RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Toutes les nouveautés de la MAJ sont à retrouver ici ! Red like blood, white like bone 3725701551
La dernière édition de la Gazette est disponible par ici Red like blood, white like bone 3725701551
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Val et Dorne ! Points à la clé !

⚠️ Pour une durée limitée, nous n'autorisons plus l'inscription de nordiens,
sauf ceux attendus dans les PVs, scénarios et banques de liens ⚠️
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)

Partagez
 

 Red like blood, white like bone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyVen 26 Aoû - 11:02


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Le convoi de chariots avait quitté Karhold au petit matin et il l'avait accompagné sur quelques lieues, discutant et riant avec ses hommes qui avaient déjà entendu parler de sa rencontre avec l'héritier des Karstark et ne se gênaient pas pour souligner son comportement peu digne de son nouveau rang, ce qui ne le dérangeait pas le moins du monde. Même s'il était désormais leur lord, tous le connaissaient depuis son enfance et l'avaient vu plus souvent jouer à travers les bois que suivre les traces de ses aînés, exemples de la dignité nordienne qui étaient destinés à reprendre en main le fief. Lui avait toujours été l'électron libre, refusant de se plier aux conventions qui disaient entre autre qu'il était plus important parce qu'il était né dans une famille noble, et ses voyages n'avaient rien changé à ses convictions. Il bifurqua finalement vers le sud tandis qu'ils continuaient sur la route en direction de l'ouest, récupérant son arc pour le passer au travers de ses épaules et les enjoignant à être prudents, quitte à prendre plus de temps pour atteindre le domaine. S'il avait maintenu une allure modérée à travers les bois, il s'en était donné à cœur-joie sitôt l'Ultime passée, talonnant sa monture pour la lancer au triple-galop dans les vastes plaines enneigées. La blancheur immaculée recouvrait tout ce qui l'entourait et il s'était simplement laissé porté, admirant le paysage qui défilait sous ses yeux. Tout différait de ceux qu'il avait connu en Essos, mais pour la première fois il regrettait un peu moins le continent oriental, son esprit et son cœur battant au même rythme que les sabots heurtant le sol de son pays natal. Même si la rigueur de l'Hiver se faisait de plus en plus sentir, le froid le gênait moins et il trouvait un certain plaisir à sentir son visage rougir sous les assauts du vent. Lorsque la nuit était tombée il s'était arrêté dans un bosquet, bâtissant de petits murets de neige pour s'abriter du vent froid, et il s'était blotti près d'un minuscule feu où il avait fait cuire un lapin chassé plus tôt, les yeux fixés sur le ciel noir et les milliers d'étoiles qui le parsemaient. Il n'avait dormi qu'une heure ou deux, le strict nécessaire, en se laissant bercer par le bruit de la Blanchedague toute proche et quand le soleil s'était levé il avait repris la route en suivant la rivière.

Une fois la silhouette de Winterfell à l'horizon, il avait traversé à gué et ralentit légèrement l'allure. Il se rappelait avoir été impressionné par la massive forteresse dominant les landes lors de sa première visite étant enfant, mais c'était les histoires et les légendes qui entouraient les lieux et ses habitants passés qui l'avaient le plus marqué, nourrissant sa curiosité alors naissante. Il se souvenait avoir posé un millier de questions à son père, autant à sa mère et plus encore au mestre lorsqu'il était rentré au domaine familial, obtenant peu de réponses satisfaisantes à ses yeux. Mais il aimait la part de mystère qui entourait les lieux, et un jour peut-être il pourrait en savoir plus sur sa construction et ses secrets. Le soleil qu'il devinait dans le ciel couvert était déjà haut quand il était entré dans la ville d'hiver qui fourmillait d'agitation, signe que l'Hiver était effectivement arrivé. Il ne s'était pas attardé et avait rejoint la porte sud, laissant son cheval aux écuries avant de s'avancer plus dans la forteresse, prenant le temps de contempler les hautes bâtisses avec un sourire. Un jour peut-être demanderait-il l'autorisation de fouiller leur bibliothèque à la recherche de réponses aux questions qu'il avait toujours, mais il n'était pas là pour ça aujourd'hui. Repérant un garde, il lui avait demandé où se trouvait la personne qu'il était venu voir et s'était éloigné dans la direction indiquée, souriant un peu plus. Il ne lui avait pas fallu longtemps avant de trouver l'entrée du bois sacré, et il avait posé son arc contre l'arche de pierres avant de passer en dessous, l'odeur de terre humide et de végétaux emplissant ses poumons. Il avait beau être habitué aux bois sacrés qu'on trouvait dans la plus grande majorité des maisons du Nord, celui-ci était différent. Plus majestueux, beaucoup plus grand que la plupart de ceux qu'il connaissait, mais c'était surtout l'ambiance qui y régnait, cette sensation discrète mais bien présente qu'il aurait été incapable de définir, ne l'ayant que très rarement croisé, et qui l'apaisait sans qu'il sache pourquoi.

Il avait suivi le petit chemin à travers les arbres, la neige fraîchement tombée craquant sous ses pas, jusqu'à apercevoir celui qui trônait en maître. Son terrible visage aux larmes aussi rouges que le sang veillait sur les lieux, solennel et silencieux malgré le murmure du vent dans ses feuilles, et sur une silhouette qu'il connaissait bien. L'héritière d'une île devenue suzeraine d'un royaume, l'ourse devenue louve. Faisant les quelques pas qui le séparaient encore du grand tronc blanc, il posa un genou dans la neige, sentant la terre froide qui se cachait en dessous. Lady Stark. Inclinant respectueusement la tête devant la jeune femme, il ne pouvait s'empêcher de penser à leurs premières rencontres, la dureté de ses mots face aux projets de l'adolescent qu'il était alors, le froid de sa voix alors qu'il essayait vainement de lui expliquer pourquoi il rêvait d'ailleurs. Ils n'avaient pas pu trouver un terrain d'entente sur ce sujet à l'époque, et jusqu'à son départ il s'était abstenu de toute référence à ce point de discorde lors de ses rares visites sur l'Île aux Ours, en sa présence du moins. Il s'était finalement relevé, la neige qui s'était accrochée au tissu de son pantalon tombant mollement au sol, et adressa un sourire sincère à la brune au regard de glace. As-tu un peu de temps à accorder à un humble voyageur? Plus que son époux, c'était elle qu'il était venu voir, sans autre motivation que prendre de ses nouvelles et d'échanger quelques mots avant de reprendre le chemin d'Ironrath et des nouvelles responsabilités qui l'attendaient là-bas. Le temps et leurs expériences respectives avaient fait disparaître les tensions et à son retour il avait été ravi de trouver en elle une personne à qui il pouvait parler sincèrement, y compris de ces idées qui avaient tendance à provoquer des froncements de sourcils chez beaucoup d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris
Red like blood, white like bone Tumblr_n79yk5NOWA1s1dd4do5_500
Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1376
Date d'inscription : 29/06/2016

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyMar 30 Aoû - 3:50


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Dacey n'était pas une grande adepte de la solitude, être l'aînée de cinq filles devait sûrement en être la cause, mais par contre, elle aimait aller prier les anciens dieux et surtout pouvoir avoir un petit moment de paix auprès d'eux. La chronologie de sa vie était parsemée de combats divers, certes certaines luttes qui n'avaient rien à faire dans l'histoire de Westeros, mais sur l'île aux Ours, elles étaient importantes, car beaucoup des leurs y avaient perdu la vie. Est-ce qu'un jour son peuple serait à l'abri ? Est-ce qu'un jour, elle pourrait ne pas craindre les bateaux qui venaient de la mer ? Vu les accords passés avec Asha Greyjoy, il était facile de croire qu'à présent, l'île se porterait mieux, mais la véritable question était jusqu' à quand ? Les sauvageons continuaient de fuir le grand froid, et surtout ce qui emmenait l'hiver. Là, il n'y avait pas que l'île qui était concernée, mais bien tout le Nord, pour ne pas dire Westeros. Ce genre de créature ne devait connaitre qu'une seule frontière, le mur et si un jour eux-mêmes franchissaient celui-ci, qu'est-ce qui pourrait les arrêter ? Surement s'inquiétait elle trop, la menace des marcheurs blancs ne pouvait n'être qu'une histoire des sauvageons, mais la suzeraine du Nord ne pouvait s'empêcher de se dire que toutes un peuple qui fuit avec peur, ce n'était pas pour rien, surtout les sauvageons.

Enveloppée dans sa fourrure, camouflant même son ventre arrondi. Sa main était posée entre les deux yeux du Barral, Dacey était une fervente des anciens dieux, jamais elle ne les trahirait, ne marchant qu'à travers leur enseignement. L'ourse confiait ses craintes à l'arbre, leur demandant des conseils par rapport aux évènements de sa vie, mais surtout venait toujours à leur demander de veiller sur les siens et les familles du Nord. Alysane se trouvait à Winterfell et Dacey se faisait beaucoup de soucis à son sujet, ayant accepté de prendre Jeor près d'elle le temps qu'elle aille mieux, des doutes la parcouraient, allait-elle véritablement reprendre du poil de la bête ? Redevenir la gardienne de l'île-au-ours ? Celle dont elle avait toujours admiré la force et surtout son tempérament de mère. Sa petite soeur avait toujours représenté à la perfection la statue qui reposait face à la grande porte de la demeure des Mormont. Mère et guerrière, tout comme Dacey à présent, même si pour le moment, il fallait l'avouer, avec sa deuxième grossesse, elle avait dû laisser ses entraînements à l'arme de coter.

Soufflant un grand coup, une de ses mains vint se poser sur son ventre, un sourire vint éclairer son visage. Maeve comblait déjà sa vie et elle ne doutait pas que ça soit le cas avec l'enfant qui grandissait en elle, malgré que cette grossesse la fatiguait beaucoup plus que la première. Les anciens dieux l'avaient béni, même si à la base ce n'était pas la vie qu'elle avait recherchée, celle-ci lui convenait et la rendait heureuse. Laissant glisser sa main qui se trouvait sur le Barral, entre les deux yeux saignants. Elle était apaisée, absorbée par le calme environnant et surtout le merveilleux spectacle du paysage. La neige qui recouvrait le bois sacré représentait pour elle, l'image parfaite.

Des bruissements dans le bois l'interpellèrent, il pouvait très bien s'agir de Vent Gris, le grand loup de son époux qui venait souvent la rejoindre quand elle se baladait, se demandant même si ce n'était pas une façon qu'avait trouvée Robb à la protéger. Portant toujours plusieurs couteaux sur elle, tout comme la broche qui retenait ses chevelures, la Stark était sur les aguets, mais finalement ce fut un visage familier qui fit son apparition... Edwin Forestier

Lady Stark.

Lui montrant le respect digne de son rang actuel, Dacey le salua à son tour. Ils étaient étranges que lors de leur première rencontre, rien ne laissât présager qu'à un moment donné, ils se retrouvent tous les deux à la place qui étaient la leur. Lui et ses rêves de voyages, ainsi que la jeune Dacey qui souhaitait simplement rester sur l'ile, rejetant l'idée de se marier. Tous les deux avaient grandi, tous les deux avaient savouré la vie qu'ils avaient envisagée pour eux, avant de devoir se lier à un autre destin.

As-tu un peu de temps à accorder à un humble voyageur?

Répondant à son sourire et surtout à son terme "humble voyageur". Dacey avait commencé à apprécier le Forestier qu'à son retour de son grand voyage, n'était pas du tout en accord avec son idée de devoir vivre loin du Nord, le même souci posé avec Jorelle. Pour sa soeur, Dacey avait parcouru l'Orage et Port-réal, mais cela n'avait fait que justifier son avis sur les autres contrées de Westeros. Une pure et véritable Nordienne attachée à ses racines et qui ne se sentait à l'aise que sur les terres du Nord.

- Venant de terminé d'échanger avec les anciens, j'ai du temps à vous accorder.

Dacey était réputée pour son caractère digne des Mormont, mais elle savait se montrer courtoise quand rien ne la poussait à montrer ses griffes, puis elle aimait ses échanges avec Edwin, pouvant parler librement à propos des sauvageons. La suzeraine du Nord était perplexe à leur sujet, sachant bien qu'ils eussent commis que carnage autour d'eux, mais en même temps, elle essayait de les comprendre. Ce peuple, elle les avait longtemps combattus, s'étant s'attaquer à son île natale, mais durant le grand hiver tout était différent, il fallait se soutenir.

- Que me vaut l'honneur de cette visite, Lord Forestier ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyMer 31 Aoû - 9:21


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

S'il n'avait pas réagit au vouvoiement, le titre devant son nom avait légèrement crispé sa mâchoire le temps d'un battement de cœur. Il ne s'y faisait toujours pas, peu importe la personne l'utilisant ou les conditions, mais son sourire n'avait pas disparu, toujours égal et discret. Droit et détendu, il avait croisé les mains dans son dos, comme il l'avait appris dans son enfance. Rien de bien fascinant, je voulais juste savoir comment tu allais, prendre de tes nouvelles et de celles de ta famille. Marquant une pause, il prit le temps de bien formuler ses prochains mots dans son esprit avant de les laisser sortir. Et j'aurais une faveur à te demander. Je comprends qu'en public les règles exigent qu'on respecte la hiérarchie, les rangs et toutes ces choses, mais je préférerais que tu utilises mon prénom quand nous sommes seuls. J'ai beau savoir que c'est mon titre, pour moi le lord Forestier était mon père, et mon frère après lui. Il se sentait stupide de dire ça à voix haute, même si ça faisait parfaitement sens dans son esprit, et encore plus d'avoir à demander ça à celle qu'il connaissait depuis de nombreuses années. Contrairement à elle il n'avait jamais été destiné à prendre un jour la tête de sa famille, encore moins été élevé dans cette perspective. Je suppose que je finirais par m'y faire un jour, il faudra bien de toute façon. Sa mère et son oncle disaient que ça viendrait, comme pour son frère avant lui, qu'il s'endurcirait et qu'il comprendrait que c'était sa place, parce qu'il était un Forestier et que c'était le destin que les Dieux avaient choisi pour lui. Son regard se posa sur le visage de bois blanc, en observant les larmes rouges figées dans les fines rides et les gravures.

Les Dieux l'avaient laissé parcourir le monde, découvrir à quel point il aimait la chaleur et l'inconnu des continents lointains, pour ensuite lui prendre son frère et le rappeler brutalement dans le Nord, le privant de tout ce qu'il s'était mis à aimer, de tout ce qui l'avait fait se sentir vivant. Et de la même manière ils avaient décidé dix ans auparavant que son père et son aîné ne reviendraient pas de la guerre, privant toute sa famille de ces guides que tous suivaient, y compris lui malgré son attitude rebelle. Il ne doutait pas qu'ils aient un plan pour lui, que celui-ci était très certainement meilleur que tout ce que lui avait pu imaginer, qu'il y avait probablement une leçon à tirer de tout ça, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que c'était assez cruel de lui avoir joué un tel tour. Le barral d'Ironrath était resté silencieux, ou s'était exprimé dans un langage qu'il ne comprenait pas, tout comme les pousses de bois de fer sur ce qu'il restait des sépultures de son père et de ses frères, et ses trop nombreuses questions étaient une fois de plus restées sans réponses concrètes. Plus de six lunes et il n'arrivait toujours pas à saisir ne serait-ce que le début d'une explication qui ferait un tant soit peu sens, tout en sachant que ça ne dépendait de toute façon pas de lui. Si les Dieux souhaitaient qu'il comprenne, ils le lui feraient savoir, et il ne pouvait que se plier, être patient et prier, comme il l'avait toujours fait, y compris de l'autre côté du monde, gardant cette foi qu'il tenait de ses ancêtres malgré les nombreux dieux qu'il avait croisés sur son chemin.

Mettant de côté ses questionnements incessants, il revint au visage souriant de sa suzeraine, espérant que son propre visage n'ait pas trahi ses pensées pendant ce bref instant qui lui avait semblé durer une éternité. Donc, comment vas-tu? Et ta fille? Et tes sœurs? J'ai entendu dire qu'Alysanne était à Winterfell en ce moment, tu dois être contente de l'avoir auprès de toi. Il avait toujours eu une affection particulière pour les Mormont, leurs familles étant liées par bien plus que des échanges commerciaux, et chacune des femmes qui composaient la si fameuse maison avait une place dans son cœur. Et comment se porte lady Maege? Il faudrait que je lui rende visite, mais elle doit être assez occupée avec les préparatifs pour l'Hiver et je ne voudrais pas la déranger. Il avait toujours admiré la matriarche, et il lui tardait de pouvoir la revoir, autant pour le plaisir de retrouver son caractère et sa force que pour évoquer l'orient lointain qu'il avait enfin vu, mais devrait encore repousser le voyage, autant par manque de temps que par crainte d'avoir froissé la dame en n'étant pas venu plus tôt. Et ton mari, et l'intégralité des Stark d'ailleurs? Comme à son habitude, il posait trop de questions, accablant très certainement la jeune femme qui devait se demander quand il se tairait enfin pour qu'elle puisse enfin répondre, ou juste pour le plaisir de ne plus l'entendre. Certaines choses ne changeaient pas, malgré les années passées.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris
Red like blood, white like bone Tumblr_n79yk5NOWA1s1dd4do5_500
Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1376
Date d'inscription : 29/06/2016

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyMar 13 Sep - 21:36


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Il n'y avait pas de meilleurs moments pour venir échanger avecDacey, qu'après ses prières, elle était toujours calme, et plus, apaisée. Cela lui faisait du bien de se confier aux anciens dieux, leur demandant conseil et protection pour les siens. Contrairement au grand septuaire où les croyants priaientensemble, dans un lieu orné d'or qui ne représentait que richesse, le bois sacré respirait le contact avec la nature, la simplicité et surtout la solitude face aux dieux, nul besoin d'artefact, tout ce qui comptait c'était le Barral. Quand des bruits apparurent non loin d'elle, la suzeraine du nord se montra prudente, prête à agir s'il le fallait. Sa vie sur son île natale lui avait appris à être prudente, à toujours être sur ses aguets et à présent, elle agissait de même àWinterfell, les grands murs ne l'avaient pas protégé de Ramsay Snow et n'avaient pas arrêté les sauvageons. Dans son esprit, il était clair que le seul moyen d'être en sécurité s'était de savoir se défendre avec les armes.

Finalement, ce fut un visage familier qui apparut dans son champ de vision, Lord Edwin Forestier. Un jeune homme rencontré dans son enfance et qu'elle avait appris à apprécier il y a quelques lunes lors de son retour après son grand voyage. Alors qu'il lui demanda si elle avait du temps à lui accorder, Dacey lui répondit par l'affirmative et vint à l'interroger sur la raison de sa visite.

Rien de bien fascinant, je voulais juste savoir comment tu allais, prendre de tes nouvelles et de celles de ta famille. Et j'aurais une faveur à te demander. Je comprends qu'en public les règles exigent qu'on respecte la hiérarchie, les rangs et toutes ces choses, mais je préférerais que tu utilises mon prénom quand nous sommes seuls. J'ai beau savoir que c'est mon titre, pour moi le lord Forestier était mon père, et mon frère après lui.

Un sourire accompagné d'un regard compréhensif, Dacey inclina simplement la tête, simple geste pour lui faire comprendre qu'elle était d'accord avec ces termes. Après tout, la Stark ne tenait pas tant que cela aux convenances, c'était simplement une habitude qui s'était installée, puis il était normal pour Edwin que le son Lord forestier lui fasse étrange à l'oreille, d'ailleurs, il avait été de même avec Robb quand il était devenu suzerain du Nord.

Je suppose que je finirais par m'y faire un jour, il faudra bien de toute façon.

Suivant son propre regard, elle remarqua qu'Edwin observait le Barral. Il était toujours difficile de perdre des proches, surtout quand cela oblige à prendre leur place à la tête de la famille.Dacey n'osait imaginer ce qu'elle ressentirait si sa mère venait à mourir, non, elle ne pouvait l'envisager, l'île-aux-ours avait encore trop de besoin de Maege Mormont, de son caractère d'acier et de sa force. Autour d'eux, le calme régnait, l'ainée desoursonnes ne voulait le couper dans sa contemplation, sachant bien que dans ce genre de moment, il n'y avait rien de mieux que les anciens dieux pour se rassurer. Ses mains allèrent se poser machinalement sur son ventre et elle afficha de nouveau un visage souriant quand le Forestier tourna son visage vers elle.

Donc, comment vas-tu? Et ta fille? Et tes sœurs? J'ai entendu dire qu'Alysanne était à Winterfell en ce moment, tu dois être contente de l'avoir auprès de toi Et comment se porte lady Maege? Il faudrait que je lui rende visite, mais elle doit être assez occupée avec les préparatifs pour l'Hiver et je ne voudrais pas la déranger. Et ton mari, et l'intégralité des Stark d'ailleurs?

Des questions suivies par d'autres questions, Dacey eut l'impression de se trouver en compagnie de Jorelle, il était clair qu'ils se ressemblaient beaucoup, entre le goût de l'aventure, du voyage et des questions fins, sa soeur et Edwin semblait avoir été façonné dans le même modèle. Dacey, était de bonne humeur, pris cela avec le sourire, ce qui aurait pu vite l'agacer si elle était dans un de ses mauvais jours. Avançant vers son ami et lui faisant signe de se placer près d'elle pour se balader, elle annonça :

- Je vais bien. Maeve devient de plus en plus forte, Alysane et Jeor se trouvent bien à Winterfell, Jory est reparti pour le Sud, Lyra, Lyanna et mère se trouvent sur l'île et je suis sure qu'elles seraient raviesde vous voir. Sansa est prête à épouser le Roi régent du Nord et les trois jeunes loups grandissent bien vite... Jon passe son temps entre Fort-Terreur et Winterfell, Lady Catelyn semble aller un peu mieux, puis mon époux a beaucoup à faire avec l'hiver.

Elle avait prononcé les réponses en reprenant très peu son souffle, prouvant qu'elle jouait avec sa mémoire pour n'oublier aucune question. Au final, elle aurait pu raccourcir et dire que tout le monde allait bien, mais c'était loin d'être le cas, Alysane n'était qu'une pâle image d'elle-même et elle ignorait si les autresMormont étaient véritablement dans un bon état de santé, n'échangeant que le plus souvent par corbeau. Un léger rire s'échappa de sa gorge.

- Je crois n'avoir oublié aucune de vos questions. On peut remercier Jory, elle m'a bien entraîné.

Quelques flocons de neige vinrent lui tomber sur le visage, les repoussant avec sa main, elle le tourna ensuite vers Ed' et demanda :

- Et votre famille comment se porte-t-elle ? Est-ce que vous vous faites à votre rôle de seigneur ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyJeu 15 Sep - 3:14


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Il avait vu le mouvement discret de ses mains se posant sur son ventre, un qu'il connaissait pour l'avoir vu chez sa mère et tant d'autres femmes, mais il ne dit rien pour le moment. Lui tendant machinalement le bras quand elle se plaça à ses côtés, il sourit en entendant les réponses à ses questions, rassuré de savoir que tous allaient bien. Avec l'arrivée de l'Hiver les choses seraient plus incertaines, plus dangereuses pour beaucoup d'entre eux, et il ne pouvait que prier pour tout se passe le mieux possible durant les longues lunes, peut-être même années selon la Citadelle, qui les attendaient. Mère va bien, même si je sais qu'elle a encore du mal à se faire à l'absence de Brean, mon oncle et mon cousin sont égaux à eux-mêmes et les jumelles sont de plus en plus intenables concernant mon hypothétique futur mariage. Il avait quitté deux petites filles débordantes d'énergie avec qui il avait adoré joué dans les bois autour de la forteresse familiale, à qui il contait tous les voyages qu'il comptait faire un jour, à qui il avait appris les rudiments de l'arc et de l'épée malgré ses propres pauvres compétences de l'époque, et à son retour il avait découvert deux jeunes femmes soigneusement éduquées pour devenir de futures dames et épouses, loin de tout ce qu'il avait espéré pour elles. Elles ont fait une liste de plusieurs parchemins avec les noms de dames encore célibataires et récemment veuves et passent leurs trop nombreux temps libres à toutes me les proposer les unes après les autres en espérant que je finirais par me décider pour l'une d'entre elles. Ce qui n'était pas près d'arriver, il n'avait aucune envie de se marier pour le moment, et quant bien même il voudrait, il doutait que celle qu'il souhaitait épouser accepte. Ou même le laisse finir sa demande sans lui planter quelques flèches ou lames à divers endroits particulièrement douloureux. Nous accueillons aussi Lysara Harclay et quelques membres de son clan pour l'Hiver, pour le moment ça se passe plutôt bien. Si on omettait les trop nombreuses fois où il avait subi la colère vengeresse de son ancienne compagne de jeux et amie, sans jamais y répondre ou même lui dire d'arrêter ses enfantillages.

Quant à mon rôle de seigneur... Il avait baissé les yeux vers le sol, cherchant autant ses mots qu'observant le manteau immaculé crisser sous leurs pas. Cela faisait six lunes maintenant qu'il était officiellement lord d'Ironrath, et il avait parfois encore l'impression d'être rentré d'Essos quelques semaines auparavant. Il avait fallu se faire au froid mordant et la blancheur aveuglante des terres où il était pourtant né, en plus des nouvelles charges qui pesaient sur ses épaules, comme aux trop nombreux changements qui avaient eu lieu pendant son absence. Ça n'a pas été facile au début mais ça commence à venir, et j'ai la chance d'avoir mon oncle et ma mère pour me guider, même si parfois j'aimerais qu'ils soient un peu moins sur mon dos. Il savait que c'était nécessaire, qu'il ignorait encore trop de choses sur la gestion du domaine et des gens qui y vivaient, qu'il faisait des erreurs, mais se sentir autant encadré - presque infantilisé parfois - après avoir passé autant de temps à se débrouiller seul et à ne compter que sur lui-même n'était vraiment pas agréable. Et il y avait toutes les différences d'opinions sur la gestion ou la façon de voir et faire les choses, mais ça viendrait aussi avec le temps, quand il arriverait à asseoir cette autorité qu'il n'avait pas vraiment envie d'avoir. J'essaie de suivre la façon de faire de Père, les parties dont je me souviens en tout cas, et d'appliquer certaines choses que j'ai appris à l'est. Être plus proche de mes gens, parler avec eux et en apprendre plus sur leurs vies et leurs tâches, y participer aussi, et gagner leur respect par mes actions plus que par la noblesse de mon sang ou mon statut de lord. Il n'avait jamais beaucoup aimé cette séparation marquée entre noblesse et peuple, et voyager avec des tribus choisissant leur chef pour sa force et non pour sa lignée n'avait fait qu'appuyer cette idée. Il voulait que ceux vivant sur ses terres le suivent non pas parce qu'ils y étaient obligés par des règles ancestrales et un serment d'obéissance mais parce qu'ils le reconnaissaient comme un dirigeant digne d'être suivi.

Tout en marchant, il observait du coin de l’œil la réaction de la jeune femme à ses mots, sachant que cette façon de penser n'était pas courante, voire franchement originale même pour leur royaume. Il n'attendait pas son approbation, ayant depuis longtemps arrêté de le chercher chez qui que ce soit, mais son avis l'intéressait tout de même et il était le bienvenu, malgré leurs nombreux désaccords passés. Comprendre d'autres perspectives sur différents sujets, découvrir d'autres points de vue, remettre en question les concepts qu'on lui avait inculqué, autant de choses qui l'avaient poussé à partir à Essos et qui aujourd'hui l'amenait à discuter gestion de fief avec sa suzeraine, chose qui serait impensable pour beaucoup dans d'autres contrées. J'ai surtout du mal à me faire, enfin me refaire, aux obligations officielles qui vont avec mon statut. J'étais à Karhold ces derniers jours, pour accompagner un chargement de bois, et... disons que j'ai préféré l'hospitalité du peuple à celle des Karstark. Retenant un sourire plus prononcé, il fixa son regard sur le paysage immaculé autour d'eux plutôt que sur elle, pour éviter qu'elle voit la lueur amusée dans ses yeux. Il n'avait jamais été le plus discipliné sur ce point, y compris enfant où il préférait s'esquiver le plus rapidement possible des réunions officielles pour aller jouer dehors, et sa rencontre avec Harrion avait été divertissante, à défaut d'être réellement agréable. Il va falloir que je me tienne un peu mieux au tournoi d'Harrenhal, Mère insiste pour que j'y ailles et que je rencontre des demoiselles pouvant devenir la prochaine lady Forestier. À moins qu'il trouve une excuse valable pour ne pas s'y rendre, mais pour le moment aucune ne s'était présentée. Le regard toujours sur ce qui se trouvait autour d'eux, il posa une main sur le bras passé autour du sien, baissant un peu la voix. Je suppose que tu resteras au chaud ici avec le futur petit Stark que tu portes... De sa main libre, il imita le geste protecteur qu'elle avait eu plus tôt, un que seules les futures mères avaient, peu importe leurs origines ou leurs cultures.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris
Red like blood, white like bone Tumblr_n79yk5NOWA1s1dd4do5_500
Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1376
Date d'inscription : 29/06/2016

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyLun 26 Sep - 16:49


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Les années passent et les relations évoluent. Il y a quelques années, quand Dacey portait encore le nom de Mormont, jamais elle n'aurait cru être à cette place. L'héritière de Maege avait longtemps proclamé que le mariage n'était pas pour elle, ni même la maternité, elle vouait sa vie qu'à la protection du peuple de l'île-aux-ours. À présent, elle s'était liée à Robb Stark, Maeve était née dans cette union et un proche petit louveteau allait rejoindre la famille et cela lui convenait. La suzeraine avait appris à aimer son rôle d'épouse et surtout s'était faites de suite à être mère. Sa fille était sa plus grande richesse, sa plus grande fierté. En tout cas, sa vie restait la preuve des évolutions de la vie. D'ailleurs, il fallait le dire qu'avant, elle n'appréciait guère Edwin, simplement parce que celui-ci s'intéressait beaucoup trop aux contrées loin du Nord, mais à présent, elle pouvait le compter parmi ses amis, la Stark avait confiance en lui. Après avoir répondu à ses questions,Dacey lui demanda à son tour des nouvelles de sa famille, elle avait d'ailleurs saisi son bras pour qu'ils avancent tous les deux à travers du bois sacré, tout en continuant d'échanger.

Mère va bien, même si je sais qu'elle a encore du mal à se faire à l'absence de Brean, mon oncle et mon cousin sont égaux à eux-mêmes et les jumelles sont de plus en plus intenables concernant mon hypothétique futur mariage. Elles ont fait une liste de plusieurs parchemins avec les noms de dames encore célibataires et récemment veuves et passent leurs trop nombreux temps libres à toutes me les proposer les unes après les autres en espérant que je finirais par me décider pour l'une d'entre elles.

Un léger rire s'échappa de sa gorge, elle imaginait très bien la scène et surtout la tête d'Edwin face à cette liste. Toutes familles de Nobles cherchait à faire de bonnes alliances par le mariage, et même si elle-même avait vécu cette situation, cette idée ne lui plaisait guère. La liberté du choix de la personne s'était-ce qu'elle souhaitait pour sa fille, mais elle savait bien que cela ne serait pas le cas. Fort heureusement pour l'instant personne n'envisageait de promettre Maeve à une famille, car là, Dacey sortirait les crocs, estimant que la chair de sa chair était encore trop petite et surtout que c'était son bébé.

- Au moins, elles vous laissent l'opportunité de choisir, vous êtes un chanceux.

Son visage éclatant faisait merveille, surtout entourée du bois sacré. Le ton de la voix de Dacey était un peu moqueur, mais c'était en toute amitié. Puis, elle avait raison beaucoup n'avaitmême pas le choix pour la promise, enfin s'était d'être le seigneur de sa maison qui le sauvait de se voir imposer un mariage.

Nous accueillons aussi Lysara Harclay et quelques membres de son clan pour l'Hiver, pour le moment ça se passe plutôt bien.

Le clan Harclay, elle ne les connaissait que très peu, mais c'était des personnes estimables de son point de vue et il était fort aimable de la part des Forestier de les accueillir durant l'hiver, surtout en vue de la rudesse de celui-ci.

Quant à mon rôle de seigneur...Ça n'a pas été facile au début mais ça commence à venir, et j'ai la chance d'avoir mon oncle et ma mère pour me guider, même si parfois j'aimerais qu'ils soient un peu moins sur mon dos.J'essaie de suivre la façon de faire de Père, les parties dont je me souviens en tout cas, et d'appliquer certaines choses que j'ai appris à l'est. Être plus proche de mes gens, parler avec eux et en apprendre plus sur leurs vies et leurs tâches, y participer aussi, et gagner leur respect par mes actions plus que par la noblesse de mon sang ou mon statut de lord.J'ai surtout du mal à me faire, enfin me refaire, aux obligations officielles qui vont avec mon statut. J'étais à Karhold ces derniers jours, pour accompagner un chargement de bois, et... disons que j'ai préféré l'hospitalité du peuple à celle des Karstark.

Au fur et à mesure des paroles d'Edwin, l'ainée des Mormont sereconnut dans ses paroles, nul besoin d'être dans l'Est pour agir ainsi avec son peuple, c'était ce qui se faisait sur l'île aux ours, mais en même temps, c'était pourquoi les Mormont étaient vuscomme des sauvages par la plupart des maisons Nordiennes et surtout les Karstark. Dacey ne leur en avait jamais porté rigueur, ils étaient ce qu'ils étaient et jamais, elle ne viendrait à avoir honte de la façon de vivre sur l'île.

- Les Karstark sont une grande famille du Nord, tout comme les Stark. Ils aiment leur peuple, les soutiennent, mais ce n'est pas comme nous. J'ai grandi auprès des familles de pêcheurs, défendu nos terres auprès d'eux, je connaissais chaque habitant de l'île et ils me donnaient autant que je leur donnais. Il arrive souvent que cette proximité me manque ici. Ne doutez pas de vous, il n'y a pas besoin de porter un grand nom pour être un grand seigneur, surtout du point de vue de vos gens.

En arrivant à Winterfell, Dacey avait dû s'habituer à un autre style de vie et à présent, cela était ancré dans ses habitudes, même si elle ne sera jamais Catelyn Stark et restait au fond de son âme une Mormont qui préférait les armes aux aiguilles.

Il va falloir que je me tienne un peu mieux au tournoi d'Harrenhal, Mère insiste pour que j'y ailles et que je rencontre des demoiselles pouvant devenir la prochaine lady Forestier. Je suppose que tu resteras au chaud ici avec le futur petit Stark que tu portes...

Le voyant posé, sa main sur son ventre, Dacey réalisa qu'elle avait dû faire ce geste sans s'en rendre compte. Plus les jours passaient, plus ceux qui la croisaient réalisaient la présence d'un nouveau Stark en elle. Au moins, elle avait prévenu sa famille et surement était-il temps d'officialiser sa grossesse au grand jour.

- Je ne peux décidément plus cacher mon état plus longtemps.

Elle avait apprécié le fait qu'il soit resté discret pour lui parler de ce qu'il avait découvert. Edwin était réellement un jeune homme à part, elle ne viendrait même à regretter de l'avoir si sévèrement jugée durant son enfance, mais après tout, Dacey était encore très jeune à cette époque. Lui souriant, elle continua :

- Ma nouvelle grossesse est plus fatigante que la précédente, je vais donc rester à Winterfell, tout comme Lord Stark. Jon et Sansa seront les représentants des Stark lors du tournoi, mon époux préférant rester dans le Nord pour guetter les mouvements des sauvageons.

Le tournoi de paix organisée par le Roi régent du Nord et la Reine du Sud avait provoqué une longue discussion entre les deux époux, puis pour finir avec le reste de la famille. Dacey ne pouvait se permettre de faire un si long voyage, puis Robb estimait devoir encore prouver au Nordiens sa place de suzerain en travaillant sans relâche. Malgré leur absence, il était primordial que les Stark soient représentées lors du tournoi, la décision se porta sur Jon Stark, vu qu'il connaîtrait surement des seigneurs dûs à son long voyage, ainsi que Sansa qui irait rejoindre son fiancé. Au final, ce ne fut qu'à l'évocation des sauvageons que le sourire de Dacey disparut de son visage.

- Si nous pouvions obtenir la paix avec ce peuple, le Nord s'en porterait bien mieux.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyMar 4 Oct - 2:02


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Il n'avait rien contre les Karstark, qu'il appréciait assez dans l'ensemble, juste avec l'héritier, mais il ne comptait pas le rappeler à Dacey, c'était juste des querelles à cause de leurs caractères opposés, rien qui était très important. Il était cependant d'accord avec elle sur cette proximité qu'entretenaient certaines familles avec les gens qui vivaient sur leurs terres, une chose qu'il avait aussi vu sur l'Île aux Ours quand il s'y était rendu plus jeune, plus encore sur la suite. Un grand nom ne faisait pas forcément un grand seigneur, et ce n'était pas la renommée d'un nom qui protégerait ses gens et mettrait de la nourriture sur leurs tables. Il se souvenait de l'amour sincère que portaient ceux vivant sur ses terres à son père, malgré la dureté de caractère de ce dernier, et il espérait y arriver un jour lui-aussi, si les Dieux le permettaient. Répondant à son sourire d'un autre, il passa sa main libre dans ses cheveux pour dégager les boucles qui étaient tombées en travers de ses yeux.  Encore quelques lunes, avec une cape suffisamment large, mais il n'y a vraiment pas de quoi. Un nouveau Stark est toujours une bonne nouvelle. Même s'il comprenait qu'elle ne veuille pas trop en parler, trop de choses pouvaient mal se passer durant une grossesse, aucune qu'il ne lui souhaitait évidemment. Il hocha de la tête en entendant que Jon Stark, dont Lyarra lui avait parlé quelques semaines plus tôt, et lady Sansa se rendraient au tournoi, avant le mariage de cette dernière avec le Roi Régent du Nord. Lui-même ne comptait pas se rendre à la célébration, il cherchait déjà une excuse pour ne pas avoir à se rendre à Harrenhal, toujours aussi peu à l'aise avec les autres nobles. Repose-toi, prends soin du futur petit loup, et je passerais  par ici pour te raconter comment ça s'est passé. Ce n'est qu'un tournoi, il y en aura sûrement d'autres dans les années à venir. Et même s'il avait toujours du mal à saisir l’intérêt de se foncer dessus avec de longs bâtons pour simuler une guerre, un jeu typique des sudistes qui semblaient tout prendre à la légère, il devait admettre qu'il avait aussi un peu hâte de voir ça, tout en espérant ne pas avoir à faire trop de ronds de jambes devant les autres nobles.

Le sourire disparut des lèvres de sa suzeraine alors qu'elle évoquait les tensions avec les sauvageons, celles qu'elle espérait voir un jour disparaître. Ils avaient déjà abordé le sujet lors d'une précédente visite, et il avait été agréablement surpris d'entendre que la jeune femme partageait son avis. Je suppose que l'avis de ton époux n'a pas changé sur cette affaire. Malgré la haine ancestrale et réciproque des nordiens envers les sauvageons, malgré les nombreuses attaques que leurs deux fiefs d'origine, et même si tous deux avaient perdu des êtres chers à cause d'eux, il était pour la paix avec le peuple d'au-delà du Mur. Il savait que c'était très étrange, et parfois mal vu au sein de sa propre maison à cause de la disparition récente de son aîné, mais les rivalités éternelles ne rimaient à rien. Eux avaient eu la chance de naître du bon côté du Mur, à la place des autres ils auraient probablement agi comme ils le faisaient. Une fois le tournoi et le mariage passés, nous devrions peut-être aborder le sujet avec ton époux, même si je pense que ça ne servira pas à grand chose. L'Hiver qui arrivait promettait d'être bien plus long et difficile que tous ceux qu'ils avaient vu passer ces dernières décennies, et si les vagues rumeurs qui courraient étaient vraies, il apportait avec lui bien plus que le froid mordant et les tempêtes de neige. Des créatures qui hantaient seulement les vieilles légendes et les contes pour faire peur aux enfants, mais qui avaient été réelles des millénaires auparavant, il en avait eu la preuve lorsqu'il s'était aventuré à l’extrême-est de l'orient. Il avait toujours cru à ces histoires, elles faisaient partie intégrante de son éducation, sa famille liée bien plus qu'ils ne l'admettaient avec les enfants de la forêt, et savoir que ces hommes et femmes si peu armés contre les monstres de cauchemars lui faisait froid dans le dos. Être en bons termes avec le peuple libre serait nécessaire, voir primordial, et avec un peu de chance ils pourraient peut-être même s'allier contre la menace qui se cachait encore derrière la glace plus au nord, mais il savait aussi que rares étaient ceux qui partageaient cet avis. Et s'il est d'accord, convoquer les seigneurs des grandes maisons pour en parler avec eux, même si leur réaction risque d'être la même. Il y avait une autre solution bien sûr, qui trottait dans son esprit depuis un certain temps, mais il hésitait à la formuler.

C'était dangereux, ce serait sûrement mal vu en plus d'être une prise de risque qui pourrait une nouvelle fois priver Ironrath de son lord, mais il y avait aussi énormément à gagner si ça réussissait, même si ça échouait en partie. Un nouveau pari osé et téméraire, mais c'était ce qu'il aimait après tout, et le Nord pourrait largement profiter de ce qui en ressortirait, négatif comme positif. Il resta silencieux un moment alors qu'ils continuaient leur marche à travers le bois sacré, son regard se posant sur les diverses essences végétales qui y poussaient, retrouvant ça et là les couleurs familières du bois de fer qui faisait vivre les siens. Il y aurait aussi la possibilité d'envoyer un groupe au delà du Mur à la rencontre des différents chefs de clans et leur proposer la paix, avant de rapporter leurs réponses à lord Stark. Il avait beau appeler sa suzeraine par son prénom, il était impensable qu'il fasse de même avec son époux, même si le jeune homme avait l'âge de ses sœurs et qu'il se souvenait de lui quand il était encore enfant. Que des gens volontaires bien sur, accompagnés éventuellement d'hommes de la Garde de Nuit qui connaissent bien mieux le terrain, et qui n'iraient pas juste pour tabasser du sauvageon mais pour vraiment essayer d'améliorer la situation et tendre vers la paix. Même les protecteurs du Mur risquaient de refuser tout net, ça faisait partie de leur fonction d'empêcher les sauvageons de passer, mais il comptait aussi sur une partie de leur serment qui pouvait être interprété d'une autre façon. "Le bouclier qui garde les royaumes des hommes", et le peuple libre en faisait partie, bien plus que ce qui se cachait sûrement dans les brouillards glacés et les nuits de plus en plus longues. Un autre pari risqué, mais il existait d'autres passages si jamais ils refusaient, sinon le peuple libre ne pourrait pas envahir régulièrement les terres au sud du Mur. Prenant une grande inspiration, il se redressa et serra légèrement ses poings, rassemblant tout son courage pour les mots qui allaient suivre. J'aimerais en faire partie, tu t'en doutes.. Pas forcément diriger, il n'avait jamais vraiment été un meneur même si ça faisait partie de ce qu'on lui apprenait désormais, mais au moins aider et peut-être en profiter pour en apprendre plus sur ces gens qu'ils connaissaient assez peu au final.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris
Red like blood, white like bone Tumblr_n79yk5NOWA1s1dd4do5_500
Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1376
Date d'inscription : 29/06/2016

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyDim 16 Oct - 22:11


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Les Mormont n'étaient pas réputés pour ne pas dire ce qu'elle pensait, Dacey n'évitait pas à la règle; seulement, elle avait appris à le dire avec plus de tact que certaines de ses soeurs ou de sa propre mère. Les années comme porte-parole de sa famille lui avaient servi dans ce sens. Après, Dacey savait garder des secrets et elle estimait que de ne pas dire une chose, n'était pas mentir, seulement garder un mystère. Tout comme, elle était prête à attendre le plus longtemps possible pour dévoiler sa grossesse, comme elle n'a jamais démenti la rumeur au sujet des femmes de sa famille qui seraient des changes-peaux et que de ce fait, le père des filles de Maege Mormont serait un ours. D'ailleurs, dans ses souvenirs, elle avait pondu le même discours à Edwin quand il était venu en visite sur l'île aux ours, s'étant exprimé haut et fort que son père était une fière créature, robuste et solitaire. Au final, elle ne mentait pas, hormis le côté ou son père était un humain, rien de plus normal, quoiqu'il était un sauvageon. Hormis sa mère et elle, personne ne connaissait ce secret, mais cela pouvait expliquer que Dacey soit aussi robuste et forte en caractères. Elle avait longtemps vu ce lien comme une honte, avant de comprendre que c'était une force, les sauvageons étaient des survivants et s'ils n'étaient pas tant venus attaquer son île, elle les aurait respectés. Enfin à présent, vu la situation actuelle, elle ne souhaitait que la paix avec eux, sans pouvoir dire que d'une certaine façon, ils étaient autant son peuple que les Nordiens qui se trouvaient du bon côté du mur.

Je suppose que l'avis de ton époux n'a pas changé sur cette affaire.

Malheureusement, Dacey avait déjà ouvert le sujet avec Robb, mais la discussion se terminait toujours de la même façon. Des divergences d'opinions se retrouvaient courantes dans le couple de suzerains, mais souvent, ils arrivaient à se mettre d'accord hormis sur ce point-là. Aspirant un grand coup.

- Pas simple de faire l'impasse sur le fait que l'un d'eux à tuer son père.

Ce qui était arrivé à Eddard Stark était tragique, mais c'était le sort de beaucoup d'autres Nordiens avant lui. Dacey avait vu des hommes périr de la main des sauvageons biens avant qu'elle comprenne le sens de la mort. Tant de vie perdue, tant de vies gaspillées, mais si cela durait, il y aurait toujours plus de morts et ce n'était pas convenable.

Une fois le tournoi et le mariage passés, nous devrions peut-être aborder le sujet avec ton époux, même si je pense que ça ne servira pas à grand chose.Et s'il est d'accord, convoquer les seigneurs des grandes maisons pour en parler avec eux, même si leur réaction risque d'être la même.

Avoir Edwin en renfort serait peut-être un bon moyen de faire plier le suzerain du Nord, quoique celui-ci soit bien buté et risque de prendre mal que son épouse soit allée conversé de ce sujet avec un de leurs vassaux. Mais après tout, il ne devait pas non plus oublier qu'il avait épousé une Mormont et qu'elle n'allait pas se plier à ses ordres surtout si elle estimait que le sort du Nord en dépendant. N'était-ce pas ce qu'on attendait des suzerains de veiller sur sa région et son peuple ?

Il y aurait aussi la possibilité d'envoyer un groupe au delà du Mur à la rencontre des différents chefs de clans et leur proposer la paix, avant de rapporter leurs réponses à lord Stark. Que des gens volontaires bien sur, accompagnés éventuellement d'hommes de la Garde de Nuit qui connaissent bien mieux le terrain, et qui n'iraient pas juste pour tabasser du sauvageon mais pour vraiment essayer d'améliorer la situation et tendre vers la paix.J'aimerais en faire partie, tu t'en doutes..

Entendre le plan du Forestier était intéressant, surtout que Dacey n'était pas partie si loin dans les actions, pour simple raison qu'au final, là le grand enjeu était de pouvoir, faire changer d'avis Robb. Mais pour sa part, elle avait surtout songé aux sauvageons qui avaient déjà traversé le mur et vivaient sur leurs terres depuis quelques mois. Laissant le jeune homme parler, elle hocha la tête de manière affirmative quand il mentionna les personnes volontaires et surtout ne fut pas étonné de découvrir qu'il voulait faire partie du voyage. Réellement, si elle n'avait pas Maeve et un nouvel enfant en route, même elle, aurait voulu se rendre au-delà du mur.

- Je n'avais pas envisagé votre dernière idée et cela me paraît être un bon plan. Il faudrait déjà persuader ceux qui sont sur nos terres, si on arrive à les avoir de notre côté, il sera plus facile de pouvoir aller à la rencontre des autres chefs au-delà du mur, personne ne connaît mieux le terrain qu'un sauvageon. Pour la garde de nuit, c'est mon oncle, Jeor Mormont, qu'il va falloir affronter. Pour ce qui est de faire partie du voyage, cette décision vous appartient, mais je ne vois pas meilleur seigneur pour pouvoir exposer nos envies de paix.

Pour elle, il était important d'avoir des sauvageons pour entreprendre un voyage vers le grand Nord, la garde de nuit connaissait le terrain, mais les chefs de clan ne feraient confiance qu'en leur pair. En tout cas, elle avait toute confiance en Edwin pour entreprendre les négociations. Si cela pouvait se résumer qu'entre eux deux, tout serait plus simple, mais après l'étape convaincre Robb, il y avait aussi le moment où il faudrait convaincre les autres maisons du Nord. Tout ceci n'allait pas se construire en un jour et pourtant les difficultés de l'hiver arrivaient bien vite.

- En espérant que l'hiver ne soit pas plus rapide que nous.

La rudesse de celui-ci et les rumeurs qu'il refermait faisaient trembler plus d'un Nordiens et à cette pensée, elle ne put s'empêcher de poser sa main sur son ventre, comme pour protéger son enfant de cette vision. En songeant à son enfant, elle en vint à repenser à son propre père et une détermination s'empara de son regard.

- Vous vous souvenez de l'homme qu'on avait rencontré quand je vous avais fait visiter l'ile-aux-ours ? Celui qui vous avait dit que quand vous possédiez un rêve, il ne fallait jamais baisser les bras et se battre pour l'obtenir. Il s'agissait d'un ancien chef de clan de sauvageons. Après avoir perdu son statut, il avait fui le grand nord pour se réfugier sur l'île. Ce n'était qu'un ermite vivant dans les bois, mais ce sauvageon m'a prouvé que malgré les combats qui nous opposent avec ce peuple, au final, on n'est guère différent, mais cela mon époux peut le comprendre. Il n'a pas eu à les affronter depuis son enfance, à craindre ce qui venait de la mer, s'il a pu accepter la paix avec les Fer-nés en quoi faire un pacte avec les sauvageons serait différents. Ce sont des descendants des premiers hommes, tout comme nous. Enfin, je ne veux vous embêter plus longtemps avec ce sujet, mais c'était simplement pour dire que comme l'ermite, je n'abandonnerais pas tant que je n'aurai pas obtenu gain de cause.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptySam 29 Oct - 5:24


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

Les sauvageons avaient tué lord Eddard, et il comprenait que Robb soit remonté contre eux pour ça, mais il estimait bien plus quelqu'un capable de passer outre ses rancœurs personnelles. Lui avait perdu son frère, l'acte déclenchant son retour dans le Nord en l'arrachant à l'Est qu'il aimait tant, pourtant il voulait tout de même faire la paix avec le peuple libre. Son père et son frère étaient morts durant la Rébellion des Îles de Fer, pourtant le Nord était maintenant en paix avec les Fer-nés et il n'aurait même pas pensé à s'opposer à cette idée. La paix était une bien meilleure alternative, malgré les heurts passés, malgré les ressentiments des deux côtés, malgré les nombreux morts que chaque famille comptait. Mais les Nordiens étaient aussi connus pour leur entêtement, il en était lui-même un fier représentant, et les convaincre serait difficile, peut-être même impossible. Pour autant il ne comptait pas non plus abandonner cette idée sans avoir au moins essayé, et savoir que Dacey pensait la même chose le rassurait un peu quant à leurs chances. Si elle, qui avait pourtant grandi en connaissant les attaques mortelles des sauvageons et des fer-nés qui ravageaient l'Île aux Ours depuis des décennies, était pour cette paix fragile, d'autres le seraient aussi. Commencer par ceux déjà présents dans le Nord était une bonne idée, meilleure que celle de partir directement derrière le Mur, une nouvelle preuve que Dacey était définitivement un bon choix pour parler de ce genre de choses, en plus d'être une bonne suzeraine. Si ton oncle est aussi féroce que lady Maege, ça risque d'être intéressant comme échange. Pas de quoi le faire reculer, s'ils en venaient à aller parlementer avec le lord commandant de la Garde de Nuit ça voudrait dire que le reste s'était bien passé, mais il connaissait le caractère entier des Mormont et savait qu'ils pouvaient se montrer particulièrement difficiles. Son commentaire sur l'hiver et la main qu'elle posa à nouveau sur son ventre serra un peu sa mâchoire. L'Hiver faisait partie de ce que tous les nordiens connaissaient depuis leurs naissances, mais celui-ci l'inquiétait bien plus que tous les autres. Il risque de l'être, c'est aussi pour ça qu'on ne peut pas se permettre de trop traîner. Et qui savait ce qu'il apporterait avec lui ou ce qui se cacherait dans les brouillards glacés, ce dont certaines rumeurs parlaient sans jamais vraiment les nommer.

Il se souvenait effectivement de l'homme qui lui avait dit de réaliser son rêve, peu importe l'avis des autres, devant une Dacey plus jeune qui désapprouvait ses envies d'aventures lointaines, tout comme il avait aimé parler un peu avec lui, découvrant des facettes de la vie de ces nordiens d'au delà du Mur que beaucoup ignoraient et qui pourtant ressemblaient à celle de leur contrepartie au sud du Mur. Il s'était toujours demandé le lien qui unissait l’aînée des Ourses à l'ermite, sans jamais poser la question. Tu ne m'embêtes absolument pas avec ce sujet, et je me souviens bien de cet homme. Peut-être serait-il aussi intéressant d'aller le trouver pour lui proposer de joindre sa voix à la nôtre si jamais il y a une réunion des lords, sa vision des choses et son expérience pourraient répondre à certaines interrogations que nos compatriotes pourraient avoir. S'ils arrivaient à obtenir l'accord du suzerain pour envisager une discussion avec les autres lords, ce qui était loin d'être gagné. Mais ils avaient la même vision des choses, et probablement la même obstination tenace à voir les choses avancer dans leur sens, et s'ils ne réussissaient pas à se faire entendre il existerait certainement un autre moyen de faire changer les choses, au moins un peu. Il n'avait jamais aimé l'immobilité, encore moins maintenant qu'il devait la subir, et il ne pouvait pas non plus rester sans rien faire quand il y avait tant de possibilités. Peut-être serait-il aussi possible d'approcher l'un des groupes installés dans le Nord et leur demander leur avis sur la chose, avant même d'en parler à ton époux. Sans rien promettre, juste une discussion préliminaire pour savoir ce qu'eux en pensent. Leur avis comptait aussi, forcer une paix qui ne serait voulue d'aucun côté ne servirait à rien sinon alimenter un peu plus les tensions entre les deux peuples pourtant frères et renforcer les inimités déjà présentes. Il avait vu ce que donnait une haine ancestrale sur son domaine, les sauvageons passant souvent par le Bois-aux-Loups pour se rendre plus au sud. Depuis son retour il avait ordonné que ses hommes n'attaquent plus à vue et attaquent seulement s'ils étaient attaqués, ce qui n'avait pas beaucoup plu au début avant d'être finalement plus ou moins accepté, et le résultat ne s'était pas fait attendre: il n'y avait eu aucune attaque, les groupes passants étaient bien plus intéressés par le trajet vers le sud que par les éventuelles possessions du domaine d'Ironrath, et ils n'avaient causé aucun problème important.

Alors qu'il continuait leur marche à travers le bois sacré, il ne pouvait s'empêcher de penser à ce se passerait si jamais la brune réussissait à convaincre son mari de réunir les lords pour évoquer la possibilité d'une paix avec le peuple libre déjà présent sur les terres du Nord. Tous se souvenaient de la bataille de Winterfell, de la façon dont était mort lord Eddard, et ça n'aiderait certainement pas leur cause. Certaines autres familles seraient peut-être de leur avis, mais feraient-ils le poids face aux autres, dont feraient sûrement partie des maisons majeures dont la voix étaient bien plus écoutée. Il ne s'était jamais intéressé aux histoires de politique, n'avait jamais été un grand stratège, encore moins un de ces hommes habiles avec les mots, sa famille était bien trop insignifiante pour qu'on écoute vraiment ce qu'il avait à dire, et beaucoup le jugeraient aussi sur sa longue absence loin du Nord, sur ces devoirs seigneuriaux qu'il apprenait encore. Il n'avait jamais été éduqué pour faire face à ce genre de situations, encore moins à prendre ce genre de décisions, pourtant il voulait aider Dacey dans cette entreprise, autant qu'il lui était possible, même si ça voulait dire se mettre le reste du Nord à dos. J'espère qu'il sera possible d'au moins ouvrir la discussion, à défaut de convaincre tout le monde, et que ça ne causera pas de division. Le Nord ne peut pas se le permettre, pas avec cet Hiver... À nouveau l'inquiétude serrait sa gorge, et il ramena instinctivement le bras que tenait Dacey un peu plus près de lui. Ce n'était que des rumeurs et des légendes, de vieilles histoires pour faire peur aux enfants, mais il y avait toujours cru, l'histoire de sa famille bien trop proche de ces vieilles histoires pour que ce soit simplement des fables. Et ce qu'il avait vu et appris à l'est n'avait pas arrangé cette conviction sourde qui tournoyait dans son esprit, ou cette anxiété grandissante à mesure que l'Hiver prenait ses droits sur le Nord. Son regard dévia sur le grand barral derrière eux, et son visage aux larmes rouges qui semblait connaître toutes les réponses sans jamais les donner. Les Dieux savaient ce qui arriverait, en bien comme en mal, eux ne pouvaient que prier pour obtenir leur aide, un indice sur ce qu'ils devaient faire.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ourse protectrice
Dacey Mormont
L'Ourse protectrice
Valar Dohaeris
Red like blood, white like bone Tumblr_n79yk5NOWA1s1dd4do5_500
Ft : Bridget Regan
Multi-Compte : Andar Royce - Leeven Botley - Azilys Serrett - Blurd Mervault
Messages : 1376
Date d'inscription : 29/06/2016

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyVen 4 Nov - 14:16


Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.

Edwin + Dacey
lune 6 - an 300 - Winterfell

D'un fait assez étrange, elle n'avait jamais appelé l'ermite du terme père, chacun savait son lien familial avec l'autre, mais comme pour préserver cette rumeur que le père de Dacey était bel et bien un ours, ils n'en parlaient pas. Pourtant, Dacey avait passé de longs moments à ses côtés, à écouter ses histoires et ses leçons. Des visites secrètes, mais des visites qui lui avaient beaucoup apporté, surtout aujourd'hui où elle pouvait enfin comprendre les choses. En tout cas, encore une fois, elle l'évoqua devant Edwin en l'appelant l'ermite du bois de l'ile aux ours.

Tu ne m'embêtes absolument pas avec ce sujet, et je me souviens bien de cet homme. Peut-être serait-il aussi intéressant d'aller le trouver pour lui proposer de joindre sa voix à la nôtre si jamais il y a une réunion des lords, sa vision des choses et son expérience pourraient répondre à certaines interrogations que nos compatriotes pourraient avoir.

Elle se souvenait encore de la scène précise, ou elle avait appris la mort de son père. Revenant d'un de ces voyages dans le Nord, elle venait de faire le rapport de sa mort et là, Maege Mormont lui signala simplement que l'ermite de la forêt était mort, de simples paroles qui pourtant eurent beaucoup d'impact sur la guerrière. Il était mort comme il avait vécu, sans que personne ne le sache, il n'avait été qu'une ombre de l'ile-aux-ours, un homme qui avait perdu son statut de chef de clan et surement après avoir trouvé un moyen de vivre en paix, n'avait pas eu la force de refaire confiance à un autre peuple, car son peuple restait les sauvageons.

- Malheureusement, il est parti rejoindre les anciens dieux il y a quelques années.

Comme l'avait signalé Edwin, il aurait pu leur être d'une précieuse aide, car au final, il avait quand même réussi à être un chef, c'est qu'il devait savoir comment faire plier des hommes et femmes de son clan à ses exigences. En tout cas, tout ce qui pouvait se servir pour arriver à faire avancer les choses dans le nord, c'était de se servir de son enseignement.

Peut-être serait-il aussi possible d'approcher l'un des groupes installés dans le Nord et leur demander leur avis sur la chose, avant même d'en parler à ton époux. Sans rien promettre, juste une discussion préliminaire pour savoir ce qu'eux en pensent.

Aller à la rencontre d'un groupe avant d'en parler à son époux la gênait. Malgré le fait qu'il était surement certain que Robb ne veille ne pas en entendre parler, il restait son mari et ils s'étaient promis de tout partager, Dacey ne voulait pas agir derrière son dos, en tout cas pas avant d'avoir essayé une nouvelle tentative pour le persuader de bien vouloir considérer la paix avec le peuple libre.

- Je préfère d'abord avoir une nouvelle discussion à ce sujet avec mon époux avant d'agir, mais autrement, c'était bel et bien mon plan. Il y a un groupe non loin de Winterfell qu'on fait beaucoup surveiller, je sais où il se trouve, cela sera déjà un bon début.

Tout ce qu'elle savait de ce groupe, c'était qu'il ne s'agissait pas de cannibale et qu'il n'avait jamais tenté d'attaquer de nouveau les Nordiens depuis la dernière grande bataille. Non, ils vivaient tous en paix dans un petit village et les hommes des Stark les observaient de loin, prêts à agir s'ils montraient des signes d'agressivité.

J'espère qu'il sera possible d'au moins ouvrir la discussion, à défaut de convaincre tout le monde, et que ça ne causera pas de division. Le Nord ne peut pas se le permettre, pas avec cet Hiver...

Tout comme la suite de l'hiver, s'il y avait bien un rassemblement, l'issue en serait incertaine. Les seigneurs des maisons Nordiennes pouvaient surement être trop fiers pour oublier les habitudes ancestrales de combattre les sauvageons, même si au final, cela avait été le cas avec les Fer-nés. La Stark décida de lui répondre :

- Le souci, c'est que nous nous voyons nos failles, mais beaucoup de maisons Nordiennes ne réfléchissent que par leur force....une illusion de force.

Oui, ce n'était qu'une illusion, Dacey réfléchissait tellement plus loin, alliant l'hiver aux sauvageons, alliant la dernière bataille duNord et une prochaine bataille si rien n'était tenté vers les sauvageons. Les Nordiens n'étaient pas assez fort pour les affronter s'ils arrivaient en force, non pour elle, le seul moyen était d'obtenir la paix avant de les voir de nouveau s'attaquer au Nord en plein hiver. Finalement, alors qu'ils avançaient toujours dans le bois sacré, la suzeraine pouvait sentir la fatigue l'envahir, elle avait besoin d'aller se reposer et pour elle, la meilleure façon de le faire était auprès de sa fille.

- Je devrais retourner au château, Maeve doit attendre notre moment privilégié. S'arrêtant face à Edwin, Dacey inclina la tête d'un geste respectueux avant d'ajouter : j'ai été heureuse qu'on aille cette discussion, je vous tiendrais informé si nous devions agir dans l'ombre ou bien si Robb ouvre enfin les yeux sur la situation. Passez une bonne journée Edwin.

Sur ces mots, Dacey lâcha son bras et s'engouffra davantage dans sa fourrure pour aller rejoindre le château. Là, elle pourrait retrouver la chaleur, mais surtout son petit rayon du soleil qui n'était nul autre que Maeve.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone EmptyLun 19 Déc - 9:56


Red like blood, white like bone
“Our souls are but leaves in a storm, and only the gods know where we will come to rest.”
feat. Dacey
lune 6 - an 300
Nord - Winterfell
On aurait pu croire que le déroulement et le résultat de la dernière bataille aurait ouvert les yeux aux Maisons. Ils avaient perdu leur suzerain, n'avaient gagné que de justesse, et le nombre des pertes et des blessés avait été bien plus important que tout ce qui avait pu être anticipé. Mais les nordiens étaient entêtés et il n'était pas aisé de les faire changer d'avis une fois qu'ils s'étaient fixés dessus, tout comme il serait difficile de les faire reculer sur leur idée de paix. Il savait que cette nouvelle serait mal accueillie à Ironrath, sa famille partageant la rancune tenace de son royaume avec une dose de ressenti en plus à cause des événements récents, et la faire accepter serait encore plus compliqué, mais il ne lâcherait pas non plus. Espérons que ton époux, puis le reste du Nord, voit la force que pourrait apporter cette paix... Dans un monde idéal peut-être, mais la réalité était différente et la perspective de cette possible réunion serait sa gorge. Ça ne serait pas une partie de plaisir, il y aurait probablement du sang et des cris, mais ça en valait la peine s'ils réussissaient. Après tout il était joueur, il avait déjà parié et gagné sur plus dangereux.

Son sourire revint quand Dacey évoqua la petite héritière du Nord. Je ne te retiens pas plus longtemps, et embrasse-la de ma part. Il ne servait à rien de ressasser sur la question tant qu'elle n'aurait pas eu une conversation avec son époux, et elle devait aussi prendre soin de sa fille et se reposer pour l'enfant à naître. J'attendrais de tes nouvelles avec impatience. Bonnes comme mauvaises, au moins il saurait à quoi s'en tenir. Esquissant une discrète révérence en retour, il lui adressa un dernier sourire aimable et la regarda s'éloigner. Des années auparavant ils étaient incapables de s'entendre sur le moindre sujet, leurs désaccords constants les empêchant même d'avoir des conversations normales sans heurts, et pourtant aujourd'hui ils partageaient les mêmes avis sur de nombreux sujets, y compris ceux les plus délicats à aborder avec d'autres nordiens. Le temps, leurs expériences respectives, l'aide des Dieux, peu importe ce qui avait permis que ça arrive, il en était reconnaissant et était sincèrement heureux de savoir qu'il pouvait compter sur Dacey pour ce genre de confidences. Alors que la brune sortait du bois sacré, lui avait fait demi-tour, cheminant en silence à travers les arbres, seul le craquement de la neige sous ses pas trahissant sa présence, jusqu'à retrouver l'arbre blanc au visage solennel et sinistre.

À nouveau il s'était agenouillé, les yeux fixés sur la frondaison sanglante, observant un instant le mouvement des feuilles dans la brise avant de baisser le regard sur la sève rouge qui coulait des gravures, puis sur la neige où s'enfonçaient les racines, avant de fermer les paupières. Une longue prière silencieuse, qui n'avait de voix que dans son esprit, pour demander aux Dieux de bien vouloir continuer à protéger les siens, pour qu'ils continuent de veiller sur le Nord et ses habitants. Il avait serré ses poings dans la neige glacée, écoutant le murmure des feuilles, taisant les trop nombreuses questions qui tournaient malgré tout dans son crâne, se concentrant simplement sur cette demande simple: leur protection en ces temps incertains et pour les épreuves à venir. Encore un moment à guetter une réponse, un infime signe, qui ne viendrait pas il le savait, et il s'était relevé pour retourner à l'entrée. Sans un regard en arrière ou s'attarder il avait récupéré sa monture aux écuries, pour s'éloigner au galop une fois la porte de Winterfell franchie. Beaucoup restait à faire à Ironrath, pour préparer l'hiver comme pour ce fichu tournoi où il ne voulait pas aller, mais il n'avait de toute façon pas le choix. Au moins n'aurait-il pas à assister au mariage du Roi Régent, ne pouvant pas se permettre d'être trop longtemps absent du domaine en ce moment critique, et s'amusait déjà à imaginer son cousin au milieu des festivités et des nobles du sud.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Red like blood, white like bone Empty
MessageSujet: Re: Red like blood, white like bone   Red like blood, white like bone Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Red like blood, white like bone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» armée blood axe en construction
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail
» True blood.
» Engins Blood Axes de KoumKoum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 2.0 :: RP terminés-
Sauter vers: