RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Intrigues
Annexes
Avatars
Divers Bottins
Personnages non jouables
Postes Vacants
Scenarios
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
Nous avons besoin de monde dans à Dorne, dans les IDF et dans le Val ! Points à la clé !

Une nouvelle édition de la Gazette a été publiée !! Vite allez la lire

Partagez | 
 

 Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Mer 2 Déc - 22:15

Froide-Douve, début de l'an 298

La nouvelle était tombée. Sa mère était morte. Une nouvelle qui lui retournait l'estomac. Si on lui avait annoncé la même nouvelle en remplaçant le mot « mère » par « père », il n'aurait sans doute pas été aussi profondément touché ni attristé. Il s'était forcé à descendre, le pas lourd jusqu'à la salle à manger. Le cœur n'y était pas et son père ne semblait même pas avoir prit la peine de s'y rendre pour prendre son petit déjeuner. La mort de son épouse devait sans toute autant le toucher qu'une piqûre de moustique. Son âme était sans doute plus rugueuse que la pierre. Et c'est à lui qu'il pensait en tranchant dans la croûte de son tranchoir. Il n'avait pas vraiment d'appétit et n'avalait que de menues bouchées. Manger seul le déprimait encore plus. Il se souvenait de ses repas partagés avec Loras ou Willos à Hautjardin. C'était nettement plus convivial. L'araignée n'avait pas pour autant la nostalgie ou le blues du fief des Tyrell. Au contraire, il était plutôt heureux de se retrouver dans son véritable foyer. C'était cette sombre nouvelle qui lui gâchait le moral.  Cela ne servait à rien. Il appela les domestiques pour qu'elle débarrasse ce qui avait été dressé pour lui et il se leva pour sortir de la pièce, la mine grave.  Déambulant dans les couloirs, il prit la direction de la chambre de sa sœur. Il n'avait plus revue Gwynesse depuis des années maintenant. La petite fille qu'elle était  sans doute devenue une jeune femme au physique impossible à imaginer dans son esprit.

Devant la porte se tenait deux gardes en faction, il somma à l'un d'aller demander aux caméristes de sa sœur si cette dernière était réveillée. Après une trentaine de secondes, le garde revint et lui confirma que sa sœur était bel et bien éveillée. Aussi emballé qu'il était par l'idée de retrouver sa petite sœur, Owen ressentait également une grande peur. Une peur à la fois de ne pas se révéler à la hauteur de ce que sa sœur attendait de lui, une peur qu'on lui reproche son éloignement forcé, voir même la mort de leur mère. Ces craintes n'étaient certes pas justifiés mais était-ce si étrange de les ressentir ? Après tout, il se retrouvait dans un lieu aussi familier qu'étranger maintenant. Ses repères étaient un peu brouillés et il lui faudrait très certainement un temps d'adaptation. Le jeune homme prit finalement son courage à deux mains et pénétra dans la chambre de sa sœur la mine grave. Gwynesse devait sans doute être au courant. Aurait-il le courage d'affronter son regard ou le fuirait-il ?  S'éclaircissant la gorge, le jeune blond prit la parole tout en essayant de ne pas fixer sa sœur, de détailler son visage pour voir ce qu'elle était devenue.


«Gwynesse ... je suis désolé de rentrer à un moment aussi funeste. J'espère que je ne te dérange pas ...»

Les mots avaient du mal à se détacher dans sa gorge. Son cœur lui disait de pleurer mais son orgueil retenait ses larmes. Fierté masculine ou d'être le grand frère, il l'ignorait. L'araignée ignorait comme sa cadette allait réagir. Il espérait jusque que cela ne finisse pas en colère et en rage. Cela faisait dix ans qu'il attendait ce retour. Ce n'était pas pour le gâcher bêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Sam 5 Déc - 7:28




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


« Lady Tyssier, debout. »

L’intéressée grogna et marmonna plusieurs jurons inaudibles à l'intention du malheureux qui osait la réveiller avant l'heure. Elle alla même jusqu'à tirer la couverture plus haut sur son visage, dans l'espoir que ça ferait partir l'importun élément dérageant. Cette idée aussi de gâcher son si paisible sommeil. Sûrement pour une raison complètement stupide en plus, du style « Des essayages pour une robe de première qualité en vue d'une rencontre avec son futur fiancé. » Mouais, ils pouvaient toujours rêver, car le jour où elle se lèvera pour ça, les Targaryen auront cessé l'inceste.

Hélas, le vieil homme ne l'entendit pas de cette même oreille et secoua avec plus d’énergie la jeune femme en répétant sa précédente demande. Gwynesse n'eut donc d'autre choix que de se tourner vers le mestre, la mine renfrognée, pour le fixer de ses yeux fatigués.

« Qui y a-t-il Mestre? bailla-t-elle sans prendre la peine de couvrir sa bouche pour masquer poliment cet échappement, vous savez au moins que la torture n'est pas permise à Froide-Douve ? Et éveiller quelqu'un avant que les oiseaux aient chanté en est une forme. Et la pire de toutes, d’ailleurs. »

L'araignée ne put s'empêcher de glousser faiblement à sa moquerie. Ah, bien trouver ce coup-ci. De quoi bien fermer le caquet du mestre ! Elle s'attendait à ce qu'il parte pour aller se plaindre une énième fois auprès de son paternel du comportement inacceptable de sa fille, comme à l'accoutumée. Mais il n'en fut rien. Il se contentait de rester là et de l'observer, la mine grave, ce qui intrigua grandement l'enfant. On aurait dit qu'il venait tout juste de marcher aux côtés de morts animés par la magie de dieux malveillants.

« Un problème ? Que se passe-t-il ? »

Un silence. Un soupir. Des yeux qui fuyaient. Cette comédie fit perdre patiente à Gwynesse qui fronça les sourcils de frustration. Par les Sept Divinités ! Ce qu'il pouvait se montrer agaçant quand il voulait.

« Mestre, je vous ai posé une question, j'attends, dit-elle un poil énervée alors que l'homme prenait une grande inspiration. »

« C'est votre mère.. Elle n'a pas passé la nuit, il laissa un nouveau silence, plus pesant encore que le précédant, tandis-que la cadette de la famille se redressa lentement, les larmes menaçant dangereusement de couler, je suis désolé, elle est morte. »

Ces mots eurent exactement le même effet qu'une puissante claque.  Le genre de coup qui achève de vous réveiller dans la seconde suivante. Non.. non, ce n'était pas possible ! Ce devait être un cauchemar, rien qu'un horrible cauchemar... Sa mère ne pouvait avoir succombé à la maladie, elle était bien trop forte pour ça. Il devait lui faire une mauvaise plaisanterie. Il fallait que se soit une mauvaise plaisanterie. De très mauvais goût aussi, car de premières larmes roulaient déjà le long des joues de la jeune Tisseuse, sans lui avoir demander son avis.

« Ce n'est pas drôle Mestre... »

Un murmure coupé par une voix tremblante sous l'émotion. Le vieil homme se contenta de secouer la tête et de lancer un autre « Désolé » avant de quitter la pièce sans plus de cérémonie, lassant seule la pauvre enfant orpheline de mère. Cette dernière n'attendit pas plus longtemps pour éclater en sanglots incontrôlables, se recroquevillant dans le creux de ses couvertures pour trouver un réconfort fantôme. Sa mère... Elle n'était plus. Le seul parent qui lui restait, le seul qu'elle ait jamais vraiment eu. Envolée. Elle était seule désormais, désespérément seule face à son père qui profiterait sans aucun doute de sa faiblesse actuelle pour la marier au plus offrant. Son unique pilier, le mur qui la soutenait lors des moments difficiles. Il n'existait plus.

Plus rien ne serait pareil, plus jamais.

.~'~.

Quelques heures plus tard, le grincement de sa porte se manifesta dans une tentative ratée de discrétion. Gwynesse tourna lentement la tête vers la domestique qui entrait en fixant bêtement le sol. Normalement, elle venait l'éveiller, à l'heure normale. Mais aujourd'hui n'était pas normal. Elle devait certainement déjà être au courant du décès de sa génitrice, cause de son présent malaise devant la gamine aux joues marquées par le liquide salé qu'elle avait versé durant la durée entière de l'aube. La blonde se contenta d'un faible hochement de tête à l'égard de la femme, qui tenta un maladroit sourire.

« Je suis sincèrement désolée pour la mort de votre mère Lady Tyssier. C'est vraiment un événement horrible qu’aucun enfant ne devrait vivre. »

Aucune réponse de l'araignée. La domestique se racla la gorge, son malaise grandissant.

« Hum..Avez-vous besoin de quoi que ce soit ? »

« ...Apporte-moi une bouteille s'il-te-plait. »

« Je..euh, bon d'accord. »

Elle s'en alla, obéissant à aux demandes de la petite dame et revint quelques minutes plus tard avec l'objet convoité entre les mains. Elle le tendit à la blonde qui s'en empara comme si sa vie en dépendait. Ce qui, en fait, n'était pas vraiment loin de la vérité.

« Laisse moi, je t'en prie. »

La servante ne se le fit pas quérir deux fois et sortit sans demander son reste. Gérer une enfant qui vivait la perte d'un être cher n'était spécialement vivable pour beaucoup. Gwynesse ouvrit la bouteille et y but à même, sans aucune coupe. Elle recommença à pleurer, tout en noyant sa peine dans le vin et dans ses effets d'ivresse.

.~'~.

On vient la déranger. Encore.

Ils n'avaient rien de mieux à faire !? Vivre le deuil d'un être cher n'était donc plus permis en ces  murs ? La cadette Tyssier accueillit la camériste d'un regard froid et brillant de tristesse. Il lui intimait de sortir, de la laisser en paix. Elle soupira de soulagement en la voyant quitter la chambre et se repositionna en boule contre ses oreillers, la bouteille vide traînant au centre du lit. Mais son répit fut de courte durée, puisqu'une voix inconnue se fit entendre. Une voix qui parlait étrangement de manière très familière. Comme si ils se connaissaient... La petite blonde s'assit sur le bord du matelas, fixant des yeux ce jeune homme, qui ne lui disait absolument rien, se tenant  au milieu de sa chambre. Cette scrutation dura plusieurs minutes, durant lesquels aucun mots ne fut prononcés. Mais qui était-il à la fin ? Pourquoi lui semblait-il familier ? Et là, la connexion se produisit et ses yeux s’écarquillèrent d'étonnement.

« Owen... c'est toi ? C'est vraiment toi ? »

Mais que faisait-il ici ? N'était-il pas à Hautjardin pour-elle-ne-savait-plus-qu'elle-raison..  Était-ce le tragique événement qui le ramenait à elle ? Son frère chéri ? Celui avec qui elle avait tant aimé jouer durant son enfance. Gwynesse se leva et s'avança vers cet étranger qui ne l'était pas. Elle tendit une main, tremblante, vers la joue de son aîné, comme pour se prouver qu'elle n'hallucinait pas et qu'il était bien là. Et il était bien là. En chair et en os. De nouvelles larmes coulèrent cette fois-ci, de joie. Comme il tombait bien ! Peut être n'était-elle pas si seule après tout !

« Oh, Owen ! Tu m'as tellement manqué... »

Elle se jeta entre ses bras, l'entourant lui aussi de ses frêles muscles. Il était là! Elle sanglotait sans retenue, autant à cause du bonheur qu'elle ressentait que du vide qui l'habitait.

« Tu es là à cause de ma-maman j'imagine, hoqueta-t-elle, elle n'est plus là... j'ai cru que j'allais être seule... ses pleurs redoublèrent, un torrent coulant sur ses joues déjà malmenées plus tôt. »


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Sam 5 Déc - 19:37

Elle était là, assise sur son matelas et elle ne prononçait aucun mot. Était-ce de la colère qu'il lisait dans le fond de ses yeux ou simplement de l'incompréhension ? L'araignée se demandait s'il n'avait pas mal choisi son moment. Un jour ou deux supplémentaires aurait peut-être parfaitement convenu, le temps que la nouvelle soit un peu moins vive dans l'esprit de sa sœur. Lorsqu'elle demanda s'il était-bien son frère, le jeune homme articula un « oui » timide. Lui d'habitude si sûr de lui ne semblait pas en mener larges. Les choses paraissaient plus simples lorsque on lest transposait sur des personnes dont on était pas proche ou dont on en avait rien à faire. Avec des proches, tous les repères semblaient tout à coup perdu. La jeune fille tendit une main vers sa joue avant de se jeter dans ses bras et de le serrer contre elle, en éclatant en sanglots et en larmes. Comment pourrait-il la condamner pour un tel aveu de faiblesse ? Lui même était chamboulé par cette nouvelle. En plus, Gwynesse pensait sans doute devoir passer encore un long moment, seule à Froide-Douve, avec l'ombre autoritaire et malsaine de son père comme seul repère familial. Les bras de l'araignée entourèrent les épaules de sa sœur en une étreinte douce et fraternel. Maintenant qu'il ne se sentait pas rejeter, le jeune homme pouvait parler plus posément.

«Chut, chut. Je suis là Gwynesse là ... là. Tu m'as tellement manqué petite sœur, tellement si tu savais. Dés que j'ai reçu ce courrier m'annonçant les problèmes de santé de mère, j'ai quitté Hautjardin. Je suis arrivé seulement hier dans la soirée. Elle était toujours parmi nous. »

Ces derniers mots laissaient un goût âpre sur ses lèvres. Il désirait encore revoir sa mère, en pleine forme, certes vieillie. L'entendre rire, la voir sourire ou simplement l'entendre lui parler comme lorsqu'il était encore un bambin. Tout ceci n'était plus que des souvenirs mais il se devait d'être fort pour sa sœur, même si lui même, avait envie de pleurer et encore plus honte de l'avouer.

«Tu ne seras pas seul Gwynesse. Je suis là maintenant. Je reste à Froide-Douve. En tant qu'héritier, en tant que Chevalier et surtout en tant que frère.»

Il se détacha légèrement de l’étreinte de sa sœur pour venir chasser quelques larmes à l'aide du bout de ses doigts. Doucement il lui caressa la joue. Gwynesse était devenue une jeune dame ravissante. Elle n'était sans doute des plus présentables mais son visage offrait un charme noble et digne de sa maison.

«Comme tu as grandis. J'ai l'impression de ne plus te reconnaître petite sœur. Où est donc passé la petite tête blonde que j'ai laissé derrière moi quant père m'a envoyé servir comme écuyer à Hautjardin ? »

Il resserra à nouveau sa sœur contre lui, lui offrant une épaule de soutien sur laquelle elle pouvait laisser couler son chagrin. Privée de son frère pendant de longues années, maintenant privée de sa mère parce que l'Etranger était venu la chercher. Cela faisait beaucoup pour une jeune dame de son âge.

«Personne ne semble avoir jugé bon de te prévenir de mon retour. Je déduis cela au vu de l'étonnement que tu as affiché en me voyant. Désire tu t’asseoir, Gwynesse ? Cela fait beaucoup d'émotions d'un coup. As tu pris ton petit déjeuner ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Lun 14 Déc - 22:38




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


La petite araignée de la famille se senti d'autant plus minuscule lorsque son frère l'entoura à son tour de ses bras, bien plus grands et rassurants que les siens l'étaient. Un mince sourire s'installa malgré son consentement sur ses fines lèvres et elle se blottit tel un chaton contre son aîné dans une recherche de sécurité et de réconfort. Là était toute la magie des liens qui unissaient les enfants d'un même sang : peut importait le temps, peut importait la distance, la confiance entre eux ne pouvait s'étioler aussi simplement. Il n'avait suffit que d'un regard à Gwynesse pour reconnaître ce frère qu'elle aimait tant.

« Toi aussi tu m'as manqué, réussit-elle à placé entre deux sanglots, tant d'années si loin de mère et moi... Tu aurais pu revenir avant. »

C'était là une petite taquinerie qu'elle réussit à lui offrir. Elle savait très bien que c'était la faute de leur père s'il n'était pas revenue à Froide-Douve avant. Elle n'était pas dupe. Le seigneur des araignées cherchait pour une raison qui lui était inconnue à éloigner le plus possible son héritier. Attitude très étrange quand on savait qu'il avait déjà perdu ses deux premiers fils. Ne voudrait-il pas protéger son dernier dans ce cas ? Cela cachait quelque chose, elle en était sûre.

« Je suis heureuse que tu ais pu la voir encore en vie. J'ai pu passé ces dix dernières années avec elle, pas toi. J'imagine qu'elle a pu te dire au revoir... J'aurais aimé être à vos côtés, la soutenir jusqu'à la toute fin. »

Elle serra un peu plus son étreinte à ce souvenir douloureux. Depuis l'annonce de la maladie, la blonde n'avait jamais failli et fut toujours présente au chevet de sa génitrice, jours et nuits. Même Barroth n'eut pas le pouvoir de la faire sortir tant elle voulait apporter tout son courage pour encourager la guérison.  Mais apparemment ça n'avait pas suffit.. Elle avait quitté ce monde. Une nouvelle rafale de larmes silencieuses coula sur ses joues.

« J'ai toujours été avec elle, je ne me souviens pas de la dernière fois où je suis sortie à l'extérieur. Les seules pièces que j'ai vue ces derniers temps sont ma chambre et la sienne.. »

Maintenant qu'elle y pensait, elle n'avait pas non plus mangé correctement depuis des jours, l'angoisse lui coupant toute faim. Un soupir lui échappa tandis qu'Owen lui disait des paroles qui plaisaient beaucoup à ses oreilles. Un sourire vint illuminer son visage. Il restait à ses côtés. Voilà de quoi remonter le moral. Elle perdait un allié pour mieux en gagner un autre. Ainsi va la fourberie de la vie. L'araignée sembla se calmer au doux contact de la main de son aîné. Elle alla même jusqu'à poser sa main sur la sienne. Comme elle était heureuse qu'il soit là. À ses côtés. Elle ne le laisserait plus partir désormais. Jamais plus.

Un petit rire lui échappa. Est-ce qu'il s'était bien regardé avant de parler ? Des deux, c'était lui qui avait le plus changé !

« Oh attend de voir mon cher frère. Elle n'a disparue, pas une seule seconde. Bientôt tu vas devoir supporter toutes mes bêtises que père déteste tant ! Ça me rend moins mariable selon lui, elle ria à nouveau, il ne pourra pas se débarrasser de moi si facilement, crois moi ! Et puis, tu t'es regardé dans une glace récemment ? J'ai un homme très charismatique pour frère, toutes les dames de Hautjardin devait être à tes pieds.»  

Ce devait sûrement être son plus malin plaisir en ce monde. Tenir tête au paternel. Il ne l'effrayait plus depuis bien longtemps. La haine avait pris toute la place. Donc c'était une guerre ouverte entre eux, depuis des années et des années. Personne n'aimait s'immiscer  dans leurs batailles, l'ambiance étant souvent invivable et malsaine. Autant dire qu'ils s'évitaient au possible.

Gwynesse accepta la seconde étreinte avec joie, serrant Owen avec tout l'amour qu'elle lui portait. Mais une ombre vint ternir son sourire à ses mots. Elle soupira.

« Non, c'est le Mestre qui est venu me réveiller pour m'annoncer la nouvelle il y a quelques heures. J'avoue être un peu fatiguée soudainement... elle jeta un coup d’œil honteux sur la bouteille vide qui traînait au centre de son lit, mhh si on veut... je n'ai plus l'habitude de descendre manger. Comme maman ne pouvait venir me rejoindre, je me retrouvais seule. Et père, voilà des années qu'il ne montre plus son nez à cette table, railla-t-elle, je crois que ce serait une bonne idée que je mange un peu, elle implora son frère du regard, tu veux bien venir avec moi ? Je ne souhaite pas être seule... »  


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Mar 15 Déc - 17:36

Revenir plus tôt ? Sûrement pas avant d'avoir obtenu le titre de Chevalier. Son père ne lui aurait pas pardonner et mieux valait ne pas se le mettre à dos, d'autant plus en tenant compte des révélations faites par mère. Ces révélations, il ne comptait pas les divulguer à Gwynesse, pas avant d'être sûr qu'elle soit capable de les gérer. Peut-être aurait-il pût revenir un peu plus tôt. Avait-il oublier ses racines et sa famille dans le confort d'Hautjardin. Oui et non mais ce n'était pas un débat qu'il voulait entamer. D'autant plus pendant un jour si funeste. Elle parla ensuite de mère, donnant l'impression de se reprocher sa mort et le fait de ne pas l'avoir assez assister dans cette pénible et mortelle dernière épreuve. Owen passa une main sur les cheveux de sa sœur pour tenter de l'apaiser.

«Ne te jette pas la pierre Gwynesse. Ta présence n'aurait rien changé et elle ne souhaitait voir personne dans ces derniers moments. Surtout toi sa petite princesse, elle désirait t'épargner sa vision affaiblie. Elle désirait te protéger et que tu gardes un souvenir agréable d'elle. Ce n'est la faute de personne. Juste ces dernières volonté. Tu en a fais assez. Je suis sûr qu'elle souhaiterais que tu mènes une vie de jeune dame, plutôt qu'une vie emplie de remord. »

Gwynesse semblait retrouver le sourire. Il se demandait quelle genre de bêtise elle pouvait bien commettre. Rendre père furieux n'était pas une chose difficile. Cependant, malgré les défauts qu'elle pouvait avoir, le Tyssier était sûr que sa sœur pourrait trouver facilement un mari. Sa tâche principale était d'éviter que son père ne la marie pour ses intérêts au détriment de la sécurité et du bien être de sa fille. A ses yeux, elle était le dernier membre de sa famille vivant, alors il devait en prendre le plus grand soin.

«Quelles sont donc ces bêtises ? Essayerai tu déjà de me corrompre pour te couvrir Gywnesse ? Tes compliments me vont droit au cœur. Hautjardin est un endroit magnifique. J'espère que tu auras la chance de visiter ce château un jour. Les roses y sont très belles, qu'elle soit végétale ou humaine mais la plupart possèdent des épines pointues et acérées.»

Il eut une pensée pour Olenna, dangereuse vieille dame ou encore pour Margaery. Ces gens, il ne les croiserait peut-être plus avant un long moment et cela était sans doute le cadet de ses soucis à l'heure actuelle. Le jeune homme rejoignit la porte d'entrée de la chambre de sa jeune sœur et lui tendit le bras.

«J'ai déjà manger, très peu à vrai dire. L'appétit n'y est pas mais je suis enclin à me joindre à toi pour un repas. Tu pourras m'en dire plus long sur ce qu'il se passe à Froide-Douve en ce moment mais surtout sur tout ce qui te concerne. Nous avons beaucoup de temps à rattraper ma chère petite sœur.»

Quittant la chambre en compagnie de Gwynesse, le jeune homme rejoignit la salle à manger où trônait la table du Lord, là où les membres de la maison Tyssier ainsi que leurs invités de marques prenait généralement leur repas. Le jeune homme héla une servante pour qu'elle vienne écouter ce que Gwynesse désirait manger. Ensuite, il s'installa lui même à ses côtés et joignit ses mains sur la table et lui posa quelques questions.

«Parle moi de toi. Que fais tu de bon de tes journées en dehors des leçons du mestre et de la septa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Dim 20 Déc - 6:18




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


Les mots de son frère réussirent à apaiser son esprit tourmenté, mais elle sentait bien qu'elle se reprocherait toute sa vie la mort de sa mère. Toutes les raisons possibles comme impossibles lui envahissaient les idées, toutes ayant le même effet de coup de couteau dans son cœur. Peut être que si, peut être que ça, tout était bon pour qu'elle puisse continuer de se torturer mentalement de manière impitoyable. L'araignée avait besoin d'un coupable à blâmer et il n'était pas aisé de le faire sur la maladie. Alors tout naturellement, elle s'attaqua à sa propre personne.

« Tu as raison... maman voudrait que je vive heureuse,alors je vivrais heureuse pour elle et pour moi. Et quand je serais moi même une mère, j'aurais eu le plus magnifique des exemples à suivre. Comme je suis fière d'être sa fille... »

Un sourire de joie pure vint orner ses lèvres à cette pensée. Même si Gwynesse n'avait jamais été la petite dame que Rowena aurait tant souhaité voir, elle savait que sa mère l'avait profondément aimé. Ses yeux brillants d'amour le lui avaient toujours prouvés. Elle lui manquerait énormément.

La jolie blonde ricana en pensant à ce qu'elle faisait pour mener la vie dure à certains. Il faillait le dire : quand elle le voulait, elle pouvait devenir un vrai petit diable. Mais bon, elle ne faisait jamais rien de bien méchant, juste de quoi embêter et faire rire un peu. Jamais elle ne se permettrait de faire du mal à quelqu'un rien que pour s'en moquer en suite. Quoi qu'avec Barroth... Mwi lui c'était une autre histoire.

« Voyons Owen, je n'ai pas besoin de te corrompre ! Je sais déjà que tu me couvriras, car c'est ton travail de grand frère de le faire. Et puis... peux-tu vraiment dire non à une bouille comme la mienne ? Pour compléter ses dires, elle pencha joliment la tête et fit un sourire niais, de quoi bien achevé son aîné, et quant à ses dites bêtises, tu verras ce qu'elles sont en temps voulus. »  

Elle ne fit cependant aucun commentaire quant à Hautjardin. La Tyssier se doutait bien que l'endroit devait être magnifique, mais pour l'instant, elle se voyait mal quitter cet endroit maintenant qu'elle le savait à la complète merci de son père. Jamais elle n'arriverait à se le pardonner si il les gens de Froide-Douve subissait d'une quelconque manière les caprices et colères de son géniteur. Secouant légèrement sa tête pour chasser ces déprimantes pensées, la cadette de la maison se précipita pour s'accrocher au bras de son frère et lui offrir un sourire plein de reconnaissance. Si elle avait su qu'il reviendrait aujourd'hui, elle aurait elle même tenter de préparer un déjeuner pour fêter son retour.

« Nous avons toute la vie pour rattraper ces années mon cher frère. Maintenant que tu restes à Froide-Douve, je ne comptes pas en partir pour quelque raison que ce soit. »

Gwynesse le suivit en babillant joyeusement sur absolument tout et rien. Voilà bien des semaines qu'elle n'avait pas eu le loisir de se sentir aussi bien. Ni même de se promener jusqu'à la salle à manger. Cela lui avait manquer plus qu'elle ne l'aurait cru. Quand la servante vint s'enquérir de sa demande, la joie sur son visage de voir sa jeune Lady sur pied ne lui échappa pas et elle s'en sentie profondément touchée. L'araignée demanda une simple salade de fruit et elle ne put tristement s'empêcher d'ajouter à ça une coupe de vin. La honte la travailla, mais c'était plus fort qu'elle. Faillait-il dire aussi qu'elle en avait consommé, des bouteilles. La blonde s’installa de manière à ce qu'Owen puisse rester près de sa personne. Elle allait même répondre quand elle remarqua l'arrivée de la domestique. D'habitude elle se servait d'elle même, détestant au possible que quelqu'un d'autre le fasse à sa place.

« Je euh.. attend un peu tu veux bien... »

La Lady se leva et courra pour libérer les mains de la servante et la remercier pour son travail. Puis elle revint sagement se rasseoir avec son repas, offrant un petit sourire à Owen.    

« Désolé... je-d'habitude je le fais toute seule. Je n'aime pas qu'on me serve comme ça.. Je veux dire, je peux très bien le faire moi même, pourquoi embêter une personne dans ce cas. »

Un besoin de justification s'était fait sentir. Gwynesse ne savait pas comment son frère réagirait face à cette attitude peu commune pour une dame de son rang. Surtout que lui avait vécu à Hautjardin, en compagnie de la maison Suzeraine. Il devait avoir des dizaines de servants et servantes à leur service... Rien que de penser à ça lui fit hérisser le poil de dégoût.

« Sinon, pour répondre à ta précédente question, tu devrais savoir que cela fait bien longtemps que le mestre et la septa ont abandonné l'idée de me rentrer quoi que ce soit dans le crâne ! Je ne tient pas en place et il me faut avouer que je ne vois pas du tout l'utilité de savoir coudre et bien tenir une fourchette. Tu peux m'expliquer ça intéresse qui ce genre  de choses ? Des gens bien ennuyeux et fades si tu veux mon avis. »

L'araignée avala quelques morceaux de fruits et trempa avec délice ses lèvres dans le doux nectar emplissant sa coupe. Comme c'était bon... Elle en voulait déjà plus. Mais elle ne voulais pas non plus choquer son frère... Oh et puis zut ! Son envie de boire était trop forte, donc elle se leva pour aller prendre la bouteille et se servir un autre verre. Soudainement la salade ne l’intéressait absolument plus.  

« Je passe mes journées dehors, avec les gens de Froide-Douve. Je leur apporte à manger très souvent et j'offre souvent mes robes aux fillettes. Si tu voyais leurs sourire quand elles s'en habille Owen.. Il n'y a rien qui enjolive plus ma journée. Après je me promène avec Azalée, c'est ma jument favorite. Je m'entraîne aussi à l'arc, j'adore cette activité ! Il faudrait que tu me regardes tirer un jour. Ah et je fais tout ça en compagnie de Barroth, c'est mon meilleur amie en ce monde, on est inséparable lui et moi... »

Un air béa anima les muscles de son visage à la simple énonciation du nom du vagabond. Il semblait à Gwynesse que ça faisait une éternité qu'elle ne l'avait pas vu... Elle devrait remédier à tout ça au plus vite !

« Je vais absolument devoir te le présenter. J'ai si hâte de le revoir. Et toi ? Comment c'était à Hautjardin, tu y as fait de belles rencontres ? »


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Mar 22 Déc - 19:20

Maintenant qu'elle avait retrouvé un peu le sourire, elle semblait parler encore plus fraternellement comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Gwynesse semblait être fière de ses bêtises mais ne voulait pas en parler. Owen la couvrirait ? Très certainement face à son père. Moins cet homme en savait et mieux les jeunes Tyssier se porteraient. Elle semblait vouloir rattraper le temps perdu et c'était tout à son honneur. Le jeune homme fit cependant la moue lorsqu'elle fit le travail d'une servante. Non pas qu'en soit cela le gênait réellement mais il espérait qu'elle ne commettait pas ce genre d'impair si des invités de nobles naissances se trouvaient en visite à Froide-Douve. Il afficha un regard autoritaire qui ne dura malheureusement pas. Difficile de garder son sérieux quand l'on venait de retrouver sa sœur qui mettait un peu de couleurs dans sa vie en ces instants si dramatiques et funestes.

«Ils sont logés, nourris et blanchis pour le faire Gwynesse. Ton acte est emplit de gentillesse et de sympathie mais un servant dont on fait le travail pourrait s'interroger sur la qualité de sa prestation et se mettre à pensé que nous le réprimandons en nous servant nous mêmes. Un acte emplit de bonté peut parfois être perçu différemment par la personne qui le reçoit. »

Il ne pût que rire quand elle parla d'éducation et de bonnes manières. En effet, la jeune araignée semblait ne pas en disposer ce qui serait sans doute fâcheux pour qu'elle prenne un jour un époux mais qui devait sans doute l'arranger elle. La jeune femme semblait se prendre pour la Jouvencelle incarnée. C'était admirable et cela le fit sourire. Un petit écrin de lumière dans un monde aussi dure et hostile. Conserver sa pureté allait-être une véritable épreuve. Quant à donner beaucoup aux gens du communs, il ne fallait pas en faire plus pour mettre leur père en rogne. Elle semblait particulièrement attachée au tir à l'arc. Une bonne chose en soit. D'après ce qu'il avait toujours entendu, Lady Rohanne Tyssier, une des figures emblématiques de leur maison des décennies auparavant appréciait elle aussi s'adonner à cette activité. Le jeune blond ne pût qu'encourager sa sœur qui apprenait au moins comme cela un moyen de défense.

«Si tu t'en sens le courage, tu pourras me faire une démonstration après le repas. J'ai hâte de voir comment tu te débrouilles, un arc entre le mains.»

Un compliment et une attention pour mieux faire passer ses prochaines paroles qui loin d'être une réprimande n'était sans doute pas ce qu'elle avait envie d'entendre de la bouche de son aîné.

«Si tu te mêles aux gens du commun et que tu leur offres tes propres vêtements, prend garde à père. Je ne te reprocherai pas de te montré douce et attentives avec nos gens mais je n'aimerai pas que tu provoques son courroux, petite sœur. S'il est encore la moitié de l'homme qu'il était lorsque j'ai quitté Froide-Douve, je ne veux pas le revoir en colère et encore moins contre toi.»

Elle lui parla ensuite d'un dénommé Barroth et ce nom n'évoqua rien pour lui. Peut-être était-ce un garde ou un chevalier qui l'aidait à s'entraîner à l'arc. Il n'allait pas perdre de temps pour lui poser la question mais aussi pour lui parler des gens qu'il avait rencontré à Hautjardin.

«Qui est donc ce Barroth ? Je ne me souviens pas de ce nom. J'ai rencontré un tas de personne à Hautjardin. Des nobles du Bief de passage avec qui j'ai approfondis nos relations, les Tyrell bien sûr. Willos est un jeune homme très intelligent et très courageux malgré son infirmité. Il te plairait à coup sûr. Loras lui est un jeune homme vaillant, courageux et sans doute l'un des meilleurs bretteurs que j'ai jamais rencontré, tout comme son frère Garlan. Lady Tyrell est une femme adorable, tout comme sa fille Margaery qui est d'une beauté à couper le souffle, toujours entourée de ses cousines. Lord Mace est au demeurant sympathique, quoi qu'un peu bêta sur les bords. Sa mère, Lady Olenna est une dame très intelligente avec qui j'adorais converser. J'ai même rencontrer des gens du Nord venus en visite à Hautjardin. Des Manderly. En as tu déjà entendu parler ? »

Elle n'apprenait peut-être pas ses leçons mais il était curieux de voir ce qu'elle savait sur cette puissante maison du Nord. Le mestre avait-il tout de même réussit à faire rentrer ce genre d'information dans sa jolie petite tête blonde ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Mar 29 Déc - 9:47




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


Le sourire si heureux de la petite araignée se fana quand elle entendit ce qui ressembla à un reproche de la part de son frère. Sincèrement, elle se serait attendue à tout sauf à ça de sa part. Surtout en des instants comme ceux-ci. Enfin elle réalisa une amère vérité à son sujet : il avait beau être son aîné, celui qu'elle avait tant espéré revoir toutes ces années, il restait en grande partie un étranger au sein des murs de ce château. Et pire, à ses yeux. À quel point Hautjardin et ses fleurs l'avait changé, voilà ce qu'elle se posait comme question. L'attitude de la jeune Lady se refroidi quelque peu et elle baissa les yeux sur son plat pour éviter d'avoir à regarder l'héritier de sa famille.

« Je le fait depuis des années. Je crois que je m'en serais rendue compte si mon comportement les insultaient un tant soit peu. Ou bien alors, je suis simplement une stupide petite fille qui ne connaît rien à la réalité. »

Voilà. Elle s'énervait. Et quand elle s'énervait, tout les mots qu'elle pensait sortaient dans la seconde sans qu'elle n'ai le temps de tourner sept fois sa langue avant de parler. La blondinette s'en senti affreusement honteuse d'agir ainsi envers Owen. Ce n'était pas sa faute après tout. Enfin, pas tout à fait. Leur mère venait d'être emportée par l'Étranger, ils devaient se consoler l'un, l'autre et non se disputer comme elle le ferait avec son père. Il était désormais son unique pilier en cette demeure, elle n'avait pas le droit de le perdre.

Le rire qui retentit dans la salle réussit néanmoins à la dégriser et elle ne put s'empêcher de ricaner aussi. Combien de personnes avait-elle été capable de rendre complètement folle à force de fuir les cours et leçons en courant pour aller jouer avec Barroth. Elle se souvint même d'un temps où certains domestiques s'étaient mis de son côté et menait la septa et le mestre vers de fausse piste quand elle se cachait. C'était toujours sa mère qui la retrouvait, tentant de lui faire un regard de reproche, mais ses tentatives se terminaient à chaque fois en petit soupir amusé. Ce joyeux souvenir étira un sourire de nostalgie sur les lèvres de la cadette des Tyssier.

Son enthousiasme revint plus franchement quand Owen lui proposa de faire une séance de tir. Ah ça, il n'avait pas à le lui demander deux fois ! Par contre, voilà quelques semaines qu'elle n'avait pas pratiquer, en espérant qu'elle n'aurait rien perdu...

« Oui bien sûr ! Sortir me fera le plus grand bien. »

Gwynesse eut ce réflexe d'enfant de se jeter sur sa salade de fruits pour la finir au plus vite et pouvoir faire quelque chose de vraiment amusant. Elle enfourchait de grosse bouchées, mangeant avec appétit quand son frère dit une fois de plus des mots qui la refroidirent. La jeune fille se figea, observant le vide comme un aveugle regarde l'horizon, les yeux vides de lueurs. Elle repoussa son assiette et leva la tête vers Owen en respirant un bon coup.

« Tu crois que je ne sais pas ce dont il est capable ? Owen, je te rappelle que ça fait dix ans que je vis ici. Dix ans que je passe en la compagnie de cet homme que je me dois de nommer père à cause des liens de sang. Un père qui est toujours en colère, peut importe ce que je fais. Je pourrais être la plus obéissante des filles qu'il ne m'aimeras que si j'épouse le futur Roi du Trône de Fer. Et encore, j'ai des doutes, sa voix trembla un peu, de colère ou de peine, ça elle ne le savait pas, je respecterais toujours ton avis mon cher grand frère, mais je ne te permet pas de juger mes habitudes et encore moins en utilisant père comme excuse. Tu ne sais pas ce que j'ai vécu ces dernières années. Tu n’étais pas là. M'occuper des gens du commun, c'est ce qui me permet de garder mon équilibre mentale et qui m’empêche de céder à la déprime. Alors ce que père en pense, je m'en soucis autant que je me soucis de la poussière... Sais-tu seulement à quel point ça été invivable ces dernières semaines ? »

Maintenant tout était dit. Gwynesse se sentait plus légère d'un coup. Dire ce qui lui pesait sur le cœur lui avait fait grand bien. Restait à espérer que son aîné ne s'en offusque pas. Quelques larmes lui échappèrent et elle les essuya du revers de la main pour se reconcentrer sur l'araignée et ses récits.

« Tous ces gens ont l'air très intéressants. Il me plairait beaucoup de tous les rencontrer un jour, surtout ce Willos que tu me vantes tant. On pourrait les inviter à Froide-Douve un jour, ça ferait du bien d'avoir un peu de monde ici, l'adolescente dut mettre toute sa tête au travail pour avoir ne serait-ce qu'une toute petite informations sur ces Manderly, eum.. Je crois oui, ils ont pas un rapport avec des sirènes ou des poissons ? »

Elle ne trouva pas plus d'informations à leurs sujet parmi ses connaissances limitées. Il faut dire aussi que tout ce qui n'est pas Froide-Douve n'intéresse pas la petite araignée le moins du monde.

« Barroth est l'un des habitants des environs. Il a perdu ses deux parents et il vit dans les bois, mais il passe toute ses journées avec moi. C'est mon meilleur ami depuis toujours et je ne sais pas du tout ce que je deviendrais sans lui. Je suis sûre qu'il va te plaire. »

Bon, ça c'était un mensonge. Barroth pouvait se révéler être un vrai casse-pied quand l'envie le prenait, ce qui voulait dire souvent. En plus, il n'aimait pas du tout les étrangers. Autant dire tout de suite que ce serait une rencontre... tendue. Chassant ces idées de son esprit, Gwynesse se leva et se dirigea vers le chemin menant à sa chambre pour aller chercher son arc.

« Tu veux que je te montre mes talents à l'arc tout de suite ? Je n'ai plus faim, alors autant s'occuper ! »

Elle couru jusqu'à sa chambre et s'empara de son arc et ses flèches avant de sortir dans la cour en compagnie de son frère. La blonde se choisi un cible à  une bonne distance, question de recommencer « en douceur » après tant de temps sans pratiquer. Elle arma une flèche, se positionna face à sa cible et respira lentement, calculant mentalement la distance et la force de son tir. Les secondes lui semblèrent devenir des heures avant qu'enfin, elle ne laisse filer la flèche qui se planta au centre du cercle. Ravie elle se tourna vers son aîné en attendant son jugement.


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Mar 29 Déc - 21:24

Peut-être avait-il été trop dur avec Gwynesse ou peut-être pas. S'il avait parlé ainsi c'était dans l'unique but de la protéger et de la préserver mais il savait que ce genre d'acte ne pouvait pas toujours être perçu pour le but. Il ne lui en voulait pas. Après tout il n'était que le fantôme grandit d'un enfant qui avait quitté la petite blonde depuis des années. Se mordant la lèvre en signe à la fois de colère et de mal aise, le jeune homme répondit un peu nerveusement à sa petite sœur.

«Je suis désolé. Mon but n'était pas de te vexer ou de te faire la morale à la façon d'une vieille septa.»

Il pensa l'orage éloigné lorsqu'il la vit heureuse à l'idée de sortir et se jeter sur salade de fruit comme une morte de faim. Ce fut à elle de lui faire la morale et il n'apprécia pas trop cela. Il avait toujours détesté qu'on lui donne des leçons. D'une part par pur orgueil et d'autre part car il s'estimait souvent bien plus malin que son interlocuteur. Peut-être étai-il réellement devenu un étranger en rentrant à Froide-Douve. Ses craintes semblaient se matérialiser sous l'apparence de sa cadette. Pourtant, il ne dit rien. Ne lui répondit pas car malgré son flegme et son sang-froid, ses mots risquaient de dépasser sa pensées et d'envenimer la situation. Forcer une araignée à mordre n'était jamais une bonne chose et il ne préféra pas tenter le diable. Il se contenta de croiser ses mains, tout en l'écoutant parler des gens de Hautjardin. A son humble avis, ces gens n'intéresseraient pas forcément Gwynesse dans leur ensemble. Il y avait bien trop de chichi et de superficialité à Hautjardin pour qu'elle s'y sente un jour chez elle. La blonde lui parla ensuite de son ami. Le jeune homme se leva et posa ses mains sur les épaules de sa sœur en signe de soutien, de réconfort mais aussi de pardon.

«Dans les bois ? Dans une maison ... ou à même les bois ce qui serait somme toute un singulier mode de vie. Ne l'as tu jamais invité à vivre à Froide-Douve ? Si c'est ton ami, il ne serait pas difficile de lui trouver une place parmi nos gens à moins qu'il ne préfère continuer à vivre dans les bois ?»

La question paraissait certes stupide mais parfois les évidences qui nous pendaient au nez était les plus difficiles à entrevoir. Ce n'était qu'une perche qu'il tendait à Gwynesse pour lui montrer qu'il n'était pas qu'un jeune homme moralisateur. Il hocha de la tête pour dire « oui » à sa sœur quand elle lui proposa de sortir. L'araignée suivit sa cadette et il l'observa en grande concentration. La jeune femme décocha une flèche en plein centre et sa seule réaction fut de sourire et d'applaudir pendant une bonne dizaine de secondes avant de reprendre la parole.

«Un très joli coup ? Un deuxième et je serai sûr que ce n'est pas un coup de chance ha ha ha. As tu déjà tiré en montant à cheval ? Je suppose que père ne t'as jamais emmené à la chasse avec lui. Je le vois d'ici :« Pas une activité pour les dames ! C'est pas un arc que ma fille devrait tenir mais une aiguille et du fil ! ». Tu as déjà tirer sur des cibles mouvantes ? Cela peut paraître certes un peu cruel. Tu aimerais que nous allions chasser un jour ? Tu pourrais emmener ton ami Bartok ... euh Barroth ?

Toutes les dames n'exécraient pas la chasse. Margaery par exemple appréciait la fauconnerie et donc par conséquent le contact animal. Gwynesse n'étant pas une dame comme les autres, loin de là, elle s'épanouirait peut-être dans cette activité.

«Savais tu que Rohanne Tyssier, notre lointaine aïeule était également une habile archère ? »

Une simple petite anecdote historique qui servait à maintenir la conversation entre eux et à tester un peu les connaissances que possédait Gwynesse sur sa propre lignée ou comment joindre l'utile à l'agréable !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Jeu 31 Déc - 9:26




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


L'arachnide commença à regretter ses paroles au vu de l'attitude changeante de son frère. L'atmosphère se fit plus tendue et il ne dit rien. Il se contenta de croiser ses mains sur la table. Quoi ? C'était tout ? On lui crachait la vérité en pleine face et il se défilait ainsi ? Cette réaction insulta un peu la jeune blonde, qui pourtant l'imita pour ne pas rendre la situation pire encore. Après tout... ils se retrouvaient suite à dix années de séparation. Tout ne pouvait pas être parfait.

Owen se leva soudainement et vint doucement poser ses mains sur ses épaules. Ce simple geste réconforta la petite Lady qui comprit sans problème le message silencieux qu'il lui passait. Elle posa ses propres mains par dessus les siennes, signe qu'elle aussi demandait pardon. Au moins, c'était rassurant de voir qu'ils se réconciliaient assez vite.

« Barroth est du genre... Têtu. Parfois j'arrive à la convaincre de dormir quelques nuits dans le château, mais c'est délicat parce qu'il n'accepte qu'à condition qu'il dorme avec moi. Tu t'imagines bien que ça ne plaisait pas totalement à maman. Mais je crois qu'il n'aime vraiment pas rester entre quatre murs, m'avoir proche ça le rassure. »

D'aussi loin qu'elle se souvienne, son ami stressai toujours un peu quand il se sentait enfermé. Normalement, le simple fait qu'elle soit à ses côtés le calmait, mais le malaise restait présent. Barroth était de ce genre de personne qui dépendait de l'air libre. Elle haussa vaguement les épaules.

« Que veux-tu, il n'est à l'aise que si il est dehors. Alors je n'insiste pas trop. »

Puis Gwynesse se leva pour aller chercher son arc. Comme elle était heureuse de pouvoir montrer ses talents à son frère ! À son tour de l'impressionner. De lui montrer qu'elle n'était plus une toute petite fille, mais bien une femme à en devenir. Son premier tir fut parfait. Comme elle s'y attendait. Les applaudissements de son unique spectateur l'emplirent cependant de fierté et elle ria joyeusement. La cadette du duo tira mesquinement la langue, contente de pouvoir rire de son frère.

« Tu es juste jaloux. Mais puisque tu demandes ! »

Elle encocha rapidement une autre flèche et la tira sur une cible plus éloignée. Le projectile atterrit un peu à côté du centre, mais rien de bien mauvais. Même, elle pensait le rater complètement ce coup là. Donc elle sautilla de joie et se retourna vers son aîné avec un sourire victorieux.

« Tu vois ! Je suis douée, la chance n'a rien à voir, elle ria à nouveau, oui, j'ai déjà tiré à cheval. Mais juste avec Azalée je te dirais, sur un autre cheval je ne sais pas si ça donnerais un aussi beau résultat, puis elle pouffa de rire, père ? Et chasse ? Ha ! Par les Dieux, je paierais pour voir ça ! Père qui chasse... halalala, la blondinette respira un bon coup, question de reprendre un peu de souffle, ah non, tu vois, c'est plus mère qui me disait ça. En plus gentil. Elle aurait préféré que je brode de joli coussins plutôt que de me rouler dans la boue, mais je sais qu'elle m'aimait malgré tout. »

Étrangement, cette pensée de sa mère ne la peina pas. Bien au contraire. Elle la remplit de bien être, de confiance. Comme si sa mère était là, la serrant tendrement entre ses bras. À lui murmurer tout plein de belles choses. Gwynesse ferma doucement les paupières et sourit paisiblement. C'était de cette manière qu'elle devrait se souvenir de sa génitrice. Pas pleurer, mais vivre heureuse pour l’honorer.

« Oui, j'ai déjà tirer sur des cibles mouvantes. Mais je ne tue jamais plus que nécessaire. Comme tu le dis, c'est cruel et c'est surtout inutile. Même si ça me permet de me pratiquer. Sinon j'adorerais chasser avec toi ! J'espère juste que tu es près à être complètement humilié, grand frère, elle donna un léger coup de coude et lui offrit des yeux espiègles, je ne te ménagerais pas, je serais sans pitié. Tu n'auras aucune chance ! »

Elle eut un ricanement moqueur avant de se figer presque instantanément. L'araignée tourna dos à son frère et se gratta la nuque en se mordant la lèvre.

« Euhm.. Ce sera pas possible, avec Barroth... Il se pourrait que j'ai un peu exagérer en disant que tu l'adorerais tout à l'heure.. Bon, j'ai dis que des bêtises. Je sais d'avance qu'il ne t'aimeras pas du tout. Barroth n'a pas confiance en les étrangers et il peut se montrer très arrogant, elle eut un petit rire nerveux, alors non, ce sera pas possible avec lui. »

Cela attrista la blonde qui aurait tant souhaité que les deux personnes les plus importantes de sa vie s'entendent. Mais bon, elle ne pouvait pas tout avoir non plus.

« Le mestre me l'a dit un jour oui. Il a aussi plaisanté en disant qu'on espérerait pour moi plus de chance niveau mariage que ce qu'elle a eu. »

Ses connaissances sur les Tyssier n'était pas bien vastes. Jamais les livres poussiéreux ne l'avais attirer ne serait-ce que quelques secondes. Tout ce qu'elle savait se limitait à des faits particuliers. Fin. Le reste, purs inconnus.

« Tu veux que je continue de te montrer mes superbes talents ? Ou tu veux que l'on fasse autre chose ? Comme...hmm je ne sais pas.. une promenade ? Ou tu voudrais peut être aller voir nos gens ? Je suis sûre qu'ils aimeraient beaucoup voir leur futur Seigneur. »


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Jeu 31 Déc - 21:31

Il faillit s'étrangler quand il entendit Gwynesse parler de dormir avec ce dénommé Barroth. Non pas que le fait qu'une dame puisse dormir avec jeune homme, soit dit en passant non noble. Lui même avait culbuté quelques servantes et filles du commun à Hautjardin. Non ce qui lui fit un effet bizarre c'est d'imaginer Gwynesse comme une femme plutôt que sa petite sœur toute mignonne. Il ne jugea pas bon de poser la question fatidique au sujet de son pucelage. Vu le drame qui touchait leur famille et le fait qu'il s'étaient déjà un peu crêpé le chignon, le moment n'était bien choisi pour s'inquiéter de l'état de sa virginité. Par contre il trouva plutôt bizarre de préférer vivre dehors plutôt que dans le confort d'un château. Parler de mère lui fit un pincement au cœur et il chassa cette idée avant de reprendre la parole pour parler de choses plus joyeuses.

«Mère a toujours voulu nous protéger du mieux qu'elle le pouvait. C'était une bonne mère et une grande dame. Je t'emmènerai chasser. En tout cas avec une archère de ton calibre, on ne risque pas de rentrer bredouille. Je ferai sans doute pâle figure face à toi, je n'en doute pas. »

Voilà qu'elle lui disait que son ami ne l'apprécierait pas ? Quel petit effronté ! Leur relation n'allait pas débuter du bon pied. Comment pouvait-il le considérer comme un étranger ? Si cela n'avait tenu qu'à sa propre volonté, il n'aurait pas quitté Froide-Douve pour Hautjardin. C'était la volonté de son père et sur les terres de la maison Tyssier, les hommes devaient se plier à la volonté du Seigneur des lieux, sous peine d'aller nager dans les douves du château, dans un sac cousu et lesté de pierre.

«Devrais je me sentir vexer d'être considéré comme un étranger entre les murs du domaine dont j'hériterais un jour ? L'arrogance est une forme de courage mais j'ose espérer qu'il ne m'en fera pas trop la démonstration. Par respect pour toi ma douce sœur, je ferai en sorte de ne pas lui donner de raison de mal se comporter en ma présence. J'espère qu'il en fera de même. S'il est ton ami, il ne doit pas avoir un mauvais fond. »

Le mestre avait dût se sentir en sécurité en l'absence de leur père pour parler ainsi car face à Lord Tyssier, il aurait sans doute tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de proférer pareil propos. La promenade était une excellente idée mais celle de se mêler aux gens de Froide-Douve l'était encore plus. Être un Seigneur ne signifiait pas seulement donner des ordres et punir. Il fallait aussi protéger et pour protéger au mieux ces gens, il fallait les connaître. Certaines seraient sans doute nouvelles et d'autres plus vieillies mais il espérait qu'il arriverait à établir une bonne relation avec les gens du commun.

«Allons donc à leur rencontre. Je m'avance en terrain inconnu mais tu sembles être le meilleur guide que l'on puisse rêver. Avec ton soutien, je ne pourrais qu'avoir un excellent contact. Père se montre t-il toujours aussi dur avec eux ? Voir pire ?

Si c'était le cas, il ne devait pas être bien heureux ces gens du commun mais une fois qu'il prendrait sa succession, les choses changeront à Froide-Douve mais le vieil homme s'accrochait à la vie comme à sa colère s’accrochait à ses lèvres. Il aida Gwynesse à se débarrasser de son arc et de ses flèches puis lui donna le bras pour qu'elle mène le pas. Le grand frère allait s'adonner à une des activités favorites de sa petite sœur. Par ce biais, ils allaient sûrement se rapprocher un peu plus et combler ce fossé béant d'une dizaine d'année qui semblait s'être initier entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Dim 10 Jan - 7:08




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


Un petit sourire étira les lèvres de l'araignée qui serra doucement la main de son frère et posant sa tête contre son épaule comme pour le rassurer. Son ami était quelqu'un qui parlait souvent à tort et de travers, mais au fond il restait une bonne personne. Mais jamais la jeune blonde ne le laisserait faire quoi que ce soit à son frère. Et inversement.

« Ne te prends pas trop la tête pour ça mon frère adoré, je ne fais que te mettre en garde, car vaut mieux prévenir que guérir. Il a juste du mal à s'ouvrir, il est orphelin depuis quelques années tu sais. Et il a beau me dire le contraire, je suis certaine que son père lui manque terriblement. Laisse lui le temps d'accord. Avec un peu de chance et l'aide des sept, j'arriverais à raisonner cette tête de mule. Mais rassure-toi, je m'occuperais de le corriger moi même s'il venait à dépasser les limites. »

Elle espérait sincèrement que le temps et la patiente seraient la clé pour rapprocher ces deux là. Parce qu'un jour, elle ne serait plus là pour les avoir à l’œil. Ça elle en était bien consciente malgré qu'elle tentait vainement de nier ce fait chaque jour. Un jour ses responsabilités la rattraperaient et ce jour là, elle ne pourrait rien dire pour protester.

Le compliment de son aîné vint chasser ses inquiétudes qui la fit sourire de gêne comme de fierté. Oui, elle aimait se vanter à connaître parfaitement tous les habitants de Froide-Douve. C'était là son obligation de Lady favorite. Être responsable de tous ces gens. Elle se sentait comme une mère de plusieurs enfants d'une certaine façon et elle adorait ce sentiment. Aussi Gwynesse se faisait-elle une joie de pouvoir partager cet amour du peuple avec son frère chéri. Elle ne doutait pas un instant qu'ils allaient l'apprécier, surtout les jeunes dames qui fondraient sûrement devant son charme bien à lui.
La Tyssier accepta gentillement l'aide et posa son arc et son carquois contre le mur le plus proche avant de se cramponner au bras d'Owen. Les deux nobles se dirigèrent vers les habitations plus modeste de leur gens, la cadette débordant d'enthousiasme. Comme elle avait hâte de présenter son frère au peuple !

« Je suis sûre qu'ils t'aimerons. Surtout les jeunes femmes, qui risquent d'être toutes à tes pieds, le taquina-t-elle, hmm... je te dirais qu'il ne leur accorde plus trop d'importance depuis un certain temps. C'est tout juste si ils existent à ses yeux. Mais oui, père est extrêmement sévère et horrible avec eux.. Heureusement je suis là pour passer derrière lui et réparer ses bêtises. »

Elle était parfaitement au courant du souhait du peuple de voir son géniteur déchu de son titre de Seigneur, mais il les effrayait bien trop pour qu'ils ne tentent quoi que ce soit. Alors il fallait attendre, que la mort vienne à nouveau toquer chez les Tyssier pour le ramener avec elle. Avec un peu de chance, ce ne serait plus bien long...

Les cris et rires de jeunes enfants la sortirent de ses pensées. Relevant la tête, l'araignée aperçu non loin un petit regroupement de bambins qui s'amusaient à jouer des chevaliers sauvant des demoiselles en détresse de méchant dragons. Les voir fit sourire la jeune fille qui trouva ce tableau touchant et adorable. Les intéressés remarquèrent à leur tour la Lady et accoururent presque dans la seconde devant Gwynesse qui s'était agenouillée pour les accueillir.  

« Gwynesse ! Gwynesse ! Tu te cachais où, ça fait longtemps que tu n'es pas venu avec nous ! »

« Je te l'ai déjà dit, je suis imbattable à la cachette. »

Elle accompagna ses paroles d'un clin d’œil. Sûrement n'était-il pas encore au courant de la mort de sa mère et elle préférait ne pas en parler tout de suite. Leurs parents seraient de toute façon mieux placés qu'elle pour leur annoncer cette tragique nouvelle.

« Qui c'est lui ? »

Une petite fille pointait timidement Owen, geste qui eut pour effet de rendre l'héritier de Froide-Douve comme principale attractions des tout petits. Tous se rassemblèrent autour du grand blond et Gwynesse ne put qu'en rire tant la scène était comique.

« C'est mon grand frère. On dit bonjour à Owen. »

Un tintamarre s'éleva du groupe. La jeune araignée observa, difficilement sans s'esclaffer, son aîné aux prises avec ces minuscules et pourtant redoutables envahisseurs d'espace personnel. Avec un peu d'aide de la blonde, ils purent reprendre leur route avec leur côtés les enfants qui posaient sans arrêts des questions à l'araignée inconnue. La cadette des Tyssier trouva cela charmant et rayonna de joie alors qu'ils arrivaient proche des maisons.


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Dim 10 Jan - 19:08

Ce Barroth lui donnait l'impression qu'il deviendrait un jour une fameuse épine dans son pied mais contre toute attente Gwynesse lui dit qu'elle le réprimanderait si il dépassait les limites. De ce qu'il avait vu de sa cadette, elle en serait bien capable. Tenir tête à un garçon de son âge semblait être à sa portée. Elle l'encourageait, vantant ses charmes qui permettraient de séduire pas mal de jeunes femmes du commun. Gwynesse n'avait pas besoin de lui faire ce genre de compliment, son aîné en était parfaitement conscient comme lui avait prouvé ses aventures à Hautjardin. Il n'était cependant pas revenu à Froide-Douve pour butiner les fleurs des servantes. D'une part parce qu'il devait se trouver une épouse et d'autre part pour la simple et bonne raison que si son père l'apprenait, il passerait sans aucun doute un très sale quart d'heure. Tout comme le peuple de Froide-Douve devait sans doute en passer souvent. Père était un horrible personnage et le blond était convaincu que quelques gens du commun vivant sur leur domaine avait connu une fin tragique dans un sac lesté de pierre, balancés dans les douves. Des gamins accoururent prêt de sa cadette et elle regarda la jeune dame les accueillir. Ensuite, ils lui demanda qui était ce jeune homme qui l'accompagnait. Ils étaient trop jeunes pour le connaître et leurs parents n'avaient sans doute jamais prononcer son nom devant leur jeunes oreilles. Quand Gwynesse leur expliqua, ils l'entourèrent et l'assaillirent de toute part. Owen tenta tant bien que mal de ne pas faire de gestes brusques pour ne pas leur faire mal. Il se contenta de tapoter la tête de l'un ou l'autre des enfants pendant que Gwynesse l'aidait à maîtriser le ras de marée. Une fois ceci-fait, il l'assaillirent de question et Owen fit de son mieux pour leur répondre.  

«Oui oui je suis le grand frère de Gwynesse. Où j'étais ? A Hautjardin ? Où est ce que c'est ? A plusieurs jours de cheval par là ! Qu'est ce que je faisais là bas ? J'étais écuyer ! Oui oui je suis chevalier. Si vous êtes sage je vous montrerai mon armure mais seulement si Gwynesse est d'accord.»

L'un des enfants lui tenait la main. Ils semblaient plus ou moins propres. Lors de son retour de Hautjardin, il avait croisé bien pire qu'eux sur la route. Gwynesse semblait rayonnante entourée d'enfants. Elle deviendrait certainement une mère aimante un jour mais pour l'heure mieux valait ne pas aborder le sujet ni laisser son père la marier à une personne peu recommandable. Sa mère avait eut tellement peur que cela arrive à sa sœur, qu'elle se retrouve mariée au même genre d'homme que l'était leur père. Le blond ne souhaitait pas que cela se produise. Calmement, il reprit la parole pour demander aux enfants s'ils avaient été sages.

«Avez vous été sages ? Bien sage ? Gwynesse ne pourrait ont pas leur prendre une bonne tarte la prochaine fois que nous passerons par les cuisines ? Un bon dessert ne fait jamais de mal à personne.»

La jeune araignée sourit à sa sœur calmement tout en tapotant la tête d'un des enfants. Son sourire était malicieux mais il se fit plus charmeur lorsqu'il croisa celui d'une jeune femme occupée à porter un panier de linge qu'elle venait sûrement d'aller laver à la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Sam 16 Jan - 7:41




Retrouvailles fraternelles
« Brother and Sister »


Voir les enfants si heureux autour de son frère emplit de joie le cœur de la jeune araignée. C'était beau à voir, mignon et touchant à la fois. Sans aucun doute ses nièces et neveux auraient le meilleur père possible au monde. Elle n'en doutait pas un seul instant. L’intéressé s'en sortait pas si mal d'ailleurs avec les petits qui lui posaient incessamment des centaines de question sans queue ni tête pour la plupart. Mais Owen s'appliquait à répondre comme il pouvait à chacune et ce tout petit effort suffit à rendre la blonde très fière d'avoir cet homme pour frère.

« Bien sûr, vous pourrez voir la belle armure de chevalier de mon frère. Mais juste si vos parents nous disent que vous n'avez commis aucunes bêtises ! »

Les jeunes protestèrent et affirmèrent avec énergie qu'ils s'étaient comportés avec une attitude exemplaire digne des plus grands seigneurs de Westeros. Gwynesse aborda une moue douteuse et haussa les épaules dans un geste malicieux, même si elle savait parfaitement au fond d'elle même qu'elle craquerait et qu'elle leur laisserait admirer l'attirail, avec ou sans le consentement de son propriétaire.

Ils avancèrent lentement. Faut il dire qu'avec autant d'obstacles naturels devant soi, c'était difficile de progresser vers son but. Mais ils y arrivaient, lentement , mais sûrement. Leur petit groupe commençait d'ailleurs à attirer l'attention des passants et des personnes non loin. L'araignée ne souhaitait pas déranger tout Froide-Douve alors elle intima aux enfants de se calmer un peu, chose qu'ils firent difficilement puisqu'ils étaient tout excité de rencontrer un nouvel ami. De la même famille que leur Lady en plus ! Il ne pouvait être que gentil.

« Je pense que c'est envisageable. Nous ne sommes que deux après tout à les manger ces tartes, jamais nous pourront les finir toutes ! Peut être que de l'aide sera la bienvenue... »

L'araignée ricana et fit un sourire taquin à son aîné. Il réagissait mieux que ce qu'elle aurait pu espérer, même dans ses rêves les plus fous. Dire qu'à peine une dizaine de minutes plus tôt il l'avait sermonné justement à cause de ses actes de générosité. Mais c'est qu'il se contredisait le grand frère ! En parlant de ce dernier, Gwynesse remarqua l'attention d'Owen pour une jeune et belle femme qui transportait un panier remplit de linge. De ce qu'elle voyait, son aîné plaisait beaucoup à cette femme et contre toute attente, cela attisa la jalousie de la blonde. Non pas qu'elle souhaitait garder son frère pour elle seule et ne laisser aucune autre femme qu'elle l'approcher. Bien au contraire. Celle qui deviendrait son épouse serait une dame bénie des Dieux. Mais en cet instant, c'était leurs retrouvailles. Et elle ne voulait pas le partager. Pas tout de suite. Rapidement, elle dispersa les jeunes et se planta devant l'héritier des Tyssier en prenant ses mains et le tirant vers les maisons.

« Et si on allait voir des gens un peu plus vieux ? Peut être qu'ils te connaîtront avec de la chance ! Ils pourront aussi te renseigner sur la situation ici. Mieux que moi en tout cas. Allez viens ! »

Elle l'entraîna à sa suite, faisant tout et n'importe quoi pour garder son attention sur elle et elle seule. Aujourd'hui, son frère était tout à elle. Plus tard elle le présenterait volontiers aux gentes dames de Froide-Douve et il ferait comme bon lui semble en leur compagnie. Mais là, il devait absolument rester en sa compagnie. Surtout avec le triste événement passé dans la nuit... Elle murmura en se rapprochant d'Owen, dans une recherche de sécurité et de consolation.

« Il faut aussi leur dire pour maman. »


© Garrett
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   Dim 17 Jan - 16:56

Veiller et protéger sur sa famille et ses gens étaient son devoir en tant qu'homme mais aussi en tant que chevalier et un jour en tant que Lord. Il pouvait se montrer le plus rusé, le plus retord et le plus malveillant envers des personnes étrangères à Froide-Douve mais avec sa sœur et les gens du commun, tant qu'il respectait la justice et son autorité, il devait se montrer à l'écoute, juste et impartial. Les enfants prétendaient avoir affiché une attitude exemplaire mais semblaient aussi excités que des puces à l'idée de voir l'armure d'Owen. Les chevaliers faisaient revers aussi bien les enfants de noble lignée que ceux nés on ne sait comment à Culpucier. Seulement, Owen ne serait jamais un vaillant chevalier comme le pouvait l'être Ser Barristan Selmy. Il n'appréciait pas spécialement se battre et s'était toujours jugé plus cérébral que physique. Il se révélait être un bretteur moyen mais loin d'être digne d'être chanté un jour. Bien que l'idée de la tarte paru plaire à Gwynesse mais elle sembla se raviser pour le tirer par les mains tout en dispersant les mômes, lui proposant d'aller voir les gens les plus âgés de Froide-Douve. C'était cela dit une bonne idée. Il se souviendrait très certainement de certaines têtes et vice-versa. Il s'amusait bien et n'avait plus de jeune femme en tête mais les dernières paroles prononcées par sa petite sœur eurent le don de le ramener à la cruelle et froide réalité.

«Oui, oui. Allons y. Il faut leur dire. Ils sont en droit de le savoir. Je suis sûr que c'est ce qu'elle aurait voulu. Nombreux sont ceux qui se presseront prêt du Septuaire pour assister à la cérémonie.»

Ils s'arrêtèrent près d'une habitation. Dans ses souvenirs, c'était ici que le forgeron de Froide-Douve officiait. A en juger par l'apparence de celui qui battait le fer juste à côté, ce n'était pas le même forgeron que pendant son absence. Celui-ci était plus jeune et il ne les entendit pas arriver. La force avec laquelle il frappait et le bruit qu'il provoquait couvraient totalement le bruit de leur pas. Un homme plus âgé était assit dans l'embrasure de la porte. Un bâton était posé contre le mur, sans doute une canne pour l'aider à marcher. Owen le reconnaissait. Il s'agissait de Bäel ... ou Balon ... quelque chose comme cela. Il était encore forgeron quand il avait quitté Froide-Douve et à présent, il semblait avoir laissé la place à son fils. Le Tyssier tenta de lui parler. A présent, il était à peu près sûr que son nom était Baël.

«Vous êtes bien Baël ... Baël le forgeron ? Veuillez m'excusez de vous importuner mais je me souviens de vous. Cela fait des années maintenant. Lorsque j'ai quitté Froide-Douve vous marteliez toujours avec ardeur. J'en oublie de me présenter. Je suis Owen de la maison Tyssier, fils et héritier de Lord Tyssier et le grand frère de la magnifique jeune dame qui se tient à mes côtés.»

Le forgeron semblait le reconnaître même si la dernière fois que l'homme avait aperçu le jeune blond, il était encore enfant. Il marqua une courte pause car d'autres personnes étaient venus se rassembler autour de l'habitation du forgeron. Des adultes pour la plupart, venu ici par simple curiosité. Ils souhaitaient sans doute savoir qui accompagnaient la jeune Gwynesse et pourquoi il s'entretenait avec l'ancien forgeron. L'attroupement n'était pas si impressionnant. L'araignée prit la main de sa soeur dans la sienne et décida d'annoncer calmement la nouvelle à ces gens qui seraient un jour aussi les siens officiellement.

«Oyé oyé braves gens. Ma soeur, Lady Gwynesse de la maison Tyssier, et moi même, Owen, fils et héritier de votre Lord, tenons à vous annoncer une triste nouvelle. C'est avec tristesse que nous vous informot de la mort de notre mère, Lady Tyssier, décédée il y a quelques heures.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

MessageSujet: Re: Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles fraternelles [Flasback Owen Tyssier - Gwynesse Tyssier]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retrouvailles fraternelles [PV : Owen]
» Shiver my Timbers (pv- Gwynesse Tyssier)
» Retrouvailles fraternelles [Eldir/Celsius]
» Retrouvailles fraternelles [PV Connor Williams]
» Enquête à Froide-Douve [Flashback Owen Tyssier - Elyana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 1.0 :: Rps terminés-
Sauter vers: