les Fer-nés sont un peuple fort qui va au-delà de toute religion." Là-dessus, il tourna le talon, tandis que tous restèrent silencieux. Plusieurs mois passèrent, plus la confiance se réinstaurait avec ses hommes, plus il pouvait partir en mer plus sereinement, il y avait toujours des méfiants envers leur seigneur, mais ils n'en disaient rien.



© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyMar 17 Jan - 20:41

Te serais-tu rendue quelques fois à Winterfell ? Car dans ma future histoire, j'y mentionnerais le fait que Ramsay ait suivi son père une ou deux fois à Winterfell.

Donc si jamais, on aurait peut-être pu s'y croiser (plus à Winterfell qu'à Fort-Terreur je suppose Remodelage personnages 865612402 )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyMar 17 Jan - 20:57

Alors oui Dacey à été l'émissaire de sa famille donc s'est rendu à plusieurs occasions à Winterfell. Après ça surtout été entre l'an 293 à lune 5 an 295. La dernière fois qu'elle a du y passé c'était en remontant avec Jorelle de son voyage du Sud en lune 4 an 296.  Il est aussi possible que Dacey soit passé chez les Bolton mais a voir ce qui aurait conduit la Mormont à Fort-terreur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyMar 17 Jan - 20:57

Ramsay tu t'approches pas des Mormonts, non non non
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyVen 20 Jan - 20:09

Azilys Serrett

I HAVE NO RIVAL.




feat. Jenna-louise Coleman

Prénom Nom : : Azilys Serrett Date et lieu de naissance : Lune 7, an 279 à Montargent Statut de sang : Noble Statut social : Dame et héritière de Montargent Situation maritale : Fiançée à Humphrey Swyft Allégeance : Tywin Lannister Particularité : Elle avait une soeur jumelle - Elle a étouffée son père avec un coussin et tout le monde pense qu'il est mort à cause de sa mauvaise santé

caractère

Intuitive Impatiente Intelligente Médisante Sociable Entêtée Divertissante Malhonnête Déterminée Susceptible


Quels sont les répercutions de la rébellion de Robert sur votre personnage ?

Lors de la rébellion de Robert Baratheon, Azilys et Aliénor n'avaient que trois ans, donc bien trop jeunes pour comprendre la situation de Westeros. De plus, l'ouest n'a pas agi lors de cette rébellion, donc la maison Serrett n'a eu aucun impact lié à celle-ci. Ce n'est qu'en grandissant que le Paon d'Argent a posé un avis sur cette rébellion, avis qu'elle garde pour elle. Déjà, envoyé des hommes à Aerys, ce n'était pas très réfléchi, surtout en vue de la folie du personnage, ils ne pouvaient s'en prendre qu'à eux-mêmes pour la façon dont ils ont fini. C'est comme mettre sa main dans le feu, elle brûle. Ensuite, provoquer tout ce lever de drapeau pour une Nordienne qui a surement cru qu'elle aurait une meilleure vie auprès du prince héritier est aussi une autre erreur. Oui, Azilys ne croit pas au kidnapping de Lyanna Stark, déjà, car Rhaegar en vue de son statut social pourrait avoir n'importe quelle femme, alors enlever une Nordienne pour son lit, cela semble bien grotesque.

Pour le coup, la seule personne qui a bien agi dans toute cette histoire, c'est Jaime Lannister, lui a eu la jugeote de tuer le Roi fou, même s'il en a payé le prix fort par la vie. L'ouest a sauvé Westeros, voilà l'avis d'Azilys, Rhaegar Targaryen aurait dû les remercier au lieu de leur prendre Jaime.

Croyez vous en la paix du Roi Rhaegar ?

La paix est une affaire de perceptive, Azilys peut convenir que depuis que Rhaegar Targaryen a pris le trône de fer, il n'y a eu que très peu de tumultes dans Westeros, hormis la révolte Fer-nés, mais eux c'est leur nature d'être révoltés, cela ne compte pas forcément. Il faut bien s'entendre que ce n'est nul une insulte contre le peuple de son cousin, juste une constatation. En même temps en vue de ce qu'elle apprit de la vie sur les îles de fers, elle comprend leur envie de se faire entendre, ils sont tellement différents, prient d'autres dieux et ne servent pas vraiment le continent, pourquoi ne pas leur laisser leur indépendance. Certains diraient même que cela enlèverait une sacrée épine du pied. De toute façon, hormis si cela concerne l'Ouest ou les affaires des mines familiales, Azilys n'ira pas si intéresser d'elle-même, mais étant manipulatrice de nature, elle ne se leurre pas en se disant que certaines maisons doivent rêver de déchoir Rhaegar Targaryen. Alors voilà tout dépend, est-ce vraiment la paix quand certains doivent souhaiter de le voir chuter ? À chacun de répondre. Pour elle, tant que Montargent garde sa richesse et sa place dans l'Ouest, elle se fiche un peu de savoir qui se trouve sur le trône de fer.

Derrière l'écran

Anwen 28 ans Fréquence de connexion J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Idem a Dacey

© DRACARYS, avatar par zuz', icone par spacewalker



Histoire

Hatred comes from the resemblance





La famille Serrett connu pour ses mines d'argent dans la région de l'ouest, refermait bien d'autres histoires, certaines éclatèrent au grand jour, tandis que d'autres furent étouffés d'une main de maître, car tel le paon de leur emblème, qui montrait ses plus beaux atouts pour séduire, il en était tout autant pour détourner l'attention de la vérité. Lord Albéric Serrett fut un des grands seigneurs de Montargent, un homme fait de principe et de bonne manière en apparence, Réellement, c'était un homme dur, capable de réduire la moindre personne qui lui barrait la route. Tout ce qui comptait pour lui, était de faire bonne image aux Lannister, quittes à détruire ceux de son propre sang. Devenu seigneur à l'aube de sa dixième septième année, il se retrouvait déjà veuf avec un  jeune fils, Tybolt. Pour lui, son héritage était assuré, mais il était décidé à avoir d'autres enfants et épousa une nouvelle femme. Outre, son enfant, il avait aussi deux soeurs à sa charge, malheureusement l'une d'entre elles durant sa première année à la tête de la maison, fugua pour suivre l'homme qu'elle aimait. Albéric rentra dans une rage folle et il lui fallut quelques années pour réaliser que son nom n'était pas seulement relié aux Fers-nés, mais aussi à une grande famille respectée parmi son peuple, les Harloi. Pardonnant de ce fait à sa soeur, il accepta que le fils de celle-ci puisse venir dans l'ouest et vienne rencontrer les siens. Son autre soeur était à peine plus âgée que Tybolt, il leur trouva à tous deux des époux respectables, étant ravi que tout se passe comme il le souhaitait. Malheureusement, il se mettait souvent en colère contre Tybolt, le trouvant trop compatissant. Etant encore son seul enfant, Lord Serrett fondait beaucoup d'espoir en lui et vu ses rêves se briser.  Après, la mort de sa femme en couches, emportant aussi leur progéniture, Tybolt refusa de se remarier et préféra, au lieu d'affronter son père chaque jour, partir de Montargent. Ce fut la dernière fois qu'il le vit de sa vie, jamais Albéric ne pardonna à son fils, ce qu'il voyait comme une trahison. L'amertume le rendit encore moins agréable, surtout envers sa seconde épouse qui ne lui donnait toujours pas d'enfant. La haine, le contrôle, voilà ce qui commençait à la caractériser. Après la mort de son épouse, il décida de s'unir à une jeune Lady qui venait d'avoir ses premiers saignements. Celle-ci lui donnerait un héritier digne de lui, il en était persuadé, ce qu'il ignorait à ce jour, c'est que cet héritier signerait sa perte.




Lorsque la nuit était tombée et que les habitants du château s'étaient endormis, elle se hissa hors de son lit et simplement éclairer par sa lanterne gagna la chambre de Lord Albéric. Le grincement de la porte lui fit arrêter son coeur quelques secondes, peur de l'avoir réveillé, mais il ne broncha pas. Posant la lanterne sur une des tables, elle s'approcha doucement et observa l'homme, la devise de la famille Serrett était qu'il n'avait nul rival, mais son plus grand rival faisait partie de son propre sang. Lui qui avait souhaité un enfant qui lui ressemblait, n'avait pas envisagé que cela causerait sa perte. Prenant le coussin auprès de sa tête, elle hésita quelques secondes puis finalement le posa sur le visage de son père et appuya de toutes ses forces.

Celui-ci se débattait, mais elle tenait bon. Fermant les yeux pour ne pas céder, elle eut l'impression d'entendre une mélodie. Une mélodie envoûtante, une berceuse pour les enfants, un air fredonné, un air qu'elle connaissait depuis si longtemps. Elle pouvait encore voir sa mère lui chanter, se souvenant de ses gestes doux envers elle et de ses histoires. Même si elle pouvait la faire sourire, il y avait toujours cette lueur triste dans son regard, une lueur que rien ni personne ne pouvait faire disparaître et finalement, son père arrêta de bouger. Retirant le coussin, il vérifia qui il était bel et bien mort. Une fois qu'elle fut sûre, elle se mit à trembler, elle était courageuse, mais elle venait de tuer son propre sang, mais il le méritait. Là dans le regard immobile de son père, elle repensa à ce qui l'avait emmené à ce moment précis.

16 ans plus tôt,

Une mélodie se répercutait dans les couloirs de Montargent, Lady Serrett venait de mettre au monde deux petites filles et malgré sa tristesse de partager sa vie avec un vieux seigneur à peine aimable, elle sentit un élan d'amour l'envahir pour ses deux êtres lovés dans ses bras. Chantant sa mélodie préférée, un air plus triste que joyeux, mais de sa voix cristalline pouvait réchauffer les cœurs. Cela faisait quelques mois, qu'elle avait dû se marier à un homme veuf depuis peu. Certaines rumeurs disaient même qu'il avait empoisonné sa deuxième femme pour ne pas lui avoir donné d'enfants. Ce n'était certainement pas le grand chevalier qu'elle avait toujours rêvé d'épouser. Oui, c'était une grande rêveuse et tandis que ses jumelles grandissaient, elle leur racontait toutes les légendes qu'elle connaissait, surtout les histoires sur les sirènes.

Azilys avait beau ressembler comme deux gouttes d'eau à Aliénor, son caractère différait du sien. Déjà très jeune, elle remarqua que sa mère n'était pas heureuse, elle avait beau s'efforcer de sourire, il y avait toujours une lueur de tristesse dans son regard. Son père, lui, leur dictait à chaque fois une ligne de conduite à suivre, un seul faux pas et la punition n'était pas loin. Elle se tenait donc à carreau, essayant même de cacher le côté rêverie de sa soeur que son père ne supportait pas. Il y a des moments où elles ne voyaient pas leur mère durant plusieurs jours, celle-ci ne voulant pas quitter sa chambre. Les domestiques prétendaient qu'elle était malade, mais un jour, Azilys s'était faufilée jusqu'à elle et l'avait simplement trouvé près de la fenêtre à fredonner sa mélodie avec un regard vide. Quand Lady Serrett remarqua sa présence, elle posa une main sur la joue de sa fille et lui souffla à l'oreille qu'elle aurait voulu être aimée, mais que son père était un monstre. Les larmes coulèrent sur les joues de sa mère, celle-ci commença à s'affoler et à trembler. Attrapant sa main, elle lui chanta la mélodie, pensant pouvoir la calmer et ce fut le cas, jusqu'au moment où une servante arriva dans la pièce et la força à sortir. Les cris de détresse de sa mère lui arrachaient le coeur, elle ne voulait pas qu'on lui enlève ses enfants, mais qui pouvait bien la menacer de cela ?

Quelques jours plus tard, une nouvelle fit annoncer, la famille allait s'agrandir, son père espérait enfin avoir un héritier digne de lui, le premier ne devant  jamais être évoqué , et il eut bien un autre fils, Lucian, l'enfant prodige, simplement parce qu'il était né mâle. Quand le petit fut assez fort, Lord Serrett décida qu'il était temps de faire un petit voyage, sa femme rêvait de revoir la mer et il pensait que c'était un bon moyen d’apparaître en famille souder. Le paraître, il n'avait que ce mot-là à la bouche. 

Lors d'une pause durant le voyage, Azilys et Aliénor se couraient l'une après l'autre, malgré les protestations de leur servante qui leur disaient de ne pas s'approcher trop près des falaises, mais elles étaient tellement heureuses qu'elles allèrent de plus en plus vite et de plus en plus loin. D'un coup, elles purent entendre la mélodie de leur mère, pourtant petite, Lys savait qu'il se passait quelque chose... Au loin, elle l'a vit au bord de la falaise, elle avait beau crier pour que sa mère lui porte de l'attention, celle-ci continua à chanter et alors que les jumelles arrivaient près d'elle, sa mère les regarda et annonça d'un sourire sincère qu'elle allait rejoindre les sirènes, puis elle se laissa tomber dans le vide. Azilys s'écroula au sol et vit sa mère se faire engloutir par la puissance des vagues qui frappaient la falaise.

Il n'y a pas pire douleur de voir que sa mère semblait être heureuse de mourir, qu'elle ne l'aimait sans doute pas assez pour rester près d'elle. L'enfant avait eu cette envie de partager ses frustrations, mais son père lui avait fait promettre de garder le secret de la mort de sa mère. Pour tous, elle était morte de la fièvre, jamais son frère ne saura la vérité et Aliénor croyait réellement que leur mère était devenue une sirène. Comment la contredire ? Et pourquoi le faire ? À ce moment précis, elle envia sa soeur de toujours voir le meilleur, car pour Azilys, c'était comme un gouffre, elle avait vu sa mère mourir, mais surtout elle allait devoir cela secret. La haine contre son père naquit dans son coeur, il était incapable de les aimer et c'était ce qui avait poussé sa mère dans la dépression, oui le responsable, c'était lui.

D'apparence, c'était la famille parfaite. Azilys savait très bien jouer le jeu de l'enfant aimante, mais elle avait plus d'un tour de son sac. À la mort de sa mère, malgré son jeune âge, elle avait décidé de rester auprès de son petit frère, lui apportant tout ce dont il avait besoin pour être heureux, mais surtout se battant de toutes ses forces pour que cet enfant ne ressemble pas à leur père. Sans le savoir, elle-même se comportait de plus en plus comme son paternel. Entre tous ses enfants, elle était celle qui lui ressemblait le plus. Si une idée lui traversait la tête, elle ferait tout pour y parvenir, se moquant des pots cassés. Malgré cela, elle gardait une part de pureté grâce à sa soeur jumelle, son amour l'empêchait de sombrer, et même si elle était souvent agacée pour son côté farfelue, elle s'était juré de toujours la protéger, autant des autres que d'elle-même. Si elle avait pris le caractère de son père, Ali, elle ressemblait à sa mère et Azilys ne souhaitait pas la voir finir comme elle.

Finalement, l'enfant devint une charmante jeune Dame. L'histoire de ses parents l'empêcha de croire à l'amour, mais cela ne pouvait pas la priver d'aimer séduire. Puis n'était-ce pas la meilleure arme d'une femme ?! Azilys savait se servir de ses atouts. Tandis que sa soeur attendait le prince charmant, elle  s'évertuait de s’entraîner à manipuler les autres.. Si son enfance ne fut pas la plus heureuse, à présent, elle se sentait bien, comme-ci le paon était sorti de sa cage dorée, vêtu de ses plus beaux atours.

Les années passèrent et rien ne changeait à Montargent, hormis une chose : l'âge de son père sembla le rattraper d'un coup. Son visage recouvert de ride, montrait les signes d'une grande fatigue. Quitter son lit lui était difficile. Un jour, il fit appeler Azilys à son chevet, celui-ci lui annonça qu'il avait prévu de marier Aliénor, que cela serait le bon moyen de la faire grandir et devenir femme. Lord Serrett avait toujours eu dû mal avec celle qui lui rappelait tant sa troisième femme et surtout lui faisait exploser en plein visage, toutes ses erreurs. Pour simple réponse, elle lui dit qu'elle était heureuse de lui obéir et qu'elle savait qui lui trouverait un bon parti à sa soeur et elle. Tandis que face à son père, elle souriait, quand elle lui tourna le dos, son sourire fit remplacer par un regard sévère.

Se dirigeant vers la chambre de sa soeur, elle la trouva à lire un livre. En la voyant Lénor explosa de bonheur lui signifiant qu'elle avait découvert un élément important sur les dragons. La voir ainsi lui réchauffait toujours le coeur, surtout dans ce genre de moment où elle s'inquiétait pour elle. Il était hors de question que son père brise le bonheur de sa soeur, hors de question qui l'unisse à un homme qui la ferait souffrir, oui hors de question qu'elle voit sa Ali dépérir comme sa mère. Beaucoup d'option s'offrait à elle, comment éviter que sa soeur se retrouve fiancée ? Une décision s'imposa à son esprit et l'emmena a rejoindre la chambre de son père. Azilys Serrett venait de dévoiler son vrai visage à Albéric, mais il n'eut pas l'occasion de se satisfaire de cela.

Personne n'avait su ce qui était arrivé à l'ancien seigneur de Montargent, vu son état de santé, l'idée qu'il soit mort dans son lit, semblait convenir à tous. Azilys allait garder un nouveau secret, tout comme son père lui avait appris, car à présent, elle avait compris que l'apparence d'une famille était importante, surtout quand il s'agissait de garder la réputation de sa maison.


Face à son miroir, son reflet lui était douloureux mais à la fois rassurant, cet homme avait éloigné sa soeur et de cela, elle ne lui pardonnerait jamais. Elle qui s'était crue si forte, venait de réaliser ses propres faiblesses, il pensait peut-être l'avoir sous sa coupe, mais elle avait hérité du tempérament d'Albéric Serrett, et même s'il avait gagné une bataille, il ne gagnerait pas la guerre. Le meilleur moyen de le punir lui avait apparu comme une évidence, il lui avait retiré l'être qu'elle aimait le plus en monde, elle en ferait de même à son égard. Touchant son reflet, une larme coula sur sa joue, le manque de sa moitié d'âme était indescriptible, se ressaisissant dès que sa servante pénétra dans sa chambre. Elle lui demanda de la vêtir de cette robe qu'il aimait tant et une fois prête se rendit d'un pas assuré jusqu'à la pièce où ils étaient tous réunis pour parler de cette alliance qui devait persévérer. Tous les regards se posèrent sur la Serrett et ce fut surtout le sien qui importait, il ne devait rien louper de ce qui allait suivre. Tous ceux présents connaissaient en bien Azilys pour l'avoir vu grandir et surtout vu prendre des décisions importantes pour le fief de Montargent. Ils la respectaient et n'ignoraient pas que derrière ce visage doux et ce sourire charmeur, elle cachait son goût des énigmes, du contrôle et du pouvoir. Finalement, après avoir laissé un temps de silence, elle annonça d'une voix claire :

- Je l'épouserais, ainsi l'alliance perdura et on ne pourra pas dire que la famille Serrett ne tient pas parole.

Ses yeux emplis de défi ne quittèrent pas ceux de son seigneur. Lui comprit sa manœuvre et surtout su qu'elle le faisait payer ses dernières décisions. Décisions qu'il n'aurait pas prises si Azilys ne l'avait pas corrompu quand elle était venue le chercher.

3 ans plus tôt,

Le nouveau seigneur de Montargent était nul autre qu'un grand frère, né de la première union de son père, qu'elle ne connaissait pas. Azilys réfléchissait à un plan d'action, elle pouvait faire en sorte d'installer Lucian à la tête de la famille, mais il n'avait que dix ans et aussi machiavélique qu'elle était, Azilys ne souhaitait pas voir le poids de la seigneurie tomber sur de si jeune épaule. C'était certain qu'elle pourrait contrôler Lucian pour agir à sa guise, mais serait-il toujours autant respecté par les autres maisons avec un enfant à la tête du fief ? Voulant assurer ses arrières, elle décida d'écrire à l’aîné de la famille, lui présentant ses respects et lui annonçant la mort de leur père. Une nouvelle fois, elle montrait son bon côté pour puiser les informations dont elle aurait besoin pour la suite, finalement sa réponse, l'éclaira à son sujet. Ses mots étaient courtois prouvant qu'il était humble et compatissant. Il était prêt à renoncer à l'héritage, mais Azilys prit sa décision, si elle avait vu juste, cet homme serait tout autant manipulable que son jeune frère et au moins lui pourrait bien paraître aux yeux des vassaux des Lannister, tout comme au suzerain.

Décidée, elle se prépara à voyager, laissant au mestre la place de régenter son petit frère, le temps de son absence. Azilys allait se rendre dans le Conflans, rencontrer Tybolt Serrett, ainsi que les Harlton. De cette famille, elle savait simplement avoir une cousine, mais n'avait pas plus d'informations. Avant la mort de son père, elle ne s'était jamais intéressée à eux, qui s'intéressaient au Conflans de toute façon ? Elle eut l'audace d'arriver avec son escorte auprès de la demeure des Harlton sans se faire annoncer, voulant user de la surprise pour voir la réaction de son frère. Quand la porte de son fiacre s'ouvra, son regard tomba dans celui d'un homme plus âgée qu'elle, mais qui était tout à fait charmant. Il se passa quelque chose dont elle n'eut aucun contrôle, lui tendant la main pour l'aider à descendre, elle l'accepta tout en lui souriant et ils restèrent un long moment simplement à se regarder avant qu'ils soient interrompus. Là, les présentations vinrent et elle réalisa faire face à Tybolt.

Restant quelques jours à Castel-bois, des longues discussions se suivirent les unes aux autres. Tybolt lui raconta ce qui s'était passé avec leur père, tandis qu'Azilys, elle garda secret ce qui concernait la mort de ses deux parents. Finalement, elle lui annonça qu'elle comprenait qu'il ne souhaite pas se remarier, en gardant pour elle qu'elle trouvait cela ridicule de rester fidèle à une morte, et que de toute façon, il n'avait nul besoin d'engendrer d'héritier s'il ne le souhaitait pas vu qu'il y avait Lucian. Usant de douceur et de jolis sourires, elle arriva à le persuader de revenir à Montargent pour tenir sa place de seigneur.

Lord Tybolt se retrouvait totalement sous l'emprise de sa soeur. Pour chaque décision, il la concertait, ne voulant pas lui déplaire, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressenti un sentiment aussi fort pour quelqu'un et si elle n'avait pas été sa soeur, il lui aurait été difficile de tenir à sa promesse de ne jamais se remarier. D'ailleurs, quand Azilys lui demanda de laisser l'honneur à Aliénor de choisir avec son coeur l'homme qu'elle épousera, il accepta. La jeune Serrett pensait réellement avoir pris la bonne décision, l'avenir de sa soeur était protégée, car elle ferait en sorte qu'elle ne tombe pas amoureuse d'un noble qui ne la mériterait pas, Azilys serait même prête d'accepter un Fer-nés, comme sa tante l'avait fait, tant qu'Ali pouvait être heureuse.

La séduction étant l'arme de la Serrett, elle réalisa petit à petit qu'avec Tybolt, elle se faisait prendre à son propre jeu. Mais, elle se disait que tant qu'elle avait du poids sur les décisions importantes, qu'Ali et Lucian étaient en sécurité et surtout que la réputation de la famille restait intacte, il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Sauf qu'un jour, alors qu'elle croyait que tout se passait bien, une de ses espionnes placé un château vint lui rapporter une dérangeante rumeur, le fait que Tybolt avait fiancé sa soeur à une famille Influente, mais qu'en plus, il était décidé à envoyé Lucian servit un chevalier du Conflans qui n'était pas un noble de base, une insulte pour les Serrett de son goût. Quand la nouvelle fit annoncé à tous, elle fit comme-ci ses décisions lui convenaient, son innocente soeur semblait sur un petit nuage, ayant toujours rêvé de se marier à un merveilleux chevalier et Azi alla la féliciter, comme elle se devait de le faire, mais intérieurement, elle bouillonnait de colère. Il n'avait pas tenu sa promesse, ne laissant pas le choix à Ali et surtout éloignait son frère de son emprise. Oui, il semblait vouloir l'isoler. Le soir-même, elle se décida à aller le confronter, lui balançant en plein visage qu'il n'était guère mieux que leur paternel. Alors que pour la calmer, il lui attrapa un bras, il lui annonça qu'ils se suffiraient l'un à l'autre. Là-dessus, la seule réaction d'Azilys fut de le gifler avant de repartir dans ses appartements.

Tandis que Lucian avait rejoint le Conflans, La Serrett était en train de se demander si elle ne ferait pas mieux de se débarrasser de Tybolt, elle avait déjà tué une fois, il lui était tout à fait possible de recommencer. Se préparant à agir, elle versa du poison dans un verre et alla rejoindre son frère, se montrant sous son plus beau visage. Malheureusement au moment où il allait boire, elle fut prise de remords et l'empêcha d'en prendre une seule goutte. Son frère réalisa ce qu'elle aurait été capable de faire et étonnamment sa réaction fut de lui demander si elle savait qu'il l'aimait, ce qu'elle répondit par un simple, je sais. Son action ne fut pas impunie, Tybolt lui interdisait de se rendre au mariage de sa soeur, par peur de la voir trouver un moyen d'empêcher cette union.

Les adieux avec son petit frère n'avaient pas été agréables, mais devoir quitter sa soeur jumelle s'annonçait encore pire. Elles passèrent leur dernier nuit ensemble, se racontant les histoires de sirènes de leur mère. D'un coup, elle vit sa soeur blêmir suivit par une toux inquiétante. Voulant que le mestre vienne l'examiner, Tybolt refusa, pensant qu'elle cherchait seulement un moyen de repousser le départ d'Aliénor. Toujours aussi adorable, sa soeur vint lui dire qu'elle allait bien et surtout qu'elle serait heureuse dans le Bief. Des simples mots pour rassurer Azilys. Le lendemain, elle serra sa soeur dans ses bras, lui promettant de très vite venir lui rendre visite et ce fut les dernières paroles prononcées avant que sa soeur aille rejoindre Tybolt dans le fiacre pour partir rejoindre son fiancé.

Seule, Azilys alla gagner la chambre de sa mère, rien n'avait bougé depuis sa mort, une pièce bloqué dans le temps. Se postant de la même façon qu'elle le faisait, elle réalisait qu'elle s'était piégé elle-même dans cette situation. Un frappement de la porte vint la sortir de ces pensées, le regard du mestre ne révélait rien de bon, tendant la main pour lire le message. Ses jambes cédèrent sous les mots écrits sur le parchemin, c'était comme ci, on venait de lui arracher le coeur. Là, elle ne put camoufler ses sentiments et se laissa submerger par la tristesse, pleurant et criant de tout son être. Sa soeur avait succombé à la maladie peu de temps avant d'aller se marier. Sa soeur l'avait quittée. Sa soeur était morte. Tout était de sa faute à lui. Il venait de lui arracher ce qu'elle chérissait le plus au monde.

À chaque fois qu'elle croisait son regard dans le miroir, il lui semblait la voir, à chaque mention d'histoire de dragon, elle pensait à elle. Même si Aliénor avait quitté ce monde, elle vivrait toujours à travers elle. N'ayant pas adressé la parole à Tybolt à son retour, ils décidèrent de ne pas se rendre au tournoi, même si cela leur aurait permis de revoir Lucian. Puis, il y avait cette histoire d'alliance promise à cette famille. Ce fut le moyen d'Azilys de rebondir, de se retrouver elle-même. Le paon était de nouveau en marche. Face à son frère et ses conseillers, la Serrett annonça qu'elle épouserait ce seigneur à la place de sa soeur, ainsi l'alliance perdurait. Son frère avait voulu jouer contre elle, il venait de perdre. Elle lui arrachait à son tour ce qu'il aimait le plus, elle-même.

Face à ses conseillers, il ne put refuser cette brillante idée et de nouvelle négociation allait donc se mettre en route. Tandis que la pièce se vida, ils ne se retrouvèrent que tous les deux et là, l'homme dans le regard de sa soeur reconnu des lueurs familières.

- Tu es la digne héritière d'Albéric Serrett.

Un sourire vint se dessiner sur le visage d'Azilys, fier d'avoir abattu sa carte maîtresse. Leur père n'avait jamais été son modèle, mais dans le fond, il n'avait pas tort, la compassion ne servait qu'à rendre faible.

- Je sais.

S'inclinant face à lui, comme toute dame convenable se devait de faire devant son seigneur, elle quitta ensuite la pièce. Azilys ignorait tout de l'homme à qui elle devrait peut-être s'unir, mais si elle avait réussi à reprendre le dessus et abattre un homme qu'elle aimait, elle n'aura aucun mal à le faire avec n'importe quelle autre personne.


La mélodie de sa mère se répercutait dans la demeure située dans le Conflans, elle trouvait important qu'il se retrouve dans un milieu familier. Lui caressant la joue, ses yeux restaient fermés, aucune preuve de conscience, hormis sa respiration saccadée. Azilys ne l'avait pas quitté depuis son arrivée, tandis qu'une de ces servantes priait derrière elle pour la survie de l'enfant, la Serrett se doutait de ce qui allait suivre. Le malheur semblait frapper les Paon et tandis qu'elle vint à fredonner le dernier air de la musique, il rendit son dernier souffle. Ne laissant aucune larme couler sur ses joues, elle alla déposer un baiser sur une des mains. Il était en paix et ne souffrait plus et alors que pour la mort de sa soeur, elle s'était effondrée, là, c'était tout le contraire, Azilys se devait d'être à la hauteur des Serrett et pour ce faire se battre pour Montargent. Alors, la tête haute, elle se rendit auprès de Tybolt et garda un air sans émotion qu'elle lui annonça la triste nouvelle. Tandis qu'il s'approcha en douceur et la prit dans ses bras, elle ne le repoussa pas, même si elle rêvait de l'écraser telle une fourmi. La haine à son égard devait se taire pour la préservation des Serrett, comme son père lui avait appris. Là, tout en s'éloignant légèrement de ses bras, elle lui annonça :

- Tu avais raison, je ne peux quitter Montargent, encore plus maintenant que je suis l'héritière, mais pour la préservation de la ligner de notre famille, je dois me marier tout de même et je pense que je connais la personne adéquate à la situation.

Empli de compassion par la récente perte de Lucian et surtout par l'annonce qu'elle resterait à Montargent près de lui, le seigneur ne vit pas la toile qui se tissait autour de lui. Là, Azilys était loin de faire un geste de paix, non elle était devenue la fille digne d'Albéric Serrett.

5 mois plus tôt,

Le fantôme de sa soeur ne la quittait pas. L'impression de la voir à chaque coin de couloirs, de l'entendre rire dans sa chambre, mais surtout de la voir lui parler quand son propre reflet apparaissait, permettait de la garder en vie. La meilleure partie de son âme avait succombé, et même si elle essayait de garder contenance face aux autres, intérieurement, elle était détruite. Le froid existait toujours entre Tybolt et elle, sa dernière décision ne faisait que les éloigner un peu plus, pourtant lui luttait pour retrouver celle qu'il aimait, mais Azilys faisait comme-ci elle ne ressentait rien pour lui. Sa punition marchait, tel était son plan, puis au fond d'elle, la Serrett voulait aussi quitter ce lieu qui la rendait si triste. Ses fiançailles étaient en cours de négociation, le promis de sa soeur était toujours sous le choc de la perte de celle qu'il aurait dû épouser juste avant son mariage. Azilys, elle ne cherchait pas à réfléchir à ce qui l'attendait, sa seule obsession était de se venger de Tybolt en lui brisant le coeur comme ce qui lui avait fait subir.

Après quelques mois, le seigneur essayait toujours de lui faire changer d'avis, ne voulant pas la voir quitter Montargent et plus il agissait ainsi, plus elle était décidée à le faire. Un jour, une énième dispute éclata et il l'attrapa par force, lui plaquant ses lèvres contre les siennes. Malgré leurs sentiments, jamais ils ne s'étaient rapprochés de la sorte, ne devant dévoiler aucun soupçon et surtout garder la bonne réputation de la maison. Mais là, Azilys ne fit que le repousser et fuir tout ce qu'elle avait ressenti. Ce fut la goûte de trop, sans réfléchir, elle ordonna qu'on lui prépare sa monture, et elle l'élança sur les terres de l'Ouest, seule.

Sa chevauchée l'emmena à un lieu où elle n'avait jamais remis les pieds. Là, elle se plaça exactement au même emplacement de sa mère avant que celle-ci saute dans le vide. Le vent s'engouffrait dans ses cheveux, tandis que la mer se déchaînait des mètres plus bas. Laissant échapper tous ses sentiments, elle se mit à crier et à maudire sa mère qui les avait tout abandonnés. Les larmes coulèrent sur ses joues, elle pleurait autant la perte de sa mère que celle de sa soeur, elle laissait échapper tout ce qu'elle estimait être de la faiblesse. Le lourd secret de la mort de sa mère était-ce qui l'avait changé, ce qui l'avait fait devenir comme son père, elle le comprenait à présent. Durant de nombreuses années, elle avait accusé le manque d'intérêt d'Albéric envers sa famille, mais son but n'était que de préserver celle-ci. Azilys le comprenait enfin. Sa mère était faible et malheureusement sa soeur aussi. Vivre dans un monde idyllique n'était pas à sa portée, non, elle voyait la réalité et la réalité était que Tybolt allait détruire l'héritage des Serrett, il n'avait pas les épaules pour maintenir cette famille à flot. Restant dans cette position stoïque, à observer l'horizon, elle vint à murmurer au vent " Vous viviez dans vos histoires de magie, de chevalier parfait qui vous rendrait heureuses, d'une belle vie faite d'éclat de rire et de bonheur et j'espère qu'à présent, vous avez trouvé cette vie à laquelle vous aspiriez, car ce n'était pas à Westeros que vous l'auriez trouvé. Bientôt, vous ne serez que des souvenirs, une histoire parmi tant d'autres, mais pour moi, vous serez toujours dans mon coeur. Vous allez surement me détester pour ce que je vais faire, mais je ne suis pas comme vous, je ne l'ai jamais été, si vous avez hérité l'art de rêver, mais j'ai hérité de la lucidité et je dois vous laisser partir pour avancer, vous êtes ma faiblesse et je ne peux être faible." Finissant sur cette phrase, elle eut l'impression qu'un poids avait quitté son coeur, Lénor n'avait plus besoin de sa protection, depuis toujours Azilys s'était évertuée de veiller sur Lucian et sa jumelle, prenant plus un rôle de mère que de soeur et à présent, cette place ne lui appartenait plus. Laissant encore passer quelques minutes, elle repensa au dernier sourire de sa mère, ainsi que l'étreinte avec sa soeur. Des moments où elles semblaient heureuses, là, emporter par la nostalgie du moment, elle se laissa aller à sourire, elle était libre. 

Enfin prête, elle se retourna et fut surprise de voir un chevalier qu'elle connaissait depuis son enfance. Sa plus grande crainte fut qu'il ait entendu tout ce qu'elle avait dit, mais en homme courtois, il aurait surement déclaré sa présence. Son regard ne put qu'être sévère, surtout, quand très vite, il fut clair que la présence de la Serrett sans sa garde dans un lieu si loin de ses terres était étrange. Acceptant que celui-ci l'escorte jusqu'à Montargent, Azilys se faisait un plaisir de répondre de façon hautaine à Hymphrey Swyft, ce qui provoqua une phrase de la part du chevalier qui ne lui quitta pas l'esprit. Il plaignait l'homme qui viendrait à l'épouser. Vexée, elle fit style de rien, comme-ci sa phrase futile ne l'atteignait pas, mais déjà au fond d'elle, Azilys pensait à un moyen de lui faire payer son commentaire. Se quittant près de Montargent, elle daigna à peine le remercier. Face à lui, pas besoin de jouer la jeune dame convenable, ils avaient grandi l'un près de l'autre et depuis toujours, elle l'avait traité ainsi. Le voyant s'éloigner, elle ne put s'empêcher de sourire, se réjouissant déjà de sa future vengeance.

Rentrant apaisée dans le château familial, elle estimait n'avoir jamais été autant claire d'esprit depuis la mort de sa soeur. Là, elle se sentait prête à toute traversée, mais il fallait qu'un nouveau malheur frappe. Se rendant auprès de Tybolt, rien qu'à l'expression de son visage, elle sue qu'une chose clochait. Il lui annonça que Lucian avait été blessé gravement, ayant reçu un coup de sabot en pleine tête alors qu'il soignait le cheval de son maître. Abasourdie quelques secondes, elle ordonna sans attendre qu'on lui prépare un fiacre pour se rendre à Castel-bois. Il était hors de question que son frère se retrouve seul, blessé, dans une région qui n'était pas la sienne. Durant tout le voyage, Azilys ne jeta aucun regard à son demi-frère, elle lui en voulait tellement, elle s'en voulait tellement. La menace n'avait jamais été leur père, non cela avait toujours été lui et c'était elle qui l'avait ramené à Montargent. 

Ne prenant pas le temps de saluer la famille Harlton, elle demanda d'être emmenée auprès de Lucian. Le voir dans cet état lui déchirait le coeur, il avait toujours été le plus beau des joyaux de Montargent, l'héritier que son père avait tant attendu, le dernier membre de sa famille qui comptait vraiment. Azilys l'aimait tellement, ayant toujours pris soin de lui. Là, près de lui, elle repensa à sa famille, il lui apparut qu'hormis sa soeur, elle les avait vus tous périr. C'était sa malédiction et comme pour l'envoyer dans un monde meilleur, elle vint à fredonner l'air de leur mère et Lucian fit emporter par l'étranger.

Quittant la pièce, de par cette mort tragique, elle devenait la dernière héritière de Montargent, une place dans la lumière, elle qui avait toujours évolué dans l'ombre. Tout en avançant dans le couloir pour rejoindre son frère, elle repensa à tout ce que son père avait pris le temps de lui enseigner pour gérer le domaine de Montargent, mais surtout les mines d'Argent. Là, elle réalisa qu'il avait toujours su que de tous ses enfants, elle était celle qui lui ressemblait le plus. Il pensait surement qu'elle dirigerait dans l'ombre de Lucian, mais le destin en avait joué autrement. Faisant face à Tybolt, elle apparut en soeur qui souhaitait faire la paix, alors que le Paon d'Argent n'avait jamais été aussi dangereux. Sans grand mal, elle arriva à le persuader qu'une union était indispensable pour préserver la lignée des Serrett, mais surtout que la meilleure famille pour s'unir serait les Swyft et plus précisément Humphrey Swyft. Là, dans cette action, elle punissait Tybolt, mais aussi Humphrey qui allait devenir l'homme qu'il avait plaint.


© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyDim 22 Jan - 9:32

Recensement famille Noirmarées :

Seigneur : Baelor Noirmarées ( 22 ans ), sa femme Aylin Mullendore
Héritier : Garett Noirmarées ( 1 ans )
Père et mère : Vernon Noirmarées et sa mère Brym Noirmarées née Botley (47 ans) (cousine du seigneur actuel)
Oncle : Beron Noirmarées ( 50 ans) prête noyé,

Recensement famille Serrett :

Seigneur : Tybolt Serrett (43 ans) et sa femme
Héritier : Azilys Serrett (19 ans) (sa soeur)
Frère/soeur : Aliénor et Lucian
Parents : Albéric Serrett et ses 3 femmes
Tantes : Lady Harloi ( 58 ans), Lady Harlton
Cousin/cousine : Harras Harloi, Marianne Harlton

Recensement famille Wendwater :

Seigneur : Yvan Wendwater ( 31 ans ) et sa femme.
Héritier : Artos Wendwater ( 7 ans )
Enfants : Trystan ( 4 ans ), Leena ( 1 ans)
Frère : Ser Thorren ( 29 ans ) Rhys ( 26 ans )
Soeur bâtarde : Leeven Waters ( 16 ans )

Si vous vouliez des liens précis, genre cousin/cousines ectt ne pas hésiter ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyDim 22 Jan - 12:17

Dacey Mormont

"NOUS SOMMES AUSSI LIBRES ET DANGEREUSES QU'UN OURS, SURTOUT QUAND IL S'AGIT DE PROTÉGER LES NÔTRES. ”




feat. Bridget Regan

Prénom Nom : : Dacey Mormont Date et lieu de naissance :  Lune 1 An 275 sur l'Île aux Ours   Statut de sang : noble Statut social : Héritière de la maison Mormont Situation maritale : Les rumeurs la disent marié à un ours Allégeance : Maege Mormont, ainsi que les Starks Particularité : Les rumeurs la disent fille d'ours, mais en fait son père était un ancien chef sauvageons. A été l'émissaire de sa famille dans le Nord pendant plusieurs années, a voyager dans le sud avec Jorelle pendant 1 ans. A une fille aussi réputée fille d'Ours.

caractère

combative impulsive élégante forte tête gracieuse impétueuse honorable froide loyale dure


Quels sont les répercutions de la rébellion de Robert sur votre personnage ?

Lors de la rébellion de Robert Baratheon, l’aînée de Maege Mormont avait sept ans. Elle a vu les hommes des l'île-aux-ours ainsi que Jorah et sa mère partir pour une grande guerre sans savoir si elle les reverrait un jour. Lors de cette absence, elle est devenue le chef de l'île, tout en étant épaulé du Mestre, mais elle a dû encore plus mûrir, sachant qu'elle se devait de protéger l'île ainsi que ses jeunes soeurs. De plus, l'oursonne avait déjà vu des batailles pour savoir ce qu'encourraient ceux partis soutenir les Stark. Ce fut donc avec soulagement de revoir les siens revenir de la rébellion. Après en soi la vie sur l'île n'a pas changé avec la rébellion de Robert, ils subissent toujours des raids venus d'ailleurs et doivent se battre pour survivent, ils restent attachés à leur religion et leur façon de vivre. Le seul changement probable qui est parvenu sur l'île, c'est plus la trahison de Jorah venu des années plus tard.

Après si Dacey devait donner son point de vue sur cette rébellion, elle dirait que le Nord a combattu pour une juste cause, mais que malheureusement, le Nord en avait payé le prix fort, devant donner l'héritier aux dragons et surtout n'ayant pas pu sauver Lyanna Stark. Comme à chaque fois, chaque bataille emporte son lot de mort surtout dans une défaite..

Croyez vous en la paix du Roi Rhaegar ?


Parler de paix ferait bien rire Dacey, elle n'est pas bercée dans la politique, mais Rhaegar Targaryen n'a toujours pas rendu Robb Stark, ce qui revient plus à dire qu'il retient le Nord en otage au lieu d'une véritable paix. Après, ayant voyagé dans le sud, il est vrai qu'une paix semble s'être installé, mais sur l'île-aux-ours les choses sont différentes, la paix n'existe pas, entre les Fer nés et les sauvageons, il faut toujours se battre pour survive, pour maintenir l'île-aux-ours. Enfin, il semble que les fers-nés se calment depuis la dernière fois qu'Euron Greyjoy a enlevé sa soeur, mais ils ne sont pas du style à rester en arrière et un jour, ils reviendront, elle en a la certitude. Dans le fond, elle respecte beaucoup plus les sauvageons qui à leur image viennent attaquer l’Île pour une histoire de survie, non de raid.

Enfin pour être clair, la paix semble être stable dans le sud, mais le Nord a toujours été a part et surtout son île, donc tant qu'elle-même n'aura pas rangé sa masse d'armes dans un coin par faute de combat, elle ne dira pas que Westeros est en paix.

Derrière l'écran

Anwen 28 ans 7/7 J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Oyé Oyé, alors me voilà de retour. Ce matin de bonne humeur, j'ai décidée de revenir poser bagage sur le fofo et de reprendre Dacey ^^ Heureuse de vous retrouver et j'ai hâte de pouvoir rp de nouveau avec vous

© DRACARYS, avatar par zuz', icone par spacewalker



Histoire

ici nous tenons debout







HERE WE STAND.

L' Île aux Ours, île isolée, île de mon cœur. J'appartiens à cette terre, rien qu'en fermant les yeux, je peux voir les collines escarpées avec des ruisseaux, je peux entendre les pêcheurs revenir avec leur récolte et je peux sentir l'odeur salée de la mer. Nous sommes peut-être pauvres, mais notre cœur est très riche et honorable. Ici, on apprend dès la naissance que la mer donne autant qu'elle reprend, grâce à elle, on obtient nos poissons, mais elle nous emmène aussi les fers-nés et les sauvageons, les raids devinrent notre quotidien et pour défendre notre foyer, pendant que les hommes allaient à la pêche, nous n'avions pas d'autre choix que d'apprendre à nous battre. Nous devenions ce qu'ils avaient fait de nous pour survivre: des femmes guerrières. Je suis une femme guerrière.

Je suis née en l'an 275, la même année que le départ de Jeor Mormont pour la garde de nuit. Première enfant de la dame de l'Île aux Ours, Maege Mormont. Ma mère est une femme forte qui n'a pas la langue de sa poche. Elle fait ce qui lui plaît, quand cela lui plaît, c'est sûrement pour cela que mon père est un homme de basse naissance, pour ne pas préciser un chef sauvageon Moisrois en fuite ayant trouvé refuge sur l'île aux Ours. Étant un homme plutôt solitaire qui ne quittait que très rarement sa maison dans la forêt, des rumeurs naquirent, celles que ma mère serait une change-peau et s'accouplait avec un ours pour concevoir des enfants. Bien sûr, rien de cela n'est vrai, mais le mystère nous apportait une certaine réputation qui ne pouvait pas nous déplaire et celle-ci resta dans les mémoires à tel point que mon solitaire de père fut oublié avec le temps et non cette légende de change-peau.

Petite, j'étais une dame comme une autre. J'aimais la danse, les belles robes, je rêvais d'un beau mariage, j'étais clairement naïve de penser que cette vie était faite pour moi. Tous mes jolis rêves tombèrent à l'eau quand je vis ma première attaque. Je ne me souviens plus vraiment si c'était les sauvageons ou les fers-nés, mais je ressens encore la peur qui me tiraillait, la chaleur des maisons enflammées sur mon visage, ainsi que de mes mains serrées dans celles de ma mère et d'Alysane. L'innocence enfantine était finie pour moi, j'allais vivre dans la réalité.

Quand j'eus l'âge adéquat, je commençai les cours de combat. Je voulais devenir une grande guerrière, non pour la puissance et la gloire, mais bien pour protéger les miens. Ce fut à l'aube de mes sept ans que je vis mon cousin, Jorah Mormont, ainsi que ma mère et nos hommes partir rejoindre la rébellion de Robert Baratheon. Toute cette agitation se passait bien loin, et on attendait patiemment les corbeaux avec mes jeunes soeurs seulement pour avoir des nouvelles. Je priais chaque jour les anciens dieux pour qu'ils protègent la famille Stark, ainsi que toutes les maisons du Nord. Les mois passèrent et tandis que les batailles avaient lieu, la vie suivait son cours sur l'Île aux Ours jusqu'au jour où on apprit la défaite de la rébellion. Robert Baratheon était mort, ainsi que le Roi. Certains pécheurs prétendaient que le nouveau Roi se vengerait, mais finalement ils rentrèrent et tout semblait être redevenu comme avant, en tout cas pour moi. Après tout, je n'étais qu'une enfant.

BLIND LOVE LEADS TO CHAOS

On rêve souvent de ce qu'on ne connaît pas, et même si j'avais adopté la tenue de guerrier j'aimais toujours autant porter des robes et m'élancer sur la piste de danse, j'avais réussi à mettre en symbiose ces deux parties de mon être. Ce n'est pas parce que je sais me battre et qu'il peut m'arriver de porter une armure que je dois être considérée comme un homme. D'ailleurs je déteste qu'on m'en fasse la remarque, cela sonnerait comme une insulte, les femmes ont autant le droit de prendre les armes et sont aussi douées que les hommes. Notre mère a fait de chacune de ses filles des féministes. Est-ce pour cela que Jorah n'a jamais cherché à me marier ? Il était le chef de famille, cela aurait été dans son pouvoir. Pour tout dire, j'ignorais quelle aurait été ma réaction, mécontente pour sûr, mais peut-être aussi curieuse de voir ce que la vie pouvait être ailleurs. Enfin, je n'eus jamais l'occasion de le savoir, car la rébellion des Greyjoys allait m'ouvrir les yeux une bonne fois pour toute. Rien à voir avec la rébellion en fait, je connaissais assez les fers-nés pour me douter que cela arriverait un jour. Non, c'est surtout les conséquences de celle-ci j'allais voir ce que provoquerait un amour aveugle.

Les fers-nés furent vaincus, j'étais encore certaine que pour nous rien ne changerait, ils viendraient toujours autant nous piller, sauf qu'ils restaient sous le joug de Rhaegar Targaryen. J'avais encore du mal à comprendre ce qui poussait les gens à faire la guerre, hormis peut-être à protéger les siens, comme Eddard Stark l'avait faite pour retrouver sa sœur Lyanna. C'est vrai que si une personne osait toucher à une de mes sœurs, je serais capable de tout. La famille, c'est ce qu'il y a de plus important. D'ailleurs, c'est dans cette optique que j'allais accueillir la nouvelle femme de Jorah, Lynce Hightower. Je me voyais déjà discuter avec elle de sa vie avant le mariage. Quand je l'ai vue arriver, son regard sur notre humble demeure me surprit, il y avait comme une lueur de mépris, elle était hautaine et au fil des semaines, détesta cette vie. Je voulais bien comprendre qu'elle était malheureuse, mais de là à tous nous mépriser, il ne fallait pas exagérer.

Mon cousin, toujours autant d'aveugle devant sa femme, commença à dépenser le peu d'argent que la famille possédait pour faire venir des jongleurs et des musiciens, mais je voyais bien qu'elle s'en fichait. Elle ne pensait même pas à ceux qui vivaient en dehors de la demeure. Cette femme me fit réaliser que rien n'était mieux que ma vie et je fus heureuse de la voir partir avec Jorah en voyage dans le sud, pensant bêtement que tout redeviendrait idyllique. Mais je voyais rien qu'au visage de ma mère rien n'allait, Jorah conduisait notre famille à la ruine pour une femme qui ne le méritait même pas. À son retour, tout sembla pire et il se tourna vers une voie sans retour: vendre des esclaves. La nouvelle se rependit et il fut condamné à la peine de mort.

Lord Stark se dirigeait vers l'Île aux Ours pour exécuter la sentence, mais mon cousin prit la fuite, laissant l'épée valyrienne de la famille derrière lui. Il nous laissait appauvris et bafoua l'honneur de la famille Mormont. Je n'arrivais pas à croire qu'il avait tout sacrifié pour un amour non réciproque. Je me jurais que jamais je ne trahirais les miens, comme Jorah l'avait fait.

FIGHT AND DANCE WITH THE BEARS

L 'héritière de l'Île aux Ours. J'avais dix-sept ans, et même si je m'étais toujours occupée du peuple, tout allait être différent. Un jour je devrais prendre des décisions pour notre bien à tous, je me devais de connaître le monde dans lequel je vivais et pas uniquement la vie sur ma petite île. C'était une nouvelle perspective que je n'avais jamais envisagée et qui pourtant me plaisait. Au fond de moi, je savais que je serais à la hauteur de ma tâche et puis pour le moment, il me fallait épauler ma mère. Cela en surprendrait sûrement certains que des femmes commandent, mais j'allais leur prouver que le sexe n'avait que peu d'importance.

Les premiers mois je passais davantage de temps sur les côtes de l'île à défendre nos petits villages des pillages. Puis ma mère m'envoya comme porte-parole dans le Nord, il fallait que les autres maisons sachent à qui ils avaient affaire et vice-versa. C'était la première fois que je me retrouvais indépendante, loin de ma mère et de mes sœurs, mais il fallait bien faire ses preuves. J'appris durant mes nombreux voyages à rester discrète, surtout au sujet de la vie sur l'île, je ne me plaignais pas de toutes les attaques des sauvageons et des fers-nés, nous avions toujours réussi à les repousser sans l'aide de personne, cela resterait donc ainsi. Il arriva souvent que certains des hommes fussent étonnés de me voir en robe ou surtout de remarquer qu'après tout, j'étais bien une femme. C'était rassurant de se dire que j'étais désirable, mais je savais que cela n'irait pas plus loin. L'envie de mariage se trouvait loin derrière moi, ce n'est qu'une prison pour les femmes et je tenais à ma liberté.

Ce fut lors de l'un de mes retours chez moi que ma mère m'annonça la mort de mon père. Et à l'image de sa vie, personne n'entendit parler de sa mort. Cet homme avait toujours été discret et il s'en était bien sorti au final. C'était un homme que m'avait beaucoup appris, même si je n'arrivais à envisager qu'il soit un sauvageon, eux qui venaient s'attaquer à mon île. Depuis ma naissance, j'avais vu les meilleurs et les plus mauvais côtés de l'être humain, je me doutais que jamais un monde idyllique ne pourrait exister. Les hommes ne recherchent que le pouvoir ou le sang, ce qui mène à la guerre. Sûrement qu'un jour, je serais emmenée à la faire, mais j'espère vraiment que ce sera l'honneur ou la protection du Nord qui me mènera sur ce chemin et non la perfidie. De toute façon, la maison Mormont restera loyale coûte que coûte à la famille Stark, nous sommes leurs vassaux, nous avons fait un serment que l'on se doit de respecter, même si celui-ci nous conduit à la mort.

Cela faisait quelques années que ma mère dirigeait l'Île aux Ours, mes sœurs prétendaient que j'étais devenue plus exigeante et autoritaire, alors que je cherchais seulement à restaurer l'honneur de la famille. Ma mère était mon modèle, mais d'une certaine façon je m'étais toujours plus identifiée à mon oncle Jeor, devenu le commandant de la garde de nuit. Un homme que je ne connaissais que par les récits, mais je me sentais proche de lui. Il avait renoncé à son pouvoir pour rejoindre la garde de nuit, protéger le Nord, je trouvais que c'est un but louable. Et une autre de mes sœurs était d'accord avec moi, Jory, sauf qu'elle voudrait réellement rejoindre la garde de nuit. Elle a beaucoup d'idées controversées. Ma mère pense que si elle découvrait le monde elle changerait. Je n'y crois pas trop, mais la décision avait été prise. J'irai avec Jory visiter quelques régions au Sud, dans des contrées où je n'avais jamais mis les pieds. Car c'est aussi le rôle d'une héritière de savoir qui pouvait devenir des alliés ou des ennemis.

L'Île aux Ours est ma patrie. Alors que nos bagages se préparaient, je posai ma main sur la sculpture façonnée dans la porte de notre demeure. Il s’agissait d'une femme portant une peau d'ours, avec un enfant de lait à son sein. Dans l'autre main, elle tenait une hache. Elle n'était pas une dame conventionnelle, mais je l'avais toujours aimée. Elle représentait l'âme des femmes Mormont.

THE CHILDREN OF THE NORTH

Quand je posai les pieds sur le bateau qui nous mènerait à Accalmie, je ne me sentis pas à mon aise. J'allai quitter le Nord pour un certain temps et cela m'effrayait bien plus que je pourrais l'admettre. Les anciens dieux n'ont pas leur place dans le sud et j'estimais qu'il en était de même pour moi. Jorelle, elle semblait à son aise, heureuse de pouvoir découvrir le reste de Westeros. Après Accalmie, nous nous sommes rendues dans le Bief, puis à Port-réal. La capitale fut tel un choc pour moi, tant de pauvreté, une odeur tellement nauséabonde, mais c'est surtout le grand septuaire de Baelor qui me fit comprendre à tel point la religion des Sept était différente de celle des anciens. Je ne pouvais me montrer que méfiante de ces dieux qui avaient besoin de superbes bâtiments faits de luxure alors que son peuple semblait mourir de faim à l'extérieur. Devoir partir pour le Conflans fut un réel soulagement, cela faisait six mois que nous avions quitté le Nord et la vie sur l'île me manquait terriblement, la crainte qu'un raid contre ma famille tourne mal m'empêchait souvent de dormir, je serai bien incapable de me pardonner si cela arrivait. Et vint le temps, après la visite du Val d'enfin repartir pour le Nord. Une longue année loin de chez nous, une année où j'avais fait de très bonnes rencontres ainsi que des mauvaises, ou j'avais pu voir les visages des plus puissants de Westeros, une année qui m'avait permis de comprendre à quel point la vie dans le Nord était spéciale, oui cette année m'avait fait mûrir, mais surtout comprendre ou était ma place. Je suis une fille du Nord et au fond de moi, je ne voulais plus jamais me retrouver une nouvelle fois loin de chez moi.

Arrivées à Goëville, Jory et moi avions pris une chambre dans une auberge, devant passer nos derniers jours ici en l'attente que le bateau qui nous emmènerait à Blancport soit prêt. J'étais si lasse, un brin de mélancolie me parcourait, bientôt, je serai de retour chez moi, mais cela faisait tellement longtemps que j'avais cette impression que je n'y parviendrais jamais, que jamais je n'allais revoir le visage de mes soeurs adorées, ainsi que la beauté de l'île aux ours. Étonnamment, ce fut un homme qui me remonta le moral, il arriva à me faire sourire, chose très rare et j'allais passer une nuit merveilleuse auprès de lui. La première fois qu'un homme me touchait sans que je me retrouve à le menacer de ma masse d'armes. Ceci clôtura mon long voyage. Le lendemain, je retrouvais Jory sur le bateau et je souriais encore, simplement parce que c'était fini, je rentrais à la maison.

Je n'avais jamais été aussi heureuse de ma vie, revoir tous leurs visages, autant le peuple que ma famille et j'étais rassurée de voir que rien n'avait changé sur l'île, hormis la petite Lyanna et Marthe qui avaient bien grandi. Nos habitudes reprirent très vite, jusqu'au moment où je remarquais un changement chez moi, je ne vais pas dire que j'ai accepté la nouvelle avec sourire, non, ce fut surtout de la crainte, j'étais enceinte. Jamais, je m'étais imaginé devenir maman, ne voyant qu'Alysane dans son rôle et pourtant au fil des mois, je m'habituais à cet être qui vivait en moi. Comme toutes les femmes Mormont, le peuple me pensait uni à un ours, la légende des changes-peaux ne faisait que s'intensifier avec cette nouvelle grossesse. J'eus le grand bonheur d'avoir une petite fille, Maeve, encore aujourd'hui, je ne peux exprimer tout ce que je ressens à son égard, elle est celle que j'ai toujours attendue, la raison de mon existence. La blondeur de ses cheveux lui venait de son père, mais pour tout le reste, elle tenait des Mormont. Un élan de joie s'empara de notre famille, mais malheureusement, ce fut de courte durée, l'île fit face à un nouveau raid et Lyra fut enlevée par Euron Greyjoy.

Je me sentais impuissante, dû à mon accouchement encore récent, je n'avais pu aller combattre et je ne pouvais m'empêcher de me dire que si j'avais été là peut-être que Lyra serait toujours parmi nous. Une certaine tension apparaissait chez les Mormont, on attendait tous de savoir si les Stark iraient nous épauler pour aller secourir notre soeur, mais finalement, on n'eut jamais l'occasion de la savoir. Asha aida Lyra à s'évader et marchanda son frère contre elle, ce qu'Eddard Stark accepta. En agissant ainsi, les Mormont ne pouvaient être encore plus loyale à la maison suzeraine, grâce à la libération de Théon, notre soeur pouvait revenir parmi nous.

Mon rôle d'héritière et de maman me prenait beaucoup de temps, je décidais donc de laisser ma place d'émissaire de ma famille à Lyra et tandis que je voyais Maeve grandir, je ne pouvais que penser à mes racines sauvageonnes. Au loin, sur les rives glacées, j'avais une autre famille, je me retrouvai un peu perdu et finalement, j'étais en train d'accepter qu'une part de moi vînt du peuple libre. Il était mon peuple comme les Nordiens.

La dernière année s'écoula plus calmement, Jorelle avait recueilli un jeune bébé aveugle qu'on appela Edwin et Alysane mit au monde un petit garçon, une surprise pour nous toutes et pour honneur à notre oncle, elle l'appela Jeor. La légende qui entoure les Mormont ne nous quitte pas, elle est notre protection, mais surtout notre façon de s'imposer face à toutes ses maisons dirigées par des hommes. Nous sommes des femmes guerrières qui n'ont pas peur d'exprimer leur point de vue et se battre pour ce qu'on estime être juste, mais surtout nous sommes attachées à notre île. L' Île aux Ours, île isolée, île de mon cœur....

© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyDim 22 Jan - 15:38

Leeven Waters

LE CHAGRIN EST UN POISON LENT POUR CEUX QUI NE SAVENT PAS PLEURER.




feat. Imogen Poots

Prénom Nom : : Leeven Waters Date et lieu de naissance : Lune 3, An 282 chez les Wendwater Statut de sang : bâtarde Statut social : Guérisseuse vagabonde Situation maritale : Célibataire Allégeance : Aux peuples Particularité : A appris l'art de la guérison, de l'alchimie de lys et le haut valyrien grâce à sa mère Lysienne et le Mestre de la famille - elle porte une cicatrice sur sa joue gauche - connait les bases de la médecine Rhoynar - Possède un oeuf de dragon noir

caractère

Altruiste Imprudente Savante Angoissée Maligne Hésitante Attentive Solitaire Créative Maladroite


Quels sont les répercutions de la rébellion de Robert sur votre personnage ?

Lors de la rébellion de Robert Baratheon, Leeven n'était alors qu'un bébé dans une position délicate qu'est la bâtardise. Son père Lord Wendwater resta loyal aux Targaryens et prit par aux combats au côté de Rhaegar, jusqu'à la bataille du trident, Malheureusement il ne survivra pas à cette bataille, tué par un des hommes de Robert Baratheon, qui utilisa la seconde d'hésitation de son père pour l'achever brutalement.
Leeven a donc grandi sans la présence de son père à ses côtés et c'est surement le plus grand impact sur sa vie qu'à apporter la rébellion du Cerf. Par chance, l'héritier de son père, Yvan Wendwater a décidé de garder la bâtarde dans le foyer familial et de l'élever comme une noble, mais elle n'a jamais été véritablement une noble ni même une fille du peuple, se retrouvant entre deux mondes bien distinct et ne sachant pas durant des années où était véritablement sa place. À présent, elle a choisi le peuple, mais une part d'elle appartiendra à jamais aux Wendwater, ainsi qu'à son père qui est mort pour ses convictions et sa loyauté. D'ailleurs pour la plupart des détails de la rébellion de Robert, elle les connaît grâce au Mestre, à son frère Rhys et à ce que le peuple a bien voulu lui dire de cette époque.

Croyez vous en la paix du Roi Rhaegar ?

N'ayant connu aucune véritable grande bataille, Leeven ne peut que croire en la paix de Rhaegar Targaryen, il a su réunir les régions rebelles ainsi que les régions loyales sous le même joug, le sien. Puis en vue des histoires racontées au sujet de son père, Aerys Targaryen, il ne peut être qu'un meilleur Roi. Ceci se prouve par quinze années passées sur le trône, sans que personne ne le désapprouve, en tout cas de ce qu'elle en sait...
Pour la bâtarde de Wendton, si par le terme paix, il n'est mentionné que guerre, oui elle soutiendrait que Westeros est en paix et elle en est bien contente, car dans ce genre de situation c'est le plus souvent le peuple qui prend. D'ailleurs nul besoin d'être en guerre, malheureusement le peuple reste à la merci des nobles et tous ne sont pas convenables avec ceux qui leur permettent d'avoir autant de puissance. Tout ce que pourrait reprocher Leeven à ce règne, c'est simplement que le peuple n'est pas estimé à sa juste valeur, personne ne les protège comme on protégerait les plus grands. Après, cela n'appartient pas que seulement au règne du Roi Rhaegar, non ceci a toujours été ainsi et il faudrait toute une armée de partisans du peuple pour que cela change, mais cela appartiendrait au miracle. Il n'est plus l'époque des fraternités qui se rebelle contre l'autorité. Tout s'explique par le fait que ce n'est plus Aerys au pouvoir, mais bien Rhaegar Targaryen.

Derrière l'écran

Anwen 28 ans 7/7 J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Idem à Dacey

© DRACARYS, avatar par zuz', icone par spacewalker


Histoire

En toute saison




Le bois-du-roi renferme bien des histoires et celle qui est resté longtemps sur les bouches du peuple reste les récits de la fraternité Bois-du-roi. Un groupe de hors-la-loi fondé par Simon Toyne, sa famille était tombée en disgrâce après une altercation avec les Targaryen. Se dressant contre la noblesse, ils étaient doués pour enlever les nobles et demander une rançon en retour. Il était évident que de la part des nobles, ils étaient nuisibles, infâmes, des hors-la-loiqu'il fallait arrêter, mais le peuple les protégeait, les voyants comme leurs héros. Alors qu'étaient-ils vraiment des bandits ou des sauveurs ? Tout dépendait des points de vue, réellement, ils étaient simplement des hommes qui se battaient pour leurs idéaux et contre le règne du Roi Aerys Targaryen. En tout cas, la couronne l'emporta sur les hors-la-loi, retournant même le peuple contre eux, ce qui provoqua leurs pertes, de moins en apparence, certains membres furent simplement présumés mort et l'histoire qui va suivre suivront les traces d'une Lysienne du nom de Seereï. 
Elle était l'empoisonneuse du groupe, quand elle ne prenait pas le rôle de guérisseuse. Cette fille d'alchimiste avait fui Lys quand son père, dû à une grosse dette, était devenu esclave. Westeros avait été pour elle une destination évidente, pensant qu'en ce lieu tout se passerait mieux, mais elle réalisa que ce n'était pas le cas et lors d'un de ces voyages tomba sur la route de Simon Toyne. Elle en tomba amoureuse et décida de rejoindre son groupe d'Hors-la-loi, d'ailleurs elle ne devait sa survie qu'à lui, Lors de l'attaque des hommes d'Aerys, Simon lui demanda de cacher un objet précieux, mais surtout de ne jamais oublier leur combat. Il voulait que Seereï survive pour que la fraternité survive avec elle. Tandis que les épées se croisèrent et s'abattirent sur ses anciens compagnons, Seereï trouva une cachette parfaite pour le bien de son aimé et continua sa route en se promettant de ne jamais oublier.




"No man's gold was from them, nor any maiden's hand. Oh, the brothers of the Kingswood, that fearsome outlaw band."

Wendton, demeure qui se trouve sur la rive de la Wend ainsi que la lisière du Bois-du-roi, a pour propriétaire la famille Wendwater.. Il n'y a pas de plus bel endroit, de plus beau moment, que celui où le soleil se lève, les rayons qui traversent la forêt et le cri d'un bébé qui se répercute comme un écho. Lord Wendwater venait d'être père pour la quatrième fois, et alors qu'il avait ressenti de la fierté en prenant ses fils dans ses bras, là, c'était différent. Dans les yeux de sa fille, il vit la beauté, la fragilité, son instinct protecteur prit le dessus. Elle avait beau être illégitime, il se voyait l'aimer et la protéger durant de longues années. Mais souvent ces espérances sont vaines, surtout quand le destin en décide autrement. Il ne la verrait jamais faire ses premiers pas, n'entendrait pas ses premiers mots et ne l'a verrait pas grandir.

Fidèle à la maison Targaryen, son père s'allia à l'armée de Rhaegar, combattant près de lui à la bataille du trident, face aux hommes de Robert Baratheon. Malheureusement alors que son père faisait face à un partisan des Baratheon, il hésita un fragment de secondes, ce qui lui fit recevoir un coup fatal. Pourquoi n'avait-il pas frappé ? Pourquoi cette hésitation ? Qu'est-ce qui avait bien pu lui traverser l'esprit ? Personne ne pourrait le dire, même ceux qui avaient vu la scène. Enfin, cela aurait pu se terminer ainsi, si son adversaire n'était pas décidé à réduire son corps en miettes. Ce fut un corps méconnaissable que la famille Wendwater récupéra.

Leeven entendit cette histoire beaucoup plus tard, alors que la rébellion avait été vaincue et que l'aîné de ses frères avait hérité des terres et du titre de leur père. C'était un garde qui la soufflait à une servante, l'enfant en resta tétanisée, ne comprenant pas pourquoi on avait bafoué le corps de son père pour ensuite l'envoyer sur ces terres. Elle l'avait toujours idéalisé grâce aux récits de son frère Rhys et d'un coup, elle apprenait qu'une simple hésitation l'avait tué.

La bâtarde avait hérité du physique des Lysiens, cheveux blonds et bouclés qui s'accompagnent de magnifiques yeux bleus. Depuis la mort de son père, sa mère, une magnifique Lysienne, dont son père était tombé amoureux lors d'une de ses parti de chasse dans le Bois-au-roi, fut rétrogradée au poste de servante. Cela ne la gênait pas, tant qu'elle pouvait rester auprès de sa fille. Leeven était une enfant rayonnante, elle aimait rire, chanter et coudre, étant toujours heureuse d'accueillir les nobles qui venaient à l'époque de la chasse, enfin jusqu'au jour où l'un d'entre eux la traita de bâtarde, lui signifiant qu'elle ne devrait pas se trouver à leur table, mais bien en cuisine. Il ne lui en fallut pas plus pour quitter la table et partir rejoindre sa mère, pleurant dans ses bras. Sa mère représentait beaucoup pour elle et surtout ses enseignements. Son frère aînée avait même accepté que sa soeur suive les enseignements du Mestre au sujet de la médecine. Leeven aimait apprendre, mais surtout aider son prochain.

Les années avaient passé, Leeven avait appris à supporter les remarques sur sa bâtardise, répondant souvent par un simple sourire et continuant ce qu'elle faisait comme si de rien n'était. Elle savait qu'elle devait être plus intelligente que ceux qui l'attaquaient, tout ce qui comptait pour elle, c'était d'être accepté par les siens. Entre tous ses frères, elle était plus proche de Rhys, sûrement parce que dans ses yeux, elle pouvait lire qu'il se fichait de son statut social. Les enseignements de sa mère et du Mestre avaient porté leurs fruits, elle savait à présent faire de nombreux poisons et leurs antidotes, mais ce qui l'intéressait le plus c'était les remèdes. Leeven aimait aider et il lui arrivait très souvent de se rendre dans les villages qui entouraient Wendton, simplement pour aller soigner ceux qui étaient malades. Dans sa contrée, son talent était reconnu, mais c'est surtout sa simplicité et la façon qu'elle avait de s'occuper de tout le monde qui étaient apprécié, certains disaient même qu'il suffisait de la voir sourire pour que la journée soit meilleure.

Dans la demeure des Wendwater, la famille était réunie pour fêter les quinze ans de Leeven. Ses frères, malgré son statut de bâtarde, ne l'avaient jamais mal traité, certes Torren savaiit bien lui faire sentir qu'elle n'était pas comme eux, mais il aimait tout de même sa petite soeur, le véritable soleil de la famille. Yvan ne regrettait pas son choix de l'avoir gardé auprès d'eux, après la mort de leur père. Qui ne pouvait pas craquer face à la douceur de la guérisseuse ? Si elle n'avait pas été bâtarde, il n'aurait eu aucun mal à la marier en vue de la beauté qui la gagnait année après année. Pour le moment, le visage de Leeven était rayonnant surtout face au cadeau du seigneur de la maison, une ceinture en cuir sur laquelle était attachée une sacoche, dans laquelle elle pourrait déposer toutes ses potions et les ustensiles utiles pour les soins. Ravie, elle remercia son frère en le serrant contre lui, un geste affectueux assez rare envers son ainée, mais ce cadeau affirmait qu'il était en accord avec son envie de devenir une grande guérisseuse.  

Le coeur à la fête, ses frères avaient bien bu, Leeven continuait à admirer ses présents, quand une servante vint lui souffler que des personnes l'avaient réclamé pour se rendre dans le village voisin. Furtivement, elle quitta la fête qui était sienne, pour aller se vêtir d'une tenue plus convenable et installa la ceinture autour de sa taille. Là, elle ressemblait véritablement à une guérisseuse. Allant au laboratoire de sa mère, elle prit tout ce dont elle aurait besoin pour effectuer ses soins puis alla chercher son cheval pour se rendre au plus vite dans le village. Il y avait eu plusieurs cas de fièvre assez alarmant surtout en vu de la contagion. Il fallait surtout ne pas laisser les malades se déshydrater et pour cela, Leeven devait reléguer pour pouvoir s'occuper des premières personnes touchées par le mal. À un moment, elle fut obligée d'envoyer quelqu'un retourner chercher d'autres potions chez elle, pour pouvoir en plus de soigner, préparer le corps de ceux pas atteint par la fièvre à lutter contre la maladie. La personne revenu accompagné de sa mère qui voulait prêter main forte. Jamais, Leeven n'avait passé autant de temps auprès de malade, a essayer de la maintenir en vie et tellement concentrer dans tous ses soins, elle ne remarqua pas les premiers signes de maladie sur sa mère. À l'image de sa fille, la Lysienne ne se plaignait pas, usant de toutes ses forces avant de s'écrouler. Le tragique de la situation était que Leeven avait réussi à sauver le village, mais n'arrivait à soigner sa mère, son état étant trop avancé. 

Dans un énième délire dû à la fièvre, sa mère ne cessait de lui répéter une localisation dans le Bois-au-roi. La bâtarde lui disait de se calmer, mais celle-ci insistait, se débattait, elle voulait que Leeven l'emmène à cet endroit. Sachant bien qu'elle ne pourrait rien faire pour la sauver, hormis diminuer la douleur, elle se plia à sa dernière volonté. La nuit commençait à tomber et Leeven avait l'impression d'avoir marché durant des heures. Lorsqu'elles furent arrivées, elle aida sa mère à descendre de son cheval et la déposa contre un arbre. La Lysienne caressa la joue de sa fille et lui demanda d'être attentive. L'histoire de Seereï toucha énormément la Waters, depuis son plus jeune âge, elle aimait fredonner la chanson sur la fraternité Bois-au-roi et apprendre que sa mère avait été un de ces membres ne pouvait que la rendre fière d'être sa fille. À un moment, elle alla même se demander si elle n'était en fait pas la fille de Simon, mais au fil du récit, elle comprit que non. Seereï était resté durant plusieurs semaines à errer, anéanti de la perte de son grand amour et c'était ainsi qu'elle avait croisé le père de Leeven. Un seigneur qu'elle qualifia de doux et prévenant, envers elle. Jamais, la Lysienne ne l'avait aimé comme Simon, mais Lord Wendwater lui offrit le plus beau des cadeaux, sa fille. Les larmes s'échappèrent des yeux de Leeven, tandis que sa mère lui indiqua un trou dans un arbre. Prononçant une dernière phrase, Seereï vint à rejoindre le reste de sa fraternité et surtout Simon.

Se retrouvant seule, elle pleura des heures sur le corps de sa mère, n'acceptant pas de ne plus l'avoir près d'elle. Leeven s'en voulait tellement de ne pas avoir pu la sauver, oui, elle se sentait responsable de sa mort. Décidant de l'enterrer dans ce lieu que sa mère aimait tant, la Waters se dirigea vers l'endroit où elle avait caché le bien précieux de Simon et la surprise fut totale en découvrant qu'il s'agissait d'un oeuf de dragon. Durant toutes ces années, il était resté là, Seereï étant la seule à connaitre sa position. Sa mère avait tenu sa promesse, jamais elle n'avait oublié et à présent, cette promesse appartenait à Leeven. La fraternité vivrait toujours à travers elle.

" Quand je regarde une nuit comme celle-ci, je sens comme s'il ne pouvait jamais y avoir de méchanceté ni de chagrin dans le monde, Tu es la joie de ma vie. Leeven, écoute ton cœur maintenant. "

La tristesse ne quittait pas son doux visage, il était dur de continuer à sourire sans être auprès de sa mère, son plus grand modèle. Le plus souvent, elle allait se balader dans la forêt pour récolter ses plantes, quand elle ne s'occupait pas des plus nécessiteux. Se rendre utile semblait être la seule chose qui pouvait lui permettre de surmonter son chagrin, même son amie Yavana avait du mal à lui rendre le sourire quand elle lui rendait visite, ni même à lui faire admettre qu'elle n'était pas responsable de la mort de sa mère. 

Un soir alors qu'elle rentrait d'un des villages voisins, des cris dans la maison l'interpella, Yvan paniqué vint lui dire qu'il allait perdre sa femme et l'enfant qu'elle portait. Allant rejoindre le mestre auprès de sa belle-soeur, Leeven épaula de son mieux son mentor et finalement, ils arrivèrent à sortir l'enfant, tout comme à sauver la mère. Tenant, la petite fille dans ses bras, Leeven compris à ce moment précis qu'au lieu de pleurer mort, elle devait se battre pour les vivants. Son frère ainé venait d'avoir son troisième enfant et sa première fille, Leena. La maison était en fête pour la nouvelle naissance et Leeven gagna sa chambre. Sortant l'oeuf obscur de sa cachette, elle se mit à l'observer à la lueur d'une bougie. Depuis qu'elle l'avait trouvé, elle le choyait comme si à l'intérieur, un dragon en vie y séjournait. Les dragons étaient un vestige d'un temps passé, mais elle aimait croire que cet oeuf lui avait toujours été destiné et que dans son coeur résidait l'envie de protéger le peuple comme la fraternité le faisait dans son esprit. Elle n'avait parlé à personne de l'histoire que lui avait racontée sa mère, mais souvent, elle aimait se le rappeler à elle-même.

Jamais, elle n'avait imaginé quitter un jour Wendton et sa vie auprès de ses frères, mais un choix allait s'imposer à elle de la main même de son frère Thorren, de ses trois frères, il était celui dont elle était le moins proche. Yvan avait toujours pris soin d'elle, Rhys, lui, l'avait toujours estimée comme sa véritable soeur lui racontant souvent les récits de ses différents voyages à Essos, mais Thorren était un chevalier plus brusque, plus caractériel et il trouvait sa jeune soeur bien trop douce, trop proche du peuple malgré son statut de bâtarde, lui aurait souhaité la voir vouloir sortir du lot. Le peuple en avait peur, et cela, pas sans raison. Là, tandis qu'il sortait d'une auberge, non loin de Wendton, titubant et hurlant, il s'en prenait à une jeune femme un couteau dans la main. Leeven, qui venait de finir une visite dans une maison voisine, eut le coeur serré face à cette scène. Personne n'osait bouger, il était un chevalier, eux le peuple qui serait toujours en tort face aux titres. Finalement, elle décida d'agir, tout d'abord en essuyant de le calmer, mais rien n'y faisait, il la menaçait toujours. Pour finir, la scène se passa très vite, il leva le couteau tandis que la paysanne essayait de fuir, Leeven s'interposa entre les deux et senti le couteau déchirer la chair de sa joue gauche. Le sang chaud coulait le long de son visage, Thorren attrapa sa soeur au cou, serrant de plus en plus fort, lui en voulant d'avoir permis à sa proie de s'échapper. La sensation du manque d'air apparut très vite, elle essayait de se débattre, mais il était plus fort. Finalement, il la lâcha tout en lui crachant verbalement au visage qu'il était temps qu'elle choisisse sa place entre la noblesse et le peuple, car elle ne pouvait pas être les deux. Reprenant son souffle au sol, des larmes venaient se mélanger au sang sur son visage. Elle avait eu peur d'y passer, mais surtout elle avait peur de rentrer à présent.

Des marques des traces de mains violettes étaient apparu sur son cou, même parler lui faisait mal. Leeven avait soigné sa joue et savait qu'elle porterait à jamais une cicatrice, une cicatrice causée par son propre sang. Quoique son frère Yvan l'ait rassuré en lui disant que jamais il ne lui referait du mal, Leeven ne pouvait s'empêcher de repenser à ce que lui avait dit Thorren. Le peuple ou la noblesse. Là, elle se disait qu'une décision était à prendre et laissant une lettre à sa famille, elle emporta l'oeuf dans un sac, comme toutes les affaires dont elle aurait besoin et décida de partir, car son choix était fait et s'était le peuple. Dans sa fuite, Yavana vint la rejoindre, elles étaient décidées ensemble, à parcourir Westeros.

Quelques jours, après leur départ, dans les terres de l'Orage, elles croisèrent la route d'une jeune Dornienne, celle-ci était blessée et malgré l'avertissement de Leeven était décidée à ne pas se reposer. Ne pensant qu'à la soigner, la guérisseuse était décidée à la suivre et voici comment s'étaient formés leur petit trio, une guérisseuse, une tueuse et une voleuse. Leur première destination fut le peuple Rhoynar ou Leeven apprit auprès d'eux des bases de leurs médecines bien particulières, puis ensuite le trio continua sa route. Pendant un an, elles ne s'étaient pas quittées, mais là, à Port-Réal, Yavana décida qu'il était temps pour elle de retourner à son ancienne vie, tandis que sydän, son faucon et Leeven ne savaient pas encore de quoi demain sera fait.

© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages EmptyJeu 9 Fév - 17:50

Andar Royce

"We Remember"




feat. Tom Burke

Prénom Nom : : Andar Royce Date et lieu de naissance : Lune 9 An 270 à Roches-aux-runes Statut de sang : Noble Statut social : Héritier de Roche-aux-runes Situation maritale : Marié à Alys Grafton Allégeance : Yohn Royce ainsi que les Arryn Particularité : Il a été pardonné pour le sac de Port-réal alors qu'il était l'écuyer de Brynden Tully

caractère

Pragmatique Soupçonneux Stratège Borné Intrépide Buveur Bon combattant Calculateur Vif Fier


Quels sont les répercutions de la rébellion de Robert sur votre personnage ?

La rébellion de Robert fut une étape très importante dans la vie de l'héritière de Yohn Royce. Lors des prémices de celle-ci, il se trouvait près des Tully étant l'écuyer de Brynden, le frère du suzerain. Brynden était son mentor, son modèle, comme son le père l'avait été durant son enfance, il voulait devenir un chevalier à l'image qu'il suivait chaque jour. Alors voyant les deux hommes qu'il admirait le plus être dans grande ferveur de la rébellion ne pouvaient que le pousser à l'être aussi, une juste cause, son oncle lui-même avait été tué par le Roi fou quand celui-ci avait accompagné les Stark face au Roi, il fallait véritablement arrêter la folie meurtrière de ce dragon. Suivant toujours Brynden durant ses combats, ses pas le menèrent à Port-Réal sans être préparé à ce que s'y passerait. Ayant pénétré les murs d'enceinte, Andar perdu de vue autant Edmure, son plus proche ami, que le chevalier qui se devait se servir. Épée à la main, il n'était entouré que par les cris et le sang d'innocents. N'ayant que treize ans, il lui fut impossible de tuer une famille face à lui et préféra la mettre à l'abri, s'éloignant encore plus de ses maîtres. Finalement, le combat s'arrêta et il se retrouva prisonnier dans les goeles de Port-Réal. Des jours passèrent plaçant l'enfant dans un certain mutisme. Il fut conduit en état de choc à son jugement, et il porte aucun souvenir à celui-ci aujourd'hui, même s'il fut pardonné.

Même à présent, cet épisode de sa vie ne le quitte pas, il est possédé par ses frères d'armes morts et ressent le complexe du survivant. Il en veut terriblement à Rhaegar Targaryen d'avoir exterminé les Tully, même s'il peut s'accorder que s'attaquer à Port-réal puisse être une folie, mais Edmure n'était encore qu'un enfant, comme lui et le condamner à mort pour les choix de ses ainées ne lui fait que mépriser Rhaegar Targaryen, même si lui a gardé la vie sauve. Donc oui, la rébellion de Robert a eu un grave impact sur Andar, l'enfant joyeux, plein d'espoir et de confiance est devenue un homme froid, peu loquace et méfiant.

Croyez vous en la paix du Roi Rhaegar ?

L'héritier de Yohn Royce, chevalier du Val n'a aucune confiance dans la paix des Targaryens, telle la citation de la famille "feu et sang", il viendra un jour ou la guerre recommencera dû à une erreur de leur part. Entre des batailles entre frères et soeurs, un Roi qui brûle des nobles et celui qui se tient actuellement sur le trône, incapable de rester fidèle à sa femme et en préférant une autre, toute en l'enlevant et provoquant une guerre. Oui, il a de quoi douter des dragons. Certes, ses dernières années ont été en paix, mais est-ce vraiment un signe d'un bon règne de Rhaegar Targaryen ou du fait que peu à le coeur à se rebeller, toujours porter par les fantômes du passé de la rébellion de Robert. Andar fait partie de ses hommes, désapprouvant le roi actuel, mais qui est bien décidé de vivre sa vie tandis que celui-ci tient la sienne dans cette ville maudite qu'est Port-Réal. Le sang de Targaryen est maudit, et cela, depuis leur arrivée lors de leurs conquêtes.

Quoiqu'il ne soit pas un farouche partisan du Roi, Andar n'est pas l'homme qui irait se rebeller contre lui, gardant le silence, il observe, attends qu'on lui prouve qu'il a eu raison de se méfier d'eux, après peut-être se trompe-t-il, mais cela l'étonnerait, les Targaryens n'ont apporté que sang et cela continuerait même après sa propre mort..


Derrière l'écran

Anwen 28 ans 7/7 J'accepte le règlement et la mise en danger de mort de mon personnage


Idem a Dacey

© DRACARYS, avatar par zuz', icone par spacewalker



Histoire

citation cool ici







L'ECUYER

Tel un murmure emmené par le vent, telles des paroles citées par les anciens, la maison Royce se souvient. Leur devise sonne comme un écho dans le cœur du jeune garçon qui vient de naître, car cette devise déterminera le reste de son histoire. Il est né à Roches-aux-Runes. Fils aîné du seigneur des lieux, de par sa naissance il hériterait un jour du titre de son père Yohn Royce, ou Yohn le Bronzé, surnommé ainsi à cause de l'armure en bronze vieille de milliers d'années qui appartient à sa famille. Sur celle-ci sont gravées des runes magiques de l'ancien culte, l'histoire prétend qu'elle rend invulnérable mais d'une certaine façon, les Royce la portent pour rappeler à tous, qu'ils descendent des premiers hommes et qu'ils ont été à une époque révolue une famille royale.

À l'image de ses ancêtres, Andar était déjà très jeune une personne fière de son statut, mais surtout, il partageait l'amour des tournois avec son Père. L'admirant dès que le pouvait dans son armure de bronze, souhaitant qu'un jour celle-ci lui appartienne et qu'il ait autant de prestance que son père durant les joutes. Pour honorer son rôle d'héritier, il étudia les plans stratégiques avec ardeur, ainsi que les combats à l'épée, apprenant qu'on pouvait gagner une bataille sans forcément sacrifier la vie de ses hommes. À l'aube de ses dix ans, son père décida de l'envoyer servir la famille Tully, Andar allait devoir faire sa place dans le monde et faire ses preuves, l'héritier avait été préparé à ce jour depuis bien longtemps et ce ne fut pas difficile pour lui de laisser ses frères derrière lui, frères encore bien jeunes.

Installé à Vivesaigues, il prenait son rôle d'écuyer près de Brynden, très aux sérieux, mais cela ne l'empêchait pas durant son temps libre de se rapprocher du jeune Edmure, le fils du seigneur, se montrant avec lui très médisant contre Littlefinger, le pupille de la famille. Andar passa trois ans auprès de cette famille qui devint à ses yeux un substitut de la sienne qu'il ne voyait que très rarement, apprenant tout ce qu'il pouvait apprendre, l'observation était la clé du savoir. Déjà à cet âge, il savait qu'il ne fallait pas toujours montrer aux yeux de tous ses véritables pensées, car être loyal ne voulait pas dire ne pas penser par soi-même. D'ailleurs, sa loyauté allait être mise à dure épreuve, quand Robert Baratheon rentra en rébellion suivi par les Stark, les Tully et les Arryn.

C'était un grand honneur pour lui de servir d'écuyer durant cette guerre, croyant fortement au bon agissement de la cause de la rébellion. Il fut emmené à tuer sur un des champs de bataille, puis sur un autre, Andar n'était pas du tempérament à rester en arrière, puis il était doué avec une épée, la maniant avec une telle légèreté qu'on aurait pu croire que celle-ci avait le poids d'une plume. Mais même avec son entêtement et son courage, rien ne l'avait préparé à ce qui allait se produire à Port-Réal.

À la différence de combattre contre d'autres personnes armées, il y avait face à lui des personnes innocentes. Alors que le reste des hommes continuait le carnage, pour une fois Andar restait en retrait, en cet instant, c'était la fin de son innocence, la fin d'un bel idéal et d'un coup, il souhaitait que tout s'arrête. Était-ce honorable pour un futur chevalier de s'attaquer au peuple qu'il devrait défendre ? Il avançait dans les rues saccagées de Port-Réal et à un moment fit face à une famille, il tenait fermement son épée à la main, il se devait sûrement de frapper, mais à la place les aida à se cacher, agissant sans réfléchir. Après tout il n'avait que treize ans, pour certains ce n'était encore qu'un enfant. À peine eut-il secouru cette famille qu'il remarqua la défaite de son camp, Andar laissa son épée tomber au sol et remerciait les Sept que le carnage soit enfin fini.
 
LE CHEVALIER

Les heures se transformèrent en jours, il ne savait même plus combien de temps était passé depuis son arrestation. Enchaîné dans les geôles humides de Port-Réal, le jeune écuyer repensait à ses derniers moments de liberté, et même si durant le sac il n'avait rien fait de mal, les atrocités qui avaient eu lieu autour de lui l'empêchaient de dormir. Andar restait silencieux, pouvant entendre les supplications de certains prisonniers. Il ne souhaitait pas mourir, mais cela ne servait à rien de se plaindre. Quand il revit la lumière pour la première fois, ses yeux se fermèrent, le jeune garçon était dans un piteux état et fut emmené devant la cour pour son jugement. Il ignorait encore ce qui était arrivé aux autres, et tout ce qu'il put dire devant l'assemblée, ce fut son nom et son statut d'écuyer. C'était facile de remarquer que le jeune garçon était en état de choc. S'il y a bien une chose dont Andar ne se souvenait pas même devenu adulte, c'est cet instant. Il percevait à peine les paroles des gens autour de lui, de simples murmures à ses oreilles. Il fut pardonné sans même qu'il le comprenne.

Andar revint à la réalité alors qu'il était déjà en route pour retourner à Roches-aux-Runes et ce fut une chute très difficile, il apprit la mort des Tully, ceux qui avaient été comme une famille pour lui et ce fut surtout les décès d'Edmure et de Brynden qui le chagrina. Il avait perdu tant de frères d'armes que la première chose qu'il demanda, ce fut du vin pour oublier. Les retrouvailles avec les siens furent très solennelles, il n'était plus le jeune garçon qui était parti et il lui fallut quelque temps pour retrouver ses marques dans sa demeure. Il devait aux Targaryen d'être en vie, mais il ne pouvait que leur en vouloir pour avoir exécuté ses frères d'armes, et même si c'était le jeu de la guerre, il se promit de ne jamais combattre aux côtés des Targaryen en l'honneur de ceux qui n'avaient pas partagé son sort.

Les années passèrent, Andar était devenu un vaillant chevalier à l'image de son père. Il parcourait le royaume pour participer aux divers tournois, voulant prouver sa valeur aux yeux de tous mais peut-être pas autant que son second frère qui était bien meilleur jouteur que lui. Andar s'était rapproché des siens, mais surtout de sa petite sœur qui était devenue la prunelle de ses yeux. Son caractère s'était bien affirmé, comme ce qui était attendu d'un futur seigneur, mais il pouvait lui arriver de boire un peu trop quand ses anciens démons venaient le hanter, car il a beau vouloir se souvenir, à certains moments il souhaitait simplement oublier quelques heures.
 
Il y avait aussi une caractéristique qui ressortait beaucoup chez lui, le fait que derrière son air impartial pour ne pas dire froid, il était dicté par les valeurs féodales de la chevalerie, ce qui est servi le peuple par l'épée. Andar pouvait se montrer plus conviviales avec certaines personnes de basse naissance qu'il avait secourues. La première fut Gudrun, jeune enfant Freux qu'il a sauvé de la main d'un des hommes de son père. Gardant toujours en tête le sac de Port-réal, les attaque sanglantes contre des enfants et des femmes lui paraisse encore aujourd'hui très difficile, voilà ce qui a sauvé Gudrun et lui a permis d'avoir une nouvelle vie auprès du fils du Seigneur jusqu'à son départ quelques années après. Puis, il y eut Sydän, jeune Rhoynar venue dans le Val, la sauvant d'une attaque d'homme de clan de montagne, elle était décidée à rester près de lui, voulant payer sa dette comme sa culture l'exigeait, il fallut attendre un et demi avant qu'elle lui sauve la vie à son tour et pour cadeau de départ, il lui offrit l'un de ses faucons, espérant que celui-ci lui porte chance. Tel était Andar même si peu pouvaient à ce jour le concevoir hormis ses proches.

Après le départ de son frère Waymar pour la garde de nuit, il apprit le plan de son père qui était de l'unir à Alys Grafton, voulant unifier la partie sud du Val qui était resté légèrement en froid en vu des camps opposée lors de la rébellion. Andar allait donc devoir s'unir avec une partisane des Targaryen et cela lui paraissait compliqué, mais il convenait tout à fait qu'il était important de s'allier au Grafton, importante famille du Val. Leur de la première rencontre des fiancées, il fut très clair que les deux nobles partageaient les mêmes idées sur leur union, mais celle-ci se passa tout de même. Le Royce était décidé à rester loyaux envers sa femme et ils se rapprochèrent un soir alors qu'il avait trop bu et qu'il lui ouvrit son coeur sur son passé. Jamais, il n'en avait parlé avec ce jour et quand Alys lui révéla elle-même un secret, ils comprirent qu'ils pouvaient se faire confiance, et même s'ils ne ressentaient pas forcément un grand amour l'un pour l'autre, ils se respectaient et étaient décidés d'être des alliés.

Toujours un regard posé vers le passé, Andar essai de se tourner un peu plus vers le futur. Il sait que sa place est d'être la relève de son père, un grand seigneur du Val et son objectif principal est de lui faire honneur, mais surtout de ne pas se fourvoyer et de trahir ses idéaux. De plus, il vient d'apprendre qu'il allait être père et il n'y a rien de mieux qu'un futur enfant pour envisager un bel avenir.

© DRACARYS, gif par tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Remodelage personnages Empty
MessageSujet: Re: Remodelage personnages   Remodelage personnages Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Remodelage personnages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 2.0 :: Autres-
Sauter vers: