RSS
RSS
Les liens utiles

Règlement
Contexte
Guide du Nouveau
Intrigues
Annexes
Les annonces
Avatars
Divers Bottins
Personnages jouables
Personnages interdits
Invités
Partenariats


 
AccueilAccueil  Gazette  FAQ du forum  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pensez à nous envoyer vos plans si vous en avez Wink (même les petits)
La Gazette pour les lunes 9, 10 et 11 est disponible par ici Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree 3725701551
Nous avons besoin de monde dans le Bief, le Conflans et Dorne ! Points à la clé !
Le staff est en ralentissement, il est possible que les formalités administratives
soient plus lentes. Merci de votre compréhension.
La MAJ aura lieu le week end du 23 et 24 novembre Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree 3725701551

Partagez
 

 Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptySam 24 Oct - 18:21

« Blood of fallen kings, blood of chaos ring, steel and silver sing for Justice... Wake the white wolf. »
Wake the White Wolf, wake the Iron Woman


Ils venaient à peine de faire un arrêt dans le Conflans qu'on les réclamait déjà ailleurs. Pourtant Jon n'avait qu'une hâte, arrivée aux Eyriés. Il fallait y parvenir le plus tôt possible. Jon n'avait qu'une crainte pour ce voyage, tomber sur Rhaegar Targaryen. On lui avait dit que celui-ci avait été aux Eyriés, mais qu'il résidait à Vivesaigue, autant dire qu'avec la chance qu'il avait il allait sans doute tomber sur lui en face à face, car il n'y avait pas plus chanceux que Jon Snow, c'était bien connu à Winterfell. Mais cette crainte, Eleyn Blanetree, la demoiselle qui l'avait accompagnée, n'était pas au courant. Et il s'était persuadé que c'était son fardeau et donc qu'Eleyn n'avait pas à le porter aussi sur ses épaules, qu'est-ce que cela changerait de toute manière ? Il y avait des choses qu'on devait garder pour soi et assumer toute sa vie. On naît comme on naît et il faut assumer ça, être courageux pour le vivre. Sans compter la promesse faite au Lord Eddard Stark.

Mais avant d'aller aux Eyriés, sa dame avait reçue une lettre. Elle ne lui avait pas expliqué en détail ce dont il s'agissait, juste qu'elle voulait y aller avant qu'il ne soit trop tard et que c'était la bonne occasion pour y aller. A contre coeur il avait accepté le détour qu'ils devaient faire, il fallait de toute façon se ravitailler avant de repartir et leur hommes avaient besoin de pauses après les événements qui étaient passés, les deux kidnappings leur restaient eux aussi sur le coeur, sans compter que beaucoup avaient des femmes, des enfants, qu'ils ne reverraient pas avant longtemps. S'ils voulaient pour beaucoup jouer les hommes virils en disant qu'ils pouvaient respirer sans leur femmes pour les surveiller et leurs enfants pour les embêter, même à Jon la vérité n'échappait pas que c'était un voile qu'ils se mettaient pour se rassurer sur leur voyage. C'était aussi probable que certains d'entre eux ne reviennent jamais à Winterfell, qui sait ce qui pouvait se passer sur la route ? Personne ne pouvait en être tout à fait sûr. Jon aussi n'en était pas sûr, s'il avait confiance en ses talents d'épéiste, de combattant, de stratège et d'observateur, un homme contre 10 ne pouvait rien faire, si doué soit-il. Il devrait compter sur sa bonne étoile, cette même bonne étoile qui semblait le fuir depuis un certain temps.

Ghost n'était pas visible mais Jon le savait non loin de lui, prêt à jaillir quand il le faudrait. Si Jon ne disait rien, il commençait à en avoir assez d'être à cheval depuis tout ce temps, ses jambes étaient habitués aux grandes marches et aux courses mais être à cheval était un tout autre exercice, surtout dans la durée.

Au loin il voyait ce qui était susceptible de ressembler à un château. Grand, oui sans doute. Il le voyait. Il tournait la tête vers Eleyn pour voir comment elle prenait la chose, si elle était souriante ou au contraire affichait une mine défaite. Si elle était excitée ou si elle appréhendait ce moment. Ils ne pourraient pas rester bien longtemps mais au moins ce serait fait, pour elle. Elle aurait au moins les réponses à ses questions elle aussi et saurait donc d'où elle vient, oui sans doute. Jon ne pouvait pas savoir ce qui traversait l'esprit de la guerrière à chaque pas qu'ils faisaient vers le Château de la Vieille-Pierre et visiblement, ça n'était pas elle qui lui expliquerait ce qu'elle ressentirait vis à vis de ça. C'était assez dur ce qu'il pouvait ressentir en ces instants, il se sentait lui-même sombrer peu à peu et son unique soutien, Eleyn, n'était pas la personne la plus démonstrative qui soit bien au contraire, il ignorait ce qu'elle pouvait penser et ressentir puisqu'ils n'avaient jamais pris la peine de mettre le sujet sur la table. Pouvait-il cependant vraiment le lui reprocher ? Lui-même n'était pas du genre à dire ce qu'il avait sur le coeur, pour cause il ne savait pas comment on s'y prenait. Il avait néanmoins révélé que pour lui, elle était sa compagne, mais elle n'avait pas réagis, rien. Ni approuvé ni réfuté. Elle n'avait rien dis, rien montré. Juste un baiser après son combat alors qu'il était encore déstabilisé par la fatigue et le fait d'avoir décapité un homme avec son épée sous le coup de la colère, en plein combat, même pas un jugement. Alors il ne savait pas. Il était dans l'ombre une fois encore et il n'osait pas lancer pareil sujet...

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptyMer 28 Oct - 22:31

Eleyn s'attendait à bien des rebondissements durant leur voyage. Loin d'être naïve, elle avait eu conscience de la dangerosité de l'entreprise dès qu'elle avait posé le pied à son étrier. Elle savait qu'il serait long, épuisant, peut-être même sanglant. Et elle l'avait accepté sans l'ombre d'une hésitation. Le spectre de la mort l'avait accompagné toute sa vie, alors au Nord ou ailleurs ... Mais surtout, comment aurait-elle pu rester à Winterfell alors que Jon s'en allait ? Alors qu'il lui avait enjoint de s'unir à lui dans l'ordre donné par son père ? Aurait-elle refusé qu'elle l'aurait amèrement regretté, ça non plus elle ne pouvait le nier. Le bien-fondé de sa décision se confirmait chaque jour qu'elle passait auprès de lui, quand bien même leurs échanges étaient si rares que c'était à se demander ce que ces deux-là partageaient réellement. Car si elle avait renoncé à son but longtemps poursuivi - rester auprès des Mormont coûte que coûte - au profit d'un autre appel de son coeur, elle peinait encore à baisser sa garde tel qu'elle le faisait avec ses soeurs. Non pas qu'elle n'ait pas eu confiance en Jon, bien au contraire : c'était plutôt les implications de cette relation qui la laissait paraître distante. Un peu trop, certainement, mais comment y remédier ? Elle ne voyait pas ce qui aurait pu les sortir de l'impasse dans laquelle ils s'étaient jetés.

Du moins, jusqu'à ce qu'elle reçoive ce corbeau chez Lord Byron. Elle avait d'abord cru à une missive de sa mère adoptive ou de Dacey - après tout, qui aurait pu savoir où elle se trouvait ? - mais le sceau sur la missive l'avait rapidement détrompé. Il ne provenait pas davantage de l'Île-aux-Ours que du Nord. Son coeur avait raté un battement comme sa mémoire remettait au jour un souvenir enfoui : l'esquisse d'un blason qu'elle n'avait pas aperçu depuis son enfance. Dans les affaires de Rhenys, son père. D'ailleurs, la lettre était signée d'un certain Lord Harden Blanetree, nom qui lui évoquait vaguement quelque chose, guère plus ... Tout ceci était si loin et elle s'était trop peu intéressée à sa famille d'origine depuis le décès de ses parents pour que les souvenirs soient restés vivaces. Elle parcourut la missive, retenant son réflexe de la rouler en boule et de la donner comme nourriture à l'âtre. Le Lord Harden la savait au Conflans et lui demandait de se présenter sur ses terres, dans la mesure du possible. Une note expéditive, presque pressée, comme si son rédacteur avait craint de rater son destinataire s'il s'étendait davantage. Nulle raison donnée à son mandat. Eleyn avait hésité un long moment. L'ignorer avait été son premier désir, avant qu'une espèce de curiosité qu'elle n'avait jamais éprouvé auparavant ne la pousse à changer d'avis et à aller trouver Jon. Avec un peu de chance, il refuserait le détour et son dilemme serait réglé. Sauf que la fortune n'étant visiblement pas de son côté, il n'y avait pas émis d'objection. Quant à elle, elle s'était trouvée incapable de lui partager ses appréhensions.

Ainsi approchaient-ils désormais de Vieilles-Pierres. Elle sentait le regard de son compagnon sur elle. Raide comme un piquet sur sa monture, elle lorgnait obstinément devant elle, lèvres scellées et traits indéchiffrables - ce qui n'était pas juste vis-à-vis de l'intérêt que le fils Stark lui portait. Cependant, elle craignait de vomir sur ses chausses si elle ouvrait la bouche ou ne serait-ce que si elle lui renvoyait un sourire. Son estomac se retournait un peu plus à chaque pas les rapprochant du château et elle était persuadée que si son coeur continuait à lui marteler la poitrine de la sorte, il finirait par s'arrêter tout simplement, las de ce stress. " A bien y réfléchir, nous n'aurions peut-être pas dû venir ... " lâcha-t-elle soudain à l'adresse de Jon, le visage livide tandis qu'ils s'arrêtaient devant l'entrée du domaine en piteux état. Eleyn effrayée, c'était assez rare pour être noté. Même son cheval renâcla tandis que ses muscles crispés lui renvoyaient les émotions qu'elle dissimulait mal.

Trop tard. La herse se levait à leur annonce et ils durent pénétrer dans la cour principale. La bâtisse lui paraissait bien grande pour une Maison d'aussi peu d'importance. L'entretien relatif des pierres trahissait d'ailleurs le manque de moyens - humains ou financiers, elle n'aurait su le dire. La cour avait suspendu ses activités à leur arrivée et s'écarta afin de laisser passer un homme d'un certain âge tandis qu'Eleyn descendait de sa selle. Son regard croisa celui qui, à en juger par sa tenue, était le maître des lieux. Planté fièrement devant ses nouveaux invités, il arborait un sourire de circonstances, au moins aussi chaleureux d'un îlot de glace, malgré ses efforts visibles. Nul doute, il y avait bien là un trait de famille. " Bienvenue à Vieilles-Pierres. Je suis Lord Harden Blanetree et ravi que vous ayez accédé à mon invitation. " Il s'était adressé à Jon, avant que, les politesses d'usages terminées, son attention ne se concentre sur la guerrière. " Eleyn, je présume ? Laisse-moi te regarder, mon enfant. " Comme il faisait un pas vers elle, la jeune femme eut un mouvement de recul qui n'échappa à personne. D'ailleurs, instinctivement, elle se réfugiait presque derrière Jon. Une première, elle qui ne fuyait devant pratiquement rien d'habitude. " De loin serait préférable. " répliqua-t-elle, presque défiante. Lord Harden fronça les sourcils avant que son sourire ne se réchauffe légèrement. " J'allais dire que tu avais les yeux de ton père, mais il semblerait que tu aies hérité de son caractère sauvage également. Qu'importe. " Il se tourna vers le dirigeant de la petite armée, le regard luisant d'intérêt. " Messire Jon Snow, fils illégitime mais non moins estimable de ce cher Eddard Stark, à ce qu'on m'a dit. Les terres m'apportent décidément des visites fort intéressantes. J'ai hâte d'en savoir plus sur vous mais je me doute que le voyage a été long. Nous allons prendre soin de vos hommes et je vous fais de ce pas conduire à vos chambres respectives. " Eleyn esquissa un pas en avant. " Je vous remercie de votre généreuse hospitalité, mais une seule suffira. " Elle vit le coin des lèvres du seigneur tiquer. Il fallait dire qu'elle y était allée un peu fort. Cependant, il ne broncha pas. " Comme il vous plaira. Reposez-vous en attendant le dîner. Je pense qu'une longue soirée nous attend. "

Sur ces mots, il les salua poliment et se détourna. La garde le regarda s'éloigner d'un pas altier, complètement dépareillé avec les pierres usées et vieillissantes que l'homme habitait. Elle se tourna vers son compagnon, le désappointement lisible sur son visage. " J'ignore ce qu'il me veut mais quelque chose me dit que ce doit être rudement important pour qu'il en fasse autant. " Une telle déférence ne pouvait être gratuite, quand bien même il recevait un représentant de la Maison Stark en ses murs. Le mauvais pressentiment qui la tenaillait depuis leur départ enfla davantage et elle ne dut de chasser ces mauvaises pensées qu'à une domestique qui s'approchait d'eux et leur proposait de les suivre jusqu'aux appartements réservés à leur attention.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptyMer 18 Nov - 21:12

La première pensée du loup blanc en arrivant dans ces lieux : Je ne suis pas à ma place. Il était déjà trop loin de sa Winterfell adoré - chose ironique, il ne s'en rendait compte qu'une fois à des miles de distance -, son Nord adoré. Plus que jamais, il était convaincu d'être un homme du Nord quand il voyait ces lieux et l'air plus humide et chaud. Oui, chaud. Les tours, les murs gris, l'herbe sous leur pieds, l'air plus lourd et oui, plus humide, ses bouclettes noirs en tombaient presque. Mais il prenait sur lui : c'est un moment pour Eleyn, s'ils avaient fait tout ce voyage, si elle l'avait suivie - pour une fois - et si elle avait beaucoup sacrifier, il pouvait à son tour sacrifier de son temps pour elle, c'était un juste retour des choses et il espérait ainsi qu'en faisait un pas vers elle, elle en referait vers lui.

Il était bien vrai que leur relation était fort étrange. Froide. Sans doute s'aimaient-ils mais ne savaient pas comment le montrer. Ils devaient apprendre, tout deux à s'y faire, une autre chose sur laquelle Jon devrait travailler mais n'avait aucune idée de par où débuter.  " A bien y réfléchir, nous n'aurions peut-être pas dû venir ... " lui dit-elle. C'est bien Eleyn, mais peut-être fallait-il y penser avant d'arriver devant les portes, oui, peut-être. Alors Jon réfléchissait à comment il pouvait la réconforter mais n'en avait aucune idée, et s'il voulait faire quelque chose il n'eût guère le temps, la herse se levait devant eux. Soit.

Il descendait de son cheval alors qu'un homme, sans doute maître des lieux, s'adressaient à lui. Il le saluait poliment, bien que ces coutumes lui soient assez... Oui, c'était toujours très étrange pour le bâtard Stark : "fais honneur à ta famille, Jon."

" Lord Blanetree, je vous remercie de nous accueillir en ces lieux. Je suis Jon Snow, fils d'Eddard Stark de Winterfell. "

Il n'avait jamais menti avec autant de conviction, personne n'aurait pu douter de ses mots lorsqu'il avait prononcé : "fils d'Eddard Stark", après coup, il se surprit lui-même de ne pas avoir flanché. Mais alors que ce Lord allait saluer Eleyn, celle-ci allait se cacher derrière lui, ce qui, en d'autres temps et autres circonstances l'aurait fait rire : Eleyn se cache derrière un homme ? Voilà qui était nouveau. Autant dire que l'air qu'affichait Jon ... Non, il restait semblable, sans aucune émotion à proprement parler, le visage figé.

La réplique d'Eleyn manquait presque de lui glacer le sang : bon, pour honorer les Stark... On repassera. Une chambre ? Jon pensait alors que cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas partager une véritable nuit ensemble, sur la route, il fallait bien que quelqu'un surveille les horizons et ils s'étaient relayés, mais pour le coup, ils auraient enfin une véritable nuit de sommeil... A en juger qu'ils dorment vraiment. Les dires d'Eleyn gênèrent Jon, lui toujours si froid et timide sur ce genre de sujet - comme tout homme du Nord, se disait-il - il n'osait commenter. Oui, il fût fort gêné. Tendu, même. Il ravalait sa salive.

Il partait et elle s'adressait de nouveau à lui, sauf qu'il eut du mal à lui répondre à la suite, ça n'était pas tant qu'elle lui avait fait honte, juste que ce genre de sujet, à ses yeux, n'avaient pas à entrer dans le domaine du public, qu'ils auraient sans doute pu s'arranger entre eux, le Lord n'avait pas à savoir. Il ne lui en voulait pas non plus, sans doute était-ce là une pic, un affront au Lord... Mais il restait fort gêné et se raclait la gorge avant de lui répondre.

" Nous le découvrirons en temps voulu. "

Ni plus, ni moins. Il ne savait quoi dire en pareils circonstances, c'était nouveau, si bien pour l'un que pour l'autre sans doute, mais il ne savait pas quoi dire. On les accompagnait jusqu'à ces fameux appartements, Jon évitait de regarder les décorations et essayait de ne pas prendre gare à l'odeur d'humidité et de vieux papiers environnante, il préférait se dire qu'au moins, pour une fois, ils auraient un toit au dessus de leur tête et des murs pour tenir chaud. Homme du Nord, il était habitué aux grands froids, il ne supportait pas pour autant le vent humide et froid. Il s'habituerait sans doute à l'odeur, dans une heure il ne la remarquerait plus, quant à l'humidité... Il s'accommoderait. Il restait silencieux sur le trajet jusqu'à leur chambre, les guerriers qui étaient venus avec eux étaient eux aussi pris en charge mais avant qu'il ne quitte vraiment la troupe, il leur dit alors :

" Nous partirons demain après-midi. Nous avons encore beaucoup, beaucoup de route à faire avant de parvenir jusqu'aux Eyriés. Ce soir, nous nous reposerons en lieu sûr grâce au Lord Blanetree. Dormez sur vos deux oreilles, nous ne savons pas quand nous retrouverons un toit au dessus de nos têtes. "

La troupe saluait alors le bâtard sans rechigner et Jon put continuer son chemin, enfin, jusqu'à ces fameux appartements. Il n'allait pas passer son temps à examiner les lieux, concrètement, ça lui passait au dessus de la tête. Quand on les laissait seul dans ces appartements, la première chose qu'il fit... Simplement de se débarrasser de ses armes une à une sur une table : qu'elle soit prévue ou non à cet effet, il n'en avait cure. Epées, dagues, tout objets tranchant se trouvait être sur cette table. Il passait une main dans ses cheveux noirs et lâchait un long soupir avant de se retourner vers Eleyn.

" Comment vas-tu avec tout ça ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptySam 28 Nov - 1:06

Eleyn ne tarda pas à remarquer le visage rosi et l'air embarrassé de son compagnon - enfin, du moins, autant que Jon Snow ait pu mimer l'embarras, ce qui signifiait un imperceptible changement de traits qu'elle seule sûrement pouvait relever. La réplique tardant à venir, elle l'avait scruté davantage, quelque peu étonnée. Avait-elle dit quelque chose de mal ? Après tout, elle ne faisait que supputer à propos des intentions du Lord et ... Oh. Oui. Cette histoire de chambre. Elle se racla légèrement la gorge, réalisant la position inconfortable dans laquelle elle avait dû mettre le fils Stark sans s'en rendre compte. Toute à sa défiance envers son grand-père, elle en avait oublié que son honneur seul n'était pas en jeu. Pour un peu, elle se serait flagellée pour son impulsivité. Un jour, elle trouverait le juste milieu entre l'intense réflexion et l'impulsivité. Un jour. En attendant, elle n'avait plus qu'à prier les Sept pour que l'incident en reste là.

Le "nous" employé par le garçon la rassura quelque peu. Pas seulement vis-à-vis de son écart malvenu, mais également en ce qui concernait son sort entre ces murs. Quoi que le maître de ces derniers lui ait voulu, elle ne serait pas livrée à elle-même. A son indépendance naturelle se disputait une peur de plus en plus prégnante de l'abandon. Si elle ne l'avait pas réalisé jusqu'alors, c'était parce qu'il y avait toujours eu les Mormont suffisamment près pour que ses repères demeurent intacts. Mais maintenant qu'elle était loin du Nord, déracinée de tout ce qu'elle avait toujours connu, catapultée dans une existence choisie par ses soins, la jeune femme comprenait que ses faiblesses allaient plus loin qu'une potentielle mauvaise garde ... La bataille se situait ailleurs. Et elle n'en était qu'à ses prémisses.

" Nous aviserons, oui. " conclua-t-elle, reconnaissante, avant de reporter son attention sur la domestique qui venait de les rejoindre. Elle fut cependant interrompue par un des soldats, lequel apparut à ses côtés. " Est-ce qu'il vous faut un garde pour cette nuit, pour le messire Snow et vous, ma dame ? " Eleyn ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel. 'Ma dame' ? Franchement. Elle appréciait au moins l'attention que l'armure qui lui cisaillait les épaules depuis leur sortie du Neck. " Par pitié, Kral. Obéissez à votre chef et reposez-vous. Nous nous débrouillerons. " Allez savoir pourquoi il était venu s'adresser à elle alors qu'elle ne menait en rien cette armée. L'homme devait avoir encore quelques soucis à régler avec sa mère. Ou sa femme. Voire les deux. Allez savoir.

Le trajet les menant jusqu'à leur chambre se fit dans le plus grand silence. Alors que Jon semblait obstiné à regarder droit devant lui, la garde ne pouvait s'empêcher de lorgner autour d'elle, détaillant les murs sous toutes leurs coutures  délitées. Propriétaires d'une telle demeure, les Blanetree avaient dû être une maison importante, en son temps. A présent, elle tenait péniblement sur ses fondations, les réfections éparses suffisant à peine à la maintenir sur celles-ci. On devait palier au plus pressé en attendant des jours meilleurs. Lesquels exactement ? Le Lord Harden semblait loquace, il ne devrait pas se faire prier longtemps pour répondre à cette question.

La servante qui les précédait s'effaça bientôt devant une porte, les informant que tout était prêt, si ce n'était le bain dont l'eau était en train de chauffer. Ils feraient au plus vite. Fort bien. Plus encore qu'une vraie nuit dans un lit, Eleyn rêvait de se défaire de la crasse accumulée pendant le voyage, dusse-t-elle y plonger toute habillée. Et puisque son compagnon s'enquérait de son état, elle ne se gêna pas pour lui faire partager ses pensées :

" Je me sens sale, fourbue et épuisée. Comme nous tous. Sinon, tout va bien. " répondit-elle, le cynisme perçant dans sa voix autant que le mensonge. Evidemment que 'tout n'allait pas bien'. Elle avait manqué défaillir quand la herse s'était levée et s'était servie de Jon comme bouclier humain contre une menace inexistante : son attitude en disait plus long que son état d'esprit que bien des mots. Néanmoins, elle s'enferma dans son mutisme habituel.

A quelques pas, son comparse se défaisait de ses armes et elle entamait le même processus, ôtant de leurs fourreaux son épée, les deux dagues dissimulées dans son dos et dans ses chausses, ainsi que l'énorme coutelas de boucher qu'elle conservait à sa ceinture. Un trophée ravit à ce bâtard de Ramsay lorsqu'elle s'était échappée de son horrible cloaque digne d'un cimetière. A défaut d'avoir eu la possibilité de le lui passer en travers de la gorge, il lui rappelait ce à quoi elle avait échappé de peu et sa promesse de vengeance. Etait-ce donc tout ce qu'il lui restait aujourd'hui ? L'ombre de la peur, de l'angoisse latente ? Des souvenirs désagréables et un avenir incertain ? Où se trouvait le présent dans toute cette mascarade, entre toutes ces barrières qu'elle érigeait consciencieusement les unes après les autres ? D'énervement, ses doigts dérapèrent des attaches de son armure, crissant sur le métal malmené. Elle échappa un chapelet de jurons des plus colorés avant de s'affaisser dans le premier fauteuil à portée, soupir à l'appui. Un mélange de colère, d'appréhension et de lassitude hantait ses traits crispés.

" Non, ça ne va pas. Je n'aime pas cet endroit. Je n'aime pas ce Lord Harden. Je ne comprends même pas comment j'ai pu t'imposer ce détour. Si je porte le nom de ce seigneur et de ses terres, qu'importe que nous ayons le même sang dans nos veines, je sens que je n'ai rien à faire en ces lieux. " déclara-t-elle soudain, le front tenu entre ses mains poussiéreuses. " En lisant la lettre, j'ai pensé à mon père. Je me suis demandée ce qu'il aurait voulu que je fasse et je me suis dit qu'il m'aurait poussé à faire le voyage. C'était stupide, n'est-ce pas ? Les morts n'ont pas d'avis sur la destinée des vivants. "

Cette ultime partie fut prononcée d'une voix si faible qu'elle était presque inaudible. Elle n'osait même pas regarder Jon tant elle se sentait ridicule et ... Vulnérable. De mémoire, seules ses soeurs pouvaient se targuer de l'avoir surprise aussi désarmée. Mais c'était ça, le présent : faire un pas vers la réalité. Vers les soutiens qu'il vous restait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptySam 5 Déc - 1:49

Une fois dans cette chambre, seul à seule, il n'osait lui parler ni la regarder. Les mots d'Eleyn sur leur relation devant le maître des lieux, quel que soit son lien avec Eleyn, lui restaient en travers de la gorge, lui qui voulait tant faire bonne figure et qui avait la seconde occasion depuis leur départ de Winterfell, se voyait tomber dans un fossé. Il n'était pas trop tard, peut-être, mais le nordien était fougueux, impulsif et sa colère parlait souvent sur sa raison. Un jour, un homme avait dit : "les Stark, sang vif, esprit lent"... Cela pouvait s'avérer être vrai, après tout, lui aussi était bel et bien un Stark tout compte fait. Mais c'était peu glorieux comme image. Il se mordait la lèvre inférieur et s'était débarrassé de toute ses armes bien qu'une dague restait à sa taille plus par confort que par sécurité, de manière à se rassurer.

Le bâtard était toujours très tendu et ce depuis un peu trop longtemps, prêt à taper sur tout ce qui bougeait et prêt à se lancer dans la première bataille qui se serait offerte à lui. S'il pouvait prendre du recule il se dirait que c'était idiot et trop risqué, qu'il devait réfléchir à deux fois avant d'agir de la sorte, le fait était qu'il ne parvenait pas encore à prendre ce recule. Alors comme souvent, il se contentait de ne rien dire, de ne pas parler. Les premiers mots d'Eleyn suivant sa question lui fit hausser un sourcil : était-elle sérieuse ou non ? Il n'en avait aucune idée alors il se décidait à prendre ses mots au premier degré, hochant légèrement la tête. Il passait une main dans ses boucles noirs, les replaçant vers l'arrière de sa tête avant qu'elles ne viennent importuner ses yeux.

Mais alors qu'il se décidait à retirer son surplus de fourrure, Eleyn le prit au dépourvu, son énervement soudain lui fit hausser un sourcil. Peu à l'aise avec ce genre de réaction, se sentant comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, il ne savait pas comment réagir à son tour. Il se contentait de la regarder sans un mot alors qu'elle déversait jurons et insanités que lui-même n'aurait osé prononcer. L'air qu'il devait afficher était sûrement niais, idiot, simplement parce qu'il avait été pris au dépourvu devant la réaction d'Eleyn. Il reprenait ensuite là où il en était, retirer sur surplus de fourrure mais voilà qu'Eleyn se confiait à lui, autre chose à laquelle il ne s'attendait pas : était-ce la fatigue qui la faisait parler ainsi ? Avait-elle bu à son insu ? Il regardait autour d'eux pour voir s'il n'y avait personne, réflexe idiot : qui y aurait-il pu avoir d'autre ? Une Mormont peut-être... Il se frottait l'arrière de la tête, il fallait réagir mais comment ?

L'amour était un autre combat, auquel on ne l'avait jamais préparé. Catelyn s'y était efforcée mais il n'était que le bâtard d'Eddard et d'une inconnue à ses yeux et il n'avait jamais suffit à remplacer l'absence de Robb, Sansa suivait sa mère et Arya était arrivée trop tard, le caractère du loup blanc s'était déjà fais quand ils se découvraient une véritable alchimie frère-soeur et quand bien même, cette dernière n'était affectueuse que lorsqu'elle vous mordait, vous pinçait ou vous jeter de la nourriture en plein visage - autant dire qu'elle s'était montrer des plus affectueuses avec sa grande soeur -. Ce combat, Jon devait s'y confronter tôt ou tard. Il y avait une fissure dans cette relation glaciale qu'ils entretenaient. La seconde, Jon pensait-il, la première étant à leur première grosse dispute avant leur départ. Il laissait tomber cette fourrure sur une chaise, une vieille chaise en bois sur laquelle il ne se serait pas risqué à poser les fesses, puis il s'approchait d'Eleyn, un peu gauche, il posait sa main ... il réfléchissait quelque secondes à vrai dire à ce qu'il fallait faire avant de se dire qu'un contact physique aiderait peut-être malgré le fait qu'ils en aient très peu utilisé depuis le début de leur relation. Une main sur son épaule, donc, il s'accroupissait devant elle.

" Nous nous posons tous des questions sur nos origines, savoir qui étaient nos parents, leur parents et les parents de nos grands parents, tout cela nous est utile. Ce n'est pourtant pas ce qui nous définit. Tu te posais des questions sur ton père et tu t'es dis que c'était le meilleur lieu pour avoir tes réponses, si tu n'étais pas venue tu n'aurais jamais su à quoi ressemblait le lieu où ton père a vécu et tu t'en serais sans doute voulu. Au moins tu pourras te faire un avis après y avoir passé une nuit et tu pourras repartir sans plus te poser de questions. "

Il aurait aimé, au fond de lui, rencontrer son père. Voir le Donjon Rouge. Il aurait aimé contempler ces lieux où ses ancêtres avaient marchés, gouvernés, dirigés, parfois cruellement, parfois avec douceur et justice; puisqu'il avait de toute manière vécu toute sa vie au même endroit que sa mère avait vécue. Mais il savait que ça ne pourrait sans doute jamais arriver, que jamais il ne passerait les portes de la Couronne, que jamais il ne passerait les portes de Port-Réal, que jamais il ne passerait les portes du Donjon Rouge, que jamais il ne verrait le trône de fer et que, sans doute, jamais il ne verrait ce roi déchu pour ne serait-ce que savoir à quoi il ressemblait, comment il était, qui il était vraiment par delà les rumeurs et les commérages de bonnes femmes. Cela resterait des questions en suspens jusqu'à son dernier souffle, sans aucun doute. S'était-il vendu en parlant ? Non, il ne fallait pas devenir paranoïaque ni égocentrique, elle avait tant à penser à cet instant. Sa main se faisait plus ferme sur l'épaule de la guerrière.

" Les morts ont vécus et ont rêvés, ont espérés. Ton père de son vivant devait rêver de ta destinée, de ce que tu deviendrais. Qui serait sa fille et ce qu'elle pourrait accomplir. Peut-être un jour devras-tu revenir en ces lieux et y vivre, peut-être serait-ce moins lugubre, peut-être les fantômes de ton passé ne te hanteraient-ils plus. Est-ce que leur rêves et espoirs sont morts avec eux ? Je ne pense pas, nous sommes toujours là pour les faire perdurer. Ce serait vraiment triste sinon, de vivre et mourir et que rien de nous ne reste pas même nos espoirs, que rien ne soit transmis. "

Les actions étaient ce qui nous définissaient, c'était un fait, mais si les parents n'avaient pas eu des rêves pour leur enfants ils n'auraient jamais été qui ils étaient non plus. Eleyn était cette femme parce que ses parents l'avaient entraînés à être cela : serait-elle ici si l'avis de son père n'avait aucun impact ?

Il ne savait pas vraiment quoi dire, c'était là les plus longues tirades qu'il avait prononcés depuis des jours et des jours, si ce n'est des semaines. Il se frottait les yeux de son autre main, un peu fatigué par ce voyage. Sa main gauche sur l'épaule d'Eleyn venait finalement se poser sur sa cuisse.

" Tu devrais te reposer, prendre un bain ou que sais-je, te restaurer. Peut-être que ce Lord est agréable et ne veut que ton bonheur, ne le juge pas d'après quelque minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree EmptyDim 6 Déc - 0:52

Les souvenirs de la petite enfance d'Eleyn étaient assez peu nombreux. Le temps les avait effacé à mesure que les épreuves avaient pavé sa route des embuches communes sur l'Île-aux-Ours. Ils avaient été patiné par le sang, ravis par les coups de lame, mais aussi par toutes ces années qu'elle considérait heureuses passées auprès des Mormont. En tant que fille, soeur, garde ... Sa mémoire contenait davantage d'entrainements, de salles de réunion et de soirées fraternelles dans les rires, parfois l'angoisse, que les réminiscences insouciantes de l'enfance. Il lui semblait qu'elles avaient été happées le jour même où elle avait passé la porte de la grande maison de bois. Elle se souvenait de la pluie, de cette odeur si particulière de l'océan charriant ses effluves marines, comme si elle les remarquait pour la première fois. Elle se souvenait de la main de Maege sur sa petite tête basse, la voix bourrue de la Mormont lui assurant que tout irait bien désormais. Elle n'avait pas non plus oublié les quatre silhouettes qui l'observaient depuis une porte dérobée, leurs yeux fixant l'orpheline qu'elles devraient accueillir pour les années à venir. Ni comme elles n'avaient pas hésité à venir vers elle à peine avait-elle franchi le seuil. Et encore moins comment elle avait failli se prendre un mur de surprise !

Oui, ce souvenir-là et les suivants étaient encore très nets dans son esprit. Pourtant, elle avait commencé à vivre sept ans auparavant et certaines choses avaient subsisté. L'essentiel, selon elle. Il y avait eu ces heures qu'elle avait passé, hypnotisée, à contempler sa mère tisser des chemises et autres nappes. Toutes celles où elle avait ri ou retenu son souffle tandis que son père lui racontait ses récits d'aventure ou, plus prosaïquement, de ces journées. Rhenys inventait des histoires de poissons gigantesques pêchés dans la baie qu'il avait fallu rendre à la mer tant ils étaient beaux ou féroces. Il n'avait pas son pareil pour réveiller des émotions de toutes sortes chez sa fille unique et pour la faire rêver. Il lui souhaitait d'expérimenter la même richesse qu'il avait découverte avant de s'installer définitivement, par amour et espérait qu'elle aussi, quand elle serait grande, trouverait son port et cet ancrage qui lui avait été offert - ceci en regardant tendrement Mayia à la dérobée, un sourire ravi aux lèvres. Des ambitions qui paraissaient bien lointaines pour Eleyn, à cette époque. Vaines, également. Les années passant, son existence dans la petite chaumière auprès de ses parents avait perdu cette impression de sécurité et de chaleur, s'estompant jusqu'à disparaître tout à fait. Elle avait grandi avec pour seul objectif de rembourser une dette qu'on lui assurait inexistante, l'obsession du combat pour seul moteur avec celle de protéger l'Île. Autant dire que la compatibilité avec les espoirs de Rhenys à son sujet était nulle et avérée.

Du moins, c'était ce qu'elle avait longtemps cru. Quelques mois auparavant, elle remplissait parfaitement ses objectifs et aujourd'hui, elle trainait ses guêtres d'un bout à l'autre de Westeros. Pour un homme. Ou plutôt, avec lui. Son manque d'hésitation à le suivre lui avait épargné bien des questions existentielles. Aussi sûrement qu'elle savait pourquoi elle avait donné sa lame aux Mormont durant les dernières années, elle n'avait aucun doute sur la raison de ses nouvelles motivations. Et tandis qu'elle rivait ses prunelles aux billes sombres de Jon, elle était plus que jamais certaine d'avoir fait le bon choix. Si, à l'image de sa compagne, le loup blanc n'était pas un grand loquace, il avait le mérite de s'en sortir beaucoup mieux dans ce genre de situation. Ses doigts étaient retombés, cessant de triturer ses tempes malmenées et il était visible que chaque parole de Jon aidait son corps à se détendre. Ses épaules s'affaissèrent lentement sous la main de celui-ci alors qu'elle avait l'impression que le noeud de son estomac commençait enfin à se desserrer. Il lui apportait un réconfort insoupçonné, elle qui s'était sentie si mal à l'aise à peine son discours terminé. Il ne lui renvoyait pas sa faiblesse et mieux, semblait la considérer comme normale étant donné les circonstances.

Seulement, elle était incapable de lui répondre. Peut-être parce que derrière toutes ces réponses se cachaient d'autres questions. Peut-être parce qu'il n'y avait rien à dire. Ou peut-être parce qu'elle n'avait pas envie de tout gâcher. Après tout, c'était un peu sa spécialité : dire ce qu'il ne fallait pas, agir comme elle aurait dû éviter. Leurs échanges avaient été trop sporadiques pour qu'elle en soit tout à fait sûre, mais une petite voix lui soufflait que l'orage ne s'était pas encore dissipé entre eux - ne serait-ce que parce qu'elle en sentait encore le goût amer dans sa propre bouche. L'ombre des non-dits planait, menaçante, attendant la prochaine incartade pour se rappeler à leur bon souvenir. Pire, peut-être saccagerait-elle tout sur son passage - la dernière chose que la garde voulait. En parlant ainsi, le fils Stark repoussait le danger, ce qui ne pouvait que la soulager. Ils étaient gauches, ignorants, cependant, ils pouvaient apprendre. Il lui paraissait d'ailleurs qu'ils s'y employaient.

Le silence retomba et à défaut de mots, Eleyn trouva les gestes pour lui communiquer sa gratitude. Elle passa ses bras autour de la nuque de son compagnon et l'attira contre elle, le serrant autant qu'elle le pouvait sans risquer de lui enfoncer son armure dans le torse. Ses lèvres trouvèrent son oreille afin de lui souffler un " Merci. " aussi ému que sincère. Elle embrassa sa joue avant de s'écarter de lui à regret : la servante venait de toquer et les informait à travers la porte de sa petite voix timide que le bain promis était prêt. La jeune femme se racla la gorge. " Mieux vaut que je sois propre pour écouter ce que le Lord a à nous dire. Et lui donner cette chance dont tu as parlé. " Un sourire creusa ses joues tandis qu'elle se levait. Finalement, elle n'était pas aussi sourde qu'elle pouvait souvent le laisser croire. Elle entendait très bien les bons conseils.

A quelques pas du battant, elle s'arrêta, la main sur la poignée. Elle semblait hésiter, sa bouche se mouvant brièvement dans le vide. Elle abaissa le loquet pour mieux se raviser alors qu'elle se tournait vers le garçon. " Tu sais, je ne t'ai pas suivi pour me racheter, parce que je pensais te devoir quelque chose ou pour fuir mes erreurs du Nord. Au contraire, si l'on raisonne objectivement, il m'aurait été beaucoup plus simple de rentrer sur l'Île-aux-Ours. " Encore une hésitation. Oserait-elle ou était-ce encore trop tôt ? Elle déglutit. Entre eux, il n'avait pas toujours s'agit de ce qu'ils avaient dit ou fait, mais aussi de ce qu'ils n'avaient pas su dire. Le fossé ne se comblerait pas en quelques jours, il n'empêchait qu'il fallait commencer par quelque part. " Je t'aime, Jon. Voilà pourquoi je suis venue avec toi. Doute de moi si tu veux, mais jamais de ça. " Puis, sur ces mots, elle s'empressa de sortir aussitôt, les joues empourprées. Assez de bravoure pour l'avouer, pas suffisamment pour affronter la réplique. Courageuse mais pas téméraire, la bête.

La domestique en charge s'avéra plutôt efficace pour l'aider à défaire son armure, néanmoins, Eleyn demanda à ce qu'on la laisse seule durant ses ablutions. Après des semaines en communauté - masculine, qui plus est -, un peu de solitude était un luxe qu'elle ne voulait pas se refuser. Ses pensées divaguaient, perdues entre les dernières diverses péripéties. Un instant, elle était à Fort Terreur à raser les murs de la forteresse à la recherche de Dacey, l'autre elle se faufilait entre les buissons des marais du Neck, encore un autre, elle s'interrogeait sur sa future conversation avec Lord Harden. Sans compter toutes les fois où elle revenait à son dernier aveu, s'imaginant la réaction de son destinataire, les images se couplant à celles de leur dispute dans les bois de Winterfell. L'ennui avec la solitude, c'était qu'on avait tout le loisir de se triturer les méninges en tout sens, particulièrement lorsque l'on possédait des cheveux aussi longs et pleins de nœuds, de même qu'un amas de crasse accumulé durant un voyage tumultueux. Elle ressortit de l'eau désormais glacée et trouble, la peau rougie et frissonnante. Des heures se seraient écoulées que cela ne l'aurait pas étonné. Jetant un oeil par la fenêtre, elle aperçut le crépuscule darder des rayons timides. En effet, elle avait passé bien plus de temps qu'elle ne le croyait dans cette pièce. Elle enfila des habits propres apportés par la servante. Pas de robe. pensa-t-elle, l'ombre d'un sourire ourla ses lèvres. Le Lord avait été fin dans ses instructions et semblait l'avoir mieux cerné qu'elle ne se l'était imaginée. Laisse-lui une chance, Eleyn répéta-t-elle, en écho à l'avis de Jon.

Elle comptait retourner à leur chambre temporaire quand on vint la chercher sur le seuil de la salle d'eau. Le temps des retrouvailles familiales étaient venues. A l'appréhension se mêlait une certaine excitation : elle allait enfin savoir de quoi il retournait. Elle pensait que le loup blanc serait déjà là, mais elle ne trouva que son grand-père. Les mains derrière le dos, il fixait l'âtre de la cheminée et se retourna à son approche. Il ne se gêna pas pour la détailler de la tête aux pieds, l'air impassible. " Une bien meilleure mine. Tu as pu te reposer ? " Muette, elle se contenta d'acquiescer avec raideur : même ses cheveux, pour une fois laissés lâchés bougèrent à peine. Elle ne l'aurait avoué pour rien au monde mais l'homme l'impressionnait quelque peu. Il avait l'air avenant d'un noble qui connait son affaire, ainsi que la mine austère qu'elle-même arborait généralement. Un calculateur, aucun doute. Leur ressemblance la frappait soudain autant qu'elle la troublait. " Assied-toi, le dîner ne va pas tarder à être servi. " " Si tôt ? " s'étonna-t-elle tout en s'exécutant, prenant place à la droite du bout de la table. Là où siègerait le Lord, sans doute, s'il se décidait à s'assoir. Pour l'instant, il campait devant l'âtre sans cesser de la regarder. C'en devenait embarrassant. " Je me suis dit que vous deviez être affamé, après tout ce chemin dans les terres. " Nouveau hochement de tête. Un silence s'installa. " Qui est ce Jon Snow pour toi ? " reprit soudain le Lord. La garde se renfrogna aussitôt. Le manque de tact devait lui aussi être un trait familial. " Avec tout le respect que je vous dois, je ne pense pas que cela vous concerne. " La colère ne tarda pas à briller dans les prunelles de son interlocuteur. La petite crise d'adolescence tardive de la jeune fille l'avait amusé lors de leur rencontre, beaucoup moins maintenant qu'il fallait passer aux choses sérieuses. " Notre nom suppose certaines valeurs morales, Eleyn. Il résonnait même de son importance, il n'y a encore pas si longtemps. " La concernée retint un rire moqueur, son regard embrassant les pierres décrépites. Quand exactement ? Avant ou après la conquête d'Aegon Targaryen ? Elle n'aurait pas parié sur la réponse. Heureusement, elle eut le bon goût de garder ses pensées pour elle. Au lieu de ça, elle demanda : " M'avez-vous faite venir pour discuter de mes accointances avec mes pairs ou pour une raison pertinente ? " Les yeux du Lord Harden dérivèrent soudainement vers l'entrée de la salle à manger. " Messire Snow, vous arrivez à point nommé. " Soudain guilleret, il s'approcha du garçon et le conduisit jusqu'au siège en face d'Eleyn. Si la table les séparait, inutile de la toucher pour déceler la tension dans ses membres. Elle ignorait s'il avait entendu le début de leur "entretien" et la suite l'effrayait tout autant. Son grand-père aurait-il l'audace de réitérer sa question au fils Stark ? Elle l'espérait plus intelligent que ça. " Prenez place, nous n'attendions plus que vous. " Et il l'était. L'homme, comme elle l'avait deviné, s'assit en bout de table, entre les deux jeunes gens. Mais c'était Jon qu'il fixait à présent, tout son intérêt tourné vers lui. " J'ai ouï dire les troubles qui ont agité le Nord, ces dernières lunes. D'abord votre belle-soeur kidnappée par ce traître de Bolton, puis votre jeune soeur ... Les deux délivrées si ce n'était sous votre commandement, du moins grâce à votre intervention. Très impressionnant. Et vous voilà à la tête d'une petite armée sur mes terres. Racontez-moi vos périples. Dites-moi également ce que vous pensez du Conflans et de Vieilles-Pierres. J'y vis depuis si longtemps que j'ai oublié la première impression que ces contrées pouvait donner. "

Une odeur d'agneau rôti vint chatouiller leurs narines alors que les domestiques apportaient le repas. Pour la plus grande indifférence d'Eleyn dont les prunelles scrutaient les deux hommes tour à tour. La méfiance décuplait sa vue et faisait partir son cerveau à toute vitesse, cherchant le piège dans ces badinages. Lord Harden avait sciemment dévié son interrogation afin de s'en tourner très opportunément vers Jon et de changer de sujet. Elle déglutit avec peine, aux prises avec un curieux mauvais pressentiment. Pas pour son compagnon, ils étaient en sécurité ici : aucun Lord mineur ne prendrait le risque de défier Eddard Stark en s'en prenant à son fils. Non, il s'agissait d'autre chose. Mais de quoi ? Patience est mère de vertu. Pour l'heure, ce n'était pas à elle de s'exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Valar Dohaeris

Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty
MessageSujet: Re: Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree   Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Wake the white wolf, wake the iron woman ft. Eleyn Blanetree
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] The Woman [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dracarys :: La tannière de Westeros :: Derrière les flammes du passé :: Archives 1ère fois :: Archives Dracarys 1.0 :: Rp Abandonnés-
Sauter vers: