RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF, dans le Val et le Bief ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire
La MAJ est finie Rendez vous ici pour toutes les nouveautés !!

Partagez | 
 

 [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Sam 16 Jan - 19:24


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Après la mort de leur Mestre à Willow Wood, Eleanor avait décidé d'aller elle-même jusqu'à la Citadelle de Villevieille pour choisir son remplaçant. Comme la Mallister souhaitait rester proche de son fils et de ses apprentissages, elle avait besoin d'un mestre qui n'y verrait aucun inconvénient, jeune si possible donc. Et comme depuis sa naissance elle n'avait pas vraiment eu l'opportunité de voyager en Westeros, c'était l'occasion rêvée pour elle. Elle ne doutait pas que l'air du Bief lui ferait le plus grand bien. Elle avait été triste de devoir laisser Hoster derrière elle, seul. C'était la première fois qu'ils étaient séparés aussi longtemps, aussi loin. Eleanor n'en tirait aucune joie, mais elle savait qu'une telle coupure était nécessaire à son âge et que cela ne ferait qu'empirer avec le temps, alors il valait mieux qu'elle s'y fasse d'une façon ou d'une autre. Elle avait donc pris la route avec la jeune sœur de Tristan, cette dernière avait sauté sur l'occasion pour quitter les terres des Ryger, mais également trois garde du corps, dont un fidèle conseiller de son mari qu'elle n'appréciait que vaguement même si elle ne pouvait remettre en doute ses capacités.

Ils étaient arrivés à Villevieille après plusieurs jours de voyage, ils avaient filé assez vite, ne s'arrêtant pas chez les seigneurs voisins. Eleanor portait d'ailleurs une robe très simple et aucun bijou si ce n'était son alliance. Le but étant d'aller le plus vite et d'attirer le moins de bandits possible. Les temps étaient plutôt calme à Westeros ces derniers temps, mais il valait tout de même mieux rester prudents. La nuit se couchait sur le Bief quand ils entrèrent dans l'auberge qui les hébergeraient pour les quelques jours à venir. Eleanor envoya un des hommes prévenir la Citadelle qu'elle était là et qu'elle voulait être reçue dès le lendemain, et elle en laissa un autre négocier leurs chambres. Elle décida finalement d'aller dans la taverne à côté avec sa belle-sœur, donnant carte blanche au dernier garde du corps, après tout ils méritaient tous un peu de repos. Les deux jeunes dames du Conflans finirent donc par s'installer à une table, commandant leur souper. La taverne ne payait pas de mine, mais elle avait vu pire durant ce voyage. Et puis elle ne faisait pas partie d'une maison extrêmement riche non plus, donc elle n'avait pas peiné à s'habituer aux conditions de voyage. Monter à cheval lui avait fait extrêmement mal aux cuisses, mais elle n'en disait rien. Elle préférait cent fois souffrir un peu durant cette expédition et revoir ses attentes à la baisse plutôt que de s'éterniser loin de son fils et de son mari. Eleanor savait gérer ses priorités.

Alors qu'on venait de leur servir leur bout de viande accompagné de quelques pommes de terre, un homme qui les fixait depuis leur entrée dans la taverne vint s'asseoir à côté d'elle. Il avait visiblement bu mais surtout, il n'avait aucun savoir vivre. Eleanor essaya de l'ignorer lui et ses discours pour le moins graveleux, mais cela ne semblait pas le refroidir pour autant. Elle essaya alors de mettre les choses au clair.

« Nous ne somme pas intéressées, passez votre chemin, vous n'obtiendrez rien de nous. »

Mais cela n'eut pas plus l'effet escompté, au contraire, un autre client de la taverne lança une réplique qui fit rire l'assemblée. A présent Eleanor regrettait d'avoir congédié leurs gardes du corps pour la soirée. Elle sentit l'inconnu se rapprocher d'elle, son haleine putride lui donnait envie de vomir. Par réflexe elle saisit le couteau qui se trouvait à côté de son assiette, prête à s'en servir comme elle le pourrait si la situation le demandait, bien qu'elle doutait de sa force et de son sang froid pour y parvenir. Elle vit la main de l'homme s'approcher de son visage, mais une main la saisit au vol et l'empêcha de venir toucher sa joue. Elle leva la tête et vit une belle blonde de quelques années de moins qu'elle s'interposer entre eux deux.

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Mer 20 Jan - 16:47


Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina se sentait petit à petit faiblir restant enfermée dans ce chateau à attendre que quelque chose se passe ou qu'elle puisse frapper quelqu'un qui pourrait s'en prendre à Rowen mais malheureusement tout était calme en ce moment et rien d'extraordinaire ne se passait, le vide. La jeune femme décida de le laisser un peu tranquille pour une fois et de sortir boire un petit coup dans Villevieille, les Auberges ce n'était pas ça qui manquait et les gens d'ici avait peur de cette guerrière des Iles de fer alors elle savait que rien n'allait lui arriver en dehors de ce château. L'air frais qui fouettait son visage lui faisait beaucoup de bien et le soleil arrivait à la réchauffer doucement, les yeux pétillant de joie à l'idée de pouvoir enfin respirer lui faisait beaucoup de bien et de jour en jour elle sentait qu'elle était une vraie Fer-née qui avait besoin de s'évader et de partir à l'aventure mais c'était chez elle ici et la dette qu'elle avait envers Rowen n'était pas fini. Elle se devait de rester à ses côtés.

Laissant les odeurs attrayante de l'exterieur l'ennivrer la jeune femme commença à marcher dans les ruelles observant les gens qui la regardaient d'un mauvais oeil comme si ils doutaient encore de se loyauté envers le Bief. Après tout elle ne faisait pas non plus beaucoup de chose pour rassurer les gens, ne laissant que rarement un sourire sortir d'entre ses lèvres quand elle sortait et laissant son regard froid détailler les gens. Malvina était comme ça et depuis le temps les villageois auraient dut s'y habituer mais c'était comme ci il ne voulait pas d'elle dans cette partie de Westeros, comme ci elle n'avait pas sa place. Beaucoup de gens disaient qu'elle avait un coeur de Pierre mais ne pas se sentir à l'aise parmi ces gens lui faisait beaucoup de mal, elle était sensible à ce genre de petit détail mais personne ne s'en apercevait malheureusement. La fierté était la cause de tout ça mais jamais elle n'arriverait à se séparer de ce défaut qui l'aidait souvent lors des batailles.

S'arrêtant devant une petite Auberge que la jeune femme connaissait bien la jeune guerrière entra lançant un sourire au gérant qui commençait à bien la connaitre étant donné qu'elle venait souvent le soir pour essayer d'oublier et de penser à autre chose que Rowen, son regard parcourait la salle entière ne voyant que des hommes complétement bourré qui essayait de passer le temps avant de rentrer chez eux voir leurs femmes. S'asseyant dans un coin tranquille elle remercia l'homme qui lui apporta un pichet de Vin et resta silencieuse dans son coin sachant que personne ne viendrait embêter Malvina la Fer-née du Bief. L'alcool coulait le long de sa gorge et sentir cet élixir dans son corps lui faisait beaucoup de bien mais son esprit était ailleurs au moment ou elle remarqua deux jeunes femmes entrer dans l'Auberge essayant de rester discrête, malheureusement dans ce genre d'endroit aucune femme ne pouvait entrer sans que des regards vicieux se posent sur elles. Ce qui surprit la jeune femme fut l'absence d'armes ou de garde du corps à leurs côtés, était elle si inconsciente pour venir dans ce genre d'endroit seule? Déviant son regard la Guerrière essaya de ne pas faire attention à elles profitant du pichet qui était devant elle mais la voix de la plus grande des femmes se fit entendre dans la salle et des rires d'hommes bourrés se firent entendre après une blague légèrement salace que venait de lui balancer ce goujat.

Malvina était une femme avant tout et quand quelqu'un touchait à une autre femme ses poils se levaient et sentait que la bagarre était proche ce qui était le cas dans cette scène qu'elle voyait juste devant elle. Alors que l'homme allait lever la main pour toucher la peau si parfaite et si lisse de cette douce femme Malvina s'approcha délicatement de la scène et stoppa net le bras du puant plongeant ses yeux dans les siens, le regard toujours aussi froid et dure.

"On ne t'as jamais appris la politesse vieillard? Tu la touche et je serais obligé de planter mon couteau dans ta peau."


Elle voyait très bien qu'il hésitait à l'écouter ou pas et au fond d'elle Malvina ne voulait qu'une chose c'était qu'il le fasse pour pouvoir enfin se battre, se défouler et verser du sang, elle était née pour ça et ne vivait que pour sentir cette victoire. Alors qu'elle lâcha son bras pensant qu'il allait partir l'homme essaya de lui attraper le bras à son tour mais la Fer-née était plus rapide et empoigna sa dague pour la poser contre le cou bien gras du vieillard, voyant une fine ligne de sang couleur le long de sa peau sale elle laissa un sourire apparaitre sur son visage habituellement si froid et voyant le regard de l'homme qui avait peur elle s'approcha un peu plus de lui murmurant doucement.

"Ne sais tu donc pas qui je suis pour être aussi bête? Maintenant sors d'ici avant que je te tranche la gorge."


Elle retira la lame de son cou pour l'essuyer contre les vêtements déjà sale de l'homme avant de le voir partir e l'auberge claquant la porte derrière lui, sa fierté avait dut en prendre un coup et elle savait qu'elle n'allait pas le revoir ici de si tôt mais personne n'avait le droit de toucher à une femme sans une permission, se tournant doucement pour plonger son regard dans celui de cette femme elle laissa un sourire assez rassurant s'installer sur son visage tout en s'asseyant à ses côtés.

"Ne savez vous pas qu'une femme sans garde du corps doit toujours avoir une arme autre qu'un couteau non aiguisé de cuisine?"
Elle n'avait pas dit ça méchamment bien au contraire, Malvina était juste curieuse de savoir qui était ces deux femmes et pourquoi elles n'avaient pas de garde.





GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Sam 23 Jan - 10:26


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Alors que l’angoisse montait progressivement en Eleanor, il lui sembla avoir un moment de répit quand une main inconnue vint empêcher l’homme de la toucher. C’était une belle blonde à l’allure guerrière. D’ailleurs vu sa façon de parler et d’agir, elle n’en doutait pas une seconde, c’était une femme qui s’était parfaitement adaptée au monde d’hommes. Elle n’avait pas eu peur contrairement à elle de le remettre réellement à sa place. En même temps elle n’était pas crédible pour jouer ce rôle, elle savait que l’homme lui aurait retourné une gifle qui l’aurait faite s’écrouler et qu’il se serait empressé de retrousser ses jupes. Eleanor n’aurait jamais laissé se produire la chose sans rien faire, mais elle avait plutôt attendu le dernier moment, cherchant une autre porte de sortie, en vain jusqu’à l’intervention de la guerrière. Elle le menaçait de puis trancher la gorge de son couteau, un vrai couteau cette fois-ci, pas comme celui qu’elle tenait elle sur la table. Elle ne l’avait d’ailleurs toujours pas lâché, ça n’était pas grand-chose mais ça la rassurait. L’homme sembla prendre la menace au sérieux puisqu’il baissa son bras doucement, s’éloignant de la Dame Mallister. Mais finalement, ça n’était que pour mieux s’attaquer à la jeune femme. Heureusement pour elle, elle était vive et parvint à placer son couteau dans son cou, appuyant suffisamment pour commencer à faire perler un peu de sang. Elle tenta de faire appel à sa raison, lui demandant s’il ne la reconnaissait pas, si c’était le cas, il ferait mieux de passer son chemin. Elle ne la connaissait pas, elle devait être une habituée des lieux ou une figure emblématique du Bief.

Finalement, il dû enfin se rappeler du visage qui se tenait si proche de lui parce qu’il se ravisa véritablement, même s’il sembler bouillonner de rage d’avoir était humilié de la sorte par une femme, mais comme il ne comptait pas laisser la vie pour la peau blanche d’Eleanor, il se contenta de rentrer chez lui en claquant la porte. La Mallister ne s’était pas rendue compte qu’elle était légèrement bouche-bée, en train de dévisager sa sauveuse qui se contentait de nettoyer soigneusement son couteau du sang de l’horrible individu. Elle leva ensuite la tête vers elle, tout sourire, ce qui déstabilisa Eleanor. Comment pouvait-elle être aussi calme après ce qu’il venait de se passer ? Elle devait certainement y être habituée mais ça n’était pas son cas. Son cœur battait la chamade à cause de la panique qu’elle avait ressenti, elle était cependant soulagée de ne pas à avoir à subir de viol pour la soirée ! Elle prit place à leur table, s’étonnant qu’elles soient seuls et non pas en compagnie de gardes du corps, sans aucunes armes. Eleanor lança un rapide regard vers le petit couteau qu’elle serrait toujours entre ses doigts puis la lâcha brutalement, avec un petit éclat métallique. Elle leva ensuite les yeux vers sa belle-sœur pour voir si elle s’en sortait aussi bien qu’elle. Elle la trouva pâle comme un linge, mâchoires contractées, les yeux suspicieux qui passaient d’un client à un autre comme pour découvrir de nouveaux hommes mal intentionnés. Mais la présence de la guerrière semblait les tenir au loin pour le moment, ils étaient tous de nouveaux absorbés par leurs assiettes et leurs chopes d’alcool. Eleanor se tranquillisa un peu.

« On le saura maintenant… » souffla-t-elle doucement dans un premier temps. « J’ai naïvement pensé qu’on pourrait survivre seules le temps d’un dîner, nos hommes devraient nous rejoindre un peu plus tard. Merci en tout cas de nous avoir soulagé de cet embarras mademoiselle… »

Elle était curieuse de savoir qui était cette femme qui avait volé à leur rescousse, puisqu’elle était censé être renommée, elle avait piqué sa curiosité.

« Est-ce qu’on peut vous offrir quelque chose d’autre à boire ou à manger pour vous remercier de ce que vous avez fait pour nous ? »

Eleanor qui avait toujours était plus proche des femmes nobles qui se comportaient en dame comme elle, que des femmes qui se comportaient comme des hommes, mais elle n’aurait échangé sa compagnie en cet instant pour rien au monde.

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Lun 1 Fév - 16:51

     

Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina sentait son coeur battre à tout va dans sa poitrine, elle aimait se battre et sentir la peur de la personne qu'elle attaquait. Ce qu'elle avait bien sur sentit dans les yeux de cet homme juste avant qu'il décide déposer les armes et de partir sans demander son reste. Elle essayait de se calmer, déposant doucement les yeux sur l'auberge ou les hommes qui étaient encore là baissaient la tête pour éviter le regard de la jeune femme qui n'attendait qu'une seule réflexion pour sauter à la gorge de quelqu'un. Malvina était connu pour ses sautes d'humeur, elle pouvait aller très bien et sourire à tout le monde ou bien comme en cet instant vouloir tuer tout ce qui était autour d'elle sans vraiment d'explication mais cette fois ci il y en une, on ne s'attaquait pas aux femmes en sa présence et ça c'était quelque chose de sacré pour elle. Une fois sure qu'elle n'allait pas être trop froide pour parler aux deux jeunes femmes qui étaient derrière elle et dont elle pouvait sentir le regard poser sur son dos, la guerrière se tourna enfin un petit sourire en coin des lèvres pour éviter de ne les effrayer et s'asseya à ses côtés observant celle qui était à ses côtés. Elle était de la Noblesse et ca pouvait se voir sur son visage et ses vêtements mais que faisait une femme de la Noblesse ici? Dans cette Auberge qui n'était pas des plus belles et qui n'était pas non plus l'une des plus sécurisée, la preuve avec ce qu'il venait de se passer. Les villageois du Bief étaient des gens qui aimaient boire, malheureusement pour les femmes ils ne tenaient jamais l'alcool et Malvina ne pouvait pas être toujours là pour protéger tout le monde. C'était une chose qui l'énervait énormément et dont elle avait envie d'y remédier mais elle savait que jamais elle ne pourrait changer ça car Westeros était un endroit trop vaste pour une seule Fer-née.

S'asseyant tout en posant la question qui lui trottait dans la tête la jeune femme fit un signe à l'Aubergiste tout le remerciant pour le vin qu'il venait de déposer devant elle, retournant son attention sur cette Noble qui ouvrit enfin la bouche pour lui répondre et en entendant le Mademoiselle sortir d'entre les lèvres de la Dame Malvina faillit avaler de travers et toussa quelques secondes avant de rigoler tout en plongeant son regard amusé dans celui de cette femme si attirante.

"Vous pouvez m'appeler Malvina, je ne suis pas vraiment habituée à "Mademoiselle". Ce mot était sortit comme un gros mot d'entre les lèvres de la guerrière, les Nobles d'ici n'avaient pas vraiment de respect pour cette Fer-nées qui se battait comme un homme, ils la considéraient plutôt comme un homme qu'autre chose mais la jeune femme s'en fichait complétement car après tout elle était venu au monde pour faire verser du sang et aller faire la guerre alors peu lui importer le fait qu'on la considère comme une Dame ou non. Replongeant doucement son regard dans celui de cette Dame en essayant de ne plus rire et se demandait d'où elle venait pour croire qu'elle pouvait survivre une soirée dans une Auberge comme celle ci! Venait elle d'un endroit ou les hommes étaient tous gentil et respectueux? Ca c'était surement impossible car il y avait toujours un homme dénué d'intelligence dans le lot et ça partout.

"Dans le Bief il vaut mieux toujours garder vos hommes à vos côtés."


C'était plus un conseil qu'un reproche car jamais elle n'aurait osé faire un reproche à quelqu'un de la Noblesse, elle était têtu et direct mais tenait quand même à sa tête sur ses épaules ca c'était sur. Laissant le vin couler le long de sa gorge pendant quelques petites secondes elle montra son verre au moment ou la Dame demanda si elle avait besoin de quelque chose.

"Ne vous inquiétez pas ma Dame, Rowen Hightower paye mes verres."
Elle laissa un petit clin d'oeil sur son visage avant de se rappeler à qui elle avait en face, ce n'était pas juste une femme avec qui elle pouvait faire des blagues salaces et des plaisanteries. Essayant de reprendre son sérieux elle reprit doucement la parole plongeant son regard dans le sien.

"Puis je vous demander d’où vous venez? La plupart des Nobles du Bief ne seraient pas restés à mes côtés une fois ce malentendu terminé mais vous si."


Elle trouvait ça étrange mais était quand même contente qu'elles soient restées auprès de la guerrière après tout ça, Malvina n'avait pas l'habitude de parler à des étrangers alors qu'elle rêvait d'aventure et de partir dans tout Westeros pour pouvoir découvrir des nouveaux gens et des nouveaux paysages mais elle se devait de rester ici aux côtés de Rowen pour payer la dette qu'elle avait depuis qu'il l'avait sauvé.

"Je suis Malvina Sparr des Iles de Fer et la main de Rowen."

La jeune femme ne savait pas si c'était très intelligent de dévoiler qui elle était à une femme qu'elle venait de rencontrer mais ce n'était pas dans ses habitudes de mentir ou même cacher d'ou elle venait et ce qu'elle faisait vraiment dans la vie. Travailler pour Rowen était une de ses fierté et pouvoir le voir tout les jours était encore plus bénéfique pour la jeune femme alors pourquoi cacher une telle chose? et il fallait avouer que cette femme ne ressemblait pas vraiment à une ennemie ou à quelqu'un qui venait pour tuer Rowen alors dévoiler son identité n'était pas dangereux pour le moment. La guerrière laissa son regard se poser sur les deux femmes attendant une réponse de la plus grande des deux.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Dim 7 Fév - 15:40


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Eleanor avait fait le choix de porter une tenue modeste pour éviter de se faire trop remarquer pendant le voyage et d'attiser l'envier de certains voleurs, malheureusement le simple fait d'être une femme lui assurait de se faire remarquer par les hommes, et ce soir dans la taverne, elle n'y avait pas échappé. Et visiblement, même sa tenue la plus sobre ne suffisait pas à la fondre dans la masse qui peuplait le Bief. La jolie blonde qui était venue à leur rescousse l'avez vouvoyé et la traitait avec un certain respect. Quelque part, la belle Mallister se sentit flattée d'avoir l'air noble même quand elle ne voulait pas l'être. Par contre cela ne semblait vraiment pas être le cas de la jeune femme en face d'elle puisque lorsqu'elle l'appela mademoiselle pour avoir son nom, elle la vit se mettre à rigoler, faisant de son mieux pour ne pas cracher ce qu'elle était en train de boire. Eleanor eut un mouvement de recul, étonnée. Elle était à présent très curieuse d'en savoir plus sur la jeune femme. De quel endroit venait-elle pour qu'être appelée mademoiselle soit ressenti comme une telle insulte. Certes, elle portait les armes et avait ce quelque chose de masculin, mais cela ne l'empêchait pas de rester une femme. Eleanor savait pertinemment qu'en naissant femme, la vie était bien plus compliquée, qu'il y avait plus d'avantages à être un homme, mais elle ne voulait pas avoir honte de ce qu'elle était. Malvina donc, puisque c'était ainsi qu'elle s'appelait, lui confirma que même le temps d'un dîner il était plus que recommandé de toujours avec ses hommes avec elle.

« C'est noté. » dit-elle en hochant la tête. « Dès qu'ils seront revenus, ils auront l'ordre de ne plus nous lâcher d'une semelle ! »

Elle tourna la tête vers sa belle-sœur qui s'empressa de confirmer sa décision à coup de hochement de tête. Eleanor proposa alors à Malvina de lui offrir à boire ou à manger pour la remercier du sauvetage, mais cette dernière lui répondit qu'elle n'avait pas à s'en faire de ce côté là puisque Rowen Hightower payait ses consommations. Décidément elle allait de surprise en surprise avec elle. Elle n'arrivait même plus à avoir un air normal sur son visage puisqu'un questionnement laissait sa place à deux autres. Qu'avait-elle donc à voir avec le seigneur des lieux ? Pour qu'il lui paye ses verres et surtout qu'elle en parle de la sorte, avec un air malicieux ? Était-elle sa maitresse ?

« Oh... Très bien. »

Fut tout ce qu'elle trouva à répondre. Puis ce fut au tour de la guerrière de mener sa petite enquête sur les jeunes femmes dont elle venait d'épargner un sale quart d'heure. Elle leur confia son étonnement de les voir rester à ses côtés après ça, puisque d'après ses dires, n'importe quel autre habitant du Bief l'aurait évité. Eleanor mourait d'envie de lui demander pourquoi, mais elle se contrôla, habituée à rester digne dans presque n'importe quelles circonstances. Si elle devait patienter pour avoir des réponses, ça ne lui posait pas de problème. Elle se racla légèrement la gorge avant d'entamer les présentations.

« Nous venons du Conflans. Je suis Eleanor Mallister, épouse du Seigneur Willow Wood Tristan Ryger, et voici sa sœur. Notre Mestre est décédé depuis quelques temps à présent et nous sommes en quête d'un nouveau. »

Et la jolie blonde se présenta à son tour en bonne et due forme, elle venait de la Maison Sparr dans les Îles de Fer et servait de main auprès de Rowen Hightower.

« Ah, c'est donc ça. » ne put-elle s'empêchait de dire doucement.

Elle comprenait mieux tout l’accoutrement et l'attitude de guerrière à présent qu'elle savait qu'elle venait des Îles de Fer, et aussi que certains veuillent se tenir loin d'elle. D'ailleurs Eleanor eut un petit mouvement de recul. A présent elle s'en voulait d'avoir annoncé aussi facilement qu'elles venaient du Conflans... avec les pilleurs des Îles de Fer, ils étaient tout sauf proches. Mais le fait qu'elle soit la main de Rowen Hightower la rassurait un peu, elle ne devait pas être si terrible que ça pour avoir gagné la confiance d'un seigneur biefois et un rôle avec ce genre de responsabilités.

« Et comment une femme des Îles de Fer devient-elle la main d'un seigneur du Bief ? Si je puis me permettre, bien entendu... »

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Mar 8 Mar - 8:11

     

Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina arrivait à reconnaitre des Nobles même quand ceux là étaient habillé différemment pour essayer de se fondre dans la masse, ils avaient quelque chose de différent dans l'attitude, le regard et surtout elle était trop propre pour être quelqu'un de la basse population. Malvina essayait toujours de les éviter pour ne pas à essayer d'être une autre, à toujours faire attention à ce qu'elle disait mais c'était autre chose cette fois ci car après tout cette Noble était venu en inconnito dans cette auberge. Elle n'avait donc pas à faire attention à son langage ni à faire des courbettes pour essayer de plaire aux gens comme Rowen lui avait appris. Relevant son regard vers les deux jeunes femmes Malvina était curieuse et avait pleins de questions en tête mais essaya de les garder pour le moment car après tout elles étaient là juste pour passer un bon petit moment.

"Il vaut mieux pour votre sécurité. Ce n'est pas très bien fréquenté dans les environs!"


Quand la jeune femme était arrivée ici les hommes lui avaient tourné autour comme ils venaient de le faire avec cette Noble mais elle était une Fer-née et son caractère avait pris le dessus depuis des années maintenant. Sa réputation était faite et les gens savaient qu'il ne valait mieux pas essayer de s'approcher de la blonde, voilà pourquoi elle avait versé du sang, pour ne pas se faire harceler. Les femmes n'avaient pas vraiment de chance dans ce monde, elles étaient souvent vu comme des objets et voilà pourquoi les hommes en profitaient mais la Fer-née essayait de faire changer les choses en montrant qu'elle pouvait elle aussi agir comme eux. Assise à côté de la plus grande des femmes, Malvina savait qu'elle devait faire plus homme habillée en guerrière et le regard froid mais elle s'en fichait complétement, c'était ce qu'elle était après tout. Au moment ou la jeune femme se présenta Malvina afficha un petit sourire, jamais elle n'avait rencontré quelqu'un du Conflans et c'était bien de découvrir des nouvelles personnes d'un peu partout de Westeros. La guerrière était une femme qui rêvait d'aventure et de découvrir des nouveaux endroits mais elle ne pouvait pas quitter Rowen et donc rencontrer des gens d'ailleurs était pour le moment suffisant.

"Vous êtes les premières personnes du Conflans que je rencontre Eleanor Mallister, ça doit vous changer de là bas. Et j'espère que vos recherches seront bonne, il y a des très bons Mestre ici je pense que votre voyage ne sera pas une perte de temps."

Elle était contente de voir qu'une Noble se déplaçait elle même pour chercher ce dont elle avait besoin, rare était les personnes qui quittaient leur domaine, cela prouvait qu'elle avait bon coeur. Sachant que dire qui elle était à une femme qui n'était pas d'ici était assez risqué surtout que les Fer-nées n'étaient pas vraiment des gens bien vu par ici mais elle sentait que le danger ne résidait pas dans ces deux femmes. Un petit rire s'échappa d'entre les lèvres de la fer-née au moment ou elle entendit une phrase sortir d'entre les lèvres d'Eleanor.

"Ca explique mon côté guerrière je suppose."

Elle n'avait pas dit ça méchamment car après tout les réputations étaient fondées et tout le monde savaient que les Fer-née était né avec une épée à la main et avaient le gout de faire couler le sang. Elle ne pouvait pas le nier bien entendu vu que sa raison de vivre était de tuer les gens ou leurs faire peur mais elle n'était pas une sanguinaire et avait tout de même un coeur, c'était ce qui changé des autres Fer-nés. Levant son regard au moment ou Eleanor posa sa question la jeune femme laissa un petit bout de silence le temps de boire une gorgée avant de répondre doucement.

"Je suis arrivée dans le Bief alors que je n'avais que 7 ans et Rowen m'a trouvé agonisante, il a décidé de me prendre sous son aile et depuis pour payer ma dette je suis devenu sa main droite. J'ai quitté les Iles de Fer après avoir tué mon frère qui avait fait une tentative de Viol malheureusement c'était l'héritier de la famille alors mon père à mis ma tête à coupé et heureusement que Rowen était là pour me protéger sinon je ne pense pas que je serais là ce soir à vos côtés."

Raconter son histoire était toujours assez douloureux mais Malvina n'avait pas honte de toute sa vie et au contraire était assez fier de son parcours. Elle c'était battu toute sa vie pour avoir ce qu'elle voulait et même si la maltraitance envers les femmes continuaient, Malvina faisait quand même en sorte de punir chaque homme qui faisait ce qu'elle avait presque subit pendant son enfance. Replongeant son regard dans l'alcool pour éviter de croiser celui de la Noble dont elle pouvait sentir le regard la guerrière sentit la tristesse l'envahir en repensant à tout ce qu'il c'était passé.


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Dim 13 Mar - 18:45


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Pendant un instant, Eleanor se demanda si elle ne venait pas de troquer un danger pour un autre. Elle n'avait jamais rencontré de Fer-Nés en personne jusqu'à présent mais venant du Conflans, on lui avait toujours apprit à s'en méfier, si ce n'était pas à les détester d'ailleurs. Elle avait entendu toutes sortes d'histoires sordides sur leur compte, leur violence naturelle, leur gout pour le sang et l'or, leur manque de loyauté et encore bien d'autres choses. Combien de fois avait-elle entendu son oncle Jason Mallister en parlait, alors qu'elle habitait encore à Salvemer ? Elle ne pouvait même pas les compter tant elles avaient été nombreuses. Elle avait été dans un premier temps très reconnaissante envers la jeune femme de l'avoir sauvée. Maintenant elle se demandait si tout ça ne faisait pas partie d'une sorte de plan tordu comme seuls les Fer-Nés pouvaient en avoir. Pourtant, rien dans l'attitude de la belle blonde le lui laisser penser qu'elle allait s'en prendre à elle. Était-ce prévu ? Voulait-elle gagner sa confiance d'abord ? Elle en doutait, puisqu'elle était prête à parier que ces pirates n'y allaient pas par quatre chemins et préféraient toujours se vanter de ce qu'ils allaient accomplir. Et pourtant, cette volonté d'insister sur leur sécurité n'était-elle pas une mise en garde ? Elle ne savait pas vraiment qu'en penser. Et la petite soeur de Tristan face à elle semblait tout aussi désemparée. Mais finalement, elles n'avaient guère le choix, comme la fois précédente, elles pouvaient simplement patienter et espérer que leurs hommes finissent par revenir s'enquérir de leur situation. Alors Eleanor fit de son mieux pour rester digne, évitant de laisser son amertume pour les Fer-Nés prendre le dessus, persuadée que cela ne lui apporterait rien de bon.

Malvina finit par lui dire qu'elles étaient les premières personnes du Conflans qu'elle rencontrait... Cela voulait dire qu'elle n'avait pas participé aux pillages avec ses semblables, c'était peu, mais en cet instant, c'était suffisant pour Eleanor, elle voulait bien lui accorder le bénéfice du doute. Elle se remit à manger, lentement, relevant régulièrement la tête pour observer les traits de sa sauveuse. Il y avait quelque chose de captivant dans son visage, une allure tellement douce et gracieuse, qu'on pouvait presque oublier qu'elle était aussi redoutable qu'un homme.

« Et vous êtes la première Fer-Nées que je rencontre personnellement... Nous espérons également pouvoir trouver notre bonheur le plus rapidement possible, à vrai dire nous n'avons aucune intention de nous attarder plus que nécessaire... Même si finalement le Bief a l'air d'être une région assez intéressante à découvrir... avec des gardes bien entendu. »

Elle avait retenu sa leçon. Peut-être aurait-elle l'occasion de revenir d'ici quelques années, cette fois ci accompagnée de Hoster, pourquoi pas pour un tournoi. Il faudrait qu'elle en parle à Tristan dès son retour.
Eleanor était impressionnée par l'assurance qu'elle dégageait. Elle ne doutait pas qu'elle soit plus jeune qu'elle de quelques années, et pourtant, elle semblait avoir déjà plus vécu qu'elle. Elle ne doutait pas d'elle, elle n'avait pas peur d'évoquer ses origines et de parler franchement. La jeune maman ne doutait pas que cela relevait certainement des caractéristiques des Fer-Nés, mais elle devait reconnaitre que cela avait une certaine forme de charme. Alors qu'elle aurait pu envoyer balader la question insidieuse de son accolyte d'un soir, elle lui raconta assez froidement son parcours jusqu'au Bief, ce qui eut pour résultat de couper le sifflet des deux jeunes nobles. Eleanor n'avait pas eu tort en pensant qu'elle avait plus vécu qu'elle. Elle ne souhaitait ce genre de péripéties à aucune petite fille. Alors qu'elle lui inspirait la crainte quelques minutes plus tôt, à présent elle lui inspirait une sorte de respect. Elle ne semblait pas le genre de personne à se laisser faire, à se laisser être une victime, il y avait vraiment quelque chose d'honorable là-dedans.

« Oh... » fut-elle tout ce qu'elle trouva à dire dans un premier temps.

Elle n'arrivait pas à la lacher des yeux. Elle savait qu'elle la dévisageait presque, mais c'était plus fort qu'elle. Elle essayait de visualiser toutes les péripéties qu'elle venait d'évoquer et de les projeter sur la jolie blonde. C'était énorme.

« Et bien vous pourrez remercier Rowen Hightower pour nous... S'il ne vous avait pas sauvée, vous n'auriez pas été là pour nous secourir ce soir... »

Eleanor leva la tête vers le tavernier et lui fit signe d'apporter une nouvelle carafe de vin. Après ça, elles pouvaient bien boire toutes les trois. Eleanor ne craignait plus pour sa vie auprès de Malvina, elle avait bien compris qu'elle se définissait avant tout comme femme et non pas comme Fer-Nés, elles seraient donc solidaires pour la soirée et non pas ennemies de par leurs origines.

« Vous lui êtes redevable pendant combien de temps encore ? A Rowen je veux dire. »

Eleanor tourna aussitôt la tête vers sa belle-soeur, la fusillant du regard pour être aussi indélicate. Elle voulu lui taper la jambe sous la table mais se retint de justesse, leurs rapports étaient déjà suffisamment fragiles pour en rajouter. Et puis finalement, même si elle ne voulait pas se l'avouer, elle était curieuse d'en savoir plus sur la vie de Malvina, ses motivations et ses projets. Elle devait avoir tellement de choses à raconter.

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Lun 21 Mar - 12:34

     

Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina était surement comme tous les Fer-nés de ce monde, elle aimait faire couler le sang et voir les gens mourir mais elle avait un coeur et essayait de faire regner une certaine loi ici. On ne touche pas aux femmes et ça Malvina était intransigeante envers ce genre de chose. C'était trop facile pour les hommes, après tout la plupart des femmes du Bief ne savait pas se battre alors comment pouvait elle se défendre face à des brutes? Voilà pourquoi la guerrière était venu auprès de cette femme du Conflans. Tout le monde savaient qu'il valait mieux être sage en présence de la Fer-née mais voilà qu'un homme avait essayé de se rebeller. La guerrière avait dut en faire couler du sang pour que les gens du Bief comprennent qu'elle ne rigolait pas et qu'elle n'avait pas peur de tuer pour montrer qui elle était vraiment. Étant sous la protection de Rowen, Malvina savait que personne n'irait se plaindre de ce que la jeune femme faisait dans les Auberges du Bief alors pour se priver? Les bagarres étaient sa vie mais aujourd'hui elle n'était pas vraiment d'humeur, faire fuir cet homme était tout ce dont la jeune femme avait voulu en ce moment.

Observant doucement la femme du Conflans qui était juste à ses côtés, la guerrière se demandait pourquoi elles étaient toute les deux restés alors qu'elles auraient pu très bien partir. Après tout la jeune femme mentait légèrement en avouant qu'elles étaient les premières du Conflans qu'elle voyait. Malvina était partir faire la guerre contre le Conflans sans vraiment savoir pourquoi, surement pour faire ressortir toute la haine qu'elle avait envers Rowen contre des pauvres gens. La guerrière avait fait attention de ne pas tuer de femmes ou d'enfants ce jour là, seulement des Chevaliers, après tout les gens qui n'étaient pas armés n'avaient pas besoin de mourir. Reposant son regard sur son verre pour éviter de repenser à ce genre de chose qu'elle avait fait dans le passé, la jeune femme le porta à ses lèvres, sentant l'alcool envahir son corps. Alors que la jeune femme reprenait la parole, Malvina écoutait se sentant flattée d'être la première Fer-née qu'elle croisait et en même temps soulagée, après tout si elle avait rencontré un autre cela ne se serait pas vraiment passé comme en ce moment.

"Je suis contente d'être votre première Fer-née et j'espère que je serais la seule pour votre sécurité."
Laissant un petit sourire en coin s'afficher sur son visage tout en tournant son regard vers la jeune femme elle reprit doucement la parole."Le bief est un bien bel endroit à visiter même si il devient étouffant avec le temps!"

Malvina était faite pour voyager, partir à l'aventure et à la découverte de nouvelles personnes! Voilà pourquoi la jeune femme était parti pendant un petit moment, respirer et agrandir ses connaisses. Voir Rowen tout les jours lui était devenu impossible et Malvina avait besoin de voir ailleurs, après tout même si cet homme l'avait sauvé il y a bien longtemps maintenant elle n'était pas non plus liée à lui pour l’éternité! La guerrière ne savait pas pourquoi elle avait raconté tous ça à une inconnu mais après tout son côté sincère était toujours là et Malvina n'arrivait jamais à être quelqu'un qu'elle n'était pas vraiment! Alors que le silence régnait la jeune femme savait qu'elle avait surement choqué les deux jeunes femmes du Conflans qui ne s'attendaient pas vraiment à ça. C'est vrai que la Fer-née n'avait pas eu une vie facile mais elle ne s'en plaignait jamais, après tout c'était cela qui lui avait crée son caractère et elle n'aurait jamais put avoir des sentiments ou même un coeur si elle était restée là bas aux Iles de Fer. Sentant le regard des deux femmes se poser sur elle, Malvina laissa un petit sourire en coin s'afficher sur son visage pour montrer qu'elle le vivait bien et qu'il ne fallait pas la plaindre.

"Ne vous inquiétez pas pour moi, je l'ai toujours très bien vécu!" Laissant un sourire rassurant s'installer sur son visage la jeune femme continua de parler d'une voix toujours très douce ce qui n'allait surement pas avec sa carrure. "Je le remercierais de votre part."

Elle ne voyait plus vraiment Rowen en ce moment, essayant de l'éviter et c'était surement pour ça qu'elle était là ce soir, dans cette Auberge! Etre le plus loin possible de lui était tout ce dont elle avait besoin en ce moment et rencontrer des nouvelles personnes lui faisait le plus grand bien. Observant doucement le visage de la jeune femme qui venait de parler Malvina laissa un sourire en coin s'afficher sur son visage.

"Je n'ai aucune obligation envers lui et je peux donc partir quand je veux loin de lui."

Voyant le regard que la jeune femme venait de lancer à la plus jeune Malvina laissa un petit rire sortir d'entre ses lèvres, elle aimait beaucoup les gens qui posaient des questions sans avoir peur de ce qu'il pouvait arriver juste après. Étant donné que la guerrière était comme ça elle aussi elle ne pouvait rien dire sur ce qu'il venait de se passer. Déposant doucement sa main sur l'épaule d'Eleanor la jeune femme stoppa très vite ce geste en voyant ce qu'elle venait de faire.

"Ne la disputez pas, elle a raison de poser les questions qui lui viennent à l'esprit et je m'excuse pour... Ce geste déplacé!"


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Ven 1 Avr - 21:51


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Même si la nouvelle présence de la guerrière rassurait grandement les deux femmes du Conflans, Eleanor lançait régulièrement des petits regards d'un côté ou de l'autre de son épaule pour observer les gens qui l'entouraient. Elle n'avait pas particulièrement l'habitude de ce genre d'exercice, mais elle essayait de retenir les traits des visages des occupants de la taverne, elle espérait pouvoir reconnaître qui serait encore là dans trente minutes ou dans une heure, si certains attendaient par exemple que la belle blonde s'en aille pour s'en prendre de nouveau à elles. Elle avait fait une erreur, mais cela ne serait pas pour rien. Comme chaque fois qu'elle commentait une faute, Eleanor apprenait de cette erreur et se jurait de ne plus recommencer, plus jamais, c'était comme ça qu'elle tirait le meilleur parti de ses faux pas. Comme lorsqu'elle recevait des coups de baguette de sa mère quand elle se trompait dans une discipline qu'elle exerçait. Elle ne contestait jamais le coup, elle évitait de crier ou de se plaindre et se contentait d'ajuster sa façon de faire pour que ça n'arrive plus. Sur ça, Bethany Grell, sa mère, n'avait pas échoué, comme dans beaucoup d'autres domaines de son éducation, elle-même ne pouvait le nier.

Les deux jeunes femmes s'observaient sans trop cacher la curiosité qu'elles suscitaient chez l'autre. Dans un autre contexte, Eleanor aurait pu être gênée. Gênée d'être vue aussi chaleureuse avec une Fer-Née, gênée d'être trouvée dans une taverne sans hommes de Tristan. Mais la jeune femme acceptait que le contexte était particulier, assez exceptionnel même et elle ne voyait pas pourquoi elle ne pouvait pas en profiter pour une fois. Elle qui était si docile habituellement, elle ne décevait personne, Tristan n'était pas là, tout comme sa mère, seule sa sœur pouvait éventuellement venir rapporter leurs aventures, mais elle se mettrait par la même occasion dans un embarras similaire, et Eleanor ne doutait pas que son envie était à l'opposé. Alors elle prenait le temps pour observer et connaître Malvina, cette Fer-Née, cette guerrière qui venait de leur épargner un sale quart-d'heure. La jeune maman pensa alors à la tête de son fils lorsqu'elle lui conterait cette histoire, elle ne doutait pas qu'il adorerait. Malvina lui confia également qu'elle espérait qu'elle serait la seule habitante des Îles de Fer qu'elle serait amenée à croiser. Eleanor ne put se retenir de lâcher un petit rire jaune.

« Vous prêchez là deux convaincues... En général, être en compagnie de gens qui ont les mêmes origines que vous... ça n'est jamais bon signe ! Espérons que cette fois ci soit une exception mémorable. » finit-elle par conclure doucement en lui confiant un petit sourire.

Quand elle leur conta enfin son histoire, elles furent toutes deux touchées. Elle connaissait très bien leur condition de femme et ce à quoi ça les exposait, bien sûr, elle ne souhaitait ça à personne, même pas une Fer-Née. Les deux jeunes femmes du Conflans restèrent silencieuses un petit moment, écoutant docilement ce que la belle blonde leur racontait, elles étaient pour le moins impressionnée. Mais elle n'avait pas l'air de se laisser tracasser par ce genre d'événements. Alors qu'Eleanor et sa belle-sœur se sentaient tristes d'entendre une telle histoire, la guerrière semblait avoir tourné la page depuis bien longtemps déjà, comme si cette agression était une simple formalité. Elle lui assura néanmoins qu'elle remercierait bien Rowen de leur part. Eleanor hocha la tête, satisfaite par la réponse qu'on venait de lui faire. Alors qu'elle venait de faire signe à l'aubergiste de leur apporter une nouvelle bouteille de vin, elle fut presque surprise d'entendre à nouveau la voix de sa belle-sœur lui demandant de but en blanc combien de temps elle devait rester auprès de Rowen. La réaction de l'épouse de Tristan Ryger ne se fit pas attendre, elle foudroya sa belle-sœur du regard et se retint de la gratifier d'un coup de pied, ce qui ne sembla pas échapper à leur belle sauveuse qui se rit de la situation. Elle eut alors un geste qui se voulait apaisant, posant sa main sur l'épaule d'Eleanor, dans l'espoir de calmer sa colère contre sa belle-sœur. Mais le contact la fit surtout sursauter. D'ailleurs Malvina ne garda pas sa main bien longtemps en place et s'empressa de s'excuser pour ce geste, tout en la rassurant sur la légitimité de la question de Lady Ryger. Eleanor se racla la gorge, tentant de reprendre une certaine constance. Son regard alla trouver celui de sa belle-sœur, elle essayait de comprendre ce qu'il se passait dans sa tête, pour avoir poser cette question et surtout qu'avait-elle pensé du geste de Malvina et de sa réaction à elle. Mais tout était allé assez vite, elle n'avait pas l'air d'y avoir accordé une importance particulière, surtout curieuse d'avoir sa propre réponse.

« C'est que... d'où l'on vient, poser toutes les questions qui nous viennent à l'esprit n'est pas bien vu... n'est-ce pas ? »

Elle avait particulièrement appuyé sur la fin de sa phrase, offrant un sourire jaune à sa belle-sœur. Elle voulait qu'elle connaisse sa place et qu'elle cesse de la remettre en question sans arrêt.

« Mais puisque vous semblez apprécier le genre... exceptionnellement, nous allons nous adapter. Si vous pouvez partir à tout moment, pourquoi restez-vous encore ? Vous sembliez dire tout à l'heure que vous aviez eu votre dose du Bief, pourquoi ne pas tenter une nouvelle aventure ailleurs dans le Royaume ? Ou même plus loin encore ? »

Au fur et à mesure qu'elle avait posé ses questions, elle avait complètement oublié Lady Ryger et s'était totalement focalisée sur Malvina, comme si d'une certaine façon, elle avait projeté ses envies bien enterrées, de voyager, de découvrir de nouvelles choses. Elle se demandait si elle le ferait elle, si elle en avait l'occasion, de partir comme ça à l'aventure, juste parce que c'était envisageable, sans raison particulière. Mais les choses étaient différentes à présent, il y avait Hoster dans sa vie et elle ne ferait rien sans penser à lui avant tout. Comme l'aubergiste arrivait avec la nouvelle carage, elle en profita pour souffler discrètement à sa voisine, légèrement amusée.

« Ne vous en faites pas pour votre main, je survivrais. »

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Mer 6 Avr - 18:23

     

Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina voyait très bien la femme du Conflans lancer des regards derrière elle pour être sur que personne n'allait les attaquer à nouveau. La guerrière avait pris l'habitude de ne plus faire attention derrière elle sachant très bien que personne n'oserait l'attaquer ayant toujours une moins non loin de sa dague pour pouvoir la planter dans celui qui essayerait de l'approcher d'un peu trop près. Ils avaient peur et c'était cette peur qui faisait qu'ils restaient loin d'elle, surtout dans cette Auberge qu'elle aimait côtoyer depuis le temps tout le monde la connaissait ici et surtout l'Aubergiste qui savait qu'une bagarre pouvait toujours exploser avec elle. Un seul petit regard de travers et la jeune femme pouvait partir en vrille pour faire passer un mauvais quart d'heure à tout les gens qui se trouvaient autour d'elle. Laissant son regard passer de sa chope à cette femme du Conflans, la guerrière se laissa aller se demandant ce que la jeune femme était en train de penser à tout ce qu'il était en train de se passer et surtout sur le fait qu'elle parlait à une Fer-née.

Les Fer-nés n'étaient que très rarement bien vu par les gens du Conflans et en même temps c'était les gens qui devaient supporter le plus d'attaque venant de son peuple alors la colère se comprenait mais Eleanor n'avait pas l'air dans cet esprit là. Elle continuait à lui sourire, lui parler et lui poser des questions même en sachant qui elle était et d'ou elle venait. La guerrière ne prenait jamais parti pour une région, elle allait tout simplement là ou la guerre l'appelait, elle n'avait pas de roi, pas de règles c'était cela la liberté voilà donc pourquoi parler à une femme du Conflans n'était pas étrange pour la jeune femme blonde. Et la voir en compagnie de ses femmes n'allait pas lui créer des problèmes comparé aux deux jeunes femmes qui elles allaient avoir un peu plus de mal à expliquer tout ça. Ecoutant ce qu'elle était en train de dire Malvina reprit la parole un petit sourire en coin sur les lèvres.

"Je ne tue pas les femmes je préfère les sauver donc je pense que cette rencontre soit une exception."


La guerrière aidait les femmes autant qu'elle le pouvait mais Westeros était trop grand pour toute les aider surtout qu'elle devait rester dans le Bief au côté de Rowen. Plus les années passaient et plus la jeune femme se sentait comme enfermée dans cet endroit, cherchant de l'aventure à chaque fois qu'elle s'éloignait un peu plus du domaine. Ce n'était pas vraiment l'aventure qu'elle aurait voulu ce soir mais parler avec des Dames du Conflans était quelque chose de nouveau et la jeune guerrière aimait beaucoup raconter son passé et son présent à des inconnues. Elle pouvait voir la tristesse sur les visage des jeunes femmes une fois que l'histoire fut finit mais Malvina ne voulait pas qu'on soit triste pour elle. Après tout sa vie n'était pas à plaindre, elle avait de l'argent, la protection de Rowen et elle n'était pas malheureuse même si être amoureuse de l'homme qui l'avait sauvé n'était pas quelque chose de facile. Vivre aux côtés de lui pouvant partager sa couche de temps mais savoir que jamais il pourrait l'épouser était quelque chose d' horrible aux yeux de la guerrière. C'était la seule chose qui n'allait pas dans sa vie. Essayant de ne pas montrer ce à quoi elle était en train de penser la jeune femme écoutait ce que disait Eleanor à la jeune fille qui était à ses côtés. On pouvait sentir dans le ton de sa voix qu'elle lui faisait un léger reproche mais la guerrière ne comprenait pas vraiment pourquoi. Malvina n'était pas une noble et n'avait donc pas besoin qu'on lui parle comme telle ou bien qu'on évite de dire ce qu'on pensait car après tout la jeune femme elle n'hésitait pas une seule seconde avant d'ouvrir la bouche. Tout ce qui lui passait par la tête sortait tout le temps de sa bouche et même si ca faisait mal aux gens elle préférait toujours dire ce qu'elle pensait que se taire pour faire plaisir.

La question que posa Eleanor la surprit légèrement ne sachant pas vraiment quoi dire. Avouer que c'était à cause de l'amour que la jeune femme restait dans le Bief était légèrement dangereux étant donné que cet amour était avec un Noble. Laissant son regard se perdre sur la chope qu'elle était en train de remplir avec le vin que la dame du Conflans venait de commander, la guerrière réfléchissait en silence reprenant doucement ses esprits pour répondre d'une voix douce et éviter que les oreilles indiscrète entende ce qu'elle allait dire.

"L'amour." Ce mot était sortit d'entre ses lèvres tout seul mais c'était la seule raison du pourquoi elle restait enfermée ici à attendre. Attendre quoi ca c'était la bonne question mais pour le moment elle ne pouvait pas y répondre. "C'est la chose qui peut changer une personne et malheureusement elle me fait rester dans cet endroit sans que j'arrive à comprendre pourquoi." Laissant un sourire triste s'installer sur son visage la Fer-née tourna doucement le visage vers la jeune femme pour continuer à prendre la parole. "Connaissez vous ce sentiment si beau et en même temps si dangereux?"

Poser des questions sur l'amour été toujours une chose assez compliqué, les femmes avaient toujours du mal à avouer quand elles arrivaient à ressentir une chose comme celle ci. Levant sa chope jusqu'à ses lèvres pour laisser couler l'alcool dans son corps la jeune femme laissa un sourire apparaitre sur ses lèvres en écoutant ce qu'elle venait de lui chuchoter tout en rigolant. "Je n'ai pas l'habitude d'être tactile avec les gens."


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Jeu 7 Avr - 19:15


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Peu à peu, Eleanor se détendait. Pas particulièrement parce qu'elle le voulait mais plutôt parce que sa discussion avec la belle blonde lui faisait peu à peu oublier l'environnement dans lequel elles se trouvaient. Elle faisait de moins en moins attention aux visages présent autour d'elles. De toute manière, elle n'avait pas remarqué de personne qui les fixait à outrance, c'était même plutôt le contraire, les gens semblaient vouloir éviter de se frotter de trop près à Malvina. Et elle ne doutait pas que cette dernière saurait une nouvelle fois, agir si la situation le demandait. Elle oublia son couteau à bout rond et bien loin d'être suffisamment aiguisé pour faire quoi que ce soit, et se laissa porter par la conversation qu'elles partageaient, plus elle en apprenait sur cette Fer-Née, plus elle voulait en savoir et sa belle-soeur en face, semblait être dans la même situation qu'elle. Elle n'eut plus aucun doute sur les intentions de Malvina quand cette dernière lui apprit qu'elle ne tuait pas les femmes, bien au contraire. Elle ne semblait d'ailleurs pas faire de distinctions entre les femmes des Îles ou bien du Conflans. Eleanor apprécia cette solidarité féminine au-delà des origines de chacune. Mais toutes les femmes n'étaient pas comme ça, encore moins les Fer-Nées. Eleanor hocha simplement la tête, elle ne souhaitait pas particulièrement se retrouver dans une situation où elle serait amenée à connaître d'autre Fer-Nés, elle ne comptait en aucun cas mettre à l'épreuve les dires de la belle blonde, elle se savait chanceuse pour la soirée et elle souhaitait éviter de forcer sa chance à l'avenir, au risque de rencontrer des problèmes.

Profitant des quelques secondes de calme qui régnaient à leur table, Eleanor s'assura que toutes leurs coupes étaient remplies correctement et finit par porter la sienne à sa bouche. Lorsque le liquide âpre entrant en contact avec ses papilles, elle ne put retenir une grimace ridicule. Elle n'avait bu que de l'eau jusqu'à présent, quand elles étaient encore seules, elle avait préféré garder toutes ses facultés, mais après la peur qu'elle avait ressenti, elle avait estimé qu'un petit remontant ne pouvait pas leur faire de mal. Elle s'était également douté que le vin servit dans cette taverne ne faisait pas parti des meilleurs crus, mais elle ne s'attendait pas à goûter une telle piquette. Son palet raffiné, habitué à de meilleurs vins n'appréciait pas la pauvre découverte. Mais elle se fit violence et bu une nouvelle gorgée. Elle se disait que cela ne pouvait pas lui faire de mal tant qu'elle n'en n'abusait pas, et que les effets seraient bien mérités. Sa bouche se crispa encore une fois mais moins violemment que la fois précédente. Le contexte se prêtait bien à cette détente. Eleanor et sa belle-soeur voulait en savoir plus sur leur sauveuse du jour et cette dernière voulait qu'elles puissent lui parler franchement, puisque c'était ainsi qu'elle vivait sa vie. Et comme il n'y avait personne pour rapporter quoi que ce soit à leur famille, elles étaient seules, elles pouvaient bien se permettre un écart exceptionnel. La Mallister n'avait jamais remis en question sa place, son rôle ou son éducation. Elle était contente et fière d'être une lady digne de ce nom, elle en tirait une joie certaine. Mais il lui était arrivé quelques fois de se demander ce à quoi aurait pu ressembler sa vie si elle était née homme ou dans une toute autre famille. Bien sûr, elle n'y réfléchissait jamais bien longtemps, chassant rapidement ses pensées qui n'étaient pas dignes d'elle, d'une lady. Mais ce soir c'était différent, c'était l'occasion de changer temporairement, comme le temps d'un jeu, sans que ça n'est aucun impact sur sa vie et ce qu'elle avait déjà accompli.

Alors elle demanda à Malvina pourquoi elle était encore dans le Bief, si elle avait tant envie de vivre des aventures et que Rowen ne l'obligeait pas à rester. Elle était curieuse de savoir quel genre de raison pouvait tenir une telle femme en place. Et la réponse ne manqua pas de la surprendre. Elle resta la bouche ouverte quelques secondes. L'amour ? Ainsi une guerrière comme elle pouvait aimer, aimer au point de choisir de rester aux côtés de la personne appréciée. Eleanor resta silencieuse alors qu'elle reprenait. Elle même semblait surprise d'être amoureuse, du moins de ressentir un sentiment aussi fort, qui lui faisait faire ce genre de choix. Elle vit une lueur de tristesse passer sur son visage. Visiblement, ça n'était pas une relation qui la rendait heureuse, c'était plutôt tout le contraire.

« L'amour est sensé vous rendre heureuse la plupart du temps... Ce qui ne semble pas être le cas pour vous. Cet homme ne doit pas savoir ce qu'il rate. »

Eleanor avait parlé sans réfléchir. Après tout elle ne la connaissait pas vraiment, peut-être avait-elle de mauvais côtés qu'il valait mieux rater ? Mais ça n'était pas l'impression qu'elle avait d'elle, et puis il n'était jamais bon d'après elle d'être triste à cause d'une histoire d'amour. Alors c'était tout ce qu'elle avait trouvé à dire. Puis Malvina lui retourna la question en quelque sorte, elle voulait savoir si elle avait elle-même expérimenté ce type de sentiments. La réaction de la Lady du Conflans fut immédiate, un sourire vint illuminé son visage, alors que son regard se perdait dans le vide. Le visage d'Hoster s'était matérialisé dans son esprit. Elle l'aimait  de tout son être et se savait prête à tout pour lui, même si cela devait s'avérer dangereux pour elle.

« Oh oui... » souffla-t-elle doucement, le regard toujours absent.« Je suis mère... » ajouta-t-elle comme si c'était une réponse évidente.

Elle revint à elle et posa son regard sur la sœur de Tristan, soudainement suspicieuse. Était-elle choquée qu'Hoster soit la première personne à laquelle elle avait pensé ? Et non le Seigneur de Willow Wood ? Après tout l'amour qu'Eleanor portait à Hoster n'était un secret pour personne parmi les habitants du domaine et la famille. Tout le monde savait qu'il valait mieux éviter de créer des problèmes au garçon, au risque de devoir faire face à sa tempête maternelle. Alors que son histoire avec Tristan était tout autre. Ils ne s'étaient pas mariés parce qu'ils étaient tombés amoureux mais parce que leurs parents s'étaient arrangés. Elle avait des sentiments pour lui bien sûr, mais certainement pas l'amour que Malvina venait de décrire.

« Il a huit ans et adore les histoires d'aventure. J'ai hâte de rentrer pour le retrouver et pouvoir lui conter notre rencontre... Il n'en reviendra pas ! »

Elle rigola doucement et son regard vint se poser à nouveau sur la jolie blonde. Elle savait qu'Hoster serait impressionné et la regarderait avec beaucoup d'admiration, pour son plus grand plaisir. Eleanor finit sa coupe avant d'excuser Malvina pour son geste, le contexte était différent d'une réception ou d'une réunion, elle avait bien vu que la jeune femme avait simplement cherché à la rassurer en posant sa main sur elle, non pas à s'octroyer un quelque droit sur elle. Alors l'alcool aidant, Eleanor lui répondit en plaisantant qu'elle survivrait. Ce à quoi la jolie blonde ajouta qu'elle n'avait pas l'habitude d'être tactile. La réflexion fit rire la maman ourse.

« Je ne saurais pas dire pouquoi... mais je ne vous crois pas. »

Avec sa façon de se battre, elle devait bien être habitué à parfois toucher des inconnus et elle espérait pour elle que son histoire d'amour avait eu l'occasion d'être tactile également.

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Mer 27 Avr - 21:25

     

Eleanor ♦ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
Malvina aimait beaucoup ce petit moment qu'elle était en train de passer avec ces deux femmes du Conflans, elle pouvait dire tout ce qui lui passait par la tête sans que celle ci ne lui face des reproches ce qui lui faisait beaucoup de bien. Malheureusement la discussion tourna vers l'amour qu'elle avait auprès d'un homme mais cet amour n'était pas celui que toute femme espérait un jour vivre, non celui là était destructeur pour cette Fer-née. En parler était assez douloureux et risqué étant donné que Rowen était un Noble du Bief et qu'elle n'était personne face aux yeux de tout le monde alors que la jeune femme était tout du même une Noble mais le problème était qu'elle venait des Iles de Fer. Les gens de là bas n'étaient pas vraiment bien vu et depuis qu'elle était dans le Bief elle ne se sentait pas vraiment à sa place et la seule personne qui la voyait autrement était l'homme qu'elle aimait. Parler de lui serrait son coeur petit à petit et son visage se dessina doucement dans son esprit mais elle essaya de se concentrer sur la phrase qu'elle venait de dire. C'est vrai que l'amour devrait être quelque chose de beau et de magnifique mais pour la jeune femme c'était plus douloureux qu'autre chose, savoir qu'elle l'aimait en silence, qu'elle partageait même sa couche de temps en temps mais que jamais il n'y aurait un avenir possible entre ces deux personnes et qu'elle devrait continuer à l'aimer en silence. Le pire dans cet amour serait de le voir de marier à quelqu'un d'autre et elle savait très bien qu'un jour ca serait le cas et qu'elle allait devoir vivre avec ça sur le coeur. Tournant doucement son visage vers celui de cette femme qui venait de poser la question Malvina répondit doucement essayant de ne pas montrer la tristesse qui venait d'envahir son corps et son coeur.

"L'amour n'est pas toujours chose facile malheureusement mais je pense que dans tous les cas il trouvera toujours mieux."

Après tout il pouvait épouser qui il voulait vu son rang alors pourquoi perdre du temps avec une Fer-née qui n'avait rien d'une vraie femme? Essayant de recadrer la conversation sur la femme du Conflans en lui posant la question pour savoir si elle aussi elle connaissait ce sentiment qui était l'amour. Le visage qui venait de s'illuminer petit à petit sur cette femme si magnifique lui fit très vite comprendre qu'elle connaissait déjà ce sentiment et qu'elle en était très heureuse. Voir autant de joie sur un visage était tellement rare en ce moment que Malvina ne put s'empêcher de sourire à son tour, qui pouvait résister face à autant de bonheur qui brillait dans un seul regard? La laissant parler la jeune femme comprit très vite que ce n'était pas un homme mais bien un enfant qu'elle aimait. L'amour entre une mère et son enfant ne pourrait jamais être dépasser par un autre sentiment et elle l'avait sut le jour ou elle avait vu le regard de sa mère quand elle quitta son ile de naissance. Malvina voulait devenir mère un jour mais elle aimait tellement se battre et partir en guerre qu'elle n'était encore prête pour ça, pour faire un choix entre son enfant et la guerre elle n'était pas sur d'y arriver et c'est pour cela qu'avoir un enfant n'était pas dans ses projets. Même si en voyant ce visage si radieux qui était à ses côtés lui donnait des envies de plus en plus forte.

"L'amour d'une mère pour son enfant est une chose magnifique. Encore plus que l'amour d'un couple je trouve!"


La guerrière avait sorti cette phrase sans vraiment réfléchir mais c'était vrai et c'était exactement ce qu'elle pensait au plus profond d'elle même. Voyant Eleanor déposer son regard sur l'autre femme qui était à ses côté, Malvina se demandait à quoi elle était donc en train de penser. Levant son verre une nouvelle fois jusqu'à ses lèvres pour laisser le silence l'imprégner petit à petit elle le reposa en entendant la phrase qui venait de sortir d'entre les lèvres de la femme du Conflans. Cette phrase lui faisait énormément plaisir et c'est pour cela qu'elle laissa un doux sourire de satisfaction illuminer ce visage habituellement si froid. Beaucoup de gens n'aimaient pas raconter l'histoire des Fer-nés, ou alors ils s'en servaient pour faire peur aux enfants mais elle avait confiance en Eleanor et savait qu'elle ne raconterait pas cette rencontre comme une chose horrible.

"Je suis contente de voir que notre rencontre fera le bonheur d'un futur aventurier."


Malvina savait très bien que si elle avait un enfant, elle avait sans doute un époux aussi mais que si elle n'en parlait pas comme un sentiment d'amour c'est qu'elle devait s'être mariée avec cet homme par obligation comme souvent pour les Nobles. La guerrière elle avait cette chance de pouvoir choisir qui elle allait épouser contrairement à toutes les femmes qui allaient épouser un homme qu'elle ne connaissait pas pour faire plaisir à leurs pères. Finissant doucement sa coupe cul sec la jeune femme laissa un rire sortir d'entre ses lèvres en écoutant ce qu'elle venait de dire. Elle était très tactile avec les hommes et les femmes qu'elle voulait mettre dans son lit mais jamais autrement, n'étant pas quelqu'un de très amicale elle ne perdait jamais de temps à toucher les gens qu'elle n'allait jamais revoir.

"A certains moment je suis même très tactile mais disons que je n'ai pas un caractère des plus doux et j'évite de faire ce genre de geste quand ce n'est pas pour mettre dans mon lit."Être franche était ce qu'elle avait toujours été et même si elle savait que ce qu'elle venait de dire pouvait faire peur à cette femme la jeune femme n'allait pas cacher sa nature et ce qu'elle était vraiment au fond d'elle. "Enfin ça veut pas dire que vous n'êtes pas assez belle pour que je vous séduise, bien au contraire mais vous êtes... Une Noble!" Malvina savait très bien qu'elle était en train de mettre les pieds dans les plats et décida donc de garder le silence pour éviter de dire d'autres bêtises.



GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Jeu 5 Mai - 14:40


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Décidément, Malvina Sparr semblait collectionner les histoires tristes. Elle leur avait d'abord raconter un chapitre de son enfance, expliquant qu'elle avait été bannie des Îles de Fer après avoir tué son frère qui avait tenté de la violer. Et à présent, elle leur expliquait qu'elle restait dans le Bief, bien qu'elle ne s'y plaise pas plus que ça, à cause d'un homme dont elle était amoureuse. Mais visiblement, pas une histoire d'amour partagé. Elle semblait d'ailleurs persuadée de ne pas être assez bien pour lui et qu'il trouverait sans doute un meilleur parti. Cette réflexion fit contraria Eleanor qui se mit à froncer les sourcils. Elle ne voyait pas l'intérêt d'être amoureux si c'était pour en être malheureux. C'était un sentiment qu'elle avait toujours vu comme un plus dans un mariage, mais pas obligatoire. Elle n'était jamais tombée amoureuse de la sorte, mais elle comprenait pourtant ce que voulait dire Malvina lorsqu'elle parlait d'un amour capable de changer une personne, de faire faire des choses qu'on ne comprend pas ou qu'on n'aurait pas fait habituellement, et qui n'est pas toujours évident à vivre. Elle le vivait chaque jour avec Hoster. Elle s'était découvert une nouvelle facette de sa personnalité, cette volonté de protéger un être à tout prix, même si elle devait mettre de côté toutes les valeurs et tous les enseignements qu'elle connaissait. Il n'y avait que pour lui qu'elle le ferait. Eleanor finit par hausser les épaules.

« Alors vous trouverez mieux aussi ! »

Elle se retint d'ajouter que c'était aussi simple que cela, puisqu'elle se doutait que ça ne l'était pas. On n'arrêtait pas d'aimer quelqu'un du jour au lendemain parce qu'on l'avait décidé. C'était certainement beaucoup plus long et beaucoup plus compliqué. Mais elle était persuadée que si on avait décidé de passer à autre chose, une bonne fois pour tout, tout pouvait se faire plus vite et plus facilement. Malvina était une très belle femme, Eleanor n'avait aucun problème à le reconnaître, alors elle ne doutait pas qu'elle trouverait rapidement une horde d'homme qui voudrait partager sa vie. Il fallait juste qu'elle trouve le bon, et avec l'air triste qui habitait son visage, il était clair que ça n'était pas celui qu'elle portait actuellement dans son cœur. Le sujet dévia légèrement, visiblement, la belle blonde des Îles de Fer ne voulait pas s'étendre plus sur le sujet et préférer savoir ce qu'il en était de la Mallister. Et le simple fait d'évoquer Hoster lui rendit le sourire instantanément, d'ailleurs il lui sembla que sa joie était contagieuse puisqu'elle vit peu à peu disparaître l'air triste de Malvina pour laisser place à un sourire. Elle lui confia alors qu'elle trouvait l'amour entre une mère et son enfant bien plus beau que celui d'un couple.

« Ce n'est pas moi qui vais vous contredire sur le sujet... » conclut-elle doucement.

Elle avait baissé son visage vers la table, pensive. Malgré toute l'affection et la reconnaissance qu'elle avait pour Tristan, ils ne s'aimaient pas d'un amour passionnel et sans failles. Elle savait bien qu'il voyait d'autres femmes qu'elle et elle ne lui en tenait pas rigueur d'ailleurs. C'était ainsi. Elle releva doucement la tête vers sa belle-sœur cherchant à cerner les émotions qui se dessinaient sur son visage. Cette dernière était au courant de la relation qu'il y avait entre le seigneur de Willow Wood et sa femme, mais apprécierait-elle qu'elle en parle de la sorte face à une inconnue ? La Mallister savait toute l'admiration et l'amour que la brunette portait à son frère. Parfois, Eleanor se faisait la réflexion qu'ils ressemblaient plus à des jumeaux dans leurs rapports et pourtant, plusieurs années les séparaient. D'ailleurs si Malvina l'avait interrogeait elle, elle ne doutait pas qu'elle aurait parlé de l'amour qu'elle portait à son frère et seigneur, après tout, elle n'était toujours pas mariée et elle ne l'avait jamais vu proche avec un homme. Elle finit par sourire doucement à sa belle-sœur, espérant qu'elle comprenait ses propos et ne la jugerait pas. Elle comprendrait sûrement un jour. Puis elle se reconcentra à nouveau sur Malvina après un petit blanc. Elle lui avait dit qu'elle avait hâte de retrouver Hoster pour pouvoir lui parler d'elle, persuadée qu'il serait impressionné par la rencontre et son histoire, ce qui sembla faire plaisir à la belle guerrière.

Après un contact impromptu entre les deux jeunes femmes, Eleanor lui assura dans un premier temps qu'il n'y avait aucun mal, puis ne put s'empêcher de la taquiner d'une certaine façon, quand elle l'entendit dire qu'elle n'avait pas l'habitude d'être tactile. Malheureusement pour elle, elle était loin d'être préparée à ce que Malvina lui répondit. Elle se retrouva bête, bouche bée, à chercher à prononcer quelque chose, mais rien ne semblait vouloir franchir ses lèvres. Ainsi donc son intuition était juste, elle avait eu des occasions d'être tactile, elle ne s'en cachait pas, mais c'était uniquement avec ses conquêtes. Eleanor sentit le rouge lui monter aux joues. Elle n'avait pas l'habitude que des inconnus abordent ce genre de sujet si sensible, avec autant de facilité. La Mallister se mit à fixer sa coupe, à présent vide, comme si elle pouvait y entrapercevoir un début de réponse. Mais avant même qu'elle ait pu dire quoi que ce soit, la blonde avait reprit de plus belle. Apparemment elle avait craint d'avoir vexé la Conflanaise en sous-entendant qu'elle ne comptait pas coucher avec elle, alors elle avait senti le besoin de la rassurer sur ce qu'elle pensait de sa beauté, ce qui ne fit qu'accentuer le trouble de la demoiselle. Apparemment la seule chose qui la dérangeait était qu'elle était une noble. Un petit silence vint s'installer ensuite. Eleanor chercha sa belle-sœur du regard.

« Hmm... est-ce que tu peux aller voir à côté si Will a finit de s'occuper de nos chambres ? En faisant attention, bien évidemment ! »

Normalement, elle ne craindrait rien à rejoindre le bâtiment voisin pour trouver un de leur garde. Et si jamais il n'était pas là, elle aurait simplement à faire route arrière. Bien que décontenancée par cet ordre, la Ryger ne contesta pas et s’exécuta, laissant Eleanor et Malvina seule, assises côté à côte à table. C'est seulement là que la jeune femme se rendit compte que la guerrière était également légèrement gênée. Sûrement pas pour ce qu'elle pensait, mais pour l'avoir dit tout haut, ayant peur de la gêner elle. Et elle avait réussi. A tel point qu'elle avait du renvoyer sa belle-sœur qu'elle ne voulait pas témoin de ce genre d'échange. L'espace d'un instant elle se demanda si d'ailleurs sa demoiselle de compagnie n'était pas plus en sécurité qu'elle, à présent en tête à tête avec la fer-née.

« Je suis contente de voir que votre amour ne vous empêche pas de vous amuser et d'être tactile avec des gens... hmmm »

Elle n'osait pas la regarder dans les yeux.

« Et je vous remercie pour vos compliments... puisque je crois que c'en était. Et vous êtes également ravissante n'en doutait pas. Mais comme vous l'avez dit je suis Noble, et comme vous avez du le comprendre je suis mariée, au frère de la jeune femme qui m'accompagne. Je crois donc ne pas avoir besoin de vous préciser à quel point ce genre de discussion à ses côtés peut me porter préjudice ? »

Elle avait finalement réussi à plonger son regard dans le sien. Au fur et à mesure qu'elle parlait elle avait reprit confiance en elle, elle avait retrouvé ses habitudes de Dame, habituée à gérer sa maison et à obtenir ce qu'elle voulait.

base cracles bones, modification lawina


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Mer 25 Mai - 7:51

     

Eleanor ♦️ Malvina

Deux tigresses, un regard
M
alvina se sentait triste et faible en pensant au fait qu'elle était amoureuse d'un homme qui ne pourra jamais l'aimer. Comment pouvait on ressentir un sentiment comme ce qu'elle éprouvait sans que l'autre ne s'en rende compte? Certes elle passait souvent ses nuits dans son lit mais ce n'est pas vraiment ce qu'elle esperait, elle voulait beaucoup plus alors que lui comptait en épouser une autre. Comment rivaliser face à une Targaryen? Après tout ici elle n'était personne et comprenait très bien qu'il en préfère une autre mais son coeur n'arrivait pas à supporter une telle chose. Même en étant une guerrière impitoyable elle restait une femme qui pouvait éprouver des sentiments mais pouvait tout autant ressentir de la tristesse. Au moment ou la jeune femme qui était à ses côtés lui avoua qu'elle trouverait mieux elle aussi la jeune femme laissa un doux sourire s'installer sur son visage en esperant que ce qu'elle venait de dire serait vrai et qu'elle trouverait un jour un homme qui l'aimerait autant qu'elle le ferait même si elle n'y croyait plus vraiment. Seul les Fer-nés aimaient épouser une guerrière des Iles et étant donné qu'elle était banni ce n'était pas vraiment possible alors pourquoi espérer quelque chose qui n'arriverait surement jamais? "Si mieux existe bien sur."  Essayant de reprendre ses esprits pour éviter de montrer la tristesse qui était en train de l'envahir tout en pensant à Rowen la jeune femme fut heureuse de voir qu'Eleanor changeait de sujet. Avoir un enfant n'avait jamais effleuré l'esprit de la guerrière, ne sachant pas si elle ferait une bonne mère ou encore si elle aurait le temps de s'en occuper.  Après tout elle aimait partir se battre et la plupart du temps la jeune femme fréquentait les Auberges du coin alors comment continuer à vivre comme elle le faisait en ayant un enfant qui serait surement né d'une mauvais union et serait tout autant un batard ce qui ne serait pas vraiment joyeux pour son avenir. Essayant de penser à autre chose qu'avoir un enfant tout en étant content que cette jeune femme qui se trouvait à ses côtés essaye de changer de sujet en voyant le malaise et la tristesse de la guerrière. Laissant son regard se poser sur ce visage illuminer par la joie rien qu'en évoquant son fils la guerrière ne put s'empêcher de laisser son sourire s'agrandir. Voir une femme Noble aimer son enfant plus que n'importe qui lui faisait toujours autant de plaisir sachant très bien que tous les enfants n'avaient malheureusement pas cette joie, le plus souvent les mères étaient morte en couche ou bien elles ne faisaient pas attention à eux ce qui était horrible aux yeux de la Fer-née. Malvina aurait payé très cher rien que pour passer un peu plus de temps au côté de cette mère qu'elle connaissait à peine.

"Pourquoi ne pas l'amener avec vous quand vous partez si il rêve de voyage?"


Malvina savait très bien que le monde extérieur était dangereux pour un enfant mais il ne l'était pas plus qu'une femme dans une auberge et le monde était tellement dure qu'il fallait s'endurcir dès son plus jeune âge. Enfin ca c'est ce qu'elle avait fait voilà pourquoi la jeune femme pensait comme ça, elle avait subit beaucoup d'épreuves alors qu'elle n'était qu'une enfant et peut être qu'elle ne serait pas si forte si elle avait encore sa famille à ses côtés. La guerrière se rendit compte encore une fois trop tard que sa question était peut être mal placée après tout c'était sa mère et elle faisait son éducation comme bon lui semblait mais c'était trop tard pour s'excuser. Un petit blanc s'installa dans la conversation au moment ou Eleanor approuva ce qu'elle venait de dire, tournant doucement son visage vers les deux jeunes femmes elle se rendit très vite compte qu'Eleanor ne pouvait pas dire tout ce qu'elle voulait ni pensait à cause de cette jeune femme assise à ses côtés. Malvina n'arrivait pas à s'empêcher de dire tout le temps ce qu'elle pensait vraiment, c'était dans sa nature et c'est donc pour cela qu'elle ne comprenait pas comment les Nobles arrivaient à le faire. Eleanor Mallister devait être forte de l'interieur pour éviter de craquer en faisant en sorte d'être tout le temps à la hauteur des attentes de tout le monde et c'est ça qu'elle appréciait énormément chez elle.

Les choses se déroulait doucement et la jeune femme aimait beaucoup discuter avec cette Dame du Conflans, ca lui changeait les idées et il fallait avouer que cette femme était assez intrigante. Elle avait l'air d'être forte même si elle ne savait pas se battre et même avec un visage aussi doux qu'un ange on pouvait voir un léger caractère cachait au fond de son esprit. Malvina ne c'était jamais caché d'aimer les hommes tout autant que les femmes même si ce n'était pas très bien vu dans un monde comme celui ci. Elle faisait toujours attention à qui elle disait des jolies choses et à qui elle avouait aimer les deux êtres humains mais voilà que tout ça était sorti sans qu'elle réfléchisse et en déposant son regard sur le visage d'Eleanor elle se rendit très vite compte qu'elle l'avait gênée. Ce n'était pas son but et encore moins de la mettre dans son lit même si elle avouait qu'une image lui avait traversé l'esprit mais jamais elle ne le ferait avec une Noble. Au moment ou la femme du Conflans demanda à la plus jeune d'aller voir un homme qui était dehors elle comprit qu'elle ne voulait pas avoir ce genre de discutions devant celle qui faisait parti de sa famille. Alors que la plus jeune sortait Malvina attendait en silence qu'Eleanor prenne la parole ce qui ne tarda pas. Sachant très bien ou elle voulait en venir la jeune femme laissa un doux sourire se déposer sur son visage tout en replongeant son regard azur dans ceux de Eleanor.

"Je m'excuse pour mes propos, j'ai toujours eu du mal à faire la différence entre ce que je pouvais dire et ce que je n'avais pas à dire. Mais je ne comptais pas vous mettre dans mon lit Eleanor Mallister, je ne veux causer aucun problème et si il faut que j'aille parler à la jeune fille pour lui faire comprendre que vous êtes une femme bien et éviter qu'elle ne raconte des choses aux gens, je le ferais." La jeune femme avait dit ça d'un ton tellement sérieux qu'elle reprit directement la parole pour essayer de faire comprendre ce qu'elle voulait dire. "Bien sur quand je dis lui parler ce n'est pas lui faire peur ou de la menacer j'ai tout de même un petit côté humain." Malvina laissa un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres, le plus souvent les gens ne la croyait pas quand elle disait ce genre de chose, ils pensaient souvent qu'elle n'était qu'une tueuse sans coeur et sans âme mais elle restait tout de même une humaine qui arrivait à parler quand il le faut même si elle disait souvent des choses qu'il ne fallait pas dire. "Mais gardez tout de même mon compliment à l'esprit car vous êtes tout de même une très belle femme Eleanor."



GleekOut!


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   Lun 6 Juin - 15:40


Villevieille
Malvina Sparr & Eleanor Mallister


DON'T YOU DARE LAY A HAND ON ME


Année 298, 8e lune

Voilà qu'à présent Eleanor faisait de son mieux pour remonter le moral de Malvina. Elle ne se forçait même pas, elle ne tentait pas non plus de la rembourser pour son acte un peu plus tôt, non. Elle avait été touchée par la simplicité avec laquelle la jeune femme s'était confiée à elles, après leur avoir littéralement sauver la vie, ou du moins épargner un sale moment. Alors elle se souciait d'en savoir un peu plus sur la jolie blonde et peut-être lui changer les idées. Mais elle ne voulait pas non plus s'attarder sur un sujet qu'elle considérait comme douloureux, alors parler d'Hoster avait semblé une bonne déviation. Et puis ça n'était pas comme s'il fallait forcément la main de la Mallister pour qu'elle se mette à parler de son fils. C'était ce qu'elle avait de plus précieux au monde, elle le faisait toujours passer avant tout et ça n'était pas prêt de changer, elle en était intimement persuadée. Malvina lui demanda alors pourquoi il ne l'avait pas accompagné dans ce voyage, s'il était l'aventurier qu'elle venait de décrire. Eleanor lâcha un petit rire.

« S'il n'est pas là, c'est entièrement de ma faute ! Je dois être ce qu'on appelle une maman ourse ? Je suis très protectrice, c'est mon seul enfant, je ne supportais pas qu'il lui arrive quelque chose. Je me dis que durant les prochaines années il aura tout le temps et toutes les occasion de voyager, alors j'avoue, je repousse l'échéance comme je le peux. C'est aussi l'occasion pour lui de passer un peu de temps entre hommes avec son père, ce qui me semble important également. »

Ou était-ce simplement ce qu'elle se disait pour se dédouaner de la décision qui avait été prise ? Après tout son fils l'avait bien supplié de l'accompagner et elle lui avait refuser. En voyant ce qu'il s'était passé ce soir avec Lysa avant l'intervention de la fer-née, elle était finalement bien contente de ne pas avoir entraîné Hoster dans ce genre d'ambiance.

L'ambiance changea quelque peu par la suite, Eleanor s'était un peu lâchée, tout comme Lysa, profitant de cette parenthèse que Malvina leur accordait. Et pourtant, la Mallister ne se sentait pas libre pour autant. Elle n'avait pas confiance en sa belle-soeur et elle avait peur, qu'à force de parler sans filtre, elle finisse par dire quelque chose que Lysa pourrait éventuellement utiliser contre elle. Et il était hors de question qu'elle lui offre une telle opportunité aussi facilement. Alors un silence un peu gêné s'installa à la table exclusivement féminine. Heureusement pour Eleanor, une occasion finit par se présenter pour s'accorder un peu de temps libérée de la Ryger. Elle lui ordonna d'aller  vérifier si Will faisait ce qu'on lui avait demandé, puisque après tout, il n'était toujours pas revenu après s'être occupé des réservations. D'autant plus que la langue de Malvina venait de se délier pour la complimenter de manière plutôt maladroite. Du moins du point de vue d'Eleanor. Le départ de Lysa leur offrit un petit moment de répit pour parler librement. La Conflanaise mit les choses au clair au plus vite, lui expliquant sa condition et le lien qui l'unissait à sa dame de compagnie. Elle fut soulager de voir que la fer-née ne se vexait pas de sa réflexion, au contraire elle s'excusa, lui confiant qu'elle ne voulait en aucun cas lui causer des problèmes. Elle se proposa même d'aller lui parler pour lui assurer qu'Eleanor n'avait rien fait de mal, sans la menacer, comme on aurait pu le croire. La jeune maman se contenta de lui sourire avec délicatesse, replongeant ses yeux dans les siens maintenant que le moment de gêne était passé.

« C'est très aimable comme proposition mais je ne pense pas que ça sera nécessaire. Je ne pense pas qu'elle ait tout entendu clairement, vous avez parlé doucement. Je crains plutôt que d'en reparler ne donne de l'importance à l'événement et lui fasse dire des bêtises à Tristan. Non je m'assurerais discrètement et progressivement d'ici notre retour qu'elle n'a pas eu de fausses idées de notre échange. »

Eleanor finit par poser une main sur celle de Malvina, reconnaissante pour tout ce qu'elle avait fait pour elles.

« Merci Malvina, c'est vraiment très gentil de votre part, après tant d'années de mariage, ça fait même plaisir à entendre. Elle rit doucement avant de reprendre. Vous êtes vous même une très belle femme, avec un courage admirable. Si l'homme dont vous êtes éprise actuellement ne peut pas le voir, c'est qu'il est aveugle. Ne le laissez pas vous faire douter. Vous semblez avoir déjà accompli tellement de choses, à un si jeune âge, n'arrêtez pas là pour une peine de coeur. Je suis persuadée que beaucoup de choses vous attendent. »

Elle était sincère. Elle ne savait rien du futur évidemment et pourtant. Il se dégageait quelque chose de cette belle blonde. Eleanor ne pouvait pas croire que les Sept l'avaient placée sur leur route, par hasard. Elle les avait aidé, et à présent Eleanor pouvait peut-être l'aider aussi. Elle retira sa main subitement de celle de Malvina lorsqu'elle aperçu Lysa revenir dans l'auberge accompagnée de Will. Les chambres étaient réservées et les Archimestes prévenus de leur arrivée à Villevieille. Will eu un mot de remerciement pour Malvina, bien que brusque, mais ça n'était pas tous les jours que des conflanais avaient à remercier des fer-nés.

« Vous faites la route jusqu'au centre-ville avec nous ? Ou bien nous routes se séparent ici ? »

Eleanor n'avait pas vu le temps passer depuis leur arrivée dans la taverne. Les discussions avaient été agréables et enrichissantes, mais il ne fallait pas qu'elle perde de vue ce pourquoi elle était venue. Et surtout sa volonté de faire au plus vite pour pouvoir retrouver Hoster. Elle était cependant heureuse de partager quelques instants de plus avec la guerrière si cette dernière acceptait leur proposition.

base cracles bones, modification lawina
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [flashback] don't you dare lay a hand on me (Malvina & Eleanor)
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 1.0 :: Rps terminés-
Sauter vers: